Faut-il prévenir ou corriger les déficiences ou subdéficiences en vitamines et oligo-éléments?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Faut-il prévenir ou corriger les déficiences ou subdéficiences en vitamines et oligo-éléments?"

Transcription

1 Séminaire Agrumes : Age, vieillissement et alimentation Faut-il prévenir ou corriger les déficiences ou subdéficiences en vitamines et oligo-éléments? INSERMU 888, Université Montpellier I Pathologies du système nerveux: recherche clinique et épidémiologique Montpellier, France

2 Les besoins nutritionnels de la personne âgée Les personnes âgées diminuent très souvent leur alimentation alors que leurs réserves nutritionnelles sont amoindries Le vieillissement se caractérise par une réduction de la masse maigre au dépend des muscles squelettiques, liée en partie à une baisse de l'activité physique La diminution des besoins énergétiques liée au vieillissement est toutefois minime car les grandes fonctions vitales (respiration, circulation, etc.) doivent être assurées comme chez le sujet jeune. Les moins bons rendements musculaire et métabolique des personnes âgées nécessitent des apports énergétiques supérieurs à ceux des plus jeunes : 30Kcal/kg/j

3 Les personnes âgées constituent un groupe à haut risque de déficiences en vitamines Déficits les plus fréquents: vitamines C, D, E, et celles du groupe B, D autant plus importants que les sujets âgés sont institutionnalisés ou confinés à leur domicile. besoins augmentés, Apports alimentaires diminués faible exposition soleil. Carence en vitamines B1, B3, B6, B9, B12, C : Troubles du comportement et de l humeur (anorexie, troubles mnésiques, syndromes dépressifs et démentiels) Carence en vitamines B9, B12 : Anémie macrocytaire Carence en vitamines B6, B9, C, D, E : Déficits immunitaires Carence en vitamine D : Hyperparathyroidie secondaire, ostéomalacie et fractures

4 Les besoins nutritionnels de la personne âgée: les minéraux et oligoéléments Les besoins en micronutriments sont couverts si les apports énergétiques totaux sont > kcal/j. Les apports en calcium sont souvent inférieurs aux recommandations (1200 mg/j). L apport en magnésium est, souvent insuffisant chez les personnes âgées Les besoins en fer (10 mg/j) sont en général couverts par les apports alimentaires (attention à la supplémentation intempestive) On trouve 300mg de calcium dans : 250 ml de lait, 2yaourts ou 10 petits suisses ou 200g de fromage blanc 30g d'emmenthal ou 80g de camembert MAIS AUSSI dans 500g de poisson ou 750g de pain complet ou 850g de choux ou 1Kg d'oranges Les principales sources de magnésium sont le chocolat, les légumes secs, les fruits secs et les produits céréaliers mais aussi la viande et les produits laitiers 3 mg de fer sont apportés par : 20 g de boudin noir ou 25 g de foie 100 g de viande ou 300 g de poulet ou 300 g à 500 g de poisson

5 Immunité Zn, Se,C,E Tolérance au glucose Cr Densité osseuse Zn, Se, µnutriments et vieillissement Fonctions cognitives Se, Zn, Vit E,B9 Masse maigre Masse maigre Cr Antioxydant Se, Zn, E,C,

6 Vieillissement et micronutriments Molybdene Cobalt Fer Declin progressif Zinc Selenium Chrome III Vit C Vit B Vit E Caroténoïdes AGE Pas de deficits objectivés Protection possible contre les pathologies de l âge

7 Stress oxydant Production de Radicaux Libres Les défenses de l organisme formés à partir de l oxygène Les systèmes enzymatiques : - Catalase - Superoxyde dismutase (SOD) - Glutathion peroxydase (GSH-Px) Les systèmes non enzymatiques : - Composés vitaminiques: Vit E, A, C, caroténoïdes Les Oligo-éléments: Zn, Cu, Sélénium

8 Micronutriments et vieillissement altérations des fonctions physiologiques désordres biologiques incidence des pathologies chroniques diminution générale des apports tractus gastrointestinal Pancréas altération des fonctions immunes stress oxydant plus élevé intolérance au glucose médicaments malabsorption malnutrition densité nutritionnelle abaissée diminution des apports en micronutriments diminution des défenses antioxydantes altération des statuts

9 Micronutriments et âge Chez le sujet âgé autonome, la fréquence des déficits est modérée (Euronut Seneca, Zenith). Chez le sujet fragile, ou institutionnalisé, les déficits sont fréquents, et les risques de MCV, cancers, démences, diabètes, sont augmentés. Place particulière du stress oxydatif

10 Sélénium et âge

11 Statut en sélénium et âge L étude Nove 2 Se µmol/l 1,5 1 0,5 R=-0,462,p<0.001 y =1,417-0,006x ans Se = - 0,04 µmol/l tous les 10 ans GPx =- 24 IU/L tous les 10 ans Oliveri O. AmJ Clin Nutr.1994

12 Sélénium: évolution avec l âge dans l étude EVA Selenium (µmol\l) 1,1 Mean Plasma Selenium at each wave of follow-up 1,08 1,06 1,04 1,02 1 EVA0 EVA2 EVA3 EVA4 EVA5 EVA6

13 Sélénium : un facteur de longévité? Akbaraly et al Clin Biochem 2005 Modélisation de S(t) : probabilité de survie au delà d un moment t (méthode actuarielle, comparaison des taux de survie : Tests de Wilcoxon) 0,99 0,97 Survival probability 0,95 0,93 0,91 0,89 0,87 0, Follow-up time (years) La probabilité de survie des sujets ayant les plus haut niveaux de Se est significativement plus grande que celle des sujets ayant les plus bas niveaux RR (0.2 µmol/l) =1.54 [1.25; 1.88], p<10-4 Les moyennes de Se à l inclusion (m=1.09 µmol/l) sont significativement plus élevées chez les sujets vivants (m=1.10 µmol/l) que chez ceux décédés (m=1.01µmol/l)

14

15 Zinc Antioxydant (SOD, compétition avec le fer, métallothioneines, protection des ADN) Immunomodulateur, Insuline-like Croissance, développement, fertilité Matrice osseuse Fonctions cognitives Zn (µmol/l) 12 M W > 95 yrs Monget and coll., Int. J. Vit.. Nutr. Res., 1996, 66, 1, 71-76

