news Edito Bientôt Entreprendre INSEAD Alumi Association France

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "news Edito Bientôt Entreprendre INSEAD Alumi Association France"

Transcription

1 INSEAD Alumi Association France 19, rue de l Arc de Triomphe Paris Tel : Fax : news n 89 - Bientôt Jeudi 17 avril Petit déjeuner Club Innovation et Club Management & Société avec Maximilien Rouer, créateur de BeCitizen. Lieu : Interalliée, Paris 8 e à 8h30 Réunion mensuelle Groupe Recherche Solidaire d Emploi Lieu : Association, Paris 17 e à 18h00 Vendredi 18 avril Salamander Golf Society Annual match against HEC Lieu : St. Nom la Bretêche (France) Mardi 13 mai Rendez-vous mensuel Groupe Nord Avec Geoffroy Deffrennes, journaliste correspondant du Monde Lieu : Rouge, 8 place Saint-André, Lille à 19h00 Mercredi 14 mai Rendez-vous mensuel Groupe Paris Lieu : L Ecluse Carnot, Paris 17 e à 19h00 Jeudi 15 mai Petit-déjeuner mensuel Wharton avec Mathieu Nouzareth, Cofounder and President, Boonty Lieu : La Résidence Maxim s, Paris 8 e à 8h30 Conférence Club Auto L automobile de 2018 Lieu : Hutchinson, Paris 8 e à 18h30 Club Théâtre Road to Mecca d Athol Fugard Lieu : Théâtre La Boutonnière, Paris 11 e à 20h30 Vendredi 16 mai Déjeuner mensuel Groupe Rhône-Alpes Lieu : Cercle de l Union, Lyon à 12h30 Samedi 17 mai Séminaire Carrière Oser l impossible Lieu : Association, Paris 17 e de 9h30 à 17h30 Lundi 19 mai Séminaire Carrière Communication avec les acteurs du marché de l emploi Lieu : Association, Paris 17 e de 9h30 à 18h suite en page 15 Edito Entreprendre «La difficulté de réussir ne fait qu ajouter à la nécessité d entreprendre.» Beaumarchais «Entreprendre consiste à changer un ordre existant.» Joseph Schumpeter Les fins observateurs de l Association et de ses clubs auront noté que le mois de mars s est révélé particulièrement riche en événements, avec notamment plusieurs manifestations en relation avec l entrepreneuriat. En cohérence avec l INSEAD, qui a fait de l entrepreneuriat un des axes directeurs de sa politique de recherche et d enseignement, il nous est apparu essentiel de développer au sein de l Association un dispositif de nature à représenter et soutenir le développement de l entrepreneuriat au sein de la communauté INSEAD. Le dispositif de l Association s articule autour de plusieurs outils : - Un tout nouveau Club Entrepreneurs, créé par Joe Tabet, destiné à offrir aux anciens INSEAD qui sont devenus entrepreneurs des opportunités de se retrouver entre eux pour échanger sur leurs problématiques spécifiques ; - Le Take Over Club, qui rassemble autour d ateliers techniques les anciens qui envisagent de reprendre une PME ; - Le club affilié MB Entreprendre, qui regroupe des professionnels qui souhaitent monter des opérations de LBO sur des entreprises de taille moyenne ; - Le futur club Business Angels, actuellement en cours d étude, qui aura vocation à rassembler des anciens souhaitant investir dans des projets drainés par le réseau INSEAD. Ce dispositif permet d offrir aux anciens INSEAD de nombreuses opportunités d échanger et de se former sur des thèmes en relation directe avec l entrepreneuriat. Indépendamment de ce dispositif vient d être lancé le Club Finance & Private Equity, club destiné aux plusieurs centaines d anciens INSEAD, professionnels de la finance et des fonctions financières, qui évoluent dans des banques, des fonds ou des entreprises. Par ce maillage étroit qui croise les thématiques de l esprit d entreprise, de l investissement et du financement nous souhaitons concrétiser la volonté de l Association et de ses membres de contribuer au développement de l esprit d entreprise au sein des anciens INSEAD en particulier et dans la communauté des affaires en France au plan général. Laurent Aymard (EMBA 04D) Jean-Philippe Grosmaitre (MBA 99J) Jeudi 12 juin 2008 au Medef

2 Club Luxury & Fashion Christian Blanckaert, directeur général International d Hermès Me rendant au Cercle Interalliée, je suis passé devant les vitrines Hermès, beaucoup de couleurs claires, du blanc, du crème seraitce les prémisses de la clarté de notre orateur? qui va nous montrer ce qu il y a derrière les vitrines? et faire danser les carrés, comme Bartabas le fait des chevaux? Notre orateur nous a fait goûter le luxe - il a parlé de gourmandise - déguster l unicité d Hermès, mais aussi apprécier les risques liés au secteur, compétition, incertitudes et avenir du luxe. Quelques formules-chocs «Je ne vois pas vraiment Hermès dans le luxe.» Est-ce provocateur? «Hermès sera peut-être le dernier des Mohicans.» «Dans le monde du luxe, on n appréhende pas facilement les marchés, très hétérogènes et différents de pays à pays.» L unicité d Hermès Les hommes Dans le luxe, on change difficilement d entreprise, car les univers n y sont pas homogènes ; les stratégies, les logiques d entreprise, sont diverses, opposées parfois. Une société entrante dans le secteur, «Coach» a une stratégie «marketing» de fabrication en Chine, le contraire de ce que nous faisons. Cela marche pour combien de temps? Chez Hermès, on ne fait pas de marketing ; depuis l origine, tout part de la création. L important, ce sont les hommes ; c est très fort en termes de culture et de comportement. La culture d entreprise Hermès n est pas une marque, mais une signature. Yves Saint- Laurent est une signature et l erreur de Tom Ford a été d en faire une marque. La famille Hermès est une communauté. Tout dépend d elle. La famille est à la base de tout. Hermès, créée en 1937 par Thierry Hermès, harnacheur, fournisseur de Nicolas II, ne s est développée que dans les années 70/80. Elle a grandi, sans grossir, sous l impulsion de Jean-Louis Dumas, recouvre 14 métiers et s est internationalisée. La famille en est à la 6 e génération. Hermès cherche à séduire en créant constamment et vend cette création, sans compromis. Tout produit, best-seller qu il soit, doit être remplacé, car ce qui importe est que d autres produits se développent. L argent, le résultat, sont la conséquence du succès de la création. L entreprise repose à la fois sur le management et sur la création. Il y a deux cultures, celle du management et celle de la création et il y a un mur nécessaire entre les deux. Je ne vois pas un produit avant qu il soit proposé à la vente. Difficile de s y faire! Mais j ai été reformaté et ça me va. Les pays émergents Quelle est la stratégie d expansion? Comment Hermès fait-elle ses choix d implantation et fait-elle connaître sa marque? Je répondrai avec cynisme et humour. Ce sont des marchés petits et dangereux. 34 % du chiffre d affaires de Hermès est fait en Europe. Pour les cadres, c est moins amusant d aller à Francfort qu à Pékin ou en Inde, mais l Espagne est aussi importante que la Chine. En Chine, le marché croît de 70 % à 80 % par an, mais on part de très bas. Le marché chinois est prometteur, avec une croissance illimitée, mais avec des risques politiques et environnementaux (on n est pas à l abri d une catastrophe, à cause de la pollution et du non-respect de la nature). Il ne faut pas trop en dépendre. Chaque cliente chinoise sait exactement ce qu elle vient acheter dans notre magasin, grâce à Internet. Pour toucher les Chinois, nous jouons sur le mode affectif, nous touchons le cœur : une exposition sur la soie à Pékin, une autre sur le cheval avec le musée Guimet. Nous invitons les Chinois à venir visiter nos ateliers. La qualité Tout tient chez Hermès à la qualité «extrême», au travail de la main. La qualité est partagée. Un ouvrier peut dire : non, ça on ne peut pas le faire. Elle commence avec les fournisseurs. Il faut choisir les meilleurs. Deux exemples : en Mongolie, notre fournisseur de cachemire prélève la laine à 3 ans et non 4 ; en Afrique du Sud, les œufs des autruches sont soignés spécialement dans des cartons et les jeunes autruches sont élevées dans la chambre fermée «Hermès», à part. Les fournisseurs eux-mêmes nous poussent à la qualité. Le pire serait de mélanger les stratégies, de faire des produits de luxe et des produits jetables. La prise de risque Un domaine qui m intéresse beaucoup est celui de la prise de risque. Chez Hermès, la prise de risque est centralisée. La question est de savoir comment améliorer l efficacité de la prise de risque. Trois types d incertitude La monnaie Elle a une influence considérable ; il est impossible de faire des prévisions en euros : en 6 ans, nous sommes passés de 0,8 dollar à 1,5 dollar pour un euro. Comment maintenir la rentabilité et la marge? Il est impossible d augmenter indéfiniment le prix de vente. Les produits, quoi que l on dise, ont un prix. L esprit Il y a 16 ans, l univers était tout à fait rassurant ; Alain Boucheron était là, place Vendôme et sortait un parfum bleu. Il ne reste que deux entreprises familiales de grande taille, Chanel et Hermès (une famille de 17 personnes actuellement). J ai connu beaucoup de changements, j ai vécu toutes les modifications de systèmes technologiques chez Thomson ; dans le monde du luxe, il n y a pas d évolution technologique, mais de structure du monde, de nature. Les clients Monsieur Yves Saint-Laurent, le plus grand créateur de notre époque avec Cardin, Coco Chanel et Courrèges, connaissait tous ses clients. Chez Boucheron, il était de tradition, depuis 14 générations, qu une famille y achetât les bagues de fiançailles. Aujourd hui, nous ne connaissons plus vraiment nos clients. Personne ne peut plus donner la photo CSP des clients et il faut faire très attention ; l habit ne fait pas le moine : à New-York, deux jeunes filles en jogging, ruisselantes de sueur, entrent dans le magasin Hermès ; l une dit à sa copine, tout de go : «il est bleu, ce sac» et elles en achètent deux (chacun vaut le prix d une petite voiture). Si le magasin n est pas ouvert, ce genre de client va autre part. Nos clients se distinguent en clients locaux, très variés, modestes, peu de gens très riches, des Français en France et la même chose dans tous les pays. Le plus difficile, ce sont les nomades (des Russes), sur Internet. Nous avons lancé des filets de réflexion sur le magasin du futur, mobile, d un instant. Comment attraper ces nomades, au pouvoir News

3 d achat énorme, qui traversent la planète? Demain, ce seront les Chinois (en 2012, 110 millions de touristes dans le monde). La question n est pas de savoir combien de Chinois achètent à New-York. Le problème est de connaître les nomades. Il n y a plus d endroit inatteignable. Deux types de compétition La France est leader avec l Italie, en image et en présence physique, pour l instant. Je pense que l Asie viendra sur le marché. Physique Nous sommes chics et polis, mais les espaces d implantation sont restreints et la compétition est dure. C est un univers de «gnous». Tout le monde suit. Il faut essayer de s échapper du troupeau. À New-York en nous implantant à Wall Street et à Séoul, en construisant un immeuble sublime, nous l avons fait! Les enjeux financiers Les enjeux financiers sont considérables et problématiques. Hermès est valorisé en bourse à 30 fois les bénéfices. Il y a 10 ans, c était une petite affaire et maintenant, elle vaut 8 à 10 milliards d euros. Il n y a pas eu de nouveau-né depuis 17 ou 20 ans dans le secteur du luxe. Dans cet univers, les morts sont légion, mais on n en parle pas. Le pire, ce sont les morts vivants! L avenir du luxe Le risque de saturation du marché Au Japon, 45% des clientes ont des sacs. Il y a 20 ans Henri Racamier avait raison quand il disait que le marché japonais était inépuisable. Il ne sera jamais saturé? Le marché du parfum est-il saturé? Il est impossible de répondre. Peut-être, mais quand on crée un parfum, il marche. La vraie question est : la création est-elle saturée? Non, jamais! La banalisation Le risque est la banalisation du luxe, en oubliant de créer la gourmandise et la surprise chez le client. Internet dans le luxe sera gigantesque, mais Internet pose le problème de la banalisation! Il y aura deux luxes : l un plus «banalisé», colossal, et l autre qui relèvera du mystère ; on ne pourra pas faire les deux. Le risque n est-il pas que certaines maisons perdent leur position de marque de luxe et deviennent du haut de gamme? Cette question est très compliquée : qu est-ce que le haut de gamme? Tout tient à la gourmandise. Le vrai risque dans le luxe est de ne pas avoir peur, c est un univers qui exige une attention, une vigilance extrême, un travail rigoureux, une création permanente! Jean-Pierre Schmitt (MBA 65) Compte-rendu du petit-déjeuner du 12 décembre 2007 Bravo aux deux animateurs du club Luxury & Fashion, pour la qualité de l orateur et l assistance réunie, lors de son premier petit-déjeuner. Comment maîtriser la partie la plus complexe de vos recrutements? Depuis 1955, le système Predictive Index permet de définir le profil comportemental recherché détecter rapidement et efficacement le candidat idéal Présent auprès de entreprises de toutes tailles et industries Une équipe de plus de 240 consultants expérimentés sur les cinq continents Des mesures de comportements valides, fiables et opérationnelles dans 60 langues Des formations effectuées auprès de plus de personnes dans le monde Depuis 1997 PREDICTIVE INDEX est distribué par ARCOS Joseph Machiah (MBA 90J) ESSAI gratuit : rejoignez-nous vite sur notre site et découvrez le profil comportemental recherché de votre prochain recrutement! Le mot de passe est insead. News

