RETOUR D EXPÉRIENCE : JEUNE CHERCHEUR

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RETOUR D EXPÉRIENCE : JEUNE CHERCHEUR"

Transcription

1 RETOUR D EXPÉRIENCE : JEUNE CHERCHEUR Marlène Assié IPN Orsay Ecole «Nouveaux entrants» in2p3

2 PARCOURS / FORMATION Thèse (IPN Orsay) bourse ministérielle (MRT) + monitorat Post-doc (GANIL) CEA CR2 (IPN Orsay) CNRS

3 PARCOURS / FORMATION Thèse (IPN Orsay) : bourse ministérielle (MRT) + monitorat Post-doc (GANIL) : CEA CR2 (IPN Orsay) : CNRS

4 NOS SUJETS DE RECHERCHE : DE L INFINIMENT GRAND À L INFINIMENT PETIT Comment les éléments se sontils formés lors du Big Bang? Comment se forment-ils dans les étoiles? Physique nucléaire Comment les éléments (nucléons) du noyau sont-ils organisés? Quelle est la forme du noyau? Combien d éléments au maximum? au minimum? x 100 Le noyau

5 NOTRE TERRAIN DE JEU Noyaux stables

6 NOTRE TERRAIN DE JEU: QUELQUES EXEMPLES Noyaux «légers». Comment s organisent les éléments du noyaux?. Pourquoi certains existent, d autres pas? = 6 He 208 Pb

7 NOTRE TERRAIN DE JEU: QUELQUES EXEMPLES Noyaux «légers». Comment s organisent les éléments du noyaux?. Pourquoi certains existent, d autres pas? Noyaux neutres. Existe-t-il des noyaux sans protons?

8 NOTRE TERRAIN DE JEU: QUELQUES EXEMPLES Noyaux «légers». Comment s organisent les éléments du noyaux?. Pourquoi certains existent-ils, d autres pas? Noyaux neutres. Existe-t-il des noyaux sans protons? Formation des éléments dans les étoiles. Comment sont formés les éléments les plus lourds? processus s processus r processus rp cycle CNO

9 NOTRE TERRAIN DE JEU: QUELQUES EXEMPLES Noyaux «légers». Comment s organisent les éléments du noyaux?. Pourquoi certains existent-ils, d autres pas? Noyaux neutres. Existe-t-il des noyaux sans protons? Formation des éléments dans les étoiles. Comment sont formés les éléments les plus lourds? Comment étudie-t-on les noyaux? Avec des réactions cible faisceau détecteurs - certains éléments de la cible peuvent être arrachés - ils peuvent être transférés au projectile - la cible peut être excitée

10 NOS OUTILS (I) : LES ACCÉLÉRATEURS GANIL KVI ALTO Dubna ANL MSU RIKEN Nombreuses installations de physique nucléaire dans le monde (complémentaires) Nombreuses collaborations (physique, détecteurs)

11 NOS OUTILS (II) : LES DÉTECTEURS Détecteurs de particules chargées (MUST2) Spectromètres de masse Détecteurs de rayonnements gammas Détecteurs de neutrons Equipes pour chaque détecteur : aide à l installation, entretien, mise à jour

12 NOS OUTILS (II) : LES DÉTECTEURS Détecteurs de particules chargées (MUST2) Spectromètres de masse Détecteurs de rayonnements gammas Détecteurs de neutrons Equipes pour chaque détecteur : aide à l installation, entretien, mise à jour

13 UN EXEMPLE D EXPÉRIENCE : CASSURE DE L 6 HE La question qu on se pose : ou? cigare di-neutron L expérience : on casse l 6He Collaboration : IPN, GANIL, LPC Caen, Subatech Nantes -> France Suède, E-U, Angleterre, Inde, Italie, Japon. Détecteurs : - de neutrons : EDEN (IPN), Neutron Wall (Suède) - de particules chargées : Silicium (GANIL) Electronique : - DAQ : GANIL + IPN - Modules : GANIL Cibles : IPN Un ordre de grandeur : montage = 1 mois / faisceau = 1 semaine Analyse : IPN (groupe de structure nucléaire) Développements théoriques associés : IPN-GANIL (pour une approche) Séville (pour une autre approche) Implication du physicien à tous les niveaux, diversité dans le travail Possibilité d aller de la physique à la théorie et de la technologie à la physique Collaboration de «bonne taille»

14 UN EXEMPLE DE PROJET : GASPARD Spiral2 au GANIL Design (mécanique) : D2I de l IPNO Silicium : - R&D : D2I de l IPNO - Fabrication : MICRON - Commandes : DALI (administration) Electronique : D2I de l IPNO + CEA Saclay + Tests, R&D : Tandem d Orsay Collaboration : Espagne - Angleterre - Italie France Financement : Spiral2PP (jusqu à fin 2011) pour la suite? Design des détecteurs de demain, interaction avec les différents corps de métier Demandes d argent (ANR, NuPNET, ) Interaction avec les entreprises extérieures

15 Vous essayez de prédire le comportement d un < système compliqué>? Modélisez-le juste par un < objet simple> et ajoutez un second terme pour prendre en compte < les complications auxquelles vous venez juste de penser>. Merci de votre attention Facile, non? Alors pourquoi consacre-t-on un journal entier à <votre domaine>?

