Une version du présent guide destinée aux patientes figure à l annexe 1.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Une version du présent guide destinée aux patientes figure à l annexe 1."

Transcription

1 Guide de pratique clinique pour la prise en charge et le traitement du cancer du sein : 14. Le rôle de l hormonothérapie de remplacement pour les femmes chez lesquelles on a déjà diagnostiqué un cancer du sein Kathleen I. Pritchard, Humaira Khan, Mark Levine, pour le Comité directeur des guides de pratique clinique pour la prise en charge et le traitement du cancer du sein Le D r Pritchard est chef, Études cliniques et Épidémiologie, au Centre régional de cancérologie Sunnybrook, Toronto, et professeure au Département de médecine, Université de Toronto, Toronto (Ontario); M me Khan est attachée de recherche au Département d épidémiologie clinique et de biostatistique, Université McMaster, Hamilton (Ontario); le D r Levine est professeur aux Départements de médecine et d épidémiologie clinique et de biostatistique, et titulaire de la chaire Buffet Taylor de recherche sur le cancer du sein, Université McMaster, Hamilton (Ontario). Le Comité directeur fait partie de l Initiative canadienne sur le cancer du sein de Santé Canada. Une liste des membres du comité figure à la fin de l article. Une version du présent guide destinée aux patientes figure à l annexe 1. Un guide destiné aux patientes sur l utilisation de l hormonothérapie de remplacement chez les femmes qui ont un cancer du sein figure à la page 1022.

2 Abrégé Objectif : Informer les femmes chez lesquelles on a déjà diagnostiqué un cancer du sein et leur médecin au sujet de l hormonothérapie de remplacement (HTR) et leur présenter des recommandations. Résultats : Contrôle des symptômes de la ménopause, qualité de vie, prévention de l ostéoporose, prévention des maladies cardiovasculaires, risque de réapparition du cancer du sein, risque de décès causé par le cancer du sein. Preuves : Dépouillement systématique des documents publiés en anglais de janvier 1990 à juillet 2001, extraits de MEDLINE et de CANCERLIT. Recommandations : On ne recommande pas l HTR (œstrogène seulement ou œstrogène et progestérone) de routine chez les femmes qui ont eu un cancer du sein. Des études contrôlées randomisées s imposent pour orienter les recommandations à l intention de ce groupe de femmes. Les femmes qui ont eu un cancer du sein sont vulnérables à la réapparition du cancer et à un cancer du sein controlatéral. On n a pas déterminé, au moyen d études fondées sur une méthodologie solide, l effet que peut avoir l HTR sur ces résultats chez les femmes qui ont un cancer du sein. Des études effectuées sur des animaux et in vitro ont toutefois montré que l apparition et l évolution du cancer du sein dépendent de l œstrogène. Compte tenu du risque accru démontré de cancer du sein associé à l HTR dans le cas des femmes chez lesquelles on n a pas diagnostiqué un cancer du sein, il se peut que le risque de réapparition du cancer et d apparition d un cancer du sein controlatéral associé à l HTR chez les femmes qui ont un cancer du sein puisse être d un ordre de grandeur semblable. Il faudrait encourager les femmes ménopausées chez lesquelles on a déjà diagnostiqué un cancer du sein et qui demandent à suivre une HTR à envisager d autres solutions possibles. Si les symptômes de la ménopause sont particulièrement incommodants et ne réagissent pas à d autres méthodes, une femme bien informée pourra décider de suivre une HTR pour les contrôler après avoir discuté des risques avec son médecin. Il faut alors réduire au minimum à la fois la dose et la durée du traitement. Validation : Validation interne au Comité directeur des guides de pratique clinique sur la prise en charge et le traitement du cancer du sein; aucune validation à l extérieur. Commanditaire : Le Comité directeur a été convoqué par Santé Canada. Complété : Octobre On entend par hormonothérapie de remplacement (HTR) un traitement à l œstrogène seulement, ou à l œstrogène et à la progestérone, administré aux femmes ménopausées. Les symptômes de la ménopause, comme les bouffées de chaleur et la sécheresse vaginale, ainsi que les effets à long terme possibles d une privation d œstrogène, préoccupent les femmes qui ont un cancer du sein, et en particulier celles chez lesquelles la ménopause apparaît de façon précoce à la suite d une chimiothérapie adjuvante. Le recours à l hormonothérapie de remplacement a toujours été contre-indiqué chez les femmes qui ont un cancer du sein parce qu on pense que l apparition et l évolution du cancer du sein dépendent de l œstrogène et que l hormonothérapie de remplacement peut alourdir le risque de réapparition du cancer du sein. Le présent guide vise à déterminer si l hormonothérapie de remplacement est sans danger pour les femmes qui ont un cancer du sein. Méthodes Le présent guide repose sur un dépouillement systématique des publications en anglais qui ont paru entre janvier 1990 et juillet 2001, qu on a extraites de MEDLINE et de CANCERLIT. Au cours de la recherche, on a utilisé les mots-clés «breast», «breast neoplasms», «estrogen replacement

3 therapy», «estrogens» et «hormone replacement therapy». Pour les besoins du présent guide, nous entendons par HTR une thérapie à l œstrogène seulement ou à l œstrogène et à la progestérone. On a aussi consulté des articles de synthèse et des chapitres de manuels surtout pour fournir de l information de base et trouver des références supplémentaires. On a utilisé les règles de la preuve décrites par Sackett 1 pour coter les niveaux des études expérimentales. Un comité de rédaction a produit la première version, qui a été révisée en fonction des commentaires reçus de plusieurs membres du Comité directeur des guides de pratique clinique sur la prise en charge et le traitement du cancer du sein. Le Comité directeur au complet a ensuite discuté du document au cours de réunions qu il a tenues en mai et en octobre 2001 et l on y a apporté d autres révisions. Le Comité directeur a approuvé la version finale. On ne dispose pas de preuves produites par des études randomisées (des niveaux I et II) sur l efficacité et l innocuité de l hormonothérapie de remplacement chez les femmes qui ont un cancer du sein. C est pourquoi nous avons commencé par analyser des preuves indirectes établissant un lien entre l exposition à l œstrogène et le cancer du sein et nous avons ensuite tenu compte du nombre limité d études portant sur des femmes qui avaient un cancer du sein et qui ont suivi une HTR. Dans le cas des solutions suggérées au lieu de l hormonothérapie de remplacement que les femmes qui ont un cancer du sein peuvent envisager, nous avons étudié les preuves du niveau le plus élevé disponible, mais nous n avons pas effectué de dépouillement systématique détaillé des publications. Recommandations (y compris preuves et justification) Innocuité de l hormonothérapie de remplacement pour les femmes chez lesquelles on a déjà diagnostiqué un cancer du sein On ne recommande pas l HTR (œstrogène seulement ou œstrogène et progestérone) de routine chez les femmes qui ont eu un cancer du sein. Des études contrôlées randomisées s imposent pour orienter les recommandations à l intention de ce groupe de femmes. Les femmes qui ont eu un cancer du sein sont vulnérables à la réapparition du cancer et à un cancer du sein controlatéral. On n a pas déterminé, au moyen d études fondées sur une méthodologie solide, l effet que peut avoir l hormonothérapie de remplacement sur ces résultats chez les femmes qui ont eu un cancer du sein. Des études effectuées sur des animaux et in vitro montrent toutefois que l apparition et l évolution du cancer du sein dépendent de l œstrogène. Compte tenu du risque accru démontré de cancer du sein associé à l HTR dans le cas des femmes chez lesquelles on n a pas diagnostiqué un cancer du sein, il se peut que le risque de réapparition du cancer et d apparition d un cancer du sein controlatéral associé à l HTR chez les femmes qui ont un cancer du sein puisse être d un ordre de grandeur semblable. Preuves indirectes Œstrogène et progestérone dans le contexte d études expérimentales La biologie fondamentale du cancer du sein indique que l œstrogène contribue à son apparition. Beaucoup d études effectuées sur des animaux et in vitro ont montré que l apparition du cancer du sein est liée à l œstrogène 2,3. À peu près tous les modèles de tumeur mammaire chez la souris et les modèles de xénogreffe chez la souris, ainsi que beaucoup de lignées de cellules in vitro, sont tributaires de l œstrogène pour leur croissance et leur propagation. Les données tirées d expériences effectuées sur des animaux et in vitro au sujet de la progestérone sont moins concluantes. Certaines études ont indiqué que la progestérone a un effet inhibiteur sur l évolution du cancer du sein, tandis que d autres ont montré le contraire 2,4. Études épidémiologiques

