Dans une période où les

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dans une période où les"

Transcription

1 ÉTANCHÉITÉ.INFO #39 OCTOBRE 2013 FICHE PRATIQUE TECHNIQUE 47 Réglementation ICPE Désenfumage des ICPE : quelles règles pour les étancheurs? Les ICPE doivent se conformer à des règles spécifiques pour le désenfumage naturel de leurs locaux. Si la règlementation est précise sur ce sujet, l articulation des différents textes et exigences n est pas toujours évidente à comprendre. Lise Boussert Hexadome Dans une période où les préoccupations environnementales sont d actualité, les installations classées pour la protection de l environnement (ICPE) doivent faire l objet d une attention toute particulière. Elles présentent des risques importants de pollution et d incendie et sont assujetties à des réglementations spécifiques, en particulier en ce qui concerne le comportement au feu des bâtiments qui les accueillent, pour lesquels des exigences sont requises, telles que : - la réaction au feu des matériaux constituant les toitures et couvertures et la performance de cellesci vis-à-vis d un feu extérieur, - le désenfumage. Les bâtiments concernés sont souvent des entrepôts ou bases logistiques de grande, voire très grande taille, avec des toitures de plusieurs milliers de mètres carrés et il n est pas toujours aisé pour un concepteur ou une entreprise d étanchéité de savoir quel est le référentiel adapté à un chantier précis, sachant que les contraintes règlementaires sont différentes, selon le type d activité de l installation, son classement et la date de rédaction du référentiel. Qu est ce qu une ICPE? C est une exploitation industrielle ou agricole susceptible de créer des risques ou de provoquer des pollutions ou nuisances, notamment pour la sécurité et la santé des riverains. Selon le type d activité ou le type de substance stockée ou utilisée, chaque installation est répertoriée sous un numéro de rubrique (une installation peut être visée par plusieurs rubriques) et une désignation dans la «Nomenclature des installations classées». Selon les quantités de substances stockées ou utilisées, chaque installation est soumise à un régime de classement défini en fonction d un (ou plusieurs) seuils indiqués pour chaque rubrique dans la nomenclature, suivant la gravité des dangers et les risques de pollution que peut présenter l exploitation. On distingue les régimes de classement suivants : - les installations non classées (repérées NC dans la nomenclature), qui sont en dessous des seuils de classement et donc non concernées par les règles relatives aux ICPE ; déclaration (repérées D dans la nomenclature ou DC si l installation est soumise à contrôle périodique par un organisme agréé) dont le risque est considéré acceptable moyennant des prescriptions standards au niveau national, appelées «arrêtés types» ; autorisation (repérées A dans la nomenclature) qui dépassent les seuils de classement de la nomenclature ; autorisation avec servitude d utilité publique (repérées AS dans la nomenclature), correspondant à peu près aux installations «Seveso seuil haut» au sens de la directive européenne «Seveso II», qui présentent des risques technologiques ; - un régime intermédiaire, celui des installations soumises à enregistrement (repérées E dans la nomenclature) situées entre les seuils haut et bas, respectivement des installations soumises à déclaration et à autorisation. Il repose sur une logique d «autorisation simplifiée». Il ne vise pas toutes les rubriques, mais seulement des installations qui présentent des dangers ou des inconvénients graves. Le classement de l installation est essentiel puisque c est lui qui détermine le cadre juridique, technique et financier dans lequel l installation peut être créée ou peut continuer à fonctionner. À noter que la détermination de la rubrique et du régime de classement n est pas du ressort des entreprises mais incombe à l exploitant ou au maître d ouvrage. Le cadre technique C est celui qui intéresse les entreprises amenées à réaliser des travaux de toitures des bâtiments accueillant les installations classées, en particulier des travaux relatifs au désenfumage naturel. Il est différent selon que les installations sont soumises à déclaration ou à autorisation. à déclaration. Elles sont soumises à des prescriptions générales définies dans l arrêté-type relatif à la rubrique considérée. Ce sont des prescriptions minimales complétées éventuellement par des dis-

2 48 TECHNIQUE FICHE PRATIQUE ÉTANCHÉITÉ.INFO #39 OCTOBRE 2013 positions particulières fixées par arrêté préfectoral. à enregistrement. Elles sont soumises à des prescriptions générales nationales, définies dans des arrêtés spécifiques à la rubrique concernée. à autorisation. Elles font l objet d un arrêté préfectoral d autorisation qui fixe les règles générales et les prescriptions techniques applicables. Certaines rubriques font également l objet d un arrêté ministériel spécifique qui s impose de plein droit. Cet arrêté fixe également les conditions dans lesquelles certaines de ces règles peuvent être adaptées aux circonstances locales par l arrêté préfectoral d autorisation cité plus haut. Ces règles et prescriptions déterminent les mesures propres à prévenir et à réduire les risques d accident ou de pollution de toute nature susceptibles d intervenir ainsi que les conditions d insertion dans l environnement de l installation et de remise en état du site après arrêt de l exploitation. Pour les rubriques pour lesquelles il n existe pas d arrêté ministériel, sauf mesure particulière spécifiée dans l arrêté préfectoral d autorisation, les exigences relatives au désenfumage des bâtiments sont celles Exigences particulières pour le dimensionnement du désenfumage 1510 Classement Rubriques Entrepôts couverts (stockage de matières, produits ou substances combustibles) DÉCLARATION ENREGISTREMENT Seuil Référentiel Exigences Seuil Référentiel m 3 volume entrepôt < m 3 23/12/ m 3 < volume stocké m 3 Dépôts de papiers, cartons ou matériaux combustibles 30/09/08 S max = m 2 ou m 2 si système extinction automatique d incendie Ecran de cantonnement : A2 s1 d0 et SF 1/4h ou selon configuration toiture et structure DENFC (exutoires) : - au moins 4 pour m 2 et 0,5 m 2 Su unitaire 6 m 2 ; - conformes à la NF EN , avec exigences mentionnées ci-avant ; - implantation à au moins 7 m des murs coupe feu des cellules ; - commandes manuelles au moins en 2 points opposés de l entrepôt, facilement accessibles depuis les issues du bâtiment ou de chacune des cellules. Pas de cellule Désenfumage : dispositifs en partie haute permettant l évacuation des fumées et gaz en toiture (lanterneaux, ouvrants ) ; - commandes d ouverture manuelle à proximité des accès ; - système de désenfumage adapté aux risques m 3 volume < m 3 15/04/ m 3 < volume stocké m 3 15/04/ Stockage de polymères (matières plastiques, caoutchouc, élastomères, résines et adhésifs synthétiques) 2663 Stockage de pneumatiques et produits composés d au moins 50 % de polymères 100 m 3 volume stocké < m 3 14/01/00 1) cas de polymères à l état alvéolaire ou expansé, tels que mousse de latex, de polyuréthane, de polystyrène, etc. : 200 m 3 volume stocké < m 3 2) autres cas et pneumatiques, etc. : m 3 volume stocké < m 3 14/01/00 Pas de cellule Désenfumage : dispositifs en partie haute permettant l évacuation des fumées et gaz en toiture (lanterneaux, ouvrants ) ; - implantation à au moins 4 m de tous les murs coupe feu séparatifs ; - commande automatique et manuelle ; - commandes manuelles à proximité des accès ; - système de désenfumage adapté aux risques m 3 volume stocké < m 3 15/04/10 S maxi = 5000 m 2 (S supérieure si sprinklage et écrans de cantonnement) Ecran de cantonnement : éléments de structure ou DH30 Désenfumage : dito «déclaration» rubrique ) cas de polymères à l état alvéolaire ou expansé, tels que 15/04/10 mousse de latex, de polyuréthane, de polystyrène, etc. : m 3 volume stocké < m 3 2) autres cas et pneumatiques, etc. : m 3 volume stocké < m 3

