APPUI AUX CENTRES RÉGIONAUX D INVESTISSEMENT ET À LA PROMOTION DES INVESTISSEMENTS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "APPUI AUX CENTRES RÉGIONAUX D INVESTISSEMENT ET À LA PROMOTION DES INVESTISSEMENTS"

Transcription

1 APPUI AUX CENTRES RÉGIONAUX D INVESTISSEMENT ET À LA PROMOTION DES INVESTISSEMENTS Visite des Centres Régionaux d Investissement (Rapport révisé) Présenté à : USAID/Maroc Contrat # PCE-I Par : Inc. 2 mars 2004

2 SIGLES ANAPAC ANPME BTP CRI CRT CECATEL CNSS MRE NTI OCP ODECO OMPIC PME/PMI PNUD RC SEGMA SIG SONASID VNA Agence nationale pour la promotion de l emploi et des carrières Agence Nationale pour la Petite et Moyenne Entreprises Bâtiments et Travaux Publiques Centres régionaux d investissement Centres régionaux du tourisme Commission Interministérielle Chargée de l Aménagement du Territoire et du Littoral Caisse nationale de sécurité sociale Marocains Résidents à l Etranger Nouvelles Technologies de l Information Office Chérifien des Phosphates Office de développement de la coopération Office Marocain de la Propriété Industrielle et du Commerce Petites et Moyennes Entreprises / Petites et Moyennes Industries Programme des Nations Unies pour le développement Registre de Commerce Société d Etat Gérée de Manière Autonome Système d Information Géographique Société nationale de sidérurgie Vocation Non Agricole 2

3 TABLE DES MATIERES 1. Introduction Synthèse de l état des lieux Forces des Centres Régionaux d Investissement Faiblesses des Centres Régionaux d Investissement Chantiers communs identifiés Conclusion..16 Annexe 1 - Textes de références 18 Annexe 2 - Instances de décision Annexe 3 - Partenaires identifiés Annexe 4 - Fiches d information sur les 16 CRI Casablanca (25) Doukkala Abda à Safi (27) Souss Massa Drâa à Agadir (29) Guelmim Es-Smara (32) Laâyounne-Boujdour-Sakia Elhama (34) Oued Ed-dahab Lagouira à Dakhla (36) Tanger Tétouan (38) Marrakech Tersift Elhaouz (40) Tadla Azilal à Beni Mellal (42) Chaouya Ouardigha à Settat (44) Fès Boulemane (46) Taza Alhoceima (49) Oriental à Oujda (51) Rabat-Salé-Zemmour-Zaer (54) Gharb-Chrarda-Beni Hessen à Kénitra (56) Meknès Tafilalet (59) 3

4 1. INTRODUCTION En novembre 2003, a été sélectionné par l USAID pour la réalisation d un projet dans le cadre de l Objectif Stratégique 5 «Increased Opportunities for Domestic and Foreign Investors». Plus précisément, le contrat octroyé à Chemonics concerne la mise en œuvre du projet «Assistance aux Centres Régionaux d Investissement et à la Promotion des Investissements» Peu après le démarrage du projet, l équipe de Chemonics a effectué une visite des Centres Régionaux d Investissement (CRI) du 15 janvier au 17 février Cette mission était composée de Samuel Morris, Chef de Projet, Abdellatif Mazouz, Expert en information économique et Suzie LeBlanc Coordonnatrice des activités. L objectif de la mission était de rencontrer les Directeurs et employés des CRI et différents Walis afin de prendre connaissance du chemin parcouru par les CRI depuis leur création, connaître les priorités propres à chaque région, et présenter les objectifs du projet. Les cadres des CRI de Laâyounne et Ad Dakhla se sont déplacés pour rencontrer l équipe à Agadir. Au total 14 CRI ont été visités et 13 Walis rencontrés. Une journée complète a été consacrée à chacune des régions. Les CRI ont été créés par Décret Royal le 7 janvier 2002 et découlent de la volonté Royale de déconcentrer l autorité et les pouvoirs en matière d investissement vers les régions. Ces régions, que le Maroc compte au nombre de 16, sont découpées en provinces, à la tête desquelles se trouvent des Gouverneurs. Walis et Gouverneurs sont nommés par le Souverain. Les principales missions des CRI, telles qu elles ressortent de la Lettre Royale, complétée par le discours du Premier Ministre de mars 2003 sur la mise à niveau des entreprises, sont au nombre de trois (3) : - Interlocuteur unique en matière de création d entreprise, le CRI est chargé de faciliter l acte de création en réduisant les formalités, les pièces juridiques et surtout les délais ; - Il appui l investisseur, en l accueillant, en le conseillant, en mettant à sa disposition les informations dont il a besoin et en lui facilitant l obtention des autorisations et actes administratifs nécessaires à l investissement. Le CRI intervient également pour solutionner, à l amiable, les différends entre les investisseurs et l administration ; - Le CRI assure le relais auprès des entreprises existantes en leur offrant assistance et information sur les mécanismes de mise en œuvre et de financement de la mise à niveau. Les CRI sont aussi chargés par la plupart des Walis de la promotion économique générale de la région en participant à la mise en œuvre des actions de développement économique régional et plus particulièrement les projets structurants de leurs régions respectives. Service Externe du Ministère de l Intérieur placé sous l autorité des Walis, les CRI ont obtenu, depuis décembre 2003, le statut de Service de l Etat Géré de Manière Autonome (SEGMA). Ce rapport présente tout d abord les points saillants de l expérience des Centres Régionaux d Investissement depuis leur création. 4

