6 novembre Modifier son style de vie pour améliorer la dyslipidémie? et pour diminuer le risque cardiovasculaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "6 novembre 2014. Modifier son style de vie pour améliorer la dyslipidémie? et pour diminuer le risque cardiovasculaire"

Transcription

1 6 novembre 2014 Modifier son style de vie pour améliorer la dyslipidémie? et pour diminuer le risque cardiovasculaire Ulrich Keller, Prof. Dr. med. FMH Endocrinologie-Diabétologie Consultant, Clinique Le Noirmont et

2 Risque CV total (%) Recommandations Européennes (ESC/EAS) 2011 pour les stratégies d intervention Risque LDL mmol/l catégories (ESC/EAS guidelines for the management of dyslipidemias. European Heart Journal (2011) 32, )

3 Evidence pour l effet du changement de style de vie sur les complications cardiovasculaires Evidence claire Evidence floue Style de vie Alimentation et Activité physique Bilan lipidique (Triglyc., LDL-C, HDL-C) Athérosclérose; complications cardiovasculaires Ce n est pas une voie directe et simple!

4 (Grundy SM, in Atherosclerosis & Coronary Heart Disease2, Fuster, Ross, Topol (eds), Lippincott Reaven, 1997) Modifications alimentaires: effets sur les lipides et sur le risque calculé de maladie coronarienne (MC) en 1997 Changement nutritionnel Effet sur lipides et PA Risque de MC 7% d'acides gras saturés en moins 200 mg/jour de cholestérol alimentaire en moins Cholestérol: mmol/l -6% Cholestérol: -0.5 mmol/l -19% 10 kg de perte de poids Cholestérol: mmol/l -10% HDL: mmol/l -6% PAdiast: -3mm Hg -13% 3 g/jour de sel en moins PAmoyenne: -5mm Hg -13% Somme -67% =«Compte de la laitière»

5 Manger peu de cholestérol?

6 (Shin JY, Xun P, Nakamura Y, He K. Egg consumption in relation to risk of cardiovascular disease and diabetes: a systematic review and meta-analysis. Am J Clin Nutr. 15. Mai 2013) Consommation d œufs et risque cardiovasculaire: Résultats d une méta-analyse Hazard Ratio de la consommation supérieure (>1 œuf/jour) versus inférieure (<1 œuf/semaine)

7 Stérols végétals et stanols agents hypocholestérolémiants «naturels» PS= Phytosterols Effet sur risque cardiovasculaire indéterminé! (Gylling H, Plat J, Turley S, Ginsberg HN, Ellegård L, Jessup W, u. a. Plant sterols and plant stanols in the management of dyslipidaemia and prevention of cardiovascular disease. Atherosclerosis. 2014;232(2):346 60)

8 Manger peu de graisses?

9 (Howard B, et al JAMA. 2006;295: ) Low Fat Diet et complications cardiovasculaires (étude WHI, RCT, suivi 8.1 ans) Etude WHI =Women s Health Initiative Infarctus et décès coronarien Groupe Contrôle Groupe Low Fat Diet AVC Contribution des graisses à l apport énergétique total: 8% de moins dans le groupe «Low Fat Diet» que dans le groupe «contrôle»

10 Consommation d acides gras saturés alimentaires et incidence de la maladie coronarienne: Importance du type de remplacement. Revue systématique et méta-analyse. (Mozaffarian D et al, PLoS Medicine 7: 1-10, 2010) Risque Relatif (RR) de l incidence de la maladie coronarienne

11 Relation entre la consommation de différents acides gras insaturés et l incidence de maladie coronarienne: Revue systématique et méta-analyse (Chowdhury R et al., Ann Intern Med. 18. März 2014;160(6): ) Risque relative (RR) pour évènements coronariens dans les études prospectives de cohorte

12 (Mozaffarian D et al, PLoS Medicine 7: 1-10, 2010) Résume: Acides gras favorables et défavorables pour la prévention cardiovasculaire favorable n-3- PUFA à longue chaine (huile de poisson) n-3- PUFA (origine végétale) n-6- PUFA (origine végétale) Acides gras mono-insaturés Acides gras saturés Acides gras trans industriels défavorable

13 Manger peu de glucides? (low carbohydrate diets)

14 Triglycérides et HDL après régime Low Carb Diet dans l obésité (GD Foster et al, N Engl J Med 2003;348: ) * * *20 g de glucides/jour au début, puis plus Effet d un régime «low carb» sur le risque cardiovasulaire inconnu!

15 Alimentation méditerranéenne: Le bon mélange

16 Recommandé: Découragé : L'huile d'olive Boissons soda Noix Produits de boulangerie Fruits Légumes, légumineuses Viande blanche Vin aux repas (en option) Bonbons, pâtisserie Graisses à tartiner

17 (Estruch, Ramón, Emilio Ros, Jordi Salas-Salvadó et al, Primary Prevention of Cardiovascular Disease with a Mediterranean Diet. The New England journal of medicine (25. Februar 2013). doi: /nejmoa ) Etude randomisée sur la prévention cardiovasculaire avec une alimentation méditerranéenne (Predimed) (Extra Vergine Olive Oil) Réduction: 30%!

18 L hypertriglycéridémie sévère: leçons d un cas

19 Monsieur. R.M., 42 ans, BMI 31 kg/m Cholesterol total (mmol/l) HDL-C (mmol/l) LDL-C (mmol/l) n.calc. n. calc. n. calc. 3.6 Triglycérides (mmol/l) Glucose (mmol/l) ASAT (U/L) nl < ALAT (U/L) nl < g-gt (U/L) nl < Anamnèse: 1. consultation 1 Whisky-Cola + 7 dl bière /jour Après 3 semaines d abstention (alcool, sucre)

20 Nombre de patients hospitalisés avec pancréatite aiguë (Brunzell and Bierman, 1982) Pancréatite aiguë dans les hypertriglycéridémies sévères (:88=mmol/l) = mmol/l

21 Alimentation et métabolisme des lipides (après Grundy et al, in: Atherosclerosis and Coronary Artery disease, Lippincott Raven, 1996) Lipides exogènes: Suralimentation (graisses): Surproduction de Chylomicrons (intéstins) Lymph Sang B-48 Chylomicrons Triglyc. Chylomicrons remnants et acides gras Lipides endogènes: Suralimentation (glucides, fructose et alcool): Surproduction de VLDL B-100 VLDL Triglyc. Surpoids et DM T2: Résistance à l insuline Activité de la lipoprotéine lipase diminuée Foie VLDLremnants Apport d acides gras saturés, d acides gras trans et de cholestérol: Suppression de l activité des récepteurs de LDL LDL

