INVESTIR PRINCIPES DE BASE. GUIDE PRATIQUE DU Concours Investisseurs 2006

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INVESTIR PRINCIPES DE BASE. GUIDE PRATIQUE DU Concours Investisseurs 2006"

Transcription

1 INVESTIR PRINCIPES DE BASE GUIDE PRATIQUE DU Concours Investisseurs 2006 Le Concours Investisseurs 2006 est une initiative de Cash, L Initié de la Bourse et Canal Z en collaboration avec Fortis Banque Nos remerciements à Les sociétés participant à la Journée de l Action ARTWORK SYSTEMS CMB COFINIMMO COLRUYT CUMERIO DELHAIZE GROEP DEVGEN ELIA EURONAV FORTIS GALAPAGOS IBt ICOS VISION SYSTEMS KBC KINEPOLIS MELEXIS OPTION ROULARTA MEDIA GROUP SOLVAY TELENET TER BEKE UCB

2 CONTINU Avant-propos 3 Chapitre 1 Return Risque Profil de risque Test de tolérance au risque 4 Chapitre 2 Le compte bancaire 18 Chapitre 3 Le livret d'épargne - le livret de dépôt - le compte d'épargne 19 Chapitre 4 Bon de caisse et bon d'état 21 Chapitre 5 Obligations 23 Chapitre 6 Actions 30 Chapitre 7 La valorisation des actions 32 Chapitre 8 Organismes de placement collectif (OPC) 41 Chapitre 9 La branche 21 et la branche Chapitre 10 Les placements immobiliers indirects 53 Chapitre 11 La Bourse 58 Chapitre 12 Produits dérivés : Options, Warrants et Futures 65 Chapitre 13 Carnet

3 Avant-propos Chaque jour, la presse, la radio et la télévision (et particulièrement la chaîne Canal Z) nous informe de l évolution du monde financier. Ce n est pas un hasard, si vous avez conscience de l incidence qu ont les finances sur notre vie de tous les jours. Les conséquences de cette évolution pour votre vie privée, et plus précisément pour votre situation financière personnelle, ne sont pas négligeables. Il est donc essentiel de connaître les tenants et les aboutissants du monde financier. Cet ouvrage a pour objectif de vous y initier. Dans la première partie, nous vous expliquerons d importants concepts tels que le return et le risque, et vous permettrons de déterminer vous-même votre profil de risque grâce à un test de tolérance au risque. Ensuite, nous décrirons les instruments financiers et leurs caractéristiques, risques et opportunités. Suivant la structure d une pyramide d investissement, nous parcourrons toute la gamme : du carnet d épargne aux minis, aux EFT, aux warrants, futures et options, en passant par les obligations, les actions et les fonds de placement. Nous voulons vous apprendre à établir facilement le bilan de santé d une société. Dans la deuxième partie, armés de nos connaissances de base sur les produits financiers, nous aborderons la Bourse. Nous irons découvrir sur place son fonctionnement. Nous découvrirons également les indices, les minis, les options, les futures et les warrants. Pour l épargnant moyen, le monde financier a l apparence d un club très sélecte dont les membres communiquent par des codes et un jargon spécifique. Les salles de marché sont autant de versions miniatures de Wall Street, endroit bruyant et stressant par excellence. La caricature est certes excessive, mais il est vrai que les marchés financiers se définit par une multitude de termes dont on comprend certes intuitivement le sens mais dont la signification précise nous échappe parfois. Lorsque les acteurs financiers parlent d un bearmarket ou d un bullmarket, à quoi font-ils référence exactement? Parfois, ce vocabulaire hermétique est utilisé dans les conseils prodigués aux investisseurs. Grâce à ce livre, vous serez sur la bonne voie pour mieux maîtriser le monde des placements. Il ne nous reste plus qu à vous souhaiter une agréable lecture et du succès dans vos investissements. Vous l aurez compris : être informé, c est déjà un pas sur la voie du succès. Nous espérons qu après la lecture de ce livre, le monde boursier et des placements n aura plus de secrets pour vous. Et, qui sait, peut-être serez-vous un des grands gagnants de notre Concours Investisseurs?

4 Chapitre 1 Return Risque Profil de risque Test de tolérance au risque Qu est-ce qu investir? On investit l argent qui n est pas directement nécessaire à la consommation. En d autres termes: on décide de retarder une partie de la consommation dans l espoir de voir le montant investi s apprécier et donc d obtenir un avantage financier. Il est possible d investir dans tout ce qui a une valeur et dont la valeur fluctue. Les éléments du return En matière de placement, deux éléments jouent un rôle crucial, à savoir le risque et le return. La composition du return d un placement dépend bien évidemment de l objet du placement. Ainsi, le return généré par les actions se compose du dividende, du bénéfice ou de la perte de cours et, si le placement est libellé dans une devise étrangère à l Euroland, du bénéfice ou de la perte de change. Dans le cas d un placement obligataire, le return peut se composer du rendement représenté par le coupon, du bénéfice ou de la perte de cours et, si le placement est effectué à l extérieur de l Euroland, du bénéfice ou de la perte de change. L examen critique des composants du return des actions et des obligations nous apprend qu ils peuvent aussi bien se révéler positifs que négatifs. Par conséquent, le return peut lui aussi s avérer positif ou négatif. On en arrive d emblée à la notion de risque. Nous traiterons d abord des différents types de risques que l investisseur peut rencontrer. Ensuite, nous nous pencherons plus avant sur le lien existant entre le return et le risque et sur son importance pour l investisseur. Risque Il est important de réaliser que tout placement s accompagne d un risque. Le type de risque et son intensité peuvent varier et dépendront des conditions auxquelles l investisseur mettra son argent à disposition. Nous distinguons deux grands types de risques dans les conditions auxquelles l argent est mis à disposition: - temporaires - permanents Risques afférents à la mise à disposition temporaire de capitaux L argent est confié à des tiers pour une durée plus longue mais il est convenu d un moment où le remboursement doit avoir lieu. Dans l entre-temps, une rémunération fixe est payée, que l on appelle les intérêts. Les principales formes de placement qui en découlent sont les bons de caisse, les comptes à terme (NdlR: les livrets d épargne n'ont pas d'échéance fixe) et les obligations. Nous reviendrons plus en détail sur ces dernières en particulier. Pour l heure, il suffit de savoir qu une obligation est une partie négociable d un emprunt plus grand. A première vue, cette forme de placement représente peu de risques. Aussi parle-t-on souvent de placements peu risqués. Mais les obligations ne sont pas dénuées de tout risque pour autant. Les principaux types de risques qu encourt l investisseur en obligations sont: - le risque du débiteur;

