PROTOCOLE D ANALGESIE POSTOPERATOIRE CHEZ L ADULTE COMMUNICANT EN ORTHOPEDIE ET TRAUMATOLOGIE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROTOCOLE D ANALGESIE POSTOPERATOIRE CHEZ L ADULTE COMMUNICANT EN ORTHOPEDIE ET TRAUMATOLOGIE"

Transcription

1 Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE D ANALGESIE POSTOPERATOIRE CHEZ L ADULTE COMMUNICANT EN ORTHOPEDIE ET TRAUMATOLOGIE Référence : CLUD 31 Version : 1 Date de diffusion Intranet : 01/07/07 Objet Ce protocole décrit les différents protocoles d antalgiques utilisés dans la période postopératoire chez les patients communicants de plus de 15 ans, dans le service d Orthopédie et Traumatologie de l hôpital Purpan Domaine d application Ce protocole s applique aux patients communicants de plus de 15 ans dans la période postopératoire Personnes autorisées (à compléter par le responsable médical signant le protocole) A prescrire : Médecins OU A entreprendre : I ADE, IDE, Sages femmes, Manipulateurs en électroradiologie, Masseurs kinésithérapeutes A administrer ; Médecins, IADE, IDE, Sages femmes, Manipulateurs en électroradiologie, Masseurs kinésithérapeutes Documents associés Les différentes échelles d évaluation de la douleur chez l adulte La feuille de surveillance de la PCA morphine Protocole d utilisation de la kétamine dans la prise en charge de la douleur, CLUD 29 Protocole d administration et de surveillance de la ropivacaïne par cathéter nerveux périphérique, CLUD 30 Références réglementaires Article L du code de la santé publique (loi n du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé) Décret N du 29 juillet 2004 relatif aux parties IV et V (dispositions réglementaires du CSP et modifiant certaines dispositions de ce code) Article R du Code de la Santé Publique (rôle propre infirmier) Article R4311-7du Code de la Santé Publique (rôle infirmier sur prescription médicale) Article R du Code de la Santé Publique (prise en charge de la douleur) Article R du Code de la Santé Publique (IADE) Article R du Code de la Santé Publique (protocoles de soins d urgence) Article R du Code de la Santé Publique (masseurs kinésithérapeutes) Article R du Code de la Santé Publique (manipulateurs en électroradiologie) Circulaire n 98/94 du 11 février 1999 relative à la mise en place de protocoles de prise en charge de la douleur aiguë par les équipes pluridisciplinaires médicales et soignantes dans les établissements de santé et institutions médico-sociales Plan de lutte contre la douleur en vigueur Références bibliographiques Prise en charge de la douleur postopératoire chez l adulte et l enfant. Conférences de consensus. 12 décembre SFAR 1/17

2 Rédigé par Vérifié par Fonction Rédaction, vérification et approbation Anesthésiste-réanimateur Cadre de Santé IDE CLUD groupe postopératoire CLUD groupe protocoles Direction des Soins Diffusé par le CLUD le : 01/07/07 Nom Fuzier R, Richez AS, Magues JP Noirot M Goncalves S, Picot MP, Grimal S,Laguerre T Olivier M, Sacrista S, Pomiès S Thiercelin-Legrand MF, Vié M Zimmermann JF Cantagrel N, Bergia JM Autorisation pour application et diffusion aux soignants médicaux et paramédicaux de la structure de soins Date : Responsable médical de la structure de soins : Nom et signature : 2/17

3 ANALGESIE POSTOPERATOIRE CHEZ L ADULTE 3/17

4 SOMMAIRE Principes de base d analgésie et de surveillance 5 Schéma des différents protocoles 6 Analgésie en SSPI 7 Dose de charge de morphine en SSPI 8 Morphine PCA 9 Morphine / KETAMINE PCA 10 Morphine par voie intraveineuse et relais per os en unité de soins 11 Voie intraveineuse : - paracétamol AINS néfopam (Acupan ) 12 - paracétamol AINS tramadol (Contramal ou équivalent) 12 - Kétamine intraveineuse en unité de soins 13 Relais par voie orale : - paracétamol AINS 13 - paracétamol AINS tramadol (Contramal ou équivalent) 13 Fiches de surveillance 14 4/17

5 PRINCIPES DE BASE D ANALGÉSIE ET DE SURVEILLANCE Les différents protocoles tiennent compte des prescriptions médicales les plus fréquemment utilisées dans le service d Orthopédie et de Traumatologie du CHU Purpan. Après une anesthésie générale ou une forte sédation, les protocoles d analgésie intraveineuse sont prescrits pour une durée de 24 heures sauf prescription contraire d un médecin. Le relais se fait ensuite par voie orale sauf si cette voie d administration est inutilisable. La voie orale est utilisée en première intention chez les patients opérés sous anesthésie locorégionale (ALR) seule, sauf si cette voie d administration est inutilisable. Enfin, l utilisation de vessies de glace est systématique chez tous les patients. Certains protocoles ne seront appliqués que sur prescription médicale. Les autres seront appliqués conformément à la loi (cf. Guide d utilisation des procédures validées par le CLUD, réf CLUD00) L évaluation de la douleur par l échelle numérique (EN) doit être systématique et notée sur la fiche de surveillance du patient : - toutes les 4 heures durant les 24 premières heures postopératoires - si le patient présente une douleur et 1/2 heure après la prise d antalgique - lors d une analgésie par PCA morphine selon protocole PCA du CLUD 24 Lors du relais oral, l évaluation de la douleur se fera toutes les 4 heures le premier jour puis toutes les 8 heures jusqu à 24 heures après l arrêt du traitement antalgique. Si après mise en route du protocole, le score de douleur est > 3, le médecin anesthésiste doit en être averti. 5/17

6 SCHEMAS DES DIFFERENTS PROTOCOLES IV Paracétamol + AINS* + néfopam ** Paracétamol + AINS* + tramadol*** Paracétamol + AINS* + morphine IV Paracétamol +AINS* + morphine PCA Paracétamol + AINS* + morphine / kétamine RELAIS PER OS Paracétamol + AINS* Paracétamol + tramadol*** + AINS* Paracétamol + AINS* + morphine peros * : Kétoprofène IV : Profénid *Per os : Biprofénid 150 mg :2 cp /j ** : Néfopam = Acupan *** : Tramadol : Contramal LP, Topalgic LP, Zamudol LP Lors du relais per os et de façon très schématique EN Protocole 1 2 Paracétamol et/ou AINS* 3-4 Paracétamol et tramadol*** et/ou AINS* > 4 Paracétamol et morphine et/ou AINS* 6/17

