FORUM REGIONAL ECONOMIQUE ET FINANCIER DES TELECOMMUNICATIONS/TIC DU BDT/UIT

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FORUM REGIONAL ECONOMIQUE ET FINANCIER DES TELECOMMUNICATIONS/TIC DU BDT/UIT"

Transcription

1 FORUM REGIONAL ECONOMIQUE ET FINANCIER DES TELECOMMUNICATIONS/TIC DU BDT/UIT Abidjan - Côte d Ivoire, 18 au 19 Janvier

2 SERVICES FINANCIERS MOBILES EN AFRIQUE Présentation: Dr Ettiboua ANGUI, Docteur ès Sciences Electronique des systèmes de télécommunications, Ingénieur Civil des Télécommunications diplômé de l ENST-Br Diplômé de TEMIC (Telecom Executive Management Institute of Canada) Expert Consultant International Senior TIC Directeur Général I-TELECOM SA Enseignant Réseaux & TIC au MIAGE/UFR MATH-INFO/Université FHB Enseignant de Télématique à l INPHB Yakro -2-

3 PRINCIPALES SOURCES AFI (Alliance for Financial Inclusion) Réseau mondial regroupant les banques centrales et d autres instances politiques des pays en développement chargées de l inclusion financière. Note politique sur les Services financiers via téléphonie mobile Les approches règlementaires qui améliorent l accès aux services financiers Novembre UIT (Union International des télécommunications) Presse Article de presse Nº > Mobile sur Les services bancaires sur mobile dans les pays en développement BCEAO ARTCI Rapport 2014 sur les services financiers via la téléphonie mobile dans l UEMOA Accueil Publications Périodiques Observatoire du secteur mobile OUVRAGE (à paraître) L argent mobile s éveille de l Afrique, son berceau Dr Ettiboua ANGUI -3-

4 INTRODUCTION Comme un clin d œil à la mémoire d un continent, l Afrique berceau de l humanité est également le berceau de l argent mobile ; Pour une des rares fois, cette Afrique, à qui peu de mérites sont reconnus, peut se montrer fière d avoir inventé, par elle-même en 2007 au Kenya, l argent mobile ; Puissant instrument d une simplicité magique, pour réaliser l inclusion financière, source d amélioration du niveau de vie, de la grande majorité de la population là où tous les modèles suscités ont eu des résultats mitigés. Argent mobile, argent ubiquitaire, ni billet, ni pièce, Quels enjeux pour des services financiers mobiles pour tous, partout et à tout instant? -4-

5 Services financiers via le téléphone mobile ou Services Financiers Mobiles (SFM) Définition SFM Ensemble des opérations financières effectuées à partir de terminaux mobiles de télécommunications. Exemples : Argent mobile, épargne mobile, assurance mobile, crédit mobile. -5-

6 PLAN Introduction 1. SFM Principaux enjeux Argent mobile Banque à portée du doigt Substitut de l argent liquide Inclusion financière Sécurisation des transactions Interopérabilité Ecosystème financier numérique Objectif de régulation 2. SFM en Afrique de l Ouest : Cas de la Côte d Ivoire Cadre réglementaire dans l espace UEMOA Etat des lieux dans l UEMOA Etude du cas de la Côte d Ivoire Conclusion -6-

7 1-1. SFM - Principaux enjeux Argent mobile - Nouvel étalon monétaire Accepté par tous, l argent mobile est un nouvel étalon monétaire en devenir. Téléphone portable - Banque à portée du doigt Transactions bancaires en tout lieu et à tout instant; Argent mobile Substitut de l argent liquide Porte monnaie numérique, sans perte, ni vol d argent. Inclusion financière A chacun, son compte Mobile money Accès pour tous au secteur financier par l ouverture instantanée, sans frais, de compte mobile money. -7-

8 1-1. SFM - Principaux enjeux Sécurisation des SFM Contraintes de sécurité à respecter à tous les niveaux de la chaîne de développement des SFM : utilisateur, portable, infrastructures, systèmes d information, distribution, etc Interopérabilité/Interconnexion Etendre le champ de l interopérabilité aux à l instar des autres services mobiles (Voix, Donnée, Image). Emergence d un écosystème numérique Argent mobile, accélérateur de la mise en place d un véritable écosystème financier numérique. -8-

9 1-2. SFM - Objectif de régulation Tous les principaux enjeux font partie intégrante de tout objectif de régulation des SFM Argent mobile : création, émission et contrôle de la masse monétaire ; Comptes mobile money : couplage avec les comptes bancaires classiques, traitement des éventuels comptes dormants ; Inclusion financière : accès pour tous aux SFM ; Sécurisation des transactions : élimination de tout acte délictueux ; Compensation, interopérabilité/interconnexion : obligation de rendre les SFM interconnectés et compensables ; Emergence d un écosystème financier numérique : coopération internationale et fiabilité. -9-

10 SFM EN AFRIQUE DE L OUEST : CAS DE LA CÔTE D IVOIRE -10-

11 2-1. SFM dans l UEMOA - Cadre règlementaire Cadre : Le cadre réglementaire régissant le mobile banking dans l UEMOA est constitué des dispositions du Règlement n 15/2002/CM/UEMOA du 19 septembre 2002, relatif aux systèmes de paiement dans l UEMOA ainsi que de l Instruction n du Gouverneur de la BCEAO régissant les conditions et modalités d exercice des activités des émetteurs de monnaie électronique dans les Etats membres de l Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA). Agrément : Aux termes de ces dispositions, toute structure désirant émettre des moyens de paiement sous forme de monnaie électronique et offrir des prestations de mobile banking doit obtenir un agrément en qualité de banque ou d établissement de monnaie électronique. Nouveaux acteurs : Il résulte de ces textes, la possibilité pour les Systèmes financiers décentralisés, les opérateurs de télécommunications et les sociétés commerciales d offrir des services de mobile banking. -11-

12 2-1. SFM dans l UEMOA - Cadre règlementaire Evolution du cadre : La BCEAO envisage d instaurer un dialogue régulier avec les principaux acteurs : banques, opérateurs de télécommunications, établissements de monnaie électronique, institutions de micro-finance, administrations financières, bailleurs de fonds, etc en vue de dégager les axes d amélioration du cadre règlementaire et de lever les contraintes qui entravent le développement du mobile banking dans l UEMOA. Développement : Il s agit pour la Banque centrale, en tant que régulateur, de favoriser l émergence d un environnement propice à l exercice de l activité de mobile banking par une diversité d acteurs afin d offrir à une plus large frange de la population de l Union des solutions compétitives et de faibles coûts d accès aux services financiers. -12-

