FIDELITY Publication 2013 Passer à l action : comment investir et quel investissement choisir?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FIDELITY Publication 2013 Passer à l action : comment investir et quel investissement choisir?"

Transcription

1 Pour l investisseur privé FIDELITY Publication 2013 Passer à l action : comment investir et quel investissement choisir?

2

3 Une philosophie de l investissement basée sur la connaissance Fidelity Worldwide Investment est l un des plus gros intervenants du monde dans le domaine des stratégies actives d investissement et des régimes de retraites pour les clients professionnels, les entreprises et les particuliers. La société gère actuellement un portefeuille d actifs de *289 milliards de dollars américains. Fidelity a opté pour une politique d investissement active : nous sommes convaincus que c est par une connaissance indépendante et approfondie des actifs que passe la valeur ajoutée. La société dispose à cet effet de centaines de chercheurs et analystes dans le monde entier. C est sur la base de leurs travaux que nos gestionnaires de portefeuille sélectionnent les entreprises les plus prometteuses. La philosophie de Fidelity en matière d investissement repose sur la connaissance de milliers d entreprises représentant plus de 95 % du marché boursier mondial. Pour les actions, cela signifie que l investissement n est pas dominé par une vision unique. C est sur la base des recherches de nos analystes que les gestionnaires de portefeuille décident de l approche à adopter et sélectionnent les investissements appropriés. Pour les obligations, les investissements sont ventilés sur diverses * Données au TABLE DES MATIÈRES Gestion d actifs Une philosophie 3 Comment investir? 5 Où investir? 6 La renaissance de l Occident 7 Démographie 8 L art de la politique monétaire 9 Conclusion 10 Colophone Production: Fidelity Worldwide Investment, RedactiePartners (FD Mediagroep), Geert Dekker, Nick Armet, Mariska Schotman. Source: plusieurs publications écrites par Fidelity. 3

4 sources de revenus, les stratégies pouvant varier en fonction des catégories d actifs et de la durée du placement. Là aussi, les décisions du gestionnaire de portefeuille sont basées sur son expertise et son intime conviction, la maîtrise des risques étant le fil conducteur de la composition du portefeuille. Fidelity applique ici entre autres le principe ERC (equal risk contributions), ce qui signifie que le facteur déterminant lors de la pondération d une certaine catégorie de titres dans un portefeuille n est pas le rendement de cette catégorie mais le risque que cette catégorie ou ce titre présente. Les origines de Fidelity Bien que les origines de Fidelity se trouvent aux États-Unis, c est pour servir les marchés européens et asiatiques que l entreprise fut fondée en Plus de quarante ans plus tard, le fichier clientèle compte quelque 7 millions d institutions et de particuliers. L échelle à laquelle opère Fidelity et sa présence locale sur les marchés importants lui permettent de se distinguer. Nos analystes et gestionnaires de fonds sont basés entre autres à Londres, Paris, Francfort, Milan, Bombay, Singapour, Hong- Kong, Shanghai, Taipei, Séoul, Sydney, Tokyo, Sao Paulo et aux Bermudes. Construction du portefeuille Sélection des titres Valorisation Recherches fondamentales Autonomie et indépendance Fidelity a un actionnariat privé, essentiellement détenu par ses propres dirigeants, ce qui en fait une organisation autonome et indépendante, parfaitement libre d opter pour une stratégie à long terme. Les dizaines d années d expérience de Fidelity, l ampleur de l organisation et son expertise expliquent la position unique que cette éminente société de gestion de patrimoines occupe sur le marché. 4

5 Comment investir? L incertitude perd du terrain Les marchés boursiers ont été à partir de 2007 dominés par une série de crises. Crise du crédit, crise bancaire et crise de la dette dans la zone euro ont débouché sur une récession économique, entraînant une chute des revenus et une flambée du chômage. Le doute s est largement installé quant aux fondements économiques, politiques et financiers de la société dans son ensemble. Une telle incertitude ne s était plus manifestée depuis la Grande Dépression des années trente du siècle dernier, et cette incertitude s est emparée des marchés des capitaux. La formation des cours semblait ne plus dépendre que des aléas macroéconomiques et le lien entre la valeur des actions et l économie réelle avait tendance à s estomper. Mais cette «dictature de l incertitude» montre aujourd hui des signes qui semblent annoncer sa fin prochaine. Les interventions des banques centrales ne suscitent plus de réactions aussi vives et les économies et marchés retrouvent leur propre rythme. En 2013, l investissement est redevenu une question de choix. L évolution des cours est de nouveau beaucoup plus influencée par les différences entre régions, pays, secteurs et entreprises. Agir ou attendre? Fidelity a la conviction que l heure est à la gestion active des investissements. L attentisme est désormais sanctionné. Une gestion active permet d éviter les risques de chute des cours et de volatilité. Les opportunités sont de surcroît en train de se multiplier. C est sur base de la recherche de centaines d analystes qui suivent de très près des milliers d entreprises que nos gestionnaires de portefeuille sélectionnent les actions les plus prometteuses. Et ils choisissent de façon active! 5