16 POINT DE DÉPART POUR LA DISCUSSION Liberté du sujet de recherche Variété des domaines / des interactions Affectation Tâches administratives Collaborations internationales / installations internationales

TABLE RONDE Soutien à l activité théorique associée à SPIRAL 2. Atelier ESNT, 4-6 février 2008, CEA/Saclay/SPhN

TABLE RONDE Soutien à l activité théorique associée à SPIRAL 2. Atelier ESNT, 4-6 février 2008, CEA/Saclay/SPhN TABLE RONDE Soutien à l activité théorique associée à SPIRAL 2 Atelier ESNT, 4-6 février 2008, CEA/Saclay/SPhN Actions PAR les scientifiques Ateliers ESNT-SPIRAL2 @ GANIL Projet déjà en cours d élaboration

Plus en détail

PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES

PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES (1) Chapitre 4 : Radioactivité, décroissance radioactive Pré requis : La structure de l atome et de son noyau vue en nde et en 1 ère S (composition, ordre de grandeur

Plus en détail

CACAO Chimie des Actinides et Cibles radioactives à Orsay Un laboratoire pour la fabrication et la caractérisation de couches minces radioactives Ch.O.Bacri, V.Petitbon, J.Mottier CNRS/IN2P3/IPN Orsay

Plus en détail

Prospective long terme 2010 2020

Prospective long terme 2010 2020 Prospective long terme 2010 2020 Se forger une vision pour l avenir Shaping a vision, sharing the future Institut de Physique Nucléaire TABLE DES MATIÈRES Chapitre 1 : Structure et dynamique nucléaire

Plus en détail

Principes & Techniques de la détection

Principes & Techniques de la détection Ecole IN2P3 Technique de base des Détecteurs Cargèse, 8 au 12 Avril 2013 Principes & Techniques de la détection Joël Pouthas LPC-ENSICAEN (Anciennement IPN Orsay et GANIL) pouthas@lpccaen.in2p3.fr 1 -

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 I. La source d énergie du Soleil : calcul de son temps de vie. Question

Plus en détail

COMMENT LE CMS PERMET-IL DE FAIRE DES

COMMENT LE CMS PERMET-IL DE FAIRE DES COMMENT LE CMS PERMET-IL DE FAIRE DES DÉCOUVERTES? Introduction à la physique expérimentale à haute énergie. Voyage au CERN 2015 Martin DELCOURT 11 février 2015 M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche

Plus en détail

Retours d'expériences

Retours d'expériences Laboratoire de Physique Corpusculaire - Caen Présentation du nouveau système d acquisition numérique développé au LPC de CAEN Retours d'expériences Benjamin Carniol, Thierry Chaventré, Daniel Cussol, David

Plus en détail

Introduction 11 1 Quelques points de repère historiques... 12 2 Etendue de la physique nucléaire... 13 3 Découverte de la radioactivité...

Introduction 11 1 Quelques points de repère historiques... 12 2 Etendue de la physique nucléaire... 13 3 Découverte de la radioactivité... Table des matières Introduction 11 1 Quelques points de repère historiques................... 12 2 Etendue de la physique nucléaire..................... 13 3 Découverte de la radioactivité.......................

Plus en détail

. 1.1 Charge électrique

. 1.1 Charge électrique Plan du chapitre 1. 1.1 Charge électrique 1.2-1.3 Conducteurs et isolants 1.4 Procédés d électrisation (instruments) 1.5 Loi de Coulomb (force électrique) 1.1 Charge électrique Les explications données

Plus en détail

La Physique Nucléaire. La Φν

La Physique Nucléaire. La Φν La Physique Nucléaire La Φν Sophie Péru Qu est ce que le noyau de l atome? Découverte du noyau Les premiers modèles classiques? Le noyau : particule élémentaire ou système complexe? Les caractéristiques

Plus en détail

Le centre ARCHADE : programme scientifique pour la physique.

Le centre ARCHADE : programme scientifique pour la physique. Le centre ARCHADE : programme scientifique pour la physique. Préambule Les thèmes présentés dans ce document ne concernent que les sujets de R&D utiles à l hadronthérapie, qui relèvent des compétences

Plus en détail

SOMMAIRE. Présentation de IONISOS Description des rayonnements ionisants. Sources de rayonnements ionisants

SOMMAIRE. Présentation de IONISOS Description des rayonnements ionisants. Sources de rayonnements ionisants Sophie ROUIF, Responsable R&D Chimie sous rayonnements - sophie.rouif@ionisos.fr Les modes d exposition sous rayonnement : mise en œuvre et les avantages des installations industrielles Lyon / 29 septembre

Plus en détail

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse

Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière. E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse Du kev au GeV : La température à l assaut de la matière E. Suraud, Univ. P. Sabatier, Toulouse La température, source de «désordre» ou source «d ordre»? Plan Température source de «désordre» Température

Plus en détail

Notes des élus sur le conseil de laboratoire du 4 novembre 2013

Notes des élus sur le conseil de laboratoire du 4 novembre 2013 Notes des élus sur le conseil de laboratoire du 4 novembre 2013 Bilan EAOM (Entretien Annuel Objectif Moyen): Le directeur s'est engagé à communiquer la présentation aux membres du conseil. Une présentation

Plus en détail

Sensibilisation à la Radioprotection

Sensibilisation à la Radioprotection Sensibilisation à la Radioprotection Version du 11/2011 Xavier Fléchard/Jean-Louis Gabriel Service de Radioprotection LPC CAEN Sensibilisation à la Radioprotection 11/2011 LPC 1 Pourquoi cette sensibilisation

