L innovation en Région Lorraine. Le positionnement technologique de. Sources et Méthodologie. la Lorraine. Complément d informations

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L innovation en Région Lorraine. Le positionnement technologique de. Sources et Méthodologie. la Lorraine. Complément d informations"

Transcription

1 Le positionnement technologique de la Au sein du panel, la se positionne en 11ème position pour le nombre de brevets déposés en Son niveau de brevets est très proche de neuf régions notamment Kassel, Languedoc-Roussillon, Oslo Og Akershus, Auvergne et Pais Vasco. La région de Freiburg, avec une situation démographique assez proche de la, se distingue très largement par un niveau élevé de brevets, se traduisant ainsi par une intensité technologique forte (Nombre de brevets/ emplois). La Nombre de brevets déposés à l OEB en 2005 région d Hannover se positionne également bien au sein de ce panel, que ce soit en valeur absolue ou en brevets rapportés au nombre d emplois. Cette région, qui compte moins d emplois que la, enregistre un nombre bien plus élevé de brevets. En termes de brevets rapportés au nombre d emplois, la recule en effet à la 13ème place, et se situe sous la moyenne du groupe. Nombre de brevets déposés à l OEB en 2005 pour 000 emplois Champ géographique des données La Nomenclature d Unités Territoriales Statistiques (NUTS) a été utilisée ( home_regions_fr.html): - Les régions européennes NUTS2 pour la grande majorité - Les régions NUTS1 pour le Royaume-Uni, la Belgique et la Finlande - Les NUTS0 pour le Luxembourg, Malte, la Lituanie, la Lettonie, l Estonie, le Danemark, Chypre. Certains pays n ont pas été pris en compte du fait d un manque trop important de données : la Slovénie, la Roumanie, la Macédoine, le Liechtenstein, l Islande, la Croatie, la Suisse et la Bulgarie. La est comparée à 18 régions car deux régions font partie à la fois des régions les plus proches en termes démographiques et en terme de brevets. Données de brevets ou de brevets par emplois Les données utilisées concernent les demandes de brevets déposées à l Office Européen des Brevets pour les années 1995, 2000 et pour la majorité des pays ; Eurostat pour quelques exceptions avec des années légèrement différentes selon disponibilité*. les emplois Repères Positionnement technologique : - Au niveau européen : 85ème rang pour le nombre de brevets déposés et 7ème pour les dépôts rapportés au nombre d emplois - Au sein du panel : 11ème rang en terme de dépôts de brevets et 13ème pour les dépôts rapportés au nombre d emplois. Spécialisation technologique : - Au niveau européen : mécanique, métallurgie, éclairage/chauffage, techniques industrielles et activités rurales. - Au sein du panel : mécanique, métallurgie, éclairage/chauffage, techniques industrielles et activités rurales. Spécialisation technologique L indice de spécialisation : l indice de spécialisation permet de savoir si un domaine dans une région donnée est plutôt bien représenté ou non par rapport à un ensemble de régions. Par définition, la région est dite : - spécialisée dans un domaine si l indice est supérieur à 1,1, - dans la moyenne si l indice est compris entre 0,9 et 1,1, - sous-spécialisée si l indice est inférieur à 0,9. Source : Eurostat, année Les domaines ont été définis à partir d un regroupement des différentes classes de la Classification Internationale des Brevets ( int/classifications/ipc/fr/ipc_editions.html)., année 2005, pour la part des TIC, des biotechnologies et des nanotechnologies dans le total des brevets. Dépenses de R&D Les dépenses totales de R&D correspondent à la somme des dépenses réalisées dans les entreprises, le secteur public, l enseignement supérieur et le privé non marchand. Pour le Royaume-Uni, le privé non marchand n est pas pris en compte du fait de la non disponibilité des données mais ce secteur ne représente généralement qu une faible part des dépenses. Les dépenses privées de R&D sont celles des dépenses engagées par des entreprises. Les dépenses publiques regroupent les dépenses de l enseignement supérieur, du secteur public et du privé non marchand. Source : Eurostat sauf pour la France (Ministère de la Recherche). L année de référence est 2005 sauf exceptions selon disponibilité des données*. Les fiches élaborées par EuroLIO pour chacune des régions françaises ont pour objectif de les positionner au niveau européen en termes d innovations technologiques. Répartition des emplois selon l intensité technologique du secteur La source est celle d Eurostat pour l année L intensité technologique des emplois est définie à partir de la NACE à 3 chiffres (pour plus de précision, consulter : eurostat.ec.europa.eu/cache/ity_sdds/fr/reg_htec_ base.htm ) Le niveau d innovation est approché à l aide des données de brevets. Même si toutes les innovations ne sont pas brevetées, des études académiques ont montré que les brevets constituent un indicateur fiable de l innovation technologique. On s intéresse ici également aux déterminants de l innovation à savoir : les efforts consacrés aux activités de R&D, les ressources humaines en science et technique, la structuration sectorielle et technologique du tissu économique, l importance des coopérations science-industrie. Ressources humaines en science et technique Personnes qui ont soit achevé avec succès un cursus d enseignement de troisième cycle dans un domaine d étude S&T, soit exercent un emploi S&T à titre de spécialiste ou de technicien (Manuel de Canberra, OCDE, Paris, 1994). Source : Eurostat en 1995, 2000 et 2005 sauf exceptions*. Contrats CIFRE (Convention Industrielle de Formation par la Recherche) Source : ANRT - Ministère de la Recherche, période de 2001 à Localisation des régions européennes comparées à la * Pour plus de détails sur les exceptions voir la note méthodologique détaillée sur le site d EuroLIO : Complément d informations Dépenses de R&D : - Au niveau européen : 86ème rang; - Au sein du panel : ème rang avec 542 millions d en 2005 dont 54% de dépenses publiques. Sor-Ostlandet Oslo og Akershus Lettonie North East Overijssel Gelderland Note méthodologique détaillée consultable sur le site d EuroLIO : Pour plus de résultats sur les comparaisons entre régions françaises, voir le Rapport de l Observatoire des territoires de la DIACT 2008 La Documentation Française Trajectoires technologiques : Les dépenses de R&D ont peu progressé entre 1995 et 2005 ce qui s est traduit par un faible dynamisme en termes de brevets (légère augmentation entre 1995 et 2000 puis diminution entre 2000 et 2005). En revanche, les ressources humaines en science et technique ont bien progressé sans toutefois autoriser un processus de rattrapage. Relations science-industrie : 9ème position nationale en nombre de contrats CIFRE. Les collaborations avec l Ile de France, RhôneAlpes et l Alsace cumulent plus de la moitié des contrats de la région. La connectivité infra-régionale se concentre dans la Meurthe et Moselle, et entre les laboratoires de ce département et des entreprises de la Moselle et des Vosges. L innovation en Région Sources et Méthodologie Bâtiment de Hautes Technologies, 20 Rue Benoit Lauras Saint-Etienne Tél. +33 (0) Hannover Sachsen-Anhalt Kassel Thuringen Freiburg Lubelskie La est comparée aux régions européennes les plus proches en termes de population et d emplois et aux régions les plus proches en termes de brevets. Ce benchmarking permet ainsi de comparer La au panel de régions européennes qui lui ressemblent le plus. Franche-Comte Auvergne Pays Basque Espagnol Frioul-Venetie Julienne Languedoc-Roussillon Castille et Leon EuroLIO est soutenu par EuroLIO est cofinancé par l Union européenne. L Europe s engage en France avec le Fonds européen de développement régional. Septembre 2009