3 ÉTANCHÉITÉ.INFO #39 OCTOBRE 2013 FICHE PRATIQUE TECHNIQUE 49 définies dans l arrêté-type. Vous trouverez ci-dessous pour les installations les plus couramment rencontrées lors de chantiers d étanchéité sur des entrepôts ou bases logistiques, un tableau récapitulatif reprenant par rubrique, les exigences règlementaires en matière de désenfumage, selon le classement de l installation. En savoir plus : Site national de l inspection des Installations classées : developpement-durable.gouv.fr/ AUTORISATION Exigences Référentiel Exigences dito «déclaration» Écran de cantonnement : M0 et SF 1/4h ou selon configuration toiture et structure Exutoires : - au moins 4 pour m 2 et 0,5 m 2 Su unitaire 6 m 2 ; - implantation et commandes manuelles : dito «déclaration». dito «enregistrement» En attente de l arrêté préfectoral, respecter au moins les exigences de l arrêté relatif aux installations soumises à enregistrement dito «enregistrement» rubrique 1510 dito «déclaration» Ecran de cantonnement : éléments de 05/08/02 structure ou DH30 - H écran selon IT 246 par DENFC : 1 pour 250 m 2 avec 0,5 m 2 Su arrêté du unitaire 6 m 2 16/12/08 - implantation à au moins 7 m des murs coupe feu cellules ; - commande automatique, manuelle ou autocommande - une commande manuelle accessible depuis chaque issue du bâtiment ou de chacune des cellules. La commande est installée en 2 points opposés de chaque cellule au moins ; - DENFC conformes à la norme NF EN avec exigences générales mentionnées ci-après et système d ouverture type B (ouverture + fermeture). - S max = m 2 pour les stockages 29/09/08 de papiers récupérés ; - S max = m 2 pour les autres types de papiers dont les bobines de papier hygiène. Pas d exigence pour les autres stockages en bobines et de pâte en balles. Ecran de cantonnement et DENFC : dito «enregistrement» rubrique 1510 dito «enregistrement» rubrique 1510 Arrêtépréfectoral Arrêtépréfectoral En attente de l arrêté préfectoral, respecter au moins les exigences de l arrêté relatif aux installations soumises à enregistrement

4 50 TECHNIQUE FICHE PRATIQUE ÉTANCHÉITÉ.INFO #39 RÉGLEMENTATION ICPE Exigences générales pour la conception du désenfumage Dans les ICPE, l évacuation des fumées répond à un cadre technique qui fixe des règles précises de dimensionnement et d implantation des exutoires. Les prescriptions présentées dans cet article sont des exigences minimales imposées par la réglementation encadrant les ICPE. Ces contraintes peuvent toutefois différer selon le type d activité de l installation, son 01 Cellules et cantons de désenfumage classement et le référentiel relatif à la rubrique considérée (voir article page 47). Par ailleurs, ces prescriptions peuvent être complétées par des dispositions particulières fixées par arrêté préfectoral. Le bâtiment est généralement découpé en cellules isolées par parois résistantes au feu. Surface max des cellules = 2 500, 3 000, m 2 ( ) selon la rubrique (voir tableau page 48) et selon que le bâtiment comporte ou non un système d extinction automatique d incendie. Chaque cellule est divisée en cantons de désenfumage disposés de façon à avoir une surface de canton max de m 2 et de longueur maxi 60 m. 02 Ecran de cantonnement Ils délimitent les cantons et sont constitués : - soit par un élément de structure (couverture, poutre, mur), - soit par un écran fixe, rigide ou flexible, ou mobile asservi à la détection incendie, Ils doivent être de résistance au feu SF 1/4 heure ou DH 30 Euroclasse ou classement de réaction au feu selon rubrique. - H écran, selon IT 246 = Ef *= au moins : 25 % de H* si H 8 m, au moins 2 m si H > 8 m *H = hauteur de référence : moyenne de la hauteur libre sous toiture (ou sous plafond). *Ef = épaisseur de la couche de fumée. Commandes d ouverture automatiques et manuelles En cas de commande automatique, il existe toujours une commande manuelle. Position des commandes manuelles de chaque zone désenfumée (cellule, canton) : en deux points opposés de chaque cellule, à proximité des issues. Voir dans le cahier des charges du SSI (système de sécurité incendie), s il existe, les dispositions effectivement définies par la personne chargée de la coordination du SSI. 03 Les dispositifs d évacuation naturelle de fumées et des chaleurs (DENFC) doivent être conformes à la norme NF EN et respecter 02 Les écrans des spécifications de cantonnement complémentaires. délimitent les cantons et peuvent être constitués d un élément de structure ou de panneaux rapportés. 03 DENFC (exutoires de fumée) Les dispositifs d évacuation naturelle de fumées et des chaleurs (DENFC) doivent être conformes à la norme NF EN avec au moins les spécifications suivantes : - Fiabilité classe Re Classification surcharge de neige selon altitude : SL 125 pour altitude 400 m, SL 500 pour une altitude comprise entre 400 et 800 m, SL 500 au-delà + dispositions constructives empêchant l accumulation de neige, SL 0 si la région n est pas susceptible d être enneigée. - Classe température ambiante : T0 (0 C). - Classe exposition chaleur B300 (300 C). - Section de désenfumage : surface utile des DENFC 2 % de la surface géométrique de couverture ou de la superficie de la cellule.