16 Impact du style de vie sur le statut en Zinc Schmuck 1996 Pepersack 2001 Girodon 1997 Sujet âgés Institutionalisés Institutionalisés Institutionalisés Zn< 10,7µM 38% 28% 61% Zenith 2005 Boston study 2004 Euronut 1997 AREDS Salomon 2001 Savarino 2001 V. à domicile V. à domicile V. à domicile V. à domicile V. à domicile V. à domicile 4%- 5,6% 5% 3-4% 4% 4% 5%

17 DEFICITS EN VITAMINES ANTIOXYDANTES ET AGE PEROXYDATION LIPIDIQUE ET AGE 70 % b carot. retinol vit C zinc selenium 3 2,5 Plasm a TBAR's 2,4 * * 2,5 * p<0.05 * 2,9 0 b carot. retinol vit C zinc selenium Micronutrient deficiencies in elderly subjects Monget and coll., Int. J. Vit.. Nutr. Res., 1996, 66, 1, , , yrs yrs yrs > 70 yrs 20-45% plasma TBARS in men aged > 50 yrs as compared with the years Kasapoglu M. et al., Exp Gerontol, 2001, 36,

18 Etude Zenith : «middle-aged» vs «older» augmentation du risque oxydatif avec l âge Andriollo-Sanchez, Hininger-Favier, Ferry, Coudray, Roussel et al. Eur J Clin Nutr µmol/l FRAP * µmol/l Thiols * ans ans yrs yrs 2,5 2 1,5 1 Isoprostanes urinaires /creat. * Corrélation avec âge FRAP : r =0,70 ; p<0,001 SH : r=- 0,5 ; p<0,001 0, ans ans

19 Quelques résultats illustrant les relations entre pathologies ou troubles fonctionnels et micronutriments

20 EVA : Selenium, stress oxydatif et risque de déclin des fonctions cognitives 3 odd ratio 3 odd ratio ** 2,5 2 ** 1, > 25 th < 25 th plasma Se (0.96 µm) 0 < 75 th > 75 th plasma TBAR s (3.2 µm/l) A low selenium plasma level and a high TBAR s plasma level are significant risk factors of cognitive decline assessed by MMSE loss of 3 points in 4 years from baseline. Berr et al, JAGS 2000

21 EVA study :Se status and Cognitive Decline (9-year follow-up) Decrease of selenium between EVA6 and EVA0 (µmol/l) OR CI [95%] P Low baseline Se (µmol/l) Educational level (High vs. primary) Diabetes (yes vs. no) Hypertension (yes vs. no) Dyslipidemia (yes vs. no) Akbaraly et al, J Gerontol 2007

22 Benton, Nutr Neurosci. 5 (6) : SELENIUM SUPPLEMENTATION AND MOOD IN THE ELDERLY British subjects > 60 yrs 100 µg/d Se : 5 weeks profile of mood state : decreased anxiety general elevation of mood

23 SÉLÉNIUM, HUMEUR ET QUALITÉ DE VIE (2) Mais selon une étude récente de Rayman et al. (2006) double aveugle, vs placebo, n = 501, ans. Apports (µg/j) avant TMS (Total mood score) Se Qualité de vie = = = Rayman et al, Biol Psychiatry. 59 (2) :

24 EVA 6: Cross sectional analysis: Adjusted risk of low cognitive functioning associated to plasma carotenoids for different cognitive tests (adjusted OR with 95% CI) DSS TMTB FTT WFT <25 th vs 25 th OR CI OR CI OR CI OR CI Total carotenoids ; ; ; ;1.31 Lutein ; ; ; ;1.65 Zeaxanthin ; ; ; ;3.05 β-cryptoxanthin ; ; ; ;1.27 Lycopen ; ; ; ;1.79 α-carotene ; ; ; ;1.41 Transβ-carotene ; ; ; ;1.37 cisβ-carotene ; ; ; ;1.41 Akbaraly et al J Gerontol 2007

25 Vercambre MN, Br J Nut ( in press) Alimentation et vieillissement : Résultats dans la cohorte de femmes E3N Retentissement fonctionnel des troubles cognitifs après 80 ans : Femmes ayant une limitation pour au moins une des 4 IADL (selon son proche) vs. femmes sans limitation Nutriments ( en tertiles)

26 Helmer, Eur J Clin Nutr 2003 PAQUID: Plasma vitamins E et A and 7-yr incidence of dementia Nested case-control study Adjusted for age, sex, education and ε4 (n=182) Adjusted for age, sex, education, ε4, hypertension, BMI, wine and tobacco consumption (n=156) OR 95% CI p OR 95% CI p Vit E highest tercile intermediate tercile lowest tercile Vit A highest tercile intermediate tercile lowest tercile

27 Antioxidants and dementia: longitudinal studies Rotterdam Study : (Engelhart 2002) Protective effect of dietary intake of vit. E (>15,5 mg/j) et C (>133 mg/j) on AD; effect of flavonoids and β-carotène only in current smokers Chicago Health and Aging Project (CHAP) (Morris 2002 ) Protective effect of dietary intake of vit. E only in ApoE4 non carrier PAQUID Protective effect of high P vit E level (Helmer 2003) Protective effect of flavonoids (Letenneur, 2007) Colombia aging project (Luchsinger 2003) No association neither for vitamin dietary intakes than for supplements

28 Antioxidants and cognitive impairment Randomized controlled trials Population and methods Results Sano N Engl J Med moderate AD (vit E 2000 UI/j ) /Placebo limited effect on death and severity when controlling on initial level. Smith Human Psychopharmacol Clin Exp 1999 Chandra Nutrition 2001 (This publication has been retired by the editors in 2005 for conflict of interest and methodological problems) Onofrj Clin Neuropharmacol 2001 & 2002 healthy subjects (60-80 yo Bcarotène + vit E + vit C vs placebo 2*48 healthy volunteers (>65 yo) 400 U vit A, 16 mg β carotene, 80 mg vit C, 44 mg vit E, vit. B, D, Fe, Zn, Cu, /placebo 1 yr FU Vit. E 2000 UI vs donepezil or rivastigmine : No effect on cognitive performance moderate effect on cognitive functionning Deleterious effect on P300 latency and neuropsychological tests Petersen et al NEJM MCI, follow-up 3 year 2000 UI Vitamin E/placebo/Donezepil No effet on conversion Yaffe et al, Neurology 2004 AREDS ( DMLA) 166 subjects FU 7 years, VitC (500mg), VitE (400U), B_caro (15 mg)/placebo No effect on final cognitive level Randomized controlled trials with vitamin or antioxidant supplements are far from giving convincing arguments. We need more large studies with appropriate methodology.