Plus en détail

Programme de khôlles

Programme de khôlles Programme de khôlles Semaines 7 et 8 (du 3 au 16 novembre 2014) Les lentilles minces 1. Savoir qu une lentille épaisse est un système centré, formé de deux dioptres sphériques qui délimitent un milieu

Plus en détail

Vulnérabilité des équipements électroniques. aux effets singuliers des particules

Vulnérabilité des équipements électroniques. aux effets singuliers des particules Vulnérabilité des équipements électroniques aux effets singuliers des particules Page 1 Effet singulier Un effet singulier est induit par une seule particule de type: Ion lourd Proton Neutron Alpha Un

Plus en détail

NOM : 26 septembre 2016 Prénom : 2 nde.. La calculatrice est interdite. 1 point / bonne réponse ; - 0,5 point / mauvaise réponse.

NOM : 26 septembre 2016 Prénom : 2 nde.. La calculatrice est interdite. 1 point / bonne réponse ; - 0,5 point / mauvaise réponse. NOM : 26 septembre 2016 Prénom : 2 nde.. Test n 2 L atome et l élément chimique Sujet A /10 La calculatrice est interdite. 1 point / bonne réponse ; - 0,5 point / mauvaise réponse. 1. Parmi ces affirmations

Plus en détail

La Théorie atomique, les isotopes et la désintégration radioactive PowerPoint 7.1

La Théorie atomique, les isotopes et la désintégration radioactive PowerPoint 7.1 La Théorie atomique, les isotopes et la désintégration radioactive PowerPoint 7.1 Les isotopes Les isotopes sont des atomes d un élément donné qui ont le même nombre de protons, mais des nombre de neutrons

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I Les forces newtoniennes Les forces d interaction gravitationnelle et électrostatique ont une propriété commune : leur 1 valeur est proportionnelle à, où r représente la distance

Plus en détail

Mon premier circuit intégré «Prendre des risques pour apprendre»

Mon premier circuit intégré «Prendre des risques pour apprendre» Mon premier circuit intégré «Prendre des risques pour apprendre» Présentation au CIRPP le 22 Octobre 2009 Gilles AMENDOLA (ESIEE) Lionel Babadjian (ESIEE) Gilles Garel (UPEMLV et X) Introduction Projet

Plus en détail

ANTARES Un Télescope à Neutrinos. J. Carr (CPPM / IN2P3 / CNRS)

ANTARES Un Télescope à Neutrinos. J. Carr (CPPM / IN2P3 / CNRS) ANTARES Un Télescope à Neutrinos J. Carr (CPPM / IN2P3 / CNRS) l Astronomie Multi-Messagers Images du ciel Astronomie classique : lumière visible Observation des étoiles comme le soleil Astronomie Rayons

Plus en détail

Témoignage de Bouchta SAHRAOUI, partenaire d un projet collaboratif du 6 ème PCRD et d une action COST

Témoignage de Bouchta SAHRAOUI, partenaire d un projet collaboratif du 6 ème PCRD et d une action COST Témoignage de Bouchta SAHRAOUI, partenaire d un projet collaboratif du 6 ème PCRD et d une action COST Mars - Avril 2009 Par Caroline GERARD Après la participation à différentes actions intégrées (aujourd

Plus en détail

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Connaissances et savoir-faire exigibles : () () (3) () (5) (6) (7) (8) Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. Définir et calculer l énergie

Plus en détail

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE CP7 MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE 1 ) Relation d'équivalence entre la masse et l'énergie -énergie de liaison 2 ) Une unité d énergie mieux adaptée 3 ) application 4

Plus en détail

Bilan du concours pilote de bourses de recherche du printemps 2013 tenu dans le cadre de la réforme des programmes ouverts

Bilan du concours pilote de bourses de recherche du printemps 2013 tenu dans le cadre de la réforme des programmes ouverts Bilan du concours pilote de bourses de recherche du printemps 2013 tenu dans le cadre de la réforme des programmes ouverts Table des matières Introduction... 3 Méthodes... 4 Résumé des résultats... 5 Conclusion

Plus en détail

Partie chimie (10 points)

Partie chimie (10 points) NOM : CONTRÔLE COMMUN DE PHYSIQUE-CHIMIE seconde Calculatrice autorisée Partie chimie (10 points) Exercice n 1 : Détermination de la constitution d atomes et d ion. Compléter le tableau suivant : Symbole

Plus en détail

a. Fusion et énergie de liaison des noyaux b. La barrière Coulombienne c. Effet tunnel & pic de Gamov

a. Fusion et énergie de liaison des noyaux b. La barrière Coulombienne c. Effet tunnel & pic de Gamov V. Les réactions r thermonucléaires 1. Principes a. Fusion et énergie de liaison des noyaux b. La barrière Coulombienne c. Effet tunnel & pic de Gamov 2. Taux de réactions r thermonucléaires a. Les sections

Plus en détail

BECQUEREL. partageons nos expertises. le réseau IN2P3/CNRS de mesure de la radioactivité

BECQUEREL. partageons nos expertises. le réseau IN2P3/CNRS de mesure de la radioactivité BECQUEREL le réseau IN2P3/CNRS de mesure de la radioactivité partageons nos expertises mesures de radioactivité dosimétrie radioprotection modélisations & simulations études & expertises associées Savoir-faire

Plus en détail

COURS DE PHILOSOPHIE ET DE CITOYENNETE Programme d études Cycles 2,3 et 4

COURS DE PHILOSOPHIE ET DE CITOYENNETE Programme d études Cycles 2,3 et 4 COURS DE PHILOSOPHIE ET DE CITOYENNETE Programme d études Cycles 2,3 et 4 Enseignement organisé par la Fédération Wallonie-Bruxelles Enseignement officiel subventionné Enseignement libre non confessionnel

Plus en détail

Sur la route du boson

Sur la route du boson DOSSIER DE PRESSE Sur la route du boson Des idées de Brout, Englert et Higgs à la naissance d une nouvelle particule Octobre 2015 Contact presse : Frédérique Badaud : 06 06 47 27 17, badaud@clermont.in2p3.fr

Plus en détail

2) Quelle évolution de la représentation d un atome s est faite grâce à leurs expériences?

