E-BORSA 2013, UNE ANNEE DE REALISATIONS STRUCTURANTES NEWS ÉDITO SOMMAIRE. p. 3 LA NEWSLETTER DE LA BOURSE DE CASABLANCA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "E-BORSA 2013, UNE ANNEE DE REALISATIONS STRUCTURANTES NEWS ÉDITO SOMMAIRE. p. 3 LA NEWSLETTER DE LA BOURSE DE CASABLANCA"

Transcription

1 E-BORSA NEWS ÉDITO Travailler pour un avenir meilleur Finalement, l année 2013 n a pas été totalement négative. Nous avons eu à notre actif une introduction et pas n importe laquelle! Une opération de 1, 5 milliard de MAD, dont un milliard levé via la bourse. Une entreprise leader dans son secteur qui fait appel à la bourse et à travers une opération aussi importante prouve encore une fois que le marché boursier est un outil de financement efficace. 2013, UNE ANNEE DE REALISATIONS STRUCTURANTES Et pas que pour des introductions! Durant l année, neuf entreprises ont eu recours au marché pour effectuer des augmentations de capital dont le montant global se chiffre à 3,2 milliards de MAD, et deux ont réalisé des emprunts obligataires pour 700 millions de MAD. Pourtant les chiffres 2013 sont en retrait par rapport à ceux de Mais ne versons pas dans un pessimisme destructif! Plaçons-les, d abord, dans leur contexte réel : Depuis plus de trois ans, la place vit dans l attentisme des investisseurs et des émetteurs. Pour changer cet état de choses, avons travaillé, en tant que société gestionnaire, pour l essor et la promotion du marché boursier. Augmenter la liquidité, développer et sécuriser nos systèmes d information, prospecter des sociétés cotables, sont autant de projets structurants pour le marché. Toutefois, certains projets sont spécialement précieux à nos yeux. Et ce sont ceux à dimension humaine qui influent sur la prospérité sociale de notre pays. Aussi, nous continuons à soutenir l éducation financière des étudiants et à déployer des actions de mécénat et de soutien d institutions d enseignement primaire et supérieur. Cette dimension humaine, nous l avons intégré également dans la gestion interne de nos collaborateurs. Nous avons été heureux de la voir reconnue par la l AGEF et la CGEM : la première nous a décerné le prix RH-Spécial Jury et la seconde nous a accordé le label RSE ISO Nous continuerons, en 2014, à fournir tous les efforts nécessaires au développement de notre marché, de la société, et de notre pays, parce que nous travaillons pour un avenir meilleur. Karim Hajji SOMMAIRE Chaque année, la Bourse de Casablanca déploie un plan d actions en phase avec sa stratégie globale de développement. En 2013, les projets réalisés se sont articulés autour de 3 principaux axes : la promotion du marché, le développement de la cote et l amélioration des systèmes d information. Un plan d actions a été, ainsi, déployé tout au long de l année, aboutissant sur la réalisation de nombreux projets. p. 3 Édito p. 1 Faits marquants Volume record sur le marché de blocs Inside 2013, une année de réalisations structurantes Enquête Crise de la dette souveraine : impact des dérivés de crédit et des agences de notation Éclairage Mme Fadwa Jouali, Cadre Compensation à la Direction des Opérations Marché de la Bourse de Casablanca p. 2 p. 3-4

2 p. 2 FAITS MARQUANTS Volume record sur le marché de blocs en 2013! Le 26 décembre 2013, le marché de blocs a enregistré un volume record! Deux jours après l introduction de JLEC une transaction sur cette dernière s est chiffrée à 9 milliards de MAD. A noter que sur le marché de blocs, la dernière plus importante opération date de Une transaction sur la BMCE avait généré 6,4 milliards de MAD. La RSE & la Communication financière, un concept précurseur en débat à la Bourse de Casablanca La Bourse de Casablanca et la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM) d Abidjan renforcent leur coopération La Bourse de Casablanca démarre son cycle de workshops 2014 avec un premier événement sous le thème «RSE & Communication financière, quelle articulation et quels apports». Ce workshop, organisé en partenariat avec Capitalcom et Associés en Gouvernance, a été marqué par la participation de M. Nizar Baraka, Président du Conseil Economique, Social et Environnemental. Ont également intervenu, M. Aziz Derj, Président de RSO et Directeur du Développement Durable de Cosumar ; M. Rachid Belkahia, Professeur universitaire et Associé Gérant de Associés en Gouvernance Maroc, ainsi que Mme Caroline De La Marnierre, Présidente et Fondatrice de Capitalcom. Cet événement a mis la lumière sur la relation de plus en plus étroite entre la communication financière et la RSE. L expérience, aux Etats-Unis et dans de nombreux pays européens a démontré qu allier les deux permet la création d une valeur réelle pour les entreprises et pour les différents acteurs de leur environnement à savoir ; actionnaires, salariés et clients. Retrait de Fertima de la cote Après 18 ans à la Bourse de Casablanca, Fertima (FRT) décide de se retirer de la cote. D après Charaf Corporation Holding, cette décision s explique par la faible liquidité de la valeur, ainsi que par la part non significative qu il ne détient pas (11,32%). La radiation de Fertima prend effet, le 16 avril Pour rappel, Fertima est la seconde entreprise à quitter la Bourse de Casablanca en La Société Chérifienne d Engrais et de Produits Chimiques (SCE) a été délistée le 24 janvier En marge de la conférence annuelle de l African Securities Exchange Association (ASEA) qui s est tenue à Abidjan, le 04 décembre 2013, M. Edoh Kossi AMENOUNVE, Directeur Général de la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM) et M. Karim HAJJI, Directeur Général de la Bourse de Casablanca ont signé une convention de partenariat et ce, en présence du Premier Ministre de la Côte d'ivoire. Cette convention vise à renforcer la coopération entre les deux bourses à travers quatre axes principaux : l échange d informations et d expériences, la formation et l assistance technique, la promotion des deux marchés et le développement des doubles cotations. Le déploiement des actions de ladite convention a été amorcé en janvier 2014 par la visite d une délégation de la BRVM. Cette dernière a pu étudier les outils utilisés par la Bourse de Casablanca aux niveaux technologique (monitoring, sécurité, ), opérationnel (surveillance et indices) et relationnel avec les investisseurs et émetteurs. Les modalités de transfert de ce savoir faire ont été fixées. D autres actions plus approfondies seront réalisées au cours de l année et seront suivies trimestriellement par une commission créée à cet effet.

