Economie Nationale. La politique de la Suisse envers les Réfugiés pendant la seconde guerre mondiale. Samuel Bendahan

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Economie Nationale. La politique de la Suisse envers les Réfugiés pendant la seconde guerre mondiale. Samuel Bendahan"

Transcription

1 Economie Nationale La politique de la Suisse envers les Réfugiés pendant la seconde guerre mondiale Samuel Bendahan "Neutres dans les grandes révolutions des Etats qui les environnaient, les Suisses s'enrichirent des malheurs d'autrui et fondèrent une banque sur les calamités humaines" Chateaubriand Economie Nationale - Politique Suisse envers les réfugiés 1

2 Sommaire 1 - Introduction Présentation générale Bibliographie 2 - Faits historiques Présentation générale des faits historiques importants concernant la thématique de la politique Suisse envers les réfugiés pendant la deuxième guerre mondiale 3 - Prise de position sur le comportement de la Suisse Le contexte: Personnages importants, Antisémitisme Les refoulements: incitatifs, capacité d'accueil, volontés politiques Le tampon "J": provenance, raisons et torts 4 - Conclusion Quelle culpabilité pour notre pays dans cette affaire? Economie Nationale - Politique Suisse envers les réfugiés 2

3 Bibliographie Voici les quelques sources sur lesquelles se base cet exposé. Ces livres et documents expriment des points de vues différents sur la thématique de la Suisse pendant la seconde guerre mondiale Commission Indépendante d'experts Suisse - Seconde Guerre Mondiale, le deuxième Rapport Bergier: La suisse et les réfugiés à l'époque du nationalsocalisme, 1999 A Weill, K Grünberg, A propos du débat sur l'histoire, 1997 A Weill, K Grünberg, de l'ueberfremdung à la politique des trois cercles ou les métamorphoses d'une idée fixe, 1997 H Jost, Le salaire des Neutres, 1998 A Lasserre, La Suisse des années sombres, 1989 Economie Nationale - Politique Suisse envers les réfugiés 3

4 Bibliographie J Mauroux, Du bonheur d'être Suisse sous Hitler, mai 68 J Lambelet, Evaluation critique du Rapport Bergier sur "la suisse et les réfugiés à l'époque du national-socialisme" J Lambelet, Le Mobbing d'un Petit Pays, 1999 Economie Nationale - Politique Suisse envers les réfugiés 4

5 Faits historiques En 1930, les juifs constituent 0.44% de la population suisse, dont plus de la moitié étaient suisses, et déjà les peurs "d'enjuivement" étaient là Le 2 août, Hitler devient président du Reich. Le 19 août, coup d'état. L'établissement de la dictature est plébiscité par 90% de oui En mars, les autorités suisses ont engagé celles du Reich à marquer d'un tampon bien visible les passeports des Juifs allemands afin de pouvoir distinguer les voyageurs juifs des autres facilement Le 12 mars, l'annexion de l'autriche (Anschluss) provoque un afflux massif de réfugiés juifs le 3 octobre, le Conseil fédéral ratifie à l'unanimité l'introduction du tampon "J" sur les passeports juifs. Economie Nationale - Politique Suisse envers les réfugiés 5

6 Faits historiques er septembre, début de la seconde guerre mondiale Le 17 octobre, Arrêté fédéral modifiant les prescriptions sur la police des étrangers fin été, Le Führer ordonne l'extermination physique des juifs, solution finale août, le Conseil fédéral décide le durcissement de la politique envers les réfugiés suite à leur afflux massif. (Application plus stricte de l'arrêté du 17 octobre) juillet, instructions plus souples concernant les réfugiés. Economie Nationale - Politique Suisse envers les réfugiés 6

7 Faits historiques Bilan de la deuxième guerre mondiale, victimes juives du nazisme, selon Hilberg 5'100'000 victimes Dont 3'000'000 en Pologne et 700'000 en URSS Cause de décès: Ghettoïsation et privations: 800'000 Fusillades à ciel ouvert: 1'300'000 Camps: 3'000'000, dont 1'000'000 à Auschwitz Selon l'encyclopedia of the Holocaust 5'860'000 victimes Dont 3'000'000 en Pologne et 1'100'000 en URSS Economie Nationale - Politique Suisse envers les réfugiés 7

8 Contexte historique Personnages importants: H. Rothmund ( ). Etudes de droit à Berne, Zurich et Leipzig; chef de 1929 à 1961 de la division de la police du département de Justice et Police, comprenant entre autres la police fédérale des étrangers. E. von Steiger ( ). Etudes de droit à Genève, Leipzig et berne. Elu conservateur au Grand Conseil bernois de 1914 à 1939; conseiller fédéral du Parti des paysans, artisans et bourgeois de 1941 à 1951, chef du DFJP. R. Jezler ( ). Etudes de droit; adjoint puis suppléant du chef de la section de police du DFJP. M. Pilet-Golaz ( ). Avocat à Lausanne, atteint le grade de lieutenant-colonel élu radical au Grand Conseil en 1921, puis au Conseil national en 1925: conseiller fédéral de 1929 à 1944, chef du département politique de 1940 à Economie Nationale - Politique Suisse envers les réfugiés 8

9 Contexte historique L'antisémitisme était déjà présent tôt dans la population Suisse. Il s'agissait en particulier d'un antisémitisme latent, activé par la présence de réfugiés, la propagande et le comportement des autorités. Les diverses craintes de la population: les juifs ne s'assimilent pas, ils profitent des ressources qui manquent aux Suisses, ils risquent de déclencher une attaque allemande si on les accueille. Ces préjugés et pensées générales sont fausses. Economie Nationale - Politique Suisse envers les réfugiés 9

10 Les refoulements Définition du Grand Larousse: Refouler v. t. (conj 3). 1. Repousser qqn, un groupe, les faire reculer par la force ou les empêcher de passer qqpart, de pénétrer dans un lieu, notamment dans un pays: refouler les immigrants à la frontière Concrètement, en Suisse pendant cette période, les refoulements se sont produits ainsi: blocage de l'accès au pays, raccompagnement des refoulés à leur lieu de passage, ou remise aux frontières du pays d'ou ils viennent. La politique Suisse en matière de refoulements des réfugiés pendant cette période est un élément important de la politique de ce pays envers ces derniers. Economie Nationale - Politique Suisse envers les réfugiés 10

