Initiative fédérale POUR UNE CAISSE - MALADIE UNIQUE ET SOCIALE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Initiative fédérale POUR UNE CAISSE - MALADIE UNIQUE ET SOCIALE"

Transcription

1 Initiative fédérale POUR UNE CAISSE - MALADIE UNIQUE ET SOCIALE

2 Ces arguments ont été élaborés par le comité "pour une caisemaladie unique et sociale". La reproduction et l'utilisation sont fortement conseillées, en citant la source. Genève, juin 2003

3 Pour une caisse-maladie unique et sociale Nous assistons depuis 1945 à une forte concentration des caisses-maladie. En 1945, il y avait 1151 caisses d assurancemaladie en 1970, 815 ; en 1990, 220 et il en restait 99 au 1er janvier Cette concentration n a fait qu accroître le pouvoir des grandes caisses-maladie au mépris des intérêts des assurés-es. Au 31 décembre 2001, selon l Office Fédéral des Assurances Sociales (OFAS), 99 caisses-maladie assuraient 7,3 millions de personnes pour l assurance-maladie obligatoire des soins. Les primes en 2001 étaient de 14 milliards de francs. Le montant des provisions était de 4 milliards, soit le 28,5% des primes annuelles encaissées, celui des réserves était de 2,1 milliards, soit le 15% des primes encaissées. Les données fournies par l OFAS, Santésuisse (association suisse des caisses-maladie) et les cantons en matière de gestion de l assurance de base varient fortement et ne sont pas fiables. Halte au pouvoir abusif des assureurs-maladie Santésuisse se bat énergiquement pour la suppression de l obligation de contracter. Si cette solution est retenue par les Chambres fédérales, les caisses-maladie auront la possibilité de choisir les médecins qu elles voudront bien rembourser. Ceci est une ingérence intolérable sur votre droit de choisir votre médecin. Aujourd hui déjà nous constatons une diminution des prestations envers les assurés au bénéfice du système HMO ou du médecin de famille résultant des pressions exercées par les caisses sur les médecins de premier recours établis en réseaux.

4 Le pouvoir déjà démesuré des caisses-maladie en matière de santé s en trouverait encore augmenté, alors que celles-ci ne financent les coûts de la santé et les coûts de l assurance-maladie obligatoire de soins pour moins de 1%. Ce financement provient des intérêts du capital des assureurs maladie. Il est choquant de voir les ménages, qui financent les coûts de la santé à raison de 69% et les coûts de l assurance-maladie obligatoire de soins à raison de 80%, n avoir quasi rien à dire dans le domaine de la santé et de l assurance-maladie obligatoire. Il est donc urgent de modifier cet état de fait. Les primes actuelles sont antisociales Que vous viviez avec un très faible revenu ou que vous soyez millionnaire, votre prime d assuranc- maladie est identique. La caisse-maladie unique et sociale instaure Une solidarité entre tous les assurés-es par l introduction des cotisations fixées en fonction de leur capacité économique, ce qui va vers plus de justice sociale. Une diminution pour une grande majorité des assurés-es de leurs primes grâce à ce type de cotisations et au potentiel d économie en matière de gestion. La concurrence ne fonctionne pas Le changement de caisse préconisé par les instances officielles représente un coût administratif élevé. Le bénéfice que peut en retirer l assuré est annihilé par l obligation faite à la caisse maladie recevante de reconstituer ses réserves. Cette pseudo-concurrence, tant vantée par les tenants du système actuel, se révèle donc être un leurre. En réalité, la maladie engendre des coûts que l ensemble de la population finance à plus de 80%. Il est temps de clarifier les responsabilités. 2

5 La caisse-maladie unique et sociale supprime La «chasse aux bons risques» actuelle. La pseudo-concurrence entre les assureurs maladie. Le système coûteux et compliqué de la péréquation entre les caisses-maladie. Le coût de surveillance par la Confédération d une centaine de caisses-maladie. Des centaines de millions par an de frais liés aux changements de caisse-maladie. Les frais de publicité. Le pouvoir de décision abusif des assureurs en matière de remboursement, ce qui entraîne de gros frais de justice. Un outil pour maitriser les coûts Sans pouvoir prétendre abaisser les coûts de la maladie, qui peuvent être contenus par d autres moyens, la caisse-maladie unique et sociale constitue un outil indispensable à la maîtrise des coûts. Les mesures préconisées depuis des décennies n ont jusqu à ce jour apporté aucun résultat concret. La caisse-maladie unique et sociale est Un outil permettant le contrôle, l analyse et la répartition des coûts. Un outil permettant une diminution des réserves et des provisions au strict minimum, soit un gain de 1 à 2 milliards de francs au moins. Un outil pour l établissement des besoins de la population en matière de santé. Un outil de statistiques détaillées et claires qui assurera une totale transparence. Un outil de négociation et de proposition en matière de santé. 3

6 La responsabilité de tous est engagée. L apparition d une caisse unique ouvre de nouvelles perspectives en vue d une assurance réellement sociale. Son organisation implique, dans la gestion, aussi bien les assurés que les prestataires de soins et les pouvoir publics. Mais c est l assuré surtout qui en sera le premier bénéficiaire : il n y aura plus de changement de caisses à envisager chaque année, les formules seront unifiées et les centres de décisions seront proches de l assuré. La caisse-maladie unique et sociale permet De responsabiliser, grâce à la gestion tripartite, tous les acteurs de la santé. Aux assurés de se réapproprier en partie la gestion de l assurance-maladie. De garantir de manière décentralisée des prestations de qualité pour toute la population du pays. D unifier et de simplifier les tâches administratives. De diminuer les coûts administratifs. Aux assurés de conserver leurs assurances complémentaires. La caisse unique ne concerne que l assurance de base. La caisse-maladie unique et sociale en quelques questions : La caisse unique et sociale supprimerait-elle la concurrence et le choix des assurés avec le risque d une étatisation? La caisse unique ne sera pas une caisse d Etat puisque ce sont tous les acteurs concernés qui en seront responsables. Quant au choix de l assurance, hormis la question des cotisations, les prestations étant exactement les mêmes quelle 4