4 Club Innovation Le renouveau économique français Le Club Innovation a lancé le 23 octobre dernier le premier grand évènement dérivé d un club thématique. Ce séminaire, ponctué par 3 tables rondes successives, fut l occasion de passer en revue divers aspects intervenant dans le renouveau du tissu économique en France, que toutes les forces vives de la nation appellent de leurs vœux. Comprendre les différents enjeux et écouter des experts qui partagent leur expérience sur ces sujets a permis à Jean-Pierre Schmitt de tenter avec succès de construire une vision d ensemble de ce thème. Nous remercions encore chaleureusement la banque HSBC qui nous a remarquablement accueillis dans les locaux de son siège français sur les Champs-Élysées. En introduction de ce séminaire, Geoffroy Roux de Bézieux, Président de Croissance Plus, constate que la France ne comporte pas assez de gazelles, ces entreprises à forte croissance. En effet, les PME françaises ne comportent pas assez de moyennes entreprises qui deviennent des champions nationaux puis mondiaux ; ainsi contrairement au S&P500, le CAC40 ne se renouvelle pas beaucoup. Certains champions, tels que Business Objects, n ont d autre alternative que de finir comme proie de sociétés mondiales. Et pourtant les français créent entreprises par an ; si l on intègre le milieu associatif, les initiatives sont extrêmement nombreuses, mais elles ont pour la plupart en commun de manquer d effet de levier. Parmi les contraintes : un héritage législatif trop complexe pour les jeunes entreprises ; la rigidité est telle que nombre d entrepreneurs choisissent de ne pas grandir, et de rester à une échelle patrimoniale ; un amorçage de type Business Angels en France insuffisant (rapport de 1 à 10 avec le Royaume-Uni) ; une limitation du monde bancaire sur les prêts risqués (à taux élevés) ; une bourse pour les jeunes sociétés insuffisamment développée (Alternext 80 pme contre au Royaume- Uni) ; des délais de paiement anormalement longs (86 jours), quand on sait qu il y a plus de valeur créée globalement si c est le client (plus gros) qui a le meilleur coût de financement ; l affacturage ne règle pas le problème car il est très cher et ses seuils sont trop élevés. Et pourtant les 300 pme membres de Croissance Plus sont profondément déterminées, bâtissent sur la richesse des hommes et ont su pour beaucoup se relever en ayant appris après la stigmatisation de la bulle Internet. Interrogé sur le tissus entre universités et pme, Geoffroy Roux de Bézieux estime que les entreprises ne témoignent pas assez pour partager leur succès ; a contrario, les universités doivent développer les incubateurs à l image de Harvard et du MIT. Roger Godino, un des artisans de la création de l INSEAD, qui a lancé également la station des Arcs, explique que depuis les Romains on pense qu on devient manager, mais qu on naît entrepreneur. Ainsi il a fondé ses recherches sur une idée simple : est-on capable de faire pour l entreprenariat ce qu on a fait pour le management? Pour le général Doriot, inspirateur de l INSEAD, la qualité de l homme prévaut sur la qualité des idées. Ceci permet de questionner l évolution du capitalisme, car s il se concentre autour de l idée de propriété (droit d user et d abuser) il s enferme dans un système de propriétaires qui tourne en rond ; si au contraire il s ouvre au droit du contrat partenarial (stakeholder theory), il permet alors aux grandes entreprises de se renouveler par les pme et les entrepreneurs qui innovent (et qui par leur rapidité d évolution créent pour ainsi dire un «état permanent de la production de richesse»). Jean-Pierre Schmitt, président du Club Innovation et hôte de la conférence, pose le problème du renouveau économique français sous trois axes : comment optimiser ce qui existe et le redévelopper? comment favoriser l émergence d entreprises à forte croissance? plus globalement quelles sources d innovations favoriser? Table ronde n 1 reprendre et optimiser? Serge Delwasse (MBA96, manager de retournement d entreprise) aborde la problématique du retournement en termes de practicien ; il évoque la mauvaise image de vautour associée aux problématiques de retournement. Il constate que le code du commerce fait tout pour que l actionnaire reste en charge, et comme il est souvent dirigeant ; il ne sait pas vendre à temps ; or le rêve fait partie des meilleurs leviers pour inspirer les équipes d une entreprise. Pour lui il y a de la valeur à reprendre des épaves pour les remonter et les vendre. Bien sûr, le risque est élevé car demain n est pas assuré quand la société va mal. Se lancer sans garantie n empêche pas, pour des esprits préparés (comme des managers INSEAD avec expérience opérationnelles), en adoptant une démarche structurée, de faire renaître des entreprises moribondes. Ainsi, Timothy Bovard (MBA89), qui n a pas pu intervenir à la conférence, a repris en 1996 avec l appui d un fonds une entreprise d imprimerie en dépôt de bilan d environ 20 ME de CA ; 10 ans après il est à la tête d un groupe européen de plus de 500 ME de CA. «Ils ont réussi car ils ne savaient que c était impossible». A contrario, Philippe Mondan (MBA Kelloggs) explique qu il était parti pour reprendre une affaire plutôt que d en créer une pour gagner du temps, ce qu il a fait avec Extrapole, qu il a revendu in fine à Virgin ; mais il a ensuite préférer créer sa deuxième entreprise («Ecoute, écoute»), car le concept était trop nouveau pour être distribué dans une structure existante. Enfin Jean-Claude Leullier, successivement président d Icade Patrimoine (CDC) puis de Rue de la République (Lohnstar), explique les différences entre financement privé et public dans le cadre du renouveau économique français. Dans le cadre du projet Rue de la République à Marseille, il est arrivé à concilier les contraintes financières (rentabilité, achat bas, fonds propres faibles) avec une prise de risque de départ que n aurait pas su prendre un aménageur public. Cela fonctionne plutôt très bien car la ville bénéficie de la réfection complète de la rue de la République et contribue par le développement des infrastructures. Table ronde n 2 la gestion de la forte croissance dans une pme innovante Gilles Riboulet, président d Amplitudes Technologies (start-up high tech spécialisée dans le traitement du cancer par le laser), démarre sa carrière comme chercheur en optique spécialisé dans les lasers haute puissance. Très vite, il identifie un besoin, celui d analyser la matière, qui n a pas d offre de service efficace car le synchrotron est très cher ; il a l idée de développer un laser hyperpuissant qui crée des protons, vendus aux labos de recherche pour l imagerie médicale. À 45 ans, il réalise que son activité non core chez Thales a du potentiel ; il emmène une équipe de 7 personnes très soudée (foi dans le projet, sous-payées mais avec des titres, pour transformer l ambition). Il se révèle être un créateur puis bâtisseur; avec la croissance des effectifs, il passe à «l âge adulte» (après avoir été trop perfectionniste) et fait attention à déléguer jusqu au bout (après une phase d hypercontrôle) et se met à accepter l erreur. News

5 Pierre Kosciusko-Morizet (HEC), Pdg de Priceminister, a lui aussi connu les affres de la création. En effet, la première création est un échec ; il explique que les gens pensent que l échec est mal accepté ; mais au vu son expérience, c est faux : en fait les gens ont peur de l échec. Il explique aussi que créer une entreprise est devenu extrêmement simple de nos jours : on peut déposer des statuts en une heure. Après avoir liquidé la première société, il en crée une seconde dans laquelle sept sur dix des anciens investisseurs ont réinvesti! En quelques années, PriceMinister s impose avec 20 millions de visites ; 6 millions de visiteurs réguliers; clients. Grâce au concept de transaction sécurisée (il joue le rôle de broker), il se situe entre petites annonces et enchères (au mécanisme complexe). Assez vite le modèle est rentable car aucun stock n est porté ; il avoue que la mayonnaise a pris sans qu il sache vraiment pourquoi (ce que les spécialistes Internet appellent le tipping point ) ; il s est donc retrouvé avec son équipe à gérer une croissance de 30 % par mois, puis 100 % par an Gestion de la croissance passe d abord par la mise au point des produits, puis le pilotage industriel et des flux puis l innovation financière. Il admet qu être profitable dès le départ est une des clés pour gérer la forte croissance en confiance avec les investisseurs. Quand on passe en un an de 45 à 115, il faut faire attention à la confusion entre le pouvoir opérationnel lié à la compétence et le pouvoir général lié à l actionnariat. Jusqu à 50 c est assez facile ; à 100 cela devient plus compliqué (car la probabilité d avoir des gens peu motivés augmente ; ainsi, la société qui n avait pas de directeur des ressouces humaines s est structurée avec un pôle administratif (contrairement aux États-Unis une start up a un directeur des ressouces humaines quasi dès le début). Table ronde n 3 les sources d innovation Gérard Laizé, directeur général de VIA (agence de design dans le domaine des arts décoratifs) est intervenu sur le rôle et l impact de la créativité (avec l exemple de l industrie du meuble). Homme de marketing, il a choisi un métier de création : devenir facilitateur des entreprises sur ce plan. Pour lui la France est un petit pays dans un monde très concurrentiel ; mais en termes d intelligence artistique et de création, elle reste une référence. C est une chance, avec un vrai cluster de 60 designers et architectes français qui inspirent de nombreuses marques mondiales. Pour lui les fondamentaux de création reposent toujours sur le conceptuel et l innovation qui impulse un champ créatif nouveau (par exemple influence du multimédia et du réchauffement climatique sur la façon de créer une chaise). Par ailleurs, les facteurs sociétaux (loisir, glisse, verandas, indoor...) jouent également, ainsi que les impulsions innovantes d autres secteurs (aspirateur sans sac, cafetière Nespresso). Le design se fait toujours dans le respect d un cahier des charges, à la différence de l art. Christine Blondel (MBA 81), responsable du Wendel Institute for Family Business de l INSEAD, est intervenue les entreprises familiales et leur capacité d innovation. Les entreprises familiales représentent la majorité des entreprises dans le monde, 50 % des entreprises cotées, et 75 % des entreprises entre 100 et personnes. Ces entreprises se caractérisent par leur vision long terme, leur capacité à surmonter des crises, avec un membre de la famille qui reprend avec de nouvelles idées dans le but de la pérennité. Ainsi Wendel après la nationalisation de l acier redémarre un métier d investissement industriel, la CGIP, assure un véritable changement dans la continuité. Une autre caractéristique qui stimule la créativité de l entreprise familiale est la dimension de nécessité et de limitation du capital. Elle est aussi sensible aux stimulations des autres car elle est aussi très réactive. Tout ceci est rendu possible aussi par la fierté des employés appelés à réaliser des projets qui mobilisent directement l actionnaire. Olivier Motte, responsable des marchés Mid Cap d HSBC pour la France, confirme que les entreprises familiales ont une rentabilité supérieure à la moyenne. De façon plus générale, il constate d une part qu il y a un véritable élan (les créations d entreprise sont en hausse de 25 %), et d autre part, que si la création est simple, c est la période entre 3 et 5 ans qui est difficile à passer). C est là qu interviennent les mécanismes de financement (par exemple des emprunts contre-garantis pour partie par l état) qui ne suffisent pas toujours pour passer l obstacle (on constate que les entreprises sont souvent sous-capitalisées car la culture d ouverture du capital est quasi absente). Sur le plan de la transmission des entreprises, avec plus de entreprises à céder dans les années qui viennent, il va y avoir des opportunités pour les repreneurs. La crise des subprimes ne remet en cause que les gros LBOs, une minorité d opérations. HSBC note le dynamisme de la construction, de l agroalimentaire, des services à la personne (fort développement des maisons de retraite ou de la location de matériel médical à domicile par exemple), des énergies renouvelables et de l agriculture, car l histoire est un perpétuel recommencement! En conclusion, Jean-Marc Vittori évoque la nécessité de renouveler le tissus économique français et de se battre pour attirer des nouveaux actionnaires. Il souligne la force et la volonté d entreprendre, qui doivent épouser la capacité à se mobiliser, la prise en compte du temps de réflexion long. Ensuite, il nous faut retrouver une «Culture d ingénieur», passerelle entre innovation et production qui peut s acclimater en France. À titre d exemple, les mathématiques ont permis des avancées dans les modèles financiers (et la titrisation ), le coté créatif a favorisé les atouts en design, jeux vidéos architecture Restent nos faiblesses : on n aime pas la concurrence, les champions nationaux affaiblissent l innovation, et surtout, «on n a pas confiance en nous» (26 % en France contre 55 % ailleurs) et donc on a tendance à refuser l innovation à tous les niveaux (le manque de confiance impliquant le refus du changement), et nous amène à demander des lois (travail, crédit ) qui rigidifie le système. Ainsi, à l instar des conclusions du livre «La société de défiance», la confiance sera une des clés pour libérer l innovation et la création de valeur. Jean-Philippe Grosmaitre (MBA 99J) Tables rondes du séminaire du 23 octobre 2007 en partenariat avec Salamander Golf Society Programme de la saison 2008 vendredi 23 mai : Salamander Cup à Augerville la Rivière (France) samedi 24 mai : match contre les étudiants à Augerville la Rivière (France) vendredi 26, samedi 27 et dimanche 28 septembre : Channel Cup à Northumberland (GB) Contact : Peter Skelton (MBA 73) au (Home) ou (Office) - News

