Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale"

Transcription

1 Transplantation pulmonaire et mucoviscidose Optimiser la prise en charge médicale Dr Isabelle Danner-Boucher CRCM adulte de Nantes Unité de Transplantation Thoracique 11èmes Journées Scientifiques de la Société française de Mucoviscidose 12/03/2015

2 1 2

3 Bilan pré-greffe 1 semaine d hospitalisation Apprendre à se connaitre mutuellement / créer un lien de confiance Rechercher les contre indications (absolues, relatives) Evaluer les différents organes Rechercher des foyers infectieux, carcinologique Faire le bilan immunologique (typage HLA, Ac anti HLA, sérologies ) Etablir une stratégie opératoire (ATB, induction, technique opératoire ) Optimiser le patient pour la greffe

4

5

6

7 Etat nutritionnel

8

9 Figure 4. Multivariate-adjusted survival curves for underweight, normal weight, overweight, and obese lung transplant recipients with (A) cystic fibrosis

10

11

12

13

14 Etat nutritionnel BMI extrêmes sont de mauvais pronostics (<18.5 et >30) Dénutrition entraine survie diminuée en prégreffe et en post-greffe pulmonaire Favorise décès lors d infection Difficulté pour faire prendre du poids dans la période pré-greffe donc s y prendre tôt en amont

15 Ostéoporose Mucoviscidose est un facteur favorisant Rôle des immunosuppresseurs (corticoides, ciclosporine) Insuffisance rénale sévère (clairance<30ml/min) CI les biphosphonates

16

17

18

19 Ostéoporose Bone Density in Heart or Lung Transplant Recipients- A Longitudinal Study Transplant Proc Jul-Aug;45(6): doi: /j.transproceed Epub 2013 Jun 5. T.K.M. Wanga, S. O'Sullivanb, G.D. Gambleb, P.N. Ruygrok

20 Background Osteoporosis is prevalent among heart or lung transplant (HLT) candidates. Bone loss is common posttransplant, with an associated increase in fracture risk. There is a lack of consensus regarding optimal management of bone health in HLT recipients. We report bone health data in a cohort of HLT recipients before and after transplantation and make recommendations for management. Methods Patients over the age of 20 who had a heart or lung transplant between 2000 and 2011 were identified from the New Zealand HLT Service database, and demographic data, immunosuppressive regimens, bisphosphonate use, and serial bone mineral density (BMD) data were extracted. Results Pretransplant BMD was available in 52 heart and 72 lung transplant recipients; 30 and 42, respectively, also had posttransplant BMD data. Pretransplant osteopenia or osteoporosis prevalence were 23% and 8% for heart candidates and 36% and 31% for lung candidates. Posttransplant, BMD decreased significantly at the femoral neck but not at the lumbar spine in the first year, with subsequent stabilization particularly in the presence of bisphosphonate use. Pretransplant BMD was the major predictor for developing osteopenia or osteoporosis after transplantation. Conclusion A significant proportion of HLT recipients have osteopenia or osteoporosis pretransplant, and this persists posttransplant. Pretransplant BMD is an important predictor of subsequent osteopenia or osteoporosis development, allowing risk stratification and targeted intervention. Transplant Proc2013;45(6):

21 Ostéoporose Perte osseuse surtout la 1 ère année post greffe 18% de fractures ostéoporotiques en post greffe Insuffisance rénale sévère (clairance<30ml/min) CI les biphosphonates Importance de diagnostiquer, prévenir/traiter l ostéoporose/pénie en amont de la greffe pour prévenir l ostéoporose et les fractures en postgreffe +++

22 Réentrainement à l effort Test de marche de 6 minutes est un facteur pronostic de mortalité en pré-greffe avec un cutoff selon les études entre 207 et 400 m

23

24

25 TM6 Pulmonary rehabilitation in patients referred for lung transplantation. Jastrzebski et al. Adv Exp Med Biol 2013;755:19-25 Gain de 62 m soit 310,2 m vs 372,1m, p< patients - Pologne 12 semaines marche nordique Impact of pulmonary rehabilitation on quality of life and functional capacity in patients on waiting lists for lung transplantation. Florian et al. J Bras Pneumol 2013;39(3): Gain de 72 m soit 367+/-136 m vs 439 m +/-136m p= patients Brésil 36 sessions /3 par semaine/10 semaines

26

27 Réentrainement à l effort Test de marche de 6 minutes est un facteur pronostic de mortalité en pré-greffe et en post greffe L amélioration du test de marche est corrélée avec une meilleure survie en post greffe et avec une durée de séjour moindre

28 Fonction rénale Peu de problèmes en pré-greffe Amylose Néphropathie à oxalate Beaucoup d aminosides Diabète

29 JHLT 2014oct;33(10):

30 JHLT2014oct;33(10);

31

32

33 Fonction rénale Importance de l insuffisance rénale en post greffe Ménager le rein en pré-greffe

34 Il est important d optimiser en amont de la greffe bien en amont du BPG Etat nutritionnel Se fixer un seuil de poids Suppléments nutritionnels Gastrostomie d alimentation (pas trop tard) Équilibration du diabète Capital osseux Rechercher / prévenir / traiter l ostéoporose Réentrainement à l effort Epargner les reins Réfléchir aux aminosides IV Équilibration diabète

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Marine Lorent, Yohann Foucher, Magali Giral. 13 Décembre 2012. Di at EA-4275

