La réforme de l organisation prudentielle

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La réforme de l organisation prudentielle"

Transcription

1 Réglementation 7 La réforme de l organisation prudentielle La mise en place de ces dispositifs prudentiels a incontestablement amélioré la sécurité du système financier. Il ne permet cependant plus aujourd hui de prendre en compte un ensemble d évolutions qui conduisent à une divergence entre risque économique et niveau des fonds propres. En effet, certaines opérations financières permettent de diminuer les exigences en fonds propres sans réduire véritablement la prise de risque. L objectif de la réforme nouveaux accords de Bâle sur les fonds propres est d abord de rapprocher fonds propres réglementaires et fonds propres économiques. Le cœur de la réforme reste la mise en place d un dispositif souple et différencié en fonction des risques, qui reposera sur trois piliers se renforçant mutuellement : une exigence minimale de fonds propres, des processus de surveillance prudentielle et la discipline de marché. Exigence minimale de fonds propres Elle était déjà présente dans le ratio Cooke en prévoyant une modalité de mesure de l adéquation des fonds propres en fonction du risque. Si la définition de ces derniers reste la même, les modalités de calcul des encours de risques est profondément modifiée, à la fois par sa précision, par l étendue des risques pris en compte et par l adoption de méthodologies différenciées. La réforme de l organisation prudentielle 97

2 cadre particulier de la gestion bancaire Risque de crédit : notation externe Pour le risque de crédit 3, deux grandes possibilités seront offertes. La première, proche des pondérations actuelles, est la méthode standard, qui repose sur une classification résultant de la notation externe obtenue auprès d organismes reconnus par les autorités de contrôle tels Standard & Poors ou Moody s : Types d emprunteurs Notation Pondération (%) États et banques centrales AAA à AA- 0 A+ à A- 20 BBB+ à BBB- 50 BB+ à B- 100 < à B- 150 non noté 100 Banques commerciales AAA à AA- 20 A+ à A- 50 BBB+ à BBB- 50 BB+ à B- 100 < à B- 150 non noté 50 Entreprises AAA à AA- 20 A+ à A 50 BBB+ à BB- 100 < à BB- 150 non noté 100 Parts de titrisation AAA à AA- 20 A+ à A- 50 BBB+ à BBB- 100 BB+ à B- 150 BB+ à B- déduction < à B- des non noté fonds propres Grille de pondération du ratio Mac Donough. Source : Banque de France. Chaque autorité de contrôle devra donc apprécier les méthodes mises en œuvre par ces organismes afin de déterminer quels établissements bancaires pourront s y référer. L appréciation portera principalement sur des critères d objectivité, d indépendance, de transparence et de crédibilité dans les notations délivrées. Les organismes de crédit à l exportation et la cotation Banque de France pourront également être utilisés, pour intégrer en particulier le risque des petites et moyennes entreprises. 3 Pour les risques de marché, aucun changement n est prévu par rapport à l actuel ratio Cooke. 98 La réforme de l organisation prudentielle

3 Réglementation 7 Risque de crédit : méthodes internes La seconde possibilité est de recourir à des méthodes internes validées au préalable par les autorités de contrôle (Internal Rating Based Approach IRB). Les établissements devront classer eux-mêmes leur exposition en fonction de sept catégories d actifs : entreprises, pays, banques, banques de détail, titrisation, portefeuilles d action, financement de projets. Si les trois premières catégories font déjà l objet de méthodologies d évaluation du risque, la nature des activités de la banque de détail doit en revanche être précisée. La notation de la clientèle des particuliers n est pas encore clairement définie. De même, pour les trois dernières catégories, des travaux sont en cours pour définir comment cette nouvelle approche pourra être appliquée. Ces méthodes aboutiront à une classification des risques en fonction des probabilités de défaillance identifiées par les banques elles-mêmes, pour chacun de leurs portefeuilles. Cette estimation devra conduire à une répartition en six à neuf classes de créances saines et au moins deux classes de créances douteuses, avec un horizon de probabilités d un an. Cette notion de probabilité de défaut (PD) devra couvrir au moins une des situations suivantes : improbabilité de remboursement (en capital ou intérêts), pertes associées à une autre obligation (principe de contagion), impayés de plus de 90 jours, dépôts de bilan ou procédures assimilées. Ces méthodes devront également évaluer le taux de perte en cas de défaut (Loss Given Default LGD), le degré d exposition au risque (Exposure At Default EAD) ainsi que les maturités et les effets de diversification des défaillances, qui resteront à l appréciation des autorités. Les systèmes de notation interne devront fournir une différenciation adéquate des risques de crédit et faire l objet d une révision indépendante. Ils devront être au cœur de la culture et de la gestion de l établissement. Il est enfin prévu une reconnaissance accrue des techniques de réduction de risques garanties, dérivés de crédit, titrisation par la prise en compte du risque résiduel lié au caractère toujours imparfait des couvertures. Les établissements sont, dès aujourd hui, encouragés à améliorer constamment leurs procédures de gestion et de mesure du risque et déterminer avec davantage de précision leurs exigences de fonds propres. La réforme de l organisation prudentielle 99

