PGA / 7 1er août 2015

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PGA / 7 1er août 2015"

Transcription

1 PA / 7 1er août 2015 ENTRETIEN 25 à 30% des raffineries porraient fermer dans l Union eropéenne dans les 20 prochaines années, déclare a PA Francis Dsex, président de l UFIP A cort terme, le prix d éqilibre d pétrole porrait être de $50-60/b Le recl des investissements des compagnies pétrolières arait été pls fort sans les bons résltats de l aval COP21 : ma crainte est qe l Union eropéenne ne soit la sele à prendre des mesres d envergre Le monde ara besoin pendant longtemps des hydrocarbres La compétitivité de notre économie est également n sjet fondamental (Ci-dessos le texte d'ne interview avec M. Francis Dsex, président de l'union Française des Indstries Pétrolières - UFIP, cet entretien a e lie le 23 jillet a siège de l'ufip à Paris. Voir n bref CV de M. Dsex page sivante). Pétrole et az Arabes (PA) : Comment les prix d pétrole porraient-ils évoler à l'avenir? n Francis Dsex : L'absence de réaction de l'opep lors de sa rénion de jin 2015 est très srprenante et a ne inflence baissière sr les marchés. Certains évoqent ne stratégie axée sr la défense des parts de marché et ne tentative de faire baisser la prodction de pétrole de schiste ax États-Unis. Cependant, la prodction pétrolière américaine n'a pas diminé à ce jor. La chte des prix ara n impact négatif sr les décisions d'investissement mais n'a pas pénalisé l'exploitation des champs en prodction. L'excédent de l'offre pétrolière mondiale sr la demande porrait être de l'ordre de 2 millions de barils par jor. De pls, les coûts marginax de prodction vont baisser d fait des efforts de rationalisation, des progrès techniqes et des pressions qi s'exercent sr les sociétés de services pétroliers. Le prix d'éqilibre porrait être de l'ordre de $50-60 par baril. Cela ne signifie pas qe les cors ne remonteront pas d'ici pet-être 12 o 18 mois environ mais n retor vers des niveax de $ /b n'est pas por demain. C'est pls ne optiqe de moyen terme, pet-être après Sorce : UFIP.

2 1er août 2015 PA / 8 PA : L'accord sr le programme ncléaire de l'iran va encore compliqer la donne. n F.D. : La levée des sanctions ne devrait pas intervenir avant le débt 2016 mais l'impact est d'ores et déjà baissier. L'Iran porrait agmenter sa prodction pétrolière de près de 1 million de barils par jor sans dote mais des investissements seront nécessaires. Cela dit, on ne pet exclre des tensions encore pls fortes a Moyen-Orient qi posseraient les prix à la hasse mais ces aspects géopolitiqes sont par natre imprévisibles. Un atre élément à prendre en compte est l'impact social et politiqe des bas prix d pétrole dans plsiers pays prodcters tels qe le Venezela, le Nigeria, l'angola, la Libye, voire la Rssie. Si la sitation perdrait, cela porrait être explosif, ce qi posserait à la recherche d'n compromis a sein de l'opep et faciliterait ne rédction de sa prodction, pet-être en accord avec certains pays non-opep. PA : La chte des prix d brt a et ara n impact négatif sr les investissements de l'indstrie pétrolière, ce qi contribera a rééqilibrage de l'offre et de la demande. n F.D. : La baisse des investissements des grands gropes pétroliers en 2015 sera très significative et les conséqences sr l'offre seront bien réelles. Mais on est ici dans ne perspective de moyen terme, de l'ordre de cinq ans, et pas de cort terme. Le recl des investissements arait d'aillers été pls fort si l'aval ne générait pas de bons résltats. Les marges dans le raffinage et la pétrochimie ont sensiblement progressé et la sitation est correcte dans le secter de la distribtion. > Francis Dsex Président de l UFIP Lors de sa rénion d 19 novembre 2014, le Conseil d administration de l Union française des indstries pétrolières (UFIP) a él Francis Dsex à sa présidence à compter d 1er janvier WHO S WHO Francis Dsex est ingénier diplômé de l Ecole Nationale Spériere de Chimie de Paris et de l Ecole Nationale Spériere d Pétrole et des Moters (ENSPM). Il a effecté tote sa carrière a sein d grope ExxonMobil où il a occpé différents postes de direction dans les domaines d raffinage, des approvisionnements, de la logistiqe et de la distribtion ax Etats-Unis, a Royame-Uni, en Belgiqe et en France. Directer Distribtion et Pipelines por l Erope en 2003, il a été nommé président-directer général de Esso SAF en 2006, en charge également de totes les filiales françaises d ExxonMobil, tot en conservant ses fonctions por l Erope, responsabilités q il a exercées jsq en jin Francis Dsex sccède à Jean-Lois Schilansky qi présidait le syndicat professionnel d pétrole depis jin 2008, après en avoir été le délégé général de 2001 à A propos de l UFIP L Union française des indstries pétrolières (UFIP) est n syndicat professionnel qi rassemble les entreprises exerçant en France ne activité dans l n des trois grands secters de l indstrie pétrolière : exploration et prodction de pétrole et de gaz natrel, raffinage et distribtion. D "pits à la pompe", l UFIP représente et exprime les points de ve professionnels et indstriels de près de dix-nef entreprises, membres actifs, et vingt entreprises, membres associés. Sorce : UFIP, décembre 2014.

3 PA / 9 1er août 2015 PA : Les bas prix d pétrole porraient assi relancer la demande. n F.D. : On en voit effectivement déjà des signes por la consommation de carbrants ax États-Unis. En Erope occidentale, il n'en va pas de même d fait d poids des taxes. L'impact sr la demande porrait être significatif dans des pays émergents et en développement. À cort terme, il fat également tenir compte de l'importance des stocks pétroliers qi sont à n nivea record dans les pays de l'ocde. Avec des stocks assi considérables, les prix porraient être encore pls bas et on ne pet pas exclre n recl a cors de ce trimestre. PA : Paris acceillera le sommet de la COP21 en fin d'année. Qel porrait être l'impact de cette rénion sr les hydrocarbres? n F.D. : La prise de conscience sr le changement climatiqe est très forte mais il me semble q'il sera très difficile d'arriver à n accord mondial. Or c'est la condition d'n accord efficace sinon on défavorisera certains pays, certaines régions et certaines indstries. Le président Barack Obama est favorable à ce qe les États-Unis apportent ler contribtion à la ltte contre le changement climatiqe mais le Congrès sera nettement pls difficile à convaincre. Ma crainte est qe l'union eropéenne, dans sa volonté d'exemplarité, ne soit la sele à prendre des mesres d envergre, ce qi imposera encore davantage de contraintes à ses indstries engagées dans ne concrrence internationale redotable. Nos volons assi soligner qe le monde ara besoin pendant longtemps des hydrocarbres. Le gaz natrel, qi est ne énergie d'avenir, notamment por la prodction d'électricité, verrait sa consommation agmenter de 60% d'ici à 2040 et, por le pétrole, la hasse serait de 30%. Selon les Nations nies, la poplation mondiale porrait passer de 7,2 milliards de personnes en 2013 à 9,6 milliards en 2050 et cela entraînera inévitablement ne hasse significative de la consommation d'énergie. L'accroissement d nivea de vie moyen dans les pays émergents et en développement va dans le même sens. PA : La France vet mettre en place ne taxe carbone de 100 eros par tonne à terme. n F.D. : La ltte contre le changement climatiqe est n objectif légitime mais il fat penser ax conséqences en termes d'activité indstrielle et d'emploi. La compétitivité de notre économie est également n sjet fondamental. Il fat des arbitrages raisonnés et cela sppose de tenter de chiffrer les impacts économiqes et sociax des mesres envisagées avant de les adopter. PA : Comment porrait évoler la consommation française de carbrants, selon l'ufip? n F.D. : Nos pensons q'elle porrait baisser de 30% environ por les véhicles légers d'ici à 2030 en raison de la montée en pissance des voitres hybrides, de l'évoltion des normes et de la porsite des progrès technologiqes. Nos estimons qe le développement des véhicles électriqes sera modeste d fait de ler srcoût et des problèmes d'atonomie. Por l'union eropéenne, les hybrides porraient représenter la moitié des ventes annelles dans ne vingtaine d'années. PA : Cette baisse attende de la consommation n'est pas ne bonne novelle por les raffiners français.

