L emploi rural et l emploi informel : Précarité et vulnérabilité au travail

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L emploi rural et l emploi informel : Précarité et vulnérabilité au travail"

Transcription

1 Policy Brief Employment Royaume du Maroc Ministère de l Emploi et des Affaires ociales International Labour Office Note synthétique de politique L emploi rural et l emploi informel : Précarité et vulnérabilité au travail Août 2014 Cette note présente une analyse de la situation (emploi informel et rural) puis des mesures menées par le Maroc sur la dernière décennie ; enfin des recommandations sont formulées pour renforcer l impact des politiques publiques. Résumé L emploi informel et rural est prépondérant La politique de l emploi au Maroc doit tenir compte de la prépondérance de l emploi informel par rapport à l emploi formel. La précarité de l emploi touche la majorité des travailleurs, en particulier ceux qui occupent des emplois informels et des emplois en milieu rural. Cette vulnérabilité dans l emploi touche notamment les femmes, les jeunes et les non diplômés. Pourquoi les travailleurs entrent ils dans l informel? L emploi informel s est accru avec la baisse du chômage sur la dernière décennie, il est un secteur refuge ; le secteur public fournit de moins en moins d emplois et le secteur privé formel ne peut absorber toute l offre de travail, surtout en raison de l inadéquation des compétences offertes. Pourquoi doit-on porter une attention particulière à l emploi informel et rural? L emploi informel et rural, c est majoritairement de l emploi précaire et vulnérable, avec une proportion forte de travailleurs pauvres. La précarité et la pauvreté dans l emploi doivent faire l objet d une attention particulière de la part des décideurs politiques au moins au même titre que le chômage des diplômés.

2 1. L Emploi informel et rural en quelques chiffres L emploi informel concerne la majorité des travailleurs au Maroc : La majorité des travailleurs (80%) ne sont pas affiliés à un système de couverture sociale Près des deux-tiers des salariés n ont pas de contrat (64% en 2012), surtout dans le secteur privé (70%) Un grand nombre de travailleurs sont dans la précarité et la pauvreté : 10% sont pauvres, 53% travaillent plus de 48 heures par semaine (2012), 8% ont des contrats précaires. L emploi informel et le secteur informel au Maroc : de quoi parle-t-on? L emploi informel se définit par l absence d affiliation à un système de couverture sociale, ou l absence d un contrat de travail ou encore une faible qualité de l emploi ; il peut se trouver dans le secteur public (y compris les administrations et collectivités locales) ou le secteur privé, dans les grandes ou les petites entreprises. Le secteur informel est défini par les unités de production ne tenant pas de comptabilité conforme à l organisation comptable en vigueur au Maroc (ENSI 1999 et 2007). Trois caractéristiques du secteur informel au Maroc : (i) il contribue fortement à la création des entreprises et des emplois ; (ii) il a une forte capacité d adaptation aux mutations économiques et aux crises (secteur refuge pour les jeunes peu qualifiés et pour les salariés rejetés du secteur formel), (iii) les revenus générés sont faibles et la proportion de travailleurs pauvres et précaires est très forte. Le secteur informel au Maroc c est : 14% du PIB ; 37% des emplois non agricoles : 81% des emplois dans le commerce, 34% dans l industrie, 18% dans les services et 17% dans le BTP ; une faible productivité et de bas revenus :. la majorité des emplois sont dans le micro-commerce et les micro-services (91%) ;. le segment productif (micro-entreprises de 3 à 9 employés) regroupe 7% des unités informelles ;. le segment inférieur (emplois de subsistance) regroupe 75% des unités informelles ;. les salariés sont 16% de travailleurs du secteur informel (total) et 54% des travailleurs dans les microentreprises (segment supérieur) ;. le revenu moyen des petits employeurs informels représente 60% du salaire minimum ; des moyens limités : les opérateurs informels ont un faible accès au crédit : le recours au crédit bancaire (1% des unités) ou microcrédit (2% des unités) est limité ; un niveau de qualification limité : 47% des travailleurs n ont aucune qualification, 3% ont suivi une formation professionnelle et 42% ont appris leur métier sur le tas ; de faibles logiques entrepreneuriales : la majorité des unités opèrent dans des logiques de redistribution et non d accumulation du capital ; des micro-entreprises qui font face à une taxation excessive et une règlementation du travail inadaptée. L emploi dans le secteur informel a augmenté avec la baisse du taux de chômage : La baisse du taux de chômage observée depuis une dizaine d années cache une autre réalité : de plus en plus de travailleurs se réfugient dans le secteur informel avec des revenus plus faibles, des emplois plus vulnérables et moins protégés Le marché du travail au Maroc est segmenté La hausse de l emploi dans le secteur informel a créé plus de concurrence et les travailleurs y deviennent de plus en plus pauvres : il y a saturation et relative tertiarisation du secteur informel avec peu de création de richesses. L emploi public (modèle administratif) : correspond à l emploi permanent à temps plein, se définit par rapport au niveau de formation ; la demande de diplômes diminue, induisant des déclassements et une file d attente (où les moins diplômés sont les plus au chômage de longue durée). L emploi dans les entreprises privées (modèle industriel) : l emploi est plus flexible et l évaluation des compétences s opère au-delà de la référence à la formation, les rémunérations sont fixées de façon collective ; la demande de travail est une demande de qualification à contenu technique mais avec des déséquilibres (inadéquation entre offre et demande de travail). L emploi dans les unités artisanales et familiales (modèle concurrentiel) : l emploi est très flexible de par l objectif de rentabilité immédiate, le chômage est frictionnel et les réseaux relationnels prédominent. L emploi indépendant ou familial non rémunéré (modèle domestique) : l accès à l emploi passe par les réseaux sociaux et les logiques de survie dominent.