6 Où investir? Deux marchés, deux vitesses Lorsque l incertitude au niveau macro perd du terrain, le choix de la gestion active s impose à la raison. Mais comment choisir? Quelles opportunités la gestion active met-elle à la portée de notre main? Quels sont les dangers à éviter? Pour répondre à ces questions, il convient en premier lieu de comprendre que nous vivons dans un monde à deux vitesses. Tandis que les économies développées stagnent, les économies émergentes poursuivent sur la voie de la croissance. Marchés émergents : croissance par étapes Nous assisterons très probablement au cours des dix prochaines années à un glissement du pouvoir, de l influence et de la puissance économique des pays développés (avec leurs dettes) vers les marchés émergents. La crise du crédit aura été le moment charnière : alors que les économies développées stagnaient, la croissance se poursuivait en Asie, en Amérique latine et dans un groupe restreint de pays africains. La croissance des économies émergentes ne sera plus à deux chiffres, comme entre 2003 et 2008, mais la Chine et le Brésil, avec des taux de croissance de 5 à 8%, revendiquent à juste titre un rôle de grande puissance dans l économie mondiale. Faut-il alors tout investir dans les marchés émergents? La conclusion serait prématurée. Les marchés ne progressent que rarement en ligne droite et de nombreux signes montrent que l évolution des économies émergentes sera très diversifiée. Nous constatons aujourd hui qu une économie chinoise exclusivement basée sur l exportation conduit à des déséquilibres. Le développement économique de «l empire du Milieu» doit être réorienté sur le marché domestique de la consommation, réorientation rendue possible par la forte augmentation des salaires, surtout depuis Cela n entraînera pas seulement un ralentissement de la croissance économique mais en modifiera également la composition. La demande chinoise en matières premières diminuera, tandis que l on assistera à une augmentation de la demande en biens de consommation, tant d importation que Augmentation de la diversité régionale Marchés émergents de l Asie Marchés émergents de l Europe, du Moyen-Orient et de l Afrique Marchés émergents de l Amérique latine «made in China». Les conséquences de cette évolution seront considérables pour les pays qui entretiennent d étroites relations commerciales avec la Chine. Anticiper sur les tendances de demain Les divers pays émergents affichent d importantes différences structurelles. La notion de pays BRIC* est aujourd hui dépassée : les économies brésilienne, russe, indienne et chinoise évoluent dans des directions tellement différentes qu elles ne peuvent plus être considérées comme formant un même bloc. Les facteurs politiques et socioculturels occupent ici le devant de la scène. La qualité des législations et réglementations, du contrôle exercé et de la gouvernance d entreprise revêt une importance majeure dans l efficacité et la rentabilité des marchés boursiers des économies émergentes. Et les écarts entre les pays Source: Datastream ont plus tendance à se creuser qu à se combler. La complexité des circonstances dans les économies émergentes ne leur permettent donc plus de former un bloc homogène. Par conséquent, il est aujourd hui déconseillé d investir de façon passive, par exemple dans les indices, car cela ne permet pas d exclure les facteurs de risques spécifiques. L investissement actif est en revanche basé sur le potentiel futur des entreprises et non sur l extrapolation des tendances passées, comme c est le cas pour la méthode passive. Les actions sont sélectionnées sur la base d une recherche fondamentale qui tient compte de facteurs spécifiques au marché et à l action. Telle est, selon Fidelity, la meilleure stratégie pour investir sur les marchés émergents. * Fidelity In Perspective: Emerging Markets: The Free Lunch is over: It s time to get active in Emerging Markets, November

7 Marchés développés : la renaissance de l Occident Les économies occidentales sont en train de déblayer les décombres laissées par la crise financière. Selon les prévisions, ce processus devrait durer encore plusieurs années. La réduction de la dette est au cœur des préoccupations, tant chez les particuliers qu au sein des institutions financières et des pouvoirs publics. Quelle sera la réaction de ces derniers? Vont-ils opter pour un financement de la dette par la planche à billets, comme le font les États-Unis, ou pour sa réduction par l austérité, comme avaient commencé de le faire les pays européens? Dans les deux cas, la réduction de la dette est une question d équilibre. Faire tourner la planche à billets ne fonctionne que si la croissance économique est au rendez-vous, mais le danger de l inflation reste toujours en embuscade. Se serrer la ceinture a au contraire pour effet de freiner la croissance. Divers pays européens optent donc maintenant pour une combinaison entre la planche à billet et la ceinture. Quoi qu il en soit, les analystes sont d accord sur le fait que la réduction de la dette restera encore longtemps un facteur déterminant pour le développement économique des pays occidentaux. Renaissance industrielle Les investisseurs doivent-ils pour autant tourner le dos à l Occident? Là aussi, la conclusion serait prématurée car la situation financière des entreprises est saine dans l ensemble en Occident, où les économies sont innovantes et techniquement très avancées. 70 % des dépenses mondiales en recherche et développement sont à mettre sur le compte des économies occidentales. Des 50 entreprises les plus innovantes, 44 sont implantées dans des pays développés. Par ailleurs, les marques les plus performantes sont également pour la plupart originaires de l Occident. Qu il s agisse du secteur alimentaire, des soins corporels, des biens de luxe ou de l automobile, les entreprises européennes jouissent d une excellente réputation en matière de qualité. À cela s ajoutent encore l évolution de l onshoring (le rapatriement de la production autrefois délocalisée) et de l exploitation des gaz de schiste. Les réserves américaines exploitables en gaz de schiste sont par exemple quatre fois supérieures à celles de l Arabie saoudite. Les prix de l énergie ont déjà chuté aux États-Unis, ce dont la compétitivité de l économie américaine ne peut que profiter. Les attentes sont considérables : l exploitation du gaz de schiste se traduirait dès 2020 par une augmentation du PIB de 2 à 3 points. Tous ces facteurs montrent clairement qu une renaissance industrielle est loin d être improbable dans les économies développées. 7