Marine Lorent, Yohann Foucher, Magali Giral. 13 Décembre 2012. Di at EA-4275 Courbes ROC nettes dépendantes du temps : méthode d évaluation de la capacité d un marqueur à prédire la mortalité liée à l insuffisance rénale terminale chez des patients transplantés rénaux. Marine Lorent,

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

Diabète post-transplantation. Formation médicale continue 2012

Diabète post-transplantation. Formation médicale continue 2012 Diabète post-transplantation Formation médicale continue 2012 Evaluation pré-greffe Homme 59 ans GNC HD depuis 1 an T = 1,72m Poids = 87 Kg (IMC = 29) Pas d antécédent familiaux de diabète Pas d antécédent

Plus en détail

+ Composants de la réhabilitation pulmonaire

+ Composants de la réhabilitation pulmonaire + Composants de la réhabilitation pulmonaire Evaluations Réentraînement à l effort Education thérapeutique Intervention nutritionnelle Prise en charge psychosociale + Evaluations Initiale Epreuve d effort

Plus en détail

Le refus de soins : une réalité à replacer dans un contexte clinique

Le refus de soins : une réalité à replacer dans un contexte clinique Le refus de soins : une réalité à replacer dans un contexte clinique Les figures actuelles du consentement La transparence à tout prix Dr Michèle Lévy-Soussan UMASP Code de Santé Publique Art L.1111-2

Plus en détail

SOIL MOISTURE AND RADON GAS. Bliss L. Tracy Radiation Protection Bureau Health Canada

SOIL MOISTURE AND RADON GAS. Bliss L. Tracy Radiation Protection Bureau Health Canada SOIL MOISTURE AND RADON GAS Bliss L. Tracy Radiation Protection Bureau Health Canada CGEO Workshop on Soil Moisture Saskatoon SK 19-20 June 2007 Outline What is radon? Where does it come from? Why is it

Plus en détail

7- Traitement de fond de l asthme de l enfant

7- Traitement de fond de l asthme de l enfant 7- Traitement de fond de l asthme de l enfant Stratégies d adaptation F Lemoigne Les 4 points clés de la prise en charge de l asthme (1) Développer le partenariat Médecin/Patient : l objectif de ce partenariat

Plus en détail

Evaluer le risque fracturaire: l outil FRAX (Fracture Risk Assessment Tool)

Evaluer le risque fracturaire: l outil FRAX (Fracture Risk Assessment Tool) Evaluer le risque fracturaire: l outil FRAX (Fracture Risk Assessment Tool) F. FLAISLER Service de Rhumatologie Groupe Hospitalo-Universitaire CAREMEAU, Nîmes OSTÉOPOROSE DEFINITION AFSSAPS «Maladie diffuse

Plus en détail

Is Budget Support a Solution for Financing

Is Budget Support a Solution for Financing 3ème colloque international: Financement de la santé dans les pays en développement et émergents L appui budgétaire est-il une solution pour le financement du secteur de la santé dans les pays en développement?

Plus en détail

Remerciements à l ensemble des membres du Groupe de Pilotage et du Conseil Scientifique pour leur contribution à ce rapport.

Remerciements à l ensemble des membres du Groupe de Pilotage et du Conseil Scientifique pour leur contribution à ce rapport. Remerciements à l ensemble des membres du Groupe de Pilotage et du Conseil Scientifique pour leur contribution à ce rapport. Correspondance : Mathilde Lassalle ou Cécile Couchoud Agence de la biomédecine,

Plus en détail

Avantage de la greffe avec donneur vivant

Avantage de la greffe avec donneur vivant Avantage de la greffe avec donneur vivant Marcelo Cantarovich Programme de transplantation multi-organes CUSM Cours de transplantation Le 5 avril 2013 Sommaire Greffe rénale vs. dialyse Accès à la greffe

Plus en détail

La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC)

La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC) La Transition de l hôpital à la maison Prise en charge à Montréal (Le Rôle des Programmes Ambulatoires d IC) Anique Ducharme MD, MSc, Directrice de la Clinique d Insuffisance Cardiaque Institute de Cardiologie

Plus en détail

La dialyse péritonéale 14 mars 2013 Docteur Martial MOONEN

La dialyse péritonéale 14 mars 2013 Docteur Martial MOONEN La dialyse péritonéale 14 mars 2013 Docteur Martial MOONEN Service de Néphrologie Immunologie Maladies Infectieuses CHR de la Citadelle - Liège La suppléance rénale Hémodialyse - centre - auto-dialyse

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2011 Réseau Epidémiologie et Information en Néphrologie

RAPPORT ANNUEL 2011 Réseau Epidémiologie et Information en Néphrologie RAPPORT ANNUEL 2011 Réseau Epidémiologie et Information en Néphrologie 1 Remerciements à l ensemble des membres du Groupe de Pilotage et du Conseil Scientifique pour leur contribution à ce rapport. Correspondance

Plus en détail

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Pr Jean Trédaniel Service de pneumologie et oncologie thoracique Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph Université Paris Descartes Sources Données

Plus en détail

La prise en charge bucco-dentaire des patients hospitalisés et médicalement compromis

La prise en charge bucco-dentaire des patients hospitalisés et médicalement compromis La prise en charge bucco-dentaire des patients hospitalisés et médicalement compromis Mémoire déposé auprès du Commissaire à la santé et au bien-être dans le cadre de la consultation publique sur les besoins