7 que soit la caisse dans laquelle vous êtes assuré c est plutôt un choix factice. Actuellement, si vous n êtes pas satisfait de votre caisse, vous avez la seule possibilité de changer de caisse. Demain avec la caisse unique vous pourrez intervenir auprès des représentants des assurés pour demander des ajustements nécessaires et influencer la politique de la santé. De plus, les caisses désirent ne plus être tenues par l obligation de contracter, ce qui veut dire que vous devrez choisir votre caisse en fonction du choix de votre médecin. C est bien plus grave. La concurrence entre les caisse-maladies actuelles pourra continuer à s exercer pour ce qui est des assurances complémentaires, vu que la caisse unique n interviendra d aucune façon dans ce domaine. La caisse unique est sociale déresponsabiliserait-elle les assurés? C est exactement le contraire qui va se produire, vu que les assurés ne sont plus seulement des payeurs qui n ont rien à dire, mais ils seront des partenaires représentant un 1/3 des organes dirigeants et de surveillance de la caisse unique. Toutes les études le montrent: plus les gens ont du pouvoir sur leur affaires, plus ils se sentent responsables. Ceci devrait entraîner une diminution de la surconsommation médicale constatée aujourd hui. Aurait-elle comme conséquence la diminution des prestations? Aucun élément objectif ne permet d entrevoir une diminution des prestations. Dans nos intentions nous avons clairement exprimé que le catalogue de prestations en vigueur au 1 er janvier 2003 représente un plancher au-dessous duquel il ne faut pas aller, mais que ces prestations peuvent être améliorées. Nous pourrions renforcer la prise en charge des médecines 5

8 alternatives et les autres déterminants de la santé, telles que l hygiène, l éducation, l alimentation, la prévention. La caisse-maladie unique et sociale entraînerait-elle une hausse des coûts de la santé? L initiative à elle seule ne suffira pas à court terme à faire baisser les coûts de la santé, même si elle présente un potentiel d économies appréciables. En Suisse, nous avons actuellement un bon système de santé avec de bonnes prestations et cela a un coût. L initiative renforcera les possibilités d amélioration de ce système. Si l augmentation des coûts due au vieillissement de la population est inévitable, en revanche, l initiative, avec la transparence des coûts, permettra de maîtriser la surcapacité médicale et l offre du marché de la santé. L objectif à long terme est également de mettre en place des stratégies pour agir sur les causes des maladies liées aux conditions de travail et à la dégradation de l environnement. Occasionnerait-elle une centralisation et instaurerait-elle une lourde bureaucratie? Au contraire de la situation actuelle des assurés qui doivent envoyer leurs factures de médecins et de médicaments à des centres régionaux voire nationaux suivant les caisses maladie, la caisse unique sera organisée de manière très décentralisée à la manière des caisses chômage, afin d octroyer aux assurés un service de qualité et de proximité. La bureaucratie sera moins importante qu aujourd hui grâce à la simplification des démarches administratives. Occasionnerait-elle une augmentation des frais administratifs? C est exactement le contraire qui va se produire, car les frais suivants pourront être économisés, soit le coût des transferts de dossier d une caisse à l autre (plusieurs centaines de millions de francs par an), la reconstitution des réserves pour les nouveaux membres, la suppression compliquée de la compensation des 6

9 risques entre les caisses-maladie qui couvrent de «bons risques» et celles qui couvrent de «mauvais risques», les frais de publicité. Les frais administratifs de la SUVA sont plus élevés que ceux des assureurs maladie, bien que ceux-ci traitent un plus grand nombre de dossiers. La caisse unique entraînerait-elle une augmentation des frais administratifs? Non, cette affirmation est fallacieuse, puisque l administration de dossiers de maladie n a rien à voir avec des dossiers d accidents. Les assureurs accidents doivent calculer des rentes avec tout ce que cela implique en matière juridique, notamment en cas de recours des assurés. Pour que la comparaison soit correcte, il faut comparer les frais administratifs de la SUVA à ceux des caisses d assurance-accidents privées. Ce qui donne : 8.7% pour la SUVA et 22% pour les assureurs accidents privés. % Frais administratifs Année Assureurs maladie SUVA Assureurs accidents Si un tel écart des coûts administratifs existe entre les caisses privées et la SUVA cela laisse entrevoir des économies considérables avec une caisse-maladie unique. 7

10 Le fonctionnement tripartite n'est-il pas impossible? Cette crainte est également infondée. A Genève, le fonds de la formation professionnelle est géré de manière tripartite par les organisations patronales, les syndicats de salariés et l Etat. Bien que l unanimité des trois parties soit requise pour prendre des décisions, cette commission tripartite a permis la réalisation de très nombreux projets de formation à la satisfaction de tous. La caisse unique supprimerait la libre concurrence entre les caisses, n'est pas négatif? Pour les assureurs actuels la santé est considérée comme n importe quel bien de consommation, alors que nous pensons que le droit à la santé est un droit fondamental qui ne doit faire l objet d aucun marchandage. La mise en place de cette caisse unique ne provoquerait-elle pas un travail et un coût exorbitants? Ne pénaliserait-elle pas le service aux assurés? Une telle opération a déjà été réalisée lors de la mise en application de la Loi fédérale sur l assurance-chômage sans que celle-ci ait fait faillite, ni que les prestations chômage aient été suspendues. Une partie du financement de la mise en place de la caisse unique pourrait être financée par le surplus des réserves nécessaires à la couverture de l assurance-maladie. La caisse unique occasionnerait-elle des pertes d emplois et de compétences? Il est possible que quelques emplois de directeurs de caisse-maladie soient remis en cause, mais pour l essentiel le personnel actuel des caisses-maladie pourrait intégrer la caisse unique vu que nous avons comme objectif d avoir une caisse-maladie unique et sociale très décentralisée. Par conséquent le savoir-faire de ce personnel ne serait perdu d aucune façon. 8

11 Les organisations qui co-lancent cette initiative avec le Mouvement Populaire des Familles sont : ADEPASS, Alliance de Gauche Genève, ASSUAS Vaud, AVIVO Suisse, AVIVO Genève, Comedia syndicat des médias. Forum Santé, Jeunesses Socialistes suisses, La Santé à un prix abordable, Parti Socialiste Vaud, Parti Socialiste Valais Romand, Parti Socialiste Genève, Parti Suisse du Travail/Parti Ouvrier Populaire, POP & Gauche en mouvement Vaud, Les Verts Suisse, Grünes Bündnis Bern. Les premières organisations qui soutiennent l initiative sont: Fédération des Associations de retraités de Suisse (FARES), Fédération Suisse des retraités, Syndicat Interprofessionnel de Travailleuses et de Travailleurs Genève (SIT), Union Syndicale Suisse (USS).

