BIEN VIEILLIR À DOMICILE : QUALITÉ DE L ENVIRONNEMENT ET IMPACTS DE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BIEN VIEILLIR À DOMICILE : QUALITÉ DE L ENVIRONNEMENT ET IMPACTS DE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE"

Transcription

1 BIEN VIEILLIR À DOMICILE : QUALITÉ DE L ENVIRONNEMENT ET IMPACTS DE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE Muriel BOULMIER Directrice Générale du Groupe CILIOPÉE, Présidente du groupe de travail «évolutions démographiques et vieillissement» du CECODHAS (Fédération européenne du logement social) RESUME La très grande majorité des personnes vieillissantes déclare vouloir vieillir à domicile. Elles le font. Adapter le logement à l avancée en âge pour assurer autonomie et sécurité dans l accomplissement des gestes de la vie quotidienne est une réponse indispensable. Le confort thermique et la sécurité de ces équipements (chauffage, électricité ) constituent une priorité pour un public âgé, notamment parce que des problèmes de mobilité le contraignent à domicile. Il devient dès lors essentiel de développer une politique préventive pour adapter, simultanément, le domicile au vieillissement de ses occupants et aux nouvelles exigences thermiques. Avec un trimestre d espérance de vie supplémentaire par an depuis 20 ans, dans moins de 20 ans, 20 millions de Français auront plus de 60 ans. Parallèlement, en Europe, une projection d Eurostat pour prévoit une augmentation de 38 % des seniors entre 65 et 79 ans et de 57 % pour les très âgés. La France vieillit, l Europe vieillit, la population la plus âgée du monde, et la prise de conscience opérationnelle se fait jour à petits pas. Pour quelles raisons? En effet, qu il y a-t-il de plus prédictif que la démographie dés lors que les tendances ne sont pas bouleversées par une épidémie, une guerre ou une catastrophe? Il faut dire que l indice de vieillissement (la durée que met un pays pour doubler sa population de plus de 65 ans) est significatif : 110 ans pour la France! Mais, pour l Allemagne, 42 ans, 24 ans pour le Japon, 25 ans pour le Maroc et la Chine et 17 ans pour la Lybie. Cela signifie que le vieillissement de la population est un phénomène massif hors des frontières nationales. L intérêt qu il suscite ne cesse de progresser, tant du point de vue Européen que d autres pays : le Japon, la Chine et même l Afrique. La diversité et la qualité des contributions en témoignent, tant des institutions, des experts (architectes, urbanistes, sociologues, médecins, enseignants, chercheurs ) que du grand public (à lire, les nombreux d articles parus dans la presse depuis deux ans). Nous voici donc confrontés à une révolution silencieuse : L arrivée à l âge de la retraite des premières générations du baby-boom, dont les modes de vie conjugale, familiale, voire professionnelle reflètent la véritable évolution des comportements résidentiels. Les estimations statistiques que fixent la vieillesse à 60, voire 65 ans, ne correspondent plus à la réalité d une espérance de vie qui s accroît certes, mais encore plus significatif : En bonne santé et autonomie d action. Elle nous oblige à réfléchir à une nouvelle organisation collective et individuelle, publique et privée, dans un grand nombre de domaines : travail, formation tout au long de la vie, système de santé, «risque» vieillesse mais aussi logement. L allongement de la vie en bonne santé repousse la dépendance vers le grand âge, fait naître une nouvelle génération intermédiaire («plus si jeunes, mais pas si vieux») qui replace dans une autre perspective la lecture du pacte intergénérationnel de la reconstruction et de l après guerre des trois âges de la vie : A la jeunesse, l éducation ; l âge adulte, l activité ; la vieillesse, la retraite Mais, l espérance de vie était alors de 65 ans! Source de risques s il est inadapté et vétuste, le logement peut à l inverse devenir le premier lieu de prévention et d un accompagnement serein du vieillissement : la qualité du logement et de son environnement est au cœur de l enjeu du bien vieillir à domicile. I- BIEN VIEILLIR A DOMICILE : UN SOUHAIT PARTAGÉ Si vieillir est une chance, l habitat doit être une des solutions. Le consensus commence à établir le champ du vieillissement hors de celui du handicap et de la maladie ; la très grande majorité des personnes vieillissantes et de leur famille déclare vouloir vieillir à domicile, ce qui est statistiquement vérifié : 85 % des plus de 90 ans vivent chez eux. D ailleurs, le Professeur Maurice Tubiana (1) illustre cette différence : 1 million de personnes handicapées en France ; 14 millions de personnes qui vieillissent, elles ne sont pas 31

2 pour autant handicapées. Si la progression de l âge sollicite des aménagements pour rester à domicile dans de bonnes conditions de confort et de sécurité, les adaptations requises peuvent être plus simples que celles nécessaires au handicap. Cette aspiration amène à s interroger sur ce qu est le domicile, partie intégrante de l identité et de l histoire d une vie. Vincent Caradec (2) le définit comme un lieu de familiarité où la personne se sent bien. La distance et l étrangeté au monde apparaissent avec l âge parce que les choses changent «vite». Maintenir cette familiarité passe par la proximité de l environnement connu : le quartier, les commerçants, mais aussi par les objets familiers auxquels la personne est attachée. Ces regards-là déterminent l acceptation (ou la résistance) du domicile nouveau ou adapté, hors de l appréciation des conditions de confort. Pour Monique Eleb (3), le domicile est constitutif de la personne qui y construit son identité en posant les traces de ce qu elle a été, de ce qu elle est et de ce qu elle voudrait être. Dès lors, envisager un «dernier» déménagement, s il n est pas choisi, la prive de toute perspective. Il rompt avec le passé pour ne proposer qu un avenir inexistant. Bernard Ennuyer (4) extrapole la définition latine de «domus» et démontre que le domicile est là où l on est «maître chez soi». Ces trois définitions montrent que l adaptation nécessaire du logement, déterminante, ne va pas de soi pour la personne qui vieillit, elle mobilise un savoir-faire et un savoir-être des intervenants. De l avis des différents professionnels consultés lors de la première mission (5), un logement adapté est un logement confortable dans lequel la personne âgée peut se mouvoir et accomplir les gestes de la vie quotidienne de manière autonome et dans de bonnes conditions de sécurité. Bien souvent, de petits aménagements peuvent remédier à certaines difficultés : réparation des défauts de revêtements au sol et pièces d eau antidérapantes pour éviter les chutes, douche de plain-pied, barre d appui dans les toilettes, portes suffisamment larges, volets roulants, prises électriques et interrupteurs à mi-hauteur, etc. Mais, dans le même esprit, les intervenants insistent sur l intégration harmonieuse dans le logement de ces équipements pour éviter l association avec l univers hospitalier. A défaut de quoi, les occupants risquent de ne pas les accepter... à temps. Progresser dans l âge à son domicile, suppose aussi que soit assurée une fluidité entre les trois espaces qui constituent l habitat ; l espace privé (le logement), l espace partagé (les parties communes), l espace public (la rue, les trottoirs, les transports). La recherche de cette fluidité, condition de la mobilité, complète les politiques de services accessibles (commerces de proximité, lieux et tissu associatifs, services publics, toute forme d aide à domicile). C est le devenir de l ensemble des équipements publics, de transports publics, de services, que la prise en compte des évolutions démographiques qui amènent à analyser et repenser. Cette approche générale ne doit pas masquer la difficulté des situations personnelles : les revenus, l état du bâti, la disparité des territoires, autant de facteurs qui conditionnent les capacités d action. II- HABITAT ANCIEN ET PRECARITE ENERGETIQUE : LES ENJEUX DE L ADAPTATION DU DOMICILE 1- Les revenus : vers la fin d une parenthèse heureuse L échelle des revenus des personnes de plus de 60 ans est très importante, de 1 à 7 et, si la France compte 74 % de propriétaires parmi les retraités (pour 58 %, toutes classes d âges confondues), le statut de propriétaire, n est pas un rempart contre la pauvreté («house rich, cash poor»). Le rapport de la Fondation Abbé Pierre (6) met en évidence, pour la première fois, cette réalité dans son rapport de D ailleurs, personnes âgées (dont 60 % de femmes) vivent avec une allocation de solidarité de 718 mensuels, ce qui est peu! Dans ces conditions, les difficultés rencontrées par les propriétaires occupants âgés, notamment, pour entretenir leur logement, mais aussi pour l adapter à l évolution de leur situation (parc plus ancien ou celui des années 1950 à 1970) sont confirmées par la DGALN (7) et les PACT (8). Cette réalité est la même dans les autres pays de l Union Européenne où 13 millions de personnes âgées courent un risque de pauvreté, majoritairement des femmes, soit près d un sixième des 74 millions de personnes âgées vivant dans l Union (9). Dans les anciens pays de l Europe de l Est, le statut majoritaire de propriétaire de logements dont la réhabilitation est indispensable, engendre des dépenses d énergie fortes. Pour y remédier, le confinement des ouvertures met à mal la qualité de l air intérieur. 2- Un parc ancien majoritaire qui nécessite des adaptations Chaque année, la France offre, à titre divers, nouveaux logements, mais elle compte 29 millions de logements. L enjeu du maintien à domicile se situe dans le parc existant. En 2006, seulement 28 % des logements en France ont moins de 25 ans. Près de 75 % des ménages déjà retraités ont emménagé dans leur logement depuis au moins 12 ans. Ils sont donc peu mobiles. Ils habitent dans des logements dont la construction est antérieure à 1974 pour les trois quart d entre eux (plus anciens que la moyenne) personnes 32

