TABLE DES MATIERES. 1. TEXTES RÉGLEMENTAIRES, NORMES ET CODES Réglementation ICPE Normes & Codes LISTE DES ANNEXES...

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TABLE DES MATIERES. 1. TEXTES RÉGLEMENTAIRES, NORMES ET CODES...2 1.1 Réglementation ICPE...2 1.2 Normes & Codes...3 3. LISTE DES ANNEXES..."

Transcription

1 TABLE DES MATIERES 1. TEXTES RÉGLEMENTAIRES, NORMES ET CODES Réglementation ICPE Normes & Codes AUTRES RÉFÉRENCES ET SOURCES DOCUMENTAIRES Répertoire des associations et des groupements professionnels Références bibliographiques Rapports scientifiques de l INERIS LISTE DES ANNEXES...14 Page 1 sur 24

2 1. TEXTES REGLEMENTAIRES, NORMES ET CODES Ce chapitre recense les principaux textes qui traitent des risques dans les entrepôts. Ils peuvent être législatifs, normatifs ou encore édités par des syndicats professionnels ou des regroupements d assureurs. 1.1 REGLEMENTATION ICPE Sources : base de données AIDA, Tout entrepôt doit répondre aux textes réglementaires régissant l'activité de ces installations. L ensemble de ces textes concerne à la fois des aspects de prévention et de protection. Parmi les nombreuses rubriques de la nomenclature des ICPE concernées par la fonction entreposage, on peut citer la rubrique «entrepôts couverts» (rubrique cf. tableau 1). Tableau 1 : Rubrique de la nomenclature ICPE retenue Rubrique Définition Régime 1 Rayon Entrepôts couverts (stockage de matières, produits ou substances combustibles en quantité supérieure à 500 t dans des) à l'exclusion des dépôts utilisés au stockage de catégories de matières, produits ou substances relevant par ailleurs de la présente nomenclature, des bâtiments destinés exclusivement au remisage de véhicules à moteur et de leur remorque et des établissements recevant du public. Le volume des entrepôts étant : 1. Supérieur ou égal à m³ : 2. Supérieur ou égal à m³, mais inférieur à m³ A D 1 Pour les installations soumises à déclaration, l arrêté type (anciennement 183 ter) est le texte de référence utilisé par les préfets. Pour les installations soumises à autorisation, l arrêté préfectoral d autorisation d exploiter s appuie sur cet arrêté type complété par la circulaire du 4 février Il intègre également les exigences de l arrêté ministériel du 2 février 1998 relatif aux prélèvements et à la consommation d'eau ainsi qu'aux émissions de toute nature des installations classées pour la protection de l'environnement soumises à autorisation dit «arrêté intégré». Les entrepôts peuvent également être concernés par le dépôt et le stockage de produits particuliers, pouvant présenter un risque potentiel important (liquides inflammables, gaz liquéfiés, par exemple). Il faut alors veiller à respecter les règles émises par les autorités en 1 A : Autorisation, D : Déclaration, S : Servitude d'utilité Publique 2 Rayon d'affichage exprimé en kilomètre 3 La circulaire et l arrêté type relatifs aux entrepôts couverts sont en cours de modification. Une nouvelle réglementation devrait voir le jour courant Page 2 sur 24

3 se référant aux arrêtés types correspondants. On peut également noter que les dépôts de produits agro-pharmaceutiques sont visés par une rubrique particulière (rubrique cf. tableau 2). Cette dernière modifiée par le décret du 30 avril 2002 est atypique dans la mesure où elle vise des produits toxiques ou non. Tableau 2 : Rubrique de la nomenclature ICPE : dépôts de produits agro-pharmaceutiques Rubrique Définition Régime 4 Rayon Agropharmaceutiques (dépôts de produits), à l'exclusion des substances et préparations visées par les rubriques 1111 et 1150 et des liquides inflammables de catégorie A au sens de la rubrique 1430 : 1. La quantité de produits agropharmaceutiques susceptibles d être présente dans l installation étant supérieure ou égale à 500 tonnes ou la quantité de produits agropharmaceutiques toxiques susceptibles d être présente dans l installation étant supérieure à 200 tonnes : 2. La quantité de produits agropharmaceutiques susceptible d'être présente dans l'installation étant supérieure ou égale à 100 tonnes mais inférieure à 500 tonnes : 3. La quantité de produits agro-pharmaceutiques susceptible d'être présente dans l'installation étant supérieure ou égale à 15 t mais inférieure à 150 t : AS A D 2 2 Nota : Pour l application de la note (3), il convient de considérer le ratio qx/qx le plus élevé où x désigne l ensemble des produits agropharmaceutiques toxiques assortis de la quantité seuil de 200 tonnes Pour les installations soumises à déclaration, l arrêté type 1155 daté du 2 mai 2002 est un des textes utilisé par les préfets. Pour les installations soumises à autorisation, l arrêté préfectoral d autorisation d exploiter s appuie sur cet arrêté type complété par la circulaire du 27 mars 1991 qui traite de l évaluation des conséquences d un incendie dans les dépôts agro-pharmaceutiques. Il intègre également les exigences de l arrêté ministériel du 2 février 1998 relatif aux prélèvements et à la consommation d'eau ainsi qu'aux émissions de toute nature des installations classées pour la protection de l'environnement soumises à autorisation dit «arrêté intégré». De nombreux autres textes réglementent d autres dépôts spécifiques des lors que les seuils de déclaration sont franchis (matières plastiques , ). 1.2 NORMES & CODES Outre les dispositions imposées par la réglementation, les exploitants d entrepôts peuvent adopter un certain nombre de recommandations techniques contenues dans les normes ou dans les codes. Les normes sont établies par un organisme mandaté tel que l AFNOR (France), l ANSI (USA), le BSI (Royaume-Uni), le CCN (Canada), le DIN (Allemagne), l IBN (Belgique), 4 A : Autorisation, D : Déclaration, S : Servitude d'utilité Publique 5 Rayon d'affichage exprimé en kilomètres Page 3 sur 24

4 le SNV (Suisse) Les codes qui regroupent des «bonnes pratiques» sont édités par des organismes non formels tels que les regroupements d assureurs ou les syndicats professionnels. Il est à noter que l application des normes et codes peut être rendue obligatoire par la législation. Une liste non exhaustive de ces différents textes ayant trait aux risques présentés par les installations de stockage et d entreposage est présentée ci-après Nomenclature thématique ISO Source : base de données ILI (http://www.ili.co.uk/fr/) L ISO a codifié ses normes selon une nomenclature thématique. A chaque thème correspond un code ICS (International Classification for Standards). Les numéros se rapportant aux entrepôts sont regroupés dans le tableau 3. Tableau 3 : Codes ICS se rapportant aux entrepôts Code ICS Définition Matériel de stockage Entrepôts, Magasins Ce code permet de simplifier les recherches de documents dans diverses bases de données, notamment celles regroupant les normes nationales ou internationales Normes On retrouve dans ce paragraphe les normes en vigueur en France ainsi que les normes nationales d autres pays européens qui pourraient avoir une influence sur l évolution à court ou moyen terme des normes européennes. Enfin, les normes américaines peuvent permettre d avoir un éclairage différent sur la façon de traiter la sécurité des entrepôts. 1) Normes en vigueur en France (NF, NF-EN). Il n existe pas de normes en application en France qui traitent spécifiquement de la sécurité dans les entrepôts. On peut toutefois se référer à des normes telles que celles citées dans le tableau 4. Tableau 4 : Normes françaises Norme NF EN 2 (// ISO 3941) Classes de feux Titre NFS Systèmes concourant à la sécurité contre les risques d incendie Page 4 sur 24

5 2) Autres normes européennes Certaines normes allemandes VDI (Verlag des Vereins Deutscher Ingenieure) se distinguant des normes européennes (EN) ont été retenues (cf tableau 5). VDI 2690 VDI 3564 VDI 3656 VDI 3969 Norme Tableau 5 : Normes allemandes Titre Material and data flow in automated high-bay warehouses Recommandations for fire protection in high bay warehouses Warehouse systems, basic requirements for planning of high bay warehouses Interfaces of warehouse control system with associated system 3) Normes Internationales Il n existe pas de norme officielle américaine qui examine le thème générique de la sécurité dans les entrepôts. Il est néanmoins possible de trouver de nombreuses recommandations par le biais des produits stockés ou dans des normes telles que celle mentionnée dans le tableau 6. Cette norme est éditée par l ANSI (American National Standarts Institute). Norme ANSI MH16.2 Tableau 6 : Norme américaine Titre Industrial and commercial steel storage racks : safety practices for the use of Codes et normes informelles Parmi les codes édités par les différents groupements professionnels, ceux de la construction et des assureurs sont des textes de référence pour la conception et la gestion de la sécurité dans les entrepôts. 1) Codes de la construction D importants éléments de sécurité font partie de la conception même des entrepôts (murs coupe-feu, sol étanche ). C est pourquoi les codes et guides de la construction peuvent s avérer particulièrement utiles (cf tableau 7). Tableau 7 : Codes de la construction Organisme Code Site Internet CSTB Centre Scientifique et Technique du Bâtiment ICC International Code Council s IES Illuminating Engineering Society REEF Performance Code for Buildings and Facilities Warehouses Design Guide for Warehouse Lighting Page 5 sur 24

