LE RISQUE DE CONTAMINATION A PSEUDOMONAS AERUGINOSA A L OUVERTURE D UN ETABLISSEMENT DE SANTE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE RISQUE DE CONTAMINATION A PSEUDOMONAS AERUGINOSA A L OUVERTURE D UN ETABLISSEMENT DE SANTE"

Transcription

1 H LE RISQUE DE CONTAMINATION A PSEUDOMONAS AERUGINOSA A L OUVERTURE D UN ETABLISSEMENT DE SANTE Architecture BERNET C, LAPRUGNE-GARCIA E, SAINT GENIS LAVAL Juillet 2009 Pseudomonas aeruginosa ou bacille pyocyanique est une bactérie hydrique répandue dans l environnement. C est un bacille à gram négatif de 0,5µ, isolé pour la 1 ère fois en 1882 par Charles Gessard. Ce pharmacien militaire, intrigué par la "coloration azurée des plaies purulentes", identifie le responsable de l infection : Bacillus pyocyaneus Gessard Flügge. La bactérie vit naturellement dans l eau douce et de mer, les sols humides ou à la surface des végétaux. Elle peut survivre et se multiplier dans une infinie variété de liquides et de milieux, sur tout type de support et de matériel humide à une température entre 4 C et 45 C. Fréquemment commensale de sujets sains, Pseudomonas est un pathogène opportuniste responsable d épidémies graves chez les patients fragiles. Objectif Pour éviter le développement de Pseudomonas aeruginosa dans l eau froide des réseaux alimentant les établissements de santé à leur ouverture, des mesures de prévention et des contrôles sont nécessaires. La contamination terminale par Pseudomonas est classiquement rapportée dans la littérature, touchant la robinetterie et les canalisations d alimentation mais peu les collecteurs. La bactérie pénètre dans l installation très souvent par des phénomènes de rétrocontamination : mains, projection d eau, siphons, Elle colonise le réseau quand elle trouve un terrain favorable à son développement : température, oxygène, nutriments, support, La principale cause de l installation de cette bactérie dans l eau froide est le réchauffement des canalisations par l introduction de l eau chaude dans l eau froide, le passage à proximité d une source de chaleur. Les passages de l eau chaude dans l eau froide se retrouvent classiquement dans les situations suivantes : - au niveau des robinets thermostatiques à commande manuelle ou électrique ou les mitigeurs thermostatiques en ligne. Ces systèmes équipés de clapets peuvent devenir non étanches par leurs déformations sous l action de choc thermique et des traitements chlorés, par le dépôt de tartre ou la corrosion entre le siège et le clapet, et sous l effet du vieillissement des matériels. Le clapet anti-retour se trouve bloqué, la chambre de mélange en pression va entraîner le passage de l eau chaude dans l eau froide à chaque ouverture du robinet, - sur les robinets équipés de douchette, à l ouverture du robinet, par le passage de l eau chaude stagnante de la douchette dans le réseau. Le réseau d amont réchauffé peut se trouver dans les conditions favorables à la création d une zone contaminée : - filtre terminal à 0,22µ équipé d un clapet "aqua stop" ou d un filtre colmaté, - manque de pression sur des secteurs de réseau (derniers niveaux du bâtiment par exemple), - inversion de la circulation sur des retours. L indication de la chloration continue doit être bien ciblée. Elle peut amener à détériorer les canalisations ainsi que les systèmes de réglage et de sécurité placés sur le réseau d eau. Afin de prévenir la contamination à Pseudomonas des réseaux d eau avant leur usage dans les établissements de santé, il paraît indispensable de lister les points à étudier qui prennent en compte : - l analyse technique des réseaux, - l analyse fonctionnelle des installations, - l'analyse des conditions d'exploitation et d entretien, - et des propositions. Fiches conseils pour la prévention du risque infectieux Environnement Page 1/8 Juillet 2009 CCLIN Sud-Est

2 Techniques et méthodes La recherche de l origine des réchauffements, l élimination des causes et l application d une désinfection thermochimique dans l intégralité des canalisations terminales contaminées sont une réponse à la contamination du réseau par Pseudomonas. Les réponses à apporter passent préalablement par le respect de différentes étapes. Pour les aborder, il est proposé une liste de points indispensables à étudier. Leur choix repose sur la démarche HACCP : la connaissance des installations, la définition des critères de qualité des eaux utilisées, la surveillance d indicateurs, la connaissance des éléments critiques, la mise en place des moyens de prévention, des actions correctives à l atteinte de seuil d alerte ou d action, et l évaluation des mesures prises. I ANALYSE TECHNIQUE DES RESEAUX L exemple d outil de suivi et d évaluation de la qualité du réseau d eau est présenté à titre indicatif. Il appartient à chaque établissement de santé d établir les grilles permettant l évaluation de la conformité de leur réseau d eau conformément au schéma de leur installation ou référentiel en vigueur dans l établissement en particulier au secteur à étudier. 1) Descriptif et repérage des réseaux : les différents réseaux 1. il existe un réseau d eau froide le lieu de départ est : 2. il existe un réseau d eau froide adoucie le lieu de départ est :.. 3. il existe un réseau d eau chaude sanitaire (ECS) le lieu de départ est :.. 4. il existe un réseau d arrosage le lieu de départ est :.. 5. l établissement recense le nombre de réseaux indépendants alimentant les bâtiments :. 6. le réseau comporte des bouclages la boucle 1 dessert :.. la boucle 2 dessert :.. la boucle X dessert : 7. il existe des dispositifs de protection normalisés anti-retour disconnecteurs clapets anti-retour la nature des réseaux 8. le réseau est constitué de plusieurs matériaux nature du matériau :. secteur du réseau concerné : 9. les matériaux comportent divers assemblages nature des assemblages :.. matériaux concernés Fiches conseils pour la prévention du risque infectieux Environnement Page 2/8 Juillet 2009 CCLIN Sud-Est

3 les équipements de production d eau 10. il existe différentes arrivées d eau froide lieu d arrivée d eau froide: 11. il existe différentes arrivées d eau chaude sanitaire lieu d arrivée d eau chaude : type de production (ballon, échangeur à plaques) : 12. il existe un contrôle du fonctionnement de l ECS qui intègre la dureté de l eau la température aux points critiques 13. il existe une évaluation entre la capacité produite et la consommation journalière d ECS 14. il existe des traitements spécifiques des eaux nature : localisation : marque : année de mise en service : 15. il existe des équipements spécifiques sur le réseau (nature, localisation, marque, année de mise en service) surpresseur filtre antibélier mitigeur collectif robinet thermostatique douchette clapet «aqua stop» type de robinet (mélangeur manuel, thermostatique, électrique, cellules, douchette ) le traitement curatif thermochimique du réseau 16. le réseau d eau froide est compatible avec un choc thermique sur tout le réseau sur un secteur, si oui lequel 17. le réseau d eau chaude sanitaire est compatible avec un choc chimique chloré : sur tout le réseau chloré : sur un secteur, si oui lequel peroxyde d hydrogène : sur tout le réseau peroxyde d hydrogène : sur un secteur, si oui lequel Fiches conseils pour la prévention du risque infectieux Environnement Page 3/8 Juillet 2009 CCLIN Sud-Est