7 ANALGESIE EN SSPI ECHELLE NUMÉRIQUE (EN) - à l arrivée, toutes les 10 minutes jusqu à EN <3 - puis toutes les 30 minutes ANALGESIE SYSTEMATIQUE SI AG OU SEDATION PROFONDE - Paracétamol (PERFALGAN ) adulte : 1 g poids 33 Kg : 15 mg/kg - Kétoprofène (PROFENID ) 100 mg dans 100 ml NaCL 0,9 % en 20 minutes si prescription médicale, et en l absence d administration peropératoire. EN FONCTION DU PROTOCOLE ANALGESIQUE PRESCRIT PROTOCOLE INITIALEMENT RELAIS NEFOPAM les noms de spécialité peuvent changer TRAMADOL* 1 amp (20 mg) dans 100 ml NaCl 0,9% en 30 minutes 1 amp (100 mg) dans 100 ml NaCl 0,9% en 15 minutes PSE : 6 amp diluées jusqu à 48 ml avec NaCl 0,9% débit : 2 ml/h Dose max : 6 ampoules par jour PSE : 4 amp diluées jusqu à 48 ml avec NaCl 0,9% débit : 2 ml/h OU IV : 1 amp dans 100 ml NaCl 0,9% en 30 minutes/6h idem MORPHINE titration cf CLUD 16 IV : cf CLUD 16 PCA : cf CLUD 24 => En cas d ALR comme seule technique d anesthésie, l ANALGESIE multimodale est démarrée dès la SSPI. En l absence de douleur évaluée par le patient, la voie ORALE est préconisée dans ce cas en première intention. Si EN> 3 30 minutes après l analgésie prescrite initialement : avertir le médecin anesthésiste 7/17

8 DOSE DE CHARGE DE MORPHINE EN SSPI 1. PREPARATION DE LA SERINGUE (CLUD 14) Seringue de 10 ml 1 ampoule de morphine de 10 mg (= 1 ml) + 9 ml de NaCl 0,9 % soit 1 ml = 1 mg de morphine 2. ARBRE DECISIONNEL SCORE DE SEDATION 0 ou 1 2 ou 3 EN > 3 EN < 3 Pas de morphine Allo anesthésiste 0,1 mg/kg morphine IV ARRET TITRATION si puis 2 mg / 2 mg IV pour EN<3 Score de sédation > 1 ou toutes les 5 minutes Fréquence respiratoire < 10 / min ou EN < 3 ALLO MÉDECIN ANESTHÉSISTE Si EN > 3 persistante après 30 minutes ou après 10 mg (> 65 ans) ou 15 mg ( 65 ans) de morphine Score de sédation - patient éveillé = 0 - patient somnolent répondant aux stimulations verbales = 1 - patient somnolent répondant aux stimulations tactiles = 2 - patient non stimulable = 3 Le relais à la titration se fera en fonction des prescriptions médicales. 8/17

9 MORPHINE PCA (cf fiche de prescription) 1. PREPARATION DE LA SERINGUE Cf Fiche CLUD : Préparation et mise en place. Protocole CLUD PROGRAMMATION DE LA PCA (paramètres selon prescription médicale) Cf. Fiche CLUD : Morphine en PCA chez l adulte en postopératoire. Protocole CLUD SURVEILLANCE ANALGESIE PCA MORPHINE (effets indésirables et conduite à tenir) Cf. Fiche CLUD : Morphine en PCA chez l adulte en postopératoire. Protocole CLUD 24 Utilisation de la naloxone (Narcan ) : cf. Fiche CLUD : Utilisation de la naloxone. Protocole CLUD 07 9/17

10 MORPHINE / KETAMINE PCA L association de Kétamine à la Morphine dans la PCA a pour but d augmenter l efficacité de l analgésie, notamment en luttant sur le versant antihyperalgésique. Elle permet également une épargne morphinique. Le protocole est le suivant : - 50 mg de Morphine (soit 5 amp de 10mg = 5 ml) + 50mg de Ketamine (soit 1 amp de 50 mg = 5 ml) dans 40 ml de chlorure de sodium 0,9 %, pour un total de 50 ml (soit une dilution de morphine = 1mg/ml et de kétamine 1 mg/ml) - Bolus : 1ml de solution pour un patient < 80kg (1mg morphine + 1mg kétamine) 1,5ml de la solution pour patient>80kg - Période réfractaire : 7 min - Dose maximale 0,5mg/kg/ 4 heures La surveillance de l efficacité et de la tolérance, ainsi que la prise en charge des effets indésirables sont les mêmes que pour le protocole Morphine seule en PCA (cf. fiche PCA Morphine. Protocole CLUD 24). L apparition d effets indésirables de la Kétamine (troubles psychodysleptiques, hallucinations essentiellement) impose l arrêt de la PCA (cf fiche kétamine CLUD 29). 10/17

11 MORPHINE INTRAVEINEUSE ET RELAIS PER OS EN UNITE DE SOINS Morphine intraveineuse dans les services Indications : douleurs postopératoires aiguës et importantes avec EN > 3, lors de la levée de l anesthésie locorégionale ou après mobilisation. Protocole : Morphine IV 2 mg / 5 minutes tant que EN > 3 (maximum 0,15mg/kg) Si insuffisant, protocole kétamine CLUD 29 Si insuffisant, allô médecin anesthésiste Surveillance : cf. feuille surveillance morphine seule PCA, CLUD 24 Morphine per-os dans les services Médicament : Actiskénan ; délai d action = environ 60 minutes! Indications : douleur postopératoire prévisible avec EN > 4, en association aux autres antalgiques ou relais voie intraveineuse Protocole : sujet > 65 ans : démarrer par 10 mg / 6 heures. Augmentation par palier de 5 mg, si besoin sans dépasser 80 mg par jour sujet 65 ans : démarrer par 20 mg / 4 heures. Augmentation par palier de 5 mg si besoin, sans dépasser 180 mg par jour. Si insuffisant, allo médecin anesthésiste. Surveillance des effets indésirables de la morphine (cf. fiche CLUD 19) 11/17

12 PARACETAMOL AINS NEFOPAM PSE PERFALGAN - PROFENID -ACUPAN PSE PERFALGAN PROFENID - si poids > 33 Kg: 1 g /6 h - si poids 33 Kg : 15 mg/kg/6 h 100 mg dans 100 ml NaCl 0,9% en 20 minutes / 8 h si prescription médicale (3 jours maxi sauf avis contraire) ACUPAN PSE : 6 ampoules de 20 mg diluées jusqu à 48 ml avec NaCl 0,9% Débit = 2 ml/h La survenue d effets indésirables (malaise, nausées, ) impose l arrêt de l Acupan. Le médecin anesthésiste doit en être informé. PARACETAMOL AINS TRAMADOL IV PERFALGAN - PROFENID - CONTRAMAL PERFALGAN - si poids > 33 Kg: 1 g /6 h - si poids 33 Kg : 15 mg/kg/6 h PROFENID 100 mg dans 100 ml NaCl 0,9% en 20 minutes / 8 h si prescription médicale (3 jours maxi sauf avis contraire) TRAMADOL dose maximale : 400 mg/j IV PSE 1 ampoule (100 mg) dans 4 ampoules de 100 mg diluées 100 ml NaCl 0,9% en 30 minutes jusqu à 48 ml avec NaCl 0,9% toutes les 6 heures débit : 2 ml/h 12/17