2) Quelle évolution de la représentation d un atome s est faite grâce à leurs expériences? Chapitre 4 Transformations nucléaires Introduction Relire «l évolution des idées en physique» p240 et 241 et les deux pages web suivantes (le site entier est très bien fait) : http://www.laradioactivite.com/fr/site/pages/decouvertedunoyau.htm

Plus en détail

Ecole des Accélérateurs BENODET. Jean-François LE DU SPR IPN Orsay

Ecole des Accélérateurs BENODET. Jean-François LE DU SPR IPN Orsay Ecole des Accélérateurs BENODET Jean-François LE DU SPR IPN Orsay Définition du dictionnaire LAROUSSE Radioprotection : ensemble des moyens utilisés pour se protéger contre les rayonnements ionisants.

Plus en détail

Information Scientifique et Technique. Réseau DEMOCRITE Documentalistes CNRS / IN2P3 Sandrine Guesnon

Information Scientifique et Technique. Réseau DEMOCRITE Documentalistes CNRS / IN2P3 Sandrine Guesnon Information Scientifique et Technique Réseau DEMOCRITE Documentalistes CNRS / IN2P3 Sandrine Guesnon Historique [1983] Les bibliothèques des unités de l Institut s organisent pour mettre en place des actions

Plus en détail

Le tableau périodique

Le tableau périodique Le tableau périodique Le développement du tableau périodique à l époque de Mendeleïev, on n avait même pas encore découvert l électron Mendeleïev était convaincu que les propriétés des éléments avaient

Plus en détail

Chapitre 7 La radiation

Chapitre 7 La radiation Chapitre 7 La radiation - 7.1 la désintégration radioactive - Radioactivité une propriété que possède une substance d émettre des particules et/ou des rayons de haute énergie. - Rayonnement l émission

Plus en détail

Équivalence masse-énergie

Équivalence masse-énergie CHPITRE 5 NOYUX, MSSE ET ÉNERGIE Équivalence masse-énergie. Équivalence masse-énergie Einstein a montré que la masse constitue une forme d énergie appelée énergie de masse. La relation entre la masse (en

Plus en détail

1. Introduction. Quelle est la structure de la matière? L idée est vieille:

1. Introduction. Quelle est la structure de la matière? L idée est vieille: 1. Introduction échelle macroscopique échelle moléculaire La chimie est la science des propriétés et des transformations de la matière. Quelle est la structure de la matière? L idée est vieille: Demokrit

Plus en détail

Projet STAR Brookhaven National Laboratory Brookhaven-USA. Ecole Composites 14-19 septembre 2014 1

Projet STAR Brookhaven National Laboratory Brookhaven-USA. Ecole Composites 14-19 septembre 2014 1 Projet STAR Brookhaven National Laboratory Brookhaven-USA Ecole Composites 14-19 septembre 2014 1 Dans les années 90 la physique des ions lourds opérait une transition des expériences sur cibles fixes

Plus en détail

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique (1) (2) (3) (4) (5) (6) Classe de TS Partie D-chap 16 Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique Connaissances et savoir-faire exigibles : Connaître les expressions

Plus en détail

Production d électricité

Production d électricité énergie 1. Quelques rappels : puissance = durée Unité de la puissance : W (watt) Unité de l énergie : J (joule) Unité de la durée : s (seconde) Autres unités possibles : Production d électricité - la puissance

Plus en détail

La police locale face au phénomène des marchands de sommeil

La police locale face au phénomène des marchands de sommeil La police locale face au phénomène des marchands de sommeil Qui est compétent? Les fonctionnaires de police sont compétents. ( Polices locales et Police Judicaire Fédérale ). Les agents de police ne le

Plus en détail

DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION

DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION Physique Chapitre 4 Masse, énergie, et transformations nucléaires DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION Date :. Le 28 juin 2005, le site de Cadarache (dans les bouches du Rhône)

Plus en détail

Sciences Physiques et Chimiques. C.C.F. de Sciences Physiques et Chimiques Nom : Prénom : Date et heure de passage

Sciences Physiques et Chimiques. C.C.F. de Sciences Physiques et Chimiques Nom : Prénom : Date et heure de passage T PRO Sciences Physiques et Chimiques C.C.F. de Sciences Physiques et Chimiques Nom : Prénom : Date et heure de passage La qualité de la rédaction et la précision des raisonnements influent sur la notation

Plus en détail

Petit-déjeuner CTF Jeunes Fiscalistes. Financement corporatif et crédits d impôt

Petit-déjeuner CTF Jeunes Fiscalistes. Financement corporatif et crédits d impôt Petit-déjeuner CTF Jeunes Fiscalistes et crédits d impôt 2014 Ordre du jour Introduction Financement des activités de développement > Crédits d impôt RS&DE > Crédits d impôt pour titres multimédia > Crédits

