Table des matières 1/18

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Table des matières 1/18"

Transcription

1 Acide Tranexamique En Prévention des Hémorragies en Chirurgie Cardiaque Pédiatrique à Haut Risque Hémorragique et Nécessitant une Circulation Extracorporelle - Nourrisson de plus de 1 an et Enfant - Table des matières 1. INTRODUCTION CAS PARTICULIER DU NOUVEAU-NE ET DU NOURRISSON DE MOINS DE 12 MOIS PHARMACOLOGIE DE L ACIDE TRANEXAMIQUE PHARMACODYNAMIE PHARMACOCINETIQUE EFFICACITE DE L ACIDE TRANEXAMIQUE POPULATION INCLUSE RESULTATS D EFFICACITE SCHEMA D ADMINISTRATION EN CONCLUSION SECURITE D EMPLOI DE L ACIDE TRANEXAMIQUE RAPPEL/RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT (RCP) DONNEES TOXICOLOGIQUES NON CLINIQUES DONNEES CLINIQUES CONCLUSIONS REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES /18

2 1. Introduction La chirurgie cardiaque sous circulation extracorporelle (CEC) active des phénomènes de coagulation, d inflammation et de fibrinolyse. La population pédiatrique est tout particulièrement exposée à ces risques du fait du faible volume sanguin corporel qui peut être inférieur à celui du circuit de la CEC, de l immaturité quantitative et qualitative des protéines de la coagulation, et parfois des troubles de la coagulation liés à la maladie cardiaque congénitale. Les saignements peuvent être à l origine de complications telles qu une instabilité hémodynamique, un allongement de la durée de l intervention, des reprises chirurgicales et le recours aux transfusions elles-mêmes non dénuées de risques. Ils doivent par conséquent être contrôlés, d où le recours à l utilisation d un antifibrinolytique. Contexte réglementaire En France, deux molécules antifibrinolytiques étaient utilisées en pédiatrie hors AMM : - l aprotinine (Trasylol ) dont l AMM est suspendue depuis le 1 er juillet 2008, était largement utilisée en France, notamment en néonatologie, - l acide tranexamique possède une indication en Allemagne mais la posologie pédiatrique n a pas été définie. L AMM de l aprotinine étant suspendue, une codification des modalités d utilisation de l acide tranexamique (Exacyl ) en pédiatrie s avère nécessaire. Au plan européen, une procédure de «worksharing paediatric» (article 45 du Règlement 1901/2006) sur l acide tranexamique a été décidée. Dans le cadre de cette procédure, les firmes titulaires des AMM doivent déposer leurs études pédiatriques non précédemment soumises afin de permettre une évaluation harmonisée et éventuellement une mise à jour des AMM. Cette procédure a démarré le 22 décembre Dans l attente de ces résultats, l Afssaps en collaboration avec un groupe d experts a élaboré une mise au point sur cette problématique. Elle comporte une synthèse des données d efficacité et de sécurité issues de la littérature et une analyse des bases de données de pharmacovigilance (nationale et européenne) auxquelles s ajoute l expérience des équipes pédiatriques utilisatrices de l acide tranexamique. Une «fiche pratique» des modalités d utilisation de l acide tranexamique est issue de ce travail. 2. Cas particulier du nouveau-né et du nourrisson de moins de 12 mois Chez le nouveau-né et le nourrisson âgé de moins de 12 mois, le bénéfice d un antifibrinolytique est discutable. En effet, dans cette population les saignements sous CEC sont liés à des phénomènes d immaturité du système de coagulation plutôt qu à une fibrinolyse. Les données d efficacité et de sécurité publiées ne permettent pas de distinguer les effets observés spécifiquement chez le nouveau-né et le nourrisson de moins de 12 mois, et ne peuvent par conséquent pas servir de base pour des recommandations sur l utilisation de l acide tranexamique dans cette population. D autre part, il est à noter qu à l heure actuelle tous les nouveau-nés et les nourrissons âgés de moins de 12 mois sont transfusés. Pour les patients de moins de 8 kg le rapport volémie/volume d amorçage de la CEC étant défavorable, le remplissage de la CEC (priming) se fait avec des produits sanguins labiles (PSL), entrainant rapidement des critères de transfusion massive. Par exemple, pour un nouveau-né de 3 kg, la masse sanguine est estimée 2/18

3 à 80 ml/kg soit 240 ml, et le priming de la CEC à 300 ml en PSL. Le volume de transfusion est ainsi supérieur à la masse sanguine dès le début de l intervention. Par ailleurs, les caractéristiques physiologiques du nouveau-né et du nourrisson (immaturité de la barrière hémato-encéphalique, de la fonction rénale, ) ainsi que l état inflammatoire généralisé lié à la CEC font craindre un risque potentiel d exposition cérébrale à des concentrations d acide tranexamique pouvant provoquer une crise convulsive. Par conséquent, l utilisation de l acide tranexamique n est pas recommandée chez le nouveau-né et le nourrisson âgé de moins de 12 mois. 3. Pharmacologie de l acide tranexamique 3.1. Pharmacodynamie L'activité antifibrinolytique de l acide tranexamique permet de l utiliser en traitement préventif ou curatif des états hémorragiques consécutifs à une fibrinolyse. La fibrinolyse est la dissolution des caillots de fibrine intravasculaires sous l'action de la plasmine issue de l hydrolyse du plasminogène. L acide tranexamique, analogue de la lysine, se fixe au plasminogène auquel il reste lié même après sa transformation en plasmine. La plasmine ainsi liée à l acide tranexamique aurait vis-à-vis de la fibrine une activité considérablement diminuée par rapport à celle de la plasmine libre. Selon les résultats d études in vitro, une concentration de 10 µg/ml permet de réduire de 80 % l activité du t-pa (tissue-plasminogen activator) (Andersson et al, 1968) et une concentration de 16 µg/ml permet d inhiber l activation plaquettaire induite par la plasmine (Soslau et al, 1991). La concentration d acide tranexamique nécessaire pour prévenir la fibrinolyse in vivo n est pas connue. Cependant, l objectif d une étude cinétique récente visant à optimiser le schéma d administration chez des patients adultes en chirurgie cardiaque était d atteindre une concentration circulante stable d acide tranexamique supérieure à 20 µg/ml (Nutall et al, 2008) Pharmacocinétique Les données pharmacocinétiques suivantes sont issues d études réalisées chez l adulte. Absorption : Après administration par voie intraveineuse (500 mg), la concentration sanguine d acide tranexamique atteint sa valeur maximale immédiatement, puis redescend jusqu à la 6 ème heure. La demi-vie d élimination est de l ordre de 3 heures. Distribution : L acide tranexamique est distribué dans le compartiment cellulaire, et dans le liquide céphalorachidien de façon retardée. Le volume de distribution est de 33 % de la masse corporelle. Elimination : L acide tranexamique est éliminé sous forme inchangée dans les urines. Quatre-vingt-dix pour cent de la dose administrée est excrété par voie urinaire dans les 12 premières heures suivant l injection (excrétion glomérulaire sans réabsorption tubulaire). 3/18

4 Les concentrations circulantes sont augmentées en cas d insuffisance rénale (Fiechtner et al, 2001, Nutall et al, 2008). Deux études ont analysé la pharmacocinétique de l acide tranexamique en situation de chirurgie cardiaque sous circulation extracorporelle chez l adulte (Fiechtner et al, 2001, Nutall et al, 2008) : Après une injection de 10 mg/kg sur 20 minutes à l induction suivie d une perfusion continue de 1 mg/kg/h, la concentration maximale était comprise entre 29 et 45 µg/ml, et les concentrations moyennes en cours d intervention étaient d environ 25 µg/ml dans une étude et 13 µg/ml dans l autre étude. Sur la base de ces travaux, le schéma d administration utilisé dans l étude BART, à savoir une injection initiale de 30 mg/kg, une injection de 2 mg/kg dans le circuit de CEC et une perfusion continue de 16 mg/kg/h, entrainerait un pic de concentration à 60 µg/ml et une concentration de 40 µg/ml en début de CEC, pouvant atteindre 160 µg/ml ou plus chez les patients en insuffisance rénale. Chez l enfant, il n y a pas d étude pharmacocinétique publiée. Seuls Murphy et al (abstract Anesthesiology 2001) ont tenté de modéliser la pharmacocinétique de l acide tranexamique chez un enfant de 10 kg subissant une chirurgie cardiaque sous CEC. Ils se sont basés sur la relation entre les paramètres pharmacocinétiques de l acide ε-aminocaproique chez l adulte et chez l enfant d une part, et sur les paramètres pharmacocinétiques de l acide tranexamique chez l adulte d autre part. Deux schémas d administration ont été modélisés et comparés : un schéma comprenant une injection initiale de 100 mg/kg d acide tranexamique, une perfusion continue pendant l intervention de 10 mg/kg/h, et une injection finale de 100 mg/kg (Reid et al, 1997) ; un second schéma ne comprenant qu une injection initiale de 50 mg/kg (Zonis et al, 1996). La modélisation suggère que seul le premier schéma d administration permet de maintenir des concentrations circulantes efficaces pendant l intervention. Elle suggère également qu une dose plus faible d acide tranexamique avant l intervention limiterait la surexposition initiale et qu une perfusion continue à dose plus élevée pourraient être plus adaptée pour maintenir des concentrations efficaces notamment lors d interventions prolongées. 4. Efficacité de l acide tranexamique Une revue de la littérature a permis d identifier 11 études d efficacité qui ont inclus au total 1043 enfants dont 621 ont reçu l acide tranexamique. Parmi ces 11 études, 7 sont des études prospectives, contrôlées versus placebo (serum physiologique ou sans produit) et randomisées, dont 3 réalisées par une même équipe indienne (Chauhan et al) et 2 autres en double-insu réalisées par une même équipe canadienne (Levin et al et zonis et al). Concernant les 2 études restantes, il s agit également d études réalisées en double-insu, l une est américaine (Reid et al) et a inclus des enfants réopérés, l autre est une étude turque (Bulutcu et al). Les 4 études restantes sont : - une étude allemande (Breuer et al) rétrospective de comparaison historique de l acide tranexamique versus aprotinine. - une étude néerlandaise (Van der Staak et al) en situation d ECMO de comparaison historique. - l étude de Vacharaksa et al qui ne comporte pas de groupe placebo et une étude publiée en langue espagnole (Varela Cresto et al) sont considérées comme des études complémentaires. 4/18