5 Cet «état des lieux» est suivi par une évaluation des forces et des faiblesses des CRI telles qu appréhendées sous l angle du fonctionnement typique d agences régionales de promotion des investissements ou agences régionales de développement à travers le monde. Cette évaluation n est pas spécifique à chacun des CRI. Il est en effet impossible en quelques heures passées dans chacun des Centres de réaliser une véritable évaluation organisationnelle, mandat qui nécessite plusieurs semaines de travail. Nous pensons toutefois avoir saisi l essentiel de l expérience des CRI en tant que groupe. Nous souhaitons produire avant tout un document de travail qui deviendra notre base de communication avec le Comité de Suivi du projet et surtout, avec les CRI eux-mêmes. Cette évaluation globale est suivie d une synthèse des chantiers communs à tous les CRI. Nous avons regroupé ici à la fois les problèmes rencontrés par l ensemble du groupe, et les demandes communes à plusieurs Centres. Après cette synthèse, nous présentons une conclusion où nous situons brièvement le projet «Assistance aux CRI et à la Promotion des Investissements», par rapport au diagnostic et aux demandes formulées. Il s agit d identifier les axes d intervention du projet, axes qui seront repris et déclinés sous forme d activités et de tâches dans le Plan de Travail 2004 attendu le 9 mars prochain. Dans l Annexe 1, nous avons regroupé les textes références sur la création et le mandat des CRI. Dans l Annexe 2 les instances administratives concernées par le travail des CRI, dans l Annexe 3 les partenaires des CRI et enfin, dans l Annexe 4 une fiche synthétisant l information recueillie sur chacun des Centres, présentés dans l ordre dans lequel nous les avons visités. Des erreurs ont pu se glisser dans ces fiches et nous ne pensons pas qu elles présentent la totalité de l expérience individuelle des différents CRI. Nous avons tout simplement consigné l ensemble de nos notes et invitons chacun de nos partenaires régionaux à nous signaler les erreurs et omissions les concernant, afin que nous puissions éventuellement compléter ce colligé d information. 2. ETAT DES LIEUX : SYNTHESE Problèmes communs Les CRI rencontrent certaines difficultés dans l accomplissement de leurs deux principales missions d aide à la création des entreprises et d appui à l investissement. En matière de création d entreprise, les difficultés évoquées sont : 1- Le CRI n étant pas un passage obligé, il subsiste deux modalités de création d entreprise avec recours à l ancienne procédure de création pour échapper à l immatriculation à la CNSS. La conséquence de cette situation est l absence de statistiques fiables sur le nombre d entreprises créées, d où la nécessité d uniformiser les deux circuits. 2- Les CRI proposent qu il y aie suppression de l enchaînement entre les différentes inscriptions et que les identifiants de l entreprise soient délivrés simultanément, ce qui permettrait de simplifier et de réduire les délais. 5

6 3- Le formulaire unique de création n est pas reconnu comme document officiel attestant de la création de l entreprise par certaines administrations et par les banques qui continuent à n accepter que les modèles J et L Il y a une nécessaire mise à niveau des administrations partenaires (particulièrement Impôts et Registre de Commerce) en matière d équipement et d utilisation de matériel informatique et de formation du personnel pour automatiser la création. Pour l instant, la relation de travail avec les quatre (4) administrations partenaires (CNSS, Registre de Commerce, Impôt et OMPIC) varie d un CRI à l autre et suit différents scénarios. L OMPIC est présent à temps plein dans tous les CRI. En ce qui concerne les autres administrations, certaines peuvent être présentes à temps complet ou quelques heures par jour. Les administrations régionales trouvent dans certains cas difficiles de justifier la présence continue d un employé au CRI, lorsque le nombre de création ne le justifie pas. La mise à niveau des partenaires administratifs des CRI aurait aussi l avantage de permettre aux CRI d être plus actifs en dehors du cadre urbain où ils sont physiquement installés. 5- Il n existe pas de suivi des entreprises créées. Les statistiques données ne reflètent que les créations juridiques ou les intentions de création et non les créations réelles, pas plus qu elles ne donnent d information sur le pourcentage de faillites enregistrées au cours des années qui suivent immédiatement la création. 6- Il existe une très grande disparité de ressources financières et humaines entre les différents CRI. A cet égard, les CRI sont de manière générale le miroir des disparités économiques régionales. 7- Les découpages régional et administratif ne sont pas toujours les mêmes. Ainsi, la Direction régionale d un Ministère avec qui le CRI de Beni Mellal doit travailler peut être située à Marrakech ou à Casablanca et non dans la région où le CRI se trouve. 8- Problème lié à la manipulation des fonds sans assise juridique. En ce qui concerne l aide aux investisseurs, les difficultés citées concernent : 1- L absence de dispositif de suivi des projets d investissement autorisés. Toutefois, certains CRI s assurent que le projet est bien entamé au bout du délai stipulé dans le cahier des charges (6 mois). Cette démarche n est toutefois pas systématique pas plus qu elle n est comptabilisée par les CRI dans leur bilan de travail ; 2- Les actions de facilitation se limitent souvent aux secteurs cités par la Lettre Royale alors que les demandes émanent aussi de porteurs de projets dans le commerce et les services (écoles privées, grande distribution, station services, «call centers» ; 3- Les pouvoirs délégués aux Walis restent insuffisants pour débloquer certaines situations en matière de régime foncier (terrains collectifs, domaine forestier, habous.) ; 4- Les pouvoirs délégués en ce qui concerne le forestier se limitent aux mines et au tourisme ; 5- Aucun pouvoir délégué dans le secteur des pêches ; 6- Le foncier reste encore la principale cause du recours au guichet investissement alors que l absence d accès à des bases de données foncières (SIG) continue de compliquer la résolution du problème foncier ; 7- Les CRI ne disposent pas toujours de l information que les investisseurs et les entreprises existantes leur demandent. Ils cherchent l information demandée, cas par 1 Formulaires administratifs confirmant certaines informations sur l entreprise et qu on obtient auprès du Registre de Commerce. 6