3 La faible qualité des emplois et vulnérabilité au travail concerne surtout les travailleurs informels et ruraux, et en particulier les femmes, les jeunes et les non diplômés (qui représentent 60% des actifs occupés) : Le sous-emploi est prédominant en milieu rural : le chômage en zones rurales est particulièrement masqué par le sous-emploi vu les spécificités et la nature des activités rurales : le sous emploi touche 10 % des travailleurs ruraux en 2013 (contre 8,4% en zones urbaines) ; il varie entre 2,5% pour les femmes rurales et 13,9% pour les hommes ruraux ; Le chômage ne concerne que près de 4% des actifs ruraux qui ne peuvent se permettre de rester sans travail ; il reste surtout un phénomène urbain (14% des actifs urbains en 2013) et s explique par l afflux des actifs ruraux à la recherche d emploi dans les villes et par une participation accrue de la femme citadine au marché du travail ; La participation au marché du travail est plus importante en milieu rural : le taux d activité des femmes est de 37% en milieu rural (18% dans les villes) et le taux d activité des jeunes (15 à 24 ans) est 43% en milieu rural (23% en milieu urbain) ; L emploi non rémunéré concerne 40% de l emploi en milieu rural en 2013 (contre 4,1% de l emploi en milieu urbain) ; en milieu rural, près de 74% des femmes actives (2012) et près de 68% des jeunes de moins de 25 ans actifs exercent des activités non rémunérées et non couvertes par la législation du travail ; Le niveau de qualification est faible parmi les actifs ruraux : 18% d entre eux sont diplômés (contre 58% parmi les actifs urbains) ; La proportion des salariés dans l emploi est de 24% en zones rurales (contre 65% en zones urbaines) ; le travail indépendant représente près d un tiers (30%) des emplois ruraux (contre près d un quart des emplois urbains) et les aides familiales sont 40% des actifs occupés ruraux (contre 3% des actifs occupés urbains) ; Le bénéfice d une couverture médicale ne concerne que 19% de la population active occupée au niveau national en 2012 ; le taux d affiliation à un régime d assurance maladie varie entre 46% chez les femmes actives en milieu urbain et seulement 1% chez les femmes actives en milieu rural (contre 6% chez les travailleurs ruraux hommes) ; le taux d affiliation est de 7% chez les actifs non diplômés contre un peu plus de 24% chez les actifs occupés titulaires d un diplôme supérieur ; Plus de 6 actifs occupés sur 10 exercent sans contrat de travail : 11% des emplois en milieu rural sont exercés avec un contrat écrit (contre 40% en milieu urbain) ; 11% des jeunes travailleurs ont un contrat de travail et 14,5% des non diplômés (contre 80% chez les diplômés de l enseignement supérieur) ; Le travail occasionnel ou saisonnier concerne près de 8% de la population active occupée au niveau national : parmi les hommes ruraux, 1 homme sur 10 exerce une activité occasionnelle ou saisonnière ; parmi les femmes rurales, 42% exercent un emploi à temps partiel (contre 5% chez les femmes actives urbaines) ; L exercice d une activité secondaire peut être interprété indirectement comme un indicateur d insatisfaction par rapport à l activité principale : 2,6% de la population active occupée a déclaré exercer une activité secondaire, principalement les non diplômés et les adultes âgés entre 35 et 59 ans ; Le désir de changer d emploi (qui peut recouvrir une situation d insatisfaction par rapport à l emploi exercé) est exprimé par 17% des actifs occupés ; cette proportion est deux fois plus importante chez les jeunes de 25 à 34 ans et parmi les non diplômés, le désir de changer l emploi concerne plus de 6 personnes sur 10. Les catégories vulnérables sur le marché du travail (les femmes et les actifs dépourvus de qualifications formelles) accèdent à très peu d opportunités de mobilité à cause de la faiblesse de leur capital humain et/ou de leur localisation dans les zones enclavées ; elles sont condamnées à rester dans le secteur informel et plus souvent dans l emploi non rémunéré et précaire. La mobilité sur le marché du travail au Maroc est analysée à travers les transitions des personnes en âge d activité entre les trois situations du marché du travail (emploi, chômage et inactivité) et la mobilité sectorielle des travailleurs : Environ un quart de la population a connu une certaine forme de mobilité sur le marché du travail ; les transitions pour les femmes sont pour la plupart de l inactivité à l informel et au travail non rémunéré alors que chez les hommes, les transitions qui prévalent sont dans tous les statuts et les transitions des moins bons aux meilleurs statuts sur le marché du travail. Le secteur informel joue un rôle beaucoup plus important dans la mobilité que le secteur formel (qui compte pour moins de 10% du total des transitions) ; les transitions entre emplois formel et informel sont plus faibles pour les femmes que pour les hommes. La mobilité intersectorielle s est globalement intensifiée durant les vingt dernières années : la mobilité intersectorielle des salariés des petits et moyens établissements est plus forte que celle des salariés des grands établissements.

4 2. Les mesures en faveur des travailleurs vulnérables : qu est ce qui a été mené jusqu à présent? Globalement, l emploi rural et informel a été relativement négligé dans les stratégies de l emploi précédentes. Une politique volontariste qui reste limitée Dans les années 2000, une politique volontariste de lutte contre la précarité sociale vise l insertion économique des actifs vulnérables, le développement des infrastructures et services de proximité, des activités génératrices de revenu et la formalisation des activités informelles. Ces politiques souffrent de certaines limites : faiblesse de la couverture, de la qualité et de la pérennité des actions dans un cadre législatif et réglementaire fragile. Trois nouveaux programmes de soutien à l emploi sont aussi envisagés : «Moubadara» (pour l emploi dans les associations de proximité), «Taater» (pour les chômeurs diplômés de longue durée) et «Istiaab» (visant l intégration de l économie informelle). Des mesures en faveur de la mobilité sur le marché du travail L adoption de l Indemnité pour Perte d Emploi vise à faciliter la mobilité des actifs occupés. Mais la mobilité sur le marché du travail nécessite des actions coordonnées portant sur des piliers complémentaires : protection sociale (assurance contre le risque du chômage), accès à des opportunités de formation en cours d emploi pour améliorer l employabilité des travailleurs, arrangements contractuels (mesures d aide à l accès à l emploi). Les dispositifs d appui à l auto-emploi L auto-emploi est un gisement d emplois très important qui mérite d être au centre d une stratégie d emploi intégrée. Des actions transversales et sectorielles ont été menées pour encourager l esprit de l entreprenariat : Le programme Moukawalati qui vise la promotion de l auto-emploi des diplômés et la filière auto-emploi de l OFPPT ; La stratégie de lutte contre les vulnérabilités sociales (INDH et développement de la micro-finance), notamment par la promotion des activités génératrices de revenu (AGR) ; La stratégie nationale de l économie sociale (2010) qui vise notamment la promotion du secteur coopératif ; La stratégie nationale en faveur de la très petite entreprise (TPE) (Mai 2013) ; Les stratégies sectorielles (agriculture, artisanat, tourisme, industrie et commerce). L auto-emploi est un gisement d emplois très important L auto-emploi doit être pris en compte dans une stratégie d emploi intégrée. L auto-emploi recouvre quatre statuts, qui sont prédominants dans le secteur informel : travailleur indépendant, employeur, membre d une coopérative et travailleur à domicile. La politique publique s est d abord focalisée sur le secteur coopératif et les diplômés. Maintenant, l auto-emploi est au centre des mesures actives du marché du travail et concerne tous les secteurs productifs et toutes les catégories de la population active. L auto-emploi est pris en compte par la politique publique pour favoriser la requalification des emplois dans le secteur informel en plus des actions en faveur des jeunes diplômés. Des résultats majeurs ont été atteints, les moyens financiers ainsi que les ressources humaines mobilisés ont été significatifs. Des efforts restent à faire pour : promouvoir l esprit d entreprenariat-encore peu développé chez les populations cibles ; assurer la continuité et la qualité des services d accompagnement ; assurer la convergence et la synergie dans l action publique ; prendre en considération les contraintes liées au contexte de mise en œuvre.