6 2) Codes des assureurs Les syndicats professionnels d assureurs éditent des codes, des référentiels et des documents techniques que leurs assurés doivent suivre obligatoirement ou de manière volontaire pour obtenir des réductions importantes des primes d assurance (cf tableau 8). Éditées par le CNPP (Centre National de Prévention et de Protection), les règles APSAD sont rédigées en concertation avec les utilisateurs et les organismes compétents. Prises en compte pour la certification en France de matériels et d installateurs, elles peuvent être, entre autres, des règles d installation pour les équipements, des règles d organisation pour les services de sécurité, des règles de conception pour les domaines liés à la construction. Les recommandations techniques de la NFPA (National Fire Protection Association) sont particulièrement suivies par les industriels américains. Par conséquent, elles servent également souvent de références. Les documents techniques cités dans le tableau 8 sont des recommandations générales ou s appliquent à l activité stockage entreposage. Il existe également un grand nombre de standards non énumérés ici qui, comme les règles APSAD, traitent des règles d installations d équipements incendie et des règles de conception pour les domaines liés à la construction. Tableau 8 : Codes et normes informelles Organisme Standard Titre CEA, Comité Européen des Assurances CNPP, Centre National de Prévention et de Protection FM Global ( Factory Mutual) NFPA (National Fire Protection Association) Entrepôts de matières dangereuses (à préciser) Règles APSAD Documents Techniques FM Global Property Loss Prevention Data Sheets FM Global Property Loss Prevention Data Sheets NFPA 1 NFPA 230 NFPA 1620 NFPA 1620 NFPA 5000 R31 : télésurveillance R17 : exutoire de fumées R1 : Extinction à eau type sprinkleur R3 : Extinction automatique à CO2 R4 : Extincteurs mobiles R5 : Robinets d incendie armés- R.I.A. R6 : Service de sécurité incendie R7 : Détection automatique d incendie R8 Surveillance des risques d une entreprise R12 : Extinction automatique à mousse à haut foisonnement R13 : Extinction automatique à gaz Gaz inertes et Gaz inhibiteurs D14 : Construction. Comportement au feu D14A : Panneaux «sandwich» - comportement au feu D15 : ouvrages séparatifs coupe-feu Fiches 8-0 : General Storage Safeguards Fiches 8-1 : Commodity Classification Fire prevention code Fire Protection of Storage Practice for the pre-incident planning Chapter 18 Warehouses and storage occupancies Practice for the pre-incident planning Chapter 18 Warehouses and storage occupancies NFPA Building Code Page 6 sur 24

7 2. AUTRES REFERENCES ET SOURCES DOCUMENTAIRES 2.1 REPERTOIRE DES ASSOCIATIONS ET DES GROUPEMENTS PROFESSIONNELS Source : Guide de la Sécurité des Entreprises et des collectivités édité annuellement par la revue «Face au Risque». Les organismes reconnus par les acteurs de la prévention des risques ou offrant une bibliographie et des liens internet particulièrement fournis pour la thématique «entrepôts» ont été regroupés par catégories : - Les organismes de prévention et de protection, - Les organismes d assurances, - Les associations et syndicats professionnels concernés par la thématique Groupements de prévention et de protection Dans le tableau 9 sont regroupés des associations ou groupements de professionnels du domaine de la gestion des risques. Page 7 sur 24

8 Tableau 9 : Groupements relatifs à la gestion des risques Thème Nom Remarque Adresse Tel / fax Site Internet ÉQUIPEMENTS FFMI - Fédération Française du Matériel incendie + de 90% des sociétés de matériels anti-incendie 39/41, rue Louis Blanc Paris La Défense Cedex Tél : +(33) Fax : +(33) Groupement des industries des matériels électroniques de sécurité Tél : +(33) Fax : +(33) GTFI Groupement Technique Français contre l Incendie Fabricants et distributeurs de la protection passive contre l incendie 10, rue du Débarcadère Paris Cedex 17 Tél. : +(33) Fax : +(33) SYMECORA Syndicat de la mesure, du contrôle et de la régulation automatique 11, rue Hamelin Paris Tél :+(33) ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE AMRAE Association pour le management des risques et des assurances de l entreprise 9-11, avenue Franklin-Roosevelt PARIS Tél :.33 (0) Fax : 33 (0) FERMA Federation of European Risk Management Associations IFE The Institution 148 Upper New Walk Tel : +44 (0) of Fire Engineers Leicester LE1 7QB UK Fax : +44 (0) SÛRETÉ DE FONCTIONNEMENT ESReDA - European Safety Reliability and Data Association ISDF Institut de Sûreté De Fonctionnement MFQ avenue Aristide Briand Bagneux cedex Tél : +(33) Fax : +(33) Page 8 sur 24

9 2.1.2 Annuaire des organismes d assurances Les organismes d assureurs français, européens et américains prescripteurs de règles de conception et d installation d équipements de sécurité sont regroupés dans le tableau cidessous. Tableau 10 : Organismes d assurances Nom Remarque Adresse Tel / fax Site Internet CDIA Centre de documentation et d information de l assurance CEA Comité Européen des Assurances CNPP - Centre National de Prévention et de Protection (Direction Nord Europe) FFSA - Fédération Française des sociétés d assurance FM Global - Factory Mutual Rattaché à la FFSA Édite les règles APSAD Organisme américain 2, rue de la chaussée d Antin Paris 3 bis, rue de la chaussée d'antin Paris CNPP Pôle Européen de Sécurité B.P Saint-Marcel 26, Bd Haussman Paris Tél : +(33) Tél.:+ (33) Fax :+ (33) Tél : +(33) Fax : + (33) Tél : +(33) FPA The Fire Protection Association Organisme britannique Bastille Court 2 Paris Garden Tél :+ (44) Fax : +(44) SE1 8ND UK ISO Insurance Services Office, INC Organisme américain NFPA National Fire Protection Association Organisme américain Page 9 sur 24

10 2.1.3 Annuaire relatif aux risques liés aux produits stockés Les coordonnées de différents syndicats professionnels pouvant émettre des recommandations pour la sécurité des entrepôts sont indiquées dans le tableau 11. Tableau 11 : Organismes relatifs aux risques liés aux produits stockés Nom Adresse Téléphone / fax Site Internet CIA Chemical Industries Association UIC Union des Industries Chimiques Thématique : CHIMIE Kings Buildings Tél: Smith Square Fax: London SW1P 3JJ 14, rue de la République Tél : +(33) Puteaux REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES Diverses associations et groupements de professionnels diffusent leurs recommandations à travers livres et revues techniques. Les références sont divisées selon deux catégories : - Les monographies, - Les revues périodiques Monographies 1) Ouvrages se rapportant à la gestion des risques dans les entrepôts Le tableau 12 indique les ouvrages se rapportant à la gestion des risques dans les entrepôts. Il est à noter que de nombreuses entreprises concernées par l activité stockage disposent de leurs propres guides. Ils sont généralement à diffusion réduite à l exception de celui de Sandoz (actuellement Novartis) qui a été élaboré à la suite de l accident de Bâle et largement diffusé. Tableau 12 : Ouvrages se rapportant à la gestion des risques dans les entrepôts Titre Chemical Industries Association. - Warehouse fire safety _ guidance on chemical warehouse fire safety _ key questions for managers concerned with the protection of warehouses against fire. 1997, ISBN Health and Safety Executive. HS(G)64 Assessment of fire hazards from solids materials and the precautions required for their safe storage and use , ISBN Health and Safety Executive. HS(G)71 Chemical warehousing: the storage of packaged dangerous substances de HSE. 1998, ISBN Lees, Frank P. Chapter 22 : storage / Warehouse. in Loss Prevention in the process industries. 1996, ISBN Loss prevention in the process industries, second edition, 1996 An introduction to fire dynamics D. Drysdale,1999 Sandoz Guideline for Plant Safety n 28 Warehousing. Page 10 sur 24