7 cas. Plus nous nous éloignons des grands centres et plus les CRI disent ne pas disposer de suffisamment d information sur tout ce qui touche les PME/PMI. Demandes communes Les responsables que nous avons eu l occasion de rencontrer ont suggéré des mesures à prendre pour faciliter le travail des CRI. En matière de procédures de Création des entreprises - Uniformisation des procédures de création entre le circuit CRI et l ancien circuit (cas d immatriculation à la CNSS) ; - Les publications au Bulletin Officiel et au Journal des Annonces Légales prennent du temps. Il serait avisé de convenir de tarifs forfaitaires et de charger les CRI ou les fiduciaires de l accomplissement direct de la formalité ; - La création d entreprise ne doit rien coûter au client, ou du moins les droits et taxes à payer doivent être identiques et connus d avance pour chaque type d entreprise ; - L immatriculation au Registre de Commerce pose problème et fait perdre du temps pour le créateur en raison de deux formalités : l une de réservation et l autre de confirmation après annonce légale. Il serait plus efficace au moment de l identification des entreprises de procéder via un registre centralisé au niveau du Ministère de la Justice qui lui, assurerait le relais auprès des tribunaux concernés (procédure présentement à l essai dans un CRI). - La suppression de l enchaînement dans l obtention des différents identifiants de l entreprise. En matière d assistance aux investisseurs - Préciser les missions des CRI et du mode de fonctionnement de la Commission régionale d investissement ; - Fusionner les autres Commissions dérogatoires présidées par le Wali au sein de la Commission régionale d investissement ; - Régionaliser les Commissions nationales CICATEL & VNA 2 ; - Elargir les délégations de pouvoirs des Walis aux terrains collectifs et au domaine forestier lorsque l affectation est autre que le tourisme et les mines ; - Elargir le bénéfice des dispositions de la Lettre Royale aux secteurs du service, du commerce et de la pêche ; - Disposer d informations économiques régionales et sectorielles (observatoire économique de la région) ; - Mettre en place des bases de données foncières (SIG) régionales accessibles aux CRI; - Harmoniser les critères d évaluation des performances des CRI et les statistiques sur l investissement et la création d entreprise ; - Faire revenir les projets de plus de 200 millions de dirhams instruits directement par Rabat à la Commission régionale concernée pour analyse avant examen au niveau national. 2 VNA Vocation non agricole (terres) CICATEL Commission Interministérielle Chargée de l Aménagement du Territoire et du Littoral 7

8 3. FORCES DES CENTRES REGIONAUX D INVESTISSEMENT 3.1 Administration Tous les CRI ont, avec succès, mis sur pied le Guichet «Création d entreprises», et ils en assurent la gestion de manière efficace. Le nombre de documents requis pour la création d entreprises n a pas été simplifié, 3 mais le processus par lequel on crée son entreprise au Maroc a considérablement été modifié par l existence d une instance unique. Le délai de création et le nombre de déplacements physiques auxquels le citoyen, ou l investisseur voulant créer son entreprise, était contraint, ont été considérablement réduits. Les déplacements physiques sont réduits à généralement deux (2) déplacements (dépôt et retrait) et le délai de création oscille entre un (1) et quatre (4) jours. Les CRI ont aussi fait preuve d ingéniosité pour faciliter la création d entreprises. Certains CRI offrent le service de la légalisation de signatures sur place, et presque tous facilitent les démarches de publication au Bulletin Officiel et au Journal des Annonces Légales. 4 Dans les CRI où le volume de création d entreprises le justifie, les procédures ont été automatisées et une application informatique est utilisée pour faciliter la gestion des dossiers de création d entreprise. Au total sept (7) CRI utilisent une application informatique. Le formulaire unique peut être téléchargé sur les sites Web des CRI et les informations sur la marche à suivre et les documents y sont explicitées. Les Walis que nous avons rencontrés travaillent en étroite collaboration avec les CRI. Cette confiance de l autorité de la région alliée à la légitimité dont ils bénéficiaient déjà, ayant été créés par volonté Royale, leur a permis de négocier en position de force avec les différentes administrations régionales concernées. Les CRI tirent les administrations vers le haut en étant des modèles de transparence, et en obligeant ces dernières à s engager sur la base d échéanciers précis. Le mode de fonctionnement adopté par les CRI a une influence positive dans certaines régions où on voit des administrations locales adopter une approche de guichet unique. Les Directeurs de CRI sont généralement des fonctionnaires efficaces qui ont fait un excellent travail. C est grâce à leur travail de qualité que le fonctionnement du Guichet Création d Entreprises est un succès partout à travers le Royaume. Les Directeurs des CRI nous semblent pour la plupart adhérer à un style de management dit démocratique. Le «nous» est plus souvent utilisé chez eux que le «je». Ce style de management fonctionne très bien avec les cadres diplômés et qualifiés qu on trouve généralement dans les organisations de développement économique. Il favorise l implication des employés qui produisent des résultats de qualité et devrait être encouragé davantage. Les CRI ont bien collaboré ensemble. Ils ont partagé leurs expériences (lors de rencontres) et outils de travail (manuels de procédures, formulaires ). Ils ont aussi 3 Notons qu un CRI a identifié les documents exigés par les administrations et qui n étaient pas requis par la loi. 4 Certains CRI hésitent à offrir des services offerts par les fiduciaires. 8

9 uni leurs efforts dans le cadre de chantiers communs 5. Cet effort conjoint a d abord et avant tout été possible parce que les Directeurs des CRI ont accepté de reléguer leur intérêt personnel immédiat au second rang, oeuvrant d abord dans l intérêt du groupe et du Maroc. 3.2 Image 3.3 Moyens Les CRI bénéficient, en général, d une image de qualité. Ils ont presque tous de très beaux locaux, bien meublés et bien situés. Leurs bureaux n ont rien à envier aux agences de développement économique que nous avons pu visiter dans d autres pays. Même s il semble exister une très grande disparité de ressources financières entre CRI, ils possèdent tous un équipement informatique de base satisfaisant, en ce qui concerne les ordinateurs, les imprimantes et le câblage des locaux. 3.4 Services à la clientèle La notion de «service aux investisseurs» a parfois, en apparence, une connotation «vente» exagérée et ne semble avoir qu une importance relative dans le cas de l investissement, mais elle est dans les faits très importante. Le contact personnel qui est ici sous-entendu est fondamental dans le rôle que joue l agence de promotion des investissements : trouver et satisfaire les investisseurs. Le «service à la clientèle» est une composante vitale de tout programme de promotion des investissements, et les CRI semblent avoir avec succès instauré une mentalité de service à la clientèle dans leur administration. Ceci est un accomplissement notable. Les clients des CRI sont les investisseurs, individus qui souhaitent créer une entreprise, les entreprises qui ont des différends avec l administration, et les Walis qui à travers le Royaume leur demandent de jouer un rôle important dans la dynamique de développement régional. 4. FAIBLESSES DES CRI Il est précisé dans la Lettre Royale que le Guichet Investissement «fournit aux investisseurs toutes les informations utiles sur l investissement régional». Cette phrase confère un peu, selon nous, aux CRI le mandat d organisation de développement économique régional. Si tel est le cas, et cela semble être la compréhension et le souhait des personnes rencontrées, les CRI présentent certaines faiblesses en matière de pratiques et procédures. Les CRI sont plus ou moins des entités indépendantes placées sous l autorité des Walis qui ont encore à développer leur politique en termes de mission, stratégie et planification requise pour accomplir leur mission, recrutement du personnel requis pour un fonctionnement efficace et productif, et enfin la nature des efforts de promotion qu ils souhaitent réaliser. 5 Ex. Création de trois groupes de travail qui ont formulé, au nom de tous les CRI, des recommandations sur l organisation des CRI, l investissement et la création d entreprise). 9

