France : une croissance ralentie, des PME peu profitables

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "France : une croissance ralentie, des PME peu profitables"

Transcription

1 Trimestriel n 34 Octobre 2012 France : une croissance ralentie, des PME peu profitables L économie française traverse une phase de ralentissement durable. Les PME, essentiellement tournées vers le marché domestique, souffrent davantage de ce contexte économique morose que les grandes entreprises, qui peuvent bénéficier de relais extérieurs de croissance. La faible profitabilité des PME est leur principal handicap : elle entrave leur développement, avec un déficit d investissement et d innovation qui les empêche de grandir et de sécuriser leur avenir. Sommaire France : phase de ralentissement durable... 2 Focus Alerte sur la profitabilité dégradée des PME PME : une situation structurellement fragile Une profitabilité dégradée Hausse de la pression fiscale sur les entreprises : quel effet sur les PME? Un investissement sous contraintes La Banque Publique d Investissement (BPI) : un soutien opportun pour les PME? Conclusion : une profitabilité à restaurer...13 France : productivité et profitabilité des sociétés non financières % %, a/a 28 Taux de marge (EBE/VA) Productivité (VA/Emploi), (éch. dr.) Source : Insee, Crédit Agricole SA La profitabilité des PME françaises est encore plus restreinte que celle de l ensemble des sociétés non financières. En dépit de cette faible profitabilité, les PME doivent maintenir leur compétitivité-prix. Pour y parvenir, elles compriment leurs marges, ce qui réduit leur capacité à investir et donc à innover et à se développer. Le cercle vicieux s installe : moins les PME sont profitables aujourd hui, moins elles le seront demain

2 Olivier ELUERE Werner PERDRIZET France : phase de ralentissement durable À l instar de l évolution passée de l activité, les perspectives n apparaissent guère réjouissantes et la croissance française devrait rester durablement au ralenti. La France a enregistré trois trimestres consécutifs de croissance nulle et la fin d année s annonce laborieuse. En 2012, la croissance devrait au mieux atteindre 0,2% en moyenne annuelle et resterait faible l année suivante, les facteurs de soutien se faisant rares... L atonie de l économie française a été confirmée au deuxième trimestre 2012, avec un troisième trimestre consécutif de stabilité du PIB (+0% t/t). Une fois encore, ce résultat s explique par le manque de dynamisme de la demande intérieure et une contribution négative du commerce extérieur. La consommation privée n a pas créé de surprise, puisqu elle était attendue en baisse, les ménages ayant réduit leurs achats en biens manufacturés, mais aussi en services. À l inverse, l investissement des entreprises s est nettement redressé ; mais a bénéficié de facteurs temporaires, en particulier un rattrapage dans le secteur des travaux publics ralenti au premier trimestre par des conditions climatiques difficiles. L apport négatif du commerce s est, quant à lui, aggravé (-0,4 ppt de contribution au deuxième, contre -0,2 ppt au premier trimestre), sous l effet d une forte accélération des importations et d un freinage des exportations (aggravation de la situation conjoncturelle en zone euro et repli des ventes hors de l Union européenne). Au cours des prochains trimestres, ces mêmes facteurs devraient contraindre l économie française à évoluer dans une phase de ralentissement durable, avec des rythmes de croissance trimestriels très faibles. Sous l effet d une activité dégradée et d une situation financière difficile, les entreprises devraient continuer à faire preuve d attentisme et limiter leurs dépenses d investissement. Elles sont confrontées à des marges très faibles (le taux de marge est à 28,1 au deuxième trimestre 2012, il faut remonter à 1985 pour trouver un niveau équivalent) qui ne devraient pas s améliorer substantiellement en Leurs profits devraient, par ailleurs, pâtir de la hausse de la pression fiscale consécutive aux nouvelles mesures destinées à redresser les comptes publics. Néanmoins, ces mesures de l ordre de 10 milliards concerneraient davantage les grandes entreprises, ce qui limiterait l impact sur l investissement. Ce dernier progresserait très faiblement en 2013 (+0,4%), après un léger recul en 2012 (-0,5%), soutenu par des besoins de renouvellement et de modernisation. Ce profil assez plat masque un net ajustement au troisième trimestre (-1,9% t/t anticipé). L enquête Insee sur l investissement des industriels et l enquête mensuelle dans les services pointent vers une forte baisse de l investissement sur ce trimestre. Par ailleurs, les entreprises mettraient fin en 2013 au net déstockage effectué en 2012, ce qui soutiendrait quelque peu la croissance (+0,2 ppt de contribution, après -0,5 ppt). Les entreprises disposeraient de stocks très inférieurs à leur niveau d avant la crise de France : des taux de marge historiquement faibles % % EBE/VA Salaires/VA (éch. dr.) Source : Insee, Crédit Agricole S.A. 1,6 1,2 0,8 0,4 0,0-0,4-0,8-1,2 France : un ralentissement durable de l'activité t/t, % a/a, % Prévisions -1,6 Var. trimestrielles Var. annuelles (éch. dr.) -2, Source : Insee, Crédit Agricole S.A n 34 Octobre

