Cours de révision MASC

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cours de révision MASC"

Transcription

1 Cours de révision MASC

2 1) Décrire les rayonnements émis par un matériau irradié par un faisceau de rayons X. Diffusion élastique Nom et nature du rayonnement diffusés élastiquement Caractéristiques (énergie, intensité, ) Energie et longueur d onde conservées Section efficace moyenne, augmente avec Z Technique(s) de caractérisation associée(s) Absorption par effet photoélectrique => Excitation de l atome Relaxation de l atome transmis ( RX NON absorbés) Photoélectrons Electrons Auger Pour les RX absorbés : Energie quantifiée = Energie de liaison de l e- + Energie du photoélectron (avec des discontinuités correspondant aux énergies de liaison des électrons) Energie quantifiée = Energie du photon incident Energie de liaison de l électron Section efficace élevée (même section efficace que pour l absorption des RX) Energie quantifiée = différence d énergies entre les 2 niveaux électroniques impliqués Section efficace plus élevée pour les éléments lourds Energie quantifiée = différence d énergies entre les 3 niveaux électroniques impliqués Section efficace plus élevée pour les éléments légers (cf. compétition avec émission des RX )

3 1) Décrire les rayonnements émis par un matériau irradié par un faisceau de rayons X. Nom et nature du rayonnement diffusés élastiquement transmis ( RX NON absorbés) Photoélectrons Electrons Auger Caractéristiques (énergie, intensité, ) Energie et longueur d onde conservées Section efficace moyenne, augmente avec Z Pour les RX absorbés : Energie quantifiée = Energie de liaison de l e- + Energie du photoélectron (avec des discontinuités correspondant aux énergies de liaison des électrons) Energie quantifiée = Energie du photon incident Energie de liaison de l électron Section efficace élevée (même section efficace que pour l absorption des RX) Energie quantifiée = différence d énergies entre les 2 niveaux électroniques impliqués Section efficace plus élevée pour les éléments lourds Energie quantifiée = différence d énergies entre les 3 niveaux électroniques impliqués Section efficace plus élevée pour les éléments légers (cf. compétition avec émission des RX ) Technique(s) de caractérisation associée(s) Diffraction des rayons X (XRD) Diffusion des rayons X aux petits angles (SAXS) Radiographie X / Tomographie X 3D Spectroscopies d absorption des RX (EXAFS, XANES) Spectrométrie de photoélectrons induits par rayons X (XPS) Spectrométrie de fluorescence X (XRF) Spectrométrie des électrons Auger induits par RX (AES-X) Informations apportées sur l échantillon Structure cristalline Forme, taille et topographie à l échelle nanométrique Structure interne d un objet Structure locale

4 2) Décrire les rayonnements émis par un matériau irradié par un faisceau d électrons accélérés. Nom et nature du rayonnement Caractéristiques (énergie, intensité, ) Energie et longueur d onde conservées Technique(s) de caractérisation associée(s) Diffusion élastique Electrons diffusés élastiquement Section efficace faible, augmente avec Z au CARRE (Z²) Interaction de freinage Diffusion inélastique => Excitation de l atome Relaxation de l atome de freinage (+ Electrons freinés) Electrons diffusés inélastiquement Electrons secondaires Rayonnements de relaxation : RX et électrons Auger Energie non-quantifiée comprise entre 0 et l énergie de l é incident Section efficace augmente avec Z (sur l ensemble du spectre) Energie quantifiée = Energie de l é incident Energie de liaison Energie de l é secondaire Energie non-quantifiée autour de 50 ev idem cas des RX incidents (cf. tableau précédent)

5 2) Décrire les rayonnements émis par un matériau irradié par un faisceau d électrons accélérés. Nom et nature du rayonnement Caractéristiques (énergie, intensité, ) Energie et longueur d onde conservées Technique(s) de caractérisation associée(s) Diffraction électronique Informations apportées sur l échantillon Structure cristalline Electrons diffusés élastiquement Section efficace faible, augmente avec Z au CARRE (Z²) électronique en transmission électronique à balayage (é- rétrodiffusés) Structure aux échelles Å Topographie de surface aux échelles 10 nm de freinage (+ Electrons freinés) Energie non-quantifiée comprise entre ~0 et l énergie de l é incident Section efficace augmente avec Z Aucune Application autre : source de RX (tube à RX) Electrons diffusés inélastiquement (sur l ensemble du spectre) Energie quantifiée = Energie de l é incident Energie de liaison Energie de l é secondaire Spectrométrie de pertes d énergie des électrons (EELS) Electrons secondaires Energie non-quantifiée autour de 50 ev électronique à balayage Topographie de surface aux échelles 10 nm Rayonnements de relaxation : RX et électrons Auger idem cas des RX incidents (cf. tableau précédent) Microanalyse par sonde électronique (EPMA) Spectrométrie é Auger induits par électrons (AES-E)

6 3) Décrire les techniques de caractérisation permettant de déterminer la forme, la taille ou la topographie de matériaux à l échelle micrométrique ou nanométrique. Nom et sigle de la technique Rayonnement(s) ou interaction(s) utilisé(s) Caractéristiques (performances, limites) Microscopes stigmatiques Microscopes à balayage optique (OM) électronique à transmission (MET) Electronique à Balayage (MEB) à force atomique (AFM) Photons visibles transmis ou diffusés (non absorbés) Incidents : él. accélérés (E de 80 kev à 400 kev) Mesurés : él. transmis ou diffusés aux petits angles Incidents : él. accélérés (1-50 kev) Mesurés : é secondaires, é rétrodiffusés Force interatomique = Répulsion entre nuages électroniques + Attraction de van der Waals Diffraction Granulométrie laser Photons visibles diffusés élastiquement / diffractés