13 KETAMINE INTRAVEINEUSE EN UNITE DE SOINS Utilisation et procédure de surveillance : Cf. protocole CLUD 29 RELAIS PER OS : PARACETAMOL AINS DAFALGAN 500 mg - si poids > 33 Kg: 1 g /6 h - si poids 33 Kg : 15 mg/kg/6 h AINS si prescription médicale (3 jours maxi sauf avis contraire) - BIPROFENID 150 mg 1 cp 1 à 2 fois par jour dose maximale : 300 mg/j RELAIS PER OS : PARACETAMOL AINS TRAMADOL LP DAFALGAN - AINS - CONTRAMAL LP ou ZAMUDOL LP Paracetamol : - si poids > 33 Kg: 1 g /6 h - si poids 33 Kg : 15 mg/kg/6 h AINS si prescription médicale (3 jours maxi sauf avis contraire) - BIPROFENID 150mg 1 cp 1 à 2 fois par jour dose maximale : 300 mg/j Si âge < 65 ans : CONTRAMAL 100mg LP 1 cp toutes les 12 heures Si âge 65 ans : ZAMUDOL 50 mg LP 1 cp toutes les 12 heures 13/17

14 PROCEDURE DE SURVEILLANCE D UN PATIENT SOUS PARACETAMOL Noms commerciaux : Dafalgan, Efferalgan, Doliprane, Perfalgan La surveillance du patient est essentiellement clinique ; elle sera réalisée trois fois par 24h (au minimum une fois par équipe). 1/ Effets indésirables Manifestations allergiques : o Erythème, urticaire Manifestations hématologiques : o Thrombopénie, leucopénie, neutropénie Manifestations hépatiques : o Hépatite cytolytique en cas de surdosage (>100 mg / kg en une prise) Si apparition d effets indésirables, arrêt traitement et changement de protocole analgésique. Si pas d amélioration, appel de l anesthésiste d astreinte. 2/ Traçabilité Outils: Fiche de surveillance doit toujours comporter la date, l heure, la signature de l observateur, et le score E.N Toute anomalie doit faire l objet d un signalement au médecin référent et doit être notifiée sur la fiche de transmissions ciblées. 14/17

15 PROCEDURE DE SURVEILLANCE D UN PATIENT SOUS KETOPROFENE Noms commerciaux : Profénid, Biprofénid La surveillance du patient est essentiellement clinique ; elle sera réalisée trois fois par 24h (au minimum une fois par équipe). 1/ Effets indésirables Manifestations digestives : o Gastralgies, nausées, vomissement, diarrhée, constipation ; gène gastrointestinale, stomatite. Manifestations allergiques : o Prurit, rush, urticaire Manifestations neurologiques : o Céphalées, vertiges, somnolence Manifestations cutanées : o Photosensibilité, alopécie Manifestations rénales : o Insuffisance rénale aiguë (attention sujet âgé et/ou hypovolémie ; toxicité rénale augmentée avec héparines et IEC) Manifestations cardiovasculaires : o Hypertension artérielle Manifestations liées à la voie d administration : o Douleurs et sensations de brûlure au point d injection Si nausées et ou vomissements : cf. protocole anti-émétique (ondansétron Zophren ou dropéridol Droleptan ) Si gastralgie et AINS indispensables : cf. protocole prophylaxie gastralgies sous AINS. Si hématémèse : arrêt AINS et appel anesthésiste d astreinte. Si apparition d effets indésirables, arrêt des AINS et si besoin, poursuivre avec autres antalgiques prescrits. Si pas d amélioration, appel de l anesthésiste d astreinte. 2/ Traçabilité Outils: La Fiche de surveillance doit toujours comporter la date, l heure, la signature de l observateur, et le score EN. La fiche de programmation doit comporter la validation du soin. Toute anomalie doit faire l objet d un signalement au médecin anesthésiste d astreinte et doit être notifiée sur la fiche de transmissions ciblées. 15/17

16 PROCEDURE DE SURVEILLANCE D UN PATIENT TRAITÉ PAR ASSOCIATION PARACÉTAMOL - DERIVÉ MORPHINIQUE Noms commerciaux : Ixprim, Zaldiar, Dafalgan codéiné, Efferalgan codéiné La surveillance du patient est essentiellement clinique ; elle sera réalisée trois fois par 24h (au minimum une fois par équipe). 1/ Effets indésirables Association avec le tramadol (Ixprim, Zaldiar ) : o Manifestations neurologiques : >10% : vertiges, somnolence 1-10% : céphalées, tremblements o Manifestations psychiatrique : 1-10% : confusion, modification de l humeur, troubles sommeil o Manifestations digestive : >10% : nausées 1-10% : vomissements, constipation, sécheresse buccale, diarrhée, douleurs abdominales, dyspepsie, flatulences o Manifestations cutanées: 1-10% : prurit, sueurs Association avec la codéine (Dafalgan codéiné, Efferalgan codéiné ) : o Manifestations digestives : constipation, nausées, vomissements o Manifestations respiratoires : bronchospasme, dépression respiratoire o Manifestations allergiques : prurit, urticaire, rash o Manifestations psychiatriques : sédation, euphorie, dysphorie o Manifestations neurologiques : somnolence, vertiges o Autres : myosis, rétention urinaire Si nausées et ou vomissements : cf. protocole anti-émétique (sétron Zophren à éviter) Si détresse respiratoire (f. Resp < 10 /min) = oxygène au masque à 2l/min, et prévenir anesthésiste d astreinte. Si apparition d effets indésirables, arrêt traitement et si besoin, poursuivre avec autres antalgiques prescrits. Si pas d amélioration, appel de l anesthésiste d astreinte. 2/ Traçabilité Outils: La fiche de surveillance doit toujours comporter la date, l heure, la signature de l observateur, et le score EN. La fiche de planification doit comporter la validation du soin. Toute anomalie doit faire l objet d un signalement au médecin anesthésiste d astreinte et doit être notifiée sur la fiche de transmissions ciblées. 16/17

17 PROCEDURE DE SURVEILLANCE D UN PATIENT SOUS TRAMADOL. Noms commerciaux : Contramal, Topalgic, Zamudol La surveillance du patient est essentiellement clinique elle sera réalisé au minimum une fois par équipe. 1/ Effets indésirables Manifestations les plus fréquemment décrites : Manifestations neurlogiques > 10 % : vertiges Manifestations digestives > 10 % : nausées 1-10 % : vomissements, constipation, sécheresse de la bouche Manifestations cutanées 1-10 % : sueurs Si nausées ou vomissements, cf. protocole antiémétique (les sétrons : Zophren sont à éviter). Si apparition d effets indésirables, arrêt traitement et si besoin, poursuivre avec autres antalgiques prescrits. Si pas d amélioration, appel de l anesthésiste d astreinte. 2/ Traçabilité Outils: La fiche de surveillance doit toujours comporter la date, l heure, la signature de l observateur, et le score EN. La fiche de planification doit comporter la validation du soin. Toute anomalie doit faire l objet d un signalement au médecin anesthésiste d astreinte et doit être notifiée sur la fiche de transmissions ciblées. 17/17

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire

PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Comité de lutte contre la douleur PROTOCOLE d utilisation de la MORPHINE en PCA, hors traitement postopératoire Référence : CLUD 18 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

Protocole de prise en charge des EFFETS INDESIRABLES des MORPHINIQUES chez l ENFANT

Protocole de prise en charge des EFFETS INDESIRABLES des MORPHINIQUES chez l ENFANT Comité de lutte contre la douleur Protocole de prise en charge des EFFETS INDESIRABLES des MORPHINIQUES chez l ENFANT Référence : CLUD 20 Version : 2 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD

LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR EN HAD LES REGLES D OR 1. Demander au patient s il a mal et le croire 2. Ecouter sa réponse et respecter ses choix 3. Traiter si possible les causes de la douleur 4. Evaluer