5 04 L implantation des exutoires doit respecter une règle de surface minimale définie selon les rubriques visées pour le bâtiment (voir tableau, page 48). 05 Les amenées d air peuvent être réalisées par ouvrants en façades, ou bouches raccordées à des conduits, ou encore par des portes donnant sur l extérieur des cellules à désenfumer. 01 Des parois résistantes au feu séparent les différentes cellules du bâtiment dont les surfaces dépendent de la rubrique visée. 04 Implantation des exutoires Respect d une règle de surface minimale de toiture selon rubrique et répartition uniforme des exutoires du désenfumage. - Distance mini entre un exutoire et un mur coupe-feu séparant les cellules ou autres : selon rubrique (le mur coupe-feu entre cellules, en bâtiments neufs, dépasse de 1 m au-dessus de la toiture) - Distance maxi à ne pas dépasser entre tout point d un canton et une évacuation de fumée dans le cas de pente de toiture (ou de plafond) 10 % = 4 x H, sans excéder 30 m (Cf. IT 246). Si pente de la toiture (ou du plafond) > 10 %, les exutoires sont implantés le plus haut possible, leur milieu ne devant pas être au-dessous de H*(Cf. IT 246). 05 Amenées d air frais Elles sont placées dans la hauteur libre de fumée. Leur section est égale à la surface des exutoires du plus grand canton, cellule par cellule. Réalisées par ouvrants en façades, ou bouches raccordées à des conduits, ou portes donnant sur l extérieur des cellules à désenfumer. Si la cellule dispose de portes de quai, il n est pas nécessaire de prévoir d autres amenées d air. AVERTISSEMENT : dans le cas où le texte de référence ne décrit pas toutes les dispositions à mettre en œuvre pour réaliser une installation de désenfumage fiable, se référer pour les dispositions complémentaires à l Instruction Technique N 246 relative au désenfumage dans les ERP.

RÉSUMÉ DU DOSSIER D ENREGISTREMENT

RÉSUMÉ DU DOSSIER D ENREGISTREMENT RÉSUMÉ DU DOSSIER D ENREGISTREMENT L'objet du présent Dossier de Demande d Enregistrement est l exploitation d un établissement de 27 319 m² dont la partie destinée à un usage d entreposage présente une

Plus en détail

L article R 123-2 du Code de

L article R 123-2 du Code de ÉTANCHÉITÉ.INFO #40 décembre 2013 TECHNIQUE 29 Réglementation ERP Désenfumage des ERP : des règles générales complétées par des spécificités liées au type d exploitation Selon la taille et la nature de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Arrêté du 17 octobre 2007 modifiant l arrêté du 2 mai 2002 modifié relatif aux prescriptions

Plus en détail

B PRÉSENTATION DE L'ÉTABLISSEMENT

B PRÉSENTATION DE L'ÉTABLISSEMENT Installations Classées pour la Protection de l Environnement DOSSIER D ENREGISTREMENT ET DE DECLARATION B PRÉSENTATION DE L'ÉTABLISSEMENT Référence 039 01 12 00526 / REDIM ZAC de Montfray FAREINS Page

Plus en détail

CHOIX ET IMPLANTATION DU MATERIEL INCENDIE

CHOIX ET IMPLANTATION DU MATERIEL INCENDIE CHOIX ET IMPLANTATION DU MATERIEL INCENDIE 1. Détecteurs automatiques ponctuels 1.1 Choix L objectif principal du choix judicieux d un type de détecteur est d obtenir une détection précoce et sûre d un

Plus en détail

Réglementation applicable aux liquides inflammables dans les ICPE

Réglementation applicable aux liquides inflammables dans les ICPE Réglementation applicable aux liquides inflammables dans les ICPE 15 septembre 2015 Sylvain BRETON - Pierre-Yves GESLOT MEDDE Direction Générale de la Prévention des Risques Bureau des Risques technologiques

Plus en détail

PREFET DE L'AIN. Le préfet de l'ain. le Code de l'environnement, en particulier ses articles L.512-7 à L.512-7-7, R.512-46-1 à R.

PREFET DE L'AIN. Le préfet de l'ain. le Code de l'environnement, en particulier ses articles L.512-7 à L.512-7-7, R.512-46-1 à R. PREFET DE L'AIN Préfecture de l'ain Direction de la réglementation et des libertés publiques Bureau des réglementations Références : ACM Arrêté préfectoral d'enregistrement des installations de la SAS

Plus en détail

INTRODUCTION à la TECHNOLOGIE du BATIMENT TOME I

INTRODUCTION à la TECHNOLOGIE du BATIMENT TOME I INTRODUCTION à la TECHNOLOGIE du BATIMENT TOME I 12/11/2010 REGLEMENTATION INCENDIE Documents de référence ANNEXE 1 les principaux textes à la base de la règlementation contre l incendie Les principaux

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SÉCURITÉ d un dossier devant être transmis à la

NOTICE DESCRIPTIVE DE SÉCURITÉ d un dossier devant être transmis à la Modèle 2010-V1 PRÉFECTURE DE L'YONNE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS NOTICE DESCRIPTIVE DE SÉCURITÉ d un dossier devant être transmis à la COMMISSION CONSULTATIVE DÉPARTEMENTALE DE SÉCURITÉ

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D ENREGISTREMENT Notice des activités exercées et rubriques concernées

DOSSIER DE DEMANDE D ENREGISTREMENT Notice des activités exercées et rubriques concernées TRANSGOURMET OPERATIONS Route de la Ferme de la Tour 94 460 VALENTON PROJET DE Construction d une plate-forme de stockage ET de distribution de produits frais, SECS et Surgelés INSTALLATIONS CLASSEES POUR

Plus en détail

PRÉFÈTE DU CHER. La Préfète du Cher, Chevalier de la Légion d Honneur,

PRÉFÈTE DU CHER. La Préfète du Cher, Chevalier de la Légion d Honneur, PRÉFÈTE DU CHER Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations Pôle de la Protection des Populations Service de la Protection de l Environnement Installation classée

Plus en détail

Implantation des pompes à chaleur gaz naturel à absorption Note d informations

Implantation des pompes à chaleur gaz naturel à absorption Note d informations Implantation des pompes à chaleur gaz naturel à absorption Note d informations Préambule général Le présent document constitue une note d information relative aux règles d implantation de pompes à chaleur

Plus en détail

Gestion des risques et Installations Classées pour la Protection de l Environnement

Gestion des risques et Installations Classées pour la Protection de l Environnement Réglementation ICPE Gestion des risques et Installations Classées pour la Protection de l Environnement Législation applicable En France, 500 000 établissements relèvent actuellement de la législation

Plus en détail

RÉGLEM ENTATION 51///61

RÉGLEM ENTATION 51///61 RÉGLEM ENTATION 51///61 LE MARQUAGE CE Les points clés Le marquage CE obligatoire Cela consiste en conformité à une norme : NF EN 12101-2, produit testé en laboratoire notifié, système qualité audité par

Plus en détail

LES PRINCIPAUX TEXTES REGLEMENTAIRES EN ENVIRONNEMENT INDUSTRIEL (Source CFDE)

LES PRINCIPAUX TEXTES REGLEMENTAIRES EN ENVIRONNEMENT INDUSTRIEL (Source CFDE) LES PRINCIPAUX TEXTES REGLEMENTAIRES EN ENVIRONNEMENT INDUSTRIEL (Source CFDE) Afin de faciliter la lecture, les références aux textes législatifs mentionnent simultanément l article concerné dans le Code

