N 20 MARS 2010 DANS CE NUMERO : éditorial Observer... anticiper... LA LETTRE D INFORMATION DE LACOURTE NOTAIRES ASSOCIES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "N 20 MARS 2010 DANS CE NUMERO : éditorial. 2010. Observer... anticiper... LA LETTRE D INFORMATION DE LACOURTE NOTAIRES ASSOCIES"

Transcription

1 LA LETTRE D INFORMATION DE LACOURTE NOTAIRES ASSOCIES N 20 MARS 2010 éditorial Observer... anticiper... >> Sommes-nous, pour le plus grand nombre, condamnés à cette seule position de spectateurs, adhérents ou non? Et ainsi, consommateurs et votants. Soit, et d ailleurs, opinion publique et abstention. Et pourtant, cette question quasi existentielle en effet, celle de la nécessité de comprendre pour agir au mieux se pose probablement avec d autant de vigueur pour cette année 2010 : crise continuée ou sortie de crise? Après le choc et le pléthore des analyses faites, sommes-nous sortis ou en train de sortir? Ou bien est-ce que ça continue en somme...? L habitude de l homme pressé que nous sommes tendrait à la tentation du : c est fini, ça recommence (comme avant). On sent bien que non, mais ce quelque chose qui s est vraisemblablement effondré, estompé au moins, nous ne le mesurons pas bien peut-être. Sans rentrer ici dans une analyse de ça -à quoi nombre s essaient bien sûr, et, outre les acteurs politiques, financiers ou économiques, on pense aux économistes comme aux sociologues-, y être attentifs, car on n échappe pas ; sous le mot générique de «crise» sûrement beaucoup de choses sans exclure les malentendus, voire pire : un 2009, du 1 er trimestre abyssal à un atterrissage plus soft depuis ; certes, mais ensuite...? >> Sur la question du droit, il y a tout à la fois, la réflexion majeure, sur le rapport droit/économie, et, avec sur le rôle des régulations, et des régulateurs, celle des projets de réformes tant en matière judiciaire que quant aux professions juridiques, où, tout en paraissant confirmer finalement la portée des rôles des avocats et des notaires pour dire ça d un mot, la figure de l interprofessionnalité est à nouveau proclamée, mais avec quelle «réalité» et portée en fait? On va voir ; et gageons d en garder la force, l initiative et l intérêt, et non pas une nouvelle figure de dépossession. >> Sur la question de l immobilier et, plus particulièrement du logement, il y a eu de nombreuses dispositions prises ou poursuivies (comme, par exemple, le pass foncier, le dispositif Scellier, mais aussi la loi Boutin dite «Molle» de mars 2009, et une loi de finances qui apparaît plutôt comme une continuation qui s affine avec le souci de l environnement). Quant au marché lui-même, en matière de logements en tout cas, si, selon une récente publication des notaires d Ile de France (27 janvier) à fin novembre 2009, d après les données de la Base B.I.E.N., malgré la conjoncture économique difficile, on observe une forte résistance des prix de «l ancien» dans la région et notamment à Paris (- 5,6 % sur un an) et dans un contexte de nette reprise des transactions comparées à la même période de 2008 (hausse de 17 % du nombre de ventes sur un an), c est en comparaison d une baisse de 26% pour la même période en 2008 (par rapport à la même période en 2007). DANS CE NUMERO : P.02 : LE DOSSIER / LOI DE FINANCES Principales mesures à incidence patrimoniale de la loi de finances pour 2010, la loi de finances rectificative pour 2009 et la loi de financement de la Sécurité Sociale pour Résumé des principales mesures des lois de finances.... P.04 : PATRIMOINE L usufruit temporaire ou comment améliorer la gestion de son patrimoine personnel et la trésorerie de sa société!... >> Pour commencer, cette année, nous ferons ici, simplement, un relevé des dispositions des lois de finances (2010, rectificative pour 2009) ; nous poursuivrons, entre autres avec celle rectificative pour 2010 encore qui vient d être adoptée. >> Nous le ferons, attachés à s adapter, tant dans l organisation de l Etude que dans la/les ouvertures utiles ; avec, de notre part, le souci de l esprit d équipe, ainsi que d une réponse toujours professionnelle, l attention continuée aux «TIC» dans leur évolution et ce que cela apporte et implique, la capacité à trouver les partages professionnels qui permettent aisance et rapidité à une telle réponse attendue, etc... ; ainsi se poursuit l expérience avec Jean-Pierre CORBEL dans le domaine du «patrimoine». Nous espérons être en mesure de le faire dans d autres domaines rapidement, ce dont nous vous ferons part au fur et à mesure ; ainsi, et pour commencer, du droit des sociétés et de ce qui y est attaché (le «corporate»), raison du partenariat libre esquissé avec Virginie VERCAMER. A suivre, Bertrand Lacourte

2 Principales mesures à incidence patrimoniale de la loi de finances pour 2010, la loi de finances rectificative pour 2009 et la loi de financement de la Sécurité Sociale pour >> DROIT DE LA FAMILLE Mariage / PACS / Union libre Divorce / Veuvage / séparation Héritage - Exonération de droits de succession pour certaines personnes : Exonération de droits de successions pour les militaires décédés au cours d opérations extérieures, et des policiers, gendarmes et agents des douanes sous certaines conditions. - Pacte TONTINIER (Pacte prévoyant lors du décès d un participant la répartition de ses parts au(x) survivant(s)) et droits de succession : Le bénéficiaire d un tel pacte s appliquant à la résidence principale d une valeur inférieur à $ acquise par deux acquéreurs peut opter pour l application des droits de succession. Donations - Age limite porté à 80 ans pour l exonération des dons familiaux de sommes d argent au bénéfice de petits-enfants ou arrières petits-enfants et, à défaut, de petits-neveux ou arrières petits-neveux. - Restitution des droits acquittés en cas de droit de retour conventionnel (A.951 du Code Civil) ou légal en faveur des pères et mères (A du Code Civil) : Le retour des biens dans le patrimoine du donateur donne droit à la restitution des droits de donation. La demande doit être formulée dans le délai légal de réclamation démarrant au décès du donataire. - Pacte DUTREIL et sociétés interposées : Pas de remise en cause de l exonération de la transmission à titres gratuits lorsque les sociétés interposées augmentent leur participation. Ceci ne fait que légaliser la doctrine administrative déjà existante. Stratégies de Transmission >> FISCALITé DU PARTICULIER Impôt sur le revenu - Aménagement du système du quotient (calcul d impôt sur un revenu exceptionnel où le revenu est pris pour une fraction afin de calculer le taux d imposition) : A compter des revenus de 2009, l imposition des revenus différés par le système des quotients est égal au nombre d années civiles correspondant aux échéances normales de versement majoré de un an. - Le crédit d impôt pour intérêts d emprunt de la résidence principale : Pour les logements neufs ne correspondant pas à la norme BBC (Label Bâtiment Basse Consommation), le crédit d impôt est progressivement réduit jusqu à être supprimé en Crédit d impôt pour services rendus par les régies de quartier : Les sommes versées à des régies de quartier pour des services à la personne peuvent ouvrir droit au crédit d impôt prévu au titre de l emploi d un salarié à domicile (dans l attente d un décret d application) et du taux réduit de TVA (5,5%). - Imposition des indemnités d accident du travail : Les indemnités journalières de sécurité sociale versées en cas d accident du travail sont désormais soumises à l impôt sur le revenu pour 50% de leur montant. - Plafonnement global des avantages fiscaux : Le plafonnement global des avantages fiscaux pour les investissements à compter du 01/01/10 est abaissé à $ + 8% du revenu imposable. - Contribution additionnelle et «carried interest» : Les détenteurs de parts de «carried interest» (parts attribuées en plus de la rémunération aux membres des équipes de gestion de société de capital risque) supporteront une contribution salariale spécifique de 30% lorsque les gains sont imposables à l IR (comme des traitements et salaires). - Exploitants agricoles et déduction de l aléa économique : Les exploitants agricoles soumis au régime réel d imposition pourront utiliser les sommes déduites au titre de la déduction pour aléas et les intérêts capitalisés aux aléas d origine économique affectant la conduite de l exploitation. - Lutte contre l évasion fiscale vers les pays non coopératifs (La France retiendra la dernière liste arrêtée par l OCDE et la mettra à jour annuellement) : Pour les artistes non domiciliés en France et les sommes versées au titre d une activité non commerciale, une retenue à la source de 50% est pratiquée à compter du 1 er mars Il en est de même pour les retenues à la source sur les revenus de capitaux mobiliers et sur les plus-values immobilières. A compter du 1/01/2011, les plus-values de cessions de titres de sociétés de tels pays sont exclus du régime des plus-values à long terme et le régime des sociétés mères n est plus applicables aux dividendes loi de finances pour 2010 loi de finances rectificative pour 2009 loi de financement de la Sécurité Sociale pour 2010