11 2) Ouvrages se rapportant au risque incendie Le risque incendie représente l un des principaux risques pour les entrepôts. Des ouvrages s y rapportant sont indiqués dans le tableau 13. Tableau 13 : Ouvrages se rapportant au risque incendie Titre AFNOR Sécurité incendie 6 ème édition 2002, ISBN CNPP. Traité Pratique de Sécurité, incendie 6 ème édition INRS Incendie et lieux de travail 1999 NFPA. - Fire Protection Handbook. 1997, ISBN NFPA. - Fire Prevention Code Handbook Society of Fire Protection Engineering. SFPE Handbook of Fire Protection Engineering Revues techniques Les revues techniques sont une source de renseignements pour la veille scientifique. Des articles courts peuvent attirer l attention sur des règles ou des produits nouveaux. Des dossiers de synthèse font le point sur des méthodes, des pratiques industrielles, des types de technologie... 1) Revues relatives à la gestion des risques en entreprise Le tableau 14 indique les principales revues qui traitent de la gestion des risques, et ce quel que soit le domaine d activité. Face au risque Tableau 14 : Revues relatives à la gestion des risques en entreprise Titre Remarques Site Internet LPB Loss Prevention Bulletin Édité par le CNPP (Centre National de Prévention et de Protection) Étude des règles APSAD Analyse / Retour d expériences incendies (N annuel Annuaire fabricants : Guide de la sécurité des entreprises et des collectivités) Édité par IchemE Analyse / Retour d expériences incendies NFPA Journal (N annuel : buyer s guide) Préventique Sécurité Process Safety Progress Sécurité Civile et Industrielle Sécurité Sicherheit Sicurezza Édité par l institut de Sécurité (équivalent suisse Ineris) /franz/index.stm Page 11 sur 24

12 2) Revues spécialisées en incendie Impliqué dans de nombreux accidents, l incendie a souvent des conséquences matérielles et financières lourdes. De même qu il existe de nombreux ouvrages qui traitent exclusivement du risque incendie, on trouve des revues techniques qui abordent ce sujet (cf tableau 15). ANPI Magazine BIB-Info de ANPI Tableau 15 : Revues spécialisées en incendie Titre Remarques Site Internet Édité par l association nationale pour la protection contre l incendie (Association belge d assureurs) Dossiers techniques relatifs aux entrepôts DT 64 : Protection incendie dans les entrepôts DT 111 : Entrepôts de matières dangereuses DT 112 : Matières et marchandises Bibliographie des différents articles parus dans les journaux Brandschutz Deutsche Feuerwehrzeitung Fachdokumentation Brandschutzwesen (Abstracts) Fire Prevention + Fire Engineers Journal Fire Safety Journal Journal of Fire Sciences Revue des sapeurs pompiers allemands Édité par International Association to Fire Safety théorique Page 12 sur 24

13 2.3 RAPPORTS SCIENTIFIQUES DE L INERIS L INERIS réalise des rapports scientifiques dans le domaine de la sécurité environnementale afin d aider les Pouvoirs Publics et plus largement l ensemble des acteurs économiques à progresser en matière d évaluation et de prévention des risques. Parmi ces rapports scientifiques, ceux du tableau 16 traitent plus spécifiquement de la sécurité dans les entrepôts. Tableau 16 : Rapports scientifiques INERIS ayant trait à la sécurité des entrepôts Titre Patrick Bonnet - Développement d'une méthodologie d'évaluation des effets thermiques et toxiques des incendies d'entrepôt - Moyens de prévention et de protection mis en œuvre dans les entrepôts 2002 Julien Broz Développement d'une méthodologie d'évaluation des effets thermiques et toxiques des incendies d'entrepôt Spécificité des entrepôts au regard de l incendie 2ème campagne d'essais. Rapport intermédiaire d'opération André Carrau Développement d'une méthodologie d'évaluation des effets thermiques et toxiques des incendies d'entrepôt Spécificité des entrepôts au regard de l incendie Compte-rendu des 1ères campagnes d'essais André Carrau Développement d'une méthodologie d'évaluation des effets thermiques et toxiques des incendies d'entrepôt Spécificité des entrepôts au regard de l incendie Rapport intermédiaire 2000 Claude Cwiklinski - Développement d'une méthodologie d'évaluation des effets thermiques et toxiques des incendies d'entrepôt - Comportement au feu des toitures. Synthèse bibliographique 2000 Guy Marlair - Étude relative au compartimentage des entrepôts Frédéric Masson - Développement d'une méthodologie d'évaluation des effets thermiques et toxiques des incendies d'entrepôt Comportement des structures soumises à un incendie 2001 Page 13 sur 24

14 3. LISTE DES ANNEXES Repère Désignation précise Nb pages 1 Conception et Agencement des entrepôts 5 2 Description des normes et codes cités 3 Page 14 sur 24

15 ANNEXE 1 Conception et Agencement des entrepôts Source: Développement d'une méthodologie d'évaluation des effets thermiques et toxiques des incendies d'entrepôt - Moyens de prévention et de protection mis en œuvre dans les entrepôts Patrick Bonnet Page 15 sur 24

16 DÉFINITION DE «L ENTREPÔT TYPE» Plates-formes logistiques INERIS PKu 20 octobre /ref_substances combustibles entrepôts couv.doc En France, on assiste depuis quelques années à une croissance de la demande en matière d entreposage couplée à un besoin de prestations périphériques complémentaires. Pour répondre à cette évolution, des entrepôts de type plates-formes logistiques ont été conçus. Ces grandes structures (parfois plus de m²) n'ont plus grand chose à voir avec les entrepôts "classiques". Elles se composent de plusieurs cellules aménagées dans un ou plusieurs bâtiments, avec des hauteurs et des surfaces de stockage de plus en plus élevées, le tout allant de paire avec une densification des zones de stockage. Les activités d une plate-forme logistique sont les suivantes : la fonction d entreposage : L entreposage occupe en général plusieurs cellules de la plate-forme. Il est effectué le plus souvent au moyen de palettes normalisées (bois ou plastique), entreposées sur des palettiers métalliques comportant différentes hauteurs (typiquement 5 ou 6). Il est toutefois possible d atteindre des hauteurs de 30 mètres et plus dans des entrepôts automatisés. Les produits sont généralement contenus dans des emballages en carton. Les palettes et les cartons peuvent également être recouverts d un film plastique. Lorsque les racks de stockage sont automatisés, moins de personnel est nécessaire pour la manipulation des marchandises dans la zone qui contient le plus grand potentiel de danger, ce qui limite les risques dans cette zone (pas d accident de circulation, pas d erreur de manipulation, sources d ignition plus facilement localisables, risque de chute plus faible). la fonction de distribution : Elle regroupe la préparation, le conditionnement et l entreposage des commandes, ainsi que le reconditionnement et les opérations de chargement et déchargement des camions. Le reconditionnement est réalisé dans des zones spécifiques, où le stockage est de courte durée, avec des volumes générés faibles par rapport aux volumes de l entreposage principal mais non négligeables compte tenu de l augmentation de la fréquence des expéditions / réceptions et de la possibilité du transport par rail ou voie navigable. la fonction de transport : Elle engendre une rotation d une centaine de palettes par quais et génère ainsi un trafic de poids lourds importants. Elle peut être réalisée également par rail ou voie navigable. Grâce à l apparition de moyens de manutention de grande capacité (jusqu à 16 palettes manipulables en une seule opération) les temps de chargements/déchargement sont réduits. Les deux principales caractéristiques de l activité des plates-formes logistiques sont : la diversité dans la nature des produits stockés (couvrant l ensemble des commerces de produits de consommation courante), Le caractère fluctuant (contrats de durées diverses). Il est à noter que certaines cellules de stockage peuvent comporter des chambres froides (rangements mobiles ou gerbage) avec une isolation par mousse de polyuréthanne, ou un étage partiel avec un accès par des escaliers. D autres cellules peuvent aussi être dédiées au stockage de générateurs d aérosols. En général, des quais de chargement spécifiques sont associés à ces cellules. Page 16 sur 24