5 Auto-emploi, importance et formes d exercice Emploi rémunéré (76,58) Emploi salarié (43,35%) Emploi non rémunéré (23,42%) - Aide familial + apprenti - Autre + non déclaré Auto-emploi (33,23%) - travailleur indépendant (86,8%) - employeur (7,14%) - membre d une coopérative (6,06%) Source : données de l'enquête emploi, 2011, HCP. 3. Des stratégies appropriées pour les travailleurs informels et ruraux s imposent Au Maroc, une très forte proportion de main-d œuvre est employée dans le secteur rural et informel. L emploi rural et informel doit être une composante centrale de la future Stratégie nationale de l emploi. La précarité dans l emploi constitue une forme de dysfonctionnement du marché du travail qui doit faire l objet d une attention particulière de la part des décideurs politiques au moins au même titre que le chômage des diplômés. Les politiques actives de l emploi au Maroc se caractérisent par le fait qu elles se focalisent essentiellement sur une seule catégorie de population : les diplômés chômeurs. Or les problèmes du marché du travail ne peuvent être réduits à cette seule catégorie. Les problèmes du travail précaire, de l emploi informel, des disparités constatés (genre, territoire, secteurs d activités ) méritent autant d intérêt, d autant plus qu ils peuvent conditionner la solution du problème du chômage des diplômés lui-même. Quelles politiques appropriées pour encadrer et protéger la mobilité? La mobilité sur le marché du travail devient une question stratégique de la politique de l emploi au même titre que la question de l accès à l emploi, afin de créer les conditions d une mobilité «ascendante» pour permettre aux travailleurs de sortir de la trappe de la précarité. L action publique doit tenir compte des caractéristiques du marché du travail marocain : segmentation, inégalités qui caractérisent l offre du travail (selon le diplôme, l âge, le milieu de résidence et le genre) dans l élaboration des politiques favorisant la mobilité. La mobilité doit être appréhendée à quatre niveaux : entre l activité et l inactivité ; entre l emploi et le chômage ; entre emplois pour les actifs occupés et entre la formation et les autres types d inactivité. La mobilité doit être renforcée et sécurisée, et en parallèle les disparités entre les diplômés et les non diplômés, entre les bénéficiaires d une couverture sociale et ceux qui en sont dépourvus doivent être réduites. Ceci nécessite la mise en place d un système d information complet du marché du travail et le renforcement du système de gouvernance pour assurer la convergence de l action publique (tant au niveau de la conception qu au niveau de sa mise en œuvre dans les territoires). L adoption récente de la mesure sur l Indemnité pour Perte d Emploi (IPE) est une action de grande importante qui initie le processus d encadrement de la mobilité sur le marché du travail. Cette mesure devrait être complétée de manière coordonnée par des actions portant sur des leviers tels la formation, les politiques actives du marché du travail ciblant les catégories vulnérables et la réglementation des relations de travail. Il faut tenir compte des besoins spécifiques des différentes catégories d actifs, en particulier les femmes et les jeunes non qualifiés et les groupes sociaux défavorisés en termes de mobilité sur le marché du travail.

6 Des mesures appropriées sont nécessaires : Encourager la formation tout au long de la vie, qui ouvre plus d opportunités aux salariés et favorise leur employabilité durable ; Réguler la mobilité pour limiter les «désincitations» à la formation continue (pour encourager les entreprises à investir dans la formation des salariés) ; Sécuriser les parcours professionnels en vue de développer la «mobilité protégée» et ne pas transformer les transitions en crises sociales et économiquement coûteuses : par des actions d appui à la formation en cours d emploi, la formation et l accompagnement pendant les périodes de transition et la validation des acquis de l expérience professionnelle ; les jeunes et les salariés à faible expérience professionnelle sont plus défavorisés et sont moins outillés pour faire face aux transitions, qui souvent aboutissent soit au chômage soit à un emploi informel et précair : la requalification des jeunes facilite leurs transitions vers d autres métiers ou secteurs (aides matérielles à la mobilité géographique, formations dédiées aux secteurs attractifs, accompagnement spécifique ); Anticiper les transformations sectorielles en vue de gérer de manière proactive leurs impacts (quels sont les secteurs répulsifs et les secteurs attractifs) ; Promouvoir des programmes spécifiques pour le maintien des emplois des catégories les plus défavorisées sur le marché du travail, en particulier en milieu rural caractérisé par un sous emploi chronique. Quels dispositifs d appui au secteur informel? La segmentation du secteur informel demande des interventions adaptées aux besoins spécifiques des travailleurs et unités informels. Une approche inclusive, visant à répondre aux besoins spécifiques des travailleurs informels dans le cadre d une stratégie de formalisation progressive, a été adoptée par le gouvernement marocain récemment. Cette approche doit être renforcée autour de plusieurs axes : encourager la déclaration des emplois pour un accès à la protection sociale et autres avantages sociaux ; encourager à la déclaration aux impôts avec des incitations et avantages à la clé ; mettre en place des mesures d aide adaptées aux petits opérateurs et micro-entreprises. Il est nécessaire de développer un dispositif intégré d information statistique sur le marché du travail et l emploi informel (enquêtes emploi et secteur informel plus régulières et plus complètes, des définitions et méthodologies constantes dans le temps). Sources clés : Résolution concernant la promotion de l emploi rural pour la réduction de la pauvreté, adoptée par la CIT en 2008 (pour une perspective intégrée du travail décent en vue de développer l emploi rural) Policy ressource Guide on informal economy :

Le POn et l entrepreneuriat

Le POn et l entrepreneuriat Le POn et l entrepreneuriat Mai - 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

La formation professionnelle et le secteur informel

La formation professionnelle et le secteur informel Investing in People Etude nationale La formation professionnelle et le secteur informel Côte d Ivoire Ce projet est financé par l Union européenne Ce projet est mis en œuvre par sequa ggmbh Table de Matière

Plus en détail

المملكة المغربية رئيس الحكومة الوزارة المنتدبة لدى رئيس الحكومة المكلفة بالشؤون العامة والحكامة

المملكة المغربية رئيس الحكومة الوزارة المنتدبة لدى رئيس الحكومة المكلفة بالشؤون العامة والحكامة Royaume du Maroc --- Chef du Gouvernement --- Ministère Délégué auprès du Chef du Gouvernement Chargé des Affaires Générales et de la Gouvernance المملكة المغربية رئيس الحكومة الوزارة المنتدبة لدى رئيس

Plus en détail

Deuxième Forum International Francophone Jeunesse et Emplois Verts Niamey, du 10 au 13 juin 2014