5 Les principales caractéristiques des études publiées sont résumées dans le tableau I cidessous : Tableau I. Etudes d efficacité de l acide tranexamique en chirurgie cardiaque pédiatrique Etude Patients Méthodologie Traitement Bolus après induction anesthésie et avant incision, ± perfusion continue, ± injection dans le circuit CEC, ± bolus en fin de chirurgie. Objectifs Résultats Breuer (Eur J Cardiothorac Surg) 2008 Allemagne N = 199 Age = 1 à 19 mois (moyennes d âge = Aprotinine : 172 jours, TXA : 124 jours) Opérations à cœur ouvert sous CEC. Comparaison historique rétrospective - Aprotinine (n = 85) : KIU/kg avant intervention KIU/kg/h KIU/100 ml circuit CEC - TXA (n = 114) : 50 mg/kg avant intervention mg/100 ml circuit CEC + 50 mg/kg après CEC - pertes sanguines - transfusion sang et dérivés du sang - reprises chirurgicales Saignements 24 h : DNS Transfusions : - Pendant l opération : DNS - 24 h post-op : - Plaquettes : DNS - Plasma : DNS - Globules rouges (A vs T) : Incidence : 9 (11%) vs 25 (22%) (p=0.035) Unités : 0,1±0,4 vs 0,3±0,6 (p=0,036) Reprises chirurgicales : 2 (2,4%) vs 11 (9,6%) Varela Crespo (Revista espanola de anestesiologia y reanimacion) Résumé 2007 Espagne N = 53 Réopérés ou cyanosés Chirurgie avec CEC 4-10 kg Etude prospective de cohorte Randomisée? - Contrôle (n = 28) - TXA (n = 25) : 50 mg/kg avant chirurgie - pertes sanguines 24h - transfusion sang et dérivés du sang 24h - paramètres biochimiques - saignements 24,8 %. - Transfusion :. 20% (DNS). sous-groupe réopérés : 72% (DS) Efficacité > chez patients réopérés. 5/18

6 Bulutcu - Fusun (Pediatric Anesth) 2005 Turquie N = 100 Age = 2 mois à 9,7 ans (moyennes d âge = Contrôle : 3,8±2,4 ans, Aprotinine : 3,1±2,8 ans, TXA : 4,1±2,0 ans, Apro+TXA : 3,6±2,5 ans) Cardiopathie cyanosé Chirurgie avec CEC (n = 25/groupe) Randomisée Double insu - Contrôle - Aprotinine : KIU/kg avant intervention KIU/kg circuit CEC KIU/kg après CEC - TXA : 100 mg/kg avant intervention mg/kg dans circuit CEC mg/kg après CEC - Aprotinine + TXA - pertes sanguines 24h - temps de fermeture sternum - transfusion sang et dérivés du sang 24h - Hb, Pt, tests coagulation ctl A TXA A+TXA Saignements (ml/kg/24h) : 40±18 35±16 34±19 35±15 Temps de fermeture sternum (min) : 68±11 40±18 42±11 42±13 Transfusions : Efficacité A, TXA et A+TXA > contrôle Paramètres coagulation : Pas de différence significative Conclusion : Efficacité aprotinine et TXA similaire. Pas d augmentation d efficacité avec l association. Chauhan (Asian Cardiovasc Thorac Annals) 2004 Inde N = 150 Age = 2 mois à 15 ans (moyennes d âge = Contrôle : 4,3±3,3 ans, B : 3,3±2,9 ans, C : 4,2±4,0 ans, D : 3,0±4,3 ans E : 2,9± 5,0 ans) Cardiopathie cyanosé congénitale Chirurgie avec CEC (107 tétralogie de Fallot, 24 Fontan modifiée, 19 Senning) A = contrôle TXA : B = 50 mg/kg avant intervention C = 10 mg/kg avant intervention + perfusion 1 mg/kg/h D = 10 mg/kg avant intervention + 10 mg/kg circuit CEC + 10 mg/kg après protamine E = 20 mg/kg avant intervention + 20 mg/kg après protamine - temps de fermeture sternum - pertes sanguines 24h - transfusion sang et dérivés du sang (ml/kg) A B C D E Perte sg 24h 36±19 31±12 28±12 20±13 22±12 PRBC 24h 19±12 18±13 14±11 12±9 13±9 FFP 24h 27±11 25±12 24±17 21±13 20±12 PC 24h 20±9 18±9 17±8 15±8 15±8 Sternum closure (min) 46±16 38±12 36±13 30±9 32±11 Reexploration 5/30 4/30 2/30 0/30 0/30 (n = 30/groupe) Randomisée Ouverte? Conclusion : - Les traitements C, D et E sont significativement supérieurs au contrôle. - Le traitement D (bolus 10 mg/kg + 10 mg/kg CEC + 10 mg/kg après protamine) est significativement supérieur au traitement B. Chauhan (J Cardiothorac Vasc Anesth) 2004 Inde N = 150 Age = 2 mois à 14 ans (moyennes d âge = Contrôle : 4,2±2,1 ans, EACA : 4,3±2,3 ans, TXA : 4,1±2,4 ans) Cardiopathie cyanosé congénitale Age : 2 mois à 14,5 ans Chirurgie avec CEC - Contrôle - EACA : 100 mg/kg avant intervention mg/kg circuit CEC mg/kg après protamine - TXA : 10 mg/kg avant intervention + 10 mg/kg circuit CEC + 10 mg/kg après protamine - pertes sanguines postopératoires - transfusion sang et dérivés du sang Blood loss (ml/kg/24h) PRBC (ml/kg/24h) FFP(ml/kg/24h) PC((ml/kg/24h) Contrôle EACA TXA 36 ± ± ± ± 9 28 ± ± ± ± 7 27 ± ± 9 20 ± ± 8 (n = 50/groupe) Randomisée Ouverte? Reexploration Sternal closure (min) Conclusion : 6/50 45 ± 15 2/50 32 ± 11 1/50 30 ± 12 6/18

7 - EACA et TXA > contrôle. - Pas de différence significative entre EACA et TXA. Chauhan (Indian J Medical Res) 2003 Inde N = 120 Age = 2 mois à 14,5 ans (moyennes d âge = Contrôle : 4,2±3,3 ans, TXA : 4,4±3,6 ans) Cardiopathie cyanosé Chirurgie avec CEC Randomisée Ouverte? - Contrôle (n = 24 [ ]) - TXA (n = 96 [ ]) : 10 mg/kg avant intervention + 10 mg/kg circuit CEC + 10 mg/kg après protamine - pertes sanguines postopératoires - transfusion sang et dérivés du sang 24h - tests de coagulation 6h postopératoire (ml/kg/24h) Contrôle TXA Blood loss Packed red cells Fresh frozen plasma Platelet concentrate 36±12 19±11 27±11 20±9 20±9 12±9 19±13 15±8* Reexploration (%) 4/24 (16.6) 7/96(7.3) Sternal closure (min) 42±12 36±8 Conclusion : TXA > contôle Vacharaksa (J Medic Assoc Thai) 2002 Thaïlande Levin (Thromb Haemost) 2000 Canada N = 67 4 mois - 14 ans (moyennes d âge = 1 injection : 5,5±3,3 ans, 2 injections : 6,8±3,9 ans) Cardiopathie cyanosé congénitale Chirurgie avec CEC Randomisée Double insu N = 56 Age = 1 jour à 16 ans (moyennes d âge = Patients cyanosés : Contrôle : 2,6±3,5 ans, TXA : 2,1±1,9 ans) Patients non cyanosés : Contrôle : 5,9±5,4 ans, TXA : 4,4±3,6 ans) Cardiopathie congénitale, Chirurgie avec CEC Randomisée Double-insu - TXA : 15 mg/kg avant intervention - TXA : 15 mg/kg avant intervention + 15 mg/kg fin CEC Une injection avant intervention : Patients cyanosés : - Contrôle (serum phy) (n=12) - TXA : 50 mg/kg (n=16) Patients non cyanosés : - Contrôle (serum phy) (n=16) - TXA : 50 mg/kg (n=12) - pertes sanguines 24h - transfusion sang et dérivés du sang 24h - Ht, Pt, tests coagulation toutes les 6h - Pertes sanguines : 12,51±13.20 ml/kg/24h vs 10,68±6,38 mg/kg/24h : différence non significative. - Transfusions : différence non significative. - pertes sanguines - paramètres hémostase - marqueurs activation plaquettes Cyanosés Non cyanosés (ml/kg) TXA Ctl TXA Ctl Pertes sg 17.9± ± ± ±11.9 Transfusions (0-6h) Sg 9.0± ± ± ±1.9 Pl 9.8± ±8 14.4± ±11.1 Plasma 7.0±3.1 11± ±0 9.9±1.9 Reid (Anesth Analgesia) 1997 US N = 41 Age = 6 mois à 12 ans (moyennes d âge = Contrôle : 3,1±1,8 ans, TXA : 3,2±2,2 ans) Réinterventions sternotomie pour réparation cardiopathie congénitale, - Contrôle (serum phy) (n = 21) - TXA (n = 20) : 100 mg/kg avant intervention + perfusion 10 mg/kg/h mg/kg fin intervention CEC modifiait coagulation et état activation pl avec ou sans TXA - pertes sanguines 24h - transfusion sang et dérivés du sang 24h - Pertes sanguines : 34±17 ml/kg vs 26±7mL/kg diminution de 24 % avec TXA. - Transfusions : efficacité TXA > contrôle. 7/18