3 Olivier ELUERE Werner PERDRIZET Tout comme les entreprises, les ménages devraient limiter leurs dépenses dans un contexte de détérioration du marché du travail et de remontée du chômage. La consommation accélèrerait faiblement en 2013, soutenue par la légère progression du pouvoir d achat après un recul en 2012 (+0,1%, après -0,3%), mais resterait très molle (+0,5, après +0,1% en 2012). La légère accélération de la masse salariale liée à l arrêt du recul de l emploi soutiendrait les revenus d activité des ménages. En effet, si l emploi privé continuait à reculer en 2013 (-0,3%, après -0,2%), l emploi public progresserait nettement (+1,1%, après +0,2% en 2012) sous l effet des mesures de soutien public à l emploi, en particulier la création des emplois d avenir ( prévus en 2013). Au final, l emploi total progresserait très modestement en 2013 (+0,1 %), après un léger recul en 2012 (-0,1%). Le revenu disponible des ménages accélèrerait (de +1,7% en 2012 à +1,8% en 2013), mais faiblement, contraint notamment par la hausse de la pression fiscale. Celle-ci toucherait plus lourdement les revenus financiers et les ménages aisés, via notamment un probable alignement de la fiscalité du capital sur celle du travail. Selon nous, cette nette augmentation de la fiscalité sur l épargne pourrait en partie inciter les ménages, notamment les plus aisés, à arbitrer en faveur de la consommation. Le pouvoir d achat des ménages bénéficierait, par ailleurs, d un léger freinage de l inflation (2% en 2012 à 1,7%). Enfin, la croissance ne pourrait pas non plus compter sur le commerce extérieur, dont la contribution serait nulle en 2013 (contre +0,3 ppt en 2012), compte tenu de débouchés européens très peu dynamiques. Notre scénario 2013 reste assorti d une forte incertitude et d un risque baissier, en fonction de l évolution de la crise européenne et des arbitrages budgétaires décidés en septembre. Prévisions France (variation trimestrielle en %) * 2013* T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 T1 T2 T3 T4 PIB 0,9 0,1 0,2 0,0 0,0 0,0-0,1 0,1 0,2 0,2 0,2 0,3 consommation privée 0,0-0,8 0,3-0,1 0,1-0,1 0,2 0,2 0,1 0,1 0,2 0,4 investissement 1,5 0,5 0,2 1,4-0,9 0,5-1,2 0,0 0,2 0,4 0,4 0,4 variation des stocks (c) 1,2 0,0-0,4-0,9 0,1 0,3 0,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 exportations nettes (c) -0,7 0,5 0,4 0,7-0,2-0,4-0,1 0,0 0,1 0,1 0,0 0,0 Taux d'épargne 15,6 16,7 16,2 16,1 16,0 16,4 15,8 15,6 15,2 15,5 15,6 15,7 Taux de chômage 9,2 9,1 9,2 9,4 9,6 9,7 9,8 10,1 10,1 10,0 10,0 9,9 * Prévisions Crédit Agricole S.A. c : contribution à la croissance du PIB (en %) Prévisions France (variation annuelle en %) * 2013* PIB 1,6 1,7 0,2 0,7 Consommation privée 1,4 0,2 0,1 0,5 Investissement des entreprises 4,6 5,3-0,5 0,4 Investissement des ménages -0,3 3,2 0,8 0,2 Compte des ménages Revenu disponible brut 2,0 2,6 1,7 1,8 Taux d'épargne des ménages 15,9 16,2 15,9 15,5 Taux d'épargne financière 7,0 6,8 6,5 6,2 Compte des SNF Excédent brut d'exploitation 5,5-2,2-1,2 2,6 Taux de marge (EBE/VA) 30,0 28,5 27,9 28,0 Taux d'autofinancement (RDB/Inv.) 81,5 66,9 64,9 65,6 * Prévisions Crédit Agricole S.A. n 34 Octobre

4 Focus Alerte sur la profitabilité dégradée des PME 1 PME : une situation structurellement fragile 2 Une profitabilité dégradée 3 Hausse de la pression fiscale sur les entreprises : quel effet sur les PME? 4 Un investissement sous contraintes 5 La Banque Publique d Investissement (BPI) : un soutien opportun pour les PME? Les PME 1, essentiellement tournées vers le marché domestique, souffrent davantage du contexte économique morose que les grandes entreprises, qui peuvent bénéficier de relais extérieurs de croissance. La faible profitabilité des PME entrave leur développement, avec un déficit d investissement et d innovation qui les empêche de grandir et de sécuriser leur avenir. Elles restent dans une logique de survie, avec une politique d accumulation insuffisante, une sensibilité plus forte aux chocs conjoncturels et un risque de disparition élevé. Après cinq années de crise, le tissu des PME est très fragilisé et leurs difficultés financières s accroissent. 1 PME : une situation structurellement fragile Au niveau global (ensemble des sociétés non financières SNF), le chiffre d affaire reste sous pression. Les profits reculent. L excédent brut d exploitation (EBE) des SNF, que l on peut associer aux «profits globaux» au sens de la comptabilité nationale, a diminué en 2011 (-2,2% a/a). Cette tendance baissière devrait se poursuivre en 2012, avec un repli de -1,2% a/a pour les SNF, d après nos prévisions. Les efforts de réduction des effectifs ne permettent pas de compenser la hausse de la pression fiscale, dans un contexte d ajustement budgétaire, et la hausse des salaires/tête. Ainsi, le taux de marge (EBE/VA) ressort à de très faibles niveaux, à 28,1% au deuxième trimestre 2012 (le plus faible niveau depuis 1985) Les profits réinvestis après impôts et dividendes (revenu disponible brut RDB) continueraient à reculer en 2012, à -2,5% a/a pour les SNF (après - 11,5% en 2011). Le taux d épargne (RDB/VA) se dégraderait : il atteindrait 13% en 2012, après 13,5% en Des enquêtes permettent d affiner l analyse. La dernière enquête sur l accès au financement des PME en zone euro, réalisée par la BCE en avril 2012, confirme les observations faites au niveau global. Dans le cadre de cette enquête, les dirigeants de PME doivent donner leur opinion sur l évolution au cours des six derniers mois d un certain nombre d indicateurs : le chiffres d affaires, le coût du travail (incluant les charges sociales), les autres coûts (matériels, énergies, autres), les intérêts (solde entre les dépenses et les revenus d intérêts), les profits (revenu net après impôts) et les marges (solde entre le prix de vente de chaque unité et son coût). 23% des PME françaises déclarent avoir enregistré une baisse de leur chiffre d affaires au cours des six derniers mois. Elles ne sont que 20% parmi les grandes entreprises. Quant aux profits, ils auraient baissé pour 43% des PME et ne seraient en hausse que pour 26% d entre elles, contre 31% pour les grandes entreprises France : évolution de la situation financière des PME au cours des six derniers mois 100% 80% 60% 40% 20% 0% Hausse Inchangé Baisse Pas de réponse Chiffre d'affaire Coût du travail Source : BCE, Autres coûts Intérêts CA S.A. Profits Marges brutes 2 - France : évolution de la situation financière des grandes entreprises au cours des six derniers mois 100% 80% 60% 40% 20% 0% Hausse Inchangé Baisse Pas de réponse Source : BCE, Chiffre d'affaire Coût du travail Autres coûts Intérêts CA S.A. Profits Marges brutes 1 La catégorie des petites et moyennes entreprises (PME) est constituée des entreprises qui occupent moins de 250 personnes, et qui ont un chiffre d'affaires annuel inférieur à 50 millions d'euros ou un total de bilan n'excédant pas 43 millions d'euros (définition Insee chiffres 2009). La France compte PME, qui représentent 97,4% des entreprises. Elles emploient 6,9 millions de salariés (48% du total), soit près de 55% des personnes occupées (emploi salarié et non salarié). Les PME réalisent 34% du chiffre d'affaires et 42% de la valeur ajoutée. n 34 Octobre