Plus en détail

Hétérogénéité pronostique des myélomes à haut risque cytogénétique : rôle de la délétion 1p32 et des trisomies 3, 5 et 21

Hétérogénéité pronostique des myélomes à haut risque cytogénétique : rôle de la délétion 1p32 et des trisomies 3, 5 et 21 Hétérogénéité pronostique des myélomes à haut risque cytogénétique : rôle de la délétion 1p32 et des trisomies 3, 5 et 21 Jill Corre Unité de génomique du Myélome (Pr Hervé Avet-Loiseau) IUCT-Oncopole,

Plus en détail

«NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013

«NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013 «NUTRITION ET VIEILLISSEMENT» Christine Bachir-bey Cadre de santé formateur DU gérontologie Master en gérontologie Oct 2013 INTRODUCTION Du fait de l augmentation de l espérance de vie La population des

Plus en détail

Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail

Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail Elisabeth BOUVET, Dominique Abiteboul GERES Tuberculose infection et tuberculose maladie Contact BK= TM Infection latente 95% Infection = 30% des

Plus en détail

Evaluation d un appareil quantitatif ultrasonore utilisant des matrices (Beam scanner):précision standardisée

Evaluation d un appareil quantitatif ultrasonore utilisant des matrices (Beam scanner):précision standardisée Evaluation d un appareil quantitatif ultrasonore utilisant des matrices (Beam scanner):précision standardisée M-A Gomez, M Nasser-Eddin, M Defontaine, B Giraudeau, F Jacquot, F Patat INTRODUCTION L ostéoporose

Plus en détail

Implication étiologique du temps d ischémie froide sur le risque de survenue d un échec de greffe ou d un décès chez des patients transplantés rénaux

Implication étiologique du temps d ischémie froide sur le risque de survenue d un échec de greffe ou d un décès chez des patients transplantés rénaux July 4, 2013 Proposition de stage (Master 2 en Biostatistique/Epidémiologie): Implication étiologique du temps d ischémie froide sur le risque de survenue d un échec de greffe ou d un décès chez des patients

Plus en détail

Les anticorps anti-hla ont-ils une signification clinique dans la greffe de rein? Sylvie Ferrari-Lacraz Unité d Immunologie de Transplantation

Les anticorps anti-hla ont-ils une signification clinique dans la greffe de rein? Sylvie Ferrari-Lacraz Unité d Immunologie de Transplantation Les anticorps anti-hla ont-ils une signification clinique dans la greffe de rein? Sylvie Ferrari-Lacraz Unité d Immunologie de Transplantation Anticorps anti-hla Définition Méthode de détection Implication

Plus en détail

Annexes. Production scientifique. Publications dans des revues

Annexes. Production scientifique. Publications dans des revues Production scientifique Publications dans des revues 2008 Thilly N, Stengel B, Boini S, Villar E, Couchoud C, Frimat L. Evaluation and Determinants of Underprescription of Erythropoiesis Stimulating Agents

Plus en détail

INSTITUT MARITIME DE PREVENTION. For improvement in health and security at work. Created in 1992 Under the aegis of State and the ENIM

INSTITUT MARITIME DE PREVENTION. For improvement in health and security at work. Created in 1992 Under the aegis of State and the ENIM INSTITUT MARITIME DE PREVENTION For improvement in health and security at work Created in 1992 Under the aegis of State and the ENIM Maritime fishing Shellfish-farming Sea transport 2005 Le pilier social

Plus en détail

Les risques liés aux aléas de la vie humaine dans les modèles internes de Solvabilité II

Les risques liés aux aléas de la vie humaine dans les modèles internes de Solvabilité II Les risques liés aux aléas de la vie humaine dans les modèles internes de Solvabilité II Emmanuel Bécache, Esther Schütz 20 ème rendez-vous Réavie 15 octobre 2009 15 octobre 2009 2 Agenda Environnement

Plus en détail

Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT

Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT Marc Ladrière CHU Nancy Hôpital Brabois Adulte 19 mars 2015 Le rapport d activité

Plus en détail

Risques liés aux AES : coûtefficacité

Risques liés aux AES : coûtefficacité Risques liés aux AES : coûtefficacité des mesures prises Service Régional Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur C.H.Tourcoing Labores, CNRS U362, Lille Pharmaco-économie : études coût-efficacité

Plus en détail

l insuffisance cardiaque par télésurveillance Suivi de Contre Dr JF AUPETIT C H St Joseph. St Luc - Lyon

l insuffisance cardiaque par télésurveillance Suivi de Contre Dr JF AUPETIT C H St Joseph. St Luc - Lyon Suivi de l insuffisance cardiaque par télésurveillance Contre Dr JF AUPETIT C H St Joseph. St Luc - Lyon APPAC Biarritz - 6 juin 2014 Insuffisance cardiaque / Télésurveillance IC du sujet âgé : une épidémie

Plus en détail

Vascularites à anticorps anti membrane basale glomérulaire. E. Thervet Service de Néphrologie Département HYPPARC HEGP eric.thervet@egp.aphp.

