Compétitivité des entreprises françaises

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compétitivité des entreprises françaises"

Transcription

1 Compétitivité des entreprises françaises La compétitivité dépend en premier lieu de l évolution des coûts unitaires de production et des prix relatifs des biens exposés à la concurrence internationale. L amélioration depuis 10 ans de la compétitivité en termes de prix et de coûts des entreprises françaises a notamment permis à notre secteur industriel d enregistrer de bonnes performances à l exportation et de consolider ses parts de marché à l étranger. La «compétitivité produit» de la France apparaît également satisfaisante quant à la qualité des produits offerts ou la diversité des gammes proposées. Enfin, la vigueur des investissements directs à l étranger sur la seconde moitié des années 90 témoigne de la bonne santé financière de nos entreprises ainsi que de leur capacité à conquérir de nouveaux marchés et à acquérir une dimension internationale. 161

2 Graphique 1 Compétitivité-prix des principaux pays européens par rapport aux pays de l OCDE (produits manufacturés) Source : OCDE. Calculs : DP. Base 100 en Graphique 2 Compétitivité-coût des principaux pays européens par rapport aux pays de l OCDE (produits manufacturés) Source : OCDE. Calculs : DP. Base 100 en La compétitivité produit évolue de manière favorable C est le cas au regard de l évolution des prix et des coûts Les entreprises françaises ont accumulé des gains de compétitivité-prix substantiels au cours de la dernière décennie, tant par rapport à leurs partenaires des pays industrialisés que par rapport aux pays émergents : au cours des dix dernières années, l évolution des prix à l exportation des produits français est restée plus modérée que celle de nos partenaires de l OCDE (cf. graphiques 1 et 2). Notre compétitivité-prix à l exportation s est ainsi améliorée de plus de 15 % entre le premier semestre de 1990 et le premier semestre 2001 (cf. tableau 1 bis). Les exportateurs français ont également connu depuis dix ans une amélioration Allemagne 1S1990 1S1991 1S1992 1S1990 1S1991 1S1992 1S1993 1S1994 1S1995 1S1996 1S1997 1S1998 1S1999 1S2000 1S2001 France Italie Royaume-Uni 1S1993 1S1994 1S1995 1S1996 1S1997 1S1998 1S1999 1S2000 1S2001 Allemagne France Italie Royaume-Uni continue de leur compétitivité-coût, en raison d une évolution toujours modérée des coûts salariaux unitaires. Cette compétitivité-coût s est améliorée de 24 % sur la dernière décennie et le surcroît de compétitivité est de l ordre de 20 % à la mi-2001 en comparaison de la moyenne des 20 dernières années (cf. graphiques 1 et 2, tableau 1). La France bénéficie en particulier, sur les dernières années, d une évolution de ses coûts de production plus favorable que celle de ses principaux partenaires européens, notamment l Allemagne, l Italie et le Royaume-Uni. Sur l ensemble de la décennie 90, on observe, en revanche, que la compétitivitéprix ne s améliore pas autant que la compétitivité-coût, ce qui traduit un renforcement des marges chez les exportateurs français. Il apparaît plus précisément que les producteurs français ont consenti des efforts de marge importants à l exportation jusqu en 1995 avant de les reconstituer au cours des cinq dernières années. Les évolutions du taux de change effectif réel (TCER) (1) de la France indicateur de sa position compétitive vis-à-vis de l ensemble de ses partenaires commerciaux montrent également une amélioration de la compétitivité des entreprises françaises, en particulier vis-à-vis des pays émergents. À la fin 2000, le change réel se trouve ainsi déprécié de 15 % par rapport au niveau moyen que l on pouvait observer en comme au regard de l évolution des parts de marché mondiales et de la compétitivité hors-prix La progression de nos parts de marché relatives en volume témoigne de la bonne (1) Taux de change pondéré par la structure de la concurrence ressentie par nos exportateurs et corrigé des divergences d évolution des prix intérieurs. Cet indicateur couvre 42 partenaires commerciaux de la France. Une dépréciation est, toutes choses égales par ailleurs favorable à la compétitivité. 162