8 Où investir? Démographie et inflation, les maîtres du jeu Outre un monde à deux vitesses, deux autres facteurs dominants à moyen et à long terme méritent notre attention : l évolution démographique, moteur de la croissance économique, et la menace de l inflation. Des tendances démographiques lourdes de conséquences Comment les gens vivent-ils, quelle est leur espérance de vie, où habitent-ils et où dépensent-ils leur argent? Les réponses à ces questions revêtent pour les investisseurs une importance capitale. Les conséquences de l évolution démographique* sont en effet complexes. Ce sont de façon générale surtout les secteurs des biens de consommation et des soins de santé qui pourront profiter de l évolution démographique actuelle. La pyramide des âges d une population et sa répartition géographique (domicile, travail) sont souvent considérés comme étant le moteur de l évolution à long terme sur les marchés boursiers. Dans les économies développées, la question démographique centrale est celle du vieillissement. La prospérité et l amélioration des systèmes de soins de santé ont débouché sur une réduction à la fois de la mortalité et de la natalité. Le vieillissement de la population conduit à sa contraction, comme on le constate au Japon, et cette tendance aura pour conséquence une contraction de l économie nippone. Pour les investisseurs, le Japon restera alors probablement un marché où la sélection des titres devra être prudente et tactique. En Occident, le départ à la retraite des enfants du baby-boom se traduit sur les Grande partie de la population âgée de 60 ans ou plus Population de 60 ans ou plus % de la population entière Monde Pays plus développés Pays moins développés Source: Nations Unies, World Population Ageing ; Population Ageing and Development 2012 marchés boursiers par la manifestation d un intérêt croissant pour les placements générateurs de revenus, c est-à-dire les obligations et les actions distributrices de dividendes. L époque où le seul objectif était l augmentation du patrimoine est révolue : le capital doit aujourd hui générer la pension de retraite souhaitée. Boom de population active Les économies émergentes se trouvent dans une situation totalement différente. En Inde, au Brésil, en Russie et en Turquie, une population jeune et en pleine croissance crée un fantastique potentiel d investissement. Ces pays atteindront bientôt le sommet de la vague en ce qui concerne l ampleur relative de leur population active (les 15 à 64 ans), tandis que le pouvoir des consommateurs continue de s accroître. Cela est également vrai pour la Chine, mais ce pays s est placé dans une situation tout à fait particulière du fait de sa politique de l enfant unique. C est en effet à une génération d enfants uniques qu incombera plus tard la tâche de nourrir deux parents retraités. Exode rural La ruée vers les villes est une deuxième tendance démographique dont l impact sur les économies émergentes est considérable. L exode rural y prend souvent la forme de migrations de masse. Au cours des 20 prochaines années, la population urbaine du monde augmentera selon les prévisions de 700 millions à 1 milliard d individus, avec toutes les pressions que cela suppose pour les infrastructures. Routes, voies ferrées, réseaux de distribution d eau et d électricité et télécommunications devront être élargis ou construits. Le rôle du secteur privé dans le financement de ces infrastructures prend chaque jour plus l importance. L Inde en est le meilleur exemple. Il s agit d une des économies qui connaît le rythme de croissance le plus rapide du monde, rythme que les infrastructures n ont pas pu suivre. Le gouvernement indien a annoncé des plans d investissement dans les infrastructures pour un montant de 500 milliards de dollars américains. Le secteur de l énergie et des transports absorbe à lui seul 60 % de ce budget. * Fidelity Analyst Survey 2013: Investment thinking for tomorrow s world, January

