Compétitivité des entreprises françaises

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compétitivité des entreprises françaises"

Transcription

1 Compétitivité des entreprises françaises La compétitivité dépend en premier lieu de l évolution des coûts unitaires de production et des prix relatifs des biens exposés à la concurrence internationale. L amélioration depuis 10 ans de la compétitivité en termes de prix et de coûts des entreprises françaises a notamment permis à notre secteur industriel d enregistrer de bonnes performances à l exportation et de consolider ses parts de marché à l étranger. La «compétitivité produit» de la France apparaît également satisfaisante quant à la qualité des produits offerts ou la diversité des gammes proposées. Enfin, la vigueur des investissements directs à l étranger sur la seconde moitié des années 90 témoigne de la bonne santé financière de nos entreprises ainsi que de leur capacité à conquérir de nouveaux marchés et à acquérir une dimension internationale. 161

2 Graphique 1 Compétitivité-prix des principaux pays européens par rapport aux pays de l OCDE (produits manufacturés) Source : OCDE. Calculs : DP. Base 100 en Graphique 2 Compétitivité-coût des principaux pays européens par rapport aux pays de l OCDE (produits manufacturés) Source : OCDE. Calculs : DP. Base 100 en La compétitivité produit évolue de manière favorable C est le cas au regard de l évolution des prix et des coûts Les entreprises françaises ont accumulé des gains de compétitivité-prix substantiels au cours de la dernière décennie, tant par rapport à leurs partenaires des pays industrialisés que par rapport aux pays émergents : au cours des dix dernières années, l évolution des prix à l exportation des produits français est restée plus modérée que celle de nos partenaires de l OCDE (cf. graphiques 1 et 2). Notre compétitivité-prix à l exportation s est ainsi améliorée de plus de 15 % entre le premier semestre de 1990 et le premier semestre 2001 (cf. tableau 1 bis). Les exportateurs français ont également connu depuis dix ans une amélioration Allemagne 1S1990 1S1991 1S1992 1S1990 1S1991 1S1992 1S1993 1S1994 1S1995 1S1996 1S1997 1S1998 1S1999 1S2000 1S2001 France Italie Royaume-Uni 1S1993 1S1994 1S1995 1S1996 1S1997 1S1998 1S1999 1S2000 1S2001 Allemagne France Italie Royaume-Uni continue de leur compétitivité-coût, en raison d une évolution toujours modérée des coûts salariaux unitaires. Cette compétitivité-coût s est améliorée de 24 % sur la dernière décennie et le surcroît de compétitivité est de l ordre de 20 % à la mi-2001 en comparaison de la moyenne des 20 dernières années (cf. graphiques 1 et 2, tableau 1). La France bénéficie en particulier, sur les dernières années, d une évolution de ses coûts de production plus favorable que celle de ses principaux partenaires européens, notamment l Allemagne, l Italie et le Royaume-Uni. Sur l ensemble de la décennie 90, on observe, en revanche, que la compétitivitéprix ne s améliore pas autant que la compétitivité-coût, ce qui traduit un renforcement des marges chez les exportateurs français. Il apparaît plus précisément que les producteurs français ont consenti des efforts de marge importants à l exportation jusqu en 1995 avant de les reconstituer au cours des cinq dernières années. Les évolutions du taux de change effectif réel (TCER) (1) de la France indicateur de sa position compétitive vis-à-vis de l ensemble de ses partenaires commerciaux montrent également une amélioration de la compétitivité des entreprises françaises, en particulier vis-à-vis des pays émergents. À la fin 2000, le change réel se trouve ainsi déprécié de 15 % par rapport au niveau moyen que l on pouvait observer en comme au regard de l évolution des parts de marché mondiales et de la compétitivité hors-prix La progression de nos parts de marché relatives en volume témoigne de la bonne (1) Taux de change pondéré par la structure de la concurrence ressentie par nos exportateurs et corrigé des divergences d évolution des prix intérieurs. Cet indicateur couvre 42 partenaires commerciaux de la France. Une dépréciation est, toutes choses égales par ailleurs favorable à la compétitivité. 162

