LISTE DES ANNEXES INTERVENTIONS ECONOMIQUES DE L ÉTAT EN FAVEUR DES ENTREPRISES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LISTE DES ANNEXES INTERVENTIONS ECONOMIQUES DE L ÉTAT EN FAVEUR DES ENTREPRISES"

Transcription

1 ANNEXES

2

3 LISTE DES ANNEXES ANNEXE 1 : ANNEXE 2 : INTERVENTIONS ECONOMIQUES DE L ÉTAT EN FAVEUR DES ENTREPRISES INTERVENTIONS DES COLLECTIVITES TERRITORIALES EN MATIERE DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ANNEXE 3 : INTERVENTIONS ECONOMIQUES EN FAVEUR DES ENTREPRISES : COMPARAISONS INTERNATIONALES

4

5 ANNEXE I Interventions économiques de l État en faveur des entreprises

6

7 SOMMAIRE PARTIE 1 : CADRAGE, DEFINITIONS ET METHODES LES «INTERVENTIONS ECONOMIQUES PUBLIQUES EN FAVEUR DES ENTREPRISES» CONSTITUENT UN CHAMP D EVALUATION DE POLITIQUES PUBLIQUES LARGE L «intervention publique en faveur des entreprises» est un transfert de richesse, direct ou indirect, d une personne publique vers une structure d entreprise Comparaisons avec les définitions de l Union européenne et de l OMC INTERVENTIONS RECENSEES DANS LA BASE DE DONNEES UTILISEE PAR LA MISSION L évaluation des montants des interventions mesures ont un montant «non connu» Les montants renseignés manquent de cohérence Quelques traitements spécifiques à la base de données Les moyens non couverts par le champ du rapport DEMARCHE D ANALYSE La définition des interventions publiques retenue est volontairement la plus transverse possible Le champ de la mission MAP : un périmètre restreint au sein des interventions de l État en faveur des entreprises Les critères d analyse des interventions Critères existants dans la base Critères de catégorisation des interventions Comment poursuivre cette évaluation?...16 PARTIE 2 : ANALYSE THEMATIQUE DES INTERVENTIONS TYPES D INSTRUMENTS ET GOUVERNANCE DES INTERVENTIONS EN FAVEUR DES ENTREPRISES Économie et choix des modes d intervention Les interventions recensées transitent par l ensemble des canaux de finances publiques Ces instruments sont mobilisés sans qu une logique d ensemble ne se dégage Vers une économie des différents instruments Une préconisation transverse : existe-t-il une solution alternative à une intervention financière publique? Décomposition par types d instruments Interventions sous forme de subventions du budget général Interventions sous forme de dépenses fiscales et de niches sociales Les transferts de produits à un tiers (taxes affectées) Les interventions financières : fonds propres, prêts, garanties...32

8 Conclusions : une rationalisation importante et permanente du choix des outils d interventions en faveur des entreprises Normes et maîtrise des finances publiques Les interventions relèvent de plusieurs niveaux de décisions Les interventions ont des effets différenciés sur les finances publiques LES INTERVENTIONS ET LES (ENTREPRISES) BENEFICIAIRES Les aides indirectes : des aides aux «parties prenantes» Les interventions en direction des salariés Les interventions en direction des investisseurs Les interventions en direction des entrepreneurs Les interventions en direction des clients Les aides directes aux entreprises Les interventions sectorielles représentent 8,6 Md d intervention, principalement en faveur de l agriculture et des services Les interventions ciblées par taille d entreprise : 10,7 Md pour des dispositifs majoritairement tournés vers le développement des PME ,3 Md d interventions directes du champ de la MAP bénéficient potentiellement à toutes les entreprises indépendamment de leur taille ou leur secteur LES INTERVENTIONS EN FONCTION DU CYCLE DE VIE DES ENTREPRISES Les interventions économiques en phase de création La création d entreprises en France : une dynamique stimulée par la création du statut de l auto-entrepreneur Les interventions en faveur de la création d entreprises La politique de soutien à la création d entreprises est largement concentrée sur certaines catégories d entreprises Propositions Les interventions économiques en faveur de la transmission-restructurationcessation Les interventions en phase de transmission Les interventions en phase de restructuration Les interventions économiques en phase de cessation INTERVENTIONS ECONOMIQUES ET CYCLE DE PRODUCTION DE L ENTREPRISE Les interventions en faveur de l investissement des entreprises Le financement externe Le financement interne Le financement de l innovation Le soutien à l investissement Les dispositifs d intervention de l État Les interventions en faveur de la phase de production Les interventions en faveur de la réduction des coûts de matières premières Les interventions en faveur de l emploi L aide directe à la production Les interventions en faveur de la phase de commercialisation Les interventions en faveur de la commercialisation Les interventions en faveur de l exportation Les interventions sous forme de soutien général...120

9 5. INTERVENTIONS ET POLITIQUE ECONOMIQUE Une intervention économique aux multiples justifications théoriques Justifications et possibilités «théoriques» de l intervention Critiques et impossibilité Une réalité entre réponse aux disfonctionnements et volontarisme économique Des interventions centrées sur le marché du travail et l incitation économique sectorielle Les «défaillances de marché» : 52,8 Md d interventions soit 51 % des cas ; dont 40,9 Md pour les failles de marché liées au marché du travail Les «incitations économiques» : 48,8 Md soit 47 % des interventions dont 27,8 Md réservées à certains secteurs La «correction des mesures réglementaires» : l intervention en faveur de l entreprise compense les effets d une autre politique...128

10

11 Annexe I Partie 1 : cadrage, définitions et méthodes Cette première partie présente les définitions et méthodes utilisées dans le cadre de ce rapport pour mieux cerner les «interventions en faveur des entreprises» et les compare aux autres définitions généralement retenues. Elle permet également de livrer quelques pistes pour les futures analyses des interventions publiques en faveur des entreprises, futures analyses que la mission juge utile de poursuivre dans un cadre stabilisé. Les dispositifs analysés au cours de cette mission sont des «interventions (économiques) publiques en faveur des entreprises», ce qui constitue un champ d analyse spécifique. En effet, plusieurs définitions coexistent pour qualifier ces interventions : d autres rapports et institutions traitent des «aides aux entreprises» comme par exemple la Commission européenne, l Organisation mondiale du commerce OMC, l organisation pour la coopération et le développement économique OCDE, l Institut national de la statistique et des études économiques INSEE, ou la Cour des comptes. 1. Les «interventions économiques publiques en faveur des entreprises» constituent un champ d évaluation de politiques publiques large La modernisation de l action publique (MAP) analyse les interventions publiques en faveur des entreprises avec le double objectif de rationaliser l action de l État et d en réduire le coût. L approche retenue permet de comparer les interventions avec des critères économiques et de gouvernance transverses. L allocation rationnelle des moyens de l État dans le cadre de sa politique économique et la volonté de simplifier un système devenu très peu lisible impose d instaurer ce type de comparaison. La MAP analyse ainsi des aides aussi différentes que les baisses de contributions sociales sur les tickets restaurants proposés aux salariés, le financement des pôles de compétitivité ou la défiscalisation partielle du gazole non routier consommé par les agriculteurs et autres utilisateurs d engins. Le champ d étude de cette mission est donc volontairement large et porte sur près de 110 Md de moyens publics dont 103,3 Md liés à l État ou aux opérateurs nationaux. Cette première partie redéfinit chacun des termes retenus et explicite le champ de la mission