3 Évolution de la compétitivité-coût par rapport aux partenaires de l OCDE Tableau 1 (En %) 1 er semestre er semestre er semestre er semestre 2001 France 23,8 17,4 Allemagne 8,4 11,3 Italie 15,2-0,7 Royaume-Uni -22,4-12,1 Source : OCDE, calculs DP. Une hausse correspond à une amélioration de la compétitivité. Tableau 1 bis Évolution de la compétitivité-prix par rapport aux partenaires de l OCDE (En %) 1 er semestre er semestre er semestre er semestre 2001 France 15,3 8,5 Allemagne 3,4 4,7 Italie 3,5-4,3 Royaume-Uni -2,8-5,6 Source : OCDE, calculs DP. Une hausse correspond à une amélioration de la compétitivité. tenue de nos exportations (cf. graphique 3). Notre part de marché relative en volume est restée relativement stable depuis dix ans et progresse même modérément sur les cinq dernières années (cf. graphique 3). Parmi les principaux pays européens, la France est le seul pays à avoir maintenu sa part de marché relative en volume. La compétitivité des produits français n est pas déterminée uniquement par les prix, notamment dans le secteur des biens de consommation, mais aussi par d autres facteurs, liés à ce que l on a coutume d appeler la différentiation des produits ou compétitivité hors-prix. La compétitivité hors-prix recouvre des dimensions telles que la qualité, le nombre de variétés de produits au sein d une même gamme, l étendue des gammes offertes et le caractère innovant des biens offerts. Une enquête sur l image des produits européens, réalisée en 2001 par le Centre d Observation Économique (COE) de la Chambre de Commerce et d Industrie de Paris auprès d importateurs, témoigne de l amélioration de l image des produits français, en termes de qualité, d innovation, de notoriété des marques, de service commercial, de service à la clientèle et de délais de livraison (même si l amélioration sur ce dernier critère est moins prononcée). (cf. graphique 4). Au-delà des enquêtes, la qualité reste une notion difficile à mesurer. L analyse de la compétitivité par les prix s en ressent, 11,0 9,0 7,0 5,0 1S1990 1S1991 1S1992 1S1993 1S1994 1S1995 1S1996 1S1997 1S1998 1S1999 1S2000 1S2001 France Italie Royaume-Uni 21,0 16,0 11,0 6,0 Allemagne (échelle de droite) puisque des prix élevés peuvent aussi bien signaler des coûts trop importants que des produits de haute qualité. 0,5 0,4 0,3 0,2 0,1 0-0,1-0,2-0,3 France Allemagne Belgique Royaume- Uni Italie Espagne Etats-Unis Japon Asie (hors Japon) * Remarque : 0 correspond à un score moyen. Graphique 3 Parts de marché en volume des principaux pays européens par rapport aux pays de l OCDE (manuf. en %) Graphique 4 L image des produits exportés Source : enquête du COE réalisée en 2001 auprès d importateurs de six pays européens. 163

4 Les études récentes consacrées à la spécialisation des échanges au sein de l Union européenne (2) laissent penser que la France dispose de solides avantages dans les produits de haute et moyenne gammes. Il semble que l Allemagne et la France se soient orientées principalement vers une concurrence par la qualité, alors que les entreprises espagnoles et italiennes s illustrent davantage par la compétitivité de leurs prix. Cette analyse confirme en particulier que la France tire une part notable de son avantage comparatif des produits haut de gamme ou innovants. Elle bénéficie de larges avantages en termes de qualité dans les secteurs de l agro-alimentaire, de l habillement, mais également dans des secteurs de haute technologie (aérospatiale, industrie pharmaceutique). La réalisation de l Union économique et monétaire modifie le jeu de la concurrence Avec l avènement de l euro, ce sont près de 60 % de nos échanges qui ne subissent plus les fluctuations des parités bilatérales. Désormais, la compétitivité-prix de nos échanges intra-européens devient extrêmement sensible au différentiel d inflations nationales comme aux écarts de coûts de production. En outre, l euro va accroître le degré de concurrence et réduira la segmentation du Marché Unique, en favorisant la transparence des prix et la réduction des coûts de transaction. Il encouragera donc la convergence des niveaux de prix des biens. Dans ce nouveau contexte européen, les prix industriels d un pays pourront encore plus difficilement s écarter de ceux de la concurrence de manière significative. De plus, l accroissement de la concurrence incitera les entreprises à différencier davantage leurs produits. Ces évolutions auront alors comme conséquence de restreindre la portée des indicateurs de compétitivitéprix. Des prix en ligne avec la concurrence pourront en effet masquer un dérapage des coûts que les entreprises cherchent à compenser en comprimant leurs marges ou, à l inverse, des gains substantiels de compétitivité hors-prix. En l occurrence, depuis la mise en place de l euro, le 1 er janvier 1999, les coûts de production français et allemands ont évolué plus favorablement que les coûts italiens (3). L analyse de la compétitivité au sein de la zone euro nécessite donc de porter une attention toute particulière à l évolution des coûts de production et à la profitabilité de nos ventes, comme à l étendue des gammes et à la qualité des produits. Des investissements directs à l étranger qui manifestent la bonne santé des grandes entreprises françaises Les investissements directs à l étranger (IDE) (4) sont aujourd hui le deuxième pilier de la globalisation et représentent un facteur important d internationalisation de nos entreprises. Ils ont fait preuve d un fort dynamisme au cours des trois dernières années. ce dynamisme observé depuis l avènement de (2) En particulier, les études du CEPII (Centre d études prospectives et d informations internationales) : Fontagné, Freudenberg, Ünal-Kesenci (1995) ; Freudenberg, Ünal-Kesenci (1996) ; Fontagné, Freudenberg, Péridy (1997). (3) Baisse de 3 % et de 1 % des coûts de production allemands et français entre le 1er semestre 1999 et le 1 er semestre 2001, hausse de 1,7 % des coûts italiens. (4) Selon la définition du FMI, l investisseur doit exercer une influence significative sur la gestion de l entreprise, à savoir détenir au moins 10 % des actions ordinaires ou des droits de vote (ou l équivalent). 164