3 Évolution de la compétitivité-coût par rapport aux partenaires de l OCDE Tableau 1 (En %) 1 er semestre er semestre er semestre er semestre 2001 France 23,8 17,4 Allemagne 8,4 11,3 Italie 15,2-0,7 Royaume-Uni -22,4-12,1 Source : OCDE, calculs DP. Une hausse correspond à une amélioration de la compétitivité. Tableau 1 bis Évolution de la compétitivité-prix par rapport aux partenaires de l OCDE (En %) 1 er semestre er semestre er semestre er semestre 2001 France 15,3 8,5 Allemagne 3,4 4,7 Italie 3,5-4,3 Royaume-Uni -2,8-5,6 Source : OCDE, calculs DP. Une hausse correspond à une amélioration de la compétitivité. tenue de nos exportations (cf. graphique 3). Notre part de marché relative en volume est restée relativement stable depuis dix ans et progresse même modérément sur les cinq dernières années (cf. graphique 3). Parmi les principaux pays européens, la France est le seul pays à avoir maintenu sa part de marché relative en volume. La compétitivité des produits français n est pas déterminée uniquement par les prix, notamment dans le secteur des biens de consommation, mais aussi par d autres facteurs, liés à ce que l on a coutume d appeler la différentiation des produits ou compétitivité hors-prix. La compétitivité hors-prix recouvre des dimensions telles que la qualité, le nombre de variétés de produits au sein d une même gamme, l étendue des gammes offertes et le caractère innovant des biens offerts. Une enquête sur l image des produits européens, réalisée en 2001 par le Centre d Observation Économique (COE) de la Chambre de Commerce et d Industrie de Paris auprès d importateurs, témoigne de l amélioration de l image des produits français, en termes de qualité, d innovation, de notoriété des marques, de service commercial, de service à la clientèle et de délais de livraison (même si l amélioration sur ce dernier critère est moins prononcée). (cf. graphique 4). Au-delà des enquêtes, la qualité reste une notion difficile à mesurer. L analyse de la compétitivité par les prix s en ressent, 11,0 9,0 7,0 5,0 1S1990 1S1991 1S1992 1S1993 1S1994 1S1995 1S1996 1S1997 1S1998 1S1999 1S2000 1S2001 France Italie Royaume-Uni 21,0 16,0 11,0 6,0 Allemagne (échelle de droite) puisque des prix élevés peuvent aussi bien signaler des coûts trop importants que des produits de haute qualité. 0,5 0,4 0,3 0,2 0,1 0-0,1-0,2-0,3 France Allemagne Belgique Royaume- Uni Italie Espagne Etats-Unis Japon Asie (hors Japon) * Remarque : 0 correspond à un score moyen. Graphique 3 Parts de marché en volume des principaux pays européens par rapport aux pays de l OCDE (manuf. en %) Graphique 4 L image des produits exportés Source : enquête du COE réalisée en 2001 auprès d importateurs de six pays européens. 163

4 Les études récentes consacrées à la spécialisation des échanges au sein de l Union européenne (2) laissent penser que la France dispose de solides avantages dans les produits de haute et moyenne gammes. Il semble que l Allemagne et la France se soient orientées principalement vers une concurrence par la qualité, alors que les entreprises espagnoles et italiennes s illustrent davantage par la compétitivité de leurs prix. Cette analyse confirme en particulier que la France tire une part notable de son avantage comparatif des produits haut de gamme ou innovants. Elle bénéficie de larges avantages en termes de qualité dans les secteurs de l agro-alimentaire, de l habillement, mais également dans des secteurs de haute technologie (aérospatiale, industrie pharmaceutique). La réalisation de l Union économique et monétaire modifie le jeu de la concurrence Avec l avènement de l euro, ce sont près de 60 % de nos échanges qui ne subissent plus les fluctuations des parités bilatérales. Désormais, la compétitivité-prix de nos échanges intra-européens devient extrêmement sensible au différentiel d inflations nationales comme aux écarts de coûts de production. En outre, l euro va accroître le degré de concurrence et réduira la segmentation du Marché Unique, en favorisant la transparence des prix et la réduction des coûts de transaction. Il encouragera donc la convergence des niveaux de prix des biens. Dans ce nouveau contexte européen, les prix industriels d un pays pourront encore plus difficilement s écarter de ceux de la concurrence de manière significative. De plus, l accroissement de la concurrence incitera les entreprises à différencier davantage leurs produits. Ces évolutions auront alors comme conséquence de restreindre la portée des indicateurs de compétitivitéprix. Des prix en ligne avec la concurrence pourront en effet masquer un dérapage des coûts que les entreprises cherchent à compenser en comprimant leurs marges ou, à l inverse, des gains substantiels de compétitivité hors-prix. En l occurrence, depuis la mise en place de l euro, le 1 er janvier 1999, les coûts de production français et allemands ont évolué plus favorablement que les coûts italiens (3). L analyse de la compétitivité au sein de la zone euro nécessite donc de porter une attention toute particulière à l évolution des coûts de production et à la profitabilité de nos ventes, comme à l étendue des gammes et à la qualité des produits. Des investissements directs à l étranger qui manifestent la bonne santé des grandes entreprises françaises Les investissements directs à l étranger (IDE) (4) sont aujourd hui le deuxième pilier de la globalisation et représentent un facteur important d internationalisation de nos entreprises. Ils ont fait preuve d un fort dynamisme au cours des trois dernières années. ce dynamisme observé depuis l avènement de (2) En particulier, les études du CEPII (Centre d études prospectives et d informations internationales) : Fontagné, Freudenberg, Ünal-Kesenci (1995) ; Freudenberg, Ünal-Kesenci (1996) ; Fontagné, Freudenberg, Péridy (1997). (3) Baisse de 3 % et de 1 % des coûts de production allemands et français entre le 1er semestre 1999 et le 1 er semestre 2001, hausse de 1,7 % des coûts italiens. (4) Selon la définition du FMI, l investisseur doit exercer une influence significative sur la gestion de l entreprise, à savoir détenir au moins 10 % des actions ordinaires ou des droits de vote (ou l équivalent). 164

