BIEN VIEILLIR À DOMICILE : QUALITÉ DE L ENVIRONNEMENT ET IMPACTS DE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BIEN VIEILLIR À DOMICILE : QUALITÉ DE L ENVIRONNEMENT ET IMPACTS DE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE"

Transcription

1 BIEN VIEILLIR À DOMICILE : QUALITÉ DE L ENVIRONNEMENT ET IMPACTS DE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE Muriel BOULMIER Directrice Générale du Groupe CILIOPÉE, Présidente du groupe de travail «évolutions démographiques et vieillissement» du CECODHAS (Fédération européenne du logement social) RESUME La très grande majorité des personnes vieillissantes déclare vouloir vieillir à domicile. Elles le font. Adapter le logement à l avancée en âge pour assurer autonomie et sécurité dans l accomplissement des gestes de la vie quotidienne est une réponse indispensable. Le confort thermique et la sécurité de ces équipements (chauffage, électricité ) constituent une priorité pour un public âgé, notamment parce que des problèmes de mobilité le contraignent à domicile. Il devient dès lors essentiel de développer une politique préventive pour adapter, simultanément, le domicile au vieillissement de ses occupants et aux nouvelles exigences thermiques. Avec un trimestre d espérance de vie supplémentaire par an depuis 20 ans, dans moins de 20 ans, 20 millions de Français auront plus de 60 ans. Parallèlement, en Europe, une projection d Eurostat pour prévoit une augmentation de 38 % des seniors entre 65 et 79 ans et de 57 % pour les très âgés. La France vieillit, l Europe vieillit, la population la plus âgée du monde, et la prise de conscience opérationnelle se fait jour à petits pas. Pour quelles raisons? En effet, qu il y a-t-il de plus prédictif que la démographie dés lors que les tendances ne sont pas bouleversées par une épidémie, une guerre ou une catastrophe? Il faut dire que l indice de vieillissement (la durée que met un pays pour doubler sa population de plus de 65 ans) est significatif : 110 ans pour la France! Mais, pour l Allemagne, 42 ans, 24 ans pour le Japon, 25 ans pour le Maroc et la Chine et 17 ans pour la Lybie. Cela signifie que le vieillissement de la population est un phénomène massif hors des frontières nationales. L intérêt qu il suscite ne cesse de progresser, tant du point de vue Européen que d autres pays : le Japon, la Chine et même l Afrique. La diversité et la qualité des contributions en témoignent, tant des institutions, des experts (architectes, urbanistes, sociologues, médecins, enseignants, chercheurs ) que du grand public (à lire, les nombreux d articles parus dans la presse depuis deux ans). Nous voici donc confrontés à une révolution silencieuse : L arrivée à l âge de la retraite des premières générations du baby-boom, dont les modes de vie conjugale, familiale, voire professionnelle reflètent la véritable évolution des comportements résidentiels. Les estimations statistiques que fixent la vieillesse à 60, voire 65 ans, ne correspondent plus à la réalité d une espérance de vie qui s accroît certes, mais encore plus significatif : En bonne santé et autonomie d action. Elle nous oblige à réfléchir à une nouvelle organisation collective et individuelle, publique et privée, dans un grand nombre de domaines : travail, formation tout au long de la vie, système de santé, «risque» vieillesse mais aussi logement. L allongement de la vie en bonne santé repousse la dépendance vers le grand âge, fait naître une nouvelle génération intermédiaire («plus si jeunes, mais pas si vieux») qui replace dans une autre perspective la lecture du pacte intergénérationnel de la reconstruction et de l après guerre des trois âges de la vie : A la jeunesse, l éducation ; l âge adulte, l activité ; la vieillesse, la retraite Mais, l espérance de vie était alors de 65 ans! Source de risques s il est inadapté et vétuste, le logement peut à l inverse devenir le premier lieu de prévention et d un accompagnement serein du vieillissement : la qualité du logement et de son environnement est au cœur de l enjeu du bien vieillir à domicile. I- BIEN VIEILLIR A DOMICILE : UN SOUHAIT PARTAGÉ Si vieillir est une chance, l habitat doit être une des solutions. Le consensus commence à établir le champ du vieillissement hors de celui du handicap et de la maladie ; la très grande majorité des personnes vieillissantes et de leur famille déclare vouloir vieillir à domicile, ce qui est statistiquement vérifié : 85 % des plus de 90 ans vivent chez eux. D ailleurs, le Professeur Maurice Tubiana (1) illustre cette différence : 1 million de personnes handicapées en France ; 14 millions de personnes qui vieillissent, elles ne sont pas 31

2 pour autant handicapées. Si la progression de l âge sollicite des aménagements pour rester à domicile dans de bonnes conditions de confort et de sécurité, les adaptations requises peuvent être plus simples que celles nécessaires au handicap. Cette aspiration amène à s interroger sur ce qu est le domicile, partie intégrante de l identité et de l histoire d une vie. Vincent Caradec (2) le définit comme un lieu de familiarité où la personne se sent bien. La distance et l étrangeté au monde apparaissent avec l âge parce que les choses changent «vite». Maintenir cette familiarité passe par la proximité de l environnement connu : le quartier, les commerçants, mais aussi par les objets familiers auxquels la personne est attachée. Ces regards-là déterminent l acceptation (ou la résistance) du domicile nouveau ou adapté, hors de l appréciation des conditions de confort. Pour Monique Eleb (3), le domicile est constitutif de la personne qui y construit son identité en posant les traces de ce qu elle a été, de ce qu elle est et de ce qu elle voudrait être. Dès lors, envisager un «dernier» déménagement, s il n est pas choisi, la prive de toute perspective. Il rompt avec le passé pour ne proposer qu un avenir inexistant. Bernard Ennuyer (4) extrapole la définition latine de «domus» et démontre que le domicile est là où l on est «maître chez soi». Ces trois définitions montrent que l adaptation nécessaire du logement, déterminante, ne va pas de soi pour la personne qui vieillit, elle mobilise un savoir-faire et un savoir-être des intervenants. De l avis des différents professionnels consultés lors de la première mission (5), un logement adapté est un logement confortable dans lequel la personne âgée peut se mouvoir et accomplir les gestes de la vie quotidienne de manière autonome et dans de bonnes conditions de sécurité. Bien souvent, de petits aménagements peuvent remédier à certaines difficultés : réparation des défauts de revêtements au sol et pièces d eau antidérapantes pour éviter les chutes, douche de plain-pied, barre d appui dans les toilettes, portes suffisamment larges, volets roulants, prises électriques et interrupteurs à mi-hauteur, etc. Mais, dans le même esprit, les intervenants insistent sur l intégration harmonieuse dans le logement de ces équipements pour éviter l association avec l univers hospitalier. A défaut de quoi, les occupants risquent de ne pas les accepter... à temps. Progresser dans l âge à son domicile, suppose aussi que soit assurée une fluidité entre les trois espaces qui constituent l habitat ; l espace privé (le logement), l espace partagé (les parties communes), l espace public (la rue, les trottoirs, les transports). La recherche de cette fluidité, condition de la mobilité, complète les politiques de services accessibles (commerces de proximité, lieux et tissu associatifs, services publics, toute forme d aide à domicile). C est le devenir de l ensemble des équipements publics, de transports publics, de services, que la prise en compte des évolutions démographiques qui amènent à analyser et repenser. Cette approche générale ne doit pas masquer la difficulté des situations personnelles : les revenus, l état du bâti, la disparité des territoires, autant de facteurs qui conditionnent les capacités d action. II- HABITAT ANCIEN ET PRECARITE ENERGETIQUE : LES ENJEUX DE L ADAPTATION DU DOMICILE 1- Les revenus : vers la fin d une parenthèse heureuse L échelle des revenus des personnes de plus de 60 ans est très importante, de 1 à 7 et, si la France compte 74 % de propriétaires parmi les retraités (pour 58 %, toutes classes d âges confondues), le statut de propriétaire, n est pas un rempart contre la pauvreté («house rich, cash poor»). Le rapport de la Fondation Abbé Pierre (6) met en évidence, pour la première fois, cette réalité dans son rapport de D ailleurs, personnes âgées (dont 60 % de femmes) vivent avec une allocation de solidarité de 718 mensuels, ce qui est peu! Dans ces conditions, les difficultés rencontrées par les propriétaires occupants âgés, notamment, pour entretenir leur logement, mais aussi pour l adapter à l évolution de leur situation (parc plus ancien ou celui des années 1950 à 1970) sont confirmées par la DGALN (7) et les PACT (8). Cette réalité est la même dans les autres pays de l Union Européenne où 13 millions de personnes âgées courent un risque de pauvreté, majoritairement des femmes, soit près d un sixième des 74 millions de personnes âgées vivant dans l Union (9). Dans les anciens pays de l Europe de l Est, le statut majoritaire de propriétaire de logements dont la réhabilitation est indispensable, engendre des dépenses d énergie fortes. Pour y remédier, le confinement des ouvertures met à mal la qualité de l air intérieur. 2- Un parc ancien majoritaire qui nécessite des adaptations Chaque année, la France offre, à titre divers, nouveaux logements, mais elle compte 29 millions de logements. L enjeu du maintien à domicile se situe dans le parc existant. En 2006, seulement 28 % des logements en France ont moins de 25 ans. Près de 75 % des ménages déjà retraités ont emménagé dans leur logement depuis au moins 12 ans. Ils sont donc peu mobiles. Ils habitent dans des logements dont la construction est antérieure à 1974 pour les trois quart d entre eux (plus anciens que la moyenne) personnes 32