Vascularites à anticorps anti membrane basale glomérulaire. E. Thervet Service de Néphrologie Département HYPPARC HEGP eric.thervet@egp.aphp. Vascularites à anticorps anti membrane basale glomérulaire E. Thervet Service de Néphrologie Département HYPPARC HEGP eric.thervet@egp.aphp.fr Petits vaisseaux glomerule interlobulaire 50 µm arquée 70

Plus en détail

Les indices d efficacité. Quantification de l effet traitement

Les indices d efficacité. Quantification de l effet traitement Les indices d efficacité Quantification de l effet traitement 1 Objectifs Résultats d apprentissages indices d efficacité : L étudiant doit : Comprendre la mesure quantifiée de l effet d un traitement

Plus en détail

Quel programme de réadaptation pour quel patient? Session paramédicale

Quel programme de réadaptation pour quel patient? Session paramédicale Quel programme de réadaptation pour quel patient? Session paramédicale Patrick Feiereisen, PhD Kinésithérapeute Centre Hospitalier de Luxembourg Sommaire - entraînement en endurance - entraînement de la

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

Perspectives dans l él. évaluation nutritionnelle du sujet âgé. Noël Cano Centre de Recherche en Nutrition Humaine d Auvergne Clermont-Ferrand

Perspectives dans l él. évaluation nutritionnelle du sujet âgé. Noël Cano Centre de Recherche en Nutrition Humaine d Auvergne Clermont-Ferrand Perspectives dans l él évaluation nutritionnelle du sujet âgé Noël Cano Centre de Recherche en Nutrition Humaine d Auvergne Clermont-Ferrand Classification Internationale du Fonctionnement OMS, 2001 Impact

Plus en détail

Systèmes d'information Hospitaliers et Infections Associées aux Soins : intérêt et limites Approche médico économique à partir des données du SIH

Systèmes d'information Hospitaliers et Infections Associées aux Soins : intérêt et limites Approche médico économique à partir des données du SIH Systèmes d'information Hospitaliers et Infections Associées aux Soins : intérêt et limites Approche médico économique à partir des données du SIH Isabelle DURAND ZALESKI Utilisation du SIH Pour identifier

Plus en détail

NÉCROSECTOMIE PANCRÉATIQUE QUAND ET COMMENT? Michel Robaszkiewicz CHU de Brest

NÉCROSECTOMIE PANCRÉATIQUE QUAND ET COMMENT? Michel Robaszkiewicz CHU de Brest NÉCROSECTOMIE PANCRÉATIQUE QUAND ET COMMENT? Michel Robaszkiewicz CHU de Brest Pancréatite aiguë sévère Le pronostic d'une pancréatite aiguë dépend de 2 facteurs la défaillance d'un organe la nécrose pancréatique

Plus en détail

Arbres de Décision. Pr Roch Giorgi. roch.giorgi@univ-amu.fr

Arbres de Décision. Pr Roch Giorgi. roch.giorgi@univ-amu.fr Arbres de Décision Pr Roch Giorgi roch.giorgi@univ-amu.fr SESSTIM, Faculté de Médecine, Aix-Marseille Université, Marseille, France http://sesstim-orspaca.org http://optim-sesstim.univ-amu.fr Analyse de

Plus en détail

Quelles sont les arguments pour proposer malgré tout un drainage biliaire pré-opératoire?

Quelles sont les arguments pour proposer malgré tout un drainage biliaire pré-opératoire? 6 è Quelles sont les arguments pour proposer malgré tout un drainage biliaire pré-opératoire? Dr Ariane VIENNE, Service de Gastro-entérologie, Hôpital Cochin, EA1833, Université Paris 5 Mr C., 68ans Depuis

Plus en détail

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne

La malnutrition chez la personne âgée. Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne La malnutrition chez la personne âgée Dr M. de Saint-Hubert, Gériatrie, Cliniques Universitaires Mont-Godinne Objectifs Importance du problème Facteurs de risque Evaluation Traitement & prévention Points

Plus en détail

Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus

Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus Docteur Fabienne MESSAOUDI Gynécologue-Obstétricienne Hôpital de Versailles Généralités Les lésions précancéreuses et cancéreuses

Plus en détail

OSTEOPOROSE. Dr TSINGAING KAMGAING Jacques Gynécologue-Obstétricien Hôpital Général de Douala. 25 JUIN 2004 Ostéoporose 1

OSTEOPOROSE. Dr TSINGAING KAMGAING Jacques Gynécologue-Obstétricien Hôpital Général de Douala. 25 JUIN 2004 Ostéoporose 1 OSTEOPOROSE Dr TSINGAING KAMGAING Jacques Gynécologue-Obstétricien Hôpital Général de Douala 25 JUIN 2004 Ostéoporose 1 PLAN 1- Définition 2- Prévalence 3- Facteurs de risques 4- Classification 5- Pathogenèse

Plus en détail

28ème Congrès de l American Society for Bone and Mineral Research Philadelphie. Objectif vitamine D!

28ème Congrès de l American Society for Bone and Mineral Research Philadelphie. Objectif vitamine D! 28ème Congrès de l American Society for Bone and Mineral Research Philadelphie Congrès du 15/09/2006 au 19/09/2006 Objectif vitamine D! Après Minneapolis, Seattle et Nashville, c est à Philadelphie que

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

www.divat.fr Un modèle réussi de personnalisation de la médecine en transplantation rénale au travers de la cohorte DIVAT.

www.divat.fr Un modèle réussi de personnalisation de la médecine en transplantation rénale au travers de la cohorte DIVAT. www.divat.fr www.divat.fr Un modèle réussi de personnalisation de la médecine en transplantation rénale au travers de la cohorte DIVAT. Pr Magali Giral, Institut Transplantation Urologie Néphrologie Dr

Plus en détail

Risque infectieux en Transplantation rénale. Dr AE Heng Service de néphrologie CHU Clermont-Ferrand