5 la zone euro, ainsi que l importance des opérations de fusions-acquisitions (qui expliquent en 1999 et 2000 une partie des progressions exceptionnelles des IDE), laissent penser que le phénomène reflète non pas une fuite des capitaux mais un mouvement d intégration européenne croissante, notamment dans les secteurs bancaire et des nouvelles technologies. Il correspondrait à la volonté des entreprises françaises de mobiliser des synergies en Europe et de constituer des groupes d envergure internationale. En effet, les investissements à l étranger ne sont généralement pas réalisés au détriment de l investissement sur le territoire national. Ils répondent à des stratégies industrielles internationales et constituent un investissement productif favorable à l activité nationale. La progression concomitante des investissements directs à l étranger et des exportations au cours des dernières années illustre bien l effet d entraînement exercé par les IDE sur les exportations et, par conséquent, sur la croissance de l activité en France. En outre, bon nombre d activités de services n ont généralement d autre possibilité que d implanter des filiales à l étranger si elles souhaitent conquérir de nouveaux marché. À ce titre, on ne peut que se réjouir des vives progressions des investissements directs en matières de services aux entreprises ou encore de services financiers. Enfin, les investissements français à l étranger sont source de revenus, à court, moyen et long terme, par le biais des dividendes versés par les filiales à la maison mère. 165

6

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents Compétitivité de l industrie manufacturière Faits marquants en 28-29 - La crise accentue les pertes de parts de marché des pays développés face aux pays émergents - La «compétitivité-coût» de l industrie

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 7 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 98 Paris La Défense cedex - Tél. 47 7 6 6 - Fax 47 7 6 8 Coe-Rexecode - 9 avenue

Plus en détail

DIVERGENCES DES PERFORMANCES EUROPÉENNES DÉCEMBRE 2013

DIVERGENCES DES PERFORMANCES EUROPÉENNES DÉCEMBRE 2013 DIVERGENCES DES PERFORMANCES EUROPÉENNES DÉCEMBRE 2013 MONDE PIB 108 106 Pays développés début 2007 = 100 104 États-Unis 102 100 98 96 94 92 Japon Royaume-Uni Zone euro 90 2007 2008 2009 2010 2011 2012

Plus en détail

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH IN CHARTS France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée Comme toutes les crises, celle que nous traversons est propice aux dogmes, jugements à l

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

AMBASSADE DE FRANCE EN ALLEMAGNE SERVICE ÉCONOMIQUE RÉGIONAL

AMBASSADE DE FRANCE EN ALLEMAGNE SERVICE ÉCONOMIQUE RÉGIONAL AMBASSADE DE FRANCE EN ALLEMAGNE SERVICE ÉCONOMIQUE RÉGIONAL La Ministre Conseillère pour les Affaires Economiques Berlin, le 31 octobre 2014 Dossier suivi par Lucie Petit Relu par Nicolas Studer NOTE

Plus en détail

LA FRANCE ATTIRE LES INVESTISSEMENTS ETRANGERS

LA FRANCE ATTIRE LES INVESTISSEMENTS ETRANGERS LA FRANCE ATTIRE LES INVESTISSEMENTS ETRANGERS La France : 4 e destination mondiale Une croissance du nombre de projet Après trois années de stabilité, le nombre des projets d investissements étrangers

Plus en détail

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Le chapitre X consacré à l optique dépenses de la comptabilité nationale nous a donné l occasion de décrire la structure

Plus en détail

De 2001 à 2004, les exportations allemandes ont été nettement

De 2001 à 2004, les exportations allemandes ont été nettement Dossiers Anne-Juliette Bessone Benoît Heitz Division synthèse conjoncturelle De 2001 à 2004, les exportations allemandes ont été nettement plus dynamiques que les exportations françaises. Géographiquement,

Plus en détail

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes CENTRE ETUDES & PROSPECTIVE DU GROUPE ALPHA Fiches pays Économies développées - Europe Zone euro... 2 Allemagne... 5 France... 8

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

de travail n 44 La compétitivité française en 2013 Les parts de marché à l exportation de l économie française sont stables depuis 2011

de travail n 44 La compétitivité française en 2013 Les parts de marché à l exportation de l économie française sont stables depuis 2011 Document de travail n 44 La compétitivité française en 013 Les parts de marché à l exportation de l économie française sont stables depuis 011 La qualité des produits français est reconnue mais leurs prix

Plus en détail

La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai

La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai 2011 La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats Principaux résultats Le rapport préparé pour la réunion de l OCDE au niveau des ministres de 2001 et intitulé «La nouvelle économie : mythe ou réalité?» concluait que les technologies de l information

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

Présentation des résultats semestriels 2007

Présentation des résultats semestriels 2007 Présentation des résultats semestriels 2007 Faits marquants du premier semestre 2007 Henri de CASTRIES Président du Directoire Les résultats d AXA du 1 er semestre 2007 sont parfaitement en ligne avec

Plus en détail

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers)

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers) 23 COMMENT PEUT-ON EXPLIQUER LE CHÔMAGE? A La population active augmente-t-elle trop vite? a) Le chômage : une population active supérieure à l'emploi 1. Au niveau d une économie nationale, le chômage

Plus en détail

La France et surtout l Italie devront-elles sortir de la zone euro?