3 de plus de 75 ans vivraient dans un logement sans confort. Les crédits confiés à l Agence Nationale de l Habitat (ANAH, créée en 1971) ont permis de commencer à doter d équipements de base, une petite part du parc privé. Les PALULOS (11), qui finançaient la réhabilitation dans le parc social HLM, ont eu un effet conséquent dans l adaptation du logement à loyer faible pour les populations modestes. L ANAH a désormais décidé de centrer ses interventions autour des conditions de logement des propriétaires occupants à revenus modestes en y adjoignant la préoccupation majeure de la précarité énergétique. En effet, dans le parc privé, les travaux d adaptation sont le fait des propriétaires occupants, majoritaires pour les générations des ainés. Un obstacle important reste à lever dans l habitat collectif privé : l accord des copropriétaires. Bien que les règles du quorum aient été assouplies (la seule majorité simple est requise depuis 2003 pour les travaux d accessibilité en copropriété) les interventions dans les espaces partagés demeurent peu nombreuses. L ANAH peut également financer les équipements collectifs dans les parties communes des copropriétés dés lors qu un certain pourcentage des occupants sont des personnes âgées à revenus faibles. En ce qui concerne les locataires modestes, la situation est différente selon la nature des propriétaires. Les bailleurs sociaux ont une politique très active d adaptation de l habitat et des logements aux locataires qui vieillissent dans leur parc (12). Outre le suivi individuel des locataires, un plan stratégique du patrimoine est élaboré sur 5 ans qui définit et planifie la nature des interventions techniques. En ce qui concerne les opérations ANRU (13), un soin particulier est porté à offrir des logements adaptés aux âges, tant dans la réhabilitation que dans le relogement après démolition. 3- La précarité énergétique : élément d inconfort, de dépenses auxquelles les ménages âgés sont confrontés En 2006, les institutions européennes mettent en exergue, chez les personnes âgées, l augmentation de la «fuel poverty» ou «energy poverty», notre «précarité énergétique». Elle peut être définie comme «la situation d un foyer devant consacrer plus de 10 % de ses revenus pour chauffer son logement à un niveau correct». et la mauvaise qualité thermique des logements. Un foyer européen sur sept est estimé en danger de pauvreté, le prix de l électricité a progressé en moyenne de 14 % entre 2005 et 2007, celui du gaz de plus de 50 % et 60 % des habitations ont été construites avant l introduction des premières réglementations thermiques de l habitat. Nombre de ménages en précarité énergétique, locataires ou propriétaires occupants, vivent dans des logements qui présentent une mauvaise performance énergétique. Dans le guide intitulé «lutter contre la précarité énergétique» (15), on retrouve clairement ce lien entre précarité énergétique, vieillissement et pauvreté ; «Les ménages qui souffrent de précarité énergétique pâtissent souvent d autres désavantages économiques ou ont des problèmes de santé il s agit pour la plupart de personnes âgées, handicapées ou de familles monoparentales». 55 % des personnes en précarité énergétique ont plus de 60 ans et 25 % des plus de 75 ans sont touchées. En France, l ADEME a lancé en janvier 2010 un Observatoire de la précarité énergétique pour soutenir l action concertée, annoncée par Valérie LETARD, Secrétaire d Etat chargée des technologies vertes et des négociations climatiques. Les situations de précarité énergétique peuvent avoir des conséquences directes sur le logement et la santé de l occupant : chauffer moins, par souci d économiser, c est prendre le risque de provoquer des phénomènes qui vont du simple «inconfort» (apparition de moisissures, humidité de l air renforçant la sensation de froid ), au danger pour la santé (tous les hivers, des personnes meurent d émanations de monoxyde de carbone parce qu elles utilisent des chauffages d appoint défectueux). L impression d avoir froid augmente avec l âge. La nécessité de prévenir les conséquences de la précarité énergétique sur le bâti (humidité, phénomènes de condensation, calfeutrement ) est importante pour le public âgé. Adapter le logement de la personne âgée pour en assurer un confort thermique de bon niveau et sécuriser les équipements de chauffage et d électricité, est une priorité pour le maintien à domicile. Lancé en 2006, le projet European Fuel Poverty and Energy Efficiency (EPEE) a pour vocation d analyser ce phénomène, identifier les solutions déjà mises en place et faire des propositions innovantes. Il s agit de sensibiliser les pouvoirs publics et les acteurs de terrain à l accroissement préoccupant de ce phénomène et à l urgence de la mise en place de véritables stratégies d intervention (14). Trois raisons principales expliquent cette précarité : les faibles revenus des ménages, le coût croissant des énergies, 33