5 la zone euro, ainsi que l importance des opérations de fusions-acquisitions (qui expliquent en 1999 et 2000 une partie des progressions exceptionnelles des IDE), laissent penser que le phénomène reflète non pas une fuite des capitaux mais un mouvement d intégration européenne croissante, notamment dans les secteurs bancaire et des nouvelles technologies. Il correspondrait à la volonté des entreprises françaises de mobiliser des synergies en Europe et de constituer des groupes d envergure internationale. En effet, les investissements à l étranger ne sont généralement pas réalisés au détriment de l investissement sur le territoire national. Ils répondent à des stratégies industrielles internationales et constituent un investissement productif favorable à l activité nationale. La progression concomitante des investissements directs à l étranger et des exportations au cours des dernières années illustre bien l effet d entraînement exercé par les IDE sur les exportations et, par conséquent, sur la croissance de l activité en France. En outre, bon nombre d activités de services n ont généralement d autre possibilité que d implanter des filiales à l étranger si elles souhaitent conquérir de nouveaux marché. À ce titre, on ne peut que se réjouir des vives progressions des investissements directs en matières de services aux entreprises ou encore de services financiers. Enfin, les investissements français à l étranger sont source de revenus, à court, moyen et long terme, par le biais des dividendes versés par les filiales à la maison mère. 165

6

Le solde commercial de la France, qui était

Le solde commercial de la France, qui était 3.1 Échanges extérieurs Le solde commercial de la France, qui était positif au début des années 2, redevient négatif à partir de 25. Le solde des produits manufacturés devient alors déficitaire et va ensuite

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Royaume du Maroc Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de la Direction de la Politique Economique Générale, les

Plus en détail

La situation économique

La situation économique La situation économique Assemblée Générale U.N.M.I Le 2 octobre 2013 J-F BOUILLON Directeur Associé La situation économique en 2013 3 AG UNMI 2 Octobre 2013 La croissance Les chiffres des principaux pays

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux chocs importants ont affecté le comportement des prix de détail des principaux pays

Plus en détail

Une performance annuelle conforme aux objectifs Résultat opérationnel courant : +13.5% (**)

Une performance annuelle conforme aux objectifs Résultat opérationnel courant : +13.5% (**) Paris, 17 juin 2015 Résultats annuels consolidés 2014-15 (avril 2014 mars 2015) Une performance annuelle conforme aux objectifs Résultat opérationnel courant : +13.5% (**) Au 31 mars 2015, Rémy Cointreau

Plus en détail

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Commentaires de la Chambre des salariés 25 février 2014 Semestre européen Arsenal de six résolutions législatives («six

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Commission financière de l AFEP. Structure de l épargne et financement des économies européennes 21 juin 2000

Commission financière de l AFEP. Structure de l épargne et financement des économies européennes 21 juin 2000 Commission financière de l AFEP Structure de l épargne et financement des économies européennes 2 juin 2000 Jacques de Larosière Président de l Observatoire de l Epargne Européenne Le bouclage classique

Plus en détail

Le marché du vin : évolutions et tendances. Mai 2014

Le marché du vin : évolutions et tendances. Mai 2014 Le marché du vin : évolutions et tendances Mai 2014 1 Sommaire 1. LA CONSOMMATION DE VIN 3 2. TENDANCES DU COMMERCE MONDIAL DU VIN EN 2013 6 3. LES PRINCIPAUX EXPORTATEURS DE VIN EN 2013 8 4. LES PRINCIPAUX