3 Ne sont pas mentionnés dans ce document les rehaussements des seuils (généralement +0,4%). Sauf précisions contraires, ces dispositions s appliquant à compter du 1/01/10 ou pour les revenus de 2009 concernant la loi de finances rectificative (voir les barres verticales en couleur pour l identification). >> DOSSIER - Renforcement des moyens procéduraux de l évasion fiscale internationale : Dans les cas de fraude fiscale par l intermédiaire de comptes détenus dans des pays non coopératifs, l administration pourra déposer plainte à des fins d enquête judiciaire sans en informer le contribuable et ce, après avis conforme de la commission des infractions fiscales. Les échanges entre les différentes administrations sont fluidifiés par la levée du secret professionnel de ces administrations. Ces dernières pourront dorénavant être spontanées. Enfin, les caisses de sécurité sociale et de mutualité sociale agricole devront communiquer les infractions aux impôts et cotisations sociales. Plus-values - Maintien des deuxièmes reports d imposition : Les reports d impositions (articles 151 octies à 151 nonies du CGI apport en société des entreprises individuelles ; fusion, scission ou apport partiel d actif d associés de SCP ; apport en société de titres inscrit à leur bilan ; transformation d une société de personnes en association d avocats) peuvent être maintenus en cas de réalisation d une seconde opération ouvrant droit à sursis ou à report d imposition alors qu elle y mettait obligatoirement fin auparavant. - Plus-values de terrains boisés : A compter du 01/01/10, les plus-values de cession de terrains boisés sont soumises au régime des plus-values privées quand l activité forestière n est pas une activité professionnelle du cédant. - Assujettissement aux contributions sociales dès le premier euro des plus values sur valeurs mobilières.les règles d imposition à l IR sont toujours maintenues et les plus-values ne sont donc imposables qu à compter d un seuil. Contributions sociales ISF - Investissement PME et associé minoritaire : L associé minoritaire devant revendre ses titres dispose maintenant de 12 mois pour réinvestir les sommes. Bouclier fiscal - Moins-values des revenus de capitaux mobiliers : A compter du bouclier 2011, les moins-values antérieures de cession de valeurs mobilières sont imputées l année de leur réalisation et non plus l année de leur imputation. - Les déficits catégoriels ne seront pris en considération que l année de leur réalisation à compter du Bouclier Dividendes : A compter du bouclier 2011, les abattements sur les dividendes passent progressivement de 30% en 2009, 20% pour 2010, 10% pour 2011 et 0% en Les dividendes seront donc intégralement pris en compte dans les revenus 2012 donc, pour le Bouclier de Les plus-values exonérées d IR mais maintenant soumises aux contributions sociales sont à prendre en compte au titre du bouclier fiscal. >> IMMOBILIER - Droit d enregistrement sur cessions de parts de société à l étranger : La cession d une participation dans une société à prépondérance immobilière par acte passé à l étranger est quand même soumise au droit d enregistrement de 5%. Immobilier de jouissance - Le taux de TVA des équipements de climatisation fixes passe du taux réduit (5,5%) au taux normal (19,6%). - Le crédit d impôt pour l installation et le remplacement d équipements spécialement conçus pour les personnes âgées ou handicapées est prolongé jusqu au 31/12/2010 aux mêmes taux et plafond. - Les crédits d impôt en faveur du développement durable sont aménagés : A compter du 1/01/2010, les échangeurs souterrains des pompes à chaleur géothermiques et des pompes à chaleur thermodynamiques sont intégrés. Le taux applicable baisse de 25% à 15% pour les parois vitrées et chaudières à condensation. Pour les chaudières et équipements de chauffage fonctionnant au bois ou autres biomasses, le bénéfice du taux de 40% est subordonné au remplacement d un équipement plus ancien. - Les dépenses de préservation du patrimoine naturel qui bénéficiait d une déduction sans limitation des déficits fonciers donnent maintenant lieu à une réduction d impôt de 25% calculée sur une base de $ annuels maximum. Immobilier locatif - Aménagements et plafonnements des réductions d impôts pour l investissement en outre-mer dans le logement social. L opération d investissement peut maintenant prendre la forme d un crédit-bail et permet aux sociétés de portage d ouvrir leur capital au SA d HLM. Le montant maximal imputable correspondant à la partie rétrocédée passe à 13/7 de $ portant le plafond total à $ (74286 $ $ pour la part non rétrocédée).... loi de finances pour 2010 loi de finances rectificative pour 2009 loi de financement de la Sécurité Sociale pour

4 Principales mesures à incidence patrimoniale de la loi de finances pour 2010, la loi de finances rectificative pour 2009 et la loi de financement de la Sécurité Sociale pour Foncier Pierre Papier - La réduction Malraux est étendue aux souscriptions de certaines SCPI (sociétés ayant pour objet exclusif l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier locatif) : Il faut que 65% du montant des souscriptions servent à financer des dépenses ouvrant droit à la réduction d impôt, que les titres de la SCPI ne soient pas démembrés et que le produit de la souscription annuelle soit intégralement réinvesti dans les 18 mois de la clôture. Lois de défiscalisation immobilière - SCELLIER : Les taux de réduction d impôt Scellier sont de 25% en 2011 et 20% en 2012 pour les logements répondant aux normes BBC (bénéficiant du label haute performance énergétique) et de 15% en 2011 et 10% en 2012 pour les autres. Les associés de sociétés non soumises à l IS doivent s engager à conserver leurs parts jusqu au terme de l engagement de location. - Résidence de tourisme et engagement de location : En cas de défaillance de l engagement de location dans les résidences de tourisme due à la défaillance de l exploitant, la reprise de la réduction d impôt afférente aux travaux réalisés peut être étalée sur trois ans si un nouvel exploitant n est pas trouvé au bout d un an voire même évitée si le propriétaire trouve une entreprise se substituant à l exploitant. - Régime des monuments historiques : Les personnes faisant l acquisition des parts sociales d une société constituée à l initiative de collectivités publiques (personnes morales de droit public ou société d économie mixte agréées) pourront bénéficier du régime des monuments historiques au titre des charges supportées par la société au cours des années antérieures. Crédit Immobilier >> SOCIETES >> INVESTISSEMENTS FINANCIERS - PFL sur dividendes : L option pour le prélèvement libératoire sur les dividendes perçus en 2009 pourra être exercée jusqu au 15/06/10. Livrets et placements garantis Bourse - Admission au PEA des sociétés foncières européennes : Les titres émis par les sociétés foncières européennes ayant un statut fiscal équivalent au SIIC deviennent éligibles au PEA. Sicav et FCP - Souscription de parts de FCPI, FIP et FIP «Corse» : Rajout de conditions de limitations de la période de souscription (8 mois) et du délai d investissement (8 mois pour 60% des fonds et 1 an pour 100%). Le non-respect entraîne, pour ces structures des amendes conséquentes (jusqu à 20% des sommes non investies par exemple). Investissements défiscalisants - Souscription au capital des PME : La réduction d impôt de 25% pour souscription au capital des PME est prorogée jusqu à fin décembre Or, art, valeurs refuges >> ASSURANCE VIE Fiscalité - Application des cotisations sociales : Les cotisations sociales sont applicables aux intérêts des contrats lors de la fin de celui-ci pour cause de décès sauf si les intérêts ont déjà supporté lesdites cotisations. Règles juridiques Clause bénéficiaire Fonds euros / Taux garantis Gestion multisupports >> EPARGNE SALARIALE >> RETRAITE ET PREVOYANCE - Suppression à compter du 01/01/10 de l exonération partielle d impôt sur le revenu (Article 81, 22 du CGI) concernant les indemnités perçues par les salariés en cas de départ volontaire à la retraite. Salariés du secteur privé - Retraites chapeaux ; Les taux de la cotisation spécifique sont doublés (passe de 12% ou 24% si la gestion est en interne) et création d une contribution additionnelle de loi de finances pour 2010 loi de finances rectificative pour 2009 loi de financement de la Sécurité Sociale pour 2010