4 III- VERS UNE APPROCHE PREVENTIVE : LES PISTES D ACTION POUR BIEN VIEILLIR A DOMICILE L adaptation du domicile à l avancée en âge de ses occupants est un élément fondamental de prévention des risques des accidents de la vie courante notamment les chutes, majoritaires, aux conséquences parfois irrémédiables pour les personnes âgées. Confrontée à ce phénomène, décidée à en chiffrer l ampleur des effets pour les vingt années à venir pour les dépenses de santé, la Grande-Bretagne a initié dès 2008 une stratégie nationale visant à favoriser l adaptation des logements des personnes âgées, en partant des constats suivants : presque 50 % des propriétaires auront plus de 65 ans en 2026 ; ils sont des contributeurs économiques majeurs, des consommateurs et des votants ; la dépendance doublera en 2041 et le coût augmentera de 325 % si rien n est entrepris ; les coûts des chutes et des décès par insuffisance de chauffage des logements indécents sont importants ; 51 % des personnes âgées malades vont dans des maisons de soins après une hospitalisation en raison de l inadaptation de leur logement ; le logement est soit le problème, soit la solution. 1- Mobiliser les réseaux pour poser un diagnostic du domicile incluant la question de la précarité énergétique Repérer les personnes âgées isolées, souvent fragilisées, dont l habitat n est pas adapté, est la première difficulté à laquelle sont confrontés les acteurs de terrains, particulièrement en milieu rural où les personnes âgées restent moins familières des dispositifs d accompagnement social. Les mêmes difficultés sont rencontrées pour le repérage des situations de précarité énergétique ou d insalubrité. L expérience menée en Auvergne par la Chambre Régionale de Commerce et d Industrie qui sollicite les petits commerçants, par exemple, est très intéressante. La mobilisation de réseaux informels de proximité (réseaux consulaires de l artisanat et des services de proximité, artisans du bâtiment) permettra d élargir le champ de la prévention. Entendue comme service des territoires à destination de leurs populations vieillissantes, cette mission de repérage participe de la dynamique de revalorisation et d innovation des territoires. L alerte de ces réseaux informels est ensuite relayée aux acteurs professionnels du «travail social» (PACT, Habitat & Développement, Centre Communal d Action Sociale, Mutualité Sociale Agricole, Centre Local d Information et de Coordination). Le repérage peut être également le fait d un proche ou d un intervenant professionnel (aide à domicile ). Néanmoins, l outil efficace est le diagnostic simple qui peut être mené par les proches pour évaluer les risques potentiels du logement. La Commission nationale de sécurité des consommateurs a établi, en partenariat avec l Agence nationale des services à la personne et un ensemble de fédérations, une grille d évaluation des risques du domicile leur permettant de réaliser le premier diagnostic et de proposer à la personne âgée des solutions de petits aménagements simples et sécurisés, ou de l orienter vers les professionnels qualifiés dans le cas d aménagements plus lourds, notamment en ce qui concerne les travaux de performance énergétique. La réalisation des travaux d adaptation du domicile nécessite quant à elle un ensemble de compétences techniques et humaines auquel les intervenants professionnels sont amenés à s engager. Mettre en place, à l initiative de la CAPEB (Confédération de l Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment) une reconnaissance professionnelle (équivalente à un label) afin de créer une «spécialisation» reconnue. Ouverte à tous les artisans qui acceptent de suivre des cycles de formation réguliers dans le champ pluridisciplinaire de l adaptation du logement, de valoriser les échanges d expériences, de s engager sur des prix et des délais maitrisés. Les entreprises «labellisées» seront répertoriées dans un annuaire diffusé auprès du grand public et des financeurs publics. Ces derniers peuvent décider de prendre en compte ce «label», à divers titres (délais de paiement, par exemple). Pour compléter le dispositif, il est primordial de garantir la fluidité, la rapidité et l efficacité du circuit des aides publiques. Les aides publiques cumulées (Etat, collectivités locales et territoriales) constituent un effort conséquent mais dont l efficacité est atténuée par le délai des décisions. Le Conseil Général du Bas Rhin a élaboré un suivi des demandes, en obligeant les services constructeurs à des délais contraints pour proposer des solutions adéquates. Dés lors que le paiement dans des délais raisonnables aux prestataires labellisés sera opérationnel, il incitera les entreprises à maîtriser les délais d intervention et les prix des chantiers d adaptation. La France est dotée de nombreux dispositifs d intervention, tant de l Etat que des collectivités. Un sondage d OPINION WAY (2010) montre qu ils sont peu connus mais lorsqu ils le sont, ils sont plébiscités par les bénéficiaires. Cependant, les aides attribuées ne couvrent pas l intégralité de la dépense. La réflexion doit dégager les pistes de financement des «restes dûs» aux artisans 2- Développer des outils d accompagnement financier Au niveau européen, le «paquet énergie» avait introduit une clause spécifique sur les tarifs sociaux pour les personnes âgées afin de protéger les populations vulnérables. Puis, depuis 2009, dans le cadre du plan de relance pour stimuler l activité de la construction et répondre aux objectifs de l Union européenne en matière de réduction des émissions de CO ², la révision du règlement FEDER (16) a rendu éligibles aux financements européens les dépenses d investissement en matière de performance énergétique et d énergie renouvelable 34

5 dans le parc de logements existants destinés à une population modeste. La possibilité de recourir au FEDER pour des investissements croisés vieillissement/énergie dans l habitat a été évoquée favorablement par plusieurs députés européens de l Intergroupe Urban (17) et de l Intergroupe Ageing (18) lors d une réunion organisée dans le cadre de la mission que j ai conduite, à la demande du Secrétaire d Etat au Logement et à l Urbanisme, Monsieur Benoist APPARU (19). La sous-consommation régulière des fonds européens FEDER et FSE (20) laisse espérer une marge de manœuvre. Quatre autres propositions visent à permettre d accompagner financièrement les personnes âgées ou leurs ayants droit pour réaliser des travaux d adaptation du logement afin de permettre le maintien à domicile : Transférer le crédit d impôt ouvert aux personnes âgées à leurs descendants ou collatéraux qui financent les travaux de «maintien à domicile» L adaptation nécessaire du logement se heurte aux «possibilités» financières des occupants, même propriétaires. La Loi de finances du 30/12/2005 prévoit un crédit d impôt de 25 % pour les travaux favorisant l autonomie des personnes âgées ou handicapées. Ce crédit bénéficie soit à la personne concernée soit à une personne valide qui équipe son habitation principale pour la rendre accessible à un ascendant ou un descendant. La proposition vise à transférer ce crédit d impôt aux descendants ou collatéraux qui financent les travaux permettant à une personne âgée de se maintenir à domicile, mais en diminuant la base des bénéficiaires en les réservant aux attributaires des minima sociaux. L avance de trésorerie réalisée par les proches permet d engager et de régler immédiatement les artisans sans attendre le crédit d impôt (18 mois plus tard) et de faire face notamment à des situations d urgence. Aménager le prêt viager hypothécaire. Le Prêt Viager Hypothécaire, qui consiste en un prêt gagé sur le logement, est réglementairement organisé en France depuis 2006 et distribué par le seul Crédit Foncier depuis C est un prêt remboursable in fine (capital et intérêts) au moment du décès de l emprunteur. Le montant exigible est plafonné à la valeur du logement au moment du remboursement. A l heure actuelle, ce prêt constitue un marché étroit. Il s adresse plutôt à des biens urbains et/ou d une valeur de l ordre de , pour des propriétaires âgés de 75 ans ou plus. Le montant du prêt est calculé en fonction de l âge de l emprunteur et de la valeur du bien. Les difficultés évoquées sont la faible quotité prêtée et le taux d intérêt élevé, la réticence des personnes âgées à recourir à l emprunt, la baisse des valeurs immobilières. S il est encore prématuré d envisager l intervention d un fonds d état comme aux Etats-Unis pour garantir la part systémique du risque immobilier, des aménagements fonctionnels rendront le produit plus attractif, notamment un versement fractionné sous forme de rente hors fiscalité et des règles de publicité plus lisibles. Organiser le contrat de viager HLM L habitat des centres villes est au cœur des préoccupations croisées : lutter contre l étalement urbain, densifier l habitat des centres en résolvant notamment le problème récurrent des logements vacants, répondre à la demande croissante des personnes âgées d adapter leur logement pour leur permettre d y rester en sécurité. Organiser la possibilité pour les organismes HLM d acquérir des logements en viager, occupés ou vacants, fait partie des solutions à explorer. Pour le vendeur qui avance en âge et qui veut s assurer d un complément de ressources tout en restant dans son logement qui sera adapté par des professionnels, de surcroît solvables, le viager est une opportunité intéressante. Pour les organismes HLM, cette possibilité nécessite la mise en place d un cadre seulement réglementaire, professionnel et contractuel autour d une solution financière assurantielle, mutualisée et garantie. Développer et diffuser le microcrédit-adaptation du domicile des personnes âgées. Plus connu dans un contexte d entreprise, le microcrédit est un outil-levier utile. Les aides publiques sont nombreuses mais aucune ne couvre l intégralité de la dépense des travaux d adaptation. Pour les personnes âgées dont les ressources sont très faibles, comment trouver les ou qui restent à leur charge? A partir de 70 ans, l accès au crédit est pratiquement inexistant et, il est vrai, la réticence à emprunter, reste forte. Entre et 8 000, le prêt microcrédit-adaptation à un taux entre 1,5 % (ou inexistant) et 4 %, pour 36 mois, hors assurance, hors garantie serait ouvert sans condition d âge. Au-delà d acteurs déjà efficacement engagés comme PROCIVIS (réseau national des Sociétés Anonymes Coopératives d Intérêt Collectif pour l Accession à la Propriété), les caisses de retraite, les établissements financiers comme le Crédit Mutuel ou la Banque Postale se sont joints à cette proposition. L ensemble de ces propositions a fait l objet d engagements des professionnels et ne sollicite pas le budget public. L accroissement des besoins de financements du grand âge, liés au risque de dépendance devrait cependant faire évoluer la tendance. Marché de «niche» disent certains observateurs, mais sans doute à observer dans son développement. 35