La France et surtout l Italie devront-elles sortir de la zone euro? er juillet N - La et surtout l devront-elles sortir de la zone euro? Nous ne voulons pas ici faire de la provocation inutile mais nous demander si l évolution à moyen terme de la situation économique de

Plus en détail

Rapport de Gestion Exposé Sommaire. Assemblée Générale Ordinaire et Extraordinaire Annuelle des Actionnaires. SOCIETE BIC Jeudi 3 juin 2004

Rapport de Gestion Exposé Sommaire. Assemblée Générale Ordinaire et Extraordinaire Annuelle des Actionnaires. SOCIETE BIC Jeudi 3 juin 2004 Rapport de Gestion Exposé Sommaire Assemblée Générale Ordinaire et Extraordinaire Annuelle des Actionnaires SOCIETE BIC Jeudi 3 juin 2004 SOCIÉTÉ BIC 14, rue Jeanne d Asnières 92116 Clichy Cedex, France

Plus en détail

Espagne: Une Reprise Fragile

Espagne: Une Reprise Fragile Focus OFP 28 Aout 2015 Frédéric Mackel (33) 1 85 08 13 73 f.mackel@oaksfieldpartners.com Timothée Sohm-Quéron t.sohm@oaksfieldpartners.com Chloe-Elizabeth Challier chloeelizabeth.challier@esade.edu Introduction

Plus en détail

i n f o r m a t i o n s

i n f o r m a t i o n s i n f o r m a t i o n s Paris, le 6 septembre 2005 Communiqué de Presse RESULTATS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005 Solides performances au 1 er semestre 2005 Le Conseil de Surveillance d Air Liquide, qui s est

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Les Crises de Balance des

Les Crises de Balance des Les Crises de Balance des Paiements Cédric Tille Institut t des Hautes Etudes Internationales ti et du Développement, et Center for Economic Policy Research (CEPR) Journée Iconomix, 14 Novembre 2012 Structure

Plus en détail

Medef Pour la réforme du financement de la protection sociale

Medef Pour la réforme du financement de la protection sociale Medef Pour la réforme du financement de la protection sociale Conférence de presse 15 novembre 2011 1 Une compétitivité française qui se dégrade 2 La France a perdu des parts de marché depuis 2000 Part

Plus en détail

Priorité au discours prononcé. Bonjour à toutes et à tous, je suis heureux de me retrouver parmi vous aujourd hui, ici, à Montréal.

Priorité au discours prononcé. Bonjour à toutes et à tous, je suis heureux de me retrouver parmi vous aujourd hui, ici, à Montréal. David Williamson Premier vice-président à la direction et chef des services financiers Assemblée générale annuelle Montréal (Québec), le 25 février 2010 Priorité au discours prononcé Bonjour à toutes et

Plus en détail

OBSERVATOIRE MONDIAL DES VINS ROSÉS

OBSERVATOIRE MONDIAL DES VINS ROSÉS > Les synthèses de FranceAgriMer Avril 2015 numéro VINS / 27 OBSERVATOIRE MONDIAL DES VINS ROSÉS 12 rue Henri Rol-Tanguy / TSA 20002 / 93555 Montreuil cedex Tél. : +33 1 73 30 30 00 / Fax : +33 1 73 30

Plus en détail

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années

L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années PUBLICATION JLR 2016 L évolution de l immobilier au cours des 30 dernières années www.jlr.ca FAITS SAILLANTS Depuis 1986, le prix réel des unifamiliales dans la RMR de Montréal a augmenté de 121 %. Le

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII Prix du pétrole et activité économique Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII 1 Introduction Poids considérable du pétrole dans l économie mondiale

Plus en détail

Développements. Internationaux

Développements. Internationaux Développements Internationaux Pétrole et matières premières Le cours de l or noir a baissé à nouveau Au quatrième trimestre 2015, le cours du Brent a fluctué autour de 45 $ par baril en moyenne. L offre

Plus en détail

La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement

La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE La reprise se grippe Au cours de l été 2011, le climat conjoncturel s est nettement détérioré dans l ensemble des économies avancées. Ainsi, en France, le climat

Plus en détail

Le financement public de la recherche-développement dans les principaux pays

Le financement public de la recherche-développement dans les principaux pays ISSN 1286-9392 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE et MINISTÈRE DE LA RECHERCHE00.47 NOVEMBRE En 1998, les États de la zone OCDE financent un tiers de la dépense intérieure de recherche et développement.

Plus en détail

Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques

Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques Direction des Etudes Economiques Le septembre Un choc pétrolier très différent dans ses origines et ses conséquences économiques Le choc n est plus du côté de l offre Malgré quelques pauses, la tendance

Plus en détail

CAP 160. Cadre d investissement : contrat d assurance vie ou contrat de capitalisation (support en unités de compte).