12 Annexe I 1.1. L «intervention publique en faveur des entreprises» est un transfert de richesse, direct ou indirect, d une personne publique vers une structure d entreprise Ce faisant, ces transferts ont quatre caractéristiques. En premier lieu, s agissant «d interventions économiques», il doit s agir de transferts de richesse. Ces transferts peuvent être soit financiers (subventions ou crédits d impôt) ou ayant une valeur financière certaine mais nécessitant une valorisation particulière (allègements d impôts ou de cotisations sociales, garanties, apports en fonds propres), soit «indirects» ou «collectifs», concourant ainsi au soutien des entreprises (par exemple le financement affecté aux chambres de commerce ou d industrie 1 ou les moyens dévolus à la fiscalité des valeurs mobilières). Ceci exclut donc les éléments propres à l environnement économique au sens large : moyens de fonctionnement de l État (services des ministères impliqués dans la gestion des aides par exemple) ou permettant d assurer la qualité de l environnement économique (rôle de la justice, régulation par l Autorité des marchés financiers - AMF, stabilité de la fiscalité, réseaux de transports, etc.) 2. En effet, l aide publique ne constitue alors pas un transfert de moyens ou une intervention vers les entreprises qu il serait possible de quantifier et n entre pas dans l évaluation budgétaire que doit conduire la mission. En deuxième lieu, le terme «public» implique l État, la Sécurité sociale, les collectivités territoriales et les opérateurs publics nationaux 3. Les financeurs publics dans le champ de l étude sont l État (central et déconcentré) et, par extension, les structures dont le financement est assuré par des ressources d origine publique. Sont donc également considérés des organismes distributeurs d aides publiques capitalisés par l État (Caisse des dépôts et consignations, BPI/Oséo, Coface, ) ou les collectivités territoriales (sociétés d économie mixte), mais aussi des organismes financés par taxe affectée (Centre national du cinéma et de l image animée - CNC, chambres consulaires, centres techniques industriels CTI, etc.). 4 Ce champ regroupe donc les moyens à la portée de l action publique sans inclure la régulation des marchés. En troisième lieu, les «entreprises» sont, autant que de possible, les structures juridiques relevant de cette définition. Les entreprises étudiées sont donc notamment considérées sans distinction de secteur marchand (manufacturier industriel, agriculture, tourisme, culture ou commerce et services) ni de taille (les sociétés unipersonnelles ou individuelles sont également dans ce champ). De même, les associations porteuses d une production pour laquelle elles sont aidées sont inclues dans le champ de l étude. Ceci exclut, a contrario, les opérateurs publics qui peuvent être le vecteur d une aide mais n en sont pas les destinataires finaux. 1 Par l intermédiaire d une taxe affectée. 2 De plus en plus d études comparées font état de cet «environnement économique» comme d un paramètre essentiel de la compétitivité. (Rapport «Doing business» de la Banque mondiale qui évalue le poids des formalités fiscales ; «1rst Pillar» du rapport sur la compétitivité du World Economic Forum ; ). 3 Les opérateurs publics locaux sont spécifiquement traités dans l annexe relative aux interventions des collectivités territoriales. Les opérateurs publics nationaux prix en compte incluent certains organismes privés, aux sens de la comptabilité nationale, comme Oséo ou la CDC, mais sous contrôle public et dans le cas d intervention explicitement en faveur des entreprises. 4 Certaines exception, liées au manque de disponibilité de l information dans le temps imparti sont listées au paragraphe

13 Annexe I Ceci est à rapprocher de la définition la plus générale de l INSEE 5. En quatrième lieu, la mission porte sur les interventions «en faveur» des entreprises ce qui conduit à exclure les relations marchandes entre les pouvoirs publics et les entreprises mais à inclure les transferts indirects en faveur des «parties prenantes» : les salariés, qui peuvent être aidés en tant que salariés avec des effets indirects sur les entreprises dont ils font partie (par exemple via des exonérations de cotisations salariales sur les transports ou tickets restaurant qui jouent indirectement sur le coût du travail) ; les entrepreneurs, qui peuvent bénéficier d aides parfois déterminantes dans le devenir des entreprises (aides à la création d entreprises, soutiens par les CCI) ; les investisseurs, notamment si l on considère la fiscalité dérogatoire sur les revenus des valeurs mobilières destinée à faciliter la mobilisation de capitaux pour certaines entreprises (dispositif ISF-PME, dispositifs liés aux FCPI ) ; l aide indirecte aux clients, parfois structurellement conséquente, par exemple pour les baisses de TVA sectorielles 6. Cette approche, assez large, permet de mettre en valeur les différents canaux d action financière des politiques publiques en faveur des entreprises au-delà donc des seules aides directes. En revanche, les échanges marchands entre l État et le secteur privé comme les achats, les commandes publiques d infrastructures ou les partenariats public-privé sont exclus. Si ces actions publiques sont parfois considérées comme des «soutiens», elles n entrent pas dans le champ de la MAP qui se concentre sur des interventions en faveur des entreprises : les relations commerciales sont considérées comme ne favorisant pas particulièrement les entreprises Comparaisons avec les définitions de l Union européenne et de l OMC La Commission européenne définit un périmètre d aides d État plus restreint que celui des interventions. Ces aides découlent de la définition des Traités 7 suivant une logique de lutte contre les distorsions de concurrence au sein du marché unique. Ceci conduit chaque État membre à notifier celles des interventions entrant dans ce champ et à vérifier le respect des plafonds de minimisa qui règlementent le montant maximal des transferts financiers admis par la Commission sur plusieurs années 8. En 2011, selon le rapport fait annuellement par la Commission et hors effet de la crise économique, le total des aides d'état versées au sein de l UE aurait été de 64,3 milliards d'euros, soit 0,5 % du PIB de l'ue. Les aides au sens de l Union Européenne, hors crise, représentaient pour la France (12,3 Md ) dont une part réservée à l industrie et aux services de 10,4 Md. 5 Pour l INSEE : L'entreprise est la plus petite combinaison d'unités légales qui constitue une unité organisationnelle de production de biens et de services jouissant d'une certaine autonomie de décision, notamment pour l'affectation de ses ressources courantes. 6 Notamment dans le cadre de la TVA a taux réduit sur la restauration. 7 Ces principes étaient présents dès le Traité CECA (1951) et le Traité de Rome (1957). 8 Sauf exception particulières, un projet faisant intervenir des financements publics doit faire l objet d une notification préalable à la Commission pour s assurer de la conformité avec les règles européennes. La Commission a sur ce point une compétence exclusive

