Cours de gestion financière (M1) Séance (6) du 24 octobre 2014 Choix d investissement, VAN, TRI

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cours de gestion financière (M1) Séance (6) du 24 octobre 2014 Choix d investissement, VAN, TRI"

Transcription

1 Cours de gestion financière (M1) Séance (6) du 24 octobre 2014 Choix d investissement, VAN, TRI 1

2 2 Décision financière des entreprises Plan de la séance du 24 octobre Chapitres 6 et 7 du livre Cas avec deux dates Lien avec le MEDAF Création de richesse Flux à prendre en compte Investissement sans risque Typologie des flux Investissements simples Critères de choix Valeur Actuelle Nette, TRI (ou TIR) Flux à prendre en compte Comptables vs trésorerie (cash-flows) Marginaux ou moyens Financiers vs opérationnels

3 Décision financière des entreprises Objectifs pédagogiques Savoir comment utiliser le MEDAF pour déterminer le taux d actualisation d un projet avec des flux futurs aléatoires. Faire le lien avec la notion de création de richesse pour les actionnaires Justification du critère de la VAN pour des flux certains Utilisation d un raisonnement par absence d opportunité d arbitrage Rappels des principales propriétés des critères de la VAN et du TRI Repérer les cas non standard (investissement répétés, financement de projets) : non existence ou multiplicité de TRI Analyse de projets concurrents Bien déterminer les cash-flows : le cas des obligations souveraines 3

4 Deux dates À la date initiale, décaissement d un montant est un flux de trésorerie En général À la date future, on récupère un flux est aussi un flux de trésorerie peut être aléatoire Investissement en actions, par une entreprise Achat d une action à la date suivi d une revente en Analyse des flux Représentation graphique Implication de l équation de la SML 4

5 Deux dates, investissement en actions, prix de l action à la date : Montant investi prix courant de l action achetée sur le marché primaire ou secondaire Flux de trésorerie négatif en : On récupère à la date, Prix de revente de l action, dividende reçu n est en général pas connu à la date Diagramme des flux de trésorerie temps 5

6 Deux dates, investissement en actions Échéancier de flux : achat et revente d une action Échéancier de flux : description des flux de trésorerie (montants et dates de paiement) associés à un investissement Diagramme de flux : représentation graphique d un échéancier de flux montant investi (cash-flow initial : ) montant issu de la revente de l action Diagramme des flux de trésorerie temps 6

7 7 Deux dates, investissement en actions Relation entre le prix aujourd hui et le flux futur La rentabilité réalisée est La rentabilité espérée est L équation de la SML donne : où Le prix aujourd hui est la valeur actuelle du flux futur espéré Le taux d actualisation est

8 Deux dates Cas particulier où le flux futur est certain Le taux d actualisation est Placement sans risque: le Beta est nul Le taux d actualisation est alors égal au taux sans risque Cas d une action sous-évaluée Si Alpha de Jensen positif On peut montrer L action est sous-évaluée Le montant à investir pour l acquérir,, est inférieur à la valeur actuelle du flux reçu lors de la revente 8

9 9 Deux dates Évaluation d une entreprise Pour simplifier l analyse, supposons que l entreprise ne vit qu une période Valeur de liquidation en : Ce montant revient aux bailleurs de fonds (actionnaires et créanciers) Valeur de marché de l entreprise en : En payant l entreprise, les apporteurs de fonds sont rémunérés pour le risque pris : Le taux de rentabilité de l investissement est L espérance est égale à Conformément à l équation de la SML

10 Deux dates Choix d investissement Montant investi à la date Rapporte le flux en Pour simplifier la présentation, on suppose que le projet d investissement ne dure qu une période Valeur en (ou valeur actuelle) du flux futur L investissement n est réalisé que si création de valeur pour l investisseur correspond à la Valeur Actuelle Nette (VAN) nette de l investissement 10

11 11 Deux dates Choix d investissement (suite) Le projet d investissement n est réalisé que si En remplaçant par On montre taux de rentabilité attendu de l investissement taux de rentabilité cible Tel que donné par l équation de la SML Le projet n est réalisé que si le taux de rentabilité attendu est supérieur au taux de rentabilité cible Critère faisant intervenir le taux de rentabilité correspond au q de Tobin

12 12 Remarques Le taux d actualisation est spécifique au risque du projet Ici, caractérisé par le Beta Il n a rien à voir avec les préférences des actionnaires de l entreprise L aversion vis-à-vis du risque peut dépendre des actionnaires Pour une société, le Beta intervenant dans le taux d actualisation peut différer du Beta de l action de la société Effet de levier d endettement Le nouveau projet peut être différent de ceux menés habituellement par l entreprise La décision d investissement ne fait intervenir que les flux de trésorerie associés au projet Pas de flux comptables (amortissement d immobilisations, ) Et tous les flux de trésorerie : approche différentielle Pas d affectation forfaitaire de coûts fixes de l entreprise

13 Remarques (suite) Caractéristiques d un investissement Caractère «irréversible» des dépenses engagées Les dépenses engagées pour creuser le tunnel sous la Manche le sont à fonds perdus On peut arrêter l exploitation mais on ne va pas combler le tunnel Caractère non divisible de l investissement On ne peut pas creuser une fraction du tunnel Mais on peut titriser cet investissement en créant une société cotée en Bourse et portant ce projet Les investisseurs initiaux peuvent alors revendre leurs parts sans attendre la fin de vie (éventuellement très lointaine) du projet La cotation en Bourse d une entreprise (actions et obligations) rend de fait l investissement divisibles en parts Solidarité des bailleurs de fonds 13

14 Cash-flows certains Justification économique de la VAN Raisonnement par «absence d opportunités d arbitrage» Pour simplifier la présentation, considérons deux dates, aujourd hui,, demain On suppose que l on peut emprunter et prêter auprès d une «banque» à un taux (simple) Pas de risque de défaut, de liquidité, de coûts liés à ces opérations financières Ce marché de prêts/emprunts «sans frictions» va servir de marché «pivot». Considérons un flux de (une unité monétaire) reçu à la date. Empruntons à la banque à la date 0 14

15 Cash-flows certains Justification économique de la VAN 1 À la date 1, il faut rembourser 1RF 1 à la banque 1 RF montant emprunté Flux de trésorerie En rouge, le flux initial reçu de 1 à la date 1, en noir les flux échangés avec la banque Le flux net à la date 1 est égal à : Au total, on dispose d une somme de Et il n y a aucun flux futur 1 1 RF t 0 Flux net à la date 1 = 0 1 t 1 temps 1 15

16 Cash-flows certains Interprétation Grâce à une opération élémentaire Emprunt simple auprès de la «banque» On a «transformé» un flux à recevoir à la date 1 en une somme immédiatement disponible Égale à la valeur actuelle du flux à recevoir Le taux d actualisation étant le taux de prêt/emprunt à la «banque» Supposons maintenant que le flux à recevoir de 1 à la date 1 soit négocié sur un marché BTF, T-Bill (titres émis avec une maturité < 1 an) Actif zéro-coupon : «strips», démembrement d obligations 16

17 17 Cash-flows certains Prix des coupons strips et des principal strips aux U.S. Pour une même date d échéance, on peut avoir plusieurs P Strips et un C strip Les deux courbes décroissantes, presque confondues représentent les prix des P strips et des C strips en fonction de l échéance (échelle de gauche, prix en %) La courbe mauve (échelle de droite) représente les écarts de prix entre C strips et P Strips