4 Des données épidémiologiques tirées d études cas-témoin et d études de cohortes ont montré qu il y a un lien entre le risque accru de cancer du sein et un certain nombre de facteurs reliés à l œstrogène ou au cycle de l œstrogène et de la progestérone 5. On a observé notamment un lien entre l apparition précoce des premières règles et la ménopause tardive et un risque accru de cancer du sein et que la ménopause prématurée, qu elle soit naturelle ou chirurgicale, réduit considérablement le risque de cancer du sein 6. L hormonothérapie de remplacement chez les femmes en bonne santé On a réalisé plus de 50 études cas-témoin et études de cohortes sur le lien entre l hormonothérapie de remplacement et l apparition du cancer du sein. Au début, les résultats semblaient contradictoires, mais l utilisation de l hormonothérapie de remplacement pendant des périodes plus longues et des méta-analyses de ces résultats montrent clairement qu il y a probablement un risque relatif de cancer du sein de 1,3 ou 1,4 associé à l hormonothérapie de remplacement, particulièrement à long terme. L analyse la plus récente de données tirées de 51 études portant au total sur femmes qui avaient un cancer du sein et femmes qui n en avaient pas a révélé un risque relatif de 1,31 chez celles qui suivaient une HTR de longue durée 7. En outre, des études récentes indiquent que l ajout de la progestérone à l œstrogène alourdit le risque de cancer du sein Effet de l élimination de l œstrogène chez les femmes qui ont un cancer du sein On suppose que c est parce qu elle met fin à la majeure partie de la production d œstrogène que l ovariectomie entraîne une réduction considérable de la récidive du cancer du sein et des décès (preuves de niveau 1) 11. On pense de plus que les effets améliorés de la chimiothérapie adjuvante chez les femmes non ménopausées peuvent être reliés en partie à l induction de l ovariectomie provoquée par les médicaments cytotoxiques en cause 12. Preuves directes HTR chez les femmes qui ont un cancer du sein Il y a eu quatre séries de cas (preuves de niveau V) et une étude de cohorte 17 (preuves de niveau III) portant sur des femmes qui avaient un cancer du sein au stade précoce et ont reçu une HTR pour soulager les symptômes de la ménopause (tableau 1). On a observé un soulagement de ces symptômes chez toutes les patientes. Aucune de ces études d envergure restreinte n a révélé d augmentation évidente du risque de récidive du cancer du sein relié à l hormonothérapie de remplacement. Dans le contexte d une autre série d envergure restreinte, des femmes qui avaient un cancer du sein au stade avancé ont reçu une combinaison d œstrogène et de progestérone comme traitement contre le cancer 18 (preuves de niveau V). Outre ces trois séries de cas, on a effectué trois études cas-témoins. Dans le contexte d une étude, on a jumelé 25 sujets à 50 sujets témoins et l on n a constaté aucun effet indésirable de l hormonothérapie de remplacement sur les décès reliés au cancer 19,20. Dans le contexte de la deuxième étude, on a constaté un risque réduit de réapparition du cancer du sein chez la cohorte qui a suivi une HTR, résultat qui pourrait aussi être biaisé par le choix de l hormonothérapie de remplacement par le médecin et la patiente 21,22. Au cours de l étude la plus récente, on a repéré 174 femmes atteintes d un cancer du sein qui ont suivi une HTR parmi femmes qui avaient un cancer du sein et étaient inscrites à une OMS (organisation de maintien de la santé) 23. On a jumelé chacune des femmes qui a suivi une HTR à quatre femmes qui n en avaient pas suivi. Les taux de réapparition du cancer du sein et de décès étaient beaucoup moins élevés statistiquement chez les premières que chez les deuxièmes. Ces rapports montrent que les données sur l hormonothérapie de remplacement chez les femmes qui ont un cancer du sein sont rares, que les patientes qui suivent une HTR sont probablement très sélectionnées et qu il faut considérer que ces observations sont préliminaires et non contrôlées. En outre, la durée moyenne du suivi des cas publiés était relativement brève, étant

5 donné que l on peut établir un lien entre un risque accru de cancer du sein chez les femmes en bonne santé et principalement une HTR de plus longue durée. On ne sait pas si l ajout de tamoxifène à l œstrogène protège les femmes qui ont des antécédents de cancer du sein contre tout risque accru de réapparition du cancer induite par l œstrogène. Les données à ce sujet sont limitées. Dans un rapport de Powles et de ses collaborateurs, 2 des 35 femmes qui avaient un cancer du sein et ont pris de l œstrogène avec du tamoxifène ont été victimes d une rechute (preuves de niveau V) 16. Marsden et ses collaborateurs ont produit un rapport sur une étude pilote pour laquelle on a mobilisé 100 femmes qui présentaient les symptômes de la ménopause et avaient un cancer du sein au stade précoce, et que l on a réparties au hasard pour qu elles reçoivent une HTR ou non pendant six mois (preuves de niveau II) 24,25. Le cancer du sein est réapparu chez une des 29 femmes qui prenaient aussi du tamoxifène. Études cliniques Lorsqu on envisage des études sur l utilisation de l hormonothérapie de remplacement, il faut reconnaître que les femmes chez lesquelles ont déjà diagnostiqué un cancer du sein n accepteront pas d augmenter considérablement leur risque de récidive afin de suivre une HTR 26,27. Trois études randomisées sont en cours. Dans le cadre de l étude HABITS (lancée en 1996), d une deuxième étude en Suède (lancée en 1998) et d une étude en Grande-Bretagne (lancée en 2001), on désigne les femmes qui ont un cancer du sein pour qu elles suivent ou non une HTR. On les suit pendant deux ans. Tant que les résultats de ces études randomisées ne seront pas disponibles, on ne pourra exclure le risque accru relié à l hormonothérapie de remplacement pour les femmes chez lesquelles on a déjà diagnostiqué un cancer du sein. Substituts possibles de l hormonothérapie de remplacement Il faudrait encourager les femmes ménopausées chez lesquelles on a déjà diagnostiqué un cancer du sein et qui demandent à suivre une HTR à envisager d autres solutions possibles. Si les symptômes de la ménopause sont particulièrement incommodants et ne réagissent pas à d autres méthodes, une femme bien informée pourra décider de suivre une HTR pour les contrôler après avoir discuté des risques avec son médecin. Il faut alors réduire au minimum à la fois la dose et la durée du traitement. Si l on doit envisager une HTR, le processus décisionnel peut tenir compte de facteurs comme les maladies à faible risque et la longueur de l intervalle sans maladie. Les femmes chez lesquelles on a déjà diagnostiqué un cancer du sein peuvent recourir à d autres moyens que l hormonothérapie de remplacement pour soulager les symptômes de la ménopause et prévenir l ostéroporose Nous discutons brièvement ici de stratégies afin de prendre en charge les symptômes de la ménopause et l ostéoporose. Sans compter les moyens efficaces, nous mentionnons aussi certaines stratégies qui ne présentent aucun avantage. Symptômes de la ménopause Il est possible de réduire considérablement les symptômes locaux de ménopause et la sécheresse vaginale en utilisant de la gelée K-Y et du Replens (preuves du niveau II) 31. On a traité en toute sécurité et efficacement l atrophie urogénitale chez des femmes sans cancer du sein au moyen de crèmes à l estriol et d anneaux vaginaux d estradiol (p. ex., Estring) (preuves de niveau I) Dans le cas des crèmes, des applications intermittentes peuvent entraîner l absorption générale d un bol de concentrations plus élevés d œstrogène. Les anneaux vaginaux libèrent continuellement une quantité locale plus contrôlée sous forme de très faibles doses d estradiol (< 10 mg/24 h) et l on a constaté que les taux stables observés de concentrations plasmatiques systémiques se situent à l intérieur des limites supérieures de ceux que l on constate chez les femmes ménopausées non traitées 35.