Deuxième Forum International Francophone Jeunesse et Emplois Verts Niamey, du 10 au 13 juin 2014 Deuxième Forum International Francophone Jeunesse et Emplois Verts Niamey, du 10 au 13 juin 2014 Dr. Moustapha Kamal Gueye, Spécialiste - Programme Emplois Verts, Organisation Internationale du Travail

Plus en détail

Les salariés des TPE-PME

Les salariés des TPE-PME Les salariés des Les ouvriers, qualifiés et non qualifiés, sont majoritaires dans les (50%) et TPE (42,5%), comme dans les grandes (49,1%). Les ouvriers représentent un salarié sur deux dans les Les concentrent

Plus en détail

Entrepreneuriat social et son rôle dans le développement territorial et local

Entrepreneuriat social et son rôle dans le développement territorial et local Entrepreneuriat social et son rôle dans le développement territorial et local Pr Amina KCHIRID- Mars 2015 Sommaire L Economie Sociale et Solidaire (ESS) Pourquoi l ESS? Les actions des pouvoirs publics

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS

Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS Le séminaire technique international sur «Le développement rural en Méditerranée», organisé

Plus en détail

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis 1 Axes prioritaires d interventions économiques de la Chambre de commerce de Lévis Préambule Regroupant près de 140 000 habitants et plus de 65 000 travailleurs, le territoire de la Ville de Lévis profite

Plus en détail

Le FSE et l économie sociale et solidaire : les lignes de partage entre le PON et les POR

Le FSE et l économie sociale et solidaire : les lignes de partage entre le PON et les POR Le FSE et l économie sociale et solidaire : les lignes de partage entre le PON et les POR Juin- 2015 Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au

Plus en détail

Madame la Secrétaire d Etat chargée de l Enseignement Scolaire, Monsieur le Président Directeur Général de l Association Injaz al-maghrib,

Madame la Secrétaire d Etat chargée de l Enseignement Scolaire, Monsieur le Président Directeur Général de l Association Injaz al-maghrib, Madame la Secrétaire d Etat chargée de l Enseignement Scolaire, Monsieur le Président de la Fondation/Institut CDG, Monsieur le Président Directeur Général de l Association Injaz al-maghrib, Mesdames et

Plus en détail

La Banque mondiale au Maroc. Activités en bref. Oct. 08

La Banque mondiale au Maroc. Activités en bref. Oct. 08 La Banque mondiale au Maroc Activités en bref Oct. 08 1 La Stratégie de coopération Maroc/Banque mondiale La nouvelle Stratégie de Coopération approuvée le 19 mai 2005 par les membres du Conseil d administration

Plus en détail

14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives»

14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives» De 14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives» Mot liminaire de la Chambre de Commerce et d Industrie

Plus en détail

RGE 2009. Recensement Général des entreprises en 2009. Principaux résultats - - - - - NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS - - - - -

RGE 2009. Recensement Général des entreprises en 2009. Principaux résultats - - - - - NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS - - - - - REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix Travail Patrie - - - - - REPUBLIC OF CAMEROON Peace Work Fatherland - - - - - INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE - - - - - NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS - - - - - RGE 2009

Plus en détail

2. Les métiers porteurs : facteurs clés de l insertion professionnelle

2. Les métiers porteurs : facteurs clés de l insertion professionnelle Métiers porteurs : le rôle de l entrepreneuriat, de la formation et de l insertion professionnelle Synthèse analytique préparée par la MICI - juin 2013 A l occasion de la relance du débat sur l insertion

Plus en détail

PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA

PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- LA COMMISSION ------------ PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA Page 1 sur 15 SOMMAIRE

Plus en détail

La prise en compte des seniors dans le POn

La prise en compte des seniors dans le POn La prise en compte des seniors dans le POn Rédaction de documents supports, préparation et animation de tables rondes ou d'ateliers organisés au titre de la valorisation du programme opérationnel national

Plus en détail

REGION AQUITAINE. . La Réole. . Bazas. Zone d'animation Territoriale. Libournais - Sud Gironde --------------------------- Coutras.

REGION AQUITAINE. . La Réole. . Bazas. Zone d'animation Territoriale. Libournais - Sud Gironde --------------------------- Coutras. REGION AQUITAINE. Coutras. Cadillac Ste Foy La Grande. La Réole.. Bazas Enjeux Formation Emploi 2015 --------------------------- Zone d'animation Territoriale Libournais - Sud Gironde 1/6 Direction de

Plus en détail

Le contrat de génération issu d un accord unanime des partenaires sociaux

Le contrat de génération issu d un accord unanime des partenaires sociaux 1 Le contrat de génération issu d un accord unanime des partenaires sociaux L emploi des jeunes et des seniors : chantier prioritaire de la «Grande conférence sociale» des 9 et 10 juillet 2012 Un Accord

Plus en détail

Croissance, emploi et protection sociale

Croissance, emploi et protection sociale Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Croissance, emploi et protection sociale Juillet 1998 Document de travail n 32 La problématique croissance, emploi et protection sociale

Plus en détail

Rôle des PME dans l économie ivoirienne

Rôle des PME dans l économie ivoirienne MINISTÈRE DU COMMERCE, DE L ARTISANAT ET DE LA PROMOTION DES PME RÉPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION DISCIPLINE - TRAVAIL Rôle des PME dans l économie ivoirienne Présenté par Monsieur Jean-Louis BILLON Ministre

Plus en détail

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe,

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, l Europe pour la culture» (2006) Texte rédigé par le Relais Culture Europe dans le cadre de la consultation

Plus en détail

Le tourisme durable dans l espace francophone

Le tourisme durable dans l espace francophone Le tourisme durable dans l espace francophone De la valorisation des patrimoines culturels et naturels vers une économie verte I. Contexte et justification Le tourisme, en plein essor, est reconnu comme

Plus en détail

majoritairement occupés par des femmes

majoritairement occupés par des femmes e ins e part naires n o 3 - Novembre 2008 REUNION Direction du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle de la Réunion économie sociale en 2006 20 000 emplois majoritairement occupés par

Plus en détail

LES POLITIQUES DE L EMPLOI ET LES PROGRAMMES ACTIFS DU MARCHÉ DU TRAVAIL AU MAROC

LES POLITIQUES DE L EMPLOI ET LES PROGRAMMES ACTIFS DU MARCHÉ DU TRAVAIL AU MAROC LES POLITIQUES DE L EMPLOI ET LES PROGRAMMES ACTIFS DU MARCHÉ DU TRAVAIL AU MAROC Le contenu de ce document relève de la seule responsabilité de l auteur et ne reflète pas nécessairement l opinion de l

Plus en détail

Le contexte Général du Micro-credit en Tunisie : pauvreté chomage et secteur informel