6 NOTES (1) Président de l association Old up (2) Vincent Caradec : professeur de sociologie à l Université de Lille 3, membre du Haut Conseil pour la population et la famille (3) Monique Eleb : psychologue et sociologue, professeur à l école d architecture de Paris-Malaquais, directrice du laboratoire ACS (Architecture, Culture, Société) (4) Bernard Ennuyer : ingénieur, sociologue, directeur d une association d aide à domicile (5) Rapport «L adaptation de l habitat au défi de l évolution démographique : Un chantier d avenir», suivi de «Bien vieillir à domicile : Enjeux d habitat, enjeux de territoire» remis à Monsieur Benoist APPARU, Secrétaire d Etat au Logement et à l Urbanisme, le 7/10/2009 et le 2 Juin 2010 (6) Rapport annuel 2009 de la Fondation Abbé Pierre : L état du Mal- Logement en France (7) DGALN : Direction Générale de l Architecture du Logement et de la Nature (ancienne DGUHC) (8) PACT (Acteurs de proximité des personnes âgées) (9) Source : Zaidi A., «Pension Policy in EU25 and its Possible Impact on Elderly Poverty», Policy Briefs, cité dans le Rapport Mal- Logement 2009, Fondation Abbé Pierre (10) La stabilité résidentielle est affirmée à travers l Europe : les + de 65 ans ont une durée moyenne de 40 ans dans la même aire géographique (source 2007) (11) PALULOS : Prime à l Amélioration des Logements à Usage Locatif à Occupation Sociale (12) Appel à projet USH en lien avec la Fondation de France : «Accompagner le vieillissement : des projets dans le parc social au service des habitants» (13) ANRU : Agence Nationale de Rénovation Urbaine (14) Actu-environnement.com (15) Guide des recommandations à l attention des décideurs politiques édité par le Consortium EPEE (16) FEDER : Fonds Européen de Développement Régional (17) L Intergroupe Urban-Logement (IUL) a été créé début 2005 à l initiative de deux Députés européens : Jean-Marie BEAUPUY (ADLE, France) et Alain HUTCHINSON (PSE, Belgique). Au cœur de leurs préoccupations figuraient respectivement la question urbaine et le problème du logement (18) Créé en Janvier 2001, AGE Platform Europe est un réseau européen d environ 150 organisations de et pour personnes âgées de 50 + qui représentent directement plus de 28 millions de personnes âgées en Europe (19) Rapport «Bien vieillir à domicile : Enjeux d habitat, enjeux de territoires» (20) FSE : Fonds Social Européen 36

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

Rénovation énergétique / Précarité énergétique

Rénovation énergétique / Précarité énergétique www.pacthd29.fr Rénovation énergétique / Commission Aménagement et Développement Durable du Pays de Brest Brest, le 19 Février 2014 1 2 Association loi 1901, reconnue «entreprise de l économie sociale

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour les personnes âgées FICHE ACTION N 22 Répondre aux

Plus en détail

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse Stratégie du CECODHAS sur l efficacité énergétique et la prévention de la précarité énergétique dans le

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

www.pacthd29.fr Bâtisseurs de solidarités pour l habitat en accompagnement des politiques de l habitat.

www.pacthd29.fr Bâtisseurs de solidarités pour l habitat en accompagnement des politiques de l habitat. www.pacthd29.fr Bâtisseurs de solidarités pour l habitat en accompagnement des politiques de l habitat. 1 Qui sommes nous? Association loi 1901, reconnue «entreprise de l économie sociale et solidaire»

Plus en détail

Les aides financières de l Anah et le programme Habiter Mieux. Julie CHEVRIER DREAL Limousin

Les aides financières de l Anah et le programme Habiter Mieux. Julie CHEVRIER DREAL Limousin Les aides financières de l Anah et le programme Habiter Mieux Julie CHEVRIER DREAL Limousin 1 Présentation L Anah est une agence d État créée en 1971, placée sous la double tutelle des ministres des finances

Plus en détail

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES

SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES SIGNATURES DU PLAN DÉPARTEMENTAL D'ACTIONS POUR LE LOGEMENT DES PERSONNES DÉFAVORISÉES ET DE LA CHARTE DE PRÉVENTION DES EXPULSIONS LOCATIVES Mardi 2 juillet 2013, 16h - Préfecture Dossier de presse Dans

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

Dossier de presse. 1000 Logements Bleus dans le parc social sur le mandat 2008-2014. Nantes, le 11 mars 2013

Dossier de presse. 1000 Logements Bleus dans le parc social sur le mandat 2008-2014. Nantes, le 11 mars 2013 Nantes, le 11 mars 2013 1000 Logements Bleus dans le parc social sur le mandat 2008-2014 v Dossier de presse Contact service presse Tél. : 02 40 41 64 36 Fax : 02 40 41 64 10 presse@mairie-nantes.fr 1000

Plus en détail

AVENANT N 3 A LA CONVENTION DE GESTION DES AIDES MUNICIPALES

AVENANT N 3 A LA CONVENTION DE GESTION DES AIDES MUNICIPALES AVENANT N 3 A LA CONVENTION DE GESTION DES AIDES MUNICIPALES ENTRE La ville de SCEAUX Représentée par son maire, Monsieur Philippe LAURENT Habilité à cet effet par délibération du conseil municipal en

Plus en détail

Une OPAH pour réhabiliter les logements privés anciens de l agglomération de Reims

Une OPAH pour réhabiliter les logements privés anciens de l agglomération de Reims Communiqué Lundi 7 décembre 2015 Une OPAH pour réhabiliter les logements privés anciens de l agglomération de Reims Communiqué COMMUNIQUE Pour la 1 re fois, une OPAH pour l ensemble des 16 communes de