14 Annexe I Les deux principaux critères d évaluation sont l existence de financements publics et la sélectivité de l aide. La notion d aide d État retenue par la Commission comprend toutes les formes de financements publics envisageables, y compris les apports en fonds propres, les exonérations fiscales ou les garanties (voir encadré). Elle est également étendue à tous les démembrements de l État ou aux collectivités locales. Cette notion s intéresse donc au fond de la mesure et non à sa forme financière. Un critère essentiel qui différencie les interventions définies ici et les aides au sens communautaire est la sélectivité : les aides doivent, en pratique, favoriser certaines parties du territoire ou certaines entreprises (secteur, taille, ) pour être dans le champ des aides européennes. L idée générale est donc bien celle d une distorsion de concurrence et non d une égalité d accès à un financement public ou à une exonération fiscale. Le critère de sélectivité est la principale explication de l écart que l on trouve entre le périmètre des «interventions en faveur des entreprises» et les «aides d État». En particulier, ne sont pas sélectifs les allègements Fillon (20,3 Md ), les aides à l emploi ou encore le crédit impôt recherche (3,5 Md ). Par ailleurs les dispositifs Oséo, lorsqu ils sont susceptibles d être des aides d État approuvées, sont enregistrés par la Commission à la valeur d équivalents subventions budgétaires, ce qui conduit à ne retenir de facto que la bonification qu ils apportent par rapport au marché. On peut également mentionner les tarifs réduits de TVA qui relèvent d une directive 9 particulière. Enfin, le cas de l agriculture est également un cas particulier puisque certaines aides relèvent du deuxième pilier et font, en tout état de cause, l objet de notifications (vérifications à effectuer auprès du SGAE). Encadré 1 : Définition des aides d État au sens de l Union européenne L objet de la politique de contrôle des aides d État est de s assurer que les autorités nationales n accordent pas aux entreprises des aides qui fausseraient la concurrence et contreviendraient à l intégration du marché intérieur. L article n 107 paragraphe 1 du Traité sur le fonctionnement de l Union européenne dispose : «Sauf dérogations prévues par les traités, sont incompatibles avec le marché intérieur, dans la mesure où elles affectent les échanges entre États membres, les aides accordées par les États ou au moyen de ressources d'état sous quelque forme que ce soit qui faussent ou qui menacent de fausser la concurrence en favorisant certaines entreprises ou certaines productions». L existence d une aide d État suppose la réunion de quatre critères : l intervention d un État ou d une ressource d État (sous différentes formes : subventions, bonification d intérêts, garantie) ; l intervention doit être susceptible d affecter les échanges entre les États membres ; l intervention doit être de nature à conférer à l entreprise qui en bénéficie un avantage de par son caractère sélectif ; l intervention fausse ou est susceptible de fausser la concurrence. La Commission européenne est seule habilitée à autoriser ou interdire une aide 10. Certaines peuvent être autorisées de droit. Les paragraphes 1 et 2 de l article 107 du traité sur le 9 Directive 2006/112/CE du Conseil du 28 novembre 2006 relative au système commun de taxe sur la valeur ajoutée (TVA). 10 La politique européenne en matière d aides d État a récemment été revue, donnant lieu à un nouveau règlement général d exemption par catégorie (RGEC). L objectif est de simplifier l octroi des aides, en augmentant à 26 le nombre de catégories d aides qui n ont pas à être notifiées à la Commission

15 Annexe I fonctionnement de l Union Européenne énumèrent de manière exhaustive les aides compatibles avec le marché intérieur : les aides à caractère social octroyées aux consommateurs individuels, à condition qu'elles soient accordées sans discrimination liée à l'origine des produits ; les aides destinées à remédier aux dommages causés par les calamités naturelles ou par d'autres événements extraordinaires ; les aides octroyées à l'économie de certaines régions de la république fédérale d'allemagne affectées par la division de l'allemagne, dans la mesure où elles sont nécessaires pour compenser les désavantages économiques causés par cette division. Peuvent également être considérées comme compatibles avec le marché intérieur : les aides destinées à favoriser le développement économique de régions dans lesquelles le niveau de vie est anormalement bas ou dans lesquelles sévit un grave sous-emploi, ainsi que celui des régions visées à l'article 349, compte tenu de leur situation structurelle, économique et sociale ; les aides destinées à promouvoir la réalisation d'un projet important d'intérêt européen commun ou à remédier à une perturbation grave de l'économie d'un État membre ; les aides destinées à faciliter le développement de certaines activités ou de certaines régions économiques, quand elles n'altèrent pas les conditions des échanges dans une mesure contraire à l'intérêt commun ; les aides destinées à promouvoir la culture et la conservation du patrimoine, quand elles n'altèrent pas les conditions des échanges et de la concurrence dans l'union dans une mesure contraire à l'intérêt commun ; les autres catégories d'aides déterminées par décision du Conseil sur proposition de la Commission. Par ailleurs, certaines aides bénéficient d une exemption automatique (art. 107, paragraphe 2 du TFUE), la Commission ayant prévu pour chaque type d aide un régime de critères d exemption. Il s agit principalement : des aides régionales (art. 107, paragraphe 3, points a) et c) du TFUE) ; des aides sectorielles pour lesquelles des lignes directrices ont été définies (production audiovisuelle, services publics de radiodiffusion, électricité, services postaux, construction navale, industrie sidérurgique, haut débit) ; des aides horizontales, qui concernent plusieurs secteurs économiques. La Commission a adopté un règlement général d exemption par catégorie (règlement n 800/2008), mais il existe toujours des lignes directrices et communications pour certaines catégories d aides d État, comme par exemple les aides à la formation, en faveur de l emploi, les aides visant à promouvoir les investissements en capital-investissement ou les aides au sauvetage et à la restructuration d entreprises en difficulté. Enfin, la commission a publié des lignes directrices destinées à éclairer sa pratique décisionnelle, ces lignes de directrices arrivent à échéance fin 2013 et sont en révision. Source : Traité sur le fonctionnement de l Union européenne. L Organisation mondiale du commerce restreint son champ d action aux «subventions spécifiques», sur la base d un encouragment à la liberté du commerce et à la concurrence au niveau mondial. L accord sur les subventions et les mesures compensatoires (accord «SMC») définit les subventions comme des transferts financiers de l État ou de tout organisme public vers une entreprise ou un secteur d activité spécifique