3 de plus de 75 ans vivraient dans un logement sans confort. Les crédits confiés à l Agence Nationale de l Habitat (ANAH, créée en 1971) ont permis de commencer à doter d équipements de base, une petite part du parc privé. Les PALULOS (11), qui finançaient la réhabilitation dans le parc social HLM, ont eu un effet conséquent dans l adaptation du logement à loyer faible pour les populations modestes. L ANAH a désormais décidé de centrer ses interventions autour des conditions de logement des propriétaires occupants à revenus modestes en y adjoignant la préoccupation majeure de la précarité énergétique. En effet, dans le parc privé, les travaux d adaptation sont le fait des propriétaires occupants, majoritaires pour les générations des ainés. Un obstacle important reste à lever dans l habitat collectif privé : l accord des copropriétaires. Bien que les règles du quorum aient été assouplies (la seule majorité simple est requise depuis 2003 pour les travaux d accessibilité en copropriété) les interventions dans les espaces partagés demeurent peu nombreuses. L ANAH peut également financer les équipements collectifs dans les parties communes des copropriétés dés lors qu un certain pourcentage des occupants sont des personnes âgées à revenus faibles. En ce qui concerne les locataires modestes, la situation est différente selon la nature des propriétaires. Les bailleurs sociaux ont une politique très active d adaptation de l habitat et des logements aux locataires qui vieillissent dans leur parc (12). Outre le suivi individuel des locataires, un plan stratégique du patrimoine est élaboré sur 5 ans qui définit et planifie la nature des interventions techniques. En ce qui concerne les opérations ANRU (13), un soin particulier est porté à offrir des logements adaptés aux âges, tant dans la réhabilitation que dans le relogement après démolition. 3- La précarité énergétique : élément d inconfort, de dépenses auxquelles les ménages âgés sont confrontés En 2006, les institutions européennes mettent en exergue, chez les personnes âgées, l augmentation de la «fuel poverty» ou «energy poverty», notre «précarité énergétique». Elle peut être définie comme «la situation d un foyer devant consacrer plus de 10 % de ses revenus pour chauffer son logement à un niveau correct». et la mauvaise qualité thermique des logements. Un foyer européen sur sept est estimé en danger de pauvreté, le prix de l électricité a progressé en moyenne de 14 % entre 2005 et 2007, celui du gaz de plus de 50 % et 60 % des habitations ont été construites avant l introduction des premières réglementations thermiques de l habitat. Nombre de ménages en précarité énergétique, locataires ou propriétaires occupants, vivent dans des logements qui présentent une mauvaise performance énergétique. Dans le guide intitulé «lutter contre la précarité énergétique» (15), on retrouve clairement ce lien entre précarité énergétique, vieillissement et pauvreté ; «Les ménages qui souffrent de précarité énergétique pâtissent souvent d autres désavantages économiques ou ont des problèmes de santé il s agit pour la plupart de personnes âgées, handicapées ou de familles monoparentales». 55 % des personnes en précarité énergétique ont plus de 60 ans et 25 % des plus de 75 ans sont touchées. En France, l ADEME a lancé en janvier 2010 un Observatoire de la précarité énergétique pour soutenir l action concertée, annoncée par Valérie LETARD, Secrétaire d Etat chargée des technologies vertes et des négociations climatiques. Les situations de précarité énergétique peuvent avoir des conséquences directes sur le logement et la santé de l occupant : chauffer moins, par souci d économiser, c est prendre le risque de provoquer des phénomènes qui vont du simple «inconfort» (apparition de moisissures, humidité de l air renforçant la sensation de froid ), au danger pour la santé (tous les hivers, des personnes meurent d émanations de monoxyde de carbone parce qu elles utilisent des chauffages d appoint défectueux). L impression d avoir froid augmente avec l âge. La nécessité de prévenir les conséquences de la précarité énergétique sur le bâti (humidité, phénomènes de condensation, calfeutrement ) est importante pour le public âgé. Adapter le logement de la personne âgée pour en assurer un confort thermique de bon niveau et sécuriser les équipements de chauffage et d électricité, est une priorité pour le maintien à domicile. Lancé en 2006, le projet European Fuel Poverty and Energy Efficiency (EPEE) a pour vocation d analyser ce phénomène, identifier les solutions déjà mises en place et faire des propositions innovantes. Il s agit de sensibiliser les pouvoirs publics et les acteurs de terrain à l accroissement préoccupant de ce phénomène et à l urgence de la mise en place de véritables stratégies d intervention (14). Trois raisons principales expliquent cette précarité : les faibles revenus des ménages, le coût croissant des énergies, 33