Plus en détail

RENCONTRE TECHNIQUE SUR LA REHABILITATION ENERGETIQUE DES COPROPRIETES ARPE Mercredi 12 décembre 2012 1 2 Données de cadrage PLAN Contexte réglementaire de la copropriété - Définition juridique de la copropriété

Plus en détail

La rehabilitación y adaptación funcional de la vivienda en el ámbito local : experiencias europeas

La rehabilitación y adaptación funcional de la vivienda en el ámbito local : experiencias europeas La rehabilitación y adaptación funcional de la vivienda en el ámbito local : experiencias europeas Lo caso de Lyon PREAMBULE Contexte et objectif : 1 er constat : de plus en plus de français souhaitent

Plus en détail

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts

Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Convention entre l Union Sociale pour l Habitat et la Caisse des Dépôts Entre L Union Sociale pour l Habitat, représentée par son Président, Michel Delebarre et la Caisse des Dépôts, représentée par son

Plus en détail

Atelier 21. Christophe MILIN : Economiste, ADEME. Nathalie ROTURIER : Directrice Plan 100 000 logements, Région Nord Pas-de-Calais

Atelier 21. Christophe MILIN : Economiste, ADEME. Nathalie ROTURIER : Directrice Plan 100 000 logements, Région Nord Pas-de-Calais Atelier 21 ARTICULATION TERRITORIALE ET PARTENARIALE D UN SERVICE INTÉGRÉ DE LA RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE DU PARC PRIVÉ: EXEMPLE EN RÉGION NORD PAS DE CALAIS Christophe MILIN : Economiste, ADEME Nathalie

Plus en détail

CHARTE de REFERENCEMENT

CHARTE de REFERENCEMENT EUROMETROPOLE DE STRASBOURG Direction de l urbanisme, de l habitat et de l aménagement Service de l Habitat 1 parc de l Etoile 67076 STRASBOURG Cedex DIMINUTION DES LOGEMENTS VACANTS DU PARC PRIVE APPEL

Plus en détail

Agir contre la précarité énergétique 8 janvier2013

Agir contre la précarité énergétique 8 janvier2013 Agir contre la précarité énergétique 8 janvier2013 Etat des connaissances Loïc AUBREE 1 Les dépenses d énergie des ménages en La précarité énergétique : aspects généraux La précarité énergétique en La

Plus en détail

Présentation de la politique de la Ville de Paris en matière de rénovation énergétique du parc de logements privé

Présentation de la politique de la Ville de Paris en matière de rénovation énergétique du parc de logements privé Présentation de la politique de la Ville de Paris en matière de rénovation énergétique du parc de logements privé Chantier copropriété du Plan Bâtiment Grenelle 30 septembre 2011 Sommaire Les objectifs

Plus en détail

Le microcrédit personnel garanti par le Fonds de cohésion sociale

Le microcrédit personnel garanti par le Fonds de cohésion sociale Le microcrédit personnel garanti par le Fonds de cohésion sociale Le Fonds de cohésion sociale (FCS) Le FCS est institué le 18 janvier 2005. C est un fonds de garantie qui vise à lutter contre l exclusion

Plus en détail

Financer les travaux d adaptation des logements

Financer les travaux d adaptation des logements 1ère Journée de l accessibilité des bâtiments et de leurs abords Maison de l Artisanat Financer les travaux d adaptation des logements 1 1er journée de l accessibilité des bâtiments et de leurs abords

Plus en détail

Le relogement et l accompagnement social des ménages à l OPAC DU RHONE

Le relogement et l accompagnement social des ménages à l OPAC DU RHONE RENOUVELLEMENT URBAIN Le relogement et l accompagnement social des ménages à l OPAC DU RHONE Journée du 23 janvier 2007 Sommaire 1 - Les grandes étapes 2 - Les relogements effectués au 31/12/2006 3 - Les

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

La vie chez soi, améliorer les pratiques du domicile

La vie chez soi, améliorer les pratiques du domicile Habitat et vieillissement La vie chez soi, améliorer les pratiques du domicile Diagnostic autonomie et vieillissement Colloque FREGIF Paris Page 1 Le CSTB : au service la qualité et de la sécurité de la

Plus en détail

LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE DANS L IMMOBILIER. Présentation du 11 mars 2014 aux étudiants en BTS Professions Immobilières

LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE DANS L IMMOBILIER. Présentation du 11 mars 2014 aux étudiants en BTS Professions Immobilières LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE DANS L IMMOBILIER Présentation du 11 mars 2014 aux étudiants en BTS Professions Immobilières SOMMAIRE Le bâtiment et l énergie, un double enjeu L évolution et la valorisation

Plus en détail

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale PREFET DU CANTAL Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale Réunion territoriale - Arrondissement d Aurillac autour du VIVRE ENSEMBLE à la Préfecture d Aurillac Vendredi 17 octobre

Plus en détail

L amélioration de la performance énergétique des logements dans le Tarn : quelle efficacité?

L amélioration de la performance énergétique des logements dans le Tarn : quelle efficacité? L amélioration de la performance énergétique des logements dans le Tarn : quelle efficacité? ADIL / L INFORMATION SUR L HABITAT une question d adresse... Résidence Leclerc - 3 Boulevard Lacombe - 81000

Plus en détail

Le plan logement outre-mer

Le plan logement outre-mer HCCP du 2 avril 2015 Le plan logement outre-mer Un Plan logement outre-mer : - qui s inscrit dans le plan national de relance de la construction, - adapté aux spécificités et contraintes des territoires

Plus en détail

"L'économie sociale, actrice de la lutte contre la précarité énergétique"

L'économie sociale, actrice de la lutte contre la précarité énergétique "L'économie sociale, actrice de la lutte contre la précarité énergétique" Etat des lieux au Luxembourg Un enjeu pour la société civile Quelques propositions Etat des lieux au Luxembourg Notion peu explorée

Plus en détail

Accidents de la vie courante. d accidents domestiques au domicile des personnes âgées

Accidents de la vie courante. d accidents domestiques au domicile des personnes âgées Accidents de la vie courante L outil de repérage des risques L outil de repérage des risques d accidents domestiques au domicile des personnes âgées Sommaire 1 Les accidents de la vie courante en France

Plus en détail

MISSIONS SOCIALES/ACCESSION À LA PROPRIÉTÉ

MISSIONS SOCIALES/ACCESSION À LA PROPRIÉTÉ MISSIONS SOCIALES/ACCESSION À LA PROPRIÉTÉ ACCESSION À LA PROPRIÉTÉ Depuis la création du Crédit Immobilier de France en 1908, les SACI devenues SACICAP en 2008 ont pour vocation de faciliter l accession

Plus en détail

Le Pays de Thiérache et l Habitat

Le Pays de Thiérache et l Habitat Le Pays de Thiérache et l Habitat Wassigny le 21 Octobre 2014 HABITAT Mise en œuvre du Pacte Energie Solidarité 2 HABITAT Mise en œuvre du Pacte Energie Solidarité 1) La précarité énergétique des ménages

Plus en détail

Plan de rénovation énergétique de l habitat. Plan de Rénovation Energétique de l Habitat. Le lancement de la phase opérationnelle dans le Cantal

Plan de rénovation énergétique de l habitat. Plan de Rénovation Energétique de l Habitat. Le lancement de la phase opérationnelle dans le Cantal Plan de rénovation énergétique de l habitat Plan de Rénovation Energétique de l Habitat Le lancement de la phase opérationnelle dans le Cantal DOSSIER DE PRESSE Aurillac, le 18 octobre 2013 CONTACTS DE

Plus en détail

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire!