4 2) Réalisation d un schéma ou compréhension du fonctionnement 18. il existe un schéma d ensemble identifiant les liaisons entre les divers bâtiments 19. il décrit les divers types de schéma de réseau : Type : maillé - secteur :.. Type : parapluie - secteur :... Type : horizontal - secteur :... Type : bouclé - secteur :... Type : ouvert - secteur : il existe un schéma avec positionnement des éléments constitutifs Eléments : traitements - secteur :.. Eléments : échangeurs - secteur :. Eléments : diamètre - secteur :.. Eléments : vitesse - secteur :. Eléments : vannes - secteur : 3) Identification des points techniques à risque 21. il existe des bras morts ou borgnes 22. ils ont été identifiés : Lieux: il existe des points de purge 24. ils ont été identifiés : Lieux: il existe un calorifugeage adapté des colonnes 26. il a été identifié Nature : eau froide - lieu : Nature : eau chaude - lieu : 27. il existe des interconnexions eau chaude eau froide 28. elles ont été identifiées Nature : absence de dispositif anti-retour au niveau des mélangeurs - lieu :... Autre :.. Fiches conseils pour la prévention du risque infectieux Environnement Page 4/8 Juillet 2009 CCLIN Sud-Est

5 II ANALYSE FONCTIONNELLE DES INSTALLATIONS 1) Relevé et suivi des caractéristiques des réseaux : le suivi des constantes 29. il existe un suivi adapté des constantes Mesure de la température en continu (colonne par colonne et/ou contrôle "au touché", variations nocturne diurne) Mesure des débits en continu (globale et colonne par colonne) 30. il existe un suivi de l état d entartrage des installations 31. il existe une évaluation de l état de corrosion des installations 32. il existe un plan d analyse de la qualité des eaux 33. le programme d analyse concerne : eau d entrée - rythme: 1 contrôle/100 lits/an et>4/an eau aux points d usage- rythme: 1 contrôle/100 lits/an et>4/an eau soins standard- rythme : 1 contrôle/3mois eau bactériologiquement maîtrisée rythme : 1 contrôle>3mois eau d hémodialyse rythme : circulaires du 20/06/2000 et du 7/06/ il existe un équilibrage des réseaux 2) identification des points à risque liés au fonctionnement : la nature des points à risque 35. un recensement des points à risque a été réalisé 36. il a été identifié : température insuffisante présence de tartre augmentation de la pression III ANALYSE DES CONDITIONS D EXPLOITATION ET D ENTRETIEN 1) Relevé et suivi des procédures existantes : le descriptif des procédures 37. il existe un descriptif complet des conditions et d exploitation et d entretien du réseau 38. il existe une traçabilité exhaustive des opérations d exploitation et d entretien du réseau Fiches conseils pour la prévention du risque infectieux Environnement Page 5/8 Juillet 2009 CCLIN Sud-Est

6 2) Identification des points à risque liés à l exploitation et l entretien du réseau : l identification par type d installation de traitement d eau, d équipements 39. il est noté les absences de : Nature : Secteur :. Date : IV PROPOSITIONS 1) Traitement curatif : 40. il existe un protocole de traitement curatif 1 Nature :. (exemple : eau chaude à 60 C chlorée à 1, 2 ou 3 mg/l pendant 1H00 dans l ensemble des canalisations contaminées + by-passer l élément thermostatique + remplacement des flexibles et douchettes présentes) 2) Rapport écrit : 41. la rédaction d un rapport avec destinataires(s) défini(s) incluant les propositions d améliorations priorisées et l échéancier a été programmée 3) Suivi des actions : 42. il existe un suivi des actions 43. il inclut : plan d amélioration des installations (technique, fonctionnel, devis, ) plan d amélioration de la maintenance plan d amélioration de la surveillance plan d amélioration d entretien fiches réflexes des actions correctives mise à jour du carnet sanitaire Fiches conseils pour la prévention du risque infectieux Environnement Page 6/8 Juillet 2009 CCLIN Sud-Est

7 (1) Tableau I : "Avantages et inconvénients des différents procédés de traitement des eaux bactériologiquement maîtrisées" Procédé Avantages Inconvénients Filtration terminale - Pouvoir de rétention élevé - Facilité d'adaptation - Peu encombrant - Pas de désinfection des canalisations - Colmatage rapide - Débits faibles - Manque d'étanchéité possible au niveau du joint et du collier de serrage - Coût de l usage unique - Maintenance quotidienne par autoclavage ou désinfection au chlore - Possibilité de détérioration des membranes lors de leur manipulation - Nécessité de contrôles réguliers Chloration - Eau désinfectée - Sur de l eau froide, le système doit être muni de filtres à charbon actif pour assurer une déchloration (facteur de prolifération bactérienne) - Débit régulier obligatoire - Stagnation d'eau - Eau surchlorée en permanence - Maintenance sans faille du circuit en période de non puisage - Détériore les canalisations ainsi que les systèmes de réglage et de sécurité placés sur le réseau d eau Les lampes à UV - Bon débit - Faible activité bactéricide - Courte durée de vie des tubes UV - Changements des tubes UV difficile - Stagnation d eau dans les canalisations - Efficacité assurée seulement si longueur des canalisations inférieure à 4m Désinfection thermique - Moyen efficace qui monte à 80 - Difficulté de mise en œuvre pratique en fonction de l'installation - Possibilité de recontamination du circuit après refroidissement - Risque de perturber l hydraulique du circuit en colmatant les organes de réglage par largage de dépôts Evaluation L'évaluation passe par : - le contrôle bactériologique des différents types d'eaux - l'évaluation des pratiques d'entretien des points d'usage et des réseaux de distribution - l'évaluation des bonnes pratiques d'utilisation : "quelle eau pour quel usage?" Responsables Le directeur de l'établissement et le responsable des services techniques sont responsables de la conformité des installations et maintenances. Le président de CLIN, le responsable de l'équipe opérationnelle d'hygiène et le responsable du laboratoire en charge des contrôles microbiologiques définissent et réalisent les contrôles légaux. Le chef de service, le cadre des unités de soins et les équipes utilisatrices de procédés d'obtention d'eaux "bactériologiquement maîtrisées" sont responsables du respect des bonnes pratiques. Fiches conseils pour la prévention du risque infectieux Environnement Page 7/8 Juillet 2009 CCLIN Sud-Est