18 18 Cash-flows certains Notons, le prix à la date 0, du titre précédent Montrons qu en l absence de frictions et d opportunités d arbitrage, on a nécessairement : 1 P R Raisonnement par l absurde Supposons que : Réalisons les opérations suivantes : 1 F 1) Achat du titre : décaissement de à la date 0, encaissement de 1 à la date 1 2) Emprunt de à la banque : encaissement de à la date 0, décaissement de 1 à la date 1

19 Cash-flows certains Suite du raisonnement précédent Flux net à la date 0 = Représentons les flux de trésorerie associés aux deux opérations précédentes En rouge, les flux liés à l achat du zéro-coupon En noir, les flux liés à l emprunt auprès de la banque Le solde des opérations financières fait apparaître un flux positif de 1 1 RF t 0 P 1 t 1 temps 1 Flux net à la date 1 = 0 19

20 Cash-flows certains Il s agit d une opportunité d arbitrage Arbitrage entre le marché de l actif zéro-coupon et le marché des prêts/emprunts à la banque Permettant de réaliser un profit immédiat, sans risque, sans mise de fonds, sans aucun engagement futur Techniquement, une «opportunité d arbitrage» est un échéancier de flux positifs ou nuls Avec au moins un flux strictement positif S il existe une opportunité d arbitrage, la demande est infinie Incompatibilité avec l équilibre, «no free-lunch» D où l hypothèse couramment faite d absence d opportunités d arbitrage 20

21 Cash-flows certains Enrichissement sans cause de l «arbitrageur»? «arbitrageur» : celui qui réalise l opération financière précédente. Ici, par opposition à «spéculateur», puisqu il n y a aucune prise de risque. Terminologies «non déposées» L arbitrageur a une fonction économique de maintien de la cohérence du système de prix Garantie donnée aux investisseurs finaux de payer le même prix pour deux échéanciers de flux futurs identiques Mais si les marchés sont efficients dans le sens précédent, il n y a pas d opportunités d arbitrage et donc pas d arbitrageurs Ce qui résout la question morale posée plus haut Mais crée un autre paradoxe quant à l efficience informationnelle des marchés (Grossman et Stiglitz) 21

22 Cash-flows certains Reprenons le raisonnement précédent Si, il est possible de construire une opportunité d arbitrage Contradiction avec l hypothèse d absence d opportunités d arbitrage, donc nécessairement : Supposons maintenant que Le prix P du zéro-coupon est élevé Il faut donc vendre cet actif Toujours vendre ce qui est cher et acheter ce qui est bon marché On va réaliser des opérations financières symétriques à celles effectuées précédemment 1) vente de l actif zéro-coupon 2) prêt d un montant à la banque 22

23 Cash-flows certains Flux de trésorerie associés aux opérations financières précédentes En rouge, les flux liés à la vente du titre En noir, les flux liés au prêt à la banque Flux net à la date 0 = P 11R F RF P t 0 t 1 temps Le solde net des flux de trésorerie fait apparaître une opportunité d arbitrage 1 1 Flux net à la date 1 = 0 23

24 Soit Le seul prix de l actif zéro-coupon compatible avec l absence d opportunité d arbitrage est la valeur actuelle du flux futur (1) Le taux d actualisation étant le taux de prêt/emprunt sans risque auprès de la «banque» Le cash-flow associé au zéro-coupon n est entaché d aucun risque S il y a des «frictions» Taux de prêt à la banque inférieur au taux d emprunt L ensemble des prix compatibles avec l AOA est un intervalle Il n y a plus unicité du prix 24 Cash-flows certains Si l on suppose qu il n y a pas d opportunités d arbitrage, la situation précédente est impossible On ne peut pas avoir : Donc, Au total, on doit avoir : et

25 Deux dates Il ne pouvait exister qu un taux sans risque En l absence d opportunités d arbitrage Sinon, on peut emprunter au taux bas et prêter au taux élevé Le même raisonnement montre qu il n existe qu un seul prix aujourd hui pour un actif donné Par exemple une action Loi du prix unique dans des marchés sans frictions S il existe deux prix différents au même moment pour le même actif, on peut acheter l actif au prix bas, le revendre au prix haut Il s agit d une opportunité d arbitrage 25

26 Choix d investissement On a examiné comment des investisseurs extérieurs à l entreprise pouvaient faire des choix de portefeuilles d actifs financiers Modèle à une période Markowitz, MEDAF On va poursuivre cette analyse En introduisant plusieurs périodes Différents types d échéanciers de flux Et des critères tels que la valeur actuelle nette (VAN) ou le taux de rentabilité interne (TRI) Étudier la pertinence de ces critères Choix du bon taux d actualisation pour la VAN 26

27 Choix d investissement Choix d investissement Échéancier de flux général : aucune indication sur le signe des flux Diagramme de flux : En abscisse, le temps En ordonnée, les flux de trésorerie à chaque date de paiement temps Investissement simple : un montant décaissé à la date initiale, puis des flux positifs Flèche vers le bas : flux décaissé Flèche vers le haut : Flux encaissé temps 27

28 28 Choix d investissement Investissement simples Stratégie «buy and hold» : cas d une action dividendes Prix de revente Prix d achat temps Achat d une obligation à l émission et détention jusqu à l échéance Principal Coupons Principal + coupon Pas de temps défaut

29 29 Choix d investissement Échéancier de flux associés à un projet d investissement Ensemble de flux financiers : payés à des dates données : Les flux futurs peuvent être aléatoires ou prédéterminés Ils sont exprimés dans une devise donnée Ou unité de compte Monétaire ou non temps

30 30 Choix d investissement La date courante est souvent notée ou Il peut n y avoir aucun flux de trésorerie à cette date On parle d opération (ou d investissement) à terme La date à laquelle le premier flux est versé est souvent postérieure à la décision de mettre en œuvre l investissement. Immobilier, achat d actions, d obligations, etc. La date courante peut être ou non confondue avec la date à laquelle on décide de mettre en œuvre de l investissement Cas simple où on décaisse un montant à la date Le cash-flow associé est :

31 Conventions et notations Le livre utilise la notation Notation «actuarielle» Pas de «standard» en la matière Les cash-flows postérieurs à la date courante sont souvent appelés «cash-flows futurs». Cash-flows : cash-flow initial, cash-flows futurs 31

32 32 Choix de l échelle de temps Une échelle de temps annuelle est souvent utilisée D autres échelles de temps, notamment mensuelles, peuvent être appropriées Intervalle de temps naturel entre deux cash-flows consécutifs Cela dépend du contexte Pour les investissements sur les marchés monétaires et obligataires, il est indispensable de localiser les dates de paiement à la journée près. Dans le cas d investissements industriels, une périodicité moins grande peut être envisagée : Mensuelle, trimestrielle, annuelle, notamment en fonction des données de la comptabilité Pour des encaissements ou des décaissements importants, le jour de paiement peut être précisé

33 Choix d investissement On parlera d un investissement simple quand il y a un décaissement à la date initiale ou Montant de l investissement Suivi d une suite de flux de trésorerie positifs Ces flux peuvent être régulièrement espacés au cours du temps Ils peuvent être d un montant identique On parle alors de rente Ils peuvent être déterministes ou constants en espérance Ils peuvent être payés jusqu à l infini Rente perpétuelle Beaucoup d exemples du livre se situent dans ce contexte Calculs et analyses plus simples 33

34 34 Choix d investissement Investissements qui ne sont pas «simples» Investissements au début du projet Cash-flows négatifs Période d exploitation Cash-flows positifs Coûts de dépollution Cash-flows négatifs Sortie du nucléaire? Il y a deux changements de signe dans l échéancier de flux Un seul pour un investissement simple temps

35 Choix d investissement Investissements qui ne sont pas simples Superposition de deux investissements simples temps écart de deux périodes entre les deux investissements S il s agit de deux décisions prises séparément, il faut évaluer chaque investissement séparément 35