4 1er août 2015 PA / 10 n F.D. : Cela représenterait ne baisse de l'ordre de 8 millions de tonnes par an. PA : La consommation française de prodits pétroliers ne dépassait pas 74 millions de tonnes en 2014, son nivea le pls bas depis 1985 et n volme en baisse constante depis Elle devrait continer à baisser également. n F.D. : Sans acn dote. En pls de la baisse escomptée por les carbrants, les ventes de fiol devraient continer ler déclin. Cela va dans le sens de ce qe sohaitent les povoirs pblics. PA : La part d gazole dans la consommation française de carbrants rotiers était de 81,3% sr les doze derniers mois. Mais la volonté affichée par les atorités de rééqilibrer progressivement la taxation d gazole et de l'essence va remettre en case cette domination écrasante d gazole. n F.D. : La différence de taxation entre l'essence et le gazole n'est pas propre à la France. On la retrove dans les grands pays eropéens à l'exception d Royame-Uni. En France, nos avons dû importer environ 20 millions de tonnes de gazole l'an dernier, soit la moitié de notre consommation nationale de 40 millions de tonnes en Nos pensons qe nos allons effectivement vers n rééqilibrage entre l'essence et le gazole en raison d relèvement des taxes, des normes Ero 6 et de la décision des constrcters atomobiles de ne pls proposer des modèles diesel por les petites voitres. PA : La marge de raffinage en Erope était en moyenne de 22 eros par tonne en 2014, contre ne moyenne de 20 eros par tonne sr Par contre, cette année, la sitation est bien meillere. n F.D. : Cette marge était en moyenne de 50 eros par tonne sr le premier semestre Cela constite ne srprise a regard de la porsite de la baisse de la demande pétrolière en Erope. La chte des prix d pétrole entraîne ne baisse des coûts d'exploitation des raffineries pisqe le combstible représente 40% des coûts d raffinage. De pls, la demande d'essence reste ferme a nivea mondial, ce qi sotient les prix des prodits raffinés. Cette bonne tene des marges ne devrait malheresement pas être drable car la demande pétrolière en Erope reste orientée à la baisse et les srcapacités de raffinage demerent. PA : Selon l'ufip, le nombre de raffineries en activité dans l'union eropéenne était de 101 en 2007 et de 79 en Mais la crise d raffinage eropéen n'est pas achevée. n F.D. : Elle est en effet loin d'être terminée. 25 à 30% des raffineries porraient fermer dans l'union eropéenne dans les 20 ans qi viennent. Otre la porsite de la baisse de la demande, il fat prendre en compte la concrrence croissante des raffineries ax États-Unis, dont l'indstrie a beacop regagné en compétitivité a cors des dernières années, ainsi qe Sorce : UFIP.

5 PA / 11 1er août 2015 celle de raffineries très modernes et à grande capacité a Moyen-Orient et en Asie. Les raffineries eropéennes sont donc sos très forte pression. L'Union eropéenne considère le raffinage comme ne indstrie stratégiqe. Nos devrions donc conserver n otil de raffinage por des raisons de sécrité d'approvisionnement mais celi-ci sera redimensionné en fonction d'ne consommation pls faible. PA : Et por la France? n F.D. : Dans le long terme, nos capacités de raffinage porraient se stabiliser vers 60 millions de tonnes par an. PA : Le tax d'tilisation des capacités de raffinage en France était de 79% en Où en est-on por 2015? n F.D. : Avec l'amélioration des marges de raffinage, les tax d'tilisation sont remontés à 85% en moyenne sr les cinq premiers mois de Un tax d'tilisation inférier à 80% est beacop trop bas. Il fadrait a moins 90% dans ne indstrie lorde telle qe la nôtre. PA : L'UFIP dénonce n blocage dans l'attribtion des permis d'exploration et d'exploitation des hydrocarbres conventionnels en France. Acn permis de recherche n'a été octroyé en 2014 et, a 1 er janvier 2015, 162 demandes de permis de recherche étaient bloqées. Est-ce n blocage délibéré? n F.D. : Il y a clairement ne volonté de freiner l'attribtion des permis et la raison affichée est la crainte qe les compagnies concernées ne contornent la loi française sr l'interdiction de la fractration hydraliqe alors même qe les opératers qi formlent ces demandes démontrent q'ils sont niqement intéressés par l'exploration de pétrole o de gaz conventionnels. Le risqe, c'est qe cette attitde entraîne le départ de plsiers compagnies qi se détorneront de l'exploration en France. A regard de l'importance de nos importations de brt et de gaz natrel, tot ce qi porrait venir rédire cette factre serait portant le bienven por notre pays. PA : Site à vos rencontres avec les atorités compétentes, avez-vos reç des assrances qant à ne amélioration de la sitation? n F.D. : On nos a indiqé qe la sitation allait s'améliorer progressivement. PA : Pensez-vos qe ces engagements seront tens? n F.D. : Nos sommes raisonnablement optimistes sr la mise en œvre de ce déblocage. PA : L'UFIP entend-elle accroître son effort de promotion et de lobbying en faver des hydrocarbres non conventionnels en France? n F.D. : Nos opératers respectent, bien entend, la loi de 2011 sr l'interdiction d recors à la fractration hydraliqe mais nos sohaitons qe la loi soit appliqée dans son intégralité, ce qi n'est pas le cas. La commission de sivi et d orientation n a jamais été mise en œvre. Nos avons n potentiel significatif en matière d'hydrocarbres non conventionnels en