29 Dietary Iron Intake and Risk of Parkinson's Disease Logroscino et al Am J Epidemiol 2008, december 15 Several case-control studies have described the association of high dietary iron and Parkinson's disease, but prospective data are lacking. Large US cohort: 47,406 men and 76,947 women information through a mailed questionnaire on their diet, medical history, and lifestyle practices between 1984 and new cases of Parkinson's disease. Risk of Parkinson's disease Not with total iron intake but with dietary nonheme iron intake from food RR = 1.27, [0.92, 1.76;] P trend = 0.02 individuals with high nonheme iron and low vitamin C intakes RR = 1.92 [ 1.14, 3.32]; P trend = Supplemental iron intake associated with a borderline increase among men.

30 Faut-il prévenir ou corriger les déficiences ou sub-déficiences en vitamines et oligo-éléments? Questions très complexes pour Les sub-déficiences existent, liées à l âge pour certains composés. Certaines sub-déficiences sont associés à des pathologies. Mais ces sub-déficiences souvent examinées élément par élément peuvent relever d interactions complexes Il est nécessaire d évaluer, chez le sujet âgé, l intérêt de la correction de ces sub-déficiences avec des questions récurrentes: Adéquation des doses Associations de vitamines et oligoéléments : effets additifs ou synergistiques mais vigilance /effets délétères.

31 Remerciements Grenoble: J Arnaud, C Coudray, C Hinninger, A Favier, MJ Richard, AM Roussel Toulouse: F Nourashemi, S Gillette, B Vellas Bordeaux: P Barberger Gateau, C Helmer, L Letenneur Montpellier: S Artero, T Akbaraly, I Carriere, F Portet, J Touchon, K Ritchie, MN Vercambre

Personne Agée seule à Domicile Quelles Habitudes Alimentaires?

Personne Agée seule à Domicile Quelles Habitudes Alimentaires? Personne Agée seule à Domicile Quelles Habitudes Alimentaires? Monique Ferry MD; PhD Valence - Paris Agrumes /Montpellier 10/12/08 Le vieillissement n est pas une pathologie, mais il fait naître des besoins

Plus en détail

S. Hercberg, Key-words: Antioxidants, Vitamins, Minerals, Randomized trial, Supplementation.

S. Hercberg, Key-words: Antioxidants, Vitamins, Minerals, Randomized trial, Supplementation. 2006. Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés Ann Pharm Fr 2006, 64 : 397-401 Stress oxydant L étude SU.VI.MAX, un essai contrôlé randomisé, en double aveugle, testant l effet de la supplémentation en

Plus en détail

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne La malnutrition chez la personne âgée Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne Objectifs Importance du problème Facteurs de risque Evaluation Traitement & prévention Points

Plus en détail

Prise en charge nutritionnelle en orthogériatrie. Michel Vanbergen Service de Diététique 30 avril 2015

Prise en charge nutritionnelle en orthogériatrie. Michel Vanbergen Service de Diététique 30 avril 2015 Prise en charge nutritionnelle en orthogériatrie Michel Vanbergen Service de Diététique 30 avril 2015 Avant-propos Fractures < chutes Fracturé est le chuteur malheureux Conséquences physiques: fractures,

Plus en détail

Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées

Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées Place du Mini Nutritional Assessment (MNA) Gaëlle Soriano, Sophie Guyonnet Besoins nutritionnels chez la PA Les besoins énergétiques correspondent

Plus en détail

COMMENT ACCOMPAGNER UN SÉNIOR DÉNUTRI?"

COMMENT ACCOMPAGNER UN SÉNIOR DÉNUTRI? COMMENT ACCOMPAGNER UN SÉNIOR DÉNUTRI?" 106 Témoignage du Dr Benjamin Rimaud 107 La dénutrition protéino-énergétique de la personne âgée Quelques chiffres 1 A domicile " 4 à 10% des personnes âgées En

Plus en détail

DENUTRITION DU SUJET AGE

DENUTRITION DU SUJET AGE 1 DENUTRITION DU SUJET AGE Objectif général Réduire de 20% le nombre de personnes âgées de plus de 70 ans dénutries (passer de 350-500 000 personnes dénutries vivant à domicile à 280-400 000 et de 100-200

Plus en détail

Les lipides. Thérapeutique?

Les lipides. Thérapeutique? Thérapeutique? Exercice physique +++ Metformine: pas de risque d hypoglycémie, attention si insuffisance rénale, Sulfonylurées: risque d hypoglycémie, débuter à faible dose Les lipides réserves 97 % =

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Alimentation, quoi de neuf chez les seniors? Bien s alimenter pour bien vieillir» Conférence du Docteur Carol SZEKELY, Chef de Pôle AGE HUPNVS Hôpital Charles Richet à Villiers-le-Bel

Plus en détail

Définition et prévalence de la dénutrition. Dépistage et intervention

Définition et prévalence de la dénutrition. Dépistage et intervention Dépistage de la dénutrition ou de son risque, outil pour suivre les ingesta Isabelle Demierre Sandro Mascaro Contenu: Définition et prévalence de la dénutrition Causes de la dénutrition Dépistage et intervention

Plus en détail

Hypertension artérielle et démences. Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris

Hypertension artérielle et démences. Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris Hypertension artérielle et démences Pr Olivier Hanon, Hôpital Broca, Paris Classification des démences Neurology 2009;72:368 374 Newer representation of the overlap and relative distribution of dementia

Plus en détail

Mieux manger pour mieux vieillir : une stratégie gagnante

Mieux manger pour mieux vieillir : une stratégie gagnante Petit-déjeuner presse Paris, le 17 octobre 2013 Mieux manger pour mieux vieillir : une stratégie gagnante Monique Ferry, chercheur Inserm à l Université Paris 13, ancien médecin des hôpitaux en gériatrie

Plus en détail

Etude MAPT (Multidomain Alzheimer Preventive Trial)

Etude MAPT (Multidomain Alzheimer Preventive Trial) Etude MAPT (Multidomain Alzheimer Preventive Trial) F Portet CMRR CHU de Montpellier (J Touchon) et Inserm U 888 Promoteur : CHU Toulouse (B Vellas) MAPT : objectif principal évaluer l efficacité d une

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Perte de poids, Dénutrition D et maladie d Alzheimer.