36 Choix d investissement Investissements qui ne sont pas simples Superposition de deux investissements simples temps Si la décision de renouveler l investissement est prise dès le début, sans possibilité ultérieure d abandonner le «second» projet, il s agit d un seul investissement. Investissements routiniers ou de renouvellement Problématique de la détermination d un projet et des flux 36

37 37 Choix d investissement Valeur actuelle nette (VAN) d un échéancier de flux F0 I temps À la date, au taux d actualisation discret VAN n k0 1 F k k 0 r t t Convention flèche vers le haut = encaissement Flèche vers le bas = décaissement

38 38 Choix d investissement Si et On remarque qu ainsi définie, la VAN d un échéancier de flux dépend du taux d actualisation r C est en fait une fonction de r La VAN peut être positive pour certaines valeurs de r Et négatives pour d autres valeurs de r La détermination du taux d actualisation est donc cruciale pour déterminer effectivement une valeur actuelle nette

39 Choix d investissement Aux origines de la valeur actuelle Leonard de Pise ou Fibonacci 1202 Liber Abaci (livre des calculs) Traite essentiellement de mathématiques financières Raisonnements financiers rigoureux Valeur actuelle, facteurs d actualisation, absence d opportunités d arbitrage Précède de peu les attaques de l Église contre l usure Fibonacci and the Financial Revolution William N. Goetzmann NBER Working Paper No ,

40 Choix d investissement Cas particulier d échéanciers de flux Flux équirépartis dans le temps «annuity» Pour simplifier : VAN Taux de rentabilité interne (TRI ou TIR) Taux d actualisation r tel que n k0 1 F k r k n k0 F 1 k r k 0 40

41 Choix d investissement Écriture légèrement différente du TRI Cas où le premier flux est un décaissement lié à un investissement de montant : Les cash-flows futurs : n k0 Soit F k k a a I 1 r n ak k k1 1 r 1 n 0 0 n 1r 1r I investissement initial valeur actuelle des cash-flows futurs Un TRI est un taux d actualisation tel que la valeur actuelle des cash-flows futurs est égale à l investissement initial. 41

42 42 Choix d investissement Existence et unicité du TRI pour un investissement simple Il faut chercher un taux d actualisation r tel que : La fonction k est décroissante En effet I n k1 1 a k r r 100%, k n k1 a 1 Valeur actuelle des cash flows futurs n n a k k a ' k f r f r 0 k k1 k1 1r k1 1r r k

43 Choix d investissement Existence et unicité d un TRI pour un investissement simple Domaine de variation de la valeur actuelle des cash-flows futurs n a lim k r 0 k k1 1 r f r n k1 1 a k lim r k r100% n k1 a 1 k r k Valeur actuelle des cash flows futurs TRI 43

44 Rappel : deux dates Cas d un investissement réalisé par une société ou un individu Montant investi à la date Rapporte le flux en Projet logé dans une entreprise cotée en Bourse Le capital apporté est ( fonds propres ) Valeur boursière de l entreprise en En payant l entreprise, les actionnaires sont rémunérés pour le risque pris : marchés financiers concurrentiels 44

45 Choix d investissement On peut étendre le raisonnement s il y a plusieurs flux Dividendes versés à des dates futures différentes Par «dividendes», on entend les flux récupérés par les investisseurs Le projet se termine à la date. Il verse à ses financeurs un dividende La valeur boursière du projet à la date est En cas de sortie du projet à la date, les investisseurs récupèrent un flux égal à La valeur boursière du projet à la date est 45

46 Choix d investissement On peut étendre le raisonnement s il y a plusieurs flux Notons D où La valeur boursière (ou valeur économique) du projet est la valeur actuelle de l espérance des flux futurs où le taux d actualisation est donné par le MEDAF On a supposé que le Beta était le même aux deux dates Projet avec une durée de vie finie Pas de «bulle spéculative» 46

47 Choix d investissement Quelques exemples types d échéanciers de flux associés à des investissements Crédits amortissables Obligations à amortissement «in fine» TRI, taux actuariel Analyse des flux de trésorerie Valeur de croissance Achat d une action émise par une société «émergente» Faibles dividendes au début, mais fort taux de croissance des dividendes Projet de type développement durable Ce ne sont pas des investissements «simples» Problèmes d existence et d unicité des TRI 47

48 Choix d investissement Valeur actuelle d un prêt à annuités constantes Description de l échéancier de flux 48

49 Choix d investissement Valeur actuelle d un prêt à remboursements par mensualités constantes En abscisse, le taux d actualisation, en ordonnée, la VAN Il s agit d un investissement simple : la VAN est une fonction décroissante du taux d actualisation. Il y a un unique TRI TRI = 1,77% 49

50 Choix d investissement Obligation à amortissement «in fine» OAT : Obligations Assimilables du Trésor, émises par l état français : principal (1 euro) coupon (annuel) Remboursement du principal en une seule fois Diagramme de flux Principal + coupon Principal Coupons temps 50

51 Choix d investissement OAT : obligations assimilables du Trésor Financement à long terme de l État français Standardisation Mêmes produits de dette, modes d émission, d organisation du marché qu aux États-Unis ou dans les autres grands pays Lisibilité et liquidité : peu de titres émis, mais des encours élevés De 10 à 25 milliards d euros par titre Vente par mise aux enchères (adjudication) Obligations Assimilables Vente de nouvelles tranches d un emprunt déjà existant Pour augmenter la liquidité Marché secondaire tenu par les Spécialistes en Valeurs du Trésor (marché gouverné par les prix) Évolution vers des cotation sur des plateformes électroniques (Bloomberg) 51

52 Choix d investissement Caractéristiques des OAT Maturité des obligations à l émission : 7 à 50 ans Coupon annuel, en général fixe et amortissement in fine Nominal : 1 Paiements de coupon et de principal : toujours le 25 OAT 4,25% avril 2019 ISIN : FR À fin septembre 2007, titres émis Paye un coupon de 4,25 centimes d euros par titre tous les 25 avril jusqu en 2019 Le 25 avril 2019 remboursement du principal de 1 euro 52

53 53 Choix d investissement Calendrier des adjudications des OAT et BTAN

54 54 Deux dates Détention par les non-résidents des titres de la dette négociable de l État français (en % de la dette) Données trimestrielles Du premier trimestre 2009 au premier trimestre 2012 Source : Banque de France On peut aussi considérer les investisseurs hors zone euro Baisse de 71% à 64% du % de la dette détenue par les nonrésidents entre Q et Q1 2012

55 Deux dates Les 10 SVT les mieux évalués par l AFT (année 2011) 1 BNP Paribas 2 Barclays Capital 3 Société Générale 4 Morgan Stanley 5 Natixis 6 HSBC 7 Crédit Agricole 8 Royal Bank of Scotland 9 UBS 10 Deutsche Bank On note une prééminence des banques françaises, même si la dette de l État français est détenue majoritairement par les non résidents 55

56 Choix d investissement Obligations à amortissement in fine Ou «Bullet bonds» Financement des états, des organismes supranationaux, des grandes entreprises Treasury Notes aux États-Unis Les coupons sont semi-annuels 56

57 Choix d investissement Achat d une obligation in fine Prix d acquisition de l obligation = 100 Maturité = 4 ans Taux de coupon = 5 % 57

58 Choix d investissement Valeur actuelle nette (VAN) des flux futurs d une obligation in fine en fonction du taux d actualisation On remarque que dans l exemple choisi, la VAN décroit avec le taux d actualisation Le Taux de Rentabilité Interne (TRI ou TIR) est égal à 5% En abscisse, le taux d actualisation. En ordonnée, la valeur actuelle nette TRI = 5,00% 58