22

23 Résultats des études randomisées sur l effet de l activité physique (aérobique et résistance) Revue Cochrane (Seron P, Lanas F, Pardo Hernandez H, Bonfill Cosp X. Exercise for people with high cardiovascular risk. Cochrane Database of Systematic Reviews [Internet]. John Wiley & Sons, Ltd; Verfügbar unter: RCTs qui ont durés 4-6 mois LDL-C: 3 études ne démontraient pas d effet significatif. HDL-C: 2 études démontraient des effets significatifs mais avec une faible importance clinique. 2 études ne démontraient pas d effet significatif. Mortalité totale et cardiovasculaire: Effet indéterminé (prévention primaire)

24 (Cardiovascular Effects of Intensive Lifestyle Intervention in Type 2 Diabetes. New England Journal of Medicine. 24. Juni 2013;369(2):145 54) Intervention RCT de style de vie intense avec un apport calorique diminué et une augmentation de l'activité physique. Effet bénéfique sur poids, HbA1c, lipides et fitness - mais transient.

25 Résumé: Changement de style de vie et lipides sanguins pour diminuer le taux de LDL: changement de style de vie peu efficace traitement pharmacologique (statines) efficace pour diminuer les triglycérides: changement de style de vie (alimentation) très efficace évidence faible d un effet favorable sur la prévention cardiovasculaire du traitement pharmacologique. pour augmenter le HDL-C: mêmes mesures que pour abaisser les triglycérides.

26 Résumé: Changement de style de vie et prévention cardiovasculaire primaire La meilleure évidence des études RCT pour un effet favorable existe pour une alimentation de type méditerranéenne. Le changement doit être durable.

27 Merci pour votre attention

28 Qu est-ce que c est? Patient avec hypertriglycéridémie sévère Homme, 45 ans, hospitalisé avec pancréatite aigue Xanthomata éruptifs

29 Sérum lipémique dans un cas d hypertriglycéridémie sévère Test du frigo: Laisser un tube de plasma débout pendant une nuit au frigo: S il y a de la «crème» au dessus= chylomicrons; Sans «crème» = VLDL Ici: Chylomicrons et VLDL

30 Traitement du syndrome de rétention des chylomicrons Abstention d alcool Restriction des graisses (0-10% de l apport énergétique total) Insuline en cas de diabète huile de poisson >3 g/jour Abaissement des triglycérides chez notre patient hospitalisé de 22 mmol/l à 1,8 mmol/l

31 Cardiovascular Effects of Intensive Lifestyle Intervention in Type 2 Diabetes. The Look AHEAD Research Group (Cardiovascular Effects of Intensive Lifestyle Intervention in Type 2 Diabetes. New Engl J Med 24. Juni 2013;369(2):145 54) Weight (kg) Fitness (MET) Triglycérides et HDL Mais: l effet bénéfique n était pas durable

32 (Cardiovascular Effects of Intensive Lifestyle Intervention in Type 2 Diabetes. New Engl J Med 24. Juni 2013;369(2):145 54) Cardiovascular Effects of Intensive Lifestyle Intervention in Type 2 Diabetes. The Look AHEAD Research Group Cumulative Hazard Curves for the Primary Composite Cardiovascular End Point si le changement de style de vie n est pas durable il n y a pas d effet bénéfique cardiovasculare à longue durée

33 Effects of Intensive Lifestyle Intervention in Obesity and in Type 2 Diabetes. The Look AHEAD Research Group Bénéfit sur HbA1c, poids et fitness physique n était pas durable. (Wing RR, Lang W, Wadden TA, Safford M, Knowler WC, Bertoni AG, u. a. Benefits of Modest Weight Loss in Improving Cardiovascular Risk Factors in Overweight and Obese Individuals With Type 2 Diabetes. Diab Care. 2011;34(7):1481 6)

34 Graisse foie (IHCL) (%) La surconsommation de fructose augmente les triglycérides et la lipogenèse Triglycérides sériques (mmol/l) Graisse musculaire (IHCL) (%) Ingestion de 210g de fructose par jour (+35% au dessus du besoin calorique) pendant 7 jours Contrôles Descendants de diabète T2 Contrôles Descendants de diabète T2 (Le KA et al, Am J Clin Nutr 2009;89:1 6.) Contrôles Descendants de diabète T2

35 Restriction importante des graisses chez un patient avec hypertriglycéridémie sévère (syndrome de rétention des chylomicrons) (RD Illingworth et al, in Endocrinology & Metabolism, Mc Graw Hill, 1995) Plasma Triglycerides

36 Lichtenstein AH et al. Arterioscler Thromb. 1994;14: Triglycérides sous un régime riche en glucides pendant 5 semaines, après un repas d épreuve Triglycérides (mmol/l) * * * Régime high CHO low fat (apport calorique identique) Régime normal Temps (heures) *P<0.05 à 5, 8, et 10 h. pp vs 0 et 24 h.

37 Recommandations du GSLA Modifier son style de vie Vrai ou faux? (Etudes avec cibles «dures») discuté vrai incertain probablement vrai incertain discuté probablement vrai discuté Cholestérol? plutôt faux

38 Huile de poisson et effet hypotriglycéridémiant dans des cas de syndrome de chylomicronémie (Philippson BE et al, NEJM 312:1210, 1985)

39 Huile de poisson et effet hypotriglycéridémiant - importance de la dose Abaissement des triglycérides plasmatiques (% de la base) (HM Roche et al. Am J Clin Nutr 2000;71 (suppl):232s 7S) Blonk et al (1990) Saunders et al (1993) Schmidt et al (1990) Dose de n-3 LC-PUFA (g/jour)

40 (Cardiovascular Effects of Intensive Lifestyle Intervention in Type 2 Diabetes. New Engl J Med 24. Juni 2013;369(2):145 54) Cardiovascular Effects of Intensive Lifestyle Intervention in Type 2 Diabetes. The Look AHEAD Research Group Weight (kg) Fitness (MET)

41 Cardiovascular Effects of Intensive Lifestyle Intervention in Type 2 Diabetes. The Look AHEAD Research Group (Cardiovascular Effects of Intensive Lifestyle Intervention in Type 2 Diabetes. New Engl J Med 24. Juni 2013;369(2):145 54)

42 Lipides sanguins sous un régime low-carb, méditerranéen ou low-fat chez des sujets en surpoids (Shai I et al, DIRECT study, N Engl J Med 2008;359:229-41) (n=322)

43 Classification des graisses selon leur composition en acides gras Acides gras saturés: 12:0, 14:0, 16:0, 18:0: p. ex. dans la viande et les produits laitiers. Acides gras mono-insaturés (MUFA): 18:0 n-9: p.ex. dans les huiles d olive et de colza, dans les graisses de source animale. Acides gras poly-insaturés (PUFA): 18:2 n-6 (Omega-6): dans les huiles végétales. 18:2 n-3 (Omega-3; ALA): dans les huiles de colza, de noix et de lin. 20:5 n-3 (EPA); 22:6 n-3 (DHA): dans la graisse de poisson. Acides gras trans: t-18:1; t-18:2; t-16:1: dans les graisses durcies, et le lait.