Perte de poids, Dénutrition D et maladie d Alzheimer. Perte de poids, Dénutrition D et maladie d Alzheimer. Anne Ghisolfi-Marque Introduction L évolution de la MA est entachée de complications qui conditionnent la qualité de vie complications nutritionnelles

Plus en détail

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1

Université Montpellier I. A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Université Montpellier I A Avignon CHU Montpellier & Université Montpellier1 Les Objectifs Questions posées Personnes et/ou les situations à risque? Outils de dépistage et de diagnostic? Diagnostic de

Plus en détail

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 ML Laroche 1, E Demers 2, MC Breton 2, JP Gregoire 2, J Moisan 2 1- EA 6310 HAVAE, Université, Limoges, France

Plus en détail

Consultation Nutrition27

Consultation Nutrition27 Denutritiondelacivilisationmoderne! Quel progres! Alors qu un nouvel arrivant sur la planète a aujourd hui plus de risque d être trop gros que trop maigre, la dénutrition est pourtant la forêt cachée par

Plus en détail

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Pr Jean Trédaniel Service de pneumologie et oncologie thoracique Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph Université Paris Descartes Sources Données

Plus en détail

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale Transplantation pulmonaire et mucoviscidose Optimiser la prise en charge médicale Dr Isabelle Danner-Boucher CRCM adulte de Nantes Unité de Transplantation Thoracique 11èmes Journées Scientifiques de la

Plus en détail

COMMENT CHOISIR SON INHIBITEUR DE L'ACÉTYLCHOLINESTÉR ASE? Présenté par: Nicolas-Simon Tremblay

COMMENT CHOISIR SON INHIBITEUR DE L'ACÉTYLCHOLINESTÉR ASE? Présenté par: Nicolas-Simon Tremblay COMMENT CHOISIR SON INHIBITEUR DE L'ACÉTYLCHOLINESTÉR ASE? Présenté par: Nicolas-Simon Tremblay Alzheimer 10 personnes affectées par malade 80% des soins à domicile par aidants naturels Les coûts annuels

Plus en détail

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ

RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ RGO: CAFÉ OU DÉCAFÉINÉ QUESTION : Est-ce que le café décaféiné est une alternative au café chez les patients qui souffrent d un RGO? AUTEUR : Alexis Du Cap (JUILLET 2009) SUPERVISEUR : Guylène Thériault

Plus en détail

FORMATION CONTINUE Organisme de formation continue enregistré sous le numéro 91 34 07073 34

FORMATION CONTINUE Organisme de formation continue enregistré sous le numéro 91 34 07073 34 FORMATION CONTINUE Organisme de formation continue enregistré sous le numéro 91 34 07073 34 Cycle de formation professionnelle (6 ème édition enrichie et actualisée) MICRONUTRITION NUTRITHERAPIE Comment

Plus en détail

CNEG. L étude SU.VI.MAX 2. Comportement alimentaire et qualité du vieillissement Projet COMPALIMAGE. Inserm

CNEG. L étude SU.VI.MAX 2. Comportement alimentaire et qualité du vieillissement Projet COMPALIMAGE. Inserm Inserm Institut national de la santé et de la recherche médicale L étude SU.VI.MAX 2 Comportement alimentaire et qualité du vieillissement Projet COMPALIMAGE CNEG COMPALIMAGE: équipes impliquées 1 1.1

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 octobre 2011 PEDIAVEN AP-HP G15, solution pour perfusion 1000 ml de solution en poche bi-compartiment, boîte de 4 (CIP: 419 999-0) PEDIAVEN AP-HP G20, solution pour

Plus en détail

Troubles nutritionnels du sujet âgé (61) Docteur Matthieu DEBRAY Octobre 2004

Troubles nutritionnels du sujet âgé (61) Docteur Matthieu DEBRAY Octobre 2004 Pré-requis : Troubles nutritionnels du sujet âgé (61) Docteur Matthieu DEBRAY Octobre 2004 Notions sur le vieillissement normal et pathologique Concept de fragilité Résumé : La dénutrition proteino-calorique

Plus en détail

Malnutrition ou dénutrition de la personne âgée en médecine de ville

Malnutrition ou dénutrition de la personne âgée en médecine de ville Malnutrition ou dénutrition de la personne âgée en médecine de ville Dr C GIRES CHRU LILLE DU gérontologie CAS CLINIQUE N 1 Madame P 79 ans Antecédents: néoplasme sein droit opéré Arthrose invalidante

Plus en détail

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline (Valeur énergétique : 38 kcal/10 g) Composition nutritionnelle Composition pour 10 g Rôle Protéines (végétales) 55 à 70 % Construction

Plus en détail

Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé

Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Causes de la dénutrition du sujet âgé...1 1. 1 Modifications physiologiques liées à l'âge...

Plus en détail

L équilibre alimentaire.

L équilibre alimentaire. L équilibre alimentaire. Une bonne nutrition est un incontestable facteur de bonne santé. Dans la médecine traditionnelle chinoise, certains aliments bien utilisés servent de remèdes pour prévenir et traiter

Plus en détail

Medication management ability assessment: results from a performance based measure in older outpatients with schizophrenia.