11 Les refoulements Thèses Bien que la Suisse ne soit en rien responsable de l'holocauste et du comportement inhumain des nazis, La Suisse a eu une politique envers les réfugiés plus restrictive qu'elle ne pouvait se le permettre Les élites gouvernementales responsables de la politique envers les réfugiés étaient au courant du sort qui attendait ces derniers et ont tout de même durci leur législation, envoyant des milliers de personnes à une mort certaine, si ce n'est pire... Ces élites, soit en particulier E. von Steiger, H. Rothmund, et le Conseil fédéral - qui a approuvé cette politique - ainsi qu'un grand nombre de mouvements politiques ont fait preuve d'un antisémitisme et d'un opportunisme inacceptables. Economie Nationale - Politique Suisse envers les réfugiés 11

12 Le tampon "J" Thèses En 1938, il a été décidé qu'un tampon soit apposé sur les passeports des Juifs Allemands. Au sujet de ce tampon "J", entouré d'un cercle d'environ 2 cm de diamètre, Peu importe qui, des Allemands ou des Suisses ont eu l'idée ou ont proposé concrètement cette "solution" discriminatoire, le fait est que les deux parties l'ont accepté. Les Allemands n'ont pas fait pression sur les Suisses dans ce domaine. Le tampon "J" est un signe évident de l'antisémitisme des dirigeants de notre pays, de sa collaboration et de son opportunisme. Ils ont en effet distingué une ethnie par rapport aux autres dans leur politique, et discriminé les Juifs. Sans le "J", il aurait été possible à un grand nombre de victimes du nationalsocialisme d échapper à leur persécution (des nazis) en transitant par la Suisse, ou par d autres pays. (Tiré de la conclusion du 2ème rapport Bergier) Economie Nationale - Politique Suisse envers les réfugiés 12

13 Conclusions Quelle culpabilité pour notre pays dans ce domaine? 1) Ne déplaçons pas le débat: Soyons tous conscients que la Suisse n'est pas responsable de l'holocauste. Le fait (véridique) que des personnes profitent de la polémique actuelle autour de ce débat ne constitue pas une raison valable d'essayer de modifier notre histoire. Les discussions sans terme sur les chiffres exacts, sur la provenance des idées déplacent, elles aussi, le débat, alors que ce qui est fondamental est l'étude des volontés politiques des Suisses (et des autres) à cette époque. L'éternelle comparaison entre la Suisse et les autres pays pendant cette période n'est pas pertinente pour juger son attitude. C'est bien un comportement absolu et non relatif aux autres qu'il faut étudier. Economie Nationale - Politique Suisse envers les réfugiés 13

14 Conclusions Quelle culpabilité pour notre pays dans ce domaine? 2) Nous ne sommes pas, aujourd'hui, responsables de notre passé En effet nous ne pouvons pas répondre des actes d'autres personnes que nous mêmes, ainsi ne devons pas nous sentir insultés lorsque l'on critique notre histoire, c'est bien d'autres personnes qu'il s'agit. 3) Par contre, si aujourd'hui nous n'agissons pas mieux, alors nous sommes coupables Mais la politique d'aujourd'hui envers les réfugiés est un autre débat. Toutefois, même si nous vivons dans un tout autre monde, un certain nombre de traces ont été laissées par les dirigeants Suisses de l'époque dans nos législations actuelles sur la question. Economie Nationale - Politique Suisse envers les réfugiés 14

Identifier l antisémitisme et le racisme

Identifier l antisémitisme et le racisme 47 29 ANNExE A2 Identifier l antisémitisme et le racisme Glossaire sur l Holocauste Exemple de représentation graphique Coupons de mots reliés à l Holocauste Glossaire de l élève Centre commémoratif de

Plus en détail

Revue sur le réaménagement des effectifs. Direction générale de la vérification et de l'évaluation

Revue sur le réaménagement des effectifs. Direction générale de la vérification et de l'évaluation Revue sur le réaménagement des effectifs Direction générale de la vérification et de l'évaluation Février 2014 Dates importantes Première conférence (note de lancement) Juin 2012 Plan de vérification envoyé

Plus en détail

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio.

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Mode d emploi du cours audio REUSSIR Tout d abord, félicitations pour l achat de ce cours et pour la décision

Plus en détail

De l Aide aux Suisses à l étranger à la Fondation pour les enfants suisses à l étranger Rétrospective sur 90 ans d une oeuvre d entraide en mutation

De l Aide aux Suisses à l étranger à la Fondation pour les enfants suisses à l étranger Rétrospective sur 90 ans d une oeuvre d entraide en mutation De l Aide aux Suisses à l étranger à la Fondation pour les enfants suisses à l étranger Rétrospective sur 90 ans d une oeuvre d entraide en mutation Depuis plus de 90 ans, la Fondation pour les enfants

Plus en détail

Bulgarie Chypre Estonie Hongrie Lettonie Lituanie Pologne République tchèque République slovaque Roumanie Slovénie Turquie

Bulgarie Chypre Estonie Hongrie Lettonie Lituanie Pologne République tchèque République slovaque Roumanie Slovénie Turquie Réfugiés somaliens au Centre d évacuation et de transit situé en Roumanie. Cette structure accueille à titre temporaire des réfugiés qui ont besoin d être évacués sur-le-champ. Bulgarie Chypre Estonie

Plus en détail

LES INTÉRÊTS MORATOIRES ET RÉMUNÉRATOIRES EN MATIÈRE DE TVA Un essai de clarification

LES INTÉRÊTS MORATOIRES ET RÉMUNÉRATOIRES EN MATIÈRE DE TVA Un essai de clarification LES INTÉRÊTS MORATOIRES ET RÉMUNÉRATOIRES EN MATIÈRE DE Un essai clarification ALEXANDRE SADIK OLIVIER COMMENT La question s intérêts s et s en matière taxe sur la valeur ajoutée (), touchant nombreux

Plus en détail

Les affiches de propagande

Les affiches de propagande Art graphique Les affiches de propagande On définit la propagande comme l ensemble des mesures prises pour répandre une idée, pour agir sur la perception d un événement, pour influencer voire manipuler

Plus en détail

Prisons de Lyon 2089 W 1 86 1941-1993. Versement de la Direction de l administration pénitentiaire

Prisons de Lyon 2089 W 1 86 1941-1993. Versement de la Direction de l administration pénitentiaire Prisons de Lyon 2089 W 1 86 1941-1993 Versement de la Direction de l administration pénitentiaire Répertoire numérique des versements 3678 W et 2089 W par Frédérique Murgia Janvier 2001 Revu en septembre

Plus en détail

Elles sont issues du Code de déontologie et du Code de procédure civile.

