des structures formelles, organisées, c est-à-dire des entreprises capitalistes modernes.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "des structures formelles, organisées, c est-à-dire des entreprises capitalistes modernes."

Transcription

1 Introduction Depuis le début des années 1980, les analystes et décideurs économiques de tous bords semblent être unanimes pour reconnaître l échec du modèle étatique du développement qui a prévalu pendant les années Ainsi, pour faire face aux contre-performances enregistrées par les économies africaines au sud du Sahara depuis plus de quatre décennies et pour favoriser leur insertion dans l économie mondiale, les acteurs du développement économique de l Afrique insistent sur l encouragement des initiatives privées. C est dans ce cadre que se situent les récents programmes de développement des bailleurs de fonds ainsi que le NEPAD qui est la nouvelle initiative de développement pour l Afrique. L idée n est pas nouvelle, puisqu elle avait été longtemps mise en avant par Schumpeter pour qui le développement d une économie dépend d une classe d entrepreneurs dynamiques. Dans le contexte de la République démocratique du Congo (RDC) 1, l initiative privée se manifeste visiblement à travers la création des micro et petites entreprises peu structurées évoluant pour la plupart dans le secteur dit informel. Dans leur état actuel, ces initiatives privées ne constituent pas un gage pour assurer un développement durable de l économie congolaise. En effet, ces entreprises peu structurées évoluent généralement en marge du cadre légal et de l administration fiscale, procurent des emplois précaires et ne connaissent qu une faible croissance. Le développement du secteur privé en RDC passe ainsi par la transformation des micro-entreprises en des entreprises structurées et compétitives, ayant une importante dynamique d accumulation du capital. Des questions fondamentales émergent du constat de faiblesse des initiatives privées en RDC. En effet, quels sont les facteurs qui sont susceptibles de favoriser la croissance et le développement des micro-entreprises et des petites et moyennes entreprises (PME) congolaises? Quel est le profil de l entrepreneur des micro-entreprises et PME congolaises? Ce dernier joue t-il un rôle important dans la réussite ou l échec des initiatives privées? Qu en est-il du rôle de l environnement économique, financier et légal dans lequel évolue les entreprises privées? Il convient donc de penser au cadre, à l environnement, aux conditions et aux mécanismes par lesquels on peut garantir la croissance des microentreprises et PME. En effet, la croissance reste la condition essentielle pour sortir les entreprises de l informel, pour assurer leur développement à travers

2 2 Facteurs de transition: de la micro-entreprise à l'entreprise capitaliste moderne des structures formelles, organisées, c est-à-dire des entreprises capitalistes modernes. Ce travail sur les facteurs de transition de la micro-entreprise à l entreprise capitaliste moderne en RDC a une double finalité. La première finalité est d ordre théorique. En effet, sur le plan théorique, ce travail est une contribution au débat sur les facteurs qui déterminent la croissance et le développement des micro-entreprises. Certains travaux considèrent que c est l accès aux ressources financières qui constitue la contrainte la plus importante à la croissance et au développement des micro-entreprises et des PME. Ces travaux s inscrivent dans la ligne de pensée de Mc Kinnon et Shaw qui soulignent le fait que l épargne et l investissement sont faibles dans les pays en développement à cause des taux d intérêt qui sont maintenus à des niveaux très bas par les autorités gouvernementales. Dans ces conditions, l investissement dépend de l épargne liquide préalablement constituée par l entrepreneur. D autres travaux considèrent plutôt que la croissance et le développement des micro-entreprises et des PME sont influencés plus par des caractéristiques réelles plutôt que financières. Il s agit notamment du type d activité, de la taille initiale de l entreprise, des caractéristiques de l entrepreneur, etc. Se situant au centre de ce débat, ce travail se propose de faire avancer les connaissances dans ce domaine en tenant compte des spécificités et particularités de l environnement socio-économique de la RDC. La deuxième finalité est d ordre pratique. En effet, cette étude s est proposée d identifier les facteurs de croissance et de développement des micro-entreprises et des PME dans le contexte de la RDC en vue d orienter les décisions de politique économique dans ce domaine, car l importance de l entreprise privée pour la croissance économique et la lutte contre la pauvreté n est plus à démontrer. La micro-entreprise et la PME disposent des atouts majeurs pour contribuer au développement économique. En effet, ces entreprises de petite dimension n exigent pas un capital initial important pour leur création. Ceci est un avantage certain qui donne la possibilité d entreprendre des activités dans un pays caractérisé par la rareté du capital due à la faiblesse des revenus, l insuffisance de l épargne et la quasi absence des crédits. La micro-entreprise et la PME sont donc une base pour la constitution d une classe d entrepreneurs dynamiques susceptibles d enclencher la croissance économique en RDC, grâce à de petits investissements dans plusieurs secteurs de l économie, investissements susceptibles de créer des liens intersectoriels qui font défaut en Afrique et de générer un mouvement auto-entretenu d accumulation du capital. La démarche méthodologique qui a présidé à l élaboration de ce travail est essentiellement d approche microéconomique, statistique et économétrique. Les données proviennent d une enquête de terrain effectuée à Kinshasa et dans trois villes de la Province du Bas-Congo en RDC 2. Ces villes ont été sélectionnées sur la base d un choix raisonné tenant principalement compte des moyens matériels et financiers à notre disposition. Les données ont été collectées durant