8 Pour en savoir plus Réglementation Décret du 20 décembre 2001 relatif aux eaux destinées à la consommation humaine à l exclusion des eaux minérales naturelles. Journal Officiel du 22 décembre 2001; 36 pages. (NosoBase n 9826) Circulaire DGS/DH/AFSSAPS n du 20 juin 2000 relative à la diffusion d un guide pour la production d eau pour l hémodialyse des patients insuffisants rénaux. Non parue au Jorunal Officiel. 20 pages. (NosoBase n 7880) Circulaire DGS/DH/AFSSAPS n 311 du 7 juin 2000 relative aux spécifications techniques et à la sécurité sanitaire de la pratique de l hémofiltration et de l hémodiafiltration en ligne dans les établissements de santé. Non paru au Journal Officiel. 6 pages. (NosoBase n 7808) Directive européenne 98/83/CE du 3 novembre 1998 relative à la qualité des eaux destinées à la consommation humaine. Journal Officiel des Communautés Européennes du 5 décembre 1998, n L330. Circulaire du 30 mai 1997 relative à la microbiologie des eaux destinées à la consommation humaine et au risque parasitaire pour la boisson et pour la consommation d eau dans les préparations alimentaires non cuites destinées aux patients immunodéprimés. Non parue au Journal Officiel. Circulaire DGS/PGE/1D n 2068 du 30 décembre 1986 relative aux fontaines réfrigérantes. Bulletin Officiel 1997, n 12, (NosoBase n 1272) Guides et recommandations Ministère de l Emploi et de la Solidarité. L'Eau dans les établissements de santé. Guide technique. 2005, 115 pages. (NosoBase n 15340) DRASS et DDASS de la région Picardie. Les réseaux d eau et le risque «légionelle». cahier des charges pour le diagnostic technique des installations. 2005, 4 pages. COMITE TECHNIQUE INFECTIONS NATIONAL DES INFECTIONS NOSOCOMIALES (CTIN). Surveillance microbiologique de l environnement dans les établissements de santé : Air, eaux et surfaces. 2002, 77 pages. (NosoBase n 10974) Ministère de l Emploi et de la Solidarité. Sécurité sanitaire des installations d'eau dans les établissements de santé : réglementation applicable. 3 e ed. Ministère de l emploi et de la solidarité, 2002, 92 pages. (NosoBase n 11216) CCLIN Ouest. Maîtrise de la qualité de l'eau dans un établissement de santé Prévention Maintenance Mesures correctives. 2000, 30 pages. (NosoBase n 8137) CNR Résistance aux antibiotiques - Laboratoire Associé, Professeur Patrick PLESIAT, Hôpital Jean Minjoz, laboratoire de bactériologie EA Boulevard Fleming Besançon CEDEX. Fiches conseils pour la prévention du risque infectieux Environnement Page 8/8 Juillet 2009 CCLIN Sud-Est

Objectif. CCLIN Sud-Est juillet 2012 1/8

Objectif. CCLIN Sud-Est juillet 2012 1/8 FFi icchhee Prraat tiqquuee Outil de suivi et d''évaluation de la qualité du réseau Objectif Pour éviter le développement de Pseudomonas aeruginosa dans l eau froide des réseaux alimentant les établissements

Plus en détail

Comment gérer le risque infectieux lié à l eau en établissement de santé?

Comment gérer le risque infectieux lié à l eau en établissement de santé? Comment gérer le risque infectieux lié à l eau en établissement de santé? AM Rogues Hygiène Hospitalière CHU de Bordeaux En moyenne 750 litres d eau par jour et par lit Soit la consommation de 5 habitants

Plus en détail

Légionelles. Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement

Légionelles. Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement Légionelles Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement La bactérie: évaluation des dangers Bacille gram - : 50 espèces, 64 sérogroupes naturellement présentes dans

Plus en détail

LE RISQUE LEGIONELLOSE DANS L INDUSTRIE

LE RISQUE LEGIONELLOSE DANS L INDUSTRIE LE RISQUE LEGIONELLOSE DANS L INDUSTRIE Qu est-ce que la légionellose? La légionellose est une infection respiratoire provoquée par des bactéries appelées «legionella pneumophila» ou «légionelles». Ces

Plus en détail

CONCEPTION CONCEPTION CONCEPTION. Diagramme général pour la réalisation de réseaux d eaux sanitaires. Réseau d eau chaude sanitaire ATTENTION

CONCEPTION CONCEPTION CONCEPTION. Diagramme général pour la réalisation de réseaux d eaux sanitaires. Réseau d eau chaude sanitaire ATTENTION Diagramme général pour la réalisation de réseaux d eaux sanitaires Rédaction cahier des clauses techniques particulières (CCTP) Phase Travaux Opération préalable à la réception des installations (OPR)

Plus en détail

Procédure de maintenance. des réseaux d eau. Centre Hospitalier de Hyères HYGIENE /GDR Nombre de page : 5

Procédure de maintenance. des réseaux d eau. Centre Hospitalier de Hyères HYGIENE /GDR Nombre de page : 5 Procédure de maintenance des réseaux d eau Référence BM : Environnement Ref. Service : Eau Version : 0 Centre Hospitalier de Hyères HYGIENE /GDR Nombre de page : 5 1. OBJET Cette procédure vise, dans le

Plus en détail

CRITERE N : 7a INTITULE : Gestion de l eau

CRITERE N : 7a INTITULE : Gestion de l eau CRITERE N : 7a INTITULE : Gestion de l eau 1 Note introductive (chapô) La mise en place d une démarche globale de gestion de la qualité de l eau consiste à assurer la maîtrise des risques sanitaires liés

Plus en détail

GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau. Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques. Légionelles

GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau. Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques. Légionelles GESTION DU RISQUE LEGIONELLES Réseaux d eau Christophe LESTREZ CHRU de Lille Délégation Management des Risques Légionelles Présence dans les milieux aquatiques naturels ou artificiels Conditions favorables

Plus en détail

ANTENNE REGIONALE AQUITAINE

ANTENNE REGIONALE AQUITAINE ANTENNE REGIONALE AQUITAINE GESTION DU RISQUE LIE AUX LEGIONELLES DANS LES EHPAD MANUEL D EVALUATION 2011 SOMMAIRE Liste des abréviations... 3 Objectif du manuel d évaluation... 4 Fiche établissement...

Plus en détail

Réseaux d eau froide et d eau chaude Prévention du risque légionelle

Réseaux d eau froide et d eau chaude Prévention du risque légionelle DIAGNOSTIC TECHNIQUE SANITAIRE Réseaux d eau froide et d eau chaude Prévention du risque légionelle DOSSIER N 3452-128554 Visite du site les 03 et 16 février 2011 ETABLISSEMENT : 1289 avenue Edouard Herriot

Plus en détail

Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire

Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire Maintenance et surveillance des installations d eau chaude sanitaire Risques sanitaires liés aux légionelles Infections de type grippal Infections respiratoires graves Légionelloses - Symptômes : 2 à 10

Plus en détail

Eau du réseau. Différents d usages de l eau : Consommation Bains, douches Rinçage d équipement médical Lavage des mains du personnel

Eau du réseau. Différents d usages de l eau : Consommation Bains, douches Rinçage d équipement médical Lavage des mains du personnel Le 16 novembre 2007 (Société PALL SYSTEM ) Le réseau d eau, source d infections nosocomiales Eau du réseau Facteurs de dégradation de la qualité microbiologique Germes pathogènes détachés et entraînés

Plus en détail

COMMENT GERER LE RISQUE LIE AUX LEGIONELLES DANS UN RESEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE? Juin 2006 Drass des Pays de la Loire 1

COMMENT GERER LE RISQUE LIE AUX LEGIONELLES DANS UN RESEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE? Juin 2006 Drass des Pays de la Loire 1 COMMENT GERER LE RISQUE LIE AUX LEGIONELLES DANS UN RESEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE? Juin 2006 Drass des Pays de la Loire 1 Plan de l intervention Un préalable : bien connaître son installation Les 3 principes

Plus en détail

Guide méthodologique destiné aux Etablissements d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes

Guide méthodologique destiné aux Etablissements d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes Guide méthodologique destiné aux Etablissements d Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes SERVICE D HYGIENE ET D EPIDEMIOLOGIE SECTEUR EHPAD Juin 2009 Ce guide décrit l ensemble des dispositions

Plus en détail

3-1 Durée Le contrat signé entre l établissement et le prestataire de service prendra effet du 01/02/2016 au 31/01/2017.