4 cadre particulier de la gestion bancaire Le risque de marché 4 Dans une perspective de gestion des risques et de communication financière, une majorité d établissements de crédit utilise le concept de Value-at-Risk pour quantifier les risques de marché. Plus connu sous l acronyme de VaR, il est possible de le traduire approximativement par l expression valeur en risques ou valeur de marché sous risques. Ce concept exprime la perte potentielle maximale qu un portefeuille d actifs peut subir au cours d une période déterminée et avec une probabilité donnée, suite à une modification des prix du marché. Les risques de marché étant définis comme les risques résultant de la volatilité des rendements, des taux d intérêt, des cours de change, de la valeur des titres ou des matières premières, leur quantification doit reposer sur un concept autorisant l étude de la dispersion statistique par rapport à une valeur moyenne. L écart type est particulièrement adapté, car il permet de cerner l amplitude maximale des fluctuations autour du cours moyen attendu dans le cas d un portefeuille de titres. La perte est donc calculée statistiquement obligeant à définir au préalable une loi de probabilité de la distribution de la variable aléatoire perte. Le choix peut se porter sur une approche paramétrique consistant à faire, par exemple, l hypothèse de normalité ou, à l'inverse, le concepteur peut recourir à une approche non paramétrique, obligeant à adopter une approche générale fondée sur une distribution empirique des pertes. De manière générale, l outil VaR sous-tend donc un modèle d évaluation liant le prix ou le rendement des actifs composant le portefeuille aux différents facteurs de risques (indice boursier, taux de change USD/EUR, prix du baril de pétrole ). La problématique de la VaR est donc avant tout une question de valorisation, consistant à établir une relation quantifiée entre la variation des facteurs de risques et la variation de valeur d un portefeuille d instruments L exigence relative aux risques de marché doit être au plus égale au solde en fonds propres disponibles après couverture de 8 % des risques de crédit. Le nouvel accord de Bâle entré en vigueur en 2006 reprend à l identique les dispositions de l amendement de 1996 au ratio Cooke intégrant le risque de marché dans l assiette des risques et recommandant un calcul de la VaR pour déterminer le montant des fonds propres. En complément et relativement aux piliers 2 et 3 de ce nouvel accord de Bâle, il existe une incitation pour les établissements à fournir une information plus précise sur les paramètres du modèle et les systèmes de contrôle (périmètre couvert par le modèle, les résultats quotidiens des activités de négoce associés aux VaR quotidiennes, la description du processus de stress testing, les éléments permettant le back testing et l analyse des principaux écarts). De surcroît, le comité de Bâle présente une définition élargie du portefeuille de négociation qui comprend une plus grande variété d instruments de trading, avec pour corollaire une recommandation de prudence dans la valorisation de ce portefeuille. 4 Ce point est issu du chapitre 2 de Christophe Godowski Quantification des risques de marché et de crédit : fondement de l activité bancaire in Lamarque (E.), Management de la banque : risques, relation client, organisation, 2 e Ed, Pearson, S y reporter pour des développements plus détaillés. 100 La réforme de l organisation prudentielle

5 Réglementation 7 Risque opérationnel Le risque opérationnel sera, pour la première fois, intégré dans l assiette des risques et fera l objet d une exigence de fonds propres. La réforme en cours envisage différentes méthodes de calcul : une approche standard fondée sur un indicateur global de risque opérationnel pour l ensemble des activités de l établissement (Basic Indicator Approach) : ce sera un pourcentage du résultat brut d exploitation ; une approche standard fondée sur un indicateur de risque opérationnel spécifique à chaque ligne de métier (Standardized Approach) en fonction de critères spécifiques à chacun d eux ; une approche interne fondée sur des statistiques de pertes enregistrées par les établissements eux-mêmes sur les différentes lignes de métier (Internal Measurement Approach). Cette prise en compte du risque opérationnel vient compléter le dispositif imposé en matière de contrôle interne décrit plus haut. Finalement, le ratio Mac Donough devient : Fonds propres prudentiels Risques de crédit + Risques de marché + Risques opérationnels = 8 % Processus de surveillance prudentielle Il vise à renforcer la maîtrise interne des risques par les établissements, car les exigences de fonds propres ne constitueront jamais un substitut à une bonne gestion. Un des principes fondamentaux de la réforme est l existence d un système de mesure interne de l adéquation des fonds propres au profil de risques et d une stratégie de maintien de cette adéquation. À l avenir, les autorités de contrôle vont accentuer la pression et leurs exigences dans ce domaine, en se réservant la possibilité de prescrire des exigences supérieures si elles le jugent opportun! Il s agit donc là d un dispositif de surveillance permanent. Les autorités aboutiront à une meilleure connaissance des systèmes de contrôle et de mesure des risques mis en place. L appréciation de l ensemble des facteurs de risque susceptibles de venir modifier les exigences de fonds propres sera facilitée. La réforme de l organisation prudentielle 101

6 cadre particulier de la gestion bancaire Discipline de marché Elle favorisera une meilleure évaluation de la solidité financière des établissements grâce à une amélioration de la qualité de l information. Celle-ci comporte deux dimensions : informations générales recommandées ou imposées à toutes les banques et relatives à la structure et à l allocation de leurs fonds propres, à leur exposition aux différents risques et aux approches utilisées ; informations spécifiques imposées aux banques souhaitant recourir à des méthodes internes pour la mesure de leurs risques ou bénéficier d une reconnaissance prudentielle pour leurs opérations de réduction de risque et de titrisation. La discipline de marché, qui reste celle imposée par les actionnaires et les investisseurs, est perçue comme un complément aux autorités de contrôle pour inciter les établissements à rationaliser la gestion du risque. Un équilibre doit cependant être trouvé, entre cette discipline et le danger que fait peser la divulgation d informations sur l ensemble du système bancaire. Après 18 mois, ces normes sont loin d'être complètement appliquées. 102 La réforme de l organisation prudentielle