Medication management ability assessment: results from a performance based measure in older outpatients with schizophrenia. Medication Management Ability Assessment (MMAA) Patterson TL, Lacro J, McKibbin CL, Moscona S, Hughs T, Jeste DV. (2002) Medication management ability assessment: results from a performance based measure

Plus en détail

Possible Food Assistance Indicators (at the level of Results)

Possible Food Assistance Indicators (at the level of Results) Possible Food Assistance Indicators (at the level of Results) Comments for IT : 1. Text of predefined indicators cannot be changed by partners. Thus no variables in the predefined text. The only variables

Plus en détail

GROUPES D ALIMENTS ET MALADIES CHRONIQUES : QUELLES RELATIONS?

GROUPES D ALIMENTS ET MALADIES CHRONIQUES : QUELLES RELATIONS? DÉSÉQUILIBre ALIMeNTAIre I PAR ANTHONY FARDET1 ET YVES BOIRIE2 contact@edp-nutrition.fr OLGA LYUBKINA FOTOLIA.COM S il est difficile d établir un effet protecteur ou délétère sur la santé des groupes d

Plus en détail

Le stress oxydant provoqué par l'exercice : une fatalité?

Le stress oxydant provoqué par l'exercice : une fatalité? Le stress oxydant provoqué par l'exercice : une fatalité? L e métabolisme aérobie est un moyen très efficace de produire de l'énergie en oxydant la matière organique, mais l'utilisation d'oxygène entraîne

Plus en détail

Quoi manger et boire avant, pendant et après l activité physique

Quoi manger et boire avant, pendant et après l activité physique Quoi manger et boire avant, pendant et après l activité physique (comparaison entre athlètes et non-athlètes; nouvelles tendances comme le jus de betteraves) Comme vous le savez, l'alimentation de l'athlète

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Plan Quelles sont les personnes âgées et/ou les situations à risque de dénutrition? Quels sont les outils de

Plus en détail

Infirmière en pratique avancée option gérontologie

Infirmière en pratique avancée option gérontologie Infirmière en pratique avancée option gérontologie BARRIERE-ARNOUX CÉCILE INFIRMIÈRE-SOPHROLOGUE LIBÉRALE CANDIDATE AU MASTER 2 SCIENCES CLINIQUES INFIRMIÈRES OPTION GÉRONTOLOGIE ANFIIDE 11 ET 12 OCTOBRE

Plus en détail

Score au MMSE et capacité à conduire UMF ST-HUBERT

Score au MMSE et capacité à conduire UMF ST-HUBERT Score au MMSE et capacité à conduire SANDRA DEMERS, R1 UMF ST-HUBERT Quelques statistiques Accidents automobiles chez les 75 ans et plus: 9,7% des accidents avec décès au Québec 8% des accidents avec blessés

Plus en détail

L Étiquetage nutritionnel interactif : faites le point

L Étiquetage nutritionnel interactif : faites le point Santé Canada Health Canada L Étiquetage nutritionnel interactif : faites le point Vous avez peut-être remarqué l information nutritionnelle affichée sur de nombreux produits alimentaires que vous achetez

Plus en détail

Le rapport 8 de l étude AREDS

Le rapport 8 de l étude AREDS AREDS : au-delà du rapport 8 Résumé : L étude AREDS constitue un élément unique et incontournable sur la micronutrition en ophtalmologie. La taille importante de l échantillon de population étudié, le

Plus en détail

SERVIROC LE CATALOGUE CROQUETTE CHIEN. FDS disponible sur simple demande sur le site www.serviroc.fr ou au 04 70 28 93 08

SERVIROC LE CATALOGUE CROQUETTE CHIEN. FDS disponible sur simple demande sur le site www.serviroc.fr ou au 04 70 28 93 08 SERVIROC LE CATALOGUE CROQUETTE CHIEN 1/8 CROQUETTE CHIEN SPORTIF Croquette chien sportif pour bien répondre aux chiens à activité soutenue. Equilibre aux besoins du chien de chasse ou sportif. Améliore

Plus en détail

Extrait de l argumentaire scientifique de la RBP : «Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du diabète de type 2»

Extrait de l argumentaire scientifique de la RBP : «Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du diabète de type 2» Extrait de l argumentaire scientifique de la RBP : «Stratégie médicamenteuse du contrôle glycémique du Table des matières 1. Analyse de la littérature concernant les objectifs glycémiques chez les patients

Plus en détail

Problèmes nutritionnels posés par le sujet âgé en hémodialyse

Problèmes nutritionnels posés par le sujet âgé en hémodialyse Problèmes nutritionnels posés par le sujet âgé en hémodialyse Professeur Michel APARICIO - Bordeaux Fréquence de la malnutrition chez les sujets âgés apparemment en bonne santé Sujets âgés ambulatoires

Plus en détail

Marie- Josée Lacroix Diététiste- nutritionniste CSSS de Papineau

Marie- Josée Lacroix Diététiste- nutritionniste CSSS de Papineau Marie- Josée Lacroix Diététiste- nutritionniste CSSS de Papineau 1. Reconnaître les facteurs de risque de la dénutrition chez la personne âgée. 2. Expliquer l approche nutritionnelle appropriée auprès

Plus en détail

Une gamme variée pour les lieux de santé NUTRITION & PLAISIR DÉNUTRITION & DÉSHYDRATATION GAMMES LIEUX DE SANTÉ GAMMES

Une gamme variée pour les lieux de santé NUTRITION & PLAISIR DÉNUTRITION & DÉSHYDRATATION GAMMES LIEUX DE SANTÉ GAMMES Une gamme variée pour les lieux de santé DÉNUTRITION & DÉSHYDRATATION ZOOM SUR NUTRITION & PLAISIR Tableau des GAMMES GAMMES LIEUX DE SANTÉ LA DÉNUTRITION, PARLONS-EN! Les personnes âgées ont besoin de

Plus en détail

IMMED Monitoring vidéo porté

IMMED Monitoring vidéo porté IMMED Monitoring vidéo porté L indexation vidéo au service du soin des personnes Projet financé par PEPS S2TI CNRS et des bourses BQR de l Université Bordeaux 1 1 Contexte Maladies et dépendances liées

Plus en détail

La pyramide alimentaire suisse. sge Schweizerische Gesellschaft für Ernährung ssn Société Suisse de Nutrition ssn Società Svizzera di Nutrizione