13 2-2. SFM dans l UEMOA Etat des lieux SOURCE BCEAO: A fin 2014, les services financiers via la téléphonie mobile ont enregistré un volume de 259,3 millions d opérations évaluées à environ milliards FCFA (environ 5, 7 millions ), en hausse respective de 127% et 122% comparativement à l année La valeur moyenne journalière des opérations a atteint à 10,3 milliards FCFA en 2014 contre 4,4 milliards un an plus tôt. Par jour, opérations ont été traitées en moyenne par l ensemble des plateformes de paiement mobile existantes dans l Union. Dépôts d espèces 2013 : 809 milliards FCFA (environ 1,2 Milliards ) 2014 :1663 milliards FCFA (environ 2,5 Milliards ) Transferts de personne à personne 2013 : 150 milliards FCFA (environ 228 Millions ) 2014 : 457 milliards FCFA (environ 696 Millions ) Retraits d'espèces 2013 : 640 milliards FCFA (environ 975 Millions ) 2014 :1435 milliards FCFA (environ 2,1 Milliards ) -13-

14 2-2. SFM dans l UEMOA Etat des lieux Achats des unités téléphoniques 2013: 27 milliards FCFA (environ 41 Millions ) 2014: 69 milliards FCFA (environ 105 Millions ) Paiements mobiles 2013 : 60,6 milliards FCFA (environ 92 Millions ) 2014 :231,2 milliards FCFA (environ 352 Millions ) Autres 2013 : 50 milliards FCFA (environ 76 Millions ) 2014 : 70 milliards FCFA (environ 106 Millions ) Fonds stockés en guise d'épargne 2013 : 161,4 milliards FCFA (environ 246 Millions ) 2014 : 334,8 milliards FCFA (environ 510 Millions ) -14-

15 2-3. SFM en Côte d Ivoire Fournisseurs SOURCE ARTCI Premier semestre 2015: Trois (03) opérateurs prestataires : ORANGE-CI (orange money), MTN-CI (mtn money) et MOOV-CI (flooz); orange money : comptes mobile money et une part de marché de 52,5% mtn money : comptes et une part de marché de 44,0% Flooz : comptes et une part de marché de 3,5%. Dans l ensemble, le secteur totalise donc comptes mobile money actifs, au 30 juin 2015, avec un taux de croissance trimestriel (entre fin mars et fin juin) de 8.69%. Ramené à l ensemble de la population, ce total montre que le taux d inclusion financière par le mobile est de 31,62%. -15-

16 2-3. SFM en Côte d Ivoire Offre de services Principales offres de services: Dépôt et retrait d argent via le téléphone portable (argent mobile) ; Achat d unités téléphoniques (crédit d appel) ; Envoi et réception (transfert) d argent ; Paiement de facture (eau, électricité, chaîne TV satellitaires, etc ) ; Paiement des frais d inscription, de police d assurance, etc. ; Paiement de frais administratifs, de concours, etc. ; Virement des petits salaires ; Avance sur consommation téléphonique ; Micro-assurance et micro-épargne; Extension de la gamme de produits SFM au fur et à mesure de leur essor. -16-

17 2-3. SFM en Côte d Ivoire Coût des services Au niveau des coûts des transactions, les fournisseurs d argent mobile perçoivent des frais de service divers et variés. Si un barème de tarifs est clairement affiché dans pour les transferts d argent mobile, il en est autrement des frais relatifs aux autres services qui sont toutefois peu élevés et limités à 500 FCFA tout au plus. Quant à l Etat perçoit un droit de timbre de 100 FCFA sur chaque transaction et a décidé tout récemment d appliquer une taxe sur valeur ajoutée (TVA) de 18% sur les frais perçus par les fournisseurs d argent mobile. -17-

18 2-3. SFM en Côte d Ivoire - Performances SOURCE BCEAO Fin Décembre 2014: Ouverture de comptes mobile money dont comptes actifs soit un taux d actifs de 83.71% contre 58.76% dans l espace UEMOA ; Valeur totale de Milliards FCFA de transactions, soit 6,118 Milliards FCFA par jour. Ensemble UEMOA, cette valeur s établit à milliards FCFA, ce qui place la Côte d Ivoire au premier rang avec 59.39% de part de marché. Les détails de certaines transactions montrent : dépôts d une valeur totale de 1 155,722 Milliards FCFA, soit FCFA par dépôt ; paiements mobiles de factures (CIE, SODECI, CANAL et autres) d une valeur totale de 49,752 Milliards FCFA, soit FCFA par paiement; transferts d argent mobile de personne à personne d une valeur totale de 126,301 Milliards FCFA, soit FCFA par transfert ; Une moyenne de FCFA par transaction. -18-

19 2-3. SFM en Côte d Ivoire Stratégies des acteurs Pouvoirs publics : Volonté politique - SFM, service d utilité publique! Banques et assurances : Placer les SFM au cœur du métier. Cas du partenariat réussi BICICI & ORANGE-CI ; Opérateurs de réseau mobile : Stratégie audacieuse d offre commerciale envers la masse de PME et des acteurs de l informel pour leur faire accepter le paiement mobile ; Population : Privilégier l argent mobile par rapport aux espèces ; Secteur privé : Accepter l argent mobile comme moyen de paiement ; Autorités de régulation (BCEAO et ARTCI) : Coordonner les actions de surveillance et de contrôle afin de créer un environnement de qualité, concurrentiel, sécurisé et sain propice au développement harmonieux des SFM -19-

20 CONCLUSION Les services financiers mobiles sont plus développés en Afrique qu ailleurs dans le monde. Et cette inclusion financière contribue très fortement à la croissance économique du continent. Pour conserver ce niveau de performances, les organes de régulation que sont les banques centrales, les autorités de régulation des télécommunications et le droit à la concurrence doivent accompagner le mouvement en mettant en œuvre ou en ajustant les outils de régulation portant sur : l accès, l émission de la monnaie électronique, le canal de distribution, l interopérabilité des services, la protection des consommateurs, la Lutte Anti Blanchiment et Contre le Financement du Terrorisme, la sécurité et la supervision des opérations. C est à ce prix que l inclusion financière de la quasi-totalité de la population pourra être réalisée à l horizon

21 JE VOUS REMERCIE!!!

Contribution de la Direction de la Monnaie et du Crédit au rapport annuel du Département au titre de l année 2013

Contribution de la Direction de la Monnaie et du Crédit au rapport annuel du Département au titre de l année 2013 Contribution de la Direction de la Monnaie et du Crédit au rapport annuel du Département au titre de l année 2013 La présente contribution s inscrit dans le cadre de l élaboration du rapport d activités