6 Il est possible de traiter les bouffées de chaleur par toutes sortes de moyens non hormonaux : Vitamine E : Une étude contrôlée par placebo a démontré que la vitamine E (800 UI/j) entraînait une réduction des bouffées de chaleur significative sur le plan statistique par rapport au placebo (preuves de niveau I) 36. Il se peut toutefois que cette réduction ait été attribuable en partie à l effet placebo puisque la diminution représentait une bouffée de chaleur par personne par jour. Clonidine : Une étude contrôlée par placebo a montré que la clonidine réduit la fréquence des bouffées de chaleur d environ 15 % comparativement à un placebo (preuves de niveau I) 37, mais on a établi un lien avec une toxicité importante sur le plan statistique. À la fin de l étude, les patientes ne préféraient pas la clonidine par rapport au placebo. Venlafaxine (Effexor) : De faibles doses de venlafaxine (37,5 mg dans une préparation à libération lente) ont réduit considérablement la fréquence des bouffées de chaleur et ont été bien tolérées au cours d une étude randomisée (preuves de niveau I) 38. Phytoestrogènes de soja : Une étude contrôlée par placebo terminée récemment n a pas montré que les protéines de soja réduisent de façon significative la gravité et la fréquence des bouffées de chaleur par rapport à un placebo (preuves de niveau I) 39. Autres composés : On a utilisé des composés comme le cimicaire et le Bellergal (combinaison de belladone, d ergotamine et de phénobarbital), mais ils n ont pas fait l objet d études contrôlées par placebo visant à en illustrer les avantages et les toxicités. Acétate de mégestrol : Une étude contrôlée par placebo au cours de laquelle on a évalué une faible dose d acétate de mégestrol, agent de progestion, a démontré que la fréquence des bouffées de chaleur diminuait d environ 80 % (preuves de niveau 1) 40. La thérapie a été bien tolérée au cours de cette étude clinique croisée à double insu et de courte durée et les femmes ont préféré de beaucoup l acétate de mégestrol au placebo. Beaucoup d études effectuées sur des animaux et in vitro ont toutefois montré que des agents de progestation peuvent accroître ou accélérer l apparition ou l évolution du cancer du sein et la progestérone a été identifiée clairement comme cause du cancer du sein chez des femmes 2 4. Comme dans le cas de l œstrogène, il n y a pas de données solides pour démontrer que de faibles doses d acétate de mégestrol administrée à des femmes chez lesquelles on a déjà diagnostiqué un cancer du sein augmentent ou diminuent le risque de récidive ou n ont aucun effet. Il faut aborder les agents de progestation avec la même prudence que les œstrogènes lorsqu on recommande un traitement à des patientes chez lesquelles on a déjà diagnostiqué un cancer du sein. Ostéoporose Il est maintenant possible de prévenir et de traiter l ostéoporose par de nombreux moyens sans œstrogène ni progestérone. L alimentation, l exercice et un apport approprié en calcium jouent un rôle important dans la prévention de l ostéoporose 41,42 et un vaste éventail de bisphosphonates inhibent l absorption osseuse et normalisent le renouvellement osseux. On a utilisé de tels agents chez des femmes qui avaient un cancer du sein (preuves de niveau I) Comme le tamoxifène, le raloxifène est un modulateur sélectif des récepteurs de l œstrogène dont on a approuvé récemment l utilisation pour traiter et prévenir l ostéoporose. Il a un effet un peu moins bénéfique sur l ostéodensité que l hormonothérapie de remplacement et ne soulage pas les symptômes de la ménopause (preuves de niveau I) 46. Comme le raloxifène est un modulateur sélectif des récepteurs de l œstrogène, il pourrait avoir un effet sur la récidive du cancer du sein, mais on ne sait pas dans quel sens joue tout effet et l on n en connaît pas l ordre de grandeur non plus. C est pourquoi on ne peut recommander l utilisation routinière du raloxifène pour prévenir l ostéoporose chez une femme qui a un cancer du sein. Intérêts concurrents : Aucun déclaré. Contributors : Dr. Kathleen Pritchard was responsible for the initial draft of the manuscript. Ms. Humaira Khan performed extensive literature reviews. Dr. Mark Levine provided substantial editing for the various drafts of the manuscript.

7 Références 1. Sackett DL. Rules of evidence and clinical recommendations on the use of antithrombotic agents. Chest 1989;95 (Suppl) : 2S-4S. 2. Clarke R, Johnson MD. Animal models. Dans : Harris JR, Lippman ME, Morrow M, Osborne CK, éditeurs. Diseases of the breast. 2 e éd. Philadelphie : Lippincott, Williams & Wilkins; p Clarke R, Leonessa F, Brunner N, Thompson EW. In vitro models. Dans : Harris JR, Lippman ME, Morrow M, Osborne CK, éditeurs. Diseases of the breast. 2 e éd. Philadelphie : Lippincott, Williams & Wilkins; p Kelsey JL. A review of the epidemiology of breast cancer. Epidemiol Rev 1979; 1: Henderson BE, Ross R, Bernstein L. Estrogen as a cause of human cancer. Cancer Res 1988;48: Trichopolis D, MacMahon B, Cole P. Menopause and breast cancer risk. J Natl Cancer Inst 1972;48: Collaborative Group on Hormonal Factors in Breast Cancer. Breast cancer and hormone replacement therapy: collaborative reanalysis of data from 51 epidemiological studies of 52,705 women with breast cancer and 108,411 women without breast cancer. Lancet 1997;350: Persson I, Weiderpass E, Bergkvist L, Bergstrom R, Schairer C. Risks of breast and endometrial cancer after estrogen and progestin replacement. Cancer Causes Control 1999;10: Schairer C, Lubin J, Troisi R, Sturgeon S, Brinton L, Hoover R. Menopausal estrogen and estrogen progestin replacement therapy and breast cancer risk. JAMA 2000;283: Ross RK, Paganini-Hill A, Wan PC, Pike MC. Effect of hormone replacement therapy on breast cancer risk: estrogen versus estrogen plus progestin. J Natl Cancer Inst 2000;92: Early Breast Cancer Trialists Collaborative Group. Ovarian ablation in early breast cancer: an overview of the randomized trials. Lancet 1996;348: Aebi S, Gelber S, Castiglione-Gertsch M, Gelber RD, Collins J, Thurlimann B, et al. Is chemotherapy alone adequate for young women with oestrogen-receptor-positive breast cancer? Lancet 2000;355: DiSaia PJ, Grosen EA, Kurosaki T, Gildea M, Cowan B, Anton-Culver H. Hormone replacement therapy in breast cancer survivors: a cohort study. Am J Obstet Gynecol 1996;174: Decker D, Cox T, Burdakin J, Jaiyesimi I, Pettinga J, Benitez P. Hormone replacement therapy (HRT) in breast cancer survivors [abstract]. Proc Am Soc Clin Oncol 1996;15: Bluming AZ, Waisman JR, Dosik GM, Olsen GA, McAndrew P, Decker RW, et al. Hormone replacement therapy (HRT) in women with previously treated primary breast cancer, update IV [abstract]. Proc Am Soc Clin Oncol 1998;17: Powles TJ, Hickish T, Casey S. Hormone replacement after breast cancer. Lancet 1993;342: Vassilopoulou-Sellin R, Asmar L, Hortobagyi GN, Klien MJ, McNeese M, Singletary SE, et al. Estrogen replacement therapy after localized breast cancer: clinical outcome of 319 women followed prospectively. J Clin Oncol 1999;17: Stoll BA. Effect of lyndiol, an oral contraceptive, on breast cancer. BMJ 1967;1: Wile AG, Opfell RW, Margileth DA, Anton-Culver H. Hormone replacement therapy does not affect breast cancer outcome [abstract]. Proc Am Soc Clin Oncol 1991;10: Wile AG, Opfell RW, Magileth DA. Hormone replacement therapy in previously treated breast cancer patients. Am J Surg 1993;165: Eden JA. A case controlled study of combined continuous estrogen progestin replacement therapy among women with a personal history of breast cancer. Menopause 1995;2: Eden JA, Wren BG, Dew J. Hormone replacement therapy after breast cancer. Dans : Educational book. Alexandria (VA): American Society of Clinical Oncology; p