Pourquoi instaurer une caisse-maladie publique pour l assurance obligatoire des soins?

Pourquoi instaurer une caisse-maladie publique pour l assurance obligatoire des soins? CAISSE MALADIE PUBLIQUE Pourquoi instaurer une caisse-maladie publique pour l assurance obligatoire des soins? L argumentaire en bref Les coûts administratifs sont passés de 854 millions en 1999 à 1,13

Plus en détail

La FMH en faveur du tiers garant papier de position

La FMH en faveur du tiers garant papier de position 1 En bref La FMH soutient la règle en vigueur conformément à l art. 42 al. 1 LAMal, selon laquelle c est le système du tiers garant qui prédomine dans le secteur ambulatoire, pour autant qu aucune autre

Plus en détail

VEILLE. Financement hospitalier: ce qui changera dès janvier prochain pour les assuré-es

VEILLE. Financement hospitalier: ce qui changera dès janvier prochain pour les assuré-es VEILLE Financement hospitalier: ce qui changera dès janvier prochain pour les assuré-es Par Sandra Spagnol, juriste à l ARTIAS Août 2011 ARTIAS - Rue des Pêcheurs 8-1400 Yverdon-les-Bains - Tél. 024 557

Plus en détail

Argumentaires pour un OUI

Argumentaires pour un OUI Initiative pour unique s pour un OUI - Comité d une caisse maladie - Les verts - PS en faveur d Février 2006 comité national p. a. MPF case postale 155 1211 Genève 17 mpf-ge@bluewin.ch 1 «Pourquoi instaurer

Plus en détail

Hausse des coûts = hausse des primes

Hausse des coûts = hausse des primes o Fait N 1 Les caisses-maladie payent pour 23 milliards de francs de factures par an. Lorsqu on est malade, on veut pouvoir bénéficier de la meilleure médecine possible et on est content que ce soit l

Plus en détail

Assurance-invalidité : Introduction d'une participation aux frais d'assistance

Assurance-invalidité : Introduction d'une participation aux frais d'assistance Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral des assurances sociales OFAS Développement Peter Eberhard, 21 avril 2009 Assurance-invalidité : Introduction d'une participation aux frais d'assistance

Plus en détail

USS Union syndicale suisse www.uss.ch. Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse

USS Union syndicale suisse www.uss.ch. Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse Rapport 2012 sur la répartition des revenus et de la fortune en Suisse Écarts entre les salaires : les politiques peuvent et doivent agir Daniel Lampart, économiste en chef et premier secrétaire de l USS/fq

Plus en détail

Appareils auditifs : nouveau système forfaitaire dès le 1 er juillet 2011

Appareils auditifs : nouveau système forfaitaire dès le 1 er juillet 2011 FEUILLE D INFORMATION Office fédéral des assurances sociales Appareils auditifs : nouveau système forfaitaire dès le 1 er juillet 2011 Le système forfaitaire Actuellement, la fourniture d appareils auditifs

Plus en détail

mondial assurance de base selon la LCA (pays de résidence à l étranger)

mondial assurance de base selon la LCA (pays de résidence à l étranger) Vos primes pour 2015 Cette année, les primes pour 2015 ont été soumises à une observation particulièrement attentive en prévision de la votation sur l instauration d une caisse publique d assurance-maladie.

Plus en détail

09.053 ns LAMal. Mesures pour endiguer l évolution des coûts

09.053 ns LAMal. Mesures pour endiguer l évolution des coûts Session d'automne 009 e-parl.09.009 :0 - - 09.05 ns LAMal. Mesures pour endiguer l évolution des coûts Projet du du 9 mai 009 Décision du du 9 septembre 009 Adhésion au projet, sauf observation contraire

Plus en détail

atteint 11 %. Comment se répartissent les coûts? traitements hospitaliers stationnaires 45%

atteint 11 %. Comment se répartissent les coûts? traitements hospitaliers stationnaires 45% Économie, connaiss.de base Question 1 Économie, connaiss.de base Réponse 1 Combien de travailleurs sont employés dans le secteur de la santé? Près de 4,9 millions d actifs travaillent en Suisse, dont un

Plus en détail

Fourchette salariale : la politique salariale individualisée et la politique fiscale au service de la classe supérieure

Fourchette salariale : la politique salariale individualisée et la politique fiscale au service de la classe supérieure CON FÉRENCE D E P R E S S E D U 2 6 A V R I L 2 0 1 1 Daniel Lampart, économiste en chef, premier secrétaire de l USS Rapport de l USS sur la répartition des revenus et de la fo rtune en Suisse Fourchette

Plus en détail

concernant la réduction des primes d assurance-maladie (ORP)

concernant la réduction des primes d assurance-maladie (ORP) 8.. Ordonnance du 8 novembre 0 concernant la réduction des primes d assurance-maladie (ORP) Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu la loi du novembre 995 d application de la loi fédérale sur l assurance-maladie

Plus en détail

CREDIT SUPPLEMENTAIRE URGENT 2009 AVS/AI 09.040

CREDIT SUPPLEMENTAIRE URGENT 2009 AVS/AI 09.040 CREDIT SUPPLEMENTAIRE URGENT 2009 AVS/AI 09.040 Rapport du Conseil d'etat au Grand Conseil à l'appui d'un projet de décret portant octroi d un crédit supplémentaire urgent de 3.030.000 francs destiné à

Plus en détail

Brochure d information. L assurance-maladie obligatoire en Suisse

Brochure d information. L assurance-maladie obligatoire en Suisse Brochure d information L assurance-maladie obligatoire en Suisse Direction de la justice, des affaires communales et des affaires ecclésiastiques du canton de Berne Office des assurances sociales L obligation

Plus en détail

CINQ PROPOSITIONS POUR FAIRE FACE AUX CONSÉQUENCES DU VIEILLISSEMENT CONSOLIDER ET GARANTIR LES PENSIONS COMPLÉMENTAIRES

CINQ PROPOSITIONS POUR FAIRE FACE AUX CONSÉQUENCES DU VIEILLISSEMENT CONSOLIDER ET GARANTIR LES PENSIONS COMPLÉMENTAIRES CINQ PROPOSITIONS POUR FAIRE FACE AUX CONSÉQUENCES DU VIEILLISSEMENT DÉMOGRAPHIQUE Le vieillissement de la population place les autorités publiques devant un immense défi. Celui-ci consiste, dans le cadre