6 1er août 2015 PA / 12 France et il serait très dommage de ne pas réaliser n inventaire des ressorces de notre territoire. Celi-ci porrait être confié à n organisme pblic et indépendant tel qe le BRM. Il est important por l'avenir de ne pas négliger le potentiel français en exploration-prodction. On oblie trop sovent ce q a été la contribtion économiqe d gisement gazier de Lacq à notre pays. On oblie également qe notre prodction de pétrole était de l'ordre de 3 millions de tonnes par an il n'y a pas si longtemps. PA : Vos n'allez donc pas essayer d'obtenir ne modification de la loi de 2011? n F.D. : Ce n'est pas notre priorité actellement. Nos avons d'atres sjets pls rgents, notamment celi des permis de recherche por les hydrocarbres conventionnels. En revanche, en ve des prochaines échéances électorales nationales, il sera tile d'interroger les candidats sr lers opinions concernant le pétrole et le gaz non conventionnels. PA : L'UFIP a soligné à plsiers reprises qe la politiqe énergétiqe française ne prenait pas sffisamment en compte les hydrocarbres. n F.D. : Nos le regrettons effectivement. Les combstibles fossiles resteront nécessaires et importants pendant longtemps. Selon les dernières projections de l'agence Internationale de l'energie, ler part dans la consommation énergétiqe mondiale serait encore de l'ordre de 75% en L'indstrie pétrolière reste et restera longtemps n acter important et il ne fat donc pas nos oblier. Comme nos l'avons évoqé, la consommation pétrolière de la France va continer à baisser mais notre consommation gazière porrait agmenter. Et le pétrole restera dominant dans le secter des transports pendant fort longtemps. Nos messages clés ax povoirs pblics sont les sivants: regardons les réalités énergétiqes en face, établissons des scénarios réalistes sr le mix énergétiqe ftr, tentons de mesrer les impacts, n'ajotons pas tojors pls de contraintes por le raffinage français et travaillons ensemble por garantir la pérennité et la compétitivité de notre otil indstriel. Nos sommes engagés dans ne concrrence mondiale et l'objectif de compétitivité doit être l'ne de nos priorités. Le recl de la part de l'indstrie dans notre prodit intérier brt et le fait qe celle-ci soit ajord'hi largement infériere à ce q'elle est en Allemagne et dans l'ensemble de l'union eropéenne sont des signax d'alerte q'il fat prendre en compte. Par rapport ax enjex climatiqes qe nos avons abordés, n atre message est qe le gaz est en qelqe sorte l'avenir d pétrole car cette sorce d'énergie constite n bon compromis en matière d'émissions de gaz à effet de serre et de satisfaction de besoins énergétiqes mondiax croissants.

16 février 2014. Le monde pourrait être entré dans une période de plus grande stabilité des prix du pétrole,

16 février 2014. Le monde pourrait être entré dans une période de plus grande stabilité des prix du pétrole, 16 février 2014 PGA / 8 ENTRETIEN Le monde porrait être entré dans ne période de pls grande stabilité des prix d pétrole, déclare a PGA Jean-Lois Schilansky, président de l UFIP Les marchés pétroliers

Plus en détail

L évaluation des risques professionnels. Guide d élaboration du document unique

L évaluation des risques professionnels. Guide d élaboration du document unique L évalation des risqes professionnels Gide d élaboration d docment niqe Évaler por prévenir La loi n 91-1414 d 31 décembre 1991, transposant la Directive Cadre Eropéenne d 12 jin 1989, a notamment introdit

Plus en détail

Feuille de route pour la diversité linguistique en Europe. Une nouvelle approche des langues dans le cadre de la stratégie Europe 2020

Feuille de route pour la diversité linguistique en Europe. Une nouvelle approche des langues dans le cadre de la stratégie Europe 2020 Feille de rote por la diversité lingistiqe en Erope Une novelle approche des langes dans le cadre de la stratégie Erope 2020 Por pls d informations, visitez : www.npld.e La proposition d Résea por la promotion

Plus en détail

Année budgétaire 2012

Année budgétaire 2012 Année bdgétaire 2012 2 Avant d aller pls loin Portée sr les fonds baptismax il y a 5 ans, l Académie de la Mobilité, cellle de formation d Grope TEC, pose ajord hi n premier bilan. Strctre reconne a sein

Plus en détail

Guide de présentation

Guide de présentation Syndicat Centre Héralt Gide de présentation Activités et otils pédagogiqes Por sensibiliser vos élèves à la gestion des déchets, mettre en place des projets, réaliser ne visite o réserver nos otils...

Plus en détail

Information aux citoyennes et citoyens

Information aux citoyennes et citoyens Un projet majer Votation cantonale 28 février 2016 Nechâtel Mobilité 2030 présentation de l objet PAGES 2-10 > position des autorités recommandations des partis politiques PAGES 11-12 > le texte soumis

Plus en détail

Dentaurum Boutique en ligne. www.dentaurum.fr. plus rapide plus ergonomique plus simple

Dentaurum Boutique en ligne. www.dentaurum.fr. plus rapide plus ergonomique plus simple FR Dentarm Botiqe en ligne www.dentarm.fr pls rapide pls ergonomiqe pls simple shop.dentarm.fr Votre adresse por l orthodontie, les implants et la prothèse dentaire sr Internet Décovrez la botiqe en ligne

Plus en détail

Compensation des amétropies sphériques

Compensation des amétropies sphériques Compensation des amétropies sphériqes Principe de la compensation e verre compensater théoriqe (o verre correcter) de l'amétropie, placé devant l'œil, permet a sjet de voir net à l'infini sans accommoder.

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières C.C.T.P

Cahier des Clauses Techniques Particulières C.C.T.P COMMUNE DE BONSON DIAGNOSTIC DE FONCTIONNEMENT ET SCHEMA D'AMENAGEMENT DES OUVRAGES D'ASSAINISSEMENT COLLECTIF - ZONAGE Cahier des Clases Techniqes Particlières C.C.T.P Direction Départementale de l Agricltre

Plus en détail

DOCUMENT DE RÉFÉRENCE

DOCUMENT DE RÉFÉRENCE DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2012 SOMMAIRE P.01 Message d président P.03 Profil d Grope P.04 P.06 Governance Développement Drable P.08 P.10 Données borsières Chiffres clés MESSAGE DU PRÉSIDENT Chers actionnaires,

Plus en détail

] sommaire. L'Alsace, territoire "VISION'AIR" > N 34 > Septembre 2012 >

] sommaire. L'Alsace, territoire VISION'AIR > N 34 > Septembre 2012 > > N 34 > Septembre 2012 > L'Alsace, territoire "VISION'AIR" «Un de ses principax objectifs est d'aider à s'élever por miex voir, à relier por miex comprendre et à siter por miex agir»* L abotissement d

Plus en détail

GDF SUEZ, le leader de l éolien en France

GDF SUEZ, le leader de l éolien en France GDF SUEZ, le leader de l éolien en France JUILLET 2014 Dossier de presse Photographie : Le parc éolien de Manneville Crédits Photo : LA COMPAGNIE DU VENT / JULIEN GAZEAU / VALÉRY JONCHERAY 2 SOMMAIRE Introdction

Plus en détail

Démarche citoyenne pour les énergies renouvelables GRESI 21. SAS Centrales villageoises du Grésivaudan. Webinaire Jeudi 16 Juin.