7 3) Décrire les techniques de caractérisation permettant de déterminer la forme, la taille ou la topographie de matériaux à l échelle micrométrique ou nanométrique. Nom et sigle de la technique optique (OM) électronique à transmission (MET) Electronique à Balayage (MEB) à force atomique (AFM) Granulométrie laser Rayonnement(s) ou interaction(s) utilisé(s) Photons visibles transmis ou diffusés (non absorbés) Incidents : él. accélérés (E de 80 kev à 400 kev) Mesurés : él. transmis ou diffusés aux petits angles Incidents : él. accélérés (1-50 kev) Mesurés : é secondaires, é rétrodiffusés Force interatomique = Répulsion entre nuages électroniques + Attraction de van der Waals Photons visibles diffusés élastiquement => Diffraction Caractéristiques (performances, limites) Limite de résolution : nm Faible profondeur de champ Limite de résolution ~ Å Etude de la structure cristalline locale par mode champ sombre et diffraction électronique Limite de résolution : 1-10 nm Grande profondeur de champ Limite de résolution : Latérale : nm Verticale : 1-5 Å Echantillons présentant de faibles variations de relief (<µm) Particules entre 50 nm et qq mm De préférence sphériques et homogènes Critères de choix par rapport aux autres techniques Simple Très largement répandue Faible coût Faible résolution Image de la structure interne Echantillons de taille ou d épaisseur nanométrique (< nm) Image de surface Rapide Largement répandue Souvent couplé avec EPMA Très bonne résolution verticale Etude locale des forces de frottement, adhésion, Acquisitions longues Rapidité, Simplicité, Justesse, Reproductibilité, Statistique Indices optiques connus Modèle adapté : forme, distribution Facilité de mise en suspension

8 4) Décrire les techniques de caractérisation permettant de déterminer la composition chimique d un matériau. Nom et sigle de la technique Fluorescence X (XRF) Rayonnement(s) ou interaction(s) utilisé(s) Incidents : RX polychromatiques Mesurés : RX Caractéristiques (performances, limites) Critères de choix par rapport aux autres techniques Microanalyse par sonde électronique (EPMA) Incidents : faisceau d électrons accélérés (monochromatiques) Mesurés : RX Autres techniques : - Spectrométrie de pertes d énergie des électrons (EELS) (généralement couplé à un MET) Spectrométrie d émission atomique Excitation par plasma ou flamme Mesurés : photons dans UV- Vis-proche IR - Spectrométrie d absorption atomique (AAS) Spectrométries Auger et XPS Mesurés : Electrons (photoélectrons ou électrons Auger) - Spectrométrie d émission d ions secondaires (SIMS)

9 4) Décrire les techniques de caractérisation permettant de déterminer la composition chimique d un matériau. Nom et sigle de la technique Fluorescence X (XRF) Microanalyse par sonde électronique (EPMA) Spectrométrie d émission atomique Spectrométries Auger et XPS Rayonnement(s) ou interaction(s) utilisé(s) Incidents : RX polychromatiques Mesurés : RX Incidents : faisceau d électrons accélérés (monochromatiques) Mesurés : RX Excitation par plasma ou flamme Mesurés : photons dans UV- Vis-proche IR Mesurés : Electrons (photoélectrons ou électrons Auger) Caractéristiques (performances, limites) Qualitatif : Seuil de détection de 1 à 100 ppm (diminue avec Z) Quantitatif : 1-5% selon conditions (étalonnage, correction des effets de matrice, ) Qualitatif : Seuil de détection : fraction massique de (diminue avec Z) Quantitatif : Précision ~ 1% dans appareil dédié ~ 5-20% dans un MEB Qualitatif : Grande sensibilité : < mg/l Quantitatif : Précision ~ 1-3% Qualitatif : Sensibilité moyenne Quantitatif : Précision ~ 1-5% Critères de choix par rapport aux autres techniques Analyse globale Pour les éléments lourds (Z>5) Analyse quantitative sur perles ou pastilles avec l aide d étalons Effets de matrice Analyse locale : résolution ~ 50 nm-1 µm Pour les éléments lourds (Z>5-11) Analyse semi-quantitative Effets de matrice Quasiment tous les éléments Nécessite généralement une mise en solution Analyse de surface Auger : éléments légers XPS : tous éléments (Z>3)

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Déplacement d un TD : ven 18/04, 14h-15h30 (groupe II) Créneau de remplacement

Plus en détail

4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie

4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie 4- Méthodes physiques d analyse en métallurgie a) Classifications b) Microscope métallographique c) Microscope électronique à balayage d) Microscope électronique en transmission e) Diffraction des rayons

Plus en détail

Consignes pour les TP MASC et le projet MASC

Consignes pour les TP MASC et le projet MASC Consignes pour les TP MASC et le projet MASC Notation : note globale = 50%TP + 50 % Projet MASC Projet MASC Durée estimée : 12h de travail/groupe (binôme ou trinôme) Objectif : présenter un exemple d'analyse

Plus en détail

Microscopie à force atomique. (Atomic Force Microscopy, AFM)

Microscopie à force atomique. (Atomic Force Microscopy, AFM) Microscopie à force atomique (Atomic Force Microscopy, AFM) Introduction Résolution en microscopie classique La résolution est limitée par la diffraction par le diaphragme d ouverture. L image d un point

Plus en détail

MASC 3 ème partie : Microscopies

MASC 3 ème partie : Microscopies MASC 3 ème partie : Microscopies Programme : Microscopies électroniques (et techniques associées) Microscopie à force atomique Format : 6 cours, 5 TD, 2 TP Fascicule MASC 3 : Microscopies Microscopies