5 - le risque politique; - le risque d intérêt; - le risque du pouvoir d achat; - le risque de change (ou monétaire). Le risque du débiteur et le risque politique Le risque du débiteur est le risque que la personne à qui vous avez prêté l argent le débiteur ne soit pas en mesure de respecter son engagement. Cela signifie qu il ne peut payer les intérêts promis, voire même le principal (la somme empruntée). Pour l investisseur, il s agit d évaluer d avance l importance de ce risque. Cette évaluation se fait surtout sur la base d une enquête sur la situation financière du débiteur. Il n est cependant pas possible d exclure totalement ce risque. Le risque politique porte sur l influence du climat politique. Un investisseur en obligations préférera un pays réputé politiquement stable aux pays de grande instabilité politique ou affichant une grande probabilité d instabilité politique. Le risque d intérêt Il s agit ici du risque de manquer certaines opportunités. Ce risque n implique pas directement une perte financière mais implique de manquer l opportunité de gagner davantage d argent. C est que vous avez obtenu un intérêt fixe sur une longue durée. Si les taux grimpent durant cette période, vous n en profiterez pas. Face à cet aspect, il y a aussi le fait que durant cette période, vous ne subissez pas l inconvénient d une baisse des taux. Le risque d intérêt comporte donc une part de risque de réinvestissement. Le risque d intérêt comporte toutefois un autre aspect: le risque de cours. Celui-ci concerne les fluctuations des cours des obligations en Bourse, fluctuations provoquées par des changements dans le niveau des taux. En cas de hausse des taux, les cours des obligations baissent tandis qu ils progressent en cas de baisse des taux. La vente des obligations s accompagne alors pour vous d un désavantage dans le premier cas, d un avantage dans le second. Cet aspect est qualifié quant à lui de risque boursier. Le risque du pouvoir d achat Les années d inflation ont marqué notre mémoire. L inflation affecte imperceptiblement le return: vous touchez bel et bien les montants convenus aux moments convenus et n avez donc pas l impression de subir une perte. Or, comme les prix ont augmenté, la valeur de consommation du montant touché a diminué. Votre pouvoir d achat est donc entamé. Le risque de change Ce risque ne se présente que lorsqu on investit dans une autre devise que l euro. Les intérêts et remboursements sont alors perçus dans une cette autre devise, de sorte que le return finalement obtenu dépend du cours auquel vous pouvez convertir cette devise en euro. Compte tenu des fluctuations actuelles du dollar face à l euro, par exemple, la différence peut être significative, aussi bien dans le sens positif que négatif. Ce risque peut lui aussi être intégré sciemment dans la politique d investissement. L introduction de l euro permet désormais de mieux répartir géographiquement un portefeuille de placement, sans risque de change. Risques afférents à la mise à disposition permanente de capitaux Dans ce cas, l investisseur ne prête pas de l argent, il participe dans l entreprise, c.-à-d. qu il en devient co-propriétaire. Il n est pas question ici de remboursement à un moment déterminé. L entreprise dispose en permanence de l argent fourni par l investisseur. Si celui-ci souhaite ensuite récupérer sa mise, il ne peut le faire qu en vendant sa participation les actions via la Bourse. Il ne reçoit pas non plus de rémunération fixe pour la mise à disposition de cet argent à

6 l entreprise. En tant que co-propriétaire, il a droit à une partie du bénéfice. Si l entreprise réalise un gros bénéfice, elle est en mesure de mieux rétribuer ses actionnaires en leur attribuant un beau dividende. Si le bénéfice réalisé est plutôt maigre, la rémunération (le dividende) sera plutôt faible, voire inexistante. D ailleurs, cette relation n est pas systématique: certaines entreprises ont pour politique de distribuer chaque année un dividende du même ordre de grandeur. Dans ce cas, si elle réalise un bénéfice supérieur, cela peut signifier qu une partie du bénéfice reste dans l entreprise. A l inverse, si le bénéfice est insuffisant, l entreprise devra probablement puiser dans ses réserves. D autres entreprises ont pour stratégie de distribuer un faible dividende. Le bénéfice restant sert alors à financer la croissance de l entreprise. Les actions de telles entreprises sont qualifiées d actions de croissance. L évolution du cours d une action n est pas tant influencée par la hauteur du bénéfice et par la proportion dans laquelle ce bénéfice est mis à la disposition des actionnaires, que par le rythme de croissance et les perspectives de croissance. Cette influence se traduit par une chance de bénéficier d un avantage financier (supplémentaire) grâce à des bénéfices de cours, mais aussi par un risque financier sous forme de pertes de cours. Tous les risques qui accompagnent les obligations valent aussi pour les actions. Pour ces dernières, toutefois, le risque boursier est bien plus important et le risque du débiteur revêt un tout autre caractère, de sorte qu il convient plutôt de l appeler risque d entreprise. Risque boursier Ce risque accompagne davantage les actions que les obligations car en matière d actions, la vente est la seule manière de reconvertir les titres détenus en argent. Pas moyen en effet d attendre l échéance comme dans le cas d une obligation ou d un bon de caisse. Le risque boursier est étroitement lié au climat boursier. S il est positif ou négatif, les cours de la majorité des actions évolueront dans la même direction. Les actions individuelles pourront alors afficher une évolution de cours positive ou négative qui ne peut pas se déduire directement des résultats d entreprise. Le climat boursier est influencé quant à lui par nombre de facteurs. Il suffit de penser aux scandales comptables aux États-Unis, aux attentes du marché quant à la politique monétaire américaine (quelle décision Alan Ben Bernanke, président de la Réserve Fédérale américaine, va-t-il prendre à propos des taux?), l'évolution de l'euro face au dollar, comment vont évoluer les prix pétroliers et quel en sera l impact sur l industrie, les développements politiques internationaux (le processus de paix au Proche-Orient va-t-il être remis sur les rails? ), etc. Risque d entreprise Ce risque ressemble au risque du débiteur mais recouvre une notion plus vaste. Non seulement la hauteur de la rémunération dépend de la bonne marche des affaires dans l entreprise dans laquelle vous avez investi, mais la valeur de votre mise en dépend également. Dès lors, si les affaires tournent moins bien dans l entreprise, votre revenu diminue, mais aussi la valeur de votre capital investi. A l inverse, lorsque l entreprise fait de belles affaires, votre revenu et votre capital augmentent, et vous bénéficiez dès lors d une compensation pour le risque de pouvoir d achat encouru. Il est clair que les entreprises dans lesquelles vous investissez de cette manière doivent être sélectionnées très soigneusement. Nous reviendrons sur les techniques qui permettent de procéder à cette sélection. Dans la vie quotidienne, le terme risque évoque souvent des associations uniquement négatives. En matière de placements, il faut cependant penser autant aux chances qu aux menaces. De manière générale, on peut affirmer que plus le return souhaité est élevé, plus le risque à subir est important. La mesure du risque qu un investisseur souhaite courir dépend de son attitude face au risque. Ainsi, on peut opérer une distinction entre les investisseurs qui