Plus en détail

Entretien exclusif avec Blaise Ahouantchédé

Entretien exclusif avec Blaise Ahouantchédé Entretien exclusif avec Blaise Ahouantchédé par ADAMA WADE 20 mars, 2016 A la Une, Invité Spécial, Monétique «La monétique est un puissant accélérateur de l inclusion financière» A la tête de GIM-UEMOA

Plus en détail

COOPERATION ABREC UEMOA POUR LE DEVELOPPEMENT DES ER ET EE DANS LES 8 ETATS MEMBRES

COOPERATION ABREC UEMOA POUR LE DEVELOPPEMENT DES ER ET EE DANS LES 8 ETATS MEMBRES COOPERATION ABREC UEMOA POUR LE DEVELOPPEMENT DES ER ET EE DANS LES 8 ETATS MEMBRES Présenté par : Thierno Bocar TALL, President Directeur Général tbtall@faber-abref.org Tel. 00228 90 12 52 23 1 PRODERE

Plus en détail

APPEL A PROJET MONETIQUE ONG REGINA CAELI «PRESENTATION DU GIM-UEMOA & RÉALITÉS DES TRANSACTIONS ÉLECTRONIQUES AU BÉNIN»

APPEL A PROJET MONETIQUE ONG REGINA CAELI «PRESENTATION DU GIM-UEMOA & RÉALITÉS DES TRANSACTIONS ÉLECTRONIQUES AU BÉNIN» APPEL A PROJET MONETIQUE ONG REGINA CAELI «PRESENTATION DU GIM-UEMOA & RÉALITÉS DES TRANSACTIONS ÉLECTRONIQUES AU BÉNIN» Cotonou Le 25 octobre 2014 PLAN PRESENTATION DU GIM-UEMOA RÔLE & IMPORTANCE DE LA

Plus en détail

Bulletin du FMI. La reprise de l Afrique de l Ouest menacée par la crise en Côte d Ivoire

Bulletin du FMI. La reprise de l Afrique de l Ouest menacée par la crise en Côte d Ivoire Bulletin du FMI AFRIQUE DE L OUEST La reprise de l Afrique de l Ouest menacée par la crise en Côte d Ivoire Bulletin du FMI en ligne 17 mars 2011 Marché à Monrovia (Libéria) : la crise qui persiste en

Plus en détail

L approfondissement de l intégration régionale en Afrique de l Ouest et son impact pour la Côte d Ivoire

L approfondissement de l intégration régionale en Afrique de l Ouest et son impact pour la Côte d Ivoire L approfondissement de l intégration régionale en Afrique de l Ouest et son impact pour la Côte d Ivoire Ministère de l Economie et des Finances et Fondation pour les Etudes et Recherches sur le Développement

Plus en détail

Récapitulatif: Du 3 Mai 2016

Récapitulatif: Du 3 Mai 2016 Du 3 Mai 2016 Récapitulatif: Commentaires de l ECSDA concernant la vision de la nouvelle infrastructure de l Eurosystème : L association a souligné que la consolidation des plateformes Target 2 et T2S

Plus en détail

CONSULTATION SUR L ACCES A UN COMPTE DE PAIEMENT DE BASE. COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services 6.10.

CONSULTATION SUR L ACCES A UN COMPTE DE PAIEMENT DE BASE. COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services 6.10. COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services INSTITUTIONS FINANCIÈRES Opérations avec les particuliers, politique des consommateurs et systèmes de paiement 6.10.2010 CONSULTATION

Plus en détail

4eme EDITION TRIBUNE DE LA MICROFINANCE : «Mobile Banking comme moyen de développement de la finance rurale»

4eme EDITION TRIBUNE DE LA MICROFINANCE : «Mobile Banking comme moyen de développement de la finance rurale» 4eme EDITION TRIBUNE DE LA MICROFINANCE : «Mobile Banking comme moyen de développement de la finance rurale» Université Alioune DIOP de Bambey, 19 juin 2013 Mansa OUALY Economiste, Expert senior Microfinance,

Plus en détail

Avancer dans la Finance Digitale

Avancer dans la Finance Digitale Avancer dans la Finance Digitale Résumé de l étude de marché: Demande, offre et ecosystème de la finance digitale Atelier au Benin Royal Hôtel 20-21 janvier 2016 Méthode et objectifs Du 30 Novembre au

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE EN AFRIQUE DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA)

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE EN AFRIQUE DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE EN AFRIQUE DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INTRODUCTION Lors de sa 23 ème réunion ordinaire tenue à Abuja le 18 janvier 2000, le Conseil des

Plus en détail

Quel marché pour l investissement socialement responsable?

Quel marché pour l investissement socialement responsable? Finance Quel marché pour l investissement socialement responsable? Jeudi 13 et vendredi 14 novembre 2008 DE L INFORMATION À LA FORMATION Cercle Républicain 5, avenue de l Opéra 75001 Paris Inscriptions

Plus en détail

Atelier sur la Poste et l économie numérique

Atelier sur la Poste et l économie numérique REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple- Un But- Une Foi MINISTERE DES POSTES ET DES TELECOMMUNICATIONS Projet de discours de Monsieur Malick NDIAYE Directeur de Cabinet du Ministre des Postes et des Télécommunications

Plus en détail

Microfinance en Côte d Ivoire et crises: Analyse des stratégies de résilience

Microfinance en Côte d Ivoire et crises: Analyse des stratégies de résilience Microfinance en Côte d Ivoire et crises: Analyse des stratégies de résilience OUATTARA N. YOUAN Bi B. Communication sur la Résilience en Action 2 1-Introduction Plan de l exposé 2-Methodologie 3-Resultats

Plus en détail

It s time for Africa!

It s time for Africa! It s time for Africa! Le B2B de l Afrique francophone Conférences Formations Infrastructures - Agriculture - IT & Telecom - MonEtique - Poste - Banque - SANté - Finance L investissement intelligent en

Plus en détail

Gestion des flux en Afrique : le champ des possibles

Gestion des flux en Afrique : le champ des possibles Les ateliers Petit auditorium Les Journées de l AFTE 2014 Gestion des flux en Afrique : le champ des possibles Valérie SAINSAULIEU Franz ZURENGER Lionel GARNIER DENIS Trésorier groupe Alten Zilé Yao KOUASSI

Plus en détail

SITUATION DES SERVICES FINANCIERS VIA LA TELEPHONIE MOBILE DANS L UEMOA

SITUATION DES SERVICES FINANCIERS VIA LA TELEPHONIE MOBILE DANS L UEMOA SITUATION DES SERVICES FINANCIERS VIA LA TELEPHONIE MOBILE DANS L UEMOA Année 2014 DIRECTION GENERALE DES OPERATIONS ET DES ACTIVITES FIDUCIAIRES Direction des Systèmes et Moyens de Paiement SITUATION

Plus en détail

GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum requis par session

GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum requis par session Objectifs pédagogiques GESTION, FINANCES ET COMPTAPILITE Module 1 : Elaboration, Analyse économique et financière des projets Minimum par Analyser les procédures de préparation et de montage des projets.