59 Choix d investissement Dans le cas des obligations, le taux de rentabilité interne s appelle le «taux actuariel» Yield ou Yield to maturity Grande disparité des taux actuariels des obligations émises par les états souverains Pour une même devise Par exemple, l euro Et pour une même maturité Par exemple, 10 ans Ces disparités se sont accrues depuis la crise financière Taux actuariels d emprunt de l état grec pouvant aller jusqu à 80% pour certaines maturités Moins de 2% pour les «bunds» allemands à 10 ans 59

60 60 Choix d investissement Écart de taux de rentabilité interne des obligations à 10 ans Allemagne contre Italie De décembre 2010 À novembre 2011 En ordonnée, l écart entre les TRI en points de base. 100 points de base = 1%

61 Choix d investissement Le TRI des obligations italiennes en euros à 10 ans à l automne 2011 est environ de 6% Celui des obligations allemandes est environ de 2% Faut-il en conclure qu il faut acheter des obligations italiennes? Application du critère du TRI? Où est passé le risque «de défaut» de l émetteur dans le calcul du TRI? Quels sont les flux de trésorerie utilisés pour calculer le TRI? Dans l approche utilisée sur les marchés obligataires, on utilise les flux associés à l obligation en cas de «non-défaut» Ou flux contractuels 61

62 Choix d investissement En cas de défaut ou de restructuration de la dette d un état en difficulté financière Les flux de trésorerie effectivement reçus par les investisseurs ne sont pas ceux qui étaient effectivement prévus Exemple : répudiation totale de la dette L emprunteur n effectue aucun des versements prévus Les investisseurs obligataires ne reçoivent plus aucun flux après la date de répudiation de la dette. Pour une date de paiement de coupon, le vrai cash-flow n est pas le coupon promis mais Le coupon promis si la date de répudiation de la dette est postérieure à la date de paiement Zéro, sinon 62

63 Choix d investissement Suite de l exemple précédent Le taux actuariel est un taux de rentabilité interne construit à partir d un échéancier de flux optimiste pour l investisseur Correspondant au scénario de non-défaut C est même le scénario le plus optimiste Les cash-flows effectifs sont inférieurs ou égaux aux cashflows contractuels Les TRI calculés à partir des cash-flows contractuels sont surévalués Ceci va expliquer une partie de l écart des TRI entre les emprunts allemands et italiens Les vrais cash-flows sont aléatoires à cause du risque de défaut 63

64 Les défauts sur les dettes publiques sont monnaie courante 64

65 Choix d investissement Obligations : emprunts cotés en Bourse Obligation «corporate» Emprunt russe Municipalité de Cracovie

66 66 Choix d investissement Ne pas minorer les risques des obligations (souveraines ou corporate) Obligation d état grecque Coupon 4,6% Échéance 05/13 Juillet 2010 Juillet 2011 Plus haut 90% du nominal Plus bas 62% du nominal Source Bloomberg

67 Choix d investissement Suite de l exemple précédent Les vrais cash-flows des obligations sont aléatoires Difficulté pratique de calcul du TRI TRI faciles à calculer à partir des cash-flows contractuels déterministes Pas de modèle probabiliste pour la survenance et la gravité du défaut Importance de connaître les limites des pratiques de marché Ce n est pas le critère du TRI qui est en cause Mais l analyse des flux de trésorerie Problématique répétitive Crédits subprime, emprunts toxiques des collectivités territoriales, TRI calculés à partir de flux de trésorerie dans des scénarios particuliers et biaisés. 67

68 Choix d investissement Projet de type «développement durable» On s est limité à un projet d investissement avec seulement trois flux. Le premier flux correspond à l investissement initial Le deuxième flux aux flux issus de l exploitation de cet investissement Le dernier flux correspond à un coût de sortie du projet dates flux

69 Choix d investissement Projet de développement durable, deux TRI En abscisse, le taux d actualisation, en ordonnée, la VAN La valeur actuelle nette n est pas une fonction monotone du taux d actualisation. Il ne s agit pas d un investissement simple. 69

70 Choix d investissement Projet de type «développement durable» On s est limité à un projet d investissement avec seulement trois flux. Le premier flux correspond à l investissement initial Le deuxième flux aux flux issus de l exploitation de cet investissement Le dernier flux correspond à un coût de sortie du projet dates flux

71 Choix d investissement Projet de développement durable, pas de TRI En abscisse, le taux d actualisation, en ordonnée, la VAN La VAN reste négative. Il n y a pas de TRI associé à cet échéancier de flux. Ce n est pas un investissement «simple» 71

72 Choix d investissement Un taux de rentabilité interne associé à un projet d investissement est tel que la valeur actuelle nette des flux actualisés à ce taux est nulle En matière de choix d investissement, le principe est que l on préfère des projets dont le TRI est élevé. Le calcul du taux de rentabilité interne ne fait intervenir que l échéancier de flux, dates de paiement et montant des flux. D où le nom de taux «interne» C est un avantage pratique Inconvénients pratiques Un échéancier de flux peut admettre plusieurs TRI Attention au TRI calculé avec les outils informatiques «standard» Lequel choisir? Un échéancier de flux peut n admettre aucun TRI 72

73 73 Choix d investissement Comparaison entre les critères de la VAN et du TRI Investissements simples VAN r n k0 F 1 k r k Cas de rejet du projet : TRI < taux cible VAN < 0 si taux d actualisation égal aux taux cible Taux cible TRI

74 74 Choix d investissement Comparaison entre les critères de la VAN et du TRI Investissements simples VAN r n k0 F 1 k r k TRI VAN : NPV Cas d acceptation du projet : TRI : IRR TRI > taux cible VAN > 0 si taux d actualisation égal aux taux cible Taux cible

75 Choix d investissement Valeur Actuelle Nette : VAN «Net Present Value» : NPV Nette? Prise en compte du premier cash-flow Taux de rentabilité interne : TRI «Internal rate of return» : IRR Taux d actualisation : discount rate Actualiser : to discount 75

76 76 Choix d investissement Applications sur App Store à utiliser avec prudence

77 77 Choix d investissement Calcul de VAN (NPV) sous Excel Dates de paiement équiréparties La première date est la date Attention s il y a un flux d investissement à date Calcul de TRI (IRR) sous Excel Uniquement pour des dates de paiement équiréparties Convergence non garantie Ne traite pas les cas de multiples TRI ou d absence de TRI Pour les cas complexes, tracer le graphe de

78 fr/excel help/rendement titre HP aspx Choix d investissement Taux actuariel d obligations dans Excel Excel calcule le taux actuariel par la méthode de Newton. Nombre d itérations maximal : 100 Utilisation d Excel (version française) RENDEMENT.TITRE(règlement;échéance;taux;valeur_nominale;valeur _échéance;fréquence;base) Règlement : date de règlement On peut trouver «liquidation» au lieu de règlement comme nom du champ Si la date de règlement est le 23 mai 2013, utiliser DATE(2013;5;23) Échéance : date d échéance (du dernier paiement) de l obligation Taux : taux de coupon (attention pour un taux de 5%, entrer 0.05) Valeur_nominale : il s agit en fait du prix pied de coupon du titre 78

Cours de gestion financière (M1) Choix d investissement (compléments) Diagrammes de flux. Diagrammes de flux. Diagramme de flux :

Cours de gestion financière (M1) Choix d investissement (compléments) Diagrammes de flux. Diagrammes de flux. Diagramme de flux : Cours de gestion financière (M) Séance (7) du 3 novembre 205 Choix d investissement (compléments) Choix d investissement (compléments) Investissements simples, investissements renouvelés Unicité du TRI

Plus en détail

Choix d investissement (VAN et TRI) Cours de gestion financière (M1) Investissement. Choix d investissement. Objectifs pédagogiques

Choix d investissement (VAN et TRI) Cours de gestion financière (M1) Investissement. Choix d investissement. Objectifs pédagogiques Cours de gestion financière (M1) Séance (8) du 20 novembre 2015 Choix d investissement (VAN, TRI) Choix d investissement () Objectifs pédagogiques Savoir comment utiliser le MEDAF pour déterminer le taux

Plus en détail

T.D. 1. Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8

T.D. 1. Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8 Mathématiques Financières Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8 C. FISCHLER & S. GOUTTE T.D. 1 Exercice 1. Pour chacune des suites ci-dessous, répondre aux questions suivantes : Est-ce une suite monotone?