7 recherchent une part de sécurité plus ou moins grande à l égard du return de leur placement. On investit l argent dont on n a pas besoin immédiatement et l objectif poursuivi est l obtention d un avantage financier. Tout placement, sous quelque forme que ce soit, s accompagne de risques et tout investisseur doit avoir conscience qu il ne peut échapper à ces risques. Au contraire: il lui faut déterminer consciemment quels risques il peut et veut courir. En pratique, il est préférable de ne pas se confiner à une seule forme de placement, mais au contraire de combiner plusieurs formes afin de créer un bon dosage de risques et de chances. Dans un portefeuille de placement, en effet, on peut bénéficier au mieux du fait que les valeurs des actifs financiers fluctuent souvent en sens opposé. En d autres termes: la perte de l une est alors compensée par le bénéfice de l autre. On réduit ainsi le risque du portefeuille. Attention: le risque ne sera jamais entièrement éliminé. Il est très important que l investisseur en soit pleinement conscient. Profil de risque Chaque type d investisseur présente un profil de risque propre: c'est une mesure de sa capacité et de sa volonté à accepter le risque. En d autres termes, c est la mesure dans laquelle il peut ou veut courir ce risque. Ce profil de risque peut s expliquer aussi bien par des raisons financières que mentales. Un investisseur qui, financièrement, peut supporter le risque d un certain placement, mais qui en perd ensuite le sommeil, n a pas fait le bon choix. L inverse est vrai également: ce n est pas parce qu un investisseur peut accepter un certain placement du point de vue mental que ce placement lui conviendra. Il se peut, par exemple, qu il veuille s engager dans un placement très risqué, mais qu il n ait pas suffisamment assuré ses arrières. Dans ce cas, s il perd son investissement, ses besoins vitaux élémentaires se retrouvent eux aussi hypothéqués. Entre les extrêmes que sont, d une part, un placement pratiquement dénué de risque et, de l autre, un placement à très haut profil de risque, il existe toute une gradation de risques. Comme nous l avons dit, le niveau de risque acceptable pour un investisseur dépend de son profil de risque. Si la composition précise d un portefeuille de placement varie d un investisseur à l autre, l approche globale de cette composition répond à une structure déterminée. La pyramide d'investissement Nous connaissons tous la forme de la pyramide. Des montants investis dans les différents types de placements peuvent être placés dans cette pyramide par ordre croissant de risque. La base de la pyramide est une forme intermédiaire entre la consommation et l investissement et sera représentée par l épargne. Cette attribution s explique par deux bonnes raisons: - un compte d épargne auprès d une grande banque s accompagne d un risque du débiteur minimal; - on peut opter pour un délai court afin de disposer de l argent à des fins de consommation si nécessaire. On peut estimer que pour pouvoir répondre à des dépenses imprévues ou à une chute soudaine des revenus professionnels, mieux vaut parquer l équivalent de 6 mois de revenus professionnels dans une telle formule de placement à titre de couverture du patrimoine personnel. Face aux avantages de la sécurité et de la liquidité, il y a aussi des inconvénients, dont les principaux sont: - une rémunération relativement faible; - pas de protection contre le risque du pouvoir d achat

8 Afin de compenser ces inconvénients, ajoutons encore deux couches à notre pyramide. La deuxième couche consiste en un placement à revenu fixe, à faible risque, dans des obligations de qualité. L argent est investi pour une longue durée et n est donc plus disponible à la consommation. Cet inconvénient est compensé par un intérêt plus élevé que dans le cas du livret d épargne. La rétribution est supérieure parce que les risques ont augmenté eux aussi. Bien entendu, le risque du débiteur est supérieur, mais le risque de pouvoir d achat et le risque d intérêt ont augmenté également puisque l argent est bloqué pour une période plus longue. Ce risque supérieur est cependant acceptable parce qu à la base de la pyramide, la consommation est garantie. Un placement qui tournerait mal n affecte dès lors pas le niveau de vie de l investisseur. De plus, un investisseur n est bien sûr jamais obligé de prendre des risques supérieurs. Ceux qui se satisfont d un livret d épargne pour toute forme de placement et n osent pas se frotter à tout autre risque peuvent s en tenir à l épargne. Même s il ne s agit pas, d un point de vue financier et technique, de la formule la plus rentable. La troisième couche de la pyramide consiste en un investissement en actions. L argent est mis à disposition de manière permanente. La rétribution est incertaine puisque dépendante de la marche des affaires dans l entreprise choisie. Si les affaires y tournent bien, la position s apprécie et compense le risque du pouvoir d achat. Ici aussi, le risque est supérieur à celui de la couche précédente. Ici, l investisseur peut se le permettre parce que les placements dans les deux couches inférieures représentent un tampon. De plus, les returns se révèlent ici supérieurs à ceux obtenus dans le bas de la pyramide. A nouveau, il convient de préciser que l investisseur n est pas obligé d investir en actions si cette idée ne lui plaît pas. Si l investisseur achète des actions alors qu il ne dispose pas d un tampon sous forme d épargne et d obligations, il sera probablement forcé de réduire son train de vie en cas de revers. Une politique d investissement bien réfléchie vise toujours en premier lieu à éviter un tel scénario. C est ici aussi que l on peut opérer la distinction la plus sensée entre l investissement et la spéculation. Une personne qui s engage dans une transaction risquée n est pas nécessairement un spéculateur. Si elle a élaboré ses placements selon la pyramide, un placement spéculatif constitue malgré tout un placement ordinaire. Si une telle position est prise sans que l investisseur se soit assuré auparavant de disposer du tampon représenté par la base de la pyramide, on parlera alors de spéculation. Les deux couches supérieures de la pyramide peuvent à leur tour être subdivisées en fonction de leur taux de risque. Dans la couche obligataire, une part peut être réservée aux titres présentant un risque du débiteur supérieur ou s accompagnant d un risque de change si ces risques sont compensés par une rémunération supérieure. Parmi les actions aussi, on peut trouver toute une panoplie d entreprises: les unes plus ou moins risquées que les autres. Enfin, tout en haut de la pyramide de placement, nous plaçons les types de placements qui présentent le taux de risque le plus élevé, et donc auxquels sera confiée la plus petite partie du patrimoine. Il s agit des produits dérivés: options, futures et warrants. Comme signalé, les risques sont ici considérables, mais en cas de réussite, les bénéfices le sont tout autant. Ces instruments sont réservés aux particuliers qui suivent l'état de leur portefeuille financier au moins tous les jours. Nous examinerons ces instruments plus en détail plus loin. La composition du portefeuille Ici aussi, il s agit de respecter une règle d or. On peut composer sa pyramide de placement en fonction de son âge: une personne de 30 ans devrait pouvoir investir 70% de son patrimoine en actions et 30% en obligations (partant du principe que la personne concernée a encore suffisamment d années devant elle pour se remettre d un krach éventuel). De même, une personne âgée de 60 ans pourrait encore être investie à 40% dans des actions et à 60% dans des obligations: un effondrement généralisé des cours boursiers ne doit pas nécessairement provoquer un infarctus ou envoyer le malheureux investisseur au CPAS Une règle d or vaut ce