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

Scanner X. Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009

Scanner X. Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009 Scanner X Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009 Intervenant: F. Rousseau Les rayonsx Production des rayonsx Interaction avec la matière Détectiondes rayonsx Les scanners X

Plus en détail

TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES

TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES METHODES D ETUDE DE LA CELLULE UE2 SPR 2011-2012 1 NOTIONS THÉORIQUES Un microscope est un système grossissant composé de deux lentilles convergentes: L objectif, proche

Plus en détail

Chapitre B3a. Spectroscopie infrarouge (IR)

Chapitre B3a. Spectroscopie infrarouge (IR) Chapitre B3a. Spectroscopie infrarouge (IR) 1 Chapitre B3a. Spectroscopie infrarouge (IR) Pour déterminer la formule développée d une molécule, on peut utiliser diverses méthodes : Des méthodes chimiques

Plus en détail

MICROSCOPIE ELECTRONIQUE EN TRANSMISSION (MET) TRANSMISSION ELECTRON MICROSCOPY (TEM)

MICROSCOPIE ELECTRONIQUE EN TRANSMISSION (MET) TRANSMISSION ELECTRON MICROSCOPY (TEM) MICROSCOPIE ELECTRONIQUE EN TRANSMISSION (MET) TRANSMISSION ELECTRON MICROSCOPY (TEM) La microscopie électronique en transmission est proche dans son principe de la microscopie optique. Cependant la longueur

Plus en détail

L PRESENTATION GENERALE SCPIO

L PRESENTATION GENERALE SCPIO L PRESENTATION GENERALE SCPIO Nom : DEPARTEMENT PLATEFORME TECHNOLOGIQUE Sigle: CEA / DRT / LETI / DPTS SILICUIM Etablissement : CEA Grenoble Adresse : 7 rue des Martyrs Site Web : 804 GRENOBLE Cedex 9

Plus en détail

Microscopie Electronique en Transmission

Microscopie Electronique en Transmission Microscopie Electronique en Transmission Le principe de la microscopie électronique en transmission (MET) utilise le caractère ondulatoire des électrons en mouvement : un faisceau électronique est une

Plus en détail

Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via

Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via www.oca.eu/fmillour

Plus en détail

ETUDE DE L ORGANISATION CELLULAIRE

ETUDE DE L ORGANISATION CELLULAIRE METHODES D ETUDE DE LA CELLULE ETUDE DE L ORGANISATION CELLULAIRE Techniques morphologiques 1 Les microscopes Les microscopes utilisent la déviation d un flux ondulatoire de particules, soit non chargées

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section i-prépa - I. Limites de la mécanique de Newton : Au niveau macroscopique : un satellite peut graviter à une distance quelconque d un

Plus en détail

Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction

Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction Le Monde Quantique L3 PHYTEM Bases de la Mécanique Quantique Cours d introduction C. Fabre fabre@spectro.jussieu.fr rdres de grandeur - échelle terrestre : d 7 10 m 25 10 Kg - échelle terrestre : d 7 10

Plus en détail

Introduction à la spectroscopie UV-Visible. 1. Présentation. 2. Principe de la spectroscopie UV - Visible

Introduction à la spectroscopie UV-Visible. 1. Présentation. 2. Principe de la spectroscopie UV - Visible Introduction à la spectroscopie UV-Visible Article rédigé par Antoine Eloi (Professeur Agrégé de Chimie en Classes Préparatoires BCPST), édité par Nicolas Lévy (Responsable Editorial de CultureSciences-Chimie).

Plus en détail

Spectrophotométrie d absorption. http://www.youtube.com/watch?v=ximapwz5wsi

Spectrophotométrie d absorption. http://www.youtube.com/watch?v=ximapwz5wsi Spectrophotométrie d absorption http://www.youtube.com/watch?v=ximapwz5wsi Spectrophotométrie Usage de la lumière pour mesurer une concentration Basée sur l absorption des radiations lumineuses L absorption

Plus en détail

Microscopie électronique en. III. Micoscopie analytique

Microscopie électronique en. III. Micoscopie analytique Microscopie électronique en transmission III. Micoscopie analytique Nadi Braidy Professeur adjoint Génie chimique et génie biotechnologique Université de Sherbrooke 8 mars 2011 Plan III. Microscopie analytique

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

Les méthodes d observation

Les méthodes d observation Les méthodes de biologie cellulaire et moléculaire Les méthodes d observation Cocher la (ou les) proposition(s) vraie(s) 1. Concernant les constituants du microscope photonique : A. La lentille la plus

Plus en détail

Détail des enseignements scientifiques du 1 er semestre du M2 SMART-Nano (Blocs 1 à 4)

Détail des enseignements scientifiques du 1 er semestre du M2 SMART-Nano (Blocs 1 à 4) Détail des enseignements scientifiques du 1 er semestre du M2 SMART-Nano (Blocs 1 à 4) Bloc 1 Physique des milieux désordonnés Les Verres Les Polymères Comportements collectifs des colloïdes Structure

Plus en détail

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Scanner X Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Les rayons X Production des rayons X Interaction avec la matière Détection des rayons X Les scanners X Reconstruction de l image L image Ondes électromagnétiques

Plus en détail

CHAPITRE 6 : SPECTROSCOPIE U.V. VISIBLE

CHAPITRE 6 : SPECTROSCOPIE U.V. VISIBLE CHAPITRE 6 : SPECTROSCOPIE U.V. VISIBLE Lycée International des Pontonniers Novembre 2015 I. Généralités 1. Spectre d absorption - Lorsqu elle traverse une substance autre que l air ou le vide, la lumière