3 p. 3 INSIDE 2013, une année de realisations structurantes Chaque année, la Bourse de Casablanca déploie un plan d actions en phase avec sa stratégie globale de développement. En 2013, les projets réalisés se sont articulés autour de 3 principaux axes : la promotion du marché, le développement de la cote et l amélioration des systèmes d information. Un plan d actions a été, ainsi, déployé tout au long de l année, aboutissant à la réalisation de nombreux projets. Rétrospective des projets les plus impactant. De la liquidité pour développer le marché La Bourse de Casablanca souffre du manque de liquidité. C est un constat qui met d accord tous les opérateurs du marché et les investisseurs et cela, depuis de nombreuses années. Si le rush des introductions qu a connues le marché durant les années 2006 à 2008 le reléguait au second plan, le lancement imminent de Casablanca Finance City, avec la dimension «hub financier régional» qu il implique le replace au premier plan des impératifs de la Bourse de Casablanca. C est pour cela que cette dernière a mis en place, en 2013, six mesures techniques qui doivent à contribuer à améliorer la liquidité, à savoir : l élargissement des seuils de variation et des horaires de cotation ; la réduction des pas de cotation ; l augmentation de la quantité minimale à afficher dans les ordres cachés ; la révision de la procédure de réservation de 10 à 5 mn en cas de dépassement des seuils de variation et la mise en place de l ordre à déclenchement. En effet, une politique de sécurité de l information a été amorcée en plusieurs phases. L objectif est de protéger efficacement les actifs informationnels de l entreprise et assurer la continuité de ses activités. Toujours dans l optique de la sécurisation des SI, la Bourse de Casablanca a mis en place une solution de Data Loss Prevention (DLP). C est un ensemble de techniques qui identifient, surveillent et protègent les informations contre les fuites. Cette solution a permis l usage exclusif de Clés USB Corporate avec la spécificité d un cryptage systématique des données qui y sont déposées. En 2014, la Bourse de Casablanca se penchera sur le choix du prestataire pour l élaboration de la nouvelle plateforme de cotation. Ce projet a été mis en œuvre dans l optique de traiter les nouveaux produits boursiers (prêt/emprunt des titres, produits dérivés, ). Un an après une question légitime s impose dans l esprit des investisseurs et émetteurs : quel est l impact de ces mesures? La réponse, frustrante pour certains, est simple : ces mesures sont un élément parmi plusieurs qui créent un contexte favorable à la génération de liquidité. A ce jour, il serait prématuré d évaluer leur impact sur la liquidité du marché. De l information pour améliorer l accès au marché Le développement du marché passe également par le développement des outils qui donnent, au client (investisseurs, émetteurs et opérateurs du marché), un accès facile et pratique aux informations de bourse. Aussi, la Bourse de Casablanca a mis en place une application appelée «Neno Manager». Il s agit d une application d automatisation de gestion des avis et des annonces émis par la Bourse de Casablanca et publiés dans le bulletin quotidien de la cote. Ce dernier, entièrement refondu, est depuis lors généré et diffusé simultanément en trois langues (arabe, français et anglais). Il est également consultable au niveau du site web : Des systèmes d information en continuelle évolution L amélioration et la sécurisation des systèmes d information a depuis toujours été au cœur des actions de développement de la Bourse de Casablanca. Ceci à travers la veille et le renfoncement des technologies mises à la disposition du marché. L année 2013, n a donc pas dérogé à la règle!

4 p. 4 INSIDE Une disponibilité de 100% en 2013! Pour la 3 ème année consécutive, le système de cotation électronique de la Bourse de Casablanca a enregistré, en 2013, un taux de disponibilité de 100%. Cela signifie que tous les ordres de bourse qui ont été introduits dans le système ont été traités avec succès. Des opérations sur le terrain pour développer le marché Plus d investisseurs, plus de sociétés cotées! Tels sont les mots d ordre qui orientent la stratégie de promotion du marché. Tout au long de l année, la Bourse de Casablanca a participé à des salons d envergure nationale et internationale qui réunissent des entreprises de secteurs et de tailles différents. Ces événements ont pour objectif de toucher, de manière ciblée et en one to one, des entreprises cotables et de recenser leurs besoins de financement. Cette démarche de prospection s est avérée pertinente car elle permet à la Bourse de Casablanca de définir exactement les attentes des entreprises mais surtout les freins à leur introduction. Le plan de prospection a été renforcé par la réalisation de partenariats avec de nombreux organismes, tels que les CRI et la CGEM afin de mettre en place des actions communes qui favoriseraient la proximité avec les entreprises marocaines, notamment les PME. Par ailleurs, la Bourse de Casablanca, a organisé ou pris part à des manifestations visant la promotion du marché boursier. Parmi ces manifestations, l organisation d une série de workshops relatifs aux Sukuk, et ce, en réponse à l intérêt que ces produits suscitent chez les investisseurs. De la formation et de l information pour vulgariser la bourse Pour la Bourse de Casablanca, la promotion du marché passe également par la formation. En 2013, l Ecole de la Bourse a élaboré un nouveau catalogue de formation à même de répondre aux attentes de ses cibles. Ainsi, plus de 3000 personnes, tous profils confondus, ont été formées durant l année, soit +46% par rapport à Cette progression s explique, notamment, par l augmentation des partenariats conclus par l Ecole de la Bourse et qui impliquent la formation des partenaires. Nous entendons par partenaires, universités et écoles publiques et privées. Quand la finance se met au service du social Si la dimension économique et financière est la raison d être de toute entreprise à but lucratif, la dimension humaine et sociale en devient depuis quelques années un complément incontournable. Une prise de conscience qui s est traduite par l intégration de la Responsabilité Sociale de l Entreprise au cœur même des stratégies de développement des entreprises marocaines. C est le cas pour la Bourse de Casablanca qui s est orientée vers l éducation financière de la population estudiantine. Pour ce faire, elle s est alliée à l association Injaz Al Maghrib, dans le cadre du programme «Bourse en action» pour la formation des lycéens sur les rouages du marché financier. La Bourse de Casablanca s est aussi chargée du réaménagement et la de réhabilitation de l Ecole primaire Touria Chaoui à DAR BOUAZZA. Sur le plan interne, des projets qui visent à améliorer les conditions de travail du personnel et préserver les principes fondamentaux de la personne humaine ont été déployés au cours de l année. En récompense à ses efforts, la Bourse de Casablanca a obtenu deux prix an cours de l année : le label RSE décerné par la CGEM et le prix RH-Spécial Jury décerné par l'association Nationale des Gestionnaires et Formateurs des ressources humaines (AGEF). Ce dernier récompense les meilleures pratiques en matière de gestion et de développement du capital humain au sein de la collectivité des Ressources Humaines. Si l année 2013, malgré les fluctuations importantes du marché, a été celle des réalisations et du développement, l année 2014 s annonce sous de meilleurs auspices pour le marché. Le mois de janvier a clôturé sur des indices en territoire positif ; des introductions sont attendues et des projets sont en cours de réalisation. A suivre Pour faciliter l accès aux formations qu elle dispense, l Ecole de la Bourse s est dotée d un site web (www.ecole-bourse.ma). Autre site mis en place par l Ecole de la Bourse : qui donne accès au jeu «les champions de la bourse». 1,7 million de visites! A fin 2013, le nombre des visiteurs du site officiel de la Bourse de Casablanca ainsi que ceux de l Ecole de la Bourse et des Champions de la Bourse a atteint plus de 1,7 million.