9 qu elle vaut elle n a pas force de foi -, mais celle-ci a en tout cas le mérite d indiquer en toute clarté qu une personne qui ne dispose plus d aucun revenu professionnel sera bien inspirée de jouer la carte de la sécurité. Mais d autres éléments interviennent également: l investisseur ne dispose-t-il pas déjà d un patrimoine immobilier, d une assurance-vie ou d une assurance pension extralégale? Dans quelle mesure suis-je dépendant de l évolution de mon portefeuille-titres pour ne pas affecter mon train de vie? Ce sont là des questions somme toute bien personnelles. Lorsque vous composez votre portefeuille de placement, vous faites face au problème de l allocation des actifs, soit de la répartition des moyens disponibles à l investissement parmi les différentes formes de placement. Vous déterminez d avance quel risque vous souhaitez accepter. Si, par exemple, vous ne souhaitez pas courir le moindre risque, vous ne devez envisager aucun placement en obligations, en actions, ni dans l immobilier. Supposons que vous ayez décidé qu un risque faible était acceptable pour vous, entre autres, parce que vous souhaitez obtenir un return supérieur à celui que vous offre un livret d épargne. Vous optez dès lors pour les obligations. Vous avez cependant omis de tenir compte du fait que vous souhaitez disposer de votre capital l année prochaine. Si vous devez alors vendre vos obligations en Bourse, vous risquez de subir une perte de cours. De plus, des frais de transaction vous sont réclamés. Dès lors, le return final risque de se révéler (sensiblement) inférieur à ce que vous en aviez attendu. Il est logique également qu à mesure que la durée de vie du placement raccourcit, le résultat du placement est davantage influencé par des coïncidences. Un investisseur en options peut réaliser un joli bénéfice en peu de temps, mais il risque tout aussi bien de perdre l intégralité de sa mise. Nous avons examiné les différents niveaux de risque au moyen de la pyramide de placement. L investisseur qui compose son portefeuille en fonction de cette approche systématique agit déjà en fonction d une stratégie de placement bien réfléchie. La base de cette stratégie consiste à combiner des placements affichant des degrés de risque différents. La répartition des placements sur les différents degrés de risque s appelle la diversification. Un résultat décevant en matière d actions, par exemple, peut alors être compensé par un résultat positif sur les obligations ou l immobilier. On réduit ainsi le risque global. On peut encore réduire davantage le risque en procédant à une diversification au sein de chaque catégorie de placement. Dans le cas des actions, par exemple, on peut ainsi acquérir des actions des secteurs financier (banques et assurances), pharmaceutique, biotechnologique, chimique, alimentaire, énergétique, du secteur des énergies alternatives, de la construction, des transports, du secteur graphique, des télécoms, etc. Une évolution décevante des affaires dans un secteur peut alors être compensée par une évolution favorable dans un autre secteur. L introduction d une diversification suffisante dans un portefeuille de placement est cruciale. Or, si le capital à investir est insuffisant, la répartition sectorielle ou par types de placements provoquera un fractionnement non rentable du portefeuille. Dans un tel cas, il est préférable d investir dans un fonds de placement (voir plus loin). Grâce à l ampleur des moyens qui lui sont confiés, un fonds de placement est en mesure d assurer une diversification suffisante de ses actifs. Enfin, une pondération stratégique de tous les aspects évoqués se traduira par un choix qui conviendra le mieux à votre situation personnelle. A titre d aide, voici un test de tolérance au risque personnelle que nous empruntons à la Fortis Banque, en la remerciant au passage. Le test se compose de deux parties. La partie 1 du questionnaire évalue le risque que vous pouvez raisonnablement prendre en fonction de votre situation personnelle. La partie 2 évalue le risque que vous voulez effectivement prendre. La combinaison des deux parties vous donne une

10 indication de la stratégie d investissement qui correspond le mieux à votre situation personnelle, à vos objectifs et à votre profil de risque. Toutefois, ce test n est qu une aide à la décision que vous prendrez et ne garantit nullement le succès de la stratégie que vous aurez choisie. Ce test est basé sur les données communiquées maintenant. Celles-ci peuvent se modifier substantiellement au fil du temps, avec pour conséquence que le test ne correspondra plus à votre situation personnelle. Nous vous conseillons, par conséquent, de garder ce test et, au besoin, de le réutiliser en tenant compte des données de base modifiées. Test de tolérance au risque Questionnaire Partie 1: Questionnaire concernant votre contexte d investissement et votre expérience des produits financiers Question 1 Tenant compte de votre situation présente, quand estimez-vous que vous aurez besoin de l argent que vous souhaitez investir ou que vous avez investi? Moins de 2 ans A 2 à 3 ans B 4 à 6 ans C 7 ans et plus D Question 2 Depuis quelques années, vous constatez en fin d année que votre épargne est: (quand vous excluez les revenus de vos placements) En constante augmentation A Constante B Nulle ou quasiment nulle C Légèrement négative D Fortement négative E Variable d une année à l autre F Question 3 Partez-vous du principe que, dans les 5-7 ans qui viennent, vos revenus: (professionnels et autres) Augmenteront fortement A Augmenteront légèrement B Ne changeront pas C Pourraient diminuer légèrement D Pourraient diminuer fortement E

11 Question 4 Avez-vous déjà fait des placements? Non A Oui B Si oui, (plusieurs réponses peuvent être entourées) En carnet de dépôt C En emprunts d Etat, bons de caisse, ou en obligations en EUR D En obligations en devises étrangères E En actions F En bons d assurance G En fonds communs (Sicav) H En options I Question 5 Avez-vous gardé de cette (ces) expérience(s) une bonne impression? Oui A Non B Mitigé C Question 6 Quelle part représente aujourd hui le total des dépenses suivantes dans vos revenus familiaux mensuels (loyer ou remboursement d un prêt hypothécaire et mensualité(s) de votre (vos) prêt(s) à tempérament (auto, divers ))? Moins de 20 % des revenus familiaux mensuels A Entre 20 et 25% B Entre 26 et 35 % C Plus de 35% D Question 7 Parmi les 4 attitudes reprises ci-dessous, laquelle est la plus proche de votre tempérament à l égard de la gestion de vos avoirs? 1. Je n aime pas me préoccuper de la gestion de mes avoirs et, de plus, je n ai pas vraiment de temps à y consacrer. A 2. Je suis attentif à l évolution de mes avoirs, mais dans la pratique je ne peux y consacrer qu un temps limité. B 3. J aime suivre de près l évolution de mon portefeuille et surveille régulièrement les performances de celui-ci. C 4. Je prends du temps pour m informer et suis plutôt actif dans la gestion de mes avoirs. D

12 Question 8 Pour chacune des 3 propositions, entourez la lettre en regard du placement qui présente, à vos yeux, un risque moins élevé: 1. Un fonds investi en obligations en EUR A Un fonds investi en obligations en dollar canadien B 2. Un fonds investi en actions françaises C Un fonds investi en actions japonaises D 3. Un compte à terme en USD E Un compte à terme en EUR F Question 9 Combien de temps consacrez-vous en moyenne par semaine à la lecture de la partie Placements ou Bourses de votre quotidien ou périodique? Au moins 1 h. par semaine A Entre 1/2 h. et 1 h. par semaine B Entre 10 minutes et 1/2 h. par semaine C Moins de dix minutes par semaine D Question 10 Votre expérience dans le domaine des placements*: Ce sont mes premiers pas dans le monde des placements. A Cela fait quelques années que je gère un portefeuille de moins de EUR. B Cela fait plusieurs années que je gère un portefeuille de EUR à EUR, avec ou sans le concours d un conseiller de ma banque. C Je gère un portefeuille de plus de EUR, avec ou sans le concours d un conseiller de ma banque. D *Sont exclus ici les investissements dans des fonds de pension. Total de la Partie 1 Questions A B C D E F G H I *** *** TOTAL *** additionnez le total de la ligne car plusieurs réponses sont possibles

Nature et risques des instruments financiers

Nature et risques des instruments financiers 1) Les risques Nature et risques des instruments financiers Définition 1. Risque d insolvabilité : le risque d insolvabilité du débiteur est la probabilité, dans le chef de l émetteur de la valeur mobilière,

Plus en détail

Comment investir en sicav?