Démarche citoyenne pour les énergies renouvelables GRESI 21. SAS Centrales villageoises du Grésivaudan. Webinaire Jeudi 16 Juin. Démarche citoyenne por les énergies renovelables GRESI 21 SAS Centrales villageoises d Grésivadan Webinaire Jedi 16 Jin Vincent Gay Sommaire Le projet L origine et la méthode Les valers La place des collectivités

Plus en détail

MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DE L'ÉNERGIE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE

MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DE L'ÉNERGIE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DE L'ÉNERGIE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE MINISTÈRE DE L'INTÉRIEUR, DE L'OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Connaître Rédire Aménager Informer

Plus en détail

District 1640 Normandie

District 1640 Normandie DECEMBRE 2009 Rotary International - Pblication Menselle d District 1640 District 1640 Normandie Décembre 2009 Mois de la Famille : Décembre, le mois de la Famille, notion sociétale dans la natre, de l

Plus en détail

Guides d installation 300-012-581 Rév. 03

Guides d installation 300-012-581 Rév. 03 EMC Matériel VNXe3300 dans les environnements compatibles NEBS Gides d installation 300-012-581 Rév. 03 Les composants d système de stockage EMC VNXe3300 sivants ont passé avec sccès la site de tests de

Plus en détail

Contribution des Chambres d'agriculture à l'agro-écologie

Contribution des Chambres d'agriculture à l'agro-écologie Contribtion des Chambres d'agricltre à l'agro-écologie a Edito de Gy Vasser Président des Chambres d'agricltre (APCA) Les acters de l agricltre française ont tojors œvré por moderniser ler activité. Ainsi,

Plus en détail

Generika News. Le dangereux principe du prix le plus bas pour les médicaments entre dans la dernière ligne droite parlementaire

Generika News. Le dangereux principe du prix le plus bas pour les médicaments entre dans la dernière ligne droite parlementaire Generika News Information actelle de l association Intergenerika Septembre 2010 Le dangerex principe d prix le pls bas por les médicaments entre dans la dernière ligne droite parlementaire La ltte parlementaire

Plus en détail

PGA / 7 16 avril 2013. Pour le raffinage français et européen, le temps des difficultés n est pas encore achevé,

PGA / 7 16 avril 2013. Pour le raffinage français et européen, le temps des difficultés n est pas encore achevé, PA / 7 16 avril 2013 ENTRETIEN Pour le raffinage français et européen, le temps des difficultés n est pas encore achevé, déclare au PA Jean-Louis Schilansky, président de l UFIP u Aux problèmes bien connus

Plus en détail

Esso S.A.F : Information trimestrielle au 31 mars 2010

Esso S.A.F : Information trimestrielle au 31 mars 2010 1- Environnement de l industrie du Raffinage-Distribution Un marché des produits pétroliers encore en repli La baisse de la demande en produits pétroliers sur le marché français observée depuis 2008, s

Plus en détail

ENTREPRISES EN DIFFICULTé LES DISPOSITIFS à votre disposition

ENTREPRISES EN DIFFICULTé LES DISPOSITIFS à votre disposition n 93-30 jin 2010 ENTREPRISES EN DIFFICULTé LES DISPOSITIFS à votre disposition Dans le contexte de crise actel, les entreprises sont de pls en pls confrontées à des difficltés de trésorerie, qi pevent,

Plus en détail

La gestion des déchets du BTP dans le Doubs. nécessité pour l environnement

La gestion des déchets du BTP dans le Doubs. nécessité pour l environnement La gestion des déchets d BTP dans le Dobs Une nécessité por l environnement La gestion des déchets d BTP le contexte et les enjex Les déchets d BTP constitent des enjex importants d fait des qantités en

Plus en détail

Interventions sur des machines en imprimerie L utilisation de la vitesse réduite

Interventions sur des machines en imprimerie L utilisation de la vitesse réduite Interventions sr des machines en imprimerie L tilisation de la vitesse rédite Plsiers tâches en imprimerie nécessitent des interventions avec des protecters overts, retirés o netralisés tot en ayant besoin

Plus en détail

COMMUNICATION EVENEMENTIELLE COMMUNICATION D ENTREPRISE RÉDACTIONNEL

COMMUNICATION EVENEMENTIELLE COMMUNICATION D ENTREPRISE RÉDACTIONNEL COMMUNICATION EVENEMENTIELLE COMMUNICATION D ENTREPRISE RÉDACTIONNEL VOUS Vos avez ne image/n message à faire connaître o à développer Vos devez fidéliser vos clients Vos volez commniqer avec vos prospects,

Plus en détail

N 3 Janvier 2016. L exploitation et la diffusion des analyses des messages clients au sein des entreprises

N 3 Janvier 2016. L exploitation et la diffusion des analyses des messages clients au sein des entreprises Les blletins de la relation client N 3 Janvier 2016 L exploitation et la diffsion des analyses des messages clients a sein des entreprises En 2015, IPSOS et ERDIL ont mené conjointement ne étde nationale

Plus en détail

Ser vice national famille et société

Ser vice national famille et société Ser vice national famille et société Conférence des évêqes de France Jillet 2012 Département environnement et modes de vie EFFET DE SERRE ET CHANGEMENTS CLIMATIQUES Depis qelqes décennies, diverses observations

Plus en détail

Document d information communal sur les

Document d information communal sur les Docment d information commnal sr les risqes majers (DICRIM) LE POULIGUEN SIGNAL D ALERTE DECLENCHÉ PAR LES AUTORITES Coper le gaz, l électricité Ne pas aller chercher les enfants à l école (les professers

Plus en détail

La Communauté d Agglomération agit pour le Développement Durable. Petit guide des éco-gestes au bureau

La Communauté d Agglomération agit pour le Développement Durable. Petit guide des éco-gestes au bureau gide_eco:gide eco-gest 07/12/2010 10:40 Page 1 La Commnaté d Agglomération agit por le Développement Drable Petit gide des éco-gestes a brea gide_eco:gide eco-gest 07/12/2010 10:40 Page 2 Épisement des

Plus en détail

Musicothérapie. Fiches Pratiques. par Hervé Gautier / Consultant ACTIF. Les Cahiers de l'actif - N 260/261

Musicothérapie. Fiches Pratiques. par Hervé Gautier / Consultant ACTIF. Les Cahiers de l'actif - N 260/261 Msicothérapie Fiches Pratiqes Msicothérapie par Hervé Gatier / Consltant ACTIF 71 Fiches pratiqes de formation Avertissement Cet article des "fiches pratiqes de formation" n'est en acn cas n receil de

Plus en détail

Prescriptions relatives à la construction des grands emballages et aux épreuves qu ils doivent subir

Prescriptions relatives à la construction des grands emballages et aux épreuves qu ils doivent subir Chapitre 6.6 Prescriptions relatives à la constrction des grands emballages et ax épreves q ils doivent sbir 6.6.1 Généralités 6.6.1.1 Les prescriptions d présent chapitre ne s'appliqent pas : - ax emballages

Plus en détail

Référentiel de l accompagnement vers et dans le logement et de la gestion locative adaptée

Référentiel de l accompagnement vers et dans le logement et de la gestion locative adaptée Référentiel de l accompagnement vers et dans le logement et de la gestion locative adaptée Cet ovrage doble est ne co-édition de la DiHAL, (délégation à l hébergement et à l accès a logement) de la DHUP

Plus en détail

EFFECTIFS DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU COMPLÉMENTAIRE MOYENNES PAR RÉGION CNAMTS - RSI - CCMSA PÉRIODE : 2007-2012 INDICATIONS TECHNIQUES

EFFECTIFS DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU COMPLÉMENTAIRE MOYENNES PAR RÉGION CNAMTS - RSI - CCMSA PÉRIODE : 2007-2012 INDICATIONS TECHNIQUES C M U Fonds de financement de la protection complémentaire de la covertre niverselle d risqe maladie EFFECTIFS DES BÉNÉFICIAIRES DE LA CMU DE BASE MOYENNES PAR RÉGION PÉRIODE : 20- EFFECTIFS DES BÉNÉFICIAIRES