Plus en détail

LA PROTECTION INCENDIE

LA PROTECTION INCENDIE Roger Cadiergues MémoCad ma35.a LA PROTECTION INCENDIE SOMMAIRE ma35.1. La protection incendie ma35.2. Les composants de la protection incendie ma35.3. L organisation du compartimentage ma35.4. Les concepts

Plus en détail

La Préfète du cher, Chevalier de la Légion d Honneur,

La Préfète du cher, Chevalier de la Légion d Honneur, 1 PRÉFÈTE DU CHER Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations Pôle de la Protection des Populations Service de la Protection des Populations - Installation classée

Plus en détail

TRAITEMENT D AIRD VENTILATION

TRAITEMENT D AIRD VENTILATION TRAITEMENT D AIRD ET VENTILATION D1 Sommaire Section 7 Traitement d air d et ventilation Articles CH 28 à CH 43 - CH 28 - Définitions - CH 29 à CH 40 Sous-section section 1 : Ventilation de confort - CH

Plus en détail

ESTIMATION DES FLUX THERMIQUES EMIS PAR UN INCENDIE SAS PRODUCTION DE LA PRADE. Entrepôt de stockage 1510 La Plane Basse 81 660 BOUT DU PONT DE L ARN

ESTIMATION DES FLUX THERMIQUES EMIS PAR UN INCENDIE SAS PRODUCTION DE LA PRADE. Entrepôt de stockage 1510 La Plane Basse 81 660 BOUT DU PONT DE L ARN Troyes, le 11 juillet 2014, ESTIMATION DES FLUX THERMIQUES EMIS PAR UN INCENDIE SAS PRODUCTION DE LA PRADE Entrepôt de stockage 1510 La Plane Basse 81 660 BOUT DU PONT DE L ARN FLUMilog Hauteur de stockage

Plus en détail

Sommaire général détaillé

Sommaire général détaillé Sommaire général détaillé 1 - Les établissements accueillant des personnes âgées (MR.1) Chap. 1 Les maisons de retraite : une réalité complexe (MR.11)... 31 1/1 Généralités (MR.111)... 31 1/2 La typologie

Plus en détail

NOTICE DE SECURITE. 54530 MONT ST MARTIN Rue de Lille CONSTRUCTION D'UN EHPAD PC 40

NOTICE DE SECURITE. 54530 MONT ST MARTIN Rue de Lille CONSTRUCTION D'UN EHPAD PC 40 NOTICE DE SECURITE 54530 MONT ST MARTIN Rue de Lille CONSTRUCTION D'UN EHPAD Notice de sécurité établie avec M. FOURMONT Bureau de contrôle VERITAS PC 40 SOMMAIRE 1. GENERALITES 2. DESCRIPTION DU PROJET

Plus en détail

Contenu de la présentation. 1. Historique et évolution future 2. Structure du projet d Annexe 6 3. Les exigences pour bâtiments industriels

Contenu de la présentation. 1. Historique et évolution future 2. Structure du projet d Annexe 6 3. Les exigences pour bâtiments industriels Contenu de la présentation Projet d Annexe 6 Bâtiments industriels Yves Martin, Chef de Laboratoire, CSTC Antenne Normes Prévention Incendie http://www.normes.be/feu 2. Structure du projet d Annexe 6 3.

Plus en détail

CODE DE L ENVIRONNEMENT INSTALLATIONS CLASSÉES POUR LA PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT

CODE DE L ENVIRONNEMENT INSTALLATIONS CLASSÉES POUR LA PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT CODE DE L ENVIRONNEMENT INSTALLATIONS CLASSÉES POUR LA PROTECTION DE L'ENVIRONNEMENT HOUTCH ENERGIE SERVICE LOGISTIQUE Rue de Montbrehain 02230 FRESNOY LE GRAND DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER

Plus en détail

Le passage des canalisations gaz dans un parc de stationnement couvert dans les immeubles d habitation et les ERP est-il autorisé?

Le passage des canalisations gaz dans un parc de stationnement couvert dans les immeubles d habitation et les ERP est-il autorisé? Le passage des canalisations gaz dans un parc de stationnement couvert dans les immeubles d habitation et les ERP est-il autorisé? Oui, il est autorisé sous conditions. Néanmoins, un cheminement en dehors

Plus en détail

0820 000 688 info@vigirisk.com

0820 000 688 info@vigirisk.com 0820 000 688 info@vigirisk.com vous invite à lire attentivement cette fiche de tâche et à exécuter l action qui vous incombe dans le délai imparti. «Les constructeurs, propriétaires et exploitants des

Plus en détail

DISPOSITIONS SPÉCIFIQUES Immeubles mixtes

DISPOSITIONS SPÉCIFIQUES Immeubles mixtes Luxembourg, mars 2009 Le présent document a été établi par le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg et la Commission de Sécurité, de Prévention et de Prévision Incendie de la «Fédération

Plus en détail

Protection incendie RÉGLEMENTATION 1 - LA RÉACTION AU FEU DES MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION

Protection incendie RÉGLEMENTATION 1 - LA RÉACTION AU FEU DES MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION RÉGLEMENTATION Protection incendie EnFrance,chaqueannée,près de 320 000 incendies se déclarent,dont880000de bâtimentsd habitation,7000d établissementsrecevantdupublicet5000d entrepôts etdelocauxindustriels.

Plus en détail

Web Conférence. Règlementation ICPE. Bases et Evolutions

Web Conférence. Règlementation ICPE. Bases et Evolutions Web Conférence Règlementation ICPE Bases et Evolutions Définition Installations Classées pour la Protection de l Environnement (ICPE) Une installation Usine, atelier, dépôt, chantier, élevage Dont l exploitation

Plus en détail

L annexe 6: mode d emploi

L annexe 6: mode d emploi Les Normes de Base constituent une série d arrêtés royaux successifs qui définissent les exigences en matière de sécurité incendie applicables aux bâtiments nouveaux et aux extensions de bâtiments existants.

Plus en détail

CONSTRUCTION D UNE ECOLE MATERNELLE ET D UN SATELLITE DE RESTAURATION A AMIENS (80) DCE NOTICE DE SECURITE

CONSTRUCTION D UNE ECOLE MATERNELLE ET D UN SATELLITE DE RESTAURATION A AMIENS (80) DCE NOTICE DE SECURITE CONSTRUCTION D UNE ECOLE MATERNELLE ET D UN SATELLITE DE RESTAURATION A AMIENS (80) DCE NOTICE DE SECURITE Révision : 3 Date : JUIN 2010 BETOM ingénierie Notice de Sécurité Page 2/9 S O M M A I R E 1.