10 Les CRI possèdent des lacunes par rapport aux agences de développement économique. Entre autres faiblesses notons : 4.1 Mission Le contenu de la Lettre Royale est interprété comme étant la mission des CRI. Si ces derniers veulent opérer en tant qu organisation régionale de développement, ils devraient arriver à préciser de manière globale leur mission commune. Cet énoncé devrait comprendre l image qu ils souhaitent donner, leur part de responsabilité dans le développement de l investissement et leur rôle de facilitateur. Définir leur mission de manière précise aiderait les CRI à prendre leur place en tant qu organisation de développement économique régional. 4.2 Définir ses objectifs Les CRI devraient se fixer des objectifs et formaliser cet exercice. Ces objectifs devraient être précis et spécifiques. On pourrait par exemple se fixer comme objectif d augmenter le montant des investissements d un certain pourcentage selon un échéancier précis, de lancer un incitatif à l investissement avant telle ou telle autre date précise, ou de créer un nombre défini d emplois etc. En se fixant des objectifs précis, et en les consignant sur papier, les CRI engagent leurs ressources humaines et financières en vue d atteindre des objectifs concrets. A l heure actuelle, les CRI produisent des rapports statistiques sur le nombre de créations par catégories d entreprises, et sur les intentions d investissement par secteurs. Ces données en elles-mêmes sont peu utiles. Le nombre d entreprises n est pas significatif si l on n introduit pas un facteur de mesure de survie dans le temps des entreprises créées (ou de faillites). Le volume d investissement potentiel variant d une région à l autre, c est seulement en fonction d objectifs régionaux formels et précis que les données sur l investissement peuvent être utiles. 4.3 Planification La planification devrait permettre aux CRI d établir un consensus au sein des cadres et du reste du personnel sur les actions à entreprendre pour atteindre les objectifs fixés. Le processus de planification peut aussi être un exercice d apprentissage mutuel et d échange entre tous les membres du personnel. Trop souvent, la planification part d en haut. Ce type de processus de planification génère de la rigidité au sein des structures et un faux sens de sécurité aux cadres qui pensent, que parce qu ils ont planifié le travail, ce dernier sera fait. Aussi, il étouffe la créativité et l originalité dont les organisations de développement économique ont besoin. La planification doit toujours être faite par ceux qui ont la charge de sa mise en œuvre. On doit planifier le travail qui se rapporte aux projets à réaliser à court et moyen termes, tout en dégageant une stratégie à long terme pour l organisation. 10

11 4.4 Efforts de promotion Les Directeurs de CRI que nous avons rencontrés ont tous exprimé le souhait de faire un sérieux effort pour la promotion des investissements. Ils n ont toutefois pas encore recruté de personnel en marketing, pas plus qu ils n ont créé de division marketing ou promotion. Les efforts faits dans ce domaine ont été plutôt sporadiques et désordonnés. Certains Directeurs ont assisté à des séminaires sur l investissement et d autres ont tenté sans trop de succès de contacter des investisseurs en Europe ou aux Etats-Unis. Les actions les plus concluantes en matière d investissement sont celles qui concernent les investisseurs non sollicités, qui se présentent d eux-mêmes aux CRI. Les CRI ne semblent pas être assez conscients de la nécessité de la planification, de la discipline et des ressources requises pour mener à bien une campagne de promotion des investissements. Tous les sites Web des CRI sans exception témoignent de l absence de l aspect promotion et du besoin pour les CRI d acquérir des compétences en marketing. Ils n ont pas été conçus pour répondre aux attentes et aux besoins des investisseurs. Au lieu d être ouverts sur le monde, ils ont plutôt tendance à se limiter à la gestion et à l administration des CRI eux-mêmes. Certains guides et brochures sont de belle facture en termes de photos, mise en page, couleurs etc. Les guides de l investissement peuvent être des publications coûteuses et intéressantes. Malheureusement, l abondante publicité qui s y trouve (coût oblige) noie l information utile et enlève toute crédibilité que le document pourrait avoir en tant que source sérieuse d information sur le potentiel d investissement de la région. L un des guides que nous avons vu comprend 186 pages et à peine 10% de son contenu présente un intérêt quelconque pour l investisseur. De plus, ces guides sont très coûteux et les données qui s y trouvent sont généralement déjà dépassées au moment de leur publication. Davantage d informations sous format électronique devraient être disponibles pour impression à partir de bases de données. Il serait sans doute avantageux pour les CRI de présenter la même image à travers leurs publications et matériel de promotion, d une région à l autre. Ceci pourrait contribuer à réduire leurs coûts et leur permettrait de développer une image commerciale ou marque de commerce. 4.5 Bases de données C est au chapitre des bases de données que la faiblesse des CRI est la plus évidente. L information est leur matière première et ils ne disposent pratiquement d aucune base de données. Toute organisation de développement économique digne de ce nom possède un département recherche qui rassemble et organise l information. Ce département est entièrement responsable de la qualité de l information, et lui seul peut altérer le contenu des bases de données. 11

