Financement : 6 solutions pour doper votre croissance

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Financement : 6 solutions pour doper votre croissance"

Transcription

1 financement Dossier Fotolia Financement : 6 solutions pour doper votre croissance Le recours à des outils de financements complémentaires ou alternatifs aux crédits bancaires va s avérer de plus en plus nécessaire pour soutenir la croissance des entreprises. Le point sur les enjeux inhérents à cette nouvelle donne. Par Nelly Lambert «On assiste à un changement de modèle, une mutation», constate Gérard Estival, président de Nantes Atlantique Place Financière (NAPF). De fait, le modèle du banquier interlocuteur unique de l entreprise pour répondre à ses besoins de financement a vécu. Conséquence directe de la crise financière de 2008, les contraintes réglementaires qui pèsent désormais sur les banques (Bâle III), vont réduire de manière pérenne le volume de crédits accordés aux entreprises. Nicolas Dumont, directeur Entreprises au Crédit Agricole Atlantique Vendée avertit : «nous sommes en train de mettre notre croissance économique dans une bulle : la réglementation conduira à mettre sous pression la croissance et lors de la reprise, les banques ne parviendront plus à accompagner l'ensemble des besoins Suite en page 20 N 164 juin/août 2014 Plein Ouest 19

2 Dossier Car, le second corolaire de cette nouvelle donne, c est que, plus que jamais, il appartient aux entreprises de s approprier les codes nécessaires pour s adresser à des acteurs méconnus. Pour ne pas perdre de temps en démarchage inutile, déjà. Donc en visant directement les bons interlocuteurs. Pour Stanislas de Gastines, «il faut se poser deux questions préfinancement de financement». Dans une économie où près de 80 % du financement des sociétés, voire 90 % pour les PME, est de source bancaire, c est un véritable bouleversement qui se profile. Pour les entreprises, cette révolution implique de trouver de nouvelles solutions, si ce n est déjà fait. Le mouvement de désintermédiation est désormais amorcé et, de l avis de tous, il ne fera pas marche arrière : une part importante des financements obtenus se fera directement sur les marchés financiers, sans passer par un intermédiaire bancaire. Vers un financement désintermédié Manque ponctuel de trésorerie? Volonté de développer un nouveau produit? Désir de croissance externe? Selon le besoin de l entreprise, la réponse ne sera pas la même (voir l encadré p. 21). Certains acteurs du financement désintermédié existent 23/01/2014 depuis des années. C est le cas des business angels et du capital investissement, par exemple (lire p. 22 et 28). D autres, en revanche, sont peu connus, comme le financement obligataire ou l introduction en bourse (voir p. 30 et p. 31) qui s ouvrent désormais aux PME et ETI ou les redécouvrent. Quant au crowdfunding, aujourd hui très médiatisé mais encore limité (lire p. 26), il devrait, selon les experts, prendre de plus en plus de place dans les années à venir. Les solutions au désengagement des banques ne manquent donc pas. Mais les entreprises y trouveront-elles leur compte? Pas certain. «Tous ces financements resteront plus chers que le financement bancaire, même avec une hausse du coût du crédit», assure Nicolas Dumont. Un point de vue partagé par Stanislas de Gastines, associé EY (ex-ernst & Young). Selon lui «plus on est dans le financement du haut de bilan, plus on est proche d un financement de type actionnarial, plus le risque est élevé et donc plus les partenaires attendent une rémunération importante.» Un manque de lisibilité Faut-il en conclure que les entreprises vont forcément être les grandes perdantes de cette nouvelle donne? Du côté des banques, on reconnaît qu'«il faudra que la rentabilité de leurs projets soit plus élevée pour permettre d amortir une partie du surcoût de la dette», annonce Nicolas Dumont. Avec, à la clé, le risque d un accès au crédit raréfié pour les clients avec lesquels les banques ont peu de relations ou qui ne leur apportent pas assez de liquidités. Ce qui est certain, en revanche, c est qu à partir du moment où l entreprise passe d un interlocuteur unique son banquier à plusieurs, elle va être confrontée à la problématique de la visibilité, mais surtout de la lisibilité, de ces dispositifs, qu ils soient publics (lire p. 25) ou privés. «On parle souvent à leur sujet d un maquis», convient Jean-Marc Huilizen, vice-président de la CCI Nantes St-Nazaire en charge de ces questions. D autant que l on assiste à la montée en puissance d une autre tendance : le co-financement. Les business angels travaillent avec les acteurs du capital investissement, les fonds publics avec les banques c'est dans ce contexte, que les CCI des Pays de la Loire travaillent avec la Région et la place financière sur la publication, à l automne, d un portail d information et d orientation qui concernera l ensemble des dispositifs régionaux. «Cet outil doit également permettre la mise en relation de l entreprise avec les financeurs ou un réseau d accompagnement». Un besoin d accompagnement renforcé 20 Plein Ouest N 164 juin/août 2014

3 alables à toute démarche : qu est-ce que l on veut financer? Et à quel moment de la vie de l entreprise se situe-t-on? En fonction des réponses, le chef d entreprise n aura pas les mêmes partenaires, donc pas à faire face aux mêmes attentes, notamment en termes de rendement ou de délai de mise à disposition des financements.» Autre avantage de cette démarche : identifier les acteurs compétents pour répondre à ses besoins permet aussi de les mettre en concurrence, quand c est possible. Pour tous ceux qui ne voudront ou ne pourront prendre le temps d effectuer ce laborieux travail préalable, il va devenir impératif de se faire conseiller (lire l encadré ci-dessous). D ailleurs, nombre d acteurs du financement désintermédié ont déjà intégré ce besoin d accompagnement des entreprises. Jean-Marc Huilizen constate sur ce volet «une tendance de fond». Avec, à la clé, un avantage cette fois : «on voit bien que le taux de défaillance est plus faible quand les entreprises sont soutenues.» Un plus qui ne sera pas de trop dans la course au financement Les acteurs du financement désintermédié en fonction des besoins de l entreprise en développement Typologie du besoin financier Besoin en trésorerie Financement du développement *pour les entreprises à fort potentiel Entreprise de moins de 3 ans en primo-développement (BpiFrance) Business angels (aides + BpiFrance) Crowdfunding MOMENT DE LA VIE DE L'ENTREPRISE Jeune entreprise innovante (BpiFrance) Business angels (aides + BpiFrance) Crowdfunding Entreprise mature (BpiFrance) (aides + BpiFrance) Capital investissement Capital investissement Capital investissement Bourse* Bourse* Projet innovant Business angels Business angels (aides + BpiFrance) Croissance externe Développement à l'international Transmission de l'entreprise (aides+bpifrance) (aides+bpifrance) Capital investissement Crowdfunding Crowdfunding Bourse* Capital investissement Capital investissement Bourse* Capital investissement Capital investissement Capital investissement Bourse* Financement obligataire Bourse* (aides régionales + BpiFrance + Coface) (aides régionales + BpiFrance + Coface) (aides régionales + BpiFrance + Coface) Capital investissement Capital investissement Capital investissement Financement obligataire Capital investissement Capital investissement Capital investissement Financement obligataire Zoom Un nouveau pôle dédié au financement des entreprises Consciente du besoin des entreprises en matière de financement, et du problème de lisibilité des dispositifs existants, la CCI Nantes St-Nazaire cherche à informer, orienter et à faciliter la mise en relation avec les financeurs publics et privés, via des opérations collectives, du type Start West (évènement annuel destiné à faire se rencontrer porteurs de projets innovants et financeurs), mais aussi individuelles. Un pôle Financement Entreprises a ainsi été mis en place au printemps dans les locaux nantais de la CCI. Il réunit, sur un même plateau, 4 acteurs régionaux : Nantes atlantique place financière (NAPF), la place de marché Enternext, Atlantique business angels booster (Abab) et la CCI 44. N 164 juin/août 2014 Plein Ouest 21