Risque infectieux en Transplantation rénale. Dr AE Heng Service de néphrologie CHU Clermont-Ferrand Risque infectieux en Transplantation rénale Dr AE Heng Service de néphrologie CHU Clermont-Ferrand IMMUNITE CELLULAIRE ET HUMORALE Ly T Helper Ly B Ac Ig G ou Ig M Lymphocytes T CD4 Poly Nu Ly CD8 cytotoxique

Plus en détail

Comment ré-intervenir après gastrectomie longitudinale (en manchon)

Comment ré-intervenir après gastrectomie longitudinale (en manchon) Comment ré-intervenir après gastrectomie longitudinale (en manchon) Dr D.Nocca, Dr P.Noel, Dr C. de Seguin de Hons,,Dr V.Salsano, Dr PM.Blanc, Dr JG. Rodier,, V.Harivel, B.Daynes, Dr P.Lefebvre, Dr N.Berlandier,

Plus en détail

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique?

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? TVP et algorithme de prédiction clinique - 1 Médiocre sensibilité et spécificité des signes et symptômes cliniques Utilité démontrée de la

Plus en détail

La transplantation du diabétique : Le challenge! Emmanuel VILLAR, MD, PhD Rencontre Mahfoud Casablanca 11 mai 2013

La transplantation du diabétique : Le challenge! Emmanuel VILLAR, MD, PhD Rencontre Mahfoud Casablanca 11 mai 2013 La transplantation du diabétique : Le challenge! Emmanuel VILLAR, MD, PhD Rencontre Mahfoud Casablanca 11 mai 2013 Mortalité après transplantation rénale Diabètique : patient à haut risque Cohorte Mayo

Plus en détail

Infections endovasculaires

Infections endovasculaires Infections endovasculaires O. Leroy Service de Réanimation et Maladies Infectieuses CH Tourcoing 59 Conflits d intérêt Laboratoires Novartis: Orateur Laboratoires Sanofi-Aventis: Orateur, investigateur

Plus en détail

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis.

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Tarek Ben Othman Congrès de la STPI, 24 avril 2009 Plan Introduction

Plus en détail

Formes révélées à l âge adulte. Dr S. Durupt CRCM adulte Lyon

Formes révélées à l âge adulte. Dr S. Durupt CRCM adulte Lyon La Mucoviscidose Formes révélées à l âge adulte Dr S. Durupt CRCM adulte Lyon Mucoviscidose Maladie complexe touchant de multiples organes Facteur(s) génétique(s) Facteurs infectieux Facteurs nutritionnels-métaboliques

Plus en détail

Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis»

Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis» Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis» Wald R et al., JAMA 2009;302(11):1179-1185 P. Bardou CHU Limoges DESC réa med, session

Plus en détail

Nature de la demande

Nature de la demande COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 25 septembre 2012 Nom : Modèles et références: Demandeur : Fabricant : Données disponibles

Plus en détail

Loi sur le point de service principal du gouvernement du Canada en cas de décès

Loi sur le point de service principal du gouvernement du Canada en cas de décès CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Main Point of Contact with the Government of Canada in case of Death Act Loi sur le point de service principal du gouvernement du Canada en cas de décès S.C. 2015, c.

Plus en détail

Obésité et son paradoxe. Damien Coisne

Obésité et son paradoxe. Damien Coisne Obésité et son paradoxe Damien Coisne 1 2 Obesity paradox Definition Obesity définition OP et coronaropathie OP et insuffisance cardiaque à FE basse ou FE préservée 3 4 5 Obesity paradox Definition Obesity

Plus en détail

Hépatite C et greffe d organes: indications, contre-indications et évolution. Marc Bilodeau, MD Service d hépatologie CHUM

Hépatite C et greffe d organes: indications, contre-indications et évolution. Marc Bilodeau, MD Service d hépatologie CHUM Hépatite C et greffe d organes: indications, contre-indications et évolution Marc Bilodeau, MD Service d hépatologie CHUM Évolution des receveurs HCV+ en greffe d organes Utilisation de donneurs anti-hcv

Plus en détail

Indications pour le dépistage du cancer du poumon

Indications pour le dépistage du cancer du poumon Indications pour le dépistage du cancer du poumon Le cancer du poumon Un bon candidat au dépistage? Prévalence élevée Mortalité élevée Population à risque définie Majorité de forme non resecable au stade

Plus en détail

IRPP Session 6- Case Studies and Lessons from Abroad

IRPP Session 6- Case Studies and Lessons from Abroad IRPP Session 6- Case Studies and Lessons from Abroad Integration of services for frail elderly- SIPA and PRISMA projects and after Céline Bureau, M.Sc.Inf. (cbureau.csss-iugs@msss.gouv.qc.ca) CSSS-IUG

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 PULMOZYME 2500 U/2,5 ml, solution pour inhalation par nébuliseur B/6 ampoules de 2,5 ml (CIP : 34009 364 674 8 4) B/30 ampoules de 2,5 ml (CIP : 34009

Plus en détail

Ostéoporose : des facteurs de risque à l évaluation du risque fracturaire

Ostéoporose : des facteurs de risque à l évaluation du risque fracturaire Ostéoporose : des facteurs de risque à l évaluation du risque fracturaire IUMSP 4 mars 2014 Dr Olivier Lamy Service de Médecine Interne et Centre des Maladies Osseuses, CHUV Ostéoporose : définition Maladie