6 Club Économie Reengineering de l économie française avec Christian Kozar Tout est invraisemblable dans l expérience de Christian Kozar : alors que l on se plaint de l incapacité de la France à changer, les changements qu il a réussis sont infiniment plus complexes que ceux que l on croit impossibles. Plus surprenant : ils ont été des «nonévénements»! L exemple de la Poste, «entreprise qui ne reçoit pas un euro de l État», devait faire face à une concurrence (bientôt totale) qui avait alors beaucoup d avance sur elle (Allemagne, Hollande). Comment la rendre concurrentielle? Transformer ses réseaux de distribution (bureaux de poste) et fermer ses centres de tri et les placer aux nœuds du maillage des transports modernes! La Poste hésite quelques années. Elle ne craint pas l investissement de 3,4md requis, mais les personnes qui vont être «impactées» par ce plan. Et, peut-être aussi, les élus qui ne souhaitent pas forcément ce changement, car, leur dit-on, «leur bureau de Poste va fermer»! Aujourd hui, cette réforme, initiée par le nouveau président Jean- Paul Bailly, est achevée, et personne n en a parlé. «Aucun bureau n a été supprimé ; il y a autant de points de contacts (17 000) qu il y a dix ans ; les plates-formes de tri sont construites sous la main ferme de Raymond Redding», «la qualité est là». Cette réforme, «la CGT l a même votée, et Sud ne s y est pas opposé»! Et maintenant, voici les enseignements que Christian Kozar tire d une carrière dont le seul fil conducteur est la crise (brillant parcours dans l armée, sous-préfet des Iles Loyauté, le premier sous-préfet aux banlieues, il a occupé des fonctions de direction générale pour La Poste, Air France ou Canal+, il est conseiller de grands patrons en France et à l Etranger ) : Le rôle du patron «repérer les débuts et les fins de cycle», «tout le reste, ses collaborateurs savent mieux le faire que lui». Or, nous sommes en fin de cycle : «les entreprises sont trop lourdes, elles ne peuvent plus voler», ce sont des bureaucraties où la moindre tâche demande une fonction spécialisée. Elles doivent changer. Comment? Règle 1 - Avant de lancer un changement, il faut s assurer que c est «un vrai changement» et pas un changement «cosmétique» : il doit bousculer le statu quo, quitte à faire mal. Plus précisément, le changement doit apporter du «totalement nouveau et positif» à l entreprise, au salarié et au client. Sans cela, pas besoin de commencer, l échec est assuré. Le changement doit être accompagné d un «fanion», d un, et un seul, indicateur, qui symbolise la transformation que doit réussir l entreprise : pour La Poste, il s agissait du taux d arrivée du courrier à J+1 (passé de moins de 70 % au début du plan à plus de 84 % aujourd hui). Règle 2 «les difficultés de l immobilité doivent être SUPERIEURES aux difficultés du changement». Il faut donc créer ces conditions. La préparation du terrain fait le succès du changement : «quand on monte à l assaut c est (déjà) gagné», la mise en œuvre du changement se déroule sans aucune difficulté : «on a signé le 3 novembre, et ensuite le plan a pu se dérouler sans problème, au niveau du dirigeant». Règle 3 «il faut donner aux gens envie de changer». Christian Kozar observe une mutation fondamentale de notre société : «L ENVIE tend à se substituer au DEVOIR cher à nos Pères». Certains salariés, par exemple, arrivent, aléatoirement, une ou deux heures en retard chaque matin? Vous les menacez de licenciement ou de quelque punition? Aucun effet, d ailleurs vous n en trouverez pas de mieux disposés. Vous devez vous adapter à leurs particularités, et inscrire les changements de l entreprise dans leurs motivations. L envie est le «carburant du changement». C est en utilisant de telles techniques que Christian Kozar et l équipe qu il a formée ont su amener les élus locaux (et certains de leurs collaborateurs) à revoir l implantation des bureaux de poste qui ne remplissaient plus leur fonction. Outil clé : le «camembert de l envie». Faites la liste des dimensions du problème à résoudre : typiquement une vingtaine de sujets qui peuvent aller de ce qui fait «l honneur de l entreprise» (l avion chez Airbus), la fierté de ses membres, les nécessaires grandes et petites victoires qui motiveront les équipes, jusqu à la résistance des élus à la fermeture des bureaux de poste, ou à leur lobbying politique pour attirer vers leur circonscription l implantation des nouvelles plates-formes de tri ; pour chacune affectez lui un pourcentage d importance (d où le terme «camembert») et trouvez l action qui va donner «envie» (par exemple d accepter la fermeture de son bureau de poste ou sa transformation). Tout ceci est fort simple mais il n est pas donné à tout le monde de le comprendre. «Le dirigeant doit avoir un peu de talent», «le talent d avoir de la chance», il doit savoir «mettre en musique ses victoires» et non, comme aujourd hui, se perdre en justification de ses échecs ; il doit «gérer ses alliés» et non s épuiser à convaincre ses adversaires (se faisant, s aliénant ses amis) ; il doit faire de l animateur du «groupe projet» (très à la mode aujourd hui), le responsable du succès du groupe, ayant toute latitude pour arriver à ses fins, et non un inutile homme de logistique ; surtout, il doit «donner la fierté de changer». Pendant plus d une heure trente, nous avons écouté Christian Kozar et maintenant, à nous le changement! Christophe Faurie (MBA 93J) Petit déjeuner du 15 janvier 2008 News

7 Club Management et Société Réinventer notre économie Patrick Viveret Magistrat à la Cour des Comptes, philosophe et essayiste, Patrick Viveret nous a fait part de ses réflexions prospectives sur la réinvention d un nouveau modèle économique. Cela se déroulait autour d un petit déjeuner le 16 janvier dernier au Cercle de l Union Interalliée. Partant de la citation de Max Weber pour caractériser l entrée dans la modernité comme un «passage d une économie du Salut au salut par l économie», Patrick Viveret a commenté ce qui pourrait être selon lui la fin de ce cycle du «Salut par l économie». Selon lui, notre définition de la richesse et les instruments de mesure que nous utilisons nous enferment dans un système où l économie est première à la politique et à l écologique et conduit à la méprise des ressources naturelles, de l humain et du lien. De même, les mots de l économie semblent issus de cette économie du Salut mais ont été détournés historiquement, par exemple le mot bénéfice est issu du mot latin «bene facio» (bien faire). Patrick Viveret, pour expliquer ce qu il faudrait faire pour changer les choses, nous fait comprendre comment nous en sommes arrivés là. Au moyen-âge chrétien, l espérance de vie était courte, la morale régie par le religieux et le politique de droit divin. Il fallait tout au long de sa vie préparer son salut dans l au-delà. À cette époque la logique était binaire : ciel/enfer, bien/mal l individu n existait pas, il se présentait comme la particule d un tout. C est donc tout logiquement que le prêt à intérêt était considéré comme un péché mortel de grande importance car il attribuait à l argent un pouvoir qui n appartient qu à Dieu (le fait de s autocréer dans le temps). Jacques le Goff dans La Bourse et la vie montre que l invention du purgatoire au XII e siècle a créé un espace ternaire dans l au-delà et ici-bas, que le prêt à intérêt est devenu alors un péché mineur, et lui a donc permis d exister. Seul bémol, la jouissance restant un péché, on a pu alors gagner de l argent issu du prêt à intérêt mais non en jouir, il faudra donc l épargner. À cette époque, le capitalisme puritain règne et la régulation de la richesse se fera par la morale individuelle. Selon Patrick Viveret l économie de marché dominante est devenue une société de marché. Il reprend la thèse de Karl Polanyi qui a montré la grande transformation des étapes des 1 ère et 2 ème révolutions industrielles et la différence entre marché et capitalisme, et entre économie de marché et société de marché. La société de marché subordonne le droit et la politique, marchandise la vie privée et donne des permis de polluer. Cette société est issue de trois révolutions qui ont accusé les classes dominantes d improductivité : La Renaissance et les Lumières : l individu est au centre et on voit naître l autonomie de la raison. La Révolution française qui marque la fin du pouvoir de droit divin et le pouvoir donné aux citoyens. La révolution industrielle : progrès et histoire sont les nouveaux sens : - si on marchandise le lien politique, on a la corruption ; - si on marchandise le lien amoureux, on a la prostitution ; - si on marchandise le sens, on a les sectes marchandes. Depuis les années 1980, on constate l évolution vers une 2 ème économie de marché. Il nous faut prendre le meilleur de la modernité : Premièrement, le marché favorise la créativité mais il a besoin de régulation lui permettant d exister (la paix, le droit, l égalité de l accès au marché). Deuxièmement, l émancipation. Troisièmement, la capacité de s extraire du tissu religieux et social. Enfin la capacité de s extraire des contraintes de la nature. Mais à l inverse, il nous faut rejeter la face noire de la modernité telle que la chosification ou la marchandisation intégrale. Le capitalisme est donc plus une question de domination que de possession. Aujourd hui, l économique, la civilisation et l écologique sont en crise. C est l opportunité d amener le changement. Pour Patrick Viveret, on peut sortir soit par le bas (intégrisme ) soit par le haut. Lors du PNUD, en 1998, pour éradiquer les carences en besoins essentiels dans le monde (eau, faim, logement), il a été déclaré qu il suffisait d environ $ 40 milliards. Cette même année, les dépenses de publicité étaient évaluées à $ 400 milliards et celles d armement à $ 800 milliards. C est donc un manque de volonté, d intérêt et non de moyens. Pour réinventer notre économie, Patrick Viveret est persuadé qu il faut passer des sociétés de la tension aux sociétés de l attention. Il propose également de ré-encastrer les fondamentaux économiques sur les fondamentaux anthropologiques et écologiques. Pour lui, la nature du désir est fondamentale. Il faut retrouver le sens des réalités profondes, «de la terre et du sol». Il cite enfin le livre d A. Greenspan Le temps des turbulences, dont il retire 2 messages révélateurs : «J étais à la tête d un bateau ivre» et «sur $ milliards qui circulent tous les jours, moins de 5% correspondent à l économie réelle». Il conclut enfin sur le lien, pièce essentielle selon lui de ce retour au réel : «le plus difficile reste le «vivre ensemble». Myriam Akorri Petit déjeuner du 16 janvier 2008 News