5 >> DOSSIER 30% pour les rentes excédant huit fois le plafond annuel. A compter du 1/01/10, les nouveaux régimes devront être gérés par des organismes assureurs externes (institution de prévoyance, mutuelle ou société d assurance). - Répartition de la durée d assurance pour enfant : A présent, la mère de famille bénéficie de 4 trimestres au titre de la naissance et 4 trimestres au titre de chaque enfant mineur au titre de son éducation. Par défaut, les trimestres sont accordés à la mère sauf demande spécifique contraire. Ces dispositions sont applicables à compter des pensions prenant effet au 1/04/10. - Abrogation de l interdiction de cumul de l emploi et de la retraite pour les non salariés agricoles. Salariés du secteur public Professions indépendantes Réversion Retraites complémentaires par capitalisation Régimes de prévoyance complémentaire (Décès, invalidité) - Non cumul entre pension d invalidité et pension de réversion : Le cumul entre la pension d invalidité de veuve ou veuf et une pension de réversion est désormais interdit. Dépendance Evaluation d entreprise Transmission - Cession de participation de plus de 25% au sein du groupe familial - Extension de la notion de groupe familiale : Pour l exonération des cessions supérieures à 25% d une société soumise à l IS, le groupe familial comprend désormais les frères et soeurs. Immobilier d entreprise Trésorerie Holdings et montages Prévoyance (homme clé, Associés, ) Gérer, créer ou investir à l international >> METIERS DU PATRIMOINE - Les Indépendants ayant opté pour le régime microsocial pourront déclarer pendant 3 ans un chiffre d affaires nul sans perdre le bénéfice de leur option. - L entrée en vigueur de la réforme fiscale des mutuelles et organismes d assurance est repoussée à Cette loi prévoit l exonération des contrats responsables et solidaires, une fiscalisation progressive des mutuelles et la constitution en franchise d impôt d une provision d égalisation relative aux contrats de groupe. >> PATRIMOINE PROFESSIONNEL Droit des sociétés Fiscalité - Intégration dans le régime de groupe des filiales françaises détenues par l intermédiaire de sociétés étrangères. Une restitution peut être demandée pour la période s écoulant entre le 01/01/2005 et le 31/12/ Imposition en France des plus-values et revenus immobiliers de source française perçus par des personnes morales et organismes étrangers. - L obligation de télédéclaration et de télérèglement de la TVA, de l IS et de la taxe sur les salaires s appliquera à compter de $ de chiffre d affaires à compter du 1/10/10 puis de $ à compter du 1/10/2011. Jean-Pierre Corbel Jean-Pierre Corbel est Président de CORBEL CONSEIL, cabinet indépendant de gestion de patrimoine partenaire de LACOURTE NOTAIRES. Il a été chargé d enseignement à l Institut Notarial du Patrimoine, au DES de gestion de patrimoine de l Université d Auvergne puis à puis à Paris IX Dauphine. Directeur à l Union Notariale Financière, chez Pricewaterhousecoopers, puis chez PMA (filiale de BNP PARIBAS Assurances). Il dirige maintenant plusieurs structures reconnues de gestion de patrimoine. Il a été Président de la Chambre des Indépendants du Patrimoine pour Paris Ile de France.... loi de finances pour 2010 loi de finances rectificative pour 2009 loi de financement de la Sécurité Sociale pour

6 Résumé des principales mesures de la loi de finances pour 2010, la loi de finances rectificative pour 2009 et la loi de financement de la Sécurité Sociale pour >> FISCALITE DES ENTREPRISES ET DES PARTICULIERS >> FISCALITE DES ENTREPRISES >> PLUS-VALUES ET REVENUS IMMOBILIERS - Les règles prévues par l article 209, I du CGI en matière de territorialité de l IS sont complétées afin de confirmer l imposition en France des plus-values et revenus immobiliers de source française perçus par des personnes morales et organismes étrangers (LFR 2009 art. 22, I-N). - L engagement de conservation pendant cinq ans d un bien qui a donné lieu à une taxation au taux réduit lors de sa cession à une société foncière n est pas regardé comme rompu en cas de réalisation dans ce délai d une fusion entre SCPI ou entre Sppicav si la société absorbante reprend cet engagement (LFR 2009 art. 42). - L imposition à l impôt sur les sociétés au taux réduit de 19 % des plus-values de cession d immeubles au profit d organismes de logements sociaux est prorogée jusqu au 31 décembre 2011 (LFR 2009 art. 38). >> FISCALITE DES PARTICULIERS >> IMPOSITION DES REVENUS ET DU PATRIMOINE >> INVESTISSEMENTS DEFISCALISES Dispositif Scellier (LF 2010, art.82 et 83) Les contribuables qui acquièrent, entre le 1 er janvier 2009 et le 31 décembre 2012, un logement neuf ou en l état futur d achèvement bénéficient d une réduction d impôt sur le revenu à condition qu ils s engagent à louer nu à usage d habitation principale pendant une durée minimale de 9 ans Non BBC 25 % 15 % 10 % BBC 25 % 25 % 20 % Déduction des intérêts d emprunts pour acquisition de la résidence principale (LF 2010 art.84) Résidence principale neuve acquise ou construite à compter du 1 er janvier Année d achat ou de constrution 1 ère 4 annuités annuité 1 ère 4 annuités suivantes annuité suivantes 1 ère annuité 4 annuités suivantes Non BBC 30 % 15 % 25 % 10 % 15 % 5 % BBC 40 % 20 % 40 % 20 % 45 % 20 % 06