Elles sont issues du Code de déontologie et du Code de procédure civile. I. REGLES PREALABLES A L'EXPERTISE.- Elles sont issues du Code de déontologie et du Code de procédure civile. 1. Le secret professionnel, institué dans l'intérêt des malades, s'impose à tout médecin dans

Plus en détail

PROJET DE TRIBUNAL DU BREVET COMMUNAUTAIRE EUROPÉEN PRISE DE POSITION DU CCBE CONCERNANT L ARTICLE 28 REPRÉSENTATION

PROJET DE TRIBUNAL DU BREVET COMMUNAUTAIRE EUROPÉEN PRISE DE POSITION DU CCBE CONCERNANT L ARTICLE 28 REPRÉSENTATION PROJET DE TRIBUNAL DU BREVET COMMUNAUTAIRE EUROPÉEN PRISE DE POSITION DU CCBE CONCERNANT L ARTICLE 28 REPRÉSENTATION Projet de tribunal du brevet communautaire européen Prise de position du CCBE concernant

Plus en détail

La libre circulation des personnes renforce la place économique suisse

La libre circulation des personnes renforce la place économique suisse Département fédéral de l économie DFE Secrétariat d Etat à l économie SECO Note de discussion Date 26 mai 2011 La libre circulation des personnes renforce la place économique suisse Serge Gaillard, Chef

Plus en détail

VÉRIFICATION DE L INTÉGRITÉ DE L INFORMATION DU SYSTÈME HERMÈS FINANCES RAPPORT. Juin 2011

VÉRIFICATION DE L INTÉGRITÉ DE L INFORMATION DU SYSTÈME HERMÈS FINANCES RAPPORT. Juin 2011 VÉRIFICATION DE L INTÉGRITÉ DE L INFORMATION DU SYSTÈME HERMÈS FINANCES RAPPORT Juin 2011 PRÉPARÉ PAR LA DIRECTION GÉNÉRALE DE LA VÉRIFICATION INTERNE (DGVI) Projet no : 2011-08 AGENCE DE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

CLAIMS RESOLUTION TRIBUNAL

CLAIMS RESOLUTION TRIBUNAL CLAIMS RESOLUTION TRIBUNAL [Seule la version originale en langue anglaise fait foi] dans le cadre du Holocaust Victim Assets Litigation Affaire Numéro CV96-4849 Décision d attribution certifiée en faveur

Plus en détail

MESURES PRISES par les ENTREPRISES

MESURES PRISES par les ENTREPRISES Le deuxième Observatoire Résultats d une enquête menée en Suisse romande MESURES PRISES par les ENTREPRISES pour PRÉVENIR le HARCÈLEMENT SEXUEL Véronique Ducret Décembre 2003 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 LES

Plus en détail

Prise de position de l UNES contre le numerus clausus (NC)

Prise de position de l UNES contre le numerus clausus (NC) Prise de position de l UNES contre le numerus clausus (NC) Adopté par le comite de l UNES du 6 juin 2001 Ce document expose la prise de position de l Union Nationale des EtudiantEs Suisses (UNES) sur la

Plus en détail

Guide de rédaction du rapport de stage

Guide de rédaction du rapport de stage Guide de rédaction du rapport de stage Licence Economie et Management Parcours Management à l International 1. Le contenu du rapport Votre rapport de stage doit s articuler autour des trois thèmes suivants.

Plus en détail

Révision de la Loi fédérale relative aux mesures de lutte contre le travail au noir (LTN) Prise de position des caisses de compensation

Révision de la Loi fédérale relative aux mesures de lutte contre le travail au noir (LTN) Prise de position des caisses de compensation CONFÉRENCE DES CAISSES CANTONALES DE COMPENSATION Genfergasse 10, 3011 Berne éléphone1 310 08 99 E-Mail: marie-pierre.cardinaux@ahvch.ch ASSOCIATION DES CAISSES DE COMPENSATION PROFESSIONNELLES p.a. CAISSE

Plus en détail

Réalisation du travail de recherche

Réalisation du travail de recherche Ph. Pélissier / Rédaction mémoire - 1 Réalisation du travail de recherche «Ce qui se conçoit bien s énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément» Boileau Pour la validation du D.U., il

Plus en détail

AVIS PRÉSENTÉ. à la Commission des institutions. La Réforme du mode de scrutin au Québec

AVIS PRÉSENTÉ. à la Commission des institutions. La Réforme du mode de scrutin au Québec AVIS PRÉSENTÉ à la Commission des institutions La Réforme du mode de scrutin au Québec FADOQ - Mouvement des Aînés du Québec 4545, av. Pierre-De Coubertin, C.P. 1000, Succ. M, Montréal (Québec) H1V 3R2

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins CFP 011M C.P. P.L. 39 Régimes volontaires d épargne-retraite Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins PROJET DE LOI N O 39 Loi Consultations sur les régimes prébudgétaires volontaires d épargne-retraite

Plus en détail

Concept d évaluation de l ANQ

Concept d évaluation de l ANQ Concept d évaluation de l ANQ Enquête nationale sur la satisfaction des patients en médecine somatique aiguë (y compris enquête sur la satisfaction des parents en pédiatrie) à partir de 2014 Aout 2015,

Plus en détail

CLAIMS RESOLUTION TRIBUNAL

CLAIMS RESOLUTION TRIBUNAL CLAIMS RESOLUTION TRIBUNAL Seule la version originale en langue anglaise fait foi dans le cadre de Holocaust Victim Assets Litigation Affaire No. CV96-4849 Décision d attribution certifiée en faveur du