8 Chirurgie avec CEC Randomisée Double insu Van der Staak (J Pediatr Surg) 1997 NL N = 19 Median age [25%-75%] : Contrôle : 25h [18-27] TXA : 18h [16-28] Hernie diaphragmatique congénitale ECMO Non aveugle Contrôles «historiques» - Contrôle (n = 9) - TXA (n = 10) Dose optimale définie de façon empirique : 4 mg/kg pdt 30 min avant intervention, puis perfusion 1 mg/kg/h pdt 24 h après chirurgie réparatrice. - pertes sanguines - transfusion globules rouges Résultats Efficacité - Saignements : 390 ml contrôle vs 57 ml TXA, - Transfusion : 2,95 mg/kg/h contrôle vs 1,13 TXA. Sécurité d emploi 2 patients sous TXA : complications thrombotiques sévères. Zonis (J Thorac Cardiovasc Surg) 1996 Canada N = 88 Age = 1 jour à 14 ans (moyennes d âge = Contrôle : 4,4±4,3 ans, TXA : 5,2±4,8 ans) Chirurgie avec CEC Randomisée Double insu - Contrôle (serum phy) (n = 47) - TXA : 50 mg/kg avant intervention (n = 41) - pertes sanguines 6h - pertes sanguines 24h - Tous patients : pas de différence significative. - Patients cyanosés : 11,2±3,7 ml/kg/6h vs 27,2±11,4 ml/kg/6h 23,7±7,5 ml/kg/24h vs 48,9±27,6 ml/kg/24h Conclusion : TXA efficace sur saignements et transfusions uniquement chez les patients cyanosés. A : aprotinine, CEC : circulation extracorporelle, EACA : acide ε-aminocaproique, FFP : fresh frozen plasma, PC : platelet concentrate, PRBC : packed red blood cells, TXA : acide tranexamique, 4.1. Population incluse La qualité des études d efficacité est altérée par les effectifs parfois faibles et l hétérogénéité des populations incluses de par l âge, le type d intervention pratiquée et les protocoles utilisés. L intervalle d âge des patients de chaque étude est très large, incluant des nouveau-nés ou des nourrissons, des enfants et des adolescents jusqu à 16 ans. L âge minimal était de 1 jour dans les 2 études canadiennes (Levin et Zonis), de 2 mois dans les études de Bulutcu et de Chauhan, et de 6 mois dans l étude de Reid. Seule l étude de Van der Staak en situation d ECMO n a inclus que des nouveau-nés. L étude de Breuer a en majorité inclus des patients âgés de moins de 12 mois. Les résultats obtenus ne sont pas présentés selon l âge du patient alors que les caractéristiques physiologiques notamment les paramètres de l hémostase diffèrent chez le nouveau-né par rapport aux jeunes enfants et aux adolescents Résultats d efficacité Sur l ensemble des études : - le volume des pertes sanguines sur 24 heures était diminué de 15 à 52 %, - le volume des transfusions de concentrés de globules rouges de 5 à 37 %, - et lorsqu ils étaient précisés : - le temps de fermeture du sternum de 14 à 38 %, 8/18

9 - et le pourcentage de reprise chirurgicale de 20 à 100 %. Comme expliqué plus haut, le critère «volume de produits sanguins transfusés» peut être biaisé chez l enfant de faible poids puisque ces produits peuvent être administrés pour des raisons hémodynamiques et non pour compenser une hémorragie. Les résultats de plusieurs études suggèrent que l acide tranexamique peut diminuer significativement les saignements et les besoins transfusionnels principalement chez les patients cyanosés. Les études de Chauhan et de Bulutcu qui ont inclus des patients âgés de 2 mois à 15 ans exclusivement cyanosés (au total 316 patients traités par acide tranexamique) ont mis en évidence un bénéfice significatif de l acide tranexamique sur ces 2 critères. Dans l étude de Zonis et al qui a inclus des patients âgés de 1 jour à 14 ans cyanosés (n = 18) ou non (n = 64), l acide tranexamique a permis de diminuer les saignements et les besoins transfusionnels uniquement chez les patients cyanosés. Cependant, une autre étude de la même équipe (Levin et al), réalisée chez 56 enfants âgés de 1 jour à 16 ans cyanosés et non cyanosés, n a pas montré d effet significatif de l acide tranexamique sur ces 2 mêmes critères ni dans l ensemble de la population ni dans le sous-groupe des patients cyanosés. L analyse de l étude de Reid et al, réalisée chez 41 patients réopérés, n a pas distingué les patients cyanosés et non cyanosés. L analyse univariée des paramètres étudiés a mis en évidence une diminution significative des pertes sanguines totales (24 %), du volume total de concentrés de globules rouges transfusés (38 %) et du temps de fermeture du sternum (32%). L étude n a pas montré de bénéfice sur la durée de ventilation mécanique postopératoire. Les interventions chirurgicales plus longues, les pertes sanguines, la fibrinolyse et les indicateurs d activation des plaquettes plus élevés chez les patients cyanosés comparés aux patients non cyanosés (Levin et Zonis) peuvent expliquer la meilleure réponse au traitement par l acide tranexamique en cas de cyanose. Il est à noter que très souvent le degré de «désaturation» ne figure pas dans les études et les états d hyperviscosité sanguine sont bien plus marqués pour des SpO2 très basses (75 %) que pour une saturation à 91 % (Levin et al, Chauhan et al) Schéma d administration Il n existe pas d étude de la relation effet-dose. Différents protocoles d administration ont été étudiés par Chauhan et al. Les patients recevaient l acide tranexamique selon l un des quatre schémas d administration suivants : - une dose unique de 50 mg/kg avant l intervention, - une dose initiale de 10 mg/kg suivie d une perfusion continue de 1 mg/kg/h, - trois injections de 10 mg/kg : une dose initiale avant l incision suivie d une injection dans le circuit de CEC et d une dose en fin d intervention, - deux injections de 20 mg/kg : une dose initiale et une dose en fin d intervention. Dans tous les cas, hormis l injection dans le circuit de CEC, il s agit d'injections par voie intraveineuse lentes. Les résultats suggèrent une efficacité sur les saignements et les besoins transfusionnels de l ensemble des traitements excepté la dose unique de 50 mg/kg. Ainsi, la dose étudiée dans les 2 études de l équipe canadienne (Levin et al et Zonis et al), à savoir une dose unique de 50 mg/kg avant l intervention, pourrait expliquer l absence d efficacité mise en évidence dans l étude de Levin et al. Le schéma d administration utilisé dans plusieurs études ayant conclu à un bénéfice significatif de l acide tranexamique comprenait 3 injections d au moins 10 mg/kg : la première pratiquée entre l induction de l anesthésie et l incision, la seconde dans le liquide de 9/18

10 remplissage de la CEC ou sous forme d une perfusion continue et la dernière en fin d intervention après l injection de la protamine. Trois injections de 100 mg/kg (Bulutcu et al) ne semblent pas être plus efficaces que trois injections de 10 mg/kg (Chauhan et al). L injection dans le liquide de remplissage de la CEC ne tient pas compte de la durée de l intervention ; une perfusion continue pendant l intervention semble plus logique, principalement pour les interventions prolongées. Ajustement à la fonction rénale : En cas d'insuffisance rénale entraînant un risque d'accumulation, la posologie d'acide tranexamique sera réduite en fonction de la clairance de la créatinine En conclusion Les résultats des études d efficacité suggèrent que l acide tranexamique peut prévenir significativement les saignements et les besoins transfusionnels en chirurgie cardiaque pédiatrique à haut risque hémorragique et nécessitant une circulation extracorporelle, principalement lorsqu ils sont cyanosés ou réopérés. Le schéma d administration utilisé dans les études dont les résultats sont les plus significatifs comprenait 3 injections d au moins 10 mg/kg : la première entre l induction de l anesthésie et l incision, la seconde dans liquide de remplissage de la CEC ou sous forme de perfusion continue, et la dernière en fin d intervention. L objectif étant de maintenir une concentration efficace tout au long de l intervention, une perfusion continue semble plus logique, notamment pour les interventions prolongées. L efficacité d une dose unique de 50 mg/kg après l induction de l anesthésie et avant l incision est apparue inconstante. En cas d'insuffisance rénale, la posologie d'acide tranexamique sera réduite en fonction de la clairance de la créatinine. 5. Sécurité d emploi de l acide tranexamique L analyse des données de sécurité d emploi de l acide tranexamique a été réalisée à partir d une revue de la littérature et d une recherche dans la base nationale de pharmacovigilance ainsi que dans la base européenne Eudravigilance. Cette analyse a été complétée par la conduite d une synthèse des données toxicologiques et expérimentales chez l animal afin d évaluer le risque convulsivant Rappel/Résumé des Caractéristiques du Produit (RCP) En France, 3 spécialités contenant de l acide tranexamique ont une autorisation de mise sur le marché (AMM) : Exacyl qui existe sous forme de comprimé, solution buvable et solution injectable, Spotof qui existe sous forme de comprimé et de solution buvable, et Quixil, solution pour colle. Les contre-indications de l Exacyl, solution injectable sont les suivantes : - Antécédent d accident thrombo-embolique veineux (thrombose veineuse profonde, embolie pulmonaire) ; - Antécédent d accident thrombo-embolique artériel (angor, infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral) ; - Etats fibrinolytiques réactionnels à une coagulopathie de consommation ; - Insuffisance rénale grave (risque d accumulation) ; - Antécédent de convulsions ; - Injections intrathécales, intraventriculaires et applications intracérébrales (en raison du risque d œdème cérébral et de convulsions). 10/18