9 L inflation : l art de la politique monétaire L inflation et la peur de l inflation sont des thèmes omniprésents sur les marchés boursiers. Les centaines de milliards de dollars et d euros injectés par les banques centrales dans l économie pour éviter son effondrement sont suspendus au-dessus des marchés comme une épée de Damoclès. Comment les investisseurs peuvent-ils en tenir compte? Les mesures des banques centrales ont débouché sur une augmentation substantielle de la masse monétaire. Tant que les banques et les gouvernements conservent cet argent, la situation reste contrôlable. Mais s il est mis en circulation, l inflation s envolera. Peut-on l éviter? Il faudra pour cela maîtriser tout l art de la politique monétaire. Il appartient à la banque centrale de décider du moment où l économie aura suffisamment repris pour que l argent prêté aux banque puisse être effectivement mis en circulation. La banque centrale réclamera alors le remboursement des prêts consentis aux institutions financières et la masse monétaire se réduira. Si la banque centrale prend cette décision trop tôt, elle étouffera la reprise économique dans l œuf. Si elle le fait trop tard, l inflation prendra le dessus. Ce sont des considérations similaires qu il convient de faire pour choisir le moment où les obligations d État acquises peuvent être remises sur le marché. L économie ne se réduit pas à la théorie* La mesure dans laquelle les marchés font confiance aux banques centrales est un facteur que les investisseurs ne doivent jamais perdre de vue. Personne ne doute des excellentes connaissances théoriques des décideurs quant au timing à observer. Mais les investisseurs savent aussi que l économie n est pas un exercice théorique. La pratique est complexe, parfois même chaotique. Les banques centrales sont-elles vraiment en mesure de prendre les bonnes décisions dans des circonstances difficiles? À l heure où nous écrivons, les prévisions quant à l inflation à moyen terme montrent que cette confiance existe bel et bien. Lorsque les risques augmentent, les placements fortement liés à l inflation offrent une bonne protection. Les matières premières sont les valeurs les plus étroitement liées à l inflation, suivies de l immobilier. Les investissements dans les ressources naturelles (pétrole, gaz, eau et bois) peuvent également suivre de près les fluctuations de prix, tandis que les infrastructures sont aussi une catégorie d investissements envisageable. * Fidelity Analyst Survey 2013: Investment thinking for tomorrow s world, January

10 Conclusion Investir en 2013 est une question de choix. Si, au cours de ces dernières années de crise mondiale, les marchés ont été essentiellement dominés par une grande incertitude, de nombreux signes montrent aujourd hui que les entreprises et les états sont en train de se libérer de ce joug. Mais quels pays et quelles entreprises? Une gestion active basée sur la recherche fondamentale est impérative pour pouvoir faire les bons choix en matière d investissement. Ce ne sont pas les opportunités qui manquent, tant dans les marchés émergents que dans les économies développées. Beaucoup fixent bien sûr leur attention sur la Chine, deuxième économie du monde. La transition décidée d une économie de la production à une économie de la consommation aura des conséquences très importantes pour les exportateurs. L évolution de la gouvernance d entreprise est également à surveiller de près, tant en Chine que sur les autres marchés émergents. Quelles sont les entreprises capables d offrir les garanties et l engagement envers les actionnaires que les investisseurs occidentaux attendent? Les économies occidentales semblent à présent être paralysées par la stagnation. Mais celui qui y regarde de plus près verra que de solides bases subsistent : la course à la compétitivité n a pas vraiment faibli, basée sur la technologie, l innovation et le talent commercial. La poursuite du gel des salaires et les perspectives ouvertes par l extraction du gaz de schiste sont également des coups de pouce très utiles à l occident. Faut-il s inquiéter de l évolution démographique et de la menace d inflation? Fidelity préfère souligner que ces deux points sont surtout générateurs d opportunités pour les investisseurs, et cela est valable pour pratiquement tous les développements survenus ces derniers mois. L époque où les marchés ne réagissaient qu aux signaux liés aux incertitudes macropolitiques est révolue. Investir en 2013, c est croire au potentiel futur des actions individuelles. Et la gestion active permet de mettre à jour ce potentiel. Telle est l intime conviction de Fidelity. 10

11 11

12 Où trouvez-vous Fidelity? FIL (Luxembourg) S.A. Belgian Branch Yannick Nelissen Grade, Sales Director Rue des Colonies 11 B-1000 Bruxelles T E Sauf cas contraire, toutes les opinions communiquées sont celles de Fidelity. Cette information n est pas destinée et ne peut être utilisée par des résidants au Royaume Uni ou aux Etats-Unis ; elle s adresse uniquement aux personnes qui sont domiciliées dans un pays ou territoire où la distribution des compartiments mentionnés est autorisée, ou dans lesquels cette autorisation n est pas exigée. Fidelity/Fidelity Worldwide Investment signifie FIL Limited, et ses filiales. Les actifs et ressources se rapportent au 31/03/13. Chiffres non audités. La mention de certaines valeurs dans ce document n est qu à titre illustratif et ne représente aucune incitation à l achat ou à la vente de celles-ci. Les investisseurs sont aussi conseillés de tenir compte qu il est bien possible que les avis donnés dans ce document ne sont plus valables ou ont déjà influencé les décisions de Fidelity. Les recherches et analyses mentionnées ici sont effectuées par Fidelity à l usage des gérants. Fidelity fournit uniquement des informations sur ses produits et n émet pas de recommandations d investissement fondées sur des circonstances spécifiques. Publié par FIL (Luxembourg) S.A., autorisée et supervisée par la CSSF (Commission de Surveillance du Secteur Financier). SSL / FRS

FIDELITY Publication 2013 Passer à l action : comment investir et quel investissement choisir?