4 III- VERS UNE APPROCHE PREVENTIVE : LES PISTES D ACTION POUR BIEN VIEILLIR A DOMICILE L adaptation du domicile à l avancée en âge de ses occupants est un élément fondamental de prévention des risques des accidents de la vie courante notamment les chutes, majoritaires, aux conséquences parfois irrémédiables pour les personnes âgées. Confrontée à ce phénomène, décidée à en chiffrer l ampleur des effets pour les vingt années à venir pour les dépenses de santé, la Grande-Bretagne a initié dès 2008 une stratégie nationale visant à favoriser l adaptation des logements des personnes âgées, en partant des constats suivants : presque 50 % des propriétaires auront plus de 65 ans en 2026 ; ils sont des contributeurs économiques majeurs, des consommateurs et des votants ; la dépendance doublera en 2041 et le coût augmentera de 325 % si rien n est entrepris ; les coûts des chutes et des décès par insuffisance de chauffage des logements indécents sont importants ; 51 % des personnes âgées malades vont dans des maisons de soins après une hospitalisation en raison de l inadaptation de leur logement ; le logement est soit le problème, soit la solution. 1- Mobiliser les réseaux pour poser un diagnostic du domicile incluant la question de la précarité énergétique Repérer les personnes âgées isolées, souvent fragilisées, dont l habitat n est pas adapté, est la première difficulté à laquelle sont confrontés les acteurs de terrains, particulièrement en milieu rural où les personnes âgées restent moins familières des dispositifs d accompagnement social. Les mêmes difficultés sont rencontrées pour le repérage des situations de précarité énergétique ou d insalubrité. L expérience menée en Auvergne par la Chambre Régionale de Commerce et d Industrie qui sollicite les petits commerçants, par exemple, est très intéressante. La mobilisation de réseaux informels de proximité (réseaux consulaires de l artisanat et des services de proximité, artisans du bâtiment) permettra d élargir le champ de la prévention. Entendue comme service des territoires à destination de leurs populations vieillissantes, cette mission de repérage participe de la dynamique de revalorisation et d innovation des territoires. L alerte de ces réseaux informels est ensuite relayée aux acteurs professionnels du «travail social» (PACT, Habitat & Développement, Centre Communal d Action Sociale, Mutualité Sociale Agricole, Centre Local d Information et de Coordination). Le repérage peut être également le fait d un proche ou d un intervenant professionnel (aide à domicile ). Néanmoins, l outil efficace est le diagnostic simple qui peut être mené par les proches pour évaluer les risques potentiels du logement. La Commission nationale de sécurité des consommateurs a établi, en partenariat avec l Agence nationale des services à la personne et un ensemble de fédérations, une grille d évaluation des risques du domicile leur permettant de réaliser le premier diagnostic et de proposer à la personne âgée des solutions de petits aménagements simples et sécurisés, ou de l orienter vers les professionnels qualifiés dans le cas d aménagements plus lourds, notamment en ce qui concerne les travaux de performance énergétique. La réalisation des travaux d adaptation du domicile nécessite quant à elle un ensemble de compétences techniques et humaines auquel les intervenants professionnels sont amenés à s engager. Mettre en place, à l initiative de la CAPEB (Confédération de l Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment) une reconnaissance professionnelle (équivalente à un label) afin de créer une «spécialisation» reconnue. Ouverte à tous les artisans qui acceptent de suivre des cycles de formation réguliers dans le champ pluridisciplinaire de l adaptation du logement, de valoriser les échanges d expériences, de s engager sur des prix et des délais maitrisés. Les entreprises «labellisées» seront répertoriées dans un annuaire diffusé auprès du grand public et des financeurs publics. Ces derniers peuvent décider de prendre en compte ce «label», à divers titres (délais de paiement, par exemple). Pour compléter le dispositif, il est primordial de garantir la fluidité, la rapidité et l efficacité du circuit des aides publiques. Les aides publiques cumulées (Etat, collectivités locales et territoriales) constituent un effort conséquent mais dont l efficacité est atténuée par le délai des décisions. Le Conseil Général du Bas Rhin a élaboré un suivi des demandes, en obligeant les services constructeurs à des délais contraints pour proposer des solutions adéquates. Dés lors que le paiement dans des délais raisonnables aux prestataires labellisés sera opérationnel, il incitera les entreprises à maîtriser les délais d intervention et les prix des chantiers d adaptation. La France est dotée de nombreux dispositifs d intervention, tant de l Etat que des collectivités. Un sondage d OPINION WAY (2010) montre qu ils sont peu connus mais lorsqu ils le sont, ils sont plébiscités par les bénéficiaires. Cependant, les aides attribuées ne couvrent pas l intégralité de la dépense. La réflexion doit dégager les pistes de financement des «restes dûs» aux artisans 2- Développer des outils d accompagnement financier Au niveau européen, le «paquet énergie» avait introduit une clause spécifique sur les tarifs sociaux pour les personnes âgées afin de protéger les populations vulnérables. Puis, depuis 2009, dans le cadre du plan de relance pour stimuler l activité de la construction et répondre aux objectifs de l Union européenne en matière de réduction des émissions de CO ², la révision du règlement FEDER (16) a rendu éligibles aux financements européens les dépenses d investissement en matière de performance énergétique et d énergie renouvelable 34

5 dans le parc de logements existants destinés à une population modeste. La possibilité de recourir au FEDER pour des investissements croisés vieillissement/énergie dans l habitat a été évoquée favorablement par plusieurs députés européens de l Intergroupe Urban (17) et de l Intergroupe Ageing (18) lors d une réunion organisée dans le cadre de la mission que j ai conduite, à la demande du Secrétaire d Etat au Logement et à l Urbanisme, Monsieur Benoist APPARU (19). La sous-consommation régulière des fonds européens FEDER et FSE (20) laisse espérer une marge de manœuvre. Quatre autres propositions visent à permettre d accompagner financièrement les personnes âgées ou leurs ayants droit pour réaliser des travaux d adaptation du logement afin de permettre le maintien à domicile : Transférer le crédit d impôt ouvert aux personnes âgées à leurs descendants ou collatéraux qui financent les travaux de «maintien à domicile» L adaptation nécessaire du logement se heurte aux «possibilités» financières des occupants, même propriétaires. La Loi de finances du 30/12/2005 prévoit un crédit d impôt de 25 % pour les travaux favorisant l autonomie des personnes âgées ou handicapées. Ce crédit bénéficie soit à la personne concernée soit à une personne valide qui équipe son habitation principale pour la rendre accessible à un ascendant ou un descendant. La proposition vise à transférer ce crédit d impôt aux descendants ou collatéraux qui financent les travaux permettant à une personne âgée de se maintenir à domicile, mais en diminuant la base des bénéficiaires en les réservant aux attributaires des minima sociaux. L avance de trésorerie réalisée par les proches permet d engager et de régler immédiatement les artisans sans attendre le crédit d impôt (18 mois plus tard) et de faire face notamment à des situations d urgence. Aménager le prêt viager hypothécaire. Le Prêt Viager Hypothécaire, qui consiste en un prêt gagé sur le logement, est réglementairement organisé en France depuis 2006 et distribué par le seul Crédit Foncier depuis C est un prêt remboursable in fine (capital et intérêts) au moment du décès de l emprunteur. Le montant exigible est plafonné à la valeur du logement au moment du remboursement. A l heure actuelle, ce prêt constitue un marché étroit. Il s adresse plutôt à des biens urbains et/ou d une valeur de l ordre de , pour des propriétaires âgés de 75 ans ou plus. Le montant du prêt est calculé en fonction de l âge de l emprunteur et de la valeur du bien. Les difficultés évoquées sont la faible quotité prêtée et le taux d intérêt élevé, la réticence des personnes âgées à recourir à l emprunt, la baisse des valeurs immobilières. S il est encore prématuré d envisager l intervention d un fonds d état comme aux Etats-Unis pour garantir la part systémique du risque immobilier, des aménagements fonctionnels rendront le produit plus attractif, notamment un versement fractionné sous forme de rente hors fiscalité et des règles de publicité plus lisibles. Organiser le contrat de viager HLM L habitat des centres villes est au cœur des préoccupations croisées : lutter contre l étalement urbain, densifier l habitat des centres en résolvant notamment le problème récurrent des logements vacants, répondre à la demande croissante des personnes âgées d adapter leur logement pour leur permettre d y rester en sécurité. Organiser la possibilité pour les organismes HLM d acquérir des logements en viager, occupés ou vacants, fait partie des solutions à explorer. Pour le vendeur qui avance en âge et qui veut s assurer d un complément de ressources tout en restant dans son logement qui sera adapté par des professionnels, de surcroît solvables, le viager est une opportunité intéressante. Pour les organismes HLM, cette possibilité nécessite la mise en place d un cadre seulement réglementaire, professionnel et contractuel autour d une solution financière assurantielle, mutualisée et garantie. Développer et diffuser le microcrédit-adaptation du domicile des personnes âgées. Plus connu dans un contexte d entreprise, le microcrédit est un outil-levier utile. Les aides publiques sont nombreuses mais aucune ne couvre l intégralité de la dépense des travaux d adaptation. Pour les personnes âgées dont les ressources sont très faibles, comment trouver les ou qui restent à leur charge? A partir de 70 ans, l accès au crédit est pratiquement inexistant et, il est vrai, la réticence à emprunter, reste forte. Entre et 8 000, le prêt microcrédit-adaptation à un taux entre 1,5 % (ou inexistant) et 4 %, pour 36 mois, hors assurance, hors garantie serait ouvert sans condition d âge. Au-delà d acteurs déjà efficacement engagés comme PROCIVIS (réseau national des Sociétés Anonymes Coopératives d Intérêt Collectif pour l Accession à la Propriété), les caisses de retraite, les établissements financiers comme le Crédit Mutuel ou la Banque Postale se sont joints à cette proposition. L ensemble de ces propositions a fait l objet d engagements des professionnels et ne sollicite pas le budget public. L accroissement des besoins de financements du grand âge, liés au risque de dépendance devrait cependant faire évoluer la tendance. Marché de «niche» disent certains observateurs, mais sans doute à observer dans son développement. 35