12 Certains CRI se sont engagés dans la réalisation de monographie de leur région et d études sectorielles. Il serait judicieux de demander aux experts contractés de restituer les résultats de leurs études sous forme, entres autres, de bases de données. Plusieurs CRI nous ont parlé d observatoire de l économie régionale. Souvent l information requise existe et il ne s agirait peut-être pour les CRI que de la chercher auprès des administrations concernées. Dans tous les cas, les CRI devraient embaucher des experts en information capables de trouver et de rassembler l information et de la rendre disponible sous un format simple et accessible. Dans un premier temps, ce travail peut, à la limite, être réalisé par un cellule centrale au profit de tous les CRI. Les données devraient comprendre les statistiques et autre information sur les activités et services régionaux tels : Répertoire industriel Répertoire des services industriels Répertoire des exportateurs Services de transport et distribution Services d ingénierie Services légaux Services informatiques (équipement et logiciels) Profil des provinces et collectivités Immeubles industriels et commerciaux disponibles Sites commerciaux et industriels disponibles Disponibilité et compétence de la main d œuvre Salaires et taux des honoraires professionnels Institutions et programmes de formation Données géographiques, climatiques, géologiques etc. Un investisseur potentiel qui souhaite créer une nouvelle unité ou étendre les activités d une entreprise existante dans une nouvelle localisation, cherchera à obtenir autant d informations que possible sur les endroits qu il a pré-identifiés. Dans le cas des firmes transnationales, l identification des sites potentiels se fera à partir de listes exhaustives de critères préparées par leur personnel spécialisé dans ce type de travail, ou par des consultants experts dans l identification des sites d implantation. Le choix d une localisation dans le cas des petites et moyennes entreprises sera tout autant influencé par la disponibilité des informations que dans le cas des transnationales. Toutes cherchent l information qui permettra de faire un choix éclairé entre plusieurs localisations potentielles. Si deux régions semblent se qualifier, l investisseur procédera alors à la comparaison des avantages spécifiques qu il peut obtenir d une région par rapport à l autre. Le succès pour une région donnée est d abord et avant tout de demeurer compétitive, au moins en ce qui concerne les facteurs comparatifs de base. Le pire scénario pour une région est d être éliminée tôt dans ce processus, parce que l investisseur n a pas pu trouver l information requise. De nos jours les firmes utilisent les sites Web sur les régions où potentiellement ils pourraient investir pour trouver l information de base dont ils ont besoin. Souvent 12

13 c est par l Internet que se fait la première élimination. On n insistera jamais assez sur l importance de sites Web professionnel construits pour répondre aux besoins des investisseurs et celle des bases de données contenant des informations, à jour. 4.4 Programme d appui à l industrie existante Plusieurs CRI ont mentionné leur souhait d intervenir auprès du tissu industriel existant. Ils cherchent à protéger l existant et à conserver les emplois. Dans un autre cas, il s agit carrément, et avec beaucoup de succès nous dit-on, d intervention auprès d entreprises en difficulté. Des contacts réguliers avec les industries et entreprises déjà en place permettrait à chacun des CRI de mieux connaître les forces de sa région et, plus important, l aiderait à en évaluer les faiblesses. Il s agit ici d un processus dynamique qui exige une attention constante car les situations évoluent, et une région qui est compétitive aujourd hui, peut l être beaucoup moins demain. La communication est l élément de base de tout programme d appui à l industrie existante. Cette communication peut être établie de différentes manières. Les Chambres de commerce et d industrie sont les portes paroles par excellence des industries et du milieu des affaires. Les rencontrer de façon régulière au niveau local et régional contribuera certainement à établir les bases d une communication positive. Ces efforts ne suffisent toutefois pas, il faut aussi faire un effort pour visiter les entreprises en personne. Des employés motivés, ayant le profil recherché et disposant de ressources suffisantes sont nécessaires à la réussite d une telle initiative. Une industrie existante en santé et en expansion est essentielle pour qui veut attirer de nouveaux investisseurs. Si une firme envisage de s installer dans un endroit, avant de le faire, elle cherchera à voir comment se portent les entreprises qui s y trouvent déjà, et quel y est réellement le climat d affaires. Les CRI doivent s intéresser aux entreprises et industries sur leur territoire car ces dernières auront un impact important sur les résultats de leurs actions de promotion. Certains CRI vont tenter de profiter de la tenue de leurs réunions annuelles pour convoquer les entreprises afin qu ils expriment leurs satisfaction ou désaccord avec certaines pratiques et autres mesures incitatives à l investissement. Ceci ne remplace toutefois pas le contact direct avec les entreprises sur le terrain qui est de beaucoup plus efficace et ce, pour l entreprise elle-même et les CRI. Il est recommandé que les CRI établissent une division de l industrie existante car les moyens traditionnels de contact et d appui par l intermédiaire des Chambres de commerce et d industrie sont insuffisants. Les programmes d appui à l industrie existante sont à la base de partenariats privés publics réussis. Le développement d un programme formel d appui à l industrie existante exige des ressources importantes, mais les bénéfices en matière d investissement sont considérables. 13

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES MINES PROJET D APPUI AU SECTEUR MINIER PROMINES

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES MINES PROJET D APPUI AU SECTEUR MINIER PROMINES REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES MINES PROJET D APPUI AU SECTEUR MINIER PROMINES Conception et Mise en place d un Système National d informations Statistiques du Secteur Minier Termes de

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

17/19 avril 2009 Maroc Immo 2009 Lyon, 17/19 avril 2009

17/19 avril 2009 Maroc Immo 2009 Lyon, 17/19 avril 2009 17/19 avril 2009 Maroc Immo 2009 Lyon, 17/19 avril 2009 Salon de l Immobilier, Maroc Immo 2009 Mme M. BEL HOUSSEIN, Directrice de l Agence Urbaine de Kenitra Participants M. A. BOUHADDOU, Directeur de

Plus en détail

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI,

Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones. Rabat le 8 mars 2005. Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Première réunion du Groupe de Superviseurs Francophones Rabat le 8 mars 2005 Discours d ouverture de Monsieur Abdellatif JOUAHRI, Gouverneur de Bank Al Maghrib Monsieur le Secrétaire Général, Mesdames

Plus en détail

Projet du Code de l Investissement

Projet du Code de l Investissement République Tunisienne Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Projet du Code de l Investissement Version préliminaire 22 mai 2015 Article1premier. TITRE PREMIER.