Plus en détail

RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE. En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création

RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE. En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 18 mars 2009 RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création 2010 : mise en marché d activités

Plus en détail

ATELIER DE VALIDATION DE L ETUDE SUR L HARMONISATION DU CADRE INSTITUTIONNEL ET REGLEMENTAIRE DU FINNACEENT PRIVÉ DES INFRASTRUCTURES

ATELIER DE VALIDATION DE L ETUDE SUR L HARMONISATION DU CADRE INSTITUTIONNEL ET REGLEMENTAIRE DU FINNACEENT PRIVÉ DES INFRASTRUCTURES ATELIER DE VALIDATION DE L ETUDE SUR L HARMONISATION DU CADRE INSTITUTIONNEL ET REGLEMENTAIRE DU FINNACEENT PRIVÉ DES INFRASTRUCTURES Contribution des institutions de l Union au financement privé des infrastructures

Plus en détail

REGULATION DE LA MICROFINANCE ET PROTECTION DE LA CLIENTELE DANS UNE APPROCHE DE GENRE EN AFRIQUE DE L OUEST ( recherche en cours) Moussa Samb

REGULATION DE LA MICROFINANCE ET PROTECTION DE LA CLIENTELE DANS UNE APPROCHE DE GENRE EN AFRIQUE DE L OUEST ( recherche en cours) Moussa Samb REGULATION DE LA MICROFINANCE ET PROTECTION DE LA CLIENTELE DANS UNE APPROCHE DE GENRE EN AFRIQUE DE L OUEST ( recherche en cours) Moussa Samb I Analyser les contours, les points forts/faibles de la régulation

Plus en détail

CADRES DE POLITIQUE MONETAIRE EN AFRIQUE DANS UN CONTEXTE DE MUTATION DU PAYSAGE FINANCIER : EXPERIENCE DE LA BCEAO

CADRES DE POLITIQUE MONETAIRE EN AFRIQUE DANS UN CONTEXTE DE MUTATION DU PAYSAGE FINANCIER : EXPERIENCE DE LA BCEAO CADRES DE POLITIQUE MONETAIRE EN AFRIQUE DANS UN CONTEXTE DE MUTATION DU PAYSAGE FINANCIER : EXPERIENCE DE LA BCEAO Séminaire Continental ABCA, mai 2015 xx 1 PLAN 1 Evolution du cadre de politique monétaire

Plus en détail

Le guide de la microfinance

Le guide de la microfinance Sébastien Boyé, Jérémy Hajdenberg, Christine Poursat Le guide de la microfinance Microcrédit et épargne pour le développement Préface de Maria Nowak, 2006 ISBN : 2-7081-3664-X Sommaire Préface... 11 Quelques

Plus en détail

message clé sur le 1er semestre 2015: performance opérationnelle et financière soutenue en dépit d un contexte difficile

message clé sur le 1er semestre 2015: performance opérationnelle et financière soutenue en dépit d un contexte difficile message clé sur le 1er semestre 2015: performance opérationnelle et financière soutenue en dépit d un contexte difficile durcissement de l environnement concurrentielde avecl environnement l intensification

Plus en détail

Stratégie de gestion financière. Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013

Stratégie de gestion financière. Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013 Stratégie de gestion financière Communication des résultats pour l exercice terminé le 31 mars 2013 Communication des résultats / 1 La Stratégie de gestion financière annuelle de la Province du Manitoba

Plus en détail

Les services financiers sur mobile d Orange

Les services financiers sur mobile d Orange Fiche d informations presse Février 2016 Les services financiers sur mobile d Orange Orange positionne les services financiers sur mobile parmi les deux axes de diversification de son plan stratégique

Plus en détail

SEMINAIRE CONTINENTAL DE L'ABCA

SEMINAIRE CONTINENTAL DE L'ABCA SEMINAIRE CONTINENTAL DE L'ABCA (Le Caire, du 9 au 11 mai 2016) STABILITE FINANCIERE : NOUVEAUX DEFIS POUR LES BANQUES CENTRALES - EXPERIENCE DE L'UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UMOA) Présentation de

Plus en détail

Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011

Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011 Communiqué premier TRIMESTRE 2011 Banque Nationale : Bénéfice net record au premier trimestre de 2011 L information financière fournie dans le présent communiqué est basée sur les états financiers consolidés

Plus en détail

Le Groupe BANK OF AFRICA

Le Groupe BANK OF AFRICA Le Groupe BANK OF AFRICA Une vision, une histoire, une stratégie Mars 2010 1 L origine La vision, dès 1982, d une banque panafricaine, accessible à tous, impliquée dans le développement économique, avec

Plus en détail

Les banques du Canada : favoriser la croissance et la réussite de nos petites et moyennes entreprises

Les banques du Canada : favoriser la croissance et la réussite de nos petites et moyennes entreprises 07T4 08T1 08T2 08T3 08T4 09T1 09T2 09T3 09T4 10T1 10T2 10T3 10T4 11T1 11T2 11T3 11T4 12T1 12T2 12T3 12T4 13T1 13T2 Indice = 100 Les banques du Canada : favoriser la croissance et la réussite de nos petites

Plus en détail

CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT

CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT Au cours des dernières décennies, les progrès en matière d intermédiation bancaire, de développement des institutions et d intensification

Plus en détail

PRÉSENTATION DE AFRICA LINK CAPITAL

PRÉSENTATION DE AFRICA LINK CAPITAL PRÉSENTATION DE AFRICA LINK CAPITAL ALC, UN PARTENAIRE DE RÉFÉRENCE Cabinet de Conseil Financier et Arrangeur indépendant, fondé en 2006 par Mr Serge Tidiane DIOP (ex-cadre de AMB West Africa -Département

Plus en détail

Mobile Paiement: perspectives et axes de développement

Mobile Paiement: perspectives et axes de développement 1 Mobile Paiement: perspectives et axes de développement Intervenants : Laurent Marie KIBA Directeur Mobile Payments Orange - Sonatel Bertrand MARTIN Directeur Marketing Orange Money Groupe France Télécom

Plus en détail

Découvrez le marché turc

Découvrez le marché turc Découvrez le marché turc du 3 au 8 juin 2013 à Istanbul Une approche complète : Mission de prospection avec 2 jours de rendez-vous individuels ciblés Forum Futurallia plurisectoriel et multi-pays La Turquie

Plus en détail

Aide au développement et accès à l eau et l assainissement en Afrique subsaharienne. Numéro 9, août 2009