La pyramide alimentaire suisse. sge Schweizerische Gesellschaft für Ernährung ssn Société Suisse de Nutrition ssn Società Svizzera di Nutrizione sge Schweizerische Gesellschaft für Ernährung p. 1 / 5 Société Suisse de Nutrition SSN, Office fédéral de la santé publique OFSP / 2o11 Sucreries, snacks salés & alcool En petites quantités. Huiles, matières

Plus en détail

Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011

Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011 Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011 Bureau 4A : Nutrition & Information sur les denrées alimentaires Novel Food, Adjonction V&M, SBNP Compléments

Plus en détail

Nutrition et Sujets âgés atteints de cancer. Dr Anne Ghisolfi-Marque Pôle gériatrie UTNC Toulouse

Nutrition et Sujets âgés atteints de cancer. Dr Anne Ghisolfi-Marque Pôle gériatrie UTNC Toulouse Nutrition et Sujets âgés atteints de cancer. Dr Anne Ghisolfi-Marque Pôle gériatrie UTNC Toulouse Épidémiologie > de 40 % des patients atteints de cancer ont plus de 70 ans Plus de 50 % de ces patients

Plus en détail

Impact métabolique des acides gras _. Importance du degré d insaturation

Impact métabolique des acides gras _. Importance du degré d insaturation Impact métabolique des acides gras _ Importance du degré d insaturation Dominique Hermier Unité 914, Paris Physiologie de la nutrition et du comportement alimentaire Plan Les familles d acides gras Acides

Plus en détail

Synthèse des principaux résultats

Synthèse des principaux résultats E3A : Enquête auprès des Associations d'aide Alimentaire Constance Bellin, Anne-Gwenhael Dauphin, Katia Castetbon, Nicole Darmon Unité de Recherche en Epidémiologie Nutritionnelle (UMR Inserm/Inra/Cnam)

Plus en détail

Dépistage de la dénutrition et prise en charge nutritionnelle

Dépistage de la dénutrition et prise en charge nutritionnelle Dépistage de la dénutrition et prise en charge nutritionnelle Etat résultant d un apport alimentaire insuffisant par rapport aux besoins de l organisme Réduction des apports nutritionnels et/ou Augmentation

Plus en détail

APS résumé partie III

APS résumé partie III 1 APS résumé partie III Les outils d évaluation de l activité physique Le but est de quantifier/ évaluer les activités physiques habituelles (non-structurées).on a plusieurs méthodes : - Indirectes (subjectives)

Plus en détail

ESPRICO Complément alimentaire. pour la stimulation de la concentration et de l attention chez l enfant

ESPRICO Complément alimentaire. pour la stimulation de la concentration et de l attention chez l enfant ESPRICO Complément alimentaire pour la stimulation de la concentration et de l attention chez l enfant ESPRICO Composition Capsules à mâcher 60 pce Capsules à mâcher 120 pce seulement 2 x 2 capsules par

Plus en détail

Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne

Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne L alimentation : partie intégrante de la prise en charge de l enfant et de l adolescent diabétique base du traitement avec l insulinothérapie et l activité

Plus en détail

REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire. Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris

REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire. Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris Soirée SFR-IDF, 15 Mars 2012 Une Technique Très Encadrée Dépistage organisé (DO) Départements pilotes

Plus en détail

Effets sur la pression artérielle rielle des traitements non-médicamenteux

Effets sur la pression artérielle rielle des traitements non-médicamenteux Effets sur la pression artérielle rielle des traitements non-médicamenteux PF Plouin, ESH Hypertension Excellence Center, Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris La prise en charge de l hypertendu l concerne

Plus en détail

Les technologies envahissent, depuis de nombreuses

Les technologies envahissent, depuis de nombreuses réflexion Gérontechnologies et société Cécile Cridelich Alain Franco z Les gérontechnologies, concept datant des années 1990 allient, gérontologie et technologie z Elles ont un rôle bien défini dans notre

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

HTA & Diabète Type 2. Pr F. RKIOUAK 04 Rue Honaine N 7 Agdal Rabat Tel/ Fax: 05 37 67 16 67 Urgence: 06 6110 41 29

HTA & Diabète Type 2. Pr F. RKIOUAK 04 Rue Honaine N 7 Agdal Rabat Tel/ Fax: 05 37 67 16 67 Urgence: 06 6110 41 29 HTA & Diabète Type 2 Pr F. RKIOUAK 04 Rue Honaine N 7 Agdal Rabat Tel/ Fax: 05 37 67 16 67 Urgence: 06 6110 41 29 Adipokines: Adverse Cardiometabolic Effects Lipoprotein lipase HTA IL-6 Angiotensinogen

Plus en détail

Café News. Bulletin d actualités destiné aux professionnels de l information. Echos de la recherche

Café News. Bulletin d actualités destiné aux professionnels de l information. Echos de la recherche N 1 Mai 2001 Santé et Café News Bulletin d actualités destiné aux professionnels de l information SOMMAIRE Echos de la recherche Café et maladie de Parkinson : un effet préventif? Café et céphalées de

Plus en détail

Introduction à la nutrition préscolaire pour les diététistes professionnel(le)s

Introduction à la nutrition préscolaire pour les diététistes professionnel(le)s Introduction à la nutrition préscolaire pour les diététistes professionnel(le)s Évaluation nutritionnelle pédiatrique Nutrition Screening Tool for Every Preschooler Évaluation de l alimentation des enfants

Plus en détail

Etude clinique pilote. du taux de cholestérol

Etude clinique pilote. du taux de cholestérol Etude clinique pilote sur la diminution naturelle du taux de cholestérol Documentation sur les applications réussies des recommandations du Dr Rath pour une meilleure Santé cellulaire Editeur: MR Publishing

Plus en détail

CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT SUR LA CHAINE ALIMENTAIRE ET LA SANTÉ ANIMALE

CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT SUR LA CHAINE ALIMENTAIRE ET LA SANTÉ ANIMALE 14 décembre 2007 ORIENTATIONS RELATIVES À LA MISE EN ŒUVRE DU RÈGLEMENT N 1924/2006 CONCERNANT LES ALLÉGATIONS NUTRITIONNELLES ET DE SANTÉ PORTANT SUR LES DENRÉES ALIMENTAIRES CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT

Plus en détail

Tests biologiques KRL/RESEDA de mesure du potentiel global de défenses antiradicalaires :