Plus en détail

Conséquences de la réglementation incendie sur les portes intérieures dans les ERP et les habitations

Conséquences de la réglementation incendie sur les portes intérieures dans les ERP et les habitations Service des Affaires Techniques et Professionnelles UNA Charpente Menuiserie Agencement Conséquences de la réglementation incendie sur les portes intérieures dans les ERP et les habitations 1 Cadre réglementaire

Plus en détail

Réforme de la Défense Extérieure Contre l Incendie

Réforme de la Défense Extérieure Contre l Incendie Réforme de la Défense Extérieure Contre l Incendie Franck PERRIN Groupement Prévision des risques Service Départemental d Incendie et de Secours d Ille et Vilaine OBJECTIFS DE LA REFORME Harmoniser et

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE D un projet de construction d un ÉTABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC Soumis : Aux dispositions générales des articles R 123-1 à R 123-55 du code de la construction et de l habitation

Plus en détail

Réglementation thermique : son évolution et son extension aux bâtiments existants Quelles conséquences pour les toitures?

Réglementation thermique : son évolution et son extension aux bâtiments existants Quelles conséquences pour les toitures? N 20 - Novembre 2008 www.siplast.fr contact.ealliance@icopal.com Réglementation thermique : son évolution et son extension aux bâtiments existants Quelles conséquences pour les toitures? Les enjeux de

Plus en détail

Non précisé. Non précisé

Non précisé. Non précisé Arrêté du 15 avril 2010 relatif aux prescriptions générales applicables aux entrepôts frigorifiques relevant du régime de l'enregistrement au titre de la rubrique n 1511 de la nomenclature des installations

Plus en détail

Extrait du dossier de demande d autorisation de ONDULYS RESUME NON TECHNIQUE

Extrait du dossier de demande d autorisation de ONDULYS RESUME NON TECHNIQUE Extrait du dossier de demande d autorisation de ONDULYS RESUME NON TECHNIQUE Ce résumé non technique a pour objet de faciliter la prise de connaissance des informations contenues dans le dossier. Conformément

Plus en détail

DETECTION ET ALARME INCENDIE DANS LES E.R.P

DETECTION ET ALARME INCENDIE DANS LES E.R.P DETECTION ET ALARME INCENDIE DANS LES E.R.P Le système d'alarme incendie doit permettre de signaler un sinistre et de le localiser. Il fonctionne sur une source autonome en l'absence de courant. L'action

Plus en détail

Etude sur le risque incendie associé aux panneaux photovoltaïques

Etude sur le risque incendie associé aux panneaux photovoltaïques Etude sur le risque incendie associé aux panneaux photovoltaïques Stéphane Duplantier Responsable du Pole PHDS (Phénomènes dangereux & Résistances des Structures) Direction des Risques Accidentels Stephane.duplantier@ineris.fr

Plus en détail

Étude de dangers et Maîtrise de l urbanisation autour des entrepôts 1510-A

Étude de dangers et Maîtrise de l urbanisation autour des entrepôts 1510-A 1 Étude de dangers et Maîtrise de l urbanisation autour entrepôts 1510-A P. CASTEL Service Prévention Risques Risques Industriels Accidentels 2 Programme Généralités réglementaires sur la maîtrise de l

Plus en détail

STOCKAGE DE PRODUITS INFLAMMABLES

STOCKAGE DE PRODUITS INFLAMMABLES R.D. 379/2001 RÈGLEMENT DU STOCKAGE DE PRODUITS CHIMI- QUES Règlement de stockage de produits chimiques et instructions techniques complémentaires dirigées aux produits spécifiques ou à leurs catégories.

Plus en détail

La méthanisation et la réglementation des ICPE Journée FNE 20/11/2015

La méthanisation et la réglementation des ICPE Journée FNE 20/11/2015 La méthanisation et la réglementation des ICPE Journée FNE 20/11/2015 Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement Franche-Comté Le régime des ICPE Installation Classée pour

Plus en détail

Installations Classées pour la Protection de l'environnement Calculs de flux thermiques SOMMAIRE

Installations Classées pour la Protection de l'environnement Calculs de flux thermiques SOMMAIRE SOMMAIRE I. OBJECTIF... 2 II. CALCUL DE FLUX THERMIQUES CORRELATION DE THOMAS... 2 A- Méthodologie... 2 1) Principe... 2 2) Evolution de l'incendie... 4 3) Montée rapide de la température ambiante... 4

Plus en détail

Conclusions motivées

Conclusions motivées Enquête publique n E1 3000574/38 «Projet d entrepôt logistique» Présenté par la société REDIM SAS sur la commune de Saint-Quentin Fallavier Enquête publique 2 avril 2014-5 mai 2014 Conclusions motivées

Plus en détail

Révision de la nomenclature. des installations classées. du secteur du traitement des déchets. Eric GAUCHER

Révision de la nomenclature. des installations classées. du secteur du traitement des déchets. Eric GAUCHER Révision de la nomenclature des installations classées du secteur du traitement des déchets Eric GAUCHER Direction générale de la prévention des risques Service de la prévention des nuisances et de la

Plus en détail

L INSPECTION DES INSTALLATIONS DE L ENVIRONNEMENT. Présentation : Léon KOUA K. Juillet 2010 1

L INSPECTION DES INSTALLATIONS DE L ENVIRONNEMENT. Présentation : Léon KOUA K. Juillet 2010 1 L INSPECTION DES INSTALLATIONS CLASSEES POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT Présentation : Léon KOUA K. Juillet 2010 1 I ORGANISATION Historique de l Inspection des ICPE Pé Présentation ti Missions Objectifs

Plus en détail

Blanc. Unité d emballage : voir liste des prix Longueur de rouleau : 25,00 m Largeur de rouleau : 5,00 m Poids de rouleau : 18,125 kg

Blanc. Unité d emballage : voir liste des prix Longueur de rouleau : 25,00 m Largeur de rouleau : 5,00 m Poids de rouleau : 18,125 kg Toitures Fiche technique Édition 03.2011 Identificatie no. 02 09 45 05 100 0 000006 Version no. 4 Sarnavap 500E Pare-vapeur Description de produit Sarnavap 500E est un pare-vapeur sans trame à base de

Plus en détail

Qu est-ce que le marquage CE?... P4. Directive «produits de construction» (DPC)... P5. Principe de l évaluation de la conformité...