CAP 160. Cadre d investissement : contrat d assurance vie ou contrat de capitalisation (support en unités de compte). Generali Vie, Société Anonyme au capital de 299 197 104 euros, Entreprise régie par le Code des assurances - 602 062 481 RCS Paris, Siège social : 11 boulevard Haussmann - 75009 Paris. Téléphone : 01 58

Plus en détail

Le 11 septembre 2007, au moment même où la

Le 11 septembre 2007, au moment même où la Mondialisation 46 Les tendances récentes du commerce extérieur français La connaît depuis la fin des années 90 une dégradation du solde de ses échanges extérieurs. Le creusement du déficit commercial depuis

Plus en détail

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013.

Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. Reprise, es-tu là? Guillaume Duval, Alternatives économiques n 327, septembre 2013. La croissance française a connu un léger rebond au second trimestre 2013. Peut-on pour autant véritablement parler de

Plus en détail

Résultats de l enquête 2008 sur l appréciation du rapport qualité-prix des produits français par les importateurs européens

Résultats de l enquête 2008 sur l appréciation du rapport qualité-prix des produits français par les importateurs européens DOCUMENT DE TRAVAIL N.6/2009 Résultats de l enquête sur l appréciation du rapport qualité-prix des produits français par les importateurs européens Deuxième partie Résultats de l enquête sur l appréciation

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 1 au 14 mars 214 n 153 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en janvier 214 : +,7% sur un mois, +,4% en moyenne mobile sur trois mois 2. Balance commerciale en janvier 214

Plus en détail

DIRECTION DU TOURISME

DIRECTION DU TOURISME LA CLIENTELE TOURISTIQUE ALLEMANDE EN LANGUEDOC- ROUSSILLON DIRECTION DU TOURISME DONNEES GENERALES Données économiques et touristiques Population globale : 82,1 millions d habitants Densité de population

Plus en détail

Tableau de bord de l Epargne en Europe

Tableau de bord de l Epargne en Europe STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Juin 2014 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits, ou

Plus en détail

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012 Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 212 Ronan Mahieu* L économie française s est beaucoup transformée depuis l après-guerre, avec à la fois des évolutions lentes et continues

Plus en détail

Pierre-Jean SIVIGNON

Pierre-Jean SIVIGNON 7 MARS 2013 Georges PLASSAT Pierre-Jean SIVIGNON Remarques préliminaires 2012 Le Groupe s est recentré sur les pays où il a une position forte et un profil multi-format : Grèce : réorganisation de son

Plus en détail

Croissance de 7,1% du chiffre d affaires des neuf premiers mois de l exercice 2013-2014

Croissance de 7,1% du chiffre d affaires des neuf premiers mois de l exercice 2013-2014 Croissance de 7,1% du chiffre d affaires des neuf premiers mois de l exercice 2013-2014 Restauration Collective et Support Services (+ 9%) : progression du chiffre d affaires grâce à la croissance organique

Plus en détail

Croissance de 7,1% du chiffre d affaires des neuf premiers mois de l exercice 2013-2014

Croissance de 7,1% du chiffre d affaires des neuf premiers mois de l exercice 2013-2014 C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Paris, le 14 août 2014 Croissance de 7,1% du chiffre d affaires des neuf premiers mois de l exercice 2013-2014 Restauration Collective et Support Services (+9%) : progression

Plus en détail

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques Economie et Marchés : Bilan 2010 et Perspectives 2011 Paris, le 27 décembre 2010 ECONOMIE Tendances 2010 : poursuite de la reprise dans les pays développés, signes de surchauffe dans certains pays émergents

Plus en détail

Choix concurrentiels 2008 Comparaison des coûts d implantation des entreprises à l échelon international KPMG SA

Choix concurrentiels 2008 Comparaison des coûts d implantation des entreprises à l échelon international KPMG SA Choix concurrentiels 2008 Comparaison des coûts d implantation des entreprises à l échelon international KPMG SA Sommaire 1. A propos de l étude Choix concurrentiels 2008 2. Comparaison entre pays 3. Résultats

Plus en détail

Croissance soutenue du chiffre d affaires au 1 er trimestre 2011

Croissance soutenue du chiffre d affaires au 1 er trimestre 2011 Communiqué de presse Information trimestrielle Paris, le 20 avril 2011 Croissance soutenue du chiffre d affaires au 1 er trimestre 2011 Progression de +5,8% du chiffre d affaires en données publiées et

Plus en détail

Résultats du premier trimestre 2011. Mercredi 4 mai 2011

Résultats du premier trimestre 2011. Mercredi 4 mai 2011 Résultats du premier trimestre 2011 Mercredi 4 mai 2011 1 Avertissement Cette présentation peut comporter des éléments de projection et des commentaires relatifs aux objectifs et à la stratégie de Boursorama.