Plus en détail

Présentation de la Forêt Active Directory IN2P3. Cédric MULLER IPHC JI IN2P3/DAPNIA 2006 cedric.muller@ires.in2p3.fr

Présentation de la Forêt Active Directory IN2P3. Cédric MULLER IPHC JI IN2P3/DAPNIA 2006 cedric.muller@ires.in2p3.fr Présentation de la Forêt Active Directory IN2P3 Cédric MULLER IPHC JI IN2P3/DAPNIA 2006 cedric.muller@ires.in2p3.fr Agenda Active Directory Historique du Projet Situation Actuelle Bénéfices CAO/Catia Futurs

Plus en détail

Formation obligatoire depuis juin 2009. But : Fournir les éléments permettant d améliorer l optimisation des doses délivrées aux patients

Formation obligatoire depuis juin 2009. But : Fournir les éléments permettant d améliorer l optimisation des doses délivrées aux patients Formation obligatoire depuis juin 2009 (L.1333-11, R.1333-74 du Code de la Santé) But : Fournir les éléments permettant d améliorer l optimisation des doses délivrées aux patients Programme de la formation

Plus en détail

Gestion de Projets et L assurance Qualité Couple Indissociable

Gestion de Projets et L assurance Qualité Couple Indissociable Gestion de Projets et L assurance Qualité Couple Indissociable olivetto@apc.univ-paris7.fr Réseau Qualité en Recherche CNRS 1 Plan présentation Plan de la présentation ü Parcours professionnel ü Gestion

Plus en détail

Contexte et objectifs Mesures : résultats préliminaires Conclusion. Projet GammaDosi

Contexte et objectifs Mesures : résultats préliminaires Conclusion. Projet GammaDosi Projet GammaDosi Contrôle de l énergie déposée dans le patient lors d une hadronthérapie 1/12/2013 30/11/2015 É. Testa AG GDR MI2B 2014 Nantes É. Testa Projet GammaDosi 1 / 16 Principe du contrôle de l

Plus en détail

Transformations nucléaires

Transformations nucléaires Transformations nucléaires Stabilité et instabilité des noyaux : Le noyau d un atome associé à un élément est représenté par le symbole A : nombre de masse = nombre de nucléons (protons + neutrons) Z :

Plus en détail

4 mars 2014. Club Mines Energie. Smart Grids : premiers retours d expérience

4 mars 2014. Club Mines Energie. Smart Grids : premiers retours d expérience Club Mines Energie Smart Grids : premiers retours d expérience 4 mars 2014 Guillaume PARISOT Directeur Innovation 06 64 49 38 41 GPR@bouygues-immobilier.com Un territoire urbain mixte Territoire d innovation

Plus en détail

La valorisation in2p3

La valorisation in2p3 Catherine Clerc Celine Tanguy DAT in2p3 Chargée de valorisation in2p3 La valorisation in2p3 JNE 2015 La valorisation : pourquoi La valorisation des recherches entreprises au CNRS trouve son fondement dans

Plus en détail

Point d arrivée. La commande 1 est enregistrée

Point d arrivée. La commande 1 est enregistrée Scénario 1 : Calculer le prix de revient d un produit fait sur mesure (avec configurateur de produit ) Service commercial doit faire une offre pour un produit de type à «variantes» «Article 2» pour estimer

Plus en détail

Les métiers du CNRS. JM De Conto

Les métiers du CNRS. JM De Conto Les métiers du CNRS JM De Conto Objectifs Les métiers et les sections du CNRS Vocabulaire Comment y entrer Avancement Démystifier http://www.cnrs.fr/ Le CNRS ne fait pas de publicité Deux catégories professionnelles

Plus en détail

Ingénierie logicielle et Systèmes temps-réel

Ingénierie logicielle et Systèmes temps-réel Ingénierie logicielle et Systèmes temps-réel Synthèse des informations récoltées auprès des responsables informatiques des laboratoires de l IN2P3 et du DAPNIA Compétences & Réalisations Construction &

Plus en détail

DIANA-BTP Démarche d Intégration et d Accueil des Nouveaux Arrivants dans le BTP. Régis Accart Direction Technique OPPBTP

DIANA-BTP Démarche d Intégration et d Accueil des Nouveaux Arrivants dans le BTP. Régis Accart Direction Technique OPPBTP DIANA-BTP Démarche d Intégration et d Accueil des Nouveaux Arrivants dans le BTP Régis Accart Direction Technique OPPBTP Histoire de l OPPBTP 1947 Création, par un arrêté du ministre en charge du Travail,

Plus en détail

En quelques lignes, répondre succinctement aux deux questions de l introduction

En quelques lignes, répondre succinctement aux deux questions de l introduction ACTIVITÉ 1 En quelques lignes, répondre succinctement aux deux questions de l introduction ACTIVITÉ 1 Comme l indiquent les étiquettes, plusieurs produits de consommation courante contiennent des ions.