17 Autres entrepôts INERIS PKu 20 octobre /ref_substances combustibles entrepôts couv.doc Si les plates-formes logistiques se développent, il n en reste pas moins que les entrepôts «classiques» demeurent. Ce sont souvent des entrepôts spécifiques et il est donc difficile de les englober dans une description générale précise. Généralement, ces entrepôts se différencient des plates-formes logistiques par des surfaces plus modestes de l ordre d un à quelques milliers de m², des recoupements plus rares, des hauteurs de l ordre de 7 à 10 m, etc Les entrepôts dédiés aux stockages de produits finis présentent des risques de natures similaires mais d ampleurs moins importantes que les risques présentés par les zones des plates-formes logistiques dédiées à l entreposage. Les entrepôts implantés dans un site de production peuvent être également utilisés pour le stockage de produits intermédiaires. Exploités dans des conditions et sous des contraintes très différentes de celles qui existent pour un entrepôt situé dans un site dédié au stockage, ils présentent des risques de natures différentes : Généralement de petite taille, leur potentiel global de danger est donc plus faible (sauf cas particulier de petits stockages de produits toxiques dont la combustion n est pas très puissante). Les stratégies de prévention et de protection contre les risques présentés par les stockages dans un site de production seront définies non pas pour limiter au minimum les pertes des produits stockés, mais plutôt pour éviter une perte de productivité (éviter les effets dominos sur les équipements de production voisins). Les demandes de certains sites de productions pouvant être ponctuelles, les entrepôts alors utilisés sont à structures légères, démontables ou modifiables facilement. Cela implique de fait l inexistence de certains moyens fixes de protection contre l incendie (murs coupe-feu, systèmes d extinction automatiques, etc ). En définitive, même s ils peuvent dans certains cas présenter des risques spécifiques, les «autres entrepôts» présentent un risque global plus faible que celui présenté par les platesformes logistiques. C est pourquoi dans la suite du document les différents paragraphes traiteront principalement des plates-formes logistiques. Il convient de signaler que certains «petits» entrepôts peuvent contenir des produits très spécifiques qui peuvent être par exemple toxique ou très toxique pour l environnement. Ces entrepôts sont particuliers et nécessitent des moyens de prévention et de protection spécifiques. L identification de ces moyens ne peut se faire qu en faisant une analyse de risque spécifique détaillée. Ceci ne peut donc pas se faire dans le cadre de cette étude. Page 17 sur 24

18 CARACTÉRISTIQUES GÉOMÉTRIQUES D UN ENTREPÔT Les contraintes économiques ont conduit la plupart des professionnels à concentrer les activités de stockage sur un site unique ou spécifique. L entreposage seul peut ainsi occuper une surface au sol de plusieurs dizaines de milliers de m². De plus, les progrès technologiques et dans le domaine des matériaux ont également permis de stocker toujours plus de produits par unité de surface. Superficie de stockage La tendance actuelle est d augmenter les surfaces de cellules. Du point de vue de l exploitant, les avantages sont nombreux (coûts de constructions moindres, vitesse de construction plus grande, amélioration de la productivité). Cependant, des inconvénients existent tels la perte d une plus grande quantité de marchandises en cas d incendie ou des polices d assurances plus élevées. Du point de vue de la sécurité, une grande surface libre au sol est particulièrement pénalisante (propagation horizontale du feu plus rapide, dimensions des flammes plus importantes, probabilité de déclenchement d un incident accrue, difficulté à éteindre l incendie dans certains cas, besoins en eau d extinction supérieurs). Hauteur de stockage Les plates-formes logistiques ne possèdent généralement pas d'étage. Pour ces dernières, la tendance actuelle semble aller dans le sens de stockages de plus en plus haut. La notion de grande hauteur pour un entrepôt semble difficile à définir clairement. Toutefois, on considère généralement qu'une hauteur dépassant 8 mètres dans un stockage peut être qualifiée de grande hauteur. On peut observer dans les entrepôts à palettisation des hauteurs de plus de 30 mètres. Les inconvénients d une structure toute en hauteur sont : le fait qu elle soumette davantage de combustibles à la propagation du feu (le feu a d abord tendance à se développer verticalement grâce aux mouvements de convection), la stabilité du stockage plus difficile à assurer, le risque de chutes d objets. Page 18 sur 24

19 Agencement de l entrepôt INERIS PKu 20 octobre /ref_substances combustibles entrepôts couv.doc Zone de stockage Produits stockés De l étude des produits stockés en entrepôts, il ressort que : seule une classification intégrant l ensemble «contenant/contenue» est pertinente ; pour prendre en compte la diversité des natures et des quantités de produits présents dans une seule cellule, il est nécessaire d employer une démarche majorante en choisissant les plus grandes quantités des produits les plus pénalisants (du point de vue des effets thermiques d une part et du point de vue des effets toxiques d autre part) ; Organisation des stockages Elle représente un facteur déterminant pour le risque incendie (particulièrement lors de l allumage et de la montée en puissance). Les dispositions les plus courantes ainsi que leurs avantages et leurs inconvénients sont résumés dans le tableau ci-après. Tableau 17 : Les différents types de stockage Type de stockage en masse Palettisé en racks Représentation Avantages Inconvénients -système de stockage peu onéreux -gain de temps car pas de palettisation -le plus difficile à enflammer -début d inflammation facilement maîtrisable par des sprinkleurs -le moins d oxygène disponible pour la propagation du feu -système de stockage peu onéreux -présence de palettes = avantage pratique pour la manutention -permet un stockage de grande hauteur et facilite la manutention (l automatisation est aussi possible) -disposition aérée permet de faciliter la détection et l intervention -les casiers métalliques peuvent permettre d assurer un certain degré de stabilité empêchant les chutes d objets et de -doit être limité en hauteur pour des raisons de stabilité -doit être limité en taille pour que les eaux d'extinction puissent gagner plus efficacement le foyer de l'incendie une fois développé. -l écroulement des marchandises favorise la - présence de palettes = espace d air horizontal qui favorise la propagation d un incendie sur cet axe -cet espace est difficilement accessible par un réseau de sprinkleurs -disposition la plus défavorable en terme de propagation horizontale et verticale d un incendie : une détection et une intervention très précoces sont donc nécessaires Page 19 sur 24

20 Autres zones INERIS PKu 20 octobre /ref_substances combustibles entrepôts couv.doc A proximité des entrepôts, on trouve généralement des locaux annexes sur le même site. Il peut s'agir de bureaux, de locaux techniques ou encore de locaux administratifs. Parmi celles ci, les zones pouvant représenter un potentiel de danger, sont : la chaufferie (risque d'explosion significatif pour les chaudières à gaz), le local de charge des batteries (atmosphère explosive engendrée par les vapeurs d'hydrogène libérées lors de la recharge) soumis à une réglementation spécifique, la station service, cuve de fuel, la zone de stockage des palettes vides, la zone de chargement / déchargement. Page 20 sur 24

ASSURANCES DE DOMMAGES INCENDIE DE L ANALYSE AU COÛT DU RISQUE

ASSURANCES DE DOMMAGES INCENDIE DE L ANALYSE AU COÛT DU RISQUE ASSURANCES DE DOMMAGES INCENDIE DE L ANALYSE AU COÛT DU RISQUE 25 septembre 2013 Patrick Biot - agréé CNPP 1 AGREPI? ASSOCIATION DES INGÉNIEURS & CADRES SPÉCIALISTES DE LA MAÎTRISE DES RISQUES INCENDIE

Plus en détail

Art. 1er. - Objectif et champ d'application. 1.1. Généralités

Art. 1er. - Objectif et champ d'application. 1.1. Généralités GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, février 2009 Le présent texte a été établi par l Inspection du Travail et des Mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg. Prescriptions de sécurité

Plus en détail

Communiqué de presse Non ruine en chaîne des éléments de structure des entrepôts couverts Philippe Gallois, Antoine Fillault & Thierry Murat - SAGL

Communiqué de presse Non ruine en chaîne des éléments de structure des entrepôts couverts Philippe Gallois, Antoine Fillault & Thierry Murat - SAGL Communiqué de presse Non ruine en chaîne des éléments de structure des entrepôts couverts Philippe Gallois, Antoine Fillault & Thierry Murat - SAGL Les entrepôts couverts relèvent actuellement de la nomenclature

Plus en détail

ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS OU ARTISANAUX

ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS OU ARTISANAUX prevolivier www.ssiap.com Notice descriptive de sécurité ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS OU ARTISANAUX Remarques Cette notice descriptive de sécurité, élaborée à l attention des maîtres d ouvrage et maîtres

Plus en détail

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30)

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30) Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Partie II RESUME NON TECHNIQUE ETUDE D IMPACT FEVRIER 2014 RAPPORT CON/13/084/CD/V2 SOMMAIRE I PRESENTATION DU PROJET ET DE SON ENVIRONNEMENT...

Plus en détail

Quels sont les leviers efficaces pour réduire le risque d incendie, limiter ses conséquences et optimiser la tarification assurance?

Quels sont les leviers efficaces pour réduire le risque d incendie, limiter ses conséquences et optimiser la tarification assurance? Quels sont les leviers efficaces pour réduire le risque d incendie, limiter ses conséquences et optimiser la tarification assurance? En matière d'incendie, les moyens de prévention réelle et de protection

Plus en détail

QUESTIONNAIRE PARTICULIER POUR DEMANDE D'AUTORISATION. BATIMENT SIS : Commune : Localité : Article cadastral : Rue et n : Affectation de l'ouvrage :

QUESTIONNAIRE PARTICULIER POUR DEMANDE D'AUTORISATION. BATIMENT SIS : Commune : Localité : Article cadastral : Rue et n : Affectation de l'ouvrage : Secteur prévention Etablissement cantonal d'assurance et de prévention Place de la Gare 4, Case postale, 2002 Neuchâtel Tél. 032 889 62 22 www.ecap-ne.ch Fax 032 889 62 33 ecap.prevention@ne.ch QUESTIONNAIRE

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. INERIS PKu 20 octobre 2004-46059/ref_pulvérulents.doc

TABLE DES MATIERES. INERIS PKu 20 octobre 2004-46059/ref_pulvérulents.doc TABLE DES MATIERES 1. TEXTES RÉGLEMENTAIRES, NORMES ET CODES... 2 1.1. RÉGLEMENTATION ICPE... 2 1.2. NORMES ET CODES... 3 1.2.1. Nomenclature thématique ISO... 4 1.2.2.... 5 1.2.3. Codes et normes informelles...