Comment investir en sicav? & Sicav Comment réaliser de bons placements quand on n a pas le temps ou les connaissances suffisantes pour s en occuper? Opter pour une ou plusieurs sicav peut être utile! Comment investir en sicav? Société

Plus en détail

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG Q1 - Quelle est la différence entre une banque de détail et une banque de gros ou universelle? Une banque de détail reçoit des dépôts de ses clients et leur accorde des crédits. Elle se limite aux métiers

Plus en détail

CERTIFICATS TURBOS INFINIS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004

CERTIFICATS TURBOS INFINIS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 CERTIFICATS TURBOS INFINIS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 Emetteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V. Garant du remboursement : BNP Paribas S.A. POURQUOI

Plus en détail

CERTIFICATS TURBOS INFINIS BEST Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004

CERTIFICATS TURBOS INFINIS BEST Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 CERTIFICATS TURBOS INFINIS BEST Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 Emetteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V. Garant du remboursement : BNP Paribas S.A. POURQUOI

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

Service actions et options

Service actions et options Rob Wilson/schutterstock.com Service actions et options Réussir ses investissements en actions exige du temps, des recherches et de la discipline. Le service actions et options de KBC Private Banking vous

Plus en détail

CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004

CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 Emétteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V. Garant du remboursement : BNP Paribas S.A. POURQUOI INVESTIR

Plus en détail

Associations : La fiscalité de leurs revenus mobiliers MAI 2015

Associations : La fiscalité de leurs revenus mobiliers MAI 2015 Associations : La fiscalité de leurs revenus mobiliers MAI 2015 Associations : La fiscalité de leurs revenus mobiliers 2 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 LES PLACEMENTS NON BOURSIERS 5 LES PLACEMENTS BOURSIERS

Plus en détail

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE

MÉMO. Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur SOMMAIRE Édition : décembre 13 MÉMO Des solutions en cas de coup dur ou de coup de cœur 1. Optimiser l utilisation des livrets défiscalisés 2. Épargner sans plafond 3. Placer une somme importante sur quelques mois

Plus en détail

Questionnaire Identificateur de Profil d investisseuse ou D investisseur. vie Universelle. L'Équitable, compagnie d'assurance vie du Canada

Questionnaire Identificateur de Profil d investisseuse ou D investisseur. vie Universelle. L'Équitable, compagnie d'assurance vie du Canada Questionnaire Identificateur de Profil d investisseuse ou D investisseur vie Universelle L'Équitable, compagnie d'assurance vie du Canada Concevoir votre portefeuille d'épargne et de placements Votre contrat

Plus en détail

Règlement des Placements à terme KBC

Règlement des Placements à terme KBC Règlement des Placements à terme KBC Enregistré à Leuven, troisième bureau, le 28/12/2012. Le présent règlement remplace le règlement des Placements à terme KBC du 25/01/2011. La relation contractuelle

Plus en détail

Start2Save CBC. Quelques arguments de poids. Une solution pour vous? Score produit : Profil de risque du client : Compte d épargne réglementé

Start2Save CBC. Quelques arguments de poids. Une solution pour vous? Score produit : Profil de risque du client : Compte d épargne réglementé Compte d épargne réglementé Donnez un stimulant supplémentaire à votre argent avec Start2Save CBC Mettez chaque mois un montant de côté et votre fidélité sera récompensée! Un investissement sûr en ces

Plus en détail

Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23. Top Rendement 1. Type d assurance-vie

Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23. Top Rendement 1. Type d assurance-vie Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23 Top Rendement 1 Type d assurance-vie Assurance-vie individuelle avec taux d intérêt garanti (branche 21). En ce qui concerne

Plus en détail

Aspects fiscaux des placements en société

Aspects fiscaux des placements en société Aspects fiscaux des placements en société Sommaire 1. Généralités 2. Exploiter d abord l épargne fiscale 2.1. L engagement individuel de pension via une assurance externe (EIP) 2.2. Une pension libre complémentaire

Plus en détail

Placements. Informations sur les placements proposés par Banque de La Poste. Simple, sûre et pour tous. Eenvoudig, zeker en voor iedereen www.bpo.

Placements. Informations sur les placements proposés par Banque de La Poste. Simple, sûre et pour tous. Eenvoudig, zeker en voor iedereen www.bpo. Simple, sûre et pour tous www.bpo.be Eenvoudig, zeker en voor iedereen www.bpo.be Placements Informations sur les placements proposés par Banque de La Poste Informations sur les placements proposés par

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES POUR L'ÉTABLISSEMENT D'UNE ENTENTE SUR LA COPROPRIÉTÉ D'UNE ASSURANCE-VIE

LIGNES DIRECTRICES POUR L'ÉTABLISSEMENT D'UNE ENTENTE SUR LA COPROPRIÉTÉ D'UNE ASSURANCE-VIE LIGNES DIRECTRICES POUR L'ÉTABLISSEMENT D'UNE ENTENTE SUR LA COPROPRIÉTÉ D'UNE ASSURANCE-VIE Les présentes lignes directrices sont fournies par la SUN LIFE DU CANADA, COMPAGNIE D'ASSURANCE-VIE, pour les

Plus en détail

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels 07/10/2014 Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés

Plus en détail

Rachat périodique d actions Libérez la valeur de votre entreprise MC

Rachat périodique d actions Libérez la valeur de votre entreprise MC Mars 2005 Rachat périodique d actions Libérez la valeur de votre entreprise MC La majeure partie des avoirs financiers des propriétaires de petite entreprise est souvent immobilisée dans les actions d

Plus en détail

Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques

Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques La Bourse Son Organisation, son Fonctionnement et ses Risques Le Marché Financier a un double rôle : apporter les capitaux nécessaires au financement des investissements des agents économiques et assurer

Plus en détail

FAQ Dépôts d épargne réglementés

FAQ Dépôts d épargne réglementés FAQ Dépôts d épargne réglementés Anvers, le 1 er janvier 2015 Sensibilité: Public ARGENTA BANQUE D ÉPARGNE SA, BELGIËLEI 49-53, 2018 ANVERS 2/8 - DIRECTION GESTION DES PRODUITS 01-01-2015 Table des matières

Plus en détail

Services financiers collectifs. Régime de participation différée aux bénéfices Guide du participant

Services financiers collectifs. Régime de participation différée aux bénéfices Guide du participant Services financiers collectifs Régime de participation différée aux bénéfices Guide du participant 1 Services financiers collectifs Régime de participation différée aux bénéfices RBC Votre employeur a

Plus en détail

Prêt pour une hausse du taux Libor USD à 3 mois?