Plus en détail

Application des nouvelles dispositions du droit des fondations au niveau fédéral

Application des nouvelles dispositions du droit des fondations au niveau fédéral Application des nouvelles dispositions du droit des fondations au niveau fédéral Résumé de l exposé du 16 juin 2005 à l occasion de la Conférence annuelle des autorités cantonales de surveillance des fondations

Plus en détail

Enfants d'izieu et de la. Prison de Montluc

Enfants d'izieu et de la. Prison de Montluc Visite de la Maison de Enfants d'izieu et de la Prison de Montluc Jeudi 4 avril 2013, deux classes detroisième (soit 49 élèves) du Collège Geneviève Anthonioz de Gaulle à Cluses ont visité la prison de

Plus en détail

Corrigé du Brevet blanc janvier 2008. Partie histoire : La Shoah Etude de documents

Corrigé du Brevet blanc janvier 2008. Partie histoire : La Shoah Etude de documents Corrigé du Brevet blanc janvier 2008 Partie histoire : La Shoah Etude de documents Doc.1 : P.V de la conférence de Wannsee, tenue à Berlin en 1942, et réunissant secrètement la haute hiérarchie nazie.

Plus en détail

CONCLUSIONS DE L'AVOCAT GÉNÉRAL M. GERHARD REISCHL, Messieurs les Juges,

CONCLUSIONS DE L'AVOCAT GÉNÉRAL M. GERHARD REISCHL, Messieurs les Juges, CONCLUSIONS DE M. REISCHL AFFAIRE 133-73 CONCLUSIONS DE L'AVOCAT GÉNÉRAL M. GERHARD REISCHL, PRÉSENTÉES LE 5 DÉCEMBRE 1973 1 Monsieur le Président, Messieurs les Juges, Dans le recours intenté par M. Bruns

Plus en détail

Seconde Guerre Mondiale

Seconde Guerre Mondiale Prénom : Date : Nom : Histoire Fiche 2 : L Europe sous la domination nazie Seconde Guerre Mondiale Objectifs : Acquis Non acquis En cours -E.C de décrire la France entre 1940 et 1945 -E.C de définir le

Plus en détail

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange 5 6 avril 2004 Compte Rendu La conférence s est tenue le 5 et 6 avril 2004 à Doha. Elle a été inaugurée par S.E. Royale Sheikh/ Hamad

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RAPPORT DE LA COMMISSION

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RAPPORT DE LA COMMISSION COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 22.12.2006 COM(2006) 840 final RAPPORT DE LA COMMISSION sur le fonctionnement du transit facilité entre la région de Kaliningrad et le reste de la Fédération

Plus en détail

MÉMOIRE TABLE DE PATRIMOINE-HISTOIRE

MÉMOIRE TABLE DE PATRIMOINE-HISTOIRE MÉMOIRE TABLE DE PATRIMOINE-HISTOIRE La table de patrimoine-histoire est heureuse de participer à cette réflexion dans le cadre de l élaboration d une vision de la Ville de Québec en soutien aux professionnels

Plus en détail

Instruments contre la discrimination en droit suisse Un aperçu Version résumée

Instruments contre la discrimination en droit suisse Un aperçu Version résumée Instruments contre la discrimination en droit suisse Un aperçu Version résumée Christina Hausammann, humanrights.ch/mers Sur mandat du Bureau fédéral de l égalité pour les personnes handicapées, du Bureau

Plus en détail

HISTOIRE. La Seconde Guerre Mondiale. Sommaire 17/09/2013

HISTOIRE. La Seconde Guerre Mondiale. Sommaire 17/09/2013 La Seconde Guerre Mondiale 17/09/2013 Sommaire LA SECONDE GUERRE MONDIALE... 2 1. Le point sur la Seconde Guerre Mondiale... 2 2. Approche épistémologique... 2 3. Mémoire jusqu aux années 60... 2 3.1.

Plus en détail

Aide-mémoire III La maturité professionnelle orientation commerciale dans les écoles supérieures de commerce (ESC + )

Aide-mémoire III La maturité professionnelle orientation commerciale dans les écoles supérieures de commerce (ESC + ) EIDGENÖSSISCHE BERUFSMATURITÄTSKOMMISSION COMMISSION FEDERALE DE LA MATURITE PROFESSIONNELLE COMMISSIONE FEDERALE DI MATURITÀ PROFESSIONALE CUMISSIUN FEDERALA PER LA MATURITAD PROFESSIUNALA Aide-mémoire

Plus en détail

TRAVAIL D ANALYSE. PARTICIPANTS: Personnes étant préoccupées par les enjeux sociaux, entre 20 et 60 ans

TRAVAIL D ANALYSE. PARTICIPANTS: Personnes étant préoccupées par les enjeux sociaux, entre 20 et 60 ans TRAVAIL D ANALYSE TRAVAIL RÉALISÉ PAR: Catherine Dionne Gina Lai IMAGE PRÉSUMÉE EFFICACE: Fondation mimi PARTICIPANTS: Personnes étant préoccupées par les enjeux sociaux, entre 20 et 60 ans IMAGE PRÉSUMÉE

Plus en détail

Avec nos salutations les meilleures. scienceindustries SPEDLOGSWISS Swiss Shippers Council Erwin Sigrist Thomas Schwarzenbach Conrad Tobler

Avec nos salutations les meilleures. scienceindustries SPEDLOGSWISS Swiss Shippers Council Erwin Sigrist Thomas Schwarzenbach Conrad Tobler Aux entreprises membres des associations scienceindustries, SPEDLOGSWISS et Swiss Shippers Council (SSC) Zurich, Bâle et Lausanne, le 21 décembre 2015 Entrée en vigueur, au 1 er juillet 2016, de la réglementation

Plus en détail

Lutter contre le surendettement

Lutter contre le surendettement Relations banque/clients Lutter contre le surendettement Mis à jour le 02/02/16 Les banques sont engagées depuis longtemps dans la lutte contre le surendettement, notamment grâce à une distribution responsable

Plus en détail

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important?