Plus en détail

Chapitre 4 : cas Transversaux. Cas d Emprunts

Chapitre 4 : cas Transversaux. Cas d Emprunts Chapitre 4 : cas Transversaux Cas d Emprunts Échéanciers, capital restant dû, renégociation d un emprunt - Cas E1 Afin de financer l achat de son appartement, un particulier souscrit un prêt auprès de

Plus en détail

Obligation : transfert dans le temps

Obligation : transfert dans le temps Obligation : transfert dans le temps Dans ce premier chapitre nous introduirons les principales notions concernant les obligations. Les principes élémentaires de la notion d arbitrage y sont décrits. Une

Plus en détail

Les obligations. S. Chermak infomaths.com

Les obligations. S. Chermak infomaths.com Les obligations S. Chermak Infomaths.com Saïd Chermak infomaths.com 1 Le marché des obligations est un marché moins médiatique mais tout aussi important que celui des actions, en terme de volumes. A cela

Plus en détail

L évaluation des obligations

L évaluation des obligations Chapitre 8 L évaluation des obligations Plan du chapitre 8 8.1. Flux monétaires, prix et rentabilité des obligations Caractéristiques générales des obligations Obligations zéro-coupon Obligations couponnées

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2013-2014 Mathématiques Financières Les bases de l évaluation des investissements

S5 Info-MIAGE 2013-2014 Mathématiques Financières Les bases de l évaluation des investissements Université de Picardie Jules Verne Année 2013-2014 UFR des Sciences Licence mention Informatique parcours MIAGE - Semestre 5 Mathématiques Financières LES BASES DE L EVALUATION DES INVESTISSEMENTS Les

Plus en détail

Chapitre 2 : l évaluation des obligations

Chapitre 2 : l évaluation des obligations Chapitre 2 : l évaluation des obligations 11.10.2013 Plan du cours Flux monétaires, prix et rentabilité Bibliographie: caractéristiques générales Berk, DeMarzo: ch. 8 obligations zéro-coupon obligations

Plus en détail

MARCHES FINANCIERS Licence 3 Monnaie Finance Université Panthéon-Assas Paris 2 2014 2015

MARCHES FINANCIERS Licence 3 Monnaie Finance Université Panthéon-Assas Paris 2 2014 2015 MARCHES FINANCIERS Licence 3 Monnaie Finance Université Panthéon-Assas Paris 2 2014 2015 Christophe CHOUARD et Sébastien LOTZ Informations financières omniprésentes: Indices boursiers - CAC 40, DJIA, Euro

Plus en détail

Economie Monétaire et Financière

Economie Monétaire et Financière Economie Monétaire et Financière Jézabel Couppey- Soubeyran et Bruno Tinel Université Paris 1 Panthéon- Sorbonne Licence 2 ème année. Dossier de TD n 3 : Taux d intérêt Partie I : Capitalisation et actualisation

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 5 VOCABULAIRE BANCAIRE ET FINANCIER MATHEMATIQUES FINANCIERES

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 5 VOCABULAIRE BANCAIRE ET FINANCIER MATHEMATIQUES FINANCIERES COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 5 VOCABULAIRE BANCAIRE ET FINANCIER MATHEMATIQUES FINANCIERES SEANCE 5 VOCABULAIRE BANCAIRE ET FINANCIER MATHEMATIQUES FINANCIERES Objet de la séance 5: les séances précédentes

Plus en détail

UE 6 Finance d entreprise Le programme

UE 6 Finance d entreprise Le programme UE 6 Finance d entreprise Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. La valeur (15 heures)

Plus en détail

Le coût du capital C H A P I T R E

Le coût du capital C H A P I T R E JOB : mp DIV : 10571 ch04 p. 1 folio : 103 --- 29/8/07 --- 11H4 [ Le coût du capital q Le coût du capital est une notion fondamentale pour les entreprises en matière de politique financière car il est

Plus en détail

Éléments de calcul actuariel

Éléments de calcul actuariel Éléments de calcul actuariel Master Gestion de Portefeuille ESA Paris XII Jacques Printems printems@univ-paris2.fr 3 novembre 27 Valeur-temps de l argent Deux types de décisions duales l une de l autre

Plus en détail

Plan de la séance du 20 novembre. Cours de gestion financière (M1) Valeur de marché des dettes. Valeur de marché des dettes

Plan de la séance du 20 novembre. Cours de gestion financière (M1) Valeur de marché des dettes. Valeur de marché des dettes Cours de gestion financière (M1) Séance (8) du 20 novembre 2015 Valeurs économiques et comptables des passifs Plan de la séance du 20 novembre Comptabilité économique et financière Non pertinence de la

Plus en détail

Gestion de portefeu ille

Gestion de portefeu ille CYCLE SUPERIEUR AUDIT ET CONTRÔLE DE GESTIO Semestre : 8 Module : Gestion de portefeu ille Évaluation des actifs à revenu fixe I- Mesure du rendement des obligations II- Les risques de placement des titres

Plus en détail

Mathématiques Financières Exercices

Mathématiques Financières Exercices Mathématiques Financières Exercices Licence 2, 2015-16 - Université Paris 8 J.CORIS & C.FISCHLER & S.GOUTTE 1 TD 1 : Suites numériques et somme de suites Exercice 1. Pour chacune des suites ci-dessous,

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER La séance 6 (première partie) traite des décisions d investissement. Il s agit d optimiser

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos. Chapitre 2 L actualisation... 21. Chapitre 1 L intérêt... 1. Chapitre 3 Les annuités... 33 III. Entraînement...

Table des matières. Avant-propos. Chapitre 2 L actualisation... 21. Chapitre 1 L intérêt... 1. Chapitre 3 Les annuités... 33 III. Entraînement... III Table des matières Avant-propos Remerciements................................. Les auteurs..................................... Chapitre 1 L intérêt............................. 1 1. Mise en situation...........................

Plus en détail

Chapitre 2 L actualisation... 21

Chapitre 2 L actualisation... 21 III Table des matières Avant-propos Remerciements.... Les auteurs... XI XII Chapitre 1 L intérêt.... 1 1. Mise en situation.... 1 2. Concept d intérêt... 1 2.1. L unité de temps... 2 2.2. Le taux d intérêt...

Plus en détail

Master en Droit et Economie / Automne 2015 / Prof. F. Alessandrini. Chapitre 1 : principes. 2 ème partie : la valeur temps de l argent 23.09.