3 Introduction 3 le deuxième trimestre de l année 2004 à l aide d un questionnaire qui a été soumis auprès de 419 micro-entreprises et 280 PME 3. L enquête a permis d obtenir des informations quantitatives et qualitatives sur les mobiles ayant présidés à la création des entreprises, les caractéristiques de l entreprise et des propriétaires, les modes de financement des activités, le comportement face à la fiscalité, le comportement des PME lorsqu elles sont en concurrence avec les grandes entreprises et les facteurs socioculturels ayant de l influence sur leurs activités (voir le questionnaire en annexe A). Ce sont des facteurs qui ont été identifiés dans la revue de littérature comme influençant la croissance et le développement des micro-entreprises et des PME. Les variables qui ont servi à mesurer la croissance sont les suivants : le chiffre d affaires, l effectif du personnel employé et le capital de l entreprise (constitué des ressources financières et matérielles). Le développement de l entreprise est plutôt perçu de manière qualitative à travers les changements organisationnels. En vue de pouvoir étendre les résultats obtenus sur la base de notre échantillon à la population des entreprises congolaises dans son ensemble, les entreprises figurant dans l échantillon ont été tirées de manière aléatoire parmi les micro-entreprises et les PME localisées à l ouest de la RDC dans l aire géographique telle que décrite ci-haut. Les inférences faites à partir de ces données présentent cependant d importantes limites dues notamment au fait que depuis 1997, la situation à l est de la RDC tend à se démarquer de celle à l ouest en raison des conflits armés qui ont particulièrement touché l est du pays. Par ailleurs, les données d enquête sont généralement sujettes à des erreurs de mesure dues à la faible incitation des personnes enquêtées à répondre convenablement aux questions posées. Les données recueillies par l enquête ont systématiquement fait l objet de saisie et de traitement au moyen des logiciels Epi Data, Spss et Eviews. L ouvrage comprend six chapitres dont chacun est la contribution de l un des six chercheurs qui ont participé à la réalisation de cette étude. Dans le premier chapitre, Kintambu étudie l épineux problème du financement des micro-entreprises en RDC. En effet, dans un pays où la population est très pauvre et donc le niveau de l épargne très faible, l auteur cherche à déterminer les sources de financement des micro-entreprises en se basant sur les données d enquête réalisée auprès des micro-entreprises de Kinshasa. L analyse montre que les micro-entreprises se financent principalement au moyen de l autofinancement et du crédit informel. Ce dernier est la principale source de financement externe dans un pays ou l intermédiation financière classique est quasi inexistante. Les micro-entreprises congolaises font ainsi face à de sérieuses contraintes financières que ne peut résoudre le financement informel étant donné la modicité des sommes prêtées et le délai de remboursement très court des crédits informels. Dans le deuxième chapitre, Mabiala analyse les facteurs de croissance des micro-entreprises en RDC en mettant en avant le rôle des caractéristiques du