Document 7. 13. Pourquoi ce discours de 1995 marque-t-il un moment important? Pages 77-78. Passage en italique. «Je crois devoir attirer votre attention sur le fait qu en exécution des ordres reçus du commandeur des SS, les arrestations ont été opérées uniquement par la police française

Plus en détail

Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes.

Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes. Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes. Ziad LATTOUF 1 LZ Pour entrer en Algérie, l étranger doit accomplir quelques formalités. Etre détenteur d'un

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse Zurich, le 1 er octobre 2010 Clôture annuelle du groupe CREALOGIX CREALOGIX: hausse du bénéfice en dépit du recul du chiffre d affaires En dépit du recul de son chiffre d affaires,

Plus en détail

Comment discuter de la mort

Comment discuter de la mort Chapitre 3 Comment discuter de la mort 1. Le questionnement de l enfant 2. Jusqu où aller dans la discussion? 3. La transmission par les parents de leur savoir et de leur expérience 4. Les questions majeures

Plus en détail

La mémoire de la rafle du Vel d Hiv

La mémoire de la rafle du Vel d Hiv Contacts Pôle Opinion Corporate Jérôme Sainte-Marie, Directeur du Pôle Opinion-Corporate (jerome.sainte-marie@csa.eu) Nicolas Fert, Chargé d études sénior au Pôle Opinion-Corporate (nicolas.fert@csa.eu)

Plus en détail

Quelques remarques générales sur l utilisation du jeu en classe

Quelques remarques générales sur l utilisation du jeu en classe Quelques remarques générales sur l utilisation du jeu en classe Les caractéristiques principales qu un jeu didactique devrait avoir pour une utilisation efficace dans l enseignement sont les suivantes

Plus en détail

Qualité d employeur lorsque le contrat de travail est conclu au sein d un groupe de sociétés ; analyse de l arrêt du Tribunal fédéral 4A_564/2014

Qualité d employeur lorsque le contrat de travail est conclu au sein d un groupe de sociétés ; analyse de l arrêt du Tribunal fédéral 4A_564/2014 Tribunal fédéral 4A_564/2014 I ère Cour de droit civil Arrêt du 11 février 2015 (d) Résumé et analyse Proposition de citation : Vincent Mignon, Qualité d employeur lorsque le contrat de travail est conclu

Plus en détail

Déclaration conjointe pour le Partenariat de Mobilité entre la Tunisie, l'union Européenne et ses Etats membres participants

Déclaration conjointe pour le Partenariat de Mobilité entre la Tunisie, l'union Européenne et ses Etats membres participants Déclaration conjointe pour le Partenariat de Mobilité entre la Tunisie, l'union Européenne et ses Etats membres participants La République Tunisienne, l'union européenne (ci-après "UE") et les États membres

Plus en détail

Ce semestre, nous allons faire une expérience : voir si, dans ce cours, nous pouvons passer au «tout informatique» et à «l interactif via le net».

Ce semestre, nous allons faire une expérience : voir si, dans ce cours, nous pouvons passer au «tout informatique» et à «l interactif via le net». 1 Ce semestre, nous allons faire une expérience : voir si, dans ce cours, nous pouvons passer au «tout informatique» et à «l interactif via le net». Désormais, tous les documents de cours, y compris ce

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITES EN MATIERE DE GESTION DES MIGRATIONS DANS LE PAYS XX

RENFORCEMENT DES CAPACITES EN MATIERE DE GESTION DES MIGRATIONS DANS LE PAYS XX RENFORCEMENT DES CAPACITES EN MATIERE DE GESTION DES MIGRATIONS DANS LE PAYS XX Type de projet : Coopération technique Type de projet secondaire : Renforcement des capacités en matière de gestion des migrations

Plus en détail

Développement d habiletés de gestion Les préjugés et l agression

Développement d habiletés de gestion Les préjugés et l agression Développement d habiletés de gestion Les préjugés et l agression Bref retour sur la session précédente: Questions? La persuasion et les effets de groupes Retour sur les exercices Thèmes de la session d

Plus en détail

Tribunal de grande instance de Bobigny 14ème chambre correctionnelle Jugement du 15 novembre 2012

Tribunal de grande instance de Bobigny 14ème chambre correctionnelle Jugement du 15 novembre 2012 vendredi 14 décembre 2012 Tribunal de grande instance de Bobigny 14ème chambre correctionnelle Jugement du 15 novembre 2012 Eric R., MMA Vie / M. L. FAITS ET PROCÉDURE Ce jour, le tribunal vidant son délibéré

Plus en détail

Ascom Pensionskasse (APK) Synthèse du rapport 2007

Ascom Pensionskasse (APK) Synthèse du rapport 2007 Ascom Pensionskasse (APK) Synthèse du rapport 2007 Rapport annuel 2007 L exercice sous revue a été marqué avant tout par des changements. Le travail de préparation pour le passage de la primauté des prestations

Plus en détail

Contribution présentée par Madame Lise Thériault (Québec)

Contribution présentée par Madame Lise Thériault (Québec) La représentation des femmes dans les postes décisionnels; dans la haute direction des sociétés d État et de la fonction publique, et dans les entreprises privées Contribution présentée par Madame Lise

Plus en détail

Introduction à la Shoah

Introduction à la Shoah Introduction à la Shoah Des Juifs de la Ruthénie subcarpatique sont soumis à une sélection sur l aire de transit à Auschwitz-Birkenau. (Photo : Musée du Mémorial de l Holocauste aux États-Unis, offerte

Plus en détail

Décision n 09-DCC-86 du 22 décembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Monext Holding par le groupe Crédit Mutuel Arkéa

Décision n 09-DCC-86 du 22 décembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Monext Holding par le groupe Crédit Mutuel Arkéa RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 09-DCC-86 du 22 décembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Monext Holding par le groupe Crédit Mutuel Arkéa L Autorité de la concurrence, Vu le

Plus en détail

Mineurs non accompagnés en Suisse Brochure d accueil et d information

Mineurs non accompagnés en Suisse Brochure d accueil et d information Mineurs non accompagnés en Suisse Brochure d accueil et d information Bienvenue! La vie en Suisse A ton arrivée en Suisse, tout peut te sembler nouveau. Beaucoup de questions se posent: Comment fonctionne