Aide au développement et accès à l eau et l assainissement en Afrique subsaharienne. Numéro 9, août 2009 Numéro 9 Août 2009 Aide au développement et accès à l eau et l assainissement en Afrique subsaharienne Contexte Marco Stampini, Adeleke Salami et Caroline Sullivan Numéro 9, août 2009 Les disparités entre

Plus en détail

MOBILE MONEY MOBILE BANKING FORMATION

MOBILE MONEY MOBILE BANKING FORMATION MOBILE MONEY MOBILE BANKING FORMATION Durée : 4 jours 6 au 9 octobre 2015 PARIS CLARITY, société de conseil en télécommunication, travaille principalement sur site en interne chez ses clients, opérateurs

Plus en détail

Dossier de presse. mardi 14 avril 2015. Orange, 1 er opérateur de la téléphonie mobile en Côte d Ivoire

Dossier de presse. mardi 14 avril 2015. Orange, 1 er opérateur de la téléphonie mobile en Côte d Ivoire Dossier de presse mardi 14 avril 2015 Orange, 1 er opérateur de la téléphonie mobile en Côte d Ivoire Orange, #1 au service de nos clients Orange, 1er opérateur en Côte d Ivoire Orange CI a su conserver

Plus en détail

Cahier des charges Initiative Ile-de-France Agence de communication «Créatrices d Avenir» 2015

Cahier des charges Initiative Ile-de-France Agence de communication «Créatrices d Avenir» 2015 Cahier des charges Initiative Ile-de-France Agence de communication «Créatrices d Avenir» 2015 Nadège Hammoudi Adjointe au Délégué Général Tél. : 01 44 90 87 02 nadege.hammoudi@initiative-iledefrance.fr

Plus en détail

L argent mobile en Côte d Ivoire: histoire d un revirement de situation

L argent mobile en Côte d Ivoire: histoire d un revirement de situation L argent mobile en Côte d Ivoire: histoire d un revirement de situation CLAIRE PÉNICAUD SCHARWATT FÉVRIER 2014 L ARGENT MOBILE EN CÔTE D IVOIRE: HISTOIRE D UN REVIREMENT DE SITUATION 1 Après des débuts

Plus en détail

Thème : «La dématérialisation au service du développement économique de la Côte d Ivoire»

Thème : «La dématérialisation au service du développement économique de la Côte d Ivoire» Thème : «La dématérialisation au service du développement économique de la Côte d Ivoire» Mercredi 01 juillet 2015 Communications Introductives : Présentation de ITU Academia : Voir la Vidéo Présentation

Plus en détail

Monnaie Crédit. Remarque en guise de préambule. 1. L état des lieux

Monnaie Crédit. Remarque en guise de préambule. 1. L état des lieux Monnaie Crédit Remarque en guise de préambule La monnaie est classée parmi les compétences régaliennes. Pourtant les solutions qui s offrent à la Nouvelle Calédonie dans ce domaine sont largement indépendantes

Plus en détail

LA NOTATION FINANCIERE

LA NOTATION FINANCIERE LA NOTATION FINANCIERE Séminaire du 7 au 9 décembre 2011 organisé par BLOOMFIELD FINANCIAL GROUP et le CEFEB (Centre d Etudes Financières, Economiques et Bancaires de l Agence Française de Développement)

Plus en détail

IMPACT DU DEVELOPPEMENT DE L INTERNET ET DES OTT SUR LA VOIX BRAZZAVILLE, 18-19 FÉVRIER 2014

IMPACT DU DEVELOPPEMENT DE L INTERNET ET DES OTT SUR LA VOIX BRAZZAVILLE, 18-19 FÉVRIER 2014 AGENCE DE REGULATIONET DE CONTRÔLE DES TELECOMMUNICATIONS (ARCT) Euphémie NIZEYE e-mail: nizeuphy@yahoo.fr 1 IMPACT DU DEVELOPPEMENT DE L INTERNET ET DES OTT SUR LA VOIX (DÉCLIN DE LA VOIX? NOUVEAUX SERVICES?):

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins CFP 011M C.P. P.L. 39 Régimes volontaires d épargne-retraite Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins PROJET DE LOI N O 39 Loi Consultations sur les régimes prébudgétaires volontaires d épargne-retraite

Plus en détail

Programme de la carte Visa Approvisionnement

Programme de la carte Visa Approvisionnement Programme de la carte Visa Approvisionnement LA CARTE VISA APPROVISIONNEMENT EST IDÉALE POUR LES ENTREPRISES AYANT : des ventes annuelles ou un budget d exploitation de plus de 10 millions de dollars plus

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE SIGNATURE OFFICIELLE DE PARTENARIAT ENTRE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE CAMEROUN & EXPRESS UNION WWW.SOCIETEGENERALE.CM

DOSSIER DE PRESSE SIGNATURE OFFICIELLE DE PARTENARIAT ENTRE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE CAMEROUN & EXPRESS UNION WWW.SOCIETEGENERALE.CM DOSSIER DE PRESSE SIGNATURE OFFICIELLE DE PARTENARIAT ENTRE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE CAMEROUN & EXPRESS UNION WWW.SOCIETEGENERALE.CM www.facebook.com/societegeneralecameroun Société Générale Cameroun - Société

Plus en détail

Mobile Banking. laurent.kiba@orange-sonatel.com. laurent.kiba@orange-sonatel.com

Mobile Banking. laurent.kiba@orange-sonatel.com. laurent.kiba@orange-sonatel.com Mobile Banking De la voix aux données Des données aux services transactionnels Services voix Services données Services transactionnels Mobile banking Pourquoi un opéra Marché fortement marqué par le phénomène

Plus en détail

Les cartes prépayées vous simplifient la vie en toute sécurité

Les cartes prépayées vous simplifient la vie en toute sécurité Global Technology Partners A Les cartes prépayées vous simplifient la vie en toute sécurité La carte prépayée est une carte de débit qui utilise des Switch de réseaux financiers mondiaux tels Visa ou Mastercard

Plus en détail

Indication des prix et publicité: les services bancaires et analogues. Ordonnance du 11 décembre 1978 sur l indication des prix (OIP)

Indication des prix et publicité: les services bancaires et analogues. Ordonnance du 11 décembre 1978 sur l indication des prix (OIP) Indication des prix et publicité: les services bancaires et analogues Ordonnance du 11 décembre 1978 sur l indication des prix (OIP) Feuille d information du 1 er janvier 2006 1. Base juridique et but

Plus en détail

LE MOBILE BANKING EST-IL

LE MOBILE BANKING EST-IL THE 2ND INTERNATIONAL CONFERENCE ON INSTITUTIONAL AND TECHNOLOGICAL ENVIRONMENT FOR MICROFINANCE LE MOBILE BANKING EST-IL EFFICACE POUR OFFRIR DES SERVICES FINANCIERS AUX NON- BANCARISÉS? Djamchid Assadi