2 Le positionnement technologique de la Au sein du panel, la se positionne en 11ème position pour le nombre de brevets déposés en Son niveau de brevets est très proche de neuf régions notamment Kassel, Languedoc-Roussillon, Oslo Og Akershus, Auvergne et Pais Vasco. La région de Freiburg, avec une situation démographique assez proche de la, se distingue très largement par un niveau élevé de brevets, se traduisant ainsi par une intensité technologique forte (Nombre de brevets/ emplois). La Nombre de brevets déposés à l OEB en 2005 région d Hannover se positionne également bien au sein de ce panel, que ce soit en valeur absolue ou en brevets rapportés au nombre d emplois. Cette région, qui compte moins d emplois que la, enregistre un nombre bien plus élevé de brevets. En termes de brevets rapportés au nombre d emplois, la recule en effet à la 13ème place, et se situe sous la moyenne du groupe. Nombre de brevets déposés à l OEB en 2005 pour 000 emplois Champ géographique des données La Nomenclature d Unités Territoriales Statistiques (NUTS) a été utilisée ( home_regions_fr.html): - Les régions européennes NUTS2 pour la grande majorité - Les régions NUTS1 pour le Royaume-Uni, la Belgique et la Finlande - Les NUTS0 pour le Luxembourg, Malte, la Lituanie, la Lettonie, l Estonie, le Danemark, Chypre. Certains pays n ont pas été pris en compte du fait d un manque trop important de données : la Slovénie, la Roumanie, la Macédoine, le Liechtenstein, l Islande, la Croatie, la Suisse et la Bulgarie. La est comparée à 18 régions car deux régions font partie à la fois des régions les plus proches en termes démographiques et en terme de brevets. Données de brevets ou de brevets par emplois Les données utilisées concernent les demandes de brevets déposées à l Office Européen des Brevets pour les années 1995, 2000 et pour la majorité des pays ; Eurostat pour quelques exceptions avec des années légèrement différentes selon disponibilité*. les emplois Repères Positionnement technologique : - Au niveau européen : 85ème rang pour le nombre de brevets déposés et 7ème pour les dépôts rapportés au nombre d emplois - Au sein du panel : 11ème rang en terme de dépôts de brevets et 13ème pour les dépôts rapportés au nombre d emplois. Spécialisation technologique : - Au niveau européen : mécanique, métallurgie, éclairage/chauffage, techniques industrielles et activités rurales. - Au sein du panel : mécanique, métallurgie, éclairage/chauffage, techniques industrielles et activités rurales. Spécialisation technologique L indice de spécialisation : l indice de spécialisation permet de savoir si un domaine dans une région donnée est plutôt bien représenté ou non par rapport à un ensemble de régions. Par définition, la région est dite : - spécialisée dans un domaine si l indice est supérieur à 1,1, - dans la moyenne si l indice est compris entre 0,9 et 1,1, - sous-spécialisée si l indice est inférieur à 0,9. Source : Eurostat, année Les domaines ont été définis à partir d un regroupement des différentes classes de la Classification Internationale des Brevets ( int/classifications/ipc/fr/ipc_editions.html)., année 2005, pour la part des TIC, des biotechnologies et des nanotechnologies dans le total des brevets. Dépenses de R&D Les dépenses totales de R&D correspondent à la somme des dépenses réalisées dans les entreprises, le secteur public, l enseignement supérieur et le privé non marchand. Pour le Royaume-Uni, le privé non marchand n est pas pris en compte du fait de la non disponibilité des données mais ce secteur ne représente généralement qu une faible part des dépenses. Les dépenses privées de R&D sont celles des dépenses engagées par des entreprises. Les dépenses publiques regroupent les dépenses de l enseignement supérieur, du secteur public et du privé non marchand. Source : Eurostat sauf pour la France (Ministère de la Recherche). L année de référence est 2005 sauf exceptions selon disponibilité des données*. Les fiches élaborées par EuroLIO pour chacune des régions françaises ont pour objectif de les positionner au niveau européen en termes d innovations technologiques. Répartition des emplois selon l intensité technologique du secteur La source est celle d Eurostat pour l année L intensité technologique des emplois est définie à partir de la NACE à 3 chiffres (pour plus de précision, consulter : eurostat.ec.europa.eu/cache/ity_sdds/fr/reg_htec_ base.htm ) Le niveau d innovation est approché à l aide des données de brevets. Même si toutes les innovations ne sont pas brevetées, des études académiques ont montré que les brevets constituent un indicateur fiable de l innovation technologique. On s intéresse ici également aux déterminants de l innovation à savoir : les efforts consacrés aux activités de R&D, les ressources humaines en science et technique, la structuration sectorielle et technologique du tissu économique, l importance des coopérations science-industrie. Ressources humaines en science et technique Personnes qui ont soit achevé avec succès un cursus d enseignement de troisième cycle dans un domaine d étude S&T, soit exercent un emploi S&T à titre de spécialiste ou de technicien (Manuel de Canberra, OCDE, Paris, 1994). Source : Eurostat en 1995, 2000 et 2005 sauf exceptions*. Contrats CIFRE (Convention Industrielle de Formation par la Recherche) Source : ANRT - Ministère de la Recherche, période de 2001 à Localisation des régions européennes comparées à la * Pour plus de détails sur les exceptions voir la note méthodologique détaillée sur le site d EuroLIO : Complément d informations Dépenses de R&D : - Au niveau européen : 86ème rang; - Au sein du panel : ème rang avec 542 millions d en 2005 dont 54% de dépenses publiques. Sor-Ostlandet Oslo og Akershus Lettonie North East Overijssel Gelderland Note méthodologique détaillée consultable sur le site d EuroLIO : Pour plus de résultats sur les comparaisons entre régions françaises, voir le Rapport de l Observatoire des territoires de la DIACT 2008 La Documentation Française Trajectoires technologiques : Les dépenses de R&D ont peu progressé entre 1995 et 2005 ce qui s est traduit par un faible dynamisme en termes de brevets (légère augmentation entre 1995 et 2000 puis diminution entre 2000 et 2005). En revanche, les ressources humaines en science et technique ont bien progressé sans toutefois autoriser un processus de rattrapage. Relations science-industrie : 9ème position nationale en nombre de contrats CIFRE. Les collaborations avec l Ile de France, RhôneAlpes et l Alsace cumulent plus de la moitié des contrats de la région. La connectivité infra-régionale se concentre dans la Meurthe et Moselle, et entre les laboratoires de ce département et des entreprises de la Moselle et des Vosges. L innovation en Région Sources et Méthodologie Bâtiment de Hautes Technologies, 20 Rue Benoit Lauras Saint-Etienne Tél. +33 (0) Hannover Sachsen-Anhalt Kassel Thuringen Freiburg Lubelskie La est comparée aux régions européennes les plus proches en termes de population et d emplois et aux régions les plus proches en termes de brevets. Ce benchmarking permet ainsi de comparer La au panel de régions européennes qui lui ressemblent le plus. Franche-Comte Auvergne Pays Basque Espagnol Frioul-Venetie Julienne Languedoc-Roussillon Castille et Leon EuroLIO est soutenu par EuroLIO est cofinancé par l Union européenne. L Europe s engage en France avec le Fonds européen de développement régional. Septembre 2009

3 Spécialisation technologique, dépenses de R&D et intensité technologique des emplois Nombre de brevets européens par domaine technologique en 2004 en et niveau de spécialisation (par rapport au panel) Les relations science-industrie Trajectoires technologiques La spécialisation technologique de la est concentrée sur la mécanique et les techniques industrielles. Ce sont aussi dans ces deux domaines que le nombre de brevets déposés est le plus élevé. L éclairage/chauffage, la métallurgie, les activités rurales et le papier sont également des spécialités de la région mais avec un volume de brevets déposés moindre. Au sein de cette région, le domaine des TIC est moins bien représenté dans les dépôts de brevets qu au niveau du panel. Dans certaines régions du panel, la part des TIC peut être assez importante comme Oslo Og Akershus (37%), Thuringen, Languedoc-Roussillon et Hannover (30% à 34%). Les trajectoires technologiques du groupe de la montrent des dynamiques croissantes pour la majorité des régions mais à des niveaux et des vitesses différents. En revanche, la fait partie des deux seules régions (avec l Auvergne) où le nombre de brevets déposés a reculé entre 2000 et 2005 après avoir progressé entre 1995 et En ce qui concerne, les dépenses de R&D privées, elles ont baissé légèrement en première période pour reprendre une très légère croissance ensuite. Ce faible dynamisme contraste avec les trajectoires de forte croissance observées dans un grand nombre de régions du panel. Hannover et Freiburg, régions déjà dominantes, accentuent leur écart. D autres régions, qui avaient une position moins favorable que la en 1995, connaissent un fort dynamisme qui se traduit par un rattrapage voire un dépassement (Sor-Ostlandet, Kassel, Languedoc-Roussillon notamment). La région de Thuringen qui était proche de la en 1995 a également connu une forte croissance des dépenses de R&D privées et des brevets tandis que les efforts récents réalisés par Pays Basque sur les dépenses de R&D ne se traduisent pas encore très fortement sur la croissance des dépôts de brevets. L analyse des contrats CIFRE constitue ainsi une des mesures possibles, parmi d autres, des relations science industrie. En revanche, le caractère purement français de cette procédure ne permet pas de procéder à des comparaisons avec d autres territoires européens. La est donc placée ici dans son contexte national. Evolution des dépenses de R&D privées et du nombre de brevets entre 1995 et 2005 La part des TIC, des biotechnologies et des nanotechnologies dans le total des brevets. Entre 2001 et 2006, 225 contrats CIFRE ont été conclus par des entreprises et/ou des laboratoires de la, ce qui positionne cette région à la 9ème place, juste avant les Pays de la Loire (220 contrats) et après le LanguedocRoussillon (236). Source : Eurostat / calcul hors Norvège et Pologne La situation est similaire pour les biotechnologies. Elles sont également sous-représentées en par rapport à d autres régions du panel (Languedoc-Roussillon). Aucun brevet n est recensé dans les nanotechnologies. En 2005, les dépenses totales de R&D s élèvent à 542 millions d en. Elles sont bien inférieures aux dépenses enregistrées en Gelderland, Hannover, Languedoc-Roussillon, Freiburg ou Oslo og Akershus. La atteste d un certain équilibre entre les dépenses privées de R&D (46%) et les dépenses publiques (54%). Elle est proche en cela des régions de North-East (England), de Frioul-Vénétie Julienne et de Overrijssel. Le profil lorrain est en revanche très différent de ceux de la Franche-Comté et de Sor-Ostlandet caractérisés par une prédominance des dépenses privées. On peut trouver ici une première explication à la densité technologique plus faible de la et une distinction par rapport au Pays Basque espagnol qui ne montre pas une meilleure densité technologique malgré des dépenses de R&D plus orientées vers le privé. Dépenses totales de R&D en 2005 (en millions d euros) Répartition des emplois selon l intensité technologique du secteur en 2005 Source : Eurostat Les relations science industrie sont considérées aujourd hui comme un levier majeur de l innovation. Les coopérations entre la recherche académique et l industrie peuvent prendre forme dans le cadre des contrats CIFRE (Convention Industrielle de Formation par la Recherche). Les contrats CIFRE consistent en la réalisation d une thèse par un étudiant en partenariat avec une entreprise et un laboratoire de recherche public. C est avec l Ile de France que la collabore le plus. La collaboration avec la région parisienne représente 33% des contrats CIFRE lorrains. Ce sont plus souvent les laboratoires de qui coopèrent avec les entreprises d Ile de France (62 contrats) que l inverse (13 contrats). Par ailleurs, près de 14% des contrats CIFRE sont conclus avec Rhône-Alpes et près de 5% avec l Alsace. Au total, 60 contrats CIFRE ont été conclus entre des laboratoires et des entreprises de la. L analyse de la connectivité intra-régionale montre que les partenariats se concentrent autour de la Meurthe et Moselle : - 45% des contrats de la région se font entre acteurs de ce département (soit 27 contrats). Cette part s élève à % pour la Moselle et 8% pour les Vosges. - Les échanges inter-départementaux se caractérisent par des laboratoires de Meurthe-et-Moselle qui travaillent avec des entreprises de Moselle et des Vosges. Il existe d autres flux entre les différents départements mais ceux-ci ne sont pas significatifs. intra et inter départementaux (des laboratoires vers les entreprises) en sur la période les dépenses de R&D Source :OCDE Répartition par secteur des dépenses de R&D en 2005 Nombre de contrat intra-départementau 1 Meuse Moselle 0 En termes de ressources humaines en science et technique, la montre une évolution plus positive. En effet, ses ressources augmentent sur les deux périodes (22% en moyenne) malgré le recul des brevets en seconde période. Parmi les régions de comparaison, Freiburg, Gelderland, Languedoc Roussillon, Pays Basque espagnol et Oberjissel ont fortement augmenté leur potentiel de ressources humaines en science et technique sur la période, rattrapant ainsi largement le retard qu elles avaient en 1995 sur les régions les mieux placées (Freiburg, Hannover et Thuringen). Le rattrapage ne s opère cependant pas encore sur les dépôts de brevets car ces dernières régions connaissent une croissance encore très forte de leurs dépôts de brevets malgré la croissance ralentie de leurs ressources humaines en science et technique. Meurthe-et-Moselle Nombre de contrats inter-départementaux 50 contrats Vosges contrats 5 contrats Seuil : nombre de contrats Exemple de lecture: 75 contrats ont été conclus entre la région et l Ile de France. Parmi ces 75 contrats, 83% ont été passés entre des laboratoires de la et des entreprises d Ile de France. Inversement, 17% des contrats ont donc été conclus entre des entreprises de la et des laboratoires d Ile de France. Evolution des Ressources Humaines en S&T et du nombre de brevets entre 1995 et 2005 intrarégionaux et interrégionaux (des laboratoires vers les entreprises) pour la période Source : Eurostat, Ministère de la recherche pour la France 38% des emplois de la sont dans les services intensifs en savoir et 8% dans l industrie Au regard du profil des autres régions du panel, il s agit d un profil intermédiaire. Certaines régions se distinguent nettement par une proportion assez élevée des emplois dans l industrie de haute et moyenne technologie comme Freiburg (avec 16% des emplois) la Franche-Comté (15%), kassel (12%) et FrioulVénétie Julienne (12%). A l inverse, d autres régions se démarquent par une forte proportion dans les services intensifs en connaissance comme Oslo og Akershus, Sor-Ostlandet, Gelderland, North-East et le Languedoc-Roussillon. Enfin, des régions comme Castille-et-Leon et la Lettonie enregistrent un faible poids à la fois dans les services intensifs en connaissance et l industrie les RHST intrarégionaux interrégionaux : de la région où est localisé le laboratoire vers la région où se situe l entreprise Au regard de son groupe de comparaison la ne dispose pas d un potentiel de ressources technologiques très élevé et ce potentiel n est que faiblement orienté vers la production de brevets. L aspect le plus inquiétant cependant réside surtout dans le faible dynamisme repéré entre 1995 et 2005 dans cette région, qui non seulement n est pas engagée dans un processus de rattrapage mais surtout se voit distancer par un nombre non négligeable de régions ayant au contraire consenti des efforts importants pour accroître leurs ressources technologiques sur la même période. Seules les relations de contrats et plus sont représentées CREUSET, 2007 Source: ANRT, 2007