16 Annexe I Encadré 2 : Les «subventions spécifiques» de l OMC L Accord sur les subventions et les mesures compensatoires (Accord SMC), annexé à l accord GATT de Marrakech de 1994, définit le terme de «subvention» autour de trois éléments fondamentaux : c est une contribution financière ; cette notion réduit le champ des subventions aux dépenses pouvant être imputées sur le budget de l État, dont les instruments ont été identifiés dans l Accord SMS (dons, prêts, participation au capital social, garanties de prêt, incitations fiscales, fourniture de biens ou de services, et achat de biens). des pouvoirs publics ou de tout organisme public du ressort territorial d un État membre ; qui confère un avantage. Selon cet accord, les subventions prohibées sont les subventions à l exportation (contributions financières subordonnées à l activité d entreprises ou de branches de production à l international) et les subventions liées à la teneur en éléments d origine nationale. De plus, seules les subventions «spécifiques» relèvent du champ de l Accord, i.e. celles accordées spécifiquement à une entreprise ou branche de production ou à un groupe d entreprises ou de branches de production. Dans son rapport de 2010, «Entreprises et niches fiscales et sociales», le Conseil des prélèvements obligatoires (CPO), organisme rattaché à la Cour des comptes, a retenu une définition qui porte sur les interventions fiscales et sociales mais inclut aussi les modalités dérogatoires de calcul spécifiques de l impôt 11. Cette étude portait donc à la fois sur les dispositifs applicables au titre de l impôt sur les sociétés, de l impôt sur le revenu, des mesures dérogatoires de taxe sur la valeur ajoutée (TVA), de taxe intérieure sur les produits pétroliers (TIPP) et des dispositifs relatifs aux impôts locaux, mais aussi sur les mesures dérogatoires en matière de cotisations sociales et contributions au financement des régimes sociaux. Les entreprises agricoles n étaient pour leur part pas inclues. Le CPO comptabilisait alors 293 mesures fiscales dérogatoires pour un total de 35,7 Md en niches et 71,3 Md en dispositifs dérogatoires ; 91 dispositifs sociaux (niches ou dérogations) pour un total de 35 Md de niches et 66 Md en dispositifs dérogatoires. Le total de près de 200 Md qui a pu en être déduit diffère du champ MAP : la mission MAP n inclut pas les dispositifs dérogatoires qui amèneraient à considérer qu il existe un «état de référence» de l imposition, assez discutable dans la mesure où il n est ni observé ni évident à déduire et où la mise en place de cette référence aurait des effets massifs en terme d assiette, et donc de rendement de l impôt lui-même ; la mission MAP inclut les moyens budgétaires, avec la logique extensive d aides directes et indirectes donnée précédemment ; la mission MAP s intéresse au périmètre des opérateurs publics (Oséo, ) mais aussi hors de la sphère des comptes publics (CDC, AFD, ) ; la mission MAP va plus loin du point de vue sectoriel en incluant le secteur agricole et en incluant les moyens transitant par les «parties prenantes» (investisseurs, entrepreneurs, salariés, clients). 11 Étude menée «en incluant non seulement les mesures dérogatoires qualifiées par les documents budgétaires de «dépenses fiscales» ou «niches sociales» mais aussi les modalités particulières d imposition et les règles d assiette les plus significatives»

17 Annexe I 2. Interventions recensées dans la base de données utilisée par la mission Pour les interventions nationales (État, Sécurité sociale ou opérateurs nationaux), le rapport s appuie sur une base de données constituée par la direction du Budget, qui reprend la définition des transferts de richesse d un financeur public vers une entreprise bénéficiaire. Encadré n 3 : Historique de la base La base de données de la direction du Budget, que la mission utilise, recense les dispositifs répondant à la définition des «interventions en faveur des entreprises». Cette base a été construite de manière séquentielle depuis 2006 et dans un format stabilisé depuis Régulièrement remise à jour, elle retrace 767 «dispositifs» qui sont autant de lignes identifiées comme ayant leur mode de gouvernance et de gestion financière propres. Les sources utilisées pour la constitution de cette base sont toutes publiques. Il s agit en premier lieu des annexes aux lois de finances (Programmes annuels de performances du PLF, annexes «voies et moyens» du PLF, Annexe V du PLFSS), de certains documents propres aux lois ayants porté création des dispositifs (Programmes investissements d avenir) ou aux rapports d activité des opérateurs (Oséo, CDC, AFD, CNC, ). Ces documents donnent une information exhaustive sur les dépenses fiscales et sociales, réparties par mission et par programme budgétaire. Les informations liées aux opérateurs résultent d un recensement qui, compte tenu de la variété des documents, peut être moins systématique (cf. infra). La méthodologie de la base s est construite en fonction des besoins et l objectif est d en accroitre progressivement l exhaustivité. Cette base est annuellement remise à jour et avait pour objectif de permettre une analyse transverse de la logique d intervention envers les entreprises. Elle permettait ainsi de réunir une information utile au processus de décision amont des lois de finances L évaluation des montants des interventions La base ne peut retracer les mouvements budgétaires qui affectent le financement des opérations qu à travers les montants en loi de finances initiale (LFI) ou dans les projets de budget initiaux. Pour autant, chaque année, des modifications des dispositifs ou des montants alloués surviennent lors de la loi de finances rectificative de fin d année ou par transferts ou virements de crédits entre missions ou programmes. De même, les montants retenus sont ceux des crédits de paiement et non ceux des autorisations d engagements. Lorsque ces informations sont utiles, il a pu en être spécifiquement tenu compte dans l analyse individuelle des dispositifs. Dans ses analyses globales la mission ne retient donc pas les modalités de gestion infra-annuelle ou l aspect tendanciel. Les montants renseignés dans la base de données et utilisés pour l évaluation présentent deux limites manifestes : d une part, pour un nombre important de mesures, le montant est «non connu» ; d autre part, les montants renseignés manquent de cohérence

18 Annexe I mesures ont un montant «non connu» 105 des mesures identifiées par la direction du budget sont d un montant «non-connu». Ces mesures se répartissent suivant les catégories d instruments suivants : Tableau 1 : Mesures de montant «non connu» Modalité d intervention pour les mesures «non connues» Total Crédit d impôt 1 Exonération fiscale 53 Exonération sociale 29 Fonds propres 5 Garanties 1 Prêts 7 Subvention 9 Total 105 Source : Direction du Budget, retraitement mission MAP. Ceci appelle les remarques suivantes : l essentiel de ces mesures (93 sur les 105) sont des mesures fiscales (exonérations fiscales ou crédits d impôt) ou sociales. L absence de chiffrage s explique dans ce cas à la fois par la taille relativement faible des dispositifs (exonérations particulières), pour lesquels le recours est assez rare et/ou par la difficulté méthodologique qu il peut y avoir à identifier une assiette non soumise à prélèvement, en l absence d obligation de déclaration correspondante ; cinq dispositifs sont des dispositifs en fonds propres pour lesquels la difficulté est d établir un calendrier de décaissement de fonds ; un dispositif correspond aux garanties financières d Oséo-région, pour lesquelles la direction du budget ne dispose pas d estimation. C est également le cas pour six dispositifs spécialisés d Oséo (PPRH, PPD Bois, revitalisation des territoires, ); enfin neuf dispositifs sont des subventions, gérés par la CDC (France brevet et Fonds national pour la société numérique, construction de centres de formation professionnel) ou résultant d autorisations d engagements dont le rythme de décaissement est mal connu (travaux de sécurité dans les mines, réseaux mixtes technologiques) ou le calendrier de versement mal identifié Les montants renseignés manquent de cohérence Limites Les montants renseignés dans la base manquent de cohérence à plusieurs égards : des erreurs factuelles de montants ont pu être constatées, marginalement, sur certains dispositifs, par absence d actualisation des montants corrects ; une absence d homogénéité a pu être constatée dans les montants renseignés selon les types d interventions : ainsi, alors que les montants renseignés pour les crédits budgétaires correspondent généralement au coût budgétaire annuel, ceux renseignés pour les prêts ou garanties représentent, généralement, un volume d intervention ; - 8 -