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables Cycle de Conférence à la Cour de Cassation 21 février 2005 Alain Duchâteau Directeur de la Surveillance Générale

Plus en détail

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005 De BÂLE II à SOLVABILITE II Solvabilité II s inspire largement des accords de Bâle II et en reprend les grands principes avec la structure en «trois piliers» La tentation est forte de reproduire également

Plus en détail

EDC. Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier. Durée de l épreuve : 2 heures

EDC. Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier. Durée de l épreuve : 2 heures EDC Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier Durée de l épreuve : 2 heures Calculatrice autorisée Pas de documentation autorisée Notation Questions à choix multiples (25) Une

Plus en détail

25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II

25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II 25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II Avertissement Cette présentation peut comporter des éléments de projection et des commentaires relatifs aux objectifs et à la stratégie de la Société Générale.

Plus en détail

Les nouveaux ratios prudentiels applicables aux établissements de crédit au titre du droit communautaire

Les nouveaux ratios prudentiels applicables aux établissements de crédit au titre du droit communautaire Les nouveaux ratios prudentiels applicables aux établissements de crédit au titre du droit communautaire Frédéric Leplat Les recommandations du Comité de Bâle II ont été reprises par deux directives communautaires

Plus en détail

NOTE DE RECHERCHE PRESENTATION DU NOUVEL ACCORD DE BALE SUR LES FONDS PROPRES.

NOTE DE RECHERCHE PRESENTATION DU NOUVEL ACCORD DE BALE SUR LES FONDS PROPRES. NOTE DE RECHERCHE PRESENTATION DU NOUVEL ACCORD DE BALE SUR LES FONDS PROPRES. Hamza FEKIR 1 Résumé : Afin de s adapter à la libéralisation de la sphère financière entamée dans les années 80, marquée notamment

Plus en détail

COMPLÉMENT AU RAPPORT PILIER 3 PUBLIÉ DANS LE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE LE 4 MARS 2014 : RISQUES DE CRÉDIT

COMPLÉMENT AU RAPPORT PILIER 3 PUBLIÉ DANS LE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE LE 4 MARS 2014 : RISQUES DE CRÉDIT COMPLÉMENT AU RAPPORT PILIER 3 PUBLIÉ DANS LE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE LE 4 MARS 2014 : RISQUES DE CRÉDIT INFORMATIONS AU 31 DÉCEMBRE 2013 RISQUE DE CRÉDIT : INFORMATIONS QUANTITATIVES COMPLÉMENTAIRES Les

Plus en détail

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Présentation dans le cadre de l événement «Journée carrière PRMIA» 17 mars 2015 Mathieu Derome, M.Sc. Directeur Principal

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION PAR LA COMMISSION BANCAIRE :

DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION PAR LA COMMISSION BANCAIRE : COMMISSION BANCAIRE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DOSSIER DE DEMANDE D AUTORISATION PAR LA COMMISSION BANCAIRE : APPROCHES NOTATIONS INTERNES DU RISQUE DE CREDIT, APPROCHE DE MESURE AVANCÉE DU RISQUE OPÉRATIONNEL,

Plus en détail

Le traitement des engagements sur les PME dans Bâle II (CP3)

Le traitement des engagements sur les PME dans Bâle II (CP3) ÉTUDE Le traitement des engagements sur les PME dans Bâle II (CP3) Le contenu du nouvel accord de Bâle sur le ratio international de solvabilité bancaire, dont l entrée en vigueur est prévue pour la fin

Plus en détail

Risk Adjusted Return On Capital

Risk Adjusted Return On Capital Master gestion des risques Abdelkader Bousabaa 19 Novembre 2008 Historique Définition Historique Charles S. Sanford (Bankers Trust) Développement tardif en France État des lieux Historique Définition Définition

Plus en détail

REGLEMENT FINANCIER DE L ARRCO. (juin 2007)

REGLEMENT FINANCIER DE L ARRCO. (juin 2007) REGLEMENT FINANCIER DE L ARRCO (juin 2007) REGLEMENT FINANCIER DE L ARRCO PREAMBULE L Association pour le régime de retraite complémentaire des salariés (Arrco) a pour objet la mise en œuvre de l accord

Plus en détail

Mise en œuvre des IFRS dans la banque

Mise en œuvre des IFRS dans la banque Mise en œuvre des IFRS dans la banque Responsables financiers et comptables des institutions financières Experts Comptables Commissaires aux Comptes Comprendre les fondements des normes IFRS Savoir traiter

Plus en détail

EVALUATION DES CRÉDITS ACCORDÉS PAR LES BANQUES : NORMES IFRS ET RÉGLEMENTATION PRUDENTIELLE BÂLE II

EVALUATION DES CRÉDITS ACCORDÉS PAR LES BANQUES : NORMES IFRS ET RÉGLEMENTATION PRUDENTIELLE BÂLE II Réflexion EVALUATION DES CRÉDITS ACCORDÉS PAR LES BANQUES : NORMES IFRS ET RÉGLEMENTATION PRUDENTIELLE BÂLE II La première partie de cet article concerne les spécificités du bilan bancaire à l origine