Plus en détail

RADIOGRAPHIE. Problème. m e = 9,1.10-31 kg = 5,5.10-4 u. 1 ev = 1,6.10-19 J 1 u = 931,5 MeV.c -2

RADIOGRAPHIE. Problème. m e = 9,1.10-31 kg = 5,5.10-4 u. 1 ev = 1,6.10-19 J 1 u = 931,5 MeV.c -2 RADIOGRAPHIE Problème Données : constante de Planck : h = 6,62.10-34 J.s masse de l électron : m e = 9,1.10-31 kg = 5,5.10-4 u charge élémentaire : e = 1,6.10-19 C célérité de la lumière dans le vide :

Plus en détail

Chapitre 2 Les rayonnements d'intérêt biomédical

Chapitre 2 Les rayonnements d'intérêt biomédical Chapitre 2 Les rayonnements d'intérêt biomédical 1. Introduction 2. Rayonnement corpusculaire 2.1 Les particules chargées 2.2 Les particules non chargées 3. Les ondes électromagnétiques 3.1 Définitions

Plus en détail

Organisation des appareils et des systèmes: Le domaine de l optique

Organisation des appareils et des systèmes: Le domaine de l optique Organisation des appareils et des systèmes: Bases physiques des méthodes d exploration UE 3A Le domaine de l optique Dr JC DELAUNAY PACES- année 2015/2016 OPTIQUE GEOMETRIQUE Stigmatisme Miroirs Dioptres

Plus en détail

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique (1) (2) (3) (4) (5) (6) Classe de TS Partie D-chap 16 Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique Connaissances et savoir-faire exigibles : Connaître les expressions

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I Les forces newtoniennes Les forces d interaction gravitationnelle et électrostatique ont une propriété commune : leur 1 valeur est proportionnelle à, où r représente la distance

Plus en détail

Interactions des rayonnements ionisants avec la matière

Interactions des rayonnements ionisants avec la matière UNIVERSITE HASSAN II AIN CHOK Faculté de Médecine Dentaire de Casablanca Département de B.M.F. Interactions des rayonnements ionisants avec la matière Pr Khalil EL GUERMAÏ Objectifs généraux g et spécifiques

Plus en détail

Equipement de l IS2M (Institut de Sciences des Matériaux de Mulhouse)

Equipement de l IS2M (Institut de Sciences des Matériaux de Mulhouse) Equipement de l IS2M (Institut de Sciences des Matériaux de Mulhouse) L'IS2M dispose d'un ensemble permettant de faire de la spectroscopie XPS, cet appareillage comporte deux analyseurs ainsi qu'une chambre

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES FERMETURES ET STORES DANS

LES CARACTERISTIQUES DES FERMETURES ET STORES DANS LES CARACTERISTIQUES DES FERMETURES ET STORES DANS LA RT2012 Dans la performance thermique et lumineuse des parois vitrées, les fermetures et les stores jouent le rôle de régulateur des entrées et sorties

Plus en détail

émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement

émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement E 3 E 3 E 3 émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement doc.1 : amplification du rayonnement par émission stimulée dans un milieu actif Milieu doc.2 : schéma de principe

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I) QUELQUES RAPPELS 1) Force de gravitation et force électrique 2) Les ondes électromagnétiques a) Domaine des ondes électromagnétiques - les infrarouges (IR), de 800 à 1400

Plus en détail

HISTOLOGIE TOPOGRAPHIQUE On est capable grâce aux techniques vues dans les ED

HISTOLOGIE TOPOGRAPHIQUE On est capable grâce aux techniques vues dans les ED HISTOLOGIE TOPOGRAPHIQUE On est capable grâce aux techniques vues dans les ED HISTOLOGIE TOPOGRAPHIQUE MORPHOLOGIQUE (MO-MET) Utilisation du tétrachrome. Dans l adénohypophyse en relation avec la post

Plus en détail

Instrumentation scientifique

Instrumentation scientifique JUIN 2015 A Milexia company Instrumentation scientifique Microscopie électronique Instrumentation associée Microscopie en champ proche Microscopie à rayons X Profilométrie optique Analyse élémentaire Analyse

Plus en détail

OBSERVER Couleurs et images Comment l œil fonctionne-t-il? D où vient la lumière colorée? Comment créer de la couleur?

OBSERVER Couleurs et images Comment l œil fonctionne-t-il? D où vient la lumière colorée? Comment créer de la couleur? OBSERVER Couleurs et images Comment l œil fonctionne-t-il? D où vient la lumière colorée? Comment créer de la couleur? Notions et contenus Compétences attendues Couleur, vision et image Couleur des objets.

Plus en détail

CPGE MPSI Programme de khôlle. Programme de khôlle. - Semaines 7 et 8 - (24/10 au 10/11) Bases de l optique géométrique

CPGE MPSI Programme de khôlle. Programme de khôlle. - Semaines 7 et 8 - (24/10 au 10/11) Bases de l optique géométrique Programme de khôlle - Semaines 7 et 8 - (24/10 au 10/11) Bases de l optique géométrique 1. Savoir que la lumière est une onde électromagnétique, se propagent de manière omnidirectionnelle à partir d une

Plus en détail

Diagnostics de spectroscopie visible et ultraviolet dans ITER

Diagnostics de spectroscopie visible et ultraviolet dans ITER Diagnostics de spectroscopie visible et ultraviolet dans ITER Y. Marandet CNRS/ Université de Provence Laboratoire de Physique des Interactions Ioniques et Moléculaires LRC CEA/Université Fédération fusion

Plus en détail

Méthodes expérimentales de la physique. Microscopie électronique

Méthodes expérimentales de la physique. Microscopie électronique Méthodes expérimentales de la physique Microscopie électronique 2. Sources et lentilles Jean-Marc Bonard jean-marc.bonard@epfl.ch Année académique 07-08 Introduction! Canon à électrons! Lentilles (+ diaphragmes)!