4 4 Facteurs de transition: de la micro-entreprise à l'entreprise capitaliste moderne propriétaire exploitant. En effet, pour que les micro-entreprises deviennent des organisations structurées et modernes, elles doivent croître. Il semble alors que c est la personnalité et/ou les motivations du propriétaire exploitant qui sont les facteurs déterminants de cette croissance. Pour vérifier cette hypothèse, Mabiala analyse les données de l enquête présentée, ci-dessus, au moyen d un modèle économétrique de croissance. Les résultats qu il obtient confirment l hypothèse : la motivation du propriétaire exploitant pour la croissance a un effet positif important sur celle-ci. Cette motivation pour la croissance se traduit notamment par la promptitude du propriétaire exploitant à prendre des risques. La recommandation qui résulte de ce constat est que les politiques d appui aux micro-entreprises doivent cibler les entreprises dont les propriétaires éprouvent réellement le besoin de croître. Le goût pour le risque semble cependant être la seule, sinon la principale, caractéristique du propriétaire exploitant à expliquer la croissance des micro-entreprises. L âge de l entrepreneur, son instruction et son genre ne semblent pas avoir un effet significatif. La croissance des micro-entreprises est une condition nécessaire mais non suffisante pour que celles-ci deviennent des PME. En effet, le passage de la micro-entreprise à la PME suppose des changements qualitatifs qui créent souvent une incertitude face à l avenir. Cela suppose également que la micro-entreprise quitte le secteur informel pour le secteur formel avec ce que cela implique en termes d obligations fiscales. Il est donc possible que certaines entreprises refusent cette transition. Ainsi, dans le troisième chapitre, Bitemo s intéresse aux déterminants du passage de la micro-entreprise à la PME dans l ouest de la RDC. Il fait pour cela recours à une analyse micro-économétrique basée sur un modèle Probit. Les résultats obtenus à partir de ce modèle permettent d identifier des facteurs internes et externes à l entreprise. Parmi les facteurs internes, l âge et la formation de l entrepreneur ainsi que la taille initiale de l entreprise ont une incidence positive sur le passage de la micro-entreprise à la PME. La probabilité pour les femmes entrepreneurs d assurer cette transition est faible par rapport aux hommes. En ce qui concerne les facteurs externes à l entreprise, la principale contrainte pour passer à une forme d organisation moderne est constituée des tracasseries administratives. En effet, celles-ci exercent un effet négatif sur le développement des micro-entreprises. L effet négatif des contraintes financières agit indirectement à travers la taille initiale de l entreprise. Les entreprises dont la taille initiale est importante ont, en effet, plus de chances de survie que les autres et, par conséquent, se développent plus facilement. Les ambitions d une micro-entreprise ne doivent pas s arrêter au fait de devenir une PME. La PME doit également croître en accumulant du capital ; ce qui permet de bénéficier des économies d échelle et d être plus compétitif. Makiese examine ainsi, dans le quatrième chapitre, le profil de l entrepreneur et la dynamique de croissance de la PME en RDC. S inscrivant dans la même logique que celle qui a prévalu dans l étude de la croissance des micro-entreprises, et en