Plus en détail

Demande d'ap informatique 2012

Demande d'ap informatique 2012 Demande d'ap informatique 2012 Architecture Laboratoire: Les postes de travail Les environnements Linux/Windows Le réseau du Laboratoire Grille de Calcul à l IPN Unité mixte de recherche CNRS-IN2P3 Université

Plus en détail

Explorer le monde quantique avec des atomes et des photons

Explorer le monde quantique avec des atomes et des photons Explorer le monde quantique avec des atomes et des photons Serge Haroche Collège de France et Ecole Normale Supérieure, Paris 2 Mars 2010: Atomes et Lumière Puissance et étrangeté du quantique 16 Mars

Plus en détail

Extrait de Voyage au cœur de la matière. David Calvet, IN2P3

Extrait de Voyage au cœur de la matière. David Calvet, IN2P3 Extrait de Voyage au cœur de la matière David Calvet, IN2P3 Plan Dimensions des constituants élémentaires de la matière: neutron Chapitre 1: la matière De quoi est faite la matière? Si on prend un morceau

Plus en détail

I- REACTION NUCLEAIRE SPONTANEES

I- REACTION NUCLEAIRE SPONTANEES PARTIE 2 COMPRENDRE LOI ET MODELE- COHESION ET TRANSFORMATION DE LA MATIERE- Chapitre 8 : la radioactivité p1/6 CHAPITRE 8 : RADIOACTIVITE et REACTIONS NUCLEAIRES I- REACTION NUCLEAIRE SPONTANEES 1- Rappels

Plus en détail

NOTION D'ELECTRICITE LES GRANDEURS ELECTRIQUES LES CIRCUITS ELECTRIQUES LA SECURITE ELECTRIQUE EVALUATIONS

NOTION D'ELECTRICITE LES GRANDEURS ELECTRIQUES LES CIRCUITS ELECTRIQUES LA SECURITE ELECTRIQUE EVALUATIONS NOTION D'ELECTRICITE S LA NOTION D ELECTRICITE Petite expérimentation Frottez un petit objet plastique (par exemple un stylo à bille en plastique) sur votre chevelure. Juste après le frottement, faites

Plus en détail

Une progression sur l électricité en cycle 2

Une progression sur l électricité en cycle 2 FORMATION de CIRCONSCRIPTION Une progression sur l électricité en cycle 2 15 C CONVENTION Formateurs : Mme LAGRAULA Professeur de technologie IUFM Molitor Paris 16 ème Muriel MARTIN Conseillère pédagogique

Plus en détail

Le grand collisionneur de hadrons (LHC) et l expérience CMS

Le grand collisionneur de hadrons (LHC) et l expérience CMS Le grand collisionneur de hadrons (LHC) et l expérience CMS Masterclasses IPN Lyon, 2016 On a vu le Pourquoi, maintenant on va expliquer le Comment. La physique que l on veut comprendre aujourd hui est

Plus en détail

Méthodes géophysiques et géochimiques

Méthodes géophysiques et géochimiques Méthodes géophysiques et géochimiques 1.3. TD Introduction Il y a 4.567 milliards d années (Ga), au moment où le nuage de gaz et de poussière qui va constituer le système solaire s effondre sur lui même,

Plus en détail

CAUSERIE-DEBAT : Marketing de l assainissement, quelle réalité en Côte d Ivoire _ 18-04-2015 _ Bingerville/Abidjan CAUSERIE-DEBAT

CAUSERIE-DEBAT : Marketing de l assainissement, quelle réalité en Côte d Ivoire _ 18-04-2015 _ Bingerville/Abidjan CAUSERIE-DEBAT 1 CAUSERIE-DEBAT Marketing de l assainissement, quelle réalité en Côte d Ivoire 18 avril 2015 Bingerville/Abidjan (Côte d Ivoire) Présentation N GUESSAN Kouamé André, Vice-Président Afrique du Réseau Projection

Plus en détail

III Présentation de l Univers

III Présentation de l Univers III Présentation de l Univers 3- L'élément chimique Exercices d'applications A- Entourer la (les) bonne(s) réponse(s) 1. Les éléments situés dans la 1 ère colonne de la classification : a) constituent

Plus en détail

Le graphène : la relativité rencontre la mécanique quantique dans un trait de crayon. Mark O. Goerbig

Le graphène : la relativité rencontre la mécanique quantique dans un trait de crayon. Mark O. Goerbig Le graphène : la relativité rencontre la mécanique quantique dans un trait de crayon Mark O. Goerbig ENS, Cachan, 23/11/2010 Prix Nobel de Physique 2010 : Graphène Kostya Novoselov Andre Geim "for groundbreaking

Plus en détail

Enseignement de la physique des accélérateurs en région Parisienne ENSEIGNEMENT DE LA PHYSIQUE DES ACCELERATEURS EN REGION PARISIENNE

Enseignement de la physique des accélérateurs en région Parisienne ENSEIGNEMENT DE LA PHYSIQUE DES ACCELERATEURS EN REGION PARISIENNE ENSEIGNEMENT DE LA PHYSIQUE DES ACCELERATEURS EN REGION PARISIENNE 0 Historique Institut National des Sciences et Techniques Nucléaires Etablissement public d enseignement supérieur créé en 1956 sous tutelle

Plus en détail

La physique nucléaire et ses applications

La physique nucléaire et ses applications La physique nucléaire et ses applications I. Rappels et compléments sur les noyaux. Sa constitution La représentation symbolique d'un noyau est, dans laquelle : o X est le symbole du noyau et par extension

Plus en détail

Les étoiles à neutrons. la matière très dense, de l'infiniment petit aux étoiles. Laboratoires LUTH Meudon, IPN Orsay

Les étoiles à neutrons. la matière très dense, de l'infiniment petit aux étoiles. Laboratoires LUTH Meudon, IPN Orsay Les étoiles à neutrons la matière très dense, de l'infiniment petit aux étoiles. Laboratoires LUTH Meudon, IPN Orsay Qu'est ce qu'une étoile à neutrons? A quoi cela vous fait penser? Expérience 1: Quelle

Plus en détail

Règlement intérieur EDPHENIICS

Règlement intérieur EDPHENIICS Règlement intérieur EDPHENIICS 1. PERIMETRE DE L ED PHENIICS 2 2. RECRUTEMENT DES DOCTORANTS 3 FINANCEMENT DES THESES APPELS D OFFRES 4 ü ATTRIBUTION DES CONTRATS DOCTORAUX UNIVERSITE PARIS- SUD 4 ü AUTRES

Plus en détail

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX T ale S Introduction : Une réaction nucléaire est Une réaction nucléaire provoquée est L'unité de masse atomique est une unité permettant de manipuler aisément

Plus en détail

Parcours de formation SIN 7. Formation des enseignants

Parcours de formation SIN 7. Formation des enseignants Parcours de formation SIN 7 Formation des enseignants La démarche de projet Formation des enseignants DEFINITION D UN PROJET X50 106 C est une démarche spécifique qui permet de structurer méthodiquement

Plus en détail

Le Soleil Accélérateur de Particules: diagnostics X et radio des électrons énergétiques

Le Soleil Accélérateur de Particules: diagnostics X et radio des électrons énergétiques : Le Soleil Accélérateur de Particules: diagnostics X et radio des électrons énergétiques Nicole Vilmer LESIA Observatoire de Paris 3 ème journée ESEP Orléans 26 Mai 214 Le Soleil accélérateur de particules:

Plus en détail

Interphonie Numérique & Analogique

Interphonie Numérique & Analogique Interphonie IP Interphonie Numérique & Analogique Interphonie de Sécurité Contrôle d accès IP COMMUNICATION ET SÉCURITÉ COMMUNICATION ET SÉCURITÉ à propos de castel expérience Depuis plus de 40 ans, CASTEL

Plus en détail

DCOD GENESIS JOURNÉE CONTROL & COMMAND CSNSM - N. DOSME / X. GRAVE / E. LEGAY

DCOD GENESIS JOURNÉE CONTROL & COMMAND CSNSM - N. DOSME / X. GRAVE / E. LEGAY DCOD GENESIS JOURNÉE CONTROL & COMMAND PLAN DAQ & CC : Deux fonctionnalités distinctes Genèse de DCOD Evolutions DAQ & CC : DEUX FONCTIONNALITÉS DISTINCTES NARVAL / ENX CONTRAINTES Rapidité de déploiement

Plus en détail

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 Lycée Galilée Gennevilliers L'énergie nucléaire : fusion et fission chap. 6 JALLU Laurent I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 II. Équivalence masse-énergie... 3 Bilan de masse de la

Plus en détail

FUSION THERMONUCLEAIRE

FUSION THERMONUCLEAIRE FUSION THERMONUCLEAIRE Le cœur du Soleil est un plasma chaud totalement ionisé à très haute pression condition nécessaire à la réaction de fusion de l hydrogène en hélium 1 dont le bilan est : 4 1 H 4

Plus en détail

Gestion de Projets Déploiement à l APC et Retour d expériences

Gestion de Projets Déploiement à l APC et Retour d expériences Gestion de Projets Déploiement à l APC et Retour d expériences olivetto@apc.univ-paris7.fr 27/11/2013 Gestion de Projets à l APC 1 Gestion de Projets à l APC Plan de la présentation Gestion de projets

Plus en détail

CAHIER D EXPERIENCES. Quand deux billes se rencontrent?

CAHIER D EXPERIENCES. Quand deux billes se rencontrent? CAHIER D EXPERIENCES 1 ere Experience : Quand deux billes se rencontrent? Matériel : Le pendule de Newton Webcam + ordinateur Eclairage Expérience : 1. lâcher de la bille 1, film de l expérience 2. lâcher

Plus en détail

Des noyaux exotiques : pour quoi faire?

Des noyaux exotiques : pour quoi faire? Des noyaux exotiques : pour quoi faire? La physique des ions exotiques connaît depuis quelques années un développement très important. Un grand nombre de laboratoires de par le monde se sont investis dans

Plus en détail

Progression découvrir le monde MS Période 1

Progression découvrir le monde MS Période 1 COMPETENCES Mémoriser la suite des nombres - Connaître la comptine numérique jusqu à 3 - Réciter la comptine dans l ordre Reconnaître des petites quantités - Dénombrer des petites quantités - Décomposer

Plus en détail

Yourcegid CBRH Paie DADSU N4DS 2013 et LFR 2014 N10219/01 Web formation

Yourcegid CBRH Paie DADSU N4DS 2013 et LFR 2014 N10219/01 Web formation Yourcegid CBRH Paie DADSU N4DS 2013 et LFR 2014 N10219/01 Web Mise à jour 16/10/2013 Cette permet d'acquérir les connaissances nécessaires au paramétrage déclaration DADS_U aux normes 4DS et de prendre

Plus en détail

Exercice 1 : Le trébuchet (5,5 points) Étude du mouvement du projectile après libération. Caractéristiques de la poussée d'archimède P A