Plus en détail

III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION

III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION La cytométrie en flux décrit une technique d analyse de routine des cellules ou particules biologiques en suspension qui traversent une cellule de mesure les

Plus en détail

Spectroscopie infra-rouge

Spectroscopie infra-rouge Chimie organique 8 : Spectroscopie infra-rouge Jusqu au début du XX ème siècle, l identification de molécules organiques constituait un lourd travail. Les grosses molécules étaient d abord fragmentées

Plus en détail

Jean-François Morin! Nanosciences et nanotechnologies! CHM-4203! Chapitre 2. Les outils de caractérisation en nanoscience!

Jean-François Morin! Nanosciences et nanotechnologies! CHM-4203! Chapitre 2. Les outils de caractérisation en nanoscience! Chapitre 2 Les outils de caractérisation en nanoscience! Il existe plusieurs techniques de caractérisation pour l étude des nanostructures organiques, inorganiques et de surface. Les principales sont la

Plus en détail

Chapitre 2 Couleur des objets (17 exercices corrigés)

Chapitre 2 Couleur des objets (17 exercices corrigés) Chapitre 2 Couleur des objets (17 exercices corrigés) Exercice 6 page 40 1. Au niveau de la rétine de l œil humain, on trouve des cellules nerveuses en cônes et en bâtonnets. Ce sont les cellules en cônes

Plus en détail

Système d'imagerie confocale couplant micro-raman, micro-pl et AFM

Système d'imagerie confocale couplant micro-raman, micro-pl et AFM Système d'imagerie confocale couplant micro-raman, micro-pl et AFM José Alvarez Laboratoire de Génie Electrique de Paris (LGEP), Gif-sur-Yvette, France Quelques systèmes commerciaux Horiba JY + JPK AFM

Plus en détail

SPECTROMETRIE D ÉMISSION OPTIQUE SUR PLASMA INDUIT PAR LASER (LIBS)

SPECTROMETRIE D ÉMISSION OPTIQUE SUR PLASMA INDUIT PAR LASER (LIBS) SPECTROMETRIE D ÉMISSION OPTIQUE SUR PLASMA INDUIT PAR LASER (LIBS) PRINCIPE ET APPLICATIONS Patrick MAUCHIEN CEA- SACLAY 1 Plan de l exposé Principe et Historique Avantages et limitations Domaines d application

Plus en détail

Examen MASC STM1 ISIM, Juin 2002 Durée : 3h

Examen MASC STM1 ISIM, Juin 2002 Durée : 3h Examen MASC STM1 ISIM, Juin 2002 Durée : 3h Les calculatrices ainsi que tous les documents manuscrits ou distribués en cours sont autorisés. Les livres ou copies de livres sont interdits. Chaque partie

Plus en détail

Cours de physique appliqué Terminale STI électronique epix@fr.st. L optique (Chap 3)

Cours de physique appliqué Terminale STI électronique epix@fr.st. L optique (Chap 3) L optique (Chap 3)! Révisé et compris! Chapitre à retravaillé! Chapitre incompris 1. La lumière : La lumière est une onde électromagnétique, caractérisé par sa fréquence f. Les ondes électromagnétiques

Plus en détail

PHYSIQUE I. Partie I - Phénomène de polarisation de la lumière

PHYSIQUE I. Partie I - Phénomène de polarisation de la lumière PHYSIQUE I Le problème s intéresse à différents aspects de la polarisation de la lumière Les applications de ces phénomènes sont multiples et les dispositifs associés sont des composants de base dans les

Plus en détail

Journée de réflexion autour du Flagship Graphène 18 Avril 2013. Activités et projets. Spectroscopies optiques Propriétés opto-électroniques

Journée de réflexion autour du Flagship Graphène 18 Avril 2013. Activités et projets. Spectroscopies optiques Propriétés opto-électroniques Journée de réflexion autour du Flagship Graphène 18 Avril 213 Activités et projets Spectroscopies optiques Propriétés opto-électroniques Les groupes identifiés Bordeaux, Réseau Aquitain sur les Matériaux

Plus en détail

Techniques d analyses d œuvres d art

Techniques d analyses d œuvres d art Rappels : Pour espérer réussir à faire une conversion il est indispensable de connaître le tableau de multiples et sous multiples suivant : Gm Mm km m mm µm nm Pour convertir des centimètres en kilomètres,

Plus en détail

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Exercices. Sirius 1 re S - Livre du professeur Chapitre 4. Lumière et couleur. Exercices d application. 5 minutes chrono!