11 Les effets indésirables rapportés avec l acide tranexamique (Exacyl ), listés dans le RCP actuel sont : - troubles digestifs tels que nausée, vomissement et diarrhée. - troubles cardio-vasculaires : malaise avec hypotension, avec ou sans perte de connaissance (généralement suite à une injection intraveineuse rapide, très rarement après une administration orale), rares observations de manifestations thromboemboliques susceptibles de survenir dans n importe quel territoire. - troubles neurologiques : convulsions, particulièrement en cas de facteur de risque ou d antécédents de convulsion ainsi qu en cas de mésusage. - réactions allergiques à type d hypersensibilité incluant des réactions anaphylactiques (urticaire, angio-œdème, choc anaphylactique) et des éruptions cutanées diverses. L objectif de l analyse de la sécurité d emploi a été de définir plus précisément le risque convulsivant lié à l acide tranexamique dans le cadre de la chirurgie cardiaque pédiatrique. Il est à noter que le risque de convulsion peut également être dû à l hypothermie provoquée en per-opératoire. Cependant l évolution des pratiques avec notamment la réalisation de la chirurgie en condition de normothermie a permis de contrôler le risque lié à l hypothermie Données toxicologiques non cliniques Une synthèse des données toxicologiques et expérimentales chez l animal a été conduite afin d évaluer le risque convulsivant lié à l acide tranexamique. Toxicité aiguë Les DL 50 (dose létale 50%) sont élevées, supérieures à 1 g/kg : l acide tranexamique ne présente pas un fort potentiel toxique chez l animal (poule, chien, rongeurs) après administration unique par voie orale, intraveineuse, sous-cutanée ou intra-péritonéale. Toxicité à doses répétées Chez le rat, on n observe pas de signe d alerte particulier suite à l administration réitérée d acide tranexamique. Une toxicité générale (perte de poids) n est observée qu à très forte dose (3,4 g/kg/j) après administration répétée durant 6 mois. Toxicité de la reproduction Il n est pas rapporté d effet tératogène chez les espèces animales testées (rat, souris), ce qui corrobore les données issues du Centre de Référence des Agents Tératogènes [l acide tranexamique n est pas tératogène chez l animal]. Des effets reprotoxiques sont décrits chez le rongeur : une altération de la fertilité femelle à très forte dose et une foetotoxicité avec une LOAEL (Lowest Observed Adverse Effect Level) de 1,8 mg/kg/j par voie orale. Etudes expérimentales animales : Caractérisation de l effet convulsivant Les effets convulsivants de l acide tranexamique appliqué au niveau cérébral ou de la moelle épinière lombaire ont été étudiés dans 6 études animales réalisées chez le rat et le chat (Furtmüller 2002, Pelligrini 1982, Schlag 2000 et 2002, Yamaura 1980). Le mécanisme responsable de l effet convulsivant de l acide tranexamique a été élucidé en 2002 par des études co-pilotées par les laboratoires Baxter. Il a pu être démontré que l acide tranexamique : - n interfère pas avec les récepteurs NMDA ; - se lie aux sites de liaison de l acide γ-aminobutirique (GABA) sur les récepteurs GABA A. 11/18

12 Le GABA constitue le principal neurotransmetteur inhibiteur. Il hyperpolarise les neurones en augmentant leur conductance membranaire au Cl - en stabilisant le potentiel de membrane au repos au niveau du potentiel d équilibre du chlore ; - a un effet antagoniste des récepteurs GABA A en bloquant l effet de l agoniste GABA, le muscimol, dont il inhibe la liaison aux récepteurs GABA A de façon dose-dépendante, bloquant ainsi l induction du flux ionique chloré (IC50 = 7,1 ± 3,1 mm). - a un effet convulsivant dose-dépendant. Ainsi, l effet convulsivant de l acide tranexamique, en application directement in situ au niveau du cortex cérébral ou au niveau de la moelle épinière lombaire, passe par le blocage de l inhibition médiée par le GABA au niveau du système nerveux central (SNC). Deux facteurs majorent l effet épileptogène de l acide tranexamique : la concentration utilisée et l étendue de la surface exposée. En conséquence, l utilisation d acide tranexamique dans le SNC ou à proximité du SNC peut provoquer un risque de convulsion majeur. Au cours des études de Schlag et al, des signes de neurotoxicité sont survenus chez le rat à partir de 0,5 mg/ml. A 5 mg/ml 2 des 6 rats ont manifesté des signes de toxicité majeure et sont décédés. Au-delà, la concentration en acide tranexamique de 47,5 mg/ml a entrainé la mort de tous les rats testés. Le rapport calculé entre les concentrations entrainant des effets neurotoxiques estimées chez le rat et les concentrations retrouvées dans le LCR après administration IV de 66 mg/kg d acide tranexamique chez l adulte ou 20 mg/kg chez l enfant de plus de 1 an suggère que des effets convulsivants ne sont pas susceptibles d'être couramment observés après administration intraveineuse en dehors des situations à risque décrites dans le RCP. Lors d'une administration intrathécale, le SNC est exposé à une concentration équivalente de celle de la préparation d'acide tranexamique. Par exemple, la concentration d'exacyl, solution pour injection, non diluée, est de 100 mg/ml, ce qui équivaut à 89 fois l'ic50 de 1,12 mg/ml. Ces données soutiennent les contre-indications relatives à la voie intrathécale. Les rapports calculés entre les concentrations entrainant des effets neurotoxiques estimées sur la base des études expérimentales et les concentrations retrouvées dans le LCR après administration intraveineuse sont de 250 à 560. Ces rapports doivent être rapportés à la fréquence des effets convulsivants rapportés mais suggèrent que les effets convulsivants ne sont pas susceptibles d'être couramment observés après administration intraveineuse, sauf sensibilité particulière décrite dans le RCP sur la base des données recueillies en clinique. Cette neurotoxicité est illustrée chez l homme par deux cas de convulsions survenues chez des patients adultes. Dans un cas, il s agit d un patient adulte ayant reçu de l acide tranexamique par erreur lors d une rachianesthésie. Le patient a développé un état de mal épileptique immédiatement après l injection intrathécale de 50 mg d acide tranexamique. Dans l autre cas, il s agit d un patient auquel ont été administrés 500 mg d acide tranexamique par voie intrathécale, les convulsions ont été réversibles sous benzodiazépine. Conclusions L acide tranexamique présente une faible toxicité générale après administration orale intraveineuse et sous cutanée chez la poule, le chien et les rongeurs (souris et rat). 12/18

13 L acide tranexamique n est pas tératogène chez la souris et le rat. Seul un effet foetotoxique est observé chez le rongeur, avec une LOAEL de 1,8 mg/kg/j. Aucune étude de toxicité chez l animal juvénile n a été retrouvée dans la littérature. L acide tranexamique présente un effet convulsivant décrit chez le chat et plus récemment chez le rat. Cet effet, observé après application directement in situ au niveau du cortex cérébral ou au niveau de la moelle épinière lombaire, augmente avec la surface d application et la dose d acide tranexamique. Le mécanisme passe par le blocage de l inhibition médiée par la voie GABAergique au niveau du SNC. L acide tranexamique exerce un effet antagoniste des récepteurs GABA A en se liant aux sites de liaison de l acide γ-aminobutirique (GABA) Données cliniques L analyse des données de sécurité d emploi de l acide tranexamique a été réalisée à partir d une revue de la littérature ainsi qu une recherche dans la base nationale et la base européenne (Eudravigilance) de pharmacovigilance (PV). Littérature Une revue de la littérature a été effectuée dans PubMed et dans la base de donnée EMBASE avec les mots clés suivants «chirurgie cardiaque en pédiatrie, effets indésirables, acide tranexamique». Quatorze publications ont été identifiées (tableau II), dont 6 ne comportant aucune donnée de sécurité d emploi. Tableau II. Recherche bibliographique : Effets indésirables de l acide tranexamique en pédiatrie Author Objective Conclusion - Safety Gruber (Boston) Levin (Canada) Reid (Boston) Eaton (New York) To determine if aminocaproïc acid and tranexamic acid (TXA) are associated with early closure of the baffle fenestration after the modified Fontan procedure To investigate hemostatic parameters including platelet activation in 56 patients with and without cyanosis undergoing CPB. Comparison TXA/ saline placebo Prospective, randomized, doubleblind study 41 children Review Antifibrinolytic therapy in surgery for congenital heart disease Use of aminocaproïc acid and TXA is not associated with early buffer fenestration closure No safety CPB altered platelet activation state and coagulation status irrespective of the use of TXA No safety Safety: TXA was well tolerated by all subjects. There were no cases of hemodynamic instability, overt thrombotic complications, or other adverse effects associated with the bolus or infusion. Dosing schemes used for these drugs have been variable and not always based on sound pharmacologic principles, despite available pharmacokinetic and pharmacodynamic data. Further research should be directed toward establishing safety, evaluating the relative efficacy of the two classes of drugs, proving benefit in specific patient groups, and better defining effective dosing schemes. Guay (Canada) Review Minimizing perioperative blood loss and transfusions in children Safety: - EACA and TXA: thrombotic complications, including a case of fatal aortic thrombosis. - Aprotinin: thrombosis, renal effects and anaphylaxis. There is not enough evidence to draw any conclusions about the safety of these drugs in children, although it appears that the risk of anaphylaxis with aprotinin in children may be less than in adults. For patients with idiopathic scoliosis, predonation with or without the addition of erythropoietin is a safe and effective way to avoid the use of allogenic blood products. For open heart procedures: whole blood of less than 48 hr is helpful 13/18