FIDELITY Publication 2013 Passer à l action : comment investir et quel investissement choisir? Seulement pour l investisseur professionnel FIDELITY Publication 2013 Passer à l action : comment investir et quel investissement choisir? Avantpropos FIDELITY Worldwide Investment 2013 Fidelity Worldwide

Plus en détail

Stratégie de placement

Stratégie de placement Très défensif ingsstrategie Climat d investissement Taux directeur : évolution et prévisions États-Unis 1,5 UEM 0,5 10-2010 10-2011 10-2012 10-2013 10-2014 10-2015 Taux à dix ans : évolution et prévisions

Plus en détail

LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE

LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE Le 20 janvier 2011 LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE ***La confiance des marchés asiatiques se rapproche de son niveau d avant la crise***

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2015 asdf Nations Unies New York, 2015 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial La croissance mondiale progressera légèrement

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014 LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie DONNÉES au 30 juin 2014 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance épargne Pension AEP - Assurance épargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

PRINCIPALES NOUVELLES

PRINCIPALES NOUVELLES Semaine clôturée le vendredi 16 octobre 2015 PRINCIPALES NOUVELLES : Les marchés boursiers mondiaux ont clôturé la semaine en hausse, parce que les faibles statistiques économiques en provenance de la

Plus en détail

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS CONFÉRENCE À L'ASSOCIATION DES ÉCONOMISTES QUÉBÉCOIS COLLOQUE SUR LA CONJONCTURE ÉCONOMIQUE DE LA RÉGION DE QUÉBEC Pierre Fournier

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2014. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2014. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2014 asdf Nations Unies New York, 2014 Résumé Les perspectives macro-économiques mondial La croissance mondiale a été plus faible que prévue en 2013, mais

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Perspectives économiques et boursières

Perspectives économiques et boursières Perspectives économiques et boursières Michel Lagier Chief Investment Strategist BANQUE PRIVÉE Monnaie virtuelle: franc succès, 2 milliards de dollars de Bitcoins en circulation $194 Tulipomanie Hollande

Plus en détail

CHAPITRE 9 L ÉPARGNE

CHAPITRE 9 L ÉPARGNE CHAPITRE 9 L ÉPARGNE LA NOTION D EPARGNE Définition Pour Bohm-Bawerk, l épargne s analyse comme la renonciation immédiate. Pour Keynes, l épargne est un résidu de revenu quand les besoins de consommation

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012

Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012 COMMUNIQUÉ N o : 2 Croissance du secteur passagers et décroissance du fret aérien en 2012 31 janvier 2013 (Genève) L Association du transport aérien international (IATA) a publié ses statistiques de trafic

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Rétrospective 2014. Performance des principaux indices en 2014 12.01.2014

Rétrospective 2014. Performance des principaux indices en 2014 12.01.2014 Rétrospective 2014 Comme attendu, l année 2014 n a pas été de tout repos pour les investisseurs. Une fois de plus les bonnes et surtout les moins bonnes surprises auront mis nos nerfs à rude épreuve en

Plus en détail

II. Commerce des marchandise

II. Commerce des marchandise II. Commerce des marchandise En, le commerce des marchandises a augmenté de 14 pour cent en volume. Parmi les grands groupes recensés, ce sont les produits manufacturés qui affichent la croissance la plus

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

Perspective des marchés financiers en 2015

Perspective des marchés financiers en 2015 Perspective des marchés financiers en 2015 20/01/2015 14 ème édition 1 2 BIENVENUE! 3 Nouveautés Fortuneo Le PEA-PME 4 Nouveautés Fortuneo Les Portefeuilles Types 3 profils à suivre : prudent, équilibré

Plus en détail

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique NOUS CONNAISSONS LA CULTURE LOCALE, LES GENS, LES ENTREPRISES UN MONDE D OCCASIONS VOUS ATTEND Pourquoi investir à l échelle mondiale? Plus

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

Amérique Latine : bilan et perspectives

Amérique Latine : bilan et perspectives Amérique Latine : bilan et perspectives Conférence de M. Jacques de Larosière pour le colloque organisé par le CFCE et l Institut des Hautes Etudes de l Amérique Latine (Paris, le 21 mars 2001) L économie

Plus en détail

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 29 JUIN 2012

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 29 JUIN 2012 LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 29 JUIN 2012 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance Epargne Pension AEP - Assurance Epargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique Investissements En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique NOUS CONNAISSONS LA CULTURE LOCALE, LES GENS, LES ENTREPRISES UN MONDE D OCCASIONS VOUS ATTEND Pourquoi investir à l échelle