Exercices. Sirius 1 re S - Livre du professeur Chapitre 4. Lumière et couleur. Exercices d application. 5 minutes chrono! Exercices Exercices d application 5 minutes chrono! 1. Mots manquants a. produit b. polychromatique c. longueur d onde d. supérieure e. trichromatique f. cônes g. thermique h. Wien 2. QCM a. peut être

Plus en détail

Microscopies Électroniques

Microscopies Électroniques Microscopies Électroniques Polycopié A Interaction rayonnement - Matière Nicolas Menguy Institut de Minéralogie et Physique des Milieux Condensés Plan du cours A - Interaction rayonnement - Matière B -

Plus en détail

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses Etude expérimentale sur les interférences lumineuses La lumière est une onde électromagnétique. Deux ondes sont à même d interagir en se sommant. Dans certains cas particuliers, notamment pour deux rayons

Plus en détail

ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE

ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE ChapitreVI OPTIQUE NON LINEAIRE 41 VI-1- INTRODUCTION Les sources lasers ont bouleversé les méthodes et les possibilités de la spectroscopie: leurs très grande monochromaticité a permis de résoudre des

Plus en détail

- Constat -Concept - Technologies - Architecture - Performances - Quelques exemples -Conclusion. Rugosité multi-échelles

- Constat -Concept - Technologies - Architecture - Performances - Quelques exemples -Conclusion. Rugosité multi-échelles - Constat -Concept - Technologies - Architecture - Performances - Quelques exemples -Conclusion Rugosité multi-échelles Le Constat La société EOTECH est à l origine une société de distribution de matériels

Plus en détail

Chapitre II SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE

Chapitre II SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE Chapitre II SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV-VISIBLE I - DOMAINE UV-VISIBLE Le domaine UV-visible s'étend environ de 800 à 10 nm. visible : 800 nm (rouge) - 400 nm (indigo) proche-uv : 400 nm - 200

Plus en détail

Le microscope optique ou photonique

Le microscope optique ou photonique Le microscope optique ou photonique I description : Le microscope est composé de deux systèmes optiques, l objectif et l oculaire, chacun pouvant être considéré comme une lentille mince convergente L objectif

Plus en détail

I.M.A Institut de Maintenance Aéronautique Rue Marcel Issartier 33700 MERIGNAC. Propriétés de l atmosphère et aéronautique

I.M.A Institut de Maintenance Aéronautique Rue Marcel Issartier 33700 MERIGNAC. Propriétés de l atmosphère et aéronautique I.M.A Institut de Maintenance Aéronautique Rue Marcel Issartier 33700 MERIGNAC Propriétés de l atmosphère et aéronautique Janvier 2007 O.LOSEILLE Plan du cours I. Atmosphère réelle I.1 Chimiquement I.2

Plus en détail

PROGRAMME DES COURS :

PROGRAMME DES COURS : PROGRAMME DES COURS : M1 : Physique des Matériaux Propriétés thermiques des isolants Défauts et imperfections dans les matériaux cristallins Théorie des électrons libres Capacité calorifique, Conductivités

Plus en détail

Voir dans le nanomonde

Voir dans le nanomonde Voir dans le nanomonde Spectroscopie La lumière visible permettra-t-elle de «voir» les atomes? Fréquence micro onde Infrarouge Visible et UV Rayon X réaction des molécules rotation vibration des liaisons

Plus en détail

Capteur biomasse : une approche multitechnologie pour la maitrise des procédés thermochimiques

Capteur biomasse : une approche multitechnologie pour la maitrise des procédés thermochimiques Capteur biomasse : une approche multitechnologie pour la maitrise des procédés thermochimiques Pascal BOREL 25 septembre 2012 Séminaire BIOENERGIESUD Nîmes Préambule Les travaux présentés ici sont actuellement

Plus en détail

CHAPITRE 4 : ANALYSE DE SURFACE

CHAPITRE 4 : ANALYSE DE SURFACE CHAPITRE 4 : ANALYSE DE SURFACE 4.1. ANALYSE DES SURFACES PAR SPECTROMÉTRIE D ÉMISSION... 5 4.1.1 SPECTROMÉTRIE DES PHOTOÉLECTRONS - XPS... 5 4.1.1.1 Energie des pics XPS... 6 4.1.1.2 Désignation des pics

Plus en détail

Méthodes expérimentales de la physique

Méthodes expérimentales de la physique Méthodes expérimentales de la physique Physique des surfaces 1. Généralités Jean-Marc Bonard Année académique 07-08 Physique des surfaces! Endroit le plus accessible d un matériau solide! Beaucoup de phénomènes

Plus en détail

Détection et identification de radionucléides et d espèces chimiques à l état d ultratrace dans l environnement

Détection et identification de radionucléides et d espèces chimiques à l état d ultratrace dans l environnement Techniques de mesure en radioprotection et les défis rencontrés dans les milieux industriel et médical Les mesures de traces chez l homme et dans l environnement Mercredi 20 Nov. 2013 UIC - Paris Détection

Plus en détail

EP 2 219 203 A1 (19) (11) EP 2 219 203 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 18.08.2010 Bulletin 2010/33

EP 2 219 203 A1 (19) (11) EP 2 219 203 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 18.08.2010 Bulletin 2010/33 (19) (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (11) EP 2 219 3 A1 (43) Date de publication: 18.08. Bulletin /33 (1) Int Cl.: H01J 37/3 (06.01) H01J 37/26 (06.01) (21) Numéro de dépôt: 2926.1 (22) Date de dépôt:

Plus en détail

Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information

Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information Chapitre 1 : (Cours) Ondes et particules, supports d information Depuis plus d un siècle, les scientifiques étudient les rayonnements invisibles provenant de l Univers. C est ainsi que l on a pu mieux

Plus en détail

EPFL - Travaux pratiques de physique. Rayons X. Résumé

EPFL - Travaux pratiques de physique. Rayons X. Résumé Rayons X Résumé Les applications des rayons X sont nombreuses, tant en physique qu en biologie ou en médecine. Une introduction à la physique du rayonnement X est donc indispensable pour tout étudiant

Plus en détail

Reconstruction tridimensionnelle de la surface de fibres et suivi de leurs déformations

Reconstruction tridimensionnelle de la surface de fibres et suivi de leurs déformations Reconstruction tridimensionnelle de la surface de fibres et suivi de leurs déformations Kenza IKOUOUBEL Encadrants: Dr. Raphaël Passas, Dr. Pierre Dumont En collaboration avec Dr. Manuel Mikczinski (OFFIS)

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

Nanophosphors 27-09-07. Auteurs Guy BARET / Pierre Paul JOBERT

Nanophosphors 27-09-07. Auteurs Guy BARET / Pierre Paul JOBERT Nanophosphors 27-09-07 Auteurs Guy BARET / Pierre Paul JOBERT SARL 26 rue Barthélemy de Laffemas 26000 VALENCE tel +33 475 xxx xxx info@gritche-technologies.com www.gritche-technologies.com : nanomaterials

Plus en détail

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.