Le contexte Général du Micro-credit en Tunisie : pauvreté chomage et secteur informel Le contexte Général du Micro-credit en Tunisie : pauvreté chomage et secteur informel Etude Azzam MAHJOUB LA PAUVRETE EN TUNISIE Pendant les deux dernières décennies, la Tunisie a consenti des efforts

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

TITRE : ENGAGEMENT DU DÉPARTEMENT POUR LES EMPLOIS D'AVENIR

TITRE : ENGAGEMENT DU DÉPARTEMENT POUR LES EMPLOIS D'AVENIR RAPPORT DU PRÉSIDENT AU CONSEIL GÉNÉRAL 2ème Commission Solidarités, innovation sociale et lutte contre les discriminations N 2012-02-0023 SÉANCE DU 17 DÉCEMBRE 2012 POLITIQUE : INSERTION SOCIALE SECTEUR

Plus en détail

Livre blanc Pour une nouvelle gouvernance du secteur de la santé. A. Belghiti Alaoui MD. MPH. Secrétaire Général du Ministère de la Santé du Maroc

Livre blanc Pour une nouvelle gouvernance du secteur de la santé. A. Belghiti Alaoui MD. MPH. Secrétaire Général du Ministère de la Santé du Maroc Livre blanc Pour une nouvelle gouvernance du secteur de la santé A. Belghiti Alaoui MD. MPH. Secrétaire Général du Ministère de la Santé du Maroc Pourquoi un livre blanc en santé? Un livre blanc est un

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

SYSTÈME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE AU MAROC. Présenté par : La Délégation Régionale de la Formation Professionnelle - Fès-

SYSTÈME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE AU MAROC. Présenté par : La Délégation Régionale de la Formation Professionnelle - Fès- Royaume du Maroc Ministère de l Emploi et de la Formation Professionnelle Département de la Formation Professionnelle SYSTÈME DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE AU MAROC Présenté par : La Délégation Régionale

Plus en détail

Délibération de l Assemblée Plénière

Délibération de l Assemblée Plénière Accusé de réception - Ministère de l'intérieur 045-234500023-20150618-15_03_05-DE Accusé certifié exécutoire Réception par le préfet : 19/06/2015 Publication : 19/06/2015 Conseil régional du Centre Val

Plus en détail

Les nouvelles pratiques de formation dans les entreprises du B.T.P., en Bourgogne. Etude financée par l AREF-BTP de Bourgogne

Les nouvelles pratiques de formation dans les entreprises du B.T.P., en Bourgogne. Etude financée par l AREF-BTP de Bourgogne les Notes de l irédu institut de recherche sur l économie de l éducation 98/1 Les nouvelles pratiques de formation dans les entreprises du B.T.P., en Bourgogne Etude financée par l AREF-BTP de Bourgogne

Plus en détail

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir www.cnce.org.ma

Plus en détail

LA QUESTION DE L EMPLOI

LA QUESTION DE L EMPLOI LA QUESTION DE L EMPLOI FACTEURS DETERMINANTS DE L OFFRE ET DE LA DEMANDE DE MAIN-D ŒUVRE Par : Jean-Marie BAZILE 1 SOMMAIRE 1. Définitions : Offre et demande de main-d oeuvre 2. Problématique de l emploi

Plus en détail

LES FONDS EUROPÉENS EN MARTINIQUE 2014-2020

LES FONDS EUROPÉENS EN MARTINIQUE 2014-2020 Pour faire face à la crise et aux grands défis de l Union européenne, ses Etats membres ont adopté en 2010 la Stratégie Europe 2020 pour une croissance intelligente, durable et inclusive. Toutes les politiques

Plus en détail

Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996

Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996 Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Note de synthèse du rapport de la Banque Mondiale sur la stratégie du secteur de l'habitat au Maroc Juillet 1996 Document de travail

Plus en détail

FLEXIBILITÉ ACCRUE ET FORMATION CONTINUE : LES PRÉALABLES POUR UN MARCHÉ DU TRAVAIL ÉQUILIBRÉ

FLEXIBILITÉ ACCRUE ET FORMATION CONTINUE : LES PRÉALABLES POUR UN MARCHÉ DU TRAVAIL ÉQUILIBRÉ FLEXIBILITÉ ACCRUE ET FORMATION CONTINUE : LES PRÉALABLES POUR UN MARCHÉ DU TRAVAIL ÉQUILIBRÉ COMMENTAIRES DU CONSEIL DU PATRONAT DU QUÉBEC PRÉSENTÉS AU COMITÉ D EXPERTS SUR LES BESOINS DE PROTECTION SOCIALE

Plus en détail

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 COMMISSION EUROPEENNE MÉMO Bruxelles, le 8 novembre 2012 Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 L objet du plan d action présenté aujourd hui par la Commission européenne (voir IP/12/1187)

Plus en détail

L emploi des jeunes dans l espace francophone africain Projet de rapport

L emploi des jeunes dans l espace francophone africain Projet de rapport L emploi des jeunes dans l espace francophone africain Projet de rapport Présenté par M. Youssef GHARBI, député (Maroc) Rapporteur Berne (Suisse) ( 8 juillet 2015 Introduction La problématique de l emploi

Plus en détail

Benjamin Petit pour l'afd RÉ S UL T ATS. Agence Française de Développement

Benjamin Petit pour l'afd RÉ S UL T ATS. Agence Française de Développement Benjamin Petit pour l'afd RÉ S UL T ATS Agence Française de Développement Face aux défis communs, s engager vers de nouveaux modèles de développement Dans un monde de plus en plus interdépendant, les défis,

Plus en détail

Pacte d Istanbul pour l Eau

Pacte d Istanbul pour l Eau Pacte d Istanbul pour l Eau Des autorités locales et régionales Réunis à Istanbul en mars 2009, nous Maires et autorités locales et régionales des différentes parties du monde adhérons au présent PACTE

Plus en détail

Une nouvelle dynamique de l insertion en Mayenne

Une nouvelle dynamique de l insertion en Mayenne Une nouvelle dynamique de l insertion en Mayenne Permettre aux personnes en situation d exclusion, de retrouver leur autonomie, leur dignité et leur place dans la société; faciliter et encourager le retour

Plus en détail

Zones Urbaines Sensibles de Laval Agglomération Plan pour l emploi Priorité aux jeunes

Zones Urbaines Sensibles de Laval Agglomération Plan pour l emploi Priorité aux jeunes Zones Urbaines Sensibles de Laval Agglomération Plan pour l emploi Priorité aux jeunes Alertes sur la dégradation de la situation de l emploi dans les ZUS En juillet 2012, l augmentation du chômage dans

Plus en détail

RÉSUMÉ. Les systèmes de santé en Algérie, Maroc et Tunisie Défis nationaux et enjeux partagés