Plus en détail

Un meilleur raisonnement pour les marchés modernes

Un meilleur raisonnement pour les marchés modernes Un meilleur raisonnement pour les marchés modernes RÉSERVÉ À L USAGE DES COURTIERS Réunir NexGen et Natixis Les conseillers connaissaient la Société financière NexGen pour sa gamme diversifiée d investissements

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

Investir dans un contexte de déséquilibres économiques mondiaux

Investir dans un contexte de déséquilibres économiques mondiaux Investir dans un contexte de déséquilibres économiques mondiaux Le 1 er avril 2011 Vincent Lépine Vice-président Répartition globale de l actif et gestion des devises Agenda A Déséquilibres mondiaux croissants

Plus en détail

5 prévisions pour 2015

5 prévisions pour 2015 Mars 2015 Wim Meulemeester Expert placements L année 2014 a été une année surprenante en termes de placements. Même si un taux faible correspondait aux attentes, de nombreux experts ont été étonnés de

Plus en détail

Dynamique des exportations de biens et de services du Québec sur les marchés extérieurs

Dynamique des exportations de biens et de services du Québec sur les marchés extérieurs Dynamique des exportations de biens et de services du Québec sur les marchés extérieurs Table des matières En bref 1 Une stagnation des exportations au cours des années 2000 1 Un recul majeur sur le marché

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

Un fonds d obligations mondiales «pour tous les temps», capable de tirer son épingle du jeu dans toutes les conditions de marché

Un fonds d obligations mondiales «pour tous les temps», capable de tirer son épingle du jeu dans toutes les conditions de marché un méthode différente pour contrer la volatilité des marchés Fonds à revenu stratégique Manuvie* *Aussi offert : Catégorie de revenu stratégique Manuvie Un fonds d obligations mondiales «pour tous les

Plus en détail

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques Economie et Marchés : Bilan 2010 et Perspectives 2011 Paris, le 27 décembre 2010 ECONOMIE Tendances 2010 : poursuite de la reprise dans les pays développés, signes de surchauffe dans certains pays émergents

Plus en détail

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises?

Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? Exclusif : Opportunités en temps de crise, quels défis pour les entreprises? En marge du salon «Outsourcing & IT Solutions 2009», le cabinet Ernst & Young a présenté les résultats de l étude intitulée

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Aux Etats-Unis, la crise des Subprime engendrée par la mévente ou, au mieux, par la cession, à de faibles prix, de millions d habitations

Plus en détail

Tendances mondiales des salaires: la grande convergence?

Tendances mondiales des salaires: la grande convergence? Tendances mondiales des salaires: la grande convergence? Patrick Belser Salaires moyens La crise financière et économique a approximativement réduit de moitié la croissance des salaires à l échelle mondiale

Plus en détail

UFF PRESENTE UFF OBLICONTEXT 2021, NOUVEAU FONDS A ECHEANCE D OBLIGATIONS INTERNATIONALES, en partenariat avec La Française AM

UFF PRESENTE UFF OBLICONTEXT 2021, NOUVEAU FONDS A ECHEANCE D OBLIGATIONS INTERNATIONALES, en partenariat avec La Française AM COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 13 JANVIER 2015 UFF PRESENTE UFF OBLICONTEXT 2021, NOUVEAU FONDS A ECHEANCE D OBLIGATIONS INTERNATIONALES, en partenariat avec La Française AM UFF Oblicontext 2021 est un

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS FINANCE FONDS DE FONDS A PLUS DYNAMIQUE A PLUS PATRIMOINE A PLUS TALENTS A PLUS OBLIGATIONS RAPPORT DE AU 31-12-2014 COMMENTAIRE DE 2 e SEMESTRE 2014 L année 2014 aura été marquée par des performances

Plus en détail

Objectif Rendement. Idées clés. Février 2015 PERSPECTIVES

Objectif Rendement. Idées clés. Février 2015 PERSPECTIVES PERSPECTIVES Objectif Rendement Février 2015 Idées clés Chez Pioneer Investments, nous avons mené une étude approfondie des grandes tendances à l'origine de la forte demande de solutions d'investissement

Plus en détail

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu Généralités La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu l environnement dans lequel opèrent les pays en développement plus difficile et incertain. Depuis quelques mois, la

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

25 Novembre 2010 Nobody s Unpredictable

25 Novembre 2010 Nobody s Unpredictable Les Français et l économie 25 Novembre 2010 Nobody s Unpredictable Fiche technique Sondage effectué pour : Lire la Société et le Ministère de l Economie, des Finances et de l Industrie Echantillon : 1

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015

La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015 PERSPECTIVES La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015 Depuis le début de l année 2015, de nombreuses banques centrales à travers le monde ont abaissé leur taux d intérêt ou pris d autres

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE

11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE 11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE L ÉCONOMIE CHINOISE Chine Principaux indicateurs, 2014 Population (en millions) 1 367,8 PIB (en G$ US courants) 10 380,4 PIB par habitant (en $ US courants) 7 589,0

Plus en détail

HSBC World Selection Diversifier vos investissements en un seul placement

HSBC World Selection Diversifier vos investissements en un seul placement HSBC World Selection Diversifier vos investissements en un seul placement Une gamme composée de 5 fonds diversifiés La gamme HSBC World Selection (1) est composée de 5 fonds afin de correspondre aux différents

Plus en détail

Point de vue VERSION 1. De démographie et d économie

Point de vue VERSION 1. De démographie et d économie VERSION 1 sur la dynamique sur économique le marché du mondiale pétrole Février 2015 De démographie et d économie Nous voici au moment où les premiers baby boomers sont à l âge de prendre leur retraite.