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Royaume du Maroc DIRECTION DU BUDGET

Royaume du Maroc DIRECTION DU BUDGET Royaume du Maroc DIRECTION DU BUDGET Dialogue économique avec les Conseillers Économiques près des Ambassades des pays partenaires et les bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux 1 SOMMAIRE I RENFORCEMENT

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES

ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES Synthèse du rapport relatif au contrôle de la gestion de L Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC) Janvier 2016 SYNTHESE Présentation L Office

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

19, rue de la Paix 75002 Paris Tel : 01 53 43 03 60 Fax : 01 40 07 02 57 Adresse e-mail : contacts@people-base.net www.people-base.

19, rue de la Paix 75002 Paris Tel : 01 53 43 03 60 Fax : 01 40 07 02 57 Adresse e-mail : contacts@people-base.net www.people-base. Finance - Comptabilité Gestion Fiscalité Conseil 19, rue de la Paix 75002 Paris Tel : 01 53 43 03 60 Fax : 01 40 07 02 57 Adresse e-mail : contacts@people-base.net www.people-base.net Cadres supérieurs

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE DECEMBRE 2014 Etabli en application des dispositions de l article R. 823-21 du Code de commerce 1 Préambule Le présent rapport établi par la Société Thierry MOREL & Associés

Plus en détail

REPERTOIRE D ENTREPRISES NATIONAL A DES FINS STATISTIQUES

REPERTOIRE D ENTREPRISES NATIONAL A DES FINS STATISTIQUES REPERTOIRE D ENTREPRISES NATIONAL A DES FINS STATISTIQUES LES SOURCES DE CREATION ET DE MISE A JOUR EVALUATION DE LA QUALITE SEMINAIRE DU CEFIL SUR L AVANCEMENT DES TRAVAUX CONCERNANT LA MISE EN PLACE

Plus en détail

LE MINISTRE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE, la loi n 90-032 du 11 décembre 1990 portant Constitution de la République du Bénin ;

LE MINISTRE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE, la loi n 90-032 du 11 décembre 1990 portant Constitution de la République du Bénin ; REPUBLIQUE DU BENIN -------o------- MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -------o------- LE MINISTRE -------o------- A R R E T E ANNEE 2013 N /MAEP/DC/SGM/DRH/DIP/SA PORTANT ATTRIBUTIONS,

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE,

LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, REPUBLIQUE DU NIGER DECRET N 2001-220/PRN/MC/PSP PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE MINISTERE DU COMMERCE ET DE du 23 novembre 2001 LA PROMOTION DU SECTEUR PRIVE Portant création, attributions et organisation

Plus en détail

Programme TAEHIL. Formation contractualisée pour l emploi

Programme TAEHIL. Formation contractualisée pour l emploi Programme TAEHIL Deux Mesures concrètes pour le programme TAEHIL Formation contractualisée pour l emploi Formation qualifiante ou de reconversion Objectif FCE: Formation contractualisée pour l emploi La

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Plan d affaires. Nom de l'entreprise. Nom du promoteur. par. Fait en collaboration avec le. Adresse complète. No de téléphone.

Plan d affaires. Nom de l'entreprise. Nom du promoteur. par. Fait en collaboration avec le. Adresse complète. No de téléphone. Nom de l'entreprise par Nom du promoteur Fait en collaboration avec le Adresse complète No de téléphone No de télécopie Courriel Site Internet Date SOMMAIRE EXÉCUTIF Description de l entreprise (ou du

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE 1.1 Mission Le Centre local de développement (CLD) de Mirabel gère trois (3) fonds destinés à la création et au maintien d emploi par le biais d

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

D O S S I E R D E P R E S S E

D O S S I E R D E P R E S S E Une plateforme industrielle intégrée de nouvelle génération pour renforcer l attraction régionale de Nouaceur Sommaire 1. Lancement par Sa Majesté le Roi de la plateforme industrielle intégrée de nouvelle

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Politique linguistique

Politique linguistique Politique linguistique Informations sur le soutien apporté par le Baccalauréat International en matière de langues, cours de langue et langues d enseignement Mise à jour en octobre 2014 Cette politique

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible.

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible. Mars 2010 Synthèse de l étude de faisabilité sur la mise en place d une offre structurée de formation continue en matière de design, répondant aux besoins des entreprises I- L état des lieux fait le constat

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

Projet Appui aux Centres Régionaux d Investissement et à la Promotion des Investissements

Projet Appui aux Centres Régionaux d Investissement et à la Promotion des Investissements Projet Appui aux Centres Régionaux d Investissement et à la Promotion des Investissements GBTI SEGIR Contract No. PCE-I-00-98-00015-00 TO 826 La Electronic News Letter : Projet de contenu et de mode de

Plus en détail

Innovations des statistiques officielles

Innovations des statistiques officielles MINISTERE DU PLAN ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ------------------- CENTRE NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES ECONOMIQUES ---------------- SERVICE DES STATISTIQUES

Plus en détail

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013 Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones Paris, 3-4 septembre 2013 Synthèse thématique Préparé par le service de la recherche

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail

Termes de référence Pour la réalisation d une étude sur les indicateurs de mise en œuvre et de suivi de la Convention relative aux droits de l enfant

Termes de référence Pour la réalisation d une étude sur les indicateurs de mise en œuvre et de suivi de la Convention relative aux droits de l enfant Termes de référence Pour la réalisation d une étude sur les indicateurs de mise en œuvre et de suivi de la Convention relative aux droits de l enfant (CDE). 1 Sommaire I. Contexte général et objectifs

Plus en détail

Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)"

Rapport spécial n 1/2004 5e PC (1998 à 2002) Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)" Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (1998-2002)

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

Ministère de l Industrie de la PME et de la Promotion de l Investissement. Cahier des charges

Ministère de l Industrie de la PME et de la Promotion de l Investissement. Cahier des charges Ministère de l Industrie de la PME et de la Promotion de l Investissement. Division de la Qualité et de la Sécurité Industrielle Cahier des charges relatif à la sélection des entreprises et organismes