Année 2012-2013. DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris. Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm. février 2013 Année 2012-2013 DU Explorer et Comprendre l Univers Observatoire de Paris Cours : Ondes et instruments chantal.balkowski@obspm.fr Test de connaissances 1. Quelle est la caractéristique des

Plus en détail

Solutions. Liquides chargés : l optique voit tout

Solutions. Liquides chargés : l optique voit tout MESURES PHYSIQUES Liquides chargés : l optique voit tout Les suspensions rencontrées dans les milieux industriels ne sont pas faciles à analyser.la spectrophotométrie UV et la granulométrie ont chacune

Plus en détail

Chapitre 1 Ondes électromagnétiques

Chapitre 1 Ondes électromagnétiques Chapitre 1 Ondes électromagnétiques 1. Formules 2. Dualité onde-particule 3. Les types d ondes électromagnétiques 4. La thermoluminescence 5. Les applications des ondes électromagnétiques 6. Application

Plus en détail

Spectrophotomètre UV Visible (200 nm 800 nm)

Spectrophotomètre UV Visible (200 nm 800 nm) Spectrophotomètre UV Visible (200 nm 800 nm) Cet appareil est constitué d une fibre optique, d un réseau de diffraction, et d une caméra linéaire (capteur CCD de 2048 pixels de 14 µm x 200 µm). On obtient

Plus en détail

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE I LE PHENOMENE DE DISPERSION 1 Expérience 2 Observation La lumière émise par la source traverse le prisme, on observe sur l'écran le spectre de la lumière blanche.

Plus en détail

Résumé du cours précédent

Résumé du cours précédent MET Résumé du cours précédent En mode diffraction, on observe directement une coupe plane du RR Deux modes image : - champ clair : contraste relié au pouvoir diffusant en chaque point - champ sombre :

Plus en détail

Un.5/6 LA lumière des étoiles évaluation

Un.5/6 LA lumière des étoiles évaluation Un.5/6 LA lumière des étoiles évaluation Classe : Nom : sujet A Note : appréciation: Question n 1 : Relier chaque spectre à la légende qui lui correspond : a. Spectre émis par une étoile rouge b. Spectre

Plus en détail

Quantification de l énergie pour les systèmes simples

Quantification de l énergie pour les systèmes simples Les buts de cet amphi Quantification de l énergie pour les systèmes simples Chapitre 4 Utiliser le formalisme de la physique ondulatoire pour aborder des problèmes de physique d une grande importance pratique

Plus en détail

Chimie Analytique I: Chapitre 15 La spectroscopie UV-VIS

Chimie Analytique I: Chapitre 15 La spectroscopie UV-VIS Chimie Analytique I: Chapitre 15 La spectroscopie UV-VIS 15.1 Les espèces absorbantes Afin d'observer une transition électronique soit dans l'uv soit dans le visible, il faut que la molécule possède des

Plus en détail

La spectroscopie d émission infrarouge : un outil pour sonder les propriétés des matériaux sur plusieurs échelles

La spectroscopie d émission infrarouge : un outil pour sonder les propriétés des matériaux sur plusieurs échelles La spectroscopie d émission infrarouge : un outil pour sonder les propriétés des matériaux sur plusieurs échelles L. del Campo, H. Gomart, D. de Sousa Meneses, B. Rousseau, P. Echegut CEMHTI-CNRS, 1D Av.

Plus en détail

TP n 4 : Etude de sources de lumière Spectre de corps noir et loi de Wien

TP n 4 : Etude de sources de lumière Spectre de corps noir et loi de Wien TP n 4 : Etude de sources de lumière Spectre de corps noir et loi de Wien I. Etude de quelques sources de lumière Objectif : - Obtenir expérimentalement les spectres de quelques sources de lumière, et

Plus en détail

Spectroscopie UV-Visible. Pr. Franck DENAT ICMUB UMR 5260 9, Av. Alain Savary BP 47870 21078 Dijon Franck.Denat@u-bourgogne.fr

Spectroscopie UV-Visible. Pr. Franck DENAT ICMUB UMR 5260 9, Av. Alain Savary BP 47870 21078 Dijon Franck.Denat@u-bourgogne.fr Spectroscopie UV-Visible Pr. Franck DENAT ICMUB UMR 5260 9, Av. Alain Savary BP 47870 21078 Dijon Franck.Denat@u-bourgogne.fr Spectroscopie d absorption UV-Visible I. Introduction. Spectroscopie : Etude

Plus en détail

Ingénierie des Protéines (Initiation à la modélisation structurale) 2 cours (4h) : 13 et 20 fév (14 16 H)

Ingénierie des Protéines (Initiation à la modélisation structurale) 2 cours (4h) : 13 et 20 fév (14 16 H) Ingénierie des Protéines (Initiation à la modélisation structurale) 2 cours (4h) : 13 et 20 fév (14 16 H) Structures des protéines Modélisation moléculaire Modélisation par homologie 1 TD/TP informatique