Plus en détail

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Pr Maryvonne Hourmant Service de Néphrologie-Immunologie clinique. CHU de Nantes Le constat Coût du traitement

Plus en détail

La chirurgie bariatrique

La chirurgie bariatrique La chirurgie bariatrique Dr LIENARD François Chirurgien digestif CHR Haute Senne Soignies Pourquoi une chirurgie bariatrique? Echec des traitements conservateurs > perte de poids minime et non persistante

Plus en détail

Journée SMHP 2010 Dr Jean-Baptiste TRABUT. Hôpital Cochin

Journée SMHP 2010 Dr Jean-Baptiste TRABUT. Hôpital Cochin L hépatite alcoolique aiguë Journée SMHP 2010 Dr Jean-Baptiste TRABUT Unités d Hépatologie et d Addictologie i Hôpital Cochin Histoire naturelle Maladie symptomatique Foie normal Maladie alcoolique du

Plus en détail

RecoMed. Automatic speech recognition with medical transcription. Subventionné par

RecoMed. Automatic speech recognition with medical transcription. Subventionné par RecoMed Automatic speech recognition with medical transcription Subventionné par Idiap Research Institute Independent research institute ~100 people in total; mainly in research ~10 development staff Research

Plus en détail

14/12/2014. Antoine Durrbach Le Kremlin Bicetre. Slide courtesy of Dr. Meier-Kriesche

14/12/2014. Antoine Durrbach Le Kremlin Bicetre. Slide courtesy of Dr. Meier-Kriesche Antoine Durrbach Le Kremlin Bicetre Slide courtesy of Dr. Meier-Kriesche 1 Molécule (Anticorps, Protéine de Fusion) dirigée contre un ou des antigènes lymphocytaires et modifiant l activité du système

Plus en détail

Dysphagia Risk Assessment for the Community-dwelling Elderly

Dysphagia Risk Assessment for the Community-dwelling Elderly DYSPHAGIA RISK ASSESSMENT FOR THE COMMUNITY-DWELLING ELDERLY (DRACE) Miura, H., Kariyasu, M., Yamasaki, K., & Arai, Y. (2007). Evaluation of chewing and swallowing disorders among frail community-dwelling

Plus en détail

Appendix 1 Wording of Noumea Accord and 1999 Organic Law on Restricted Electorates

Appendix 1 Wording of Noumea Accord and 1999 Organic Law on Restricted Electorates Appendix 1 Wording of Noumea Accord and 1999 Organic Law on Restricted Electorates Relating to local (provincial and Congress) elections Article 2.2.1 of the Noumea Accord: le corps électoral aux assemblées

Plus en détail

Partenariat public privé : comment maîtriser les conflits d intérêts?

Partenariat public privé : comment maîtriser les conflits d intérêts? Partenariat public privé : comment maîtriser les conflits d intérêts? Vincent Mooser Vice-Doyen Recherche Clinique FBM Chef Département des Laboratoires 5 février 2015 Essais cliniques sponsorisés par

Plus en détail

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE Valérie Berger Inf, Ph.D, Cadre Supérieur de santé CHU de Bordeaux Renée Lacomère Cadre supérieur diététicienne ARC CHU de Bordeaux Christine Germain Statisticienne USMR, pole santé publique, CHU de Bordeaux

Plus en détail

Ostéonécroses, autres ischémies osseuses et infection VIH

Ostéonécroses, autres ischémies osseuses et infection VIH SectiOn F S R Pathologies osseuses associées à l infection VIH ICÔNE 2015 COREVIH Alsace 30 mai 2015 Ostéonécroses, autres ischémies osseuses et infection VIH Ostéonécroses et infection VIH: fréquence

Plus en détail

La Transplantation Rénale au Maroc

La Transplantation Rénale au Maroc La Transplantation Rénale au Maroc Résultats et perspectives Pr. Benyounès Ramdani benyounsramdani@gmail.com Journées de l infirmier, SMN, 10/5/ 2013, Casablanca Pourquoi réaliser une greffe rénale chez

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 Juillet 2010 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans par arrêté du 8 novembre 2005 (JO du 16 novembre 2005) FOSAVANCE 70 mg/2800 UI, comprimé

Plus en détail

Hyperparathyroïdie primitive: Atteinte osseuse et stratégies de prise en charge

Hyperparathyroïdie primitive: Atteinte osseuse et stratégies de prise en charge Hyperparathyroïdie primitive: Atteinte osseuse et stratégies de prise en charge Pascal Houillier Département de Physiologie Université Paris-Descartes Hôpital Européen Georges Pompidou INSERM U872, CNRS

Plus en détail

Utilisation des anti- TNF chez les patients transplantés rénaux

Utilisation des anti- TNF chez les patients transplantés rénaux Utilisation des anti- TNF chez les patients transplantés rénaux LE PATIENT Nom Prénom Date de naissance / / Sexe Poids lors de la cure Taille LA TRANSPLANTATION Date de Tx / / Néphropathie initiale GNC

Plus en détail

23/01/2013. Situation de l hémophilie Au Maroc Pr. M. El khorassani Centre de traitement d l hémophilie Rabat Janvier 2013.