Plus en détail

Un chèque pour les primes des caisses-maladie et un programme d investissement contre la destruction des emplois par l État

Un chèque pour les primes des caisses-maladie et un programme d investissement contre la destruction des emplois par l État CONFÉRENCE DE PRESSE DU 9 JUIN 2009 Berne, le 9 juin 2009 Un chèque pour les primes des caisses-maladie et un programme d investissement contre la destruction des emplois par l État Daniel Lampart, économiste

Plus en détail

Comité interpartis «Non à la caisse unique»

Comité interpartis «Non à la caisse unique» Comité interpartis «Non à la caisse unique» Contexte L initiative populaire «pour une caisse publique d assurance-maladie» a été déposée en mai 2012 Comité initiant : Mouvement Populaires des Familles,

Plus en détail

Chantiers dans la prévoyance vieillesse et les prestations complémentaires

Chantiers dans la prévoyance vieillesse et les prestations complémentaires Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral des assurances sociales OFAS Chantiers dans la prévoyance vieillesse et les prestations complémentaires Colloque Union des villes suisses, Bienne 6

Plus en détail

4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur

4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur Chapitre 4 Section Ministère des Services aux consommateurs et aux entreprises 4.04 Division des politiques et des services de protection du consommateur (Suivi des vérifications de l optimisation des

Plus en détail

Programme d action contre les prix excessifs

Programme d action contre les prix excessifs PDC suisse Programme d action contre les prix excessifs Résolution du PDC suisse, adoptée lors de l Assemblée du 15 septembre 2007 au Säntis Nous faisons couler l îlot de cherté : programme en 10 points

Plus en détail

CAISSE-MALADIE. Assurance de base

CAISSE-MALADIE. Assurance de base CAISSE-MALADIE Assurance de base Toute personne domiciliée en Suisse a l obligation de s assurer contre la maladie et les accidents, quels que soient son âge, son origine ou le statut de son séjour. L

Plus en détail

Présentation du Budget 2010

Présentation du Budget 2010 Présentation du Budget 2010 SOMMAIRE 1 UN BUDGET MARQUÉ PAR UNE AUGMENTATION DU NOMBRE DE PERSONNES À ASSISTER ET PAR LA RÉNOVATION DU PARC IMMOBILIER 2 2 ANALYSE PAR MÉTIER 3 2.1 Direction 3 2.2 Support

Plus en détail

CIRCULAIRE PERS 793 RELATIVE AUX INDEMNITES DE DEPLACEMENT

CIRCULAIRE PERS 793 RELATIVE AUX INDEMNITES DE DEPLACEMENT INFO AUX RESPONSABLES N 7-2014 du 28 Mai 2014 CIRCULAIRE PERS 793 RELATIVE AUX INDEMNITES DE DEPLACEMENT Contexte La Pers 793 relative aux indemnités de déplacement dispose que : «Le remboursement des

Plus en détail

Prestations complémentaires

Prestations complémentaires Prestations complémentaires Analyse des facteurs de coûts et solutions Rencontre avec la presse, 7 mai 2015 Union patronale suisse, Expertise mandatée par l Union patronale suisse Analyse des facteurs

Plus en détail

Assurance facultative d indemnités journalières; LAMal

Assurance facultative d indemnités journalières; LAMal Assurance facultative d indemnités journalières; LAMal Conditions générales d assurance (CGA) Edition 0. 00 Introduction La désignation KPT/ CPT sous-entend toujours la KPT/ CPT Caisse-maladie. I. Dispositions

Plus en détail

Assurances en cas de décès

Assurances en cas de décès Assurances en cas de décès Les familles, les couples, les propriétaires ou encore les associés ont des besoins spécifiques en matière de sécurité. Assurez votre sécurité avec l une de nos solutions! Comment

Plus en détail

Syndicat C.G.T. du personnel de Grande Maîtrise des Administrations Parisiennes.

Syndicat C.G.T. du personnel de Grande Maîtrise des Administrations Parisiennes. Syndicat C.G.T. du personnel de Grande Maîtrise des Administrations Parisiennes. Le 21 mars 1804, Napoléon Ier instaure le Code civil dont l'article 1781 édicte qu'en cas de litige sur le salaire, la parole

Plus en détail

Mise en consultation d un projet de modification constitutionnelle. visant à permettre l institution de caisses de compensation cantonales

Mise en consultation d un projet de modification constitutionnelle. visant à permettre l institution de caisses de compensation cantonales Mise en consultation d un projet de modification constitutionnelle visant à permettre l institution de caisses de compensation cantonales a. Introduction Rapport explicatif Les débats suscités par la votation

Plus en détail

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires

Université de Moncton. Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Université de Moncton Régime de pension des professeurs, professeures et bibliothécaires Actualisation du régime Rapport d étape Étape 2 - Niveau de prestations et options à considérer Décembre 2011 Table

Plus en détail

3Aux yeux d economiesuisse, un changement. 3economiesuisse rejette l idée d un impôt. 3economiesuisse rejette l initiative de

3Aux yeux d economiesuisse, un changement. 3economiesuisse rejette l idée d un impôt. 3economiesuisse rejette l initiative de Révision de l imposition de la propriété du logement : oui sous réserve dossierpolitique 15 février 2010 Numéro 4 L imposition de la propriété du logement sous le feu de la critique. Aujourd hui, les propriétaires

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/173 DELIBERATION N 08/058 DU 7 OCTOBRE 2008 RELATIVE A LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR LA

Plus en détail

Renouvellement. de la tarification. de l assurance collective

Renouvellement. de la tarification. de l assurance collective Renouvellement de la tarification de l assurance collective au 1 er janvier 2016 2015-12-15 Table des matières Introduction... 2 Établissement de la tarification... 2 Assurance maladie... 3 Hausse de 1,18

Plus en détail

Négociations salaires minimaux de l horlogerie au 1 er janvier 2013

Négociations salaires minimaux de l horlogerie au 1 er janvier 2013 Unia Secrétariat central Weltpoststrasse 20 CH-3000 Berne 15 T +41 31 350 21 11 F +41 31 350 22 11 http://www.unia.ch Négociations salaires minimaux de l horlogerie au 1 er janvier 2013 Dossier conférence