Master en Droit et Economie / Automne 2015 / Prof. F. Alessandrini. Chapitre 1 : principes. 2 ème partie : la valeur temps de l argent 23.09. Chapitre 1 : principes 2 ème partie : la valeur temps de l argent 23.09.2015 Plan du cours Arbitrage et décisions financières valeur actuelle arbitrage loi du prix unique Valeur temps valeur actuelle et

Plus en détail

Fondements de Finance

Fondements de Finance Programme Grande Ecole Fondements de Finance Chapitre 3 : Les taux d intérêt Cours proposé par Fahmi Ben Abdelkader Version étudiants Février 2012 Préambule «Le taux d intérêt est la rémunération de l

Plus en détail

LISTE D EXERCICES 2 (à la maison)

LISTE D EXERCICES 2 (à la maison) Université de Lorraine Faculté des Sciences et Technologies MASTER 2 IMOI, parcours AD et MF Année 2013/2014 Ecole des Mines de Nancy LISTE D EXERCICES 2 (à la maison) 2.1 Un particulier place 500 euros

Plus en détail

Série d Exercices. Thierry Ané. Vous souhaitez investir 50000 euros pour une durée de 9 mois. Votre courtier vous

Série d Exercices. Thierry Ané. Vous souhaitez investir 50000 euros pour une durée de 9 mois. Votre courtier vous Série d Exercices Thierry Ané Exercice n 1 Vous souhaitez investir 50000 euros pour une durée de 9 mois. Votre courtier vous propose les deux produits suivants : un produit d assurance versant un taux

Plus en détail

L AGENCE FRANCE TRÉSOR

L AGENCE FRANCE TRÉSOR L AGENCE FRANCE TRÉSOR a pour mission de gérer la dette et la trésorerie de l État au mieux des intérêts du contribuable et dans les meilleures conditions de sécurité HTTP://WWW.AFT.GOUV.FR BLOOMBERG TRESOR

Plus en détail

Plan de la séance du 20 novembre. Cours de gestion financière (M1) Objectifs pédagogiques de cette session. Classification des actifs

Plan de la séance du 20 novembre. Cours de gestion financière (M1) Objectifs pédagogiques de cette session. Classification des actifs Cours de gestion financière (M1) Séance (8) du 20 novembre 2015 Valeurs économiques et comptables des actifs et des passifs Plan de la séance du 20 novembre Comptabilité économique et financière Flux d

Plus en détail

Apllication au calcul financier

Apllication au calcul financier Apllication au calcul financier Hervé Hocquard Université de Bordeaux, France 1 er novembre 2011 Intérêts Généralités L intérêt est la rémunération du placement d argent. Il dépend : du taux d intérêts

Plus en détail

FINANCE Décisions d investissement en avenir certain

FINANCE Décisions d investissement en avenir certain INSTITUT D ETUDES POLITIQUES 4ème Année, Economie et Entreprises 2004/2005 C.M. : M. Godlewski FINANCE Décisions d investissement en avenir certain Critères de choix d investissement Le critère de la VAN

Plus en détail

Chapitre 8 L évaluation des obligations. Plan

Chapitre 8 L évaluation des obligations. Plan Chapitre 8 L évaluation des obligations Plan Actualiser un titre à revenus fixes Obligations zéro coupon Obligations ordinaires A échéance identique, rendements identiques? Évolution du cours des obligations

Plus en détail

L apport d une créance en présence d un passif net 1

L apport d une créance en présence d un passif net 1 L apport d une créance en présence d un passif net 1 Claude Janssens Expert-comptable, analyste financier et économiste d entreprises Comme dans le numéro 4/2007, nous allons vous présenter un exemple

Plus en détail

Chapitre 5. Calculs financiers. 5.1 Introduction - notations

Chapitre 5. Calculs financiers. 5.1 Introduction - notations Chapitre 5 Calculs financiers 5.1 Introduction - notations Sur un marché économique, des acteurs peuvent prêter ou emprunter un capital (une somme d argent) en contrepartie de quoi ils perçoivent ou respectivement

Plus en détail

Propriétés des options sur actions

Propriétés des options sur actions Propriétés des options sur actions Bornes supérieure et inférieure du premium / Parité call put 1 / 1 Taux d intérêt, capitalisation, actualisation Taux d intéret composés Du point de vue de l investisseur,

Plus en détail

4- ÉVALUATION D'ENTREPRISES NON ENDETTÉES

4- ÉVALUATION D'ENTREPRISES NON ENDETTÉES 4- ÉVALUATION D'ENTREPRISES NON ENDETTÉES Principe de création de valeur (règle de la VAN) évaluer les cash-flows futurs évaluation d'une action : cash-flow = dividende modèle d'actualisation des dividendes

Plus en détail

CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX. Corrigés des cas : Emprunts

CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX. Corrigés des cas : Emprunts CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX Corrigés des cas : Emprunts Remboursement par versements périodiques constants - Cas E1 Objectifs : Construire un échéancier et en changer la périodicité, Renégocier un emprunt.

Plus en détail

UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Niveau L : 150 heures - 12 ECTS. 1. La valeur (15 heures) 2. Le diagnostic financier des comptes sociaux (40 heures)

UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Niveau L : 150 heures - 12 ECTS. 1. La valeur (15 heures) 2. Le diagnostic financier des comptes sociaux (40 heures) UE 6 - FINANCE D ENTREPRISE Niveau L : 150 heures - 12 ECTS 1. La valeur (15 heures) Il s agit de prendre conscience, à partir du concept de valeur, de mécanismes fondamentaux en finance en excluant tout

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

Chapitre 3 : l évaluation des actions

Chapitre 3 : l évaluation des actions Chapitre 3 : l évaluation des actions 11.10.2013 Plan du cours Modèle d actualisation des dividendes rendement, gain en capital et rentabilité modèle d actualisation des dividendes Application du modèle

Plus en détail

Les Obligations et le marché obligataire. Auteur : Philippe GILLET

Les Obligations et le marché obligataire. Auteur : Philippe GILLET Les Obligations et le marché obligataire Auteur : Philippe GILLET Les différentes formes d emprunt Emprunt indivis Emprunt obligataire Souscrit par une ou plusieurs banques Plusieurs souscripteurs Divisé

Plus en détail

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2. Instruments et produits financiers

Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2. Instruments et produits financiers Master Modélisation Statistique M2 Finance - chapitre 2 Instruments et produits financiers Clément Dombry, Laboratoire de Mathématiques de Besançon, Université de Franche-Comté. C.Dombry (Université de

Plus en détail

Cours de gestion financière (M1)

Cours de gestion financière (M1) Cours de gestion financière (M1) Séance du 2 octobre 2015 Beta et risque de marché, MEDAF S&P500 vs high beta stocks 1 Séance du 2 octobre 2015 Beta et risque de marché, MEDAF 2 Partie 2 : Médaf, relation

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

- 02 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE FINANCIERE. Connaissance des caractéristiques des moyens de financement des investissements.

- 02 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE FINANCIERE. Connaissance des caractéristiques des moyens de financement des investissements. - 02 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE FINANCIERE Objectif(s) : o Choix du financement des investissements ; o Coût du financement. Pré-requis : o Modalités : Connaissance des caractéristiques

Plus en détail

Suites numériques 2. n=0

Suites numériques 2. n=0 Suites numériques 1 Somme des termes d une suite Dans les applications, il est souvent nécessaire de calculer la somme de quelques premiers termes d une suite (ou même de tous les termes, mais on étudiera

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

Plan de la séance du 20 novembre. Cours de gestion financière (M1) Montant des cash-flows dans le cas des entreprises endettées et non endettées

Plan de la séance du 20 novembre. Cours de gestion financière (M1) Montant des cash-flows dans le cas des entreprises endettées et non endettées Cours de gestion financière (M1) Séance (8) du 20 novembre 2015 Avantage fiscal de l endettement Plan de la séance du 20 novembre Avantage fiscal de l endettement entreprises non endettées Déductibilité

Plus en détail

Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des

Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des FINANCE DE MARCHE 1 Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des actions Les marchés dérivés Les autres