8 INSEAD/Wharton Dinner Challenges & Opportunities for the Private Equity in France Eddie Misrahi, président de l AFIC et Managing Partner APAX Partners Très international dans ses gènes (France, Maroc, Syrie, Egypte), Eddie Misrahi évite les écoles d application de l X et suit un MBA à Harvard. Il attrape ensuite le virus des télécoms, en remettant à plat l opérateur mexicain Telmex en tant que consultant. Deux ans plus tard, en 1984, l Amérique et l envie de fonctions plus opérationnelles le rattrapent. Il devient alors le numéro deux d une division de faisceaux hertziens du groupe de télécoms et de défense américain M-A Com, qui fait partie aujourd hui du groupe Tyco. La mise en vente de la division de 450 personnes dont il s occupe, en 1990, réveille sa fibre d entrepreneur (ses parents sont dans le commerce et l import-export alimentaire). Malheureusement un industriel lui souffle sa cible en offrant un prix plus élevé, et c est en chassant des «cibles» à racheter qu il croise Apax, qui cherche un associé pour investir dans les technologies et les télécoms en France. Apax Partners a été créé en 1972 en Europe et aux États-Unis par Maurice Tchenio (FR) et Ronald Cohen (UK) qui se sont associés avec Alan Patricof (US) en En France, Apax Partners a été un des pionniers du private equity avec la création du premier FCPR (Fonds commun de placement à risque) et la fondation de l AFIC (Association française des investisseurs en capital). Apax France regroupe aujourd hui 28 professionnels et gère 2 milliards d euros investis dans 40 entreprises. Ces fonds ont été collectés via des FCPR ou bien via une SCR cotée sur Euronext Paris, du nom d Altamir Amboise. La marque et le réseau Apax sont partagés avec Apax Partners Worldwide LLP, qui se concentre sur les LBO de taille significative au niveau mondial. Depuis 1991, Eddie Misrahi excelle dans ce monde où il peut développer plusieurs affaires à la fois tout en étant associé au capital et il est devenu directeur général délégué du fonds d investissement Apax. Le financier a ainsi monté les tours de table de quelques-unes des plus belles histoires de cette industrie : GSI fut un de ses premiers investissements, puis Outremer Telecom et Arkadin ou plus récemment Prosodie avec aussi de certains de ses douloureux échecs liés à l éclatement de la bulle Internet, dont il parviendra néanmoins à sauver quelques pépites comme Travelprice ou Rue du Commerce. En juin 2007, reconnu par ses pairs, il est élu président de l AFIC à 52 ans. C est paradoxalement en plein âge d or qu il prend ses fonctions, mais avec de gros nuages qui s amoncellent à l horizon. Au premier semestre 2007, les investissements avaient établi un nouveau record, s établissant à 6,4 milliards d euros, avec notamment une hausse des LBOs de 67% à 5,5 milliards d euros. C est le temps de la dette à profusion car les banques, profitant de la montée en puissance du marché secondaire de la dette, ont syndiqué tout ou partie de leurs encours. Elles ont dans la foulée prêté sur la base d un effet de levier de plus en plus fort, soit en moyenne six fois les profits opérationnels. En prêtant des montants colossaux, elles ont pu aligner des commissions exponentielles et les fonds quant à eux ont pu, grâce à ce recours massif à la dette, afficher des TRI records (18,5 % pour le capital développement, 20,8 % pour les LBOs). Mais la crise des sub-primes a rattrapé le monde des investisseurs en capital en rompant la confiance interbancaire indispensable à la syndication des opérations de financement. Ainsi, les jumbosdeals sont quasi à l arrêt, les taux de financement sont remontés et la part de dette dans les opérations a commencé à diminuer. Eddie Misrahi revient sur les challenges de l industrie confirme que celle-ci a souffert de sur-médiatisation et doit retrouver son rôle de conseiller des puissants sans cette surexposition. L AFIC comprend 70 membres et 180 membres associés (professionnels du M&A), et représente en tout 10 milliards d euros d investissement en 2007, répartis sur trois classes d investissement : millions d euros de capital risque (500 entreprises, TRI de % en excluant la bulle Internet (0 sinon)), - 1 milliard d euros de capital développement (500 entreprises, TRI de 18%) et - 9 milliards de LBO (classe multipliée par 10 en 10 ans ; 300 entreprises en volume, TRI de 20%). Cette industrie a la particularité d avoir peu de personnel (en moyenne une dizaine de salariés par société d investissement) mais d avoir un impact important avec entreprises financées, 1,5 million de salariés dans ces entreprises soit 10 % des salariés du privé. Les LBOs Eddie Misrahi estime que l environnement structurel est sain, car il existe une véritable offre de capitaux, une classe d actif qui représente aujourd hui 5 % des fonds investis par les Lending Partners (et qu ils voient monter à 10 % à terme). Côté demande, les opérations de recentrage et de transmission ont de beaux jours devant elles ( entreprises doivent changer de main d ici 10 ans, dont sont dans le périmètre des acteurs de l AFIC) ; enfin les opérations secondaires se multiplieront également. Eddie Misrahi estime que la chose la plus importante pour cette classe d actifs est de continuer à surperformer par rapport à la bourse, dans un écart de l ordre de 4%. Selon lui 4 raisons permettent d être optimistes sur cette surperformance : le fonds est un investisseur actif majoritaire et est capable de prendre des décisions rapides ; les intérêts du fonds et du management sont alignés ; le recours à l endettement est optimisé ; les options de sortie sont multiples contrairement à un investisseur minoritaire en coté. Bien évidemment, la conjoncture rend l industrie pessimiste quand sur 80 md USD à refinancer seuls 7mdUSD l ont été dans les 6 derniers mois. La crainte d un risque systémique, la confiance rompue entre banques vont poser des problèmes de refinancement ; c est l heure pour les investisseurs de revenir aux fondamentaux («cash is king») et de créer de la valeur dans les entreprises, d éviter les ruptures de covenants bancaires et d attendre l amélioration du marché ; dans ce contexte, certains fonds trop généralistes pourraient souffrir, et, n étant pas assez différenciés, pourraient avoir du mal à lever de nouveaux fonds à moyen terme, ce qui pourrait entraîner une consolidation du secteur. News

9 Toutefois les fonds ont 5 ans pour être investis, et lorsque sera passé la période actuelle d attentisme, les acteurs s adapteront aux nouveaux prix de marché. Le succès des fonds sera toujours lié aux 4Ps : people : se pose un problème de succession, les jeunes talents recrutés ces dernières années n ayant qu une expérience financière et non opérationnelle des métiers ; performance : le travail sur les fondamentaux doit compenser la réduction de l effet de levier ; process : l industrialisation des deals a été réalisée ; philosophy : la différenciation et l expertise sectorielle vont redevenir une force. Pour parler de la France, Eddie Misrahi mentionne le challenge sociétal (positiver l image des LBOs), le challenge fiscal (évolution des règles relatives aux carried interests, aux package des managers, aux intérêts de la dette ) et plus généralement l importance de garder des équipes de qualité en France, l exportation de certains centres de décisions n étant pas une bonne nouvelle. Le capital risque D après Eddie Misrahi, il existe un problème fondamental d attractivité du pays dans ce secteur ; quand la Californie, le Massachusset, Israël, Cambridge près de Londres, la Scandinavie, voire maintenant l Asie attirent les capitaux, la France figure parmi les bons derniers. Les causes sont assez connues : il n y a pas assez de pme innovantes, elles ne grandissent pas assez vite, et de plus il n existe pas assez de sortie favorable pour investisseur. Il n y a pas de fatalité concernant cette faible attractivité : l exemple d Israël, qu Hervé Novelli a été visiter récemment, est édifiant : un secteur a lui seul plus important que toute la CEE réunie, et en conséquence un PIB en croissance de 5 % par an, et 80 % d export en hi tech (avec il est vrai un fort budget militaire et l intégration de émigrés russes post communistes). Le premier problème à régler est que la Recherche et Développement ne sort pas des universités ; le lien n existe pas assez : les entrepreneurs n ont pas le réflexe d aller chercher les innovations. Les cehrcheurs français n étant pas notés sur leur performance, ils manque de reconnaissance et s expatrient pour les plus entreprenants. En termes de financement l offre est suffisante : 900 Me levés (FCPI notamment), l éxonération d ISF dans les pme représentera en plus 500 Me. Le problème n est pas donc pas le financement mais les passerelles. Il faut recréer l ambition, la capacité à monter des tours de table et l envie. Le deuxième problème à régler est l absence de lien entre les pme et les entreprises du cac40. Le premier exemple devrait être l état. Le président Sarkozy semble en être convaincu et Bruxelles et l Omc sont encore autant d obstacles à l établissement d un small business act qui permettrait de régler ce problème. Enfin le troisième point à régler est l accueil en bourse des start ups; en France l assurance vie investit 1% des dépôts dans le non coté, soit 15 milliards d euros, ce qui ne laisse pas grand-chose pour les pme innovantes. Sur ce point les conclusions du rapport Attali emportent le consensus ; ce serait l occasion d un rattrapage historique. Il reste donc à susciter les opportunités d investissement, et les institutionnels devraient suivre. Jean-Philippe Grosmaitre (MBA 99J) Diner du 30 janvier 2008 Wine Club Découverte des grands vins de Bordeaux Denis Heuzé, fondateur & président de Vins + Vins Nous étions une petite trentaine à découvrir la Maison de la Recherche le mardi 18 mars pour écouter Denis Heuzé nous exposer quelques règles de dégustation de vins fins et partager sa passion pour le vin de Bordeaux bien fait. Dans un style didactique, certes, mais fort convivial, Denis a rappelé l importance d utiliser nos cinq sens pour juger un vin. La mesure de la longueur en bouche a été concluante quoique pas toujours facile à effectuer! Le premier vin dégusté, un grand cru de Saint- Émilion, relativement peu connu, château Grand Matras 2004 a été une belle surprise, précoce pour un vin de moins de 4 ans. La forte proportion de Merlot dans l assemblage y est pour quelque chose. Ensuite nous sommes partis rive gauche dans le Médoc, et à Margaux en particulier avec un Château Brane Cantenac, 2 e cru classé dans le même millésime Denis nous a montré le Cabernet Sauvignon, plus tannique à travers un bouquet de fruits rouges. Ceci dit, ce cru se déguste déjà avec plaisir, sans doute prouvant une fois de plus le vieil adage qu une belle année, ici 2004, est souvent cachée par celle qui suit, le fameux 2005, pas toujours avec justice. Denis a souligné en passant que la commune de Margaux contient certains grands noms mais aussi bon nombre de châteaux «moyens». Pour conclure et pour accompagner son exposé sur le classement des vins de Bordeaux, ou leurs absence, Denis nous a servi Fugues de Nenin 1998, le 2 e vin de château Nenin, un Pomerol et donc sans classement. Ce vin, qui a plu énormément à celui qui écrit ces lignes montra toute la valeur apportée par quelques années en cave même dans ces temps impatients où on veut tout, tout de suite. Comme le conseille Denis Heuzé, choisissez avec prudence, gardez dans une bonne cave, servez correctement pas trop tôt (pas trop tard non plus). On pourrait rajouter, savourez de tels crus en compagnie de ceux et celles qui vont les apprécier. Merci à Denis Heuzé de sa générosité et à Adeline et ses collègues pour leurs efforts vaillants à assurer un déroulement parfait. Les Anciens présents ont plébiscité cette première soirée 2008 du Wine Club. Paul Tracy (MBA78J) Le 18 mars 2008 à la Maison de la Recherche, Paris News

10 Take Over Club (TOC) Défiscalisation de votre ISF Monsieur Christian Fleuret, expert comptable et commissaire aux comptes, nous a parlé des opportunités que nous ouvre la loi Tepa du 16 août Gain jusqu à Enfin une loi pour aider les TPE dans leur développement «Ce que retiennent les médias c est avant tout le volet réduction de l ISF.» Chacun y va de son commentaire. Pour les uns, l objectif était de supprimer l ISF sans le dire, pour d autres, il s agirait d un avantage catégoriel ou de classe selon ses opinions politiques. Mais la loi Tepa serait surtout un dispositif destiné à favoriser les riches. Cependant, on entend rarement que l objectif de cette loi serait peut-être conforme à sa dénomination et qu elle serait destinée à favoriser le travail et l emploi. En effet, quand on lit précisément le texte, on est frappé par la volonté affichée par le législateur de créer des emplois en favorisant l investissement de proximité dans les PME et les TPE. Cette loi est faite pour aider les Business Angels à investir afin de développer les entreprises et donc l emploi, presque sans restrictions. Pour la première fois une loi permet d obtenir des avantages fiscaux pour des investissements dans quasi tous les types de TPE en incluant celles d activités libérales et même dans des métiers de l immobilier ce qui constitue une grande première. Pour se convaincre que le législateur a destiné cette loi aux Business Angels, il suffit de comparer les avantages qui leurs sont réservés par rapport aux fonds d investissement. Business Angels et holdings animatrices FIP ISF % de déduction 75% 50% Montant maxi de la déduction La logique du législateur est claire : pour créer des emplois, il est préférable de confier cette tâche à ceux qui sont sur le terrain que de donner cet argent à une administration. Bercy prévoit que cette mesure devrait couter 400 M au budget. Les véhicules d investissement à la disposition des Business Angel pour la déduction fiscale maximale sont les suivants : en direct par les personnes physiques ; en indivision (pas toujours simple à gérer) ; par une holding active dite animatrice de groupe que la loi considérer comme une PME éligible à l investissement Tepa et qui va investir ses capitaux dans des TPE, tout en les assistant sur certains aspects de leur gestion afin de favoriser leur développement.» Rêvons un peu : s il est vrai que pour un investissement moyen d un million d euros il y aurait en moyenne une cinquantaine d emplois créés, la création globale d emploi par an s élèverait à créations. Ce serait comparativement une mesure très bon marché de création d emploi. À méditer! Jean Louis Ennesser (MBA 83) Petit-déjeuner du 8 janvier2008 Promo MBA 72 «35 ans d âge/ 35 years after» Est-ce pour répondre à l aimable invitation de Jurgen (Dupré) et de Dominique (Seigneur) ou pour suivre le programme du samedi matin qu un bon nombre d anciens (et presque autant de conjoints) se sont retrouvés à Paris ce week-end du premier décembre dernier? Dans le superbe cadre du Cercle de l Union Interalliée, en plein cœur du faubourg Saint-Honoré, nous étions tous étrangement concentrés à l écoute d un plateau de grande qualité ; qu on en juge et qu il en soit tous les trois encore une fois remerciés : le professeur Jonathan Story sur un sujet d actualité, dont le titre aurait pu être «un grand lit pour 27 rêves» développa une excellente vision prophétique du devenir de l Europe à la fois pertinente et vraisemblable ; le professeur Gordon Redding, quant à lui, nous traça dans un exposé très accessible, les caractéristiques de la Chine et de ses entrepreneurs ; Et enfin, Claire Pike (MBA 69), nous montra mieux que personne, la réalité de l INSEAD d aujourd hui, sa dimension actuelle et ses légitimes ambitions pour demain avec ses défis et ses besoins (d où l appel à contribution de Hans Peter). Autant de leçons à retenir de ces excellents moments et pour terminer, un grand merci à tous ceux qui se sont déplacés, parfois de loin, pour faire sentir par leur présence la réalité de nos 35 ans d ancienneté. Louis-Marie Duchamp (MBA 72) Réunion des 1 er et 2 décembre 2007 News