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Recrutement financier : état des lieux et perspectives

Recrutement financier : état des lieux et perspectives AUSTRALIA BELGIUM FRANCE HONG KONG IRELAND JAPAN LUXEMBOURG NETHERLANDS NEW ZEALAND SINGAPORE SOUTH AFRICA UK USA Recrutement financier : état des lieux et perspectives Antoine Morgaut - 17/03/2009 1 Sommaire

Plus en détail

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie SYNTHÈSE Trois grandes tendances mondiales Transnationalisation La géographie de l économie mondiale du savoir connaît de profonds bouleversements depuis plusieurs décennies. L innovation et la recherche

Plus en détail

Aperçu du rôle que tient EDC dans le succès canadien à Hong Kong et en Chine élargie

Aperçu du rôle que tient EDC dans le succès canadien à Hong Kong et en Chine élargie Aperçu du rôle que tient EDC dans le succès canadien à Hong Kong et en Chine élargie Exportation et développement Canada Juin 2012 Quelques mots sur EDC Organisme de crédit à l exportation du Canada créé

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

COMITE D INVESTISSEMENT

COMITE D INVESTISSEMENT COMITE D INVESTISSEMENT COMPTE-RENDU DU 9 SEPTEMBRE 2014 ENVIRONNEMENT MACRO-ECONOMIQUE 1. L ETE AUX ETATS-UNIS Croissance au deuxième trimestre Fort rebond du PIB au deuxième trimestre +4% et le déclin

Plus en détail

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT La Banque de Luxembourg met à votre service son expertise en matière de gestion

Plus en détail

Investir de manière équilibrée? Trouvez le bon équilibre entre rendement et risque, sans devoir vous en préoccuper.

Investir de manière équilibrée? Trouvez le bon équilibre entre rendement et risque, sans devoir vous en préoccuper. Investir de manière équilibrée? Trouvez le bon équilibre entre rendement et risque, sans devoir vous en préoccuper. Vous recherchez à la fois le rendement et la sécurité pour vos investissements, sans

Plus en détail

Bureau Veritas: CA des neuf premiers mois de 2015

Bureau Veritas: CA des neuf premiers mois de 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE 4 novembre 2015 Bureau Veritas: CA des neuf premiers mois de 2015 Chiffre d affaires de 3 462 millions d euros, en hausse de 14,2% par rapport à 2014 Croissance organique de 2,7% pour

Plus en détail

GEMWAY ASSETS. Investir sur les marchés émergents

GEMWAY ASSETS. Investir sur les marchés émergents GEMWAY ASSETS Investir sur les marchés émergents Gemway Assets les fondateurs Créée en 2012 par Bruno Vanier et Michel Audeban, Gemway Assets est une société de gestion indépendante agréée par l AMF. La

Plus en détail

AXA Réunion d information

AXA Réunion d information AXA Réunion d information Marseille 7 décembre 2009 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

Métaux industriels. Pétrole

Métaux industriels. Pétrole Nous sous-pondérons les matières premières les plus cycliques (métaux industriels et pétrole). Mais nous considérons toujours l or et les autres métaux précieux comme des valeurs refuge. Les matières premières

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

Avec une fortune moyenne par adulte de 567 100 dollars en 2015, la Suisse est en tête du classement international

Avec une fortune moyenne par adulte de 567 100 dollars en 2015, la Suisse est en tête du classement international CREDIT SUISSE AG Paradeplatz 8 Case postale CH-8070 Zurich Suisse Téléphone +41 844 33 88 44 Fax +41 44 333 88 77 media.relations@credit-suisse.com Communiqué de presse Credit Suisse: la dépréciation des

Plus en détail

Gamme Metropolitan- Rentastro (Growth 1, Stability 2, et Balanced 3 ) Investir pour l avenir

Gamme Metropolitan- Rentastro (Growth 1, Stability 2, et Balanced 3 ) Investir pour l avenir Gamme Metropolitan- Rentastro (Growth 1, Stability 2, et Balanced 3 ) Investir pour l avenir 1 fonds d épargne-pension de droit belge Metropolitan-Rentastro Growth 2 nom commercial du fonds d épargne-pension