5 ÉCLAIRAGE ENQUÊTE Mme Fadwa Jouali, Cadre Compensation à la Direction des Opérations Marché Quel a été l intérêt de cette recherche? L intérêt réside dans la compréhension des relations de cause à effet qui régissent les marchés financiers. En effet, suite à de nombreux tests statistiques et études, j ai remarqué que les annonces des agences de notation, que le comportement du marché des dérivés et que les taux de rendement des obligations souveraines sont étroitement et fortement corrélés. Il s avère que le CDS constitue, en état de crise, plus un élément de spéculation qu un outil de couverture qui accentue le disfonctionnement sur le marché dérivé. Que pensez-vous des méthodes utilisées par les agences de notation? A l occasion de ce travail de recherche, j ai eu l opportunité de visiter deux de ces grandes agences de notation. La notation découle d une équation multifactorielle regroupant nombres de critères et paramètres, chacun avec une pondération différente. Les facteurs et les pondérations diffèrent d une agence à une autre et sont mesurés lors de visites d inspection dans le pays concerné. L exactitude de ces notes est plus que discutable puisque la durée des missions sur le terrain est relativement courte. C est pour cela que l idée de création d agences régionales de notation est soutenue par les acteurs du marché afin d améliorer l objectivité des analyses par la proximité des évaluateurs. A l issue de cette crise historique de la dette, quelles sont les leçons à retenir pour le Maroc et les pays en voie de développement? Dans un temps où les marchés financiers conditionnent la situation économique des pays, le Maroc, ainsi que tout les pays en voie de développement, sont amenés à surveiller de très près le poids de leur dette par rapport à leur PIB, ainsi qu à leur niveau de déficit budgétaire. Jusqu ici, le Maroc a été peu connecté aux marchés internationaux, de par la réglementation de son système financier. Ce dernier n a donc pas été directement impacté par les agitations de marchés financiers internationaux, mais a été rattrapé par une crise économique et sociale (recul des IDE, baisse des recettes du tourisme, ) Toutefois, l introduction des dérivés de crédit sur notre marché est imminente. Aussi, ce marché doit être rigoureusement réglementé pour éviter de reproduire les mêmes erreurs. Dans ce sens, je pense qu il est primordial de limiter les mouvements spéculatifs, en faisant en sorte que l'acheteur de toutes couvertures (CDS) ait en sa possession le sous jacent correspondant. Il faudrait, également, limiter les fluctuations de ces produits sur le marché, comme c est le cas des actions actuellement sur notre marché et cela afin d'éviter l'effet de volatilité. Crise de la dette souveraine : Impact des dérivés de crédit et des agences de notation Tandis que l Europe se débat toujours contre les séquelles de la crise de la dette, un travail de recherche a été effectué afin de mieux comprendre les mécanismes qui régissent les marchés obligataires souverains. L'objectif est de comprendre les limites des outils de mesures du risque lié à ces marchés. Voici les principaux points de la recherche effectuée par Mme Fadwa Jouali, Cadre Compensation à la Direction des Opérations Marché de la Bourse de Casablanca (*) Des déficits budgétaires en hausse ; un poids de la dette très lourd, des difficultés historiques de financement ; des annonces successives de dégradation de notation ; une instabilité prononcée des marchés obligataires, telle est la situation financière dans les pays périphériques de la Zone Euro depuis De ces causes et conséquences, retenons deux éléments importants qui ont fortement caractérisé cette crise : l effet de la spéculation sur les marchés des dérivés de crédit (CDS souverains) et l influence des agences de notation sur le marché de la dette publique. Rappel! A la base, l objectif de la création des Credit Default Swap (CDS) sur le marché des dérivés était d apporter aux agents du marché une couverture contre un risque faible, certes, mais présent tout de même : le risque souverain. Amplification... Toutefois, ce produit a joué un rôle amplificateur de la crise. Plusieurs mouvements de spéculation ont perturbé le marché obligataire souverain et ont faussé la visibilité des porteurs de titres. Ces derniers ont subi une envolée de leur risque de défaut. En effet, l instabilité des marchés et le stress lié aux CDS ont généré des mouvements d achat massif de protection contre des ventes spéculatives, augmentant ainsi la liquidité sur ce marché. La volatilité de ce dernier s en est trouvée diminuée entrainant, dans son sillage une baisse de liquidité sur le marché obligataire par l effet «flight to quality». Comment? Les investisseurs mesurant le risque à travers le marché CDS, qui reflétait en période de crise une augmentation du risque, ont investi dans d autres marchés de dette «plus sûrs». Résultat : une augmentation accrue de la volatilité du marché obligataire à cause du manque de liquidité.. Propagation... Trois agences de renommée internationale ont joué le rôle de propagateurs de la crise des défaillances souveraines. En publiant leur dégradation continue des notes des pays de la Zone Euro (ce qui suppose forcément l augmentation du risque auxquels seront exposés les investisseurs), ces agences ont poussé ces derniers à exercer une forte pression sur ces pays pour augmenter le taux de rendement de leurs titres. Ainsi, les cours du marché ont baissé de manière prononcée et les taux de rendement ont atteint une hausse historique.... Des enseignements... Aujourd hui plus que jamais, le marché des dérivés est très critiqué pour son opacité, son aspect non organisé et sa tendance spéculative qui donne la possibilité d acheter des titres sans obligation de détenir le sous jacent. Dans ce contexte, l impact des CDS souverains ne peut être qu un puissant accélérateur de défaut pour les économies peu solides et surtout en période d incertitude. Par ailleurs, le poids et l impact des agences de notation se sont révélés nocifs pour les marchés de la dette. Il serait donc primordial de créer des agences de notation régionales qui effectueront des analyses plus approfondies et prendraient en compte la particularité de chaque pays dans la pondération de leurs notes.... Et pour le Maroc? Etant donné la situation financière mondiale, le Maroc peut avantageusement se positionner sur le marché international de la dette souveraine. Ceci lui permettra, d'un côté, d'accéder à de nouveaux fonds à un moment où l'épargne intérieure s'essouffle. D'un autre côté, le spread des obligations souveraines marocaines paraîtra plus faible que celui de la Grèce, de l'espagne ou du Portugal et donc, plus intéressant pour les investisseurs. Et ce n est pas le seul profit que le Maroc peut tirer de cette situation! Il pourrait profiter de la note attribuée par les célèbres agences de notation, qui le placent dans la catégorie spéculative B (Ba1 Moody's et BBB- S&P) et profiter, ainsi, des efforts entrepris par le gouvernement concernant pour réduire le déficit budgétaire (décompensation totale, encouragement de la création des TPE,...). (*) : L intégralité de l étude de Mme Fadwa Jouali est disponible à la bibliothèque Nationale de Rabat. La Bourse de Casablanca félicite Mme Fadwa Jouali pour son obtention du Prix de la recherche en économie et gestion décerné par l Economiste.