3-1 Durée Le contrat signé entre l établissement et le prestataire de service prendra effet du 01/02/2016 au 31/01/2017. Collège Evariste Galois Rue de la Métairie Neuve 35360 MONTAUBAN DE BRETAGNE MAINTENANCE DES CHAUFFERIES ET INSTALLATIONS DE PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE CAHIER DES CHARGES 1 Objet Le présent cahier

Plus en détail

SYSTEM O. Un système unique pour des réseaux distincts Eau froide sanitaire Eau chaude sanitaire

SYSTEM O. Un système unique pour des réseaux distincts Eau froide sanitaire Eau chaude sanitaire SYSTEM O Un système unique pour des réseaux distincts Eau froide sanitaire Eau chaude sanitaire CONCEPTION, CHOIX DES MATÉRIAUX ET MAINTENANCE : La sécurité des réseaux passe par une bonne conception,

Plus en détail

CARNET SANITAIRE EHPAD La Bastide

CARNET SANITAIRE EHPAD La Bastide GR-CS-PR-01 CARNET SANITAIRE EHPAD La Bastide Nom de l établissement : EHPAD La Bastide Adresse : Lieu-dit «Le Pré Commun «31 360 BEAUCHALOT Nom du Responsable : Mme Sylvie LACOSTE-MANS Téléphone : 05.61.97.83.00.

Plus en détail

CONDUITE A TENIR EN CAS DE TRAVAUX

CONDUITE A TENIR EN CAS DE TRAVAUX CONDUITE A TENIR EN CAS DE TRAVAUX Environnement COUDRAIS S, Pierre Bénite Mai 2004 Objectif L objectif est d assurer la sécurité des patients lors de travaux dans un établissement de soins. Le risque

Plus en détail

N ART DESIGNATION DES OUVRAGES U QTE P.U. P.U. x Q

N ART DESIGNATION DES OUVRAGES U QTE P.U. P.U. x Q RICHEBORG - Groupe scolaire N ART DESIGNATION DES OVRAGES QTE P.. P.. x Q 3 DESCRIPTION DES INSTALLATIONS 3.1 EA FROIDE SANITAIRE 3.1.1 Branchement Vanne d'arrêt Filtre à tamis, manomomètre Disconnecteur

Plus en détail

Nos formations dédiées aux secteurs Sanitaire, Social, Médico-Social, Associatif

Nos formations dédiées aux secteurs Sanitaire, Social, Médico-Social, Associatif Nos formations dédiées aux secteurs Sanitaire, Social, Médico-Social, Associatif adaptables au dispositif DPC (conformément aux orientations nationales) La liste des formations énumérées ci-après est indicative

Plus en détail

3 noms, 3 logos,... 04/04/13 ECS Solaire Collective - Expansion 1

3 noms, 3 logos,... 04/04/13 ECS Solaire Collective - Expansion 1 3 noms, 3 logos,... 04/04/13 ECS Solaire Collective - Expansion 1 Désormais Pneumatex, TA et Heimeier ne font plus qu un : 04/04/13 ECS Solaire Collective - Expansion 2 Nos 3 expertises : -Pneumatex :

Plus en détail

Les mesures de prévention du risque infectieux. Mesures de prévention du risque infectieux lié à l eau. Philippe BERTHELOT

Les mesures de prévention du risque infectieux. Mesures de prévention du risque infectieux lié à l eau. Philippe BERTHELOT Mesures de prévention du risque infectieux lié à l eau Philippe BERTHELOT Unité d Hygiène inter-hospitalière Service des Maladies Infectieuses et laboratoire de microbiologie, CHU de Saint-Etienne Professeur

Plus en détail

Réseaux d eau chaude sanitaire : risques liés aux Légionelles

Réseaux d eau chaude sanitaire : risques liés aux Légionelles Réseaux d eau chaude sanitaire : risques liés aux Légionelles Formation organisée par l ARS DtD des Alpes-Maritimes 29 juin 2012 Philippe HARMANT, Laurent KIENE AQUAf luence Conseil, études et formations

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère des affaires sociales et de la santé Direction générale de la santé Sous-direction de la prévention des risques liés à l environnement et à l alimentation Bureau de la qualité des eaux Personne

Plus en détail

DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau

DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau olivier.correc@cstb.fr Nouveaux Documents Techniques Unifiés DTU 60.1 Plomberie sanitaire pour

Plus en détail

L eau du logement MCAD. I- Alimentation en eau.

L eau du logement MCAD. I- Alimentation en eau. L eau du logement I- Alimentation en eau. L eau est un bien rare, fragile et précieux. L eau est le patrimoine de tous et il faut la protéger. Elle est utilisée pour : - Nourriture et boissons : 7%. -

Plus en détail

L hôpital en quelques chiffres

L hôpital en quelques chiffres LA QUALITE DE L EAU L A L INSTITUT CURIE Un défi d collectif Présentation de l hôpital l de l Institut Curie Septembre 2008 1 - La qualité de l'eau à l'institut Curie : un défi collectif - 30/09/2008 2

Plus en détail

SOMMAIRE. Avant-propos... 4. Les filtres... 8 Les filtres mécaniques... 8 Les filtres fixes à média actif... 12

SOMMAIRE. Avant-propos... 4. Les filtres... 8 Les filtres mécaniques... 8 Les filtres fixes à média actif... 12 SOMMAIRE Avant-propos..................................... 4 Les filtres........................................ 8 Les filtres mécaniques................................ 8 Les filtres fixes à média actif..........................

Plus en détail

Le signalement des infections nosocomiales

Le signalement des infections nosocomiales Le signalement des infections nosocomiales Bruno GRANDBASTIEN Faculté de Médecine «Henri Warembourg», Université Lille 2 Service de Gestion du Risque Infectieux, des Vigilances et d Infectiologie (SGRIVI),

Plus en détail

Sécurisation des points d eau Filtre terminal tous germes durée 62 jours

Sécurisation des points d eau Filtre terminal tous germes durée 62 jours Sécurisation des points d eau Filtre terminal tous germes durée 62 jours Dr Laure BELOTTI, Praticien contractuel, Laboratoire d'hygiène hospitalière, CHU de STRASBOURG Dr. Arnaud FLORENTIN, Assistant Hospitalo-Universitaire

Plus en détail

Philippe Carrara - Consultant technique pour Hôpitaux Expertises. Ch. de Villars 11-1030 Bussigny près Lausanne - 079 / 367.22.44

Philippe Carrara - Consultant technique pour Hôpitaux Expertises. Ch. de Villars 11-1030 Bussigny près Lausanne - 079 / 367.22.44 Philippe Carrara - Consultant technique pour Hôpitaux Expertises Ch. de Villars 11-1030 Bussigny près Lausanne - 079 / 367.22.44 ARAT 26 avril 2012 Ph.Carrara mars 2012 1 Les Directives Les recommandations