14 Neilipovitz Trudell (Pennsylvania) Chauhan (India) Chauhan (India) Chauhan (India) Bulutcu (Turkey) Vacharaksa (Thailand) Varela Crespo (Spain) (paper available in Spanish) Breuer (Allemagne) Review TXA for major spinal surgery Literature review of the current antifibrinolytic therapy for coronary artery revascularization 4373 patients undergoing coronary revascularization (age non specified) Dose comparison of TXA in 150 children with congenital cyanotic heart disease were randomly assigned to one of 5 groups of 30 each Comparison of aminocaproïc acid and TXA in in children with cyanotic congenital heart disease Control vs TXA in children undergoing cardiac surgery. 120 children randomized into 2 groups. To investigate reducing of postoperative blood loss by using aprotinin and TXA alone or a combination of these two agents. 67 children undergoing repair of cyanotic congenital heart defect mg/kg of TXA - second bolus of TXA (15 mg/kg) or saline placebo Effects of a single dose of TXA on bleeding and requirement for blood product transfusion in children undergoing cardiac surgery with CPB N = 199 Age médian [25-75 th percentile] = 6 [1-19] mois Comparaison historique rétrospective - Aprotinine (n = 85) : KIU/kg avant intervention for children of less than two years of age undergoing complex procedures; TXA may be helpful for cyanotic heart disease and, to a lesser degree, for reoperations; while anti-kallikrein blood levels of aprotinin may both reduce the need for allogenic blood transfusions and improve postoperative oxygenation in infants. Reducing perioperative allogenic blood transfusions is possible in pediatric patients provided that prophylactic measures are adapted to age, disease and type of surgery No safety The majority of studies exploring the role of these drugs in spine surgery have limited patient enrolment and report mixed results. Safety: TXA was well tolerated by all subjects. There were no cases of hemodynamic instability, clinically overt thrombotic complications, or other adverse effects associated with its use. Safety: - Underisrable effect expected with aminocaproïc acid and TXA: seizures, renal failure, and rhabdomyolisis - Underisrable effect expected with aprotinin : increase in anaphylactic reactions. Additionally an increase of 2 fold in renal failure, 55% in myocardial infarction and heart failure and 181% in stroke or encephalopathy. The study concluded that TXA was less costly than aprotinin and achieved a comparable benefit. Safety: No complication in the form of renal problems or cerebral events were noted in any of the children study No safety Safety: No complication in the form of renal or cerebral dysfunction was noted in any of the children studied in two groups. Safety: No adverse effect reported. Safety: No adverse effects of TXA were found in this study. Safety: No adverse effects attributable to the treatment were observed. Safety: Postoperative outcome. Aprotinine Ac Tranexamic Mechanical ventilation (h) 38 (14-92) 23 (10-81) ICU stay (day) 8 (5-12) 7 (4-13) Rethoracotomy 2 (2.4%) 11 (9.6%)* Low cardiac output syndrome 11 (12.9%) 14 (12.3%) Renal injury 9 (10.6%) 11 (9.6%) 14/18

15 KIU/kg/h KIU/100 ml circuit CEC - TXA (n = 114) : 50 mg/kg avant intervention mg/100 ml circuit CEC + 50 mg/kg après CEC Renal failure 0 2 (1.8%) Seizure 0 4 (3.5%) Other neurological events 4 (4.7%) 3 (2.6%) In-hospital mortality 3 (3.5%) 3 (2.6%) * significant Principales données issues de la littérature Les données fournies dans les 10 publications renseignant la sécurité d emploi de l acide tranexamique ne permettent pas de conclure sur le profil de tolérance du produit. Certaines publications citent la possibilité de survenue de cas de thrombose au niveau cérébral, pulmonaire, mésentérique, ou rétinien, la possibilité de survenue d insuffisance rénale, ainsi que des troubles neurologiques tels que les convulsions. Concernant les effets indésirables neurologiques tels que les convulsions : Quatre cas de convulsions ont été rapportés parmi les 114 nourrissons âgés de 1 à 19 mois inclus dans l étude rétrospective de comparaison historique de Breuer et al. L absence de description des cas dans la publication ne permet pas de conclure sur l imputabilité de l acide tranexamique. Il est à noter que : (i) la posologie d acide tranexamique utilisée dans cette étude est plus élevée que celle préconisée dans le présent document, (ii) la médiane d âge des enfants est de 4 mois et la plupart étaient âgés de moins de 1 an, donc en dehors de la population cible de la synthèse présente. Dans une étude similaire chez l adulte, également de comparaison historique, réalisée par la même équipe chez patients (Martin et al, 2008), 27 cas (4,6%) de convulsions ont été rapportés parmi les 592 patients du groupe acide tranexamique. L absence de description des cas dans la publication ne permet pas de conclure sur l imputabilité de l acide tranexamique. Base Nationale de Pharmacovigilance Une recherche dans la Base Nationale de Pharmacovigilance des cas de convulsions où l acide tranexamique est suspecté a permis d identifier 7 cas graves ne concernant que des sujets adultes, aucun n est survenu dans le cadre d une chirurgie cardiaque : - deux cas sont survenus dans le cadre d un mésusage (utilisation locale lors d'une intervention cérébrale) d évolution fatale; - pour les 5 cas restants, une autre explication est possible (antécédents de convulsions, méningiome cérébral, intervention cérébrale, autres médicaments suspects). Un cas non grave rapporté avec la spécialité Frenolyse (acide tranexamique) qui avait les mêmes indications qu Exacyl et n est plus commercialisée, concerne un enfant de 14 ans épileptique connu. Le cas est très peu documenté, aucune conclusion ne peut être tirée quant à l imputabilité du médicament dans la survenue des convulsions. Les données de la base nationale de Pharmacovigilance ne permettent pas de conclure qu'il existe ou non un signal concernant un risque convulsivant avec l'acide tranexamique. Eudravigilance La recherche dans la base Eudravigilance a permis d identifier 250 observations d effets indésirables, dont 24 sont survenues chez des enfants. Aucun cas de crise convulsive/myoclonie n a été rapporté. L indication est connue dans 16 cas, dont aucune ne correspond à une chirurgie cardiovasculaire. 15/18

16 Parmi les 226 cas chez l adulte, 4 cas de convulsions ont été identifiés. L indication n est connue que dans 1 cas (saignements digestifs). Dans 2 cas l imputabilté liée au médicament ne peut être établie compte-tenu du manque d information. Dans les 2 autres cas, on note la présence de médicament co-suspect métoclopramide connu pour entrainer des symptômes extrapyramidaux et myoclonies, rendant l imputabilité de l acide tranexamique dans la survenue des convulsions difficile. Conclusion En raison du peu de données de sécurité dans les essais cliniques il n est pas possible de préciser le profil de sécurité de l acide tranexamique et notamment le risque convulsivant dans la population pédiatrique devant subir une chirurgie cardiaque. Cependant, le risque de convulsion a été mis en évidence chez l animal et il est mentionné dans le RCP actuel d Exacyl, en particulier en présence de facteurs de risques tels qu antécédents de convulsions, injections intrathécales ou intraventriculaires et applications intracérébrales. Exacyl est contre-indiqué dans ces situations. 6. Conclusions La chirurgie cardiaque sous CEC active des phénomènes d inflammation et de fibrinolyse auxquels la population pédiatrique est tout particulièrement exposée. L utilisation d antifibrinolytiques dans ce type d intervention permet de prévenir et de limiter les complications hémorragiques. Une revue de la littérature a permis d identifier 11 études d efficacité qui ont inclus au total 1043 enfants dont 621 ont reçu l acide tranexamique. La majorité des études étaient contrôlées versus placebo. La population étudiée était hétérogène en termes d âge, de type de chirurgie et de protocole utilisé. Les données d efficacité suggèrent que l acide tranexamique peut prévenir les saignements et diminuer les besoins transfusionnels en chirurgie cardiaque pédiatrique à haut risque hémorragique et nécessitant une CEC, principalement chez les patients cyanosés, voire chez les patients réopérés et lorsque le schéma d administration permet de maintenir une concentration circulante efficace d acide tranexamique tout au long de l intervention. Il n existe pas d étude spécifique d effet-dose ou de pharmacocinétique chez l enfant. Cependant d après les données disponibles, il semble que le traitement optimal comporte : - une injection initiale de 10 mg/kg administrée après l induction de l anesthésie et avant l incision ; - une perfusion continue de 10 mg/kg/h ou une injection dans le liquide de remplissage de la CEC dont la dose sera définie en fonction de la procédure de CEC, soit en fonction du poids du patient à la dose de 10 mg/kg, soit en fonction du volume du liquide remplissage de la CEC ; - une injection de 10 mg/kg en fin d intervention. La perfusion continue, bien qu expérimentée sur très peu de patients, semble plus logique puisqu elle permettrait de maintenir des concentrations efficaces tout au long d une intervention prolongée. En raison du peu de données de sécurité dans les essais cliniques il n est pas possible de préciser le profil de sécurité de l acide tranexamique et notamment le risque convulsivant dans la population pédiatrique devant subir une chirurgie cardiaque. Cependant, le risque de convulsion a été mis en évidence chez l animal et il est mentionné dans le RCP actuel d Exacyl. Exacyl est contre-indiqué chez les patients ayant des facteurs de risque. 16/18