4 Spécialisation technologique, dépenses de R&D et intensité technologique des emplois Nombre de brevets européens par domaine technologique en 2004 en et niveau de spécialisation (par rapport au panel) Les relations science-industrie Trajectoires technologiques La spécialisation technologique de la est concentrée sur la mécanique et les techniques industrielles. Ce sont aussi dans ces deux domaines que le nombre de brevets déposés est le plus élevé. L éclairage/chauffage, la métallurgie, les activités rurales et le papier sont également des spécialités de la région mais avec un volume de brevets déposés moindre. Au sein de cette région, le domaine des TIC est moins bien représenté dans les dépôts de brevets qu au niveau du panel. Dans certaines régions du panel, la part des TIC peut être assez importante comme Oslo Og Akershus (37%), Thuringen, Languedoc-Roussillon et Hannover (30% à 34%). Les trajectoires technologiques du groupe de la montrent des dynamiques croissantes pour la majorité des régions mais à des niveaux et des vitesses différents. En revanche, la fait partie des deux seules régions (avec l Auvergne) où le nombre de brevets déposés a reculé entre 2000 et 2005 après avoir progressé entre 1995 et En ce qui concerne, les dépenses de R&D privées, elles ont baissé légèrement en première période pour reprendre une très légère croissance ensuite. Ce faible dynamisme contraste avec les trajectoires de forte croissance observées dans un grand nombre de régions du panel. Hannover et Freiburg, régions déjà dominantes, accentuent leur écart. D autres régions, qui avaient une position moins favorable que la en 1995, connaissent un fort dynamisme qui se traduit par un rattrapage voire un dépassement (Sor-Ostlandet, Kassel, Languedoc-Roussillon notamment). La région de Thuringen qui était proche de la en 1995 a également connu une forte croissance des dépenses de R&D privées et des brevets tandis que les efforts récents réalisés par Pays Basque sur les dépenses de R&D ne se traduisent pas encore très fortement sur la croissance des dépôts de brevets. L analyse des contrats CIFRE constitue ainsi une des mesures possibles, parmi d autres, des relations science industrie. En revanche, le caractère purement français de cette procédure ne permet pas de procéder à des comparaisons avec d autres territoires européens. La est donc placée ici dans son contexte national. Evolution des dépenses de R&D privées et du nombre de brevets entre 1995 et 2005 La part des TIC, des biotechnologies et des nanotechnologies dans le total des brevets. Entre 2001 et 2006, 225 contrats CIFRE ont été conclus par des entreprises et/ou des laboratoires de la, ce qui positionne cette région à la 9ème place, juste avant les Pays de la Loire (220 contrats) et après le LanguedocRoussillon (236). Source : Eurostat / calcul hors Norvège et Pologne La situation est similaire pour les biotechnologies. Elles sont également sous-représentées en par rapport à d autres régions du panel (Languedoc-Roussillon). Aucun brevet n est recensé dans les nanotechnologies. En 2005, les dépenses totales de R&D s élèvent à 542 millions d en. Elles sont bien inférieures aux dépenses enregistrées en Gelderland, Hannover, Languedoc-Roussillon, Freiburg ou Oslo og Akershus. La atteste d un certain équilibre entre les dépenses privées de R&D (46%) et les dépenses publiques (54%). Elle est proche en cela des régions de North-East (England), de Frioul-Vénétie Julienne et de Overrijssel. Le profil lorrain est en revanche très différent de ceux de la Franche-Comté et de Sor-Ostlandet caractérisés par une prédominance des dépenses privées. On peut trouver ici une première explication à la densité technologique plus faible de la et une distinction par rapport au Pays Basque espagnol qui ne montre pas une meilleure densité technologique malgré des dépenses de R&D plus orientées vers le privé. Dépenses totales de R&D en 2005 (en millions d euros) Répartition des emplois selon l intensité technologique du secteur en 2005 Source : Eurostat Les relations science industrie sont considérées aujourd hui comme un levier majeur de l innovation. Les coopérations entre la recherche académique et l industrie peuvent prendre forme dans le cadre des contrats CIFRE (Convention Industrielle de Formation par la Recherche). Les contrats CIFRE consistent en la réalisation d une thèse par un étudiant en partenariat avec une entreprise et un laboratoire de recherche public. C est avec l Ile de France que la collabore le plus. La collaboration avec la région parisienne représente 33% des contrats CIFRE lorrains. Ce sont plus souvent les laboratoires de qui coopèrent avec les entreprises d Ile de France (62 contrats) que l inverse (13 contrats). Par ailleurs, près de 14% des contrats CIFRE sont conclus avec Rhône-Alpes et près de 5% avec l Alsace. Au total, 60 contrats CIFRE ont été conclus entre des laboratoires et des entreprises de la. L analyse de la connectivité intra-régionale montre que les partenariats se concentrent autour de la Meurthe et Moselle : - 45% des contrats de la région se font entre acteurs de ce département (soit 27 contrats). Cette part s élève à % pour la Moselle et 8% pour les Vosges. - Les échanges inter-départementaux se caractérisent par des laboratoires de Meurthe-et-Moselle qui travaillent avec des entreprises de Moselle et des Vosges. Il existe d autres flux entre les différents départements mais ceux-ci ne sont pas significatifs. intra et inter départementaux (des laboratoires vers les entreprises) en sur la période les dépenses de R&D Source :OCDE Répartition par secteur des dépenses de R&D en 2005 Nombre de contrat intra-départementau 1 Meuse Moselle 0 En termes de ressources humaines en science et technique, la montre une évolution plus positive. En effet, ses ressources augmentent sur les deux périodes (22% en moyenne) malgré le recul des brevets en seconde période. Parmi les régions de comparaison, Freiburg, Gelderland, Languedoc Roussillon, Pays Basque espagnol et Oberjissel ont fortement augmenté leur potentiel de ressources humaines en science et technique sur la période, rattrapant ainsi largement le retard qu elles avaient en 1995 sur les régions les mieux placées (Freiburg, Hannover et Thuringen). Le rattrapage ne s opère cependant pas encore sur les dépôts de brevets car ces dernières régions connaissent une croissance encore très forte de leurs dépôts de brevets malgré la croissance ralentie de leurs ressources humaines en science et technique. Meurthe-et-Moselle Nombre de contrats inter-départementaux 50 contrats Vosges contrats 5 contrats Seuil : nombre de contrats Exemple de lecture: 75 contrats ont été conclus entre la région et l Ile de France. Parmi ces 75 contrats, 83% ont été passés entre des laboratoires de la et des entreprises d Ile de France. Inversement, 17% des contrats ont donc été conclus entre des entreprises de la et des laboratoires d Ile de France. Evolution des Ressources Humaines en S&T et du nombre de brevets entre 1995 et 2005 intrarégionaux et interrégionaux (des laboratoires vers les entreprises) pour la période Source : Eurostat, Ministère de la recherche pour la France 38% des emplois de la sont dans les services intensifs en savoir et 8% dans l industrie Au regard du profil des autres régions du panel, il s agit d un profil intermédiaire. Certaines régions se distinguent nettement par une proportion assez élevée des emplois dans l industrie de haute et moyenne technologie comme Freiburg (avec 16% des emplois) la Franche-Comté (15%), kassel (12%) et FrioulVénétie Julienne (12%). A l inverse, d autres régions se démarquent par une forte proportion dans les services intensifs en connaissance comme Oslo og Akershus, Sor-Ostlandet, Gelderland, North-East et le Languedoc-Roussillon. Enfin, des régions comme Castille-et-Leon et la Lettonie enregistrent un faible poids à la fois dans les services intensifs en connaissance et l industrie les RHST intrarégionaux interrégionaux : de la région où est localisé le laboratoire vers la région où se situe l entreprise Au regard de son groupe de comparaison la ne dispose pas d un potentiel de ressources technologiques très élevé et ce potentiel n est que faiblement orienté vers la production de brevets. L aspect le plus inquiétant cependant réside surtout dans le faible dynamisme repéré entre 1995 et 2005 dans cette région, qui non seulement n est pas engagée dans un processus de rattrapage mais surtout se voit distancer par un nombre non négligeable de régions ayant au contraire consenti des efforts importants pour accroître leurs ressources technologiques sur la même période. Seules les relations de contrats et plus sont représentées CREUSET, 2007 Source: ANRT, 2007