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Notice de sécurité Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Cette notice a été établie à l'attention des exploitants d Etablissements Recevant du Public (ERP), afin

Plus en détail

Extinction. Choisissez votre système d extinction. Qu'est-ce qu'un système d extinction? Les principes du feu

Extinction. Choisissez votre système d extinction. Qu'est-ce qu'un système d extinction? Les principes du feu Extinction Choisissez votre système d extinction Qu'est-ce qu'un système d extinction? Dans un système de protection incendie, il ne suffit pas de détecter et de mettre en sécurité. Il est souvent nécessaire

Plus en détail

sécuriser le stockage et la logistique des aérosols Guy REYNES Consultant

sécuriser le stockage et la logistique des aérosols Guy REYNES Consultant sécuriser le stockage et la logistique des aérosols Guy REYNES Consultant incendie d un entrepôt Dans un entrepôt contenant environ 600 000 générateurs aérosols de peinture et 50 000 de laque capillaire

Plus en détail

Prévenir le risque d explosion

Prévenir le risque d explosion bouteilles d acétylène, d oxygène & de gaz inflammables : Prévenir le risque d explosion Transport en véhicule léger Stockage hors véhicule Association Française 14, rue de la République 92800 Puteaux

Plus en détail

Essais de résistance au feu

Essais de résistance au feu Essais de résistance au feu Cloisons 98-48 avec plaques de plâtre EI60 (coupe feu 1heure) DTU 25-41 Livret technique 4 - Octobre 2009 Le Service Recherche & Développement SOMMAIRE Préambule page 3 Construire

Plus en détail

Développement d'une méthodologie d'évaluation des effets thermiques et toxiques des incendies d'entrepôt

Développement d'une méthodologie d'évaluation des effets thermiques et toxiques des incendies d'entrepôt Développement d'une méthodologie d'évaluation des effets thermiques et toxiques des incendies d'entrepôt DRA-03 : Spécificités des entrepôts au regard de l'incendie Rapport intermédiaire juin 2000 Personnes

Plus en détail

L analyse de risque des ESP dans les études d ingénierie d unités industrielles «Pétrole & Gaz».

L analyse de risque des ESP dans les études d ingénierie d unités industrielles «Pétrole & Gaz». L analyse de risque des ESP dans les études d ingénierie d unités industrielles «Pétrole & Gaz». Bruno LEQUIME, Département HSE Etudes. Sommaire I. Introduction la DESP et le contexte international. II.

Plus en détail

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I.

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I. Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés Le Code du Travail R 232-1-13: La signalisation relative à la sécurité et à la santé au travail doit être conforme à des modalités déterminés par

Plus en détail

Réglementation installation classée feux d'artifices - stockage ---- Réunion du 21 juin 2013. DREAL Poitou-Charentes

Réglementation installation classée feux d'artifices - stockage ---- Réunion du 21 juin 2013. DREAL Poitou-Charentes Réglementation installation classée feux d'artifices - stockage ---- Réunion du 21 juin 2013 DREAL Poitou-Charentes 1. Réglementation ICPE stockage d'explosifs Artifices de divertissement : explosifs Rubrique

Plus en détail

Le pétitionnaire pourra remplir une notice par établissement isolé les uns des autres au sens de l article GN 3.

Le pétitionnaire pourra remplir une notice par établissement isolé les uns des autres au sens de l article GN 3. NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE Pour tous les ERP du 1er groupe et les ERP du 2ème groupe (5ème catégorie) Avec locaux à sommeil. (Arrêté du 25/06/1980 modifié Arrêté du 22/06/1990 modifié) La présente

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

Quelques dates clés s pour TYM TYM : entreprise familiale créé

Quelques dates clés s pour TYM TYM : entreprise familiale créé Quelques dates clés s pour TYM TYM : entreprise familiale créé éée e en 1963 1976 : achat de Transports Trainpo 1979 :Construction des premiers entrepôts 3000 m2 1979 à 1988 : Construction de 18000 m2

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION sécurité incendie Réglementation et mise en sécurité incendie des bâtiments d habitation > Bâtiments d habitation > Parcs de stationnement > s - foyers Sécurité incendie dans

Plus en détail

Etude du comportement au feu d un entrepôt au moyen de codes 3D

Etude du comportement au feu d un entrepôt au moyen de codes 3D Etude du comportement au feu d un entrepôt au moyen de codes 3D G. Leroy a, S. Rahman a, B. Truchot a a. INERIS : Institut National de l Environnement Industriel et des Risques, Verneuil-en-Halatte, France

Plus en détail

Phase avant-projet : Liste de vérification pour la protection incendie d'appartements multi-étagés

Phase avant-projet : Liste de vérification pour la protection incendie d'appartements multi-étagés Phase avant-projet : Liste de vérification pour la protection incendie d'appartements Ce document présente une vue d'ensemble des principales questions à envisager en matière de sécurité incendie dans

Plus en détail

LES PRINCIPES DE L INGÉNIERIE EN SÉCURITÉ INCENDIE (PRINCIPLES OF FIRE PROTECTION ENGINEERING)

LES PRINCIPES DE L INGÉNIERIE EN SÉCURITÉ INCENDIE (PRINCIPLES OF FIRE PROTECTION ENGINEERING) LES PRINCIPES DE L INGÉNIERIE EN SÉCURITÉ INCENDIE (PRINCIPLES OF FIRE PROTECTION ENGINEERING) LIEU: Sandman Hotel ( Près de la station de métro ) 999 rue de Sérigny Longueuil, QC, CANADA J4K 2T1 http://www.sandmanhotels.com/fr/hotel/quebec/montreal

Plus en détail

Les réglementations feu-fumées

Les réglementations feu-fumées Les réglementations feu-fumées Les réglementations feu-fumées sont nombreuses et dépendent de l environnement dans lequel sont utilisés les produits. Par exemple, plus il est difficile de sortir d un véhicule,

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS a RESUME NON TECHNIQUE DE L'ETUDE DES DANGERS Synthèse de l'inventaire des accidents pour le secteur d'activité de la société MARIE DIDIER AUTOMOBILES Il ressort de l inventaire des accidents technologiques

Plus en détail

Les Formalités concernant les. Etablissements Recevant du Public. Cahier Technique n 7

Les Formalités concernant les. Etablissements Recevant du Public. Cahier Technique n 7 Les Formalités concernant les Etablissements Recevant du Public Cahier Technique n 7 Vous êtes exploitant d un Etablissement Recevant du Public (E.R.P.) par exemple un restaurant, une salle de spectacles,

Plus en détail

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel

CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L essentiel N 38 Développement durable n 2 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 19/02/2013 ISSN 1769-4000 CONCASSAGE, CRIBLAGE DE MATERIAUX : ENREGISTREMENT ICPE, ARRETE DE PRESCRIPTIONS GENERALES ICPE L

Plus en détail

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30 VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30 Incendie Code du Travail R4216-1 à R4216-7 ; R4216-11 à R4216-34 Code du Travail R4225-8 Code du Travail R4227-34 à R4227-36 Code du Travail R4227-1

Plus en détail

OCF / KAF 01.06.2011

OCF / KAF 01.06.2011 01.06.2011 Détecteurs Lampe témoin Centrale, tableau de rappel Feu flash Signal acoustique Dispositif manuel de déclanchement Arrêt du signal acoustique et activation de la 2ème temporisation Détection

Plus en détail

Introduction 3. 1. Cadre réglementaire Installations Classées pour la Protection de l Environnement 4. 1.1. Généralités sur les ICPE 4

Introduction 3. 1. Cadre réglementaire Installations Classées pour la Protection de l Environnement 4. 1.1. Généralités sur les ICPE 4 Introduction 3 1. Cadre réglementaire Installations Classées pour la Protection de l Environnement 4 1.1. Généralités sur les ICPE 4 1.2. Le cas des entrepôts : exigences /textes décodés 10 2. L application

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE Notice obligatoire en application de l Art. R 123-24 du Code de la Construction et de l Habitation pour les demandes de Permis de Construire dans les Etablissements Recevant