17 Il convient avant d utiliser l acide tranexamique de respecter les précautions d emploi suivantes : 1) rechercher les antécédents de convulsions, et ne pas utiliser l acide tranexamique en cas d antécédent de convulsions ; 2) ne pas effectuer d injections intrathécales, intraventriculaires et d applications intracérébrales ; 3) rechercher des troubles de la fonction rénale et adapter la dose d acide tranexamique en conséquence ; 4) rechercher les facteurs de risque de maladie thromboembolique, et ne pas utiliser l acide tranexamique en cas d antécédent trombo-embolique. En conclusion, la prévention des hémorragies en chirurgie cardiaque à haut risque hémorragique et nécessitant une CEC doit faire l objet d une prise en charge globale qui peut comprendre l utilisation d un antifibrinolytique, en l occurrence l acide tranexamique. Cette prise en charge devra être adaptée au cas par cas, en fonction du type et de la durée de l intervention et des caractéristiques du patient. 7. Références bibliographiques Andersson L, Nilsoon I, Colleen S, et al : Role of urokinase and tissue activator in sustaining bleeding and the management thereof with EACA and AMCA. Ann NY Acad Sci 1968; 146: Bulutcu FS, Ozbek U, Polat B, Yalcin Y, Karaci AR, Bayindir O: Which may be effective to reduce blood loss after cardiac operations in cyanotic children: tranexamic acid, aprotinin or a combination? Paediatr Anaesth 2005;15: 41 6 Breuer T, Martin K, Wilhelm M, Wiesner G, Schreiber C, Hess J, Lange R, Tassani P: The blood sparing effect and the safety of aprotinin compared to tranexamic acid in paediatric cardiac surgery. Eur J Cardiothorac Surg Chauhan S, Bisoi A, Modi R, Gharde P, Rajesh MR: Tranexamic acid in pediatric cardiac surgery. Indian J Med Res 118, August 2003, pp Chauhan S, Bisoi A, Kumar N, Mittal D, Kale S, Kiran U, Venugopal P: Dose comparison of tranexamic acid in pediatric cardia surgery. Asian Cardiovasc Thorac Ann 2004;12: Chauhan S, Das SN, Bisoi A, Kale S, Kiran U: Comparison of cardiac surgery. J Cardiothorac Vasc Anesth 2004;18: Eaton MP : Antifibrinolytic Therapy in Surgery for Congenital Heart disease. Anesth Analg 2008; 106: Fiechtner BK, Nuttall GA, Johnson ME, Dong Y, Sujirattanawimol N, Oliver WC Jr, Sarpal RS, Oyen LJ, Ereth MH. Plasma tranexamic acid concentrations during cardiopulmonary bypass. Anesth Analg 2001;92: Guay J, de Morloose P: Minimizing perioperative blood loss and transfusion in children. Can J Anesth 2006; 53(6): Gruber EM, Shukla AC, Reid RW, Hickey PR, Hansen DD. Synthetic antifibrinolytics are not associated with an increased incidence of baffle fenestration closure after the modified fontan procedure. J Cardiothorac Vasc Anesth 2000;14: Lacour Gayet F et coll: The Aristocltle score : a complexicity- adjusted method to evaluate surgical results. European Journal of Cardiothoracic Surgery 2004; 25: Levin E, Wu J, Devine DV : Hemostatic parameters and platelet activation marker expression in cyanotic and acyanotic pediatric patients undergoing cardiac surgery in the presence of tranexamic acid. Thrombosis and haemostasis 2000; 83(1): /18

18 Martin K, Wiesner G, Breuer T, Lange R, Tassani P: The Risks of Aprotinin and Tranexamic Acid in Cardiac Surgery: A One-Year Follow-Up of 1188 Consecutive Patients. Anesth Analg 2008; 107: Murphy BA, Ririe DG, James RL, Butterworth JF. Simulated serum concentrations of tranexamic acid (TXA) with clinically used dosing regimens in children during repair of congenital heart defects. Anesthesiology 2001;95:A1267 Neilipovitz DT, Murto K, Hall L, Barrowman NJ, Splinter WM: A randomized trial od tranexamic acid to reduce blood transfusion for scoliosis surgery. Anesth Analg 2001; 93(1): Nutall GA and coll: A prelimnary study of a new tranexamic acid dosing schedule for cardiac surgery. Journal of cardiac and vascular surgery 2008; 22(2): Reid RW, Zimmerman AA, Laussen PC, Mayer JE, Gorlin JB, Burrows FA. The efficacy of tranexamic acid versus placebo in decreasing blood loss in pediatric patients undergoing repeat cardiac surgery. Anesth Analg 1997; 84: Schlag MG, Hopf R, Zifko U et al. Epileptic seizures following cortical application of fibrin sealants containing tranexamic acid in rats. Acta Neurochir (Wien). 2002; 144(1): Schlag MG, Hopf R, Redl H et al. Convulsive seizures following subdural application of fibrin sealant containing tranexamic acid in a rat model. Neurosurgery. 2000; 47(6): Soslau G, Horrow J, Brodsky I. Effect of tranexamic acid on platelet adp during extracorporeal circulation. Am J Hematology 1991; 38: Trudell J, McMurdy N: Current antifibrinolytic therapy for coronary artery revascularization. AANA Journal 2008; 76(2): Tsementzis SA, Meyer CH, Hitchcock ER: Cerebral blood flow in patients with a subarachnoid haemorrhage during treatment with tranexamic acid. Neurochirurgia 1992; 35: Vacharaksa K, Prakanrattana U, Suksompong S, Chumpathong S: Tranexamic acid as a means of reducing the need for blood and blood component therapy in children undergoing open heart surgery for congenital cyanotic heart disease. J Med Assoc Thai 2002; 85(Suppl 3): S Van der Staak FH, de Haan AF, Geven WB, Festen C. Surgical repair of congenital diaphragmatic hernia during extracorporeal membrane oxygenation: hemorrahagic complications and the effect of tranexamic acid. J Pediatr Surg 1997; 32: Varela Crespo CA., Sanabria Carretero PO, et al.: "[Effect of tranexamic acid on postoperative bleeding in pediatric heart surgery]." Rev Esp Anestesiol Reanim 2007; 54(3): Yamaura A, Nakamura T, Makino H et al. Cerebral complication of antifibrinolytic therapy in the treatment of ruptured intracranial aneurysm. Animal experiment and a review of literature. Eur Neurol. 1980; 19(2): Zonis Z, Seear M, Reichert C, Sett S, Allen C. The effect of preoperative tranexamic acid on blood loss after cardiac operations in children. J Thorac Cardiovasc Surg 1996; 111: /18

Apixaban. Rivaroxaban. Dabigatran (Pradaxa ) (Xarelto ) (Eliquis ) 6X (ClCr 10-30ml/min)

Apixaban. Rivaroxaban. Dabigatran (Pradaxa ) (Xarelto ) (Eliquis ) 6X (ClCr 10-30ml/min) dapté et modifié de: J.Eikelboom et l. Circulation. 2010;121:1523-1532 Apixaban (Eliquis ) Rivaroxaban (Xarelto ) Dabigatran (Pradaxa ) Mécanisme d action Inhibiteurs directs du FXa Inhibiteur direct du

Plus en détail

E04a - Héparines de bas poids moléculaire

E04a - Héparines de bas poids moléculaire E04a - 1 E04a - Héparines de bas poids moléculaire Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sont un mélange inhomogène de chaînes polysaccharidiques obtenues par fractionnement chimique ou enzymatique

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

Avis 23 avril 2014. BARITEKAL 20 mg/ml, solution injectable Boîte de 10 ampoules de 5 ml (CIP : 34009 585 896 3 8) Laboratoire NORDIC PHARMA

Avis 23 avril 2014. BARITEKAL 20 mg/ml, solution injectable Boîte de 10 ampoules de 5 ml (CIP : 34009 585 896 3 8) Laboratoire NORDIC PHARMA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 avril 2014 BARITEKAL 20 mg/ml, solution injectable Boîte de 10 ampoules de 5 ml (CIP : 34009 585 896 3 8) Laboratoire NORDIC PHARMA DCI Code ATC (2012) Motif de l

Plus en détail

ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS

ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS ACCIDENT AUX NOUVEAUX ANTI-COAGULANTS Btissame Betari Symposium 8 Avril 2014 1 Cas clinique Mr V. 86 ans ATCD : HTA, ACFA traitée par Xarelto Mode de vie : Vit avec sa femme en pavillon Autonome, marche

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 janvier 2006 ADVATE 1500 UI, poudre et solvant pour solution injectable 1 flacon(s) en verre de 1 500 UI - 1 flacon(s) en verre de 5 ml avec matériel(s) de perfusion(s)

Plus en détail

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Dr A.Lillo-Le Louët, Centre Régional de Pharmacovigilance (CRPV) Paris-HEGP Avec avec Dr P.Lainé, CRPV - Angers Préambule Directeur du Centre Régional

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Anticoagulants I. Antiagrégants plaquettaires 1. Rappel Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Formation

Plus en détail

Revue de la littérature

Revue de la littérature Résultats à long terme des anévrysmes traités Revue de la littérature Cours de DES de neurochirurgie Inter-région Rhône-Alpes / Auvergne Vendredi 22/04/11 Méthode (1): sélection bibliographique en fonction

Plus en détail

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA.