RÉSUMÉ. Les systèmes de santé en Algérie, Maroc et Tunisie Défis nationaux et enjeux partagés RÉSUMÉ LES NOTES IPEMED > N 13 > AVRIL 2012. Les systèmes de santé en Algérie, Maroc et Tunisie Défis nationaux et enjeux partagés Dans le cadre de ses études sectorielles socioéconomiques, Ipemed a organisé

Plus en détail

Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133

Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 6.1. Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 6.1.1. Formation professionnelle dans le cadre des politiques

Plus en détail

Formation, qualification et emploi

Formation, qualification et emploi E 1 DEVELOPPEMENT RESPONSABLE Formation, qualification et emploi L accès à la formation des Véliziens est facilité par la proximité des grands pôles universitaires franciliens. La Ville dispose en outre

Plus en détail

L élargissement des bandes salariales à la Banque Nationale du Canada 1

L élargissement des bandes salariales à la Banque Nationale du Canada 1 Centre de cas 9 30 1999 006 L élargissement des bandes salariales à la Banque Nationale du Canada 1 Cas rédigé par Marine MESSIN sous la direction de la professeure Sylvie ST-ONGE. La Banque Nationale

Plus en détail

des structures formelles, organisées, c est-à-dire des entreprises capitalistes modernes.

des structures formelles, organisées, c est-à-dire des entreprises capitalistes modernes. Introduction Depuis le début des années 1980, les analystes et décideurs économiques de tous bords semblent être unanimes pour reconnaître l échec du modèle étatique du développement qui a prévalu pendant

Plus en détail

PROVENCE-ALPES- CÔTE D AZUR

PROVENCE-ALPES- CÔTE D AZUR Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 12/12/2014. PROVENCE-ALPES- CÔTE D AZUR PRÉSENTATION

Plus en détail

Les modes d intervention en appui microfinance/financement de l agriculture Le regard des bailleurs : La GTZ

Les modes d intervention en appui microfinance/financement de l agriculture Le regard des bailleurs : La GTZ Les modes d intervention en appui microfinance/financement de l agriculture Le regard des bailleurs : La GTZ Le financement de l agriculture familiale dans un contexte de libéralisation : quelle contribution

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI)

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) De la citoyenneté active à l environnement en passant par la santé, la recherche,

Plus en détail

APPORTER DES SOLUTIONS TERRITORIALES DE FORMATION EN RÉPONSE AUX BESOINS DE COMPÉTENCES DES BRANCHES OU SECTEURS D'ACTIVITÉ

APPORTER DES SOLUTIONS TERRITORIALES DE FORMATION EN RÉPONSE AUX BESOINS DE COMPÉTENCES DES BRANCHES OU SECTEURS D'ACTIVITÉ APPORTER DES SOLUTIONS TERRITORIALES DE FORMATION EN RÉPONSE AUX BESOINS DE COMPÉTENCES DES BRANCHES OU SECTEURS D'ACTIVITÉ Objectifs Doter le territoire d une offre de formation interentreprises adaptée

Plus en détail

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL 2CO/F/6.8 (définitif) CONFÉDÉRATION SYNDICALE INTERNATIONALE 2 e CONGRÈS MONDIAL Vancouver, du 21 au 25 juin 2010 RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL 1. Le Congrès s engage à appuyer le

Plus en détail

Atelier FSE. FSE - Fonds Social Européen. IEJ - Initiative pour l Emploi des Jeunes. Atelier FSE

Atelier FSE. FSE - Fonds Social Européen. IEJ - Initiative pour l Emploi des Jeunes. Atelier FSE Atelier FSE FSE - Fonds Social Européen Atelier FSE IEJ - Initiative pour l Emploi des Jeunes Fonds Social Européen Initiative pour l Emploi des Jeunes 1 RAPPEL : Architecture du FSE sur la période 2007/13

Plus en détail

RÔLE DU MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

RÔLE DU MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Royaume du Maroc Ministère de l Economie et des Finances RÔLE DU MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DANS LE DÉVELOPPEMENT DE LA MICROFINANCE AU MAROC CASABLANCA, LE 20 MARS 2015 AZIZ ALOUANE CHEF

Plus en détail

L approche conceptuelle

L approche conceptuelle Cap Vert C o m m u n i c a t i o n 9.05.2000 Symposium International sur la Microfinance et la Promotion des Micro et Petites Entreprise Praia, 12 au 14 juin 2000 L approche conceptuelle 1. Introduction

Plus en détail

BONNE PRATIQUE 11 ESPAGNE - PROGRAMME ACCEDER POUR L EMPLOI DE LA POPULATION GITANE

BONNE PRATIQUE 11 ESPAGNE - PROGRAMME ACCEDER POUR L EMPLOI DE LA POPULATION GITANE BONNE PRATIQUE 11 ESPAGNE - PROGRAMME ACCEDER POUR L EMPLOI DE LA POPULATION GITANE TYPE D'ACTION Programme ACCEDER pour l emploi de la population gitane NIVEAU DE LA BONNE PRATIQUE reproduite Page 1/12

Plus en détail

WORKING PAPER COLLECTION : COHÉSION SOCIALE ET ÉCONOMIE SOCIALE

WORKING PAPER COLLECTION : COHÉSION SOCIALE ET ÉCONOMIE SOCIALE THINK TANK EUROPÉEN POUR LA SOLIDARITÉ WORKING PAPER COLLECTION : COHÉSION SOCIALE ET ÉCONOMIE SOCIALE L ENTREPRISE SOCIALE : ÉLÉMENTS CONCEPTUELS ET DE COMPRÉHENSION DENIS STOKKINK, DÉCEMBRE 2006 Think

Plus en détail

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude :

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude : ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011 Étude réalisée par le bureau d étude : 1 SOMMAIRE Introduction A. CARACTERISTIQUES ET ATTENTES DE LA POPULATION DU MICROCREDIT B. COMMERCIALISATION DES PRETS

Plus en détail

EMPLOYABILITE DES JEUNES AU MAROC

EMPLOYABILITE DES JEUNES AU MAROC EMPLOYABILITE DES JEUNES AU MAROC L emploi L emploi est une forme d insertion sociale, un levier qui permet l amélioration des conditions de vie. L emploi est un paramètre révélateur dans l évaluation

Plus en détail

PROJET DE STRATÉGIE POUR L ENSEIGNEMENT ET LA FORMATION TECHNIQUES ET PROFESSIONNELS (EFTP) (2016-2021) Résumé

PROJET DE STRATÉGIE POUR L ENSEIGNEMENT ET LA FORMATION TECHNIQUES ET PROFESSIONNELS (EFTP) (2016-2021) Résumé Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-neuvième session 199 EX/6 PARIS, le 19 février 2016 Original anglais Point 6 de l'ordre du jour provisoire PROJET DE STRATÉGIE POUR L ENSEIGNEMENT ET LA FORMATION