44 Alimentation et maladies cardiovasculairesmythes et faits réels Manger peu de cholestérol: Peu important dans la vie quotidienne Low Fat Diet: Ne diminue pas le risque cardiovasculaire. Réduction des acides gras saturés alimentaires: Peu efficace pour la prévention cardiovasculaire et dépendant du type de remplacement. Les glucides sont «bénins», les graisses sont «mauvaises». Ne pas confirmé dans les études récentes.

45

46 Acides gras trans dans aliments de production industrielle Loi fédéral des aliments ( ): Maximum 2% acids grans trans dans huiles ou graisses

47 Mesures diététiques chez des patients hypertriglycéridémiques Abaissment des VLDL (Hypertriglycéridémie modérée): Perte de poids en présence de surpoids. -moins de glucides rapides -plus de protéines -plus d acides gras insaturés. Limiter l apport en fructose (< 60 g/jour). Limiter l apport en alcool (< 30 g/jour). Traitement de la chylomicronémie (hypertriglycéridémie massive): Diminuer l apport en graisses (<20 % der Kalorien). Considérer la consommation de l huile de poisson

48 Comment abaisser le taux de LDL-Cholésterol avec mesures diététiques? (taux de base: 4.1 mmol/l) Component Moins d acides gras saturés et trans, moins de choléstérol diététique Fibres soluble (p.ex. légumes; g/jour) Phytostérols (2 g/jour) Total LDL-C (mmol/l) 0.31 (-8%) 0.22 (-5%) 0.41 (-10%) 1.0 (-24%) Walden CE et al. Arterioscler Thromb Vasc Biol 1997;17: Jenkins DJ et al. Curr Opin Lipidol 2000;11: Cato N. Stanol meta-analysis. Personal communication, 2000.

49 Elements du traitement nutritionnel de la dyslipidémie Pour abaisser les triglycerides: Diminuer l apport calorique en cas de surpoids Diminuer l apport de glucides; moins sucre, moins fructose Eviter un excès d alcool Réduir l apport de graisses (surtout chez un patient avec chylomicronémie) Consommation d huile de poisson (>3g/jour) Pour abaisser le LDL-choléstérol: Moins d acides gras saturés et plus d acides gras unsaturés; moins d acides gras trans, moins choléstérol. Apport de phytosterols, stanols et levure rouge de riz (?). Augmenter le HDL-C: Mêmes mesures comme pour abaisser les triglycerides Alcool [?]

50 Nahrungsfette und Risiko für koronare Herzkrankheit (KHK; Nurses Health Study) (Hu FB et al, N Engl J Med Med 1997;337:1491-9)

51 Lipides sous régime Low-Carbohydrate, Méditerranéen ou Low-Fat chez des sujets avec surpoids (Shai I et al, DIRECT study, N Engl J Med 2008;359:229-41) (n=322)

52 Wirkung von Fischöl auf Komplikationen der koronaren Herzkrankheit (JELIS Trial, Japan) Komplikationen einer koronaren Herzkrankheit (%) (Yokoyama M et al, Lancet 2007; 369: ) Alle Probanden Probanden mit vorbestehender Herzkrankheit (Fischöl) -EPA-Gruppe: mg Fischöl pro Tag -Alle Probanden: Statine

53 Ersatz von SAFA mit PUFA- Resultate von 7 RCT s (Mozaffarian D et al, PLoS Medicine 7: 1-10, 2010)

54 Gesättigte Fette und KHK Risiko Meta-Analyse von Kohortenstudien (Siri-Tarino P et al, Am J Clin Nutr 2010;91:535 46)

55 Activité physique d endurance chez des diabétiques de type 2 [R. Lehmann et al, Diabetologia (1995) 38: ] Programme d activité physique chez des patients diabétiques de type 2. Resultats après 3 mois: 20 % abaissement des triglycérides (p < 0.05) 24% augmentation du HDL-C (p<0.01)

56 Effect of alcohol consumption on risk markers of coronary heart disease: systematic review and meta-analysis of interventional studies (Brien SE et al, BMJ 2011;342:d636) Triglycerides (mmol/l)

57 Effect of alcohol consumption on risk markers of coronary heart disease: systematic review and meta-analysis of interventional studies (Brien SE et al, BMJ 2011;342:d636) HDL-C (mmol/l)

Diététique de la dyslipidémie

Diététique de la dyslipidémie Diététique de la dyslipidémie 1) Définition Anomalie du métabolisme des lipides à l origine de perturbations biologiques. On peut observer : - Une hypercholestérolémie : augmentation isolée du cholestérol

Plus en détail

Objectifs du cours. Diabète, HTA, dyslipidémies. Hôpitaux Universitaires de Genève. Déroulement. Cas de patient : Mr G.

Objectifs du cours. Diabète, HTA, dyslipidémies. Hôpitaux Universitaires de Genève. Déroulement. Cas de patient : Mr G. Hôpitaux Universitaires de Genève Diabète, HTA, dyslipidémies Quelles recommandations nutritionnelles? Quels premiers messages donner en tant que médecin traitant? Objectifs du cours Connaître les recommandations

Plus en détail

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé?

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? René Valéro Service Nutrition-Maladies Métaboliques-Endocrinologie Hôpital de la Timone Marseille Incidence maladies cardiovasculaires du sujet âgé

Plus en détail

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Module Optionnel MG Module Optionnel MG Pr P. HOFLIGER La prévention Cardio-vasculaire Elle se conçoit à deux niveaux : Prévention primaire : patients sans

Plus en détail

Exploration du métabolisme lipidique

Exploration du métabolisme lipidique Exploration du métabolisme lipidique Les principaux lipides le cholestérol (utilisé par les cellules pour la synthèse de leurs membranes) les triglycérides (substrat énergétique) les phospholipides (constituants

Plus en détail

Quelle place l alimentation a-t-elle dans la prévention de l AVC?