6 NOTES (1) Président de l association Old up (2) Vincent Caradec : professeur de sociologie à l Université de Lille 3, membre du Haut Conseil pour la population et la famille (3) Monique Eleb : psychologue et sociologue, professeur à l école d architecture de Paris-Malaquais, directrice du laboratoire ACS (Architecture, Culture, Société) (4) Bernard Ennuyer : ingénieur, sociologue, directeur d une association d aide à domicile (5) Rapport «L adaptation de l habitat au défi de l évolution démographique : Un chantier d avenir», suivi de «Bien vieillir à domicile : Enjeux d habitat, enjeux de territoire» remis à Monsieur Benoist APPARU, Secrétaire d Etat au Logement et à l Urbanisme, le 7/10/2009 et le 2 Juin 2010 (6) Rapport annuel 2009 de la Fondation Abbé Pierre : L état du Mal- Logement en France (7) DGALN : Direction Générale de l Architecture du Logement et de la Nature (ancienne DGUHC) (8) PACT (Acteurs de proximité des personnes âgées) (9) Source : Zaidi A., «Pension Policy in EU25 and its Possible Impact on Elderly Poverty», Policy Briefs, cité dans le Rapport Mal- Logement 2009, Fondation Abbé Pierre (10) La stabilité résidentielle est affirmée à travers l Europe : les + de 65 ans ont une durée moyenne de 40 ans dans la même aire géographique (source 2007) (11) PALULOS : Prime à l Amélioration des Logements à Usage Locatif à Occupation Sociale (12) Appel à projet USH en lien avec la Fondation de France : «Accompagner le vieillissement : des projets dans le parc social au service des habitants» (13) ANRU : Agence Nationale de Rénovation Urbaine (14) Actu-environnement.com (15) Guide des recommandations à l attention des décideurs politiques édité par le Consortium EPEE (16) FEDER : Fonds Européen de Développement Régional (17) L Intergroupe Urban-Logement (IUL) a été créé début 2005 à l initiative de deux Députés européens : Jean-Marie BEAUPUY (ADLE, France) et Alain HUTCHINSON (PSE, Belgique). Au cœur de leurs préoccupations figuraient respectivement la question urbaine et le problème du logement (18) Créé en Janvier 2001, AGE Platform Europe est un réseau européen d environ 150 organisations de et pour personnes âgées de 50 + qui représentent directement plus de 28 millions de personnes âgées en Europe (19) Rapport «Bien vieillir à domicile : Enjeux d habitat, enjeux de territoires» (20) FSE : Fonds Social Européen 36

Conseil supérieur du logement

Conseil supérieur du logement Conseil supérieur du logement Avis n 010 du 16 janvier 2008 du Conseil supérieur du logement sur le concept du crédit logement inversé. Préambule Le crédit logement inversé («reverse mortgage») est une

Plus en détail

«Lutte contre la précarité énergétique et Adaptation des logements à la perte d autonomie» (2014-2016)

«Lutte contre la précarité énergétique et Adaptation des logements à la perte d autonomie» (2014-2016) Programme d Intérêt Général Communauté de communes du pays de Bourgueil «Lutte contre la précarité énergétique et Adaptation des logements à la perte d autonomie» (2014-2016) PRESENTATION DU DISPOSITIF:

Plus en détail

La Caisse des Dépôts bailleur social, prêteur, investisseur dans le logement et gestionnaire de régimes de retraite

La Caisse des Dépôts bailleur social, prêteur, investisseur dans le logement et gestionnaire de régimes de retraite Les retraités et leur logement Maison de la Chimie, 18 novembre 2013 La Caisse des Dépôts bailleur social, prêteur, investisseur dans le logement et gestionnaire de régimes de retraite Anne Sophie Grave

Plus en détail

Plateforme pour la rénovation énergétique pour tous (PRET) du Val-de-Marne

Plateforme pour la rénovation énergétique pour tous (PRET) du Val-de-Marne Le réseau francilien de lutte contre les précarités énergétiques Fiche Action Plateforme pour la rénovation énergétique pour tous (PRET) du Val-de-Marne Territoire concerné >> Département du Val-de- Marne

Plus en détail

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF :

INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : INNOVATION ET HABITAT PARTICIPATIF : Complément au chapitre VII «Valorisation du Patrimoine Régional et Projets Innovants» du cadre d intervention régional sur l habitat et le logement, adopté par délibération

Plus en détail

Dossier de presse. Adaptation des logements à la perte d autonomie : Des moyens renforcés pour 2013. 19 Mars 2013

Dossier de presse. Adaptation des logements à la perte d autonomie : Des moyens renforcés pour 2013. 19 Mars 2013 Dossier de presse Adaptation des logements à la perte d autonomie : Des moyens renforcés pour 2013 19 Mars 2013 Contacts presse : Myra Frapier-Saab 06 70 10 82 24 1 Les enjeux Le nombre croissant de personnes

Plus en détail

Les aides à l amélioration et à l adaptation de l habitat

Les aides à l amélioration et à l adaptation de l habitat Tous droits réservés : Klubgraphik Les aides à l amélioration et à l adaptation de l habitat Propriétaire occupant, Locataire du parc privé, Propriétaire bailleur, Copropriétaire, Propriétaire d un logement

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

Assistance à maîtrise d ouvrage renforcée dans le cadre de la perte d autonomie et du maintien à domicile. www.pact-habitat.org

Assistance à maîtrise d ouvrage renforcée dans le cadre de la perte d autonomie et du maintien à domicile. www.pact-habitat.org Assistance à maîtrise d ouvrage renforcée dans le cadre de la perte d autonomie et du maintien à domicile 1 LES CHAMPS D INTERVENTION DU PACT DE L YONNE L appui à la réhabilitation et à l adaptation du

Plus en détail

Bien vieillir à domicile : Enjeux d habitat, enjeux de territoires

Bien vieillir à domicile : Enjeux d habitat, enjeux de territoires Bien vieillir à domicile : Enjeux d habitat, enjeux de territoires Rapport remis à Monsieur Benoist APPARU Secrétaire d'etat au Logement et à l Urbanisme Muriel BOULMIER Directrice Générale du Groupe CILIOPÉE

Plus en détail

1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises

1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises Rester dynamique dans un contexte atypique 1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises industrielles, la Saône-et-Loire est aujourd hui un département en décroissance.

Plus en détail

Salon des Seniors des 3, 4, 5 et 6 avril 2014 Stand D3

Salon des Seniors des 3, 4, 5 et 6 avril 2014 Stand D3 n w Click to edit Master text styles Second level l Third level Ø Fourth level w Stand D3 VIRAGE- VIAGER 2014 Le viager comme soludon de complément de retraite Une nouvelle forme : Le viager mutualisé

Plus en détail

Opération. de l Habitat

Opération. de l Habitat Communauté de Communes du Pays d Azay-le-Rideau Opération Programmée d Amélioration de l Habitat Etude pré opérationnelle Opération Mission de suivi et Locale d animation pour un programme d intérêt d

Plus en détail

Accidents de la vie courante. d accidents domestiques au domicile des personnes âgées

Accidents de la vie courante. d accidents domestiques au domicile des personnes âgées Accidents de la vie courante L outil de repérage des risques L outil de repérage des risques d accidents domestiques au domicile des personnes âgées Sommaire 1 Les accidents de la vie courante en France