19 Annexe I un manque de cohérence a également été identifié dans les montants renseignés dans la base, les interventions en fonds propres étant parfois comptabilisées chaque année au titre du volume d intervention, parfois comptabilisées une fois l année de déblocage du capital, puis avec un montant établi à «0» pour les années suivantes. En conséquence, hormis pour les crédits budgétaires et les dépenses fiscales, les montants reportés dans la base doivent être regardés avec circonspection. De toute évidence, en raison de leur absence d homogénéité, en toute rigueur, ces montants ne sauraient être additionnés autrement qu à des fins d explicitation de volumes d interventions. Compte tenu du délai imparti, la mission a néanmoins utilisé les montants présents dans la base, tout en attirant l attention sur la nécessité de revoir les modalités de comptabilisation. A cet égard, des propositions sont faites pour améliorer la méthode de comptabilisation des interventions selon leur nature. Tous les montants indiqués dans cette annexe sont, sauf précisé autrement, les montants renseignés pour l année 2013 dans la base de données du Budget Propositions Il est proposé pour l avenir, pour des évaluations futures, de distinguer trois catégories de montants : le «coût public»: il s agit d un coût brut correspondant au coût instantané de l intervention pour la puissance publique il ne prend pas en compte les potentiels effets sur l activité qui génèrent à leur tour des pertes ou gains, notamment de fiscalité ou de dividendes. En cela la mission suit l approche rigoureuse de séparation des recettes et des dépenses ; le «volume d intervention»: il s agit du montant des fonds rendus disponibles pour les entreprises ou les primo-bénéficiaires à travers l intervention. Le ratio entre le volume d intervention et le coût pour la puissance publique est parfois appelé «effet de levier» ou «coefficient multiplicateur»; le bénéfice pour l entreprise : ceci n est pas toujours possible à évaluer sans convention ; il s agit du gain que retire l entreprise du recours à l intervention. Il est utile de noter que ces trois coûts peuvent être différents. La comptabilité maastrichtienne retient pour sa part que les opérations financières n entrent pas dans le déficit public. Pour autant, il paraît important de comptabiliser les coûts associés à ce type d intervention pour les rendre comparables aux subventions en retenant que ces interventions immobilisent du capital et/ou s accompagnent d une sinistralité que l État vient couvrir. Cette approche permet en outre de lisser dans le temps les ressauts dus aux capitalisations ou aux épisodes de sinistralité importants. Pour cette raison, la mission a retenu des conventions qui permettent de donner de meilleurs ordres de grandeur. Ces conventions dépendent essentiellement de la nature de l intervention : les subventions telles qu enregistrées dans le budget général se traduisent par un coût public, un volume d intervention et un bénéfice pour l entreprise égaux aux montants budgétaires ; - 9 -

20 Annexe I la même convention est retenue pour les dépenses fiscales et sociales qui sont égales aux montants calculés dans les documents budgétaires sauf dans le cas de l épargne salariale et de la fiscalité des investissements 12. Dans ce cas, le volume d intervention pertinent est le montant de l assiette fiscale c'est-à-dire le montant des fonds qui sont affectés à ce type d interventions par les particuliers ; les taxes affectées sont évaluées pour leur coût pour la puissance publique et leur volume d intervention aux montants de la taxe prélevée sur le secteur, directement équivalente à un prélèvement obligatoire. Le bénéfice pour les entreprises est très difficile à évaluer transversalement : les entreprises paient ces taxes qui leur sont redistribuées et au niveau global le bénéfice est soit nul (redistribution pure) soit lié à la mutualisation de services (effet d externalité). Ceci renvoie donc à une analyse plus précise de ces dispositifs ; les opérateurs agissant sur la base de fonds propres dans un cadre spécifique de droit privé (FSI, Oséo activité de prêts, AFD activités de prêts, ) ont un coût public évalué à la valeur de 2 % de leur fonds propre afin de refléter le cout de détention du capital public par ces établissements 13. Le volume d intervention est alors égal soit au montant des prêts (Oséo, AFD) soit au montant des fonds propres (FSI). Le bénéfice pour les entreprises qui nécessiterait une analyse actuarielle, n a pas pu être calculé ; les garanties ont un volume d intervention égal aux montants garantis. Le coût pour la puissance publique est égal au montant d intervention divisé par le «coefficient multiplicateur» 14 calculé suivant la catégorie de garantie. Le bénéfice pour les entreprises, comme pour les prêts n a pas pu être calculé. Ainsi dans ce cas par exemple : le volume d intervention lié à l activité de garantie d Oséo est de 3,7 Md ; les coefficients multiplicateurs, qui reflètent la sinistralité, sont compris entre 2,4 (activité d innovation, haut risque) et 20 (prêts courts termes, par exemple en avance de crédits d impôts, risque faible) et réduisent le coût pour la puissance publique à environ 300 M par an 15. les avances directes de l État ont un montant égal au volume d intervention. Le coût pour la puissance publique nécessite un coefficient multiplicateur qui n est pas disponible. Par convention et pour pouvoir rendre les interventions comparables, il a alors été considéré que ces prêts étaient assez risqués et que le coefficient était de 2,4 soit celui des garanties à l innovation d Oséo. Ceci conduit à ré-estimer les interventions de la base en «coût pour la puissance publique» et en «volume d intervention» avec pour résultat le tableau suivant : 12 L idée dans ce cas étant que les fonds immobilisés favorisent le financement des entreprises. 13 Ceci est donc conventionnel ; il s agit d une approximation du coût de la dette publique (2 % à 10 ans). 14 Il s agit du ratio entre le volume de garantie concédé ou de prêts accordés et les appels de garantie ou les prêts qui ne sont pas remboursés. 15 Cette consommation des fonds de garantie n est de fait pas toujours traduite par un abondement budgétaire réalisé : Oséo tire des revenus du placement de ses fonds, Oséo peut bénéficier d effets favorables liés à une meilleure santé des débiteurs et l abondement est aussi lié à une stratégie pluriannuelle : de fait en 2013 aucun montant budgétaire n est inscrit en loi de finances pour ces raisons

Chapitre IV. La certification des comptes

Chapitre IV. La certification des comptes Chapitre IV La certification des comptes Aux termes de la Constitution, «les comptes des administrations publiques sont réguliers, sincères et donnent une image fidèle de leur gestion, de leur patrimoine

Plus en détail

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif :

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Un dispositif d une telle ampleur et avec tant d innovations, de simplications et de sécurisation, du jamais

Plus en détail

Mesures évaluées 46 68 % 35 324 %

Mesures évaluées 46 68 % 35 324 % Niches fiscales et sociales Un inventaire à la Prévert Il a fallu un an au comité d évaluation (une douzaine de hauts fonctionnaires), au ministère du budget, pour sortir un très gros rapport qui inventorie

Plus en détail

Trente propositions pour favoriser et accompagner la création d entreprises

Trente propositions pour favoriser et accompagner la création d entreprises Évaluation des dispositifs publics d aide à la création d entreprises Trente propositions pour favoriser et accompagner la création d entreprises MM. Jean-Charles TAUGOURDEAU et Fabrice VERDIER, rapporteurs