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE POLITIQUE ET D UN MODELE DE TARIFICATION POUR LA BIDC

TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE POLITIQUE ET D UN MODELE DE TARIFICATION POUR LA BIDC TERMES DE REFERENCE POUR L ELABORATION D UNE POLITIQUE ET D UN MODELE DE TARIFICATION POUR LA BIDC Mai 2014 TDR pour l élaboration d une politique et d un modèle de tarification pour la BIDC Page - 1 -

Plus en détail

Services Financiers Mobiles Indicateurs de Mesure de l Accès et de l Utilisation

Services Financiers Mobiles Indicateurs de Mesure de l Accès et de l Utilisation Mobile Financial Services Working Group (MFSWG) Services Financiers Mobiles Indicateurs de Mesure de l Accès et de l Utilisation Cette Note Directrice, qui couvre une catégorie de l Ensemble des Indicateurs

Plus en détail

Système de paiement pour les IMF au Sénégal

Système de paiement pour les IMF au Sénégal Micro finance Electronic Payment System @fricajuris Consulting Système de paiement pour les IMF au Sénégal Cadre juridique et institutionnel Système de paiement pour IMF Cadre juridique et institutionnel

Plus en détail

I/ Le rôle du Courtier dans la Conception des produits de micro assurance. II/ LE COURTIER dans la Commercialisation et la Distribution des Produits

I/ Le rôle du Courtier dans la Conception des produits de micro assurance. II/ LE COURTIER dans la Commercialisation et la Distribution des Produits L IMPLICATION du COURTIER dans le DEVELOPPEMENT de la MICRO ASSURANCE : CONCEPTION, COMMERCIALISATION et DISTRIBUTION des PRODUITS, COLLECTE des PRIMES et COTISATIONS Présentée par Mme Hermine EKOBE NSEKE,

Plus en détail

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES

NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Paris, 23 mars 2016 NOTE DES AUTORITÉS FRANÇAISES Objet : Réponse au livre vert de la Commission européenne sur les services financiers de détail. Réf. : COM(2015) 630 final P. J. : Réponse des autorités

Plus en détail

MISE EN ŒUVRE D UN NUMERO UNIQUE D URGENCE EN CÔTE D IVOIRE

MISE EN ŒUVRE D UN NUMERO UNIQUE D URGENCE EN CÔTE D IVOIRE FORUM SUR LA NORMALISATION 2 EME EDITION MISE EN ŒUVRE D UN NUMERO UNIQUE D URGENCE EN CÔTE D IVOIRE Agence des Télécommunications de Côte d Ivoire Jean- Paul APATA S/D Prospective et Numérotation apata@atci.ci

Plus en détail

Comptes et conditions. Simplifier l argent au quotidien. www.bcn.ch

Comptes et conditions. Simplifier l argent au quotidien. www.bcn.ch Comptes et conditions Simplifier l argent au quotidien www.bcn.ch Vos comptes pour le quotidien Les comptes de transactions, d épargne et de gestion BCN offrent une palette diversifiée de prestations répondant

Plus en détail

Présentation du 28/10/2008

Présentation du 28/10/2008 Présentation du 28/10/2008 SOMMAIRE Faits marquants Résultats et activité au 30 septembre 2008 Produits lancés en 2007 & 2008 Nouveaux Produits (lancés à l occasion du salon Banque & Monétique ) 2 2 Faits

Plus en détail

Patron de votre centre Midas?

Patron de votre centre Midas? Franchise Midas Et si vous deveniez, vous aussi Patron de votre centre Midas? > www.franchise.midas.fr er personnes à votre écoute Une convention annuelle, des réunions régionales, des commissions thématiques

Plus en détail

Solutions de paiement dématérialisé pour les marchés émergents

Solutions de paiement dématérialisé pour les marchés émergents Solutions de paiement dématérialisé pour les marchés émergents Accompagnement technologique et décisionnel pour l implémentation de modes de paiement sur Internet et par téléphonie mobile pour accroitre

Plus en détail

IMPACT DE LA CYBERCRIMINALITE DANS LE MILIEU DES AFFAIRES

IMPACT DE LA CYBERCRIMINALITE DANS LE MILIEU DES AFFAIRES IMPACT DE LA CYBERCRIMINALITE DANS LE MILIEU DES AFFAIRES CYBERCRIMINALITE : LE CI-CERT, UN OUTIL DE LUTTE Présenté par : KIGNAMAN-SORO Kitifolo 1 SOMMAIRE APERCU GENERAL CYBERCRIMINALITE EN ENTREPRISE

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Notre banque 4. Crédits 7. Gestion de patrimoine 9. Comptes courants 12. Comptes épargne 14. Comptes prévoyance 16

TABLE DES MATIÈRES. Notre banque 4. Crédits 7. Gestion de patrimoine 9. Comptes courants 12. Comptes épargne 14. Comptes prévoyance 16 PRESTATIONS TABLE DES MATIÈRES Notre banque 4 Crédits 7 Gestion de patrimoine 9 Comptes courants 12 Comptes épargne 14 Comptes prévoyance 16 Autres comptes 17 Une histoire de vie en un clin d œil 18 Numéros

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES RELATIVES À LA BANQUE À DISTANCE

LIGNES DIRECTRICES RELATIVES À LA BANQUE À DISTANCE LIGNES DIRECTRICES RELATIVES À LA BANQUE À DISTANCE Conformément aux dispositions de l article 2 de la loi du 17 août 1979 créant la Banque de la République d Haïti (BRH), la banque centrale émet les présentes

Plus en détail

MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S INITIER AU MICROCREDIT

MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S INITIER AU MICROCREDIT MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S INITIER AU MICROCREDIT Pour plus d informations, visitez www.marathonprobono.fr/campus-hec-2012 Préambule Ce contenu pédagogique est destiné aux petites associations

Plus en détail

ALLOCUTION DE MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE

ALLOCUTION DE MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE Cabinet du Premier Ministre, Ministre de l'economie, des Finances Et du Budget ------------ -------- République de Côte d Ivoire Union-Discipline-Travail LANCEMENT DE L OPERATION D EMISSION SUKUK ETAT

Plus en détail

RESUME EXECUTIF DU RAPPORT GENERAL

RESUME EXECUTIF DU RAPPORT GENERAL POUR UN PORT ET UNE INDUSTRIE DE CROISSANCE * Des expositions * Des conférences et Ateliers * Des rencontres B to B RESUME EXECUTIF DU RAPPORT GENERAL San Pedro, le 09 mai 2014 Le Comité Scientifique /