Plus en détail

PROJET DE CHARTE DE LA VENTE HLM AUX LOCATAIRES 11/10/2010

PROJET DE CHARTE DE LA VENTE HLM AUX LOCATAIRES 11/10/2010 PROJET DE CHARTE DE LA VENTE HLM AUX LOCATAIRES 11/10/2010 Les enjeux de l accession sociale PREAMBULE DANS LE CADRE DES ORIENTATIONS DEFINIES PAR LE PROTOCOLE D ACCORD D NATIONAL INTERPROFESSIONNEL ET

Plus en détail

Atelier 21. Christophe MILIN : Economiste, ADEME. Nathalie ROTURIER : Directrice Plan 100 000 logements, Région Nord Pas-de-Calais

Atelier 21. Christophe MILIN : Economiste, ADEME. Nathalie ROTURIER : Directrice Plan 100 000 logements, Région Nord Pas-de-Calais Atelier 21 ARTICULATION TERRITORIALE ET PARTENARIALE D UN SERVICE INTÉGRÉ DE LA RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE DU PARC PRIVÉ: EXEMPLE EN RÉGION NORD PAS DE CALAIS Christophe MILIN : Economiste, ADEME Nathalie

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 06/2015 OPÉRATION PROGRAMMÉE D AMÉLIORATION DE L HABITAT

DOSSIER DE PRESSE 06/2015 OPÉRATION PROGRAMMÉE D AMÉLIORATION DE L HABITAT DOSSIER DE PRESSE 06/2015 OPÉRATION PROGRAMMÉE D AMÉLIORATION DE L HABITAT O.P.A.H. multisites de la CCPRO, présentation de la démarche Dans le cadre de son Programme Local de l Habitat, la CCPRO a lancé,

Plus en détail

PIG Programme d Intérêt Général Communauté de Communes Les Hauts du Lyonnais. Réunion Publique du 27/06/2013

PIG Programme d Intérêt Général Communauté de Communes Les Hauts du Lyonnais. Réunion Publique du 27/06/2013 PIG Programme d Intérêt Général Communauté de Communes Les Hauts du Lyonnais Réunion Publique du 27/06/2013 1 Sa durée est de 3 ans de Juin 2013 à Mai 2016. Le périmètre de l opération concerne les 10

Plus en détail

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants

Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants Des solutions pour les seniors à revenus insuffisants IStock - FredFroese Source de croissance de d opportunités, le vieillissement de la population française constitue cependant un défi pour notre pays.

Plus en détail

PLAN DE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE DE L HABITAT

PLAN DE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE DE L HABITAT PLAN DE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE DE L HABITAT Quel rôle pour les collectivités locales? MINISTÈRE DU LOGEMENT ET DE L'ÉGALITÉ DES TERRITOIRES MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE

Plus en détail

E T U D E pré-opérationnelle P I G amélioration de l habitat. Volets 2 et 3 : PROGRAMME d ACTIONS 20 juillet 2012

E T U D E pré-opérationnelle P I G amélioration de l habitat. Volets 2 et 3 : PROGRAMME d ACTIONS 20 juillet 2012 P A Y S H A U T L A N G U E D O C E T V I G N O B L E S E T U D E pré-opérationnelle P I G amélioration de l habitat Volets 2 et 3 : PROGRAMME d ACTIONS 20 juillet 2012 1 SOMMAIRE Partie 1 : rappel des

Plus en détail

NOTE A L ATTENTION DE MONSIEUR LE FORMATEUR. Aspects financiers

NOTE A L ATTENTION DE MONSIEUR LE FORMATEUR. Aspects financiers Luxembourg, le 8 novembre 2013 NOTE A L ATTENTION DE MONSIEUR LE FORMATEUR Aspects financiers Volet 2 : Aides financières dans le domaine de la promotion des énergies renouvelables et de l efficacité énergétique

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

Le projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement

Le projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement Le projet de loi relatif à l adaptation de la société au vieillissement DOSSIER PRESSE Mars 2015 Contact : cab-fpa-presse@sante.gouv.fr www.social-sante.gouv.fr Introduction Le projet de loi relatif à

Plus en détail

POLITIQUE DE L HABITAT DE LA CCSB. Guide des aides : réhabilitation de l habitat ancien. Mai2014

POLITIQUE DE L HABITAT DE LA CCSB. Guide des aides : réhabilitation de l habitat ancien. Mai2014 POLITIQUE DE L HABITAT DE LA CCSB Guide des aides : réhabilitation de l habitat ancien Mai2014 Carte de la CCSB au 1 er janvier 2014 Nouvelle intercommunalité issue des fusions des communautés : CCBVS

Plus en détail

MISSIONS SOCIALES/ACCESSION À LA PROPRIÉTÉ

MISSIONS SOCIALES/ACCESSION À LA PROPRIÉTÉ MISSIONS SOCIALES/ACCESSION À LA PROPRIÉTÉ ACCESSION À LA PROPRIÉTÉ Depuis la création du Crédit Immobilier de France en 1908, les SACI devenues SACICAP en 2008 ont pour vocation de faciliter l accession

Plus en détail

Les aides à l amélioration et à l adaptation de l habitat

Les aides à l amélioration et à l adaptation de l habitat Tous droits réservés : Klubgraphik Les aides à l amélioration et à l adaptation de l habitat Propriétaire occupant, Locataire du parc privé, Propriétaire bailleur, Copropriétaire, Propriétaire d un logement

Plus en détail

HABITER MIEUX DANS LE GRAND NANCY juin 2011 ~ juin 2014

HABITER MIEUX DANS LE GRAND NANCY juin 2011 ~ juin 2014 Programme d Intérêt Général HABITER MIEUX DANS LE GRAND NANCY juin 2011 ~ juin 2014 LANEUVEVILLE-DEVANT-NANCY SOMMAIRE Qu est-ce que le Programme d Intérêt Général Habiter Mieux? Enjeux et objectifs Présentation

Plus en détail

SYNTHÈSE. En 2012, la province Sud compte 16 700 personnes. Le maintien à domicile : solution privilégiée des personnes âgées

SYNTHÈSE. En 2012, la province Sud compte 16 700 personnes. Le maintien à domicile : solution privilégiée des personnes âgées SYNTHÈSE BP 823-98845 Nouméa Nouvelle-Calédonie (687) 27 54 81 isee@isee.nc www.isee.nc Directeur de la publication Alexandre Gautier Conception et réalisation Département publications Synthèse N 3 Édition

Plus en détail

Financer les travaux d adaptation des logements

Financer les travaux d adaptation des logements 1ère Journée de l accessibilité des bâtiments et de leurs abords Maison de l Artisanat Financer les travaux d adaptation des logements 1 1er journée de l accessibilité des bâtiments et de leurs abords

Plus en détail

Discours de Benoist APPARU, Secrétaire d Etat chargé du Logement. Conférence nationale sur le logement étudiant - 5 avril 2011

Discours de Benoist APPARU, Secrétaire d Etat chargé du Logement. Conférence nationale sur le logement étudiant - 5 avril 2011 Discours de Benoist APPARU, Secrétaire d Etat chargé du Logement Conférence nationale sur le logement étudiant - 5 avril 2011 Madame la Ministre, chère Valérie, Monsieur le député Anciaux, Madame la présidente

Plus en détail

Les mesures pour relancer la construction de logements

Les mesures pour relancer la construction de logements Les mesures pour relancer la construction de logements Janvier 2015 Le logement est devenu, pour la plupart des Français, cher et difficilement accessible. Le secteur de la construction traverse une grave

Plus en détail

Retraités du Régime Agricole

Retraités du Régime Agricole Retraités du Régime Agricole Des aides pour vivre à domicile 2015 www.msa49.fr Favoriser le maintien à domicile des personnes retraitées C est : Aider, à leur domicile, en foyer logement ou en MARPA *,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Une nouvelle activité vient de voir le jour. «Le BTP Gériatrique»

DOSSIER DE PRESSE. Une nouvelle activité vient de voir le jour. «Le BTP Gériatrique» DOSSIER DE PRESSE Une nouvelle activité vient de voir le jour «Le BTP Gériatrique» Adapt 06 est une société de travaux tout corps d état, spécialisée dans l adaptation des logements pour les personnes