Quelle place l alimentation a-t-elle dans la prévention de l AVC? Quelle place lalimentation a-t-elle dans la prévention de lavc? UNCV Montauban A. Marty, L. Falga, C. Bardou CHU Toulouse E. De Haro Inter-CLANs Midi-Pyrénées 2013 Pourquoi la prévention secondaire des

Plus en détail

Conflits d intérêts 2014

Conflits d intérêts 2014 Conflits d intérêts 2014 Pr Marc RUIVARD Pas de conflit d intérêt direct pour cette conférence Depuis plus d un an, plus aucun conflit d'intérêt direct avec l'industrie. Avant septembre 2013 (< 3000 /an)

Plus en détail

Le Cholestérol. Jacques MANSOURATI CHU BREST

Le Cholestérol. Jacques MANSOURATI CHU BREST Vrai ou Faux Le cholestérol est inutile à l organisme humain L alimentation est la principale source de cholestérol Seul le taux de cholestérol total est important dans la prévention des maladies cardiovasculaires

Plus en détail

Risque cardiovasculaire et intervention nutritionnelle

Risque cardiovasculaire et intervention nutritionnelle Risque cardiovasculaire et intervention nutritionnelle Valérie Miserez Diététicienne diplômée ES Département de médecine communautaire et de premier recours Valerie.miserez@hcuge.ch Abréviations MCV: maladies

Plus en détail

Exploration des Dyslipoprotéinémies ou Dyslipidémies. Bases Moléculaires des Traitements des Dyslipidémies

Exploration des Dyslipoprotéinémies ou Dyslipidémies. Bases Moléculaires des Traitements des Dyslipidémies Exploration des Dyslipoprotéinémies ou Dyslipidémies VI Le Risque Cardiovasculaire associé aux Dyslipidémies 1 ) Facteurs de Risque : Définitions 2 ) Facteurs Majeurs du Risque Cardiovasculaire 3 ) Cholestérol

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RAPPEL DEFINITIONS Hyperlipidémie g/l mmol/l Triglycérides < 2 < 2.2 Cholestérol Total

Plus en détail

Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier. Obésités

Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier. Obésités Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier Obésités Qu est-ce que Manger? Nécessité Plaisir Gastronomie Interdits Santé Diététique SURCHARGE ALIMENTAIRE ALIMENTAIRE M. cardiovasculaires T malignes

Plus en détail

Est Est--ce qu un e diète santé implique nécessa néce ire ssa ire ent une

Est Est--ce qu un e diète santé implique nécessa néce ire ssa ire ent une Cette présentation a été effectuée le 25 novembre 2014 au cours de la journée «La promotion de saines habitudes de vie et la prévention de l obésité : doit-on ajuster le tir?» dans le cadre des 18es Journées

Plus en détail

c est : études cliniques ans de recherche ans de lutte contre le cholestérol Informations destinées aux professionnels de santé

c est : études cliniques ans de recherche ans de lutte contre le cholestérol Informations destinées aux professionnels de santé c est : études cliniques ans de recherche ans de lutte contre le cholestérol Informations destinées aux professionnels de santé Fruit d Or pro-activ réduit activement le cholestérol Une gamme de margarines

Plus en détail

Traitements hypolipémiants et rein. Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09

Traitements hypolipémiants et rein. Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09 Traitements hypolipémiants et rein Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09 Traitements hypolipémiants et rein Traiter pourquoi? Dyslipidémie et pathologies rénales? Pathologie rénale Cholestérol total LDL-c

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

Depuis l'ère industrielle, l'augmentation des maladies auto-immunes et maladies chroniques est en augmentation (1). De plus, le

Depuis l'ère industrielle, l'augmentation des maladies auto-immunes et maladies chroniques est en augmentation (1). De plus, le Depuis l'ère industrielle, l'augmentation des maladies auto-immunes et maladies chroniques est en augmentation (1). De plus, le rythme de vie et les habitudes alimventaires actuelles sont propices à l'apparition

Plus en détail

Intervention nutritionnelle brève en consultation médicale lors d OBESITE

Intervention nutritionnelle brève en consultation médicale lors d OBESITE Intervention nutritionnelle brève en consultation médicale lors d OBESITE Mme Mendoza, originaire de Bolivie, 42 ans, sans statut légal, vit en collocation, à des horaires de travail (ménages chez différents

Plus en détail

DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL

DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL NUTRITION ET CHUTES DEUX DEFINITIONS DE RAPPEL 1. Nutrition correcte, normale, bonne Une alimentation équilibrée et diversifiée qui arrive à subvenir aux besoins de la personne : quantitatifs et qualitatifs.

Plus en détail

La périménopause, une période à risque pour développer le diabète? Remi Rabasa-Lhoret, M. D., Ph. D.

La périménopause, une période à risque pour développer le diabète? Remi Rabasa-Lhoret, M. D., Ph. D. La périménopause, une période à risque pour développer le diabète? Remi Rabasa-Lhoret, M. D., Ph. D. Endocrinologue et directeur de l unité de recherche sur les maladies métaboliques et directeur de la

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste SAVEZ-VOUS QUE Les maladies CV restent un fléau? Elles sont la première cause de décès chez les adultes 25% des hommes sont à

Plus en détail

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies Cholestérol 89 Cholestérol L hypercholestérolémie est un facteur de risque d athérosclérose comme l ont établi de grandes enquêtes épidémiologiques. Dans le sang, le cholestérol est transporté par des

Plus en détail

La particule lipidique. Les Dyslipidémies. Lipoprotéine. Apolipoprotéines. La lipoprotéine = Lipides + protéines (apolipoprotéine)

La particule lipidique. Les Dyslipidémies. Lipoprotéine. Apolipoprotéines. La lipoprotéine = Lipides + protéines (apolipoprotéine) Les Dyslipidémies La particule lipidique N 129. Facteurs de risque cardio-vasculaire et prévention. Expliquer les facteurs de risques cardio-vasculaire et leur impact pathologique Expliquer les modalités

Plus en détail

1. Selon les enquêtes canadiennes de santé du cœur, quel pourcentage de Québécois pourrait présenter un risque d hypercholestérolémie?

1. Selon les enquêtes canadiennes de santé du cœur, quel pourcentage de Québécois pourrait présenter un risque d hypercholestérolémie? CLSC Ahuntsic Mini-quiz Questionnaire sur l hypercholestérolémie Statistiques 1. Selon les enquêtes canadiennes de santé du cœur, quel pourcentage de Québécois pourrait présenter un risque d hypercholestérolémie?

Plus en détail

Lipides, lipoprotéines, apolipoprotéines et bilan cardiovasculaire?