Plus en détail

HAUT CONSEIL A LA VIE ASSOCIATIVE

HAUT CONSEIL A LA VIE ASSOCIATIVE PREMIER MINISTRE HAUT CONSEIL A LA VIE ASSOCIATIVE Avis du HCVA sur le Paquet Almunia Adopté en session plénière du 15 novembre 2012 Avis du HCVA sur le Paquet Almunia La Commission européenne a adopté

Plus en détail

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES ANNEXES L ISTE DES ANNEXES ANNEXE I : ANNEXE II : ANNEXE III : ANNEXE IV : ÉVOLUTION DES DEPENSES DES COMMUNES ET DES EPCI DE 2006 A 2013 OUTILS JURIDIQUES DE MUTUALISATION A DISPOSITION DES ACTEURS LOCAUX

Plus en détail

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS 2006S ÉCURITÉ SOCIALE Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS ANNEXE 4 Recettes des régimes de sécurité sociale par catégorie et par branche www.sante.gouv.fr www.social.gouv.fr ANNEXE

Plus en détail

Gestion budgétaire et financière

Gestion budgétaire et financière Élaboration et suivi de la programmation budgétaire Exécution budgétaire et comptable Aide au pilotage et contrôle financier externe Expertise financière et juridique Ministère de la Culture et de la Communication

Plus en détail

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIERE D'AIDES D'ETAT Tableau de correspondance entre l'ancienne et la nouvelle numérotation des articles suite à l'entrée

Plus en détail

Programme Opérationnel Interrégional FEDER du Massif des Alpes (POIA)

Programme Opérationnel Interrégional FEDER du Massif des Alpes (POIA) APPEL A PROPOSITIONS Programme Opérationnel Interrégional FEDER du Massif des Alpes (POIA) Région Provence Alpes Côte d Azur Région Rhône-Alpes Axe 3 «Développer la résilience des territoires et des populations

Plus en détail

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Indicateur n 4 : Évolution de la structure des recettes du régime général et des régimes d assurance sociale des administrations de sécurité sociale

Plus en détail

FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS. CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE»

FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS. CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE» FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE» Intervenant : Jean-Jacques LANTONNET Expert Tarification AT-MP Direction des Risques Professionnels Caisse

Plus en détail

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Indicateur n 4 : Évolution de la structure des recettes du régime général et des régimes d assurances sociales des administrations de sécurité sociale

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT LES NOUVEAUX BLEUS BUDGÉTAIRES ET LES PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES Les documents

Plus en détail

11 juin 2014. Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014

11 juin 2014. Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014 11 juin 2014 Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014 - 2 - Sommaire Le Pacte de responsabilité et de solidarité pour la croissance et l emploi... 5 Les dates clés du pacte de responsabilité

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC

LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC Mohamed SBIHI Professeur à la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales Rabat-Agdal Dans un contexte d ouverture, caractérisé

Plus en détail

Régime cadre exempté de notification N SA.40391 relatif aux aides à la recherche, au développement et à l innovation (RDI) pour la période 2014-2020

Régime cadre exempté de notification N SA.40391 relatif aux aides à la recherche, au développement et à l innovation (RDI) pour la période 2014-2020 Régime cadre exempté de notification N SA.40391 relatif aux aides à la recherche, au développement et à l innovation (RDI) pour la période 2014-2020 Les autorités françaises ont informé la Commission européenne

Plus en détail

FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE

FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE La présente note fiscale (la Note Fiscale ) doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds Commun de Placement dans l Innovation

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES 11 mai 2010 «Variantes de durée d assurance et d âges de la retraite» Dossier technique préparé par le secrétariat général du COR Document N 1 Document de travail, n

Plus en détail

3 - Impact sur la présentation des états patrimoniaux de l organisme d assurance gestionnaire

3 - Impact sur la présentation des états patrimoniaux de l organisme d assurance gestionnaire CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation Recommandation R-01 du 23 juin 2004 Dispositions comptables relatives aux PERP (Plans d épargne retraite populaire) Sommaire 1 - Spécificités comptables

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : JUSC1406675D Intitulé des textes : Décret pris pour l application de l ordonnance n 2014-326 du 12 mars 2014 portant réforme de la prévention des entreprises

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1431340D Intitulé du texte : Décret relatif au compte sur livret d épargne populaire Ministère à l origine de la mesure : Ministère des finances et

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 6 juin 2014 AGEN 5 années de croissance perdues 1 850 Volume de la production nationale en milliard d'euros constants (valeur 2005) 1 800 1 750 1 700

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE

COMMISSION EUROPÉENNE COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 01.07.2015 C(2015) 4445 final VERSION PUBLIQUE Ce document est publié uniquement pour information. Objet: Aide d État SA.40391 (2015/N) France Régime cadre exempté de

Plus en détail

ANNEXE I A - REGIME-CADRE D'INTERVENTIONS PUBLIQUES EN FAVEUR DE FONDS DE PRETS D'HONNEUR D'AIDE A LA CREATION D'ENTREPRISE - N 447/2000

ANNEXE I A - REGIME-CADRE D'INTERVENTIONS PUBLIQUES EN FAVEUR DE FONDS DE PRETS D'HONNEUR D'AIDE A LA CREATION D'ENTREPRISE - N 447/2000 ANNEXE I A - REGIME-CADRE D'INTERVENTIONS PUBLIQUES EN FAVEUR DE FONDS DE PRETS D'HONNEUR D'AIDE A LA CREATION D'ENTREPRISE - N 447/2000 Introduction: La Commission européenne a adopté le 23 mai 2001 le

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Décret n o 2007-1303 du 3 septembre 2007 fixant les règles nationales d éligibilité

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 749 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 17 octobre 2011 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2011,

Plus en détail

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle 18 Juin 2014 1. Introduction La frilosité de l épargnant belge suite

Plus en détail

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés Le Conseil national de la comptabilité réuni en formation de Section des entreprises le 28 octobre 1994,

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

La fiscalité en France. Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires

La fiscalité en France. Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires La fiscalité en France Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires Les types d impôts On distingue deux types d impôts. Les impôts progressifs : leur taux s'élève avec la base d'imposition (le revenu

Plus en détail

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME?