Plus en détail

Le redressement. 1. Intérêt du redressement MCC

Le redressement. 1. Intérêt du redressement MCC . Intérêt d redressement Le redressement MCC Si on désire faire fonctionner n moter à corant contin (MCC) en alternatif il ne torne pas mais vibre. Explication : le corant alternatif change de sens réglièrement

Plus en détail

Ouvrir aux langues et valoriser les apprentissages

Ouvrir aux langues et valoriser les apprentissages Ovrir ax langes et valoriser les apprentissages N Conç par Francis Gollier, Anita Marchal, Corinne Marchois et Fabienne Petiard. Le point sr Les programmes de langes étrangères por l école primaire et

Plus en détail

online-shop be - fr Dentaurum Boutique en ligne www.dentaurum.be plus rapide plus ergonomique plus simple

online-shop be - fr Dentaurum Boutique en ligne www.dentaurum.be plus rapide plus ergonomique plus simple online-shop be - fr Dentarm Botiqe en ligne www.dentarm.be pls rapide pls ergonomiqe pls simple shop.dentarm.be Votre adresse por l orthodontie et la prothèse dentaire sr Internet Décovrez la botiqe en

Plus en détail

performances records engouement

performances records engouement MEMORABLES performances records engoement Eventeam a été nommée Agence de billetterie officielle d Comité National Olympiqe et Sportif Français por la vente des billets et séjors en France por les Jex

Plus en détail

Préavis. Catégorie : Capital. Date : Avril 2009. Contexte :

Préavis. Catégorie : Capital. Date : Avril 2009. Contexte : Préavis Objet : Compément d information à intention des sociétés d assrance-vie qi cacent es capitax reqis a titre des garanties de fonds distincts a moyen d n modèe apprové version révisée Catégorie :

Plus en détail

Edition spéciale sur... la Semaine du Respect!

Edition spéciale sur... la Semaine du Respect! - Le jornal d collège Lcie Abrac- Avril 2009 Nméro 6 Sommaire Edition spéciale sr... la Semaine d Respect! Un novea clb a collège : le Clb Scientifiqe!...p.3 Zoom sr le recylage...p.4 Le qizz d respect...p.7

Plus en détail

] sommaire. La pollution atmosphérique

] sommaire. La pollution atmosphérique > N 3 > Septembre 2004 > Nméro thématiqe La polltion atmosphériqe "L'air est capital por la vie et joe n rôle majer dans la protection contre les rayonnements solaires néfastes (coche d'ozone) et dans

Plus en détail

Suites arithmétiques et suites géométriques Bilan et croissances

Suites arithmétiques et suites géométriques Bilan et croissances Sites arithmétiqes et sites géométriqes Bila et croissaces I Bila sr les sites arithmétiqes et géométriqes ) Tablea de formles Défiitio Relatio etre dex termes coséctifs Calcl d terme 4 ) Ue qestio de

Plus en détail

1 u. Journal syndical. Sommaire NOUS LE SAVONS... NOUS LE DISONS! Mot de la présidente 2. Position du SCFP 2051 suite au dépôt du rapport Gervais 3

1 u. Journal syndical. Sommaire NOUS LE SAVONS... NOUS LE DISONS! Mot de la présidente 2. Position du SCFP 2051 suite au dépôt du rapport Gervais 3 VOLUME VOLUME 1 NUMÉRO 1 NUMÉRO 10 / 8 JANVIER / MARS 2010 2009 Jornal syndical 2051 Sommaire Mot de la présidente 2 Position d SCFP 2051 site a dépôt d rapport Gervais 3 La table est mise 5 Novelles des

Plus en détail

CHAÎNES ET GAINES PORTE-CÂBLES

CHAÎNES ET GAINES PORTE-CÂBLES Règles de constrction DETERMINATION DES DIMENSIONS ET DE L AGENCEMENT INTERNE Tot d abord il fadra déterminer la section tile de la chaîne porte-câbles en fonction des différents câbles o condites hydraliqes,

Plus en détail

Maitrise Statistique des Procédés

Maitrise Statistique des Procédés Maitrise Statistiqe des Procédés Yannick Monnier ENSIBS-2-GI 2011/2012 Y Monnier () ENSIBS-2-GI v2012-01-18 1 / 66 Plan d cors 1 Introdction 2 Variabilité des procédés de fabrication 3 La Loi Normale 4

Plus en détail

Halte-garderie du Faubourg

Halte-garderie du Faubourg Halte-garderie d Faborg Plan d'affaires MODÈLE Noémie Dprès 1212, d Faborg Belleville (Qébec) Z2C 4Z4 Présenté à Monsier X Caisse Poplaire de Belleville Le 13 jin 2000 T able des matières 1. Le sommaire

Plus en détail

Note synthétique sur le problème des libéralités

Note synthétique sur le problème des libéralités Note synthétiqe sr le problème des libéralités Note réalisée à partir d Rapport sr les conditions de travail illégales des jenes cherchers, remis le 6 février 2004 à madame Haigneré, ministre délégée à

Plus en détail

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014 Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Face à la réalité indéniable du réchauffement global, l Allemagne et la France

Plus en détail

itrak Éliminez vos frais mensuels de géolocalisation GPS

itrak Éliminez vos frais mensuels de géolocalisation GPS TM Enterprise Soltion Éliminez vos frais mensels de géolocalisation GPS Offrez-vos les avantages spplémentaires d'ne soltion personnalisée par rapport à ne soltion hébergée Renforcez la sécrité des informations

Plus en détail

lundi 3 octobre 2011 DOSSIER DE PRESSE Cantines scolaires

lundi 3 octobre 2011 DOSSIER DE PRESSE Cantines scolaires lndi 3 octobre 2011 DOSSIER DE PRESSE Cantines scolaires alimentation.gov.fr 2 3 octobre 2011 - Dossier de presse Crédits Photos : min.agri.fr La cantine fait partie d qotidien de 6 millions de jenes écoliers,

Plus en détail

Risques professionnels et qualité de vie au travail dans les crèches : les pratiques de prévention

Risques professionnels et qualité de vie au travail dans les crèches : les pratiques de prévention Petite enfance Risqes professionnels et qalité de vie a travail dans les crèches : les pratiqes de prévention Rédaction : Emmanelle PARADIS, Chef de projet «Prévention des risqes professionnels», por CIDES

Plus en détail

La DGFiP AU SERVICE DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DES USAGERS. Un nouveau service pour faciliter les paiements

La DGFiP AU SERVICE DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DES USAGERS. Un nouveau service pour faciliter les paiements La DGFiP AU SERVICE DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DES USAGERS TIPI Titres Payables par Internet Un novea service por faciliter les paiements Un moyen de paiement adapté à la vie qotidienne TIPI :

Plus en détail

Débuter avec Excel. Introduction

Débuter avec Excel. Introduction Débter avec Excel Introdction Dans ce chapitre Microsoft Excel 00 est n logiciel tabler qe vos povez employer dans n cadre personnel o professionnel, por sivre et analyser des ventes, créer des bdgets