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES CONDUITE A TENIR DEVANT UNE EPIDEMIE D INFECTIONS NOSOCOMIALES Epidémiologie GIRARD R, Pierre Bénite Mai 2004 Objectif L objectif prioritaire est de stopper l épidémie en cours et de mettre en place des

Plus en détail

Réseau Régional d Hygiène de Basse-Normandie

Réseau Régional d Hygiène de Basse-Normandie Page : 1 / 9 Page : 2 / 9 Généralités - Définitions Legionella et risques : Legionella est un bacille intracellulaire Gram négatif qui est responsable de 0,5 à 5% des pneumonies communautaires nécessitant

Plus en détail

PREAMBULE : Prescriptions générales relatives à la qualité de l eau

PREAMBULE : Prescriptions générales relatives à la qualité de l eau PRESCRIPTIONS GÉNÉRALES ET TECHNIQUES NÉCESSAIRES A L INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU DANS LES IMMEUBLES COLLECTIFS D HABITATION ET LES ENSEMBLES IMMOBILIERS DE LOGEMENTS Conformément

Plus en détail

LEGIONELLA Comment prévenir la contamination

LEGIONELLA Comment prévenir la contamination LEGIONELLA Comment prévenir la contamination Daniel Bonnotte Ingénieur CHU de Nice 29/10/03 CHU 1 LEGIONELLA Légionella - bactérie pathogène opportuniste milieu colonisé, niveau de concentration suffisant,

Plus en détail

II - L EXPOSITION AUX LÉGIONELLES... suite III - LES MOYENS DE PRÉVENTION. 1. Bien concevoir les réseaux d eau Bâtiments neufs

II - L EXPOSITION AUX LÉGIONELLES... suite III - LES MOYENS DE PRÉVENTION. 1. Bien concevoir les réseaux d eau Bâtiments neufs FICHE 9 Les Légionelles Environnement intérieur - EAU I - LES DANGERS LIÉS AUX LÉGIONELLES La légionelle (nom scientifique Legionella) est une bactérie qui se développe dans l eau et les milieux humides

Plus en détail

AES du 29 septembre L entretien du réseau et de ses équipements : un moyen de prévention indispensable

AES du 29 septembre L entretien du réseau et de ses équipements : un moyen de prévention indispensable AES du 29 septembre L entretien du réseau et de ses équipements : un moyen de prévention indispensable Prise en charge (1) Analyse du type de réseau sanitaire: HT avec mitigeurs locaux, HT avec mitigeurs

Plus en détail

Régulateurs solaires Schüco SOLO FS et DUO FS Gestion d installations solaires fournissant de l ECS et un complément de chauffage

Régulateurs solaires Schüco SOLO FS et DUO FS Gestion d installations solaires fournissant de l ECS et un complément de chauffage Sonnenenergie mit Schüco Régulateurs solaires Schüco SOLO FS et DUO FS Gestion d installations solaires fournissant de l ECS et un complément de chauffage 1 2 Schüco Sonnenenergie Régulateurs solaires

Plus en détail

LA LEGIONELLOSE : UN RISQUE POTENTIEL EN MILIEU INDUSTRIEL FICHE DE SYNTHESE

LA LEGIONELLOSE : UN RISQUE POTENTIEL EN MILIEU INDUSTRIEL FICHE DE SYNTHESE LA LEGIONELLOSE : UN RISQUE POTENTIEL EN MILIEU INDUSTRIEL FICHE DE SYNTHESE LA SITUATION En France, la légionellose est une maladie à déclaration obligatoire depuis 1987. En 2008, 1243 cas de légionellose

Plus en détail

Avis Technique non valide

Avis Technique non valide Traitement des Eaux Water Treatment Wasseraufbereitung Ne peuvent se prévaloir du présent Avis Technique que les procédés mis en œuvre par une société certifiée, marque CSTBat Service, dont la liste à

Plus en détail

CORPS DE FILTRE STANDARD

CORPS DE FILTRE STANDARD CORPS DE FILTRE STANDARD STANDARD 3G Idéal pour un large éventail d applications, notamment domestiques, commerciales et industrielles Longueur 10 ou 20 Event situé sur la tête côté entrée, disponible

Plus en détail

ROLES ET MISSION LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DU CLIN HISTORIQUE DES DEFINITIONS. Me VILLEGAS Cadre formateur IBODE/2012

ROLES ET MISSION LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DU CLIN HISTORIQUE DES DEFINITIONS. Me VILLEGAS Cadre formateur IBODE/2012 ROLES ET MISSION DU CLIN Infections nosocomiales Définition de l Infection Nosocomiale: vient du grec nosokomion et date de 1845 Définition du Conseil de l Europe : elle introduit le personnel hospitalier

Plus en détail

CONDITIONNEMENT DE L'AIR ET CLIMATISATION

CONDITIONNEMENT DE L'AIR ET CLIMATISATION M07 CONDITIONNEMENT DE L'AIR ET CLIMATISATION 18 Heures ISET MAHDIA Techniciens de bureau d études et installateurs. - Connaître le système de fonctionnement d une climatisation, - Connaître l ensemble

Plus en détail

PROLIFERATION DE LEGIONELLES DANS LE RESEAU D EAU D SANITAIRE DE LA MAISON DE RETRAITE DU C.H. DE MENDE 2009-2012

PROLIFERATION DE LEGIONELLES DANS LE RESEAU D EAU D SANITAIRE DE LA MAISON DE RETRAITE DU C.H. DE MENDE 2009-2012 PROLIFERATION DE LEGIONELLES DANS LE RESEAU D EAU D CHAUDE SANITAIRE DE LA MAISON DE RETRAITE DU C.H. DE MENDE 2009-2012 Valérie Boyer : Infirmière Hygiéniste Catherine Foucou : Praticien en Hygiène PROLIFERATION

Plus en détail

REFROIDISSEMENT RAPIDE DES ALIMENTS APRES CUISSON

REFROIDISSEMENT RAPIDE DES ALIMENTS APRES CUISSON Référence : PT/RES/015-A Page :Page 1 sur 5 Objet : Maîtriser les dangers microbiologiques lors du refroidissement rapide des aliments après cuisson. Mots clés : Cuisson / HACCP / Préparation chaude /

Plus en détail

La légionellose : approche du risque et prévention

La légionellose : approche du risque et prévention La légionellose : approche du risque et prévention Mélanie BARRAULT - Bio hygiéniste - CHM Eric TRICOT - Cadre hygiéniste coordonnateur - CHM - Réseau LUTIN 72 Journée des correspondants paramédicaux en

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi et de la santé

Ministère du travail, de l emploi et de la santé Ministère du travail, de l emploi et de la santé Secrétariat d Etat à la Santé Direction générale de la Santé Sous-direction de la prévention des risques liés à l environnement et à l alimentation Bureau

Plus en détail

Document d'aide à la conception des installations d'eau sanitaire à l'intérieur des bâtiments

Document d'aide à la conception des installations d'eau sanitaire à l'intérieur des bâtiments Document d'aide à la conception des installations d'eau sanitaire à l'intérieur des bâtiments () Avertissement Le présent document constitue une base de travail pour le Maître d ouvrage afin qu il constitue,