Plus en détail

Municipalité Direction administration générale, finances et affaires culturelles. Préavis No 8-2005 au Conseil communal. Succession Margret Kainer

Municipalité Direction administration générale, finances et affaires culturelles. Préavis No 8-2005 au Conseil communal. Succession Margret Kainer Municipalité Direction administration générale, finances et affaires culturelles Préavis No 8-2005 au Conseil communal Succession Margret Kainer 30 mars 2005 Direction administration générale, Préavis

Plus en détail

L image corporelle : La discrimination selon le poids

L image corporelle : La discrimination selon le poids L image corporelle : La discrimination selon le poids Alberta Education, Santé et préparation pour la vie, Programmes d études, Résultats d apprentissage Les élèves vont : B 9.4 Analyser et élaborer des

Plus en détail

ASSOCIATION CRESUS ETUDE AUPRES DE PERSONNES EN. - Sondage de l'institut CSA - SITUATION DE SURENDETTEMENT. N 0900198 Mars 2009

ASSOCIATION CRESUS ETUDE AUPRES DE PERSONNES EN. - Sondage de l'institut CSA - SITUATION DE SURENDETTEMENT. N 0900198 Mars 2009 ASSOCIATION CRESUS ETUDE AUPRES DE PERSONNES EN SITUATION DE SURENDETTEMENT - Sondage de l'institut CSA - N 0900198 Mars 2009 2, rue de Choiseul BP 6571 75065 Paris cedex 02 CSA Politique-Opinion Tél.

Plus en détail

Conseil communal d Aubonne. RAPPORT DE LA COMMISSION DES FINANCES AU SUJET DU PREAVIS MUNICIPAL No. 4/14. 1. Préambule. 2.

Conseil communal d Aubonne. RAPPORT DE LA COMMISSION DES FINANCES AU SUJET DU PREAVIS MUNICIPAL No. 4/14. 1. Préambule. 2. Conseil communal d Aubonne Commission des finances RAPPORT DE LA COMMISSION DES FINANCES AU SUJET DU PREAVIS MUNICIPAL No. 4/14 Objet Opération proposée Coût de l opération Financement Amortissement Planification

Plus en détail

Séminaire de l'eer Bruxelles le 16 mai 2012. Giovanni BUTTARELLI Contrôleur européen adjoint de la protection des données

Séminaire de l'eer Bruxelles le 16 mai 2012. Giovanni BUTTARELLI Contrôleur européen adjoint de la protection des données Vers la création du Centre européen de lutte contre la cybercriminalité (EC3) au sein d'europol: quelles sont les implications en matière de protection des données? Séminaire de l'eer Bruxelles le 16 mai

Plus en détail

Modification du Code civil (entretien de l'enfant), du Code de procédure civile (art. 296a) et de la Loi fédérale en matière d'assistance (art.

Modification du Code civil (entretien de l'enfant), du Code de procédure civile (art. 296a) et de la Loi fédérale en matière d'assistance (art. Nouvelle réglementation du droit d'entretien Réflexions professionnelles de la CSIAS sur le projet du DFJP mis en consultation Modification du Code civil (entretien de l'enfant), du Code de procédure civile

Plus en détail

1 er congrès SADTV Territoriaux de Vénissieux jeudi 26 février 2015

1 er congrès SADTV Territoriaux de Vénissieux jeudi 26 février 2015 Présents : 24 syndiqués salle Rivat 1 er congrès SADTV Territoriaux de Vénissieux jeudi 26 février 2015 1) Intervention de Denis GUILLET, secrétaire du SADTV : cher(e)s camarades, Bienvenue à ce premier

Plus en détail

Liste de contrôle pour bien utiliser les sites de deal

Liste de contrôle pour bien utiliser les sites de deal 1. Marché des sites de deal Oui Non 1.1 Connaissez-vous les sites de deal présents sur le marché (les grands, mais aussi les sites locaux)? 1.2 Savez-vous que les sites de deal de petite taille, peut-être

Plus en détail

Compte-rendu. Rencontre d échanges thématique. "Impliquer les jeunes dans le cadre de la mise en œuvre d un chantier " Vendredi 14 Mars 2014 - Kpalimé

Compte-rendu. Rencontre d échanges thématique. Impliquer les jeunes dans le cadre de la mise en œuvre d un chantier  Vendredi 14 Mars 2014 - Kpalimé Compte-rendu Rencontre d échanges thématique "Impliquer les jeunes dans le cadre de la mise en œuvre d un chantier " Vendredi 14 Mars 2014 - Kpalimé Jeudi 20 Mars 2014 Lomé Espace Volontariats Togo Rédigée

Plus en détail

LE PROJET DE LOI 82 SUR L ADMINISTRATION PUBLIQUE :

LE PROJET DE LOI 82 SUR L ADMINISTRATION PUBLIQUE : Cat. 2.412-80.3 LE PROJET DE LOI 82 SUR L ADMINISTRATION PUBLIQUE : UNE ATTEINTE À LA CAPACITÉ DE LA COMMISSION DES DROITS DE LA PERSONNE ET DES DROITS DE LA JEUNESSE DE DÉFENDRE ET PROMOUVOIR LES DROITS

Plus en détail

Coaching Gestion de conflit : Privilégier la méthode offensive

Coaching Gestion de conflit : Privilégier la méthode offensive Dossier Coaching Gestion de conflit : Privilégier la méthode offensive Auteur : Didier Reuter - ISBN 9791023710205 Free Auteur : Didier Reuter www.bookiner.com Usage libre de droit (non marchand) avec

Plus en détail

Migration et ruée vers l or du Klondike

Migration et ruée vers l or du Klondike Migration et ruée vers l or du Klondike Aperçu de la leçon : Les élèves analysent des données du recensement pour expliquer l influence de la ruée vers l or du Klondike sur la distribution de la population

Plus en détail

LES CLAUSES D INSERTION DANS LES MARCHES PUBLICS

LES CLAUSES D INSERTION DANS LES MARCHES PUBLICS LES CLAUSES D INSERTION DANS LES MARCHES PUBLICS Etude réalisée par Maître Bonnefoi Docteur d Etat en Droit Docteur en Droit Public Diplômée de Sciences Politiques Certificated of advanced European studies