Plan Climat énergie Territorial. notre défi pour l avenir du territoire! Plan Climat énergie Territorial notre défi pour l avenir du territoire! La Communauté Urbaine en 2050... Celle de nos enfants, petits-enfants,... Quels objectifs pour ce Plan Climat? Vous rêvez pour eux

Plus en détail

Une mission d intérêt public

Une mission d intérêt public Une mission d intérêt public La coopérative Pierres Avenir Construction a réalisé un programme situé à Vélizy-Villacoublay (Yvelines) qui confirme sa vocation d intérêt général : Reloger les locataires

Plus en détail

Quel accompagnement des territoires pour la transition énergétique? Pôle d appui aux territoires Mardi 9 juin 2015

Quel accompagnement des territoires pour la transition énergétique? Pôle d appui aux territoires Mardi 9 juin 2015 Quel accompagnement des territoires pour la transition énergétique? Pôle d appui aux territoires Mardi 9 juin 2015 Les enjeux de la transition énergétique Enjeux énergétiques liés à la nature des approvisionnements

Plus en détail

ADIL DE L AIN FORMATIONS DROIT ET FINANCEMENT DU LOGEMENT

ADIL DE L AIN FORMATIONS DROIT ET FINANCEMENT DU LOGEMENT ADIL DE L AIN FORMATIONS DROIT ET FINANCEMENT DU LOGEMENT ANNÉE 2014 L équipe des conseillers juristes et financiers de l ADIL de l Ain propose gratuitement des formations destinées à des groupes constitués

Plus en détail

Deux acteurs complémentaires s engagent pour favoriser l accès à la propriété des locataires HLM, en Ile de France

Deux acteurs complémentaires s engagent pour favoriser l accès à la propriété des locataires HLM, en Ile de France Février 2013 Dossier de presse Deux acteurs complémentaires s engagent pour favoriser l accès à la propriété des locataires HLM, en Ile de France Sommaire : Communiqué de presse Favoriser l accession à

Plus en détail

Remise de la subvention accordée par la Carsat Nord-Est. à la Résidence Clamart

Remise de la subvention accordée par la Carsat Nord-Est. à la Résidence Clamart Remise de la subvention accordée par la Carsat Nord-Est à la Résidence Clamart au titre d une aide à l investissement pour la rénovation des logements-foyers pour personnes âgées autonomes Châlons-en-Champagne

Plus en détail

Assistance à maîtrise d ouvrage renforcée dans le cadre de la perte d autonomie et du maintien à domicile. www.pact-habitat.org

Assistance à maîtrise d ouvrage renforcée dans le cadre de la perte d autonomie et du maintien à domicile. www.pact-habitat.org Assistance à maîtrise d ouvrage renforcée dans le cadre de la perte d autonomie et du maintien à domicile 1 LES CHAMPS D INTERVENTION DU PACT DE L YONNE L appui à la réhabilitation et à l adaptation du

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DE L ÉNERGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE LA MER en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat DOSSIER DE PRESSE Jean-Louis BORLOO, Valérie LETARD et Benoist

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 06/2015 OPÉRATION PROGRAMMÉE D AMÉLIORATION DE L HABITAT

DOSSIER DE PRESSE 06/2015 OPÉRATION PROGRAMMÉE D AMÉLIORATION DE L HABITAT DOSSIER DE PRESSE 06/2015 OPÉRATION PROGRAMMÉE D AMÉLIORATION DE L HABITAT O.P.A.H. multisites de la CCPRO, présentation de la démarche Dans le cadre de son Programme Local de l Habitat, la CCPRO a lancé,

Plus en détail

L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme. Visite de progrès du 21 mars 2011

L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme. Visite de progrès du 21 mars 2011 L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme Visite de progrès du 21 mars 2011 Développement durable «Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre

Plus en détail

Les engagements de GDF SUEZ

Les engagements de GDF SUEZ Les engagements de GDF SUEZ dans la solidarité, et la lutte contre la précarité énergétique 1 Les principes de la politique solidarité de GDF SUEZ Ils sont inscrits dans la politique Développement Durable

Plus en détail

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement

Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère délégué aux personnes âgées et à l autonomie Projet de loi d orientation et de programmation pour l adaptation de la société au vieillissement Réunion

Plus en détail

Développer des pratiques d économies d énergie et de réduction des émissions de CO 2. COFHUAT 6 décembre 2007

Développer des pratiques d économies d énergie et de réduction des émissions de CO 2. COFHUAT 6 décembre 2007 Développer des pratiques d économies d énergie et de réduction des émissions de CO 2 COFHUAT 6 décembre 2007 Les enjeux de la rénovation du patrimoine immobilier public face à la réduction des émissions

Plus en détail

ACCES AU LOGEMENT SOCIAL : GARANTIR L EGALITE

ACCES AU LOGEMENT SOCIAL : GARANTIR L EGALITE Analyse et recueil des bonnes pratiques Accès au logement social : garantir l égalité Janvier 2011 1. Nature de l action La Ville d Aubervilliers développe une politique de prévention des discriminations,

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

Valoriser durablement votre patrimoine immobilier en optimisant sa performance énergétique.

Valoriser durablement votre patrimoine immobilier en optimisant sa performance énergétique. Valoriser durablement votre patrimoine immobilier en optimisant sa performance énergétique. L audit de performance énergé Gérer son patrimoine, c est anticiper, analyser et agir! L immobilier représente

Plus en détail

Rénover, Améliorer et Adapter les logements anciens

Rénover, Améliorer et Adapter les logements anciens Propriétaires occupants? Propriétaires bailleurs? Rénover, Améliorer et Adapter les logements anciens votre logement avec le PIG de la Communauté d Agglomération Réunion publique Mardi 30 Septembre 2014

Plus en détail

MISE EN ŒUVRE DE L AUTO-RÉHABILITATION De l expérimentation au déploiement

MISE EN ŒUVRE DE L AUTO-RÉHABILITATION De l expérimentation au déploiement AMÉNAGEMENT & HABITAT 8 JANVIER 2015 MISE EN ŒUVRE DE L AUTO-RÉHABILITATION De l expérimentation au déploiement SÉMINAIRE CONTRAINTES ENERGETIQUES ET INNOVATIONS SOCIALES 2 QUELQUES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE

Plus en détail

En marche pour la rénovation BBC des logements en Lorraine

En marche pour la rénovation BBC des logements en Lorraine En marche pour la rénovation BBC des logements en Lorraine Contrat Climat Energie Plateformes Locales et Opérations Collectives de Rénovation Energétique de l Habitat AMI «Rénover BBC» SRCAE Objectifs

Plus en détail

Vers un nouveau modèle de société

Vers un nouveau modèle de société Vers un nouveau modèle de société Qu est-ce que la transition énergétique? L énergie est partout dans notre vie quotidienne : pour chauffer nos logements, pour faire fonctionner nos équipements, pour faire

Plus en détail

LA GESTION STRATEGIQUE DU PATRIMOINE : ENJEUX ET OUTILS. Anabelle Billy Lyon, le 14 février 2013

LA GESTION STRATEGIQUE DU PATRIMOINE : ENJEUX ET OUTILS. Anabelle Billy Lyon, le 14 février 2013 LA GESTION STRATEGIQUE DU PATRIMOINE : ENJEUX ET OUTILS Anabelle Billy Lyon, le 14 février 2013 Agence Nationale d Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux Agence nationale