5 L enquête semestrielle d OSEO datée de juillet 2012 va également dans ce sens. Après les premiers mois d activité de 2012, les chefs d entreprise anticipent une progression très molle de leur chiffre d affaires (+0,5% seulement en 2012, en valeur nominale, soit nettement moins que la hausse de 4,7% enregistrée en 2011). L investissement reculerait dans tous les secteurs en 2012, mis à part l industrie et les services aux entreprises. Enfin, les effectifs auraient progressé faiblement dans les secteurs situés en amont (à savoir l industrie, le commerce de gros et les services aux entreprises), alors qu ils auraient reculé dans les secteurs liés à la consommation des ménages, en raison de la mollesse des débouchés domestiques. La Banque de France confirme les difficultés financières des PME 2. En 2010, le chiffre d affaires était en hausse plus faible dans les PME (+ 3,5% en moyenne annuelle) que dans les grandes entreprises (+ 7,0%) et les entreprises de taille intermédiaire (ETI) (+ 4,6%). Répartition de la VA (2010) Chiffre d'affaires Valeur ajoutée Charges de personnel EBE PME 29,3-5,4 3,5-3,8 3,4-0,2 3,1-15,6 7,4 ETI 30,6-9,1 4,6-4,9 4,3-0,8 3,9-15,3 7,4 GE 40,1-9,7 7-4,2 7,9-1 1,7-14,6 30,1 TOTAL 100-8,4 5,3-4,3 5,4-0,7 2,8-15,1 16,6 Source : Banque de France, Observatoire des entreprises, base Fiben, Crédit Agricole SA La profitabilité des PME (EBE/VA) reste plus faible que celle des grandes entreprises. En 2010, le taux de marge s est amélioré de 1,3 point seulement pour les PME (à 22,2%) et les ETI (à 25,1%), contre un gain de 5,4 points pour les grandes entreprises (à 28,8%). PME ETI GE Ensemble Valeur ajoutée (+) Subventions d'exploitation 0,6 0,7 1,3 0,9 (-) Charges de personnel -72,5-66,5-59,7-65,5 (-) Impôts sur la production -4, ,3-9,3 (+) Autres produits d'exploitation -1,1-2,1 1,5-0,4 EBE 22,2 25,1 28,8 25,7 Source : Banque de France, base Fiben, Crédit Agricole SA La décomposition du taux de marge indique que les PME ont, en 2010, souffert à la fois de charges de personnel plus importantes dans leur valeur ajoutée et de subventions moins importantes. À l inverse, les impôts sur la production ont été moins élevés pour les PME, les grandes entreprises étant davantage présentes dans les secteurs à forte intensité capitalistique (industrie, énergie, ). La suppression de la taxe professionnelle a toutefois tendance à diminuer cet écart. En% 3 - France : Taux de marge EBE/VA 4 - France : Taux d épargne Autofinancement/revenu global En% Source : Banque de France, base FIBEN, Crédit Agricole SA Source : Banque de France, base FIBEN, Crédit Agricole SA 2 Source : Enquête Banque de France du quatrième trimestre 2011 portant sur l année n 34 Octobre

6 Le taux d épargne (autofinancement/revenu global), proche des 30% pour les grandes entreprises, était inférieur à 15% pour les PME en La faiblesse du taux d épargne des PME s explique par le poids plus important de l impôt sur les sociétés dans les PME et les ETI que dans les grandes entreprises. 2 Une profitabilité dégradée Le principal problème des PME tient à leur faible profitabilité. Plusieurs facteurs expliquent ce bas niveau de profits. Il y a bien sûr la croissance molle, mais pas seulement. Les PME pâtissent d handicaps structurels, à l instar : d une productivité faible, du maintien de la hausse des salaires/tête (environ 2% par an, même en cas de hausse du chômage), de cotisations patronales importantes, d impôts élevés, de coûts intermédiaires, notamment énergétiques, importants, et de prix contraints, d une part par la modeste croissance, d autre part par les grandes entreprises. Conséquences de la faible profitabilité des PME sur l activité : un déficit d innovation et de développement Pour maintenir leur compétitivité-prix et essayer de garder leurs parts de marché, les PME sont contraintes de réaliser des efforts supplémentaires, notamment au niveau de leurs marges. Cette compression des marges tend à réduire leur capacité à investir, et donc à innover et à se développer. Ce déficit d innovation et de développement pèse sur la productivité et la compétitivité prix et hors prix. Le cercle vicieux s installe : moins les PME sont profitables aujourd hui, moins elles le seront demain. Cette faible profitabilité handicape les PME françaises quant à leur présence sur les marchés extérieurs. D une part, cela bride les stratégies de montée en gamme des produits, qui permettraient aux PME françaises de ne plus être en concurrence directe avec des pays commercialisant des produits moins chers. D autre part, compte tenu de ce contexte difficile, la durée de vie des PME françaises est courte (plus courte par exemple que celle de leurs homologues allemandes). Cette durée d existence réduite ne leur laisse pas le temps de se développer et d atteindre une taille critique suffisante pour se positionner à l export (4 000 ETI en France, contre en Allemagne). 5 - Le cercle vicieux de la faiblesse des PME françaises n 34 Octobre

7 Conséquences de la faible profitabilité des PME sur l emploi : une volatilité accrue Comme nous l avons vu en introduction, les PME emploient 55% des personnes occupées. De plus, la réactivité des PME en termes d emploi est plus importante que celle des ETI et des grandes entreprises : Les «petites» PME n ont pas l obligation de mettre en place des plans de maintien de l emploi, contrairement aux grandes entreprises. Toute entreprise d au moins cinquante salariés qui procède au licenciement pour motif économique d au moins dix salariés sur trente jours doit élaborer un plan de sauvegarde de l emploi (PSE) 3. L ancienneté moyenne y est moins élevée, ce qui rend moins coûteuses les procédures de licenciement. Ce constat s explique principalement par la plus forte probabilité de créations et de disparitions de PME, mais également par le niveau plus élevé des salaires au sein des entreprises les plus grandes (notamment grâce aux rémunérations variables). Par ailleurs, les PME ont davantage recours aux contrats à durée déterminée, ce qui facilite les comportements d ajustement aux cycles. Enfin, les PME ont une flexibilité externe plus limitée. En effet, elles recourent moins que les grandes entreprises à la sous-traitance, à l intérim ou au chômage partiel. Ce qui les amène, en cas de chocs défavorables, à ne pas avoir d autre choix que de réduire le noyau dur de l emploi. Au total, les PME ajustent plus rapidement leurs effectifs en temps de crise (et symétriquement embauchent plus rapidement en période d expansion). Suite au pic d activité au premier trimestre 2008, les PME ont commencé les premières à détruire de l emploi, ce qui a fortement participé au recul de l emploi pendant la récession ; les très grandes entreprises (plus de salariés) ont tardé à réagir, les destructions d emploi n y débutant qu au deuxième trimestre Des différences sectorielles demeurent néanmoins. Dans le secteur de la construction, par exemple, un tiers de l emploi est concentré dans les très petites entreprises. Cependant, les destructions d emploi n y ont pas commencé au premier trimestre 2008, mais plus tardivement, le secteur de la construction réagissant avec décalage par rapport aux autres secteurs de l économie. Dans l ensemble, ce rapide bilan met en évidence d une part la fragilité des PME et d autre part, les conséquences de cette fragilité sur l emploi total. Dans ce contexte, préserver les PME sur le plan fiscal paraît indispensable France : un taux de chômage élevé, un emploi salarié qui souffre %, a/a % 10,0 9,5 9,0 8,5 8,0-1 Emploi salarié Taux de chômage (éch. dr.) Source : INSEE, Crédit Agricole S.A. 7,5 7,0 3 Source : n 34 Octobre