Plus en détail

(Dakar, du 18 au 21 avril 2005) LA PLACE DE LA STATISTIQUE DANS LES ACTIVITES DE LA BCEAO : PRODUCTION ET UTILISATIONS

(Dakar, du 18 au 21 avril 2005) LA PLACE DE LA STATISTIQUE DANS LES ACTIVITES DE LA BCEAO : PRODUCTION ET UTILISATIONS BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST SEMINAIRE D INFORMATION ORGANISE PAR PARIS21 POUR LES CONSULTANTS FRANCOPHONES SUR LA STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE DANS LES PAYS

Plus en détail

Les Technologies de l Information et de la Communication dans l artisanat de la région Nord - Pas-de-Calais

Les Technologies de l Information et de la Communication dans l artisanat de la région Nord - Pas-de-Calais Chambre de métiers et de l artisanat de Région Nord - Pas de Calais Les Technologies de l Information et de la Communication dans l artisanat de la région Nord - Pas-de-Calais Synthèse de l étude régionale

Plus en détail

Monsieur le Président Directeur Général de la Banque Nationale d Investissement,

Monsieur le Président Directeur Général de la Banque Nationale d Investissement, Projet Allocution de Monsieur le Ministre de l Economie et des Finances, Monsieur Charles KOFFI DIBY Cérémonie de Présentation Officielle de BNI GESTION Juillet 2009 Monsieur le Président de la Banque

Plus en détail

Sénégal. Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation

Sénégal. Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation 1. Instruction n 1 du 8 mai 2004 relative à la promotion des moyens de paiements scripturaux et à la détermination des intérêts

Plus en détail

Keyware voit son profit doubler en 2013

Keyware voit son profit doubler en 2013 COMMUNIQUÉ DE PRESSE 13 mars 2014 Keyware voit son profit doubler en 2013 Bruxelles, Belgique le 13 mars 2014 Keyware (EURONEXT Brussels : KEYW), fournisseur de premier plan de solutions en matière de

Plus en détail

Capitalisation «Evolutions technologiques» ******

Capitalisation «Evolutions technologiques» ****** ****** Dans le cadre du partenariat conclu entre le ministère des Affaires étrangères (MAE) / Direction générale de la Mondialisation, du Développement et des Partenariats (DGM) et Epargne Sans Frontière

Plus en détail

Le Cameroun face au défi de l accès à l énergie électrique

Le Cameroun face au défi de l accès à l énergie électrique Le Cameroun face au défi de l accès à l énergie électrique Communication du Directeur Général D ENEO Cameroon S.A. à la 4è assise de l université du GICAM sur le thème: «L Entreprise Offensive» DOUALA

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Synthèse des conclusions et recommandations Bamako les 14-15 et 16 février 2005 Page 1 sur 5 Les 14, 15 et 16 février 2005, a eu lieu à Bamako

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE ATTRIBUTION DE LA SECONDE LICENCE TÉLÉCOM EN UNION DES COMORES NJJ

DOSSIER DE PRESSE ATTRIBUTION DE LA SECONDE LICENCE TÉLÉCOM EN UNION DES COMORES NJJ DOSSIER DE PRESSE ATTRIBUTION DE LA SECONDE LICENCE TÉLÉCOM EN UNION DES COMORES NJJ Cérémonie d attribution de la Seconde licence d Opérateur de Télécommunications en Union des Comores 14 décembre 2015,

Plus en détail

Maroc: Facteurs clés de succès pour la creation d une banque postale

Maroc: Facteurs clés de succès pour la creation d une banque postale UPU UNION POS TALE UNIVERSELLE Etude de cas n 2 Maroc: Facteurs clés de succès pour la creation d une banque postale Alexandre Berthaud Février 2013 2 Table des matières Page Remerciements 3 I. Introduction

Plus en détail

Orange. Résultats T3 2013. Gervais Pellissier Directeur Général Délégué et Directeur Financier. Résultats T3 2013 23 octobre 2013

Orange. Résultats T3 2013. Gervais Pellissier Directeur Général Délégué et Directeur Financier. Résultats T3 2013 23 octobre 2013 Orange Résultats T3 2013 Gervais Pellissier Directeur Général Délégué et Directeur Financier avertissement Cette présentation contient des indications prospectives. Bien que nous estimons qu elles reposent

Plus en détail

NOUS AVONS CLASSÉ NOS ACTIVITÉS EN DEUX CATÉGORIES DE CLIENTÈLE DISTINCTES DÉTAIL ET

NOUS AVONS CLASSÉ NOS ACTIVITÉS EN DEUX CATÉGORIES DE CLIENTÈLE DISTINCTES DÉTAIL ET Revue des activités de la Banque REVUE REVUE DES DES ACTIVITÉS ACTIVITÉS DE LA DE BANQUE LA BANQUE REVUE DES ACTIVITÉS DE LA BANQUE PROFIL ACTUEL DES ACTIVITÉS DE LA BANQUE NOUS AVONS CLASSÉ NOS ACTIVITÉS

Plus en détail

II.Foire aux questions

II.Foire aux questions Questions et réponses sur Marguerite, Fonds européen 2020 pour l énergie, le changement climatique et les infrastructures II.Foire aux questions 1. Quelles sont les spécificités du fonds Marguerite, et

Plus en détail

Financing RE projects in the private sector in Morocco, the Banque Populaire experience

Financing RE projects in the private sector in Morocco, the Banque Populaire experience Financing RE projects in the private sector in Morocco, the Banque Populaire experience Ms. Soumia Alami Ouali, Deputy Director of the SME Division of the Bank (Directrice générale adjointe du Pôle Banque

Plus en détail

Priorité au discours prononcé. Bonjour à toutes et à tous, je suis heureux de me retrouver parmi vous aujourd hui, ici, à Montréal.

Priorité au discours prononcé. Bonjour à toutes et à tous, je suis heureux de me retrouver parmi vous aujourd hui, ici, à Montréal. David Williamson Premier vice-président à la direction et chef des services financiers Assemblée générale annuelle Montréal (Québec), le 25 février 2010 Priorité au discours prononcé Bonjour à toutes et

Plus en détail

Présentation de Microcred Mali

Présentation de Microcred Mali MicroCred Mali a démarré ses activités opérationnelles le 16 Septembre 2013 (après l obtention de l agrément n 2013 3438/ MF SF auprès du Ministère de l Economie et des Finances le 15 Août 2013) à Bamako.