Plus en détail

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés RAPPORT du GROUPE DE TRAVAIL INTERMINISTÉRIEL DÉCEMBRE 2013 1 Introduction I -Le contexte II -Le Groupe de travail III -Compte rendu

Plus en détail

LA TRANSITION ENERGETIQUE EN MIDI-PYRENEES

LA TRANSITION ENERGETIQUE EN MIDI-PYRENEES Eléments de définition Les actions de sobriété et d efficacité énergétiques permettent de réduire les consommations d énergie. La sobriété énergétique «consiste à interroger nos besoins puis agir à travers

Plus en détail

www.share-project.be Quelques résultats de l enquête 50 + en Europe

www.share-project.be Quelques résultats de l enquête 50 + en Europe www.share-project.be Quelques résultats de l enquête 50 + en Europe Prochaine étape La prochaine étape de l enquête 50 + en Europe est de compléter l actuelle base de données par l histoire de vie des

Plus en détail

VILLE ET MAÎTRISE DE L ÉNERGIE

VILLE ET MAÎTRISE DE L ÉNERGIE VILLE ET MAÎTRISE DE L ÉNERGIE Formations 2014 Soucieux de s inscrire dans une démarche de prise en compte des préoccupations de qualité environnementale et de développement durable dans le bâti et dans

Plus en détail

PRÉSENTATION DU CONCEPT

PRÉSENTATION DU CONCEPT PRÉSENTATION DU CONCEPT Immo-Retraite 75, Boulevard Haussmann - 75008 PARIS www.immoretraitegroupe.fr Tél. : 01 42 63 15 77 Le constat Les plus de 60 ans représentent actuellement 20% de la population

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Remise de la subvention accordée par la Carsat Nord-Est à la Résidence Ménil au titre d une aide à l investissement pour la rénovation des

Remise de la subvention accordée par la Carsat Nord-Est à la Résidence Ménil au titre d une aide à l investissement pour la rénovation des Remise de la subvention accordée par la Carsat Nord-Est à la Résidence Ménil au titre d une aide à l investissement pour la rénovation des logements-foyers pour personnes âgées autonomes Lunéville 6 février

Plus en détail

Logement. Maintien à domicile. Alimentation. Transport. Budget

Logement. Maintien à domicile. Alimentation. Transport. Budget SOMMAIRE Logement Maintien à domicile Santé Alimentation Transport Budget LOGEMENT PACT Pays-Basque Le PACT vous aide à adapter votre logement : un diagnostic accessibilité réalisé par le PACT. Évaluation

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

La politique Habitat de l Eurométropole Commune de Mundolsheim 7 septembre 2015

La politique Habitat de l Eurométropole Commune de Mundolsheim 7 septembre 2015 La politique Habitat de l Eurométropole Commune de Mundolsheim 7 septembre 2015 13 février 2015 DUAH Prospective et Planification Territoriale Habitat 1 Ordre du jour I. Rappel des axes de la politique

Plus en détail

Atelier «Dispositif d accompagnement à la rénovation énergétique des copropriétés en région Centre» 30 janvier 2014

Atelier «Dispositif d accompagnement à la rénovation énergétique des copropriétés en région Centre» 30 janvier 2014 Atelier «Dispositif d accompagnement à la rénovation énergétique des copropriétés en région Centre» 30 janvier 2014 William Palis Romuald Caumont Jerry Schmidt Accompagnement en copropriété Enjeux énergie-climat

Plus en détail

Après avoir fait baisser les prix de l immobilier,

Après avoir fait baisser les prix de l immobilier, Après avoir fait baisser les prix de l immobilier, ORPI augmente le pouvoir d achat de ses acheteurs pour faciliter leurs projets immobiliers et continuer à fluidifier le marché Alors que nous constatons

Plus en détail

LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL

LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL 1. Définition et caractéristiques des prêts 1.1 Définition Le COSEF du 29 avril 2009 a élaboré une proposition de 10 principes pour la définition du microcrédit personnel

Plus en détail

PLAN DE RENOVATION ENERGETIQUE DE L HABITAT DREAL PACA 06 NOVEMBRE 2013

PLAN DE RENOVATION ENERGETIQUE DE L HABITAT DREAL PACA 06 NOVEMBRE 2013 PLAN DE RENOVATION ENERGETIQUE DE L HABITAT DREAL PACA 06 NOVEMBRE 2013 Plan de rénovation énergétique de l Habitat En réponse : aux difficultés de logement à un secteur de la construction durement impacté

Plus en détail

LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE

LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE Analyse des besoins sociaux (ABS) LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE Commission aménagement et développement durable - Résultats de l analyse quantitative et de l enquête qualitative 19 février 2014 Réf. 14/ 28

Plus en détail

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale

Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale PREFET DU CANTAL Plan Pluriannuel contre la Pauvreté et pour l Inclusion Sociale Réunion territoriale - Arrondissement de Saint- Flour autour du VIVRE ENSEMBLE au lycée agricole Louis MALLET Mardi 21 octobre

Plus en détail

Le Guide de l Investissement en Résidence Services Seniors OVELIA

Le Guide de l Investissement en Résidence Services Seniors OVELIA Le Guide de l Investissement en Résidence Services Seniors OVELIA SOMMAIRE 1. Définition d une résidence services seniors OVELIA 2. Les atouts de cet investissement A / Un marché porteur B / Un investissement

Plus en détail

Sujet. Quelle politique du logement?

Sujet. Quelle politique du logement? Concours B/L 2010 ECONOMIE EPREUVE COMMUNE SUR DOSSIER : ORAL Jury : Gaël Giraud et Pierre-Cyrille Hautcœur Sujet Quelle politique du logement? Dossier documentaire Document 1 : La politique du logement

Plus en détail

Habiter ma ville. Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau

Habiter ma ville. Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau Habiter ma ville Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau L habitation constitue une composante essentielle à la qualité de vie des citoyens et une préoccupation constante dans l ensemble

Plus en détail

1 Concevoir son projet et construire

1 Concevoir son projet et construire Se loger avec l économie sociale et solidaire avec l économie sociale et solidaire 1 Concevoir son projet et construire Soutien à la conception de votre projet de construction ou de rénovation, Assistance

Plus en détail

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 CONTEXTE Les «pauses du renouvellement urbain», temps d'échange multipartenarial, se sont tenues tout au long de l année 2012.

Plus en détail

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS

REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU DE LA MAIRIE DE PARIS V2. 3/23/2011 1 / 7 SOMMAIRE DU REFERENTIEL INTRODUCTION PREAMBULE POURQUOI UN REFERENTIEL D AMENAGEMENT DES ESPACES DE BUREAU? P.