7 La loi de finances pour 2010, la loi de finances rectificative pour 2009, et il faut ajouter, la loi de financement pour la sécurité sociale pour 2010, comportent notamment des mesures en matière de fiscalité des entreprises et de fiscalité des particuliers (imposition des revenus et du patrimoine) qui sont résumées dans les tableaux ci-dessous et qui sont entrées en vigueur sauf disposition contraire le 1 er janvier >> DOSSIER >> PLUS-VALUES MOBILIèRES ET IMMOBILIERES Plus-value mobilières, assujettissements aux prélèvements sociaux (LFSS 2010, art.17) La loi corrige cette situation en précisant désormais : Qu en cas de cession d un bien détenu en indivision, ce seuil s apprécie au regard de chaque quote-part indivise. Qu en cas de cession d un bien dont le droit de propriété est démembré, le seuil de $ s apprécie au regard de chaque quote-part indivise en pleine propriété. Assujettissements des plus-values de cessions de valeurs mobilières et droits sociaux réalisées à compter de 2010, aux prélèvements sociaux (CSG, CRDS, prélèvement social de 2%, et ses contributions additionnelles sur les revenus du patrimoine, soit 12,1 % au total dès le premier euro de cession (CSS art.136-6, I-1 nouveau). Pour le calcul du prélèvement social, les pertes constatées l année au cours de laquelle le seuil annuel de cessions n est pas franchi sont reportables sur les plus-values de même nature des dix années suivantes. Plus-values Cession de participation au sein du groupe familial - participation supérieure à 25 % (LF 2010 art. 29). Précisions : - Bien détenu par des époux : En cas de cession d un bien détenu par des époux, le seuil de $ s apprécie dans les mêmes conditions que pour les biens détenus en indivision, y compris en cas de mariage sous le régime de la communauté légale ou conventionnelle. - Cession isolée ou conjointe de l usufruit ou de la nue propriété : En cas de cession isolée ou conjointe de l usufruit ou de la nue-propriété d un tel bien ou droit, le seuil de $ doit être apprécié en fonction de la valeur totale du bien en pleine propriété. La cession du droit démembré n est donc exonérée que si la valeur totale du bien est inférieure à $. Les cessions de participation excédant 25% au sein du groupe familial sont, sous certaines conditions, exonérées de plusvalues. Ces conditions sont précisées au 3 du I de l article A du CGI. Jusqu alors, seuls étaient pris en compte dans la définition du groupe familial les titres détenus par le cédant, son conjoint, leurs ascendants et leurs descendants. Les frères et les sœurs sont désormais inclus dans la définition du groupe familial. Cession d un bien détenu en indivision ou cession de droits indivis sur le bien (LF 2010 art.30) >> FISCALITE DES PARTICULIERS >> IMPOSITION DES REVENUS ET DU PATRIMOINE >> DONATIONS ET SUCCESSIONS Les abattements, les tranches des barèmes, la limite d exonération des dons familiaux de sommes d argent et le seuil d exonération des transmissions de biens ruraux et part de GFA sont revalorisés de 0,4 % environ en 2010 (LF 2010 art. 18, I). Les plus-values de cession d immeubles, de parties d immeubles ou de droits relatifs à ces biens sont exonérées lorsque le prix de cession est inférieur ou égal à $. Le seuil de $ s apprécie en tenant compte de la valeur en pleine propriété de l immeuble ou de la partie d immeuble. Jusqu à présent, l administration fiscale traitait plus sévèrement l indivisaire nu-propriétaire que l indivisaire plein propriétaire. Dons familiaux de sommes d argent en pleine propriété Modification des conditions d âge du donateur (CGI, art. 790 G) - (LF 2010 art. 35). Les dons de sommes d argent consentis en pleine propriété au profit d un enfant, d un petit-enfant, d un arrière-petit 07

8 Résumé des principales mesures de la loi de finances pour 2010, la loi de finances rectificative pour 2009 et la loi de financement de la Sécurité Sociale pour enfant ou, à défaut d une telle descendance, d un neveu ou d une nièce ou par représentation, d un petit-neveu ou d une petite-nièce sont exonérés de droits de mutation à titre gratuit dans la limite d un montant actualisé chaque année. Cette exonération est subordonnée au respect de conditions, notamment d âge tant pour le donateur que le donataire. Désormais, le donateur doit être âgé de moins de quatrevingts ans, ou de moins de soixante cinq ans lorsqu il consent le don à un enfant ou à un neveu ou une nièce, au jour de la transmission. La condition d âge applicable au donataire n est pas modifiée. Transmission à titre gratuit de droits sociaux faisant l objet d un engagement collectif de conservation (Pacte Dutreil- CGI article 787 B et sociétés interposées (LF 2010 art. 34). La loi légalise la doctrine administrative et précise désormais que le bénéfice du régime de faveur n est pas remis en cause en cas d augmentation des participations détenues par les sociétés interposées (RM TRON n JOAN 14/02/2006 p. 1534). Biens donnés faisant l objet d un droit de retour au donateur art. 36) Le principe de restitution des droits est acquis Il est désormais possible d obtenir, en cas d exercice de l un des droits de retour prévus aux articles précités, dans le délai légal de réclamation, la restitution des droits de mutation à titre gratuit initialement versés, lors de la donation résolue. Cette possibilité de restitution des droits est déjà admise par la Cour de cassation lorsque, en application d une clause de retour conventionnel, les biens donnés font retour dans le patrimoine du donateur (cass.com 4 décembre 2007 n Breton des loys franc). Précisions : - Délai de réclamation : Pour les recours opérés à compter du 1 er janvier 2010, les héritiers du donateur peuvent demander la restitution des droits acquittés lors de la donation initiale. Le délai général imparti pour présenter à l administration une demande de restitution expire le 31 décembre de la deuxième année suivant le décès du donataire (exemple : acte de donation en 2008 avec droit de retour conventionnel stipulé dans l acte, décès du donateur en 2011 : les donataires ont jusqu au 31 décembre 2013 pour demander la restitution des droits de donation versés en 2008). Précision : Ce dispositif ne vise que l augmentation de la participation et ne signifie pas pour autant que les titres nouveaux sont couverts par l engagement ; seuls ceux d origine le demeurent. Aménagement du régime fiscal des pactes tontiniers (LF 2010 art.33) Les biens recueillis en vertu d une clause insérée dans un contrat d acquisition en commun selon laquelle la part du ou des premiers décédés reviendra aux survivants de telle sorte que le dernier vivant sera considéré comme seul propriétaire de la totalité des biens sont, au point de vue fiscal, réputés transmis à titre gratuit à chacun des bénéficiaires de l accroissement (CGI, art. 754 A al. 1 er ). Par exception à ce principe, selon le 2 ème alinéa de l article 754 A, les droits de mutation à titre onéreux sont applicables à l habitation principale commune à deux acquéreurs lorsque celle-ci a une valeur globale inférieure à $. Ce deuxième alinéa est modifié. Dans ce cas, il est désormais possible pour le bénéficiaire d opter pour l application des droits de mutation par décès. Cette option permettra donc au conjoint ou au partenaire survivant, exonéré de droits de mutation par décès, de n avoir aucun droit à payer. 08

9 >> DOSSIER >> IMPôT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE (ISF) Compte tenu d une revalorisation de la première tranche du barème de l impôt sur le revenu inférieure à 0,4 %, le seuil d imposition de l ISF reste fixé à $ en Pour l application de la réduction d ISF-PME, le délai dont dispose un associé minoritaire contraint de céder ses titres pour réinvestir la somme correspondante est porté de six à douze mois (art. 26). Les délais d investissement impartis aux FCPR, FCPI et FIP pour placer les fonds collectés ouvrant droit à la réduction d ISF sont réduits (art. 20). Le dispositif «anti-abus» mis en place l année dernière pour l application de la réduction d ISF en cas d investissements par l intermédiaire de sociétés holdings s applique aux versements afférents à des souscriptions effectuées depuis le 15 juin 2009 (art. 27). >> ASSURANCE-VIE Pour les contrats en euros, des intérêts correspondant à l année en cours au jour du décès (chacune des années antérieures a déjà été taxée lors de l inscription en compte des intérêts). Pour les contrats en unités de compte (y compris le support «en euros»), de la totalité des intérêts générés par les primes versées. Précisions : Tous les contrats d assurance-vie à vocation d épargne sont concernés : mixtes ou CDCA (Capital Différé avec Contre Assurance). Les contrats de pure prévoyance et les contrats de capitalisation demeurent exonérés. ALAIN DRAI, Responsable du service documentation & communication Les intérêts sur tous les capitaux décès sont désormais soumis aux prélèvements sociaux (LFSS 2010, art.18) Auparavant les contrats en euros subissaient les prélèvements sociaux (au taux global de 12,10%) annuellement lors de l inscription en compte des intérêts ; les contrats en unités de comptes en étaient exonérés. Désormais, le décès de l assuré devient un fait générateur de l imposition : 09