Lipides, lipoprotéines, apolipoprotéines et bilan cardiovasculaire? Lipides, lipoprotéines, apolipoprotéines et bilan cardiovasculaire? Richard W. James, Labo des Lipides, Dépt. de Médecine Interne, Faculté de Médecine, Université de Genève, Genève Lipides, lipoprotéines

Plus en détail

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Présenté par Simon Bérubé, M.D. 8 avril 2008 Plan Les facteurs de risque Les habitudes de vie Signes et symptômes Prise en charge médicale, quand

Plus en détail

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares Que Faire devant une Hypo-HDLémie? Pascale Benlian Laboratoire de Référence R pour le Diagnostic des Maladies Rares Endocrinologie, INSERM U 538 Hôpital Saint Antoine, Paris pascale.benlian@sat.aphp.frsat.aphp.fr

Plus en détail

Effets sur la pression artérielle rielle des traitements non-médicamenteux

Effets sur la pression artérielle rielle des traitements non-médicamenteux Effets sur la pression artérielle rielle des traitements non-médicamenteux PF Plouin, ESH Hypertension Excellence Center, Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris La prise en charge de l hypertendu l concerne

Plus en détail

LA SANTE PASSE PAR VOTRE ASSIETTE

LA SANTE PASSE PAR VOTRE ASSIETTE LA SANTE PASSE PAR VOTRE ASSIETTE SOMMAIRE 1. Qu est ce qu un(e) diététicien(ne)? 2. Présentation des familles d aliments 3. Les différents nutriments 4. Les diverses associations alimentaires a/ L équilibre

Plus en détail

Une nouvelle étude montre que consommer des amandes au lieu d'un aliment à forte teneur en glucides réduit la graisse abdominale

Une nouvelle étude montre que consommer des amandes au lieu d'un aliment à forte teneur en glucides réduit la graisse abdominale Communiqué de presse Paris, le 12 janvier 2015 Une nouvelle étude montre que consommer des amandes au lieu d'un aliment à forte teneur en glucides réduit la graisse abdominale Une nouvelle étude publiée

Plus en détail

Item 179 : Prescription d'un régime diététique

Item 179 : Prescription d'un régime diététique Item 179 : Prescription d'un régime diététique Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Règles de base de la prescription d'un régime alimentaire... 1 2 Principaux régimes...2 ENC :

Plus en détail

LE GUIDE POUR RÉDUIRE VOTRE CHOLESTÉROL

LE GUIDE POUR RÉDUIRE VOTRE CHOLESTÉROL LE GUIDE POUR RÉDUIRE VOTRE CHOLESTÉROL Le cholestérol joue un rôle essentiel dans le fonctionnement quotidien de notre corps. Cependant, un excès de cholestérol dans le sang peut nuire à votre santé.

Plus en détail

E.I.A CARDIO : BIOLOGIE

E.I.A CARDIO : BIOLOGIE E.I.A CARDIO : BIOLOGIE A SAVOIR ABSOLUMENT( ou pas ) - La formule de Friedewald et ses conditions d application - Les différentes classes de dyslipidémie - Les différents facteurs de risques cardiovasculaires

Plus en détail

ALIMENTATION, ACTIVITÉ PHYSIQUE ET RISQUE DE DIABÈTE DE TYPE 2 RÉSULTATS DE LA COHORTE E3N

ALIMENTATION, ACTIVITÉ PHYSIQUE ET RISQUE DE DIABÈTE DE TYPE 2 RÉSULTATS DE LA COHORTE E3N ALIMENTATION, ACTIVITÉ PHYSIQUE ET RISQUE DE DIABÈTE DE TYPE 2 RÉSULTATS DE LA COHORTE E3N Guy Fagherazzi, Epidémiologiste CESP Inserm U1018, Equipe «Mode de vie, gènes et santé» Twitter : @GFaghe Facteurs

Plus en détail

Mens sana in corpore sano

Mens sana in corpore sano Mens sana in corpore sano L'énergie du corps humain et les conséquences sur la performance physique Décembre Serge Imboden, HES-SO, D où vient notre énergie? Projet de fin d'études d'un étudiant http://marcbrecy.perso.neuf.fr/history.html

Plus en détail

L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire?

L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire? AMERICAN HEART ASSOCIATION AHA 25 F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire? CONTEXTE Les données des études

Plus en détail

Symposium scientifique "Saturated Fat and Heart Disease: What's the Evidence?"

Symposium scientifique Saturated Fat and Heart Disease: What's the Evidence? Symposium scientifique "Saturated Fat and Heart Disease: What's the Evidence?" Compte rendu du congrès, 2ème partie: acides gras saturés et pathologies cardiaques Un symposium scientifique sur le thème

Plus en détail

ALIMENTATION DU DIABETIQUE. LINUT 15/05/2008 Marie Andrée LAREYNIE Diététicienne

ALIMENTATION DU DIABETIQUE. LINUT 15/05/2008 Marie Andrée LAREYNIE Diététicienne ALIMENTATION DU DIABETIQUE LINUT 15/05/2008 Marie Andrée LAREYNIE Diététicienne n L alimentation du diabétique est à peu de choses près celle recommandée à une personne de même âge, du même sexe, ayant

Plus en détail

3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France

3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France 3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France Etude conduite chez des étudiants dans 3 villes (Montpellier, Bordeaux, Grenoble) Age : 19 à 26 ans Année

Plus en détail

E01 - Facteurs de risque d athérosclérose: évaluation e t prévention

E01 - Facteurs de risque d athérosclérose: évaluation e t prévention E01-1 E01 - Facteurs de risque d athérosclérose: évaluation e t prévention Un facteur de risque est défini comme une condition associée à une augmentation de l incidence de la maladie avec un lien supposé

Plus en détail

Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies

Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies Endocrino.net Polycopié national Page 1 sur 10 Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies Les messages clés 1) Tous les patients qui ont soit une augmentation des triglycérides (>1,50

Plus en détail

Impact métabolique des acides gras _. Importance du degré d insaturation

Impact métabolique des acides gras _. Importance du degré d insaturation Impact métabolique des acides gras _ Importance du degré d insaturation Dominique Hermier Unité 914, Paris Physiologie de la nutrition et du comportement alimentaire Plan Les familles d acides gras Acides

Plus en détail

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels :

Les repères de consommation du PNNS. Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) a défini des objectifs nutritionnels : Le PNNS : «Manger Bouger», les facteurs de risque nutritionnel à tous les âges de la vie. Les repères de consommation du PNNS JL BORNET L alimentation joue un rôle très important sur la santé. A chaque

Plus en détail

Conseils diététiques en cas de dyslipidémies

Conseils diététiques en cas de dyslipidémies Sommaire Conseils diététiques en cas de dyslipidémies Maaike Kruseman Colloque au SMPR, janvier 2008 Quels aliments / nutriments affectent la lipidémie? Quelles sont les matières grasses recommandées?