Plus en détail

Malakoff Médéric et Harmonie Mutuelles lancent Kalivia Audio le plus important réseau d audioprothésistes en France

Malakoff Médéric et Harmonie Mutuelles lancent Kalivia Audio le plus important réseau d audioprothésistes en France Malakoff Médéric et Harmonie Mutuelles lancent Kalivia Audio le plus important réseau d audioprothésistes en France Dossier de presse Paris, le 24 mai 2012 Contacts presse Malakoff Médéric Stéphane Dupont

Plus en détail

La Caisse unique: un faux débat

La Caisse unique: un faux débat La Caisse unique: un faux débat Quelques réflexions sous l angle l économie de la santé Transparents tirés du discours de Willy Oggier, Dr. oec. HSG, économiste de la santé, Zurich Plan Le système de santé

Plus en détail

Liquidation du régime matrimonial : quand la répartition de la plus-value = PV HYP * 73.51% ; analyse de l arrêt du Tribunal fédéral 5A_621/2013

Liquidation du régime matrimonial : quand la répartition de la plus-value = PV HYP * 73.51% ; analyse de l arrêt du Tribunal fédéral 5A_621/2013 Tribunal fédéral 5A_621/2013 destiné à la publication II ème Cour de droit civil Arrêt du 20 novembre 2014 (f) Résumé et analyse Proposition de citation : Newsletter février 2015 Divorce ; entretien ;

Plus en détail

Rapport de gestion ANNÉE 2014

Rapport de gestion ANNÉE 2014 1 Rapport de gestion ANNÉE 2014 Sommaire 2 Préambule Les Produits d Exploitation Les Charges d Exploitation Produits et Charges Exceptionnels et Financiers L Actif du Bilan Le Passif du Bilan Analyse Budgétaire

Plus en détail

dossierpolitique Initiative populaire «La santé à un prix abordable (initiative-santé)»

dossierpolitique Initiative populaire «La santé à un prix abordable (initiative-santé)» dossierpolitique 31 mars 2003 Numéro 12 Initiative populaire «La santé à un prix abordable (initiative-santé)» Le 18 mai 2003, les citoyens suisses voteront sur l initiative populaire lancée par le PS

Plus en détail

Soulager les familles et la classe moyenne

Soulager les familles et la classe moyenne Le 27 septembre Pour les familles Pour la classe moyenne Pour les retraités Oui Aux allégements d impôts A la loi sur l imposition des personnes physiques (LIPP) Soulager les familles et la classe moyenne

Plus en détail

La rémunération des capitaux de prévoyance dans les institutions de prévoyance. Farquet Léonard Colloque d examen ASA Berne 18.11.

La rémunération des capitaux de prévoyance dans les institutions de prévoyance. Farquet Léonard Colloque d examen ASA Berne 18.11. La rémunération des capitaux de prévoyance dans les institutions de prévoyance Farquet Léonard Colloque d examen ASA Berne 18.11.2010 Table des matières 1. Généralités A. Taux minimum LPP B. Taux de rémunération

Plus en détail

Aides à l embauche des jeunes et des seniors

Aides à l embauche des jeunes et des seniors COMMUNICATION - INFORMATION Juillet 2011 Aides à l embauche des jeunes et des seniors Des mesures visant à développer l emploi des jeunes et des salariés de plus de 45 ans viennent d être créées (Décret

Plus en détail

Pour la viabilité des régimes de retraite du secteur privé

Pour la viabilité des régimes de retraite du secteur privé Pour la viabilité des régimes de retraite du secteur privé Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite principalement quant au financement des régimes de retraite à prestations déterminées

Plus en détail

Mutuel Assurances. Rapport de gestion 2007

Mutuel Assurances. Rapport de gestion 2007 Mutuel Assurances Rapport de gestion 2007 Sommaire Page Chiffres-clés 3 Votre assureur en bref 4 Situation de l assurance maladie 5 Petites réformes, grands enjeux La caisse unique rejetée Financement

Plus en détail

ASSURANCE VIE AE ÉVOLUTION

ASSURANCE VIE AE ÉVOLUTION ASSURANCE VIE AE ÉVOLUTION Note d Information valant Conditions Générales cortalconsors.fr AE Évolution Dispositions essentielles du contrat 1. AE Évolution est un contrat individuel d assurance sur la

Plus en détail

Faits importants sur l adhésion au BAC

Faits importants sur l adhésion au BAC Faits importants sur l adhésion au BAC Quand est-ce que je vais recevoir une augmentation de salaire? Les membres du BAC sont couverts par des conventions collectives de travail des documents juridiquement

Plus en détail

LEXIQUE. Accords all in. Accord interprofessionnel. Adaptation au bien-être

LEXIQUE. Accords all in. Accord interprofessionnel. Adaptation au bien-être LEXIQUE A Accords all in All in signifie 'tout compris'. Ces accords supposent que des dispositions sont convenues sur l ensemble de l augmentation salariale et que l on s en tient à cela, quelle que soit

Plus en détail

VOUS ÊTES FRONTALIER, COMMENT ÊTRE SOIGNÉ(E) AUX HUG?

VOUS ÊTES FRONTALIER, COMMENT ÊTRE SOIGNÉ(E) AUX HUG? VOUS ÊTES FRONTALIER, COMMENT ÊTRE SOIGNÉ(E) AUX HUG? Dès le 1 er juin 2014, la législation française modifie les conditions d accès aux soins en Suisse L assurance maladie du frontalier Si vous êtes frontalier

Plus en détail

EXTRAIT DE LA LOI DU 10 AVRIL 1971 SUR LES ACCIDENTS DU TRAVAIL

EXTRAIT DE LA LOI DU 10 AVRIL 1971 SUR LES ACCIDENTS DU TRAVAIL - AD1072FR EXTRAIT DE LA LOI DU 10 AVRIL 1971 SUR LES ACCIDENTS DU TRAVAIL 1. Article 6 1. La nullité du contrat de louage de travail ne peut être opposée à l application de la présente loi. 2. Toute convention

Plus en détail

Cette fiche présente les principales caractéristiques du Perp ainsi que les derniers bilan et Avis réalisés par le CCSF sur ce sujet.