10 >> PATRIMOINE // GESTION ET TRESORERIE N 20 MARS 2010 L USUFRUIT TEMPORAIRE OU COMMENT AMÉLIORER LA GESTION DE SON PATRIMOINE PERSONNEL ET LA TRÉSORERIE DE SA SOCIÉTÉ! Vous êtes directement ou par l intermédiaire d une SCI propriétaire d un bien immobilier que vous louez à votre société ou à un tiers, cet article vous intéresse. L usufruit temporaire est un outil idéal pour optimiser ses revenus fonciers, réduire les charges de votre société ou encore donner temporairement la jouissance d un bien à ses enfants pour l aider financièrement pendant un temps donné. Cet outil consiste à céder, pendant une durée déterminée, le droit de jouissance d un bien et donc de percevoir les revenus provenant de l exploitation de ce bien. Prenons l exemple de la cession temporaire d usufruit d un bien immobilier détenu par une SCI, soumise à l impôt sur le revenu et détenue majoritairement par Monsieur X, au profit de la société A, elle-même titulaire d un bail. La société A paie le prix de cet usufruit temporaire à la SCI. Cette SCI, devenue nue-propriétaire, ne perçoit plus de loyer pendant toute la durée de la convention de démembrement, et donc la société A, devenue usufruitière, ne paie plus de loyer. Pour la SCI et donc pour Monsieur X, les avantages de cette opération sont les suivants : - il reçoit sa quote-part du prix de cession, qui est soumis à l impôt sur la plus value (éventuellement exonéré en raison de la durée de détention) - il diversifie son patrimoine personnel, - il diminue ses revenus fonciers et donc l impôt sur le revenu afférent. Pour la Société A, sur cette période de démembrement, les avantages sont les suivants : - elle paie un prix inférieur au montant des loyers qui seraient versés sur la période ; - elle amortit le prix de cession, - elle améliore son résultat net et sa trésorerie en substituant une charge sans décaissement à une charge avec décaissement. Cette opération prend fin à son terme sans générer de plus value pour la société comme pour la SCI. >> Une démonstration chiffrée : Par hypothèse, la SCI a acquis les locaux, objet du démembrement, il y a 16 ans pour une valeur de 600 k$. Ces locaux sont, aujourd hui, évalués par les experts à k$. > Le loyer annuel versé par la société A est de 120 k$ HT. La société A envisage d acquérir l usufruit de ces locaux pendant 15 ans, cet usufruit est évalué à 934 k$ 1. Les frais de cession s élèvent à 44 k$ 2. > Pour financer l acquisition de cet usufruit temporaire, la société A contracte un emprunt de 934 k$ et le taux d emprunt est de 4,60%. Quelles sont les conséquences économiques de cette opération pour les parties? La société A emprunte la somme de 934 k$, elle amortit l usufruit sur 15 ans et déduit les intérêts d emprunt et peut investir la trésorerie dégagée grâce aux économies de loyers. De plus, elle s assure un droit réel sur son immeuble d exploitation pendant toute la durée du démembrement. Le gain net de trésorerie est de 765 k$ 3 sur 15 ans et peut se décomposer de la manière suivante : - Économie brute de loyers réactualisés k$ - Prix de cession US k$ - Frais k$ - Intérêts d emprunt k$ - Rémunération de la trésorerie générée (3%) k$ - Résultat courant avant IS k$ - IS à 33,33% k$ - Gain net de trésorerie k$ Évaluation établie en tenant compte du taux de rendement du bien et de la durée d usufruit. 2 Frais de notaire (déterminés notamment par application des art 1712, 669 II et 1594 du C.G.I.), d avocat, d intermédiaire, et droits d enregistrement. 3 Les chiffres ont été arrondis par simplification de l exemple. 4 Sur la base d une augmentation des loyers de 2% par an.

11 >> PATRIMOINE // GESTION ET TRESORERIE N 20 MARS 2010 >> PATRIMOINE Les associés de la SCI encaissent immédiatement le prix de 934 k$, cette somme placée sur 15 ans peut rapporter 521 k$, soit un gain net d environ 142 k$ par rapport au simple cumul de revenus fonciers. En effet, les associés n auront pas à payer de plus-value sur la cession de l usufruit, étant donné que la SCI bénéficie d une exonération de 100 %, eu égard à la durée de détention des locaux. La trésorerie immédiate dégagée pour les associés est donc de 934 k$. Cette somme peut être replacée sur un autre support comme de l assurance vie, qui avec un taux de capitalisation de 3 % peut rapporter 521 k$ sur 15 ans, ramenés à 458 k$ après prélèvements sociaux 5. - d une donation temporaire d un bien immobilier par les parents au profit d un des enfants. Cet outil de gestion patrimonial doit cependant être utilisé avec prudence et réflexion, les conventions réglementant les droits et obligations de l usufruitier et du nu-propriétaire sont indispensables. Ces opérations s inscrivent sur le long terme et viennent parfois modifier de manière importante les relations économiques entre les parties. Chaque situation doit être étudiée avec attention. En conséquence, cette opération permet aux associés de la SCI, de générer une trésorerie égale à k$ (prix de cession, diminué des frais liés à l opération et augmenté des revenus de placement), soit un écart de 142 k$ par rapport au simple cumul de revenus fonciers 6 imposés à 40%. VIRGINIE VERCAMER-FONTANES Cette cession temporaire d usufruit permet à ces associés de : - dégager de la trésorerie, - le cas échéant, se désendetter personnellement, - diversifier leur patrimoine personnel, - diminuer les revenus fonciers, - le cas échéant, sortir un bien de l actif de leur patrimoine soumis à l ISF, tout en préservant leur patrimoine immobilier. Au terme de l usufruit, le démembrement prend fin et la pleine propriété du bien se consolide sur la tête du nu-propriétaire sans frais 7 et sans aucune plus value pour la société nue-propriétaire. Ce type de structuration patrimoniale peut se décliner également dans le cadre : - d une co-acquisition démembrée d un terrain en vue d y édifier des constructions ; Virginie VERCAMER-FONTANES est avocat au Barreau de Paris depuis dix ans. Elle a ouvert son cabinet avenue Victor Hugo à Paris, après avoir exercé dans des structures spécialisées dans le conseil aux entreprises, en droit des sociétés et droit commercial. Elle assiste les entreprises en phase de création, de développement, de restructuration et de transmission. Elle accompagne et conseille les entrepreneurs dans la négociation et la rédaction des actes structurant l activité de leur entreprise Sur la base d un taux de 12,1%. 6 Sur la base d une augmentation des loyers de 2% par an. 7 Sauf, le cas échéant, pour l acte rédigé pour constater le remembrement soumis au droit fixe de 125 $. 11

12 >> BLOC NOTES / NOS INTERVENTIONS N 20 MARS 2010 BLOC NOTES >> BLOC NOTES >> NOS INTERVENTIONS David Metayer, notaire assistant au département Immobilier complexe, a animé la formation «comprendre l acte notarié dans le processus de vente» le 5 novembre dernier pour l AFAC. Il devrait aussi animer le 15 avril prochain une formation sur la VEFA/VIR. Renseignements et inscriptions sur Marine Delahais notre consultante en droit public, est intervenue en fin d année dernière lors des «Journées de la propriété des personnes publiques» pour EFE. Elle a aussi dispensé des formations à l AFAC sur les thèmes «permis de construire et déclaration préalable». >> NOS CONTRIBUTIONS éditoriales Marine Delahais et David Metayer «la division du sol en vue de bâtir : similitudes et divergences du lotissement et du permis valant division». Bulletin de Jurisprudence de Droit de l Urbanisme (BJDU) n 2/2009- EFE Editions Marine Delahais et David Metayer «le vendeur d immeuble, le diagnostic amiante et le champ contractuel». Revue Lamy de Droit Civil - n 67- janvier INFORMATIONS LéGALES Etude Lacourte 54, Avenue Victor Hugo Paris Standard : (1) Télécopie : (1) général : Site Web : Pour approfondir les questions abordées, demandez une documentation à la bibliothèque : Directeur de la publication : Bertrand Lacourte Création et réalisation : Narcoz Parution trimestrielle - Dépôt légal : n ISSN