Plus en détail

Ingenico T1 2011 : Très bon démarrage de l année Objectifs 2011 de croissance relevés

Ingenico T1 2011 : Très bon démarrage de l année Objectifs 2011 de croissance relevés COMMUNIQUE DE PRESSE Ingenico T1 2011 : Très bon démarrage de l année Objectifs 2011 de croissance relevés - Chiffre d affaires T1 11 : 204,9 millions d euros o +18,3% en données publiées o +9,2% 1 en

Plus en détail

La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux

La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux 21 novembre 2014 Gilbert Cette 1. Définitions et sources Valeur ajoutée aux coûts des

Plus en détail

BMCE Bank et son Environnement

BMCE Bank et son Environnement BMCE Bank et son Environnement Economie Mondiale 44 SORTIE DE CRISE ET REMISE EN QUESTION DES MODELES Depuis l éclatement de la bulle financière internationale en 2008, de plus en plus d économistes en

Plus en détail

La fiscalité française source d attractivité pour les non-résidents propriétaires d une résidence secondaire?

La fiscalité française source d attractivité pour les non-résidents propriétaires d une résidence secondaire? Page 1 sur 5 Communiqué de presse Le 28 août 2014 6ème ÉDITION DE L OBSERVATOIRE BNP PARIBAS INTERNATIONAL BUYERS «Investing & Living abroad» 2014 La fiscalité française source d attractivité pour les

Plus en détail

Observatoire des PME exportatrices d Ile-de-France

Observatoire des PME exportatrices d Ile-de-France Observatoire des PME exportatrices d Ile-de-France Enquête 2015 Réalisation : ACTEL Données source : Direction régionale des douanes Ile-de-France Ouest 1 Observatoire des PME exportatrices d Ile-de-France

Plus en détail

IMPORTEURS - EXPORTATEURS

IMPORTEURS - EXPORTATEURS Août 2013 IMPORTEURS - EXPORTATEURS Service Etudes CCI Indre Importateurs - Exportateurs Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE Page LES OPERATEURS DU COMMERCE INTERNATIONAL

Plus en détail

Principales tendances des statistiques internationales BRI 1

Principales tendances des statistiques internationales BRI 1 Principales tendances des statistiques internationales BRI 1 En collaboration avec des banques centrales et autorités monétaires du monde entier, la BRI compile et diffuse plusieurs séries de statistiques

Plus en détail

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé 2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé Si les dépenses de protection sociale pendant la crise ont joué globalement un rôle de stabilisateur automatique (cf. fiche

Plus en détail

Comment expliquer les différences d efforts de recherche et développement (R&D) entre les pays?

Comment expliquer les différences d efforts de recherche et développement (R&D) entre les pays? Comment expliquer les différences d efforts de recherche et développement (R&D) entre les pays? Le but de ce dossier pédagogique est de mieux comprendre les écarts constatés entre pays en matière d effort

Plus en détail

Résultats du premier semestre 2015. Premier semestre en ligne avec les objectifs de l année

Résultats du premier semestre 2015. Premier semestre en ligne avec les objectifs de l année Résultats du premier semestre 2015 Premier semestre en ligne avec les objectifs de l année Chiffre d affaires: 595 millions d euros, croissance organique de +4,1% Excédent brut opérationnel en hausse de

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

La France dans la compétition économique mondiale

La France dans la compétition économique mondiale La France dans la compétition économique mondiale Bruno VALERSTEINAS (DGTPE) Pôle «Analyse des échanges et stratégies d internationalisation» Au cinquième rang des échanges mondiaux de biens, la France

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL LA BALANCE DES PAIEMENTS ET LA POSITION EXTÉRIEURE DE LA FRANCE

RAPPORT ANNUEL LA BALANCE DES PAIEMENTS ET LA POSITION EXTÉRIEURE DE LA FRANCE 2013 RAPPORT ANNUEL LA BALANCE DES PAIEMENTS ET LA POSITION EXTÉRIEURE DE LA FRANCE ISSN 0292-6733 BANQUE DE FRANCE DIRECTION GÉNÉRALE DES STATISTIQUES Direction de la Balance des paiements Direction des

Plus en détail

BAROMÈTRE EUROPÉEN DE L EMPLOI. 1 er trimestre 2013

BAROMÈTRE EUROPÉEN DE L EMPLOI. 1 er trimestre 2013 BAROMÈTRE EUROPÉEN DE L EMPLOI 1 er trimestre 2013 SOMMAIRE PANORAMA EUROPÉEN 1 BELGIQUE 2 FRANCE 3 ALLEMAGNE 4 IRLANDE 5 PRÉSENTATION Robert Walters présente la 1 ère édition de son Baromètre Européen