Prêt pour une hausse du taux Libor USD à 3 mois? Deutsche Bank AG (DE) (A+/Aa3) À QUOI VOUS ATTENDRE? Deutsche Bank AG (DE) est émis en dollars américains (USD) par Deutsche Bank AG et vous fait bénéficier d une hausse éventuelle des taux d intérêt à

Plus en détail

Tarifs. des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques en vigueur au 1/10/2015

Tarifs. des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques en vigueur au 1/10/2015 Tarifs des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques en vigueur au 1/10/2015 Arrêté royal du 23 mars 1995 relatif à l'indication du prix des services financiers homogènes. Cette

Plus en détail

Transactions de l agriculteur 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500. l agriculteur

Transactions de l agriculteur 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500. l agriculteur Chapitre 11, assurance et diversification Réponses aux Questions et problèmes 1. Transactions de 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500 62 500 payés à 0 62 500 payés

Plus en détail

Chiffres clés pour 2013

Chiffres clés pour 2013 Chiffres clés pour 2013 Certains produits d investissement et d épargne peuvent vous procurer un bel avantage fiscal. Que ce soit l épargne-pension, votre compte d épargne, retrouvez un tableau récapitulatif

Plus en détail

Étude de cas n o 1. Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite. Des solutions qui cliquent. Vers une meilleure retraite

Étude de cas n o 1. Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite. Des solutions qui cliquent. Vers une meilleure retraite Vers une meilleure retraite Étude de cas n o 1 Section header 1 Section header 2 Des solutions qui cliquent Étude de cas n o 1 Paul intègre un CELI à son portefeuille d épargne pour la retraite À l intention

Plus en détail

Tarifs. des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques en vigueur au 1/12/2014

Tarifs. des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques en vigueur au 1/12/2014 Tarifs des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques en vigueur au 1/12/2014 Arrêté royal du 23 mars 1995 relatif à l'indication du prix des services financiers homogènes. Cette

Plus en détail

Instruments financiers

Instruments financiers FR 20130311 Instruments financiers 1. Les obligations Il s agit de titres à revenu fixe, remboursables à l échéance finale, à un prix connu au moment de l émission (sauf pour les emprunts avec options

Plus en détail

ING Turbos. Faible impact de la volatilité. Evolution simple du prix

ING Turbos. Faible impact de la volatilité. Evolution simple du prix ING Turbos Produit présentant un risque de perte en capital et à effet de levier. Les Turbos sont émis par ING Bank N.V. et sont soumis au risque de défaut de l émetteur. ING Turbos ING a lancé les Turbos

Plus en détail

Note informative aux clients de la BANQUE RAIFFEISEN et des CAISSES RAIFFEISEN affiliées en relation avec les produits financiers offerts

Note informative aux clients de la BANQUE RAIFFEISEN et des CAISSES RAIFFEISEN affiliées en relation avec les produits financiers offerts Note informative aux clients de la BANQUE RAIFFEISEN et des CAISSES RAIFFEISEN affiliées en relation avec les produits financiers offerts Cher client, chère cliente, La BANQUE RAIFFEISEN tient à vous informer

Plus en détail

Comment réduire votre revenu imposable? Fiscalité

Comment réduire votre revenu imposable? Fiscalité Comment réduire votre revenu imposable? Fiscalité Comment réduire votre revenu imposable? Vous cherchez à augmenter votre pouvoir d achat en réduisant vos impôts... Le système fiscal luxembourgeois vous

Plus en détail

Votre guide 2015 Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Votre guide 2015 Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Votre guide 2015 Régime enregistré d épargne-retraite (REER) en termes simples Présenté par ept notions simples pour mieux comprendre le REER : 1 2 3 4 5 6 7 Qu est-ce qu un REER? Combien pouvez-vous verser

Plus en détail

DEVRIEZ-VOUS DEMANDER LA VALEUR DE RACHAT DE VOS DROITS À PENSION QUAND VOUS QUITTEZ VOTRE EMPLOYEUR?

DEVRIEZ-VOUS DEMANDER LA VALEUR DE RACHAT DE VOS DROITS À PENSION QUAND VOUS QUITTEZ VOTRE EMPLOYEUR? DEVRIEZ-VOUS DEMANDER LA VALEUR DE RACHAT DE VOS DROITS À PENSION QUAND VOUS QUITTEZ VOTRE EMPLOYEUR? Planification fiscale et successorale Mackenzie Auparavant, lorsqu une personne quittait un emploi

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

1. PÉRIODE DE SOUSCRIPTION... 3 2. PRIME... 3 3. DATE DE PAIEMENT... 3 4. DATE D INVESTISSEMENT... 3 5. PÉRIODE D INVESTISSEMENT...

1. PÉRIODE DE SOUSCRIPTION... 3 2. PRIME... 3 3. DATE DE PAIEMENT... 3 4. DATE D INVESTISSEMENT... 3 5. PÉRIODE D INVESTISSEMENT... Sommaire 1. PÉRIODE DE SOUSCRIPTION... 3 2. PRIME... 3 3. DATE DE PAIEMENT... 3 4. DATE D INVESTISSEMENT... 3 5. PÉRIODE D INVESTISSEMENT... 3 6. DESCRIPTION DU FONDS D INVESTISSEMENT INTERNE... 3 Date

Plus en détail

Brochure d information relative à la distribution d actions de bonus

Brochure d information relative à la distribution d actions de bonus Brochure d information relative à la distribution d actions de bonus Résumé La présente brochure d information est mise à la disposition des actionnaires suite à la convocation à l assemblée générale extraordinaire

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

Obligation structurée

Obligation structurée Obligation structurée Introduction Une obligation structurée, également connue sous la dénomination de Structured Note, a les caractéristiques principales d une obligation : un émetteur, une durée déterminée,

Plus en détail

ÉPARGNE-PENSION COMMENT S Y PRENDRE?

ÉPARGNE-PENSION COMMENT S Y PRENDRE? COMMENT S Y PRENDRE? 1. L'ÉPARGNE-PENSION, C EST QUOI? L'épargne-pension vous permet de vous constituer une pension complémentaire à votre initiative individuelle. Au passage, vous pouvez déduire ce que

Plus en détail

AVERTISSEMENT ET INFORMATION SUR LES RISQUES LIES A LA NEGOCIATION DES CONTRATS A TERME ET DES ACTIONS

AVERTISSEMENT ET INFORMATION SUR LES RISQUES LIES A LA NEGOCIATION DES CONTRATS A TERME ET DES ACTIONS Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés par Newedge Group S.A. pour le compte d un client «le Client». Le Client est informé qu il existe

Plus en détail

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 Ci-dessous, nous vous proposons un bref aperçu du traitement fiscal des revenus mobiliers (dividendes

Plus en détail

ING Turbos Infinis. Avantages des Turbos Infinis Potentiel de rendement élevé. Pas d impact de la volatilité. La transparence du prix

ING Turbos Infinis. Avantages des Turbos Infinis Potentiel de rendement élevé. Pas d impact de la volatilité. La transparence du prix ING Turbos Infinis Produit présentant un risque de perte en capital et à effet de levier. Les Turbos sont émis par ING Bank N.V. et sont soumis au risque de défaut de l émetteur. ING Turbos Infinis Les

Plus en détail

Tarif des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques au 08/04/2013

Tarif des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques au 08/04/2013 TARIF Tarif des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques au 08/04/2013 Arrêté royal du 23 mars 1995 relatif à l'indication du prix des services financiers homogènes. Cette

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

abri fiscal placement ou autre mécanisme financier qui vous permet de protéger une partie de vos gains de l impôt pendant une certaine période

abri fiscal placement ou autre mécanisme financier qui vous permet de protéger une partie de vos gains de l impôt pendant une certaine période Voici les définitions de quelques mots clés utilisés dans le cadre du programme Connaissances financières de base. Ces mots peuvent avoir des sens différents ou refléter des notions distinctes dans d autres

Plus en détail

Faites le bon choix pour votre épargne

Faites le bon choix pour votre épargne Investir en 2013 Faites le bon choix pour votre épargne Dans quels produits avez-vous déjà investi? Compte d épargne % Bon de caisse Bon d état Compte à terme Obligations Branche 21 % Actions Fonds Titres

Plus en détail

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Bulletin fiscal Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Les versements à un REER effectués au plus tard le 1 er mars 2011 sont déductibles en 2010.