Plus en détail

Les acides gras trans d'origine animale ne constituent pas un danger pour la santé!

Les acides gras trans d'origine animale ne constituent pas un danger pour la santé! Les acides gras trans d'origine animale ne constituent pas un danger pour la santé! Les derniers résultats d'une étude d'observation de longue durée menée au Danemark confirment à nouveau que les acides

Plus en détail

Les milieux spécialisés recommandent une alimentation à faible charge glycémique

Les milieux spécialisés recommandent une alimentation à faible charge glycémique Les milieux spécialisés recommandent une alimentation à faible charge glycémique Dans ses dernières directives, l «International Diabetes Federation» (IDF) a montré qu une forte augmentation de la glycémie

Plus en détail

Comment couvrir les besoins nutritionnels spécifiques des seniors?

Comment couvrir les besoins nutritionnels spécifiques des seniors? Comment couvrir les besoins nutritionnels spécifiques des seniors? Magali Jacobs Cellule de Recherche et d Expertise Diététique de l Intitut Paul Lambin (CeRED-IPL) Plan de l exposé «Senior»? Prévention

Plus en détail

Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine?

Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine? Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine? Les patients nouvellement traités par statine : Dans 40 % des cas ce sont des patients à Source : Enquête IMS pour la Cnamts, 2007. Que

Plus en détail

Un adulte sur deux en France présente une anomalie lipidique. L hypercholestérolémie est la plus fréquente de ces anomalies. Considéré comme un des

Un adulte sur deux en France présente une anomalie lipidique. L hypercholestérolémie est la plus fréquente de ces anomalies. Considéré comme un des Un adulte sur deux en France présente une anomalie lipidique. L hypercholestérolémie est la plus fréquente de ces anomalies. Considéré comme un des principaux ennemis de nos artères, le «mauvais» cholestérol

Plus en détail

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT UNE DYSLIPIDEMIE 1 Conduite à tenir devant une dyslipidémie PLAN

Plus en détail

L'EQUILIBRE ALIMENTAIRE LES MACRONUTRIMENTS : LES GLUCIDES

L'EQUILIBRE ALIMENTAIRE LES MACRONUTRIMENTS : LES GLUCIDES LES MACRONUTRIMENTS : LES GLUCIDES Les Glucides sont la source d'énergie par excellence de l'organisme. Ils sont dégradés en glucose par l'organisme au cours de la digestion. On distingue 2 catégories

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir pour comprendre le cholestérol et l alimentation lipidique Les questions que l on se pose

Tout ce qu il faut savoir pour comprendre le cholestérol et l alimentation lipidique Les questions que l on se pose Tout ce qu il faut savoir pour comprendre le cholestérol et l alimentation lipidique Les questions que l on se pose Questions : cherchez la réponse Comment se présente le cholestérol dans le sang? Quels

Plus en détail

Microbiote intestinal et obésité: sur la piste des endotoxines bactériennes. Marie-Caroline MICHALSKI, DR INRA Laboratoire CarMeN, Lyon

Microbiote intestinal et obésité: sur la piste des endotoxines bactériennes. Marie-Caroline MICHALSKI, DR INRA Laboratoire CarMeN, Lyon Microbiote intestinal et obésité: sur la piste des endotoxines bactériennes Marie-Caroline MICHALSKI, DR INRA Laboratoire CarMeN, Lyon Problématique Sédentarité, régime déséquilibré Obésité Diabète de

Plus en détail

Les lipides. Thérapeutique?

Les lipides. Thérapeutique? Thérapeutique? Exercice physique +++ Metformine: pas de risque d hypoglycémie, attention si insuffisance rénale, Sulfonylurées: risque d hypoglycémie, débuter à faible dose Les lipides réserves 97 % =

Plus en détail

Bien manger pour mieux vieillir. Aline Pageau Lauzière Dt.P., M.A. diététiste-nutritionniste

Bien manger pour mieux vieillir. Aline Pageau Lauzière Dt.P., M.A. diététiste-nutritionniste Bien manger pour mieux vieillir Dt.P., M.A. diététiste-nutritionniste Manger «Manger c est l acte social par excellence» «Non seulement nous sommes ce que nous mangeons, mais ce que nous avons mangé» (Richard

Plus en détail

Cholesterol Update 2011

Cholesterol Update 2011 Cholesterol Update 2011 Avons-nous tout dit des statines? Comment évaluer le risque résiduel sous statines? Quels paramètres mesurer pour évaluer le risque résiduel? De quoi disposons nous pour traiter

Plus en détail

L alimentation : Comment bien se nourrir?

L alimentation : Comment bien se nourrir? Sciences Andrée Otte L alimentation : Comment bien se nourrir? Chaque jour, on a besoin de manger et de boire : l alimentation est indispensable à la vie. Une bonne alimentation est l une des clés essentielles

Plus en détail

Diabète et risque cardiovasculaire: Le syndrome métabolique en question

Diabète et risque cardiovasculaire: Le syndrome métabolique en question Diabète et risque cardiovasculaire: Le syndrome métabolique en question Eugène Sobngwi, MD, PhD Service d Endocrinologie d Diabétologie Hôpital Saint-Louis, Paris 10 / INSERM U 671 Le diabète sucré en

Plus en détail

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose LDL cholestérol, CRP et athérosclérose Pierre-louis MICHEL Congrès de l AFLC. Beyrouth 23 26 Novembre 2005. B Qu est-ce que la «C-Reactive Protein» (CRP)? Facteurs de risques in f l am m ato ires LDL

Plus en détail

Mais quelle diète, docteur? par Chantal Blais

Mais quelle diète, docteur? par Chantal Blais M me Chantal Blais, Dt.P., est membre du Groupe de recherche sur les dyslipidémies et l athérosclérose de l Institut de recherches cliniques de Montréal. Cholestérol : patient et médecin au cœur de l'action

Plus en détail

PATHOLOGIES DU METABOLISME LIPIDIQUE ET EXPLORATION BIOLOGIQUE DES DYSLIPIDEMIES

PATHOLOGIES DU METABOLISME LIPIDIQUE ET EXPLORATION BIOLOGIQUE DES DYSLIPIDEMIES PATHOLOGIES DU METABOLISME LIPIDIQUE ET EXPLORATION BIOLOGIQUE DES DYSLIPIDEMIES RAPPEL Les lipides sont un groupe hétérogène de substances qui ont des acides gras dans leur structure ou une molécule qui

Plus en détail

aliment? Quelle conclusion en tirer?

aliment? Quelle conclusion en tirer? Comment lire l étiquetage d un Zeynep YAGMUR aliment? Quelle conclusion en tirer? Diététicienne au Réseau Santé diabète De quoi est composé l étiquetage? = mention sur un aliment pour indiquer des informations

Plus en détail

1) Quand on est diabétique, faut-il éviter de consommer du pain, des féculents et des fruits, car ils contiennent trop de sucre?