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

INVESTIR EN FRANCE s 2015 mar Réalisation :

INVESTIR EN FRANCE s 2015 mar Réalisation : INVESTIR EN FRANCE LA FRANCE RÉUNIT TOUTES LES CONDITIONS DE SUCCÈS POUR VOTRE INVESTISSEMENT Une grande économie au cœur de l Europe, une porte d accès vers la Méditerranée et l Afrique : 5 e économie

Plus en détail

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Communiqué de presse Chiffre d affaires pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Paris, le 19 mars 2015 Le Conseil d administration du Groupe Sopra Steria, réuni le 17 mars

Plus en détail

RESULTATS DU COMMERCE EXTERIEUR EN 2011

RESULTATS DU COMMERCE EXTERIEUR EN 2011 RESULTATS DU COMMERCE EXTERIEUR EN 2011 Pierre LELLOUCHE, Secrétaire d Etat chargé du commerce extérieur, Bercy, mardi 7 février 2012 Dossier de presse http://www.economie.gouv.fr Contacts Presse : Cabinet

Plus en détail

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2014 à 9 h 30 «Ages légaux de la retraite, durée d assurance et montant de pension» Document n 5 Document de travail, n engage pas le

Plus en détail

Du taux de marge dans l industrie note hussonet n 61, 15 octobre 2013

Du taux de marge dans l industrie note hussonet n 61, 15 octobre 2013 Du taux de marge dans l industrie note hussonet n 61, 15 octobre 2013 Le taux de marge mesure la part du profit (EBE) dans la valeur ajoutée d une entreprise. C est donc un bon indicateur de la répartition

Plus en détail

Communiqué de presse. Tereos Europe 500 000 000 d emprunt obligataire à 6 3/8 % dus à 2014. Pour le semestre clos au 31 mars 2012.

Communiqué de presse. Tereos Europe 500 000 000 d emprunt obligataire à 6 3/8 % dus à 2014. Pour le semestre clos au 31 mars 2012. Communiqué de presse Lille, le 29 juin 2012 Tereos Europe 500 000 000 d emprunt obligataire à 6 3/8 % dus à 2014 Pour le semestre clos au 31 mars 2012. L Entreprise organise une conférence téléphonique

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES le Financement des entreprises, un soutien indispensable à l économie parlons de la banque... LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES UN SOUTIEN INDISPENSABLE À L ÉCONOMIE Mars 2014 Retrouvez les chiffres actualisés

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON COMMENT S OPÈRE LE FINANCEMENT de L ÉCONOMIE MONDIALE? LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON INTERPRÉTATION ÉCONOMIQUE A. QU EST-CE QU UNE BALANCE DES PAIEMENTS B. LA BALANCE DES TRANSACTIONS COURANTES C. LA

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Qui détient les dettes publiques européennes?

Qui détient les dettes publiques européennes? 24 mars 2010 N 124 Qui détient les dettes publiques européennes? Nous tentons ici la gageure, d estimer le montant et la part des titres de dettes publiques européennes qui sont détenus à l étranger. Nous

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

Résultats du 1er Semestre 2009. 31 août, 2009

Résultats du 1er Semestre 2009. 31 août, 2009 Résultats du 1er Semestre 2009 31 août, 2009 Groupe Hi-media La plateforme de monétisation leader en Europe Hi-media est le premier groupe de media online en Europe en terme d audience et de part de marché

Plus en détail

Accès financier aux soins

Accès financier aux soins Accès financier aux soins 1 L accès aux soins Toute la population résidente en France est couverte par l assurance maladie de base et 95% par une complémentaire santé Un accès libre au système de soins

Plus en détail

Export-gnation? Prix, Protectionnisme et (défauts de) Paiement : Les trois «P» qui empiètent sur la reprise du commerce mondial

Export-gnation? Prix, Protectionnisme et (défauts de) Paiement : Les trois «P» qui empiètent sur la reprise du commerce mondial Communiqué de presse Export-gnation? Prix, Protectionnisme et (défauts de) Paiement : Les trois «P» qui empiètent sur la reprise du commerce mondial PARIS 18 MARS 2015 Une reprise encore à confirmer, des

Plus en détail

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs Ben S. C. Fung (+852) 2878 718 ben.fung@bis.org Robert N. McCauley (+852) 2878 71 robert.mccauley@bis.org Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs La demande de comptes bancaires

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 11 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 55 av. Bosquet - 7533 Paris Cedex 7 - Tél. 1 53 59 18 6 - Fax 1 53 59 18 88 - gfi@gfi.asso.fr

Plus en détail

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii Consolider les dettes publiques: un processus au long cours Les dysfonctionnements européens

Plus en détail

Chiffre d affaires du premier trimestre 2015

Chiffre d affaires du premier trimestre 2015 Chiffre d affaires du premier trimestre 2015 Chiffre d affaires : 286,6 millions d euros, croissance organique de +4,0% Flux de trésorerie disponible : 31,9 millions d euros, en progression de +10,4% Croissance

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

Comment s explique le rééquilibrage des balances commerciales en Europe?