8 3 Hausse de la pression fiscale sur les entreprises : quel effet sur les PME? La logique d ensemble des mesures Dans le cadre du Projet de Loi de Finances 2013, les mesures fiscales sur les entreprises sont plutôt ciblées sur les grandes ; certaines mesures fiscales jugées défavorables aux PME ont été abandonnées. D autres ont été aménagées pour les préserver : Maintien des avantages L exonération fiscale pour les ménages assujettis à l ISF qui investissent dans les PME est finalement maintenue au taux de 50%, et non ramenée à 25%, comme envisagé initialement. Ce dispositif est particulièrement utile pour satisfaire les besoins de financement des start-up en phase de lancement. Il pallie la faiblesse du capital-risque et des business angels en France. En 2011, les particuliers qui payent l ISF ont investi 1,1 milliard d euros dans les PME. Le dispositif des «JEI» (Jeunes Entreprises Innovantes), qui a pour but de favoriser le développement d un réseau de jeunes PME dynamiques et compétitives, est également maintenu. Créé en 2004, ce dispositif permet aux entreprises bénéficiaires d accéder à des baisses d impôts et de charges sociales sur les emplois hautement qualifiés, notamment les ingénieurs et les chercheurs. Des conditions sont à remplir pour pouvoir bénéficier de ce dispositif avantageux, notamment avoir une ancienneté de moins de huit ans et avoir réalisé au cours de l exercice des dépenses de recherche représentant plus de 15% des charges totales. Les amortissements dérogatoires, qui permettent aux entreprises de reporter le paiement de leurs impôts par une dépréciation forte de leurs biens les premières années, sont conservés. La suppression du dégrèvement de cotisation sur la valeur ajoutée, qui permet d'alléger de 3,3 milliards d'euros chaque année les charges des entreprises réalisant moins de 50 millions d euros de chiffre d'affaires, est abandonnée. Réduction des avantages La défiscalisation à 100% des intérêts d emprunt est certes réduite (à 85% l an prochain puis à 75%), mais une franchise permettant la déduction à 100% jusqu'à 3 millions d'euros d'intérêts a été mise en place dans un but de protection des PME. Le mécanisme de report en avant des déficits des sociétés soumises à l impôt sur les sociétés est certes aménagé, mais le plafond reste assez élevé pour les PME, à 1 million d euros, majoré de 50% du bénéfice imposable de l exercice excédant ce seuil. Élargissement Le crédit d'impôt recherche 4 (CIR) est étendu à certaines dépenses d'innovation réalisées par les PME en aval de la recherche et développement (conception de prototypes de nouveaux produits notamment). Ces dernières seront désormais intégrées dans la base du CIR dans la limite de euros par an à un taux d'aide de 20%. Le gouvernement souhaite permettre aux PME de profiter davantage de cet avantage fiscal, qui pour l instant bénéficie surtout aux grandes entreprises en termes de montant. Le nombre de PME bénéficiaires du CIR a certes progressé de 105,3% entre 2005 et 2009, mais le montant moyen perçu par les PME n a augmenté que de 8% (alors que le montant moyen perçu par les grandes entreprises a augmenté de 277,4%). En 2010, entreprises en ont bénéficié : PME ont perçu au total 1,454 milliard (soit un montant moyen de euros environ par PME) ; quatre-vingt-six grands groupes se sont partagé 1,62 milliard (soit un montant moyen de 19 millions par grand groupe). Il conviendra de suivre l utilisation effective de ce CIR. En revanche, le projet de modulation de l impôt sur les sociétés en fonction de la taille des entreprises, favorable aux PME, a été ajourné. Cette mesure consiste à instaurer trois taux d imposition différents (contre l unique taux à 33,3% actuellement) : 35% pour les grandes entreprises, 30% pour les PME et 15% pour les TPE. Le coût de cette mesure, estimé à 2,3 milliards d euros par an, est probablement ce qui a motivé son report, étant donné le contexte d ajustement budgétaire. La fronde des entrepreneurs baptisés «pigeons» a fait reculer le gouvernement sur la taxation des plus-values de cession 5. Le projet de réforme prévoyait initialement de soumettre une grande partie des plus-values de cession de valeurs mobilières au barème de l'impôt sur le revenu, dans l optique d aligner l imposition des revenus du capital 4 Depuis le 1er janvier 2008, le CIR consiste en un crédit d impôt de 30% des dépenses de R&D jusqu à 100 M et 5% au-delà de ce montant. 5 Le projet pourrait d ailleurs encore évoluer, après la date de publication de cette note. n 34 Octobre

9 sur celle du travail. Le niveau de taxation aurait ainsi pu atteindre 45% (voire 75%), auxquels s ajoutaient les prélèvements sociaux. Finalement, les plus-values réalisées en 2012 par un entrepreneur sur la cession de son entreprise ne seraient pas soumises à l'impôt sur le revenu, mais imposables à un taux forfaitaire de 24%, contre 19% actuellement (plus les prélèvements sociaux). À partir du 1 er janvier 2013, les plus-values seraient intégrées dans le revenu imposable, avec cependant des exemptions et des abattements pour les entrepreneurs cédant leur entreprise après l'avoir eux-mêmes développée, ou réinvestissant au moins la moitié de la plus-value. Le prélèvement forfaitaire de 19% serait toujours applicable, mais sous conditions (avoir détenu 10% du capital pendant au moins deux ans au cours des cinq années précédant la cession, détenir au moins 2% du capital lors de la cession et avoir eu des fonctions opérationnelles). La campagne des «pigeons» a fait des émules, puisque depuis les canaris (chefs d'entreprises nantais), les moineaux (jeunes entrepreneurs) et les moutons (chefs d entreprise de la CGPME) ont fait des revendications. Les mesures générales et les PME Cependant, les PME, et notamment les TPE, vont être affectées par certaines mesures, qui peuvent apparaître comme marginales, mais qui pourraient aggraver des situations financières déjà très tendues : Le déplafonnement des cotisations maladie des indépendants. Le relèvement des cotisations vieillesse des libéraux à la Caisse nationale d assurance-vieillesse des professions libérales. L assujettissement des dividendes touchés par les chefs d'entreprise non-salariés aux cotisations. L alignement des cotisations des auto-entrepreneurs sur celles des autres travailleurs indépendants. Le coup de rabot donné à certains avantages fiscaux, tels que l abattement forfaitaire de 10% lié aux frais professionnels pour les gérants majoritaires. De plus, et c est selon nous un point essentiel, les PME sont liées aux grandes entreprises, plus directement touchées par la Loi de Finances Les unes sont clientes et fournisseurs des autres. De nombreuses relations de sous-traitance existent. Nombre de PME appartiennent à un groupe. À titre d illustration, nous prendrons le cas des PME en forte croissance. Sur PME indépendantes identifiées par la Banque de France comme étant de forte croissance en , plus de 30% appartiennent à un groupe quatre ans plus tard... Ainsi, l impact des mesures fiscales touchant les plus grandes entreprises ne sera pas sans conséquences sur les plus petites, qui risquent de servir de variables d ajustement. Enfin, l instabilité fiscale occasionnée par les changements de règles en cours d année, avec pour certaines un effet rétroactif, est très défavorable aux entreprises, et surtout aux PME, moins armées pour faire face aux modifications fiscales que leurs consœurs plus grandes. Ceci est un facteur d attentisme, qui aura un effet négatif sur l investissement des PME, déjà structurellement faible. L ensemble de ces éléments a un impact direct sur la confiance des chefs d entreprise. En septembre, l indice synthétique de l enquête «baromètre 7» a d ailleurs perdu 12 points par rapport à mai, à 84. Il ressort ainsi à son plus bas niveau depuis la création de l indice en 1992, 16 points en-deçà de sa moyenne de long terme. L ampleur du repli est surprenante et s explique surtout par une perception très dégradée de «l efficacité des aides fournies par le gouvernement». La création de la BPI est une manière de répondre à ses inquiétudes, en offrant un soutien financier et en capital aux PME afin de leur permettre d investir d avantage. 7 - France : les chefs de PME n ont pas le moral 8 - France : Les PME en forte croissance (FC) indice Part des PME FC dans le total 120 des PME du secteur (en nbre) Indice synthétique Baromètre Source : IPSOS, Crédit Agricole S.A. Industrie 12 Construction 3 Commerce 8 Transports 3 Hébergement-restauration 7 Information-communication 10 Soutien aux entreprises 5 Autres services (dont services aux ménages) 6 Total 7 Source : BdF, direction des Entreprises, base FIBEN, CA SA 6 Est considérée comme étant en forte croissance une PME dont la moyenne du taux de croissance de son chiffre d affaires est quatre fois supérieure à celle du secteur dans lequel elle opère sur cinq ans 7 Le baromètre, enquête créée en septembre 1992 par IPSOS, suit l évolution du moral des patrons des PME françaises. L échantillon comprend 300 entreprises, tirées au hasard à l intérieur du fichier de 10 à 249 salariés. n 34 Octobre