5 Spécialisation technologique, dépenses de R&D et intensité technologique des emplois Nombre de brevets européens par domaine technologique en 2004 en et niveau de spécialisation (par rapport au panel) Les relations science-industrie Trajectoires technologiques La spécialisation technologique de la est concentrée sur la mécanique et les techniques industrielles. Ce sont aussi dans ces deux domaines que le nombre de brevets déposés est le plus élevé. L éclairage/chauffage, la métallurgie, les activités rurales et le papier sont également des spécialités de la région mais avec un volume de brevets déposés moindre. Au sein de cette région, le domaine des TIC est moins bien représenté dans les dépôts de brevets qu au niveau du panel. Dans certaines régions du panel, la part des TIC peut être assez importante comme Oslo Og Akershus (37%), Thuringen, Languedoc-Roussillon et Hannover (30% à 34%). Les trajectoires technologiques du groupe de la montrent des dynamiques croissantes pour la majorité des régions mais à des niveaux et des vitesses différents. En revanche, la fait partie des deux seules régions (avec l Auvergne) où le nombre de brevets déposés a reculé entre 2000 et 2005 après avoir progressé entre 1995 et En ce qui concerne, les dépenses de R&D privées, elles ont baissé légèrement en première période pour reprendre une très légère croissance ensuite. Ce faible dynamisme contraste avec les trajectoires de forte croissance observées dans un grand nombre de régions du panel. Hannover et Freiburg, régions déjà dominantes, accentuent leur écart. D autres régions, qui avaient une position moins favorable que la en 1995, connaissent un fort dynamisme qui se traduit par un rattrapage voire un dépassement (Sor-Ostlandet, Kassel, Languedoc-Roussillon notamment). La région de Thuringen qui était proche de la en 1995 a également connu une forte croissance des dépenses de R&D privées et des brevets tandis que les efforts récents réalisés par Pays Basque sur les dépenses de R&D ne se traduisent pas encore très fortement sur la croissance des dépôts de brevets. L analyse des contrats CIFRE constitue ainsi une des mesures possibles, parmi d autres, des relations science industrie. En revanche, le caractère purement français de cette procédure ne permet pas de procéder à des comparaisons avec d autres territoires européens. La est donc placée ici dans son contexte national. Evolution des dépenses de R&D privées et du nombre de brevets entre 1995 et 2005 La part des TIC, des biotechnologies et des nanotechnologies dans le total des brevets. Entre 2001 et 2006, 225 contrats CIFRE ont été conclus par des entreprises et/ou des laboratoires de la, ce qui positionne cette région à la 9ème place, juste avant les Pays de la Loire (220 contrats) et après le LanguedocRoussillon (236). Source : Eurostat / calcul hors Norvège et Pologne La situation est similaire pour les biotechnologies. Elles sont également sous-représentées en par rapport à d autres régions du panel (Languedoc-Roussillon). Aucun brevet n est recensé dans les nanotechnologies. En 2005, les dépenses totales de R&D s élèvent à 542 millions d en. Elles sont bien inférieures aux dépenses enregistrées en Gelderland, Hannover, Languedoc-Roussillon, Freiburg ou Oslo og Akershus. La atteste d un certain équilibre entre les dépenses privées de R&D (46%) et les dépenses publiques (54%). Elle est proche en cela des régions de North-East (England), de Frioul-Vénétie Julienne et de Overrijssel. Le profil lorrain est en revanche très différent de ceux de la Franche-Comté et de Sor-Ostlandet caractérisés par une prédominance des dépenses privées. On peut trouver ici une première explication à la densité technologique plus faible de la et une distinction par rapport au Pays Basque espagnol qui ne montre pas une meilleure densité technologique malgré des dépenses de R&D plus orientées vers le privé. Dépenses totales de R&D en 2005 (en millions d euros) Répartition des emplois selon l intensité technologique du secteur en 2005 Source : Eurostat Les relations science industrie sont considérées aujourd hui comme un levier majeur de l innovation. Les coopérations entre la recherche académique et l industrie peuvent prendre forme dans le cadre des contrats CIFRE (Convention Industrielle de Formation par la Recherche). Les contrats CIFRE consistent en la réalisation d une thèse par un étudiant en partenariat avec une entreprise et un laboratoire de recherche public. C est avec l Ile de France que la collabore le plus. La collaboration avec la région parisienne représente 33% des contrats CIFRE lorrains. Ce sont plus souvent les laboratoires de qui coopèrent avec les entreprises d Ile de France (62 contrats) que l inverse (13 contrats). Par ailleurs, près de 14% des contrats CIFRE sont conclus avec Rhône-Alpes et près de 5% avec l Alsace. Au total, 60 contrats CIFRE ont été conclus entre des laboratoires et des entreprises de la. L analyse de la connectivité intra-régionale montre que les partenariats se concentrent autour de la Meurthe et Moselle : - 45% des contrats de la région se font entre acteurs de ce département (soit 27 contrats). Cette part s élève à % pour la Moselle et 8% pour les Vosges. - Les échanges inter-départementaux se caractérisent par des laboratoires de Meurthe-et-Moselle qui travaillent avec des entreprises de Moselle et des Vosges. Il existe d autres flux entre les différents départements mais ceux-ci ne sont pas significatifs. intra et inter départementaux (des laboratoires vers les entreprises) en sur la période les dépenses de R&D Source :OCDE Répartition par secteur des dépenses de R&D en 2005 Nombre de contrat intra-départementau 1 Meuse Moselle 0 En termes de ressources humaines en science et technique, la montre une évolution plus positive. En effet, ses ressources augmentent sur les deux périodes (22% en moyenne) malgré le recul des brevets en seconde période. Parmi les régions de comparaison, Freiburg, Gelderland, Languedoc Roussillon, Pays Basque espagnol et Oberjissel ont fortement augmenté leur potentiel de ressources humaines en science et technique sur la période, rattrapant ainsi largement le retard qu elles avaient en 1995 sur les régions les mieux placées (Freiburg, Hannover et Thuringen). Le rattrapage ne s opère cependant pas encore sur les dépôts de brevets car ces dernières régions connaissent une croissance encore très forte de leurs dépôts de brevets malgré la croissance ralentie de leurs ressources humaines en science et technique. Meurthe-et-Moselle Nombre de contrats inter-départementaux 50 contrats Vosges contrats 5 contrats Seuil : nombre de contrats Exemple de lecture: 75 contrats ont été conclus entre la région et l Ile de France. Parmi ces 75 contrats, 83% ont été passés entre des laboratoires de la et des entreprises d Ile de France. Inversement, 17% des contrats ont donc été conclus entre des entreprises de la et des laboratoires d Ile de France. Evolution des Ressources Humaines en S&T et du nombre de brevets entre 1995 et 2005 intrarégionaux et interrégionaux (des laboratoires vers les entreprises) pour la période Source : Eurostat, Ministère de la recherche pour la France 38% des emplois de la sont dans les services intensifs en savoir et 8% dans l industrie Au regard du profil des autres régions du panel, il s agit d un profil intermédiaire. Certaines régions se distinguent nettement par une proportion assez élevée des emplois dans l industrie de haute et moyenne technologie comme Freiburg (avec 16% des emplois) la Franche-Comté (15%), kassel (12%) et FrioulVénétie Julienne (12%). A l inverse, d autres régions se démarquent par une forte proportion dans les services intensifs en connaissance comme Oslo og Akershus, Sor-Ostlandet, Gelderland, North-East et le Languedoc-Roussillon. Enfin, des régions comme Castille-et-Leon et la Lettonie enregistrent un faible poids à la fois dans les services intensifs en connaissance et l industrie les RHST intrarégionaux interrégionaux : de la région où est localisé le laboratoire vers la région où se situe l entreprise Au regard de son groupe de comparaison la ne dispose pas d un potentiel de ressources technologiques très élevé et ce potentiel n est que faiblement orienté vers la production de brevets. L aspect le plus inquiétant cependant réside surtout dans le faible dynamisme repéré entre 1995 et 2005 dans cette région, qui non seulement n est pas engagée dans un processus de rattrapage mais surtout se voit distancer par un nombre non négligeable de régions ayant au contraire consenti des efforts importants pour accroître leurs ressources technologiques sur la même période. Seules les relations de contrats et plus sont représentées CREUSET, 2007 Source: ANRT, 2007