Plus en détail

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III En date du 30 juin 2015 Table des matières 1. Champ d application... 2 Entité faisant la déclaration... 2 Cadre de travail pour la gestion

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 septembre 2014 (Instruction

Plus en détail

Capital réglementaire et capital économique

Capital réglementaire et capital économique MURIEL TIESSET Secrétariat général de la Commission bancaire Direction de la Surveillance générale du système bancaire Service des Études bancaires PHILIPPE TROUSSARD Secrétariat général de la Commission

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 juin 2014 (Instruction

Plus en détail

Les fonds propres de la société (en millions de dollars) déterminés selon les exigences de Bâle III sont :

Les fonds propres de la société (en millions de dollars) déterminés selon les exigences de Bâle III sont : Divulgation du 3 e pilier de Bâle au 30 juin 2015 Introduction L Industrielle Alliance, Fiducie inc. («IA Fiducie» ou «la société») est une société de fiducie et de prêt assujettie à la Loi sur les sociétés

Plus en détail

Les établissements de crédit et la communication financière

Les établissements de crédit et la communication financière Les établissements de crédit et la communication financière INTRODUCTION La montée récente de certains risques (risques-pays, risques sur les entreprises) a souligné l importance pour les grands groupes

Plus en détail

Table des matières. Remerciements 15

Table des matières. Remerciements 15 Pratiques et techniques bancaires 5 Table des matières Remerciements 15 1 Introduction 16 11 À l origine du métier de banquier 17 12 Intermédiation financière 18 121 Ménages 19 122 Entreprises 19 123 États

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 juin 2015 (Instruction

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 31 mars 2015 (Instruction

Plus en détail

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014)

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014) REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO (avril 2014) PREAMBULE REGLEMENT FINANCIER DE L AGIRC L Association générale des institutions de retraite des cadres (Agirc) a pour objet la mise en œuvre

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 septembre 2015 (Instruction

Plus en détail

Rapport sur le portefeuille de placements du FIDA pour le deuxième trimestre de 2011

Rapport sur le portefeuille de placements du FIDA pour le deuxième trimestre de 2011 Cote du document: EB 2011/103/R.35 Point de l ordre du jour: 12 d) Date: 10 août 2011 Distribution: Publique Original: Anglais F Rapport sur le portefeuille de placements du FIDA pour le deuxième trimestre

Plus en détail

En route vers Bâle III

En route vers Bâle III Sommaire Rappel de la réglementation Bâle II Un contexte de crise Présentation de la réforme Le volet liquidité Exemples d interventions Rappel de la réglementation Bâle II 3 piliers Pilier I : l'exigence

Plus en détail

RENCONTRE DES BANQUES MAGHREBINES SUR : «LE RISQUE BANCAIRE ET LES REGLES DE BALE II» Projet de mise en place de Bâle2 dans une structure de Crédit-bail Présentation de CASSIOPAE Leader de niche depuis

Plus en détail

Links Consulting. Support de présentation. L expertise métier au service de la transformation et de la performance

Links Consulting. Support de présentation. L expertise métier au service de la transformation et de la performance Links Consulting L expertise métier au service de la transformation et de la performance Support de présentation Dans quels domaines nos experts de la transformation accompagneront votre entreprise à vos

Plus en détail

Exercice 3 du cours Management Bancaire : «Risque de crédit et scoring»

Exercice 3 du cours Management Bancaire : «Risque de crédit et scoring» Exercice 3 du cours Management Bancaire : «Risque de crédit et scoring» Ce cas a pour objectif d étudier le risque de crédit d une entreprise à l aide de la méthode du scoring. Cette méthode statistique

Plus en détail

HSBC SFH (France) Rapport sur la qualité des actifs au 30 Juin 2014

HSBC SFH (France) Rapport sur la qualité des actifs au 30 Juin 2014 HSBC SFH (France) Rapport sur la qualité des actifs au 30 Juin 2014 1 I. Prêts garantis 1) Répartition par catégories de créance, par types de contrepartie et par types de garantie : Date des données :

Plus en détail

Les Cahiers du CREF ISSN: 1707-410X

Les Cahiers du CREF ISSN: 1707-410X Les Cahiers du CREF ISSN: 1707-410X Risque de crédit : Une approche avancée Christian Gouriéroux André Tiomo CREF 07-05 Avril 2007 Copyright 2007. Christian Gouriéroux, André Tiomo Tous droits réservés

Plus en détail

Formation «Les états COREP : risques de crédit»

Formation «Les états COREP : risques de crédit» Adapté Bâle III Formation «Les états COREP : risques de crédit» REFERENCE : 409 1. Objectif général Permettre à tout participant de se familiariser avec les états COREP relatifs au risque de crédit. Comprendre

Plus en détail

RISQUES BANCAIRES ET ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

RISQUES BANCAIRES ET ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL RISQUES BANCAIRES ET ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL La stabilité et la solvabilité du système bancaire sont une condition sine qua non pour le bon fonctionnement du système financier. Afin d adapter et d

Plus en détail

Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier. 31 décembre 2014

Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier. 31 décembre 2014 Dispositif de Bâle III Divulgation obligatoire en vertu du troisième pilier 31 décembre 2014 Portée de l application Le dispositif de Bâle III fixe en matière de capitaux propres un cadre international

Plus en détail

États financiers condensés consolidés. du premier trimestre 2015. Aux 31 mars 2015 et 2014