Plus en détail

VOYAGE PHOTO CAMBODGE du 21 novembre au 03 décembre 2016

VOYAGE PHOTO CAMBODGE du 21 novembre au 03 décembre 2016 VOYAGE PHOTO CAMBODGE du 21 novembre au 03 décembre 2016 INFORMATIONS PARTICIPANT : Merci de remplir les éléments ci-dessous en CAPITALES 1 M. / Mme Prénom Nom Date Naissance N Passeport Date délivrance

Plus en détail

AVIS DE RECRUTEMENT UN OPERATIONNEL BACK OFFICE GROUPEMENT INTERBANCAIRE MONETIQUE DE TERMES DE REFERENCE

AVIS DE RECRUTEMENT UN OPERATIONNEL BACK OFFICE GROUPEMENT INTERBANCAIRE MONETIQUE DE TERMES DE REFERENCE Lot P 10, Ouest Foire, Route de l Aéroport - BP : 8853 Dakar Yoff Tél : (221) 33 869 95 95 Fax : (221) 33 820 54 65 Email: gim-uemoa@gim-uemoa.org - Site Web: www.gim-uemoa.org AVIS DE RECRUTEMENT UN OPERATIONNEL

Plus en détail

TELECOM INSIGHT FRANCAIS

TELECOM INSIGHT FRANCAIS TELECOM INSIGHT FRANCAIS Les autorités chargées de la régulation des télécommunications se trouvent face à plusieurs défis dans la mise en place d un environnement national de télécommunications efficace.

Plus en détail

OFFRE DE FORMATIONS. MODULE 3 2 jours : Le management commercial de l entreprise

OFFRE DE FORMATIONS. MODULE 3 2 jours : Le management commercial de l entreprise OFFRE DE FORMATIONS 1 Accompagnement des cadres et des dirigeants MODULE 1 2 jours : Améliorer son efficacité managériale 1- Se connaître Gestion du temps et ses priorités Prise de recul et posture manager

Plus en détail

Le Transport Routier de Marchandises

Le Transport Routier de Marchandises Le Transport Routier de Marchandises Pistes de réformes fiscales pour une meilleure compétitivité Etude réalisée par Asterès pour le compte de la Fédération nationale des transporteurs routiers 9 novembre

Plus en détail

---------------------

--------------------- BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST SYMPOSIUM DE L ABCA SUR LE THEME «LES BANQUES CENTRALES ET LEUR ROLE DANS LA LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX : COOPERATION ET ECHANCE D EXPERIENCES»

Plus en détail

PRESENTATION DE L AGENCE UMOA- Titres

PRESENTATION DE L AGENCE UMOA- Titres PRESENTATION DE L AGENCE UMOA- Titres I CREATION DE L AGENCE UMOA-Titres A. Le contexte Les interventions des Etats sur le marché financier régional se sont sensiblement accrues ces dernières années, en

Plus en détail

TRAVEL. La solution de gestion de vos déplacements professionnels

TRAVEL. La solution de gestion de vos déplacements professionnels TRAVEL La solution de gestion de vos déplacements professionnels 1 Acteur de la transformation numérique des entreprises, Cegid répond aux besoins des entreprises et organisations de toutes tailles, dans

Plus en détail

L approche conceptuelle

L approche conceptuelle Cap Vert C o m m u n i c a t i o n 9.05.2000 Symposium International sur la Microfinance et la Promotion des Micro et Petites Entreprise Praia, 12 au 14 juin 2000 L approche conceptuelle 1. Introduction

Plus en détail

Abidjan - Côte d Ivoire,

Abidjan - Côte d Ivoire, FORUM REGIONAL ECONOMIQUE ET FINANCIER DES TELECOMMUNICATIONS/TIC DU BDT/UIT Abidjan - Côte d Ivoire, 18 au 19 Janvier 2016 REGLEMENTATION DES SERVICES FINANCIERS MOBILE EN COTE D IVOIRE Présentation:

Plus en détail

Tout sur le compte WIR Le support des PME par excellence

Tout sur le compte WIR Le support des PME par excellence Tout sur le compte WIR Le support des PME par excellence 1 Sommaire Les avantages d une participation WIR Les avantages d une participation WIR page 1 Succès avec WIR page 2 Budget WIR et placement des

Plus en détail

Evaluation du Climat des investissements à Madagascar. Résumé

Evaluation du Climat des investissements à Madagascar. Résumé Evaluation du Climat des investissements à Madagascar Résumé Qu est-ce que le climat des investissements et en quoi est-il important? Le climat des investissements est défini en termes opérationnels comme

Plus en détail

Ouvrir la voie grâce au e-learning Centra aide CDI à développer ses activités à l aide du e-learning

Ouvrir la voie grâce au e-learning Centra aide CDI à développer ses activités à l aide du e-learning Ouvrir la voie grâce au e-learning Centra aide CDI à développer ses activités à l aide du e-learning Secteur FORMATION Etude de cas de retour sur investissement Récapitulatif des résultats Au cours des

Plus en détail

Réponses des Organisations régionales face aux crises de 2007 et 2008

Réponses des Organisations régionales face aux crises de 2007 et 2008 Secrétariat Exécutif Programme Régional d Appui Accès aux Marchés Réponses des Organisations régionales face aux crises de 2007 et 2008 Moussa CISSE Coordonnateur PRA/Accès aux Marchés Plan I. Introduction

Plus en détail

Association Africaine de l Eau Le Congrès International Africain de l Eau 17 20 Février 2014. Information pour l organisation d évènements

Association Africaine de l Eau Le Congrès International Africain de l Eau 17 20 Février 2014. Information pour l organisation d évènements Association Africaine de l Eau Le Congrès International Africain de l Eau 17 20 Février 2014 Information pour l organisation d évènements Profil de l événement Le Congrès de l Association Africaine de

Plus en détail

La politique et les agrégats monétaires dans les zones d émission africaines Les enjeux de l inclusion financière en Zone franc

La politique et les agrégats monétaires dans les zones d émission africaines Les enjeux de l inclusion financière en Zone franc Encadré 4 L inclusion financière fait référence au processus permettant aux individus et aux entreprises d accéder à des services financiers de base (dépôts et transferts d argent, paiements, épargne,

Plus en détail

Les API au cœur de la stratégie numérique des entreprises

Les API au cœur de la stratégie numérique des entreprises bonjour Les API au cœur de la stratégie numérique des entreprises 2 Conférencier : Jean Charles Mendy Stéphane Glaziou > Créer de nouveaux business et opérer la transformation digitale avec les APIs propriété

Plus en détail

Séminaire Inter-Entreprise «Introduction au Management de l Innovation»

Séminaire Inter-Entreprise «Introduction au Management de l Innovation» FORMULAIRE D INSCRIPTION Séminaire Inter-Entreprise «Introduction au Management de l Innovation» Jeudi 23 et Vendredi 24 Avril 2015 Premier institut dédié au développement de l innovation en Afrique du

Plus en détail