6 Le positionnement technologique de la Au sein du panel, la se positionne en 11ème position pour le nombre de brevets déposés en Son niveau de brevets est très proche de neuf régions notamment Kassel, Languedoc-Roussillon, Oslo Og Akershus, Auvergne et Pais Vasco. La région de Freiburg, avec une situation démographique assez proche de la, se distingue très largement par un niveau élevé de brevets, se traduisant ainsi par une intensité technologique forte (Nombre de brevets/ emplois). La Nombre de brevets déposés à l OEB en 2005 région d Hannover se positionne également bien au sein de ce panel, que ce soit en valeur absolue ou en brevets rapportés au nombre d emplois. Cette région, qui compte moins d emplois que la, enregistre un nombre bien plus élevé de brevets. En termes de brevets rapportés au nombre d emplois, la recule en effet à la 13ème place, et se situe sous la moyenne du groupe. Nombre de brevets déposés à l OEB en 2005 pour 000 emplois Champ géographique des données La Nomenclature d Unités Territoriales Statistiques (NUTS) a été utilisée ( home_regions_fr.html): - Les régions européennes NUTS2 pour la grande majorité - Les régions NUTS1 pour le Royaume-Uni, la Belgique et la Finlande - Les NUTS0 pour le Luxembourg, Malte, la Lituanie, la Lettonie, l Estonie, le Danemark, Chypre. Certains pays n ont pas été pris en compte du fait d un manque trop important de données : la Slovénie, la Roumanie, la Macédoine, le Liechtenstein, l Islande, la Croatie, la Suisse et la Bulgarie. La est comparée à 18 régions car deux régions font partie à la fois des régions les plus proches en termes démographiques et en terme de brevets. Données de brevets ou de brevets par emplois Les données utilisées concernent les demandes de brevets déposées à l Office Européen des Brevets pour les années 1995, 2000 et pour la majorité des pays ; Eurostat pour quelques exceptions avec des années légèrement différentes selon disponibilité*. les emplois Repères Positionnement technologique : - Au niveau européen : 85ème rang pour le nombre de brevets déposés et 7ème pour les dépôts rapportés au nombre d emplois - Au sein du panel : 11ème rang en terme de dépôts de brevets et 13ème pour les dépôts rapportés au nombre d emplois. Spécialisation technologique : - Au niveau européen : mécanique, métallurgie, éclairage/chauffage, techniques industrielles et activités rurales. - Au sein du panel : mécanique, métallurgie, éclairage/chauffage, techniques industrielles et activités rurales. Spécialisation technologique L indice de spécialisation : l indice de spécialisation permet de savoir si un domaine dans une région donnée est plutôt bien représenté ou non par rapport à un ensemble de régions. Par définition, la région est dite : - spécialisée dans un domaine si l indice est supérieur à 1,1, - dans la moyenne si l indice est compris entre 0,9 et 1,1, - sous-spécialisée si l indice est inférieur à 0,9. Source : Eurostat, année Les domaines ont été définis à partir d un regroupement des différentes classes de la Classification Internationale des Brevets ( int/classifications/ipc/fr/ipc_editions.html)., année 2005, pour la part des TIC, des biotechnologies et des nanotechnologies dans le total des brevets. Dépenses de R&D Les dépenses totales de R&D correspondent à la somme des dépenses réalisées dans les entreprises, le secteur public, l enseignement supérieur et le privé non marchand. Pour le Royaume-Uni, le privé non marchand n est pas pris en compte du fait de la non disponibilité des données mais ce secteur ne représente généralement qu une faible part des dépenses. Les dépenses privées de R&D sont celles des dépenses engagées par des entreprises. Les dépenses publiques regroupent les dépenses de l enseignement supérieur, du secteur public et du privé non marchand. Source : Eurostat sauf pour la France (Ministère de la Recherche). L année de référence est 2005 sauf exceptions selon disponibilité des données*. Les fiches élaborées par EuroLIO pour chacune des régions françaises ont pour objectif de les positionner au niveau européen en termes d innovations technologiques. Répartition des emplois selon l intensité technologique du secteur La source est celle d Eurostat pour l année L intensité technologique des emplois est définie à partir de la NACE à 3 chiffres (pour plus de précision, consulter : eurostat.ec.europa.eu/cache/ity_sdds/fr/reg_htec_ base.htm ) Le niveau d innovation est approché à l aide des données de brevets. Même si toutes les innovations ne sont pas brevetées, des études académiques ont montré que les brevets constituent un indicateur fiable de l innovation technologique. On s intéresse ici également aux déterminants de l innovation à savoir : les efforts consacrés aux activités de R&D, les ressources humaines en science et technique, la structuration sectorielle et technologique du tissu économique, l importance des coopérations science-industrie. Ressources humaines en science et technique Personnes qui ont soit achevé avec succès un cursus d enseignement de troisième cycle dans un domaine d étude S&T, soit exercent un emploi S&T à titre de spécialiste ou de technicien (Manuel de Canberra, OCDE, Paris, 1994). Source : Eurostat en 1995, 2000 et 2005 sauf exceptions*. Contrats CIFRE (Convention Industrielle de Formation par la Recherche) Source : ANRT - Ministère de la Recherche, période de 2001 à Localisation des régions européennes comparées à la * Pour plus de détails sur les exceptions voir la note méthodologique détaillée sur le site d EuroLIO : Complément d informations Dépenses de R&D : - Au niveau européen : 86ème rang; - Au sein du panel : ème rang avec 542 millions d en 2005 dont 54% de dépenses publiques. Sor-Ostlandet Oslo og Akershus Lettonie North East Overijssel Gelderland Note méthodologique détaillée consultable sur le site d EuroLIO : Pour plus de résultats sur les comparaisons entre régions françaises, voir le Rapport de l Observatoire des territoires de la DIACT 2008 La Documentation Française Trajectoires technologiques : Les dépenses de R&D ont peu progressé entre 1995 et 2005 ce qui s est traduit par un faible dynamisme en termes de brevets (légère augmentation entre 1995 et 2000 puis diminution entre 2000 et 2005). En revanche, les ressources humaines en science et technique ont bien progressé sans toutefois autoriser un processus de rattrapage. Relations science-industrie : 9ème position nationale en nombre de contrats CIFRE. Les collaborations avec l Ile de France, RhôneAlpes et l Alsace cumulent plus de la moitié des contrats de la région. La connectivité infra-régionale se concentre dans la Meurthe et Moselle, et entre les laboratoires de ce département et des entreprises de la Moselle et des Vosges. L innovation en Région Sources et Méthodologie Bâtiment de Hautes Technologies, 20 Rue Benoit Lauras Saint-Etienne Tél. +33 (0) Hannover Sachsen-Anhalt Kassel Thuringen Freiburg Lubelskie La est comparée aux régions européennes les plus proches en termes de population et d emplois et aux régions les plus proches en termes de brevets. Ce benchmarking permet ainsi de comparer La au panel de régions européennes qui lui ressemblent le plus. Franche-Comte Auvergne Pays Basque Espagnol Frioul-Venetie Julienne Languedoc-Roussillon Castille et Leon EuroLIO est soutenu par EuroLIO est cofinancé par l Union européenne. L Europe s engage en France avec le Fonds européen de développement régional. Septembre 2009

Repères. L innovation en Région. Nord-Pas de Calais. Le positionnement technologique du. Sources et Méthodologie. Nord-Pas de Calais

Repères. L innovation en Région. Nord-Pas de Calais. Le positionnement technologique du. Sources et Méthodologie. Nord-Pas de Calais Le positionnement technologique du En terme de nombre de brevets déposés, la région est en ème position au sein de son groupe de comparaison. Stuttgart et Darmstadt sont proches de en terme démographique

Plus en détail

Repères. L innovation en Région. Provence Alpes Côte d Azur. Le positionnement technologique de. Sources et Méthodologie. Provence Alpes Côte d Azur

Repères. L innovation en Région. Provence Alpes Côte d Azur. Le positionnement technologique de. Sources et Méthodologie. Provence Alpes Côte d Azur Le positionnement technologique de La région PACA a déposé 482 brevets en 2005. Elle se situe à un niveau largement inférieur à la moyenne des dépôts de brevets des territoires comparés (environ 678 brevets).