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 1 REUNION DU 19 NOVEMBRE 2012 SOMMAIRE Loi de Finances rectificative 2012 Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 - Mesures concernant le patrimoine - Mesures concernant l assurance vie - Zoom sur quelques dispositions du Projet de Loi de Finances

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

Loi de finances pour 2011. Loi de finances rectificative pour 2010. Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011

Loi de finances pour 2011. Loi de finances rectificative pour 2010. Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011 Lois budgétaires pour 2011 Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 Loi de financement de la sécurité sociale pour 2011 1 Qui sommes nous? Service d ingénierie patrimoniale au

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2014 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2014 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.7 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.7 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU

CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU CHIFFRES CLÉS IMPÔT SUR LE REVENU Revalorisation des limites de l ensemble des tranches du barème de l impôt applicable aux revenus perçus en 2013 Barème (pour une part fiscale) Revenus de 2013 Impôt à

Plus en détail

FLASH SPECIAL. Décembre 2012

FLASH SPECIAL. Décembre 2012 FLASH SPECIAL Décembre 2012 LOIS DE FINANCES DE FIN D ANNEE 2012 La fin d année 2012 aura été riche en actualité fiscale: Une loi de finances pour 2013 dont les vifs débats avaient commencé dès l été 2012

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

22 - Crédits aux particuliers...34 23 - Assurance emprunteur...35 24 - Crédit à la consommation...36 25 - Surendettement...38

22 - Crédits aux particuliers...34 23 - Assurance emprunteur...35 24 - Crédit à la consommation...36 25 - Surendettement...38 Le couple SOMMAIRE 1 - Mariage, Pacs, concubinage : que choisir?... 6 2 - Choix du régime matrimonial... 7 3 - Divorce... 8 4 - Prestation compensatoire... 9 5 - Gestion des biens du mineur...10 6 - Gestion

Plus en détail

Nouvelles dispositions en matière

Nouvelles dispositions en matière Nouvelles dispositions en matière de fiscalité du patrimoine Mise à jour Août 2011 Gérard DORIER, Inspecteur principal des impôts Gwenael SAINTILAN, Avocat 1 SOMMAIRE 2 I. Impôt sur le revenu 1. Souscription

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

Diversifier son patrimoine tout en réduisant ses impôts

Diversifier son patrimoine tout en réduisant ses impôts Diversifier son patrimoine tout en réduisant ses impôts 1 Diversifier son patrimoine. Problématiques liées au développement du patrimoine Minorer les risques Optimiser la fiscalité Développer son patrimoine

Plus en détail

Les Patrimoniales 2013

Les Patrimoniales 2013 Les Patrimoniales 2013 La nouvelle fiscalité dans votre stratégie patrimoniale Nathalie ROUVIERE Crédit Agricole Banque Privée Bruno DUCASTEL Amundi Gestions Spécialisées page 1 La gestion de patrimoine

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal Du constat au conseil Intervenants Félix CICERON, Directeur de l ingénierie patrimoniale, Expert& Finance José SOTO, Directeur des partenariats

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011)

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) En l absence d un accord sur le projet de réforme du patrimoine, le Gouvernement a convoqué une commission mixte paritaire afin d établir

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008?

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Lundi 8 octobre 2007 Nancy Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Frédéric Gros Directeur Nancy Élise Moras Ingénieur patrimonial

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 PLAFONNEMENT GLOBAL (CGI. art. 2000 A) Montant du plafonnement global des niches fiscales CGI. art. 2000 A Le montant du

Plus en détail

Sommaire. La famille. L immobilier. Le couple. La gestion des biens du couple. La séparation. La gestion des biens des mineurs et des incapables

Sommaire. La famille. L immobilier. Le couple. La gestion des biens du couple. La séparation. La gestion des biens des mineurs et des incapables Sommaire La famille Le couple 1. Union 12 2. Mariage, Pacs, concubinage : que choisir? 13 La gestion des biens du couple 3. Biens meubles et immeubles 15 4. Régime primaire 17 5. Choix du régime matrimonial

Plus en détail

La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie. Incidences de la réforme de la fiscalité successorale

La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie. Incidences de la réforme de la fiscalité successorale La loi du 21 août 2007 et ses opportunités pour l Assurance Vie Incidences de la réforme de la fiscalité successorale Sommaire Grandes lignes de la réforme : - Exonération des successions entre époux ou

Plus en détail

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012 Le projet de Loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi 28 septembre 2012 constitue la première pierre de l architecture de la politique fiscale du Gouvernement. Il vient bouleverser

Plus en détail

Donations, successions. Droits de mutation à titre gratuit

Donations, successions. Droits de mutation à titre gratuit Donations, successions Droits de mutation à titre gratuit Août 2012 Henry Royal 1 Tél : 01 47 68 96 92 contact@royalformation.com www.royalformation.com Territorialité I. - Exonérations des droits de mutation

Plus en détail

Actualités fiscales. I. Mesures concernant l impôt sur le revenu (IR)

Actualités fiscales. I. Mesures concernant l impôt sur le revenu (IR) Actualités fiscales Nous vous proposons dans le cadre de cette note d information une synthèse des principales mesures fiscales résultant de la loi de finances pour 2014 (LF2014), de la loi de finances

Plus en détail

Conférence Association des savoirs à Dunkerque

Conférence Association des savoirs à Dunkerque Conférence Association des savoirs à Dunkerque 1 Allianz parmi les leaders mondiaux Chiffres clés 2012 Allianz 1er assureur européen par sa capitalisation boursière Allianz SE : 58,6 M. AXA : 44,3 M Zürich

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Octobre 2012 2012 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire Projet de loi de finances 2013 I - Mesures concernant directement l assurance-vie II - Autres mesures relatives à la fiscalité du patrimoine

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail

Présentation de la loi de finances 2013

Présentation de la loi de finances 2013 Expertise Comptable Audit Social Juridique Notre vocation est de mesurer la valeur Notre ambition, vous aider à la créer Conseils Présentation de la loi de finances 2013 Actualités sociales et fiscales

Plus en détail

POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété

POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété Tout actif peut faire l objet d une donation. L intérêt d associer le mécanisme de la donation et celui

Plus en détail

Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012

Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012 Réforme fiscale : Le grand soir fiscal? ANGERS le 3 juillet 2012 REFORME FISCALE CALENDRIER Réforme présentée en Conseil des Ministres le 4 juillet 2012 (audit de la Cour des comptes réalisé) Date à laquelle

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2011 La loi de finances rectificative pour 2011 a été définitivement adoptée le 6 juillet dernier et devrait, sauf recours constitutionnel, être prochainement publiée

Plus en détail

Fiscalité, placements. réductions d impôt

Fiscalité, placements. réductions d impôt Fiscabanque Fiscalité, placements & réductions d impôt À jour des dispositions de la loi de finances 2012 2015 Actualisé sur Internet Gervais Morel avec la participation de David Ecochard I Sommaire Introduction

Plus en détail

Fiscalité, placements. réductions d impôt

Fiscalité, placements. réductions d impôt Fiscabanque Fiscalité, placements & réductions d impôt À jour des dispositions de la loi de finances 2011 2014 Actualisé sur Internet Gervais Morel avec la participation de David Ecochard Sommaire I Sommaire