10 4 Un investissement sous contraintes Le taux d investissement des PME reste structurellement inférieur à celui de l ensemble des SNF. En 2010, seule une PME sur quatre a investi, contre 50% des ETI et quasiment toutes les grandes entreprises. L investissement total a ainsi été réalisé à 23,2% par des PME, à 37,6% par des ETI et 39,2% par des grandes entreprises. L atonie de l activité et la faiblesse de la profitabilité expliquent en grande partie ce déficit d investissement. Les problèmes de financement de certaines PME sont toutefois également en cause. Pour financer leurs investissements, les PME utilisent essentiellement : Leurs ressources propres. Or, même si les PME et les ETI ont renforcé leurs fonds propres sur les dix dernières années, pour certaines PME, les ressources propres restent assez restreintes. Les capitaux propres d une PME sur dix sont inférieurs à 4% du total de bilan. Rappelons également qu un quart des sociétés se crée avec moins de euros de capital. Et dans une moindre mesure le crédit bancaire - principale source de financement externe. Une enquête menée par Eurostat auprès de entreprises 8 à travers l'ue en juillet 2011 permet de comprendre de manière plus fine la structure de financement des PME. En France, plus d'une PME sur deux a recherché un financement en Ces PME ont principalement effectué des demandes de prêts 9. Même si les «autres modes de financement» progressent (19% des entreprises en recherchaient en 2007, 26% en ont recherché en 2010 et 32% prévoient de le faire en ), ils restent minoritaires. Les émissions directes sur les marchés étant difficiles au regard des montants en jeu, certaines PME optent néanmoins pour la mutualisation, via des fonds communs de titrisation ou des fonds communs de placements obligataires, ce qui a pour avantage de limiter le coût de financement. Le crédit bancaire tient donc une place toujours prépondérante. Fin août 2012, l'encours des crédits mobilisés (supérieurs à euros) aux PME (hors EI et hors activités immobilières) était de 187,3 milliards d'euros 10. Sur un an, il a progressé de 3,3%. Mais une disparité existe entre les PME indépendantes et celles appartenant à un groupe : pour les premières, la progression est de 2,4% sur un an, tandis qu'elle atteint 5,2% pour les secondes Le financement de certaines PME reste donc problématique. Le rapport de l OCDE, intitulé «Promouvoir la croissance et la cohésion sociale» publié en juin 2012, fait d ailleurs des recommandations pour faciliter le financement des PME, à l heure où les banques, sous pressions réglementaires, peuvent se montrer plus frileuses. Il est question de mettre en place des garanties publiques sur les premières pertes de prêts aux PME qui seraient titrisées et vendues aux investisseurs institutionnels «afin de favoriser l émergence d un marché plus profond du financement des PME». En% 9 - France : Taux d investissement Acquisition d immobilisations corporelles et incorporelles (dont acquisitions par crédit-bail)/valeur ajoutée Champ : Entreprises non financières définies au sens LME Source : Banque de France, base FIBEN, novembre 2011 Plus immédiatement, la future Banque Publique d Investissement (BPI) devrait permettre aux PME françaises de diversifier leurs sources de financement. 8 Entreprises employant entre 10 et 249 personnes en 2005 et au moins 10 personnes en Hors découverts bancaires, affacturages, crédits-bails, crédits fournisseurs, dettes mezzanines classés en «autres modes de financement». 10 Chiffres Banque de France. n 34 Octobre

11 5 La Banque Publique d Investissement (BPI) : un soutien opportun pour les PME? Au regard de l ensemble des difficultés rencontrées par les PME, les autorités ont présenté le projet de Banque publique d investissement (BPI) le 17 Octobre. La BPI, dont la mise en place est prévue pour janvier 2013, se consacrera au financement des PME, TPE et entreprises de taille intermédiaire, en prenant exemple sur sa consœur allemande, la Kfw. L'État et la Caisse des Dépôts détiendront chacun 50% du capital de cette nouvelle structure, composée : D une filiale de financement (BPI-Financement-Innovation) et D une filiale d'investissement (BPI-Investissement). La BPI disposera d'une capacité de prêts de 20 milliards d'euros, des garanties pour 12 milliards et 10 milliards d'euros de capacité d'investissement en fonds propres. La BPI intégrera les structures existantes suivantes : OSEO SA : société anonyme détenue par l État (61,5%), à travers un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), par la Caisse des dépôts et consignations (27%), par les banques et assurances (7,5%) et par d autres actionnaires divers (3,8%). Le Fonds stratégique d'investissement (FSI) : une structure détenue à 51% par la Caisse des Dépôts et à 49% par l État et dotée de 19 milliards d euros de fonds propres au 31 décembre CDC Entreprises : filiale à 100% de la Caisse des Dépôts, CDC Entreprises est une société de gestion qui a pour mission de favoriser l investissement en fonds propres dans les PME de croissance, technologiques et de l industrie traditionnelle, créatrices de valeur et d emplois. CDC Entreprises assure la gestion des fonds spécialisés créés par le FSI et la gestion du programme FSI France Investissement À noter qu Ubifrance, réseau de soutien à l'exportation dans les régions, rejoindrait la BPI, mais dans un second temps. Par ailleurs, 10 milliards d euros proviendraient du doublement du plafond du livret de développement durable (LDD), décidé le 22 août par le Conseil des ministres. n 34 Octobre