Plus en détail

Esso S.A.F. : Information trimestrielle au 30 septembre 2013 1 - ENVIRONNEMENT DE L INDUSTRIE DU RAFFINAGE-DISTRIBUTION

Esso S.A.F. : Information trimestrielle au 30 septembre 2013 1 - ENVIRONNEMENT DE L INDUSTRIE DU RAFFINAGE-DISTRIBUTION 1 - ENVIRONNEMENT DE L INDUSTRIE DU RAFFINAGE-DISTRIBUTION Evolution du prix du pétrole brut Le prix moyen du baril de Brent s est établi à 110 $ en moyenne au troisième 2013, niveau comparable aux prix

Plus en détail

le livret de soins avon Trouver les indispensables de vos clientes en un clin d œil!

le livret de soins avon Trouver les indispensables de vos clientes en un clin d œil! le livret de soins avon Trover les indispensables de vos clientes en n clin d œil! Soins anti-âge hate Choisir la ligne de soins Anew Progression des signes de vieillissement 25+ 30+ Prévention Correction

Plus en détail

AUTODATA ONLINE. Les nouveautés d'online 3. NOUVEAU: Courroies d`accessoires. Débranchement et rebranchement de la batterie hybride

AUTODATA ONLINE. Les nouveautés d'online 3. NOUVEAU: Courroies d`accessoires. Débranchement et rebranchement de la batterie hybride BR_EU_SWISSFRENCH_13V3_Layot 1 11/1/01 13:41 Pae 1 AUTODATA ONLINE Les noveatés d'online 3 NOUVEAU: Corroies d`accessoires Post-traitement des az d`échappement diesel Déanchement et reanchement de la batterie

Plus en détail

Accompagner les familles d aujourd hui

Accompagner les familles d aujourd hui Mtalité Française et petite enfance Accompagner les familles d ajord hi ACCOMPAGNER LES FAMILLES D AUJOURD HUI L engagement de la Mtalité Française en matière de petite enfance La Mtalité Française est

Plus en détail

] sommaire. Sur un air intérieur déjà entendu? > N 16 > Décembre 2007 > DOSSIER : L air intérieur

] sommaire. Sur un air intérieur déjà entendu? > N 16 > Décembre 2007 > DOSSIER : L air intérieur > N 16 > Décembre 2007 > Sr n air intérier déjà entend? A siècle des Lmières, les hygiénistes de l air désignaient l air corromp comme facter principal des maladies. Ils avaient réssi à convaincre les

Plus en détail

INFOCIMENTS 2011. la revue annuelle de l industrie cimentière PRODUIRE CONSTRUIRE VIVRE LE BÉTON, NATURELLEMENT UNE CAMPAGNE QUI MOBILISE LA FILIÈRE

INFOCIMENTS 2011. la revue annuelle de l industrie cimentière PRODUIRE CONSTRUIRE VIVRE LE BÉTON, NATURELLEMENT UNE CAMPAGNE QUI MOBILISE LA FILIÈRE PRODUIRE LE GRAND ENTRETIEN EN CIMENTERIE CONSTRUIRE LE PONT DE TÉRÉNEZ UN OUVRAGE D ART EXCEPTIONNEL EN BÉTON VIVRE LE BÉTON, NATURELLEMENT UNE CAMPAGNE QUI MOBILISE LA FILIÈRE INFOCIMENTS 2011 la reve

Plus en détail

Les qualifications INSTALLATEURS ÉNERGIES RENOUVELABLES. Forage géothermique. Solaire thermique. Aérothermie et géothermie

Les qualifications INSTALLATEURS ÉNERGIES RENOUVELABLES. Forage géothermique. Solaire thermique. Aérothermie et géothermie INSTALLATEURS ÉNERGIES RENOUVELABLES Les qalifications Edition jillet 2014 Solaire thermiqe Forage géothermiqe Solaire photovoltaïqe Bois énergie Aérothermie et géothermie Les énergies renovelables : des

Plus en détail

Téléphone analogique. Guide d utilisation. Téléphone analogique à touches pour le système de communication MD110

Téléphone analogique. Guide d utilisation. Téléphone analogique à touches pour le système de communication MD110 Téléphone analogiqe Téléphone analogiqe à toches por le système de commnication MD110 Gide d tilisation Cover Page Graphic Place the graphic directly on the page, do not care abot ptting it in the text

Plus en détail

«Toute question a le mérite de mettre en mouvement celui qui la pose»

«Toute question a le mérite de mettre en mouvement celui qui la pose» > N 15 > Septembre 2007 > STRASBOURG KARLSRUHE BÂLE Atmo-rhenA Qid de l'ozone dans le Rhin Spérier? «Tote qestion a le mérite de mettre en movement celi qi la pose» Depis la fin d siècle dernier, ne qestion

Plus en détail

«Notre ambition pour Total à l horizon 2035 est cohérente avec le scénario 2 C de l AIE» PATRICK POUYANNÉ. Président-Directeur général de Total

«Notre ambition pour Total à l horizon 2035 est cohérente avec le scénario 2 C de l AIE» PATRICK POUYANNÉ. Président-Directeur général de Total intégrer le climat à notre stratégie - 5 «Notre ambition pour Total à l horizon 2035 est cohérente avec le scénario 2 C de l AIE» ENTRETIEN AVEC PATRICK POUYANNÉ Président-Directeur général de Total Le

Plus en détail

Rapport de Gestion Exposé Sommaire. Assemblée Générale Ordinaire et Extraordinaire Annuelle des Actionnaires. SOCIETE BIC Jeudi 3 juin 2004

Rapport de Gestion Exposé Sommaire. Assemblée Générale Ordinaire et Extraordinaire Annuelle des Actionnaires. SOCIETE BIC Jeudi 3 juin 2004 Rapport de Gestion Exposé Sommaire Assemblée Générale Ordinaire et Extraordinaire Annuelle des Actionnaires SOCIETE BIC Jeudi 3 juin 2004 SOCIÉTÉ BIC 14, rue Jeanne d Asnières 92116 Clichy Cedex, France

Plus en détail

pour toute la famille

pour toute la famille La gamme santé solidaire por tote la famille CHEZ NOUS PAS DE PROFIT SUR VOTRE SANTÉ Nos sommes ne vraie mtelle à bt non lcratif. À tot moment, nos vos en donnons les preves : pas de sélection à l entrée

Plus en détail

Devoir surveillé n o 2 niveau 2 Mercredi 27 novembre de 13h à 17h. sint t + x dt.

Devoir surveillé n o 2 niveau 2 Mercredi 27 novembre de 13h à 17h. sint t + x dt. Lycée Ponts de Tyard 3/4 ECS Devoir srveillé n o nivea Mercredi 7 novembre de 3h à 7h La qalité de rédaction, de notation et de présentation prendra ne large part dans la note finale. Le sjet comporte

Plus en détail

La complémentaire santé. des 16-30 ans CHEZ NOUS PAS DE PROFIT SUR VOTRE SANTÉ. adaptée à vos besoins pour faciliter votre accès aux soins :

La complémentaire santé. des 16-30 ans CHEZ NOUS PAS DE PROFIT SUR VOTRE SANTÉ. adaptée à vos besoins pour faciliter votre accès aux soins : La complémentaire santé des 16-30 ans CHEZ NOUS PAS DE PROFIT SUR VOTRE SANTÉ la réponse santé adaptée à vos besoins por faciliter votre accès ax soins : avec le tiers payant por ne pls avancer vos frais

Plus en détail

LOCATION. L Esplanade. Tarifs de location Démarches à suivre Conditions générales de location Conditions particulières de location.