Plus en détail

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD

Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD Protocole d Utilisation des Opioïdes Par PCA en HAD 1) Objet. Ce protocole a pour objet de décrire les modalités d utilisation des opioïdes injectables en PCA, en traitement symptomatique d une douleur,

Plus en détail

Docteur Nathalie ATTARD

Docteur Nathalie ATTARD Les Antalgiques Docteur Nathalie ATTARD Antalgiques de niveau 2 Placés entre le paracétamol et les opioïdes forts jugés d efficacité intermédiaire représentés par des médicaments associant du paracétamol

Plus en détail

SPES / NEPALE. Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 ETAPES PRELIMINAIRES A LA PRESCRIPTION

SPES / NEPALE. Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 ETAPES PRELIMINAIRES A LA PRESCRIPTION RECOMMANDATION POUR LA PRESCRIPTION DE MORPHINE EN PERFUSION CONTINUE MODE PCA SPES / NEPALE Date : Protocole validé et réactualisé le 13/12/2013 N hésitez pas à utiliser les modèles d ordonnances, Pour

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR AIGUË

RECOMMANDATIONS POUR LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR AIGUË RECOMMANDATIONS POUR LA PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR AIGUË Ce fascicule tient à mettre à la disposition des médecins du CHV (ainsi que du personnel paramédical) une mise à jour D un rappel pharmacologique

Plus en détail

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8.

Ordonnance n 1. Ordonnance n 2. Ordonnance n 3. Ordonnance n 4. Ordonnance n 5. Ordonnance n 6. Ordonnance n 7. Ordonnance n 8. SOMMAIRE Ordonnance n 1 Remplacer un traitement antalgique de palier 2 par un antalgique de palier 3 Ordonnance n 2 Interdoses lors d un traitement par sulfate de morphine à Libération Prolongée (LP) Ordonnance

Plus en détail

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES

GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES GUIDE DE PRESCRIPTION ET D UTILISATION DES ANTALGIQUES PEC Douleur OPC011.00D1 Version 1 du 25.09.08 NOUVEAUTE DE LA VERSION 1 : Création OBJET : Ce guide est un document d information et d aide à : la

Plus en détail

LES MÉDICAMENTS ANTALGIQUES

LES MÉDICAMENTS ANTALGIQUES LES MÉDICAMENTS ANTALGIQUES LES PALIERS DE L OMS L Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a établi une échelle des analgésiques selon l intensité de la douleur évaluée. L International Association for

Plus en détail

L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA)

L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA) L ANALGESIE AUTOCONTROLEE PAR LE PATIENT (PCA) METHODE DE CONTROLE DE LA DOULEUR AIGUE EFFICACE ET SURE. OSWALT KE 1990 OBJECTIF : METTRE EN PLACE LA PCA CHEZ LE PLUS GRAND NOMBRE DE PATIENTS SANS AUGMENTER

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS et REFLEXION ETHIQUE

SOINS PALLIATIFS et REFLEXION ETHIQUE Saint Didier en Velay SOINS PALLIATIFS et REFLEXION ETHIQUE Dr Pascale VASSAL, Service de médecine palliative, CHU Saint Etienne Le 16 juin 2009 4 - PRISE en CHARGE de la DOULEUR A - Évaluation de la douleur

Plus en détail

Protocole d utilisation du patch de fentanyl DUROGESIC

Protocole d utilisation du patch de fentanyl DUROGESIC Comité de lutte contre la douleur Protocole d utilisation du patch de fentanyl DUROGESIC Référence : CLUD 06 Version : 3 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole a pour objet l initiation,

Plus en détail

Définition PCA = ACP

Définition PCA = ACP 2012 Définition PCA = ACP Technique moderne de traitement de la douleur au cours de laquelle le patient relié à une pompe, s administre lui-même ses antalgiques à la demande Historique PCA 1968 - Variabilité

Plus en détail

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE Etape n 1 : Faire l état des lieux Identifier la situation

Plus en détail

Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant. Journée du réseau oncopédiatrique

Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant. Journée du réseau oncopédiatrique Les traitements médicamenteux utilisés en soins palliatifs : prise en charge de la douleur chez l enfant Journée du réseau oncopédiatrique 17/09/2010 Introduction Démarche de soins palliatifs : substitue

Plus en détail

chez la personne âgée.

chez la personne âgée. PROMOTION DE L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES dans le cadre du programme MobiQual Prévenir, évaluer, Prendre en charge La douleur chez la Personne âgée FIche pratique utilisation des opioïdes

Plus en détail

Le malade cancéreux douloureux à son domicile. Traitements symptomatiques. Antalgiques et co analgésiques

Le malade cancéreux douloureux à son domicile. Traitements symptomatiques. Antalgiques et co analgésiques Le malade cancéreux douloureux à son domicile Traitements symptomatiques Antalgiques et co analgésiques Généralités Le cancer est le plus souvent douloureux Aux stades précoces : douleur modérée à sévère

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR A DOMICILE. PAR les infirmières libérales

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR A DOMICILE. PAR les infirmières libérales PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR A DOMICILE PAR les infirmières libérales Pour un suivi bien orchestré de l hôpital à la ville Prise de conscience par les équipes que tout ne s arrête pas à la porte de l

Plus en détail

Claude Ecoffey Anesthésiste. Les obstacles aux opiacés

Claude Ecoffey Anesthésiste. Les obstacles aux opiacés cette image. Claude Ecoffey Anesthésiste QuickTime et un décompresseur Photo - JPEG sont requis pour visualiser Les obstacles aux opiacés Crainte liée au traitement (effets secondaires, accoutumance) Système

Plus en détail

Soirée PCA opiacés de l hôpital au domicile Au Bout du Monde le 27 octobre 2015 de 19h à 22h

Soirée PCA opiacés de l hôpital au domicile Au Bout du Monde le 27 octobre 2015 de 19h à 22h Soirée PCA opiacés de l hôpital au domicile Au Bout du Monde le 27 octobre 2015 de 19h à 22h Programme de la soirée : 19h-19h30 : Présentation des différentes PCA par les prestataires de service de PCA

Plus en détail

LES ANTALGIQUES. Règles de prescription et de surveillance. Dr Pierre DELASSUS. Équipe Mobile Douleur et Soins Palliatifs CHU de Caen

LES ANTALGIQUES. Règles de prescription et de surveillance. Dr Pierre DELASSUS. Équipe Mobile Douleur et Soins Palliatifs CHU de Caen LES ANTALGIQUES Règles de prescription et de surveillance Dr Pierre DELASSUS Équipe Mobile Douleur et Soins Palliatifs CHU de Caen Règles de prescription des antalgiques 1. Chercher la cause de la douleur

Plus en détail

Protocole d utilisation lidocaïne-prilocaïne (EMLA patch 5% et EMLA 5% crème)

Protocole d utilisation lidocaïne-prilocaïne (EMLA patch 5% et EMLA 5% crème) Comité de lutte contre la douleur Protocole d utilisation lidocaïne-prilocaïne (EMLA patch 5% et EMLA 5% crème) Référence : CLUD 05 Version : 02 Date de diffusion Intranet : 23-10-2007 Objet Ce protocole

Plus en détail

Prescription des Morphiniques

Prescription des Morphiniques Prescription des Morphiniques Dr Jean-Pierre CORBINAU - Lille Cet exposé se veut essentiellement pratique ayant pour objectif de faire passer 3 messages afin d apporter une aide dans la prescription de

Plus en détail

DEFINITION. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA. Composantes de la douleur. Sensation. Emotion Cognition.