Plus en détail

PARTICULIERS FISCALITÉ

PARTICULIERS FISCALITÉ PARTICULIERS FISCALITÉ 2015 SOMMAIRE CE QUI CHANGE EN 2015 p.4 1 - IMPÔT SUR LE REVENU p.6 2 - IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE p.8 3 - REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS p.9 4 - PLUS-VALUES DE CESSION DE

Plus en détail

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter

Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de Finances Rectificative 2012 : Impacts et stratégies fiscales à adopter Loi de finances rectificative pour 2012 n 201-958 du 16 août 2012 Intervention au Medef Lyon-Rhône 6 septembre 2012 Nathalie

Plus en détail

GESTION DU PATRIMOINE

GESTION DU PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE Christian PRISCO-CHREIKI GESTION DU PATRIMOINE, 2007 ISBN : 978-2-212-53808-3 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 PREMIÈRE PARTIE LES GRANDS PRINCIPES DE LA GESTION DE PATRIMOINE CHAPITRE

Plus en détail

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014

FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 1 FISCALITÉ 2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2013 LOI DE FINANCES 2014 2 Fiscalité 2014 SOMMAIRE I. Imposition des revenus II. Optimisation de l impôt sur le revenu III. Imposition des plus-values IV.

Plus en détail

Votre Conseiller Privé CONTACT - FINANCE. Cabinet de Conseil en Gestion de patrimoine

Votre Conseiller Privé CONTACT - FINANCE. Cabinet de Conseil en Gestion de patrimoine Votre Conseiller Privé CONTACT - FINANCE Cabinet de Conseil en Gestion de patrimoine Crée en 1990 Votre déclaration d impôt! Dates Limites : Déclaration Papier 27 Mai Déclaration Internet 7 Juin Barême

Plus en détail

Guide 2015 de la fiscalité patrimoniale

Guide 2015 de la fiscalité patrimoniale Guide 2015 de la fiscalité patrimoniale LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Plus en détail

Sommaire Introduction 1re partie La dimension stratégie et objectifs patrimoniaux

Sommaire Introduction 1re partie La dimension stratégie et objectifs patrimoniaux Sommaire Introduction...15 Qu est-ce que le patrimoine?...15 À combien s élève le patrimoine des Français?...15 De quoi est-il composé?...16 Qu est-ce que la gestion de patrimoine?...17 Quelles sont les

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 Actualisation du flash sur les dispositions présentées à la presse le 12/04/2011 Le PLFR 2011 sera examiné par

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

Présentation Loi de Finances 2011 & 2012

Présentation Loi de Finances 2011 & 2012 Présentation Loi de Finances 2011 & 2012 Association Athélia Entreprendre Hôtel IBIS Mardi 1 er Février 2011 Intervenante : Florence Estienne Sumatra Patrimoine I. Mesures impactant le patrimoine Sommaire

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France

Votre résidence fiscale est en France Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour 30 août 2011) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

Étude Patrimoniale Document de collecte d informations. Votre conjoint. Vous. Vos proches. Date de l entretien... DOSSIER

Étude Patrimoniale Document de collecte d informations. Votre conjoint. Vous. Vos proches. Date de l entretien... DOSSIER Date de l entretien.... DOSSIER Vous Votre conjoint Prénom.... Prénom.... Nom.... Nom.... Date de naissance... Date de naissance.... Situation familiale marié(e) célibataire divorcé(e) veuf(ve) union libre

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Fiscalité de l immobilier Plusieurs niveaux de fiscalité (investissement

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

Turbulences fiscales : quelles décisions pour éviter les trous d air?

Turbulences fiscales : quelles décisions pour éviter les trous d air? Turbulences fiscales : quelles décisions pour éviter les trous d air? Programme de la soirée Loi de finances rectificative 2013 Loi de finances 2014 et cocktail! Loi de finances 2014 et loi de finances

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES

LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES FR 52-09 LOI DE FINANCES POUR 2011 Loi du 15 décembre 2010 QUELQUES ASPECTS FISCAUX FISCALITÉ DES ENTREPRISES GROUPE DE SOCIÉTÉS : RÉGIME DES SOCIÉTÉS MÈRES ET FILIALES Suppression de la possibilité de

Plus en détail

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015.

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015. L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015 intervenante: Karine SALVAT CONSEILLER en INVESTISSEMENT FINANCIER 1 Objectif

Plus en détail

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012

Panorama de l actualité fiscale. Séminaire APL 30 Octobre 2012 Panorama de l actualité fiscale Séminaire APL 30 Octobre 2012 Plan I. Introduction Chronologie des évènements II. Projet de loi de finance 2013 Impôt sur le Revenu Fiscalité des revenus du capital Fiscalité

Plus en détail

Loi sur la fiscalité du patrimoine (Loi de finances rectificative pour 2011)

Loi sur la fiscalité du patrimoine (Loi de finances rectificative pour 2011) CENTRE ALTHEMIS DE DOCUMENTATION OPERATIONNEL Loi sur la fiscalité du patrimoine (Loi de finances rectificative pour 2011) Principales mesures ENTRÉE EN VIGUEUR 3 mars 2011 Exit tax Un jour franc après

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances Commissaire aux Comptes et Professeur de droit fiscal OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER www.editions-organisation.com/livres/denos

Plus en détail

COMMENT REDUIRE SON IMPOT SUR LE REVENU?

COMMENT REDUIRE SON IMPOT SUR LE REVENU? COMMENT REDUIRE SON IMPOT SUR LE REVENU? 24 novembre 2009 1 PLAN DE L INTERVENTION Introduction 1 ère partie : La Loi Scellier 2 ème partie : La Loi Girardin Industriel 3 ème partie : La souscription au

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013

LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013 LETTRE D INFORMATION DU DEPARTEMENT FISCAL FEVRIER 2013 LES PRINCIPALES MESURES PATRIMONIALES DE LA LOI DE FINANCES POUR 2013 ET DE LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 La présente lettre a pour

Plus en détail

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr Personnes et familles transmettre www.notaires.paris-idf.fr Transmettre «Donner c est donner». La donation est un acte important car le donateur transmet immédiatement et définitivement la propriété des

Plus en détail

N 5 JANVIER 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS) La LF prévoit :

N 5 JANVIER 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS) La LF prévoit : La loi de finances pour 2013 (LF) a été publiée au Journal Officiel du 30 décembre 2012 après avoir été examinée par le Conseil Constitutionnel. Ce dernier a partiellement censuré la LF telle qu elle avait

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION FISCALE N 149

LETTRE D INFORMATION FISCALE N 149 LETTRE D INFORMATION FISCALE N 149 28 janvier 2013 ACTUALITES FISCALES LES INSTRUCTIONS ADMINISTRATIVES ET LES RESCRITS Suppression de la taxation à la TVA des cessions d immeubles acquis en VEFA : le

Plus en détail

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 La pluralité des lois de finances rectificatives en 2011 nécessite de s attarder sur certains points «sensibles»

Plus en détail

La Société civile immobilière. Pièges et opportunités

La Société civile immobilière. Pièges et opportunités La Société civile immobilière Pièges et opportunités Plan de l intervention La SCI : un outil de gestion patrimoniale Rappel des principes Fiscalité de l acquisition Gestion fiscale des revenus Plus-values

Plus en détail

L impôt sur le revenu Réduction globale de 10% des réductions et crédits d impôts Modification de la taxation des plus values mobilières Autres

L impôt sur le revenu Réduction globale de 10% des réductions et crédits d impôts Modification de la taxation des plus values mobilières Autres L impôt sur le revenu Réduction globale de 10% des réductions et crédits d impôts Modification de la taxation des plus values mobilières Autres mesures L IMPÔT SUR LE REVENU Nouveau barème applicable :