Plus en détail

RECOMENDATIONS AUX DISTRIBUTEURS POUR LE TRANSPORT ET LE STOCKAGE DU CHEMTANE 2

RECOMENDATIONS AUX DISTRIBUTEURS POUR LE TRANSPORT ET LE STOCKAGE DU CHEMTANE 2 RECOMENDATIONS AUX DISTRIBUTEURS POUR LE TRANSPORT ET LE STOCKAGE DU CHEMTANE 2 TRANSPORT: Classement du produit pour le transporteur Le classement du produit Chemtane 2 pour le transporteur est le suivant:

Plus en détail

Travaux en cours. Diaporama réalisé par Thierry MARBEHAN Avec la collaboration de la société SIEMENS CERBERUS

Travaux en cours. Diaporama réalisé par Thierry MARBEHAN Avec la collaboration de la société SIEMENS CERBERUS Travaux en cours Diaporama réalisé par Thierry MARBEHAN Avec la collaboration de la société SIEMENS CERBERUS Triangle du feu Que ce soit un feu controlé ou un incendie, la combustion est une réaction chimique

Plus en détail

IRVE et Hybrides Rechargeables dans les ERP et les IGH - Cahier des Charges de la Commission Centrale de Sécurité (Ministère de l Intérieur) SOMMAIRE

IRVE et Hybrides Rechargeables dans les ERP et les IGH - Cahier des Charges de la Commission Centrale de Sécurité (Ministère de l Intérieur) SOMMAIRE NOTEC N 544 L E S N O T E S T E C H N I Q U E S DE LA F F I E 1 5 J A N V I E R 2 0 1 3 IRVE et Hybrides Rechargeables dans les ERP et les IGH - Cahier des Charges de la Commission Centrale de Sécurité

Plus en détail

Il est nécessaire de mettre en place un système de sécurité incendie (SSI) permettant de détecter le plus rapidement possible un début de sinistre.

Il est nécessaire de mettre en place un système de sécurité incendie (SSI) permettant de détecter le plus rapidement possible un début de sinistre. PAGE : 1 Situation : Les établissements doivent être protégés contre les incendies. Suivant leur catégorie, les systèmes de sécurité incendie (SSI) à mettre en place sont plus ou moins complexes. A l issue

Plus en détail

Dispositions générales

Dispositions générales Document téléchargé sur le site www.environnance.fr Le JO sur papier, qui fait seul juridiquement foi, est consultable dans les préfectures, mairies et bibliothèques. Arrêté type N 183 ter. Entrepôts couverts

Plus en détail

Sécurité incendie. dans les petits hôtels. Mémento. (de 5 e catégorie)

Sécurité incendie. dans les petits hôtels. Mémento. (de 5 e catégorie) Mémento Sécurité incendie dans les petits hôtels (de 5 e catégorie) Les grands principes de la prévention incendie Le cadre réglementaire Les contacts utiles Les grands principes de la prévention incendie

Plus en détail

L article R 123-2 du Code de

L article R 123-2 du Code de ÉTANCHÉITÉ.INFO #40 décembre 2013 TECHNIQUE 29 Réglementation ERP Désenfumage des ERP : des règles générales complétées par des spécificités liées au type d exploitation Selon la taille et la nature de

Plus en détail

ARRETE PREFECTORAL. portant enregistrement de l'entrepôt de stockage de matériels électriques de la société GEMFI à Châteaubourg

ARRETE PREFECTORAL. portant enregistrement de l'entrepôt de stockage de matériels électriques de la société GEMFI à Châteaubourg PREFECTURE Direction de la Coordination Interministérielle et de l'action Départementale Bureau des installations classées ARRETE PREFECTORAL portant enregistrement de l'entrepôt de stockage de matériels

Plus en détail

Déchets dangereux dans l entreprise

Déchets dangereux dans l entreprise Déchets dangereux dans l entreprise Pe! é t i r u c é s z e s n Déchets dangereux Les déchets dangereux sont présents dans toutes les activités industrielles! Chaque année, les entreprises industrielles,

Plus en détail

Boeing 777-228ER immatriculé F-GSPK Date et heure 8 décembre 2010 à 6 h 10 (1) Exploitant 2 - RENSEIGNEMENTS COMPLÉMENTAIRES

Boeing 777-228ER immatriculé F-GSPK Date et heure 8 décembre 2010 à 6 h 10 (1) Exploitant 2 - RENSEIGNEMENTS COMPLÉMENTAIRES Feu en cabine en croisière (1) Sauf précision contraire, les heures figurant dans ce rapport sont exprimées en temps universel coordonné (UTC). Aéronef Boeing 777-228ER immatriculé F-GSPK Date et heure

Plus en détail

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011

Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Bilan annuel 2011 Etienne Lacroix Tous Artifices S.A. Comité Local d Information et de Concertation du 8 novembre 2011 Page 1 SOMMAIRE Actions réalisées pour la prévention des risques Compte-rendu des

Plus en détail

Stockage des Marchandises Dangereuses 1 Jour Transport Route 2 jours

Stockage des Marchandises Dangereuses 1 Jour Transport Route 2 jours Stockage des Marchandises Dangereuses 1 Jour Transport Route 2 jours Objectif Être capable : - d'appliquer la réglementation relative au transport des marchandises dangereuses et au stockage. - de rechercher

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

PRÉFÈTE DU CHER. La Préfète du Cher, Chevalier de la Légion d Honneur,

PRÉFÈTE DU CHER. La Préfète du Cher, Chevalier de la Légion d Honneur, Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations Pôle de la Protection des Populations Service de la Protection de l Environnement Installation classée soumise à autorisation

Plus en détail

Le pétitionnaire veillera à remplir une notice par établissement utilisé et isolé l'un de l'autre.

Le pétitionnaire veillera à remplir une notice par établissement utilisé et isolé l'un de l'autre. NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE pour les ERP du 1er groupe ou établissement du 2ème groupe (5ème catégorie) avec locaux à sommeil. Arrêté du 25/06/1980 Rappel: art R123-2 du CCH: constituent des établissements

Plus en détail

Plan : Introduction : Quelques remarques préliminaires 1) Les dispositions applicables aux établissements à modifier

Plan : Introduction : Quelques remarques préliminaires 1) Les dispositions applicables aux établissements à modifier L arrêté du 24 juillet 2006 Plan : Introduction : Quelques remarques préliminaires 1) Les dispositions applicables aux établissements à modifier 1.1) La détection automatique incendie 1.2) La protection

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL. Nombre de dégagements. Largeur totale cumulée. Effectif

CODE DU TRAVAIL. Nombre de dégagements. Largeur totale cumulée. Effectif CODE DU TRAVAIL Art. R. 232-12.- Les dispositions de la présente section s'appliquent à tous les établissements mentionnés à l'article L. 231-1 à l'exception de ceux qui constituent des immeubles de grande

Plus en détail

Réhabilitation de la Maison de Radio France LA MISE EN SECURITE INCENDIE DE LA MAISON DE RADIO FRANCE

Réhabilitation de la Maison de Radio France LA MISE EN SECURITE INCENDIE DE LA MAISON DE RADIO FRANCE Réhabilitation de la Maison de Radio France LA MISE EN SECURITE INCENDIE DE LA MAISON DE RADIO FRANCE ETUDE DE L EXISTANT CONSTRUCTION STRUCTURE (Références photos du chantier- 1960) LA GRANDE COURONNE

Plus en détail

Notice de sécurité Etablissements recevant du public de 5ème catégorie 2 ème Groupe

Notice de sécurité Etablissements recevant du public de 5ème catégorie 2 ème Groupe Notice de sécurité Etablissements recevant du public de 5ème catégorie 2 ème Groupe Préambule La notice de sécurité est fournie pour permettre à la commission de sécurité de rendre un avis sur les conditions

Plus en détail

A - OBJET DU DOCUMENT

A - OBJET DU DOCUMENT A OBJET DU DOSSIER Installations Classées pour la Protection de l Environnement DOSSIER D ENREGISTREMENT ET DE DECLARATION A - OBJET DU DOCUMENT Référence 065 06 13 00002 / SCI SAINT ROMAN MENTON Page

Plus en détail

DESENFUMAGE NATUREL 1 LES FUMÉES :

DESENFUMAGE NATUREL 1 LES FUMÉES : DESENFUMAGE NATUREL 1 LES FUMÉES : La fumée est un nuage de particules solides émis par un feu ou un échauffement mécanique. Ces particules sont principalement de la suie (du carbone imbrûlé), ainsi que

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Responsable: Dr. GHOMARI Fouad COMPORTEMENT AU FEU DU BETON. Le feu est

Plus en détail

Transport et stockage des produits classés dangereux et assimilés

Transport et stockage des produits classés dangereux et assimilés Transport et stockage des produits classés dangereux et assimilés Jacques JOUANNEAU Pierre-Jean CHAFOIX Les enjeux Comment mieux se repérer dans le foisonnement des textes réglementaires? Comment répondre

Plus en détail

Classement de l'installation selon la nomenclature des ICPE (Code de l'environnement, article R 511-9) de l activité d affichage 2340

Classement de l'installation selon la nomenclature des ICPE (Code de l'environnement, article R 511-9) de l activité d affichage 2340 1. PRÉSENTATION DE LA SOCIÉTÉ ET DE SON PROJET 1.1. Activité de la société RLD est une société spécialisée dans la location et l entretien de linge de professionnels et de collectivités (hôtellerie, restauration,...).