11 Lancement de clubs Club des Entrepreneurs Le Club des Entrepreneurs a tenu sa réunion de lancement mercredi 2 avril 2008 en présence de 28 Alumni, tous entrepreneurs. La réunion, suivie d un cocktail, s est tenue dans les locaux de Deloitte, sponsor de cet évènement, que nous remercions chaleureusement pour la qualité de l accueil. Ce nouveau club vient se rajouter à un certain nombre d initiatives déjà soutenues par l Association et répond, entre autres, à un des objectifs premiers qu elle s est fixés pour 2008 : l Entrepreneuriat. Il permet également nouvelle ouverture vers le campus puisque l INSEAD se positionne comme la future «leading business school» en matière d Entrepreneurship. En 2007, 17 cours électifs ont été proposés dans le programme MBA. Un certain nombre d Alumni contribuent ou ont déjà contribué à ces cours. La richesse du savoir par l expérience des Alumni Entrepreneurs est énorme et sans doute encore sous exploitée. Notre ambition est de pouvoir renforcer ces échanges en matière de recherche, d enseignement, et de mentoring, et de développer encore plus concrètement les relations avec l INSEAD. Pour la création de ce Club, le plus difficile fut d identifier et de réunir les Alumni entrepreneurs. Nous n avons actuellement pas les outils adaptés pour les repérer clairement et les joindre. Nous avons tout de même réussi à constituer une liste d environ 150 Alumni Entrepreneurs, essentiellement par le bouche à oreille. Mais nous sommes encore loin d être exhaustifs. Ce club a pour objectif de fédérer les «Entrepreneurs confirmés». On entend par entrepreneur confirmé, un dirigeant qui gère une entreprise déjà établie, et dont il possède une partie significative du capital, qu il soit majoritaire ou minoritaire. Distinction est donc faite entre les free-lance qui se mettent à leur compte, les entrepreneurs en création d entreprise (start-ups) ou ceux qui essaient de racheter une entreprise. Pour ceux-là l Association propose déjà un grand nombre de clubs : Take Over Club, MB Entreprendre Le Club des Entrepreneurs s est fixé comme objectifs de : regrouper le plus grand nombre d entrepreneurs, qui partagent tous les mêmes préoccupations managériales et capitalistiques ; stimuler et faciliter les échanges entre pairs ; revenir une source de création et de partage du savoir sur l entreprenariat en partant de l expérience terrain ; rettre en place un programme d échange avec l INSEAD pour à la fois contribuer aux programmes d Entrepreneurship et pourvoir bénéficier des ressources existantes sur le campus. Parmi les 28 personnes présentes le 2 avril dernier, 75 % ont crée leur propre entreprise, 25% l ont rachetée, 45 % détiennent plus de 50 % du capital et 20% ont un chiffre d affaires annuel supérieur à 10 M. Nous avons essayé de comprendre leurs attentes afin de mieux répondre à leurs demandes. Une grande majorité a émis le souhait de créer une communauté d entrepreneurs qui leur permettrait de se réunir ponctuellement autour d un dîner, en petits comités de 8 à 10 personnes. Le but étant de créer des liens forts qui permettraient à chacun d exposer ses problèmes personnels, en toute transparence, pour demander conseil. En réponse à l idée de rapprocher des investisseurs et des entrepreneurs, voici ce que nous a écrit un des membres : «La plupart des activités existantes, traitent en majeure partie des problématiques d investissement et de recherche de capitaux alors que ces sujets ne représentent qu une infime partie des problèmes ou situations auxquels est confronté l entrepreneur quand on regarde l ensemble de son parcours. Ce qui nous manque, c est de nous retrouver entre nous pour parler de nos préoccupations. L entrepreneur a besoin de sortir de sa solitude». Suite à cette réunion nous avons décidé de : mettre en place une plateforme IT afin de faciliter les échanges virtuels et apporter un support logistique au Club ; organiser une série de réunions/diners par petits groupes de 8 à 10 personnes ; préparer une conférence/table-ronde annuelle qui serait ouverte à tous les Alumni. Le Club des entrepreneurs est lancé et nous comptons sur vous pour nous aider à le faire vivre et se développer : Entrepreneurs ou en relation avec un entrepreneur n hésitez pas à contactez Adeline ou Myriam au ou Joe Tabet, (MBA 92D) Animateur du Club des Entrepreneurs de France ainsi que de l INSEAD Entrepreneurs Club de New York. Club Théâtre Certains d entre nous se rappellent de Madame Montel qui avait mené ce groupe avec enthousiasme. Nous la remercions vivement pour son dévouement et le plaisir qu elle a su nous procurer pendant de nombreuses années. nous proposera ses meilleures pièces qu elle aura préalablement sélectionné. Les premières propositions vous sont déjà parvenues dans vos boites et sur notre site internet. Vous pourrez choisir les pièces qui vous intéressent et procéder à leur règlement jusqu à une date à laquelle les places vous seront adressées. C est en consultant le carnet d adresse de Patrick Ollivier et en découvrant l association Acte Un, que l idée de relancer le groupe nous est venue. Séverine Liebaut, président d Acte Un, Bonnes soirées! Henri Frisch (MBA 68J) News 89-11

12 Carrière Nous vous avons adressé récemment un petit dépliant intitulé «Les Services Carrière de l Association INSEAD Alumni France». Un certain nombre de dates ont du être modifié et nous vous invitons à vous connecter sur notre site (www.inseadalumni.org» à la rubrique Events afin d obtenir les dates actualisées. Merci de votre compréhension. Prochains ateliers proposés par le Comité Carrière Réunion d information sur le fonctionnement des groupes AVARAP Lundi 13 mai 2008 de 18h30 à 20h30 La synergie d un groupe d une dizaine de personnes impliquées associée à une démarche structurée qui a fait ses preuves : la solution AVARAP pour trouver un nouveau poste. Avec des animateurs spécialement formés et l implication de chaque membre du groupe, la méthode AVARAP allie l efficacité d une mission d outplacement avec les coûts modiques d une association Animé par Claude Génin, vice-président de l AVARAP Séminaire «Oser l impossible» Samedi 17 mai de 9h30 à 17h30 Accroître sa créativité et sa confiance en soi, oser se fixer des objectifs plus ambitieux, maintenir son optimisme même face à l adversité, trouver son équilibre entre vie privée et vie professionnelle, optimiser ses niveaux d énergie et de stress, mieux utiliser son cerveau droit et maîtriser son intuition. Un séminaire stimulant, qui fournit des moyens concrets par des outils et des techniques efficaces. Animé par Marvin Faure (MBA 90J), consultant en conduite de changement, en motivation et en leadership. Ingénieur de formation, après plus de 25 ans d expérience en management acquise à l international, il a créé son entreprise en Suisse : le cabinet MindStore. Pour une communication performante et cohérente avec les acteurs du marché de l emploi Lundi 19 mai 2008 de 9h30 à 18h00 Une journée pour clarifier la présentation de son projet professionnel, élaborer sa présentation personnelle et s entrainer à réaliser des entretiens efficaces. Un séminaire concret et interactif. Animé par Christian Morel qui a assuré les fonctions de Directeur Général pendant 12 ans. Il a ensuite accompagné des cadres supérieurs et dirigeants dans leur transition de carrière comme Consultant chez un des leaders de l outplacement en France. Il est titulaire d une Maîtrise d Econométrie et diplômé du CPA. Réseau et Mobilité Professionnelle Mercredi 21 mai 2008 de 18h00 à 21h00 Comment assurer son développement professionnel grâce à son réseau et réussir sa transition professionnelle? La démarche réseau est un bon moyen de valider son avenir professionnel. Le réseau se réactive et s entretient durant toute sa carrière. Comment rendre cette démarche efficace et concrète? Un atelier interactif : des principes fondamentaux à la pratique avec une simulation d entretien. Animé par Philippe Veron (AMP 98), coach et consultant au sein de l équipe dirigeants de DBM France.Après plus de 20 ans d expérience en France et à l internationale, il accompagne des Cadres Supérieurs & Dirigeants depuis début Groupe Recherche Solidaire d Emploi Une réunion mensuelle (en principe le 3 e mardi du mois) et informelle d Anciens se tient dans les locaux de l Association, avec pour objectif : de ne pas rester seul dans sa demarche, d échanger ses expériences, d exprimer ses difficultés s il y en a, de soumettre, si développés par soi même, un bilan de compétence, son projet industriel et son CV au groupe pour une critique positive suivie de suggestions et de recommandations, d exprimer par un jeu de rôle les fameuses 3 minutes pour une prise de rendez-vous dans son réseau Animé par Luc Williamson (MBA 73), Elie Assouad (MBA 78) et Bertrand Pinet (Wharton 92) Permanence Carrière Cette permanence a pour but d être à l écoute des Anciens en recherche d évolution de carrière pour : vous informer, de vive voix, des nombreux services Emploi- Carrière de l Association ; vous guider vers des contacts auprès des membres du réseau Maillons Actifs de l Association ; vous apporter, si nécessaire, un soutien dans l élaboration de leur projet professionnel ; voir CV et parcours professionnel et se poser les bonnes questions sur les évolutions de carrière, que vous soyez en poste ou hors poste. Cette permanence est assurée à l Association par Daniel Fulda (MBA 80), tous les lundis matins de 9h45 à 12h45, avec ou sans rendez-vous - Brian Mccarron (MBA 82), le mardi après-midi de 15h00 à 18h00, sur rendez-vous uniquement, Luc Williamson (MBA 73), un samedi matin par mois, sur rendezvous uniquement. Mini CV : Appel à candidats Vous êtes à la recherche d un emploi? Vous voulez évoluer dans votre spécialité,dans vos responsabilités? Vous changez de région? L Association des Anciens INSEAD France a lancé un nouveau service carrière : l envoi anonyme de mini-cv en mode push!!! Le principe : un ing logoté «Recrutez un ancien INSEAD» présentant anonymement les profils des Anciens en recherche de poste est envoyé chaque mois aux recruteurs. L Association gère l anonymat des candidats et la mise en relation avec les chasseurs de têtes, DRH intéressés Les informations requises (6 à 7 lignes sous Word) : Vous : Prénom, nom, promo Expérience totale Formations/ diplômes Langues pratiquées Vos missions : postes occupés, durées, secteurs, localisation, compétences, salaires (*) (*) liste non exhaustive Vous êtes intéressés? Vous avez des questions? Contactez Solenna Lebeltel sur : ou au: Votre recherche : Secteurs convoités Postes recherchés Mobilité : département / région / pays / Europe / international (précision) News

13 INSEAD Alumi Association France Alumni Fund (IAF) Comment réduire votre ISF? " Si vous payez l Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), nous vous rappelons que, grâce aux nouvelles mesures fiscales instituées par l article 16 de la loi du 21 août 2007 (TEPA), vous pouvez imputer sur l ISF dû 75 % du montant de vos dons faits à la Fondation INSEAD, dans la limite de par an. Tout don fait avant le 15 juin 2008 est déductible de l Impôt de Solidarité sur la Fortune dû à cette date. Exemples Si vous êtes redevable de au titre de l ISF, vous pouvez faire un don à la Fondation INSEAD de et bénéficier d une réduction d impôt de ( x 75 %). Si vous êtes redevable de 2 000, vous pouvez faire un don de et bénéficier d une réduction d impôt de Quel que soit le montant de votre contribution, elle est essentielle pour l INSEAD. Elle permet à l école de développer une recherche et un enseignement d excellence et, grâce au financement de bourses, de garantir la diversité du recrutement. Pour toute question relative aux dons, n hésitez pas à prendre contact avec : Elisabetta Scanferla-Schmitt Directrice du développement, INSEAD - Tél : Marion Egal (MBA 82) Présidente du fonds des Anciens en France (IAF) - Tél : Bulletin de soutien 2008 Nom Prénom Promo DEDUCTION FISCALE ISF 2008 Vous pouvez déduire 75% du don versé à la Fondation INSEAD de l Impôt de solidarité sur la fortune (ISF) du en juin 2008, dans la limite de Vous pouvez faire un don déductible jusqu au 15 juin prochain. Vous recevrez un reçu fiscal, justificatif de votre don, que vous joindrez à votre déclaration fiscale. Renvoyez le formulaire à l INSEAD - IAF Office, Bd de Constance, Fontainebleau Cedex ou faxez-le au Je souhaite faire un don à la Fondation INSEAD d un montant de : (spécifier le montant) q Je paie en ligne sur le site q J inclue un chèque à l ordre de la Fondation INSEAD (IAF) q Je fais un virement bancaire à la Fondation INSEAD (IAF) C/o HSBC 18, Place St Jean Melun Code : / Office code : Account No: , Rib Key: 35 IBAN FR Swift code: CCFRFRPP q Je paie par carte de crédit : Visa/Access/MasterCard/Eurocard (pas de carte AMEX) Numéro de la carte Date d expiration Cryptogramme (3 derniers chiffres au dos de votre carte) Signature Date News