Plus en détail

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC

LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC EMPLOI-QUÉBEC LES CHIFFRES CLÉS DE L'EMPLOI AU QUÉBEC ÉDITION 2015 Rédaction André Levert Catherine Ouellet Paula Santos Élaboration des tableaux Anh Truong Direction de l analyse et de l information sur

Plus en détail

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Institut international de recherche sur les politiques alimentaires www.ifpri.org Actualisé le 27 octobre 2007 Préoccupé

Plus en détail

PROPOSITIONS DE LA CGEM POUR LE PROJET DE LOI DE FINANCES 2016

PROPOSITIONS DE LA CGEM POUR LE PROJET DE LOI DE FINANCES 2016 PROPOSITIONS DE LA CGEM POUR LE PROJET DE LOI DE FINANCES 2016 1 NOS SOURCES Le Discours Royal du 20 août 2014 «l économie marocaine a enregistré un retard significatif en la matière, en raison de l éparpillement

Plus en détail

DÉBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ÉNERGETIQUE

DÉBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ÉNERGETIQUE DÉBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ÉNERGETIQUE CONTRIBUTIONS PRÉLIMINAIRES DE LA FF3C AUX RÉFLEXIONS DU GROUPE DE CONTACT DES ENTREPRISES DE L ÉNERGIE Préambule La distribution d énergies hors réseaux (carburants

Plus en détail

DIAGNOSTIC TERRITORIAL STRATEGIQUE PROGRAMMES EUROPEENS 2014-2020 REGION CORSE. Thème de la FICHE :

DIAGNOSTIC TERRITORIAL STRATEGIQUE PROGRAMMES EUROPEENS 2014-2020 REGION CORSE. Thème de la FICHE : DIAGNOSTIC TERRITORIAL STRATEGIQUE PROGRAMMES EUROPEENS 2014-2020 REGION CORSE Type de la fiche : fiche thématique territoriale (Corse) Thème de la FICHE : Fiche thématique n 11 correspondant à l objectif

Plus en détail

Faits marquants sur les premiers mois d expérimentation du revenu de Solidarité active

Faits marquants sur les premiers mois d expérimentation du revenu de Solidarité active Paris, le 2 juillet 2008 Dossier de presse Faits marquants sur les premiers mois d expérimentation du revenu de Solidarité active Le revenu de Solidarité active vise à encourager le travail, à faciliter

Plus en détail

LES FONDS EUROPÉENS EN RÉGION LA RÉUNION 2014-2020

LES FONDS EUROPÉENS EN RÉGION LA RÉUNION 2014-2020 LES FONDS EUROPÉENS EN RÉGION LA RÉUNION 2014-2020 Pour faire face à la crise et aux grands défis de l Union européenne, ses Etats membres ont adopté en 2010 la Stratégie Europe 2020 pour une croissance

Plus en détail

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme d économie et gestion hôtelière CLASSE DE SECONDE

Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme d économie et gestion hôtelière CLASSE DE SECONDE Baccalauréat sciences et technologies de l hôtellerie et de la restauration (STHR) Programme d économie et gestion CLASSE DE SECONDE La série technologique hôtellerie-restauration présente des particularités

Plus en détail

COUR DES COMPTES. Synthèse. du Rapport public thématique Novembre 2009

COUR DES COMPTES. Synthèse. du Rapport public thématique Novembre 2009 COUR DES COMPTES Synthèse du Rapport public thématique Novembre 2009 Le transfert aux régions du transport express régional (TER) : un bilan mitigé et des évolutions à poursuivre Avertissement La présente

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont stabilisés pour à

Plus en détail

Ne laisser personne à la traîne : Pour un redressement économique durable qui prend en compte les personnes handicapées et leurs familles

Ne laisser personne à la traîne : Pour un redressement économique durable qui prend en compte les personnes handicapées et leurs familles Ne laisser personne à la traîne : Pour un redressement économique durable qui prend en compte les personnes handicapées et leurs familles Préparé par l Association canadienne pour l intégration communautaire

Plus en détail

Quatrième Réunion de Contrôle et de Restructuration.

Quatrième Réunion de Contrôle et de Restructuration. Quatrième Réunion de Contrôle et de Restructuration. COMMUNICATION DU NIGER. YAOUNDE DU 26-28 NOVEMBRE 2012. Situation de la formation professionnelle au Niger Plan de présentation. Contexte général I.

Plus en détail

Ministère des Outre-Mer COMITE INTERMINISTERIEL DES DROITS DES FEMMES ET DE L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES FEUILLE DE ROUTE

Ministère des Outre-Mer COMITE INTERMINISTERIEL DES DROITS DES FEMMES ET DE L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES FEUILLE DE ROUTE Ministère des Outre-Mer COMITE INTERMINISTERIEL DES DROITS DES FEMMES ET DE L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES FEUILLE DE ROUTE COMITE INTERMINISTERIEL DES DROITS DES FEMMES ET DE

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE. Photographie des Entreprises Adaptées en 2013

COMMUNIQUE DE PRESSE. Photographie des Entreprises Adaptées en 2013 Paris, le 02 mai 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE Photographie des Entreprises Adaptées en 2013 L Union Nationale des Entreprises Adaptées (UNEA) publie la photographie des Entreprises Adaptées (EA) en 2013.

Plus en détail

«Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015

«Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015 «Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015 Synthèse de présentation du projet Horizon 2015 approuvée par le Conseil d Administration Fédéral Gîtes de France du

Plus en détail

La mobilité professionnelle et géographique des salariés en Europe : 3 exemples, les industries automobile, sidérurgique et des télécommunications

La mobilité professionnelle et géographique des salariés en Europe : 3 exemples, les industries automobile, sidérurgique et des télécommunications La mobilité professionnelle et géographique des salariés en Europe : 3 exemples, les industries automobile, sidérurgique et des télécommunications Présentation P.Morvannou, cabinet Syndex, France I éléments

Plus en détail

L égalité des femmes et des hommes est un droit capital. S attacher à une égalité entre les

L égalité des femmes et des hommes est un droit capital. S attacher à une égalité entre les Mars 2011 L égalité des femmes et des hommes est un droit capital. S attacher à une égalité entre les Les hommes sont bien plus performants que les femmes dans les métiers techniques Les femmes s investissent

Plus en détail

Cours 1 Le développement d un territoire ultramarin : entre Union européenne et aire régionale (étude de cas) La Guadeloupe

Cours 1 Le développement d un territoire ultramarin : entre Union européenne et aire régionale (étude de cas) La Guadeloupe GEOGRAPHIE Thème 3 L Union européenne : dynamiques et développement des territoires (11-12 heures) Question 2 Les territoires ultramarins de l Union européenne et leur développement Cours 1 Le développement

Plus en détail

Projet de programme. Baccalauréats professionnels du secteur industriel. Consultation des enseignants. Économie - gestion.