1) Quand on est diabétique, faut-il éviter de consommer du pain, des féculents et des fruits, car ils contiennent trop de sucre? LA DIETETIQUE DU DIABETE EN 24 QUESTIONS 1) Quand on est diabétique, faut-il éviter de consommer du pain, des féculents et des fruits, car ils contiennent trop de sucre? 2) Les légumes sont-ils pauvres

Plus en détail

Nutrition et viande bovine Française

Nutrition et viande bovine Française Nutrition et viande bovine Française Rôle et missions du CIV Contribuer à la connaissance et la compréhension des éléments scientifiques relatifs aux questions sociétales des filières élevage et viandes

Plus en détail

Le Syndrome Métabolique Effet de mode? Concept utile au clinicien?

Le Syndrome Métabolique Effet de mode? Concept utile au clinicien? Le Syndrome Métabolique Effet de mode? Concept utile au clinicien? Quelle définition? Quelle incidence sur le risque cardio-vasculaire? Facilite t-il la prise en charge du patient hypertendu, dyslipidémique?

Plus en détail

Les insectes dans notre alimentation, rêve ou réalité?

Les insectes dans notre alimentation, rêve ou réalité? Parole d expert Les insectes dans notre alimentation, rêve ou réalité? Panel d experts autour de Eric HAUBRUGE, Vice-Recteur de Gembloux Agro Bio Tech et Frédéric FRANCIS, ULg - Unité d entomologie Avec

Plus en détail

La prévention du diabète chez l obèse

La prévention du diabète chez l obèse La prévention du diabète chez l obèse Pr Paul Valensi Service d Endocrinologie Diabétologie Nutrition Hôpital Jean Verdier, Université Paris Nord, CRNH-IdF, CINFO, Bondy Evolution de la prévalence du diabète

Plus en détail

Diabète et nutrition: Existe-il un régime diabétique?

Diabète et nutrition: Existe-il un régime diabétique? Diabète et nutrition: Existe-il un régime diabétique? Valérie Miserez Diététicienne diplômée Département de médecine communautaire et de premier recours valerie.miserez@hcuge.ch 29 415 Quelques chiffres

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

Tabagisme et syndrome métabolique

Tabagisme et syndrome métabolique Tabagisme et syndrome métabolique 6 ième Congrès de la SFT 9 nov. 2012 Ivan Berlin Département de Pharmacologie, Hôpital Pitié- Salpêtrière-Faculté de médicine, Université P.& M. Curie - INSERM U894, Paris,

Plus en détail

KOPIE. Alimentation et diabète. «A quoi devez-vous faire attention?»

KOPIE. Alimentation et diabète. «A quoi devez-vous faire attention?» Alimentation et diabète «A quoi devez-vous faire attention?» Association Suisse du Diabète Schweizerische Diabetes-Gesellschaft Associazione Svizzera per il Diabete www.associationdudiabete.ch Compte de

Plus en détail

GLOSSAIRE DES NUTRIMENTS

GLOSSAIRE DES NUTRIMENTS GLOSSAIRE DES NUTRIMENTS Pour mieux comprendre le rôle des différents composants de notre alimentation, Oh!Céréales vous livre l essentiel sur les nutriments. Les calories Calories : c est l unité de mesure

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

Alimentation et hypercholestérolémie

Alimentation et hypercholestérolémie P. 1 / 6 Alimentation et hypercholestérolémie Contenu Feuille d info Alimentation et hypercholestérolémie / Novembre 2011 2 Qu est-ce que le cholestérol? 2 L hypercholestérolémie: origine et conséquences

Plus en détail

Intérêt nutritionnel du lait pour l enfant et l adolescent

Intérêt nutritionnel du lait pour l enfant et l adolescent Intérêt nutritionnel du lait pour l enfant et l adolescent 31 mars 2010 Gembloux 01/04/2010 M-J Mozin 1 Le lait est un aliment liquide, un aliment complexe. Est-il indispensable àla croissance? Peut-on

Plus en détail

Le Bulletin du B.E.N. Mars 2008: mois de la nutrition

Le Bulletin du B.E.N. Mars 2008: mois de la nutrition Le Bulletin du B.E.N. Mars 2008: mois de la nutrition Les mythes alimentaires Le pain fait engraisser. Le lait est bon seulement pour les enfants. Le jeûne permet de purifier l organisme. Toutes ces affirmations,

Plus en détail

L alimentation du jeune sportif

L alimentation du jeune sportif L alimentation du jeune sportif L entraînement commence à table Damien PAUQUET Diététicien nutritionniste du sport info@nutripauquet.be Plan de l exposé : Les règles du jeu Pour tous ceux qui font du sport,

Plus en détail

RELATION ENTRE LE NON HDL CAROTIDIENNE CHEZ LE DIABETIQUE DE

RELATION ENTRE LE NON HDL CAROTIDIENNE CHEZ LE DIABETIQUE DE CONGRES FRANCO-MAGHREBIN DE MEDECINE INTERNE 17 Mars Gammarth 2011 RELATION ENTRE LE NON HDL CHOLESTEROL ET ATHEROSCLEROSE CAROTIDIENNE CHEZ LE DIABETIQUE DE TYPE 2 Ben Ahmed I, Ben Dahmen F, Bouzaidi

Plus en détail

L information nutritionnelle sur l étiquette...

L information nutritionnelle sur l étiquette... Regardez l étiquette L information nutritionnelle sur l étiquette... Aide aide à faire des choix éclairés éclairset Aide à suivre à suivre le Guide le Guide alimentaire alimentaire canadien canadien pour

Plus en détail

Le VIH et votre cœur

Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Que dois-je savoir au sujet de mon cœur? Les maladies cardiovasculaires représentent une des cause les plus courante de décès, elles incluent: les maladies coronariennes,

Plus en détail

Place du bilan lipidique dans la prévention cardiovasculaire

Place du bilan lipidique dans la prévention cardiovasculaire Place du bilan lipidique dans la prévention cardiovasculaire Eric Bruckert Institut Hospitalo-Universitaire Cardio-métabolique Pitié-Salpêtrière Hospital, Paris, France Parmi les 4 facteurs majeurs de

Plus en détail

L acide myristique du lait : ami ou ennemi?