Qu est-ce que le marquage CE?... P4. Directive «produits de construction» (DPC)... P5. Principe de l évaluation de la conformité... GUIDE DU MARQUAGE GUIDE DU MARQUAGE Sommaire Principe Qu est-ce que le marquage CE?... P4 Directive «produits de construction» (DPC)... P5 Principe de l évaluation de la conformité... P6 Principe et application

Plus en détail

ACCONA INSTRUCTIONS GENERALES PRECAUTIONS D'EMPLOI COMPOSITION

ACCONA INSTRUCTIONS GENERALES PRECAUTIONS D'EMPLOI COMPOSITION Notice de Pose et d'utilisation Gamme ACCONA INSTRUCTIONS GENERALES AVANT L'INSTALLATION ET L'UTILISATION NOUS VOUS REMERCIONS DE LIRE ATTENTIVEMENT CETTE NOTICE RESPECTER LES PRESCRIPTIONS SUIVANTES:

Plus en détail

Systèmes de Conduits Collectifs pour Chaudières Étanches en Pression (3CEp)

Systèmes de Conduits Collectifs pour Chaudières Étanches en Pression (3CEp) Commission chargée de formuler des Avis Techniques Groupe Spécialisé n 14 Installations de Génie Climatique et Installations Sanitaires Systèmes de Conduits Collectifs pour Chaudières Étanches en Pression

Plus en détail

DCE24. Dispositif de Commande avec Signalisation (D.C.S.) 6501l c 1/6 SÉCURITÉ INCENDIE AÉRATION PRODUIT CERTIFIÉ PRÉSENTATION DESCRIPTION

DCE24. Dispositif de Commande avec Signalisation (D.C.S.) 6501l c 1/6 SÉCURITÉ INCENDIE AÉRATION PRODUIT CERTIFIÉ PRÉSENTATION DESCRIPTION 6501l c 1/6 Dispositif de avec Signalisation (D.C.S.) PRÉSENTATION Ce produit permet de télécommander du désenfumage mécanique (coffret de relayage), du compartimentage, des DAS communs et du désenfumage

Plus en détail

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE 1 AUyz

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE 1 AUyz DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE 1 AUyz Caractère et vocation de la zone Il s agit d une zone destinée à l accueil d activités économiques, notamment d activités commerciales, tertiaires, de services

Plus en détail

PRÉFET DE LA DRÔME. ARRETE PREFECTORAL n 2014087-0015 DE PRESCRIPTIONS COMPLEMENTAIRES

PRÉFET DE LA DRÔME. ARRETE PREFECTORAL n 2014087-0015 DE PRESCRIPTIONS COMPLEMENTAIRES Liberté Égalité Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE PRÉFET E LA RÔME irection départementale de la Protection des Populations Service protection de l'environnement Valence, le 28 mars 2014 Affaire suivie par

Plus en détail

NOTICE DE SECURITE 1 Ŕ REMARQUE PRELIMINAIRE

NOTICE DE SECURITE 1 Ŕ REMARQUE PRELIMINAIRE PREFECTURE DE LA HAUTE-GARONNE Service Départemental d Incendie et de Secours de la Haute-Garonne Bureau Prévention 49 Chemin de l Armurié BP 123 31776 COLOMIERS CEDEX Tél.: 05.61.06.37.60 Fax : 05.61.06.37.64

Plus en détail

Installations désenfumage DPI 21-15f

Installations désenfumage DPI 21-15f Installations désenfumage DPI 21-15f ASTEC Genève - 20 novembre 2015 Organisation : - ASTECH section genevoise Contact : - Schako Givisiez Présentation : - Richard Conseils Givisiez 2 Buts du désenfumage

Plus en détail

Pour la qualité des maçonneries en béton

Pour la qualité des maçonneries en béton Pour la qualité des maçonneries en béton www.cerib.com www.marque-nf.com www.fib.org www.capeb.fr www.umgo.ffbatiment.fr www.uncmi.org Ce document, destiné aux prescripteurs et aux entrepreneurs, a été

Plus en détail

Journée Industrielle Méthanisation Règles de sécurité des installations de méthanisation agricole Chambéry, 05 Octobre 2011

Journée Industrielle Méthanisation Règles de sécurité des installations de méthanisation agricole Chambéry, 05 Octobre 2011 Journée Industrielle Méthanisation Règles de sécurité des installations de méthanisation agricole Chambéry, 05 Octobre 2011 Sébastien EVANNO (sebastien.evanno@ineris.fr) Contexte Programme d appui annuel

Plus en détail

L éco-prêt à taux zéro

L éco-prêt à taux zéro VERSION ACTUALISÉE L éco-prêt à taux zéro Avertissement Ce document de présentation de l éco-prêt à taux zéro est destiné aux entreprises et ne saurait être une plaquette commerciale à distribuer à des

Plus en détail

Association d installations d'extinction à eau et d installations d évacuation de fumée et de chaleur

Association d installations d'extinction à eau et d installations d évacuation de fumée et de chaleur Association d installations d'extinction à eau et d installations d évacuation de 1 Objectifs de la protection incendie La protection incendie a pour objet de préserver des intérêts divers, tels que la

Plus en détail

Panneaux Isolants Bardage & Couverture. Fiche Technique. X-Dek

Panneaux Isolants Bardage & Couverture. Fiche Technique. X-Dek Panneaux Isolants Bardage & Couverture Fiche Technique Steel Description Le panneau Steel est un panneau isolant pour toitures plates, qui permet de grandes portées grâce au parement fortement profilé

Plus en détail

www.sih.fr Réglementation Résumé

www.sih.fr Réglementation Résumé www.sih.fr Réglementation Résumé DE LA réglementation DU désenfumage naturel SOMMAIRE SIH : DES SOLUTIONS DURABLES...p.3 RT 2012...p.4 LUMIÈRE NATURELLE...p.7 DÉSENFUMAGE...p.10 ÉTABLISSEMENTS INDUSTRIELS

Plus en détail

Evolution du cadre réglementaire ICPE rubrique 2910

Evolution du cadre réglementaire ICPE rubrique 2910 Christophe MERLIN DREAL Auvergne, unité territoriale 63 Sophie SEYTRE DREAL Auvergne, service risques Evolution du cadre réglementaire ICPE rubrique 2910 Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement

Plus en détail

GUIDE DE LECTURE DE LA NOUVELLE REGLEMENTATION SUR LE STOCKAGE ET LE CHARGEMENT/ DECHARGEMENT DE LIQUIDES INFLAMMABLES PARTIE STOCKAGE (1432 A)

GUIDE DE LECTURE DE LA NOUVELLE REGLEMENTATION SUR LE STOCKAGE ET LE CHARGEMENT/ DECHARGEMENT DE LIQUIDES INFLAMMABLES PARTIE STOCKAGE (1432 A) Page 1/8 RAPPORT 2011/01 - GUIDE DE LECTURE DE LA REGLEMENTATION 21/09/2011 Groupe d Étude de Sécurité des Industries Pétrolières et Chimiques GUIDE DE LECTURE DE LA NOUVELLE REGLEMENTATION SUR LE STOCKAGE

Plus en détail

Objet : Arrêté du 8 décembre 2003 relatif à la collecte des pneumatiques usagés.