Plus en détail

Chapitre 1 : principes d actualisation

Chapitre 1 : principes d actualisation Chapitre 1 : principes d actualisation 27.09.2013 Plan du cours Principes valeur actuelle arbitrage loi du prix unique Valeur temps valeur actuelle et valeur future valeur actuelle nette (VAN) annuités

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER La séance 6 traite des décisions d investissement. Il s agit d optimiser

Plus en détail

FINANCE D ENTREPRISE 3 ème année ESCE. Problèmes d application Chapitre 3

FINANCE D ENTREPRISE 3 ème année ESCE. Problèmes d application Chapitre 3 FINANC D NTRPRIS 3 ème année SC Problèmes d application Chapitre 3 Autofinancement et politique de dividende 1. Au premier trimestre 211, la société Lafeyre versait un dividende de 1,36 par action. a)

Plus en détail

Mathématiques financières

Mathématiques financières Mathématique financière à court terme I) Les Intérêts : Intérêts simples Mathématiques financières - Intérêts terme échu et terme à échoir - Taux terme échu i u équivalent à un taux terme à échoir i r

Plus en détail

1.3. Les marchés boursiers... 13 Les principales places boursières mondiales... 15

1.3. Les marchés boursiers... 13 Les principales places boursières mondiales... 15 Notations courantes............................................................. Préface à l édition française.................................................... Les auteurs.........................................................................

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1 Pour les investisseurs, le risque de taux d intérêt est celui : - d une dévalorisation du patrimoine - d

Plus en détail

Théorie Financière 2. Valeur actuelle Evaluation d obligations

Théorie Financière 2. Valeur actuelle Evaluation d obligations Théorie Financière 2. Valeur actuelle Evaluation d obligations Objectifs de la session. Comprendre les calculs de Valeur Actuelle (VA, Present Value, PV) Formule générale, facteur d actualisation (discount

Plus en détail

Un Modèle d'evaluation des Obligations à Taux Variable à Partir de la Courbe des Taux Zéro-Coupons des Emprunts d Etat. Résumé

Un Modèle d'evaluation des Obligations à Taux Variable à Partir de la Courbe des Taux Zéro-Coupons des Emprunts d Etat. Résumé Un Modèle d'evaluation des Obligations à Taux Variable à Partir de la Courbe des Taux Zéro-Coupons des Emprunts d Etat Pierre Valentin Compagnie Parisienne de Réescompte, 4 rue Cité de Londres, 75009 Paris,

Plus en détail

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER 1. Compléter le tableau de financement 2011 Affectation du bénéfice 2010 : Bénéfice 2010 359 286 Affectation en

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

Chapitre 4 - La valeur de l argent dans le temps et l'actualisation des cash-flows

Chapitre 4 - La valeur de l argent dans le temps et l'actualisation des cash-flows Chapitre 4 - La valeur de l argent dans le temps et l'actualisation des cash-flows Plan Actualisation et capitalisation Calculs sur le taux d intérêt et la période Modalités de calcul des taux d intérêts

Plus en détail

Pour pouvoir appliquer la méthode «Par», l obligation doit avoir une cotation directe sur le marché, c est-à-dire, un prix. C 2

Pour pouvoir appliquer la méthode «Par», l obligation doit avoir une cotation directe sur le marché, c est-à-dire, un prix. C 2 Méthode Par: La méthode «par» consiste tout simplement à valoriser une obligation en multipliant son prix de marché par le montant nominal : Valeur de marché = prix * montant nominal. La valeur obtenue

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 13. Théorie des options II Daniel Andrei Semestre de printemps 2011 Principes de Finance 13. Théorie des options II Printemps 2011 1 / 34 Plan I Stratégie de réplication dynamique

Plus en détail

Le Business Plan : le Dossier Financier

Le Business Plan : le Dossier Financier 1 Le Business Plan : le Dossier Financier Le Business Plan (BP) est un document de marketing et de communication : c'est-à-dire votre meilleur outil de vente. A ce titre, il s adresse aux partenaires.

Plus en détail

Chapitre 2 : Evaluation des obligations Pourquoi évaluer les titres (contrats à revenus fixes) Actualisation d une séquence de flux (rappel)

Chapitre 2 : Evaluation des obligations Pourquoi évaluer les titres (contrats à revenus fixes) Actualisation d une séquence de flux (rappel) Chapitre 2 : Evaluation des obligations Pourquoi évaluer les titres (contrats à revenus fixes) une obligation peut être revendue avant son échéance un emprunt peut être renégocié Actualisation d une séquence

Plus en détail

LES RISQUES DEUXIÈME PARTIE

LES RISQUES DEUXIÈME PARTIE DEUXIÈME PARTIE LES RISQUES Les opérations de marché présentent des risques qui doivent être identifiés et mesurés. En matière de finance internationale, on pense d abord au risque de change. Celui-ci

Plus en détail

FIXAGE. Le risque de taux en assurance-vie : Modélisation stochastique et fair value

FIXAGE. Le risque de taux en assurance-vie : Modélisation stochastique et fair value FIXAGE Le risque de taux en assurance-vie : Modélisation stochastique et fair value Petit-déjeuner du 9 janvier 2003 animé par Michel PIERMAY et Arnaud COHEN FIXAGE 11, avenue Myron Herrick 75008 Paris

Plus en détail

Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE DES ENTREPRISES

Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE DES ENTREPRISES R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E CONCOURS D'ADMINISTRATEUR DU SÉNAT 2012 DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA FORMATION Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE

Plus en détail

Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury

Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury Menu Introduction Devises Taux d intérêt Immobilier Obligations Actions Fonds de placement Fiscalité

Plus en détail

Mathématiques Financières

Mathématiques Financières Mathématiques Financières 2 ème partie Marchés financiers en temps discret & instruments financiers classiques Université de de Picardie Jules Verne Amiens Par Par Jean-Paul Jean-Paul FELIX FELIX Cours

Plus en détail

Chapitre 6. Les critères de choix d investissement

Chapitre 6. Les critères de choix d investissement Chapitre 6 Les critères de choix d investissement La VAN : rappel définition Un projet ne doit être mis en œuvre que si sa valeur actuelle nette ou VAN, définie comme la somme actualisée des flux futurs

Plus en détail

Les choix d investissement et de financement

Les choix d investissement et de financement Les choix d investissement et de financement L investissement sera-t-il rentable? Un investissement sera considéré comme rentable s il fait apparaître des capacités d autofinancement (recettes) supérieures

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. II. La théorie de la valeur... 20 A. Les notions de base de mathématiques financières... 20 B. Les annuités constantes...

TABLE DES MATIÈRES. II. La théorie de la valeur... 20 A. Les notions de base de mathématiques financières... 20 B. Les annuités constantes... TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 La valeur et le temps... 15 I. De la difficulté d estimer la valeur d un bien... 15 A. La valeur est une rente... 16 B. La valeur est un retour sur investissement... 18 II.

Plus en détail

Calcul et gestion de taux

Calcul et gestion de taux Calcul et gestion de taux Chapitre 1 : la gestion du risque obligataire... 2 1. Caractéristique d une obligation (Bond/ Bund / Gilt)... 2 2. Typologie... 4 3. Cotation d une obligation à taux fixe... 4

Plus en détail

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE. Professeur Matière Session. A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005

ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE. Professeur Matière Session. A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005 ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES DE L UNIVERSITE DE LAUSANNE Professeur Matière Session A. Ziegler Principes de Finance Automne 2005 Date: Lundi 12 septembre 2005 Nom et prénom:... Note:... Q1 :...

Plus en détail

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE - 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE Objectif(s) : o Choix des investissements et rentabilité économique : Capacité d'autofinancement prévisionnelle ; Flux nets de trésorerie ; Evaluations.