Plus en détail

INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE

INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE Infection VINCENT A, Saint Genis Laval LAPRUGNE-GARCIA E, Saint Genis Laval Octobre 2008 Objectif Pour mettre en place une surveillance

Plus en détail

«Regudis W-HTF» Stations d appartement avec circuit à haute température

«Regudis W-HTF» Stations d appartement avec circuit à haute température Information technique Descriptif du cahier des charges: Les stations d appartement Oventrop «Regudis W-HTF» avec circuit à haute température s utilisent pour l alimentation d appartements individuels en

Plus en détail

Spécialité "ENVIRONNEMENT, HYGIENE"

Spécialité ENVIRONNEMENT, HYGIENE CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA VENDEE EXAMEN PROFESSIONNEL D ADJOINT TECHNIQUE TERRITORIAL DE 1 ère CLASSE - 2008 Epreuves écrites d admissibilité du 16 janvier 2008 Spécialité

Plus en détail

Manuel d installation et d utilisation Module ECS instantanée

Manuel d installation et d utilisation Module ECS instantanée Manuel d installation et d utilisation Module ECS instantanée Manuel d installation et d utilisation Module ECS instantanée FWS 30 ECO FR Fixation murale Mars 2015 Sous réserve de modifications en vue

Plus en détail

Rencontre technique Eau chaude solaire collective

Rencontre technique Eau chaude solaire collective PLAEFORME DE FORMAION SOLAIRE & BAIMEN Rencontre technique Eau chaude solaire collective guillaume.pradier@ines-solaire.org 17 décembre 2014 1 Programme Présentation INES Dispositif élésuiweb et prestations

Plus en détail

Conception et maintenance des réseaux d eau à l intérieur des bâtiments

Conception et maintenance des réseaux d eau à l intérieur des bâtiments Conception et maintenance des réseaux d eau à l intérieur des bâtiments Olivier CORREC Mél : olivier.correc@cstb.fr Contexte des réseaux d eau sanitaire Exigences générales : o Sécuriser la consommation

Plus en détail

Performances en mode chauffage. Type de pompe à chaleur Niveau exigé (1) PAC air extérieur/eau. PAC eau glycolée/eau ou PAC eau glycolée/eau glycolée

Performances en mode chauffage. Type de pompe à chaleur Niveau exigé (1) PAC air extérieur/eau. PAC eau glycolée/eau ou PAC eau glycolée/eau glycolée LABEL PROMOTELEC PERFORMANCE LES EXIGENCES TECHNIQUES à RESPECTER PAR POSTE CLé DU BÂTiMENT Spécifications des pompes à chaleur à absorption à chauffage direct au gaz Caractéristiques Les matériels destinés

Plus en détail

Réservoirs et canalisations d EDCH: Inspection, Nettoyage et Désinfection

Réservoirs et canalisations d EDCH: Inspection, Nettoyage et Désinfection Réservoirs et canalisations d EDCH: Inspection, Nettoyage et Désinfection 2013 Céline Mercier: celine-eau.mercier@veolia.com JF Renard: jean-francois.renard@lyonnaise-des-eaux.fr PE Fratczak: pierre-elie.fratczak@veolia.com

Plus en détail

La qualité de l eau. Guide conseil. > Solutions

La qualité de l eau. Guide conseil. > Solutions Guide conseil La qualité de l eau Vous rencontrez un problème avec la qualité de votre eau de puits, de forage, de source, de surface, du robinet, de pluie, ou autre, et vous voulez désinfecter votre eau,

Plus en détail

Oras Electra tarif 1.1.2013

Oras Electra tarif 1.1.2013 tarif..0 Sommaire Quelle robinetterie pour quelle application?... Liste de références...6 : Robinetterie de lavabo 0 V / V / 6 V...8 Robinetterie de lavabo mural... Urinoir apparent...6 Mitigeur pressostatique

Plus en détail

Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire

Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire Délégation territoriale du Val-d Oise Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire Maîtriser la température de l eau chaude sanitaire L exploitant d un réseau d eau

Plus en détail

Déchets d activités de soins à risques infectieux : pour une gestion optimale

Déchets d activités de soins à risques infectieux : pour une gestion optimale Déchets d activités de soins à risques infectieux : pour une gestion optimale Docteur Fabien Squinazi Médecin biologiste Ancien Directeur du Laboratoire d hygiène de la ville de Paris Membre du comité

Plus en détail

ANNEXE RUBRIQUE QUALITE DE L EAU

ANNEXE RUBRIQUE QUALITE DE L EAU Sommaire ANNEXE RUBRIQUE QUALITE DE L EAU 1. Réseau d eau... 2 2. Rapport d analyse Qualité sanitaire de l eau... 3 3. Eaux pluviales... 6 4. Revêtements spéciaux... 7 5. Analyse de l eau... 7 5.1 Arrêté

Plus en détail

POS. DESIGNATION U Q P.U. P.T. - diamètre 33,7x2,9 mm ens 2. Vanne 2 Voies motorisées orifice 26 mm y compris raccordement Electrique ens 2

POS. DESIGNATION U Q P.U. P.T. - diamètre 33,7x2,9 mm ens 2. Vanne 2 Voies motorisées orifice 26 mm y compris raccordement Electrique ens 2 PAGE 1/13 3.1 TRAVAUX DE CHAUFFAGE 3.1.1 RACCORDEMENT SUR LE RESEAU BATTERIE (au niveau du local CTA du bâtiment existant, au dessus des sanitaires) Raccordement sur le réseau batterie existant dans le

Plus en détail

Les clés de la réussite d'un projet solaire thermique

Les clés de la réussite d'un projet solaire thermique PAEFORME DE FORMAION SOAIRE & BAIMEN es 5 à 7 de l écoconstruction es clés de la réussite d'un projet solaire thermique guillaume.pradier@ines-solaire.org 29 janvier 2015 1 Programme Présentation INES

Plus en détail

Procédure inter-régionale en cas d épidémie nosocomiale

Procédure inter-régionale en cas d épidémie nosocomiale Annexe Procédure inter-régionale en cas d épidémie nosocomiale Document validé par le Conseil Scientifique du C.CLIN-Ouest le 6 mai 2003 Principes généraux Les épidémie nosocomiales sont définies et prises

Plus en détail

NOTICE DE MONTAGE ET D ENTRETIEN. Adoucisseur Volumétrique / Electronique. Notice à conserver sans limite de durée

NOTICE DE MONTAGE ET D ENTRETIEN. Adoucisseur Volumétrique / Electronique. Notice à conserver sans limite de durée NOTICE DE MONTAGE ET D ENTRETIEN Adoucisseur Volumétrique / Electronique Notice à conserver sans limite de durée 120914 RI820178 IND A Photos non contractuelles F I. RECOMMANDATIONS IMPORTANTES... 3 II.