12 Le rapport Duquesne sur la réforme de l épargne réglementée publié en septembre 2012 revient sur ce point. D après cette étude, le doublement des plafonds du livret A et du Livret de Développement durable (LDD) génèrerait une hausse de collecte de 30 à 55 Mds sur deux ans, dont deux tiers vers le livret A et un tiers vers le LDD (soit 10 à 18 Mds ). La mission propose que : Ce supplément de collecte centralisée 11 du LDD (environ 7 à 12 Mds ) soit affectée à la BPI sous forme de prêts. Le rapport évoque, par ailleurs, l utilisation de ces fonds : prêts aux PME sans cofinancements privés, soutien du capital-investissement durable, dotation d un fonds centré sur la filière des énergies renouvelables L emploi des ressources des livrets d épargne non centralisées serait davantage contrôlé. 80% de ces sommes doivent être utilisées pour le financement des PME. Enfin, la BPI aura la possibilité de se refinancer sur les marchés financiers. De nouvelles informations concernant la BPI seront communiquées d ici sa mise en œuvre en janvier. Ceci permettra de mieux comprendre son fonctionnement, et de mieux analyser son efficacité. Si ce mécanisme de soutien paraît opportun dans un contexte de fragilisation du tissu des PME, il consiste surtout pour le moment à rassembler dans une même structure des dispositifs existants, avec le risque de perdre en flexibilité en rendant la prise de décision plus bureaucratique. De plus, le succès de la BPI va étroitement dépendre des mécanismes de décisions avec des choix de financement et d investissement qui doivent être dictés par des critères d efficacité économique et non découler d intérêts politiques ou locaux. Enfin, se pose la question de l implication du secteur privé, avec des banques régionales ayant une bonne connaissance des tissus économiques locaux et une vraie expérience de suivi de la relation avec les PME, mais aussi des risques. Une des pistes pourrait être alors de développer des co-financements ou le mécanisme prévu de garanties, afin que les établissements, privés et publics, agissent davantage comme des partenaires et non comme des concurrents. C est typiquement ce qui crée en Allemagne un écosystème favorable au développement des PME Propositions du rapport Duquesne sur l épargne réglementée Septembre 2012 prêts aux PME sans co-financements privés, soutien au capitalinvestissement durable, Epargne centralisée (65%) au fonds d épargne de la Caisse des dépôts: + 7 à 12 Mds Prêts à la BPI Dotation d un fonds centré sur la filière des énergies renouvelables Doublement du plafond du LDD de 6000 à => + 10 à 18 Mds de collecte Abondement de certaines actions de la BPI intervention (via des fonds en capital et en obligations) en faveur des PME Epargne décentralisée (35%) : + 3 à 6 Mds Prêts aux PME 11 Au niveau global, 65% de l épargne collectée sur les livrets A et les LDD sont (ou seront à moyen terme) centralisés sur le fond d épargne de la Caisse des Dépôts pour financer le logement social et la politique de la ville (trois lignes de prêts bénéficient par ailleurs aux entreprises : les prêts consentis à Oséo (5,2 Mds ) ; les prêts consentis au Fonds stratégique d investissement (FSI) (0,5 Md sur une enveloppe potentielle de 1,5 Md ) ; les prêts en faveur de l aide à la création et à la reprise d entreprise par les chômeurs ou les allocataires de minima sociaux dispositif NACRE (0,2 Md ) ; 35% dont décentralisés au niveau des banques, avec une obligation d emploi en faveur du «financement des petites et moyennes entreprises, notamment pour leur création et leur développement, ainsi qu au financement des travaux d économie d énergie dans les bâtiments anciens» (loi du 4 août 2008 de modernisation de l économie, article L221-5 du Code monétaire et financier). n 34 Octobre

13 6 Conclusion : une profitabilité à restaurer Les PME ont été assez préservées par les mesures fiscales du Projet de Loi de Finances Néanmoins, elles souffriront des conséquences qu aura le resserrement budgétaire sur les ménages (atonie prévisible de la demande domestique) et les grandes entreprises (pressions sur la chaîne de sous-traitance), avec en retour un impact sur l activité et l emploi. C est d ailleurs ce que nous inscrivons dans notre scénario. La croissance resterait molle en 2013, à +0,7% en moyenne annuelle. L investissement des entreprises ne progresserait que de 0,4% sur l année. Pour fortifier les petites entreprises et les rendre moins sensibles aux aléas cycliques, il faudrait les rendre plus profitables. Baisser le coût du travail n est qu une partie de la solution afin de leur permettre de regagner en compétitivité. Le reste s annonce comme un processus long, car créer un écosystème favorable au développement des PME va prendre du temps. La BPI pourrait être un des maillons de cet écosystème. Mais, pour être un vecteur opportun de soutien aux PME, la BPI doit éviter certains écueils en se montrant flexible, suffisamment indépendante dans ses décisions pour être au service de l efficacité économique (cibler des PME innovantes, capables de grandir et d exporter) et complémentaire plutôt que rivale dans la chaîne de financement des PME. Achevé de rédiger le 26 octobre 2012 Directeur de la Publication : Jean-Paul Betbèze Comité de Rédaction : Olivier Eluère Axelle Lacan Werner Perdrizet Réalisation & secrétariat de rédaction : Fabienne Pesty Contact : Crédit Agricole S.A. Études Économiques Groupe Montrouge Cedex Copyright Crédit Agricole S.A. ISSN : Cette publication reflète l opinion de Crédit Agricole S.A. à la date de sa publication, sauf mention contraire (contributeur s extérieurs). Cette opinion est susceptible d être modifiée à tout moment sans notification. Elle est réalisée à titre purement informatif. Ni l information contenue, ni les analyses qui y sont exprimées ne constituent en aucune façon une offre de vente ou une sollicitation commerciale et ne sauraient engager la responsabilité du Crédit Agricole S.A. ou de l une de ses filiales ou d une Caisse Régionale. Le Crédit Agricole S.A. ne garantit ni l exactitude, ni l exhaustivité de ces opinions comme des sources d informations à partir desquelles elles ont été obtenues, bien que ces sources d informations soient réputées fiables. Ni Crédit Agricole S.A., ni une de ses filiales ou une Caisse Régionale, ne sauraient donc engager sa responsabilité au titre de la divulgation ou de l utilisation des informations contenues dans cette publication. Études Économiques Abonnez-vous gratuitement à nos publications électroniques n 34 Octobre

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif :

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Un dispositif d une telle ampleur et avec tant d innovations, de simplications et de sécurisation, du jamais

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

A l heure du redressement productif, ne pas tarir le financement de l économie numérique

A l heure du redressement productif, ne pas tarir le financement de l économie numérique Le capital investissement, principal soutien de l économie numérique Position de l Association Française des Editeurs de Logiciels et Solutions Internet Octobre 2012 Avant propos A l heure du redressement

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

CIRCULAIRE D INFORMATION

CIRCULAIRE D INFORMATION Siège social 33 Rue Gustave Eiffel- ZAC Ravine à Marquet - 97419 LA POSSESSION Tél. 02 62 43 10 43 Fax 02 62 43 16 04 / E-mail : acorex@acorexsa.com Bureau de Saint-Gilles Tél. 02 62 22 58 02 Fax 02 62

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Quand l investissement va, tout va Et quand il ne va pas?