Comment s explique le rééquilibrage des balances commerciales en Europe? Comment s explique le rééquilibrage des balances commerciales Grégoire Borey Bruno Quille Département de la conjoncture L évolution des balances commerciales des principaux pays européens connaît une rupture

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE LE MARCHE FRANÇAIS DE LA GESTION EN 2014

COMMUNIQUE DE PRESSE LE MARCHE FRANÇAIS DE LA GESTION EN 2014 COMMUNIQUE DE PRESSE LE MARCHE FRANÇAIS DE LA GESTION EN 2014 DYNAMISME CONFIRME MALGRE LA FAIBLESSE CHRONIQUE DE L EPARGNE LONGUE EN ACTIONS 1 En France, les encours globaux sous gestion (mandats et OPC)

Plus en détail

Gemalto publie son chiffre d affaires du 1 er trimestre 2010

Gemalto publie son chiffre d affaires du 1 er trimestre 2010 Gemalto publie son chiffre d affaires du 1 er trimestre Chiffre d affaires en hausse à 390 millions d euros Croissance de la Téléphonie Mobile, portée par les logiciels et services Amélioration du mix

Plus en détail

Délais de paiement : Le grand écart

Délais de paiement : Le grand écart Délais de paiement : Le grand écart Conférence de Presse, Paris, le 28 juin 2012 Ludovic Subran, Chef Economiste Arnaud Roger, Directeur des Indemnisations Maxime Lemerle, Responsable des Etudes Macroéconomiques

Plus en détail

Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement

Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement Se préparer pour le défi des retraites. Sebastian Paris-Horvitz Directeur de la Stratégie d Investissement Le Défi des retraites S. PARIS-HORVITZ - 26/04/2006 1 Sommaire Le défi démographique Le défi des

Plus en détail

La Fnac progresse en 2013 : Résultat opérationnel courant en progression de 13% Résultat net positif

La Fnac progresse en 2013 : Résultat opérationnel courant en progression de 13% Résultat net positif Ivry, le 27 février 2014 La Fnac progresse en 2013 : Résultat opérationnel courant en progression de 13% Résultat net positif Progression du résultat opérationnel courant à 72 m (+13,3%) Résultat net positif

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Paris, le 7 juillet 2009 RESULTATS COMMERCIAUX PREMIER SEMESTRE 2009. Faits marquants

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Paris, le 7 juillet 2009 RESULTATS COMMERCIAUX PREMIER SEMESTRE 2009. Faits marquants COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 7 juillet 2009 RESULTATS COMMERCIAUX PREMIER SEMESTRE 2009 Faits marquants semestrielle VP + VUL (S1 2008 S2 2009) o Europe 30 pays : + 0,2 point de part de marché (6,3 %

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Communiqué de Presse

Communiqué de Presse Le prix élevé de l aluminium a compensé la hausse des charges Le résultat sous-jacent de Hydro provenant des activités continuées s est établi à 1 335 millions NOK au 2e, comparé à 1 442 millions NOK pour

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe. 10 juillet 2014

CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe. 10 juillet 2014 CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe 0 juillet 04 Avertissement «Le présent document peut contenir des données de nature prospective.

Plus en détail

Dîner Maroc Entrepreneurs

Dîner Maroc Entrepreneurs Entrepreneurs Conseil Dîner Maroc Entrepreneurs Enjeux et tendances des investissements directs étrangers au Maroc 19 avril 2004 1 Sommaire 1. Synthèse des enjeux et des tendances 2. Chiffres clefs Importations

Plus en détail

Lettre aux actionnaires

Lettre aux actionnaires Lettre aux actionnaires Comptes du Groupe au 30 juin 2010 Message des présidents Mesdames, Messieurs, L actualité économique du premier semestre a été marquée par la crise d endettement dans certains pays

Plus en détail

Focus: France. Grant Thornton International Business Report 2014

Focus: France. Grant Thornton International Business Report 2014 Focus: France Grant Thornton International Business Report 2014 Focus: France 300 Introduction entretiens menés auprès de chefs d entreprises Avec 66 millions d habitants et un PIB culminant à 2 600 milliards

Plus en détail

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 23 octobre 214 1 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 1. Croissance mondiale contrastée 2. ZE : croissance et inflation revues en baisse 3.