14 Repères Rubrique réalisée en partenariat avec Jean Baron-Mazloumian (MBA 84) est nommé Partner au bureau de Paris de Corporate Value Associates (CVA), à ce poste depuis janvier Corporate Value Associates est un cabinet mondial de conseil en stratégie. Ses clients sont principalement des compagnies industrielles françaises appartenant aux secteurs des télécommunications, de l emballage, de l énergie, de la construction, de l acier et du détail. com Bruno Cohen (MBA 90J) est nommé Managing Director Europe de Broadway Partners, à ce poste depuis le 1er octobre Il est ainsi en charge de la création et de la direction des activités européennes de Broadway Partners depuis Paris. Marc Devillard (MBA 95J) est nommé directeur d investissements sur les secteurs des logiciels et de l Internet de Crédit agricole Private Equity (Groupe Crédit agricole SA), à ce poste depuis le 18 février Il rejoint l équipe Capital-Risque. Crédit agricole Private Equity est une société de gestion agréée AMF de Crédit agricole SA, dédiée aux prises de participations directes dans des entreprises non cotées.. Fadi Farah (MBA 05D) est nommé directeur des relations investisseurs de Coffim, à ce poste depuis janvier Coffim, promoteur généraliste travaillant essentiellement à Paris et en Ile-de-France, construit des opérations de logements destinés à la vente pour les particuliers accédant à la propriété, et pour les investisseurs personnes physiques souhaitant faire un placement. La société réalise également des immeubles de logements ou de bureaux pour le compte de grands investisseurs institutionnels. Caroline Fortier (IEP F/F 05Jul) est promue directeur du pôle Promotion-Construction du Groupe Financière Duval, à ce poste depuis janvier Elle est sous la responsabilité directe de Monsieur Michel Fortin, président du pôle immobilier. Elle est directeur général de la Compagnie foncière des alizées (CFA), filiale de promotion du Groupe Financière Duvalnfrastructures). Le Groupe Financière Duval fédère un ensemble d entités aux compétences complémentaires dans le secteur de l immobilier professionnel. Pierre Fouques du Parc (MBA 89D) est nommé Partner, directeur associé et responsable des practices Technology et Services de Boyden France (Boyden Global Executive Search), à compter du mois d avril Il est sous la responsabilité directe de Monsieur Marc Lamy, président-directeur général. Boyden France fait partie du groupe Boyden Global Executive Search, l un des cabinets leaders dans le monde pour le recrutement de cadres dirigeants par approche directe. Emmanuel Goldstein (MBA 00D) est promu Managing Director Investment Banking au sein de Morgan Stanley, à ce poste depuis décembre Morgan Stanley est un groupe international de services financiers spécialisé dans le conseil en financement, notamment auprès des banques d affaires. Grégory Gosset (MBA 04D) est promu directeur général de Télé2 Mobile (Groupe Télé2 AB), à ce poste depuis décembre Il est ainsi chargé de poursuivre le développement de l activité MVNO de Télé2 Mobile en renforçant sa stratégie autour de ses 3 valeurs fortes : économie, simplicité et qualité. Télé2 Mobile est le leader français des Mobil Virtual Network Operator (MVNO) et est devenue une société indépendante, filiale à 100% du Groupe depuis juillet Serge Hoffmann (MBA 00J) est promu Partner et Associé au niveau mondial de Bain & Company au sein du pôle de compétence Télécom, Médias et Technologies, à ce poste depuis le 1er janvier Créé en 1973, Bain & Company est l un des leaders mondiaux du conseil en stratégie et en management, présent sur les 5 continents. Nicolas Houzé (MBA 06J) a été promu président du directoire de Sofidi (Société financière de distribution), spécialisée dans les montres et l horlogerie, à ce poste depuis juillet Nommé membre du conseil de surveillance du Groupe Galeries Lafayette en 2005, il est depuis 2006 président-directeur général d Europa Quartz, le pôle horloger du Groupe qui comprend les enseignes Europa Quartz, Goldy, Watch Me, Louis Pion et Royal Quartz. François Neveux (MBA 02J) est promu Director chez AlixPartners France, à ce poste depuis le 1er janvier AlixPartners est l un des 1ers cabinets américains spécialisés dans le conseil financier en matière d amélioration des performances, de redressement, de restructuration et de technologies de l information. AlixPartners France conseille et accompagne différents types d acteurs économiques : groupes internationaux et nationaux, PME, banques et institutions financières, fonds d investissement. Ke-Quang Nguyen-Phuc (IEP 05Dec) est nommé Vice President Europe de NanoZilla, à ce poste depuis le 1er janvier NanoZilla dispose d une expertise reconnue en management, en ventes et marketing autour de l industrie des semiconducteurs (EDA, IP, Fonderies, Startups...) et des nanotechnologies (MEMS/NEMS...). François Pétavy (MBA 03D) est nommé directeur marketing et contenus d Eyeka, à ce poste depuis janvier Fondée en février 2006, la société Eyeka propose une plateforme 2.0 innovante sur mobile et Internet, dédiée au partage et à la distribution de contenus (photos, vidéos, animations, illustrations) créés par des professionnels ou des amateurs de talent dans une logique fortement éditorialisée. Jean-Louis Potier (MBA 99D) est nommé directeur délégué aux produits, en charge des activités Presse et Edition de Reed Business Information France (RBI), à ce poste depuis janvier Reed Business Information (RBI), filiale à 100% du groupe anglo-néerlandais Reed Elsevier, exerce ses activités dans les secteurs de l édition, de la formation et de la presse (magazine Stratégies, revues électroniques) autour de 4 thèmes : les sciences et le médical, le juridique, l éducation et le business. Thérèse Torris (MBA 89D) est nommée vice-président des contenus de Twenga, à ce poste depuis janvier Elle entre au comité de direction. Twenga.com est un moteur de shopping créé en 2006 qui indexe aujourd hui marchands et 40 millions d offres. Il référence les marchands, les produits et les prix de manière automatisée Vous changez d entreprise ou êtes promu(e)? L INSEAD Alumni Association France en partenariat avec NominatioN, vous propose un nouveau service de «networking» qui va contribuer à dynamiser votre réseau relationnel. Ce service gratuit, ouvert à tous les Alumni INSEAD, vous permettra : d être présenté aux acteurs clés de votre nouveau contexte professionnel et développer votre réseau relationnel ; de déclencher de nouvelles opportunités de contacts et d affaires (nouveaux clients/ fournisseurs) ; de faire connaître votre évolution à vos contacts actuels ; d être référencé auprès des principaux chasseurs de têtes. Avantages pour les membres : accès aux 4 dernières newsletters annonçant les nominations des Alumni INSEAD ; publication automatique de votre changement de fonction au sein de notre News papier (rubrique Repères). Rédigez votre faire part de nomination sur News

15 Mercredi 21 mai Petit déjeuner TOC avec Frédérique Clavel et Didier Tranchier Lieu : Prunier, Paris 16 e à 8h30 Atelier Carrière réseau et mobilité professionnelle Vendredi 23 et Samedi 24 mai Salamander Golf Society Salamander Cup et match contre les étudiants Lieu : Augerville-la-Rivière Artistes et Alumni Faites-nous partager votre passion en exposant vos créations pour le plus grand plaisir de tous! Exposition «Transparences» du 9 avril au 31 août Anne Brisson-Noël (MBA 94J) nous propose son travail photographique sur le thème de la lumière dans les éléments naturels ; Vous êtes intéressés pour exposer vos créations ou celles d un proche, contactez Myriam Akorri au Samedi 24 mai INSEAD Summer Ball Lieu : Château de Fontainebleau Rébelco Naissance Mardi 27 mai Club Mixité Womenomics event Lieu : OCDE, Paris 16 e, à 18h00 Petit déjeuner Telecom avec Patrick Allard, dirigeant de Tactem Lieu : CUI, Paris 8 e à 8h30 Mercredi 28 mai Petit déjeuner Stratégies Retraite avec Emmanuel Grimaud Lieu : Maximis, Paris 8 e à 8h30 Atelier Patrimoine La gestion du patrimoine Lieu : Association, Paris 17 e à 18h30 Mardi 10 juin Rendez-vous Groupe Midi-Pyrénées Lieu : Toulouse à 20h00 Jeudi 19 juin Petit dejeuner Management et Organisation avec Yves Morieux Lieu à confirmer, Paris 8 e à 8h30 26, 27 et 28 juillet IAA Monaco L IIAM a le plaisir d accueillir des membres d autres associations nationales. Fin juillet, les évènements suivants sont organisés : Samedi 26 juillet, pique-nique (une tradition très populaire depuis de nombreuses années) Dimanche 27 juillet, concert au Palais princier Lundi 28 juillet, déjeuner au Yacht Club de Monaco Tous les membres qui pourraient se trouver dans la région seront les bienvenus. Pour tous les datails contacter : Martin Ricketts, président Laure Kohler Retrouvez toutes nos manifestations sur (rubrique «Events») Tarifs pub pleine page /2 page /4 page 900 1/8 page 550 Les prochaines réunions se tiendront les jeudis 3 avril et 15 mai et le vendredi 6 juin à 18h00 à l Association Consultants indépendants, anciens INSEAD ou WHARTON, vous êtes cordialement invités à vous joindre à nous, pour le plaisir de nous retrouver, échanger et faire du business. Hubert Meffre (MBA 69) : Infos : À louer Summer Rental in Provence Newly renovated stone house between Aix en Provence and Avignon for weekly rental. Pool, 3 bedrooms, 2 bathrooms. Ideally located close to small village yet totally private. Photos on request. Weekly: 2100 Euros (cleaning included). Contact: Michael Frugtniet (MBA 98J) Phone: +33 (0) bedroom apartment 50m 2 with charm and character, sunny and calm. At the doorstep of the Montorgueil pedestrian area in the heart of Paris. Available now, unfurnished. Rent: 1450 /mth, excl charges. Contact : Erwan Dupuy (MBA 04J) Phone: Marion Egal (MBA 82) cherche studio ou deux pièces, avec baignoire, dans Paris ou proche banlieue pour son fils aîné Julien, doctorant en économie à Sciences Po. Disponibilité : début juillet 2008 au plus tard. Immobilier Delphine Herail, ancienne secrétaire de l association INSEAD France, a rejoint l un des 3 bureaux Immopolis, depuis janvier Une implantation immobilière forte au cœur de Montmartre depuis 20 ans, qui lui permet d être toujours plus à l écoute et au service de ses clients. Vous recherchez un conseil de confiance pour votre achat ou vente immobilier, n hésitez pas à contacter Delphine au +33 (0) Irène, Jules et François Pétavy (MBA 03D) ont la grande joie d annoncer la naissance de Nil, le 18 décembre Diane et Alexandre Bonnecuelle (MBA 06J) sont heureux de vous annoncer la naissance de leur fils Adrien, le 13 janvier 2008 Décès Nous avons la tristesse de vous faire part du décès de Henri Bernard-Bruls (MBA 80), survenu le 4 mars 2008 Une messe sera dite le samedi 12 avril à 17h00, en l église Saint-Justin, place d Estienne d Orves à Levallois-Perret (92) Ghislaine Bernard-Bruls, son épouse, Agnès, Yolande et Christophe, ses enfants Les Hauts Vents Fresville 25 rue Raspail Levallois-Perret Stage Aurore Blanc, fille de Jean-Gérard Blanc (MBA 80), actuellement en dernière année à l ESSEC, recherche un stage de 6 mois en marketing en Europe (hors France) dans les secteurs du luxe, de la mode et de la beauté. Pour toute proposition, merci de bien vouloir la contacter au Info Vous voulez communiquer dans la Newsletter? Envoyez un mail à : NEWSLETTER - Publication mensuelle Association des Anciens Élèves de l INSEAD 19, rue de l Arc de Triomphe Paris Président : Jean-Philippe Grosmaitre (MBA 99J) Directeur de la publication :Laurent Aymard (EMBA 04D) Comité de rédaction : B. Verhille, M. Akorri Maquette et réalisation :Ch. Herlin - EXPRESSIONNISTE : Tel : Imprimeur de Pithiviers - n d imprimeur : 73 Dépôt légal initial : 1 er mars ISSN : News

16 Participez aux Quatre Trophées seront remis : L'Entrepreneur de l'année L'Entrepreneur innovant L'INSEAD de l'année L'Initiative sociale Jeudi 12 juin 2008 au MEDEF Sous l'égide de Laurence Parisot, Présidente du MEDEF Soirée animée par Henri Gibier, Directeur adjoint des Echos. En présence de Franck Brown, Dean de l'insead. R e t r o u v e z l a l i s t e d e s n o m i n é s s u r w w w.i n s e a d a l u m n i.f r News 89 - X -

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012 Stage 2012 Grenoble Ecole de Management Stage 2012 I. Vie pratique Il y a six ans, Rotary International m a donné l opportunité d aller étudier un an à l étranger. Cette expérience a été la plus enrichissante

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes?

Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? Les PME qui grandissent Qui sont-elles? Pourquoi sont-elles si performantes? KPMG ENTREPRISES - ÉTUDE 2008-1ères conclusions de l étude PME et croissance Conférence de presse Mardi 16 septembre 2008 Sommaire

Plus en détail

Introduction. 2012, Pearson France, Christine Balagué et Loïc Bodin, Les succès du web à la française

Introduction. 2012, Pearson France, Christine Balagué et Loïc Bodin, Les succès du web à la française Introduction 1 Introduction Cessons de croire que les réussites économiques sur Internet sont l apanage des seuls Américains! Il se crée aussi dans notre Hexagone des entreprises qui connaissent un grand

Plus en détail

Investir l excellence et la solidarité

Investir l excellence et la solidarité Investir l excellence et la solidarité www.fondation.dauphine.fr CULTURE. ÉGALITÉ DES CHANCES. CAMPUS. RECHERCHE. INTERNATIONAL. ENTREPRENEURIAT La Fondation Dauphine Notre vision La Fondation Dauphine

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE Quel est leur profil (âge, localisation, situation familiale )? Quel est leur plan d action pour reprendre?... Quelles sont leurs motivations?

Plus en détail

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015

Bercy Financements Export. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Mardi 17 mars 2015 MICHEL SAPIN MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Bercy Financements Export Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics Bercy Mardi 17 mars 2015 Contact presse :

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives.

Du 24 janvier 2011. Aujourd hui je voudrais vous parler des enjeux de cette transformation et de nos perspectives. Du 24 janvier 2011 Mesdames et Messieurs, Vous avez pu le constater au cours des présentations : sur l exercice 2009/2010, nos résultats ont été solides, nous avons poursuivi la transformation de notre

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME transmission oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6521-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME transmission oser pour gagner! Vous voulez reprendre une entreprise? Les opportunités

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Etre une force de proposition sur les textes de lois et la réglementation régissant l environnement économique et administratif de la profession

Etre une force de proposition sur les textes de lois et la réglementation régissant l environnement économique et administratif de la profession AMIC Immeuble ASSIST 5eme étage Téléphone : 22 434 00 Email : contact@amic.mg Web : www.amic.mg L AMIC : un acteur au service de l économie et des entreprises L Association Malagasy des Investisseurs en

Plus en détail

Sommaire. Présentation Générale 3. Nos Métiers 4. Nos Services 5. Notre Valeur ajoutée 6. Notre Philosophie 7. Nos Clients 8.

Sommaire. Présentation Générale 3. Nos Métiers 4. Nos Services 5. Notre Valeur ajoutée 6. Notre Philosophie 7. Nos Clients 8. 1 Sommaire Présentation Générale 3 Nos Métiers 4 Nos Services 5 Notre Valeur ajoutée 6 Notre Philosophie 7 Nos Clients 8 Notre Equipe 9 Contact 12 2 Présentation Advise UP Associés Cabinet de conseil,

Plus en détail

RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES

RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES 1 RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES 2 Plan Introduction : Attractivité qu est-ce? Pourquoi être attractif? Peut-on être attractif en France? Comment être attractif : Les leviers? Positionnement :

Plus en détail

Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte

Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte Maitriser le questionnement à 360 Etre pertinent dans ses questions est au moins aussi important que de savoir maîtriser sa présentation

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

Les Entreprises Familiales

Les Entreprises Familiales Les Entreprises Familiales Paris, le 5 Fevrier 2008 Les Entreprises Familiales Centenaires sont en France 1400 (présentes dans presque tous les secteurs) dont 400 dans le secteur des Vins et Spiritueux.

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

M. Godin fait partie des bâtisseurs de l industrie des technologies de l information. Il a pavé la voie pour de nombreux autres entrepreneurs

M. Godin fait partie des bâtisseurs de l industrie des technologies de l information. Il a pavé la voie pour de nombreux autres entrepreneurs Monsieur l Ambassadeur, Monsieur le Délégué général, Monsieur Maynard - Président la Chambre de commerce France-Canada, Monsieur Godin, Distingués invités, Mesdames et Messieurs, Mon nom est Eric Lemieux,

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 «seul le prononcé fait foi» Mesdames et Messieurs les présidents, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Pour bien démarrer et pour durer!

Pour bien démarrer et pour durer! oseo.fr OSEO Document non contractuel Conception-Réalisation : W & CIE Réf. : 6522-04 Septembre 2009 Ce document est imprimé sur du papier fabriqué à 100 % à base de fibres provenant de forêts gérées de

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles

Etudiants et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles et jeunes diplômés : les aspirations professionnelles Sondage de l Institut CSA pour LinkedIn Février 203 Sommaire Fiche technique du sondage p 3 Des jeunes optimistes pour eux-mêmes malgré un contexte

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc

Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc Amélioration de l environnement des affaires dans la région sud de la Méditerranée Pour: le Maroc Un projet financé par l Union Européenne Réunion de Travail des Coordonnateurs du SBA et des Conseillers

Plus en détail

UN PARTENARIAT FRANCO-BRESILIEN PLEINEMENT REUSSI. CNP Assurances et CAIXA Economica Federal (CEF) à travers leur filiale : CAIXA SEGUROS

UN PARTENARIAT FRANCO-BRESILIEN PLEINEMENT REUSSI. CNP Assurances et CAIXA Economica Federal (CEF) à travers leur filiale : CAIXA SEGUROS UN PARTENARIAT FRANCO-BRESILIEN PLEINEMENT REUSSI CNP Assurances et CAIXA Economica Federal (CEF) à travers leur filiale : CAIXA SEGUROS Par : Gilles Benoist CEO du Groupe CNP Assurances de 1998 à 2012

Plus en détail

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions.

Implantée depuis 2 ans à Bordeaux, Inside RDT fait le point sur ses pratiques et ses ambitions. Page 1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE À l occasion du Salon de l Entreprise Aquitaine, Inside Révélateur De Talents fête ses 10 ans d innovations dans les domaines de la formation et du coaching pour les entreprises.

Plus en détail

Philippe Busquin. Commissaire Européen pour la Recherche. La recherche : une priorité pour l avenir de l Europe

Philippe Busquin. Commissaire Européen pour la Recherche. La recherche : une priorité pour l avenir de l Europe Philippe Busquin Commissaire Européen pour la Recherche La recherche : une priorité pour l avenir de l Europe Discours à la Conférence «Priorité à la science» Lisbonne 31 mai 2004 Monsieur le Président

Plus en détail

Le capital-risque est-il une option viable pour financer les projets innovants en matière d énergie? Le point de vue d un entrepreneur

Le capital-risque est-il une option viable pour financer les projets innovants en matière d énergie? Le point de vue d un entrepreneur Clubs Mines-Energie et Mines-Finance - Le capital-risque est-il une option viable pour financer les projets innovants en matière d énergie? Le point de vue d un entrepreneur Franck Rabut - NovaWatt Président

Plus en détail

Inauguration du Master Sécurité Routière : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs,

Inauguration du Master Sécurité Routière : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs, Inauguration du Master Sécurité Routière : Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs, C est toujours un grand plaisir de vous retrouver au Liban. Mais le plaisir se double aujourd hui d une grande

Plus en détail

1/ Annonce profils acheteur- revendeur

1/ Annonce profils acheteur- revendeur 1/ Annonce profils acheteur- revendeur Vous cherchez à compléter vos revenus à temps choisis avec un partenaire sérieux en intégrant une équipe dynamique? Vous souhaitez travailler à domicile en toute

Plus en détail

Erreurs les plus classiques en Bourse. TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM

Erreurs les plus classiques en Bourse. TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM 20 Erreurs les plus classiques en Bourse TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM De ne jours, la Bourse est à la portée de tous, le volume d échange et le nombre

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Accès aux financements. NOM DE L ATELIER DE TRAVAIL : Accès au financement. REGION : Alsace

Accès aux financements. NOM DE L ATELIER DE TRAVAIL : Accès au financement. REGION : Alsace Accès aux financements NOM DE L ATELIER DE TRAVAIL : Accès au financement REGION : Alsace Diagnostic et enjeux (1/8) Région : Alsace Nom du groupe de travail (reprendre l une des appellations des GT nationaux)

Plus en détail

De la croissance destructrice de l environnement à l économie verte. Samir ALLAL Tunis-Mai 2012

De la croissance destructrice de l environnement à l économie verte. Samir ALLAL Tunis-Mai 2012 De la croissance destructrice de l environnement à l économie verte Samir ALLAL Tunis-Mai 2012 Plan de l'exposé 1. La question de l économie verte ne peut être traitée indépendamment des relations Nord/Sud,

Plus en détail

Discours prononcé par Carole DELGA lors de la Conférence de presse de la Fevad : «Bilan du e-commerce en 2014» - Mardi 27 janvier 2015 à Bercy -

Discours prononcé par Carole DELGA lors de la Conférence de presse de la Fevad : «Bilan du e-commerce en 2014» - Mardi 27 janvier 2015 à Bercy - CAROLE DELGA SECRETAIRE D ETAT CHARGEE DU COMMERCE, DE L ARTISANAT, DE LA CONSOMMATION ET DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE, AUPRES DU MINISTRE DE L ECONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMERIQUE D i s c o

Plus en détail

Comment ouvrir son capital à. investisseurs.

Comment ouvrir son capital à. investisseurs. Comment ouvrir son capital à des investisseurs? Introduction La vie d une entreprise et son développement connaîtront de nombreuses étapes qui constitueront pour son actionnaire dirigeant autant d occasions

Plus en détail

Midi Capital. nouvelle gamme. produits éligibles à la réduction ISF

Midi Capital. nouvelle gamme. produits éligibles à la réduction ISF Midi Capital nouvelle gamme 2011 produits éligibles à la réduction ISF Midi Capital lance sa gamme de produits éligibles à la réduction ISF 2011 Pour la campagne ISF 2011, Midi Capital, Société de Gestion

Plus en détail

Compte rendu de l étude Accuracy - CF News Entreprises et fonds : liaisons dangereuses ou fructueuses?

Compte rendu de l étude Accuracy - CF News Entreprises et fonds : liaisons dangereuses ou fructueuses? Compte rendu de l étude Accuracy - CF News Entreprises et fonds : liaisons dangereuses ou fructueuses? Présenté le 13 février 2008 dans les Salons Boffrand de la Présidence du Sénat POURQUOI CETTE ÉTUDE?

Plus en détail

NAISSANCE D UNE NOUVELLE COMPAGNIE

NAISSANCE D UNE NOUVELLE COMPAGNIE NAISSANCE D UNE NOUVELLE COMPAGNIE CNIA SAADA Assurance est née de l union de deux grandes forces de l assurance, CNIA Assurance et Assurances Es Saada, qui ont mis en commun leurs compétences humaines

Plus en détail

I/ Présentation de notre association et de notre programme

I/ Présentation de notre association et de notre programme GUIDE ENSEIGNANTS INTERVENTION EN CLASSE D UN ENTREPRENEUR 1. Présentation de notre association et de notre programme 2. Le contenu de l intervention de l entrepreneur 3. La préparation de l intervention

Plus en détail

Executive Education. Afrique Océan Indien

Executive Education. Afrique Océan Indien Executive Education Afrique Océan Indien 2 3 Relever les défis, préparer l avenir Depuis sa création en 1995, Analysis est animé par la volonté d accompagner les entreprises et les institutions de la région

Plus en détail

Construisez des partenariats gagnants avec les jeunes entreprises lyonnaises

Construisez des partenariats gagnants avec les jeunes entreprises lyonnaises ENTREPRISES ACHETEUSES Construisez des partenariats gagnants avec les jeunes entreprises lyonnaises Cécile Rioux, Responsable des achats, et Nicolas Pernet, Trésorier du CE d'apicil, ont fait appel à Nathalie

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Le rendez-vous de l innovation La Fintech Juillet 2015

Le rendez-vous de l innovation La Fintech Juillet 2015 Le rendez-vous de l innovation La Fintech Juillet 2015 Sondage réalisé par pour le publié et diffusé par et Publié le 9 juillet 2015 Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d un échantillon de Français

Plus en détail

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER...