Plus en détail

Repères. L innovation en Région. Champagne-Ardenne. Le positionnement technologique de. Sources et Méthodologie. Champagne-Ardenne

Repères. L innovation en Région. Champagne-Ardenne. Le positionnement technologique de. Sources et Méthodologie. Champagne-Ardenne Le positionnement technologique de Avec moins de 100 brevets déposés en 2005, la région apparaît à un niveau assez faible au sein de son groupe. Le rapport entre ce nombre de brevets et l emploi dans la

Plus en détail

Repères. L innovation en Région Ile-de-France. Le positionnement technologique de l Ile-de-France. Sources et Méthodologie. Complément d informations

Repères. L innovation en Région Ile-de-France. Le positionnement technologique de l Ile-de-France. Sources et Méthodologie. Complément d informations Le positionnement technologique de l Ile-de-France L Ile de France arrive en tête des territoires comparés pour les dépôts de brevets européens. En revanche, quand on les rapporte au nombre d emplois,

Plus en détail

Repères. L innovation en Région. Rhône-Alpes. Le positionnement technologique de. Sources et Méthodologie. Rhône-Alpes. Complément d informations

Repères. L innovation en Région. Rhône-Alpes. Le positionnement technologique de. Sources et Méthodologie. Rhône-Alpes. Complément d informations Le positionnement technologique de Dans le panel étudié, se positionne à la 7ème place. Le nombre de brevets est proche de celui de Koln, de la Lombardie et de Dusseldorf. Considérant les brevets rapportés

Plus en détail

Repères. L innovation en Région. Basse-Normandie. Le positionnement technologique de la Basse-Normandie. Sources et Méthodologie

Repères. L innovation en Région. Basse-Normandie. Le positionnement technologique de la Basse-Normandie. Sources et Méthodologie Le positionnement technologique de la La arrive en 8ème position en termes de nombre de brevets (88 brevets), parmi les régions comparées. Rapporté au nombre d emplois, cet indicateur positionne la à la

Plus en détail

Le c o m m e r c e d e d é ta i l

Le c o m m e r c e d e d é ta i l Le c o m m e r c e d e d é ta i l d a n s l Un i o n Eu r o p é e n n e Le commerce de détail regroupe toutes les entreprises dont l activité principale est la revente (sans transformation) de biens neufs

Plus en détail

Tableau de bord de l Union de l innovation 2014

Tableau de bord de l Union de l innovation 2014 Tableau de bord de l Union de l innovation 2014 Le tableau de bord de l Union de l innovation pour la recherche et l innovation Synthèse Version FR Entreprises et industrie Synthèse Tableau de bord de

Plus en détail

Repères. L innovation en Région. Midi-Pyrénées. Le positionnement technologique de. Sources et Méthodologie. Midi-Pyrénées. Complément d informations

Repères. L innovation en Région. Midi-Pyrénées. Le positionnement technologique de. Sources et Méthodologie. Midi-Pyrénées. Complément d informations Le positionnement technologique de En, 355 brevets ont été déposés en 2005. Cela reste très en dessous de deux régions, NoordBrabant et Karlsruhe, qui se démarquent très nettement dans ce panel. Cela se

Plus en détail

Repères. L innovation en Région. Pays de la Loire. Le positionnement technologique de. Sources et Méthodologie. Pays de la Loire

Repères. L innovation en Région. Pays de la Loire. Le positionnement technologique de. Sources et Méthodologie. Pays de la Loire Le positionnement technologique de Avec 227 brevets déposés en 2005, la région Pays de la Loire arrive à la 12ème place au sein de son groupe de comparaison. En termes de nombre de brevets, elle est très

Plus en détail

RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT

RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT LE QUATRE PAGES INSEE AQUITAINE RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT EN AQUITAINE INSEE AQUITAINE INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES Souvent située à la 6 e place des régions métropolitaines,

Plus en détail

Tableau de bord de l Union de l innovation 2015 Synthèse Version FR

Tableau de bord de l Union de l innovation 2015 Synthèse Version FR Tableau de bord de l Union de l innovation 2015 Synthèse Version FR Marché intérieur, industrie, entrepreneuriat et PME SYNTHÈSE Tableau de bord de l Union de l innovation 2015: la performance en matière

Plus en détail

Analyse statistique 2014

Analyse statistique 2014 Analyse statistique 214 Janvier 215 CEDH - Analyse statistique 214 Table des matières Évolution des statistiques de la Cour en 214... 4 A. Nombre de nouvelles requêtes... 4 B. Affaires clôturées par une

Plus en détail

information Les stages effectués dans les universités en 2011-2012 note d 14.02 Enseignement supérieur & Recherche AVRIL

information Les stages effectués dans les universités en 2011-2012 note d 14.02 Enseignement supérieur & Recherche AVRIL note d information Enseignement supérieur & Recherche 14.02 AVRIL En 2011-2012, sur 990 000 étudiants inscrits en formation initiale en licence, master, formations d ingénieurs et instituts universitaires

Plus en détail

Panorama du marché du Crédit à la consommation en Europe en 2013

Panorama du marché du Crédit à la consommation en Europe en 2013 Panorama du marché du Crédit à la consommation en Europe en 2013 Pour la 7 ème année consécutive, Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du marché du crédit à la consommation

Plus en détail

Les marchés européens du crédit immobilier en 2015 et la place de la France dans ce marché

Les marchés européens du crédit immobilier en 2015 et la place de la France dans ce marché Les marchés européens du crédit immobilier en 2015 et la place de la France dans ce marché Point presse Crédit Foncier Nicolas Pécourt Directeur Communication externe et RSE 24 Mai 2016 Plan de présentation

Plus en détail

L automobile dans l espace européen et français

L automobile dans l espace européen et français L automobile dans l espace européen et français Fin 2004, l industrie automobile emploie 2,54 millions de salariés 1 dans l Union européenne des 25. Ces salariés se répartissent pour 1,12 million dans

Plus en détail

PISA 2009 Results: What Students Know and Can Do (Volume I)

PISA 2009 Results: What Students Know and Can Do (Volume I) PISA 2009 Results: What Students Know and Can Do (Volume I) Summary in English Résultats du PISA 2009 : Savoirs et savoir-faire des élèves : Performance des élèves en compréhension de l'écrit, en mathématiques

Plus en détail

Eclairage sur les enjeux des négociations salariales dans le secteur du transport routier de marchandises

Eclairage sur les enjeux des négociations salariales dans le secteur du transport routier de marchandises Publication Asterès 29 janvier 15 Eclairage sur les enjeux des négociations salariales dans le secteur du transport routier de marchandises Description de la note : Au premier semestre 13, le cabinet d

Plus en détail

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr En 2008, la baisse du nombre d exportateurs engagée depuis 2003 s accentue (-3,1 %), quelle que soit

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises)

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises) 15/2015-21 janvier 2015 Enquête communautaire sur l innovation 2012 La proportion d entreprises innovantes est passée sous la barre des 50% dans l UE en 2010-2012 Les innovations liées à l organisation

Plus en détail

Paris, le 23 mars 2012. Objet : Bilan du concours EPSO 2011

Paris, le 23 mars 2012. Objet : Bilan du concours EPSO 2011 SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DES AFFAIRES EUROPÉENNES Secteur : Présence et influence françaises dans les institutions européennes Affaire suivie par : Pierre HOUPIKIAN Rédacteur : Sébastien LAVOIL REPRESENTATION

Plus en détail

UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013?

UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013? ACTUALITÉS EUROPÉENNES n 49 janvier 2012 UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013? par Pierre Verluise, Directeur de recherche à l IRIS, Directeur du site géopolitique www.diploweb.com

Plus en détail

Les échanges extérieurs agricoles et agroalimentaires de l Union européenne

Les échanges extérieurs agricoles et agroalimentaires de l Union européenne Les échanges extérieurs agricoles et agroalimentaires de l Union européenne Guillaume Wemelbeke* Depuis la crise survenue à la fin 2008, la production européenne de produits agricoles et agroalimentaires

Plus en détail

L emploi salarié associatif dans l arrondissement de Lille en 2007

L emploi salarié associatif dans l arrondissement de Lille en 2007 L emploi salarié associatif dans l arrondissement de Lille en 2007 SOMMAIRE Introduction... 5 Méthodologie... 6 Le paysage associatif dans l arrondissement de Lille... 7 Le secteur «Santé et action sociale»...

Plus en détail

démographiques et économiques

démographiques et économiques 1 - Les grandes tendances des dynamiques démographiques et économiques 1. Concentration de la population et de l activité économique dans les régions du Sud et de l Ouest La population française a augmenté

Plus en détail

Le tourisme urbain dans l hôtellerie française Un poids de plus en plus important

Le tourisme urbain dans l hôtellerie française Un poids de plus en plus important Direction du Tourisme Département de la stratégie, de la prospective, de l évaluation et des statistiques N 2008-6 Le tourisme urbain dans l hôtellerie française Un poids de plus en plus important En 2007,

Plus en détail

information Les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l Australie, la France et l Allemagne, principaux pays d accueil des étudiants mobiles

information Les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l Australie, la France et l Allemagne, principaux pays d accueil des étudiants mobiles note d information Enseignement supérieur & Recherche 16.03 JUIN En 2012-2013, dans la zone OCDE, près de 3 millions d étudiants sont scolarisés en dehors de leur pays d origine. La mobilité internationale

Plus en détail

Le système d éducation secondaire luxembourgeois : une analyse coûts/bénéfices

Le système d éducation secondaire luxembourgeois : une analyse coûts/bénéfices CHAMBRE DE COMMERCE LUXEMBOURG Actualité & tendances n 16 Le système d éducation secondaire luxembourgeois : une analyse coûts/bénéfices 20 octobre 2014 1 CHAMBRE DE COMMERCE LUXEMBOURG Sommaire 1. Actualité

Plus en détail

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical Aile profession libérale de l Union des classes moyennes Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical PL statistiques2010 BD20111114 I. Travailleurs

Plus en détail

Le prix de l électricité à usage domestique a augmenté de 2,9% dans l UE en 2014 Union européenne Bulgarie Danemark Roumanie Suède Eurostat

Le prix de l électricité à usage domestique a augmenté de 2,9% dans l UE en 2014 Union européenne Bulgarie Danemark Roumanie Suède Eurostat 92/2015-27 mai 2015 Prix de l énergie dans l UE Le prix de l électricité à usage domestique a augmenté de 2,9% dans l UE en 2014 Le prix du gaz en hausse de 2,0% dans l UE Dans l Union européenne (UE),

Plus en détail

Dares Analyses. Emploi et chômage des 15-29 ans en 2012. publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

Dares Analyses. Emploi et chômage des 15-29 ans en 2012. publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses novembre 13 N 73 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Emploi et chômage des 15-29 ans en 53,7 % des jeunes âgés de 15 à 29 ans sont

Plus en détail

Médecins. La santé observée. dans les Pays de la Loire

Médecins. La santé observée. dans les Pays de la Loire Observatoire régional de la santé des Pays de la Loire Mars 2015 www.santepaysdelaloire.com La santé observée dans les Pays de la Loire Médecins L'essentiel Au 1er janvier 2014, la France compte 219 800