Quand l investissement va, tout va Et quand il ne va pas? Quand l investissement va, tout va Et quand il ne va pas? Ludovic Subran Chef Economiste du Groupe Euler Hermes Nicolas Delzant Président du Directoire d Euler Hermes France Paris - 1er octobre 2013 Sommaire

Plus en détail

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation par l Ordre des avocats de Narbonne 1 Partie 1 : La fiscalité des particuliers

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg

Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg Question Marie-Thérèse Weber-Gobet / Benoît Rey Crise du marché financier et incidences pour le canton de Fribourg QA3169.08 Question La crise du marché financier, dont l origine se trouve aux Etats-Unis,

Plus en détail

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget 1 Une reprise de l activité qu il faut conforter La reprise est en cours : +1,0%

Plus en détail

Présentation de la loi de finances 2013

Présentation de la loi de finances 2013 Expertise Comptable Audit Social Juridique Notre vocation est de mesurer la valeur Notre ambition, vous aider à la créer Conseils Présentation de la loi de finances 2013 Actualités sociales et fiscales

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions Le 11 février 2013 Fiscalité de l épargne et financement des entreprises Eléments de constat et propositions Les lois de finances adoptées au cours de ces deux dernières années ont appréhendé les revenus

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES 11 mai 2010 «Variantes de durée d assurance et d âges de la retraite» Dossier technique préparé par le secrétariat général du COR Document N 1 Document de travail, n

Plus en détail

Document de recherche n 1 (GP, EF)

Document de recherche n 1 (GP, EF) Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 1 (GP, EF) Taxation de l épargne monétaire en France : une fiscalité potentiellement confiscatoire Professeur Didier

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail

Comité Directeur Confédéral Intervention économique. 16 mars 2011

Comité Directeur Confédéral Intervention économique. 16 mars 2011 Comité Directeur Confédéral Intervention économique 16 mars 2011 En 2010, le déficit budgétaire s est élevé à 148,8 milliards d euros Déficit public en 2010 s est élevé à 7,7 % du PIB Dette publique en

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Préfecture de Vaucluse 6 février 2015 L ordre du jour Eléments de la conjoncture PACA Analyse de la situation économique en Vaucluse Présentation

Plus en détail

Dégradation de la note de la France un «non event»?

Dégradation de la note de la France un «non event»? 15 novembre 2013 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu Dégradation de la note de la France un «non

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

11 juin 2014. Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014

11 juin 2014. Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014 11 juin 2014 Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014 - 2 - Sommaire Le Pacte de responsabilité et de solidarité pour la croissance et l emploi... 5 Les dates clés du pacte de responsabilité

Plus en détail

UniversitéClients CA 23 février 2012. Quels placements privilégier en 2012?

UniversitéClients CA 23 février 2012. Quels placements privilégier en 2012? UniversitéClients CA 23 février 2012 Quels placements privilégier en 2012? 2012, quels placements privilégier? Quel contexte économique et financier? Les principales nouveautés fiscales sur les revenus

Plus en détail

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes?

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Yves MARTIN-CHAVE Conseil financier ymc@innovatech.fr 06 27 28 53 34 innovatech-conseil.com Innovatech Conseil Les documents

Plus en détail

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Jean-Christophe BERGE Tél : 01 55 34 40 13 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : jcberge@fcl.fr Ville de Gisors 24 juin 2014 87 rue St-Lazare

Plus en détail

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Construisons ensemble le nouveau modèle français La crise économique mondiale, d une ampleur sans précédent depuis 80 ans, ralentit la consommation,

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Octobre 2012 2012 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire Projet de loi de finances 2013 I - Mesures concernant directement l assurance-vie II - Autres mesures relatives à la fiscalité du patrimoine

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Octobre 2012 Sommaire 1. IMPOT SUR LE REVENU... 2 2. TAXATION DES REVENUS DU CAPITAL AU BAREME PROGRESSIF... 3 3. TAXATION DES PLUS-VALUES

Plus en détail

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE Édition : décembre 13 MÉMO Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur 1. Optimiser l utilisation des livrets défiscalisés 2. Épargner sans plafond 3. Placer une somme importante sur quelques mois

Plus en détail

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France Communiqué de presse Paris, le 20 novembre 2012 CDC Entreprises, filiale de la Caisse des Dépôts, gère dans

Plus en détail

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE Conférence de presse 13 mars 2012 SOMMAIRE Introduction p. 3 CALCULS DE RENTABILITE IMMOBILIERE Cinq exemples avec des prélèvements sociaux portés à 15,5 %...p.

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 Les principales dispositions de la loi de finances pour publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème non revalorisé en 2012 et 2013

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

Observatoire du financement des entreprises

Observatoire du financement des entreprises Observatoire du financement des entreprises Rapport sur la situation économique et financière des PME Janvier 2014 1 Synthèse L Observatoire du financement des entreprises mis en place en 2010 regroupe

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception

L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception Service des Études économiques et de la Prospective Délégation pour la planification Décembre 2006 L évolution du pouvoir d achat des ménages : mesure et perception La mesure du pouvoir d achat des ménages

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 Les principales dispositions du projet de loi de finances pour adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème

Plus en détail

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 1 REUNION DU 19 NOVEMBRE 2012 SOMMAIRE Loi de Finances rectificative 2012 Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00

27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 27-31, avenue du Général Leclerc 94710 Maisons-Alfort cedex Tél. : 01 41 79 80 00 oc SYNTHÈSE 1 ACTIVITÉ 4-7 8-17 2 3 4 5 6 7 EMPLOI SITUATION FINANCIÈRE CROISSANCE INTERNE CROISSANCE EXTERNE FINANCEMENTS

Plus en détail

FISCALITÉ les premières pistes pour 2013 Quels sont les impacts des annonces faites par le gouvernement? 1 er octobre 2012

FISCALITÉ les premières pistes pour 2013 Quels sont les impacts des annonces faites par le gouvernement? 1 er octobre 2012 FISCALITÉ les premières pistes pour 2013 Quels sont les impacts des annonces faites par le gouvernement? 1 er octobre 2012 Avertissement Le présent document se fonde sur des données purement prévisionnelles,

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 PLAFONNEMENT GLOBAL (CGI. art. 2000 A) Montant du plafonnement global des niches fiscales CGI. art. 2000 A Le montant du

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

La Fiscalité de l Épargne Salariale

La Fiscalité de l Épargne Salariale FISCALITÉ La Fiscalité de l Épargne Salariale Le cadre fiscal et social pour l entreprise A - Les versements dans les dispositifs Pour l entreprise Nature du versement Charges sociales et taxes patronales

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 749 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 17 octobre 2011 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2011,

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Les premières mesures gouvernementales en matière d imposition des revenus (IR) et d impôt de solidarité sur la fortune (ISF) sont désormais connues.