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? Propositions de la CGPME Introduction : Nombre d adhérents à votre organisation : Avant propos : Compte tenu du niveau d information qui peut être

Plus en détail

Les évolutions du financement de la sécurité sociale

Les évolutions du financement de la sécurité sociale Les évolutions du financement de la sécurité sociale A la différence de l assurance chômage et des retraites complémentaires, l évolution du financement de la sécurité sociale est marquée par une forte

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

L 114/8 Journal officiel de l Union européenne 26.4.2012

L 114/8 Journal officiel de l Union européenne 26.4.2012 L 114/8 Journal officiel de l Union européenne 26.4.2012 RÈGLEMENT (UE) N o 360/2012 DE LA COMMISSION du 25 avril 2012 relatif à l application des articles 107 et 108 du traité sur le fonctionnement de

Plus en détail

Relatif aux règles comptables applicables au Fonds de réserve des retraites

Relatif aux règles comptables applicables au Fonds de réserve des retraites CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation Avis n 2003-07 du 24 juin 2003 Relatif aux règles comptables applicables au Fonds de réserve des retraites Sommaire 1 - Présentation du Fonds de

Plus en détail

28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS

28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS 28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS Loi organique n 2001-692 du 1er août 2001 relative aux lois de finances, article 22. Textes pris dans le cadre de l entrée

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1511839D Intitulé du texte : Ministère à l origine de la mesure : Ministère des finances et des comptes publics Date d établissement de la présente

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France

Votre résidence fiscale est en France Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour 30 août 2011) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

DÉPENSE FISCALE N 110211. Réduction d impôt pour frais de comptabilité et d adhésion à un centre de gestion ou une association agréés

DÉPENSE FISCALE N 110211. Réduction d impôt pour frais de comptabilité et d adhésion à un centre de gestion ou une association agréés DÉPENSE FISCALE N 110211 Réduction d impôt pour frais de comptabilité et d adhésion à un centre de gestion ou une association agréés SOMMAIRE 1. IDENTITÉ DE LA DÉPENSE... 1 1.1. Description juridique et

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 12 juin 2014 Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 13 12 juin 2014 Projet de loi de financement rectificative de la

Plus en détail

Relatif au traitement comptable des obligations imposées par le règlement européen n 1907/2006 REACH

Relatif au traitement comptable des obligations imposées par le règlement européen n 1907/2006 REACH CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION DE L AVIS N 2009-13 DU 1 er OCTOBRE 2009 Relatif au traitement comptable des obligations imposées par le règlement européen n 1907/2006 REACH Sommaire

Plus en détail

Mission Provisions Note d analyse de l exécution budgétaire 2014

Mission Provisions Note d analyse de l exécution budgétaire 2014 Mission Provisions Note d analyse de l exécution budgétaire 2014 Provisions - Dotation pour dépenses accidentelles destinée à faire face à des calamités et pour dépenses imprévisibles - Dotation pour mesures

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013)

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

Ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt

Ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt Régime cadre exempté de notification n SA 40417 relatif aux aides en faveur des PME actives dans la transformation et la commercialisation de produits agricoles pour la période 2015-2020 Les autorités

Plus en détail

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS Edition 2014 SOMMAIRE Editorial de Monsieur le préfet. 1 Le pacte est au service des entreprises et des ménages 2-3

Plus en détail

CONSEIL DES PRELEVEMENTS OBLIGATOIRES

CONSEIL DES PRELEVEMENTS OBLIGATOIRES CONSEIL DES PRELEVEMENTS OBLIGATOIRES LES PRELEVEMENTS OBLIGATOIRES SUR LES ENTREPRISES DU SECTEUR FINANCIER RAPPORT PARTICULIER N 1 REGIME ET RENDEMENT DES PRELEVEMENTS OBLIGATOIRES -----------------------

Plus en détail

v Les ressources affectées :

v Les ressources affectées : v Les ressources affectées : Parmi les principes fondamentaux du droit budgétaire figure le principe d universalité du budget qui comporte comme importante conséquence l interdiction d affecter certaines

Plus en détail

LE BUDGET DE L ÉTAT VOTÉ POUR 2014

LE BUDGET DE L ÉTAT VOTÉ POUR 2014 LE BUDGET DE L ÉTAT VOTÉ POUR 2014 en quelques chiffres (Loi de finances initiale) Évaluation des recettes perçues par l État en 2014 (art. 60 de la loi de finances initiale pour 2014) RECETTES FISCALES

Plus en détail

Programme national «très haut débit»

Programme national «très haut débit» Liberté. Égalité. Fraternité RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Programme national «très haut débit» - 1 - Sommaire I. ENJEU 3 II. DESCRIPTION GENERALE 4 III. PILOTAGE DU PROGRAMME 4 IV. PHASE DE LANCEMENT DU PROGRAMME

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : AFSS1416374D Intitulé du texte : Décret relatif aux garanties de complémentaire santé des salariés mises en place en application de l article L. 911-7

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Présentée par Gérard Cherpion, Bernard Perrut, Jean -Charles Taugourdeau

Plus en détail

Les mesures en faveur de

Les mesures en faveur de Les mesures en faveur de l attractivité Invest in France La France est une destination de premier ordre pour les investissements directs étrangers. Elle accueille sur son sol plus de 0 000 entreprises

Plus en détail

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise LIGUE DES CONTRIBUABLES Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise (Moins d impôt pour les Québécois) Préparé par Claude Garcia pour la Ligue des contribuables Présenté

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES

PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES 1. Le constat : la trésorerie est l une des premières préoccupations des

Plus en détail

Intervention économique novembre 2013 - JB

Intervention économique novembre 2013 - JB Il confirme les prévisions de croissance de 0,1 % et un déficit public de 4,1% du PIB en 2013, en baisse de 0,7 point de PIB par rapport à 2012, grâce à un effort structurel historique de 1,7 point de

Plus en détail

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Arnaud Marchand et Olivier Jérusalmy Réseau Financité L attirance des Belges pour le compte d épargne est loin d être fortuite. Deux facteurs principaux

Plus en détail

Questions générales sur le Pacte

Questions générales sur le Pacte QUESTIONS-RÉPONSES Questions/réponses sur le pacte de responsabilité et de solidarité Questions générales sur le Pacte QUAND CES MESURES SERONT-ELLES TRADUITES DANS LA LOI? Certaines mesures entrent en

Plus en détail

Pour les interventions des régions : article L.4211-1 du Code général des collectivités territoriales

Pour les interventions des régions : article L.4211-1 du Code général des collectivités territoriales Régime cadre exempté de notification N X59/2008 relatif aux aides sous forme de capital-investissement en faveur des PME Les autorités françaises ont informé la Commission de la mise en œuvre d un régime

Plus en détail

AIDE A LA REINDUSTRIALISATION «PME» version 2015

AIDE A LA REINDUSTRIALISATION «PME» version 2015 CdC ARI «PME» 07042015 AIDE A LA REINDUSTRIALISATION «PME» version 2015 CAHIER DES CHARGES Le dispositif de soutien à l investissement productif du Programme d investissements d avenir (PIA) dénommé «ARI»

Plus en détail

A l heure du redressement productif, ne pas tarir le financement de l économie numérique

A l heure du redressement productif, ne pas tarir le financement de l économie numérique Le capital investissement, principal soutien de l économie numérique Position de l Association Française des Editeurs de Logiciels et Solutions Internet Octobre 2012 Avant propos A l heure du redressement

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------- Le Conseil des Ministres PLAN COMPTABLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES T - UEMOA - I - PRESENTATION DU PLAN COMPTABLE I.1 - Les classes

Plus en détail

L ÉPARGNE SALARIALE DU CABINET MÉDICAL. «Comprendre & appliquer le mécanisme de l épargne salariale»

L ÉPARGNE SALARIALE DU CABINET MÉDICAL. «Comprendre & appliquer le mécanisme de l épargne salariale» L ÉPARGNE SALARIALE DU CABINET MÉDICAL «Comprendre & appliquer le mécanisme de l épargne salariale» SOMMAIRE Préambule Le PEE Le PERCO L intéressement La participation Les dernières informations Autres