Cette fiche présente les principales caractéristiques du Perp ainsi que les derniers bilan et Avis réalisés par le CCSF sur ce sujet. Le PERP Le Plan d épargne retraite populaire (Perp) a pour objectif de permettre la mise en place d une épargne de long terme, par capitalisation en vue de la retraite. Ce dispositif, ouvert à tous, est

Plus en détail

Les primes d assurance-maladie 2014

Les primes d assurance-maladie 2014 Les primes d assurance-maladie 2014 Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Esther Waeber-Kalbermatten, cheffe du DSSC Conférence de presse du 26 septembre 2013 Prime moyenne «Adulte»

Plus en détail

Message accompagnant le projet de décision concernant l octroi d un crédit d engagement pour l aide au logement

Message accompagnant le projet de décision concernant l octroi d un crédit d engagement pour l aide au logement Message accompagnant le projet de décision concernant l octroi d un crédit d engagement pour l aide au logement Le Conseil d Etat du Canton du Valais au Grand Conseil Monsieur le Président, Mesdames et

Plus en détail

2. LE REGIME DE SECURITE SOCIALE

2. LE REGIME DE SECURITE SOCIALE FIN DE L ASSURANCE MALADIE PRIVEE POUR LES FRONTALIERS : Quelques explications Ce document, édité par le Groupement transfrontalier européen, a pour but de réunir toutes les informations que nous possédons

Plus en détail

Berne, 12 avril 2006

Berne, 12 avril 2006 Rapport sur les résultats de l audition concernant l ordonnance sur la mise hors cours des pièces d un et de cinq centimes Berne, 12 avril 2006 C:\Documents and Settings\U80747871\Local Settings\Temporary

Plus en détail

1- Fin des clauses de désignation : possibilité de recommandation d un ou plusieurs organismes assureurs

1- Fin des clauses de désignation : possibilité de recommandation d un ou plusieurs organismes assureurs Paris, le 12/10/2015 AUX UNIONS DEPARTEMENTALES AUX FEDERATIONS NATIONALES Pour information aux administrateurs : - Retraite et Prévoyance - CNAV, CRAM, CRAV, CGSS Aux membres du Comité exécutif de l UCR

Plus en détail

Conditions d assurance (CA) Assurance maxi.zero Forme particulière d assurance de l assurance obligatoire des soins

Conditions d assurance (CA) Assurance maxi.zero Forme particulière d assurance de l assurance obligatoire des soins Conditions d assurance (CA) Assurance maxi.zero Forme particulière d assurance de l assurance obligatoire des soins conformément à la loi fédérale sur l assurance-maladie (LAMal) du 18 mars 1994 Table

Plus en détail

3. Transparence par rapport à l utilisation des moyens financiers

3. Transparence par rapport à l utilisation des moyens financiers Département fédéral de l'économie DFE Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie OFFT Formation Professionelle Groupe d experts «Fonds en faveur de la formation professionnelle»

Plus en détail

CIRCULAIRE COMMUNE 2007-1 -DAS Paris, le 23/01/2007

CIRCULAIRE COMMUNE 2007-1 -DAS Paris, le 23/01/2007 CIRCULAIRE COMMUNE 2007-1 -DAS Paris, le 23/01/2007 Objet : Opération «Chèque Domicile Liberté» Madame, Monsieur le Directeur, Les instances de l Agirc et de l Arrco ont adopté fin décembre 2006 une position

Plus en détail

swissness adapté aux réalités pratiques

swissness adapté aux réalités pratiques 23 OCTOBRE 2011 FICHE THEMATIQUE : PROTECTION DES MARQUES swissness adapté aux réalités pratiques La marque «Suisse» fait vendre : la plus-value peut atteindre 20 % du prix de vente d un produit. Afin

Plus en détail

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse En tant que plus grande organisation spécialisée dans les prestations de services aux personnes âgées de Suisse, Pro Senectute prend

Plus en détail

4.02 Prestations de l AI Indemnités journalières de l AI

4.02 Prestations de l AI Indemnités journalières de l AI 4.02 Prestations de l AI Indemnités journalières de l AI Etat au 1 er janvier 2016 En bref Les indemnités journalières complètent les mesures de réadaptation de l assurance-invalidité (AI) : elles sont

Plus en détail

IAPEG Intercommunale pour l accueil de la petite enfance en Glâne. Règlement de subventions

IAPEG Intercommunale pour l accueil de la petite enfance en Glâne. Règlement de subventions IAPEG Intercommunale pour l accueil de la petite enfance en Glâne Règlement de subventions Décembre 2014 Page 2/ 11 Table des matières Contenu 1. Situation actuelle... 5 2. Proposition d organisation...

Plus en détail

«Gagner assez : Salaire minimum, salaire juste?»

«Gagner assez : Salaire minimum, salaire juste?» Forum œcuménique Monde du travail, Yverdon 27 octobre 2012 «Gagner assez : Salaire minimum, salaire juste?» Introduction Deux questions avaient été envoyées aux participants pour préparer la discussion

Plus en détail

A V I S N 1.861 ----------------------- Séance du mardi 16 juillet 2013 ------------------------------------------

A V I S N 1.861 ----------------------- Séance du mardi 16 juillet 2013 ------------------------------------------ A V I S N 1.861 ----------------------- Séance du mardi 16 juillet 2013 ------------------------------------------ Travail occasionnel dans le secteur horeca Réduction de cotisations sociales dans le secteur

Plus en détail

Les directeurs de la santé veulent supprimer les primes pour enfants et améliorer ainsi la solidarité entre générations

Les directeurs de la santé veulent supprimer les primes pour enfants et améliorer ainsi la solidarité entre générations Les directeurs de la santé veulent supprimer les pour enfants et améliorer ainsi la solidarité entre générations Une contribution au débat du Conseiller d État Markus Dürr, Lucerne, président de la Conférence

Plus en détail

Etude d impact du Projet de Loi «Croissance et Activité» Argumentaire

Etude d impact du Projet de Loi «Croissance et Activité» Argumentaire Etude d impact du Projet de Loi «Croissance et Activité» Argumentaire Sommaire Introduction 3 Un impact variable suivant la nature de la mesure 4 Prises séparément des mesures qui ne sont pas sans impact

Plus en détail

04.062 é Loi sur l'assurance-maladie. Révision partielle (Managed Care)

04.062 é Loi sur l'assurance-maladie. Révision partielle (Managed Care) e-parl 0..008 7:04 04.06 é Loi sur l'assurance-maladie. Révision partielle (Managed Care) Projet du Décision du Propositions de la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil national