Plus en détail

Pratique des produits dérivés P2 : Taux Spots, taux Forward, FRA

Pratique des produits dérivés P2 : Taux Spots, taux Forward, FRA Pratique des produits dérivés P2 : Taux Spots, taux Forward, Olivier Brandouy Université de Bordeaux 2014 2015 Diapo 1/65 Olivier Brandouy Master 2 Métiers de la Banque (CPA) Plan 1 Introduction 2 Taux

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 4 LE VOCABULAIRE BANCAIRE ET FINANCIER

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 4 LE VOCABULAIRE BANCAIRE ET FINANCIER COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 4 LE VOCABULAIRE BANCAIRE ET FINANCIER SEANCE 4 LE VOCABULAIRE BANCAIRE ET FINANCIER Objet de la séance 4: définir les termes techniques utilisés par le trésorier

Plus en détail

Fondements de Finance

Fondements de Finance Programme Grande Ecole Fondements de Finance Chapitre 5 : L évaluation des actions Cours proposé par Fahmi Ben Abdelkader Version étudiants Mars 2012 Valorisation des actifs financiers 1 Les taux d intérêt

Plus en détail

Chapitre 25. Le financement par crédit-bail

Chapitre 25. Le financement par crédit-bail Chapitre 25 Le financement par crédit-bail Introduction La location d actifs par une entreprise s appelle le créditbail. Celle-ci présente les mêmes caractéristiques que la location d un bien par un particulier

Plus en détail

Présentation du Plan de Marché Trival. Reproduction et utilisation interdites sans autorisation

Présentation du Plan de Marché Trival. Reproduction et utilisation interdites sans autorisation Présentation du Plan de Marché Trival Associés en Finance : Trival et ses utilisations Une base de données financières reposant sur les prévisions menées par notre équipe indépendante d analystes financiers

Plus en détail

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8 Les actions 3 Les droits et autres titres de capital 5 Les obligations 6 Les SICAV et FCP 8 2 Les actions Qu est-ce qu une action? Au porteur ou nominative, quelle différence? Quels droits procure-t-elle

Plus en détail

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape

SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE. Reshaping Canada s Equities Trading Landscape SIMULATEUR DE NÉGOCIATION TMX GUIDE PRATIQUE Reshaping Canada s Equities Trading Landscape OCTOBER 2014 Horaire des marchés Toutes les données de marché du simulateur sont différées de 15 minutes (sauf

Plus en détail

Cours de calculs nanciers. Chapitre 7 : Evaluation des actions

Cours de calculs nanciers. Chapitre 7 : Evaluation des actions Cours de calculs nanciers Chapitre 7 : Evaluation des actions L2 Economie et Gestion Vincent Bouvatier vbouvatier@u-paris10.fr Université de Paris 10 - Nanterre Année universitaire 2008-2009 Modèle d actualisation

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) 25.10.2013 Plan du cours Risque et rentabilité : un premier aperçu Mesures traditionnelles du risque et rentabilité Rentabilité historique des actifs financiers

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

28 PLF 2012 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT. Textes constitutifs :

28 PLF 2012 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT. Textes constitutifs : 28 PLF 2012 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT Textes constitutifs : Loi organique n 2001-692 du 1 er août 2001 relative aux lois de finances, article 22. * * * Textes pris dans le cadre

Plus en détail

Formules et Approches Utilisées dans le Calcul du Coût Réel

Formules et Approches Utilisées dans le Calcul du Coût Réel Formules et Approches Utilisées dans le Calcul du Coût Réel Objectifs du Taux Annuel Effectif Global (TAEG) et du Taux d Intérêt Effectif (TIE) Le coût réel d un crédit inclut non seulement l intérêt,

Plus en détail

Etude de Cas de Structuration Magistère d Economie et de Statistiques

Etude de Cas de Structuration Magistère d Economie et de Statistiques Etude de Cas de Structuration Magistère d Economie et de Statistiques David DUMONT - TEAM CALYON 22 avril 2008 Dans 2 ans, si l EURODOL est inférieur à 1,40 touchez 116% du nominal investi en euros, sinon

Plus en détail

Souscrire ou acheter des obligations

Souscrire ou acheter des obligations 034 Souscrire ou acheter des obligations L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s Juillet 2009 Sommaire 2 4 6 8 12 16 20 24 Souscrire ou acheter des obligations Qu est-ce qu une obligation cotée?

Plus en détail

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers

TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers Cours de Olivier Cardi Université de Tours L1 ECO Cours d Introduction à la Macroéconomie Année universitaire 2015-2016 TD 3 : Monnaie, inflation, taux d intérêt et prix des actifs financiers 1 Questions

Plus en détail

L interprétation des émissions obligataires sur le Forex

L interprétation des émissions obligataires sur le Forex L interprétation des émissions obligataires sur le Forex Par Philippe Lhermie Trader institutionnel Forex Conférence du 30 mars 2012 Organisée par Lors de cette conférence, nous détaillerons : Pourquoi

Plus en détail

EMPRUNT OBLIGATAIRE SUBORDONNE «UIB Subordonné 2015»

EMPRUNT OBLIGATAIRE SUBORDONNE «UIB Subordonné 2015» EMISSION D UN EMPRUNT OBLIGATAIRE SUBORDONNE L OBLIGATION SUBORDONNEE SE CARACTERISE PAR SON RANG DE CREANCE CONTRACTUELLEMENT DEFINI PAR LA CLAUSE DE SUBORDINATION. VISA du Conseil du Marché Financier

Plus en détail

La planification financière

La planification financière Chapitre 7 La planification financière Introduction Analyser, classer et sélectionner des projets d investissement en s assurant de leur capacité à créer de la valeur pour l entreprise. Planification financière

Plus en détail

4 Choix d investissement

4 Choix d investissement cterrier 1/8 26/01/2011 Cours Mathématiques financières Auteur : C. Terrier ; mailto:webmaster@cterrier.com ; http://www.cterrier.com Utilisation : Reproduction libre pour des formateurs dans un cadre

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 7 STRUCTURE OPTIMALE DU PASSIF POLITIQUE D ENDETTEMENT POLITIQUE DE DIVIDENDES

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 7 STRUCTURE OPTIMALE DU PASSIF POLITIQUE D ENDETTEMENT POLITIQUE DE DIVIDENDES COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 7 STRUCTURE OPTIMALE DU PASSIF POLITIQUE D ENDETTEMENT POLITIQUE DE DIVIDENDES SEANCE 7 STRUCTURE OPTIMALE DU PASSIF POLITIQUE D ENDETTEMENT POLITIQUE DE DIVIDENDES Objet

Plus en détail

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance Normes IAS 32 / Instruments financiers : Présentation Normes IAS 39 / Instruments financiers : Comptabilisation et Evaluation Normes IFRS 7 / Instruments financiers : Informations à fournir Introduction

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

Table des matières détaillée

Table des matières détaillée Table des matières détaillée Préface XIX Avant-propos XXI PARTIE I LA FINANCE ET LE SYSTÈME FINANCIER 1 Chapitre 1 Qu est-ce que la finance? 1 Résumé 1 1.1 Définition de la finance 3 1.2 Pourquoi étudier

Plus en détail

Gestion de trésorerie

Gestion de trésorerie Gestion de trésorerie Prévisions financières modes de financement et de placement à court terme Nathalie gardes Maitre de conférence en gestion Objectifs Connaître les principales composantes de la gestion

Plus en détail

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin Les clés de l évaluation Hervé Bardin Evaluation d entreprise : principes généraux Evaluation d entreprise : principes généraux Que veut-on évaluer? Contexte de l évaluation Typologie des méthodes d évaluation

Plus en détail