4 Dossier FINANCEMENT Business Angels : des ailes données à l'innovation En apportant moyens financiers, mais aussi conseils et réseaux, les business angels permettent aux entreprises innovantes d'enclencher la vitesse supérieure. Lumière sur l'action de ces «anges» de l'économie. Par Magali Le Clanche Ils connaissent mieux que quiconque les rouages de l'entrepreneuriat. Eux-mêmes chefs d'entreprise, en activité ou ayant longtemps tenu les rênes d'affaires prospères, les business angels sont bien placés pour aider leurs jeunes homologues sur ce terrain. Et ils ne s'en privent pas. Ils investissent ainsi une part de leurs deniers personnels dans le capital d'entreprises innovantes, à fort potentiel de croissance. Avec, en échange, une participation Les business angels apportent aussi leur réseau et leur expérience. Fotolia minoritaire, limitée à 25 % du capital. Pour ces investisseurs, il s agit d intervenir en phase de «décollage», moment où les jeunes pousses sont le plus vulnérables. «Au stade de l'amorçage, nous faisons le lien entre la love money, c est-à-dire les fonds de départ apportés par des proches, amis, etc., et les financements des capitalrisqueurs, qui arriveront plus tard, explique Didier Allain-Dupré, président d Atlantic Business Angels Booster (Abab), réseau associatif régional de 70 membres. Toute la subtilité de notre mission consiste à assurer ce relais financier, tout en accompagnant l entrepreneur pour qu il tienne bon durant cette phase difficile.» Un volet accompagnement auquel tiennent ces investisseurs. «Un business angel aspire à transmettre son savoir au service de quelqu'un qui va également agir.» Selon le dirigeant d'abab, la force des business angels réside aussi dans leur capacité à mobiliser les contacts et les aides de toute une communauté d acteurs économiques. Un filtre très sélectif Une dynamique collective à laquelle l'association Ouest Angels, regroupant 40 adhérents, est tout aussi attachée. Pour Charlotte Levenne, sa coordinatrice, il est crucial de rassembler le maximum d'expertises. «Avec une cotisation faible et pas d'obligation d'investir, Ouest Angels constitue un réseau ouvert à tous ceux que l'entrepreneuriat intéresse, précise-t-elle. Plus nous sommes nombreux, plus nous pouvons apporter de compétences à l'entreprise et trouver des sources de financement parmi notre relationnel.» Une mobilisation forte, qui a sa caisse de résonance au niveau national. France Angels fédère ainsi 86 réseaux de ce type en France soit business angels. En 2012, 40 M ont été investis dans 352 entreprises. Pour les entrepreneurs, les business angels constituent donc un précieux recours. Mais, pour y accéder, il faut savoir montrer patte blanche. Car le filtre est des plus sélectifs, comme l'atteste la «poignée» de candidats retenus. Chaque année, le réseau Abab soutient 3 à 4 dossiers sur les 70 reçus. En 2013, Ouest Angels n'a, de son côté, financé que 4 des 130 projets déposés. Par deal, chaque business angel investit entre 10 et 20 K en moyenne. Les postulants doivent donc identifier au mieux les arguments propres à séduire ces investisseurs potentiels. Le premier tient à la personnalité de l'entrepreneur. Celui-ci doit convaincre qu'il est l'homme de la situation. Aptitude à manager des collaborateurs, dynamisme, persévérance, capacité à anticiper... figurent parmi les nombreuses qualités attendues. «Aussi excellent soit-il, un projet mal mené échouera inéluctablement», commente Charlotte Levenne. Avant d'embarquer à bord de l'entreprise, les investisseurs s'assurent aussi de la qualité de sa feuille de route. Car l'idée seule ne suffit pas. «Nous ne sommes pas des financiers et le regard que nous portons est avant tout celui de chefs d'entreprise, précise le président d'abab. Nous examinons avec attention la qualité du business model et ses composantes, même les plus évidentes. Le porteur de projet doit avoir vérifié, par exemple, que son produit ou service répond à des besoins précis sur le marché.» La capacité à porter le projet, en sachant communiquer autour, frapper aux bonnes portes, etc., est elle aussi évaluée. Un coup de pouce pour avancer plus vite Le processus de sélection suit un parcours très balisé. «Sur les 130 dossiers déposés l'an passé, nous en avions présélectionnés 60 pour une première présentation de 30 minutes devant un comité de sélection. A l'issue de ce comité, 14 entrepreneurs ont pu argumenter leur projet, cette fois en réunion plénière», décrit Charlotte Levenne. Un «tri» qui est devenu, crise oblige, plus exigeant ces dernières années. «Jusqu'en 2012, 75 % de notre investissement pouvaient être déduits de l'isf contre 50 % aujourd'hui. Ce qui ne couvre plus le risque pris à l'amorçage, précise la coordinatrice d'ouest Angels. C'est pourquoi nos choix s'orientent davantage vers des entreprises qui ont déjà un début de 22 Plein Ouest N 164 juin/août 2014

5 Charlotte Levenne, coordinatrice du réseau Ouest Angels. DR chiffre d'affaires, un volant de clientèle, etc.» Car, en dépit de leur nom, les business angels restent des investisseurs, qui attendent un ROI. Pour les entrepreneurs ayant franchi toutes les étapes, ce type de financement s'accompagne également de quelques contraintes. Outre le partage du capital, ils s'engagent à effectuer un reporting rigoureux de leur activité en fournissant aux investisseurs un certain nombre de ratios, chaque mois ou par trimestre, en fonction de l activité. Mais ce sont d abord des gains, que les «pépites» recueillent. En bonne position pour aller chercher des fonds - l'entrée dans le capital des très sélectifs business angels rassure les autres financeurs -, ces sociétés talentueuses avancent plus vite. C est le cas de Productys Solutions, à Saint-Nazaire, qui édite des logiciels de gestion des données industrielles et qui a pu étendre son activité grâce à ces coups de pouce. «Afin de coller aux attentes de nos clients en temps de crise, nous souhaitions développer de nouveaux logiciels, ce qui impliquait, bien sûr, un investissement financier, mais aussi des embauches et la création d une société en Tunisie. D où l importance d accroître nos fonds propres pour pouvoir, notamment, obtenir des financements à l innovation», explique son dirigeant, Stéphane Crepet. Un vœu entendu avec l entrée récente au capital, parmi d autres investisseurs, des business angels de Bamboo. «Depuis janvier, j apprécie le suivi de ces investisseurs régionaux, qui sont un vrai soutien face aux différentes problématiques auxquelles sont confrontés les entrepreneurs.» Zoom Quelques bénéficiaires des business angels dans l Ouest KelBillet : revente de billets de train d'occasion (Ouest Angels) Atlanta : thérapie osseuse (Ouest Angels) Qivivo : éco-innovation (Abab) Biomedical Tissues : santé (Abab) Surfactis Technologies : traitement des surfaces métalliques ou minérales via une molécule innovante (Abab) Carte Monetico Resto CIC Un outil de gestion innovant et sécurisé pour vos titres-restaurant. Tous les avantages du titre-restaurant sans les inconvénients Une gestion dématérialisée, pour gagner en temps et en efficacité Une sécurité renforcée Monetico - Plein Ouest - 190x130.indd 1 N 164 juin/août 2014 Plein Ouest 07/05/ :08:05 23

6 Dossier FINANCEMENT Le soutien des acteurs publics au développement des entreprises Les outils publics foisonnent, surtout ceux destinés à soutenir l innovation. Mais ils manquent souvent de visibilité, voire de lisibilité. Une problématique dont les acteurs commencent heureusement à se saisir. Par Magali Le Clanche Prêt à taux zéro, avance remboursable En termes de financement aux entreprises, la boîte à outils des acteurs publics est régulièrement enrichie de nouveaux dispositifs. Aujourd'hui, la base de données nationale recense aides publiques aux entreprises, qu'elles soient financières ou techniques! Alors que les banques octroient prudemment les crédits, l'etat et les collectivités locales comptent ainsi entretenir les capacités d'innovation et de croissance. Mais ce foisonnement d'aides est parfois pointé du doigt. Outre la crainte de voir les deniers publics soutenir certains dispositifs peu efficaces les financements publics aux entreprises, en France, représentent 110 Md par an, cette multitude d'outils est souvent perçue par le chef d'entreprise comme un épais maquis. D'autant que les intervenants dans ce domaine (collectivités, chambres consulaires, services de l Etat, etc.) sont, eux aussi, nombreux. Plus d'un dirigeant renonce ainsi à se saisir d'aides, qui lui sont pourtant destinées. Vers plus de clarté Une difficulté, dont les pouvoirs publics et leurs partenaires ont pris la mesure. S appuyant sur une dynamique nationale, les CCI des Pays de la Loire, qui accompagnent et orientent déjà les entreprises via leurs conseillers, renforcent leur implication pour améliorer la visibilité et la lisibilité de ces aides à travers un portail d'information sur les financements publics et privés annoncé pour l'automne. Porté par divers acteurs tels que le Conseil régional, la Fédération française bancaire, la place financière régionale et avec le soutien de fonds européens, cette plateforme web permettra notamment au chef d'entreprise, selon sa problématique (développer un produit ou service innovant, trouver des marchés à l'international, renforcer sa trésorerie...), d'obtenir les premières informations sur les financements possibles et surtout d'être orienté vers l'interlocuteur pertinent. Un outil utile aux TPE et PME réalisant un CA inférieur à 50 M. Car nombre d'aides publiques les concernent, notamment si elles cherchent à se développer via un projet créateur d'emplois, une idée innovante, ou l export. DR TÉMOIGNAGE Grégory Flipo Gérant de l entreprise TMC Innovation et président du Réseau de Développement de l'innovation (RDI), il a bénéficié de diverses aides publiques. Pour Patrick Baudry, cette quête de clarté est une marque de fabrique locale. «Notre région dispose d un bon maillage, souligne le délégué Innovation de Bpifrance Pays de la Loire. Dès qu'une entreprise entre en contact avec une structure membre du Réseau de développement de l'innovation, qu'il s'agisse de la Chambre de métiers, de la CCI, de Bpifrance, etc., elle est guidée vers ce qui est le plus profitable pour elle en termes de conseils et de financements.» Sur ce volet innovation, le choix a en effet été fait d'unir les forces. Depuis «Accepter de perdre un peu de temps» «En 2006, après avoir créé mon entreprise, je souhaitais recruter un jeune ingénieur qualité. Avec le Fonds régional pour l innovation, qui prenait en charge 50 % de son salaire pendant un an, nous avons pu l embaucher et mieux structurer nos démarches. Parmi d autres soutiens, après une démarche Déclic, nous avons obtenu d Oseo (devenu Bpifrance, NDLR), en 2008, une avance de afin de développer un mât autonome solaire à led pour l éclairage public. Techniquement abouti, ce produit a pourtant subi un échec commercial. Grâce à cette aide, remboursable uniquement en cas de succès, j ai pu prendre des risques. Quand on met le doigt dans le réseau RDI, on se rend compte qu il existe un réel accompagnement technique et financier à l'innovation. Il faut accepter de faire du tri entre les dispositifs, de perdre un peu de temps... Mais, à l échelle d une petite boîte, ces aides et conseils sont très intéressants.» 24 Plein Ouest N 164 juin/août 2014

7 2012, Bpifrance et le Conseil régional soutiennent les porteurs de projet via un dispositif unique : le Fonds Pays de la Loire Territoires d'innovation. Outre des aides au lancement, une entreprise de moins de personnes peut bénéficier d'une subvention ( en moyenne), lors de l étude de faisabilité de son projet. Au stade du développement de l innovation, cet accompagnement prend la forme d une avance à taux zéro d environ , remboursable en cas de succès ou de prêt à taux zéro pour l innovation. «Chaque année, 300 entreprises de la région bénéficient de ces dispositifs», précise Patrick Baudry. Recruter, une condition A ces outils s en ajoute un autre, tout nouveau : le prêt CCI Innovation. Porté par la CCI Pays de la Loire, en partenariat avec Bpifrance, ce fonds de 2,5 M permet d accorder des prêts participatifs de à aux PME régionales de plus de trois ans. Son objectif? Aider à mettre sur le marché un produit ou service innovant. Plus largement, les acteurs publics mettent volontiers la main à la poche, avec d autres, quand l entrepreneur fait rimer développement de l entreprise avec emploi. En témoigne, le dispositif AID (Atlantique initiative développement). Abondé par des financeurs publics et privés (CDC, Carene, EADS, STX, CIC, etc.), il aide les PMI locales de plus de deux ans à franchir un cap de croissance via un saut technologique, une innovation ou un développement à l international, grâce à une avance remboursable sur deux à quatre ans ( à à taux zéro) et la mise à disposition de compétences d experts. Et ce, à condition d effectuer au moins un recrutement. En 2013, une trentaine d entreprises (Delta Meca, Coliwest, CEMI ) ont bénéficié d AID. Une avance intéressante qui déclenche un effet de levier pour obtenir des financements bancaires. Parmi les dispositifs existants, enfin, on peut citer le prêt d honneur croissance. Porté depuis 2012 par les plateformes d initiatives locales, ce fonds à 90 % public soutient les projets de développement des entreprises de plus de deux ans. Avec, là encore, l obligation de recruter. L ouverture d un second établissement pour un restaurant, l embauche de forces commerciales par une agence de communication et le recrutement de magasiniers par un vendeur de lunettes en ligne font partie des 11 projets aidés en «Nous ne finançons que les entreprises en réelle croissance. Car plus les emprunteurs remboursent, plus nous sommes en capacité de prêter à d'autres, précise Pascal Jolly, directeur d'initiative Nantes. Nous tenons aussi à ce que le porteur de projet bénéficie d un accompagnement par un parrain.» En 2014, la plateforme vise 25 projets financés. Plus qu une tendance, cette intervention publique accrue auprès des entreprises, et aux côtés des banques, devrait s inscrire dans le temps. Avec cette volonté des acteurs publics et privés de continuer à financer les projets de développement, tout en mutualisant les risques. Industrie Btp Tertiaire Public Santé V O T R E R E N D E Z - V O U S E N Les travaux de rénovation sur lesquels travaille Domestis anticipent le vieillissement. Domestis Exposer Devenir partenaire Visiter Santé au TRAVAIL Sécurité des ENTREPRISES Code N14M162J 120 CONFÉRENCES 380 EXPOSANTS L ÉVÉNEMENT ANNUEL DE RÉFÉRENCE EN FRANCE N 164 juin/août 2014 Plein Ouest 25

8 Dossier FINANCEMENT Crowdfunding : des gouttes d eau qui font de grandes rivières De plus en plus d entrepreneurs font appel au financement participatif pour se lancer ou développer leur activité. Zoom sur un phénomène qui prend de l ampleur et qui est aujourd hui clairement encouragé par l État. Que dit la loi? Par Véronique Couzinou «Le crowdfunding? Je le conseille à tous les porteurs de projets», lance Dominic Quirke, qui a ouvert son restaurant à Nantes, Pickles, début «J ai cru que ce serait une perte de temps, mais ça m a permis d affiner mon projet pour le présenter ensuite aux banques. Ça collait aussi avec ma vision : je voulais travailler avec des éleveurs et producteurs locaux, j avais besoin d eux pour me lancer, et recevoir de 65 donateurs via la plateforme KissKiss BankBank a été un énorme encouragement». Dominic a même dépassé son objectif de Même bonne surprise pour la librairie L Embarcadère, à Saint-Nazaire, qui a pu commencer à acheter son stock grâce aux collectés sur Ulule alors qu elle n espérait que Des projets comme ceux-là, il en existe des dizaines en Loire-Atlantique, visibles sur des plateformes généralistes ou spécialistes comme My Major Company, pionnier en la matière, qui a aussi lancé avec le réseau d appui aux entrepreneurs BGE une plateforme spécialement dédiée aux entrepreneurs : Notrepetiteentreprise.com. Le don est sans doute la forme la plus connue du financement participatif, parmi les trois existantes (lire l encadré). Les levées vont de quelques milliers à quelques centaines de milliers d euros. Avec un principe simple : le porteur de projet détermine la somme dont il a besoin et doit récolter les contributions dans un temps déterminé. Si l objectif n est pas atteint, les contributeurs sont remboursés. Sinon, le projet est lancé. À son aboutissement, chaque donateur reçoit une contrepartie en rapport avec le projet, un produit ou une invitation, par exemple. La plateforme prélève quant à elle entre 4 % et 10 % de frais en moyenne. La commission peut aussi varier en fonction de la somme collectée. Passer par-dessus la crise Lorsqu il évoque le crowdfunding, Thomas Derosne, créateur de la plateforme My New Startup à Nantes, fait d emblée parler les chiffres : «En France, jusqu en 2011, cela représentait environ 7 M levés. En 2013, on était à près de 80 M et le secteur table pour 2014 entre 150 et 200 M levés, assure-t-il. C est une vraie mouvance, pas une mode». En 2013, selon le Baromètre du crowdfunding en France*, 44 % des fonds levés ont servi au financement d entreprises, et 21 % à des projets associatifs. Il faut dire que le financement participatif séduit par la diversité des projets et sa «philosophie» qui va au-delà du pur aspect comptable et économique. «Dans le contexte actuel, on a envie que notre argent soit utile et participer au financement d un projet que l on a choisi de défendre, cela donne du sens à l épargne», poursuit Thomas Derosne. My New Startup est un bon exemple de financement participatif dédié à l entrepreneuriat, avec une spécificité supplémentaire : la plateforme propose aussi bien des projets en don contre récompense (ou achat par anticipation) qu une entrée au capital de sociétés non cotées. Dans le premier cas, on peut donner de 1 à 1 000, dans le second, c est minimum, avec un ticket moyen à Qui sont les financeurs? «Des particuliers ou des investisseurs, business angels, fonds régionaux ou nationaux», explique Thomas Derosne, qui ne sélectionne Depuis le 14 février, le crowdfunding bénéficie d un nouveau cadre juridique. Il concerne les trois formes de financement participatif : le don (ou achat par anticipation), le prêt et la participation. Pour le don, le gouvernement n a pas fixé de limite pour les montants de collecte et le nombre de donateurs reste également illimité. En revanche, le plafond des prêts rémunérés a été relevé à 1M pour un maximum de 1000 prêteurs, et surtout, ceux-ci sont désormais ouverts aux particuliers pour investir dans un projet d entreprise ou d autres particuliers. Enfin, pour la participation (entrée au capital), il n y a pas de formalité particulière jusqu à 1M. Au-delà, il faut remplir un document simplifié destiné à l Autorité des marchés financiers (AMF). Par ailleurs, les SAS peuvent désormais présenter un projet d investissement dans leur capital comme les SA. Le message gouvernemental est clair : que la France devienne un leader en matière de crowdfunding. Prêter, est-ce risqué? Avec la nouvelle réglementation, les prêteurs sont dans un cadre plus sécurisé avec une limite à 1000 par projet. La loi prévoit que les plateformes de crowdfunding jouent la transparence sur les frais, les projets n aboutissant pas et qu elles proposent un outil pour aider le prêteur à faire son choix, selon ses moyens. Les plateformes seront à terme labellisées par l'amf et l Autorité de contrôle prudentiel sur le respect de la réglementation. Quelles limites? Il ne faut pas compter financer un projet dans sa totalité via le crowdfunding, c est surtout un pied à l étrier. 26 Plein Ouest N 164 juin/août 2014

9 pas de profil particulier d entrepreneur, si ce n est des personnes «capables de fédérer une communauté pour trouver leur financement». Car tous les projets validés par la plateforme ont d abord fait l objet d un vote du public (200 voix minimum) pour renforcer leurs chances de voir les souscriptions aboutir. La qualité plutôt que la quantité Les dossiers sont reçus en direct, via des incubateurs ou encore des cabinets d avocats. Ils sont épluchés pour «s assurer que les personnes ont les compétences liées à leur activité et ne cherchent pas juste un carnet de chèques. On croit beaucoup au réseau et au lien créé entre porteurs de projets et investisseurs, d où la notion de communauté que nous défendons», martèle le patron de la plateforme créée en Une fois approuvé, le projet a trois mois pour atteindre son objectif de levée de fonds. La plateforme s occupe de la communication et, dans le cas d une entrée au capital, les projets sont suivis Fotolia par un collège d investisseurs. «On a fait le choix de la qualité plutôt que la quantité de dossiers. L intérêt est de voir les entreprises grandir et devenir pérennes». Parmi les projets importants, il y a En Direct des Éleveurs, lancé par trois Gaec laitiers de Montbert qui veulent créer un circuit de vente court en rupture avec les modèles actuels. Leur ambition? Que les consommateurs puissent acheter un lait local très qualitatif et pas plus cher, avec une traçabilité sans faille, mais aussi que les producteurs puissent gagner au moins 40 cts/l et que le packaging soit écologique : le lait sera proposé en poche, avec un système d ouverture et fermeture et une poignée rigide. Les éleveurs ont besoin de lever entre et 1M sur un projet global de 8M. Une entrée au capital, des lots de lait en précommande ou des visites de la ferme à venir, ça vous dit? * Réalisé par Compinnov auprès de 36 plateformes, en avec l association Financement Participatif France. PRÊT INNOV&PLUS * DÉCLENCHEZ UN ÉLAN DE COMPÉTITIVITÉ POUR VOTRE ENTREPRISE BANQUE POPULAIRE LANCE INNOV&PLUS : UN NOUVEAU CRÉDIT À L INNOVATION Parce que nous sommes convaincus que l innovation des entreprises est un levier majeur pour assurer le dynamisme de nos régions et favoriser la reprise économique, la Banque Populaire s engage une nouvelle fois auprès des entrepreneurs. Après avoir mis à disposition des entreprises 7 milliards d euros en 2013 pour financer nouveaux projets, la Banque Populaire lance Innov&Plus pour permettre à nos entreprises de gagner toujours plus en compétitivité et de se développer. * Le présent financement bénéficie du soutien de l Union européenne par le biais de l Instrument de partage des risques (RSI) pour les PME et Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI) orientées vers la recherche et l innovation compartiment dédié du mécanisme de financement avec partage des risques (RSFF). BPCE Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de Siège social : 50, avenue Pierre-Mendès-France Paris Cedex 13 RCS Paris n BPCE, intermédiaire en assurance inscrit à l ORIAS sous le n Réf. : 02/2014 Illustration : NOROC BPOP_INNOV&PLUS_190x130.indd 1 N 164 juin/août 2014 Plein 29/01/2014 Ouest 10:20:09 27

10 Dossier FINANCEMENT Le capital investissement : une option gagnant-gagnant Faire appel à des partenaires extérieurs pour financer un projet d envergure peut présenter de multiples intérêts. Les entrepreneurs de Loire-Atlantique ont, de plus, la chance d avoir l embarras du choix en matière d investisseurs. Par Fabienne Proux En matière de capital investissement, l Ouest est plutôt bien doté. Aux principaux acteurs du secteur, pour la plupart filiales de grandes banques (lire l encadré p. 29), s ajoutent des initiatives privées telles que Bamboo et Fair, mais aussi publiques, à l instar du fonds régional de co-investissement Idee (19 entreprises soutenues pour 3,3 millions d euros investis). Ce contexte concurrentiel, survenant alors que la demande reste atone, est à l avantage des chefs d entreprise : ils peuvent négocier les conditions financières (concernant la valorisation de l'entreprise surtout) et choisir les partenaires avec lesquels s associer, ce qui est loin d être anodin. De fait, «trouver un financement est une chose, accepter d ouvrir son capital en est une autre, prévient Henri Guillermit, président de Ouest Croissance qui s adresse aux PME-PMI en développement. C est une démarche qui ne coule pas de source». Le suivi du dirigeant le temps de la durée de leur présence au capital (6 à 7 ans en moyenne) est notamment à prendre en compte. «Il faut accepter l accompagnement personnel de l un des associés de notre structure», prévient Alain Mustière, président de Bamboo. Chaque mois, le dirigeant communique les résultats de son entreprise à son «tuteur» et fait l objet d un suivi régulier lors des comités mensuels du fond (15 participations de à euros dans des entreprises locales en dix ans). Si les investisseurs cherchent bien entendu à faire une plus-value à la sortie et, dans certains cas, à bénéficier de dispositifs de défiscalisation, il ne s agit pas non plus seulement d un deal financier. «Le fondement de notre métier est de soutenir l économie Chaque mois, les associés de Bamboo se réunissent pour suivre le développement des entreprises dans lesquelles ils ont investi. TÉMOIGNAGE Jean-Pascal Phélippeau Président du groupe Phélippeau «Un partenaire financier était indispensable» Fabienne Proux Pourquoi avez-vous fait appel à un capital investisseur pour réaliser votre projet de thalasso du Château des Tourelles à Pornichet? Ce projet étant extrêmement capitalistique, nous avions besoin de partenaires pour le réaliser. Les investissements (27 millions d euros) concernaient tant la partie immobilière que mobilière, ainsi que toutes les phases de lancement. L augmentation de capital a été de 5,5 M. Quelle est la part de capital détenu par Ouest Croissance et pourquoi avoir choisi cet investisseur? Ouest Croissance détient 24 % du capital. Nous le connaissions depuis sa participation lors d un premier investissement réalisé à Bénodet en Finalement, le choix d un capital investisseur est surtout une question de personne. Quelles sont, selon vous, les avantages et les inconvénients de cette solution de financement? En intervenant au niveau du capital, le capital investisseur allège la dette de l entreprise, renforce la partie fonds propres, ce qui donne plus de crédibilité pour lever de la dette auprès des banques classiques. Cela exige plus de rigueur dans l information financière. Enfin, le capital investisseur permet d avoir un regard extérieur et peut aider le dirigeant dans ses décisions stratégiques. L inconvénient principal porte sur la dilution du capital. Au début, on le vit comme une contrainte, mais, au final, cela devient un avantage. Fabienne Proux 28 Plein Ouest N 164 juin/août 2014

11 locale et d accompagner le développement des PME», assure Henri Guillermit. «Permettre, par exemple, à des entreprises de se transmettre au management en soutenant financièrement les cadres, contribue à conserver les centres de décision en région», ajoute Jean-Philippe Dupont, membre du directoire de Sodero Gestion. «Nous investissons sur des hommes», confirme Laurent Benveniste, fondateur du réseau Fair qui a créé deux fonds dans l Ouest : Fair Pays de la Loire (8 participations, euros levés) et Fair West (6 participations, 1 M ). S adosser à un capital investisseur peut en outre servir d effet de levier, et ce, à plusieurs titres. «C est une formule gagnant-gagnant, résume Alexandre Tremblin, directeur mid market de Siparex, à Nantes. D un côté, nos objectifs de performance impliquent une forte sélectivité. De l autre, les fonds apportés permettent aux entreprises d exprimer leur potentiel de développement et de création de valeur». Les prises de participation de Siparex peuvent atteindre de 500 K à 15 M par opération, seul ou avec d autres acteurs. La démarche est aussi un moyen de se différencier de ses concurrents. Pour Henri Guillermit, «l intervention d un investisseur tiers au capital conforte la crédibilité de l entreprise et de son projet, ce qui renforce ses capacités de négociation avec ses fournisseurs et ses banques». Enfin, l accompagnement des sociétés de capital investissement a aussi des effets bénéfiques en termes de conseil et de réseau. Les dirigeants accompagnés par Siparex, par exemple, bénéficient de structures interrégionales tels que le club Siparex qui offre des opportunités d affaires et le réseau Erail qui suit le développement des entreprises à l étranger. Le capital investissement ne s adresset-il qu aux riches? «Non, tient à rassurer Anne Jacquinet-Sulger, DG de Ouest Croissance. Il suffit d avoir un vrai projet de développement, quel que soit le secteur d activité, et nous séduire». Bamboo, qui n a accepté que 3 dossiers sur les 25 examinés en 2013, Zoom Les principaux acteurs locaux Sodero Gestion (Caisse d Épargne Bretagne Pays de la Loire) Ouest Croissance (Banques Populaires du Grand Ouest) Synergie Finance (Crédit mutuel Arkea) CM-CIC capital finance (CIC) Fonds privés : Bamboo et Fair Fonds public : Idee indique «privilégier la diversité des interventions et le type d entreprises pour répartir les risques». Fair West, de son côté, cible des jeunes entreprises innovantes de moins de 5 ans ayant déjà réussi un premier tour de table. «Un bon dossier (avec un potentiel de rendement intéressant, NDLR) trouvera toujours un financement», conclut Jean-Philippe Dupont. VOUS INSTAUREZ UNE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ POUR VOS SALARIÉS, VOTRE BANQUE EST LÀ POUR VOUS DONNER DE L ASSURANCE. CRCM LACO - Siren RCS Nantes. 46, rue du Port Boyer, BP 92636, Nantes Cedex 3. N 164 juin/août 2014 Plein Ouest 29

12 Dossier FINANCEMENT Le financement obligataire, une nouvelle voie? L émission d obligations pour les PME-ETI cotées ou non cotées est récente, mais devrait se développer pour offrir aux entreprises une source de financement alternative. Témoignage du groupe immobilier Réalités, aujourd hui précurseur. Par Véronique Couzinou Quel est l intérêt? «L obligation est un produit financier non dilutif, sans ouverture de capital pour l entreprise, souligne Gérard Estival, président de Nantes Atlantique Place Financière pour le Grand Ouest. Sa maturité est beaucoup plus longue qu un crédit bancaire classique qui est remboursable dès la première année.» Quels avantages? «L obligation est une dette mais elle permet de voir venir quand les banques ne prêtent pas, ou pas assez, explique Yoann Joubert, dirigeant du groupe de promotion immobilière Réalités. Le groupe nantais est la première PME non cotée à avoir bouclé un emprunt obligataire IBO (offre au public) sur Alternext, plateforme de transactions du marché NYSE Euronext dédié aux PME. Pendant six ans, on ne rembourse que les intérêts et avec cet emprunt, on peut financer le besoin en fonds de roulement et investir, faire croître l entreprise et accumuler des fonds propres pour rembourser sereinement la dette.» Quels inconvénients? «Mieux vaut avoir une certaine culture financière mais ça s apprend et être bien entouré car il faut consacrer du temps à préparer son dossier, prévient Yoann Joubert. Les contraintes sont surtout organisationnelles et comptables parce qu il faut une transparence absolue. Les coûts de gestion et les intérêts sont plus élevés que pour un prêt bancaire, mais ça ne me choque pas de payer 8 ou 9 % d intérêts, c est le prix du risque.» Quel bilan? «Contracter un emprunt obligataire a été un accélérateur de consolidation et de savoir-faire de l entreprise, analyse Yoann Joubert, dirigeant du groupe Réalités, première PME non cotée à bénéficier d un financement obligataire IBO sur Alternext. Zoom Les différentes formules du financement obligataire L IBO (Initial bond offer) est une émission obligataire par offre au public permettant à une entreprise de solliciter investisseurs institutionnels comme particuliers. Elle a été introduite en 2012 par NYSE Euronext. L émission par placement privé, elle, ne s adresse qu aux investisseurs institutionnels et qualifiés et existe depuis plus longtemps. Son cadre juridique est plus souple et les taux d intérêts moins élevés ; elle s adresse plutôt aux entreprises qui souhaitent lever un capital plus conséquent (90 M en moyenne). Les fonds communs de placement, comme Micado, lancé par la société d investissement nantaise Portzamparc Gestion, pour les PME-ETI cotées de taille moyenne. 14 entreprises (Manitou, VM Matériaux, Lafuma SA. ) ont pu en bénéficier et lever entre 3 et 7 M entre juillet 2012 et janvier Nantes Atlantique Place Financière, avec la Région Pays de la Loire, travaille à mettre en place un nouveau fonds privé inter-régions destinés aux ETI non cotées. le dirigeant de Réalités. En deux ans, on a fait 87 % de croissance solide, et derrière les chiffres, ce sont des postes créés et des emplois pérennisés.» Quels conseils? «Oser!, encourage Yoann Joubert, et assumer, car il faut montrer que ça marche si l'on veut que ce type de financement ouvre la voie à un DSM vrai modèle de financement alternatif. L intérêt, c est que l on peut s adresser aussi bien à des fonds institutionnels, de type banques ou assurances, qu à des investisseurs particuliers avertis ou des entreprises qui ont de la trésorerie et peuvent ainsi contribuer à financer la croissance d autres entreprises. On n est pas dans la finance abstraite mais bien dans l économie réelle!» 30 Plein Ouest N 164 juin/août 2014

13 INTRODUCTION EN BOURSE Dossier Entreprises à forte croissance : l option bourse Pour les PME-ETI en forte croissance qui acceptent de jouer le jeu de la transparence, l introduction en bourse constitue une alternative intéressante au capital investissement. Éclairage. Par Nelly Lambert Dans l Ouest, les entreprises sont peu nombreuses à se lancer dans l aventure boursière. Exception récente : le promoteur nantais Réalités sur Alternext Paris. Portzamparc «Toute entreprise n a pas vocation à être cotée», prévient d emblée Eric Forest, PDG d Enternext, filiale du groupe Euronext dédiée à la promotion et au développement des marchés boursiers propres aux PME-ETI. «Une entreprise très rentable mais qui connaît une faible croissance ne sera pas très attrayante, précise Damien Rahier, DG de la société de bourse nantaise Portzamparc. Le marché n exige pas forcément un gros chiffre d affaires, mais plus on est petit, plus on doit prouver qu on peut le doubler rapidement.» Sur ce créneau, les entreprises technologiques ont un avantage certain, à condition de ne pas être trop précurseurs. Solution alternative au capital investissement pour renforcer ses fonds propres, retrouver un levier sur sa dette et financer sa croissance, l introduction en bourse a d autres attraits : «Pour une entreprise familiale qui travaille sur sa transmission, elle permet de gérer une problématique de liquidités, sur la base d une valorisation incontestable», ajoute Stéphane Laskart, responsable du développement commercial PME- ETI chez Enternext. Quel que soit leur secteur d activité, les sociétés qui se lancent ont au moins quatre à cinq ans au compteur et sont souvent passées par plusieurs tours de table : business angels, fonds d investissement, Bpifrance. Dans tous les cas, «il faut avoir une histoire à raconter aux investisseurs, s inscrire dans une dynamique de croissance», précise Eric Forest. Dépasser certains freins Et, généralement, avoir dépassé certains freins, réels ou non : «Certains dirigeants craignent la pression sur le résultat à court terme. Ce qui est sans doute vrai pour les grands groupes l est beaucoup moins pour des PME- ETI : l actionnariat reste en général majoritairement familial», souligne Damien Rahier. Les experts sont en tout cas unanimes sur les retombées en termes de notoriété et de crédibilité, vis-à-vis de ses clients, de ses fournisseurs, de ses (futurs) salariés, mais également de ses banques. «Une telle démarche oblige aussi à se structurer : souvent, c est l étape où l on recrute un directeur financier, observe Damien Rahier. La bourse implique des contraintes, mais pour le pilotage de l entreprise, c est un avantage». La dimension financière est en effet une donnée non négligeable, l opération exigeant une transparence totale qui peut, à juste titre, faire peur. «Le processus n est pas neutre sur la vie de l entreprise et demande un renforcement assez lourd de l organisation interne sur le plan financier et juridique», résume Stanislas de Gastines, associé du cabinet EY (ex- Ernst & Young). Avec, à la clé, un coût : «entre 5 et 8 % des fonds levés, en fonction du montant. Il dépend aussi de la communication financière (bandeaux publicitaires, spots radio )», détaille Damien Rahier. Autre donnée à considérer : le coût homme. Dans les six mois qui précèdent l obtention du visa de l AMF, le directeur financier est certes en première ligne, mais le chef d entreprise se voit lui aussi mobilisé : «Le dernier mois, il va y consacrer 80 % de son temps, prévient le DG de Portzamparc. On ne prévoit donc pas une introduction à n importe quel moment!» N 164 juin/août 2014 Plein Ouest 31

Contribuer au financement de l économie Sociale et Solidaire : Renforcer l existant, Approfondir les partenariats, Innover.

Contribuer au financement de l économie Sociale et Solidaire : Renforcer l existant, Approfondir les partenariats, Innover. Contribuer au financement de l économie Sociale et Solidaire : Renforcer l existant, Approfondir les partenariats, Innover. -- Rapport d étape à l attention du Ministre délégué auprès du ministre de l

Plus en détail

La Région des Pays de la Loire se dote d un fonds souverain régional pour le financement des PME

La Région des Pays de la Loire se dote d un fonds souverain régional pour le financement des PME La Région des Pays de la Loire se dote d un fonds souverain régional pour le financement des PME DOSSIER DE PRESSE Communiqué de presse.................................. p.2 et 3 Bilan des P2RI en Pays

Plus en détail

Les fonds d investissement

Les fonds d investissement Un objectif commun la croissance des PME Les fonds d investissement Le manque de maturité de certaines entreprises, les techniques de pointe qu elles développent, rendent difficile l appréciation de leur

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES Copyright Duhamel Blimbaum. Introduction La création récente de la Banque Publique d Investissement reflète la nécessité d une refonte des processus mais aussi et surtout des moyens de financement des

Plus en détail

création oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

création oseo.fr Pour financer et accompagner les PME création oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6522-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME création oser pour gagner! Que la création porte sur une activité traditionnelle avec un

Plus en détail

Le financement pour être bien accompagné

Le financement pour être bien accompagné Le financement pour être bien accompagné Banque de référence pour la création-reprise d entreprise, la Banque Populaire vous apporte les éléments de réponse essentiels aux questions que vous vous posez

Plus en détail

Il était une fois WiSEED

Il était une fois WiSEED Il était une fois WiSEED En 2008, le financement participatif des startups ou de toute autre entreprise n existe nulle part dans le monde. Deux hommes décident de réinventer l économie et créent WiSEED,

Plus en détail

Études des solutions de financement online. Dossier de presse

Études des solutions de financement online. Dossier de presse Études des solutions de financement online Dossier de presse La première plateforme en ligne de recherche de financements publics et bancaires à destination des dirigeants d entreprise Près de 6 000 aides

Plus en détail

Une société de capital-risque, comment ça marche?

Une société de capital-risque, comment ça marche? Première partie Une société de capital-risque, comment ça marche? L objet de cette première partie est de présenter le fonctionnement global d une société de capital-risque. L objectif est de permettre

Plus en détail

Appel à projets Incubation et capital-amorçage des entreprises technologiques de mars 1999 L'appel à projets est clos

Appel à projets Incubation et capital-amorçage des entreprises technologiques de mars 1999 L'appel à projets est clos 1 sur 7 Appel à projets Incubation et capital-amorçage des entreprises technologiques de mars 1999 L'appel à projets est clos Présentation générale Le ministère chargé de la recherche et de la technologie

Plus en détail

Communauté Finance & Gestion Table ronde

Communauté Finance & Gestion Table ronde Communauté Finance & Gestion Table ronde Quand le réseau se met au service du financement Marie FAGUET notrepetiteentreprise.com Thierry BONNET - Finance Utile Pierre Henri SOLER UNILEND Pascal SANCHEZ

Plus en détail

Très forte progression des concours en prêts et aides (+29%) et en fonds propres (+37%)

Très forte progression des concours en prêts et aides (+29%) et en fonds propres (+37%) COMMUNIQUE DE PRESSE 12 MARS 2015 BPIFRANCE BILAN 2014 FORTE CROISSANCE DE L ACTVITE : 14 MD DE FINANCEMENTS AU TOTAL VS 11 MD EN 2013 RENFORCEMENT DU FINANCEMENT DE L INNOVATION, DE LA TEE ET DE L EXPORT

Plus en détail

PETIT DEJEUNER D INFORMATION SUR LES NOUVEAUX OUTILS DE FINANCEMENT. Mardi 28 Janvier 2014 8h30 à 10h00

PETIT DEJEUNER D INFORMATION SUR LES NOUVEAUX OUTILS DE FINANCEMENT. Mardi 28 Janvier 2014 8h30 à 10h00 PETIT DEJEUNER D INFORMATION SUR LES NOUVEAUX OUTILS DE FINANCEMENT Mardi 28 Janvier 2014 8h30 à 10h00 Pourquoi une intervention publique? Pour garantir les banques dans leurs interventions les plus risquées

Plus en détail

Le financement. Bien évidemment, nos 4 900 conseillers professionnels sont à votre disposition pour approfondir les points abordés dans ce guide.

Le financement. Bien évidemment, nos 4 900 conseillers professionnels sont à votre disposition pour approfondir les points abordés dans ce guide. Le financement A travers ce guide pratique, la Banque Populaire souhaite vous apporter les éléments de réponse essentiels aux questions que vous vous posez sur la manière de financer votre projet et d

Plus en détail

Créer des valeurs, les vivre et les faire vivre. Études des solutions de financement online. Dossier de presse

Créer des valeurs, les vivre et les faire vivre. Études des solutions de financement online. Dossier de presse Créer des valeurs, les vivre et les faire vivre Études des solutions de financement online Dossier de presse La première plateforme en ligne de recherche de financements publics et bancaires à destination

Plus en détail

Le dispositif de financement des jeunes entreprises de création

Le dispositif de financement des jeunes entreprises de création Le dispositif de financement des jeunes entreprises de création Pour la première fois en association avec le ministère du Redressement productif, des établissements bancaires associés, le DEFI (comité

Plus en détail

Reprendre une entreprise. Nous allons faire un bout de chemin ensemble!

Reprendre une entreprise. Nous allons faire un bout de chemin ensemble! Le Livret d accueil du Repreneur Reprendre une entreprise. Nous allons faire un bout de chemin ensemble! 2 3. Sommaire Le CRA Ce livret a pour vocation de vous aider à utiliser d une manière optimale l

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

Les Rencontres de la création et de la reprise d entreprise

Les Rencontres de la création et de la reprise d entreprise DOSSIER DE PRESSE La 6 e édition des Rencontres de la création et de la reprise d entreprise se tiendra le jeudi 12 février 2009 au Zénith de Limoges, de 8h30 à 18h. L accès est gratuit et ouvert à tous,

Plus en détail

Quels financements publics pour une start-up?

Quels financements publics pour une start-up? Quels financements publics pour une start-up? Photomontage Journal du Net Outre les investisseurs en capital-risque, il existe d'autres leviers de développement pour les start-up de l'e-business. Collectivités

Plus en détail

LES PLATEFORMES D INITIATIVE LOCALE ET LA CREATION D ENTREPRISE INNOVANTE EN FRANCE QUELLE PERTINENCE POUR LA TUNISIE?

LES PLATEFORMES D INITIATIVE LOCALE ET LA CREATION D ENTREPRISE INNOVANTE EN FRANCE QUELLE PERTINENCE POUR LA TUNISIE? LES PLATEFORMES D INITIATIVE LOCALE ET LA CREATION D ENTREPRISE INNOVANTE EN FRANCE QUELLE PERTINENCE POUR LA TUNISIE? Anne CHATAURET Volet Interfaçage QU EST-CE QU UNE PLATEFORME INITIATIVE? 2 Les «Plateformes

Plus en détail

ANGERS Le 12 novembre 2009. L'économie et les finances solidaires. - le réseau des CIGALES - les finances solidaires - à quoi sert mon épargne?

ANGERS Le 12 novembre 2009. L'économie et les finances solidaires. - le réseau des CIGALES - les finances solidaires - à quoi sert mon épargne? ANGERS Le 12 novembre 2009 L'économie et - le réseau des CIGALES - - à quoi sert mon épargne? - Aujourd'hui, est-ce que je sais à quoi sert mon épargne? Me produire des intérêts (réponse factuelle) Financer

Plus en détail

FONDS AQUI-INVEST. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux

FONDS AQUI-INVEST. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux FONDS AQUI-INVEST I. Présentation de l action AQUI-INVEST, est le premier fonds de co-investissement en capital risque régional français. Il s'agit d une nouvelle génération d investissement public impulsée

Plus en détail

PME Finance 29 avril 2014

PME Finance 29 avril 2014 PME Finance 29 avril 2014 http://www.pmefinance.org/9587-crowdfunding-analyse-du-projet-d-ordonnance.html Crowdfunding : le projet d'ordonnance se précise Très attendu, le projet d'ordonnance de simplification

Plus en détail

LE CROWDFUNDING. Copyright Duhamel Blimbaum.

LE CROWDFUNDING. Copyright Duhamel Blimbaum. LE CROWDFUNDING Copyright Duhamel Blimbaum. Introduction Le financement participatif (ou «crowdfunding» en anglais) est un mode de financement, via internet, qui permet de collecter les apports financiers

Plus en détail

avec La Région s engage et pour l emploi

avec La Région s engage et pour l emploi avec La Région s engage pour le financement des PME et pour l emploi 2 Financer les projets des petites et moyennes entreprises La Banque Publique d Investissement Pays de la Loire a été inaugurée au début

Plus en détail

Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres. 18 septembre 2012

Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres. 18 septembre 2012 Caisse régionale de Crédit Agricole Mutuel Charente-Maritime Deux-Sèvres 18 septembre 2012 Sommaire Communiqué de synthèse P. 1 Le projet de regroupement des fonctions support : un projet stratégique P.

Plus en détail

financement stragégie

financement stragégie 10.FINANCEMENT DES ENTREPRISES INNOVANTES (À TOUS LES STADES DE LEUR DÉVELOPPEMENT) Au même titre qu'ils développent des stratégies commerciales et technologiques, les entrepreneurs (porteurs de projet,

Plus en détail

Pour bien démarrer et pour durer!

Pour bien démarrer et pour durer! oseo.fr OSEO Document non contractuel Conception-Réalisation : W & CIE Réf. : 6522-04 Septembre 2009 Ce document est imprimé sur du papier fabriqué à 100 % à base de fibres provenant de forêts gérées de

Plus en détail

Pôle de compétitivité Aerospace Valley CIBLAGE MARCHE INTERNATIONAL

Pôle de compétitivité Aerospace Valley CIBLAGE MARCHE INTERNATIONAL Pôle de compétitivité Aerospace Valley Prestation de consultant Action Collective CIBLAGE MARCHE INTERNATIONAL Cahier des charges Accompagnement de PME à l international Réf. AV-2014-271 AEROSPACE VALLEY

Plus en détail

FORMALISATION ET CAPITALISATION DES

FORMALISATION ET CAPITALISATION DES FORMALISATION ET CAPITALISATION DES CONNAISSANCES DANS L ECOSYSTEME DE L INNOVATION 1 Le constat 1.1 L apparition des écosystèmes Depuis une trentaine d années, des écosystèmes dédiés à l innovation se

Plus en détail

Création de Fonds Communs de Placement à Risque

Création de Fonds Communs de Placement à Risque LA RÉGION SOUTIENT LES ENTREPRISES LOCALES Création de Fonds Communs de Placement à Risque Pour mieux accompagner la création d entreprise, pour soutenir sa croissance et faciliter sa reprise DOSSIER DE

Plus en détail

LE PRET À LA CRÉATION D ENTREPRISE DE A À Z

LE PRET À LA CRÉATION D ENTREPRISE DE A À Z DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2006 POUR FINANCER ET ACCOMPAGNER LES PME LE PRET À LA CRÉATION D ENTREPRISE DE A À Z 13 millions de Français rêvent de créer leur entreprise (enquête IFOP, janvier 2006). En

Plus en détail

Séminaire sur les services économiques et financiers pour les P.M.E.

Séminaire sur les services économiques et financiers pour les P.M.E. Séminaire sur les services économiques et financiers pour les P.M.E. Organisé par l Institut Multilatéral d Afrique et la Banque Africaine du Développement en partenariat avec le Fond Monétaire International

Plus en détail

INFORMATION COLLECTIVE SUR LA CREATION ET REPRISE D ENTREPRISE

INFORMATION COLLECTIVE SUR LA CREATION ET REPRISE D ENTREPRISE INFORMATION COLLECTIVE SUR LA CREATION ET REPRISE D ENTREPRISE Bureaux 11-13 avenue de la Division Leclerc 94234 Cachan Cedex 01 49 84 85 85 contact@lafabrique-valdebievre.fr www.lafabrique-valdebievre.fr

Plus en détail

Intervention de Madame Delphine DAVID Conseillère régionale de Bretagne Maire de Montfort sur Meu

Intervention de Madame Delphine DAVID Conseillère régionale de Bretagne Maire de Montfort sur Meu P a g e 1 1 ère réunion du Conseil régional de Bretagne Avril 2015 Intervention de Madame Delphine DAVID Conseillère régionale de Bretagne Maire de Montfort sur Meu Mise en œuvre de la SRDEII : accélérer

Plus en détail

La performance économique et sociale des start-up numériques en France. Baromètre 2015

La performance économique et sociale des start-up numériques en France. Baromètre 2015 La performance économique et sociale des start-up numériques en France Sommaire 1. Méthodologie 2. Résumé 3. Points clés 3.1 Chiffre d affaires 3.2 Fonds levés 3.3 Soutien à l innovation 3.4 Effectif 3.5

Plus en détail

FCPR LCL PME EXPANSION 2. Compartiment BP INVESTIR DANS DES SOCIÉTÉS NON COTÉES POUR ACCOMPAGNER LE DÉVELOPPEMENT DE PME

FCPR LCL PME EXPANSION 2. Compartiment BP INVESTIR DANS DES SOCIÉTÉS NON COTÉES POUR ACCOMPAGNER LE DÉVELOPPEMENT DE PME FCPR LCL PME EXPANSION 2 Compartiment BP INVESTIR DANS DES SOCIÉTÉS NON COTÉES POUR ACCOMPAGNER LE DÉVELOPPEMENT DE PME Placement de diversification, l investissement dans un FCPR (Fonds Commun de Placement

Plus en détail

Présentation Bpifrance Janvier 2014. Ariane Voyatzakis, Responsable du secteur agroalimentaire

Présentation Bpifrance Janvier 2014. Ariane Voyatzakis, Responsable du secteur agroalimentaire Présentation Bpifrance Janvier 2014 Ariane Voyatzakis, Responsable du secteur agroalimentaire 01. Qui sommes-nous? 02. Le financement bancaire 03. Le soutien à l innovation Titre de la présentation 2 01.

Plus en détail

créer financer financer développer d activité développer expertiser expertiser rapport 2014 accompagner reprendre parrainer prêt d honneur accompagner

créer financer financer développer d activité développer expertiser expertiser rapport 2014 accompagner reprendre parrainer prêt d honneur accompagner créer reprendre accompagner financer développer expertiser parrainer rapport 2014 prêt d honneur accompagner créer reprendre d activité financer développer expertiser parrainer Sommaire Le mot du président

Plus en détail

Club Etablissements Financiers & Assurances

Club Etablissements Financiers & Assurances Club Etablissements Financiers & Assurances Enquête sur le thème «PME banque : vers une recomposition de l équilibre relationnel liée aux évolutions réglementaires Bâle III» Présentation des résultats,

Plus en détail

La Banque Populaire des Alpes : une Banque utile & innovante toujours plus engagée pour ses territoires! Résultats 2014 & perspectives

La Banque Populaire des Alpes : une Banque utile & innovante toujours plus engagée pour ses territoires! Résultats 2014 & perspectives Communiqué de presse Le 26 mai 2015 La Banque Populaire des Alpes : une Banque utile & innovante toujours plus engagée pour ses territoires! Résultats 2014 & perspectives Des résultats financiers en progression

Plus en détail

Anticiper pour avoir une innovation d'avance : le leitmotiv de Pierre Jouniaux, entrepreneur du big data!

Anticiper pour avoir une innovation d'avance : le leitmotiv de Pierre Jouniaux, entrepreneur du big data! Anticiper pour avoir une innovation d'avance : le leitmotiv de Pierre Jouniaux, entrepreneur du big data! Pierre Jouniaux http://www.safety line.fr CV : Pierre Jouniaux, ingénieur aéronautique, pilote

Plus en détail

STRATEGIE D INVESTISSEMENT

STRATEGIE D INVESTISSEMENT EVALUATION EX-ANTE RELATIVE AU SOUTIEN ACCORDÉ À DES INSTRUMENTS FINANCIERS DANS LE CADRE DU PROGRAMME OPERATIONNEL FEDER-FSE LORRAINE ET MASSIF DES VOSGES 2014-2020 STRATEGIE D INVESTISSEMENT 0 INTRODUCTION

Plus en détail

Les dispositifs d aide à la création d entreprises dans le Gard

Les dispositifs d aide à la création d entreprises dans le Gard Les dispositifs d aide à la création d entreprises dans le Gard Document réalisé par le Conseil général du Gard Direction du Développement de l Economie et de l Emploi Juin 2012 Conseil Conseil PACTE NACRE

Plus en détail

Conférence d ouverture «Oséades de la création d entreprise»

Conférence d ouverture «Oséades de la création d entreprise» DOSSIER DE PRESSE Conférence d ouverture «Oséades de la création d entreprise» Vendredi 8 novembre 2013 CONTACTS PRESSE : CG74 LESLIE GROS 04 50 33 49 89 CCI MAGALI SERRANO 04 50 33 71 30 CMA SYLVAIN POULLET

Plus en détail

B Qui sont les propriétaires et les gestionnaires des entreprises?

B Qui sont les propriétaires et les gestionnaires des entreprises? B Qui sont les propriétaires et les gestionnaires des entreprises? a) L entrepreneur individuel trepreneur individuel Nombre de propriétaires = 1 seul Responsabilité sur ses biens propres = illimitée Activités

Plus en détail

Financer votre projet en fonds propres : acteurs

Financer votre projet en fonds propres : acteurs Acteur majeur du capital investissement pour les PME Forum 1ers contacts Financer votre projet en fonds propres : acteurs et modalités juin 2011 LES ACTIONS ET MOYENS DE CDC ENTREPRISES CDC Entreprises,

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE Édition : décembre 13 MÉMO Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur 1. Optimiser l utilisation des livrets défiscalisés 2. Épargner sans plafond 3. Placer une somme importante sur quelques mois

Plus en détail

1 MILLIARD D EUROS DE FINANCEMENT DE L INNOVATION EN 2014, +30 %

1 MILLIARD D EUROS DE FINANCEMENT DE L INNOVATION EN 2014, +30 % COMMUNIQUE DE PRESSE 30 JANVIER 2014 LA NOUVELLE DONNE DE L INNOVATION PAR BPIFRANCE : NOUVEAUX MOYENS, NOUVEAUX DISPOSITIFS, NOUVEAUX PRODUITS 1 MILLIARD D EUROS DE FINANCEMENT DE L INNOVATION EN 2014,

Plus en détail

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Construisons ensemble le nouveau modèle français La crise économique mondiale, d une ampleur sans précédent depuis 80 ans, ralentit la consommation,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES.

DOSSIER DE PRESSE S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES. DOSSIER DE PRESSE LA RÉGION FRANCHE-COMTÉ ET LA CAISSE DES DÉPÔTS S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES 22 janvier 2015 Région Franche-Comté

Plus en détail

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France

CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France CDC Entreprises présente son étude annuelle : Le capital investissement dans les PME en France Communiqué de presse Paris, le 20 novembre 2012 CDC Entreprises, filiale de la Caisse des Dépôts, gère dans

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

CAPITAL INVEST PME 2015

CAPITAL INVEST PME 2015 FCPI CAPITAL INVEST PME 2015 SOUTENEZ LE DÉVELOPPEMENT D ENTREPRISES INNOVANTES TOUT EN ALLÉGEANT VOTRE FISCALITÉ EN CONTREPARTIE D UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL ET D UN BLOCAGE DE VOS AVOIRS DE 8 A 10

Plus en détail

Bpifrance, partenaire des entreprises innovantes. Véronique Jacq Directrice Investissement Numérique, Bpifrance Janvier 2014

Bpifrance, partenaire des entreprises innovantes. Véronique Jacq Directrice Investissement Numérique, Bpifrance Janvier 2014 Bpifrance, partenaire des entreprises innovantes Véronique Jacq Directrice Investissement Numérique, Bpifrance Janvier 2014 01. Bpifrance en bref 02. L offre pour les entreprises innovantes L investissement

Plus en détail

Les dispositifs financiers d innovation en faveur des PME. CISIT 6 novembre 2014

Les dispositifs financiers d innovation en faveur des PME. CISIT 6 novembre 2014 Les dispositifs financiers d innovation en faveur des PME CISIT 6 novembre 2014 01. Qui sommes-nous? Bpifrance plus près des entrepreneurs 42 implantations régionales 90% des décisions prises dans les

Plus en détail

Les moyens de financement mobilisables par les entreprises de la Plasturgie

Les moyens de financement mobilisables par les entreprises de la Plasturgie Les moyens de financement mobilisables par les entreprises de la Plasturgie Les entreprises industrielles s appuient régulièrement sur des moyens de financement autres que les fonds propres, afin de développer

Plus en détail

Services en ligne : Leader du conseil SICAV & FCP sur internet, Compte-titres, Assurance-vie

Services en ligne : Leader du conseil SICAV & FCP sur internet, Compte-titres, Assurance-vie Choisir l avenir Distribution de produits financiers : Conseil et optimisation du patrimoine privé et professionnel Ingénierie Financière pour PME : Introduction en Bourse, levées de fonds, LBO Private

Plus en détail

CAPITAL INVEST PME 2014

CAPITAL INVEST PME 2014 FCPI CAPITAL INVEST PME 2014 Soutenez le développement d entreprises innovantes tout en allégeant votre fiscalité en contrepartie d un risque de perte en capital Prise en compte des souscriptions - du

Plus en détail

Création d entreprise, mode d emploi 13/11/14 2

Création d entreprise, mode d emploi 13/11/14 2 13/11/14 1 Création d entreprise, mode d emploi 13/11/14 2 Les intervenants Séverine GERVAIS CCI Caen Normandie Boris FLECHE Fédération Française de la Franchise Yvon BEAUFILS Cabinet Tacher Isabelle ANDRIES-LAUDAT

Plus en détail

Compte rendu. Jeudi 21 mai 2015 Séance de 11 heures 15. Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance

Compte rendu. Jeudi 21 mai 2015 Séance de 11 heures 15. Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance Compte rendu Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance Jeudi 21 mai 2015 Séance de 11 heures 15 Compte rendu n 25 Audition, ouverte à la presse, de M. Patrice BÉGAY,

Plus en détail

TRANSMISSION PARTENAIRES FONDS COMMUN DE PLACEMENT À RISQUES

TRANSMISSION PARTENAIRES FONDS COMMUN DE PLACEMENT À RISQUES TRANSMISSION PARTENAIRES FONDS COMMUN DE PLACEMENT À RISQUES DURÉE DE BLOCAGE DE 7 ANS MINIMUM POUVANT ALLER JUSQU À 8 ANS MAXIMUM SUR DÉCISION DE LA SOCIÉTÉ DE GESTION (SOIT JUSQU AU 30/06/2022) A PLUS

Plus en détail

TechnologyFast50 Baromètre des candidats et lauréats 2006-2012. Novembre 2012

TechnologyFast50 Baromètre des candidats et lauréats 2006-2012. Novembre 2012 TechnologyFast50 Baromètre des candidats et lauréats 2006-2012 Novembre 2012 Sommaire 3 7 9 12 14 19 25 27 31 Présentation du baromètre Profil des entreprises Contexte économique Ressources humaines Financement

Plus en détail

CAPITAL INVEST PME 2012. Soutenez le développement d entreprises innovantes tout en allégeant votre fiscalité en contrepartie d un risque en capital

CAPITAL INVEST PME 2012. Soutenez le développement d entreprises innovantes tout en allégeant votre fiscalité en contrepartie d un risque en capital FCPI CAPITAL INVEST PME 2012 Soutenez le développement d entreprises innovantes tout en allégeant votre fiscalité en contrepartie d un risque en capital Prise en compte des souscriptions - du 16 avril

Plus en détail

Un expert comptable intervient pour l'établissement des comptes annuels et pour le conseil en gestion sociale, fiscale et juridique.

Un expert comptable intervient pour l'établissement des comptes annuels et pour le conseil en gestion sociale, fiscale et juridique. ACOMPTEA, en réponse à des questions diverses posées par ses clients, a pris l initiative de rédiger ce livre blanc. Le choix d un cabinet d expertise est déterminant car il va vous accompagner dans le

Plus en détail

ENQUÊTE ACCÈS AU FINANCEMENT

ENQUÊTE ACCÈS AU FINANCEMENT ENQUÊTE ACCÈS AU FINANCEMENT Réf : FI09AA / 000 003 183 38704 / C1G4 Pour tout renseignement concernant cette enquête, vous pouvez contacter M xxxxxxxxxx - Tél.xx xx xx xx xx - Courriel : xxxxxxxxxx@insee.fr

Plus en détail

BNP Paribas accompagne vos projets innovants PÔLE INNOVATION

BNP Paribas accompagne vos projets innovants PÔLE INNOVATION BNP Paribas accompagne vos projets innovants PÔLE INNOVATION L innovation est une des composantes majeures de la performance. Elle nécessite de recourir à des investisseurs, de solliciter des financements,

Plus en détail

Observatoire du Capital-Investissement Régional. Par Ambition Capital

Observatoire du Capital-Investissement Régional. Par Ambition Capital Observatoire du Capital-Investissement Régional Par Ambition Capital Dossier de presse - Juillet 2014 Sommaire Qu appelle-t-on le Capital Investissement? Présentation du club Ambition Capital et de ses

Plus en détail

L INITIATIVE «FRENCH TECH»

L INITIATIVE «FRENCH TECH» L INITIATIVE «FRENCH TECH» POUR LA CROISSANCE ET LE RAYONNEMENT DE L ÉCOSYSTÈME NUMÉRIQUE FRANÇAIS La French Tech en actions Mobilisation des écosystèmes sur les territoires : labellisation de quelques

Plus en détail

Fonds Commun de Placement dans l Innovation. innovation pluriel 2. Les atouts de la multigestion au service de vos placements en FCPI

Fonds Commun de Placement dans l Innovation. innovation pluriel 2. Les atouts de la multigestion au service de vos placements en FCPI Fonds Commun de Placement dans l Innovation Fcpi innovation pluriel 2 Les atouts de la multigestion au service de vos placements en FCPI Qu est-ce qu un FCPI? Créé par la Loi de finances de 1997, le Fonds

Plus en détail

Connaissez-vous GROUPAMA BANQUE?

Connaissez-vous GROUPAMA BANQUE? Groupama Banque - Direction de la communication externe - Groupama participe à la protection de l'environnement en utilisant un site imprim vert et des papiers issus des forêts gérées durablement et en

Plus en détail

Campagne «Mécène Adie pour l'emploi»

Campagne «Mécène Adie pour l'emploi» Paris, 9 avril 2015 Campagne «Mécène Adie pour l'emploi» Le Fonds Adie : Le fonds de dotation de l'adie lance 3 fonds pour l emploi - Jeunes, Femmes, Microfranchise solidaire - pour un programme philanthropique

Plus en détail

SG FRANCE PME. Pour profiter des opportunités du marché des PME et ETI françaises. Commercialisation jusqu au 31 juillet 2014

SG FRANCE PME. Pour profiter des opportunités du marché des PME et ETI françaises. Commercialisation jusqu au 31 juillet 2014 FONDS PROTÉGÉ EN CAPITAL À HAUTEUR DE 70% À L ÉCHÉANCE SG FRANCE PME Pour profiter des opportunités du marché des PME et ETI françaises Commercialisation jusqu au 31 juillet 2014 n Ce placement n est pas

Plus en détail

L innovation chez OSEO en 2010 L. REINHART Séminaire Aristote «La Recherche en quête d Innovation» Jeudi 18 Novembre 2010

L innovation chez OSEO en 2010 L. REINHART Séminaire Aristote «La Recherche en quête d Innovation» Jeudi 18 Novembre 2010 L innovation chez OSEO en 2010 L. REINHART Séminaire Aristote «La Recherche en quête d Innovation» Jeudi 18 Novembre 2010 Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Plus en détail

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1)

Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) 16 mars 2011 Le groupe Crédit Mutuel en 2010 Un réseau proche de ses sociétaires-clients, au service des entreprises créatrices d emplois dans les régions (1) Résultat net total 3 026 M (+61 %) Résultat

Plus en détail

amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire

amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire 1 amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire 1 - Amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire Les entreprises

Plus en détail

Pourquoi ne pas confier votre «bébé» à ceux qui vous ont aidé à le faire grandir? Transmission d entreprise en Scop. Le guide

Pourquoi ne pas confier votre «bébé» à ceux qui vous ont aidé à le faire grandir? Transmission d entreprise en Scop. Le guide Pourquoi ne pas confier votre «bébé» à ceux qui vous ont aidé à le faire grandir? Transmission d entreprise en Scop Le guide > Sommaire Les Scop, des atouts incontestables >>> 3 Un statut souple >>> 4

Plus en détail

Le rôle de Bpifrancedans le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi. Le 24 Septembre 2013 CMA Melun

Le rôle de Bpifrancedans le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi. Le 24 Septembre 2013 CMA Melun Le rôle de Bpifrancedans le Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Le 24 Septembre 2013 CMA Melun PRÉSENTATION DE LA Créée par la loi du 31 décembre 2012, le groupe Bpifrance est

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014

CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» SESSION PLENIERE DES 19 ET 20 JUIN 2014 CAHIER DES CHARGES DE L APPEL A PROJETS REGIONAL «INNOVATION» I.Contexte : Convaincue de l intérêt stratégique de l innovation pour le renforcement de la compétitivité des entreprises, la a lancé un appel

Plus en détail

Charte euro PP (PlaCements Privés) BerCy, le 30 avril 2014

Charte euro PP (PlaCements Privés) BerCy, le 30 avril 2014 Charte Euro PP (placements privés) Bercy, le 30 avril 2014 Michel Sapin ministre des Finances et des Comptes publics Arnaud Montebourg ministre de l Economie, du Redressement productif et du Numérique

Plus en détail

Ouvrez-vous à de nouveaux horizons

Ouvrez-vous à de nouveaux horizons Ouvrez-vous à de nouveaux horizons Avec le crowdlending, financez vos projets d avenir www.pretgo.fr Le crowdlending, le nouvel eldorado de l économie réelle Réelle alternative au financement bancaire

Plus en détail

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr

Rhône Développement Initiative 1993-2013. Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité. www.rdi.asso.fr Rhône Développement Initiative 1993-2013 Au service de l entrepreneuriat 20 ans et de l économie de proximité www.rdi.asso.fr Jean-Jacques MARTIN, Président de RDI Membre des réseaux nationaux RDI Edito

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

Découvrez l univers d OTC Asset Management

Découvrez l univers d OTC Asset Management Découvrez l univers d OTC Asset Management PaulHenry Schmelck (60 ans) > Docteur en médecine Michel Gomart (50 ans) > HEC & Droit Xavier Faure (38 ans) > Polytechnique X Patrick de Roquemaurel (52 ans)

Plus en détail

Patrick SENICOURT. André-Paul BAHUON. Membre CCEF Président de NOTA-PME et ORDIMEGA. Président de la CCEF Président du groupe CREATIS

Patrick SENICOURT. André-Paul BAHUON. Membre CCEF Président de NOTA-PME et ORDIMEGA. Président de la CCEF Président du groupe CREATIS André-Paul BAHUON Patrick SENICOURT Expert-comptable Commissaire aux Comptes Président de la CCEF Président du groupe CREATIS Ancien Professeur ESCP-Europe Membre CCEF Président de NOTA-PME et ORDIMEGA

Plus en détail

LES CLEFS DU FINANCEMENT. Comment bien préparer sa demande de financement?

LES CLEFS DU FINANCEMENT. Comment bien préparer sa demande de financement? LES CLEFS DU FINANCEMENT Comment bien préparer sa demande de financement? LES CLEFS DU FINANCEMENT Dolène MINATCHY Déléguée Commerciale Professionnels BRED BANQUE POPULAIRE Marcelino BUREL Président de

Plus en détail

Livret 2. Mise à jour février 2008. Département Tertiaire

Livret 2. Mise à jour février 2008. Département Tertiaire Déterminer mes choix juridiques Livret 2 Les modes d hébergement aidés de l entreprise Mise à jour février 2008 Département Tertiaire Avertissement au lecteur Le présent fascicule fait l'objet d'une protection

Plus en détail

Principales aides financières au Développement Export

Principales aides financières au Développement Export Principales aides financières au Développement Export Retrouver en page 5 " L appui régional aux Projets Stratégiques d Entreprises" > Régionales Programme ASTREE / Aide Stratégique Régionale à l Entreprise

Plus en détail

Consultation sur le livre blanc du financement de la TEE Préparation de la conférence bancaire et financière : Contribution de la Caisse des Dépôts

Consultation sur le livre blanc du financement de la TEE Préparation de la conférence bancaire et financière : Contribution de la Caisse des Dépôts 24 janvier 2014 Consultation sur le livre blanc du financement de la TEE Préparation de la conférence bancaire et financière : Contribution de la La place sa priorité stratégique «Transition Énergétique

Plus en détail

4,50 % Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020. par an (1) pendant 8 ans. Un placement rémunérateur sur plusieurs années

4,50 % Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020. par an (1) pendant 8 ans. Un placement rémunérateur sur plusieurs années Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020 4,50 % par an (1) pendant 8 ans Souscrivez du 30 janvier au 24 février 2012 (2) La durée conseillée de l investissement est de 8 ans. Le capital est garanti à l

Plus en détail

Appel à projets national «Outils web innovants en entreprise»

Appel à projets national «Outils web innovants en entreprise» Appel à projets national «Outils web innovants en entreprise» 1 Contexte - Objectif 1.1 Le développement des pratiques collaboratives dans les entreprises, un levier de compétitivité, Les outils web d

Plus en détail

Découvrez l univers d OTC Asset Management

Découvrez l univers d OTC Asset Management Découvrez l univers d OTC Asset Management PaulHenry Schmelck (60 ans) > Docteur en médecine Michel Gomart (50 ans) > HEC & Droit Xavier Faure (38 ans) > Polytechnique X Patrick de Roquemaurel (52 ans)

Plus en détail

Banque Populaire de l Ouest : des résultats 2013 de bonne facture

Banque Populaire de l Ouest : des résultats 2013 de bonne facture Communiqué de presse Rennes, le 18 avril 2014 Banque Populaire de l Ouest : des résultats 2013 de bonne facture En 2013, la Banque Populaire de l Ouest a injecté 1,5 milliard de nouveaux financements dans

Plus en détail

INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS

INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS INNOVER POUR ALLER PLUS LOIN Thibault CHARLES, Fondateur et directeur d isonomia «De formation ingénieur et expert en physique du

Plus en détail

SOMMAIRE RÉSULTATS SEMESTRIELS 2011 PRÉAMBULE 2 PERFORMANCE COMMERCIALE 6 RÉSULTATS CONSOLIDÉS 9 STRUCTURE FINANCIÈRE 13 SQLI EN BOURSE 18

SOMMAIRE RÉSULTATS SEMESTRIELS 2011 PRÉAMBULE 2 PERFORMANCE COMMERCIALE 6 RÉSULTATS CONSOLIDÉS 9 STRUCTURE FINANCIÈRE 13 SQLI EN BOURSE 18 SOMMAIRE RÉSULTATS SEMESTRIELS 2011 PRÉAMBULE 2 PERFORMANCE COMMERCIALE 6 RÉSULTATS CONSOLIDÉS 9 STRUCTURE FINANCIÈRE 13 SQLI EN BOURSE 18 STRATÉGIE & PERSPECTIVES 21 CONCLUSION 28 1 RAPPEL DU POSITIONNEMENT

Plus en détail

LES MATINALES DE. Avec le Soutien de la Délégation de l Union Européenne

LES MATINALES DE. Avec le Soutien de la Délégation de l Union Européenne LES MATINALES DE Avec le Soutien de la Délégation de l Union Européenne Yazid Taalba Hôtel Hilton - ALGER 3 Juin 2014 SOMMAIRE 1- Qu est ce qu est le capital investissement? 2- Qui intervient dans ce métier?

Plus en détail

Le plan de lutte contre la crise en Région Pays de la Loire

Le plan de lutte contre la crise en Région Pays de la Loire Le plan de lutte contre la crise en Région Pays de la Loire Directeur général adjoint en charge des finances et services généraux du conseil régional des Pays de la Loire Contexte La région des Pays de

Plus en détail