Plus en détail

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs

LEXIQUE - A A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z. Actuaires / Actuariat. Actifs représentatifs LEXIQUE - A Actuaires / Actuariat Un actuaire est un professionnel spécialiste de l'application du calcul des probabilités et de la statistique aux questions d'assurances, de finance et de prévoyance sociale.

Plus en détail

Comment avoir accès à la valeur de rachat de votre police d assurance vie universelle de RBC Assurances

Comment avoir accès à la valeur de rachat de votre police d assurance vie universelle de RBC Assurances Comment avoir accès à la valeur de rachat de votre police d assurance vie universelle de RBC Assurances Découvrez les avantages et désavantages des trois méthodes vous permettant d avoir accès à vos fonds.

Plus en détail

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes 13 septembre 2005 GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes Ce glossaire a été élaboré sous l égide du CCSF. Il est conçu à des fins purement informatives, et destiné à vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES

CONDITIONS TARIFAIRES CONDITIONS TARIFAIRES Des produits et services proposés par Groupama Banque Applicables au 1 er JANVIER 2015 Clientèle DES PROFESSIONNELS AGRICOLES Des artisans, commerçants et prestataires de services

Plus en détail

NOK 4% 2016. Deutsche Bank. Crédit Agricole Corporate and Investment Bank (FR) (A/A2) Une opportunité d investissement en couronne norvégienne.

NOK 4% 2016. Deutsche Bank. Crédit Agricole Corporate and Investment Bank (FR) (A/A2) Une opportunité d investissement en couronne norvégienne. Deutsche Bank Une opportunité d investissement en couronne norvégienne. A quoi vous attendre? Type d investissement Ce produit est une obligation. En souscrivant à cette obligation, vous prêtez de l argent

Plus en détail

RISQUES ET NATURE SPECIFIQUES DES PRINCIPAUX INSTRUMENTS FINANCIERS

RISQUES ET NATURE SPECIFIQUES DES PRINCIPAUX INSTRUMENTS FINANCIERS RISQUES ET NATURE SPECIFIQUES DES PRINCIPAUX INSTRUMENTS FINANCIERS La présente section vise à vous communiquer, conformément à la Directive, une information générale relative aux caractéristiques des

Plus en détail

Historique. Avantages de la FPA

Historique. Avantages de la FPA Historique Depuis 1991, les membres de l APESS peuvent profiter d une formule de placement individuelle avantageuse. Cette formule de placement a été élaborée par les responsables du service placement

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie I. Le financement de l'économie Financement = fait d'apporter des fonds à un individu, une entreprise, ou à soi-même. A) Les différents types de financement

Plus en détail

Sondage sur l endettement mené par la Banque Manuvie

Sondage sur l endettement mené par la Banque Manuvie Sondage sur l endettement mené par la Banque Manuvie 12 septembre 2011 Le sondage Le sondage effectué pour le compte de la Banque Manuvie du Canada a été mené auprès de 1 000 propriétaires canadiens âgés

Plus en détail

Portefeuille équilibré Assomption Vie

Portefeuille équilibré Assomption Vie Aperçu du Fonds Fonds d'investissement Assomption Vie Assomption Compagnie Mutuelle d'assurance-vie Portefeuille équilibré Assomption Vie Bref aperçu au 31 décembre 2012 Date de disponibilité du fonds

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC.

ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. ÉTATS FINANCIERS INTÉRIMAIRES ALPHINAT INC. Premier trimestre terminé le 30 novembre 2005 Les états financiers consolidés joints ont été préparés par la direction de Alphinat Inc. et n ont pas été examinés

Plus en détail

INTRODUCTION 3 1. TAUX D INTÉRÊT POUR LES COMPTES DE PASSIF DES CLIENTS 4 2. PRÊTS, CRÉDITS, DÉPASSEMENTS ET DÉCOUVERTS 4

INTRODUCTION 3 1. TAUX D INTÉRÊT POUR LES COMPTES DE PASSIF DES CLIENTS 4 2. PRÊTS, CRÉDITS, DÉPASSEMENTS ET DÉCOUVERTS 4 Tarifs en vigueur INTRODUCTION 3 TARIFS 1. TAUX D INTÉRÊT POUR LES COMPTES DE PASSIF DES CLIENTS 4 1.1 PAR TYPE 1.2 REMBOURSEMENT ANTICIPÉ DE DÉPÔTS À TERME FIXE 2. PRÊTS, CRÉDITS, DÉPASSEMENTS ET DÉCOUVERTS

Plus en détail

Principes généraux de l imposition des contrats d assurance-vie au Canada

Principes généraux de l imposition des contrats d assurance-vie au Canada Principes généraux de l imposition des contrats d assurance-vie au Canada Janvier 2015 L assurance-vie joue un rôle de plus en plus important dans la planification financière en raison du patrimoine croissant

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8 Les actions 3 Les droits et autres titres de capital 5 Les obligations 6 Les SICAV et FCP 8 2 Les actions Qu est-ce qu une action? Au porteur ou nominative, quelle différence? Quels droits procure-t-elle

Plus en détail

Solutions d assurance-vie pour les. propriétaires d entreprise

Solutions d assurance-vie pour les. propriétaires d entreprise Solutions d assurance-vie pour les propriétaires d entreprise Solutions d assurance-vie pour les propriétaires d entreprise Quel type d assurance-vie convient le mieux aux propriétaires d entreprise? Tout

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 8 septembre 2007 3 ième trimestre (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie

Plus en détail

FAQ Web conférence 2 avril

FAQ Web conférence 2 avril FAQ Web conférence 2 avril Les questions sur l assurance vie «Investir en assurance vie : quel intérêt?» L'assurance vie permet de réaliser une opération d'épargne. Dans cette perspective, un contrat d

Plus en détail

Prospectus Crédit d investissement hypothécaire

Prospectus Crédit d investissement hypothécaire Prospectus Crédit d investissement hypothécaire ÉDITION N 1 D APPLICATION A PARTIR DU 18 AOUT 2015 Elantis, votre spécialiste du crédit hypothécaire Quels sont les buts admis? Les crédits hypothécaires

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme. Fiche N 2 : Banque et Monnaie Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 2 : Banque et Monnaie I)- Principes Généraux : 1)- Définition du Terme Monnaie

Plus en détail

Comment tirer le maximum de votre CELI

Comment tirer le maximum de votre CELI Comment tirer le maximum de votre CELI STRATÉgie placements et fiscalité n o 17 Le Compte d épargne libre d impôt (CELI) est un excellent instrument d épargne, mais il faut savoir dans quelles circonstances

Plus en détail

LES ACQUISITIONS DE TITRES. Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). TABLE DES MATIERES

LES ACQUISITIONS DE TITRES. Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). TABLE DES MATIERES LES ACQUISITIONS DE TITRES Objectif(s) : o Classification des titres. Pré-requis : o Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). Modalités : o Immobilisations financières :

Plus en détail

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER?

Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Document de réflexion - RACHETER OU NE PAS RACHETER? Version fin mai 2012 Ce document est destiné aux personnes participantes du Régime et vise à les aider à déterminer si le rachat d une rente pour service

Plus en détail

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Le financement des placements par emprunt consiste simplement à emprunter pour

Plus en détail

Investir. Notre indépendance vous garantit un choix objectif

Investir. Notre indépendance vous garantit un choix objectif Investir Notre indépendance vous garantit un choix objectif Contenu P 04 Une gamme complète de fonds P 07 Bien investir, une question de stratégie P 11 Produits structurés P 14 Types de risques Investir?