Plus en détail

Health Care Systems: Efficiency and Policy Settings. Systèmes de santé : efficacité et politiques. Summary in French. Résumé en français

Health Care Systems: Efficiency and Policy Settings. Systèmes de santé : efficacité et politiques. Summary in French. Résumé en français Health Care Systems: Efficiency and Policy Settings Summary in French Systèmes de santé : efficacité et politiques Résumé en français L état de santé de la population des pays de l OCDE n a cessé de s

Plus en détail

Contribution des industries créatives

Contribution des industries créatives RÉSUMÉ - Septembre 2014 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes de PIB et d emploi Évolution 2008-2011 2 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes

Plus en détail

4.2.1. Le Système monétaire européen : principes et résultats

4.2.1. Le Système monétaire européen : principes et résultats 4.2.1. Le Système monétaire européen : principes et résultats Introduction En 1978, le système monétaire européen (SME) succédait au serpent monétaire européen de 1972. A ce jour, il constitue l exemple

Plus en détail

L Univers SWIFTNet. Transformons l essai. Multiplexons les relations

L Univers SWIFTNet. Transformons l essai. Multiplexons les relations L Univers SWIFTNet Transformons l essai Multiplexons les relations High performance. Delivered. High performance. Delivered.* Globalisation de la communication bancaire Vincent.Lebeault Partner Accenture

Plus en détail

2013-2014 publié. Chiffre d affaires annuel 1 499,6 1 260,5 1 269,4 +0,7 %

2013-2014 publié. Chiffre d affaires annuel 1 499,6 1 260,5 1 269,4 +0,7 % Vilmorin & Cie SA Société Anonyme à Conseil d Administration au capital de 317 717 005,50 euros Siège social : 4, Quai de la Mégisserie 75001 PARIS R.C.S. Paris 377 913 728 Exercice social du 1 er juillet

Plus en détail

Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience

Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience 3 mars 6 N 6-134 Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience On sait que les pays ont des stratégies de croissance très différentes : développement

Plus en détail

Les chiffres du MEDEF. Analyse de la compétitivité des entreprises françaises

Les chiffres du MEDEF. Analyse de la compétitivité des entreprises françaises Les chiffres du MEDEF Analyse de la compétitivité des entreprises françaises 2 12 arts de marché 1 - oids de la dans les exportations mondiales 5 4,7 Exportations françaises/exportations mondiales (marchandises,

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 ACTUALITE ECONOMIQUE L activité mondiale devrait poursuivre son affermissement. L impulsion est donnée par les pays avancés, bien que leurs redressements restent inégaux.

Plus en détail

Crédit Agricole Asset Management Nextra: un ambitieux projet européen dans le secteur de la gestion d actifs

Crédit Agricole Asset Management Nextra: un ambitieux projet européen dans le secteur de la gestion d actifs Crédit Agricole Asset Management Nextra: un ambitieux projet européen dans le secteur de la gestion d actifs Conférence de presse, Milan, 10 Janvier 2006 Page 1 Sommaire Logique de l opération Description

Plus en détail

Une crise de la distribution, plutôt qu une crise budgétaire

Une crise de la distribution, plutôt qu une crise budgétaire Une crise de la distribution, plutôt qu une crise budgétaire Özlem Onaran Nous sommes dans un nouvel épisode de la crise mondiale: la lutte pour la répartition des coûts. Cette crise a été l un des produits,

Plus en détail

L EVOLUTION DE LA GESTION COLLECTIVE FRANCAISE AU 1 er TRIMESTRE 2015

L EVOLUTION DE LA GESTION COLLECTIVE FRANCAISE AU 1 er TRIMESTRE 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE Avril 2015 L EVOLUTION DE LA GESTION COLLECTIVE FRANCAISE AU 1 er TRIMESTRE 2015 Au terme de ce 1 er trimestre, les encours de gestion collective rejoignent un niveau qu ils n avaient

Plus en détail

Juin 2015. L Indice Mid-Market de la zone euro. Réalisé par Argos Soditic & Epsilon Research

Juin 2015. L Indice Mid-Market de la zone euro. Réalisé par Argos Soditic & Epsilon Research Juin 2015 L Indice Mid-Market de la zone euro Réalisé par Argos Soditic & Epsilon Research Sommaire page 3 Méthodologie page 4 Évolution de l Indice page 5 Capital-transmission vs industriels page 6 Activité