Exercice 1 : Le trébuchet (5,5 points) Étude du mouvement du projectile après libération. Caractéristiques de la poussée d'archimède P A Eercice 1 : Le trébuchet (5,5 points) Étude du mouvement du projectile après libération H v α P P g Figure 1. Tir a trébuchet O 1. Caractéristiques du poids P : - direction: verticale - sens: vers le bas

Plus en détail

COMPATIBILITÉ ÉLECTROMAGNETIQUE DES SYSTÈMES COMPLEXES DE PUISSANCE. Etat de l art & Projets associés

COMPATIBILITÉ ÉLECTROMAGNETIQUE DES SYSTÈMES COMPLEXES DE PUISSANCE. Etat de l art & Projets associés COMPATIBILITÉ ÉLECTROMAGNETIQUE DES SYSTÈMES COMPLEXES DE PUISSANCE Etat de l art & Projets associés B. Revol Maître de Conférences Ecole Normale Supérieure de Cachan UMR 8029 - SATIE Les principaux acteurs

Plus en détail

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation Chapitre 6 Réactions nucléaires 6.1 Généralités 6.1.1 Définitions Un atome est constitué d électrons et d un noyau, lui-même constitué de nucléons (protons et neutrons). Le nombre de masse, noté, est le

Plus en détail

1. Physique théorique Formes et symétries

1. Physique théorique Formes et symétries Les activités scientifiques du groupe de physique du GANIL se regroupent autour de 4 grands thèmes génériques : la structure du noyau atomique, les propriétés de la matière nucléaire, l astrophysique nucléaire,

Plus en détail

Cours de Marketing Approfondi

Cours de Marketing Approfondi Cours de Marketing Approfondi Présenté par: Le marché industriel Caractéristiques du marché industriel: - Le marché industriel est composé des entreprises et organisations publiques qui achètent les biens

Plus en détail

A-/ Les réactions nucléaires spontanées ou Radioactivité

A-/ Les réactions nucléaires spontanées ou Radioactivité I-/ -/ Les réactions nucléaires spontanées ou Radioactivité I- La radioactivité La radioactivité est la transformation spontanée d'un noyau atomique instable en noyau d'une autre espèce chimique avec émission

Plus en détail

Tendances Techniques et compétences des laboratoires

Tendances Techniques et compétences des laboratoires Journées Informatiques de l IN2P3 et du DAPNIA Tendances Techniques et compétences des laboratoires Synthèse des informations récoltées auprès des responsables informatiques des laboratoires de l IN2P3

Plus en détail

Eléments de Physique Nucléaire

Eléments de Physique Nucléaire Eléments de Physique Nucléaire 1 SOMMAIRE Chapitre I : Caractéristiques générales du Noyau Chapitre II : Énergie de liaison du Noyau Chapitre III : Transformations radioactives Chapitre IV : Réactions

Plus en détail

Haute école spécialisée bernoise Technique et informatique Technique automobile. Laboratoire de mécatronique

Haute école spécialisée bernoise Technique et informatique Technique automobile. Laboratoire de mécatronique Laboratoire de mécatronique Utilisation du véhicule avec la vision du développement durable Les quatre points suivants sont parmi les plus importants à prendre en compte : Consommation d énergie : - Consommation

Plus en détail

Compte Rendu du voyage à Genève Du 27 février au 1 er mars

Compte Rendu du voyage à Genève Du 27 février au 1 er mars Compte Rendu du voyage à Genève Du 27 février au 1 er mars Grâce au Lions Club, nous avons eu la chance de pouvoir nous rendre à Genève (et ses environs) afin de visiter le CERN (Organisation Européenne

Plus en détail

ITK R&D mechanics, cooling, services. Teddy Todorov pour les equipes du CPPM, LPNHE et LAPP 15/10/2013

ITK R&D mechanics, cooling, services. Teddy Todorov pour les equipes du CPPM, LPNHE et LAPP 15/10/2013 ITK R&D mechanics, cooling, services Teddy Todorov pour les equipes du CPPM, LPNHE et LAPP 15/10/2013 Etat actuel LAPP: Alpine pixel detector concept CPPM: IBL-like pixel barrel LPNHE: material budget

Plus en détail

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre)

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) 1. A la découverte de la radioactivité. Un noyau père radioactif est un noyau INSTABLE. Il se transforme en un noyau fils STABLE

Plus en détail

2.1.1 Propriétés des particules émises à mi-rapidité

2.1.1 Propriétés des particules émises à mi-rapidité 20 MECANISMES DE PRODUCTION ET DE DESEXCITATION. 2.1 Premiers instants de la collision FR9810229 2.1.1 Propriétés des particules émises à mirapidité T. Lefort, D. Cussol, J. Péter, F. Bocage, R. Bougault,

Plus en détail

Comprendre le noyau. Pourquoi étudier les noyaux atomiques?

Comprendre le noyau. Pourquoi étudier les noyaux atomiques? Comprendre le noyau Pourquoi étudier les noyaux atomiques? La raison qui tue parce que les atomes représentent 99% de la matière visible de l Univers et. on ne comprend pas tout (ou presque rien)! et les

Plus en détail

Bucher Inertys. Révélez tous les arômes de votre vin.

Bucher Inertys. Révélez tous les arômes de votre vin. Bucher Inertys Révélez tous les arômes de votre vin. Les nouveaux consommateurs veulent des vins plaisirs, frais, fruités, aromatiques... Plus l intensité aromatique des vins est élevée, plus les consommateurs

Plus en détail