LOCATION. L Esplanade. Tarifs de location Démarches à suivre Conditions générales de location Conditions particulières de location. LOCATION page 1/5 Tarifs de location Démarches à sivre Conditions générales de location Conditions particlières de location page 2/5 Tarifs de location Précisions concernant les horaires de location Type

Plus en détail

Risques professionnels et qualité de vie au travail dans les crèches : les pratiques de prévention

Risques professionnels et qualité de vie au travail dans les crèches : les pratiques de prévention Petite enfance Risqes professionnels et qalité de vie a travail dans les crèches : les pratiqes de prévention Rédaction : Emmanelle PARADIS, Chef de projet «Prévention des risqes professionnels», por CIDES

Plus en détail

... Ill BLUESCOPE STEEL. Fiche produits. Accessoires & Finitions. Assistance technique. Accessoires Clôture. Solution métallique. Couverture & Bardage

... Ill BLUESCOPE STEEL. Fiche produits. Accessoires & Finitions. Assistance technique. Accessoires Clôture. Solution métallique. Couverture & Bardage ... BLUSCOP STL Covertre & Bardage Accessoires ôtre Ill Accessoires & Finitions Profilé de strctre Soltion métalliqe Assistance techniqe Fiche prodits Agir dans le respect de /'environnement est ajord'hi

Plus en détail

OSCILLATEURS COUPLÉS

OSCILLATEURS COUPLÉS TP OSCILLATEURS COUPLÉS Capacités exigibles : mtre en évidence l action d n filtre linéaire sr n signal périoqe dans les domaines fréqentiel temporel La théorie générale des oscillaters coplés n est pas

Plus en détail

SABATIER MAI 2014. DOSSIER NeOCampus. PAUL magazine scientifique. n 33. Logo. Logo ÉLECTRICITÉ, MON AMOUR. www.univ-tlse3.fr. FUTURAPOLIS.

SABATIER MAI 2014. DOSSIER NeOCampus. PAUL magazine scientifique. n 33. Logo. Logo ÉLECTRICITÉ, MON AMOUR. www.univ-tlse3.fr. FUTURAPOLIS. MAI 2014 PAUL magazine scientifiqe SABATIER n 33 DOSSIER NeOCamps Avec la participation de Délégation Midi-Pyrénées Délégation régionale Midi-Pyrénées, Limosin www.niv-tlse3.fr Logo Logo TOULOUSE, CENTRE

Plus en détail

1973-1974 ENQUETE 'SUR LES TRANSPORTS LLI QUESTIONN!,IRE B " AUTOMOBILES ;,

1973-1974 ENQUETE 'SUR LES TRANSPORTS LLI QUESTIONN!,IRE B  AUTOMOBILES ;, REPUBLIQUE FRANÇAISE INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES 29, qai Branly, PARJS (,e) Direction Régionale:....._... ~- ENQUETE 'SUR LES TRANSPORTS 1973-1974 QUESTIONN!,IRE B " AUTOMOBILES

Plus en détail

qui correspond au niveau le plus bas des 20 A partir des niveaux de prix actuel, le déséquilibre

qui correspond au niveau le plus bas des 20 A partir des niveaux de prix actuel, le déséquilibre LA DÉCHÉANCE DE L OR NOIR Comment en sommes-nous arrivés là? Les plus hauts du prix du pétrole atteints en 2011, 2012, 2013 et 2014 se situaient chaque fois aux alentours de 110 USD / baril. Depuis lors,

Plus en détail

CLUB DE NICE Energie et Géopolitique

CLUB DE NICE Energie et Géopolitique Centre de Recherche en Economie et Droit de l Energie Le gaz naturel en Europe: un atout fragilisé par le charbon et les tensions politiques Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur Emérite à l

Plus en détail

Les jumelages institutionnels du programme PHARE

Les jumelages institutionnels du programme PHARE Les jmelages instittionnels d programme PHRE La contribtion française MINISTÈRE DES FFIRES ÉTRNGÈRES Le Programme PHRE PHRE est n programme commnataire de coopération créé en 1989 qi est deven, depis la

Plus en détail

Guide AFEI - FBF. de mise en œuvre des procédures de déclaration de soupçon d abus de marché

Guide AFEI - FBF. de mise en œuvre des procédures de déclaration de soupçon d abus de marché Gide AFEI - FBF de mise en œvre des procédres de déclaration de sopçon d abs de marché Préamble Sommaire 1. ORGANISATION & PROCéDURE INTERNE 1 A. QUELLE ORGANISATION? 1 A.1 Modèle d organisation interne

Plus en détail

JOURNEES ANNUELLES DES HYDROCARBURES 2014 DISCOURS DE CLOTURE. Yves-Louis Darricarrère

JOURNEES ANNUELLES DES HYDROCARBURES 2014 DISCOURS DE CLOTURE. Yves-Louis Darricarrère JOURNEES ANNUELLES DES HYDROCARBURES 2014 DISCOURS DE CLOTURE Yves-Louis Darricarrère Mesdames, Messieurs, Cher Amis, Il se trouve que l année dernière m était déjà revenu l honneur et le plaisir de clôturer

Plus en détail

PETIT RECUEIL DES QUESTIONS LES PLUS FREQUEMMENT POSEES. u u p CONTENU DE LA POUBELLE / TRI DES DECHETS

PETIT RECUEIL DES QUESTIONS LES PLUS FREQUEMMENT POSEES. u u p CONTENU DE LA POUBELLE / TRI DES DECHETS PETIT RECUEIL DES QUESTIONS LES PLUS FREQUEMMENT POSEES p CONTENU DE LA POUBELLE / TRI DES DECHETS q 1. Qelle qantité de déchets compostables ne personne jette t-elle par an? 2. Qe faire des hiles de fritres

Plus en détail

Journal syndical. Sommaire. Mot du président 2. Les dossiers de l heure 3. Comité d évaluation et de catégorisation des emplois 5

Journal syndical. Sommaire. Mot du président 2. Les dossiers de l heure 3. Comité d évaluation et de catégorisation des emplois 5 Jornal syndical 2051 Sommaire Mot d président 2 Les dossiers de l here 3 Comité d évalation et de catégorisation des emplois 5 Comité de perfectionnement 6 Le point sr les griefs 9 Comité de retraite et

Plus en détail

OPTIONS MODELISATIONS

OPTIONS MODELISATIONS DSCG OPTIONS MODELISATIONS Notions préliminaires. La loi binomiale La loi binomiale s appliqe ans le cas : ne expérience aléatoire à ex isses, cette expérience étant répétée n certain nombre e fois (n

Plus en détail

LIRE LES RECHERCHES SUR LA LECTURE Jean Foucambert

LIRE LES RECHERCHES SUR LA LECTURE Jean Foucambert Les Actes de Lectre n, mars - Lire les recherches... LIRE LES RECHERCHES SUR LA LECTURE Jean Focambert Les partis pédagogiqes qi s affrontent ator de la lectre tentent assi de se présenter en hérats scientifiqes.