Plus en détail

Diagnostic des causes et conséquences de la précarité énergétique en Belgique, Espagne, France, Italie et Royaume-Uni

Diagnostic des causes et conséquences de la précarité énergétique en Belgique, Espagne, France, Italie et Royaume-Uni Diagnostic des causes et conséquences de la précarité énergétique en Belgique, Espagne, France, Italie et Royaume-Uni WP2 - Deliverable 5 Mentions légales Le contenu de cette publication n'engage que la

Plus en détail

Lépine Providence DOSSIER DE PRESSE

Lépine Providence DOSSIER DE PRESSE Lépine Providence L E S E N S D E L A V I E DOSSIER DE PRESSE Réunir & innover au service des personnes âgées Depuis 2010, la Ville de Versailles est titulaire du label Bien vieillir. Véritable récompense

Plus en détail

Programme de mise en sécurité du domicile des personnes âgées. La prévention des risques au domicile des personnes âgées

Programme de mise en sécurité du domicile des personnes âgées. La prévention des risques au domicile des personnes âgées Programme de mise en sécurité du domicile des personnes âgées La prévention des risques au domicile des personnes âgées Sommaire 1 Les accidents de la vie courante en France 3 1.1 Les données chiffrées

Plus en détail

Devenir propriétaire de son logement

Devenir propriétaire de son logement GUIDE PRATIQUE DES NOUVELLES MESURES Devenir propriétaire de son logement Photos Patrick Modé www.logement.gouv.fr www.cohesionsociale.gouv.fr www.anah.fr Accession à la propriété. Les règles ont changé.

Plus en détail

TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE

TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE TRAVAUX DE PLOMBERIE SOMMAIRE LE MARCHÉ DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 2 LA RÉGLEMENTATION DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 5 L'ACTIVITÉ DES TRAVAUX DE PLOMBERIE... 8 LES POINTS DE VIGILEANCE DES TRAVAUX DE PLOMBERIE...

Plus en détail

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro SOMMAIRE Écoutez vos envies d économies d énergie............ 3 Un éco-prêt à taux zéro, quel intérêt?................. 4 Une palette

Plus en détail

Intégrez les enjeux énergie-climat dans vos documents d'urbanisme

Intégrez les enjeux énergie-climat dans vos documents d'urbanisme Intégrez les enjeux énergie-climat dans vos documents d'urbanisme PCET, SRCAE, précarité énergétique, PLH, évaluation environnementale SCOT et PLU, étude pré-opérationnelle OPAH BGP280/122 1 L'énergie

Plus en détail

LE CONTEXTE DU LOGEMENT EN FRANCE

LE CONTEXTE DU LOGEMENT EN FRANCE LE CONTEXTE DU LOGEMENT EN FRANCE 60 000 000 d habitants 30 000 000 de logements, dont : 26 000 000 de résidences principales, 2 000 000 de logements vacants, 2 000 000 de résidences secondaires, Sur les

Plus en détail

PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT (PLH 2010-2015) OBSERVATOIRE : Amélioration de l Habitat

PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT (PLH 2010-2015) OBSERVATOIRE : Amélioration de l Habitat PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT (PLH 2010-2015) OBSERVATOIRE : Amélioration de l Habitat «Comprendre et qualifier la situation et l évolution du marché dans toutes ses compoanah N 5 Septembre 2015 Observatoire

Plus en détail

OPAH - RU de CASTELNAUDARY DOSSIER D'INFORMATION PROPRIETAIRES OCCUPANTS

OPAH - RU de CASTELNAUDARY DOSSIER D'INFORMATION PROPRIETAIRES OCCUPANTS OPAH - RU de CASTELNAUDARY DOSSIER D'INFORMATION PROPRIETAIRES OCCUPANTS La Ville de Castelnaudary, soutenue par l Anah, la Région Languedoc-Roussillon, le Département de l Aude, lance une Opération Programmée

Plus en détail

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos économies d énergie l éco-prêt à taux zéro SOMMAIRE Écoutez vos envies d économies d énergie............ 3 Un éco-prêt à

Plus en détail

N AVEC LES TRAVAILLEURS SOCIAUX. as MAIA région mulhousienne

N AVEC LES TRAVAILLEURS SOCIAUX. as MAIA région mulhousienne RE ACCES AUX DROITS N AVEC LES TRAVAILLEURS SOCIAUX 2014 as MAIA région mulhousienne SOMMAIRE ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL Formation Missions ARTICULATION GESTIONNAIRE DE CAS / ASSISTANT DE SERVICE SOCIAL

Plus en détail

AFER Dépendance. Assurez-vous dès aujourd hui des lendemains plus sereins

AFER Dépendance. Assurez-vous dès aujourd hui des lendemains plus sereins AFER Dépendance Assurez-vous dès aujourd hui des lendemains plus sereins AFER Dépendance Vous avez déjà réfléchi à votre avenir avec nous Il est temps aujourd hui de voir plus loin et étudier une excellente

Plus en détail

Atelier «Vieillissement de la population et habitat»

Atelier «Vieillissement de la population et habitat» Atelier «Vieillissement de la population et habitat» Avec l allongement de la durée de vie et la mutation démographique sans précédent auxquels la société française est confrontée, la question du logement

Plus en détail

Opération Programmée d Amélioration de l Habitat 2009-2012

Opération Programmée d Amélioration de l Habitat 2009-2012 Opération Programmée d Amélioration de l Habitat 2009-2012 ECONOMIES D ENERGIE PERSONNES AGEES ENERGIES RENOUVELABLES MAINTIEN A DOMICILE ADAPTATION INSALUBRITE HANDICAP LOYERS MODERES LOCATION CHARGES

Plus en détail

héma Une solution pour tous les Sarthois

héma Une solution pour tous les Sarthois S u p p l é m e n t g r a t u i t d e LA SARTHE Le magazine du Conseil général héma S A R T H E Une solution pour tous les Sarthois Avec ses 14 000 logements, Sarthe Habitat, qui défend les valeurs de

Plus en détail

AXE 1 : Habitat Fiche action 1.1 : Réhabilitation thermique de logements témoins

AXE 1 : Habitat Fiche action 1.1 : Réhabilitation thermique de logements témoins AXE 1 : Habitat Fiche action 1.1 : Réhabilitation thermique de logements témoins Porteur du projet Coordonnateur : Pays de Chaumont. (Maitre d ouvrage : Chaumont habitat, propriétaires privés ) Contexte

Plus en détail

Comment mobiliser les copropriétaires et financer de gros travaux

Comment mobiliser les copropriétaires et financer de gros travaux Comment mobiliser les copropriétaires et financer de gros travaux Saint-Mandé Cycle de formations mai-juin : Comment réaliser des économies d'énergie dans votre copropriété? VILLE DE SAINT-MANDE: LES ACTIONS

Plus en détail

AIDES FINANCIERES POUR L AMELIORATION DE L HABITAT

AIDES FINANCIERES POUR L AMELIORATION DE L HABITAT AIDES DU CONSEIL GENERAL DEPARTEMENTAL Prestation de Compensation du Handicap (PCH) : Vous avez moins de 60 ans ou jusqu à 75 ans si les droits ont été justifiés avant. Renseignements auprès de la Maison

Plus en détail

Pose de la première pierre de la Villa Mariposa sur le secteur de la Cité Blanche à Toulouse

Pose de la première pierre de la Villa Mariposa sur le secteur de la Cité Blanche à Toulouse Pose de la première pierre de la Villa Mariposa sur le secteur de la Cité Blanche à Toulouse La première étape de la reconstruction du quartier des zards / Trois Cocus Toulouse, le 1 er juillet 2013 Vue

Plus en détail

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire!