8 23. O Meara ES, Rossing MA, Daling JR, Elmore JG, Barlow WE, Weiss NS. Hormone replacement therapy after a diagnosis of breast cancer in relation to recurrence and mortality. J Natl Cancer Inst 2001;93: Marsden J, Baum M, Jurkovic D, et al. A randomized pilot study of HRT in breast cancer patients: the combined effects of tamoxifen and HRT on the endometrium. Breast 1997;6: Marsden J, Baum M, Whitehead MI, et al. A randomized trial of HRT in women with a history of breast cancer a feasibility study [abstract]. Acta Obstet Gynecol Scand 1997;76: Ganz PA, Greendale G, Kahn B, O Leary JF. Are breast cancer survivors (BCS) willing to take hormone replacement therapy (HRT)? [abstract] Proc Am Soc Clin Oncol 1996;15: Pritchard K, Llewellyn-Thomas HA, Lewis J, Sawka CA, Franssen E, Del Guidice L, et al. The use of a probability trade-off task (PT-OT) to assess maximal acceptable increment in risk of breast cancer recurrence (MAIRR) in order to estimate sample size for a randomized clinical trial of hormone replacement therapy (HRT) in women with a previous diagnosis of breast cancer [abstract]. Proc Am Soc Clin Oncol 1996;15: Loprinzi CL. Management of menopausal symptoms in breast cancer survivors. In: Educational book. Alexandria (VA): American Society of Clinical Oncology; p Kessel B. Alternatives to estrogen for menopausal women. Proc Soc Exp Biol Med 1998;217: Chlebowski RT. Elements of informed consent for hormonal replacement therapy in patients with diagnosed breast cancer. J Clin Oncol 1999;17: Law M, Loprinzi CL, Veeder M, Rowland K, vanhaelst-pisani C, Abu-Ghazaleh S, et al. Doubleblind crossover trial of Replens versus KY Jelly for treating vaginal dryness and dyspareunia in breast cancer survivors [abstract]. Proc Am Soc Clin Oncol 1996;15: Casper F, Petri E. Local treatment of urogenital atrophy with an estradiol-releasing vaginal ring: a comparative and a placebo-controlled multicenter study. Int Urogynecol J 1999;10: Barensten R, van de Weijer PH, Schram JH. Continuous low dose estradiol released from a vaginal ring versus estriol vaginal cream for urogenital atrophy. Eur J Obstet Gynecol Repr Biol 1997;71: Ayton RA, Darling GM, Murkies AL, Farrell EA, Weisberg E, Selinus I, et al. A comparative study of safety and efficacy of continuous low dose oestradiol released from a vaginal ring compared with conjugated equine oestrogen vaginal cream in the treatment of postmenopausal urogenital atrophy. Br J Obstet Gynaecol 1996;103: Gabrielsson J, Wallenbeck I, Birgerson L. Pharmacokinetic data on estradiol in light of the estring concept. Acta Obstet Gynecol Scand 1996;163(Suppl): Barton DL, Loprinzi CL, Quella SK, Sloan JA, Veeder MH, Egner JR, et al. Prospective evaluation of vitamin E for hot flashes in breast cancer survivors. J Clin Oncol 1998;16: Goldberg RM, Loprinzi CL, O Fallon JR, Veeder MH, Miser AW, Mailliard JA, et al. Transdermal clonidine for ameliorating tamoxifen-induced hot flashes. J Clin Oncol 1994;12: Loprinzi CL, Kugler JW, Sloan J, Mailliard A, LaVasseur B, Barton D, et al. Venlafaxine in management of hot flashes in survivors of breast cancer: a randomized trial. Lancet 2000;356: Quella SK, Loprinzi CL, Barton DL, Knost JA, Sloan JA, LaVasseur BI, et al. Evaluation of soy phytoestrogens for the treatment of hot flashes in breast cancer survivors: a North Central Cancer Treatment Group Trial. J Clin Oncol 2000;18: Loprinzi CL, Michalak JC, Quella SK, O Fallon JR, Hatfield AK, Nelimark RA, et al. Megestrol acetate for the prevention of hot flashes. N Engl J Med 1994;331: Nordin BEC. Calcium and osteoporosis. Nutrition 1997;13: Prior JC, Barr SI, Chow R, Faulker RA. Physical activity as therapy for osteoporosis. JAMC 1996;155(7): Saarto T, Blomqvist C, Valimaki M, Makela P, Sarna S, Elomaa I. Chemical castration induced by adjuvant cyclophosphamide, methotrexate and flurouracil chemotherapy use rapid bone loss that is reduced by clodronate: a randomized study in premenopausal breast cancer patients. J Clin Oncol 1997;15:

9 44. Powles TJ, McCloskey EV, Paterson AHG, Ashley S, Tidy A, Kanis J. Oral clodronate will reduce the loss of bone mineral density in women with a primary breast cancer [abstract]. Proc Am Soc Clin Oncol 1997;16:130a. 45. Delmas PD, Balena R, Confravreux E, Hardouin C, Hardy P, Bremond A. Bisphosphonate risedronate prevents bone loss in women with artificial menopause due to chemotherapy of breast cancer: a double-blind placebo-controlled study. J Clin Oncol 1997;15: Pritchard KI, Levine M, Walley B. Raloxifene: Handle with care [lettre]. JAMC 2001;165(2):151,153. Correspondance à : D r Mark Levine, Rm Wing, Henderson Hospital, 711 Concession St., Hamilton ON L8V 1C3. Contributeurs : Le Dr Kathleen Pritchard a rédigé la première version du manuscrit. Mme Humaira Khan a effectué une analyse approfondie de la littérature scientifique. Le Dr Mark Levine a fait la révision de fond des versions successives du manuscrit. Membres (et organisations qui ont proposé leur candidature) du Comité directeur des guides de pratique clinique pour la prise en charge et le traitement du cancer du sein Président : D r Mark Levine (Action Cancer Ontario), Centre régional de cancérologie de Hamilton et Université McMaster, Hamilton (Ontario). Membres : D r Penny Barnes, Centre des sciences de la santé Queen Elizabeth II, Halifax (N.-É.); D r David M. Bowman (Manitoba Cancer Treatment and Research Foundation), Manitoba Cancer Treatment and Research Foundation, Winnipeg (Manitoba); D r Judy Caines (Comité consultatif fédéral/provincial/territorial sur les services de santé), Nova Scotia Cancer Centre, Halifax (N.-É); D r Jacques Cantin (Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada), Centre hospitalier de l Université de Montréal, Montréal (Québec); D r Beverley Carter, Sciences de la santé de Hamilton, Hôpital général Henderson, Hamilton (Ontario), M me Chris Emery (Association des infirmières et infirmiers du Canada), BC Cancer Agency, Delta (C.-B.); D r Eva Grunfeld (Collège des médecins de famille du Canada), Centre régional de cancérologie d Ottawa, Ottawa (Ontario); D r Maria R. Hugi (Réseau canadien du cancer du sein), Centre de santé Providence, Vancouver (C.-B.); D r Alan W. Lees (Alberta Cancer Board), Cross Cancer Institute, Edmonton (Alberta); M me Sabina Mallard (Réseau canadien du cancer du sein), représentante des consommateurs, Stratford, (Î.-P.-É.); D r Mohamed Mohamed (Saskatchewan Cancer Foundation), Saskatoon Cancer Centre, Saskatoon (Saskatchewan); D r Ivo A. Olivotto (BC Cancer Agency), Vancouver Island Cancer Centre et Université de la Colombie-Britannique, Victoria (C.-B.); D r Leonard Reyno (Cancer Care Nova Scotia), Nova Scotia Cancer Centre, Halifax (N.-É.); D r Carol Sawka (Action Cancer Ontario), Centre régional de cancérologie Sunnybrook de Toronto, Toronto (Ontario); D r Hugh Scarth (Atlantic Health Sciences Corporation), Hôpital régional Saint John, Saint John (N.-B.); M me Jennifer Van Koeveringe (Santé Canada), Division du cancer, Centre de prévention et de contrôle des maladies chroniques, Santé Canada, Ottawa (Ontario); et D r Timothy Whelan (Action Cancer Ontario), Centre régional de cancérologie de Hamilton et Université McMaster, Hamilton (Ontario).