DEFINITION. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA. Composantes de la douleur. Sensation. Emotion Cognition. Douleur aigüe Douleur chronique Titration de la morphine PCA DR C. Waintrop Service d anesthésie -Réanimation Hôpital Saint-Louis, Paris 10è DEFINITION Douleur: «Expérience sensorielle et émotionnelle

Plus en détail

Évaluation de la douleur

Évaluation de la douleur Douleurs aigues Cas clinique n 1 Madame B âgée de 45 ans vient aux urgences pour une douleur abdominale aigue flanc droit évoluant depuis 2H avec un épisode de vomissement. Pas de troubles urinaires. Antécédents:

Plus en détail

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département :

Aide mémoire. Traitements médicamenteux de la douleur nociceptive. Equipes ressources du département : Equipes ressources du département : Consultations d évaluation et de traitement de la douleur : CH Chartres : 02 37 30 38 13 consult-douleur@ch-chartres.fr CH Dreux : 02 37 51 50 63 Douleur aiguë : douleuraigue@ch-dreux.fr

Plus en détail

Utilisation et surveillance d une pompe à PCA de type pharmacia cadd

Utilisation et surveillance d une pompe à PCA de type pharmacia cadd Utilisation et surveillance d une pompe à PCA de type pharmacia cadd 1- Principe de soin La PCA (ou Patient Controlled Analgesia), est une technique qui permet au patient de s administrer lui-même, à l

Plus en détail

Dr Pascale DINAN, Le 25 Février 2009.

Dr Pascale DINAN, Le 25 Février 2009. Dr Pascale DINAN, Le 25 Février 2009. Déclaration sur la promotion des droits des patients en Europe, OMS, 1994 : «Les patients ont le droit d être soulagés de la douleur, dans la mesure ou le permettent

Plus en détail

RÔLE DE L IDE DANS L APPROCHE DU PATIENT DOULOUREUX

RÔLE DE L IDE DANS L APPROCHE DU PATIENT DOULOUREUX RÔLE DE L IDE DANS L APPROCHE DU PATIENT DOULOUREUX Ph.TETARD ( CH Saint Camille) M.T. GATT ( CHU Avicenne) PTETARD 2009 1 1 - LÉGISLATIONPROFESSIONNELLE A. le rôle de l infirmière est fondé sur le décret

Plus en détail

Du bon usage des dispositifs transdermiques de fentanyl

Du bon usage des dispositifs transdermiques de fentanyl Du bon usage des dispositifs transdermiques de fentanyl Groupe de travail pluridisciplinaire SFAP - SFETD ARMARI-ALLA Corinne, Médecin pédiatre, Hôpital de Jour d Onco-Pédiatrie, CHU Grenoble BRUXELLE

Plus en détail

La rotation des opioïdes

La rotation des opioïdes La rotation des opioïdes Prof. Omar BOUDEHANE - UNITE D EVALUATION ET DE TRAITEMENT DE LA DOULEUR - Faculté de médecine & CHU Constantine Université «3» de Constantine 9 ème Congrés de la SAETD Université

Plus en détail

Utilisation pratique de la morphine en gériatrie. Dr JM BRISSEAU Médecine Aigue Gériatrique Consultant en Médecine Interne CHU de Nantes

Utilisation pratique de la morphine en gériatrie. Dr JM BRISSEAU Médecine Aigue Gériatrique Consultant en Médecine Interne CHU de Nantes Utilisation pratique de la morphine en gériatrie Dr JM BRISSEAU Médecine Aigue Gériatrique Consultant en Médecine Interne CHU de Nantes ACTUALITES THERAPEUTIQUES 7 Décembre 2013 Les opioïdes forts comprennent:

Plus en détail

Les antalgiques- Cours IFSI, 2 ème année Mardi 24 novembre 2009 Module rhumato-ortho V. SERVANT, interne en pharmacie hospitalière

Les antalgiques- Cours IFSI, 2 ème année Mardi 24 novembre 2009 Module rhumato-ortho V. SERVANT, interne en pharmacie hospitalière Les antalgiques- analgésiques Cours IFSI, 2 ème année Mardi 24 novembre 2009 Module rhumato-ortho V. SERVANT, interne en pharmacie hospitalière RAPPELS - 1 Les 3 types de douleurs : Par excès de nociception

Plus en détail

La Codéine? Parlons-en INFORMER

La Codéine? Parlons-en INFORMER La Codéine? Parlons-en INFORMER Qu est-ce que la codéine? La Codéine, ou méthylmorphine, est l'un des alcaloïdes contenus dans le pavot (papaverum somniferum). La codéine est un antalgique puissant (de

Plus en détail

Antalgiques / Généralités (I)

Antalgiques / Généralités (I) Antalgiques / Généralités (I) Antalgiques = Analgésiques Schéma : physiologie de la douleur 1 2 3 4 5 6 Antalgiques / Généralités (II) Types de douleurs : Douleurs non spécifiques >> Antalgiques classiques

Plus en détail

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse

Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse Prise en charge des métastases osseuses Approche médicamenteuse S Lozano Hôpital Larrey 08 Octobre 2010 Les métastases osseuses Fréquentes 3 ème localisation (poumon, foie) 30 à 50% des patients 40% dans

Plus en détail

Prescription de morphiniques chez le sujet âgé. Cas clinique

Prescription de morphiniques chez le sujet âgé. Cas clinique Prescription de morphiniques chez le sujet âgé Cas clinique Clinique 1 Me G. 71 ans. Mariée, 2 enfants Algies diffuses depuis l âge l de 14 ans. Début des douleurs par des cervicalgies et scapulalgies

Plus en détail

À L'INTENTION DES MÉDECINS ET DES ÉQUIPES SOIGNANTES DE L'HÔPITAL TENON PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR DES PATIENTS DRÉPANOCYTAIRES

À L'INTENTION DES MÉDECINS ET DES ÉQUIPES SOIGNANTES DE L'HÔPITAL TENON PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR DES PATIENTS DRÉPANOCYTAIRES À L'INTENTION DES MÉDECINS ET DES ÉQUIPES SOIGNANTES DE L'HÔPITAL TENON PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR DES PATIENTS DRÉPANOCYTAIRES Ce protocole est proposé pour la prise en charge des patients drépanocytaires

Plus en détail

Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur

Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur Comment évaluer? Douleur aiguë? Douleur chronique? TEMPS Douleur paroxystique? INTENSITE LOCALISATION TYPE Douleur continue? Circonstances d apparition? Cotation de la douleur Topographie de la ou des

Plus en détail

La douleur post opératoire dans la chirurgie du rachis

La douleur post opératoire dans la chirurgie du rachis La douleur post opératoire dans la chirurgie du rachis JLAR 2008 Dr A. Lafanechère, service d anesthésie neurochirurgicale Pôle d anesthésie réanimation, Hôpital Roger Salengro, CHRU Lille La douleur post

Plus en détail

L analgésie péridurale pour un retour à domicile!