Plus en détail

obs.5 Sources de lumières colorées exercices

obs.5 Sources de lumières colorées exercices obs.5 Sources de lumières colorées exercices Savoir son cours Mots manquants Chaque radiation lumineuse peut être caractérisée par une grandeur appelée longueur d onde dans le vide. Les infrarouges ont

Plus en détail

Chromatographie liquide haute performance (CHLP)

Chromatographie liquide haute performance (CHLP) Chromatographie liquide haute performance (CHLP) La chromatographie liquide haute performance (CHLP en français, HPLC en anglais) est une technique analytique très générale d emploi. Elle correspond à

Plus en détail

INITIATION A LA MICROSCOPIE ELECTRONIQUE A BALAYAGE MEB MEB MEB MEB MEB MEB MEB MEB MEB MEB MEB MEB MEB MEB MEB MEB MEB MEB MEB

INITIATION A LA MICROSCOPIE ELECTRONIQUE A BALAYAGE MEB MEB MEB MEB MEB MEB MEB MEB MEB MEB MEB MEB MEB MEB MEB MEB MEB MEB MEB INITIATION A LA MICROSCOPIE ELECTRONIQUE A BALAYAGE par François GOUTENOIRE et Vincent MAISONNEUVE MEB MEB MEB MEB MEB MEB MEB MEB MEB MEB MEB MEB MEB MEB MEB MEB MEB MEB MEB Micrographie par MEB d une

Plus en détail

La LIBS et l analyse de process

La LIBS et l analyse de process La LIBS et l analyse de process François Fariaut Elisabeth Bouriah-Coindre Ali Fortas IVEA : 9 rue Raoul Dautry - escalier C - 91190 Gif sur Yvette 1 Plan 1. Introduction 2. Différentes techniques d analyse

Plus en détail

Microscopie électronique à balayage (MEB)

Microscopie électronique à balayage (MEB) Microscopie électronique à balayage (MEB) MEB et microscopie à force atomique (MFA): techniques de balayage, acquisition séquentielle de l image y MEB: sonde = faisceau d électrons MFA: sonde = pointe

Plus en détail

Propriétés optiques des matériaux : absorption, réflexion, réfraction, dispersion

Propriétés optiques des matériaux : absorption, réflexion, réfraction, dispersion Propriétés optiques des matériaux : absorption, réflexion, réfraction, dispersion Les matériaux utilisés pour réaliser des composants optiques sont ± absorbants (pertes énergétiques selon le trajet Flux

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

1) Sources de lumières

1) Sources de lumières TP COURS OPTIQUE GEOMETRIQUE Lycée F.BUISSON PTSI CONNAISSANCE DE BASES EN OPTIQUE GEOMETRIQUE 1) Sources de lumières 1-1) Sources à spectre de raies ou spectre discontinu Ces sources émettent un spectre

Plus en détail

Documents de Physique-Chimie M. MORIN

Documents de Physique-Chimie M. MORIN 1 I. Domaines d étude de ces deux techniques. Thème : Analyse spectrale. Partie : Spectroscopie Cours 9 : Spectroscopie I.R et R.M.N http://actions.maisondelachimie.com/outils_pedagogiques.html I.R. :

Plus en détail

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG)

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) Spectroscopie d émission: Luminescence 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) I. Principe Etat excité instable Photon Retour à l état fondamental??? Conversion interne (non radiatif)

Plus en détail

Communications Numériques par Fibre Optique

Communications Numériques par Fibre Optique Université Mohammed Premier École Nationale des Sciences Appliquées d Oujda Cours de la 5 ème Année : Cycle d Ingénieurs Module 5M4 Version 1.0 (Septembre 2009) Communications Numériques par Fibre Optique

Plus en détail

I- Spectres UV-visible

I- Spectres UV-visible Objectif : Comprendre comment l étude de spectre donne des informations sur les composés chimiques. I- Spectres UV-visible 1. Activité 1 p 88 Matériel : B : un spectrophotomètre et ses cuves ; une solution

Plus en détail

ÉQUIPEMENT DE LA PLATEFORME «SIV» (SPECTROSCOPIE ET IMAGERIE VIBRATIONNELLE)

ÉQUIPEMENT DE LA PLATEFORME «SIV» (SPECTROSCOPIE ET IMAGERIE VIBRATIONNELLE) ÉQUIPEMENT DE LA PLATEFORME «SIV» (SPECTROSCOPIE ET IMAGERIE VIBRATIONNELLE) Bien que plusieurs laboratoires en Aquitaine disposent de spectromètres Raman ou Infrarouge FTIR, la plateforme SIV sur laquelle

Plus en détail

PROGRESSION. Agir. Sciences Physiques 1 S. Observer. Olivier Gayrard. Nom : Prénom : Cahier de suivi des compétences 2014/2015.

PROGRESSION. Agir. Sciences Physiques 1 S. Observer. Olivier Gayrard. Nom : Prénom : Cahier de suivi des compétences 2014/2015. PROGRESSION Sciences Physiques 1 S Olivier Gayrard Observer Comprendre Nom : Prénom : Cahier de suivi des compétences Agir 2014/2015 Lycée Saint Joseph Gaillac Compétences générales Les curseurs compétences

Plus en détail

Transmission de l énergie solaire au travers de l atmosphère. Spectres d absorption. Appauvrissement du rayonnement

Transmission de l énergie solaire au travers de l atmosphère. Spectres d absorption. Appauvrissement du rayonnement Transmission de l énergie solaire au travers de l atmosphère Réception du rayonnement solaire à la limite de l atmosphère Processus d appauvrissent du rayonnement solaire par les différentes couches atmosphérique

Plus en détail