Plus en détail

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

L évolution de l article 210 E du Code Général des Impôts. Jean-Christophe Bouchard, MRICS NMW avocats

L évolution de l article 210 E du Code Général des Impôts. Jean-Christophe Bouchard, MRICS NMW avocats L évolution de l article 210 E du Code Général des Impôts Jean-Christophe Bouchard, MRICS NMW avocats Disclaimer Ce document a été préparé par NMW avocats dans un but purement informatif et ne contient

Plus en détail

Réformes socio-économiques

Réformes socio-économiques Réformes socio-économiques Le 27 novembre 2011, suite à la dégradation de la note belge par l agence Standard & Poor s, les six partis ont conclu, dans l urgence, un accord sur le budget et sur la réforme

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii

la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii Finances publiques et croissance : la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii Piège de croissance et impuissance de la politique économique 2 Pourquoi la crise est-elle plus grave

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

Plan de soutien à l activité et aux PME. Agir pour nos entreprises, c est agir pour l emploi

Plan de soutien à l activité et aux PME. Agir pour nos entreprises, c est agir pour l emploi Plan de soutien à l activité et aux PME Agir pour nos entreprises, c est agir pour l emploi 1 Sommaire Plan de soutien à l activité et aux PME Agir pour nos entreprises, c est agir pour l emploi Faciliter

Plus en détail

Football professionnel Note relative au rapport de la DNCG saison 2009-2010

Football professionnel Note relative au rapport de la DNCG saison 2009-2010 Football professionnel Note relative au rapport de la DNCG saison 2009-2010 30 mars 2011 UCPF - 88 Avenue Kléber - 75116 PARIS Tél : 01.55.73.32.32 - Fax : 01.55.73.32.33 www.ucpf.fr - email : ucpf@ucpf.fr

Plus en détail

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 Contact presse Éva Quickert-Menzel 01 44 38 22 03 Sommaire Chiffres-clés des retraites...

Plus en détail

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise?

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Matinale Entrepreneuriale - Mardi 23 septembre 2014 Jean-Pierre Franiatte jpf@cabinetfraniatte.com 03 87 62 85 25 CABINET

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité

Pacte de responsabilité et de solidarité Pacte de responsabilité et de solidarité Et mesures pour l accélération de l investissement Le premier ministre vient d annoncer des mesures pour soutenir l investissement public et privé qui complètent

Plus en détail

DIMINUTION DU DÉFICIT PUBLIC : LES REFORMES ENVISAGEES. 26 Août 2011.

DIMINUTION DU DÉFICIT PUBLIC : LES REFORMES ENVISAGEES. 26 Août 2011. DIMINUTION DU DÉFICIT PUBLIC : LES REFORMES ENVISAGEES 26 Août 2011. Introduction 2 Introduction Le Gouvernement a annoncé le 24 août 2011, suite au Conseil des ministres, des mesures afin de réduire le

Plus en détail

Conférence CRA / CLENAM. La nouvelle donne fiscale pour la transmission des PME

Conférence CRA / CLENAM. La nouvelle donne fiscale pour la transmission des PME Conférence CRA / CLENAM La nouvelle donne fiscale pour la transmission des PME Sylvie Scelles-Tavé Avocat Associée Stéphany Brevost Avocat - fiscaliste 22 Octobre 2012 Préambule La colonne vertébrale de

Plus en détail

L IS exigible. Section 1 re : L établissement de l IS. La déclaration des résultats permet de calculer l IS. I Déclaration du résultat

L IS exigible. Section 1 re : L établissement de l IS. La déclaration des résultats permet de calculer l IS. I Déclaration du résultat L IS exigible Contrairement aux entrepreneurs individuels et assimilés dont le revenu global relève de la fiscalité des ménages, les sociétés passibles de l IS calculent elles-mêmes leur impôt et l acquittent

Plus en détail

Plan d'epargne Retraite Populaire

Plan d'epargne Retraite Populaire Plan d'epargne Retraite Populaire Préparez votre retraite en bénéficiant d une fiscalité avantageuse (1) grâce au Plan d Épargne Retraite Populaire. EN BREF Le Plan d Épargne Retraite Populaire est un

Plus en détail

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 Editorial Les dernières données statistiques sur le marché locatif révèlent finalement que les loyers ont globalement augmenté

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

Les News d ESPACIMMO

Les News d ESPACIMMO JUILLET/ AOUT 2012 Les News d ESPACIMMO ESPACIMMO PATRIMOINE 28, rue de l Amiral Hamelin 75 016 PARIS Tél : 01 49 52 60 12 corinne.santos@espacimmo.fr www.espacimmo.fr Page.1 POINT BOURSE SOMMAIRE Page.1-3

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant Janvier 2015 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l épargnant France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne Paris, le 3 avril 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013 Résultats du groupe Caisse des Dépôts Résultat net part du Groupe... 2,137 Md Résultat récurrent... 1,35 Md Résultat

Plus en détail

UNE FISCALITE DEFAVORABLE AU FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET QUI AFFECTE LEUR COMPETITIVITE

UNE FISCALITE DEFAVORABLE AU FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET QUI AFFECTE LEUR COMPETITIVITE UNE FISCALITE DEFAVORABLE AU FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET QUI AFFECTE LEUR COMPETITIVITE Partant d une situation déjà défavorable au financement des entreprises par fonds propres, les mesures fiscales

Plus en détail

Latham & Watkins Département Tax. des investisseurs

Latham & Watkins Département Tax. des investisseurs Numéro 360 14 Janvier 2004 Client Alert Latham & Watkins Département Tax La loi de finances pour 2004 ainsi que la loi pour l Initiative Economique votée l été dernier prévoient de nombreuses mesures en

Plus en détail

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012 Le projet de Loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi 28 septembre 2012 constitue la première pierre de l architecture de la politique fiscale du Gouvernement. Il vient bouleverser

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES

PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES 1. Le constat : la trésorerie est l une des premières préoccupations des

Plus en détail