Plus en détail

Procédés écologiques de traitement du tartre et de filtration de l eau

Procédés écologiques de traitement du tartre et de filtration de l eau Procédés écologiques de traitement du tartre et de filtration de l eau Une eau dure, c est quoi? La dureté de l eau, encore appelé TH (abréviation de Titre Hydrotimétrique) représente sa teneur en ions

Plus en détail

Rôle du Médecin du Travail. interactions avec les différentes instances

Rôle du Médecin du Travail. interactions avec les différentes instances Risques liés aux Accidents Exposant au Sang : Rôle du Médecin du Travail & interactions avec les différentes instances Dr Martine Domart-Rançon Service de Santé au Travail Hôpital Européen Georges Pompidou

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES LEGIONELLA ET TOURS AEROREFRIGERANTES JUIN 2001 1 / 52

GUIDE DE BONNES PRATIQUES LEGIONELLA ET TOURS AEROREFRIGERANTES JUIN 2001 1 / 52 GUIDE DE BONNES PRATIQUES LEGIONELLA ET TOURS AEROREFRIGERANTES JUIN 2001 1 / 52 GUIDE DES BONNES PRATIQUES Legionella et tours aéroréfrigérantes Sans aucun préjudice des dispositions et réglementations

Plus en détail

VANNE D ÉQUILIBRAGE POUR RÉSEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE. Manuelle. Motorisée. Prévention et lutte. contre les légionelles

VANNE D ÉQUILIBRAGE POUR RÉSEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE. Manuelle. Motorisée. Prévention et lutte. contre les légionelles VANNE D ÉQUILIBRAGE POUR RÉSEAU D EAU CHAUDE SANITAIRE Manuelle Motorisée Prévention et lutte contre les légionelles GRK NET PRÉVENTION ET LUTTE CONTRE LES LÉGIONELLES LA SOLUTION POUR LA MAINTENANCE DES

Plus en détail

CODE GENERAL DES IMPÔTS, ANNEXE 4 Article 18 bis

CODE GENERAL DES IMPÔTS, ANNEXE 4 Article 18 bis CODE GENERAL DES IMPÔTS, ANNEXE 4 Article 18 bis Modifié par Arrêté du 30 décembre 2011 - art. 1 La liste des équipements, matériaux et appareils mentionnés au 1 de l'article 200 quater du code général

Plus en détail

A propos d un cas de légionellose nosocomiale

A propos d un cas de légionellose nosocomiale A propos d un cas de légionellose nosocomiale Dr. Mathé médecin hygiéniste HPGM (91) C. Houmaire, Ingénieur d Etudes Sanitaires (ARS DT 91) Prévention du risque infection en EHPAD 02 avril 2015 1 Légionellose

Plus en détail

AMENAGEMENT ET PRESCRIPTIONS TECHNIQUES DES SOUS-STATIONS

AMENAGEMENT ET PRESCRIPTIONS TECHNIQUES DES SOUS-STATIONS AMENAGEMENT ET PRESCRIPTIONS TECHNIQUES DES SOUS-STATIONS (Applicable principalement aux Promoteurs de bâtiments neufs) Indice Date Modifications A 12/04/2013 B 22/05/2013 Modifications mineures + Ajout

Plus en détail

CADRE DE DECOMPOSITION DES PRIX

CADRE DE DECOMPOSITION DES PRIX CADRE DE DECOMPOSITION DES CLIMTHERM - Bureau d'études Fluides - M. MISIURNY TOTAL CHAUFFAGE Chaudière gaz à condensation, puissance 700 kw avec brûleur modulant de 15 à 100 % avec rendement 110 % U 1

Plus en détail

Guide. pour la réalisation d une nouvelle construction ou d une transformation

Guide. pour la réalisation d une nouvelle construction ou d une transformation Guide pour la réalisation d une nouvelle construction ou d une transformation Introduction Cette brochure est destinée aux propriétaires et aux mandataires qui entreprennent une nouvelle construction ou

Plus en détail

La production d ECS Solaire Thermique Collective Centralisée Intervenant : Hervé SEBASTIA

La production d ECS Solaire Thermique Collective Centralisée Intervenant : Hervé SEBASTIA La production d ECS Solaire Thermique Collective Centralisée Intervenant : Hervé SEBASTIA 04/04/13 Production d ECS Solaire Thermique Collective Centralisée 1 SCC : principe de fonctionnement Capteurs

Plus en détail

La secrétaire d'etat à la santé et aux handicapés Direction générale de la santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins

La secrétaire d'etat à la santé et aux handicapés Direction générale de la santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins La secrétaire d'etat à la santé et aux handicapés Direction générale de la santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Arrêté du 17 octobre 2000 relatif au bilan annuel des activités

Plus en détail

HKSE ENGINEERING GmbH

HKSE ENGINEERING GmbH Unités CBT/ WBT Pratique de l atelier Titre et thème de l unité 1 22.1.1.08.1 Soudage au chalumeau Soudage de tubes, chois de positions de soudage, exercices pratiques 2 22.1.1.10.1 Travail de la tôle

Plus en détail

DE DETENTE. Modules. Débit des modules

DE DETENTE. Modules. Débit des modules GENERALITES MODULES DE DETENTE Modules Les modules de détente sont des centrales simplifiées. Ils sont constitués d une seule rampe de bouteilles et permettent une alimentation centralisée en gaz de plusieurs

Plus en détail

DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS DIRECTION GENERALE DE LA SANTE

DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS DIRECTION GENERALE DE LA SANTE DIRECTION GENERALE DE LA SANTE Sous-direction de la gestion des risques des milieux DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements

Plus en détail

Orientation professionnelle Plombier monteur en installation eau et gaz

Orientation professionnelle Plombier monteur en installation eau et gaz 0 Orientation professionnelle Plombier monteur en installation eau et gaz Date: 1-8 Elève 1. Titre de l' U.E. : 2. Matière / Classe : Pratique de l'atelier, 2 ème année de formation 3. Thèmes des séquences

Plus en détail

Toutes. Régulation précise de la température et corrosion nulle. Produits en acier inoxydable pour l industrie de transformation de la viande

Toutes. Régulation précise de la température et corrosion nulle. Produits en acier inoxydable pour l industrie de transformation de la viande MAKING MODERN LIVING POSSIBLE Produits pour l industrie de transformation de la viande Régulation précise de la température et corrosion nulle Précision, efficacité et sécurité du refroidissement sont

Plus en détail

MINISTERE DE L EMPLOI, DE LA COHESION SOCIALE ET DU LOGEMENT

MINISTERE DE L EMPLOI, DE LA COHESION SOCIALE ET DU LOGEMENT MINISTERE DE L INTERIEUR ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES MINISTERE DE L EMPLOI, DE LA COHESION SOCIALE ET DU LOGEMENT MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET

Plus en détail

Les Échangeurs multitubulaires - Heat line

Les Échangeurs multitubulaires - Heat line Le chauffage de l eau Les Échangeurs multitubulaires - Heat line www.piscinedunord.fr Echangeurs de chaleur Multitubulaire Application : Chauffage des piscines plein air ou intérieures à partir d un circuit

Plus en détail

ECOLE NATIONALE DE VOILE ET DES SPORTS NAUTIQUES

ECOLE NATIONALE DE VOILE ET DES SPORTS NAUTIQUES ECOLE NATIONALE DE VOILE ET DES SPORTS NAUTIQUES BEG ROHU 56510 SAINT PIERRE QUIBERON RENOVATION DES VESTIAIRES-SANITAIRES CADRE DE DÉCOMPOSITION DU PRIX GLOBAL FORFAITAIRE C.D.P.G.F. LOT N 7 PLOMBERIE