Plus en détail

La formation interministérielle

La formation interministérielle 1 La formation interministérielle La formation interministérielle mise en œuvre par la DGAFP s organise autour des trois axes suivants : La formation interministérielle déconcentrée dont les acteurs principaux

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

Arts Plastiques et visuels

Arts Plastiques et visuels Royaume du Maroc Ministère de la Culture Appel à projets culturels Arts Plastiques et visuels 2015 Arts plastiques et visuels 1 2 Arts plastiques et visuels Appel à projets culturels Arts Plastiques et

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

Ministère de la Justice Ministère de l Intérieur Ministère des Affaires CIRCULAIRE CONJOINTE A MESSIEURS :

Ministère de la Justice Ministère de l Intérieur Ministère des Affaires CIRCULAIRE CONJOINTE A MESSIEURS : Royaume du Maroc Rabat, le 14 juin 2007 Ministère de la Justice Ministère de l Intérieur Ministère des Affaires 178 س 2 77 Etrangères et de la Coopération 11/ /08 CIRCULAIRE CONJOINTE A MESSIEURS : - Les

Plus en détail

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble

CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES. Vue d ensemble CADRE POUR L'ÉDUCATION ET LA FORMATION PROFESSIONNELLE DES AUTOCHTONES Vue d ensemble Le Cadre pour l'éducation et la formation professionnelle des Autochtones vise trois objectifs : = augmenter les taux

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

ENSEIGNEMENT ET FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLES : ENTRE RÉPONSES AUX BESOINS LOCAUX ET ADAPTATIONS AUX ÉVOLUTIONS INTERNATIONALES

ENSEIGNEMENT ET FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLES : ENTRE RÉPONSES AUX BESOINS LOCAUX ET ADAPTATIONS AUX ÉVOLUTIONS INTERNATIONALES IX e JOURNÉES D ÉTUDES INGÉNIERIE DES DISPOSITIFS DE FORMATION A L INTERNATIONAL «ENSEIGNEMENT ET FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLES : ENTRE RÉPONSES AUX BESOINS LOCAUX ET ADAPTATIONS AUX ÉVOLUTIONS INTERNATIONALES»

Plus en détail

Table Ronde «Industrie» Quels partenariats entre sociétés d ingénierie et industriels pour améliorer leurs compétitivités?

Table Ronde «Industrie» Quels partenariats entre sociétés d ingénierie et industriels pour améliorer leurs compétitivités? Table Ronde «Industrie» Quels partenariats entre sociétés d ingénierie et industriels pour améliorer leurs compétitivités? Relations avec des Ingénieries pour mise en œuvre d une partie du plan de développement

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques.

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques. Nations Unies ST/SGB/2008/13 Secrétariat 1 er août 2008 Circulaire du Secrétaire général Organisation du Bureau des affaires juridiques En application de la circulaire ST/SGB/1997/5, intitulée «Organisation

Plus en détail

Management des Ressources Humaines et réformes: les engagements mutuels. Présenté par M. Driss KARIM, DAGL 26 mars 2011

Management des Ressources Humaines et réformes: les engagements mutuels. Présenté par M. Driss KARIM, DAGL 26 mars 2011 Management des Ressources Humaines et réformes: les engagements mutuels Présenté par M. Driss KARIM, DAGL 26 mars 2011 1 Sommaire - Management des RH : orientations et principes - Management des RH : réalisations

Plus en détail

GC.12/11 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

GC.12/11 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr.: Générale 19 octobre 2007 Français Original: Anglais Conférence générale Douzième session Vienne, 3-7 décembre 2007 Point 10 d) de

Plus en détail

Vous souhaitez rejoindre un établissement public en tant que fonctionnaire,

Vous souhaitez rejoindre un établissement public en tant que fonctionnaire, Fiche d information DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES DE L ETABLISSEMENT PUBLIC Emploi et Développement des compétences Service Concours- DHEC40 concours@caissedesdepots.fr CONCOURS EXTERNE DE SECRETAIRE

Plus en détail

Fonds Igrane, un levier d investissement pour la Région Souss Massa Drâa

Fonds Igrane, un levier d investissement pour la Région Souss Massa Drâa Fonds Igrane, un levier d investissement pour la Région Souss Massa Drâa Édito Plan de la Région Souss Massa Drâa Pourquoi le Fonds Igrane? Qui sont les promoteurs du Fonds Igrane? Fiche signalétique du

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

Créez. cadre d accompagnement. Reprenez. Vous. Vous. Les experts-comptables vous accompagnent pour vous aider à bien démarrer!

Créez. cadre d accompagnement. Reprenez. Vous. Vous. Les experts-comptables vous accompagnent pour vous aider à bien démarrer! Vous Créez Vous Reprenez Les experts-comptables vous accompagnent pour vous aider à bien démarrer! Offre spécifique auto-entrepreneur Consultation GRATUITE «valider votre statut» nombreux avantages partenaires

Plus en détail

Ministère de l Industrie et des Mines. Cahier des charges

Ministère de l Industrie et des Mines. Cahier des charges Ministère de l Industrie et des Mines. Cahier des charges Relatif à la sélection des entreprises et organismes au programme d aide de l Etat à l accompagnement pour la certification des systèmes de management

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES GUIDE PRATIQUE POUR LES ENTREPRISES Programme compétitivité régionale et emploi 2007-2013 INNOVATION www.europe-en-aquitaine.eu 1 2 3 L Aquitaine avance, l Europe

Plus en détail

GUIDE DU CRÉATEUR D ENTREPRISE

GUIDE DU CRÉATEUR D ENTREPRISE GUIDE DU CRÉATEUR D ENTREPRISE 1 SOMMAIRE I. Cadrer votre projet 8 II. Financer votre projet 12 III. Choisir le cadre juridique de l exercice de votre activité 14 IV. Accomplir les formalités de création

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UNE AGENCE FIDUCIAIRE POUR LE PROJET PIC

TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UNE AGENCE FIDUCIAIRE POUR LE PROJET PIC TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UNE AGENCE FIDUCIAIRE POUR LE PROJET PIC 1. Contexte et objet de la mission 1.1. Objectif et activités du Projet «Pôles Intégrés de Croissance» (PIC) Le Projet PIC, ci-après

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

Mission jeunes entreprises

Mission jeunes entreprises Mission jeunes entreprises proposée par les experts-comptables www.entreprisecreation.com Le site des experts-comptables dédié à la création d'entreprise Pourquoi une? En vue de contribuer au développement

Plus en détail

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION Le cadre de reconnaissance et de financement des entreprises d insertion comporte deux volets le premier volet comprend les éléments

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») 1. Généralités CHARTE DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité la gouvernance

Plus en détail

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels RC4415(F) Avant-propos Le présent rapport annuel au

Plus en détail

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Page 1 Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Le Conseil Syndical existe de plein droit dans toutes les copropriétés en vertu de la loi. --> Il est chargé d

Plus en détail

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets?