Plus en détail

Faire progresser la performance énergétique des logements rénovés dans le cadre des opérations programmées de l Anah (OPAH, PST, PIG, )

Faire progresser la performance énergétique des logements rénovés dans le cadre des opérations programmées de l Anah (OPAH, PST, PIG, ) 04/10/2007 Pascal Lemonnier Éric Lagandré Evaluation évolution énergétique des OPAH : Faire progresser la performance énergétique des logements rénovés dans le cadre des opérations programmées de l Anah

Plus en détail

MAÎTRISE DE LA DEMANDE EN ÉNERGIE

MAÎTRISE DE LA DEMANDE EN ÉNERGIE DÉFINITION POURQUOI RÉDUIRE LA CONSOMMATION D ÉLECTRICITÉ CONTENU CO2 DE L ÉLECTRICITÉ MÉTHODES DE CALCUL CO2 QU EST-CE QUE LES CEE? PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE DÉFINITION Définition de l Ademe : «Pour réduire

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

Conseil supérieur du logement

Conseil supérieur du logement Conseil supérieur du logement Avis n 21 du Conseil supérieur du logement du 30 juin 2010 sur la valorisation du droit de superficie. Le Ministre du logement, suite à une interpellation parlementaire (1),

Plus en détail

Programme Shift Project sur la rénovation thermique des bâtiments. Brice Mallié

Programme Shift Project sur la rénovation thermique des bâtiments. Brice Mallié Programme Shift Project sur la rénovation thermique des bâtiments Brice Mallié L urgence à agir n est pas que climatique! Environnementale : 123 millions de tonnes de CO2 générées chaque année (25% du

Plus en détail

Dossier de presse. Signature d une charte de partenariat entre le Plan Bâtiment Durable et. Mardi 21 juillet 2015 SOMMAIRE

Dossier de presse. Signature d une charte de partenariat entre le Plan Bâtiment Durable et. Mardi 21 juillet 2015 SOMMAIRE Dossier de presse Signature d une charte de partenariat entre le Plan Bâtiment Durable et la Fondation Bâtiment-Énergie Mardi 21 juillet 2015 SOMMAIRE Le Plan Bâtiment Durable... 2 La Fondation Bâtiment-Énergie...

Plus en détail

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire Fiche d information sur les services de garde Les familles se sont rendu compte qu un accès insuffisant à des services de garde abordables et de qualité constituait un obstacle pour : trouver et garder

Plus en détail

Réhabilitation énergétique des copropriétés Financements : aides à l investissement Rencontre technique du 12 Décembre - ARPE

Réhabilitation énergétique des copropriétés Financements : aides à l investissement Rencontre technique du 12 Décembre - ARPE Réhabilitation énergétique des copropriétés Financements : aides à l investissement Rencontre technique du 12 Décembre - ARPE SOMMAIRE Présentation EIE et missions Chronologie générale Dispositifs collectifs

Plus en détail

PROGRAMME «HABITER MIEUX» DOSSIER DE PRESSE

PROGRAMME «HABITER MIEUX» DOSSIER DE PRESSE PROGRAMME «HABITER MIEUX» DOSSIER DE PRESSE Le Programme «Habiter Mieux» en FRANCE Etat des lieux Contexte National : La précarité énergétique pèse sur les ménages les plus fragiles depuis de nombreuses

Plus en détail

Année 2014. Objectifs, réalisations, perspectives. Avril 2015

Année 2014. Objectifs, réalisations, perspectives. Avril 2015 PIIG Habiitat Pays Montmoriillllonnaiis Année 2014 Objectifs, réalisations, perspectives Avril 2015 Préambule page 2 Les chiffres clefs 2014 page 3 La localisation géographique des bénéficiaires page 4

Plus en détail

SENSIBILISATION À L AUTOPRODUCTION ACCOMPAGNÉE : FAIRE ET EN FAISANT SE FAIRE

SENSIBILISATION À L AUTOPRODUCTION ACCOMPAGNÉE : FAIRE ET EN FAISANT SE FAIRE SENSIBILISATION À L AUTOPRODUCTION ACCOMPAGNÉE : FAIRE ET EN FAISANT SE FAIRE Dans le contexte actuel de croissance des difficultés économiques, financières et sociales des plus pauvres, les collectivités

Plus en détail

SPPPI PACA 26 septembre 2012. Accompagnement des mesures PPRT relatives aux prescriptions de travaux de protection dans le bâti

SPPPI PACA 26 septembre 2012. Accompagnement des mesures PPRT relatives aux prescriptions de travaux de protection dans le bâti SPPPI PACA Accompagnement des mesures PPRT relatives aux prescriptions de travaux de protection dans le bâti Constat : des obstacles à la mise en œuvre des mesures PPRT - des aspects sociaux et habitat

Plus en détail

Avec l aide financière du Conseil général 47, faites progresser votre habitat.

Avec l aide financière du Conseil général 47, faites progresser votre habitat. HABITAT & LOGEMENT + ÉNERGIE + AUTONOMIE Avec l aide financière du Conseil général 47, faites progresser votre habitat. Mode d emploi AVEC L AGENCE NATIONALE DE L HABITAT www.cg47.fr + ÉNERGIE + AUTONOMIE

Plus en détail

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins.

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins. La Sécurité sociale a) Généralités La Sécurité sociale a été créée en 1945, suite à la seconde guerre mondiale. L équilibre du système français de protection sociale est actuellement une des préoccupations

Plus en détail

Dérouler les implications du droit au logement opposable.

Dérouler les implications du droit au logement opposable. Haut comité pour le logement des personnes défavorisées Note de synthèse du 13 e rapport (mars 2008) Dérouler les implications du droit au logement opposable. Adoptée dans l urgence en début d année 2007,

Plus en détail

Mobiliser les copropriétés face au défi énergétique. Yoann Girbeau, Chargé de mission Energie Climat, ALEC SQY

Mobiliser les copropriétés face au défi énergétique. Yoann Girbeau, Chargé de mission Energie Climat, ALEC SQY Mobiliser les copropriétés face au défi énergétique Yoann Girbeau, Chargé de mission Energie Climat, ALEC SQY c SQY Objectif : promouvoir les économies d énergies et les énergies renouvelables Publics:

Plus en détail

Éco-prêt à taux zéro (éco-ptz)

Éco-prêt à taux zéro (éco-ptz) Éco-prêt à taux zéro (éco-ptz) L éco-prêt à taux zéro en 14 points 1. Comment fonctionne un éco-prêt à taux zéro? L éco-prêt permet de financer les travaux d économie d énergie et les éventuels frais induits

Plus en détail

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse PLAN AUTISME 2013-2017 Synthèse Plan d actions régional Océan Indien En adoptant le 3ème Plan Autisme en mai 2013, la ministre des affaires sociales et de la santé répondait à une attente forte des personnes

Plus en détail

Opération Programmée d Amélioration de l Habitat 2009-2012

Opération Programmée d Amélioration de l Habitat 2009-2012 Opération Programmée d Amélioration de l Habitat 2009-2012 ECONOMIES D ENERGIE PERSONNES AGEES ENERGIES RENOUVELABLES MAINTIEN A DOMICILE ADAPTATION INSALUBRITE HANDICAP LOYERS MODERES LOCATION CHARGES

Plus en détail

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels ACCIDENTS DU TRAVAIL & MALADIES PROFESSIONNELLES A vos côtés pour gérer vos risques professionnels est le partenaire de votre entreprise en cas d accidents du travail et de maladies professionnelles Un

Plus en détail

Convention de délégation de compétence de. gestion des aides à la pierre. en application. de la loi du 13 août 2004

Convention de délégation de compétence de. gestion des aides à la pierre. en application. de la loi du 13 août 2004 ANNEXE 2 Convention de délégation de compétence de gestion des aides à la pierre en application de la loi du 13 août 2004 Passée entre L ETAT et PERPIGNAN MEDITERRANEE Communauté d Agglomération 2006-2008

Plus en détail

Le modèle économique du logement social

Le modèle économique du logement social a Le modèle économique du logement social Discussion L habitat dégradé et indigne en Ile-de-France OFCE, Journée d étude Étude : ville et publiée logement, en 4 février décembre 2011 2012 1 Le modèle économique

Plus en détail

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES Le Schéma Régional de Développement Economique prévoit dans son orientation intitulée Promouvoir une attractivité économique durable, axe 5 une stratégie foncière pour

Plus en détail