Plus en détail

Proposition de motion Pharmacie publique aux HUG = Mort programmée des pharmacies de quartier

Proposition de motion Pharmacie publique aux HUG = Mort programmée des pharmacies de quartier Secrétariat du Grand Conseil M 2254 Proposition présentée par les députés : MM. Thomas Bläsi, Christo Ivanov, Patrick Lussi, Bernhard Riedweg, Stéphane Florey, Michel Baud, Eric Leyvraz, Marc Falquet Date

Plus en détail

Notice 2 Imposition des époux et de la famille

Notice 2 Imposition des époux et de la famille Notice 2 Imposition des époux et de la famille Valable pour la période fiscale 2015 Les dispositions applicables en matière de droit fiscal peuvent sensiblement différer selon la situation personnelle

Plus en détail

Fondation collective Vita. L essentiel en bref. Prévoyance professionnelle de la Fonda on collec ve Vita et de la Zurich Assurance

Fondation collective Vita. L essentiel en bref. Prévoyance professionnelle de la Fonda on collec ve Vita et de la Zurich Assurance Fondation collective Vita L essentiel en bref Prévoyance professionnelle de la Fonda on collec ve Vita et de la Zurich Assurance Le présent guide permet de regrouper pour vous les principales informations

Plus en détail

La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental

La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental La caisse de retraite des anciens membres du Conseil économique, social et environnemental PRESENTATION La «Caisse des anciens membres du Conseil économique et social, de leurs veuves et orphelins mineurs»,

Plus en détail

Réseau d accueil de jour des enfants du Chablais

Réseau d accueil de jour des enfants du Chablais Règlement valable dès le 1 er janvier 2016 ACCUEIL PRESCOLAIRE, PARASCOLAIRE & ACCUEIL FAMILIAL DE JOUR validé par le Conseil intercommunal de l Association régionale d action sociale pour le district

Plus en détail

Dumping et fraude sociale dans le contexte du détachement de travailleurs Argumentaire et position de la Confédération

Dumping et fraude sociale dans le contexte du détachement de travailleurs Argumentaire et position de la Confédération Dumping et fraude sociale dans le contexte du détachement de travailleurs Argumentaire et position de la Confédération Pourquoi cette note? Cette note s inscrit dans le cadre des travaux du groupe "Bridges"

Plus en détail

Règlement administratif

Règlement administratif Règlement administratif de la caisse supplétive selon les articles 72 et 73 de la Loi fédérale du 20 mars 1981 sur l assuranceaccidents Sur la base de l article 6 de l acte de fondation de la caisse supplétive

Plus en détail

L ACCESSIBILITÉ AUX ÉTUDES : UNE QUESTION D ÉQUITÉ ET DE JUSTICE SOCIALE

L ACCESSIBILITÉ AUX ÉTUDES : UNE QUESTION D ÉQUITÉ ET DE JUSTICE SOCIALE 8059, boul. Saint-Michel Montréal (Québec) H1Z 3C9 Téléphone : (514) 729-6666 Télécopieur : (514)729-6746 Courriel : fafmrq@cam.org Site : www.cam.org/fafmrq L ACCESSIBILITÉ AUX ÉTUDES : UNE QUESTION D

Plus en détail

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Sur les 1210 personnes interrogées, 1043 personnes sont en âge de voter, soit

Plus en détail

Qualité d employeur lorsque le contrat de travail est conclu au sein d un groupe de sociétés ; analyse de l arrêt du Tribunal fédéral 4A_564/2014

Qualité d employeur lorsque le contrat de travail est conclu au sein d un groupe de sociétés ; analyse de l arrêt du Tribunal fédéral 4A_564/2014 Tribunal fédéral 4A_564/2014 I ère Cour de droit civil Arrêt du 11 février 2015 (d) Résumé et analyse Proposition de citation : Vincent Mignon, Qualité d employeur lorsque le contrat de travail est conclu

Plus en détail

ANNEXE à la convention collective de travail (CCT) de la boulangerie-pâtisserie-confiserie artisanale suisse

ANNEXE à la convention collective de travail (CCT) de la boulangerie-pâtisserie-confiserie artisanale suisse ANNEXE à la convention collective de travail (CCT) de la boulangerie-pâtisserie-confiserie artisanale suisse COMPLEMENTS ET MODIFICATIONS POUR LE CANTON DE GENEVE DE LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE

Plus en détail

du Conseil d Etat au Grand Conseil accompagnant le projet de loi modifiant la loi sur les impôts cantonaux directs

du Conseil d Etat au Grand Conseil accompagnant le projet de loi modifiant la loi sur les impôts cantonaux directs 2381 Message N o 28 18 septembre 2012 du Conseil d Etat au Grand Conseil accompagnant le projet de loi modifiant la loi sur les impôts cantonaux directs Nous avons l honneur de vous soumettre un projet

Plus en détail

Questions et réponses au sujet de la loi sur les caisses de pension cantonales (LCPC)

Questions et réponses au sujet de la loi sur les caisses de pension cantonales (LCPC) 1 / 12 s et réponses au sujet de la loi sur les caisses de pension cantonales (LCPC) Mots-clés Prestation de sortie / réponse Une prestation de sortie figure sur l attestation de prestations. Cette prestation

Plus en détail

Projet Cybersanté du Canton du Jura

Projet Cybersanté du Canton du Jura Delémont, le 18 septembre 2015 Projet Cybersanté du Canton du Jura 1. Introduction Que l on pense au monde du travail dans lequel les échanges d e-mails ont remplacé de nombreux courriers papier, aux relations

Plus en détail

Argumentaire sur la «TVA sociale»

Argumentaire sur la «TVA sociale» 1 Argumentaire sur la «TVA sociale» La proposition de transférer une partie des cotisations sociales sur des impositions est à nouveau au cœur du débat public. Une augmentation de la TVA, souvent dénommée

Plus en détail

Rédiger une note de synthèse sur un texte ou un dossier de caractère administratif. Le dossier complet figure en Annexe 3

Rédiger une note de synthèse sur un texte ou un dossier de caractère administratif. Le dossier complet figure en Annexe 3 Synthèse Rédiger une note de synthèse sur un texte ou un dossier de caractère administratif. Le dossier complet figure en Annexe 3 Copie notée : 16/20 Un dossier de surendettement est déposé en France

Plus en détail

14.088 e Prévoyance vieillesse 2020. Réforme. La réforme après les décisions de la CSSS-E. 1 Résumé des décisions de la CSSS-E