Plus en détail

Entretien du matériel Tâches spécifiques

Entretien du matériel Tâches spécifiques Entretien du matériel Tâches spécifiques Service hygiène - 2015 Gestion et entretien des matelas à eau Principe du matelas à eau Matelas compartimenté, recevant de l eau tiède (37 ) à un niveau indiqué

Plus en détail

Exposition au plomb d origine hydrique. Quelques indicateurs

Exposition au plomb d origine hydrique. Quelques indicateurs Exposition au plomb d origine hydrique Quelques indicateurs PLOMB ET SANTE Plomb et environnement Le plomb est présent dans de nombreux minéraux sous forme de composés tels que la galène (sulfure de plomb),

Plus en détail

Qualité de l eau de dialyse en réanimation médicale

Qualité de l eau de dialyse en réanimation médicale Qualité de l eau de dialyse en réanimation médicale RENAUDIN C. - Infirmière, ROUSSEAU M. - Cadre Infirmier, Tirot P. - Praticien hospitalier : Service réanimation médicale, BETTON M.C. - Technicienne

Plus en détail

Le vrai filtre Bernoulli Design Suédois par Bernoulli System

Le vrai filtre Bernoulli Design Suédois par Bernoulli System Le vrai filtre Bernoulli Design Suédois par Bernoulli System Un phenomene p L e n t r e p r i s e L entreprise, Bernoulli System AB fut la première à exploiter le principe de Bernoulli pour la filtration

Plus en détail

Juin 2006: Réseau National Biofilm. Quelles techniques de traitement des légionelles en réseau d eau chaude sanitaire? 1

Juin 2006: Réseau National Biofilm. Quelles techniques de traitement des légionelles en réseau d eau chaude sanitaire? 1 Juin 2006: Réseau National Biofilm Quelles techniques de traitement des légionelles en réseau d eau chaude sanitaire? 1 Les légionelles: quelques rappels Bactéries Gram -, origine naturelle hydrotellurique,

Plus en détail

Listing des travaux commandés (hors entretien) lors du précédent marché de 2011 à 2014

Listing des travaux commandés (hors entretien) lors du précédent marché de 2011 à 2014 Accord-cadre de services relatif à l entretien, au dépannage et à l amélioration des installations de chauffage, de production d eau chaude et de sanitaire-plomberie pour les bâtiments relevant du patrimoine

Plus en détail

Termix VVX Compact 28 Module de Chauffage urbain indirect et production instantanée d Eau Chaude Sanitaire

Termix VVX Compact 28 Module de Chauffage urbain indirect et production instantanée d Eau Chaude Sanitaire Termix VVX Compact 28 Module de Chauffage urbain indirect et production instantanée d Eau Chaude Sanitaire Table des matières Déclaration de conformité... 2 Remarques de sécurité... 3 Stockage... 3 Mise

Plus en détail

Réseaux de plomberie de l immeuble : eau, gaz

Réseaux de plomberie de l immeuble : eau, gaz Fiche technique Réseaux de plomberie de l immeuble : eau, gaz 2 5 6 7 Connaître Réseau d eau froide Réseau d eau chaude Réseau de gaz Regarder Réseau d eau Entretenir & améliorer Contrat d'entretien Remplacement

Plus en détail

Nuit & jour : DE L'EAU. AQUAFIT Le mitigeur monocommande innovant pour plus de sécurité et d'hygiène

Nuit & jour : DE L'EAU. AQUAFIT Le mitigeur monocommande innovant pour plus de sécurité et d'hygiène Nuit & jour : DE L'EAU POTABLE HYGIÉNIQUE AQUAFIT Le mitigeur monocommande innovant pour plus de sécurité et d'hygiène Protection et hygiène maximales De l'eau potable de qualité, garantie dans toutes

Plus en détail

MARCHE DE TRAVAUX A BONS DE COMMANDE. sur bordereaux de prix unitaires

MARCHE DE TRAVAUX A BONS DE COMMANDE. sur bordereaux de prix unitaires MARCHE DE TRAVAUX A BONS DE COMMANDE sur bordereaux de prix unitaires CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) LOT 14 - PLOMBERIE Marché à bon de Travaux «LOT 14 Plomberie» Page 1 Sommaire DESCRIPTION

Plus en détail

INSTALLATION CHAUFFE-EAU SOLAIRE A 2 ECHANGEURS NASH TEC (200 à 1000 litres)

INSTALLATION CHAUFFE-EAU SOLAIRE A 2 ECHANGEURS NASH TEC (200 à 1000 litres) INSTALLATION CHAUFFE-EAU SOLAIRE A 2 ECHANGEURS NASH TEC (200 à 1000 litres) Boîtier de programmation de la chaudière au fioul + chaudière et son brûleur Entrée du fluide caloporteur MPG(en provenance

Plus en détail

Communiqué de presse. Vue d ensemble des produits. Schaffhausen 21 janvier 2014

Communiqué de presse. Vue d ensemble des produits. Schaffhausen 21 janvier 2014 Communiqué de presse Schaffhausen 21 janvier 2014 Vue d ensemble des produits Sous le thème «l eau relie», GF Piping Systems présentera à l occasion du salon Swissbau 2014, qui se tiendra du 21 au 25 janvier

Plus en détail

Extinction automatique à eau Système Sprinklers. La corrosion. Sommaire. Les types de corrosion et leurs caractéristiques d évolution.

Extinction automatique à eau Système Sprinklers. La corrosion. Sommaire. Les types de corrosion et leurs caractéristiques d évolution. Extinction automatique à eau Système Sprinklers La corrosion Sommaire Les types de corrosion et leurs caractéristiques d évolution. Les règles et précautions à mettre en œuvre pour limiter la corrosion.

Plus en détail

OBJET : APPEL AUX FORMATEURS LES TOURS DE REFROIDISSEMENT À L EAU ET LEURS CONSÉQUENCES SUR LA SANTÉ ET SUR L ENVIRONNEMENT

OBJET : APPEL AUX FORMATEURS LES TOURS DE REFROIDISSEMENT À L EAU ET LEURS CONSÉQUENCES SUR LA SANTÉ ET SUR L ENVIRONNEMENT Formation continue OBJET : APPEL AUX FORMATEURS LES TOURS DE REFROIDISSEMENT À L EAU ET LEURS CONSÉQUENCES SUR LA SANTÉ ET SUR L ENVIRONNEMENT MISE EN CONTEXTE DE LA FORMATION L Ordre des chimistes du

Plus en détail

Risque lié aux légionelles

Risque lié aux légionelles fiche n 1 DDASS-DRASS Midi-Pyrénées Février 2007 Risque lié aux légionelles QU EST-CE QU UNE LÉGIONELLOSE? La légionellose est une infection provoquée par des bactéries vivant dans l eau du genre Legionella,

Plus en détail

Cahier des charges de la plateforme pédagogique. Formation «Installation solaire collective de production d'eau chaude sanitaire»

Cahier des charges de la plateforme pédagogique. Formation «Installation solaire collective de production d'eau chaude sanitaire» Cahier des charges de la plateforme pédagogique Formation «Installation solaire collective de production d'eau chaude sanitaire» Février 2014 Préambule Les déroulés pédagogiques établis par les professionnels

Plus en détail