UNE ANNEE 2013 SOUS LE SIGNE DE L ACTION DOSSIER DE PRESSE

UNE ANNEE 2013 SOUS LE SIGNE DE L ACTION DOSSIER DE PRESSE UNE ANNEE 2013 SOUS LE SIGNE DE L ACTION DOSSIER DE PRESSE Mercredi 23 janvier 2013 SOMMAIRE CONTEXTE DES MESURES TECHNIQUES POUR AUGMENTER LA LIQUIDITE DU MARCHE UNE STRATEGIE DE PROMOTION DU MARCHE AUPRES

Plus en détail

Décision de recevabilité du projet d offre publique d achat sur les titres fertima à l initiative de Charaf Corporation Holding

Décision de recevabilité du projet d offre publique d achat sur les titres fertima à l initiative de Charaf Corporation Holding Décision de recevabilité du projet d offre publique d achat sur les titres fertima à l initiative de Charaf Corporation Holding Conformément aux dispositions de l article 31 de la loi n 26-03 relative

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national

Performance comparée des classes d'actifs au niveau national 4 ème Journée du Capital Investissement Performance comparée des classes d'actifs au niveau national Décembre 2014 Rapport sur le Capital Investissement AMIC 2013 1 ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE NATIONAL ET

Plus en détail

La Bourse finance votre développement!

La Bourse finance votre développement! La Bourse finance votre développement! La Bourse, c est quoi? Pourquoi aller en Bourse? Comment y arriver? D autres l ont fait 1 Un marché organisé et réglementé Trading / Intermédiation 17 sociétés de

Plus en détail

Le Rôle de la bourse

Le Rôle de la bourse Le Rôle de la bourse Les Bourses de valeurs ou marchés financiers sont des lieux où s'échangent différents produits financiers, parmi ceux-ci les plus connus sont les actions et les obligations, cependant

Plus en détail

BOURSE EN ACTION : L EDUCATION FINANCIERE A L HONNEUR

BOURSE EN ACTION : L EDUCATION FINANCIERE A L HONNEUR BOURSE EN ACTION : L EDUCATION FINANCIERE A L HONNEUR DOSSIER DE PRESSE 12 mars 2013 SOMMAIRE CONTEXTE : L EDUCATION FINANCIERE EST UNE NECESSITE POUR LE DEVELOPPEMENT DE L INDIVIDU 3 BOURSE DE CASABLANCA

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel Obligations Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel AUTEUR : LAETITIA TALAVERA-DAUSSE Tout au long de l année en Europe, plusieurs événements ont

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

E-BORSA. La Bourse au service des PME NEWS ÉDITO. Les PME, une de nos priorités SOMMAIRE. p. 7 LA NEWSLETTER DE LA BOURSE DE CASABLANCA

E-BORSA. La Bourse au service des PME NEWS ÉDITO. Les PME, une de nos priorités SOMMAIRE. p. 7 LA NEWSLETTER DE LA BOURSE DE CASABLANCA ÉDITO E-BORSA NEWS Mai - Juin 2015 - Les PME, une de nos priorités La Bourse au service des PME Les PME représentent plus de 95% du tissu économique du Maroc. Elles sont le fer de lance du développement