Plus en détail

Colloque canadien sur les bien culturels à l époque de l Holocauste. Association des musées canadiens / Congrès juif canadien

Colloque canadien sur les bien culturels à l époque de l Holocauste. Association des musées canadiens / Congrès juif canadien Colloque canadien sur les bien culturels à l époque de l Holocauste Association des musées canadiens / Congrès juif canadien Introduction Contexte Une question de justice Recommandations émanant du colloque

Plus en détail

QUATRIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011)

QUATRIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011) Le Bureau du Procureur The Office of the Prosecutor QUATRIÈME RAPPORT DU PROCUREUR DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE AU CONSEIL DE SÉCURITÉ DE L ONU EN APPLICATION DE LA RÉSOLUTION 1970 (2011) INTRODUCTION

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 11.3.2013 SWD(2013) 67 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION Résumé de l analyse d impact concernant les dispositions sur l expérimentation animale

Plus en détail

Plusieurs possibilités de rachat sont à votre disposition afin d'améliorer vos prestations de prévoyance :

Plusieurs possibilités de rachat sont à votre disposition afin d'améliorer vos prestations de prévoyance : Version 01.01.2016 Rachat facultatif Plusieurs possibilités de rachat sont à votre disposition afin d'améliorer vos prestations de prévoyance : Cotisations d'épargne volontaires (cotisations des employés)

Plus en détail

asa Aide-mémoire du 15.06.2010; version 001 du 15.06.2010 Remplace l'am 1/2001 du 20.02.2001 1. Table des matières

asa Aide-mémoire du 15.06.2010; version 001 du 15.06.2010 Remplace l'am 1/2001 du 20.02.2001 1. Table des matières 11 Aide-mémoire de la commission Merkblatt der Kommission Promemoria de la commissione KT asa ASSOCIATION DES SERVICES DES AUTOMOBILES VEREINIGUNG DER STRASSENVERKEHRSÄMTER ASSOCIAZIONE DEI SERVIZI DELLA

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 10DA01327 Inédit au recueil Lebon 2e chambre - formation à 3 M. Mortelecq, président Mme Perrine Hamon, rapporteur M. Minne, rapporteur public COIN, avocat(s) lecture

Plus en détail

Une loi de la nationalité en phase avec un pays d immigration

Une loi de la nationalité en phase avec un pays d immigration Une loi de la nationalité en phase avec un pays d immigration Préambule Réforme de la loi de la nationalité (projet de loi 6561) Prise de position de l ASTI Le projet de loi 6561, portant approbation de

Plus en détail

CORRIGÉ DU CAHIER D HISTOIRE NIVEAU PRIMAIRE LA SECONDE GUERRE MONDIALE

CORRIGÉ DU CAHIER D HISTOIRE NIVEAU PRIMAIRE LA SECONDE GUERRE MONDIALE CORRIGÉ DU CAHIER D HISTOIRE NIVEAU PRIMAIRE LA SECONDE GUERRE MONDIALE De la fin de la Première Guerre mondiale au début de la Seconde Guerre mondiale Qui est le personnage sur cette photo? Mussolini

Plus en détail

Evolution du résultat

Evolution du résultat Rapport de gestion du Conseil d administration Aux membres de l Assemblée générale de l asbl Canal C Nous avons l honneur de vous soumettre par la présente notre rapport sur la gestion exercée au cours

Plus en détail

Le droit criminel en bref

Le droit criminel en bref Le droit criminel en bref Avec le soutien financier de Les opinions exprimées ne représentent pas nécessairement la position officielle du gouvernement de l Ontario. 1 Campagne Femmes ontariennes et droit

Plus en détail

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS La sécurité des personnes âgées Ce qu il faut savoir Vie saine, Aînés et Consommation Manitoba Secrétariat manitobain du mieux-être des personnes âgées et du vieillissement en

Plus en détail

Dr Thierry VIMARD. Madame Pascale PERDON. Réseau L Estey Bordeaux.

Dr Thierry VIMARD. Madame Pascale PERDON. Réseau L Estey Bordeaux. Soins Palliatifs à domicile, l'indispensable réunion de concertation pluridisciplinaire. Congrès de Montréal. Mai 2013. Atelier C6. Dr Thierry VIMARD. Madame Pascale PERDON. Réseau L Estey Bordeaux. ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Mohammed Meslem. Les Outils de recherche en psychologie

Mohammed Meslem. Les Outils de recherche en psychologie Mohammed Meslem Les Outils de recherche en psychologie Du même auteur : Méthodologie de recherche en sciences sociales, 00 Identité et mondialisation, 004 Guerre des concepts, 004 La femme, la valeur mystifiée,

Plus en détail

Comment utiliser ce document PDF?

Comment utiliser ce document PDF? ? Comment utiliser ce document PDF? Pour aller à la page suivante faites un clic gauche ou appuyez sur la flèche droite de votre clavier Pour aller à la page précédente faites un clic droit ou appuyez

Plus en détail

L historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France

L historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France L historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale en France Table des matières Introduction... 1 I/ La mémoire résistante (1944-1972)... 2 1/ Le mythe résistancialiste... 2 2/ L éclatement des

Plus en détail

Portail clients SanitasNet. Conditions générales d affaires (CGA) Edition: Juillet 2013

Portail clients SanitasNet. Conditions générales d affaires (CGA) Edition: Juillet 2013 Portail clients SanitasNet Conditions générales d affaires (CGA) Edition: Juillet 2013 Table des matières 1. Préambule....................... 3 2. Autorisation d accès................. 3 3. Accès technique

Plus en détail

WEMAG 99, 3122 031 960 36 36 FAX:

WEMAG 99, 3122 031 960 36 36 FAX: GISA GESTION STOCK Gestion de stock Gestion de stock 2 Tableaux 1 Gestion de stock 4 1.1 Exigences 5 1.1.1 Dans le tableau de maison 5 1.1.2 Dans le tableau d usine 5 1.1.3 Dans le fichier d article général