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? LES ENTRETIENS EXCLUSIFS Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? Entretien avec Mehdi Salmouni-Zerhouni, Conseil

Plus en détail

Ensemble mobilisons nos énergies

Ensemble mobilisons nos énergies Ensemble mobilisons nos énergies «Lancé en Juin 2005, SIRIUS est désormais un projet au cœur de notre entreprise, au service des ambitions et des objectifs qui s inscrivent dans le cadre de notre stratégie

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 04/2007/CM/UEMOA PORTANT CREATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU COMITE CONSULTATIF SUR L

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

L expérience des Hommes

L expérience des Hommes L expérience des Hommes audia est un cabinet d expertise comptable et de commissariat aux comptes, fort d une équipe qualifiée et experte installée au Maroc à Casablanca. Notre cabinet vous apportera l

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

Délégué/e/s à la formation. Rôle et missions. (version 2012) INAP rôle et missions du délégué à la formation Page 1

Délégué/e/s à la formation. Rôle et missions. (version 2012) INAP rôle et missions du délégué à la formation Page 1 Délégué/e/s à la formation Rôle et missions (version 2012) INAP rôle et missions du délégué à la formation Page 1 Sommaire: 1. Considérations générales sur le rôle et les missions du délégué/e à la formation...

Plus en détail

DRH: Diagnostic et Stratégie de développement de la GRH Au Ministère de la Santé Au Maroc

DRH: Diagnostic et Stratégie de développement de la GRH Au Ministère de la Santé Au Maroc Royaume du Maroc Ministère de la Santé Direction des Ressources Humaines ا ا وزارة ا اارد ا DRH: Diagnostic et Stratégie de développement de la GRH Au Ministère de la Santé Au Maroc Conférence santé en

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT Convention de partenariat entre l académie d Aix-Marseille et ICIMODE Prides de la filière textile habillement CONVENTION DE PARTENARIAT Entre les soussignés l Etat représenté par Jean-Paul de Gaudemar,

Plus en détail

PLAN D ACTION 2013-2014

PLAN D ACTION 2013-2014 Le cadre d intervention de la SADC Côte-Nord 1 2 Les grands axes du cadre d intervention 1 Les services de soutien aux Les enjeux des collectivités La planification stratégique régionale 3 4 Diagnostic

Plus en détail

SONDAGE INTERNE MENÉ EN NOVEMBRE 2002 SUR LES BESOINS DES CONSEILS ET LES MOYENS D Y RÉPONDRE SYNTHÈSE DU SONDAGE ET RECOMMANDATIONS

SONDAGE INTERNE MENÉ EN NOVEMBRE 2002 SUR LES BESOINS DES CONSEILS ET LES MOYENS D Y RÉPONDRE SYNTHÈSE DU SONDAGE ET RECOMMANDATIONS SONDAGE INTERNE MENÉ EN NOVEMBRE 2002 SUR LES BESOINS DES CONSEILS ET LES MOYENS D Y RÉPONDRE SYNTHÈSE DU SONDAGE ET RECOMMANDATIONS Le 2 juin 2003 Landal inc. SONDAGE INTERNE MENÉ EN NOVEMBRE 2002 SUR

Plus en détail

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS)

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Février 2005 1 I. INTRODUCTION La réalisation d une SNDS en général et d

Plus en détail

La gestion Citrix. Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique

La gestion Citrix. Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique La gestion Citrix Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique Dans les environnements informatiques complexes, une relation de support technique proactive s avère essentielle.

Plus en détail

La recherche au Maroc

La recherche au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières La recherche au Maroc Octobre 1997 Document de travail n 23 La recherche au Maroc Octobre 1997 2 1- Etat des lieux Les dépenses en matière

Plus en détail

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation Recommandations Thèses relatives à l accréditation Berne, le 17 décembre 2003 Seite 2 Recommandations aux hautes écoles spécialisées suisse 1. Accréditation et processus de Bologne Dans la Déclaration

Plus en détail

Demande de propositions (DP) 13-1415. Services de recrutement d un ou d une cadre de direction. La Société du Paysage de Grand- Pré

Demande de propositions (DP) 13-1415. Services de recrutement d un ou d une cadre de direction. La Société du Paysage de Grand- Pré La Société du Paysage de Grand- Pré Demande de propositions (DP) 13-1415 Services de recrutement d un ou d une cadre de direction Page 1 de 8 Page 2 de 8 Demande de propositions pour des services de recrutement

Plus en détail

1. Présentation de l ADIE. 2. Approche e-sénegal. 3. Notre approche des formulaires 5. Conclusions

1. Présentation de l ADIE. 2. Approche e-sénegal. 3. Notre approche des formulaires 5. Conclusions 1. Présentation de l ADIE o Qu est ce que l ADIE? o Notre mission o Nos activités 2. Approche e-sénegal o o o Double Approche Approche e-gouvernement Approche e-citoyen 3. Notre approche des formulaires

Plus en détail

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL

PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL PROGRAMME PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT ET D ÉVALUATION FORMATIVE DU PERSONNEL PROFESSIONNEL DATE : 1 er juillet 2013 SECTION : Programme NUMÉRO : PG301 PAGES : 6 RESPONSABLE : Direction des ressources humaines

Plus en détail