Plus en détail

Panorama du marché hôtelier parisien

Panorama du marché hôtelier parisien OFFICE DU TOURISME ET DES CONGRÈS DE PARIS, AOUT 215 1 Sommaire Introduction..... 3 1. Evolution du nombre d hôtels à Paris par catégorie depuis 199.. 4 Un besoin de chambres supplémentaires en 22...5

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en novembre 2012 : +0,2% sur un mois, -2,2% en moyenne mobile sur trois mois 2. Marché du logement en novembre

Plus en détail

Les échanges extérieurs agricoles et agroalimentaires de l Union européenne

Les échanges extérieurs agricoles et agroalimentaires de l Union européenne Les échanges extérieurs agricoles et agroalimentaires de l Union européenne Guillaume Wemelbeke* Depuis la crise survenue à la fin 2008, la production européenne de produits agricoles et agroalimentaires

Plus en détail

Environnement Economique

Environnement Economique (Fond Commun de placement) Rapport semestriel (27 juin 2014-29 décembre 2014) Environnement Economique L année 2014 aura été une nouvelle année économiquement contrastée pendant laquelle les Etats-Unis

Plus en détail

1. Le marché des changes

1. Le marché des changes TD : Le taux de change, un instrument du protectionnisme? 1. Le marché des changes Document 1 : Le cours de l euro en dollar 1/ Faites une phrase avec la donnée d avril 2013. En avril 2013, 1 valait 1,28

Plus en détail

Plus de la moitié des exportations de marchandises des économies en développement sont destinées à d autres économies en développement

Plus de la moitié des exportations de marchandises des économies en développement sont destinées à d autres économies en développement Plus de la moitié des exportations de marchandises des économies en développement sont destinées à d autres économies en développement Exportations des pays en développement, 2013 Pays de destination Vers

Plus en détail

FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX *

FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX * FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX * Département analyse et prévision de l OFCE Cette étude évalue l impact à différents horizons temporels d une hausse des taux (courts et longs) sur le passif des agents

Plus en détail

Portugal : espoirs de reprise par les exportations

Portugal : espoirs de reprise par les exportations Apériodique n 12-2 4 mai 212 Portugal : espoirs de reprise par les exportations Le budget 212 se caractérise par une rigueur draconienne avec le risque d enclenchement d une spirale délétère entre austérité

Plus en détail

Chiffre d affaires au 31 décembre 2008

Chiffre d affaires au 31 décembre 2008 Chiffre d affaires au Chiffre d affaires au en retrait de 3,0% à périmètre et taux Solide performance, notamment dans l activité Ciment, compte tenu de la forte dégradation du contexte macroéconomique.

Plus en détail

Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience

Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience 3 mars 6 N 6-134 Quelles semblent être les meilleures stratégies pour réduire le chômage? Un hommage au vice et à la patience On sait que les pays ont des stratégies de croissance très différentes : développement

Plus en détail

LE REGIME ALLEMAND DE CROISSANCE TIREE PAR

LE REGIME ALLEMAND DE CROISSANCE TIREE PAR LE REGIME ALLEMAND DE CROISSANCE TIREE PAR L EXPORTATION : VERS UNE REMISE EN CAUSE DURABLE? Rémi Lallement* L actuelle crise économique et financière, qui affecte particulièrement les pays les plus dépendants

Plus en détail

Légère reprise sur le premier trimestre: de premiers signes encourageants. Effectifs IAA

Légère reprise sur le premier trimestre: de premiers signes encourageants. Effectifs IAA Note de Conjoncture N 66 Page 1 Légère reprise sur le premier trimestre: de premiers signes encourageants Effectifs IAA 540 000 530 000 520 000 510 000 500 000 490 000 480 000 Source : Acoss, calculs ANIA

Plus en détail

Déjeuner de presse. Jean Vaylet, Président de la CCI de Grenoble. 24 janvier 2012

Déjeuner de presse. Jean Vaylet, Président de la CCI de Grenoble. 24 janvier 2012 Déjeuner de presse Jean Vaylet, Président de la CCI de Grenoble 24 janvier 2012 Bilan de mandature Déroulement Un an de mandature Les temps forts à la CCI en 2012 Bilan de mandature Janvier -janvier 2012

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Le modèle espagnol, dur pour les salariés, efficace pour créer des emplois RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Le modèle espagnol, dur pour les salariés, efficace pour créer des emplois RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE février 1 N 1 Le modèle espagnol, dur pour les salariés, efficace pour créer des emplois L a choisi : - depuis -9, de mettre en place une forte baisse du coût salarial unitaire,

Plus en détail

RESULTATS ANNUELS 2010/11 Chiffre d affaires en croissance de 23% à 15 M Amélioration de la marge brute à 74,4% Perte d exploitation de 3,1 M

RESULTATS ANNUELS 2010/11 Chiffre d affaires en croissance de 23% à 15 M Amélioration de la marge brute à 74,4% Perte d exploitation de 3,1 M www.tekka.com Brignais, le 22 juillet 2011 RESULTATS ANNUELS 2010/11 Chiffre d affaires en croissance de 23% à 15 M Amélioration de la marge brute à 74,4% Perte d exploitation de 3,1 M tekka (FR0010999425,

Plus en détail

Neuilly-sur-Seine, le 12 novembre 2007

Neuilly-sur-Seine, le 12 novembre 2007 Neuilly-sur-Seine, le 12 novembre 2007 o Au 30 septembre 2007, revenus en hausse de 19 %, à 8,2 milliards contre 6,9 milliards pour les neuf premiers mois de 2006, reflétant l intégration des activités