Plus en détail

Forte progression des résultats de Capgemini au premier semestre 2015

Forte progression des résultats de Capgemini au premier semestre 2015 Relations presse : Christel Lerouge Tél. : 01 47 54 50 71 Relations Investisseurs : Vincent Biraud Tél. : 01 47 54 50 87 Forte progression des résultats de Capgemini au premier semestre 2015 Chiffre d

Plus en détail

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations par Robert Fluri et Robert Müller, Direction de la statistique, Banque nationale suisse, Zurich BNS 42

Plus en détail

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Mai 2005 Rapport de OEE-Etudes pour la F.F.S.A. TABLE DES MATIÈRES I. COMPORTEMENTS D'EPARGNE ET D'INVESTISSEMENT DES MENAGES EUROPÉENS

Plus en détail

Une nouvelle norme de construction et de diffusion des statistiques d investissements directs

Une nouvelle norme de construction et de diffusion des statistiques d investissements directs Une nouvelle norme de construction et de diffusion des statistiques d investissements directs Bruno TERRIEN Direction des Enquêtes et Statistiques sectorielles Service des Investissements directs Le FMI,

Plus en détail

Communiqué de Presse. S1 2015 S1 2014 Exercice 2014

Communiqué de Presse. S1 2015 S1 2014 Exercice 2014 Contacts Relations Investisseurs : Patrick Gouffran +33 (0)1 40 67 29 26 pgouffran@axway.com Relations Presse : Sylvie Podetti +33 (0)1 47 17 22 40 spodetti@axway.com Communiqué de Presse Axway : croissance

Plus en détail

1 er trimestre 2014-2015 : Résultats en ligne avec les objectifs annuels

1 er trimestre 2014-2015 : Résultats en ligne avec les objectifs annuels COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 10 mars 2015 1 er trimestre : Résultats en ligne avec les objectifs annuels Solide croissance organique de 3,3% EBITDA en hausse de 1,5% Résultat net multiplié par 3,3 Perspectives

Plus en détail

LES RAPPORTS ET LES ANALYSES DE L OST OCTOBRE

LES RAPPORTS ET LES ANALYSES DE L OST OCTOBRE ALLEMAGNE - ESPAGNE - FRANCE - ITALIE - ROYAUME-UNI UNE ANALYSE MULTIDIMENSIONNELLE DES PERFORMANCES SCIENTIFIQUES ET TECHNOLOGIQUES RAPPORTS & ANALYSES OST - INTRODUCTION ( 1 ) Les indicateurs blibliométriques

Plus en détail

STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014

STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014 STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014 Allocations d actifs Conseil en Investissements Financiers ORIAS 07 006 343 CIF E001949 1 Conjoncture déprimée en Europe, mais soutenue dans les zones US

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 12 mai 2003 CHIFFRE D AFFAIRES CONSOLIDE D AXA 1 ER TRIMESTRE 2003 20,4 MILLIARDS D EUROS, + 5,9 % A DONNEES COMPARABLES CROISSANCE SOUTENUE EN VIE/ EPARGNE/ RETRAITE En

Plus en détail

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Répartition des actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Répartition des actifs des fonds de pension et

Plus en détail

L impact des opérations avec l extérieur sur la création monétaire dans la zone euro

L impact des opérations avec l extérieur sur la création monétaire dans la zone euro L impact des opérations avec l extérieur sur la création monétaire dans la zone euro Les données disponibles pour 1998 et le premier semestre 1999 indiquent, pour l agrégat monétaire M3 de la zone euro,

Plus en détail

L automobile dans l espace européen et français

L automobile dans l espace européen et français L automobile dans l espace européen et français Fin 2004, l industrie automobile emploie 2,54 millions de salariés 1 dans l Union européenne des 25. Ces salariés se répartissent pour 1,12 million dans

Plus en détail

L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47.0

L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47.0 L Europe des consommateurs : Contexte international Rapport Eurobaromètre 47. Résumé La question de la position des consommateurs vis-à-vis du commerce international a été abordée en particulier par deux

Plus en détail

L industrie automobile au Maroc

L industrie automobile au Maroc المملكة المغربية Royaume du Maroc Département des Statistiques des Echanges Extérieurs L industrie automobile au Maroc -Performance à l export- -Décembre 203- Introduction L ouverture commerciale et la

Plus en détail

Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants

Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants Cédric Tille Institut des Hautes Etudes Internationales et du Développement, and Center for Economic Policy Research (CEPR)

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail