COMPTE-RENDU CAFE POLITIQUE DETTE ET FISCALITE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMPTE-RENDU CAFE POLITIQUE DETTE ET FISCALITE"

Transcription

1 COMPTE-RENDU CAFE POLITIQUE DETTE ET FISCALITE Christiane Taubira, députée de Guyane, représentante particulière auprès de François Hollande Pascal de Lima, économiste en chef, enseignant à l I.E.P Paris Thomas Piketty, directeur de recherche à l EHESS, professeur d économie à l Ecole d économie de Paris Le Truskel 12, rue Feydeau Paris Jeudi 26 avril 2012 de 19h00 à 21h00 Organisatrice et rédactrice : Pauline Gavrilov (Ingénieur-conseil, militante PS) Parti Socialiste Paris 32 rue A. Dumas tél

2 Le café politique s est déroulé en présence d une centaine de personnes dont de nombreux professionnels de la finance et de la banque, de fonctionnaires du ministère des Finances, de représentants syndicaux (SNUI-Sud Trésor) de la Direction générale des finances publiques (DGFIP), de militants du Parti socialiste, de sympathisants et d habitants notamment de la 1 ère circonscription de Paris. Introduction Pauline Gavrilov a énoncé le contexte et les enjeux du débat liés à l assainissement des finances publiques : faire progresser la réflexion sur les 2 problématiques de la dette et de la fiscalité à partir des résultats de recherches scientifiques, afin de permettre l élaboration d un dispositif juste, équitable et efficace qui permette de participer au redressement économique de la France dans le cadre du programme pour le changement de François Hollande en Les intervenants ont été présentés avec leur statut, leur ordre de passage et leur sujet d étude 1/Pascal de Lima sur la dette, 2/Thomas Piketty sur l imposition et 3/Christiane Taubira sur la cohérence politique des mesures et des idées. P. Gavrilov a précisé que le dialogue avec la salle serait privilégié et que par conséquent chaque intervenant disposerait de 10 minutes pour exposer son sujet. Ensuite, le dialogue pourrait s engager avec la salle. 1. Quel traitement équitable de la dette? Pascal de Lima Pascal de Lima a construit son exposé selon 2 axes principaux 1/ explication des mécanismes de création de la dette publique et 2/ mise en évidence des solutions justes et équitables. 1.1 Création du mécanisme de la dette publique P. de Lima a introduit son analyse du mécanisme de création de la dette en précisant le montant colossal de la dette qui est de milliards euros, soit 85,3% du PIB (insee 3 ème trimestre 2011) et il l a comparé en ordre de grandeur avec les 5 milliards de pertes accumulés par le trader Jérôme Kerviel pour le compte de la Société générale en Il a expliqué que le montant de la dette s accroissait dans le présent contexte, car la parité fixe entre le franc et l euro avait notamment mis un terme aux spéculations sur les taux de change ; en revanche, elle n a pas mis fin aux spéculations sur les taux d intérêts, bien au contraire. Or, les taux d intérêt étant très supérieurs aux taux de croissance, le montant des intérêts payés aux institutionnels - banquiers et assureursqui prêtent de l argent à l Etat augmentent de façon exponentielle. D où la nécessité de favoriser la croissance, notamment pour résorber la dette. Il a également montré que selon les chiffres de la Cour des comptes, la question de la dette était un problème 2

3 structurel lié aux déficits publics récurrents et non directement conjoncturel (engendré par la crise financière actuelle) et c est la raison pour la laquelle il fallait réfléchir à l élaboration et à la mise en œuvre de mécanismes innovants d évaluation des dépenses publiques qui prennent en considération les effets de feed-back, afin d ajuster les politiques publiques dans le temps et d améliorer ainsi leur l efficacité, notamment budgétaire. 1.2 Mise en évidence de solutions justes et pérennes pour résoudre la dette P. de Lima a ici introduit la nécessité de repenser la place et la fonction de la monnaie dans notre société. Dans le prolongement des travaux de John Rawls et de sa théorie de la justice (1971), P. de Lima a souligné le fait que la monnaie n était qu une création fictive et que l argent pouvait se retourner contre l homme, si son rôle n était pas défini précisément. La gestion de la monnaie doit respecter le principe d égalité des chances, car elle est un bien public et elle est liée à la notion de maximisation du bien-être et du bonheur social. L émission de la monnaie par le crédit bancaire introduit en ce sens un biais, puisque les banques organismes privés créent un bien public de façon privée. Le questionnement de la nationalisation des banques prend ici tout son sens. P. de Lima a mis en évidence le caractère européen de la dette du fait de l intégration financière et il a énoncé deux méthodes pour la maîtriser: soit la diversification des actifs financiers, soit au contraire leur spécialisation. La spécialisation est plus risquée, car elle fait peser l entier risque sur l investisseur, en cas de chute des cours. La diversification autorise la mutualisation des titres investis et donc la répartition du risque ; toutefois elle ne protège pas du risque de contagion. P. de Lima a évoqué la sortie de l Allemagne de la zone euro. Cette solution étudiée par de nombreux économistes, présenterait l avantage de rompre avec la parité fixe entre le deutsche mark et l euro et donc de pouvoir dévaluer l euro tout en maintenant un mark fort, ce qui permettrait aux Etats du Sud de retrouver une certaine marge d action politique. Une dévaluation permettrait de limiter le poids de la dette, de même que l inflation pourrait rééquilibrer les chances entre les fortunés et les non possédants. La dévaluation de l euro permettait, en outre, une relance des exportations. 3

4 Toutefois, cette solution n est pas sans risque, car elle pourrait mettre hors jeu les pays pauvres économiquement et présenterait un risque de démantèlement du projet européen, fondé historiquement sur le couple franco-allemand. P. de lima a terminé son exposé en présentant l une des solutions équitables pour soutenir la croissance qui serait le soutien à la recherche et à l innovation, par exemple l attribution du Crédit d impôt à la recherche (CIR) aux PME et non plus exclusivement aux grandes entreprises. 2. Mise en œuvre d un modèle d imposition juste et équitable Thomas Piketty Thomas Piketty a introduit son exposé en rappelant que la dette représentait 80% d une année de PIB, alors que les patrimoines équivalent à 6 années de PIB. Les ressources existent ; il faut par conséquent réussir à les mobiliser. Un système fiscal juste est donc indispensable. T. Piketty a contesté le mythe d une dette détenue par l étranger, en rappelant dans le même temps que les français possèdent autant de patrimoine à l étranger que les étrangers ont de patrimoine en France. T. Piketty a caractérisé le modèle d imposition français à la fois par son injustice, son inefficacité et sa trop grande complexité, d où la nécessité de repenser de façon globale et structurelle l impôt sur le revenu en France. 2.1 Nouveau modèle d imposition réappropriation par le citoyen du système d imposition T. Piketty a expliqué que le système d imposition français était injuste car il frappait en premier lieu les classes populaires et les classes moyennes, alors qu il était plus favorable aux classes aisées. Autrement dit, dès le prélèvement des différents impôts - impôt sur le revenu : IRPP et CGS / impôt sur le capital : ISF, TS / TVA) il existe une inégalité, puisque seul l impôt sur le revenu est progressif et que même dans ce cas, son taux n est pas calculé de façon suffisamment progressive. Le taux effectif d'imposition diminue en effet au fur et à mesure que le revenu augmente. Par conséquent, l imposition n est pas suffisamment équitable en France. A cela s ajoute le fait que les revenus du travail sont plus taxés que les revenus du capital dans notre société, ce qui confère au système actuel un caractère éminemment «régressif» qui s oppose à l esprit «progressif» postulé dans la conception de notre système d imposition. L épanouissement des talents et de la création est dès lors fortement refréné, ce qui ne profite pas à la relance de la croissance. 4

5 T. Piketty a indiqué qu il était nécessaire de mettre en œuvre une réforme structurelle du système d imposition français si l on souhaitait le rendre plus juste et plus efficace. Plus juste en ce sens qu il serait plus redistributif et qu il permettrait ainsi une meilleure cohésion sociale et plus efficace en ce sens qu il favoriserait la croissance au profit de la «rente». Il a notamment mis l accent sur la nécessité de lutter contre la trop grande complexité du système d imposition qui en accroît l opacité et favorise les «niches fiscales» et «autres cadeaux fiscaux» accordées aux classes les plus aisés et qui ne sont pas systématiquement les plus productives en termes de création de la croissance. 2.2 Les solutions pour une juste imposition T. Piketty a mis en évidence la nécessite de remettre à plat l intégralité du système d imposition, en incluant tous les types de revenus dans le calcul de l imposition : revenu, patrimoine, intérêts, dividende, plus values, etc. et notamment une large partie des revenus financiers qui échappait dans le système existant à l imposition. A la cible, la lutte contre les paradis fiscaux et le prélèvement libératoire seront ici 2 leviers à mettre en œuvre. L une des solutions mises en avant pour rendre l impôt plus juste serait de fusionner l impôt sur le revenu et de la CSG (contribution sociale généralisée) et de supprimer le prélèvement libératoire, la prime pour l emploi et le «bouclier fiscal». Il est à noter que la simplification du système d imposition ira de pair avec sa démocratisation, puisque les modèles mathématiques sophistiqués et leur exclusive possession au sein du ministère des finances ne seront plus en vigueur. T. Piketty a ensuite abordé au-delà de la simplification et de l assainissement du système, la nécessité de démocratiser les institutions européennes et notamment la BCE (banque centrale européenne), afin qu elle puisse avoir une gouvernance plus politique, ce qui permettrait d inclure un contrôle citoyen dans leur fonctionnement, notamment via le parlement européen. Il a ensuite abordé la question de l harmonisation fiscale européenne. Dénoncée comme un facteur de compétitivité «inéquitable» (Irlande par exemple), c est en même temps un volet régalien central. D où la question : l Europe est-elle dans l impasse pour ne pas avoir harmonisé la fiscalité? Et estce que cela fait sens, s il n y a pas un renforcement du budget communautaire? 3. Quel traitement de gauche pour la dette et quelle juste fiscalité pour redresser la France? Christiane Taubira Christiane Taubira a introduit son exposé en disant combien il était déterminant de rompre avec la politique fiscale et monétaire menée par Nicolas Sarkozy et son gouvernement, puisqu elle s était avérée être injuste socialement, hasardeuse politiquement et inefficace économiquement. Elle a dit le souhait de François Hollande d initier une réforme fiscale de grande 5

6 envergure, afin de participer au redressement économique de la France et d améliorer les conditions de vie et de travail de nos concitoyens. Pour atteindre cet objectif, dans le cadre du programme présidentiel pour le changement en 2012, il sera nécessaire de relancer la croissance, l emploi et la production. C est pourquoi la gauche préconise un certain nombre de mesures à même d instaurer le changement. régionaux de favoriser l activité des PME qui représentent 75% du tissu industriel, de promouvoir la recherche et l innovation, de renforcer la participation des PME dans la commande publique. Elle aura pour fonction de remédier aux dysfonctionnements du marché, ainsi qu aux anomalies du système bancaire en matière de financement des PME, en favorisant notamment les investissements stratégiques y compris à moyen et long termes dans les secteurs de l économie réelle dont les transformations écologique, numérique et énergétique de l industrie, ainsi que l artisanat et particulièrement en zone rurale. La BPI a été pensée comme un facteur de développement de l économie sociale et solidaire et de réduction des inégalités entre les territoires, ce qui à terme devrait participer à la réduction des déficits publics et donc à la réduction de la dette. C. Taubira a notamment mis l accent sur 2 des mesures phares contenues dans le projet présidentiel de François Hollande. 3.1 Les mesures préconisées par la gauche : la création de la banque publique d investissement La Banque publique d investissement (BPI) sera d accès facile à travers l ensemble du territoire. C. Taubira a expliqué que la BPI aurait pour mission à travers la mise en œuvre des fonds 3.2 Les mesures préconisées par la gauche : le contrat de génération En ce qui concernait le contrat de génération, C. Taubira a énoncé qu en matière de justice et d efficacité fiscales, cette mesure présentait une avancée et une piste intéressantes, notamment dans le secteur industriel puisque qu elle permettrait d exonérer de cotisations sociales pendant 3 ans les entreprises qui embaucheraient un jeune salarié de moins de 25 ans et qui serait formé par un sénior de plus de 55 ans. Une juste imposition au service de la création de l emploi et du soutien à la croissance. Le contrat de génération favorisera également la cohésion générationnelle entre les plus «jeunes» et les 6

7 «anciens» dans les entreprises et par ce mécanisme plus largement dans la société. C est ainsi que cette mesure a été pensée, afin de contribuer au renforcement de la cohésion sociale, ce qui constitue l un des objectifs majeurs de la réforme fiscale à venir. Elle contribuera, en outre, à l accession à un meilleur bien être économique, notamment pour certaines classes d âges qui sont peu favorisées sur le plan de l emploi. 4. Questions /réponses avec la salle Un échange très fourni a eu lieu avec la salle concernant les principaux points suivants : 4.1 Comment lutter contre les inégalités fiscales entre les territoires et notamment leur inégal degré d endettement? C. Taubira a rappelé que les systèmes de péréquation des ressources existent d ores et déjà et que les lois de décentralisation seraient renforcées à travers une plus grande autonomie des régions. 4.2 Le non remboursement de la dette pourrait-il être la solution? P. de lima a souligné le fait que le non paiement de la dette était un choix qui présentait de graves conséquences économiques et politiques d éclatement d un Etat, de guerres civiles, de prise du pouvoir par des forces non démocratiques, en prenant appui sur des exemples historiques tels que le refus de remboursement des emprunts franco-russes, la prise du pouvoir par Hitler en Autrement dit, le non remboursement de la dette pourrait présenter un risque de faillite des Etats endettés. Mais il a également rappelé que le défaut de remboursement (partiel ou total) revient à matérialiser le risque que les taux d intérêt élevés étaient censés couvrir. T. Piketty a également rappelé que le défaut de paiement pouvait avoir de graves conséquences, notamment parce que le risque systémique demeure réel. Il a plutôt préconisé une taxe sur le secteur bancaire, à la fois pour obliger les banques à être transparentes sur leurs comptes et pour ne pas courir le risque de faire peser le défaut sur des banques fragiles. 4.3 Pourquoi la banque centrale européenne ne prêt-elle pas directement à des taux raisonnables aux Etats emprunteurs au lieu de passer par les banques nationales qui opèrent une majoration des taux d intérêt? Depuis la Loi de 1973, les Etats ne peuvent plus émettre de la monnaie via leurs banques centrales cette mesure ayant été adoptée en son temps pour 7

8 lutter contre l inflation au cours des années T. Piketty a expliqué que la crise financière de , et notamment les faillites des banques privées avait contribué à remettre en cause ce principe. La BCE a racheté des titres de la dette publique et par ce moyen elle a donc prêté directement aux Etats, afin d éviter leur faillite. Les banques centrales ont donc un rôle central à jouer, notamment en temps de crise et il convient de réfléchir au renforcement de leur fonction en tant qu instrument financier moteur et non passif. Les Etats devront toutefois veiller à la maîtrise de leurs finances publiques. 4.4 Doit-on maintenir la taxe d habitation? T. Piketty a expliqué qu il préconisait conformément à la logique de simplification et d amélioration de la progressivité du système d imposition une réforme de la taxe d habitation, afin de la rendre proportionnelle aux revenus des contribuables. 4.5 Comment alléger la fiscalité des PME? Il existe une très grande inégalité fiscale entre les grandes entreprises et les PME, puisque les premières sont imposées en moyenne à 8%, alors que les PME le sont à 33%. Le PS instaure trois nouveaux taux d imposition : 15% pour les petites entreprises, 30% pour les entreprises de taille intermédiaire, 35% pour les autres. 4.6 Comment améliorer la gouvernance économique européenne et notamment le rôle de la BCE? Même si en période normale, il vaut mieux recourir à l impôt qu à l inflation, T. Piketty rappelle que la leçon de la crise de 2008, mais aussi des années 30 est que seule une banque centrale peut éviter la dépression, y compris en jouant sur l inflation si nécessaire. Or, la BCE ne peut jouer ce rôle actuellement, du fait des traités. Une monnaie unique avec de multiples dettes favorise la spéculation sur les taux d intérêt. Une monnaie commune implique une dette commune. Une telle réforme impliquerait la nécessité d une souveraineté démocratique parlementaire au niveau européen. La réforme de la BCE, comme de la gouvernance économique européenne, afin de la rapprocher des citoyens par un meilleur contrôle politique seront des sujets majeurs du prochain quinquennat. 4.7 Comment améliorer l efficacité des contrôles fiscaux? Parmi les solutions préconisées dont la réforme fiscale d envergure, il a été rappelé que l Etat pouvait aussi augmenter ses recettes en (re)donnant les moyens à l administration fiscale, notamment à la direction générale des finances publiques (DGFIP), afin d assurer ses missions de contrôle fiscal et de recouvrement. Par conséquent, il ne faudrait pas, comme on pourrait le 8

9 craindre, continuer de sacrifier cette administration en vue de redéployer les emplois supprimés vers un autre secteur de la fonction publique (les fameux postes dans l éducation nationale par exemple). En effet, à la DGFIP : emplois ont déjà été supprimés depuis 10 ans, dont depuis 5 ans il ne s agit pas seulement d 1 départ à la retraite sur 2 qui ne serait pas remplacé ; mais, 2 sur 3! S ajoutant à la politique fiscale de Sarkozy (bouclier fiscal, ISF, etc.), le défaut de moyens pour le contrôle fiscal représente un manque à gagner pour les caisses de l Etat (donc du déficit ) se chiffrant à plusieurs dizaines de milliards d euros par an (le syndicat majoritaire de la DGFIP Union SNUI-Sud Trésor Solidaires évalue les pertes liées à la fraude fiscale autour de 45 milliards d euros par an) François Hollande a fait du retour à la justice sociale un slogan de campagne. Or, la justice sociale passe par la justice fiscale. Et la justice fiscale, c est certes de la fiscalité ; cependant, pour l appliquer il est nécessaire d avoir le nombre adéquat d agents de l administration fiscale, afin qu ils soient en mesure d assurer l ensemble des missions qui sont les leurs. C. Taubira a répondu que François Hollande tâcherait d être responsable et raisonnable quant à la question du nombre de fonctionnaires et à la répartition des emplois dans l ensemble de la fonction publique. 4.8 Comment améliorer la progressivité de l impôt sur le revenu? T. Piketty a expliqué que la fusion de l impôt sur le revenu avec la CSG permettrait d accroitre la progressivité de l imposition. Il a notamment déconstruit le mythe du cadre moyen qui serait surtaxé dans la réforme fiscale qu il défend, en expliquant que le nouveau système d imposition serait neutre pour des revenus allant jusqu à 7000 euros de revenu mensuels la progressivité de l impôt s exercerait à partir de 8000 euros de revenus mensuels. La question de l inclusion du patrimoine dans le calcul de l imposition sur le revenu permettra d en accroître la progressivité. Il a, en outre, expliqué la nécessité de lutter contre la défiscalisation du patrimoine et de ses dividendes. 4.9 La Grèce doit-elle sortir de la zone euro? Les intervenants ont rappelé que la Grèce représentait 1% du PIB européen. L insuffisante collaboration entre le Parti socialiste français et le SPD allemand a été mise en évidence dans la recherche d une solution commune au problème de la Grèce face à l infructueuse gestion Sarkozy Merkel. Les intervenants ont rappelé la nécessité de faire suivre le pacte de solidarité pour la Grèce par un pacte de la croissance. P de Lima a expliqué que la sortie de l Allemagne de la zone euro permettrait d écarter les pays en difficultés de l ordolibéralisme 9

10 allemand. T. Piketty a précisé qu il fallait refonder le projet européen sur une meilleure gouvernance économique Elle implique également la création d une autorité politique fédérale à laquelle la BCE sera adossée. Conclusion En conclusion P. Gavrilov a rappelé que les questions débattues lors de la réunion publique sur la dette et la fiscalité étaient des questions fondamentales pour le redressement économique de la France et que les analyses et les résultats exposés lors de la réunion seraient mis en perspective, afin de contribuer à l approfondissement de la réflexion et de la compréhension de ces mécanismes financiers. Elle a souligné le fait que la droite n avait pas le monopole du savoir sur ces sujets, ainsi que sa déplorable gestion l avait démontré. L espoir suscité parmi les citoyens de l élaboration et de la mise en œuvre d un nouveau modèle financier, à la fois équitable et efficace, doit s incarner rapidement pour permettre l accès à un meilleur bien être économique et social. La séance a été levée à 21h00. 10

11 Table des matières Introduction Quel traitement équitable de la dette? Pascal de Lima Création du mécanisme de la dette publique Mise en évidence de solutions justes et pérennes pour résoudre la dette Mise en œuvre d un modèle d imposition juste et équitable Thomas Piketty Nouveau modèle d imposition réappropriation par le citoyen du système d imposition Les solutions pour une juste imposition Quel traitement de gauche pour la dette et quelle juste fiscalité pour redresser la France? Christiane Taubira Les mesures préconisées par la gauche : la création de la banque publique d investissement Les mesures préconisées par la gauche : le contrat de génération Questions /réponses avec la salle Comment lutter contre les inégalités fiscales entre les territoires et notamment leur inégal degré d endettement? Le non remboursement de la dette pourrait-il être la solution? Pourquoi la banque centrale européenne ne prêt-elle pas directement à des taux raisonnables aux Etats emprunteurs au lieu de passer par les banques nationales qui opèrent une majoration des taux d intérêt? Doit-on maintenir la taxe d habitation? Comment alléger la fiscalité des PME? Comment améliorer la gouvernance économique européenne et notamment le rôle de la BCE? Comment améliorer l efficacité des contrôles fiscaux? Comment améliorer la progressivité de l impôt sur le revenu? La Grèce doit-elle sortir de la zone euro?...9 Conclusion

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail

VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE?

VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE? PARIS, LE 17 FEVRIER 2011 VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE? I - LA FISCALITE SUR LE PATRIMOINE EN QUELQUES CHIFFRES La fiscalité sur les biens immobiliers représente 2,2% du PIB (1% pour

Plus en détail

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif :

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Un dispositif d une telle ampleur et avec tant d innovations, de simplications et de sécurisation, du jamais

Plus en détail

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Les premières mesures gouvernementales en matière d imposition des revenus (IR) et d impôt de solidarité sur la fortune (ISF) sont désormais connues.

Plus en détail

Commission des Affaires économiques. «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues

Commission des Affaires économiques. «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues Commission des Affaires économiques «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues La protection des épargnants «Le Gouvernement ne protège pas les petits épargnants comme

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

La fiscalité en France. Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires

La fiscalité en France. Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires La fiscalité en France Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires Les types d impôts On distingue deux types d impôts. Les impôts progressifs : leur taux s'élève avec la base d'imposition (le revenu

Plus en détail

Questions générales sur le Pacte

Questions générales sur le Pacte QUESTIONS-RÉPONSES Questions/réponses sur le pacte de responsabilité et de solidarité Questions générales sur le Pacte QUAND CES MESURES SERONT-ELLES TRADUITES DANS LA LOI? Certaines mesures entrent en

Plus en détail

Comité Directeur Confédéral Intervention économique. 16 mars 2011

Comité Directeur Confédéral Intervention économique. 16 mars 2011 Comité Directeur Confédéral Intervention économique 16 mars 2011 En 2010, le déficit budgétaire s est élevé à 148,8 milliards d euros Déficit public en 2010 s est élevé à 7,7 % du PIB Dette publique en

Plus en détail

Du produit intérieur brut (PIB) au revenu national (2010)

Du produit intérieur brut (PIB) au revenu national (2010) Du produit intérieur brut (PIB) au revenu national (2010) En 2010, le revenu moyen avant impôt des Français était de 33 000 par adulte et par an (2 800 par mois) Produit intérieur brut (PIB) (2010): 1

Plus en détail

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Arnaud Marchand et Olivier Jérusalmy Réseau Financité L attirance des Belges pour le compte d épargne est loin d être fortuite. Deux facteurs principaux

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii

la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii Finances publiques et croissance : la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii Piège de croissance et impuissance de la politique économique 2 Pourquoi la crise est-elle plus grave

Plus en détail

Fiche n 1 : Réforme de lʼisf Réponses aux mensonges de la droite

Fiche n 1 : Réforme de lʼisf Réponses aux mensonges de la droite LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RADICAL ET CITOYEN PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2011 6 JUIN 2011 Fiche n 1 : Réforme de lʼisf Réponses aux mensonges de la droite Du bouclier fiscal

Plus en détail

Réforme de la fiscalité du patrimoine. Contribution du groupe Nouveau Centre

Réforme de la fiscalité du patrimoine. Contribution du groupe Nouveau Centre Réforme de la fiscalité du patrimoine Contribution du groupe Nouveau Centre Février 2011 1 2 Sommaire Sommaire... 3 Introduction : équité fiscale et efficacité économique... 4 I- Une suppression du bouclier

Plus en détail

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET Cette fiche élaborée par la commission économie du Parti de Gauche révèle les 4 "erreurs" fondamentales issues de l'argumentaire que Monsieur Lenglet a opposé à Jean-Luc Mélenchon lors de l'émission des

Plus en détail

Les News d ESPACIMMO

Les News d ESPACIMMO JUILLET/ AOUT 2012 Les News d ESPACIMMO ESPACIMMO PATRIMOINE 28, rue de l Amiral Hamelin 75 016 PARIS Tél : 01 49 52 60 12 corinne.santos@espacimmo.fr www.espacimmo.fr Page.1 POINT BOURSE SOMMAIRE Page.1-3

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

Quelles orientations pour sortir de la crise? Argumentaire

Quelles orientations pour sortir de la crise? Argumentaire Quelles orientations pour sortir de la crise? Argumentaire Le début de l année fut marqué par la crise de la Grèce, avec la mise en place d un plan de sauvetage de 60 milliards d euros (prêts consentis

Plus en détail

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle 18 Juin 2014 1. Introduction La frilosité de l épargnant belge suite

Plus en détail

La réforme fiscale en marche?

La réforme fiscale en marche? La réforme fiscale en marche? Jacques Le Cacheux Professeur à l Université de Pau et des Pays de l Adour/CATT, Directeur du Département des études de l OFCE/Sciences-Po Depuis mai 2012, des mesures fiscales

Plus en détail

Le Groupe Socialiste, Radical et Citoyen à l Assemblée nationale

Le Groupe Socialiste, Radical et Citoyen à l Assemblée nationale Le Groupe Socialiste, Radical et Citoyen à l Assemblée nationale Ce document a été réalisé sur la base des études du Président de la Commission des Finances, Didier MIGAUD 1 1 2 3 4 5 Le bouclier fiscal

Plus en détail

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les 01 Intérieur LP 56 12/03/12 19:17 Page 129 Sortir de la crise de la dette en zone euro PIERRE DE LAUZUN* Points d attention 2012 * Économiste. Derniers ouvrages parus : L Économie et le Christianisme (F.-X.

Plus en détail

Juillet 2014 : l impôt sur le revenu (IRPP) a 100 ans

Juillet 2014 : l impôt sur le revenu (IRPP) a 100 ans Juillet 2014 : l impôt sur le revenu (IRPP) a 100 ans C est le ministre des Finances Joseph Caillaux, qui proposa dès 1907 (1) de créer un impôt sur le revenu en France. Mais sa proposition fut repoussée

Plus en détail

Pour sortir de la crise : plus ou moins d impôts? Les cas français, italien et suisse

Pour sortir de la crise : plus ou moins d impôts? Les cas français, italien et suisse Pour sortir de la crise : plus ou moins d impôts? Les cas français, italien et suisse Le cas Suisse Pr.Victoria CURZON PRICE IREF, Professeur honoraire Université de Genève La Suisse Adopte le «frein à

Plus en détail

Les baisses d'impôts annoncées par Nicolas Sarkozy : priorité juste ou mal choisie?

Les baisses d'impôts annoncées par Nicolas Sarkozy : priorité juste ou mal choisie? Page 1 sur 9 Les baisses d'impôts annoncées par Nicolas Sarkozy : priorité juste ou mal choisie? 2894 avis exprimés Question 1 : D'après ce que vous savez, les mesures contenues dans le "paquet fiscal"

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité Université citoyenne d Attac Toulouse, 22 août 2008 Jean-Marie Harribey et Dominique Plihon Les principes néolibéraux Théories de Hayek, Friedman

Plus en détail

11 juin 2014. Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014

11 juin 2014. Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014 11 juin 2014 Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014 - 2 - Sommaire Le Pacte de responsabilité et de solidarité pour la croissance et l emploi... 5 Les dates clés du pacte de responsabilité

Plus en détail

Abroger le bouclier fiscal

Abroger le bouclier fiscal NOTE n 57 - Fondation Jean-Jaurès / Groupe socialiste à l Assemblée nationale - 10 juin 2010 - page 1 Pierre-Alain Muet* * Député, rapporteur de la proposition de loi visant à abroger Est-il légitime de

Plus en détail

L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012

L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012 L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012 Pascale Micoleau-Marcel Déléguée Générale de l IEFP La finance pour tous Sommaire 1/ De quoi parle-t-on? 2/ Pourquoi

Plus en détail

La majorité actuelle a pris. politique fiscale. inconstitutionnel? La nouvelle. rend-elle l ISF

La majorité actuelle a pris. politique fiscale. inconstitutionnel? La nouvelle. rend-elle l ISF www.fondapol.org La nouvelle politique fiscale rend-elle l ISF inconstitutionnel? par Aldo Cardoso La majorité actuelle a pris la décision d appliquer un niveau d imposition sans précédent sur les revenus

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes Cartes sur table Pour une justice sociale et fiscale Quatre propositions concrètes AVERTISSEMENT La mission de la Fondation Jean-Jaurès est de faire vivre le débat public et de concourir ainsi à la rénovation

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse»

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Débat participatif La vie chère «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Ségolène ROYAL Les enjeux de notre débat : Réconcilier les Français

Plus en détail

L avenir de nos retraites n est pas une question anecdotique, ni une affaire d experts. Il s agit d un choix de société qui nous concerne toutes et tous, jeunes et vieux, femmes et hommes, salarié.e.s,

Plus en détail

Revenu national avant impôts: 2 800 (100%) Revenu disponible: 2 100 (74%) Revenu après impôts: 1 500 (51%)

Revenu national avant impôts: 2 800 (100%) Revenu disponible: 2 100 (74%) Revenu après impôts: 1 500 (51%) Séance n 8. TD Tableau n 1. La décomposition du revenu national en 2009 Montant (milliards d euros) Part (%) Revenus d activité salariaux 1014,3 73% Revenus de la propriété 281,1 20% Revenu d activité

Plus en détail

L impôt, les riches, la crise et la justice fiscale

L impôt, les riches, la crise et la justice fiscale L impôt, les riches, la crise et la justice fiscale Par Vincent Drezet Dans la lutte contre les inégalités, l impôt est outil sous-utilisé. Vincent Drezet revient sur l évolution néolibérale récente de

Plus en détail

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur,

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur, Version de : juillet 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances Les mécanismes européens de stabilité Sur la voie de l Union de la stabilité 1 2 3 4 ème volet Editorial

Plus en détail

ReThink:Tax. Mobiliser l épargne pour l investissement productif. ReThink:Tax

ReThink:Tax. Mobiliser l épargne pour l investissement productif. ReThink:Tax Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Bruxelles, 18 juin 2014 2 Une cellule de réflexion composée d experts

Plus en détail

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget 1 Une reprise de l activité qu il faut conforter La reprise est en cours : +1,0%

Plus en détail

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1 LES SIIC et la retraite Étude réalisée par Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF Les SIIC et la retraite 1 23 juin 2014 2 Les SIIC et la retraite La retraite est, avec l emploi et

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

SYNTHESE DE L ETUDE. A paraître dans La Revue de droit fiscal du 29 juillet 2011

SYNTHESE DE L ETUDE. A paraître dans La Revue de droit fiscal du 29 juillet 2011 1 Prof. Dr. (HDR) Eric PICHET. Professeur à BEM Bordeaux Management Schoool Chercheur-associé au LAREFI de Bordeaux IV eric.pichet@bem.edu SYNTHESE DE L ETUDE A paraître dans La Revue de droit fiscal du

Plus en détail

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions Le 11 février 2013 Fiscalité de l épargne et financement des entreprises Eléments de constat et propositions Les lois de finances adoptées au cours de ces deux dernières années ont appréhendé les revenus

Plus en détail

ECOLOGISTE ET SOCIAL

ECOLOGISTE ET SOCIAL Page 1 ********** POUR UN PACTE DE RESPONSABILITE ECOLOGISTE ET SOCIAL Exposé des motifs Le 14 janvier le Président de la République présentait ses vœux à la presse. A cette occasion il a détaillé ses

Plus en détail

II. - Dispositions du projet de loi

II. - Dispositions du projet de loi Le développement de l économie passe en priorité par la réhabilitation du travail comme moyen de procurer aux salariés un meilleur confort de vie et de relancer la machine économique. Le confort de vie,

Plus en détail

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO?

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? Tous les documents sont tirées de «La Grèce peut-elle se sauver en sortant de la zone euro?», Flash éco Natixis, 08 novembre

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Une majorité au travail

Une majorité au travail La lettre d émeric bréhier Le député de votre circonscription Assembléwe nationale-2012 Une majorité au travail Madame, Mademoiselle, Monsieur, Il y a 6 mois maintenant, le pays a donné une majorité au

Plus en détail

Qu est-ce qu être riche aujourd hui? Comment évolue la richesse? Activités pour l élève

Qu est-ce qu être riche aujourd hui? Comment évolue la richesse? Activités pour l élève Qu est-ce qu être riche aujourd hui? Comment évolue la richesse? Activités pour l élève Introduction Document 1 : Revenus élevés Les revenus des sportifs en France Sport Revenus annuels en millions d euros

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

Mesures évaluées 46 68 % 35 324 %

Mesures évaluées 46 68 % 35 324 % Niches fiscales et sociales Un inventaire à la Prévert Il a fallu un an au comité d évaluation (une douzaine de hauts fonctionnaires), au ministère du budget, pour sortir un très gros rapport qui inventorie

Plus en détail

«Quelle fiscalité pour le capital à risque?»

«Quelle fiscalité pour le capital à risque?» Réception de Nouvel An «Quelle fiscalité pour le capital à risque?» Bruno Colmant Administrateur délégué d Euronext Belgique, Docteur en Economie Appliquée (ULB) Membre du Conseil Supérieur des Finances,

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

DIMINUTION DU DÉFICIT PUBLIC : LES REFORMES ENVISAGEES. 26 Août 2011.

DIMINUTION DU DÉFICIT PUBLIC : LES REFORMES ENVISAGEES. 26 Août 2011. DIMINUTION DU DÉFICIT PUBLIC : LES REFORMES ENVISAGEES 26 Août 2011. Introduction 2 Introduction Le Gouvernement a annoncé le 24 août 2011, suite au Conseil des ministres, des mesures afin de réduire le

Plus en détail

LES 15 MENSONGES DE FRANCOIS HOLLANDE

LES 15 MENSONGES DE FRANCOIS HOLLANDE > ARGU FLASH < LES 15 MENSONGES DE FRANCOIS HOLLANDE 3 Janvier 2012 Le PS vient de sortir une campagne mensongère et outrancière sur les prétendus «15 chiffres de l échec de Nicolas Sarkozy». Nous réfutons

Plus en détail

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Construisons ensemble le nouveau modèle français La crise économique mondiale, d une ampleur sans précédent depuis 80 ans, ralentit la consommation,

Plus en détail

Annexe : Les principales mesures fiscales adoptées par le Parlement entre 2002 et 2012 2002

Annexe : Les principales mesures fiscales adoptées par le Parlement entre 2002 et 2012 2002 Annexe : Les principales mesures fiscales adoptées par le Parlement entre 2002 et 2012 2002 PLFR N 1 (Raffarin, Mer, Lambert) Baisse de l IRPP de 5%. Bénéficiaires : moyens et hauts revenus coût : 2,5

Plus en détail

La compétitivité de l industrie française est un enjeu majeur pour la politique européenne.

La compétitivité de l industrie française est un enjeu majeur pour la politique européenne. 007-011 Avant propos_avant-propos 25/07/13 17:20 Page7 Avant-propos Gerhard CROMME* L Europe et l Allemagne ont besoin d une France compétitive Cet article reprend les thèmes du discours prononcé par Gerhard

Plus en détail

L -franc en 16 points

L -franc en 16 points L -franc en 16 points Résumé : Nous faisons deux constats : Premièrement, nous vivons une massification de la pauvreté et une précarisation du salariat : 5 millions de chômeurs (sans compter les découragés

Plus en détail

HOLLANDE UN AN APRES L ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2012

HOLLANDE UN AN APRES L ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2012 Ifop Fiducial / Europe 1 Bilan de l action de François Hollande un an après l élection présidentielle de 2012 BILAN DE L ACTION DE FRANÇOIS HOLLANDE UN AN APRES L ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2012 La méthodologie

Plus en détail

France-Allemagne : Preis Vergleich

France-Allemagne : Preis Vergleich France-Allemagne : Preis Vergleich Les marchés financiers connaissent une période de rémission, dopés par les politiques ultraaccommodantes des banquiers centraux qui déversent des océans de liquidités

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

Les mesures en faveur de

Les mesures en faveur de Les mesures en faveur de l attractivité Invest in France La France est une destination de premier ordre pour les investissements directs étrangers. Elle accueille sur son sol plus de 0 000 entreprises

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

Les évolutions du financement de la sécurité sociale

Les évolutions du financement de la sécurité sociale Les évolutions du financement de la sécurité sociale A la différence de l assurance chômage et des retraites complémentaires, l évolution du financement de la sécurité sociale est marquée par une forte

Plus en détail

NOTE D INFORMATION : LA FISCALITE DES FRANÇAIS ETABLIS HORS DE FRANCE ETAT ACTUEL ET EVOLUTIONS EN COURS

NOTE D INFORMATION : LA FISCALITE DES FRANÇAIS ETABLIS HORS DE FRANCE ETAT ACTUEL ET EVOLUTIONS EN COURS Joëlle Garriaud- Maylam Sénateur représentant les Français établis hors de France NOTE D INFORMATION : LA FISCALITE DES FRANÇAIS ETABLIS HORS DE FRANCE ETAT ACTUEL ET EVOLUTIONS EN COURS Au 31 décembre

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité

Pacte de responsabilité et de solidarité Pacte de responsabilité et de solidarité Et mesures pour l accélération de l investissement Le premier ministre vient d annoncer des mesures pour soutenir l investissement public et privé qui complètent

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

GOUVERNEMENT WALLON Conseil de la Fiscalité et des Finances de Wallonie

GOUVERNEMENT WALLON Conseil de la Fiscalité et des Finances de Wallonie GOUVERNEMENT WALLON Conseil de la Fiscalité et des Finances de Wallonie Rapport relatif à l étude de la faisabilité d un impôt sur la fortune en Wallonie Mai 2015 1 1. Etude de la faisabilité d un point

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013)

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012 Le projet de Loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi 28 septembre 2012 constitue la première pierre de l architecture de la politique fiscale du Gouvernement. Il vient bouleverser

Plus en détail

Taxer la finance. Toby Sanger

Taxer la finance. Toby Sanger Taxer la finance Toby Sanger La crise financière et économique a entraîné une réévaluation du rôle, de la régle - mentation et de l imposition du secteur financier dans le monde, qui aurait dû être faite

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances Commissaire aux Comptes et Professeur de droit fiscal OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER www.editions-organisation.com/livres/denos

Plus en détail

Mai 2011. Fiscalité du patrimoine : quelle(s) réforme(s)? Union SNUI SUD Trésor Solidaires

Mai 2011. Fiscalité du patrimoine : quelle(s) réforme(s)? Union SNUI SUD Trésor Solidaires Mai 2011 DOSSIER DE PRESSE Fiscalité du patrimoine : quelle(s) réforme(s)? Enjeux et impact de la réforme de la fiscalité du patrimoine Union SNUI SUD Trésor Solidaires BOITE 29-80 Rue de Montreuil 75011

Plus en détail

LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC

LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC Mohamed SBIHI Professeur à la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales Rabat-Agdal Dans un contexte d ouverture, caractérisé

Plus en détail

11. Déduction du montant de l ISF des investissements dans les PME jusqu à 50.000 euros

11. Déduction du montant de l ISF des investissements dans les PME jusqu à 50.000 euros Lettre d'information - Mai - Juin 2007 MESURES FISCALES ANNONCÉES PAR LE NOUVEAU GOURVERNEMENT Sous réserve que ces mesures soient votées par le Parlement, certaines de ces mesures seraient applicables

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

LA REFORME FISCALE 2014 APPLICATION PRATIQUE AUX CHEFS D ENTREPRISES. 11 février 2014 CGPME AIN

LA REFORME FISCALE 2014 APPLICATION PRATIQUE AUX CHEFS D ENTREPRISES. 11 février 2014 CGPME AIN LA REFORME FISCALE 2014 APPLICATION PRATIQUE AUX CHEFS D ENTREPRISES 11 février 2014 CGPME AIN 1 La réforme fiscale 2014 Application pratique 8 aux chefs d entreprises Jacques - Vincent PIROUX Expert -

Plus en détail

Des engagements concrétisés : le Plan Fédéral pour les PME

Des engagements concrétisés : le Plan Fédéral pour les PME Des engagements concrétisés : le Plan Fédéral pour les PME Le Conseil des Ministres a approuvé ce vendredi 27 février le «Plan fédéral pour les PME» porté par le MR par l intermédiaire du Ministre des

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 La pluralité des lois de finances rectificatives en 2011 nécessite de s attarder sur certains points «sensibles»

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

Intervention de M. Didier Migaud, Premier président. Présentation à la presse du rapport public thématique

Intervention de M. Didier Migaud, Premier président. Présentation à la presse du rapport public thématique Intervention de M. Didier Migaud, Premier président Présentation à la presse du rapport public thématique «Les prélèvements fiscaux et sociaux en France et en Allemagne» Vendredi 4 mars 2011 Mesdames,

Plus en détail

Conseil national Samedi 29 novembre 2008 Issy-les-Moulineaux. POUR UNE CROISSANCE FORTE ET SOLIDAIRE Recommandations soumises au débat

Conseil national Samedi 29 novembre 2008 Issy-les-Moulineaux. POUR UNE CROISSANCE FORTE ET SOLIDAIRE Recommandations soumises au débat Conseil national Samedi 29 novembre 2008 Issy-les-Moulineaux POUR UNE CROISSANCE FORTE ET SOLIDAIRE Recommandations soumises au débat - Groupe de travail Economie - Pour la première fois depuis 1945, l

Plus en détail

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère»

«Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» «Selon les chiffres de la BNS, l évasion fiscale prospère» * Précision apportée par l auteur, publiée le 26 novembre. Voir en fin d'article Gabriel Zucman vient de publier un livre, «La Richesse cachée

Plus en détail

UNE FISCALITE DEFAVORABLE AU FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET QUI AFFECTE LEUR COMPETITIVITE

UNE FISCALITE DEFAVORABLE AU FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET QUI AFFECTE LEUR COMPETITIVITE UNE FISCALITE DEFAVORABLE AU FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET QUI AFFECTE LEUR COMPETITIVITE Partant d une situation déjà défavorable au financement des entreprises par fonds propres, les mesures fiscales

Plus en détail