États financiers condensés consolidés. du premier trimestre 2015. Aux 31 mars 2015 et 2014 Industrielle Alliance, Assurance et services financiers inc. États financiers condensés consolidés du premier trimestre 2015 Aux 31 mars 2015 et 2014 SRM158-1(15-03) PDF Ces états financiers consolidés

Plus en détail

Les limites du ratio Bâle II

Les limites du ratio Bâle II Les limites du ratio Bâle II Table des matières I. Introduction... 3 II. De Bâle I à Bâle II... 4 A. Présentation du ratio Bâle I... 4 B. Les limites du ratio Bâle I... 5 C. Le ratio Bâle II... 5 1. Pilier

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 19 mars 2014 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

Dans le cadre du projet régional portant sur le logement abordable et le financement de l habitat.

Dans le cadre du projet régional portant sur le logement abordable et le financement de l habitat. Dans le cadre du projet régional portant sur le logement abordable et le financement de l habitat. Le Ministère de l Economie et des Finances Direction du Trésor et des Finances Extérieures La Banque Mondiale

Plus en détail

La surveillance prudentielle des institutions de dépôt

La surveillance prudentielle des institutions de dépôt La surveillance prudentielle des institutions de dépôt Journée des carrières de PRMIA Montréal Présentée par : Gouro Sall Diagne Mardi 17 mars 2015 Autorité des marchés financiers AGENDA L AUTORITÉ DES

Plus en détail

Politique de placement de l encaisse

Politique de placement de l encaisse Politique de placement de l encaisse SERVICE DES FINANCES Division du budget et de la planification financière Date d approbation : N o de résolution : 2013-05-21 CA-2013-0188 Date de modification : N

Plus en détail

C n 8/G/2010 Rabat, le 31 décembre 2010

C n 8/G/2010 Rabat, le 31 décembre 2010 C n 8/G/2010 Rabat, le 31 décembre 2010 Circulaire relative aux exigences en fonds propres pour la couverture des risques de crédit, de marché et opérationnels selon les approches internes aux établissements

Plus en détail

Forum ESSEC «Questionner la crise»

Forum ESSEC «Questionner la crise» Forum ESSEC «Questionner la crise» Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle Mer cr edi 17 décembr e 2008 Changement de business model des banques Quel est le business

Plus en détail

risque de crédit LEO Abdelkader BOUDRIGA 20AA

risque de crédit LEO Abdelkader BOUDRIGA 20AA 1 Les modèles d évaluation du risque de crédit LEO Abdelkader BOUDRIGA 20AA 2 Partie I : Les modèles de risque de crédit 3 4 Les modèles de risque de crédit CreditCreditMetrics (JPMorgan) CreditRisk+ (Credit

Plus en détail

CIC INFORMATIONS RELATIVES AU PILIER 3 DE BALE II EXERCICE

CIC INFORMATIONS RELATIVES AU PILIER 3 DE BALE II EXERCICE CIC INFORMATIONS RELATIVES AU PILIER 3 DE BALE II EXERCICE 2010 Informations sur les risques du ratio de solvabilité Gestion des risques... 3 Composition des fonds propres... 4 Adéquation du capital...

Plus en détail

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III En date du 30 septembre 2014 Table des matières 1. Champ d application... 2 Entité faisant la déclaration... 2 Cadre de travail pour

Plus en détail

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II?

Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Comment piloter une entreprise d assurance IARD sous Solvabilité II? Journées IARD de l Institut des Actuaires Les nouveaux défis de l assurance IARD liés à Solvabilité II 11 avri l 2012 Gildas Robert,

Plus en détail

Typologie des risques Mesure de risques Aspects statistiques; risques multivariés. Bauer & Isidor Shteto, CACIB, séances 6 8)

Typologie des risques Mesure de risques Aspects statistiques; risques multivariés. Bauer & Isidor Shteto, CACIB, séances 6 8) Plan du cours 1 Introduction, mesure de risques (P. Tankov, UPD, séances 1 3) Typologie des risques Mesure de risques Aspects statistiques; risques multivariés 2 Réglementation (M. Benlaribi, Deloitte,

Plus en détail

Guide de l investisseur

Guide de l investisseur Guide de l investisseur SOMMAIRE 2 LES PRINCIPES D INVESTISSEMENT 5 LES DIFFÉRENTES FORMES D INVESTISSEMENT 6 Les obligations 16 Les actions 24 Les fonds d investissement 36 Les produits dérivés 42 Les

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE

COMMISSION EUROPÉENNE COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 29.04.2009 C(2009)3053 final Objet: Aide d'etat N 677/b/2007 France Méthode de calcul de l équivalent-subvention brut (ESB) pour les aides sous forme de garantie publique

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Nouvel accord de Bâle sur les fonds propres. Document soumis à consultation

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Nouvel accord de Bâle sur les fonds propres. Document soumis à consultation Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Document soumis à consultation Nouvel accord de Bâle sur les fonds propres Pour commentaires jusqu au 31 juillet 2003 Avril 2003 Sommaire Partie 1 : Champ d application...