Objet : Arrêté du 8 décembre 2003 relatif à la collecte des pneumatiques usagés. République Française Paris, le 22 décembre 2003 DIRECTION DE LA PREVENTION DES POLLUTIONS ET DES RISQUES SOUS-DIRECTION DES PRODUITS ET DES DECHETS Bureau de la Qualité Ecologique des Produits Affaire

Plus en détail

Lampe de bureau MINELA Documentation produit selon DIN 5035-8 (Etat 2007-07)

Lampe de bureau MINELA Documentation produit selon DIN 5035-8 (Etat 2007-07) Documentation produit selon DIN 5035-8, Lampe de bureau MINELA, état : février 2009 Page 1 Les lampes de bureau assurent un éclairage spécifique du poste de travail ; elles sont commandées individuellement

Plus en détail

Prescriptions de prévention incendie DISPOSITIONS SPÉCIFIQUES Logements encadrés

Prescriptions de prévention incendie DISPOSITIONS SPÉCIFIQUES Logements encadrés GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, septembre 2012 Le présent texte a été établi par l Inspection du travail et des mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg. ITM-SST 1513.1 Prescriptions

Plus en détail

Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) EXPLOSION SUR LES LIEUX DE TRAVAIL

Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) EXPLOSION SUR LES LIEUX DE TRAVAIL Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) EXPLOSION SUR LES LIEUX DE TRAVAIL Introduction La présente fiche traite du risque d explosion susceptible d

Plus en détail

REFERENTIEL PEDAGOGIQUE

REFERENTIEL PEDAGOGIQUE Public 10 stagiaires maximum Durée totale indicative 216 heures Hors examen et temps de déplacement Pré requis Respect des dispositions de l article 6 1 de l arrêté du 02 Mai 2005 dont par exemple : Diplôme

Plus en détail

Expert en prévention et en maîtrise des risques

Expert en prévention et en maîtrise des risques CNPP Région PARIS CENTRE Service Contrôle Sprinkleurs 4& boulevard des Batignolles 75017 PARIS Affaire suivie par : Cédric BEDO Téléphone: 01 44 50 21 02 Télécopie: 01 44 50 57 85 cedric.bedo@cnpp.com

Plus en détail

INSTRUCTION GENERALE TYPE SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION DANS LES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE RECHERCHE

INSTRUCTION GENERALE TYPE SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION DANS LES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE RECHERCHE MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE, DE LA RECHERCHE ET DE LA TECHNOLOGIE INSTRUCTION GENERALE TYPE SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION DANS LES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

Plus en détail

PERFORMANCES ACOUSTIQUES :

PERFORMANCES ACOUSTIQUES : FICHE CONSEIL N 10 PERFORMANCES ACOUSTIQUES : LES BONNES PRATIQUES DE MISE EN ŒUVRE. La performance acoustique des ouvrages en plaques de plâtre (cloison, contre-cloison, plafond) dépend non seulement

Plus en détail

Verre profilé en forme de U

Verre profilé en forme de U Verre profilé en forme de U Description Pilkington Profilit est un verre profilé en forme de U. Il s agit de verre recuit armé de fils métalliques longitudinaux. Pilkington Profilit est un produit verrier

Plus en détail

Systèmes d évacuation des eaux pluviales par effet siphoïde

Systèmes d évacuation des eaux pluviales par effet siphoïde Commission chargée de formuler des Avis Techniques Groupe Spécialisé n 5 Groupe Spécialisé n 14 Toitures, couvertures, étanchéités Installations de génie climatique et d installations sanitaires Systèmes

Plus en détail

CONCASSAGE ET STOCKAGE TEMPORAIRE DE MATERIAUX INERTES : REGIME D ENREGISTREMENT ICPE

CONCASSAGE ET STOCKAGE TEMPORAIRE DE MATERIAUX INERTES : REGIME D ENREGISTREMENT ICPE N 5 EVELOPPEMENT URABLE n 1 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 08 janvier 2013 ISSN 1769-4000 L essentiel CONCASSAGE ET STOCKAGE TEMPORAIRE E MATERIAUX INERTES : REGIME ENREGISTREMENT ICPE

Plus en détail

Ventilation naturelle de confort thermique

Ventilation naturelle de confort thermique d habitation Fiche d application : Ventilation naturelle de confort thermique Date Modification Version 04/02/2010 Document de travail pour la réunion de consultation des professionnels du 05/02/10 à St

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER, EN CHARGE DES TECHNOLOGIES VERTES ET DES NÉGOCIATIONS SUR LE CLIMAT Arrêté du

Plus en détail

La prise en compte des travailleurs handicapés dans les lieux de travail

La prise en compte des travailleurs handicapés dans les lieux de travail La prise en compte des travailleurs handicapés dans les lieux de travail 1 Principe affiché par la loi accessibilité de tous à tout Incidence sur les lieux de travail : Accès de tout type de handicap à

Plus en détail

L ECO PTZ PAR LA METHODE DU BOUQUET DE TRAVAUX TABLEAU RECAPITULATIF TRAVAUX ECO PTZ et C.I.T.E 2015

L ECO PTZ PAR LA METHODE DU BOUQUET DE TRAVAUX TABLEAU RECAPITULATIF TRAVAUX ECO PTZ et C.I.T.E 2015 L ECO PAR LA METHODE DU BOUQUET DE TRAVAUX TABLEAU RECAPITULATIF TRAVAUX ECO et C.I.T.E 2015 La liste des équipements, matériaux et appareils mentionnés au 1 de l'article 200 quater du code général des

Plus en détail

Évolution réglementaire des installations classées : Nomenclature et Garanties financières Avril 2015. Michel FRESSONNET APORA

Évolution réglementaire des installations classées : Nomenclature et Garanties financières Avril 2015. Michel FRESSONNET APORA Évolution réglementaire des installations classées : Nomenclature et Garanties financières Avril 2015 Michel FRESSONNET APORA 1 Garanties financières 2 Garanties financières / Rappel Garanties financières

Plus en détail

Mise en Accessibilité du Cadre Bâti Existant Pour les ouvrages de Métallerie dans les Etablissements Recevant du Public

Mise en Accessibilité du Cadre Bâti Existant Pour les ouvrages de Métallerie dans les Etablissements Recevant du Public Mise en Accessibilité du Cadre Bâti Existant Pour les ouvrages de Métallerie dans les Etablissements Recevant du Public L accessibilité des bâtiments est l un des forts enjeux de la construction depuis

Plus en détail

OU d un dispositif permettant la détection de présence de manière à ce que le vantail ne puisse en aucun cas toucher une personne (type E) 1

OU d un dispositif permettant la détection de présence de manière à ce que le vantail ne puisse en aucun cas toucher une personne (type E) 1 FICHE DE VALIDATION D INSTALLATION Portail coulissant automatique ou par impulsion sur un lieu de travail (installation d un produit complet marqué CE) Tampon de l entreprise Un portail donnant un accès

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE pour les Établissements Recevant du Public

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE pour les Établissements Recevant du Public NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE pour les Établissements Recevant du Public Préambule : à l'attention des rédacteurs Cette notice descriptive concernant toutes les catégories a été élaborée à votre intention,

Plus en détail

6 juin 11.00 11.20 De la maison unifamiliale au bâtiment collectif: les exigences de sécurité contre l incendie Y. Martin CSTC

6 juin 11.00 11.20 De la maison unifamiliale au bâtiment collectif: les exigences de sécurité contre l incendie Y. Martin CSTC 6 juin 11.00 11.20 De la maison unifamiliale au bâtiment collectif: les exigences de sécurité contre l incendie Y. Martin CSTC 1 Contenu de la présentation 1. Les principes de base Réaction au feu Résistance