Tests biologiques KRL/RESEDA de mesure du potentiel global de défenses antiradicalaires : Tests biologiques KRL/RESEDA de mesure du potentiel global de défenses antiradicalaires : Outils d évaluation des effets écotoxicologiques directs et indirects des nanoparticules sur la santé Atelier thématique

Plus en détail

La seule Huile de Krill avec des bienfaits santé prouvés cliniquement

La seule Huile de Krill avec des bienfaits santé prouvés cliniquement La seule Huile de Krill avec des bienfaits santé prouvés cliniquement Neptune Technologies & Bioressources Inc. Neptune Technologies & Bioressources a acquis au cours des dix dernières années, une expertise

Plus en détail

AVIS DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 9176

AVIS DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 9176 AVIS DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 9176 Complément alimentaire Alvityl Multivitamines firme Laboratoires Urgo In this scientific policy advisory report the Superior Health Council of Belgium provides

Plus en détail

Estimation du risque Cardiovasculaire

Estimation du risque Cardiovasculaire Estimation du risque Cardiovasculaire Estimation du risque Cardiovasculaire Vignette 1: Cadre masculin de 51 ans AF CV négative Tabac + 1 pqt/j TAH systol 130 mmhg Cholestérol tot 7,34 mmol/l HDL

Plus en détail

DÉNUTRITION DE LA PERSONNE ÂGÉE

DÉNUTRITION DE LA PERSONNE ÂGÉE DÉNUTRITION DE LA PERSONNE ÂGÉE Docteur F. DUPRIEZ V. SIGURÉ Diététicienne Définitions Apports alimentaires recommandés Épidémiologie Causes de dénutrition du sujet âgé Evaluation de l état nutritionnel

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Définition Etat pathologique résultant d apports nutritionnels insuffisants en regard des dépenses énergétiques de l organisme: diminution des apports alimentaires

Plus en détail

Mise au point de deux échelles de dépistage de la dénutrition pour les personnes âgées hospitalisées en soins de suite ou en soins de longue durée

Mise au point de deux échelles de dépistage de la dénutrition pour les personnes âgées hospitalisées en soins de suite ou en soins de longue durée Neurologie Gériatrie Evaluation Psychiatrie Mise au point de deux échelles de dépistage de la dénutrition pour les personnes âgées hospitalisées en soins de suite ou en soins de longue durée C. Trivalle

Plus en détail

La conduite automobile chez les sujets âgés

La conduite automobile chez les sujets âgés La conduite automobile chez les sujets âgés Des conducteurs de plus en plus âgés Le taux de motorisation des ménages augmente 30% en 1960 80% actuellement En 1960: 10% des conducteurs avaient plus de 60

Plus en détail

DOSSIER DE SOINS INFIRMIERS

DOSSIER DE SOINS INFIRMIERS DOSSIER DE SOINS INFIRMIERS Débuté le Terminé le. FICHE ADMINISTRATIVE PATIENT Nom Prénom Date de naissance / / Téléphone. ADRESSE...... N SS / / / / / // ENTOURAGE-PERSONNE RESSOURCE NOM QUALITE..TEL...

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

sous-estimée et sous-diagnostiquée

sous-estimée et sous-diagnostiquée La carence en vitamine B 12 sous-estimée et sous-diagnostiquée Lucie Bergeron et Francine Pouliot Les nutritionnistes du CHSLD Ladouceur ont présenté au D r Léveillé, omnipraticien, les résultats de l

Plus en détail

Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse

Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse Généralités / Contexte La chirurgie bariatrique: pas de relation quantitative claire entre

Plus en détail

AVIS 1 / 7. Afssa Saisine n 2009-SA-0153. Maisons-Alfort, le 30 octobre 2009

AVIS 1 / 7. Afssa Saisine n 2009-SA-0153. Maisons-Alfort, le 30 octobre 2009 Maisons-Alfort, le 30 octobre 2009 AVIS LE DIRECTEUR GÉNÉRAL de l Agence française de sécurité sanitaire des aliments sur un projet d arrêté relatif à l emploi de la taurine et de D-glucurono-gamma-lactone

Plus en détail

1 www.agrobiosciences.org

1 www.agrobiosciences.org Intervention. 4èmes Rencontres Alimentation, Agriculture & Société. Déc 2003. «Alimentation et prévention du cancer : quelle vérité?» Par Denis Corpet (1). Directeur de l équipe "Aliment et Cancer" de

Plus en détail

Des picotements dans la gorge?

Des picotements dans la gorge? Des picotements dans la gorge? Qu est-ce que ça peut bien être? Non, pas le rhume! Combattez-le rapidement avec l Huile d origan. Efficacité garantie! 34 97 30 capsv Prix incroyable pour oméga-3! Triple

Plus en détail

Nutrition et santé : suivez le guide

Nutrition et santé : suivez le guide Prévention ALIMENTATION PLAISIR ET ÉQUILIBRE ALIMENTAIRE Nutrition et santé : suivez le guide Nous savons tous que l alimentation joue un rôle essentiel pour conserver une bonne santé. En voici quelques

Plus en détail

LES ANTIOXYDANTS ET LA PEAU

LES ANTIOXYDANTS ET LA PEAU LES ANTIOXYDANTS ET LA PEAU 19H30 20H30 La peau, l immunité, le soleil 21H 22H L eczéma, le psoriasis, l acné et les phanères STRUCTURE DE LA PEAU L épiderme Le derme Le tissu adipeux STRUCTURE DE LA PEAU

Plus en détail

«NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013

«NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013 «NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013 INTRODUCTION Du fait de l augmentation de l espérance de vie La population des

Plus en détail

Développement d une application pilote

Développement d une application pilote Développement d une application pilote Nutri-TIC Flora Massanella Principes Cette seconde phase vise à mettre en pratique les conclusions obtenues lors de la phase A. L application web Nutri- TIC a donc

Plus en détail

CONFLICTS OF INTERESTS FOR MARKETING AUTHORIZATION OF A MEDICINE

CONFLICTS OF INTERESTS FOR MARKETING AUTHORIZATION OF A MEDICINE CONFLICTS OF INTERESTS FOR MARKETING AUTHORIZATION OF A MEDICINE NECESSITY OF A NEW JURISDICTION G Delépine, NDelépine Hôpital Raayond Poincarré Garches France The scandal of the VIOXX Illustrates the