Projet de programme. Baccalauréats professionnels du secteur industriel. Consultation des enseignants. Économie - gestion. Baccalauréats professionnels du secteur industriel Consultation des enseignants Projet de programme Économie - gestion Avril 2008 eduscol.education.fr/ - D0048 Rénovation du programme d Économie - Gestion

Plus en détail

Centre Mauritanien d Analyse de Politiques (CMAP)

Centre Mauritanien d Analyse de Politiques (CMAP) Centre Mauritanien d Analyse de Politiques (CMAP) Etude d évaluation des besoins en renforcement des capacités en matière de promotion de l emploi des jeunes au Maghreb (cas du Maroc) I) Contexte et justification

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

COMMISSION DEVELOPPEMENT SOUTENABLE, ENVIRONNEMENT, ENERGIE ET CLIMAT

COMMISSION DEVELOPPEMENT SOUTENABLE, ENVIRONNEMENT, ENERGIE ET CLIMAT COMMISSION DEVELOPPEMENT SOUTENABLE, ENVIRONNEMENT, ENERGIE ET CLIMAT AP - Rapport n 3 3 1/10 3 PROPOSITION ASSEMBLEE PLENIERE 13 DECEMBRE 2013 RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL REGIONAL Intégration de critères

Plus en détail

Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée

Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée Pour des lieux autonomes d expérimentation artistique partagée Projet de référentiel complémentaire à la Charte de la Coordination Nationale des Lieux Intermédiaires et Indépendants L analyse comparée

Plus en détail

Entrepreneurs du Monde

Entrepreneurs du Monde Entrepreneurs du Monde Microfinance et Entrepreneuriat social Dans 12 pays Une microfinance résolument sociale Le développement de filières économiques à impact social et/ou environnemental Haïti, en développant

Plus en détail

TDR : Etude sur l entrepreneuriat des jeunes et des femmes en Mauritanie

TDR : Etude sur l entrepreneuriat des jeunes et des femmes en Mauritanie République Islamique De Mauritanie Ministère des Affaires Economiques et du Développement Centre Mauritanien d Analyse de Politiques ----- CMAP ----- TDR : Etude sur l entrepreneuriat des jeunes et des

Plus en détail

Résolution concernant le développement durable, le travail décent et les emplois verts 1

Résolution concernant le développement durable, le travail décent et les emplois verts 1 II Résolution concernant le développement durable, le travail décent et les emplois verts 1 La Conférence générale de l Organisation internationale du Travail, réunie à Genève, en sa 102 e session, 2013,

Plus en détail

Tunisie TUNISIE. (article 13). 3 Cette restructuration est venue concrétiser une série de recommandations adoptées

Tunisie TUNISIE. (article 13). 3 Cette restructuration est venue concrétiser une série de recommandations adoptées TUNISIE La promotion de l emploi est annoncée, depuis plusieurs années, comme étant une priorité absolue de la stratégie de développement de la Tunisie, notamment dans un contexte qui demeure marqué par

Plus en détail

«LA POLITIQUE D APPUI DU CONSEIL GENERAL AUX MICRO-ENTREPRISES DES BOUCHES-DU-RHONE»

«LA POLITIQUE D APPUI DU CONSEIL GENERAL AUX MICRO-ENTREPRISES DES BOUCHES-DU-RHONE» «LA POLITIQUE D APPUI DU CONSEIL GENERAL AUX MICRO-ENTREPRISES DES BOUCHES-DU-RHONE» LE RAPPORTEUR : M. PHILIPPE LANGEVIN LE PRESIDENT : M. LUCIEN CAPELLA LES VICE-PRESIDENTS : M. GILBERT JAUFFRET M. ROGER

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES

ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES Synthèse du rapport relatif au contrôle de la gestion de L Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC) Janvier 2016 SYNTHESE Présentation L Office

Plus en détail

En 1999-2000, 57 % des prestations de pension provenaient de l État et 43 % du secteur privé.

En 1999-2000, 57 % des prestations de pension provenaient de l État et 43 % du secteur privé. ROYAUME-UNI Les grandes caractéristiques du système des pensions Le premier pilier du régime de pensions britannique comprend une pension forfaitaire de base et une pension complémentaire liée aux salaires

Plus en détail

Moyen-Orient et Afrique du Nord Page 1 sur 5 Notes sectorielles

Moyen-Orient et Afrique du Nord Page 1 sur 5 Notes sectorielles Moyen-Orient et Afrique du Nord Page 1 sur 5 1. Généralités DEVELOPPEMENT URBAIN La région MENA a l un des taux de croissance démographique les plus élevés du monde (2,1 % en moyenne par an de 1990 à 2003).

Plus en détail

RAPPORT DES CONSULTATIONS DE LA RD CONGO SUR LA RECTUALISATION DE LA STRATEGIE DE LA BANQUE MONDIALE POUR L AFRIQUE. KINSHASA, 15 JUILLET 2010

RAPPORT DES CONSULTATIONS DE LA RD CONGO SUR LA RECTUALISATION DE LA STRATEGIE DE LA BANQUE MONDIALE POUR L AFRIQUE. KINSHASA, 15 JUILLET 2010 1 RAPPORT DES CONSULTATIONS DE LA RD CONGO SUR LA RECTUALISATION DE LA STRATEGIE DE LA BANQUE MONDIALE POUR L AFRIQUE. KINSHASA, 15 JUILLET 2010 Les consultations Régionales sur la Réactualisation de la

Plus en détail

A. D. E. F CREATION D UNE MICRO HALTE-GARDERIE EXPERIMENTALE A LONGWY PROJET. Créé le 28/10/08 par : C.R./L.R.

A. D. E. F CREATION D UNE MICRO HALTE-GARDERIE EXPERIMENTALE A LONGWY PROJET. Créé le 28/10/08 par : C.R./L.R. A. D. E. F CREATION D UNE MICRO HALTE-GARDERIE EXPERIMENTALE A LONGWY PROJET 1 Diagnostic : Le projet de création d une micro halte-garderie au Centre Social repose sur des données statistiques concernant

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

construction Garde d enfants, congés parentaux et services aux personnes:

construction Garde d enfants, congés parentaux et services aux personnes: Garde d enfants, congés parentaux et services aux personnes: Complémentarité de mesures et co- construction Présenté par Jean Robitaille directeur général de l AQCPE Présenté par Jean Robitaille, directeur

Plus en détail

«FORMATIONS ET EMPLOI» - Édition 2009

«FORMATIONS ET EMPLOI» - Édition 2009 DARES (Direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques) DEPP (Direction de l évaluation, de la prospective et de la performance) D Dossier de presse «FORMATIONS ET EMPLOI» - Édition

Plus en détail