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa

Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Rapport sur les nouveaux médicaments brevetés Iressa Au titre de son initiative de transparence, le CEPMB publie les résultats des examens des prix des nouveaux médicaments brevetés effectués par les membres

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole 2008 (décembre) : Patiente de 60 ans Tumorectomie plus curage CAS CLINIQUE 2 carcinome canalaire infiltrant de 2.5 cm, grade 2 RH+ (RO + 100% +++, Allred 8, RP + 80 % ++ Allred 7) Her2-, KI 67 à 18 %,

Plus en détail

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 17 èmes Journées des Statisticiens des Centres de Lutte contre le Cancer 4 ème Conférence Francophone d Epidémiologie Clinique Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 Q Picat, N

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

Prise en charge de la ménopause

Prise en charge de la ménopause N 311, septembre 2014 (remplace n 222, janvier 2009) Prise en charge de la ménopause La présente directive clinique a été rédigée par le groupe de travail sur la ménopause et l ostéoporose, analysée par

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

SOGC Junior Members Committee. Online Elective Catalogue 2006 2007

SOGC Junior Members Committee. Online Elective Catalogue 2006 2007 SOGC Junior Members Committee Online Elective Catalogue 2006 2007 UPDATED MAY 2006 THIS DOCUMENT CAN ALSO BE FOUND AT: WWW.SOGC.ORG IN THE JUNIOR MEMBERS SECTION Online Elective Catalogue Page 1 of 18

Plus en détail

PROBIOTIQUES ET VAGINOSE

PROBIOTIQUES ET VAGINOSE PROBIOTIQUES ET VAGINOSE QUESTION : Les probiotiques sont-ils un traitement efficace des vaginoses? AUTEUR : Geneviève Bustros-Lussier (JANVIER 2009) P : Patiente ayant une vaginose bactérienne I : Probiotiques

Plus en détail

NAVELBINE voie orale

NAVELBINE voie orale DENOMINATION DU MEDICAMENT & FORME PHARMACEUTIQUE NAVELBINE voie orale CARACTERISTIQUES Dénomination commune : vinorelbine Composition qualitative et quantitative : Statut : A.M.M. A.T.U. Classe ATC :

Plus en détail

T. Chevallier*, J.-P. Daurès*, M.-C. Micheletti**, J.-Y. Reginster*** et le groupe MISSION****

T. Chevallier*, J.-P. Daurès*, M.-C. Micheletti**, J.-Y. Reginster*** et le groupe MISSION**** J Gynecol Obstet Biol Reprod 2005 ; 34 (cahier 1) : 658-665. Travail original Méthodologie de l enquête MISSION (Ménopause, risque de cancer du SeIn, morbidité et prévalence) T. Chevallier*, J.-P. Daurès*,

Plus en détail

SANTÉ CANADA POUR LE TRAITEMENT DES PATIENTS ATTEINTS DE MYÉLOFIBROSE

SANTÉ CANADA POUR LE TRAITEMENT DES PATIENTS ATTEINTS DE MYÉLOFIBROSE POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Pr JAKAVI MD, LE PREMIER MÉDICAMENT À RECEVOIR UNE AUTORISATION DE COMMERCIALISATION DE SANTÉ CANADA POUR LE TRAITEMENT DES PATIENTS ATTEINTS DE MYÉLOFIBROSE La myélofibrose est

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA.

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA. COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 29 mai 2013 XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA DCI Code ATC (2012) Motif de l examen Liste

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Pr Jean Trédaniel Service de pneumologie et oncologie thoracique Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph Université Paris Descartes Sources Données

Plus en détail

Migraines, céphalées et statut hormonal

Migraines, céphalées et statut hormonal Migraines, céphalées et statut hormonal Vincent Cahagne, service de neurologie et équipe mobile d accompagnement et de soins palliatifs, Chu Rennes Migraine et puberté Le début de la migraine Le début

Plus en détail

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence On pose fréquemment le diagnostic de migraine sévère à l urgence. Bien que ce soit un diagnostic commun,

Plus en détail

Pour l'instant, les connaissances actuelles ne permettent pas d'empêcher un cancer du sein de survenir.

Pour l'instant, les connaissances actuelles ne permettent pas d'empêcher un cancer du sein de survenir. Dépistage Pour l'instant, les connaissances actuelles ne permettent pas d'empêcher un cancer du sein de survenir. Par contre, nous pouvons tenter de le dépister plus tôt afin d'avoir plus de chances de

Plus en détail

Evidence-based medicine en français

Evidence-based medicine en français Evidence-based medicine en français MÉDECINE FACTUELLE (Office de la langue française) Médecine fondée sur des faits démontrés Médecine fondée sur des preuves Médecine fondée sur des données probantes

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 octobre 2007. Réévaluation des contraceptifs oraux de 3 ème génération

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 octobre 2007. Réévaluation des contraceptifs oraux de 3 ème génération COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 octobre 2007 Réévaluation des contraceptifs oraux de 3 ème génération 1. Introduction Suite à une saisine du Ministre de la santé et des solidarités, la Commission

Plus en détail

Pour ou contre la rééducation périneale du post-partum?

Pour ou contre la rééducation périneale du post-partum? Pour ou contre la rééducation périneale du post-partum? Xavier Fritel To cite this version: Xavier Fritel. Pour ou contre la rééducation périneale du post-partum?. Gynécologie Obstétrique & Fertilité,

Plus en détail

Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant

Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant Peut-on ne pas reprendre des marges «insuffisantes» en cas de Carcinome canalaire infiltrant Institut Cancérologie de l Ouest CHIRURGIE Dr. Isabelle Jaffré CAS CLINIQUE 1 36 ans 90B sans CI radiothérapie

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

L INFIRMIÈRE CLINICIENNE SPÉCIALISÉE

L INFIRMIÈRE CLINICIENNE SPÉCIALISÉE Pour faciliter la lecture de ce document, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent les femmes et les hommes, et vice-versa, si le contexte s y prête. L INFIRMIÈRE CLINICIENNE SPÉCIALISÉE

Plus en détail

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ QUESTION : Est-ce que le café décaféiné est une alternative au café chez les patients qui souffrent d un RGO? AUTEUR : Alexis Du Cap (JUILLET 2009) SUPERVISEUR : Guylène Thériault

Plus en détail

Vertiges et étourdissements :

Vertiges et étourdissements : : comment être à la hauteur? Anthony Zeitouni, MD, FRCSC Présenté à la 71 e édition du Programme scientifique de l Association des médecins de langue française du Canada. Est-ce bien des vertiges? Il n

Plus en détail

Objet : Radiofréquences émises par les compteurs intelligents : position des directeurs régionaux de santé publique du Québec

Objet : Radiofréquences émises par les compteurs intelligents : position des directeurs régionaux de santé publique du Québec Le 5 décembre 2013 Objet : Radiofréquences émises par les compteurs intelligents : position des directeurs régionaux de santé publique du Québec Vous retrouverez ci-dessous la position des directeurs régionaux