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

Sommaire. Pourquoi nous avons choisi un site web?... 7. 7 Production et Informatique... 7. Difficultés :... 7 Solutions :... 8

Sommaire. Pourquoi nous avons choisi un site web?... 7. 7 Production et Informatique... 7. Difficultés :... 7 Solutions :... 8 Sommaire 1 - Découverte du programme :... 5 2 - Brainstorming :... 5 3 Choix du produit :... 5 4 Choix du Nom de l entreprise... 6 5 - Membre du comité... 6 6 Démarche marketing... 7 Pourquoi nous avons

Plus en détail

Qu est-ce que la Bourse? 3. Les marchés de cotation 5. La structure du marché 7. Les principaux intervenants du marché 9

Qu est-ce que la Bourse? 3. Les marchés de cotation 5. La structure du marché 7. Les principaux intervenants du marché 9 Qu est-ce que la Bourse? 3 Les marchés de cotation 5 La structure du marché 7 Les principaux intervenants du marché 9 La protection des investisseurs 11 2 Qu est-ce que la Bourse? Marché organisé, où s

Plus en détail

Comment ouvrir son capital à. investisseurs.

Comment ouvrir son capital à. investisseurs. Comment ouvrir son capital à des investisseurs? Introduction La vie d une entreprise et son développement connaîtront de nombreuses étapes qui constitueront pour son actionnaire dirigeant autant d occasions

Plus en détail

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI,

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones Rabat le 8 mars 2005 Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Gouverneur de Bank Al Maghrib Monsieur le Secrétaire Général, Mesdames

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 99 -

TABLEAU COMPARATIF - 99 - - 99 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Vu la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil sur les exigences prudentielles applicables aux établissements

Plus en détail

La note d information 3. Les procédures de première cotation 5. Les principales étapes de l Introduction en Bourse 7

La note d information 3. Les procédures de première cotation 5. Les principales étapes de l Introduction en Bourse 7 La note d information 3 Les procédures de première cotation 5 Les principales étapes de l Introduction en Bourse 7 Les avantages de l introduction en Bourse 8 Les conditions d admission et de séjour à

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 19 mars 2014 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage 2014/2015 : Rétrospective et perspectives Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage Rétrospective 2014 L annonce, l année dernière, par la Réserve fédérale américaine (Fed) de réduire

Plus en détail

Bourse Régionale des Valeurs Mobilières de l UMOA : orientations et actions stratégiques pour le développement

Bourse Régionale des Valeurs Mobilières de l UMOA : orientations et actions stratégiques pour le développement Bourse Régionale des Valeurs Mobilières de l UMOA : orientations et actions stratégiques pour le développement Conférence de presse Abidjan, le 30 novembre 2012 Plan 1 - Présentation de la Bourse Régionale

Plus en détail

ALLOCUTION DE MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE

ALLOCUTION DE MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE Cabinet du Premier Ministre, Ministre de l'economie, des Finances Et du Budget ------------ -------- République de Côte d Ivoire Union-Discipline-Travail LANCEMENT DE L OPERATION D EMISSION SUKUK ETAT

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

LA BOURSE DE CASABLANCA SE DOTE D UN NOUVEAU SITE WEB 4 QUI MET EN VALEUR UNE INFORMATION DISPONIBLE 8 ET QUI INTRODUIT DES NOUVEAUTES PRATIQUES 12

LA BOURSE DE CASABLANCA SE DOTE D UN NOUVEAU SITE WEB 4 QUI MET EN VALEUR UNE INFORMATION DISPONIBLE 8 ET QUI INTRODUIT DES NOUVEAUTES PRATIQUES 12 LA BOURSE DE CASABLANCA SE DOTE D UN NOUVEAU SITE WEB 4 QUI MET EN VALEUR UNE INFORMATION DISPONIBLE 8 ET QUI INTRODUIT DES NOUVEAUTES PRATIQUES 12 COMMENT S Y RETROUVER? 14 LA BOURSE DE CASABLANCA SE

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp D après une initiative de Champ AGJIR Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp www.remplachamp.fr Contacts : Sylvain DURIEZ, Président de Champ AGJIR, president@champagjir.fr Jacques

Plus en détail

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 1 2 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services Contenu 1.

Plus en détail

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse

HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse HSBC France Résultats 2010 Conférence de Presse Avertissement Cette présentation et les commentaires qui l accompagnent peuvent contenir des déclarations prospectives relatives à la situation financière,

Plus en détail

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières)

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières) Gestion des Risques Nos métiers par activité La Gestion des Risques consiste principalement à maîtriser et à contrôler l ensemble des risques de Crédit Agricole CIB afin de minimiser le coût du risque

Plus en détail

La gamme des s agrandit avec la création de 3 nouveaux lingotins marqués CPoR de 5g,10g et 20g

La gamme des s agrandit avec la création de 3 nouveaux lingotins marqués CPoR de 5g,10g et 20g La gamme des s agrandit avec la création de 3 nouveaux lingotins marqués CPoR de 5g,10g et 20g Contact: Agence PRESSE Contact: CPoR Devises Bettina MANNINA François de LASSUS 06 09 82 51 35 04 91 26 02

Plus en détail

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER.