Plus en détail

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014 Emetteur : CRMA Limousin Page 1 sur 6 1. Quelle réglementation s applique à mon entreprise? Emis le : 5/08/2011 Toute entreprise artisanale ou industrielle est soumise au règlement sanitaire départemental.

Plus en détail

LES REGLES DE SÉCURITÉ INCENDIE

LES REGLES DE SÉCURITÉ INCENDIE ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE TECHNIQUE n 48 Préambule JANVIER 2013 Cette note technique rappelle, en les actualisant, les principales réglementations relatives à la sécurité incendie qui s appliquent

Plus en détail

2 RÉGLEMENTATION INCENDIE

2 RÉGLEMENTATION INCENDIE 2 ÉGLEMENTATION INCENDIE Il existe en France deux types de réglementations : concernant le comportement des éléments de construction : la résistance au feu ; concernant les matériaux : la réaction au feu.

Plus en détail

1. Identification de la substance/ préparation et de la société/ entreprise

1. Identification de la substance/ préparation et de la société/ entreprise Mise à jour: 05.11.2010 Version 2 / Page 1 de 5 1. Identification de la substance/ préparation et de la société/ entreprise Identification de la substance ou de la préparation Nom commercial du produit:

Plus en détail

Consignes de sécurité incendie Éléments de rédaction et de mise en œuvre dans un établissement

Consignes de sécurité incendie Éléments de rédaction et de mise en œuvre dans un établissement Consignes de sécurité incendie Éléments de rédaction et de mise en œuvre dans un établissement Introduction La formation à la sécurité, prévue par la réglementation, doit comprendre les dispositions qui

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE MODELE N 2 Document disponible sur http://www.auvergne.pref.gouv.fr/protection_civile/etablissements _recevant_public/sec_incendie_erp/procedure.php NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE Etablissement Recevant

Plus en détail

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE. Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25.

RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE. Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25. RÉSUMÉ NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE NOGENT-SUR-OISE Fait à Bihorel, le 03 Octobre 2012 KALIÈS KAR 11.25. V2 La société VEOLIA PROPRETE NORD NORMANDIE (VPNN) est autorisée

Plus en détail

Prescriptions de prévention incendie DISPOSITIONS SPECIFIQUES Etablissements de Soins Etablissements pour Personnes Agées

Prescriptions de prévention incendie DISPOSITIONS SPECIFIQUES Etablissements de Soins Etablissements pour Personnes Agées GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, septembre 2012 Le présent texte a été établi par l Inspection du travail et des mines et le Service d Incendie et d Ambulance de la Ville de Luxembourg. Prescriptions

Plus en détail

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier

Carrefour ARRAS. Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Carrefour ARRAS Expertise réalisée par : Vincent Cordonnier Page / 4 Site : Carrefour ARRAS Expertise Identité complète Responsable : M. Bidon Paul rue des Sachets 600 ARRAS Date d'audit : 06/05/00 Consultant

Plus en détail

950-1-IPG-026. Table of Contents. Table des matières. Page. 1. Subject 1 1. Objet. 2. Scope 1 2. Portée. 3. Issue 2 3. Sujet

950-1-IPG-026. Table of Contents. Table des matières. Page. 1. Subject 1 1. Objet. 2. Scope 1 2. Portée. 3. Issue 2 3. Sujet 950-1-IPG-026 Fire Protection Systems in Primary Grain Elevators Part III, Canada Labour Code Les réseaux de protection contre l'incendie dans les élévateurs à grain primaires Partie II, Code canadien

Plus en détail

Les registres coupe-feu

Les registres coupe-feu Les registres coupe-feu Installez avec soin Comment assurer une installation conforme Pour obtenir des exemplaires de cette publication, adressez-vous à la Direction des communications de la Régie du bâtiment

Plus en détail

OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION

OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION Service Santé Sécurité au Travail Maison des Communes Cité Administrative Rue Renoir BP 609 64006 PAU Cedex

Plus en détail

Actualité normative et réglementaire en matière

Actualité normative et réglementaire en matière infosteel Actualité normative et réglementaire en matière de sécurité incendie Jean Philippe Vériter Technical Manager, Infosteel JOURNEE CONSTRUCTION ACIER 2010 Louvain la Neuve, 18/10/2010 Tbl Table

Plus en détail

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES ETABLISSEMENTS RELEVANT DU CODE DU TRAVAIL

NOTICE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES ETABLISSEMENTS RELEVANT DU CODE DU TRAVAIL 1 NOTICE DE RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LES ETABLISSEMENTS RELEVANT DU CODE DU TRAVAIL NOM DE L ETABLISSEMENT : Atelier 1 menuiserie, Ateliers 2, 3 et 4 non connu à ce jour NATURE DE L EXPLOITATION : Ateliers

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL SOMMAIRE 1. CONSTRUCTION... 3 1.1 MESURES D HYGIENE... 3 1.1.1 Eclairage Art. R.4213-2 et suivants / Art. R.4223-1 et suivants... 3 1.1.2 Aération - assainissement

Plus en détail

Construction d une salle dédiée à l école de musique de Lipsheim. Dossier de demande de permis de construire. Notice de Sécurité (PC40)

Construction d une salle dédiée à l école de musique de Lipsheim. Dossier de demande de permis de construire. Notice de Sécurité (PC40) Construction d une salle dédiée à l école de musique de Lipsheim Dossier de demande de permis de construire Notice de Sécurité (PC40) NOTICE DE SECURITE E.R.P. Remarque : Cette notice de sécurité comprend

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL. Nombre de dégagements réglementaires. Nombre total d'unités de passage Moins de 20 personnes 1 1. 1 + 1 dégagement accessoire (a)

CODE DU TRAVAIL. Nombre de dégagements réglementaires. Nombre total d'unités de passage Moins de 20 personnes 1 1. 1 + 1 dégagement accessoire (a) CODE DU TRAVAIL Art. R. 235-4.- Les dispositions de la présente section s'appliquent aux établissements mentionnés à l'article R. 232-12. Les bâtiments et les locaux régis par la présente section doivent

Plus en détail

NOTICE DE SECURITE. SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990

NOTICE DE SECURITE. SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990 NOTICE DE SECURITE POUR LES ERP DE 5 E CATEGORIE SANS LOCAUX A SOMMEIL (Effectif reçu supérieur à 19 personnes) Arrêté du 22/06/1990 Documents obligatoires à joindre à cette notice de sécurité pour le

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

CONCLUSION. 31 mars 2015 Laurène Chochois Helpdesk REACH&CLP Luxembourg

CONCLUSION. 31 mars 2015 Laurène Chochois Helpdesk REACH&CLP Luxembourg CONCLUSION 31 mars 2015 Laurène Chochois Helpdesk REACH&CLP Luxembourg REACH ET CLP Informations complémentaires (1/5) European chemicals agency : http://echa.europa.eu/ Guide d application : http://guidance.echa.europa.eu/

Plus en détail

Voies d évacuation et de sauvetage

Voies d évacuation et de sauvetage Institut de Sécurité Voies d évacuation et de sauvetage Jean-Paul Bassin Institut de Sécurité Institut de Sécurité INSTITUT SUISSE DE PROMOTION DE LA SÉCURITÉ Evacuation_Lignum_2010 1 Histoire 1995 1945

Plus en détail

Conditions d intervention sur l amiante pour les professionnels du bâtiment

Conditions d intervention sur l amiante pour les professionnels du bâtiment SERVICE ENVIRONNEMENT - NOTE DE VEILLE REGLEMENTAIRE N 3 2009 Conditions d intervention sur l amiante pour les professionnels du bâtiment Rédacteur : A.CHEVILLARD Date : 08/12/2009 PREAMBULE : Cette note

Plus en détail

SAUVEGARDE DES PERSONNES ET LUTTE CONTRE L INCENDIE DANS LES BATIMENTS D HABITATION DE LA 3ème FAMILLE INC/HAB COL 3/1986-2

SAUVEGARDE DES PERSONNES ET LUTTE CONTRE L INCENDIE DANS LES BATIMENTS D HABITATION DE LA 3ème FAMILLE INC/HAB COL 3/1986-2 1. CLASSEMENT ET GENERALITES : 1.1. Classement Sont classées dans la 3ème famille les habitations collectives dont le plancher bas du logement le plus haut est situé à 28 mètres au plus au-dessus du sol