L analgésie péridurale pour un retour à domicile! Vendée L analgésie péridurale pour un retour à domicile! Une expérience partagée Mr AGRES Hugues IADE RD 85925 La Roche sur Yon Journée IRD PL B, 28 janv. 2011- REZE Le patient, La famille, L équipe soignante

Plus en détail

Douleur aiguë, analgésie du nouveau-né, né, du nourrisson et de l enfant

Douleur aiguë, analgésie du nouveau-né, né, du nourrisson et de l enfant Douleur aiguë, analgésie du nouveau-né, né, du nourrisson et de l enfant Évaluation de la douleur post opératoire Traitements disponibles pour l enfant Analgésie multimodale à la carte Pascal Delmon CHRU

Plus en détail

8. Les connaissances

8. Les connaissances 8. Les connaissances 1 - Titration et douleur nociceptive 2 - Table équianalgésie 3 - Rotation des opioïdes 4 - Douleur et toxicomanie 5 - Douleurs et états de manque Contact : clud@marseille.fnclcc.fr

Plus en détail

Comment bien manier les antalgiques?

Comment bien manier les antalgiques? Comment bien manier les antalgiques? Dr Barbara Tourniaire Pédiatre, Unité fonctionnelle de lutte contre la douleur Hôpital d'enfants Armand Trousseau, Assistance publique Hôpitaux de Paris Règles générales

Plus en détail

Les médicaments de la douleur. Nicolas MARIE Pharmacien IFSI CHGR UE «Pharmacologie et thérapeutiques» Année 2014-2015

Les médicaments de la douleur. Nicolas MARIE Pharmacien IFSI CHGR UE «Pharmacologie et thérapeutiques» Année 2014-2015 Les médicaments de la douleur Nicolas MARIE Pharmacien IFSI CHGR UE «Pharmacologie et thérapeutiques» Année 2014-2015 Plan 1. Définitions Rappels 2. Les médicaments du palier I 3. Les médicaments du palier

Plus en détail

Quels gestes et quels anesthésiques en chirurgie ambulatoire

Quels gestes et quels anesthésiques en chirurgie ambulatoire Le Congrès Infirmiers. Infirmier(e)s anesthésistes diplômé(e)s d état 2012 Sfar. Tous droits réservés. Quels gestes et quels anesthésiques en chirurgie ambulatoire N. DUFEU (PHAR) Unité de chirurgie ambulatoire

Plus en détail

Traitement de la douleur

Traitement de la douleur Traitement de la douleur La douleur n est pas une fatalité, elle se prévient et elle se traite. Céline Moch Interne en pharmacie Cours infirmier 17 octobre 2012 Quelques données épidémio La France : Mauvaise

Plus en détail

CAPACITE DE GERIATRIE

CAPACITE DE GERIATRIE TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE CAPACITE DE GERIATRIE 11.03.2009 Dr Françoise ESCOUROLLE-PELTIER Unité de Soins Palliatifs - Équipe Mobile Hôpital BRETONNEAU CONSEQUENCES DE LA PRISE EN CHARGE

Plus en détail

Traitement de la mucite

Traitement de la mucite Traitement de la mucite 1. INDICATION ET DESCRIPTION Prise en charge des soins de bouche chez un enfant allogreffé de moelle osseuse. 2. SOIGNANTS IMPLIQUES DANS LE SOIN Le présent document concerne les

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 01 avril 2009 ABSTRAL 100 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code CIP : 391 042 9 B/30 Code CIP : 391 043 5 ABSTRAL 200 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code

Plus en détail

PCA : Analgésie Autocontrôlée par le Patient

PCA : Analgésie Autocontrôlée par le Patient PCA : Analgésie Autocontrôlée par le Patient Unité de traitement de la douleur Hôpital Saint-Louis, Paris Mai 2005 PCA : Analgésie Autocontrôlée par le Patient Brigitte George Marie-Cécile Douard Marie-Laure

Plus en détail

Version 2.0 Juillet 2004

Version 2.0 Juillet 2004 Version 2.0 Juillet 2004 «La douleur ne grandit pas l homme, elle le diminue» René LERICHE (1879-1956). EVALUATION / ANAMNESE (Rôle infirmier : décret du 11 février 2002, art.2) Buts - quantifier la douleur

Plus en détail

CÉPHALÉES CHRONIQUES QUOTIDIENNES (CCQ) Diagnostic, rôle de l abus médicamenteux, prise en charge (actualisation programmée : 5 ans)

CÉPHALÉES CHRONIQUES QUOTIDIENNES (CCQ) Diagnostic, rôle de l abus médicamenteux, prise en charge (actualisation programmée : 5 ans) Recommandations pour la pratique clinique Septembre 2004 (ANAES) CÉPHALÉES CHRONIQUES QUOTIDIENNES (CCQ) Diagnostic, rôle de l abus médicamenteux, prise en charge (actualisation programmée : 5 ans) Définition

Plus en détail

RESEAU REGIONAL DOULEUR EN BASSE NORMANDIE. PCA d'opioïde fort en douleur cancéreuse

RESEAU REGIONAL DOULEUR EN BASSE NORMANDIE. PCA d'opioïde fort en douleur cancéreuse PCA en douleur cancéreuse Page 1/16 PCA d'opioïde fort en douleur cancéreuse 1. DÉFINITION DE LA PCA : C'est une technique d'auto administration basée sur le principe du contrôle par le patient lui-même

Plus en détail

M.PARRAD DU/Capacité 24 janvier 2013. Douleur : évaluation, prise en charge

M.PARRAD DU/Capacité 24 janvier 2013. Douleur : évaluation, prise en charge M.PARRAD DU/Capacité 24 janvier 2013 Douleur : évaluation, prise en charge Définition douleur «Expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une lésion tissulaire présente ou potentielle ou

Plus en détail

Quelle pharmacopée antalgique en 2013 aux urgences pédiatriques. Yves Meymat, SAR 3 anesthésie pédiatrique, CHU de Bordeaux

Quelle pharmacopée antalgique en 2013 aux urgences pédiatriques. Yves Meymat, SAR 3 anesthésie pédiatrique, CHU de Bordeaux Quelle pharmacopée antalgique en 2013 aux urgences pédiatriques Yves Meymat, SAR 3 anesthésie pédiatrique, CHU de Bordeaux Pas de conflit d intérêt à déclarer Des principes : 1. Evaluation objective rapide

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique aux opiacés ou apparentés Ce protocole tient compte de la sécurité du patient qui doit être optimale à son domicile comme en

Plus en détail

DENOMINATION DU MEDICAMENT

DENOMINATION DU MEDICAMENT DENOMINATION DU MEDICAMENT Matrifen 12 microgrammes/heure, dispositif transdermique Matrifen 25 microgrammes/heure, dispositif transdermique Matrifen 50 microgrammes/heure, dispositif transdermique Matrifen

Plus en détail

SOULAGER LES DOULEURS ÉVOLUTIVES INTENSES : UN SUJET D'ACTUALITÉ (*) Première partie : Considérations générales

SOULAGER LES DOULEURS ÉVOLUTIVES INTENSES : UN SUJET D'ACTUALITÉ (*) Première partie : Considérations générales 113 Bull. Soc. Pharm. Bordeaux, 1999, 138, 113-120 SOULAGER LES DOULEURS ÉVOLUTIVES INTENSES : UN SUJET D'ACTUALITÉ (*) Dr. Benoît BURUCOA (1) Première partie : Considérations générales Les douleurs liées