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... SIMPLIFIER ET ACCÉLÉRER LA RÉALISATION DE VOS PROJETS WWW.BUSINESSFRANCE.FR CHIFFRES-CLÉS 1 500 collaborateurs expérimentés à votre écoute et prêts à se mobiliser

Plus en détail

«LE Capital-Investissement : accelerateur de croissance de l economie tunisienne»

«LE Capital-Investissement : accelerateur de croissance de l economie tunisienne» «accelerateur de croissance de l economie tunisienne» Note conceptuelle LE MOT DU PRESIDENT Le Capital-Investissement - ou Private Equity - est un des moteurs du financement de l économie réelle et du

Plus en détail

Et si votre carrière s inventait avec. mc 2 i Groupe? 5 RAISONS DE NOUS REJOINDRE - www.mc2i.fr

Et si votre carrière s inventait avec. mc 2 i Groupe? 5 RAISONS DE NOUS REJOINDRE - www.mc2i.fr Et si votre carrière s inventait avec mc 2 i Groupe? 5 RAISONS DE NOUS REJOINDRE - www.mc2i.fr mc 2 i Groupe Des missions de conseil en systèmes d information, à forte valeur ajoutée Depuis sa création

Plus en détail

PME : L ambition de grandir

PME : L ambition de grandir NOVEMBRE 2006 PME : L ambition de grandir Paroles d entrepreneurs Date En préambule, quelques chiffres France Royaume-Uni Allemagne Entreprises employant entre 50 et 250 personnes * 24 420 28 820 44 000

Plus en détail

ASHOKA, UN RESEAU INTERNATIONAL D ENTREPRENEURS SOCIAUX UNE INITIATIVE EUROPEENE 3. 3000 entrepreneurs sociaux soutenus

ASHOKA, UN RESEAU INTERNATIONAL D ENTREPRENEURS SOCIAUX UNE INITIATIVE EUROPEENE 3. 3000 entrepreneurs sociaux soutenus ASHOKA, UN RESEAU INTERNATIONAL D ENTREPRENEURS SOCIAUX ASHOKA ENVISAGE UN MONDE OÙ CHACUN EST ACTEUR DE CHANGEMENT: UN MONDE QUI RÉPOND RAPIDEMENT ET EFFICACEMENT AUX ENJEUX SOCIAUX ET OÙ CHAQUE INDIVIDU

Plus en détail

AUTOMNE 2011 ENQUÊTE SUR LE MÉTIER DE TRÉSORIER D ENTREPRISE. L échantillon 2011 :

AUTOMNE 2011 ENQUÊTE SUR LE MÉTIER DE TRÉSORIER D ENTREPRISE. L échantillon 2011 : LE TRÉSORIER D ENTREPRISE EN 2011 2 AUTOMNE 2011 ENQUÊTE SUR LE MÉTIER DE TRÉSORIER D ENTREPRISE Cette note de synthèse est le résultat de l enquête menée conjointement par Robert Half, spécialiste du

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

A PLUS FINANCE. Les épargnants sont-ils prêts à investir dans les PME? Quel impact pour les mesures «Breton»? 27 septembre 2005. Département Finance

A PLUS FINANCE. Les épargnants sont-ils prêts à investir dans les PME? Quel impact pour les mesures «Breton»? 27 septembre 2005. Département Finance Les épargnants sont-ils prêts à investir dans les PME? Quel impact pour les mesures «Breton»? 27 septembre 2005 Philippe TABOUIS / Niels COURT-PAYEN Contacts TNS Sofres Frédéric CHASSAGNE / Gaspard VERDIER

Plus en détail

Communiqué de Presse

Communiqué de Presse Communiqué de Presse Le 23 juillet 2015 «UNE HISTOIRE D AMBITION» : LA NOUVELLE CAMPAGNE DE MARQUE HSBC «UNE HISTOIRE D AMBITION» : LA NOUVELLE CAMPAGNE DE MARQUE HSBC La nouvelle campagne de marque HSBC

Plus en détail

BANQUE OU BOURSE AMIS PROPRIETAIRES D ENTREPRISE LISEZ CES DEUX HISTOIRES

BANQUE OU BOURSE AMIS PROPRIETAIRES D ENTREPRISE LISEZ CES DEUX HISTOIRES Paris, le 6 août 2008 LEE N 247 BANQUE OU BOURSE AMIS PROPRIETAIRES D ENTREPRISE LISEZ CES DEUX HISTOIRES AVEC LA BANQUE ET LES FINANCIERS Il y a 25 ans, nous inventions le Second Marché, dont je serais

Plus en détail

POUR UNE BANQUE MEDITERRANEENNE DE

POUR UNE BANQUE MEDITERRANEENNE DE POUR UNE BANQUE MEDITERRANEENNE DE DEVELOPPEMENT 11 mai 2011 - Paris Constats Les besoins en investissements des pays du bassin méditerranéen sont considérables tant en matière d infrastructures que de

Plus en détail

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface C O F A C E 9 novembre 2000 Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface Le commerce interentreprise s est considérablement développé

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

Petite start-up deviendra grande! Comment dynamiter le verre qui limite la croissance des pépites françaises?

Petite start-up deviendra grande! Comment dynamiter le verre qui limite la croissance des pépites françaises? 1 Petite start-up deviendra grande! Comment dynamiter le verre qui limite la croissance des pépites françaises? Philippe Berna Médiateur de l innovation à Bercy Jean-David Chamboredon (vidéo) Président

Plus en détail

Seul le discours prononcé fait foi

Seul le discours prononcé fait foi NOTES POUR UNE ALLOCUTION DU MAIRE DE MONTRÉAL MONSIEUR GÉRALD TREMBLAY RÉCEPTION EN L HONNEUR DES ANCIENS ÉLÈVES DE L INSEAD HÔTEL DE VILLE DE MONTRÉAL 2 OCTOBRE 2009 Seul le discours prononcé fait foi

Plus en détail

VOTRE MANDAT DE GESTION

VOTRE MANDAT DE GESTION VOTRE MANDAT DE GESTION PRÉSENTATION DU MANDAT DE GESTION La souscription au capital d une PME offre 2 avantages fiscaux : / Une réduction d ISF à hauteur de 50% dans la limite de 45 000 Le souscripteur

Plus en détail

Un expert comptable intervient pour l'établissement des comptes annuels et pour le conseil en gestion sociale, fiscale et juridique.

Un expert comptable intervient pour l'établissement des comptes annuels et pour le conseil en gestion sociale, fiscale et juridique. ACOMPTEA, en réponse à des questions diverses posées par ses clients, a pris l initiative de rédiger ce livre blanc. Le choix d un cabinet d expertise est déterminant car il va vous accompagner dans le

Plus en détail

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 PRESENTATION Le groupe ALTIOS International Une société leader dans le conseil et le développement opérationnel

Plus en détail

entreprendre à la puissance cisco

entreprendre à la puissance cisco entreprendre à la puissance cisco À un moment donné, vous avez vu quelque chose que personne d autre n avait vu. Il s agissait peut-être d une idée ou d une opportunité. Ce «quelque chose» vous a fait

Plus en détail

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises?

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? En marge du salon «Outsourcing & IT Solutions 2009», le cabinet Ernst & Young a présenté les résultats de l étude intitulée

Plus en détail

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012 Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères Je voudrais tout d abord

Plus en détail

L innovation au Canada et au Québec: le lent réveil

L innovation au Canada et au Québec: le lent réveil L innovation au Canada et au Québec: le lent réveil Une présentation de Alain Dubuc Journée Innovation et entrepreneuriat Institut national d optique Château Frontenac Québec, 22 janvier INTRODUCTION Un

Plus en détail

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER.

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER. Journée de restitution des Travaux relatifs a la Reforme du Marché Financier Intervention du Directeur National du Projet de la Reforme du Marché Financier en Algérie Messieurs les ministres, les PDG des

Plus en détail

La Caisse d Epargne affirme ses ambitions sur le marché de la gestion privée en lançant des espaces Gestion Privée en régions.

La Caisse d Epargne affirme ses ambitions sur le marché de la gestion privée en lançant des espaces Gestion Privée en régions. La Caisse d Epargne affirme ses ambitions sur le marché de la gestion privée en lançant des espaces Gestion Privée en régions. Paris, le 4 Février 2013 La Caisse d Epargne dispose depuis plus de vingt

Plus en détail

The Hiring Process Report. Switzerland

The Hiring Process Report. Switzerland The Hiring Process Report Switzerland 2015 Le processus d embauche Les médias sociaux et les sites de carrières régulièrement mis à jour sont actuellement les moyens les plus populaires permettant de renforcer

Plus en détail

L avenir du commerce est en ligne

L avenir du commerce est en ligne chapitre 1 L avenir du commerce est en ligne A llons-nous perdre l habitude «d aller» faire nos courses? Succomberons-nous plus facilement à l achat d impulsion au hasard de notre navigation sur le Web

Plus en détail

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces

impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces impacts de la réglementation d internet sur les investessement précoces résumé en 2014, nous avons mené une étude auprès de 0 investisseurs dans huit pays à travers le monde (australie, france, allemagne,

Plus en détail

Rentrée 2014 Changer de vie, de région, de métier : le dispositif Soho Solo GERS sur le salon «Parcours France»

Rentrée 2014 Changer de vie, de région, de métier : le dispositif Soho Solo GERS sur le salon «Parcours France» Communiqué de presse Auch, le 22 septembre 2014 Rentrée 2014 Changer de vie, de région, de métier : le dispositif Soho Solo GERS sur le salon «Parcours France» Changer de vie, de région, de métier, de

Plus en détail

ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS

ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS À la Banque Privée du Crédit Agricole, nous accompagnons nos clients pour valoriser leur patrimoine et donner du sens à

Plus en détail

Conseil - Formation Management du changement

Conseil - Formation Management du changement KEY PARTNERS 55 avenue Marceau, 75116 Paris Tel 09 77 19 51 14 / Fax 01 53 01 35 68 email : infos@key-partners.biz www.key-partners.biz Conseil - Formation Management du changement Key Partners est un

Plus en détail

Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Seminar on latest trends and opportunities in IT

Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Seminar on latest trends and opportunities in IT Discours du Ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum Ministre des Technologies de l'information et de la Communication (TIC) Seminar on latest trends and opportunities in IT Date : Jeudi 29 Mars 2012 Time:

Plus en détail

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé 48 4 MANAGEMENT IMMOBILIER : COMMENT LES ENTREPRISES GÈRENT LEUR SIÈGE SOCIAl Par Ingrid Nappi-Choulet, professeur à l ESSEC, fondatrice et responsable de l Observatoire du management immobilier. 4.1 /

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

SERGE BOUCHARD ANTHROPOLOGUE ET COMMUNICATEUR, CONFÉRENCE INAUGURALE DU FORUM SUR LE PLAN NORD, MAI 2012

SERGE BOUCHARD ANTHROPOLOGUE ET COMMUNICATEUR, CONFÉRENCE INAUGURALE DU FORUM SUR LE PLAN NORD, MAI 2012 Pour réaliser ses ambitions, notre ville s est dotée d un positionnement porteur et d une identité puissante et évocatrice. Ce document présente les fondements de notre marque, qui servira de tremplin

Plus en détail

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE OBSERVATOIRE ENQUÊTE ANALYSE ENTREPRISE CADRE EMPLOYéS PME ACTIVITé FORMATION EMPLOI CHEF D ENTREPRISE QUESTION SATISFACTION INTERROGATION SUJET DéVELOPPEMENT SENIOR VIE D ENTREPRISE évolution ACTIon FEMMES

Plus en détail

La transformation digitale en entreprise. Vécu, perceptions & attentes des cadres opérationnels

La transformation digitale en entreprise. Vécu, perceptions & attentes des cadres opérationnels La transformation digitale en entreprise Vécu, perceptions & attentes des cadres opérationnels Septembre 2015 2 Fiche technique Dates de terrain Du 29 juin au 17 août 2015 Echantillon 82 cadres opérationnels

Plus en détail

GenCap Croissance FIP

GenCap Croissance FIP GenCap Croissance FIP GenCap Croissance Un fonds d investissement dédié aux PME régionales : L Aquitaine recèle des sphères d activité économique dynamiques avec des pôles industriels d excellence comme

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2011. Contact Presse

DIRECT ASSURANCE. Leader de l assurance directe depuis 1992. Dossier de Presse 2011. Contact Presse Dossier de Presse 2011 DIRECT ASSURANCE Leader de l assurance directe depuis 1992 Contact Presse Nathalie LECLERC, CASSIOPÉE Tél. : 01 42 66 21 27 Mobile : 06 72 96 54 45 nleclerc@cassiopee-rp.com Sommaire

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la. conférence du CECOGEB

«seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la. conférence du CECOGEB «seul le prononcé fait foi» Discours du Préfet à l occasion de la conférence du CECOGEB le lundi 7 octobre 2013 Monsieur le Président du Conseil régional, Messieurs les Présidents des Chambres consulaires,

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

LES ENTREPRISES DE L AGGLOMERATION LYONNAISE ONT LEUR CELLULE DE RENSEIGNEMENTS ECONOMIQUES. dossier de presse MARDI 29 MARS 2011

LES ENTREPRISES DE L AGGLOMERATION LYONNAISE ONT LEUR CELLULE DE RENSEIGNEMENTS ECONOMIQUES. dossier de presse MARDI 29 MARS 2011 LES ENTREPRISES DE dossier de presse MARDI 29 MARS 2011 Contact presse CCI de Lyon Aurélie Husson 04 72 40 58 39 husson@lyon.cci.fr SOMMAIRE LES ENTREPRISES DE Intelligence économique : le constat Un levier

Plus en détail

Investir dans des projets d entreprises à travers un mandat de gestion

Investir dans des projets d entreprises à travers un mandat de gestion OFFRE ISF 2013 Investir dans des projets d entreprises à travers un mandat de gestion D 123Club PME 2013 UN INVESTISSEMENT PERMETTANT DE BéNEFICIER DE 50% DE RéDUCTION D ISF JUSQU à 45 000 (cf. risques

Plus en détail

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur?

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur? L 1. Qu est ce que l? Un est celui qui observe son environnement, identifie les opportunités qui se présentent eu plan économique ou social, réunit les moyens nécessaires, met en œuvre l activité et en

Plus en détail