Plus en détail

Guide de l investisseur

Guide de l investisseur Guide de l investisseur Sommaire 2 Les principes d investissement 5 Les différentes formes d investissement 6 Les obligations 16 Les actions 24 Les fonds d investissement 36 Les produits dérivés 42 Les

Plus en détail

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014 BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION 31 décembre 2014 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

LA GESTION FINANCIERE ET COMPTABLE DE L ORDRE

LA GESTION FINANCIERE ET COMPTABLE DE L ORDRE LA GESTION FINANCIERE ET COMPTABLE DE L ORDRE L ingénierie financière au service des Carpa et des ordres Rapport de Monsieur Pierre VERINE Conseiller en investissement financier Session de formation Meaux

Plus en détail

>> Convergence des IFRS et de Bâle 3

>> Convergence des IFRS et de Bâle 3 >> Convergence des IFRS et de Bâle 3 Quelles solutions pour réduire la procyclicité? Caroline Versigny, Manager Christian Noyer Paris-Europlace Financial Forum de New York : «Dans le domaine des normes

Plus en détail

Fabrice Jean-François, Consultant Manager. Mars 2006. BALE II : contexte et contraintes IT.

Fabrice Jean-François, Consultant Manager. Mars 2006. BALE II : contexte et contraintes IT. Fabrice Jean-François, Consultant Manager. Mars 2006 BALE II : contexte et contraintes IT. Le chantier Bâle II, normalisé par les accords éponymes, est au cœur des préoccupations des banques. D ici le

Plus en détail

Groupe CIC 31 décembre 2008. 26 Février 2009. Résultats 2008 :

Groupe CIC 31 décembre 2008. 26 Février 2009. Résultats 2008 : 26 Février 2009 Résultats 2008 : Informations financières spécifiques (basées sur les recommandations du Forum de Stabilité Financière en matière de transparence financière) Expositions sensibles basées

Plus en détail

Le CIC en 2013 Performance de l activité commerciale, croissance des résultats et solidité financière

Le CIC en 2013 Performance de l activité commerciale, croissance des résultats et solidité financière COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 février 2014 Le CIC en 2013 Performance de l activité commerciale, croissance des résultats et solidité financière Résultats au 31 décembre 2013 Produit net bancaire 4

Plus en détail

Bâle II. Changements en cours. Janvier 2010

Bâle II. Changements en cours. Janvier 2010 Bâle II Changements en cours Janvier 2010 Sommaire Renforcer de la résistance du secteur bancaire Les raisons des changements. Les fonds propres. Risque de contrepartie. Introduction d un ratio de levier

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIETE GENERALE SCF

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIETE GENERALE SCF PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) SOCIETE GENERALE SCF Société Anonyme au capital de 150.000.000 euros Siège social : 17, cours Valmy - 92800 PUTEAUX 479

Plus en détail

Société Générale SCF Société Anonyme au capital de 150.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy - 92800 PUTEAUX 479 755 480 RCS NANTERRE

Société Générale SCF Société Anonyme au capital de 150.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy - 92800 PUTEAUX 479 755 480 RCS NANTERRE Société Générale SCF Société Anonyme au capital de 150.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy - 92800 PUTEAUX 479 755 480 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 juin 2015 (Instruction

Plus en détail

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III

Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III Banque Rogers Informations à communiquer au titre du troisième pilier de Bâle III En date du 31 mars 2014 Table des matières APERÇU DU DOCUMENT... 3 ENTITÉ FAISANT LA DÉCLARATION... 3 GESTION DES RISQUES

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Lettre d information aux porteurs de parts du FCP INTRINSEQUE FLEXIBLE

Lettre d information aux porteurs de parts du FCP INTRINSEQUE FLEXIBLE 3, rue Boudreau 75009 PARIS Tél +33 (0)1 44 94 29 24 / Fax +33 (0)1 44 94 23 35 Paris, le 19/6/2013 Lettre d information aux porteurs de parts du FCP INTRINSEQUE FLEXIBLE Part I : FR0010758722 / Part P

Plus en détail

A la recherche de rendement. Les obligations Haut Rendement. Animé par : Pierre WROBEL, Spécialiste Produit. Juin 2014

A la recherche de rendement. Les obligations Haut Rendement. Animé par : Pierre WROBEL, Spécialiste Produit. Juin 2014 A la recherche de rendement Les obligations Haut Rendement Animé par : Pierre WROBEL, Spécialiste Produit Juin 2014 Des taux historiquement bas Un taux allemand à 10 ans aujourd hui inférieur à 2 % < 2

Plus en détail

Société Générale SCF Société Anonyme au capital de 150.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy - 92800 PUTEAUX 479 755 480 RCS NANTERRE

Société Générale SCF Société Anonyme au capital de 150.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy - 92800 PUTEAUX 479 755 480 RCS NANTERRE Société Générale SCF Société Anonyme au capital de 150.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy - 92800 PUTEAUX 479 755 480 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 31 mars 2014 (Instruction

Plus en détail

Banque le Choix du Président

Banque le Choix du Président Page 1 de 15, Banque le Choix du Président INFORMATIONS À FOURNIR AU TITRE DU 3 e PILIER DE L ACCORD DE BÂLE III 30 septembre 2014 Page 2 de 15 Table des matières Table des matières... 2 TABLEAU 1 APERÇU

Plus en détail

États financiers condensés consolidés

États financiers condensés consolidés États financiers condensés consolidés Aux 30 septembre 2014 et 2013 Ces états financiers consolidés intermédiaires n'ont pas été soumis à l'examen de l'auditeur indépendant SRM158-1(14-03) Votre partenaire