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA. COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 29 mai 2013 XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA DCI Code ATC (2012) Motif de l examen Liste

Plus en détail

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Dr Florence Parent Service de Pneumologie et Soins Intensifs de Pneumologie Hôpital Bicêtre, AP-HP Inserm U999. Université Paris-Sud Traitement anticoagulant

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux pour la prévention de l AVC chez les patients souffrant de FA : Examen de cette année et de l année prochaine

Nouveaux anticoagulants oraux pour la prévention de l AVC chez les patients souffrant de FA : Examen de cette année et de l année prochaine Les nouveaux anticoagulants oraux ont considérablement modifié le domaine de la prévention de l'avc chez les patients souffrant de fibrillation auriculaire non valvulaire (FANV). Ces agents offrent des

Plus en détail

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins

Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête cas-témoins Cas groupés de médiastinites en chirurgie cardiaque : Enquête castémoi Ludovic Lassel, Marion Olivier, Gilles Antoniotti, Anne Carbonne, Pascal Astagneau. CCLIN Paris Nord Qu est ce qu une médiastinite?

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 10 mars 2010 ARIXTRA 1,5 mg/0,3 ml, solution injectable en seringue pré-remplie - Boîte de 2 (CIP : 363 500-6) - Boîte de 7 (CIP : 363 501-2) - Boîte de 10 (CIP : 564

Plus en détail

E03 - Héparines non fractionnées (HNF)

E03 - Héparines non fractionnées (HNF) E03-1 E03 - Héparines non fractionnées (HNF) Les héparines sont des anticoagulants agissant par voie parentérale. 1. Modalités d u tilisation Mode d action : l héparine est un cofacteur de l antithrombine

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC)

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Mécanisme d action Suivi biologique: comment et quand? A.Demulder IRIS-Lab 15/05/2013 1 Anticoagulants «traditionnels»: HNF Parentéral Suivi biologique avec ajustement

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

anticoagulants oraux directs en 2013 2014

anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Plan d actions de l ANSM sur les anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Pradaxa (dabigatran), Xarelto (rivaroxaban) et Eliquis (apixaban) sont de nouveaux anticoagulants oraux directs (AOD), communément

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE Dr HAFIDI POLE ANESTHESIE RENAIMATION CHU DE NICE Antiagrégants gants plaquettaires Ticlopidine (TICLID) clopidogrel (PLAVIX) S opposent à l ag. Plaq. Effets indésirables: hémorragies,

Plus en détail

seminaires iris Comment augmenter la survie des arrêts cardiaques extra hospitaliers?

seminaires iris Comment augmenter la survie des arrêts cardiaques extra hospitaliers? Comment augmenter la survie des arrêts cardiaques extra hospitaliers? Pierre Mols MD PhD Service des Urgences et du SMUR 13 janvier 2015 Predictors of survival from out-of-hospital cardiac arrest: a systematic

Plus en détail

Anticoagulation et insuffisance rénale

Anticoagulation et insuffisance rénale Anticoagulation et insuffisance rénale Françoise Boehlen Unité d hémostase HUG Colloque de néphrologie HUG 18 juin 2010 Anticoagulation et MTEV 5-7 jours Phase aiguë 3-6 mois Phase intermédiaire > 6 mois

Plus en détail

Meloxidolor 5 mg/ml solution injectable pour chiens, chats, bovins et porcins

Meloxidolor 5 mg/ml solution injectable pour chiens, chats, bovins et porcins 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT VÉTÉRINAIRE Meloxidolor 5 mg/ml solution injectable pour chiens, chats, bovins et porcins 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Un ml contient: Principe actif: Méloxicam

Plus en détail

DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE

DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE Le mardi 10 mai 2011 Bulletin no 6 / 2010-2011 DES NOUVELLES DU COMITÉ DE PHARMACOLOGIE La sixième réunion du Comité de pharmacologie de l année 2010-2011 a eu lieu le 10 mai 2011. RÉSUMÉ EN QUELQUES LIGNES

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Nouveaux Anticoagulants Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Plan Petit rappel d hémostase Anticoagulant oraux classiques Les nouveaux anticoagulants (NAC) Dosage? Comment passer de l'un à l'autre

Plus en détail

Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE

Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE Colette Franssen Département d Anesthésie Réanimation CHU Sart Tilman LIEGE La mise au point préopératoire par un anesthésiste permet de mieux planifier l organisation de la salle d opération, d éviter

Plus en détail

La place du Dabigatran Données de la littérature

La place du Dabigatran Données de la littérature La place du Dabigatran Données de la littérature Les AVK diminuent efficacement (64 %) le risque thromboembolique en cas de FA mais sont complexes d utilisation et exposent à un sur-risque hémorragique

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

Aspects pratiques du traitement de la MTEV

Aspects pratiques du traitement de la MTEV JFA Aspects pratiques du traitement de la MTEV 1 er février 2013 Isabelle Mahé Hôpital Louis Mourier Médecine Interne APHP, Université Paris 7 Conflits d intérêt Conseil en développement Daiichi Sankyo,

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences?

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne Diabète et Maladies métabolique Clinique Médicale B - CHRU de Strasbourg Remerciements au Professeur

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Monitoring de l héparinothérapie en cardiologie et en chirurgie cardio-vasculaire

Monitoring de l héparinothérapie en cardiologie et en chirurgie cardio-vasculaire April-25-2013 Annual NTHC Symposium Monitoring de l héparinothérapie en cardiologie et en chirurgie cardio-vasculaire - Point de vue du biologiste - Pr François Mullier Questions abordées Définition ACT-APTT-KCT:

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC)

Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Les nouveaux anticoagulants oraux (NAC) Dr Jean-Marie Vailloud Cardiologue libéral/ salarié (CHU/clinique) Pas de lien d'intérêt avec une entreprise pharmaceutique Adhérent à l'association Mieux Prescrire

Plus en détail

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md )

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Préambule Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du

Plus en détail

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008 Les anticoagulants PM Garcia Sam Hamati sofomec 2008 1 Les anticoagulants sofomec 2008 point de vue HAS AVK = 13% des hospitalisations pour accidents iatrogènes 17 000 hospitalisations / an /France pas

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 ACTUALITES THERAPEUTIQUES Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 Traitement de fond Objectifs: Réduire le nombre de poussées Arrêter ou freiner la progression du handicap Les traitements disponibles

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 23 mai 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 23 mai 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 23 mai 2012 SEGLOR 5 mg, gélule B/30 (CIP: 321 899-8) SEGLOR LYOC 5 mg, lyophilisat oral B/30 (CIP: 334 062-4) Laboratoire UCB PHARMA dihydroergotamine (mésilate de)

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière.

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. 75 Pas de conflits d intérêts. Définitions Pré éclampsie Définitions

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament :

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament : Informations sur le dabigatran (Pradaxa md ) Préambule : Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du dabigatran (Pradaxa md ). L

Plus en détail

Avis 19 février 2014

Avis 19 février 2014 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 19 février 2014 BERINERT 500 UI, poudre et solvant pour solution injectable/perfusion Flacon en verre de 10 ml avec dispositif de transfert avec seringue, tampons alcoolisés

Plus en détail

Suivi Biologique des Nouveaux Anticoagulants

Suivi Biologique des Nouveaux Anticoagulants Suivi Biologique des Nouveaux Anticoagulants M.M. Samama, M-H. Horellou, C. Flaujac, J. Conard Groupe Hémostase-Thrombose Hôtel-Dieu L. Le Flem, C. Guinet, F. Depasse Biomnis - Ivry sur Seine TFPI TFPI

Plus en détail

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Evaluation de l utilisation d un anticoagulant anti-xa direct oral, Apixaban, dans la prévention de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients traités par IMiDs au cours du myélome : étude

Plus en détail

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Item 326. Prescription et surveillance des classes de médicaments les plus courantes chez l'adulte et chez l'enfant. Connaître

Plus en détail

Que sont les. inhibiteurs?

Que sont les. inhibiteurs? Que sont les inhibiteurs? TABLE DES MATIÈRES Publié par la Fédération mondiale de l hémophilie (FMH) Fédération mondiale de l hémophilie, 2010 La FMH encourage la redistribution de ses publications à des

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014 UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS SYMPOSIUM CSL BEHRING COPACAMU 2014 PROFESSEUR François BERTRAND CHU DE NICE CHRONOLOGIE DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Session Hot Line du Congrès ESC 2014 : Effet favorable de Pradaxa sur la fonction rénale en comparaison avec la warfarine

Session Hot Line du Congrès ESC 2014 : Effet favorable de Pradaxa sur la fonction rénale en comparaison avec la warfarine BE/PRA-141770 09/2014 Session Hot Line du Congrès ESC 2014 : Effet favorable de Pradaxa sur la fonction rénale en comparaison avec la warfarine Une sous-analyse de RE-LY démontre que le traitement par

Plus en détail

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux?