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER. Journée de restitution des Travaux relatifs a la Reforme du Marché Financier Intervention du Directeur National du Projet de la Reforme du Marché Financier en Algérie Messieurs les ministres, les PDG des

Plus en détail

CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE SUR LES RÉSULTATS RÉSULTATS DU T4 2014. 25 février 2015

CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE SUR LES RÉSULTATS RÉSULTATS DU T4 2014. 25 février 2015 CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE SUR LES RÉSULTATS RÉSULTATS DU T4 2014 25 février 2015 CONFÉRENCE TÉLÉPHONIQUE SUR LES RÉSULTATS ÉNONCÉS PROSPECTIFS Certaines déclarations comprises dans cette présentation peuvent

Plus en détail

Présentation de l entreprise

Présentation de l entreprise Présentation de l entreprise L investissement des collectivités locales : un enjeu national «L investissement des collectivités locales est nécessaire à l avenir économique et à la cohésion sociale du

Plus en détail

Politique d Exécution Covéa Finance

Politique d Exécution Covéa Finance Politique d Exécution Covéa Finance 1. Cadre règlementaire et périmètre d application En application de la directive des Marchés d Instruments Financiers (MIF), il est demandé à Covéa Finance de prendre

Plus en détail

LE RETOUR SUR INVESTISSEMENT (ROI)

LE RETOUR SUR INVESTISSEMENT (ROI) LE RETOUR SUR INVESTISSEMENT (ROI) de La Gestion des Talents L impact de la Gestion des Talents sur l entreprise 23 % 4,6 % d augmentation d augmentation du chiffre d affaires par employé de la capitalisation

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE. CA C 2 EPDCE 2010.2 Doc 6a. Original: anglais CONSEIL D ADMINISTRATION/CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE

UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE. CA C 2 EPDCE 2010.2 Doc 6a. Original: anglais CONSEIL D ADMINISTRATION/CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE UPU UNION POSTALE UNIVERSELLE CA C 2 EPDCE 2010.2 Doc 6a Original: anglais CONSEIL D ADMINISTRATION/CONSEIL D EXPLOITATION POSTALE Commission mixte 2 (Développement et coopération) Equipe de projet «Développement

Plus en détail

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA Plan INTRODUCTION 1 / LA SOCIÉTÉ DE BOURSE DE CASABLANCA 2 / L AUTORITE DE SURVEILLANCE (CDVM) 3 / LES SOCIETES DE BOURSE 4 / LES ORGANISMES DE PLACEMENT

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Allocution d ouverture du Secrétaire Général du Conseil Régional de l Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF) Monsieur Edoh Kossi

Plus en détail

Présentation du guide relatif à la prévention des manquements d initiés imputables aux dirigeants des sociétés cotées

Présentation du guide relatif à la prévention des manquements d initiés imputables aux dirigeants des sociétés cotées Présentation du guide relatif à la prévention des manquements d initiés imputables aux dirigeants des sociétés cotées Bernard Esambert, membre du Collège Benoît de Juvigny, secrétaire général adjoint Conférence

Plus en détail

Comment mieux comprendre les agences de notation financière?

Comment mieux comprendre les agences de notation financière? Comment mieux comprendre les agences de notation financière? Document pédagogique AXA Group Solutions Web Shared Service/Digital Studio - Decembre 2012 Contact: Group Communications comint@axa.com + 33

Plus en détail

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne Paris, le 3 avril 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013 Résultats du groupe Caisse des Dépôts Résultat net part du Groupe... 2,137 Md Résultat récurrent... 1,35 Md Résultat

Plus en détail

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Communiqué de presse Paris le 18 juin 2014 L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Baromètre 2014 AGEFA- PME/Ifop

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation

COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation Luxembourg, le 30 août 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE Résultats financiers au 30 juin 2013 de BGL BNP Paribas Performance solide dans un environnement en mutation Progression des revenus commerciaux La Banque

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

Étude sur la monnaie numérique

Étude sur la monnaie numérique Étude sur la monnaie numérique Allocution de Darren Hannah Vice-président intérimaire, Politiques et Opérations Association des banquiers canadiens Prononcée devant le Comité sénatorial des banques et

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

Un nouveau règlement pour la Bourse d'alger

Un nouveau règlement pour la Bourse d'alger du Un nouveau règlement pour la Bourse d'alger Le nouveau règlement COSOB n 12-01 du 12 janvier 2012, modifiant et complétant le règlement n 97-03 du 18 Novembre 1997 relatif au règlement général de la

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION OMPI SCIT/5/6 ORIGINAL : anglais DATE : 18 mai 2000 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION COMITÉ PLÉNIER Cinquième session Genève,

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

Le Mini E-book de XForex pour débutants TRADER PRO. Guide de trading de devises

Le Mini E-book de XForex pour débutants TRADER PRO. Guide de trading de devises Le Mini E-book de XForex pour débutants TRADER PRO Guide de trading de devises XForex vous a préparé un condensé du E- book, son manuel électronique sur le trading de devises. Le Mini E-book a été conçu

Plus en détail

3 ème Forum des entrepreneurs maghrébins

3 ème Forum des entrepreneurs maghrébins 3 ème Forum des entrepreneurs maghrébins Allocution de Monsieur Abdellatif Jouahri Wali de Bank Al-Maghrib Marrakech, 17-18 février 2014 Monsieur le Chef du Gouvernement, Monsieur le Secrétaire Général

Plus en détail

TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 jusqu à x300!

TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 jusqu à x300! TURBOS Jour TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 jusqu à x300! PRODUITS À EFFET DE LEVIER PRéSENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL Société Générale propose une nouvelle génération de Turbos,

Plus en détail

Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières(OPCVM)

Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières(OPCVM) Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières(OPCVM) Plan 1.L e s O P C V M : D é f in it io n e t t y p e s 1.1 :D é f in it io n 1.2 : T y p e s 2. L e s a v a n t a g e s d u n p la c

Plus en détail

Révisions ISO. ISO Revisions. ISO 9001 Livre blanc. Comprendre les changements. Aborder le changement

Révisions ISO. ISO Revisions. ISO 9001 Livre blanc. Comprendre les changements. Aborder le changement Révisions ISO ISO 9001 Livre blanc Comprendre les changements Aborder le changement ISO 9001 en bref Comment fonctionne ISO 9001? ISO 9001 peut s appliquer à tous les types et tailles d organisations et

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Juin 2014 Page 1 898 SYNTHESE En 2013, le nombre des investisseurs étrangers en actions cotées à la Bourse de Casablanca a enregistré une hausse ; il est