Plus en détail

Communication des règlements financiers de l Agirc et de l Arrco datés d avril 2014

Communication des règlements financiers de l Agirc et de l Arrco datés d avril 2014 Le 10/04/2014 CIRCULAIRE 2014-7 - DF Objet : Communication des règlements financiers de l Agirc et de l Arrco datés d avril 2014 Madame, Monsieur le directeur, Les règlements financiers, dans leur version

Plus en détail

Crises bancaires et financières: causes, effets et politiques de prévention et de régulation. Plan

Crises bancaires et financières: causes, effets et politiques de prévention et de régulation. Plan Crises bancaires et financières: causes, effets et politiques de prévention et de régulation Paul Reding Beyrouth, Mai 2013 www.unamur.be Plan Partie I : Les crises bancaires Les crises financières: aperçu

Plus en détail

L exposition au risque de contrepartie sous Bâle III. Focus sur EEPE & CVA. Éclairage, par Harwell Management

L exposition au risque de contrepartie sous Bâle III. Focus sur EEPE & CVA. Éclairage, par Harwell Management L exposition au risque de sous Bâle III Focus sur EEPE & CVA Éclairage, par Harwell Management 1 Table des Matières Grises L exposition au risque de sous Bâle III Focus sur EEPE & CVA En quelques mots

Plus en détail

RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DES OFFICES MUNICIPAUX D HABITATION DU QUÉBEC

RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DES OFFICES MUNICIPAUX D HABITATION DU QUÉBEC RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DES OFFICES MUNICIPAUX D HABITATION DU QUÉBEC POLITIQUE DE PLACEMENT RELATIVE AUX ACTIFS DU RÉGIME DE RETRAITE Février 1998 Mise à jour : Revue en septembre

Plus en détail

Banque le Choix du Président

Banque le Choix du Président Page 1 de 15 # Banque le Choix du Président INFORMATIONS À FOURNIR AU TITRE DU 3 e PILIER DE L ACCORD DE BÂLE III 31 mars 2014 Page 2 de 15 Table des matières Table des matières... 2 TABLEAU 1 APERÇU ET

Plus en détail

Banque le Choix du Président

Banque le Choix du Président Page 1 de 15 Banque le Choix du Président INFORMATIONS À FOURNIR AU TITRE DU 3 e PILIER DE L ACCORD DE BÂLE III 30 juin 2014 Page 2 de 15 Table des matières Table des matières... 2 TABLEAU 1 APERÇU ET

Plus en détail

Obligation structurée

Obligation structurée Obligation structurée Introduction Une obligation structurée, également connue sous la dénomination de Structured Note, a les caractéristiques principales d une obligation : un émetteur, une durée déterminée,

Plus en détail

Disponible du 26 mai au 16 septembre 2014 (dans la limite de l enveloppe disponible, soit 5 millions d euros)

Disponible du 26 mai au 16 septembre 2014 (dans la limite de l enveloppe disponible, soit 5 millions d euros) Aréalys Support présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Un objectif de gain de 6 % (nets de frais de gestion annuels)* par année écoulée grâce à l indice CAC 40 À l échéance

Plus en détail

Table des matières. Les auteurs Préface 17 Avant-propos 19

Table des matières. Les auteurs Préface 17 Avant-propos 19 Table des matières Les auteurs 15 Préface 17 Avant-propos 19 Chapitre 1 Circuit économique et indicateurs macroéconomiques 1. La finance et les marchés dans le circuit économique 1.1. La notion de circuit

Plus en détail

Revue de l approche IRB par l EBA : les impacts sur le dispositif de notation Etat des lieux des premières publications

Revue de l approche IRB par l EBA : les impacts sur le dispositif de notation Etat des lieux des premières publications Revue de l approche IRB par l EBA : les impacts sur le dispositif de notation Etat des lieux des premières publications Equinox-Cognizant Contexte Vers une harmonisation des méthodes de calcul de RWA à

Plus en détail

Instruments financiers

Instruments financiers FR 20130311 Instruments financiers 1. Les obligations Il s agit de titres à revenu fixe, remboursables à l échéance finale, à un prix connu au moment de l émission (sauf pour les emprunts avec options

Plus en détail

ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION

ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION ANNEE 2011 1 ANANTA PATRIMOINE S.A. (Genève) est une société de gestion affiliée à l O.A.R.G. (Organisme d Autorégulation des Gérants de patrimoine) sous le numéro d agrément

Plus en détail

BANQUEmagazine. La mesure du risque opérationnel des sociétés de valorisation d Opcvm. Recherche

BANQUEmagazine. La mesure du risque opérationnel des sociétés de valorisation d Opcvm. Recherche BANQUEmagazine L A RÉFÉRENCE DES PROFESSIONNELS DE LA BANQUE www.revue-banque.fr. Recherche La mesure du risque opérationnel des sociétés de valorisation d Opcvm F RANÇOIS L ONGIN Directeur de la recherche

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT)

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) Portefeuille de trésorerie de l Université d Ottawa Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) 1. But L Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie

Plus en détail

Le Risque de Crédit Bancaire

Le Risque de Crédit Bancaire Le Risque de Crédit Bancaire Christian Turbé Haute Ecole de Gestion de Genève Finance et gestion des Risques Plan Du Cours Introduction Le besoin de financement de l Entreprise Les grands types de crédit