Plus en détail

Société pour la gestion du personnel S E P

Société pour la gestion du personnel S E P Société pour la gestion du personnel S E P Section neuchâteloise Procès-verbal No 257 Séance 22 octobre 1996, Grand Hôtel des Endroits, La Chaux-de-Fonds, à 17 h 30 Présents : 19 Thème : LOIS SUR L ACCESSION

Plus en détail

ÉTUDE D UN DOCUMENT - N 2 «SOUSCRIVEZ A L EMPRUNT NATIONAL» (1917)

ÉTUDE D UN DOCUMENT - N 2 «SOUSCRIVEZ A L EMPRUNT NATIONAL» (1917) EXPOSITION : LES ENFANTS DE LA PATRIE - VOLET 2 : «La Patrie en danger» (1914-1918) NIVEAU COLLÈGE ET LYCÉE (histoire instruction civique / lecture d image) ÉTUDE D UN DOCUMENT - N 2 «SOUSCRIVEZ A L EMPRUNT

Plus en détail

Chapitre 5. Internet et le travail des parlementaires québécois Avec la collaboration d Angelo Elias

Chapitre 5. Internet et le travail des parlementaires québécois Avec la collaboration d Angelo Elias Chapitre 5 Internet et le travail des parlementaires québécois Avec la collaboration d Angelo Elias Depuis l introduction de la télédiffusion des débats parlementaires, Internet est l innovation technologique

Plus en détail

Le dialogue compétitif

Le dialogue compétitif Rapports et études Les prises de position de la Chambre de commerce et d industrie de Paris Le dialogue compétitif Trois propositions d'amélioration de la procédure dans les marchés publics et les contrats

Plus en détail

Préparation et déroulement des élections au Congrès

Préparation et déroulement des élections au Congrès . Préparation et déroulement des élections au Congrès Par Maître Fern Braniss Conseillère juridique Organisation Sioniste Mondiale Jérusalem, août 2014 Table des matières Introduction 1) Détermination

Plus en détail

N 392809 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 392809 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 392809 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE SOCIÉTÉ ROCHE SAS Ordonnance du 21 septembre 2015 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LE JUGE DES RÉFÉRÉS Vu la procédure suivante : Par une requête

Plus en détail

Colloque sur la coopération judiciaire internationale et européenne Barreau de Paris, 7 avril 2008

Colloque sur la coopération judiciaire internationale et européenne Barreau de Paris, 7 avril 2008 Colloque sur la coopération judiciaire internationale et européenne Barreau de Paris, 7 avril 2008 Pour l amélioration de l entraide judiciaire. La position des Procureurs européens Stéphane Leyenberger

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 325834 Inédit au recueil Lebon 8ème et 3ème sous-sections réunies M. Arrighi de Casanova, président Mme Eliane Chemla, rapporteur M. Olléon Laurent, rapporteur public LE PRADO, avocat(s)

Plus en détail

1 L historien et les mémoires

1 L historien et les mémoires JE RÉVISE 1 L historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale A. L historien a mis en évidence une première période où la mémoire de la guerre est volontairement incomplète Après la Seconde Guerre

Plus en détail

REUNION D'INFORMATION DU 3 AVRIL A DUDELANGE. Présentation du volet «Voirie» par Monsieur Roland FOX des P&C

REUNION D'INFORMATION DU 3 AVRIL A DUDELANGE. Présentation du volet «Voirie» par Monsieur Roland FOX des P&C Voirie - Diapo53 - contreproposition 20140417-Accès CFL multimodal - Page 1 / 8 REUNION D'INFORMATION DU 3 AVRIL A DUDELANGE Présentation du volet «Voirie» par Monsieur Roland FOX des P&C "Analyse" par

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA COLLABORATION AVEC LES INTERMÉDIAIRES. Édition 2015

RÈGLEMENT SUR LA COLLABORATION AVEC LES INTERMÉDIAIRES. Édition 2015 RÈGLEMENT SUR LA COLLABORATION AVEC LES INTERMÉDIAIRES Édition 2015 1 TABLE DES MATIÈRES Dispositions introductives 3 Article 1 Règlement de la FIFA sur la collaboration avec les intermédiaires 3 Article

Plus en détail

La discipline Informatique

La discipline Informatique Conférence Transition Gymnase-Université II 2. / 3.9.2013 La discipline Informatique Cadre général La discipline Informatique était l un des thèmes traités par la Conférence Transition Gymnase-Université.

Plus en détail

PROCÉDURE ET EXIGENCES EN MATIÈRE DE

PROCÉDURE ET EXIGENCES EN MATIÈRE DE PROCÉDURE ET EXIGENCES EN MATIÈRE DE RENSEIGNEMENTS POUR TOUTE MODIFICATION PROPOSÉE AUX PROGRAMMES DÉSIGNÉS EN VERTU DE LA LOI SUR L ATTRIBUTION DE GRADES UNIVERSITAIRES DU NOUVEAU-BRUNSWICK CONTENTS

Plus en détail

A. Plusieurs mots, une même réalité? B. Comment lire un texte? C. Comment lire une courbe? D. Des verbes utilisés en dissertation

A. Plusieurs mots, une même réalité? B. Comment lire un texte? C. Comment lire une courbe? D. Des verbes utilisés en dissertation SE20 Seconde Sciences économiques et sociales Approfondissement 1. Quelques définitions et explications A. Plusieurs mots, une même réalité? B. Comment lire un texte? C. Comment lire une courbe? D. Des

Plus en détail

INFO FLASH Conseils d établissement

INFO FLASH Conseils d établissement INFO FLASH Conseils d établissement Numéro 1 Novembre 2011 Les conditions gagnantes d un conseil d établissement Les conseils d établissement tel que nous les connaissons aujourd hui existent depuis 1998,

Plus en détail

LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching

LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching AFITEP SOIREE MANAGEMENT DE PROJET LE 19 mai 2003 LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching 1 QUELQUES CHIFFRES Aujourd hui en France, on compte environ 2 000 coachs (40 000 dans

Plus en détail

L office juridique commente des décisions actuelles

L office juridique commente des décisions actuelles L office juridique commente des décisions actuelles Heidi Walther Zbinden, avocate, Office juridique, Direction des travaux publics, des transports et de l énergie Les changements dans la procédure d octroi

Plus en détail