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux? La nouvelle convention pharmaceutique offre l opportunité aux pharmaciens d accompagner les patients traités par anticoagulants oraux au long cours afin de prévenir les risques iatrogéniques. Les anticoagulants

Plus en détail

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Point d information Avril 2012 Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Le dabigatran (PRADAXA), inhibiteur direct de la thrombine,

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux Anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Ximélagatran EXANTA o Désirudine

Plus en détail

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Limites du traitement par AVK Fenetre therapeutique

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

XARELTO (RIVAROXABAN) 2,5 MG - 15 MG - 20 MG, COMPRIMÉS PELLICULÉS GUIDE DE PRESCRIPTION

XARELTO (RIVAROXABAN) 2,5 MG - 15 MG - 20 MG, COMPRIMÉS PELLICULÉS GUIDE DE PRESCRIPTION Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament Xarelto 2,5 mg; 15 mg et 20 mg de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique

Plus en détail

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 ML Laroche 1, E Demers 2, MC Breton 2, JP Gregoire 2, J Moisan 2 1- EA 6310 HAVAE, Université, Limoges, France

Plus en détail

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence On pose fréquemment le diagnostic de migraine sévère à l urgence. Bien que ce soit un diagnostic commun,

Plus en détail

journées chalonnaises de la thrombose

journées chalonnaises de la thrombose Nos connaissances certaines et notre pratique journalière : Les Nouveaux Anticoagulants dans la thromboprophylaxie de la chirurgie prothétique du MI Benoit Cots et Jean Marc Royer le 29/11/12-1 Recommandations

Plus en détail

Fermeture de l auricule gauche Perspectives

Fermeture de l auricule gauche Perspectives Fermeture de l auricule gauche Perspectives Pierre Aubry, Eric Brochet, Jean-Michel Juliard, Dominique Himbert, Alec Vahanian Groupe Hospitalier Bichat-Claude Bernard Paris France Enjeux devant une fibrillation

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX?

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? Les antagonistes de la vitamine K (AVK) sont depuis 50 ans la référence dans la

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Christelle MARQUIE CHRU de Lille Clinique de Cardiologie L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Les NOAG: QCM 1. ont les mêmes indications que

Plus en détail

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Recommandations mai 2011 RECOMMANDATIONS Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Sommaire L infection nosocomiale en chirurgie oculaire 2 Objectif de l antibioprophylaxie 2 Patients à risque 3 Recommandations

Plus en détail

Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants

Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants Gérard Audibert Anesthésie Réanimation CHU de Nancy Remerciements au Pr A. Steib GIHP BHR, Boeringer, LFB, Fresenius-Kabi, Integra-Neurosciences Patient

Plus en détail

Expanded Product Recall of Baxter Clinimix to include Four Additional Products/Lots due to Particulate Matter Found in the Solution:

Expanded Product Recall of Baxter Clinimix to include Four Additional Products/Lots due to Particulate Matter Found in the Solution: Notice to Hospitals Health Canada Endorsed Important Safety Information - Expanded Product Recall of Baxter Clinimix to Include Four additional Products/Lots May 29, 2014 Dear Chief of Medical Staff and

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques. A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg

Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques. A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg Situations à risque? Accidents AC Hémorragies spontanées Extériorisées: ex H Digestive Internes: ex

Plus en détail

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000 FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE Norme 8861-2000 NORME FIA CONCERNANT LA PERFORMANCE DES DISPOSITIFS D'ABSORPTION D'ÉNERGIE À L'INTÉRIEUR DES BARRIÈRES DE PNEUS DE FORMULE UN Ce cahier des charges

Plus en détail

Unité d Enseignement II 9. Les phases du développement d un médicament dans l industrie pharmaceutique

Unité d Enseignement II 9. Les phases du développement d un médicament dans l industrie pharmaceutique Unité d Enseignement II 9 Les phases du développement d un médicament dans l industrie pharmaceutique Développement en Phases Méthodes et Outils Modélisation et Approches de Population 1 Le développement

Plus en détail

Monitoring de l hémoglobine au bloc opératoire Place d une mesure continue non invasive. C Decoene PH CHRU Lille

Monitoring de l hémoglobine au bloc opératoire Place d une mesure continue non invasive. C Decoene PH CHRU Lille Monitoring de l hémoglobine au bloc opératoire Place d une mesure continue non invasive C Decoene PH CHRU Lille objectif Le taux d hémoglobine intervient dans : Le transport d O2 L hémostase L équilibre

Plus en détail

Pharmacologie, indications et implications des NAOs. Stéphanie Cloutier, hématologue Le 24 septembre 2014

Pharmacologie, indications et implications des NAOs. Stéphanie Cloutier, hématologue Le 24 septembre 2014 Pharmacologie, indications et implications des NAOs Stéphanie Cloutier, hématologue Le 24 septembre 2014 AODs: Anticoagulants oraux directs TSOACs : target-specific oral anticoagulants Stéphanie Cloutier,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 mars 2012 XARELTO 15 mg, comprimés pelliculés B/14 (CIP: 34009 219 225 1 6) B/28 (CIP: 34009 219 226 8 4) B/42 (CIP: 34009 219 227 4 5) B/10 (CIP: 34009 219 228 0

Plus en détail

AVIS 1 / 7. Afssa Saisine n 2009-SA-0153. Maisons-Alfort, le 30 octobre 2009

AVIS 1 / 7. Afssa Saisine n 2009-SA-0153. Maisons-Alfort, le 30 octobre 2009 Maisons-Alfort, le 30 octobre 2009 AVIS LE DIRECTEUR GÉNÉRAL de l Agence française de sécurité sanitaire des aliments sur un projet d arrêté relatif à l emploi de la taurine et de D-glucurono-gamma-lactone

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 3 septembre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 3 septembre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 3 septembre 2008 PRIVIGEN 100 mg/ml, solution pour perfusion Flacon en verre de 50 ml (CIP: 572 790-7 Flacon en verre de 100 ml (CIP: 572 791-3) Flacon en verre de 200

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application : 13/09/2012 Réf.: CMUB-040 Pagination : 1 de 7 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Protocole N 040 Rédacteurs Dr Minerva Faddoul (Chalon sur Saone) Date 13/09/2012

Plus en détail

ESSAIS EXPLORATOIRES (PHASE 0-2) H.MRABTI, H.ERRIHANI Service d oncologie médicale Institut national d oncologie Rabat

ESSAIS EXPLORATOIRES (PHASE 0-2) H.MRABTI, H.ERRIHANI Service d oncologie médicale Institut national d oncologie Rabat ESSAIS EXPLORATOIRES (PHASE 0-2) H.MRABTI, H.ERRIHANI Service d oncologie médicale Institut national d oncologie Rabat Etapes de développement d un médicament en oncologie Essais pré-cliniques (activité,

Plus en détail

Les triptans. quel casse-tête! Kim Messier et Michel Lapierre. Vous voulez prescrire des triptans? Lisez ce qui suit!

Les triptans. quel casse-tête! Kim Messier et Michel Lapierre. Vous voulez prescrire des triptans? Lisez ce qui suit! Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Les triptans quel casse-tête! Kim Messier et Michel Lapierre Vous voulez prescrire des triptans? Lisez ce qui suit! Les triptans, des agonistes sélectifs

Plus en détail

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 17 èmes Journées des Statisticiens des Centres de Lutte contre le Cancer 4 ème Conférence Francophone d Epidémiologie Clinique Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 Q Picat, N

Plus en détail

ALLERGIE AUX VENINS D HYMENOPTERES

ALLERGIE AUX VENINS D HYMENOPTERES ALLERGIE AUX VENINS D HYMENOPTERES QUI, COMMENT ET COMBIEN DE TEMPS DESENSIBILISER? JOËLLE BIRNBAUM UPRES EA 3287 Université de la Méditerranée Service Pneumo-alergologie Hôpital Ste Marguerite, Marseille

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 mars 2012 XARELTO 15 mg, comprimés pelliculés B/14 (CIP: 34009 219 225 1 6) B/28 (CIP: 34009 219 226 8 4) B/42 (CIP: 34009 219 227 4 5) B/10 (CIP: 34009 219 228 0

Plus en détail

VOUS et VOTRE NOUVEAU TRAITEMENT anticoagulant Eliquis, Pradaxa, Xarelto

VOUS et VOTRE NOUVEAU TRAITEMENT anticoagulant Eliquis, Pradaxa, Xarelto VOUS et VOTRE NOUVEAU TRAITEMENT anticoagulant Eliquis, Pradaxa, Xarelto Carnet-conseils appartenant à :.... Adresse :......................... Tel :............................ Médecin Généraliste : Adresse

Plus en détail

Point d Information. Le PRAC a recommandé que le RCP soit modifié afin d inclure les informations suivantes:

Point d Information. Le PRAC a recommandé que le RCP soit modifié afin d inclure les informations suivantes: Point d Information Médicaments à base d ivabradine, de codéine, médicaments contenant du diméthyl fumarate, du mycophénolate mofétil/acide mycophénolique, de l octocog alpha, spécialité Eligard (contenant

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Problème de plomberie 101. Emmanuelle Lapointe R4 Neurologie Université de Sherbrooke

Problème de plomberie 101. Emmanuelle Lapointe R4 Neurologie Université de Sherbrooke Problème de plomberie 101 Emmanuelle Lapointe R4 Neurologie Université de Sherbrooke Aucun à déclarer Conflits d intérêt Cas 68 ans AP: MVAS, MPOC, HTA, DLPD Plusieurs épisodes perte de vision monoculaire

Plus en détail