Plus en détail

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS

RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS RESUME NON TECHNIQUE DE L ETUDE DE DANGERS ASA/LF/BOURGOIS/GUILLAC/EDD/2013.372 Déchetterie de GUILLAC (56) Résumé page 1 PRESENTATION DU SITE La déchetterie de Guillac est localisée sur le territoire

Plus en détail

Prescriptions de prévention incendie DISPOSITIONS SPECIFIQUES Etablissements d hébergement

Prescriptions de prévention incendie DISPOSITIONS SPECIFIQUES Etablissements d hébergement GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, septembre 2012 Le présent texte a été établi par l Inspection du travail et des mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg. Prescriptions de

Plus en détail

Nouvelle gamme K-FOAM by Knauf : la multiperformance en isolation inversée des toitures-terrasses rési Mardi 9 Octobre 2012

Nouvelle gamme K-FOAM by Knauf : la multiperformance en isolation inversée des toitures-terrasses rési Mardi 9 Octobre 2012 Nouvelle gamme K-FOAM by Knauf : la multiperformance en isolation inversée des toitures-terrasses rési Leader sur le marché de la construction sèche, Knauf lance une nouvelle gamme de panneaux d isolation

Plus en détail

Jacques CAPDEVILLE Yves LEFRILEUX Institut de l Elevage

Jacques CAPDEVILLE Yves LEFRILEUX Institut de l Elevage Réglementations applicables aux exploitations agricoles Gestion des effluents d élevage et de fromagerie en élevage caprin Aspects réglementaires Jacques CAPDEVILLE Yves LEFRILEUX Institut de l Réglementation

Plus en détail

A R R Ê T É P R É F E C T O R A L DU.24 février 2016.

A R R Ê T É P R É F E C T O R A L DU.24 février 2016. PRÉFET DE L CÔTE-D OR R R Ê T É P R É F E C T O R L DU.24 février 2016. PORTNT PRESCRIPTIONS COMPLÉMENTIRES ---Société SETEO ---Commune de SINT-POLLINIRE (21850) ---L PRÉFÈTE DE L RÉGION BOURGOGNE FRHE-COMTÉ

Plus en détail

ENERCON Etude De Dangers PARC EOLIEN DU ROCHER BRETON

ENERCON Etude De Dangers PARC EOLIEN DU ROCHER BRETON Expéditeur : Yann GUILLYGOMARC H BUREAU VERITAS Service Risques Industriels Immeuble «Le Guillaumet» 60, Avenue du Général de Gaulle 92046 Paris La-Défense Tel : +33 (0)1 47 14 42 76 Mob : +33 (0)6 82

Plus en détail

Rapport explicatif. Révision de l'ordonnance 4 relative à la loi sur le travail (OLT 4) Passages (art. 7, 8 et 10 OLT 4)

Rapport explicatif. Révision de l'ordonnance 4 relative à la loi sur le travail (OLT 4) Passages (art. 7, 8 et 10 OLT 4) Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche (DEFR) Secrétariat d'etat à l'économie SECO Conditions de travail Inspection fédérale du travail Rapport explicatif Révision de l'ordonnance

Plus en détail

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30)

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30) Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Partie II RESUME NON TECHNIQUE ETUDE D IMPACT FEVRIER 2014 RAPPORT CON/13/084/CD/V2 SOMMAIRE I PRESENTATION DU PROJET ET DE SON ENVIRONNEMENT...

Plus en détail

Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux

Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux obligation depuis le 1 er juillet 2012 Un nouveau téléservice pour construire sans détruire www.reseaux-et-canalisations.gouv.fr

Plus en détail

Arrêté préfectoral d enregistrement n 2012271-0007

Arrêté préfectoral d enregistrement n 2012271-0007 Préfecture Direction de la réglementation et des élections Bureau de l'environnement et des enquêtes publiques Arrêté préfectoral d enregistrement n 2012271-0007 Le Préfet des Yvelines, Chevalier de la

Plus en détail

Toitures terrasses bois

Toitures terrasses bois Toitures terrasses bois Les toitures terrasses font partie du paysage architectural. Avec une végétalisation, cette technique permet d éviter la saturation des réseaux d eau de pluie et de favoriser l

Plus en détail

Exutoire de fumée pour toiture plate

Exutoire de fumée pour toiture plate Exutoire de fumée pour toit en pente et toiture plate Exutoire de fumée pour toit en pente Exutoire de fumée pour toiture plate Options 5 GGL - GGU P. 98-103 CSP P. 104-106 P. 107 GGL ---SD00403 Données

Plus en détail

La GARANTIE d'une maçonnerie de QUALITÉ avec le BLOC BÉTON CERTIFIÉ. Qualité des produits

La GARANTIE d'une maçonnerie de QUALITÉ avec le BLOC BÉTON CERTIFIÉ. Qualité des produits La GARANTIE d'une maçonnerie de QUALITÉ avec le BLOC BÉTON CERTIFIÉ Qualité des produits Choisir la sérénité Ce document, destiné aux prescripteurs et aux entrepreneurs, a été conçu pour leur apporter

Plus en détail

CONSTITUTION DE LA NOTICE DE SECURITE

CONSTITUTION DE LA NOTICE DE SECURITE CONSTITUTION DE LA NOTICE DE SECURITE PROTECTION CONTRE LES RISQUES D INCENDIE ET DE PANIQUE dans les Etablissements Recevant du Public Nota : Conformément à l article R 123.22 du CCH et GE2 1 du règlement

Plus en détail

Le diagnostic consiste à réaliser un état des lieux de l accessibilité de chacun des bâtiments.

Le diagnostic consiste à réaliser un état des lieux de l accessibilité de chacun des bâtiments. DIAGNOSTIC «ACCESSIBILITE AUX HANDICAPES» afin de se mettre en conformité pour accueillir l ensemble de votre clientèle quelque soit son handicap au 1 er janvier 2015 Le diagnostic consiste à réaliser

Plus en détail

GESTION DE LA CO-ACTIVITÉ

GESTION DE LA CO-ACTIVITÉ GESTION DE LA CO-ACTIVITÉ PLAN DE PRÉVENTION B 7 PROTOCOLE CHARGEMENT / DÉCHARGEMENT B 8 PERMIS DE FEU B 9 B 7 Plan de Prévention OPÉRATION D UNE DURÉE SUPÉRIEURE À 400 HEURES PAR AN OU COMPORTANT DES

Plus en détail

Arrêté royal du 12 juillet 2012 Ce qui change

Arrêté royal du 12 juillet 2012 Ce qui change 18 mai 2013 Arrêté royal du 12 juillet 2012 Ce qui change Façades Bâtiments bas 3.5.1 Façades simple paroi 3.5.1.1 Séparation entre compartiments Ce qui change est souligné (+ Euroclasses) Fixations des

Plus en détail