Plus en détail

Il était une fois WiSEED

Il était une fois WiSEED Il était une fois WiSEED En 2008, le financement participatif en capital des startups ou de toute autre entreprise n existait nulle part dans le monde. 2 hommes décidèrent de réinventer l économie et créèrent

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

Cours de l'action. Total des actifs actifs et passifs incorporels

Cours de l'action. Total des actifs actifs et passifs incorporels Qu est-ce que le ratio cours/valeur comptable P/B ratio? Ce ratio sert à comparer la valeur de marché d une action à sa valeur comptable. Il se calcule en divisant le cours de clôture d une action par

Plus en détail

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011 Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations 12 Mai 2011 Sommaire I Présentation du marché des ETF II Construction des ETF III Principales utilisations IV Les ETF dans le contexte

Plus en détail

INTRODUCTION EN BOURSE PAR CESSION D ACTIONS

INTRODUCTION EN BOURSE PAR CESSION D ACTIONS INTRODUCTION EN BOURSE PAR CESSION D ACTIONS OFFRE À PRIX FERME Prix par action : MAD 720 Valeur nominale : MAD 10 Nombre d actions maximum à céder : 250 000 actions Montant global maximum de l Opération

Plus en détail

Vérification de la fonction de trésorerie

Vérification de la fonction de trésorerie Vérification de la fonction de trésorerie La fonction de trésorerie est conforme à l ensemble des dispositions législatives et des politiques Ottawa, le 28 novembre 2013 Le vérificateur général Alain Lalonde

Plus en détail

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre Information réglementée* Bruxelles, Paris, 10 octobre 2011 5h30 Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le

Plus en détail

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts Assainissement de ponts rôle des inspections et des interventions dans la conservation des ponts Cet exposé a pour objectif de rappeler, dans un moment de débat accru sur la durabilité et la pérennité

Plus en détail

Plan de communication stratégique de l Union Maghrébine des Agriculteurs (UMAGRI) 2013-2016

Plan de communication stratégique de l Union Maghrébine des Agriculteurs (UMAGRI) 2013-2016 Plan de communication stratégique de l Union Maghrébine des Agriculteurs (UMAGRI) 2013-2016 Consultante : jihène Ferjani Table des matières Présentation générale... 3 I. Diagnostic de la situation communicationnelle

Plus en détail

PERSPECTIVES d avenir

PERSPECTIVES d avenir PERSPECTIVES d avenir Les rôles changeants des titres à revenu fixe et des actions Bruce Cooper, CFA Vice-président, Actions, Gestion de Placements TD Coprésident, Comité de répartition des actifs de Gestion

Plus en détail

MERCANTILE EXCHANGE OF MADAGASCAR SA

MERCANTILE EXCHANGE OF MADAGASCAR SA MERCANTILE EXCHANGE OF MADAGASCAR SA www.mexmadagascar.com Mercantile Exchange of Madagascar, en tant que bourse de commerce, travaille dans la mise en place d une plateforme boursière sur laquelle s échangeront

Plus en détail

Mise en place d un nouveau financement de 18 M destiné à accélérer le développement dans la santé connectée notamment aux Etats-Unis

Mise en place d un nouveau financement de 18 M destiné à accélérer le développement dans la santé connectée notamment aux Etats-Unis Mise en place d un nouveau financement de 18 M destiné à accélérer le développement dans la santé connectée notamment aux Etats-Unis Emission d obligations convertibles en actions assorties de bons de

Plus en détail

Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie. Assemblée annuelle Le 5 mai 2011. Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous.

Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie. Assemblée annuelle Le 5 mai 2011. Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous. Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie Assemblée annuelle Le 5 mai 2011 Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous. Je suis heureux de pouvoir m adresser à vous à l occasion de cette assemblée

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

Priorité au discours prononcé. Bonjour à toutes et à tous, je suis heureux de me retrouver parmi vous aujourd hui, ici, à Montréal.

Priorité au discours prononcé. Bonjour à toutes et à tous, je suis heureux de me retrouver parmi vous aujourd hui, ici, à Montréal. David Williamson Premier vice-président à la direction et chef des services financiers Assemblée générale annuelle Montréal (Québec), le 25 février 2010 Priorité au discours prononcé Bonjour à toutes et

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

Le 9 mars 2011 LA GOUVERNANCE DE BMCE BANK :

Le 9 mars 2011 LA GOUVERNANCE DE BMCE BANK : Les Workshops de la Bourse Le 9 mars 2011 LA GOUVERNANCE DE BMCE BANK : AU SERVICE DE LA PERFORMANCE SOMMAIRE 1 L INTERET D UN DISPOSITIF DE BONNE GOUVERNANCE : AU-DELÀ DE L ASPECT RÉGLEMENTAIRE 2 ENGAGEMENT

Plus en détail

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Le 12 avr. 2012 Les crises.fr - Des images pour comprendre 0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Ce billet fait suite à celui présentant les produits dérivés. Les futures, sur taux d intérêt Les

Plus en détail

la force d un placement la certitude d un coupon élevé

la force d un placement la certitude d un coupon élevé placements la force d un placement la certitude d un élevé optinote multiwin brut de durant 5 ans protection du capital liée à l période de souscription du 9 mai 2011 au 8 juillet 2011 clôture anticipée

Plus en détail

L offre publique de vente (OPV) 3. L offre publique de retrait (OPR) 5. L offre publique d échange (OPE) 6. L offre publique d achat (OPA) 7

L offre publique de vente (OPV) 3. L offre publique de retrait (OPR) 5. L offre publique d échange (OPE) 6. L offre publique d achat (OPA) 7 L offre publique de vente (OPV) 3 L offre publique de retrait (OPR) 5 L offre publique d échange (OPE) 6 L offre publique d achat (OPA) 7 2 Les offres publiques de vente Les offres publiques sont réglementées

Plus en détail

Le Comité de Bâle vous souhaite une belle et heureuse année 2013 Adoption du ratio de liquidité LCR