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire! Plan Climat énergie Territorial notre défi pour l avenir du territoire! La Communauté Urbaine en 2050... Celle de nos enfants, petits-enfants,... Quels objectifs pour ce Plan Climat? Vous rêvez pour eux

Plus en détail

LOGEMENT. L adaptation du. aux personnes handicapées. Les aménagements possibles, les aides financières, les conseils

LOGEMENT. L adaptation du. aux personnes handicapées. Les aménagements possibles, les aides financières, les conseils direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction L adaptation du LOGEMENT aux personnes handicapées Les aménagements possibles, les aides financières, les conseils Les aménagements

Plus en détail

LANCEMENT DE FINANTOIT, UN OUTIL PRIVE D INVESTISSEMENT SOLIDAIRE POUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT TRES SOCIAL

LANCEMENT DE FINANTOIT, UN OUTIL PRIVE D INVESTISSEMENT SOLIDAIRE POUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT TRES SOCIAL COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 février 2007 LANCEMENT DE FINANTOIT, UN OUTIL PRIVE D INVESTISSEMENT SOLIDAIRE POUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT TRES SOCIAL FINANTOIT est le premier outil d investissement

Plus en détail

AIDES A L AMÉLIORATION DE L HABITAT PRIVÉ

AIDES A L AMÉLIORATION DE L HABITAT PRIVÉ AIDES A L AMÉLIORATION DE L HABITAT PRIVÉ PLAN RÉNOVATION CONFORT EN BEAUVAISIS «Bien chez soi» Règlement des actions communautaires Période 2015-2016 La communauté d agglomération du Beauvaisis met en

Plus en détail

Le PSLA (Prêt Social Locatif Accession) est un dispositif d accession sociale à la propriété.

Le PSLA (Prêt Social Locatif Accession) est un dispositif d accession sociale à la propriété. LE PSLA Le PSLA (Prêt Social Locatif Accession) est un dispositif d accession sociale à la propriété. Le processus d accession se déroule en deux phases : Une phase locative qui dure de 6 mois à 2 ans

Plus en détail

Les Matinales SILVER ECO La Synthèse. Assurance et Silver économie. 16 juin 2015 Théâtre du rond-point des Champs-Elysées

Les Matinales SILVER ECO La Synthèse. Assurance et Silver économie. 16 juin 2015 Théâtre du rond-point des Champs-Elysées Les Matinales SILVER ECO La Synthèse Assurance et Silver économie 16 juin 2015 Théâtre du rond-point des Champs-Elysées Une matinale animée par Hélène Delmotte (Care Insight) et Benoît Goblot (agence Matinal)

Plus en détail

ECO PRET A TAUX ZERO. Mode d emploi de l éco-prêt à taux zéro mis en place par la loi de finances 2009 en application du Grenelle de l environnement

ECO PRET A TAUX ZERO. Mode d emploi de l éco-prêt à taux zéro mis en place par la loi de finances 2009 en application du Grenelle de l environnement 6 rue Georges Cuvier BP 1 67610 LA WANTZENAU Tél. : 03 88 10 37 07 Fax : 03 88 10 37 00 Date :MAI 2009 Secrétaire Général : Vanessa DIAS Destinataires : Stés section METALLERIE (convention Bâtiment) Méca

Plus en détail

Acteur principal : gestionnaire Partenaires. Aides directes aux ménages

Acteur principal : gestionnaire Partenaires. Aides directes aux ménages LES DISPOSITIFS FINANCIERS D AIDE AUX ACTIONS DE LUTTE CONTRE LA PRECARITE ENERGETIQUE EN PACA *liste non exhaustive, il s agit des principaux dispositifs financiers repérés qui peuvent permettre un financement

Plus en détail

Service des Affaires Economiques

Service des Affaires Economiques Réf. > BI 8469 Paris, le 31mars 2009 De > Service des Affaires Economiques Rappel > Groupe /Rubrique > Les annexes sont à consulter, soit dans la base documentaire de l Intranet accessible à tous les membres

Plus en détail

Madame la Présidente de la Fédération nationale des sociétés coopératives d HLM (Chère Marie-Noëlle LIENEMANN),

Madame la Présidente de la Fédération nationale des sociétés coopératives d HLM (Chère Marie-Noëlle LIENEMANN), 1/8 Discours de Madame George PAU-LANGEVIN, Ministre des outre-mer Congrès annuel de l Union Sociale pour l Habitat (USH) Mardi 22 septembre 2015 MONTPELLIER Monsieur le Président du l USH (Cher Jean-Louis

Plus en détail

Guide du futur. propriétaire. Le groupe SNI vous donne les clés

Guide du futur. propriétaire. Le groupe SNI vous donne les clés Guide du futur propriétaire Le groupe SNI vous donne les clés Devenir propriétaire un acte fort Devenir propriétaire, aménager et personnaliser votre lieu de vie, vous constituer un patrimoine transmissible

Plus en détail

COMPRENDRE. Édition : février 2013

COMPRENDRE. Édition : février 2013 L habitat COMPRENDRE 2013 Édition : février 2013 sommaire glossaire introduction Se donner les moyens de maîtriser l énergie.3 À savoir avant de se lancer...4 Trouver l aide adaptée....6 Pour tout contribuable,

Plus en détail

Principales missions opérationnelles : Logement social

Principales missions opérationnelles : Logement social Nombre d offices communautaires d HLM ou OPAC gérés : 1 Autres organismes gestionnaires de logements sociaux : 6 Parc de logement social dans l agglomération : 18 354 au 1 er janvier 2011 Aide financière

Plus en détail

Bernard BONNE Président du Conseil général de la Loire

Bernard BONNE Président du Conseil général de la Loire PROJET D AVIS D APPEL À CANDIDATURES «HABITAT LOIRE AUTONOMIE +» Création de logements adaptés avec services pour personnes âgées sur le département de la Loire Objet de l appel à candidatures : L objet

Plus en détail

B2V lance le Prix Solidarité Autonomie Seniors

B2V lance le Prix Solidarité Autonomie Seniors DOSSIER DE PRESSE B2V lance le Prix Solidarité Autonomie Seniors Sommaire Page 2 : Le Prix B2V en quelques dates Page 3 : Un prix destiné à encourager l innovation sociale en matière d accompagnement du

Plus en détail

PRÉSENTATION BILAN PLH LAMBALLE COMMUNAUTÉ 2014-2015 Orientations 2016. 4 logements rue Lucie Aubrac à la Poterie

PRÉSENTATION BILAN PLH LAMBALLE COMMUNAUTÉ 2014-2015 Orientations 2016. 4 logements rue Lucie Aubrac à la Poterie PRÉSENTATION BILAN PLH LAMBALLE COMMUNAUTÉ 2014-2015 Orientations 2016 4 logements rue Lucie Aubrac à la Poterie AXE 1 FICHE 1 MOBILISER LE FONCIER NECESSAIRE Le PLH a un objectif global de construire

Plus en détail

Programme d Intérêt Général. Amélioration de l Habitat Bilan 01 juillet 2012 31 Décembre 2013

Programme d Intérêt Général. Amélioration de l Habitat Bilan 01 juillet 2012 31 Décembre 2013 Programme d Intérêt Général Amélioration de l Habitat Bilan 01 juillet 2012 31 Décembre 2013 Rappels: Les cibles du Programme d Intérêt Général Amélioration de la qualité thermique des logements Adaptation

Plus en détail

Année 2014. Objectifs, réalisations, perspectives. Avril 2015

Année 2014. Objectifs, réalisations, perspectives. Avril 2015 PIIG Habiitat Pays Montmoriillllonnaiis Année 2014 Objectifs, réalisations, perspectives Avril 2015 Préambule page 2 Les chiffres clefs 2014 page 3 La localisation géographique des bénéficiaires page 4

Plus en détail

Effilogis 2015. rénovation mode d emploi. www.effilogis.fr

Effilogis 2015. rénovation mode d emploi. www.effilogis.fr PARTICULIERS Un COLLECTIVITÉS investissement BAILLEURS SOCIAUX de bon sens Effilogis 2015 rénovation mode d emploi www.effilogis.fr Habitation BBC Bon à savoir Une habitation rénovée Bâtiment Basse Consommation