Plus en détail

6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE

6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE 6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE Le tourisme international en France - 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGE-Banque de France auprès des visiteurs venant

Plus en détail

DÉPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL (2001-2011) Évolution de l utilisation des modes de transport dans la région métropolitaine de Montréal

DÉPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL (2001-2011) Évolution de l utilisation des modes de transport dans la région métropolitaine de Montréal Veille stratégique métropolitaine DÉPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL (2001-2011) Évolution de l utilisation des modes de transport dans la région métropolitaine de Montréal par Jean-François Marchand, urbaniste

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DE LA PROFESSION DE CHIRURGIEN-DENTISTE EN REGION RHONE-ALPES OCTOBRE 2013

ETAT DES LIEUX DE LA PROFESSION DE CHIRURGIEN-DENTISTE EN REGION RHONE-ALPES OCTOBRE 2013 Service émetteur : Direction de l efficience de l offre de soins Professionnels de santé, Bureau du comité régional de l ONDPS Affaire suivie par : Mireille ALONSO Amandine ROUSSEL Jean-Louis COTART Courriel

Plus en détail

REPÈRES ÉCONOMIQUES. Population des entreprises : 23 450 entreprises en 2006 2008-4. Valérie Deroin * SUR LE SECTEUR DES INDUSTRIES CULTURELLES

REPÈRES ÉCONOMIQUES. Population des entreprises : 23 450 entreprises en 2006 2008-4. Valérie Deroin * SUR LE SECTEUR DES INDUSTRIES CULTURELLES culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 7533 Paris cedex 1 1 4 15 79

Plus en détail

L effort de recherche par région

L effort de recherche par région Thème : Société de la connaissance et développement économique et social Orientation : Encourager des formes de compétitivité pour une croissance durable L effort de recherche par région La recherche-développement

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 1 au 14 mars 214 n 153 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en janvier 214 : +,7% sur un mois, +,4% en moyenne mobile sur trois mois 2. Balance commerciale en janvier 214

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGCIS-Banque de France auprès des visiteurs venant de l étranger

Plus en détail

La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines dont le pôle

La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines dont le pôle N 18 Septembre 20 Les grandes aires urbaines d ACAL : la croissance démographique tirée par les couronnes des grands pôles La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines

Plus en détail

FRANCE. PISA 2012 : Faits marquants. Performance en mathématiques. Performance en compréhension de l écrit et en sciences

FRANCE. PISA 2012 : Faits marquants. Performance en mathématiques. Performance en compréhension de l écrit et en sciences FRANCE PISA 2012 : Faits marquants Performance en mathématiques La performance des élèves de 15 ans en mathématiques se situe en France au niveau de la moyenne des pays de l OCDE, avec un score de 495

Plus en détail

Les emplois salariés vacants en Belgique

Les emplois salariés vacants en Belgique 1 Les emplois salariés vacants en Belgique Les emplois salariés vacants en Belgique 1. Les emplois salariés vacants dans le secteur marchand principalement En 2013, 2,6 % des emplois salariés étaient vacants

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête Dgcis - Banque de France auprès des visiteurs venant de l

Plus en détail

L emploi régional en 2010 : effets structurels et dynamisme

L emploi régional en 2010 : effets structurels et dynamisme DIRECTION ETUDES, STATISTIQUES ET PRÉVISIONS L emploi régional en 2010 : effets structurels et dynamisme 4 janvier 2012 Principe Cette étude relative au dynamisme des régions repose sur un modèle explicatif

Plus en détail

pour l économie du Languedoc-Roussillon

pour l économie du Languedoc-Roussillon LANGUEDOC ROUSSILLON pour l économie du Languedoc-Roussillon N 5 - Juin 2007 Les technologies de l information et de la communication L emploi salarié progresse fortement en Languedoc-Roussillon dans les

Plus en détail

DIRECTION DU TOURISME

DIRECTION DU TOURISME LA CLIENTELE TOURISTIQUE ALLEMANDE EN LANGUEDOC- ROUSSILLON DIRECTION DU TOURISME DONNEES GENERALES Données économiques et touristiques Population globale : 82,1 millions d habitants Densité de population

Plus en détail

338 465 créations d entreprises au premier semestre 2010

338 465 créations d entreprises au premier semestre 2010 LA CRÉATION D ENTREPRISES EN FRANCE AU PREMIER SEMESTRE 2010 338 465 créations d entreprises au premier Un nombre record de créations d entreprises a été enregistré en France durant le premier avec 338

Plus en détail

Panorama du marché hôtelier parisien

Panorama du marché hôtelier parisien OFFICE DU TOURISME ET DES CONGRÈS DE PARIS, AOUT 215 1 Sommaire Introduction..... 3 1. Evolution du nombre d hôtels à Paris par catégorie depuis 199.. 4 Un besoin de chambres supplémentaires en 22...5

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004

OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004 OBSERVATOIRE DU COMMERCE EXTERIEUR Données 2004 DIRECTION DE L'EXPANSION ECONOMIQUE DIVISION DES STATISTIQUES ET DES ETUDES ECONOMIQUES SOMMAIRE Pages PREAMBULE 1 CHAPITRE n 1 - LES RESULTATS ANNUELS 3

Plus en détail

Radio et télévision 15 %

Radio et télévision 15 % culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

Les Échanges. Internationaux. de l Aquitaine

Les Échanges. Internationaux. de l Aquitaine Les Échanges Internationaux de l Aquitaine en 2009 2009 : Tendances et faits marquants Baisse généralisée des exportations et importations Exportations Importations Aquitaine Valeur 2009 12 083 9 664 Evolution

Plus en détail

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable NOTE DE SYNTHÈSE 15 Note de synthèse Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable Par la mise en place de pratiques productives efficientes et le développement

Plus en détail

Le financement public de la recherche-développement dans les principaux pays

Le financement public de la recherche-développement dans les principaux pays ISSN 1286-9392 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE et MINISTÈRE DE LA RECHERCHE00.47 NOVEMBRE En 1998, les États de la zone OCDE financent un tiers de la dépense intérieure de recherche et développement.

Plus en détail

à la Consommation en Europe

à la Consommation en Europe Le Marché du Crédit à la Consommation en Europe Une étude SOFINCO Novembre 2007 Evry, le 29 novembre 2007 - Nicolas Pécourt 1 Le crédit à la consommation en Europe Périmètre Cette étude est un complément

Plus en détail

Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi?

Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Indicateur Dans quelle mesure le niveau de formation affecte-t-il le taux d emploi? Dans tous les pays de l, les diplômés de l enseignement tertiaire ont plus de chances de travailler que ceux qui ne le

Plus en détail

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque 168/2014-4 Novembre 2014 Risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'ue28 Plus de 120 millions de personnes menacées de pauvreté ou d exclusion sociale en 2013 Soit près d une personne sur quatre

Plus en détail

WORKING PAPER COLLECTION : COHÉSION SOCIALE ET ÉCONOMIE SOCIALE

WORKING PAPER COLLECTION : COHÉSION SOCIALE ET ÉCONOMIE SOCIALE THINK TANK EUROPÉEN POUR LA SOLIDARITÉ WORKING PAPER COLLECTION : COHÉSION SOCIALE ET ÉCONOMIE SOCIALE L ENTREPRISE SOCIALE : ÉLÉMENTS CONCEPTUELS ET DE COMPRÉHENSION DENIS STOKKINK, DÉCEMBRE 2006 Think

Plus en détail

Droits de propriété intellectuelle et résultats des entreprises en Europe Une analyse économique

Droits de propriété intellectuelle et résultats des entreprises en Europe Une analyse économique Droits de propriété intellectuelle et résultats des entreprises en Europe Une analyse économique Rapport d analyse au niveau des entreprises, Juin 2015 RESUME Droits de propriété intellectuelle et résultats

Plus en détail

25/2015-9 février 2015. Consommation intérieure brute d énergie dans l UE (en millions de tonnes équivalent pétrole, Mtep)

25/2015-9 février 2015. Consommation intérieure brute d énergie dans l UE (en millions de tonnes équivalent pétrole, Mtep) 25/2015-9 février 2015 Production et consommation d énergie en 2013 La consommation d énergie dans l UE est revenue à son niveau du début des années 1990 Dépendance énergétique de l UE à 53% En 2013, la

Plus en détail

Indicateurs Science et Technologie (S -T) en Suisse

Indicateurs Science et Technologie (S -T) en Suisse Indicateurs Science et Technologie (S -T) en Suisse Neuchâtel, 2005 Doctorats Les nouveaux docteurs en sciences exactes et naturelles et sciences techniques représentent des ressources humaines hautement

Plus en détail

Les Salles Art et Essai

Les Salles Art et Essai Les Salles Art et Essai octobre 2006 Centre National de la Cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective 12, rue de Lübeck 75784 Paris cedex 16 Tél : 01.44.34.38.26 Fax : 01.44.34.34.55

Plus en détail

Eurobaromètre Flash 345 ACCESSIBILITE RÉSUMÉ

Eurobaromètre Flash 345 ACCESSIBILITE RÉSUMÉ Eurobaromètre Flash 345 ACCESSIBILITE RÉSUMÉ Terrain : Mars 2012 Publication : Décembre 2012 Cette étude a été commandée par la Commission européenne, Direction générale de la justice et coordonnée par

Plus en détail

Quand l'école est finie

Quand l'école est finie n 34 - janvier 2006 Quand l'école est finie en Franche-Comté L insertion des jeunes de la génération 2001 formés en Franche-Comté - synthèse L'étude exhaustive, réalisée par le Cereq, est téléchargeable

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont stabilisés pour à

Plus en détail

La lettre d Information des Français de l Étranger. Les trimestres pour enfants. Présentation

La lettre d Information des Français de l Étranger. Les trimestres pour enfants. Présentation La lettre d Information des Français de l Étranger La lettre du département des Relations internationales et de la coordination de la Cnav I SEPTEMBRE/OCTOBRE 200 I Les trimestres pour enfants Auparavant

Plus en détail

Filières laitières. beurre / crème / fromages / Les cahiers de FranceAgriMer 2009 / Données statistiques / ÉLEVAGE. /33

Filières laitières. beurre / crème / fromages / Les cahiers de FranceAgriMer 2009 / Données statistiques / ÉLEVAGE. /33 beurre / crème / fromages / cheptel / collecte / consommation vaches / brebis / chèvres / échanges produits laitiers / France/Europe/Monde Les cahiers de FranceAgriMer 29 / Données statistiques / ÉLEVAGE.