Plus en détail

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire

Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Essais précoces non comparatifs : principes et calcul du nombre de sujets nécessaire Sylvie CHABAUD Direction de la Recherche Clinique et de l Innovation : Centre Léon Bérard - Lyon Unité de Biostatistique

Plus en détail

PROGRAF MC Toutes indications

PROGRAF MC Toutes indications PROGRAF MC Toutes indications AVRIL 2015 Marque de commerce : Prograf Dénomination commune : Tacrolimus Fabricant : Astellas Forme : Capsule Teneurs : 0,5 mg, 1 mg et 5 mg Exemption de l application de

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

COMMENT CHOISIR SON INHIBITEUR DE L'ACÉTYLCHOLINESTÉR ASE? Présenté par: Nicolas-Simon Tremblay

COMMENT CHOISIR SON INHIBITEUR DE L'ACÉTYLCHOLINESTÉR ASE? Présenté par: Nicolas-Simon Tremblay COMMENT CHOISIR SON INHIBITEUR DE L'ACÉTYLCHOLINESTÉR ASE? Présenté par: Nicolas-Simon Tremblay Alzheimer 10 personnes affectées par malade 80% des soins à domicile par aidants naturels Les coûts annuels

Plus en détail

Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013

Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013 Dr Bertrand Michy Département de Pneumologie CHU de Nancy 25 octobre 2013 Conflits d intérêts Aucun Introduction Constat : CB = Moins de motivation des pneumologues à obtenir le sevrage tabagique (versus

Plus en détail

Méthodologie documentaire spécifique au repérage d actions de terrain

Méthodologie documentaire spécifique au repérage d actions de terrain Méthodologie documentaire spécifique au repérage d actions de terrain Journée de la préventions 2014 Atelier : «Repérer des actions de prévention : l exemple du tabac» Céline DEROCHE, Sandra KERZANET -

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer du sein?

Qu est-ce que le cancer du sein? Cancer du sein Qu est-ce que le cancer du sein? Laissez-nous vous expliquer. www.fondsanticancer.org www.esmo.org ESMO/FAC Patient Guide Series basés sur les recommandations de pratique clinique de ESMO

Plus en détail

Rapport Traitement hormonal substitutif de la ménopause

Rapport Traitement hormonal substitutif de la ménopause Rapport Traitement hormonal substitutif de la ménopause Caractéristiques de l utilisation en France Effets sur la survenue de cancers du sein et d évènements cardiovasculaires en France Propositions d

Plus en détail

Effets bénéfiques non contraceptifs de la contraception hormonale

Effets bénéfiques non contraceptifs de la contraception hormonale Effets bénéfiques non contraceptifs de la contraception hormonale S. Ripart-Neveu, P. Marès CHU Nîmes Effets bénéfiques non contraceptifs de la contraception hormonale Effets néfastes Effets bénéfiques

Plus en détail

Présenté par Mélanie Dessureault, inf. clin. et Caroline Fortin, AIC radio-oncologie

Présenté par Mélanie Dessureault, inf. clin. et Caroline Fortin, AIC radio-oncologie Présenté par Mélanie Dessureault, inf. clin. et Caroline Fortin, AIC radio-oncologie Quiz de la radio-oncologie Rôle de l infirmière en radio-oncologie Mise en contexte (création des outils) Premier outils:

Plus en détail

*smith&nephew IV3000 Pansement pour cathéters réactif à l'humidité. Le pansement idéal pour cathéters

*smith&nephew IV3000 Pansement pour cathéters réactif à l'humidité. Le pansement idéal pour cathéters Le pansement idéal pour cathéters IV3000 diminue sensiblement le risque d infection en maintenant sec le site de ponction. IV3000 est jusqu à 8 fois plus efficace en terme d évaporation d humidité que

Plus en détail

Traitement adjuvant du cancer du sein en 2012. Christine Desbiens md, FRCSC Journée Mise à jour CMS Centre des Congrès, 26 octobre 2012

Traitement adjuvant du cancer du sein en 2012. Christine Desbiens md, FRCSC Journée Mise à jour CMS Centre des Congrès, 26 octobre 2012 Traitement adjuvant du cancer du sein en 2012 Christine Desbiens md, FRCSC Journée Mise à jour CMS Centre des Congrès, 26 octobre 2012 Conflits d intérêt Non présents pour cette présentation Objectifs:

Plus en détail

Dictionnaire de données de la Base de données du Système national d information sur l utilisation des médicaments prescrits, octobre 2013

Dictionnaire de données de la Base de données du Système national d information sur l utilisation des médicaments prescrits, octobre 2013 Dictionnaire de données de la Base de données du Système national d information sur l utilisation des médicaments prescrits, octobre 2013 Normes et soumission de données Notre vision De meilleures données

Plus en détail

Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux

Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux Quel est l enjeu «Les maladies chroniques constituent le principal problème de morbidité à l échelle mondiale et un obstacle majeur au

Plus en détail

Hormonothérapie par tamoxifène seul chez la femme non ménopausée en situation adjuvante

Hormonothérapie par tamoxifène seul chez la femme non ménopausée en situation adjuvante Hormonothérapie par tamoxifène seul chez la femme non ménopausée en situation adjuvante Ta m oxifen as adjuvant treatment of premenopausal breast cancer women Mots clés : Traitement adjuvant, Non-ménopausée,

Plus en détail

TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE. RISQUES ET BENEFICES SFAR Rachida.

TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE. RISQUES ET BENEFICES SFAR Rachida. TRAITEMENT HORMONAL SUBSTITUTIF DE LA MENOPAUSE. RISQUES ET BENEFICES SFAR Rachida. Malgré une prescription qui date maintenant de quelques dizaines d années, le traitement hormonal substitutif de la ménopause

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

contraception 2010 Evolution des contraceptifs oraux 15/01/2010 B. LETOMBE (Lille) F. MASIA (Nîmes) P. MARES (Nîmes) Bénéfices additionnels

contraception 2010 Evolution des contraceptifs oraux 15/01/2010 B. LETOMBE (Lille) F. MASIA (Nîmes) P. MARES (Nîmes) Bénéfices additionnels Nouveautés en contraception 2010 Evolution des contraceptifs oraux Bénéfices additionnels B. LETOMBE (Lille) F. MASIA (Nîmes) P. MARES (Nîmes) Efficacité Safety Sécurité 1960 2009 1960 2009 1960 2009 1

Plus en détail

LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES

LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES COMMUNIQUE DE PRESSE N 213 12 Juin 2012 LES GAZ D ECHAPPEMENT DES MOTEURS DIESEL CANCEROGENES A l issue d une réunion d une semaine regroupant des spécialistes internationaux, le Centre international de

Plus en détail

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 ML Laroche 1, E Demers 2, MC Breton 2, JP Gregoire 2, J Moisan 2 1- EA 6310 HAVAE, Université, Limoges, France

Plus en détail

La recherche clinique au cœur du progrès thérapeutique

La recherche clinique au cœur du progrès thérapeutique 2 èmes Assises de l Innovation Thérapeutique Paris, 05-11-2014 La recherche clinique au cœur du progrès thérapeutique Pr. Jean-François DHAINAUT Président du Groupement Inter-régional de la Recherche Clinique

Plus en détail

Contraception hormonale en périménopause l antidote à bien des maux

Contraception hormonale en périménopause l antidote à bien des maux L A C O N T R A C E P T I O N E N É V O L U T I O N Contraception hormonale en périménopause l antidote à bien des maux par Chantal Marquis «J ai 48 ans, j ai des chaleurs, je dors peu et j ai des saignements

Plus en détail

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement DIU HTA François Gueyffier Service de pharmacologie clinique UMR CNRS 5558 CIC 201, LYON francois.gueyffier@chu-lyon.fr

Plus en détail

LECTURE CRITIQUE 1 ER PAS

LECTURE CRITIQUE 1 ER PAS 1 LECTURE CRITIQUE D UN ARTICLE SCIENTIFIQUE 1 ER PAS FORUM PCI 20,05,14 MJ Thévenin / Inf. EPIAS/ SMPH BUTS ET ORGANISATION DE LA PRÉSENTATION Utiliser une grille de lecture critique d un article Comprendre