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Février 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Investissement dans les PME & réduction ISF / IR : l administration durçit sa doctrine II Contrat d assurance vie, acceptation du bénéfice

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013)

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Octobre 2012 Sommaire 1. CONTRIBUTION EXCEPTIONNELLE SUR LA FORTUNE...2 2. DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION...2 2.1 Réduction de l abattement

Plus en détail

FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE

FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE FCPI IDINVEST PATRIMOINE N 3 RÉDUCTION ISF 2013 NOTE FISCALE La présente note fiscale (la Note Fiscale ) doit être considérée comme un résumé des aspects fiscaux du Fonds Commun de Placement dans l Innovation

Plus en détail

DECRYPTAGE DE L ACTUALITE FISCALE RECENTE

DECRYPTAGE DE L ACTUALITE FISCALE RECENTE Missions comptables Audit légal Audit Contractuel Missions juridiques et fiscales Missions sociales Expertise et conseil de gestion Conseil en organisation Certification ISO Informatique Formation DECRYPTAGE

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

L évolution de l article 210 E du Code Général des Impôts. Jean-Christophe Bouchard, MRICS NMW avocats

L évolution de l article 210 E du Code Général des Impôts. Jean-Christophe Bouchard, MRICS NMW avocats L évolution de l article 210 E du Code Général des Impôts Jean-Christophe Bouchard, MRICS NMW avocats Disclaimer Ce document a été préparé par NMW avocats dans un but purement informatif et ne contient

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «Panorama de la gestion de patrimoine» 4 ème partie : L investissement immobilier Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Plusieurs niveaux

Plus en détail

Les SCPI Fiscales URBAN PREMIUM DEFICIT FONCIER: URBAN PIERRE MALRAUX: URBAN VALEUR SCELLIER RENOVE INTERMEDIAIRE: URBAN PATRIMOINE 2

Les SCPI Fiscales URBAN PREMIUM DEFICIT FONCIER: URBAN PIERRE MALRAUX: URBAN VALEUR SCELLIER RENOVE INTERMEDIAIRE: URBAN PATRIMOINE 2 ( Les SCPI Fiscales ) URBAN PREMIUM DEFICIT FONCIER: URBAN PIERRE MALRAUX: URBAN VALEUR SCELLIER RENOVE INTERMEDIAIRE: URBAN PATRIMOINE 2 INTRODUCTION Par leurs multiples avantages, les SCPI, tant fiscales

Plus en détail

Investissement immobilier

Investissement immobilier Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC* *Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) EXAMEN

Plus en détail

Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation

Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation Animé par : Benoît Baron, Rédacteur en chef - L AGEFI ACTIFS Intervenants : Grégoire SALIGNON Directeur de l ingénierie

Plus en détail

Plus-values immobilières des particuliers

Plus-values immobilières des particuliers > Fiscalité patrimoniale Fiscalité personnelle Plus-values immobilières des particuliers Abattement pour durée de détention Abattement identique pour tous les biens >> Abattement pour durée de détention

Plus en détail

Conférence du 5 décembre 2011 Cabinet CJFS Evreux. Stratégies patrimoniales au regard des réformes fiscales récentes

Conférence du 5 décembre 2011 Cabinet CJFS Evreux. Stratégies patrimoniales au regard des réformes fiscales récentes Conférence du 5 décembre 2011 Cabinet CJFS Evreux Stratégies patrimoniales au regard des réformes fiscales récentes Plan Partie 1 : Evolutions législatives récentes 1 Projets de loi de finances rectificatives

Plus en détail

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 Les principales dispositions du projet de loi de finances pour adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 13 A-1-08 N 83 du 26 AOÛT 2008 DROIT A RESTITUTION DES IMPOSITIONS EN FONCTION DU REVENU. ABAISSEMENT DU SEUIL DE PLAFONNEMENT A 50

Plus en détail

ISF Point information Octobre 2014. Audit Expertise comptable Conseil

ISF Point information Octobre 2014. Audit Expertise comptable Conseil ISF Point information Octobre 2014 ISF Point information 2 SOMMAIRE Pages RAPPEL DE QUELQUES REGLES 3 à 6 PROBLEMATIQUE LIEE AU PATRIMOINE PROFESSIONNEL 7 à 13 LES CLIGNOTANTS FISCAUX 14 ISF Point information

Plus en détail

FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2

FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2 NOTE SUR LA FISCALITÉ DU FONDS FIP ISATIS DÉVELOPPEMENT N 2 Fonds d Investissement de Proximité agréé par l Autorité des Marchés Financiers (Article L. 214-31 du Code Monétaire et Financier) Société de

Plus en détail

BREVES FISCALES FEVRIER 2010 I. FISCALITE DES ENTREPRISES II. FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

BREVES FISCALES FEVRIER 2010 I. FISCALITE DES ENTREPRISES II. FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BREVES FISCALES FEVRIER 2010 SOMMAIRE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2009, n 2009-1674 DU 30 DECEMBRE 2009, LOI DE FINANCES POUR 2010, n 2009-1673 du 30 décembre 2009 et LOI DE FINANCEMENT DE LA SECURITE

Plus en détail

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012

Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation de la loi de finances pour 2013 et rappels des dispositifs des lois de finances rectificatives pour 2012 Présentation par l Ordre des avocats de Narbonne 1 Partie 1 : La fiscalité des particuliers

Plus en détail

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR Outil d'optimisation fiscale très performant par rapport à la détention directe d'un patrimoine, la société civile permet de choisir

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

SCPI Amundi DEFI Foncier

SCPI Amundi DEFI Foncier SCPI Amundi DEFI Foncier SCPI de Déficit Foncier à capital fixe Souscription ouverte jusqu au 16 décembre 2015 - Pour bénéficier du dispositif fiscal de déficit foncier en 2014, souscription jusqu au 16

Plus en détail

Pratique des techniques bancaires

Pratique des techniques bancaires Aurélien GIRAUD Pratique des techniques bancaires Banque et fiscalité du particulier Édition 2012, 2012 ISBN : 978-2-212-55293-5 Chapitre 3 Le compte titres ordinaire GÉNÉRALITÉS Le compte titres ordinaire

Plus en détail

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE Introduction L impôt de solidarité sur la fortune est un impôt annuel dû par les personnes physiques détenant un patrimoine net supérieur à 790 000 au 1 er janvier

Plus en détail

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE Conférence de presse 13 mars 2012 SOMMAIRE Introduction p. 3 CALCULS DE RENTABILITE IMMOBILIERE Cinq exemples avec des prélèvements sociaux portés à 15,5 %...p.

Plus en détail

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1 RÉGIME DES PERSONNES IMPATRIÉES REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008... 1 REGIME NOUVEAU... 4 A - Personnes concernées... 5 1 Salariés et mandataires sociaux... 5 2 Personnes non salariées... 6

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE La fiscalité simplifiée des valeurs mobilières Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 91 DU 27 OCTOBRE 2009 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 B-27-09 INSTRUCTION DU 16 OCTOBRE 2009 REFORME DU REGIME DE DEDUCTION DES CHARGES DE GROSSES REPARATIONS

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

Latham & Watkins Département Tax. des investisseurs

Latham & Watkins Département Tax. des investisseurs Numéro 360 14 Janvier 2004 Client Alert Latham & Watkins Département Tax La loi de finances pour 2004 ainsi que la loi pour l Initiative Economique votée l été dernier prévoient de nombreuses mesures en

Plus en détail

Le projet de loi de finances pour 2013 (PLF 2013), adopté en première

Le projet de loi de finances pour 2013 (PLF 2013), adopté en première LEGIS hors-série Décembre 2012 L'essentiel de la veille réglementaire et fiscale du métier titres dossier spécial : Projet de Loi de finances 2013 ////// édito Projet de loi de finances 2013 : vers une

Plus en détail