Plus en détail

FICHE RECAPITULATIVE SUR LE DISPOSITIF DU PASS-FONCIER,

FICHE RECAPITULATIVE SUR LE DISPOSITIF DU PASS-FONCIER, FICHE RECAPITULATIVE SUR LE DISPOSITIF DU PASS-FONCIER, SON EVOLUTION ET DE LA «MAISON POUR 15 EUROS PAR JOUR» Synthèse Le Pass-foncier est un dispositif social d accompagnement des politiques locales

Plus en détail

Convention de délégation de tâches < x > Programmation 2014-2020 CADRE REGLEMENTAIRE : < FONDS >, < PROGRAMME(S) >,

Convention de délégation de tâches < x > Programmation 2014-2020 CADRE REGLEMENTAIRE : < FONDS >, < PROGRAMME(S) >, <AUTORITE DE GESTION> Version finale : Trame commune [FEDER/FSE] 2014-2020 Convention de délégation de tâches < x > Programmation 2014-2020 CADRE REGLEMENTAIRE : < FONDS >, < PROGRAMME(S) >, Entre < l

Plus en détail

Objectifs, réalisations, perspectives. Mai 2013

Objectifs, réalisations, perspectives. Mai 2013 OPAH-RR Pays Montmoriillllonnaiis 2007-2012 Objectifs, réalisations, perspectives Mai 2013 L année 2012 Préambule page 2 Les chiffres clefs 2012 page 3 PROPRIETAIRES OCCUPANTS Tableaux financiers Propriétaires

Plus en détail

Compas études. compas. Les enjeux du vieillissement. n 7 - juin 2013

Compas études. compas. Les enjeux du vieillissement. n 7 - juin 2013 n 7 - juin 2013 Compas études compas Au service du sens Les enjeux du vieillissement La population française vieillit. Ce phénomène n est pas nouveau mais le processus va s accélérer dans les années à

Plus en détail

Avec l aide financière du Conseil général 47, faites progresser votre habitat.

Avec l aide financière du Conseil général 47, faites progresser votre habitat. HABITAT & LOGEMENT + ÉNERGIE + AUTONOMIE Avec l aide financière du Conseil général 47, faites progresser votre habitat. Mode d emploi AVEC L AGENCE NATIONALE DE L HABITAT www.cg47.fr + ÉNERGIE + AUTONOMIE

Plus en détail

UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE

UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE CHIFFRES CLÉS DU LOGEMENT SOCIAL ÉDITION NATIONALE SEPTEMBRE 2011 UNE ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ SÉCURISÉE En 2010, les opérateurs Hlm ont également vendu 16 000 logements destinés à des accédants,

Plus en détail

AVEC LAMBALLE CO. Pourquoi rénover? BIEN. Comment acheter? LOGER. Quelles aides? habitat - énergie

AVEC LAMBALLE CO. Pourquoi rénover? BIEN. Comment acheter? LOGER. Quelles aides? habitat - énergie AVEC LAMBALLE CO BIEN Pourquoi rénover? SE Comment acheter? LOGER Quelles aides? habitat - énergie Le Programme Local de l Habitat, un dispositif pour bien construire votre projet logement. Accueillir

Plus en détail

Des aides individuelles pour prévenir votre perte d autonomie

Des aides individuelles pour prévenir votre perte d autonomie Action Sociale I janvier 2013 I Des aides individuelles pour prévenir votre perte d autonomie Plan d actions personnalisé Aides d urgence : ARDH et ASIR Logement et cadre de vie Secours exceptionnels Le

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

Département Finance. Contacts TNS Sofres. Département Finance

Département Finance. Contacts TNS Sofres. Département Finance Baromètre Prévoyance 2ème Vague Dépendance Novembre 2008 Contacts TNS Sofres Département Finance Frédéric CHASSAGNE / Michaël PERGAMENT / Marie FAITOT 01.40.92. 45.37 / 46.72 / 44.41 42MV13 Département

Plus en détail

PRÉSENTATION DU CONCEPT

PRÉSENTATION DU CONCEPT PRÉSENTATION DU CONCEPT Immo-Retraite 75, Boulevard Haussmann - 75008 PARIS www.immoretraitegroupe.fr Tél. : 01 42 63 15 77 Le constat Les plus de 60 ans représentent actuellement 20% de la population

Plus en détail

Oui! des Risques Locatifs! La nouvelle relation de confiance entre propriétaires et locataires

Oui! des Risques Locatifs! La nouvelle relation de confiance entre propriétaires et locataires Oui! à la nouvelle Garantie des Risques Locatifs! La nouvelle relation de confiance entre propriétaires et locataires Oui à une sécurité renforcée pour les revenus et les biens des propriétaires! Oui à

Plus en détail

Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée

Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée Le réseau francilien de lutte contre les précarités énergétiques Fiche Action Des Murs aux toits, dispositif d auto-réhabilitation accompagnée Territoire concerné >> Ville des Mureaux (78) Date de mise

Plus en détail

Accidents de la vie courante. Programme de mise en sécurité du domicile des personnes âgées

Accidents de la vie courante. Programme de mise en sécurité du domicile des personnes âgées Accidents de la vie courante Programme de mise en sécurité du domicile des personnes âgées Sommaire 1 Les accidents de la vie courante (AcVc) en France 3 1.1 Les données chiffrées 4 1.2 Les victimes des

Plus en détail

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP Capacités d accueil, aménagements commerciaux, mutabilité foncière : des outils concrets pour construire un SCOT intégrant les vulnérabilités énergétiques et climatique Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Plus en détail

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse»

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Débat participatif La vie chère «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Ségolène ROYAL Les enjeux de notre débat : Réconcilier les Français

Plus en détail

Le Guide de l Investissement en Résidence Services Seniors OVELIA

Le Guide de l Investissement en Résidence Services Seniors OVELIA Le Guide de l Investissement en Résidence Services Seniors OVELIA SOMMAIRE 1. Définition d une résidence services seniors OVELIA 2. Les atouts de cet investissement A / Un marché porteur B / Un investissement

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009.

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009. O bservatoire R H F égional abitat oncier Ré g i o n Ce n t r e Cher - Eure-et-Loir - Indre Indre-et-Loire - Loir-et-Cher - Loiret Le tableau de bord de l observatoire régional de l habitat et du foncier

Plus en détail

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO «La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP, 8 février 204, GIE AGIRC-ARRCO Ref : 204-7 Le 8 février 204, Gérard Rivière, Directeur de la Caisse Nationale

Plus en détail

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda

Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Note sur l extension de la couverture d assurance maladie au Rwanda Alexandra Panis, BIT / STEP. Kigali, Janvier 2008 1) Contexte historique des mutuelles de santé au Rwanda En 1999, le gouvernement rwandais

Plus en détail

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Fonds structurels 2014-2020 Guide pratique Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Vous définissez à l heure actuelle les Programmes opérationnels

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Parc et statut d occupation

Parc et statut d occupation Parc et statut d occupation Commissariat général au développement durable Service de l observation et des statistiques 7 1.1 - PARC DE LOGEMENTS Le parc de logement est constitué de 33,5 millions de logements

Plus en détail

Grenelle de l Environnement

Grenelle de l Environnement Grenelle de l Environnement Convention sur la mise en œuvre de l Eco-prêt à taux zéro pour la rénovation thermique des logements Entre L Etat, représenté par Jean-Louis Borloo, ministre d Etat, ministre

Plus en détail

Présentation Novembre 2012 www.smaltenergie.com

Présentation Novembre 2012 www.smaltenergie.com FINANCEMENT DES TRAVAUX D ECONOMIE D ENERGIE Présentation Novembre 2012 www.smaltenergie.com SOMMAIRE Présentation SMALT énergie Compréhension du contexte actuel 3 9 SOMMAIRE Réponses aux besoins Assistance

Plus en détail

II. - Dispositions du projet de loi

II. - Dispositions du projet de loi Le développement de l économie passe en priorité par la réhabilitation du travail comme moyen de procurer aux salariés un meilleur confort de vie et de relancer la machine économique. Le confort de vie,

Plus en détail