14.088 e Prévoyance vieillesse 2020. Réforme. La réforme après les décisions de la CSSS-E. 1 Résumé des décisions de la CSSS-E 14.088 e Prévoyance vieillesse 2020. Réforme La réforme après les décisions de la CSSS-E 1 Résumé des décisions de la CSSS-E La CSSS-E soutient le concept du Conseil fédéral relatif à une réforme globale

Plus en détail

Conférence de presse bilan 12 juin 2015. Ernst Mäder Membre de la Direction, chef des finances

Conférence de presse bilan 12 juin 2015. Ernst Mäder Membre de la Direction, chef des finances Conférence de presse bilan 12 juin 2015 Ernst Mäder Membre de la Direction, chef des finances Comptes annuels 2014: aperçu général L'exercice 2014 se solde par un excédent de produits de 105,8 mio. CHF

Plus en détail

VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL

VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL à l'appui de l arrêté d acceptation du barème cantonal de facturation pour l accueil en crèche et garderie (du 4 novembre 2002) AU CONSEIL GENERAL

Plus en détail

Taux horaires de référence

Taux horaires de référence Chapitre 5 Taux horaires de référence Taux horaires de référence Un des éléments les plus difficiles à établir pour un entrepreneur est le taux horaire qu il doit facturer à ses clients. S il est trop

Plus en détail

Résumé. Version du 25.7.2007 heg,fm,mzi

Résumé. Version du 25.7.2007 heg,fm,mzi Etude comparative des prix des médicaments entre la Suisse, l Allemagne, les Pays-Bas, le Danemark, la Grande-Bretagne, la France, l Italie et l Autriche Version du 25.7.2007 heg,fm,mzi Résumé Les coûts

Plus en détail

Informations générales concernant la loi fédérale sur l assurance-maladie (LAMal)

Informations générales concernant la loi fédérale sur l assurance-maladie (LAMal) Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Assurance maladie et accidents Avril 2012 Informations générales concernant la loi fédérale sur l assurance-maladie

Plus en détail

1.2. Comment tirer parti de votre société?

1.2. Comment tirer parti de votre société? Des taux réduits s appliquent cependant à certaines PME, et ce, selon le même dispositif par tranches qu en matière d impôt des personnes physiques. Les taux réduits se présentent comme suit : Tr a n c

Plus en détail

COMMENTAIRES DE L AEESSUQ SUR LE DOCUMENT DU SCFP REMIS PAR LES PERSONNES À L INITIATIVE DE LA DEMANDE D ACCRÉDITATION SYNDICALE

COMMENTAIRES DE L AEESSUQ SUR LE DOCUMENT DU SCFP REMIS PAR LES PERSONNES À L INITIATIVE DE LA DEMANDE D ACCRÉDITATION SYNDICALE Savez-vous que le siège social de l'université du Québec est le seul établissement du réseau non syndiqué? Le réseau compte actuellement 25 000 employés, et 80% sont syndiqués, soit 20 065. Les conditions

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE DEPRECIATION DES PLACEMENTS DANS LE CODE DES ASSURANCES CIMA

LA GESTION DU RISQUE DE DEPRECIATION DES PLACEMENTS DANS LE CODE DES ASSURANCES CIMA LA GESTION DU RISQUE DE DEPRECIATION DES PLACEMENTS DANS LE CODE DES ASSURANCES CIMA I. PROPLEMATIQUE -------------------------------- Lorsqu une entreprise souhaite commercialiser un nouveau produit ou

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/175 DELIBERATION N 08/060 DU 4 NOVEMBRE 2008 RELATIVE A LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR LA

Plus en détail

Ein Kommentar Un commentaire

Ein Kommentar Un commentaire 1 SZS/RSAS 51/2007 Ein Kommentar Un commentaire Quelques réflexions sur le devoir de renseignement des assurances sociales suite à l ATFA du 14 juillet 2006 C 335/05 Par Jean-Michael Duc, Sion 1. Bref

Plus en détail

L assurance-accidents des chômeurs de A à Z. Couverture d assurance de la Suva 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24

L assurance-accidents des chômeurs de A à Z. Couverture d assurance de la Suva 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 L assurance-accidents des chômeurs de A à Z Couverture d assurance de la Suva 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 Les chômeurs ayant droit aux indemnités de chômage bénéficient automatiquement de la couverture

Plus en détail

AXA Winterthur: croissance et nouvelle augmentation de la rentabilité en 2010

AXA Winterthur: croissance et nouvelle augmentation de la rentabilité en 2010 Communiqué de presse Winterthur, le AXA Winterthur: croissance et nouvelle augmentation de la rentabilité en 2010 L exercice 2010 s est soldé par un résultat très satisfaisant pour AXA Winterthur. Le volume

Plus en détail

Les 10 meilleurs accords pour 500 millions de. consommateurs. Consommateurs

Les 10 meilleurs accords pour 500 millions de. consommateurs. Consommateurs Les 10 meilleurs accords pour 500 millions de consommateurs Consommateurs «J ai réalisé un achat en ligne, et maintenant, j ai un problème» Régler les litiges en ligne plus rapidement et à moindre coût

Plus en détail

Question de Marie-Thérèse Weber-Gobet QA 3075.07 Futur financement hospitalier et conséquences sur la planification hospitalière cantonale

Question de Marie-Thérèse Weber-Gobet QA 3075.07 Futur financement hospitalier et conséquences sur la planification hospitalière cantonale Question de Marie-Thérèse Weber-Gobet QA 3075.07 Futur financement hospitalier et conséquences sur la planification hospitalière cantonale Question L actuelle révision de la loi fédérale sur l assurance

Plus en détail

Stratégie de gestion financière. Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013

Stratégie de gestion financière. Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013 Stratégie de gestion financière Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013 Communication des résultats / 1 La Stratégie de gestion financière annuelle de la Province du Manitoba

Plus en détail

FEAS. Fédération suisse des employés en assurances sociales Commission centrale des examens Examen professionnel 2014 du brevet.

FEAS. Fédération suisse des employés en assurances sociales Commission centrale des examens Examen professionnel 2014 du brevet. FEAS Fédération suisse des employés en assurances sociales Commission centrale des examens Examen professionnel 04 du brevet Droit (e) : Durée de l'examen : Nombre de pages de l épreuve (y compris la page

Plus en détail