Plus en détail

Négociations sur le climat : coup de froid prolongé

Négociations sur le climat : coup de froid prolongé Négociations sur le climat : coup de froid prolongé - Accord a minima à la conférence de Doha Pérennisation du protocole de Kyoto mais seuls restent engagés pour l'instant l'union européenne, l'australie,

Plus en détail

Education autour de l exposition Facing time

Education autour de l exposition Facing time Edcation ator de l exposition Facing time Tot pblic Visite gidée de l exposition Facing time a msée Rops Visite gidée de l exposition Facing time à la Maison de la Cltre Visite combinée des expositions

Plus en détail

PRÉSENTATION DU CONTRAT

PRÉSENTATION DU CONTRAT PRÉSENTATION DU CONTRAT 2 L ASSURANCE VIE UN FANTASTIQUE OUTIL DE GESTION PATRIMONIALE Le fait qe l assrance vie soit, depis plsiers décennies, le placement préféré des Français n est certes pas le frit

Plus en détail

Access Professional Edition 2.1

Access Professional Edition 2.1 Engineered Soltions Access Professional Edition 2.1 Access Professional Edition 2.1 www.boschsecrity.fr Contrôle d'accès compact s'inspirant de la gamme innovante des contrôlers AMC Bosch Vérification

Plus en détail

Demande de subsides de formation

Demande de subsides de formation Service des sbsides de formation SSF Amt für Asbildngsbeitrage ABBA Rote-Neve 7, Case postale, 1701 Friborg T +41 26 305 12 51, F +41 26 305 12 54 borses@fr.ch, www.fr.ch/ssf Demande de sbsides de formation

Plus en détail

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9%

Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Chiffre d affaires du 1 er trimestre 2012 en hausse de 3,7%, à 10,2 milliards d euros. Croissance interne : +0,9% Paris, le 3 mai 2012. Prix de vente : +2,4%, avec une contribution positive de tous les

Plus en détail

NOS PORTES. L ART DU raffinement MARTIN PORTES ET FENÊTRES L. MARTIN (1984) INC.

NOS PORTES. L ART DU raffinement MARTIN PORTES ET FENÊTRES L. MARTIN (1984) INC. MARIN PORES E FENÊRES L. MARIN (984) INC. NOS PORES L AR DU raffinement 05, chemin Fraserville C.P. 46 Rivière-d-Lop, (Qébec / Canada) G5R 4L9 éléphone : (48) 867- Sans frais: -800-46-0 élécopier : (48)

Plus en détail

DÉBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ÉNERGETIQUE

DÉBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ÉNERGETIQUE DÉBAT NATIONAL SUR LA TRANSITION ÉNERGETIQUE CONTRIBUTIONS PRÉLIMINAIRES DE LA FF3C AUX RÉFLEXIONS DU GROUPE DE CONTACT DES ENTREPRISES DE L ÉNERGIE Préambule La distribution d énergies hors réseaux (carburants

Plus en détail

Question Olivier Suter / Laurent Thévoz QA 3416.11 Développement des énergies solaires thermiques et photovoltaïques Energies renouvelables

Question Olivier Suter / Laurent Thévoz QA 3416.11 Développement des énergies solaires thermiques et photovoltaïques Energies renouvelables Staatsrat SR Réponse du Conseil d Etat à un instrument parlementaire Question Olivier Suter / Laurent Thévoz QA 3416.11 Développement des énergies solaires thermiques et photovoltaïques Energies renouvelables

Plus en détail

Journal syndical. Sommaire. nous le savons... nous le disons! Volume 11 numéro 1510 // NOVEMBRE janvier 2009 2011. Mot de la vice-présidente 2

Journal syndical. Sommaire. nous le savons... nous le disons! Volume 11 numéro 1510 // NOVEMBRE janvier 2009 2011. Mot de la vice-présidente 2 nos le savons... nos le disons! Volme 11 nméro 1510 // NOVEMBRE janvier 2009 2011 Jornal syndical 2051 Sommaire Mot de la vice-présidente 2 J arriiiiive! 3 Hommage à Loise Provencher 4 Novelle chroniqe

Plus en détail

Les livraisons des fabricants ont augmenté de 0,9 % en mars,

Les livraisons des fabricants ont augmenté de 0,9 % en mars, Le vendredi 22 mai 1998 APERÇU Les livraisons reprennent ler viger Le nivea des livraisons des fabricants s est redressé en mars grâce à ne reprise dans l indstrie des aéronefs. Les prix des biens et services

Plus en détail

.06. Banque de l Economie du Commerce et de la Monétique Rapport annuel 2006

.06. Banque de l Economie du Commerce et de la Monétique Rapport annuel 2006 .06 Banqe de l Economie d Commerce et de la Monétiqe Rapport annel 2006 Organes de direction et de contrôle a 31 décembre 2006 Conseil de Srveillance Etienne Pflimlin, Président Jean-Lois Boisson, Vice-Président

Plus en détail

Votre expert en flux documentaires et logistiques. Catalogue des formations

Votre expert en flux documentaires et logistiques. Catalogue des formations Votre expert en flx docmentaires et logistiqes Cataloge des formations Qelles qe soient les entreprises, les salariés pevent sivre, a cors de ler vie professionnelle, des actions de formation professionnelle

Plus en détail

Sur la route, je gère ma sécurité. Dossier pédagogique A L INTENTION DES ENSEIGNANTS DU TROISIÈME DEGRÉ DE L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE

Sur la route, je gère ma sécurité. Dossier pédagogique A L INTENTION DES ENSEIGNANTS DU TROISIÈME DEGRÉ DE L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Sr la rote, je gère ma sécrité Dossier pédagogiqe A L INTENTION DES ENSEIGNANTS DU TROISIÈME DEGRÉ DE L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Table des matières 1 Introdction 5 1.0 Les objectifs édcatifs 5 1.1 Les liens

Plus en détail

Le Colosse de l Université Laval

Le Colosse de l Université Laval Le Colosse de l Université Laval Mise en contexte Département de génie physiqe de l Université Laval reçoit le financement nécessaire por mettre sr pied ne infrastrctre de calcl hate performance sr le

Plus en détail

Le MisoprostoL pour Le traitement De L avortement incomplet Guide de formation

Le MisoprostoL pour Le traitement De L avortement incomplet Guide de formation Le Misoprostol Por Le Traitement De L Avortement Incomplet Gide de formation Le Misoprostol Por Le Traitement De L Avortement Incomplet Le Misoprostol Por Le Traitement De L Avortement Incomplet Le Misoprostol

Plus en détail

Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015

Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015 Discours du Président de la République lors du Sommet des maires pour le climat Publié le 26 Mars 2015 Hôtel de Ville de Paris, Jeudi 26 mars 2015 Madame la Maire de Paris, chère Anne HILDALGO, Je voulais

Plus en détail

Cloisons Plafonds Doublages

Cloisons Plafonds Doublages Conception d ovrages sr ossatres étalliqes Cloisons Plafonds Doblages 1. PROFILÉS MÉTALLIQUES POUR CONSTRUCTION SÈCHE... 2 2. ENGAGEMENTS DU GIOFS : QUALITÉ ET PERFORMANCES... 3. RECOMMANDATIONS DU GIOFS...

Plus en détail

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Le scénario de référence L'étude WETO (World energy, technology and climate policy outlook) présente

Plus en détail