Plus en détail

GUIDE DE BON USAGE DES POMPES PCA UTILISEES DANS LES DOULEURS CHRONIQUES DE L'ADULTE, ESSENTIELLEMENT D'ORIGINE CANCEREUSE

GUIDE DE BON USAGE DES POMPES PCA UTILISEES DANS LES DOULEURS CHRONIQUES DE L'ADULTE, ESSENTIELLEMENT D'ORIGINE CANCEREUSE GUIDE DE BON USAGE DES POMPES PCA UTILISEES DANS LES DOULEURS CHRONIQUES DE L'ADULTE, ESSENTIELLEMENT D'ORIGINE CANCEREUSE I. GENERALITES...3 II. III. IV. PRESCRIPTION...5 II.1. LA PRESCRIPTION D'UNE PCA...5

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE

TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE TRAITEMENT DE LA DOULEUR CHEZ LE SUJET AGE CAPACITE DE GERIATRIE 11.03.2009 Dr Françoise ESCOUROLLE-PELTIER Unité de Soins Palliatifs - Équipe Mobile Hôpital BRETONNEAU CONSEQUENCES DE LA PRISE EN CHARGE

Plus en détail

EVALUATION ET TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU PATIENT EN CANCEROLOGIE Docteur C. CIAIS. ( Partie II )

EVALUATION ET TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU PATIENT EN CANCEROLOGIE Docteur C. CIAIS. ( Partie II ) EVALUATION ET TRAITEMENT DE LA DOULEUR DU PATIENT EN CANCEROLOGIE Docteur C. CIAIS ( Partie II ) Quelques points pratiques. Pour adapter la posologie, on peut s'aider du nombre de prises d'inter-doses.

Plus en détail

Douleur aiguë en ambulatoire

Douleur aiguë en ambulatoire Douleur aiguë en ambulatoire E. Fournier-Charrière, unité douleur, CHU, Le Kremlin-Bicêtre «Evaluation et stratégies de prise en charge de la douleur aiguë en ambulatoire chez l enfant de un mois à quinze

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

LA DOULEUR DU CANCER

LA DOULEUR DU CANCER LA DOULEUR DU CANCER Marie Claire BEPOIX et Michel DROUART Pôle SOINS DE SUPPORT Equipe Mobile d Accompagnement d et de Soins Palliatifs CH PONTARLIER Définitions La douleur est une expérience sensorielle

Plus en détail

COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE

COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE NOTICE POUR LE PUBLIC Veuillez lire attentivement l intégralité de cette notice avant de prendre ce médicament Garder cette notice, vous pourriez avoir besoin de la relire Si vous avez d autres questions,

Plus en détail

SURVEILLANCE, EFFETS SECONDAIRES, SEVRAGE DE LA SEDATION

SURVEILLANCE, EFFETS SECONDAIRES, SEVRAGE DE LA SEDATION Session ide Géraldine POUTISSOU, Nadia BOUAMARIA, Christelle MIENNE (Pole de Neurochirugie Secteur de Réanimation CHRU de Lille) Surveillance, effets secondaires, sevrage de la sédation SURVEILLANCE, EFFETS

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

Les douleurs neuropathiques

Les douleurs neuropathiques Les douleurs neuropathiques Dr LALLIER Emmanuelle Hôpital Louis Pasteur DOLE 1 Thérapeutiques médicamenteuses (1) : les traitements locaux Cibles d actions : décharges ectopiques et sensibilisation des

Plus en détail

Pratique de la P C A (patient-controlled analgesia)

Pratique de la P C A (patient-controlled analgesia) Pratique de la PCA (patient-controlled analgesia) - M. Navez, D. Baylot Pratique de la P C A (patient-controlled analgesia) Navez M, Baylot D DAR Anesthésie Réanimation Pr Auboyer CHU ST Etienne BASES

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DU PATIENT

NOTICE : INFORMATION DU PATIENT 1 NOTICE : INFORMATION DU PATIENT TUSSO RHINATHIOL 1,33 mg/ml sirop TUSSO RHINATHIOL 1 mg/ml sirop TUSSO RHINATHIOL 10 mg comprimés à sucer (bromhydrate de dextrométhorphane) Veuillez lire attentivement

Plus en détail

RÉSUMÉ DU FILM LA NATURE DES SOINS DOULOUREUX HISTORIQUE DE LA DÉMARCHE

RÉSUMÉ DU FILM LA NATURE DES SOINS DOULOUREUX HISTORIQUE DE LA DÉMARCHE COMMENT LES INFIRMIÈRES PEUVENT MODIFIER LES PRATIQUES MÉDICALES : L EXEMPLE DES SOINS D ABCÈS CHEZ L ENFANT EN CHIRURGIE VISCÉRALE FILM VIDÉO FINANCÉ GRÂCE À LA FONDATION CNP Danièle Jolly, Christine

Plus en détail

«L allergie à l iode» n existe pas! E Bresson Infirmerie Protestante Lyon Caluire

«L allergie à l iode» n existe pas! E Bresson Infirmerie Protestante Lyon Caluire «L allergie à l iode» n existe pas! E Bresson Infirmerie Protestante Lyon Caluire L ALLERGIE à L IODE N EXISTE PAS Confusion de trois phénomènes: Allergie aux fruits de mer (protéine de crustacés) Allergie

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE COLLECTIVE ORDONNANCE : Interventions lors d une réaction transfusionnelle. PROFESSIONNELS VISÉS TYPE D ORDONNANCE Infirmières Ordonnance visant à initier des mesures diagnostiques ou thérapeutiques

Plus en détail

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin 2008. Douleur. de l adulte

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin 2008. Douleur. de l adulte Bien vous soigner avec des médicaments disponibles sans ordonnance juin 2008 Douleur de l adulte Douleur de l adulte Ce qu il faut savoir La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable,

Plus en détail

Spécificités pédiatriques de l Anesthésie ambulatoire. Serge Dalmas Hôpital Jeanne de Flandre CHRU de Lille

Spécificités pédiatriques de l Anesthésie ambulatoire. Serge Dalmas Hôpital Jeanne de Flandre CHRU de Lille Spécificités pédiatriques de l Anesthésie ambulatoire Serge Dalmas Hôpital Jeanne de Flandre CHRU de Lille 1 2 CNCE-ADARPEF Conditions d organisation Locaux avec environnement hôtelier (berceaux, lits,

Plus en détail

IFSI. Les ANTALGIQUES. Marie-Laure Duchène. Pharmacien Hôpital Archet Pôle PHARMACIE Rémy Collomp Pharmacien CLUD CHU NICE

IFSI. Les ANTALGIQUES. Marie-Laure Duchène. Pharmacien Hôpital Archet Pôle PHARMACIE Rémy Collomp Pharmacien CLUD CHU NICE IFSI Les ANTALGIQUES Marie-Laure Duchène Pharmacien Hôpital Archet Pôle Rémy Collomp Pharmacien CLUD CHU NICE Les ANTALGIQUES Objectifs du Cours I. Connaissance principales classes et médicaments antalgiques

Plus en détail

La réaction anaphylactique sévère :