Plus en détail

Répression financière à la pékinoise

Répression financière à la pékinoise Répression financière à la pékinoise Résumé : - La répression financière (taux d intérêt bas, réserves obligatoires élevées ) est essentielle pour comprendre le développement de la Chine - Les contrôles

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

Rentabilité des actifs et allocation stratégique

Rentabilité des actifs et allocation stratégique Rentabilité des actifs et allocation stratégique LE CERCLE INVESCO : SESSION 2007 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management 2 Section 01 Section 02 Section 03 Un modèle de description

Plus en détail

L Épargne des chinois

L Épargne des chinois L Épargne des chinois (Patrick ARTUS Johanna MELKA) Colloque Cirem-Cepii-Groupama AM 29 septembre 25 Indicateurs de «qualité de vie» en Chine 199 1995 2 22 23 Nombre d'écoles par 1 habitants 9,1 7,82 6,48

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

CADRE D INTERPRÉTATION

CADRE D INTERPRÉTATION GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Cadre d interprétation Indicateurs

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Moyen-Orient et Afrique du Nord. Octobre 2015

Perspectives économiques régionales Moyen-Orient et Afrique du Nord. Octobre 2015 Perspectives économiques régionales Moyen-Orient et Afrique du Nord Octobre 215 1 Feuille de route Environnement mondial Thèmes régionaux Exportateurs et importateurs de pétrole de la région MOANAP 2 Perspectives

Plus en détail

GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE. Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015

GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE. Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015 GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Cadre d interprétation Indicateurs

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

UNE ANALYSE ÉCONOMIQUE SUR L ÉVOLUTION DE QUELQUES POSTES DE COÛT DES INDUSTRIES JANVIER 2015

UNE ANALYSE ÉCONOMIQUE SUR L ÉVOLUTION DE QUELQUES POSTES DE COÛT DES INDUSTRIES JANVIER 2015 UNE ANALYSE ÉCONOMIQUE SUR L ÉVOLUTION DE QUELQUES POSTES DE COÛT DES INDUSTRIES JANVIER 2015 UN REPLI SENSIBLE DU PRIX DU BARIL DEPUIS QUELQUES MOIS Le cours du baril de Brent a chuté à partir de l été

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

Les risques au coeur de notre gestion

Les risques au coeur de notre gestion Les risques au coeur de notre gestion Swiss Life Asset Managers Nous préférons une performance régulière et construite dans la durée, à des résultats spectaculaires à court terme Investir est devenu un

Plus en détail

Placements. Colloque sur les perspectives démographiques, économiques et d investissement pour le Canada. Donald Raymond. Le 28 septembre 2012

Placements. Colloque sur les perspectives démographiques, économiques et d investissement pour le Canada. Donald Raymond. Le 28 septembre 2012 Placements Colloque sur les perspectives démographiques, économiques et d investissement pour le Canada Donald Raymond Le 28 septembre 2012 Programme 1. Mandat de l Office d Investissement du RPC (OIRPC)

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

GEMWAY. Investir sur les marchés émergents GEMWAY. www.gemway.com. Mais finalement, ce sont nos clients qui en parlent le mieux : ASSETS

GEMWAY. Investir sur les marchés émergents GEMWAY. www.gemway.com. Mais finalement, ce sont nos clients qui en parlent le mieux : ASSETS Mais finalement, ce sont nos clients qui en parlent le mieux : «Outre l expertise indéniable sur les marchés émergents, nous aimons chez Gemway Assets la proximité de leur équipe et leur contrôle des risques

Plus en détail

Faut-il s inquiéter des nombreux déséquilibres de la Chine?

Faut-il s inquiéter des nombreux déséquilibres de la Chine? 21 Février 2011 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu Faut-il s inquiéter des nombreux déséquilibres

Plus en détail

Nous sommes dans un monde dur, dans un monde de compétition où la. Le capitalisme ou l impératif de compétitivité

Nous sommes dans un monde dur, dans un monde de compétition où la. Le capitalisme ou l impératif de compétitivité Le capitalisme ou l impératif de compétitivité Jean Peyrelevade Économiste, auteur du Capitalisme total Parce qu il est illusoire de compter sur la capacité de la communauté des États à réguler le capitalisme,

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

Raisons convaincantes d investir dans le Fonds de revenu élevé Excel

Raisons convaincantes d investir dans le Fonds de revenu élevé Excel 3 Raisons convaincantes d investir dans le Fonds de revenu élevé Excel Rendements revenus au risque, de stables et de gains en capital Mai 2015 1 6 5 2 2 de 0 1 2 3 4 5 6 7 8 Rendement Marchés émergents

Plus en détail

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux 7 avril Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux La crise de 9 a eu des conséquences néfastes pour

Plus en détail

15 Les Fonds Petroliers

15 Les Fonds Petroliers CHAPTER IV OIL POLICY IN THE GULF OF GUINEA 15 Les Fonds Petroliers By Albert Yama Nkounga I. Introduction 1. La vulnérabilité des économies des pays producteurs de pétrole aux fluctuations à la baisse

Plus en détail