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

H PERFORMANCE 7 TITRES DE CRÉANCE PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET À L ÉCHÉANCE

H PERFORMANCE 7 TITRES DE CRÉANCE PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET À L ÉCHÉANCE H PERFORMANCE 7 TITRES DE CRÉANCE PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET À L ÉCHÉANCE Plusieurs opportunités de remboursement automatique anticipé pour un gain (1) potentiel de : ou

Plus en détail

HEXAGONE RENDEMENT. Le produit est émis par Morgan Stanley BV, société ad hoc de droit néerlandais et soumis au risque de défaut de l émetteur

HEXAGONE RENDEMENT. Le produit est émis par Morgan Stanley BV, société ad hoc de droit néerlandais et soumis au risque de défaut de l émetteur HEXAGONE RENDEMENT Titres de créance présentant un risque de perte en capital Produit de placement, alternative à un investissement dynamique risqué de type actions Durée d investissement conseillée :

Plus en détail

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Octobre 2008 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits,

Plus en détail

Banque et Assurance Les Echos 7 ème conférence annuelle 13 Avril 2012. Economie Finance et Stratégie

Banque et Assurance Les Echos 7 ème conférence annuelle 13 Avril 2012. Economie Finance et Stratégie Banque et Assurance Les Echos 7 ème conférence annuelle 13 Avril 2012 I. Les changements règlementaires 1. Les changements règlementaires concernent non seulement les banques mais aussi l ensemble du système

Plus en détail

CAC Rendement. Le produit est soumis au risque de défaut de Morgan Stanley BV

CAC Rendement. Le produit est soumis au risque de défaut de Morgan Stanley BV CAC Rendement Titres de créance1 présentant un risque de perte en capital Produit de placement, alternative à un investissement dynamique risqué de type actions Durée d investissement conseillée : 7 ans

Plus en détail

COMMERCE ÉLECTRONIQUE INTERENTREPRISES, TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION ET PERFORMANCE ÉCONOMIQUE

COMMERCE ÉLECTRONIQUE INTERENTREPRISES, TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION ET PERFORMANCE ÉCONOMIQUE COMMERCE ÉLECTRONIQUE INTERENTREPRISES, TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION ET PERFORMANCE ÉCONOMIQUE Martin Brookes Économiste senior, Goldman Sachs Je vais diviser ma présentation en

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

PÉRIMÈTRE DE L ÉCONOMIE DU SPORT LA DÉPENSE SPORTIVE EN FRANCE 1 TAB-1. EVOLUTION DE LA DÉPENSE SPORTIVE EN FRANCE DE 2005 À 2012

PÉRIMÈTRE DE L ÉCONOMIE DU SPORT LA DÉPENSE SPORTIVE EN FRANCE 1 TAB-1. EVOLUTION DE LA DÉPENSE SPORTIVE EN FRANCE DE 2005 À 2012 LE POIDS ÉCONOMIQUE DU SECTEUR SPORTIF EN FRANCE Une publication du ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports Direction des Sports - Bureau de l économie du sport 1 PÉRIMÈTRE DE L ÉCONOMIE DU

Plus en détail

FICHE DE SYNTHESE : CHAPITRE 101 LA MONDIALISATION DES ECHANGES

FICHE DE SYNTHESE : CHAPITRE 101 LA MONDIALISATION DES ECHANGES FICHE DE SYNTHESE : CHAPITRE 101 LA MONDIALISATION DES ECHANGES 1 LES NOTIONS Echange marchand = échange de biens et de services qui s effectue sur un marché et qui donne lieu au paiement d un prix fixé

Plus en détail

Hétérogénéités structurelles dans la zone euro : appréciations et conséquences. Alexis Penot

Hétérogénéités structurelles dans la zone euro : appréciations et conséquences. Alexis Penot Hétérogénéités structurelles dans la zone euro : appréciations et conséquences Alexis Penot 1 Sommaire Les statistiques macro-économiques ou la nécessité de se pencher sur les aspects structurels Les secteurs

Plus en détail

L aide au développement a été stable en 2014 mais la baisse des apports aux pays les plus pauvres se poursuit. Synthèse détaillée

L aide au développement a été stable en 2014 mais la baisse des apports aux pays les plus pauvres se poursuit. Synthèse détaillée OCDE - Paris, 8 avril 2015 L aide au développement a été stable en 2014 mais la baisse des apports aux pays les plus pauvres se poursuit Principaux chiffres de l aide en 2014 Synthèse détaillée En 2014,

Plus en détail

*** Confirmation de l objectif 2009 de résultat avant impôt entre 400 et 450 millions d euros

*** Confirmation de l objectif 2009 de résultat avant impôt entre 400 et 450 millions d euros Communiqué de presse Paris, le 19 janvier 2010 Chiffre d affaires 2009 : -7,9% en données comparables Dans un environnement économique encore sévèrement touché par la crise, Chiffre d affaires des Services

Plus en détail

Un exemple de redéploiement industriel: la lingerie Chantelle

Un exemple de redéploiement industriel: la lingerie Chantelle ! Université d Automne 2003! Enseignants de Sciences Economiques et Sociales - Entreprises Jeudi 23 et vendredi 24 octobre 2003! Lycée Louis Le Grand! Paris «Les entreprises dans la mondialisation» Un