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Objectif de la norme 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

Manuel de référence Options sur devises

Manuel de référence Options sur devises Manuel de référence Options sur devises Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX TMX Select Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique de Montréal Titres à

Plus en détail

Chapitre 4 - La valeur de l argent dans le temps et l'actualisation des cash-flows

Chapitre 4 - La valeur de l argent dans le temps et l'actualisation des cash-flows Chapitre 4 - La valeur de l argent dans le temps et l'actualisation des cash-flows Plan Actualisation et capitalisation Calculs sur le taux d intérêt et la période Modalités de calcul des taux d intérêts

Plus en détail

Opérations bancaires et investissements

Opérations bancaires et investissements Opérations bancaires et Publication : 1 avril 2003 Révision : TABLE DES MATIÈRES But et portée... 1 Principes... 1 Glossaire... 2 Directive exécutoire... 3 Résumé des responsabilités... 4 Collèges... 4

Plus en détail

Action quote-part d'une valeur patrimoniale; participation au capital-actions d'une société.

Action quote-part d'une valeur patrimoniale; participation au capital-actions d'une société. Glossaire Action quote-part d'une valeur patrimoniale; participation au capital-actions d'une société. Alpha Alpha est le terme employé pour indiquer la surperformance d un placement après l ajustement

Plus en détail

PROSPECTUS CREDITS HYPOTHECAIRES A USAGE PRIVE CREAFIN N.V. DUWIJCKSTRAAT 17-2500 LIER REGISTRE DES PERSONNES MORALES MALINES 455.731.

PROSPECTUS CREDITS HYPOTHECAIRES A USAGE PRIVE CREAFIN N.V. DUWIJCKSTRAAT 17-2500 LIER REGISTRE DES PERSONNES MORALES MALINES 455.731. PROSPECTUS CREDITS HYPOTHECAIRES A USAGE PRIVE CREAFIN N.V. DUWIJCKSTRAAT 17-2500 LIER REGISTRE DES PERSONNES MORALES MALINES 455.731.338 2 SOMMAIRE 1. Qu est-ce qu un crédit hypothécaire? 2. Qui peut

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 1

Table des matières. Chapitre 1 Table des matières Chapitre 1 Les objectifs de la planification financière et les objectifs de placement 1 Les objectifs de la planification financière personnelle 1 Premier objectif: atteindre un certain

Plus en détail

Smart Fund Plan 1. Type d assurance-vie. Garanties

Smart Fund Plan 1. Type d assurance-vie. Garanties AG Life Equities World 5 100% en actions, répartition 1,75 % AG Life Opportunities World 5 Ce fonds investit dans plusieurs groupes d'actifs. 2,00 % AG Life Equities Euro 6 100% en actions européennes

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

ETOILE SELECT 1. Votre sécurité nous tient à cœur. Baloise Group. Type d assurance-vie

ETOILE SELECT 1. Votre sécurité nous tient à cœur. Baloise Group. Type d assurance-vie ETOILE SELECT 1 Type d assurance-vie Garanties Les primes investies dans la partie de police Compte Etoile ont un rendement garanti (Branche 21). Pour les primes investies dans la partie de police Fonds

Plus en détail

www.financeimmo.com 1ère phase L'épargne, de 18 mois minimum pour le compte épargne logement et 4 ans minimum pour le plan épargne logement.

www.financeimmo.com 1ère phase L'épargne, de 18 mois minimum pour le compte épargne logement et 4 ans minimum pour le plan épargne logement. Vos crédits au meilleur taux Notre travail est de vous aider à rechercher les meilleures conditions commerciales correspondant à votre situation au moment où vous en avez besoin. Nous vous accompagnons

Plus en détail

Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts

Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts RELEVÉ DES MODIFICATIONS Risque de taux d'intérêt et de concordance des échéances Numéro de la modification Date d établissement

Plus en détail

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance.

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance. GLOSSAIRE 208 RAPPORT ANNUEL 2013 DU MOUVEMENT DESJARDINS GLOSSAIRE ACCEPTATION Titre d emprunt à court terme et négociable sur le marché monétaire qu une institution financière garantit en faveur d un

Plus en détail

Votre guide sur l'assurance vie universelle ÉquiVU à paiements limités

Votre guide sur l'assurance vie universelle ÉquiVU à paiements limités Votre guide sur l'assurance vie universelle ÉquiVU à paiements limités équivu GUIDE À L'INTENTION DE LA CLIENTÈLE À PROPOS DE L'ASSURANCE VIE ÉQUITABLE MD DU CANADA L'Assurance vie Équitable MD est la

Plus en détail

vos objectifs Investir pour atteindre

vos objectifs Investir pour atteindre Investir pour atteindre vos objectifs Que ce soit pour prendre une retraite confortable, effectuer un achat important, financer les études de votre enfant ou épargner en vue de laisser un legs, investir

Plus en détail

crédit-logement prospectus n 8 d application à partir du 10 octobre 2014

crédit-logement prospectus n 8 d application à partir du 10 octobre 2014 crédit-logement prospectus n 8 d application à partir du 10 octobre 2014 Prospectus Crédits-logement Ce prospectus est applicable à toutes les sociétés appartenant au Groupe AXA, soit AXA Belgium et AXA

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 Le présent Rapport annuel de la direction contient les faits saillants financiers, mais non les États financiers

Plus en détail

Formes d investissement: points forts et points faibles

Formes d investissement: points forts et points faibles Formes d investissement: points forts et points faibles Ce document est un extrait de la brochure Formes d investissement : points forts et points faibles et comprend les descriptions de produits de différents

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Best Profile 05/2018 1

Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Best Profile 05/2018 1 Fortis AG - Vos assurances chez votre courtier Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Best Profile 05/2018 1 1 Cette fiche d information financière décrit les modalités du produit qui sont d application

Plus en détail

Votre compte d épargne en 1-2-3 http://www.epargne.guides-123.be

Votre compte d épargne en 1-2-3 http://www.epargne.guides-123.be s Votre compte d épargne en 1-2-3 http://www.epargne.guides-123.be en collaboration avec : Table des matières Table des matières...2 Votre compte d épargne en 1-2-3...4 ETAPE 1 : Bon à savoir...5 1. Quoi?...5

Plus en détail

VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE

VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE LES PREMIÈRES DÉMARCHES Devenir tuteur familial Une gestion prudente et avisée Vous venez d être nommé tuteur d un majeur à protéger La tutelle est un régime de

Plus en détail

Questions fréquemment posées

Questions fréquemment posées Questions fréquemment posées Ma demande d'un crédit ING est acceptée. Où dois-je me rendre pour signer les contrats? Quelle est la durée minimale d'un prêt à tempérament? Quelle est la durée maximale d'un

Plus en détail

Séparation, rupture de la vie commune

Séparation, rupture de la vie commune Séparation, rupture de la vie commune ÊTRE ACCOMPAGNÉ PAR SA BANQUE À CHAQUE ÉTAPE DE SA VIE. 2 SOMMAIRE QUELLES DÉMARCHES POUR... Que notre relation soit ancienne ou plus récente, nous nous engageons

Plus en détail