L acide myristique du lait : ami ou ennemi? LA PAROLE EST À LA DÉFENSE! L acide myristique du lait : ami ou ennemi? Dr Henry Dabadie Service de nutrition, hôpital Haut-Lévêque, CHU de Bordeaux Médecin chercheur, le docteur Dabadie vient d'animer

Plus en détail

INTRODUCTION DES PRODUITS BIOLOGIQUES EN RESTAURATION COLLECTIVE

INTRODUCTION DES PRODUITS BIOLOGIQUES EN RESTAURATION COLLECTIVE INTRODUCTION DES PRODUITS BIOLOGIQUES EN RESTAURATION COLLECTIVE Brigitte MERCIER FICHAUX Diététicienne DE Intervenante pour les formations «manger bio en restauration collective» organisées par IBB, Civam35,

Plus en détail

Matières grasses, aliments à base de soja et santé cardiaque Faire le point sur les données scientifiques

Matières grasses, aliments à base de soja et santé cardiaque Faire le point sur les données scientifiques Matières grasses, aliments à base de soja et santé cardiaque Faire le point sur les données scientifiques Position officielle du comité consultatif scientifique d ENSA Introduction Depuis de nombreuses

Plus en détail

Maladies cardiovasculaires. mercredi 17 avril 2013

Maladies cardiovasculaires. mercredi 17 avril 2013 Maladies cardiovasculaires? Maladies cardiovasculaires et équilibre alimentaire Plan : Facteurs de risque Objectifs nutritionnels du PNNS en lien avec les MCV Contenu de la prévention nutritionnelle Hypertension

Plus en détail

Risque Cardio-vasculaire du Traitement Hormonal de la Ménopause Nice Avril 2011

Risque Cardio-vasculaire du Traitement Hormonal de la Ménopause Nice Avril 2011 Risque Cardio-vasculaire du Traitement Hormonal de la Ménopause Nice Avril 2011 Véronique Kerlan Etudes épidémiologiques : THM et risque coronarien Oger. Med Therap 2000 14 études de cohortes : association

Plus en détail

Abdel Khalil, Ph.D. Département de médecine. Service de gériatrie Université de Sherbrooke

Abdel Khalil, Ph.D. Département de médecine. Service de gériatrie Université de Sherbrooke Abdel Khalil, Ph.D. Département de médecine. Service de gériatrie Université de Sherbrooke L athérosclérose Une maladie inflammatoire chronique des grosses artères, à localisation intimale, dont l agent

Plus en détail

Le rôle des acides gras oméga-3 en pédiatrie: entre mythes et réalité. Anca Sterescu MD CHU Sainte-Justine Le 15 janvier 2008

Le rôle des acides gras oméga-3 en pédiatrie: entre mythes et réalité. Anca Sterescu MD CHU Sainte-Justine Le 15 janvier 2008 Le rôle des acides gras oméga-3 en pédiatrie: entre mythes et réalité Anca Sterescu MD CHU Sainte-Justine Le 15 janvier 2008 Plan de la présentation Effets biologiques des acides gras oméga-3 Revue de

Plus en détail

Des études ont montré que l utilisation dès la phase aiguë de l infarctus

Des études ont montré que l utilisation dès la phase aiguë de l infarctus REVUES GENERALES Insuffisance coronaire P. DURIEZ Département de Pharmacologie, Université de Lille, LILLE. Objectifs de LDL à 0,7 g/l : pour quel coronarien? Des études ont démontré le bénéfice d une

Plus en détail

N. MALLEM, M. DJOUIMAA, A. BOUDRA, R. MALEK, S. KHALFA

N. MALLEM, M. DJOUIMAA, A. BOUDRA, R. MALEK, S. KHALFA N. MALLEM, M. DJOUIMAA, A. BOUDRA, R. MALEK, S. KHALFA Alger 16 Mai 2010 Introduction En plus des règles hygiéno-diététique et du traitement : L ASG fait partie de la prise en charge du diabète ASG permet:

Plus en détail

Nutrition santé cardiaque. Par: Mary Cassio, Dt. P. Le Programme de réadaptation cardiaque

Nutrition santé cardiaque. Par: Mary Cassio, Dt. P. Le Programme de réadaptation cardiaque Nutrition santé cardiaque Par: Mary Cassio, Dt. P. Le Programme de réadaptation cardiaque Les sujets du jour Les directives pour une saine alimentation; Bien manger avec le Guide alimentaire canadien;

Plus en détail

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne La malnutrition chez la personne âgée Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne Objectifs Importance du problème Facteurs de risque Evaluation Traitement & prévention Points

Plus en détail

Prévention de la maladie coronarienne et substitution hormonale postménopausique

Prévention de la maladie coronarienne et substitution hormonale postménopausique Département de gynécologie et d'obstétrique Prévention de la maladie coronarienne et substitution hormonale postménopausique Quelles évidences épidémiologiques? G. Girardet Nendaz Mars 2000 Plan Introduction

Plus en détail

faisons le point Depuis longtemps, les glucides sont classés Il a été observé que L indice glycémique des aliments :

faisons le point Depuis longtemps, les glucides sont classés Il a été observé que L indice glycémique des aliments : L indice glycémique des aliments : Relation avec obésité et diabète de type 2 Annie Ferland dtp, MSc et Paul Poirier MD, PhD, FRCPC, FACC Il a été observé que plusieurs sucres et aliments à teneur glucidique

Plus en détail

Nutrition et santé : Où en sommes-nous? 24/09/2014 de 11h à 12h

Nutrition et santé : Où en sommes-nous? 24/09/2014 de 11h à 12h Nutrition et santé : Où en sommes-nous? 24 & 25 septembre 2014 24/09/2014 de 11h à 12h Nicolas NOUCHI, CHD Expert Alexandra RETION, nutritionniste Luc DREGER, Chef Conseiller culinaire Les règles de l

Plus en détail

Le sucre et les graisses cachées. La lecture des étiquettes alimentaires 26/09/2013

Le sucre et les graisses cachées. La lecture des étiquettes alimentaires 26/09/2013 Programme facteur de risques cardiovasculaires Déroulement de l atelier Atelier alimentation présenté par, diététicienne et ingénieur en nutrition Comment se nourrir quand on a des facteurs de risque cardiovasculaire?

Plus en détail

Diabète de Type 2 et Exercice physique

Diabète de Type 2 et Exercice physique Diabète de Type 2 et Exercice physique Exercice physique et diabète Quels effets? Quel(s) mécanisme(s) d action? Quel type: résistance ou endurance? Maintien des effets à long terme? En pratique Effets

Plus en détail