Plus en détail

Gestion de la valeur et des risques

Gestion de la valeur et des risques 62 Gestion de la valeur et des risques Vision Les risques sont inhérents à l entreprise. Une gestion effective des risques doit contribuer à une création de valeur durable pour les actionnaires, les clients,

Plus en détail

Examen de Gestion des Risques Financiers

Examen de Gestion des Risques Financiers Examen de Gestion des Risques Financiers Thierry Roncalli 4 janvier 2012 Merci de rédiger entièrement vos réponses. 1 Les réglementations Bâle II et Bâle III 1. Quelles sont les principales différences

Plus en détail

Directives de placement

Directives de placement Directives de placement Valables dès le 1 er novembre 2014 Page 1 de 12 Directives de placement Les directives de placement suivantes sont édictées sur la base de l art. 12, al. 4 des statuts de VZ Fondation

Plus en détail

Table des matières. Section 1. Bâle I, Bâle II, Bâle III : même combat... 3

Table des matières. Section 1. Bâle I, Bâle II, Bâle III : même combat... 3 Table des matières Introduction.... 1 Chapitre 1 De quoi s agit-il?.... 3 Section 1. Bâle I, Bâle II, Bâle III : même combat.... 3 Section 2. Pourquoi les banques?.... 3 1. Protéger les épargnants....

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014. Société de gestion : AVENIR FINANCE INVESTMENT MANAGERS

AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014. Société de gestion : AVENIR FINANCE INVESTMENT MANAGERS AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL Exercice clos le 31 décembre 2014 Code ISIN : Part B : FR0010789784 Part C : FR0010800300 Dénomination : AFIM EONOS 5 Forme juridique : FCP de droit français Compartiments/nourricier

Plus en détail

Annexes Financières. au 30 juin 2008. Août 2008

Annexes Financières. au 30 juin 2008. Août 2008 Annexes Financières au 30 juin 2008 Août 2008 1 Présentation du résultat RBE = Produit Net d Assurance Frais = le résultat opérationnel comptable hors effet des marchés sur le portefeuille trading plus-values

Plus en détail

Le dispositif de Bâle II : rôle et mise en oeuvre du pilier 2

Le dispositif de Bâle II : rôle et mise en oeuvre du pilier 2 Le dispositif de Bâle II : rôle et mise en oeuvre du pilier 2 PIERRE-YVES THORAVAL Secrétariat général de la Commission bancaire Amorcées à la fi n des années quatre-vingt-dix sous l égide du Comité de

Plus en détail

Systèmes de garantie hypothécaire: Problèmatique et pratiques internationales

Systèmes de garantie hypothécaire: Problèmatique et pratiques internationales LE FONDS D ASSURANCE HYPOTHÉCAIRE DAMANE ASSAKANE : RETOUR D EXPERIENCE ET PERSPECTIVES FUTURES Atelier International du Ministère de l Economie et des Finances avec le concours de la Banque Mondiale et

Plus en détail

5- Valorisation de la dette et structures des taux d'intérêt

5- Valorisation de la dette et structures des taux d'intérêt 5- Valorisation de la dette et structures des taux d'intérêt Objectif : Présenter : 1.Évaluation d'obligation 2.Rendement actuariel (rendement à l'échéance) 3.Risque de taux 4.Structure par termes des

Plus en détail

Politique de gestion des swaps du gouvernement du Canada

Politique de gestion des swaps du gouvernement du Canada Politique de gestion des swaps du gouvernement du Canada Table des matières 1. Objet de la politique...1 2. Objet du programme de swaps...1 3. Gouvernance...1 4. Documentation...1 5. Instruments autorisés...2

Plus en détail

I - RAPPORT D ACTIVITE SEMESTRIEL AU 30 JUIN 2015

I - RAPPORT D ACTIVITE SEMESTRIEL AU 30 JUIN 2015 I - RAPPORT D ACTIVITE SEMESTRIEL AU 30 JUIN 2015 1. Présentation des Etats financiers Les comptes consolidés semestriels résumés du Crédit Agricole d Ile-de-France ont été établis conformément aux normes

Plus en détail

JPMorgan Investment Funds Income Opportunity Fund

JPMorgan Investment Funds Income Opportunity Fund JPMorgan Investment Funds Income Opportunity Fund Un placement obligataire flexible et une exposition pilotée aux taux d intérêt Insight + Process = Results Sortir de la gestion obligataire classique Après

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL 1 ER SEMESTRE 2010

RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL 1 ER SEMESTRE 2010 CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHONE ALPES SOCIETE COOPERATIVE A CAPITAL ET PERSONNEL VARIABLES Au capital actuel de 70 658 206, 25 EUROS Siège social : 15-17 rue Paul Claudel 38100 GRENOBLE

Plus en détail

Annexes Financières. au 30 juin 2010

Annexes Financières. au 30 juin 2010 Annexes Financières au 30 juin 2010 Septembre 2007 Présentation du résultat : passage du résultat opérationnel au RBE La décomposition du résultat à partir d un RBE jusqu au résultat net publié permet

Plus en détail

ats sulta rés Groupe Crédit Mutuel presse 16 mars 2011

ats sulta rés Groupe Crédit Mutuel presse 16 mars 2011 ats sulta rés Conférence de presse 16 mars 2011 Groupe Crédit Mutuel Résultats 2009 24 mars 2010 les chiffres clés 2010 utue el Créd dit M Variation annuelle Résultat net 3 026 M +61% Résultat net part

Plus en détail