Plus en détail

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares Que Faire devant une Hypo-HDLémie? Pascale Benlian Laboratoire de Référence R pour le Diagnostic des Maladies Rares Endocrinologie, INSERM U 538 Hôpital Saint Antoine, Paris pascale.benlian@sat.aphp.frsat.aphp.fr

Plus en détail

Plan de la présentation. Evaluation de l état nutritionnel Dénutrition Suppléments Nutritifs Oraux (SNO) Obésité Diabète

Plan de la présentation. Evaluation de l état nutritionnel Dénutrition Suppléments Nutritifs Oraux (SNO) Obésité Diabète Catherine BOVET, diététicienne, DMCPRU Mars 2015 1 Plan de la présentation Evaluation de l état nutritionnel Dénutrition Suppléments Nutritifs Oraux (SNO) Obésité Diabète 2 Altération du goût, de l odorat

Plus en détail

CLINIMIX AVIS DE LA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

CLINIMIX AVIS DE LA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE CLINIMIX AVIS DE LA COMMISSION DE LA TRANSPARENCE BAXTER_CLINIMIX N9G15 E et N12G20E_Avis CT_14-02-2007.pdf BAXTER_CLINIMIX N9G15E N12G20E N14G30 N17G35_Avis CT_12-12-2001.pdf BAXTER_CLINIMIX changement

Plus en détail

Revision of hen1317-5: Technical improvements

Revision of hen1317-5: Technical improvements Revision of hen1317-5: Technical improvements Luca Felappi Franz M. Müller Project Leader Road Safety Consultant AC&CS-CRM Group GDTech S.A., Liège Science Park, rue des Chasseurs-Ardennais, 7, B-4031

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

«Quelle information aux patients en recherche biomédicale? Quels enseignements en retirer pour la pratique quotidienne?»

«Quelle information aux patients en recherche biomédicale? Quels enseignements en retirer pour la pratique quotidienne?» «Quelle information aux patients en recherche biomédicale? Quels enseignements en retirer pour la pratique quotidienne?» Dr Adeline Paris Unité de Pharmacologie Clinique Centre d Investigation Clinique

Plus en détail

HETEROGENEITE DU RISQUE DE CANCER DE L'ESTOMAC EN SUISSE : A SSOCIATION AVEC LES DIFFERENCES CULTURELLES ALIMENTAIRES REGIONALES

HETEROGENEITE DU RISQUE DE CANCER DE L'ESTOMAC EN SUISSE : A SSOCIATION AVEC LES DIFFERENCES CULTURELLES ALIMENTAIRES REGIONALES HETEROITE DU RISQUE DE CANCER DE L'ESTOMAC EN SUISSE : A SSOCIAON AVEC LES DIFFERENCES CULTURELLES ALIMENTAIRES REGIONALES Jean-Michel Lutz 1,2, Pierre Pury 1,Andrea Bordoni 3, Julian Gree 1 1 Association

Plus en détail

La dénutrition, c est quoi?

La dénutrition, c est quoi? La dénutrition, c est quoi? Ou MPE : malnutrition protéinoénergétique, malnutrition la plus grave et la plus fréquente chez la personne âgée Définition de l HAS avril 2007 La dénutrition protéino-énergétique

Plus en détail

Dénutrition chez les personnes âgées

Dénutrition chez les personnes âgées Dénutrition chez les personnes âgées Dr Agathe Raynaud-Simon Service de gériatrie Hôpital Bichat - Claude Bernard, Paris Dénutrition du sujet âgé PLAN Facteurs liés au vieillissement fragilisant le statut

Plus en détail

Besoins Nutritionnel. Besoins. ANC / Besoin. 3 niveaux : Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes

Besoins Nutritionnel. Besoins. ANC / Besoin. 3 niveaux : Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes Besoins Nutritionnel N 110 - Besoins nutritionnels et apports alimentaires de l adulte. Évaluation de l état nutritionnel. Dénutrition. Exposer les besoins nutritionnels de l adulte, de la personne âgée,

Plus en détail

SC 27/WG 5 Normes Privacy

SC 27/WG 5 Normes Privacy SC 27/WG 5 Normes Privacy Club 27001 Toulousain 12/12/2014 Lionel VODZISLAWSKY Chief Information Officer l.vodzislawsky@celtipharm.com PRE-CTPM 141212-Club27001 Toulouse normes WG5_LV L organisation de

Plus en détail

Le Syndrome Métabolique Effet de mode? Concept utile au clinicien?

Le Syndrome Métabolique Effet de mode? Concept utile au clinicien? Le Syndrome Métabolique Effet de mode? Concept utile au clinicien? Quelle définition? Quelle incidence sur le risque cardio-vasculaire? Facilite t-il la prise en charge du patient hypertendu, dyslipidémique?

Plus en détail

Les compléments alimentaires

Les compléments alimentaires Les compléments alimentaires Vigilance et Respect des bonnes pratiques Les cahiers du collectif Eps N 2 Olivier COSTE Médecin conseiller Direction régionale Jeunesse, Sports et Cohésion Sociale «C Définition

Plus en détail

Analyse 2013/07 9 avril 2013

Analyse 2013/07 9 avril 2013 Analyse 2013/07 9 avril 2013 La dénutrition, défi de santé publique À découvrir dans cette analyse Nous entendons régulièrement parler de problèmes de surcharge pondérale ou d obésité, mais, paradoxalement,

Plus en détail

- Médecine de Santé - Application Clinique de la Médecine Fonctionnelle ACMF. Séminaire - 2015 7-12 Septembre 22, rue le Jolivet DIJON

- Médecine de Santé - Application Clinique de la Médecine Fonctionnelle ACMF. Séminaire - 2015 7-12 Septembre 22, rue le Jolivet DIJON Application Clinique de la Médecine Fonctionnelle ACMF Séminaire - 2015 7-12 Septembre 22, rue le Jolivet DIJON - Médecine de Santé - Intégrer science, preuves et pratiques cliniques Séminaire 2015 Application

Plus en détail