Plus en détail

N 377 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 377 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 377 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 13 novembre 2012. PROPOSITION DE LOI relative à la création d un

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT 1414214 D Intitulé du texte : projet de décret relatif aux modalités de calcul du taux annuel effectif de l assurance Ministère à l origine de la

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

DEPENSE FISCALE N 560104. Taxation à la TSCA au taux de 3,5 % prévue en faveur de certains contrats d assurance maladie complémentaire

DEPENSE FISCALE N 560104. Taxation à la TSCA au taux de 3,5 % prévue en faveur de certains contrats d assurance maladie complémentaire DEPENSE FISCALE N 560104 Taxation à la TSCA au taux de 3,5 % prévue en faveur de certains contrats d assurance maladie complémentaire SOMMAIRE 1. IDENTITE DE LA DEPENSE...1 1.1. Description juridique et

Plus en détail

APPEL A PROPOSITIONS. Programme Opérationnel FEDER-FSE 2014-2020 Région Provence Alpes Côte d Azur Axe 2 :OT2- PI2c

APPEL A PROPOSITIONS. Programme Opérationnel FEDER-FSE 2014-2020 Région Provence Alpes Côte d Azur Axe 2 :OT2- PI2c APPEL A PROPOSITIONS Programme Opérationnel FEDER-FSE 2014-2020 Région Provence Alpes Côte d Azur Axe 2 :OT2- PI2c «Développer les services numériques au service des territoires et des citoyens» Le présent

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Plan de soutien à l élevage français

Plan de soutien à l élevage français Plan de soutien à l élevage français MEMENTO Entreprises fragilisées dans le secteur agricole : quels outils pour quelles problématiques? Ce mémento récapitule de façon synthétique les outils existants

Plus en détail

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR Source : site Internet de l agence pour la création d entreprise (APCE) : http://www.apce.com/ SOMMAIRE : 1.

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET

ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET I CONTEXTE DE LA REFORME BUDGETAIRE II OBJECTIFS ET AXES DE LA REFORME BUDGETAIRE III CARACTERISTIQUES DE LA REFORME BUDGETAIRE IV FACTEURS CLES DE SUCCES 2 Modernisation

Plus en détail

FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION

FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION Pour plus d informations, visitez www.marathonprobono.fr/campus-hec-2012 Préambule Ce contenu pédagogique est destiné aux responsables

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

2.8. État des lieux de la protection sociale complémentaire d entreprise

2.8. État des lieux de la protection sociale complémentaire d entreprise 2.8. État des lieux de la protection sociale complémentaire d entreprise La généralisation de la complémentaire santé d entreprise prévue par l accord national interprofessionnel (ANI) à compter du 1 er

Plus en détail

FICHE N 1 FONCTIONNEMENT DE L EIRL

FICHE N 1 FONCTIONNEMENT DE L EIRL L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL À RESPONSABILITÉ LIMITÉE BERCY > LE 27 JANVIER 2010 FICHE N 1 FONCTIONNEMENT DE L EIRL Quel est l intérêt du dispositif? L EIRL permet la séparation du patrimoine de l entrepreneur,

Plus en détail

ANNEXE III. Le nouveau schéma de financement des collectivités territoriales après la réforme de la taxe professionnelle

ANNEXE III. Le nouveau schéma de financement des collectivités territoriales après la réforme de la taxe professionnelle ANNEXE III Le nouveau schéma de financement des collectivités territoriales après la réforme de la taxe professionnelle SOMMAIRE 1. DIFFERENTS PRINCIPES DIRECTEURS ONT GUIDE LA MISE EN ŒUVRE DE LA REFORME

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. Du provisionnement des emprunts à risques

GUIDE PRATIQUE. Du provisionnement des emprunts à risques Ministère de l Égalité des territoires et du Logement Ministère de l Économie et des Finances GUIDE PRATIQUE Du provisionnement des emprunts à risques Application aux Offices Publics de l Habitat à comptabilité

Plus en détail

LES MATINALES DU CRA

LES MATINALES DU CRA LES MATINALES DU CRA 11 MARS 2014 COMMENT OPTIMISER VOTRE REVENU DANS LE CADRE D UN LBO? Intervenant : Christelle POULIQUEN Avocat associé Société d avocats AFFIS 1 Rue de Villersexel 75007 PARIS Comment

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1412044R Intitulé des textes : projet d ordonnance relative à la réforme du taux d intérêt légal et projet d arrêté fixant les catégories de prêts

Plus en détail

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Le premier ministre, Sur le rapport du ministre de l écologie, du développement durable et de l énergie, Vu le code de l énergie,

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 Contact presse Éva Quickert-Menzel 01 44 38 22 03 Sommaire Chiffres-clés des retraites...

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : «L ANALYSE FINANCIERE» I LES DEFINITIONS :... 2. A/ Le fonds de roulement... 2. 1- Définition du fonds de roulement (FdR) :...

FICHE TECHNIQUE : «L ANALYSE FINANCIERE» I LES DEFINITIONS :... 2. A/ Le fonds de roulement... 2. 1- Définition du fonds de roulement (FdR) :... FICHE TECHNIQUE : «L ANALYSE FINANCIERE» Sommaire I LES DEFINITIONS :... 2 A/ Le fonds de roulement... 2 1- Définition du fonds de roulement (FdR) :... 2 2 - La composition du fonds de roulement... 3 B/

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJETS DE TEXTES REGLEMENTAIRES

FICHE D IMPACT PROJETS DE TEXTES REGLEMENTAIRES FICHE D IMPACT PROJETS DE TEXTES REGLEMENTAIRES NOR : FCPT 1502723 D et FCPT 1425918 A Intitulé des textes : projets de décret relatif à la remise d une fiche standardisé d information concernant l assurance

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT 1413312 D Intitulé du texte : projet de décret relatif aux contrats et placements mentionnés à l'article 990 I du code général des impôts bénéficiant

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

Régime cadre exempté de notification N SA.40390 relatif aux aides en faveur de l accès des PME au financement pour la période 2014-2020

Régime cadre exempté de notification N SA.40390 relatif aux aides en faveur de l accès des PME au financement pour la période 2014-2020 Régime cadre exempté de notification N SA.40390 relatif aux aides en faveur de l accès des PME au financement pour la période 2014-2020 Les autorités françaises ont informé la Commission européenne de

Plus en détail

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS

PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS PLF 2014 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : PRÊTS ET AVANCES À DES PARTICULIERS OU À DES ORGANISMES PRIVÉS Version du 01/10/ à 16:07:40 PROGRAMME 866 : PRÊTS AUX PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES

Plus en détail

Le crédit d impôt recherche (CIR)

Le crédit d impôt recherche (CIR) Le crédit d impôt recherche (CIR) Informations générales Activités concernées Dépenses éligibles DRRT Service chargé de l action déconcentrée de l État dans les domaines de la recherche, de la technologie,

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

RECOMMANDATION. Note de présentation

RECOMMANDATION. Note de présentation AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RECOMMANDATION n 2013-02 du 7 novembre 2013 Relative aux règles d évaluation et de comptabilisation des engagements de retraite et avantages similaires pour les comptes annuels

Plus en détail