Plus en détail

questions Indicateurs sociaux défavorables Population périurbaine* 22,9 % - - - 2 Urbain aisé 8,8 % - - - - 23,7 % - - 10,3 % + - 12,1 % ++ +

questions Indicateurs sociaux défavorables Population périurbaine* 22,9 % - - - 2 Urbain aisé 8,8 % - - - - 23,7 % - - 10,3 % + - 12,1 % ++ + Bulletin d information en économie de la santée questions d économie de la santé analyse Re pè res Ce travail s intègre dans le cadre de nombreux travaux méthodologiques réalisés actuellement sur la démographie

Plus en détail

Développement des ressources humaines

Développement des ressources humaines Développement des ressources humaines Comme il a été dit plus haut, la compétitivité d une économie dépend non seulement de son capital matériel mais aussi des connaissances que possèdent ses entrepreneurs

Plus en détail

Évolution des exportations et importations de biens de l UE avec la Chine, 2004-2014 (en milliards d euros)

Évolution des exportations et importations de biens de l UE avec la Chine, 2004-2014 (en milliards d euros) 116/2015-26 juin 2015 Sommet Union européenne Chine Hausse significative du commerce de biens et de services de l UE avec la Chine en 2014 Déficit de l UE pour les échanges de biens, excédent pour les

Plus en détail

PRATIQUES DE FORMATION JUILLET 2015

PRATIQUES DE FORMATION JUILLET 2015 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUILLET 2015 L effort de formation des entreprises du secteur privé en 2013 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

Un risque de perte d emploi plus élevé

Un risque de perte d emploi plus élevé N 25 Septembre 1999 Un risque de perte d emploi plus élevé en Languedoc-Roussillon En Languedoc-Roussillon, le risque de perdre son emploi dans l année est de 7 %. Il est supérieur de deux points à celui

Plus en détail

LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE

LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE 6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE 109 Le tourisme international en France - 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGE-Banque de France auprès des visiteurs

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

Formes particulières d emploi : Contrats temporaires et temps partiel

Formes particulières d emploi : Contrats temporaires et temps partiel COE Séance du 17 décembre 2013 Formes particulières d emploi : Contrats temporaires et temps partiel Antoine Magnier DARES 1 Plan I. Stock et flux de CDD et missions d intérim Part des contrats temporaires

Plus en détail

Pourquoi la France gagnerait financièrement à ne PAS ratifier le Protocole de Londres?

Pourquoi la France gagnerait financièrement à ne PAS ratifier le Protocole de Londres? Pourquoi la France gagnerait financièrement à ne PAS ratifier le Protocole de Londres? Eléments de réflexion dans le cadre du projet de loi N 151 visant à ratifier le Protocole de Londres proposés par

Plus en détail

Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose, s adresser à :

Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose, s adresser à : Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose, s adresser à : Institut de la statistique du Québec 200, chemin Sainte-Foy Québec (Québec) G1R 5T4 Téléphone : (418)

Plus en détail

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations n octobre 2012 Le mot de l Observatoire Combien de pauvres en France? Répondant à cette question lors de la publication de son rapport en mars 2012, l ONPES délivrait des données statistiques qui, prises

Plus en détail

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIAL EUROPÉEN ET AU COMITÉ DES RÉGIONS

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIAL EUROPÉEN ET AU COMITÉ DES RÉGIONS COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 17.6.2011 COM(2011) 352 final RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN, AU CONSEIL, AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET SOCIAL EUROPÉEN ET AU COMITÉ DES RÉGIONS Deuxième rapport

Plus en détail

En Bourgogne, en 2005, 55 700 entreprises

En Bourgogne, en 2005, 55 700 entreprises Les Très Petites Entreprises en Bourgogne un rôle économique à conforter Le profil des 55 700 TPE (Très Petites Entreprises comptant moins de 20 salariés) de Bourgogne est très diversifié : commerce, médecin,

Plus en détail

SOUS-PARTIE III L UNION EUROPÉENNE COMPARÉE AUX ÉTATS-UNIS, AU JAPON ET À LA CHINE

SOUS-PARTIE III L UNION EUROPÉENNE COMPARÉE AUX ÉTATS-UNIS, AU JAPON ET À LA CHINE L UNION EUROPÉENNE COMPARÉE AUX ÉTATS-UNIS, AU JAPON ET À LA CHINE L ESPACE EUROPÉEN LES DÉPENSES DE R&D SOUS-PARTIE III L UNION EUROPÉENNE COMPARÉE AUX ÉTATS-UNIS, AU JAPON ET À LA CHINE CHAPITRE 1. LES

Plus en détail

Après deux années de repli, le nombre de nouveaux

Après deux années de repli, le nombre de nouveaux MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Après deux années de repli, le nombre de nouveaux contrats d apprentissage progresse en Paca en 2011 : +1,3 % par

Plus en détail

OBSERVATOIRE MONDIAL DES VINS ROSÉS

OBSERVATOIRE MONDIAL DES VINS ROSÉS > Les synthèses de FranceAgriMer Avril 2015 numéro VINS / 27 OBSERVATOIRE MONDIAL DES VINS ROSÉS 12 rue Henri Rol-Tanguy / TSA 20002 / 93555 Montreuil cedex Tél. : +33 1 73 30 30 00 / Fax : +33 1 73 30

Plus en détail

à Les docteurs observatoire régional Synthèse régionale septembre 2011 #19

à Les docteurs observatoire régional Synthèse régionale septembre 2011 #19 observatoire régional à Les docteurs * Taux de rétention régional : Part des emplois dans la région d obtention du diplôme sur l ensemble des diplômés en emploi à la date d observation. #19 Synthèse régionale

Plus en détail

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Neuchâtel, 2008 Formation de degré tertiaire La population âgée de 25 à 64 ans ayant achevé une formation de degré tertiaire 1 constitue un réservoir

Plus en détail

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Claire de Kermadec* Les habitudes culturelles, la taille et la dynamique des marchés modèlent le paysage du commerce de détail en Europe.

Plus en détail

L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo

L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo L Exploitation des films recommandés Art et Essai en salles, à la télévision, en vidéo octobre 2006 Centre National de la Cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective 12, rue

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

L ACTUALITÉ DES TPE, PME ET CRÉATIONS D ENTREPRISES

L ACTUALITÉ DES TPE, PME ET CRÉATIONS D ENTREPRISES NEWSLETTER DÉCEMBRE 2015 Sous la direction d André Letowski L ACTUALITÉ DES TPE, PME ET CRÉATIONS D ENTREPRISES Ce mois-ci nous vous proposons 6 axes d analyses La conjoncture : une légère amélioration,

Plus en détail

LE TERRITOIRE NATIONAL ET SA POPULATION

LE TERRITOIRE NATIONAL ET SA POPULATION RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BREVET Géographie LE TERRITOIRE NATIONAL ET SA POPULATION Introduction Définir les atouts et les points faibles du territoire français et de sa population. Contrastes 1 - Un territoire

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

Diplôme du supérieur : une garantie pour l'insertion?

Diplôme du supérieur : une garantie pour l'insertion? EMPLOI - FORMATION EN PROVENCE - ALPES - CÔTE D AZUR MÉMO N 46 - DÉCEMBRE 2009 Diplôme du supérieur : une garantie pour l'insertion? SÉVERINE LANDRIER CÉCILE REVEILLE-DONGRADI CHARGÉES D ÉTUDES L enquête

Plus en détail

Dossier - Insertion des jeunes. La fonction publique comme mode de professionnalisation des jeunes : usages et conditions des stages étudiants 3

Dossier - Insertion des jeunes. La fonction publique comme mode de professionnalisation des jeunes : usages et conditions des stages étudiants 3 La fonction publique comme mode de professionnalisation des jeunes : La fonction publique comme mode de professionnalisation des jeunes : usages et conditions des stages étudiants Olivier Joseph Isabelle

Plus en détail

L'évolution des consommations finales d'énergie

L'évolution des consommations finales d'énergie Thème : Changement climatique et maîtrise de l'énergie Orientation : Maîtriser la consommation d'énergie et développer les énergies renouvelables L'évolution des consommations finales d'énergie par région

Plus en détail

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir www.cnce.org.ma

Plus en détail

Observatoire de la Consommation Alimentaire. Rapport 2011. Filière agriculture biologique

Observatoire de la Consommation Alimentaire. Rapport 2011. Filière agriculture biologique Ministère de la Région Wallonne Observatoire de la Consommation Alimentaire Rapport 2011 Filière agriculture biologique Unité d'economie et Développement rural Unité de Statistique, Informatique et Mathématique

Plus en détail

Première Enquête européenne sur les compétences linguistiques. Résumé

Première Enquête européenne sur les compétences linguistiques. Résumé Première Enquête européenne sur les compétences linguistiques Résumé Table des matières Origines de l Enquête... 3 Pilotage de l Enquête... 3 Résultats : niveau de langue... 6 Performance globale... 6

Plus en détail