Plus en détail

udesté on it ecl Col

udesté on it ecl Col Collection études LA C EST 49% de la population girondine en 21 * 727 466 habitants (INSEE 21) * 7% de croissance en 1 ans (INSEE) * 27 communes * 4 ème Communauté Urbaine de France (INSEE 28) 53% des

Plus en détail

Rapport financier semestriel

Rapport financier semestriel Le 1 er juin 2012 Rapport financier semestriel Au cours du premier semestre 2012, le Groupe a enregistré une forte croissance de son activité (+8,1%), notamment liée à une période de soldes hiver favorables,

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004

OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004 OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004 DIRECTION DE L'EXPANSION ECONOMIQUE DIVISION DES STATISTIQUES ET DES ETUDES ECONOMIQUES SOMMAIRE Pages PREAMBULE 1 CHAPITRE n 1 - LES RESULTATS ANNUELS 3

Plus en détail

1. La crise, le risque et les réactions de l épargnant : quelle grille d interprétation?

1. La crise, le risque et les réactions de l épargnant : quelle grille d interprétation? 1. La crise, le risque et les réactions de l épargnant : quelle grille d interprétation? En France, la crise n a fait qu accentuer une tendance récente, suscitée par les débats sur l avenir de l État-providence,

Plus en détail

Investissements directs étrangers (IDE) en France : principaux constats

Investissements directs étrangers (IDE) en France : principaux constats DG Trésor - Pôle commerce extérieur 24/07/2014 Investissements directs étrangers (IDE) en France : principaux constats - Si la France se situe aux premiers rangs mondiaux en termes de stock d IDE (4 ème

Plus en détail

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016

ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01. Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 DOSSIER DE PRESSE Le mardi 9 février 2016, ATTENTION DOCUMENT SOUS EMBARGO PUBLIABLE LE 10 FEVRIER 2016 A 0H01 Recrutements de cadres : la reprise se confirme en 2016 EN SYNTHESE «La reprise amorcée en

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

Résultats du premier semestre 2009. Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours

Résultats du premier semestre 2009. Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours Résultats du premier semestre 2009 Résistance des ventes Résultat net impacté par des charges non courantes La transformation est en cours Bonne résistance des ventes au S1, des résultats impactés par

Plus en détail

La spécialisation internationale de la France. Guillaume Gaulier Banque de France, Université Paris 1 et CEPII

La spécialisation internationale de la France. Guillaume Gaulier Banque de France, Université Paris 1 et CEPII La spécialisation internationale de la France Guillaume Gaulier Banque de France, Université Paris 1 et CEPII Pourquoi se soucier de la spécialisation? Parce que nous ne vivons pas dans un monde de concurrence

Plus en détail

L automobile dans l espace européen et français

L automobile dans l espace européen et français L automobile dans l espace européen et français Fin 2004, l industrie automobile emploie 2,54 millions de salariés 1 dans l Union européenne des 25. Ces salariés se répartissent pour 1,12 million dans

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

Résultats de l exercice 2009-2010. Mardi 1 er juin 2010

Résultats de l exercice 2009-2010. Mardi 1 er juin 2010 Résultats de l exercice 2009-2010 Mardi 1 er juin 2010 Agenda 1. Retour de la croissance 2. Amélioration des résultats au second semestre 3. De solides atouts pour bénéficier de la reprise 2 Principales

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. 12 mai 2016

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. 12 mai 2016 COMMUNIQUÉ DE PRESSE 12 mai 2016 Bureau Veritas : chiffre d affaires stable à taux de change constants au T1 2016 Acquisitions, partenariats, succès commerciaux en soutien au plan de croissance Chiffre

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN TENDANCES RÉGIONALES RÉGION LIMOUSIN Août 29 Tous les commentaires s'appliquent à des données corrigées des variations saisonnières. LIMOUSIN Tendances régionales Août 29 Page 1 sur 8 Vue d ensemble de

Plus en détail

Transition énergétique et mécanismes de capacité. Une contribution au débat européen sur les perspectives à 2030. Synthèse

Transition énergétique et mécanismes de capacité. Une contribution au débat européen sur les perspectives à 2030. Synthèse Étude Franco-Allemande Transition énergétique et mécanismes de capacité Une contribution au débat européen sur les perspectives à 2030 Synthèse UN PARTENARIAT INDUSTRIEL FRANCO- ALLEMAND POUR PRÉPARER

Plus en détail

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr En 2008, la baisse du nombre d exportateurs engagée depuis 2003 s accentue (-3,1 %), quelle que soit

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE OUEST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

Corrigé - Les Laboratoires Cattier

Corrigé - Les Laboratoires Cattier CIE4DME Session 2009 Brevet de Technicien Supérieur COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers Corrigé - Les Laboratoires Cattier PARTIE I : L ÉTUDE

Plus en détail

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens.

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. Paris, le 15 juillet 2011 Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. L ABE (Autorité Bancaire Européenne) et les autorités de supervision nationales, dont l Autorité de contrôle

Plus en détail

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Alger, le 26 décembre 2013 Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Introduction L objet de cette note est d analyser les principales tendances financières et monétaires

Plus en détail