Plus en détail

Étude des tendances en matière de soins de santé au Canada

Étude des tendances en matière de soins de santé au Canada www.bucksurveys.com Étude des tendances en matière de soins de santé au Canada Résultats 2011 Introduction: Faibles augmentations à tous les niveaux Depuis que Buck a lancé, en 2001, sa première Étude

Plus en détail

Revue de la littérature

Revue de la littérature Résultats à long terme des anévrysmes traités Revue de la littérature Cours de DES de neurochirurgie Inter-région Rhône-Alpes / Auvergne Vendredi 22/04/11 Méthode (1): sélection bibliographique en fonction

Plus en détail

SONDAGE NATIONAL DES MÉDECINS 2014

SONDAGE NATIONAL DES MÉDECINS 2014 1 SONDAGE NATIONAL DES MÉDECINS 2014 Document d information Le 2 décembre 2014. Le Sondage national des médecins est un important projet de recherche continu qui permet de recueillir les opinions de médecins,

Plus en détail

De meilleurs soins :

De meilleurs soins : De meilleurs soins : une analyse des soins infirmiers et des résultats du système de santé Série de rapports de l AIIC et de la FCRSS pour informer la Commission nationale d experts de l AIIC, La santé

Plus en détail

ÉNONCÉ D'ACTION SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES des recteurs d'universités et de collèges POUR LE CANADA

ÉNONCÉ D'ACTION SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES des recteurs d'universités et de collèges POUR LE CANADA ÉNONCÉ D'ACTION SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES des recteurs d'universités et de collèges POUR LE CANADA N ous, les recteurs d'universités et de collèges soussignés, nous préoccupons des changements climatiques

Plus en détail

Contraception. La contraception a été un progrès médical et social qui a transformé la vie des femmes. But de la contraception

Contraception. La contraception a été un progrès médical et social qui a transformé la vie des femmes. But de la contraception Pilules contraceptives et risques thrombotiques Jacqueline Conard - Hématologie Biologique Hôtel-Dieu - Médecine Vasculaire, Hôpital Saint Joseph Paris Contraception La contraception a été un progrès médical

Plus en détail

Café News. Bulletin d actualités destiné aux professionnels de l information. Echos de la recherche

Café News. Bulletin d actualités destiné aux professionnels de l information. Echos de la recherche N 1 Mai 2001 Santé et Café News Bulletin d actualités destiné aux professionnels de l information SOMMAIRE Echos de la recherche Café et maladie de Parkinson : un effet préventif? Café et céphalées de

Plus en détail

Denis Chauret, MD Spécialiste en médecine interne Professeur agrégé, Faculté de médecine, Université d'ottawa

Denis Chauret, MD Spécialiste en médecine interne Professeur agrégé, Faculté de médecine, Université d'ottawa Denis Chauret, MD Spécialiste en médecine interne Professeur agrégé, Faculté de médecine, Université d'ottawa CURRICULUM VITAE 2014 Nom : Adresse : DENIS CHAURET MD FRCPC FACP Hôpital Montfort 713 Chemin

Plus en détail

Spécialiste du stationnement en environnement hospitalier

Spécialiste du stationnement en environnement hospitalier Spécialiste du stationnement en environnement hospitalier VINCI Park : partenaire-investisseur, gestionnaire et consultant VINCI Park est une filiale de VINCI, le numéro un mondial des concessions, de

Plus en détail

Session Hot Line du Congrès ESC 2014 : Effet favorable de Pradaxa sur la fonction rénale en comparaison avec la warfarine

Session Hot Line du Congrès ESC 2014 : Effet favorable de Pradaxa sur la fonction rénale en comparaison avec la warfarine BE/PRA-141770 09/2014 Session Hot Line du Congrès ESC 2014 : Effet favorable de Pradaxa sur la fonction rénale en comparaison avec la warfarine Une sous-analyse de RE-LY démontre que le traitement par

Plus en détail

ÉDUCATION. Étude de cas Des élèves développent des habiletés de recherche en environnement à l aide d ArcGIS.com

ÉDUCATION. Étude de cas Des élèves développent des habiletés de recherche en environnement à l aide d ArcGIS.com ÉDUCATION Étude de cas Des élèves développent des habiletés de recherche en environnement à l aide d ArcGIS.com Un SIG dans le nuage aide des élèves à analyser les effets environnementaux et économiques

Plus en détail

La réadaptation professionnelle des travailleurs lombalgiques : Présentation d'un modèle canadien

La réadaptation professionnelle des travailleurs lombalgiques : Présentation d'un modèle canadien Hôpital Cochin Samedi 1 er avril 2006 Forum Saint Jacques La réadaptation professionnelle des travailleurs lombalgiques : Présentation d'un modèle canadien Dr Jean-Baptiste Fassier 1,2 Centre d Etude et

Plus en détail

Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder

Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder Médicaments approuvés : Les Canadiens veulent y avoir accès sans tarder (Ottawa, Canada Le 17 mars 2008) Selon une enquête menée récemment auprès des citoyens canadiens à l échelle nationale, la grande

Plus en détail

PLAN D ACTION DE LA TABLE RONDE SUR LA SÉCURITÉ DES SOINS À DOMICILE. Produit Février 2015

PLAN D ACTION DE LA TABLE RONDE SUR LA SÉCURITÉ DES SOINS À DOMICILE. Produit Février 2015 Produit Février 2015 Il faut un système intégré pour obtenir une sécurité intégrée. Il s en serait fallu de si peu pour que JJ passe un dernier Noël à la maison! Un peu plus de temps pour une conversation

Plus en détail

C. Cohen, Inf. M.Sc. Professeure HEdS La Source & Intervenante à l IUFRS

C. Cohen, Inf. M.Sc. Professeure HEdS La Source & Intervenante à l IUFRS 3ème Séminaire européen du SIDIIEF «Les maladies chroniques : Formation, recherche et leadership clinique en soins infirmiers» 26 mars 2015 Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), Lausanne, Suisse

Plus en détail

Qu avez-vous appris pendant cet exposé?

Qu avez-vous appris pendant cet exposé? Qu avez-vous appris pendant cet exposé? Karl VINCENT, DC IFEC 2010 Diplôme Universitaire de Méthodes en Recherche Clinique Institut de Santé Publique d Epidémiologie et de développement ISPED Bordeaux

Plus en détail

Faciliter la transition de la guérison à la palliation en favorisant la communication entourant le choix de soins 16 avril 2009 19e congrès du Réseau

Faciliter la transition de la guérison à la palliation en favorisant la communication entourant le choix de soins 16 avril 2009 19e congrès du Réseau Faciliter la transition de la guérison à la palliation en favorisant la communication entourant le choix de soins 16 avril 2009 19e congrès du Réseau de soins palliatifs du Québec, Montréal Julia Sohi

Plus en détail

Marie-Thérèse Lussier MD, BSc, MSc, FCMFC Claude Richard PhD, MA Justin Gagnon, MA Jean François Payotte, MSc

Marie-Thérèse Lussier MD, BSc, MSc, FCMFC Claude Richard PhD, MA Justin Gagnon, MA Jean François Payotte, MSc Marie-Thérèse Lussier MD, BSc, MSc, FCMFC Claude Richard PhD, MA Justin Gagnon, MA Jean François Payotte, MSc RCSSSP Initiative pan canadienne de collecte de données sur la santé des patients extraites

Plus en détail

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris 8 Avant l introduction des traitements antirétroviraux hautement actifs (HAART), la majorité des patients

Plus en détail

GILENYA MC Sclérose en plaques (SEP) de forme rémittente

GILENYA MC Sclérose en plaques (SEP) de forme rémittente GILENYA MC Sclérose en plaques (SEP) de forme rémittente FÉVRIER 2012 Marque de commerce : Gilenya Dénomination commune : Fingolimod Fabricant : Novartis Forme : Capsule Teneur : 0,5 mg Maintien d une

Plus en détail

Expérimentation du programme personnalisé de l après-cancer des patients traités pour un cancer dans l enfance ou l adolescence

Expérimentation du programme personnalisé de l après-cancer des patients traités pour un cancer dans l enfance ou l adolescence APPEL A PROJETS 2011 Expérimentation du programme personnalisé de l après-cancer des patients traités pour un cancer dans l enfance ou Prévention et prise en charge des séquelles à long terme Actions 25.3

Plus en détail

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare Montréal, 24 mars 2015 David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting 1 RSSPQ, 2013 2 MÉDECINE INDIVIDUALISÉE Médecine personnalisée Médecine de précision Biomarqueurs Génomique

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Le traitement hormonal

Le traitement hormonal Cahier 3.5.4 Le traitement hormonal Saviez-vous que... «Il est important de savoir qu il n y a pas de raison à la médicalisation de la ménopause. La ménopause est une étape normale et naturelle de nos

Plus en détail

Analyse de survie : comment gérer les données censurées?

Analyse de survie : comment gérer les données censurées? Mémento biostatistique Analyse de survie : comment gérer les données censurées? Méthode de Kaplan-Meier C. Alberti 1, J.-F. Timsit 2, S. Chevret 3 1 Centre d Epidémiologie Clinique, Hôpital Robert Debré,

Plus en détail

Alberta. Ministère de la Santé et du Bien-être de l Alberta Régime d assurance maladie de l Alberta C. P. 1360, Station Main Edmonton, AB T5J 2N3

Alberta. Ministère de la Santé et du Bien-être de l Alberta Régime d assurance maladie de l Alberta C. P. 1360, Station Main Edmonton, AB T5J 2N3 Alberta Afin de bénéficier de la couverture en matière de soins de santé de l Alberta, le résident doit demeurer physiquement en Alberta pendant au moins 183 jours au cours d une période de douze mois

Plus en détail

Grossesse après cancer du sein

Grossesse après cancer du sein Pregnancy after breast cancer Mots clés : Grossesse, Cancer du sein, Femmes jeunes, Facteurs pronostiques, Survie Keywords : Pregnancy, Breast carcinoma, Young women, Prognostic factors, Survival F. Abel-Decollogne

Plus en détail

PRÉSENTÉ AU FRONT DES INDÉPENDANTS DU CANADA PAR ANNE-MARIE DUBOIS

PRÉSENTÉ AU FRONT DES INDÉPENDANTS DU CANADA PAR ANNE-MARIE DUBOIS RAPPORT DE RECHERCHE SUR LES ÉTABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT ET LES ORGANISATIONS OFFRANT DE LA FORMATION EN CINÉMA, TÉLÉVISION, VIDÉO, ARTS MÉDIATIQUES ET MÉDIAS INTERACTIFS AU CANADA PRÉSENTÉ AU FRONT

Plus en détail

Les avancées de la rhumatologie II

Les avancées de la rhumatologie II Les avancées de la rhumatologie II par Emmanuèle Garnier Le congrès de l American College of Rheumatology s est déroulé en novembre dernier à San Francisco. De nombreuses conférences ont été consacrées

Plus en détail

Réseau sur. Médicaments. l Innocuité et l Efficacité des. Document d orientation pour la présentation de requêtes au RIEM

Réseau sur. Médicaments. l Innocuité et l Efficacité des. Document d orientation pour la présentation de requêtes au RIEM Réseau sur l Innocuité et l Efficacité des Médicaments Document d orientation pour la présentation de requêtes au RIEM Instituts de recherche en santé du Canada Canadian Institutes of Health Research Version

Plus en détail

seminaires iris Comment augmenter la survie des arrêts cardiaques extra hospitaliers?

seminaires iris Comment augmenter la survie des arrêts cardiaques extra hospitaliers? Comment augmenter la survie des arrêts cardiaques extra hospitaliers? Pierre Mols MD PhD Service des Urgences et du SMUR 13 janvier 2015 Predictors of survival from out-of-hospital cardiac arrest: a systematic

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS

ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS Btissame Betari Symposium 8 Avril 2014 1 Cas clinique Mr V. 86 ans ATCD : HTA, ACFA traitée par Xarelto Mode de vie : Vit avec sa femme en pavillon Autonome, marche

Plus en détail

PRINCIPES DEVANT GUIDER LA TRANSFORMATION DES SOINS DE SANTÉ AU CANADA

PRINCIPES DEVANT GUIDER LA TRANSFORMATION DES SOINS DE SANTÉ AU CANADA PRINCIPES DEVANT GUIDER LA TRANSFORMATION DES SOINS DE SANTÉ AU CANADA Juillet 2011 PRINCIPES DEVANT GUIDER LA TRANSFORMATION DES SOINS DE SANTÉ AU CANADA Juillet 2011 PRÉAMBULE L Association médicale

Plus en détail

S Y L V I E W Y L E R

S Y L V I E W Y L E R La Méthode NADA S Y L V I E W Y L E R E L E A N O R E H I C K E Y M É L I N D A A K O N G O S I O N, 7 S E P T E M B R E 2 0 1 1 F O R U M D R O G U E S S U R L E S A P P R O C H E S A L T E R N A T I

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

Contraception après 40 ans

Contraception après 40 ans Contraception après 40 ans Stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme. Recommandations pour la pratique clinique Décembre 2004. ANAES/AFSSAPS Un vaste choix contraceptif Contraception

Plus en détail

«Quelle information aux patients en recherche biomédicale? Quels enseignements en retirer pour la pratique quotidienne?»

«Quelle information aux patients en recherche biomédicale? Quels enseignements en retirer pour la pratique quotidienne?» «Quelle information aux patients en recherche biomédicale? Quels enseignements en retirer pour la pratique quotidienne?» Dr Adeline Paris Unité de Pharmacologie Clinique Centre d Investigation Clinique

Plus en détail

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE POUR DIFFUSION IMMÉDIATE UN NOUVEAU TRAITEMENT À ADMINISTRATION MENSUELLE CONTRE LA SCHIZOPHRÉNIE, ABILIFY MAINTENA MC (aripiprazole à libération prolongée pour suspension injectable), EST MAINTENANT OFFERT

Plus en détail

La gestion des risques en hygiène hospitalière

La gestion des risques en hygiène hospitalière La gestion des risques en hygiène hospitalière Rappels des fondamentaux Dr J-L. Quenon Comité de Coordination de l Évaluation Clinique et de la Qualité en Aquitaine Séminaire de la SF2H, 19 novembre 2013,

Plus en détail

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale Transplantation pulmonaire et mucoviscidose Optimiser la prise en charge médicale Dr Isabelle Danner-Boucher CRCM adulte de Nantes Unité de Transplantation Thoracique 11èmes Journées Scientifiques de la

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

Intégrez la puissance du. «Où» dans votre entreprise. Obtenez de meilleurs résultats grâce à Esri Location Analytics

Intégrez la puissance du. «Où» dans votre entreprise. Obtenez de meilleurs résultats grâce à Esri Location Analytics Intégrez la puissance du «Où» dans votre entreprise Obtenez de meilleurs résultats grâce à Esri Location Analytics Quand la question est «Quoi», la réponse est «Où» Dans le contexte actuel d explosion

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

Synthèse accompagnée d une évaluation critique Processus

Synthèse accompagnée d une évaluation critique Processus Synthèse accompagnée d une évaluation critique Processus Mise à jour : avril, 2015 Version 1.0 HISTORIQUE DES RÉVISIONS Le présent document sera régulièrement révisé dans le cadre des activités d amélioration

Plus en détail

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES Enseignement du Deuxième Cycle des Etudes Médicales Faculté de Médecine de Toulouse Purpan et Toulouse Rangueil Module I «Apprentissage de l exercice médical» Coordonnateurs Pr Alain Grand Pr Daniel Rougé

Plus en détail

REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire. Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris

REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire. Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris Soirée SFR-IDF, 15 Mars 2012 Une Technique Très Encadrée Dépistage organisé (DO) Départements pilotes

Plus en détail