23/01/2013. Situation de l hémophilie Au Maroc Pr. M. El khorassani Centre de traitement d l hémophilie Rabat Janvier 2013. Situation de l hémophilie Au Maroc Pr. M. El khorassani Centre de traitement d l hémophilie Rabat Janvier 2013 Introduction Incidence : 1/10000 Maroc: 3000, réalité: 1000 CTHR: 300 hémophile: réalité:

Plus en détail

Natural History of Borderline Rheumatic Heart Disease in New Caledonia: a Prospective Cohort Study

Natural History of Borderline Rheumatic Heart Disease in New Caledonia: a Prospective Cohort Study Natural History of Borderline Rheumatic Heart Disease in New Caledonia: a Prospective Cohort Study Geneviève BERTAINA Master 2 Supervisor: Dr Mariana MIRABEL Director: Pr Xavier JOUVEN Université Paris

Plus en détail

Hétérogénéité en méta-analyse particularités des variables temps-dépendantes

Hétérogénéité en méta-analyse particularités des variables temps-dépendantes Hétérogénéité en méta-analyse particularités des variables temps-dépendantes Dr. Christophe Combescure Dr Guy Haller Hôpitaux Universitaires de Genève OBJECTIFS Rappel méthodologique Points critiques classiques

Plus en détail

20 ans DIVAT. Marine Lorent, Yohann Foucher, Katy Trébern-Launay et Magali Giral. 19 Mars 2015

20 ans DIVAT. Marine Lorent, Yohann Foucher, Katy Trébern-Launay et Magali Giral. 19 Mars 2015 20 ans DIVAT Utilisation de la survie relative pour comparer le risque de décès des patients transplantés rénaux par rapport aux patients restés en dialyse après inscription sur liste d attente Marine

Plus en détail

Organisation de la recherche sur la grippe

Organisation de la recherche sur la grippe Organisation de la recherche sur la grippe Institut de Microbiologie et Maladies Infectieuses Jean François Delfraissy Bernadette Murgue Les objectifs de recherche Répondre à l urgence de santé publique

Plus en détail

EVALUATION DE LA DENUTRITION EN REANIMATION

EVALUATION DE LA DENUTRITION EN REANIMATION EVALUATION DE LA DENUTRITION EN REANIMATION DESC Réanimation Médicale LYON Janvier 2010 HAUTIN Etienne PLAN Introduction Evaluation Recommandations Mesures cliniques Mesures biophysiques Marqueurs biologiques

Plus en détail

A Disease Management Program in France : Lessons from the RESALIS Experiment 18 Months Before and 12 Months After Public Health Interventions

A Disease Management Program in France : Lessons from the RESALIS Experiment 18 Months Before and 12 Months After Public Health Interventions 4 th European Conference on Health Economics Université Paris V. 7-10 July 2002 A Disease Management Program in France : Lessons from the RESALIS Experiment 18 Months Before and 12 Months After Public

Plus en détail

HOSPITAL INSURANCE SERVICES ACT LOI SUR L ASSURANCE- HOSPITALISATION DÉCRET 2005/213 LOI SUR L ASSURANCE-HOSPITALISATION

HOSPITAL INSURANCE SERVICES ACT LOI SUR L ASSURANCE- HOSPITALISATION DÉCRET 2005/213 LOI SUR L ASSURANCE-HOSPITALISATION HOSPITAL INSURANCE SERVICES ACT Pursuant to section 9 of the Hospital Insurance Services A c t, the Commissioner in Executive Council orders as follows 1. The annexed Charges for In-Patient High Cost Procedures

Plus en détail

Exposition à l amiante: relation nodule et cancer bronchopulmonaire?

Exposition à l amiante: relation nodule et cancer bronchopulmonaire? Exposition à l amiante: relation nodule et cancer bronchopulmonaire? R. Barbot 1, C. Le Marquand 1, J.-C. Pairon 2, C. Paris 3, B. Clin- Godart 4, A. Luc 5, P. Brochard 6, F. Laurent 7 1 Villenave d'ornon,

Plus en détail

Donneurs vivants Risques à long terme. Cours de transplantation Univ. Montréal et McGill 5 avril 2013

Donneurs vivants Risques à long terme. Cours de transplantation Univ. Montréal et McGill 5 avril 2013 Donneurs vivants Risques à long terme Michel R. Pâquet MD, PhD Unité de Transplantation Le Centre Hospitalier de l Université de Montréal Hôpital Notre-Dame Montréal Hôtel-Dieu Hôpital Notre-Dame Cours

Plus en détail

Néphropathie diabétique Qu est-ce qui fait souffrir le rein?: Comment ralentir la progression?

Néphropathie diabétique Qu est-ce qui fait souffrir le rein?: Comment ralentir la progression? Néphropathie diabétique Qu est-ce qui fait souffrir le rein?: Comment ralentir la progression? Dr. Etienne LARGER Hôtel Dieu de Paris UniversitéParis 5 et INSERM U 833 La néphropathie diabétique en chiffres.

Plus en détail

Controverse UDM télésurveillée Pour. P. Simon Association Nationale de Télémédecine

Controverse UDM télésurveillée Pour. P. Simon Association Nationale de Télémédecine Controverse UDM télésurveillée Pour P. Simon Association Nationale de Télémédecine Controverse Peut-on être en 2013 opposé au développement de la télémédecine? Pourquoi les patients en insuffisance rénale

Plus en détail

Compte-rendu AUDIT 2013

Compte-rendu AUDIT 2013 Compte-rendu AUDIT 2013 Sandra Le Floch ITUN - Institut de Transplantation Urologie Néphrologie 29 Janvier 2014 1 / 13 Plan 1. 2. 3. 4. 2 / 13 (1) Proposition dernière réunion figer certains obligatoires.

Plus en détail

Decorative Fountain Linked to Legionnaires' Disease Outbreak

Decorative Fountain Linked to Legionnaires' Disease Outbreak 01/10/2012 Decorative Fountain Linked to Legionnaires' Disease Outbreak A 2010 outbreak of Legionnaires' disease in Wisconsin has been linked to a decorative fountain in a hospital lobby, according to

Plus en détail

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Vaccins et grossesse Vaccins et immunité Dr Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Atelier Vaccins, GERES, 18 mai 2011 COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL

Plus en détail

La transition. Dr Llerena pneumo-pédiatre CRCM Grenoble Véronique Vion Genovese MK CRCM Grenoble Claire Tamain maman CRCM bordeaux

La transition. Dr Llerena pneumo-pédiatre CRCM Grenoble Véronique Vion Genovese MK CRCM Grenoble Claire Tamain maman CRCM bordeaux La transition Dr Llerena pneumo-pédiatre CRCM Grenoble Véronique Vion Genovese MK CRCM Grenoble Claire Tamain maman CRCM bordeaux .. Nous ne sommes pas des psychologues.. Confidentialité Bienveillance

Plus en détail

ET CORTICOTHERAPIE AU LONG COURS. M Maamar, M Aouni, M Adnaoui Service de Médecine Interne

ET CORTICOTHERAPIE AU LONG COURS. M Maamar, M Aouni, M Adnaoui Service de Médecine Interne OSTEOPOROSE ET CORTICOTHERAPIE AU LONG COURS M Maamar, M Aouni, M Adnaoui Service de Médecine Interne CHU Ibn Sina Rabat MAROC INTRODUCTION O 1950, corticoïdes chez une PR sévère éè 1ère cause d ostéoporose

Plus en détail

Attentes économiques et éléments de mesure pour les projets d intégration clinique.

Attentes économiques et éléments de mesure pour les projets d intégration clinique. Attentes économiques et éléments de mesure pour les projets d intégration clinique. Jean Lachaine, professeur agrégé, Faculté de pharmacie, Université de Montréal Pourquoi avoir des critères économiques

Plus en détail

Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé. Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009

Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé. Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009 Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009 Complications pulmonaires en onco-hématologie (Mokart et al Chest 2003) ~ 20 % des patients ~

Plus en détail

LA TRANSPLANTATION PULMONAIRE

LA TRANSPLANTATION PULMONAIRE Les Hôpitaux Universitaires de STRASBOURG LA TRANSPLANTATION PULMONAIRE LIVRET PRE-GREFFE Groupe de Transplantation pulmonaire de Strasbourg Aujourd hui l équipe du centre de transplantation de Strasbourg

Plus en détail

VIH-TAVIE: une application Web de soutien pour les personnes vivant avec le VIH

VIH-TAVIE: une application Web de soutien pour les personnes vivant avec le VIH VIH-TAVIE: une application Web de soutien pour les personnes vivant avec le VIH 78 e congrès ACFAS Université de Montréal 11 mai 2010 José Côté, Inf., Ph. D. Titulaire de la Chaire de recherche sur les

Plus en détail

congrès TransplanT Tours CEntRE de CongRèS VinCi Sous la présidence du Professeur Matthias BÜCHLER DOSSIER DE PRESSE le 14 novembre 2014

congrès TransplanT Tours CEntRE de CongRèS VinCi Sous la présidence du Professeur Matthias BÜCHLER DOSSIER DE PRESSE le 14 novembre 2014 DOSSIER DE PRESSE le 14 novembre 2014 25 e congrès ouest TransplanT Tours CEntRE de CongRèS VinCi VEndREdi 28 novembre 2014 Sous la présidence du Professeur Matthias BÜCHLER www.ouest-transplant.org LE

Plus en détail

De nouvelles utilisations de l aide alimentaire pour renforcer la résilience

De nouvelles utilisations de l aide alimentaire pour renforcer la résilience From Relief to Self-Reliance De nouvelles utilisations de l aide alimentaire pour renforcer la résilience Use of Nutributter (Enov Nutributter) in Chad Alexandra Rutishauser-Perera Arutishauser-perera@internationalmedicalcorps.org

Plus en détail

Prise en charge nutritionnelle en orthogériatrie. Michel Vanbergen Service de Diététique 30 avril 2015

Prise en charge nutritionnelle en orthogériatrie. Michel Vanbergen Service de Diététique 30 avril 2015 Prise en charge nutritionnelle en orthogériatrie Michel Vanbergen Service de Diététique 30 avril 2015 Avant-propos Fractures < chutes Fracturé est le chuteur malheureux Conséquences physiques: fractures,

Plus en détail

Directives d'éthique médicale pour les transplantations d'organes

Directives d'éthique médicale pour les transplantations d'organes Académie Suisse des Sciences Médicales Directives d'éthique médicale pour les transplantations d'organes I. Préambule 1. La transplantation d'organes, de parties d'organes et de tissus d'origine humaine

Plus en détail

Centre Jean Perrin. Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Clermont-Ferrand - France - Projet PROGACIR

Centre Jean Perrin. Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Clermont-Ferrand - France - Projet PROGACIR Centre Jean Perrin Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - Projet PROGACIR Positionnement Intérêt du séquençage de l ADN tumoral circulant du gène TP53 muté pour la prédiction

Plus en détail