Plus en détail

LE DEVOIR DE CONSEIL SYSTEMES D EXTINCTION

LE DEVOIR DE CONSEIL SYSTEMES D EXTINCTION LE DEVOIR DE CONSEIL 1 Nous sommes des PROFESSIONNELS Nous sommes des de l extinction. Notre devoir: Conseiller Orienter Informer Et tout ceci par écrit... 2 Information du client sur ses obligations pour

Plus en détail

LE STOCKAGE ET LE TRANSPORT DES CARBURANTS

LE STOCKAGE ET LE TRANSPORT DES CARBURANTS F I C H E P R E V E N T I O N N 1 6 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LE STOCKAGE ET LE TRANSPORT DES CARBURANTS INTRODUCTION Dans le cadre d activités réalisées principalement par les services techniques

Plus en détail

Annexe III du Protocole au Traité sur l'antarctique, relatif à la protection de l'environnement Elimination et gestion des déchets

Annexe III du Protocole au Traité sur l'antarctique, relatif à la protection de l'environnement Elimination et gestion des déchets Annexe III du Protocole au Traité sur l'antarctique, relatif à la protection de l'environnement Elimination et gestion des déchets ARTICLE 1 OBLIGATIONS GENERALES 1. La présente Annexe s'applique aux activités

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère de l intérieur, de l outre-mer, des collectivités territoriales et de l immigration NOR :IOCE ARRÊTÉ DU

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère de l intérieur, de l outre-mer, des collectivités territoriales et de l immigration NOR :IOCE ARRÊTÉ DU RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l intérieur, de l outre-mer, des collectivités territoriales et de l immigration NOR :IOCE ARRÊTÉ DU portant approbation de diverses dispositions complétant et modifiant

Plus en détail

MEMENTO SECURITE INCENDIE

MEMENTO SECURITE INCENDIE ETABLISSEMENT MEMENTO SECURITE INCENDIE La commission de sécurité vous a prescrit la réalisation d un mémento sécurité Ce document est un modèle pour tout type d établissements en dehors des U et J Il

Plus en détail

LES FEUX D HABITATION À PARIS

LES FEUX D HABITATION À PARIS BRIGADE DE SAPEURS-POMPIERS DE PARIS LES FEUX D HABITATION À PARIS I GÉNÉRALITÉS En France, les feux tuent environ 800 personnes chaque année, soit 1 décédé pour 77 500 habitants. Sur le secteur de la

Plus en détail

AF 2014-2015. Secteur. Titre. Comité. multimédia et récepteurs. Luminaires. nucléaires. Aspects systèmes Réseaux industriels

AF 2014-2015. Secteur. Titre. Comité. multimédia et récepteurs. Luminaires. nucléaires. Aspects systèmes Réseaux industriels Demandes approuvées au regard du CAN-P-2018 AF 2014-2015 Comité CEI/CISPR/A CEI/CISPR/I CEI/SC17A CEI/SC31G CEI/SC31J CEI/SC34D CEI/SC45A CEI/SC45B CEI/SC62A Titre Mesures des perturbations radioélectriques

Plus en détail

LORS DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES TELLES QUE CONCERTS, THEATRES ET AUTRES

LORS DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES TELLES QUE CONCERTS, THEATRES ET AUTRES RESUME DES EXIGENCES EN MATIERE DE PREVENTION DES INCENDIES LORS DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES TELLES QUE CONCERTS, THEATRES ET AUTRES 1. Base Les prescriptions de protection incendie AEAI sont la base

Plus en détail

Ken Bell s Sommaire des Abréviations

Ken Bell s Sommaire des Abréviations Ken Bell s Sommaire des Abréviations AUG: CSAM: DSA: PUI: RCP: RIA: SCR: Arrêt Urgence Général CERN Safety Alarm Monitoring Défibrillateur Semi-Automatique Plan Urgence D Intervention Réanimation Cardio-Pulmonaire

Plus en détail

Prescriptions de prévention incendie DISPOSITIONS SPÉCIFIQUES. Etablissements de vente Centres Commerciaux

Prescriptions de prévention incendie DISPOSITIONS SPÉCIFIQUES. Etablissements de vente Centres Commerciaux GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, septembre 2012 Le présent texte a été établi par l Inspection du travail et des mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg. Prescriptions de

Plus en détail

1.1.1. Unité fonctionnelle de référence, à laquelle sont rapportés les impacts environnementaux du Chapitre 2

1.1.1. Unité fonctionnelle de référence, à laquelle sont rapportés les impacts environnementaux du Chapitre 2 EXTRAIT DE LA DECLARATION ENVIRONNEMENTALE et SANITAIRE CONFORME A LA NORME NF P 01-010 PROFILES PVC DE DECORATION ET D AMENAGEMENT INTERIEURS ET EXTERIEURS Edition DECEMBRE 2005 SNEP - Profilés PVC de

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

Protocole de sécurité chargement déchargement

Protocole de sécurité chargement déchargement Protocole de sécurité chargement déchargement Note pratique de prévention N.P.P.-01/2007 CRAM Centre Ouest Caisse Régionale d Assurance Maladie Centre Ouest 37 avenue du Président René Coty - 87048 LIMOGES

Plus en détail

LE FIRE SAFETY ENGINEERING VU PAR LES SRI

LE FIRE SAFETY ENGINEERING VU PAR LES SRI LE FIRE SAFETY ENGINEERING VU PAR LES SRI JOURNEE DU 21.10.2008 Partie 1 : Actions thermiques 1/ 51 REPARTITION DES SRI EN BELGIQUE. SERVICES X SERVICES Y SERVICES Z SERVICES C Bruxelles. Wavre. Braine-Le-

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie. Le règlement de Sécurité contre les risques d incendie. ERP et IGH de Type O

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie. Le règlement de Sécurité contre les risques d incendie. ERP et IGH de Type O Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie JURIDIQUE Date : 31/01/2012 N : 04.12 Le règlement de Sécurité contre les risques d incendie ERP et IGH de Type O L arrêté du 25 octobre 2011 portant

Plus en détail

Eléments additifs suite au dépôt du dossier d enregistrement au titre de la rubrique 2251 (activité de préparation et conditionnement de vins)

Eléments additifs suite au dépôt du dossier d enregistrement au titre de la rubrique 2251 (activité de préparation et conditionnement de vins) Eléments additifs suite au dépôt du dossier d enregistrement au titre de la rubrique 2251 (activité de préparation et conditionnement de vins) Plan joint: - Masse VRD Toitures au 1/300 : 13057-APS n 3

Plus en détail

La réglementation Incendie en Belgique

La réglementation Incendie en Belgique La réglementation Incendie en Belgique Formation incendie F. HENRY 1 La réglementation Incendie en Belgique Formation incendie F. HENRY 2 Cpt ing. F. HENRY 1 Les differents niveaux de pouvoir - Fédéral

Plus en détail

RAPPORT DE LA PRESIDENTE DU CONSEIL DE SURVEILLANCE A L'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ANNUELLE DU 15 JUIN

RAPPORT DE LA PRESIDENTE DU CONSEIL DE SURVEILLANCE A L'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ANNUELLE DU 15 JUIN " PRECIA " Société Anonyme à Directoire et à Conseil de Surveillance Au capital de 2 200 000 Siège social à VEYRAS - 07000 PRIVAS R.C.S. AUBENAS B. 386.620.165 (1966 B 16) RAPPORT DE LA PRESIDENTE DU CONSEIL

Plus en détail

Bâtiments Non Sprinklés Commercial-Industriel-Stockage- Incendie-Dommages. Le souscripteur

Bâtiments Non Sprinklés Commercial-Industriel-Stockage- Incendie-Dommages. Le souscripteur Bâtiments Non Sprinklés Commercial-Industriel-Stockage- Incendie-Dommages Référence de votre cabinet Code ORIAS N : Cachet de votre cabinet : Le souscripteur Société Forme juridique Code Siret Adresse

Plus en détail

4.12 Résistance au feu du béton cellulaire

4.12 Résistance au feu du béton cellulaire 74 4.12 Résistance au feu du béton cellulaire Le béton cellulaire offre une résistance au feu excellente. Il ne contribue pas à la propagation du feu et ne développe pas de fumées toxiques pendant l incendie.

Plus en détail

REGLEMENTATION ENVIRONNEMENTALE APPLICABLE DANS LES GARAGES ET CARROSSERIES AUTOMOBILE

REGLEMENTATION ENVIRONNEMENTALE APPLICABLE DANS LES GARAGES ET CARROSSERIES AUTOMOBILE SERVICE ENVIRONNEMENT - NOTE DE VEILLE REGLEMENTAIRE N 1 2009 REGLEMENTATION ENVIRONNEMENTALE APPLICABLE DANS LES GARAGES ET CARROSSERIES AUTOMOBILE Rédacteur : A.CHEVILLARD Date : 22/04/09 1) Nomenclature

Plus en détail