La réaction anaphylactique sévère : La réaction anaphylactique sévère : et chez les SP? INF BIREMBAUT BENOIT SAPEUR-POMPIER PROFESSIONNEL SDIS 91 INF PRIETO ADRIEN SAPEUR-POMPIER VOLONTAIRE SDIS 59 1) Présentation du cas clinique : 1CL

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DU PATIENT

NOTICE : INFORMATION DU PATIENT NOTICE 1 NOTICE : INFORMATION DU PATIENT Toux-San Dextromethorphan Sans Sucre 1 mg/ml sirop Toux-San Dextromethorphan avec Miel 3 mg/ml sirop Toux-San Dextromethorphan Sans Sucre 3 mg/ml sirop Bromhydrate

Plus en détail

Intérêt de la télétransmission des données des pompes PCA pour le maintien à domicile des patients douloureux cancéreux

Intérêt de la télétransmission des données des pompes PCA pour le maintien à domicile des patients douloureux cancéreux Intérêt de la télétransmission des données des pompes PCA pour le maintien à domicile des patients douloureux cancéreux Devalois B*, Jugan C*, Prevel M*, Abbas R**, Hajage D** * CHRD Pontoise **URC Bichat

Plus en détail

Hôpital Henri Mondor. Version 2

Hôpital Henri Mondor. Version 2 Hôpital Henri Mondor Version 2 Comité de Lutte contre la Douleur Novembre 2003 Cette deuxième version du livret douleur a pour objectif de présenter les principales règles de prise en charge de la douleur

Plus en détail

Cefadroxil Sandoz 500mg/5ml poudre pour suspension orale

Cefadroxil Sandoz 500mg/5ml poudre pour suspension orale Notice 1/5 Lisez attentivement l intégralité de cette notice avant de prendre ce médicament. Conservez cette notice, vous pourriez avoir besoin de la relire. Consultez votre médecin ou votre pharmacien

Plus en détail

Les soins palliatifs à domicile

Les soins palliatifs à domicile Les soins palliatifs à domicile LES SYMPTÔMES PÉNIBLES EN SOINS PALLIATIFS 3 partie /3 Dr BLUNTZ, Dr BOURJAL Unité de Soins Palliatifs Hopital de MERCY CHR Metz THIONVILLE SYMPTOMES NEUROPSYCHIQUES 1 Symptômes

Plus en détail

Guide d utilisation des opioïdes forts

Guide d utilisation des opioïdes forts Guide d utilisation des opioïdes forts Dr R. Duclos coordinatrice du réseau douleur Sarthe responsable unité douleur CHG Le Mans expert des SOR douleur «la douleur que l on supporte le mieux? celle des

Plus en détail

Nouveaux Antalgiques disponibles en 2010

Nouveaux Antalgiques disponibles en 2010 Nouveaux Antalgiques disponibles en 2010 Docteur Laurent FIGNON Soins de Support Service d Oncologie CHR Bon-Secours - 2010 Douleur et Cancer 320.000 nouveaux cas de Cancer par an (2005) 56% des patients

Plus en détail

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon)

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Le cancer du sein Risque estimé de développer un cancer du sein selon l âge Age 30 ans 40 ans 50 ans 60 ans 70 ans 80 ans Risque estimé 1/2212

Plus en détail

Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012

Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012 Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012 Qu'est-ce-que la douleur? La douleur est une sensation désagréable et complexe (sensorielle et émotionnelle). Cette sensation provient de l'excitation

Plus en détail

Michèle Portas Service des urgences enfants Hôpital de la Timone

Michèle Portas Service des urgences enfants Hôpital de la Timone Michèle Portas Service des urgences enfants Hôpital de la Timone Motif fréquent de consultation (5% des admissions) Relèvent dans 60 à 90% d une pathologie médicale, digestive ou extra digestive Urgences

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR SUFENTA 250 µg/5 ml, solution injectable (IV ou péridurale) en ampoule Sufentanil Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant d utiliser ce médicament.

Plus en détail

La morphine. Alternatives / associations

La morphine. Alternatives / associations Douleur et cancer La morphine Alternatives / associations Tous les droits d auteurs sont réservés à l Institut UPSA de la douleur. Toute modification est interdite. Toute reproduction ou utilisation est

Plus en détail

PROPOSITION DE PROTOCOLES D INSULINOTHÉRAPIE EN GÉRIATRIE

PROPOSITION DE PROTOCOLES D INSULINOTHÉRAPIE EN GÉRIATRIE PROPOSITION DE PROTOCOLES D INSULINOTHÉRAPIE EN GÉRIATRIE Ce document a été élaboré par le groupe de travail "EHPAD" de l'omedit de Haute- Normandie. Il s'agit d'une proposition de protocole d'insulinothérapie

Plus en détail

*pompe P.C.A.ou A.C.P. : Analgésie contrôlée par le patient

*pompe P.C.A.ou A.C.P. : Analgésie contrôlée par le patient POSE D UNE POMPE P.C.A.* DE MORPHINE SUR VOIE VEINEUSE CENTRALE *pompe P.C.A.ou A.C.P. : Analgésie contrôlée par le patient VERSION N 1 Page 1/13 Date de validation : 20/03/2007 I. Définition Soins infirmiers

Plus en détail

janvier 2010 Dr R. SCHWALD

janvier 2010 Dr R. SCHWALD Prise en charge pluridisciplinaire de la douleur en soins palliatifs de l adulte à domicile Formation Aspan janvier 2010 Dr R. SCHWALD 1. Évaluation de la douleur 2.Traitement de la douleur Sommaire Principes

Plus en détail

LA DOULEUR EN CANCEROLOGIE

LA DOULEUR EN CANCEROLOGIE COLORDSPA LA DOULEUR EN CANCEROLOGIE Jf villard chr metz-thionville Définition de la douleur (IASP) La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable, liée à une atteinte tissulaire

Plus en détail

n 10 Lettre éditée par l Institut UPSA de la Douleur Dossier Hélène FERNANDEZ, Cadre Supérieur de Santé - Département d Évaluation et

n 10 Lettre éditée par l Institut UPSA de la Douleur Dossier Hélène FERNANDEZ, Cadre Supérieur de Santé - Département d Évaluation et n 10 Avril 2006 Destinée à tous les professionnels de la santé Lettre éditée par l Institut UPSA de la Douleur Édito Les deux plans de lutte contre la douleur ont permis une amélioration significative

Plus en détail

LES ANTALGIQUES DÉFINITION (OMS) RAPPEL SUR LA DOULEUR PHYSIOLOGIE DE LA DOULEUR. Définition

LES ANTALGIQUES DÉFINITION (OMS) RAPPEL SUR LA DOULEUR PHYSIOLOGIE DE LA DOULEUR. Définition Définition LES ANTALGIQUES DÉFINITION (OMS) RAPPEL SUR LA DOULEUR Trois dimensions : - Une dimension affective et émotionnelle. - Une dimension sensorielle. - Une dimension cognitive. PHYSIOLOGIE DE LA

Plus en détail

Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés

Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés Developé pour le Centre

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR TUSSO RHINATHIOL 1,33 mg/ml sirop TUSSO RHINATHIOL 1 mg/ml sirop TUSSO RHINATHIOL 10 mg comprimés à sucer (bromhydrate de dextrométhorphane) Veuillez lire attentivement

Plus en détail