Le Comité de Bâle vous souhaite une belle et heureuse année 2013 Adoption du ratio de liquidité LCR David Benamou +33 1 84 16 03 61 david.benamou@axiom-ai.com Philip Hall +33 1 44 69 43 91 p.hall@axiom-ai.com Adrian Paturle +33 1 44 69 43 92 adrian.paturle@axiom-ai.com Le Comité de Bâle vous souhaite

Plus en détail

Club Etablissements Financiers & Assurances

Club Etablissements Financiers & Assurances Club Etablissements Financiers & Assurances Enquête sur le thème «PME banque : vers une recomposition de l équilibre relationnel liée aux évolutions réglementaires Bâle III» Présentation des résultats,

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 9 bis du 25 novembre 2008 C2008-61 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 31 juillet

Plus en détail

Simplifier vos projets d avenir

Simplifier vos projets d avenir Simplifier vos projets d avenir FINANCEMENT Ouvrir à nos clients l accès aux marchés de capitaux publics et privés par le biais de formules innovatrices d emprunt et de recapitalisation. S O L U T I O

Plus en détail

Résultats du 1er trimestre 2014 de Numericable Group

Résultats du 1er trimestre 2014 de Numericable Group Communiqué de presse 13 mai 2014 Résultats du 1er trimestre 2014 de Numericable Group Progression de la base totale d abonnés de 4,3% et de l ARPU à 42,1 5,4 millions de foyers déjà équipés en fibre optique

Plus en détail

Chapitre 2 : l évaluation des obligations

Chapitre 2 : l évaluation des obligations Chapitre 2 : l évaluation des obligations 11.10.2013 Plan du cours Flux monétaires, prix et rentabilité Bibliographie: caractéristiques générales Berk, DeMarzo: ch. 8 obligations zéro-coupon obligations

Plus en détail

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface C O F A C E 9 novembre 2000 Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface Le commerce interentreprise s est considérablement développé

Plus en détail

CONFERENCE SOUS LE THEME

CONFERENCE SOUS LE THEME CONFERENCE SOUS LE THEME «Enjeux et modes opératoires de la délégation de la Centrale des Risques de Bank AL-Maghrib» ALLOCUTION INAUGURALE DE MONSIEUR LE GOUVERNEUR DE BANK AL-MAGHRIB Rabat lundi 26 Novembre

Plus en détail

POUR UNE BANQUE MEDITERRANEENNE DE

POUR UNE BANQUE MEDITERRANEENNE DE POUR UNE BANQUE MEDITERRANEENNE DE DEVELOPPEMENT 11 mai 2011 - Paris Constats Les besoins en investissements des pays du bassin méditerranéen sont considérables tant en matière d infrastructures que de

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

Rabat, le 21 mai 2015

Rabat, le 21 mai 2015 Allocution d ouverture de Monsieur le Wali, Abdellatif Jouahri, au séminaire de haut niveau sur le thème «Défis de la politique monétaire dans la région MENA et avantages de l adoption d un dispositif

Plus en détail

Europcar annonce ses résultats pour le 4 ème trimestre et l année 2009. Bonne tenue du chiffre d affaires à 1,9 milliard d euros pour l année,

Europcar annonce ses résultats pour le 4 ème trimestre et l année 2009. Bonne tenue du chiffre d affaires à 1,9 milliard d euros pour l année, Saint Quentin en Yvelines, 31 mars 2010 Europcar annonce ses résultats pour le 4 ème trimestre et l année 2009 Bonne tenue du chiffre d affaires à 1,9 milliard d euros pour l année, dont 422 millions d

Plus en détail

Groupe de travail «Billets de trésorerie»

Groupe de travail «Billets de trésorerie» Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change Groupe de travail «Billets de trésorerie» Jeudi 6 février 2014 Constats Constats issus des enquêtes réalisées par l AFG, l AF2I,

Plus en détail

Communiqué de Presse BILAN 2008 DES SCPI: ELLES RESISTENT A LA TEMPETE

Communiqué de Presse BILAN 2008 DES SCPI: ELLES RESISTENT A LA TEMPETE Communiqué de Presse Paris, le jeudi 19 février 2009 BILAN 2008 DES SCPI: ELLES RESISTENT A LA TEMPETE Chiffres clés : 130 SCPI gérées par 25 groupes Capitalisation : 17,30 milliards Collecte nette : 874

Plus en détail

CONDITIONS D ADMISSION A LA BVMAC

CONDITIONS D ADMISSION A LA BVMAC PROJET D INSTRUCTION N 1 CONDITIONS D ADMISSION A LA BVMAC DEPARTEMENT OPERATIONS & DEVELOPPEMENT DU MARCHE Page 1 DEPARTEMENT DES OPERATIONS DU MARCHE Version Date Auteurs Description 1 Novembre Les services

Plus en détail

Développement de l'afrique Subsaharienne. Quels rôles et Opportunités pour le Maroc? TANGER (Maroc) 24, 25, 26 AVRIL 2014

Développement de l'afrique Subsaharienne. Quels rôles et Opportunités pour le Maroc? TANGER (Maroc) 24, 25, 26 AVRIL 2014 Développement de l'afrique Subsaharienne. Quels rôles et Opportunités pour le Maroc? TANGER (Maroc) 24, 25, 26 AVRIL 2014 L accompagnement des IDE (Investissements Directs Etrangers) par les banques marocaines

Plus en détail

L évaluation des obligations

L évaluation des obligations Chapitre 8 L évaluation des obligations Plan du chapitre 8 8.1. Flux monétaires, prix et rentabilité des obligations Caractéristiques générales des obligations Obligations zéro-coupon Obligations couponnées

Plus en détail

Récapitulatif: Du 1 er au 12 Juin 2015. Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux.

Récapitulatif: Du 1 er au 12 Juin 2015. Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux. Du 1 er au 12 Juin 2015 Récapitulatif: Dispositions du livre vert relatif à la construction d une union des marchés des capitaux. Mise en place d un référentiel de données en Turquie. Test de continuité

Plus en détail