5 Introduction 5 recourant à quelques tests statistiques, l auteur présente une réflexion qui fait ressortir le hiatus qu il y a dans le chef du promoteur entre sa volonté de créer une entreprise et sa capacité d en assurer la croissance. En effet, pour être à même de jouer le rôle de catalyseur de développement, les PME doivent s inscrire dans la dynamique de croissance. Celle-ci dépend pour une grande part du profil ou des caractéristiques de ceux qui les créent et/ou les dirigent. Le cas de la RDC étudié par l auteur fait état d une adéquation vérifiée entre la propension à la croissance et le profil des promoteurs des PME dans la ville de Kinshasa. Le cinquième chapitre aborde les facteurs des performances des PME face à la concurrence des grandes entreprises. En effet, sur beaucoup de marchés et dans la plupart des filières de production, les PME coexistent avec les grandes entreprises. Kimfuta se pose alors la question de savoir si la présence de grandes entreprises dans un marché donné n est pas préjudiciable aux PME. Dans ce cas, il s intéresse aux stratégies que les PME développent pour faire face à la concurrence de grandes entreprises. Comme on pouvait s y attendre, il trouve que les PME qui sont en confrontation avec les grandes entreprises affichent de faibles performances car elles ne peuvent pas soutenir cette confrontation. Pour y faire face, deux stratégies s offrent aux PME. La première stratégie consiste à entrer en collusion avec la grande entreprise. Lorsque par exemple une grande entreprise ne peut occuper tout le marché en raison par exemple de l épuisement d économies d échelle, la PME peut alors se contenter de la part de marché résiduelle délaissée par la grande entreprise. La seconde stratégie consiste à se créer un monopole : il peut s agir d un monopole géographique ou alors de la stratégie de différenciation de produit. Pour que ces stratégies fonctionnent bien, la PME doit veiller à ce que son produit soit d aussi bonne qualité que celui de la grande entreprise. Enfin, le sixième chapitre établit le lien qui existe entre d une part, le droit et d autre part, l entrepreneuriat et le développement économique. Mfundani montre dans ce chapitre qu une bonne législation et le respect des règles de droit permettent d encourager les initiatives privées et d assurer le développement économique. Les règles de droit doivent permettre avant tout de protéger les intérêts de l entrepreneur. Cette fonction du droit que doit garantir tout État responsable est généralement admise, par les théoriciens et praticiens du développement économique, comme une condition sine qua non du développement des affaires. En effet, l épanouissement de l entreprise privée suppose le respect du droit de propriété et l existence d une justice indépendante. Le développement des institutions, notamment judiciaires, conduit ainsi au développement de l initiative privée. Les règles de droit doivent permettre, également, l élaboration d un cadre juridique souple et incitatif. En effet, le développement des microentreprises et des PME passe, notamment, par une législation fiscale adaptée. Par ailleurs, les activités humaines conduisent à des externalités négatives et

6 6 Facteurs de transition: de la micro-entreprise à l'entreprise capitaliste moderne donc, le droit a aussi pour rôle de protéger l environnement pour que le développement de l entreprise privée ne soit pas compromis dans le futur. Les règles de droit permettent ainsi d assurer et de rendre l entrepreneuriat durable. Pour que le droit parvienne à assumer son rôle de promotion des initiatives privées, Mfundani pense que l organisation étatique qui convient le mieux est celle d un État démocratique. Les analyses qui ont été faites dans ce travail permettent de contribuer à la compréhension des facteurs qui expliquent l échec de la majorité des microentreprises et des PME en RDC et à la mise en évidence des facteurs qui rendent possible le succès d un nombre limité de ces entreprises dans un environnement pour le moins hostile. Ces analyses permettront, nous l espérons, d orienter les politiques de promotion de l entrepreneuriat en RDC. Plusieurs aspects n ont pas été abordés ou du moins n ont pas été étudiés de manière approfondie dans cet ouvrage et nous espérons qu ils feront l objet d études ultérieures. Il s agit notamment du rôle économique de l État congolais dans la promotion des initiatives privées. Ce rôle va de la création des infrastructures de base à l octroi des subsides pour certains secteurs clés en passant par la stimulation de la demande qui s adresse aux petites entreprises. Le problème de la succession (lors du décès du propriétaire) reste également à étudier puisqu il pose un défi majeur à la pérennité des entreprises familiales en RDC.

Rôle de l épargne dans le développement.

Rôle de l épargne dans le développement. 1 Rôle de l épargne dans le développement. L ensemble des acteurs économiques participant aux politiques de développement s accordent à reconnaître, depuis une quinzaine d années, l échec des politiques

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Pierre-Yves GOMEZ Professeur EMLYON Directeur de l Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE)

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 08 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI 1. Résumé SOUTIEN AUX PME ET À LEURS EMPLOYÉS PENDANT LA CRISE La crise financière et économique mondiale érige un certain nombre d obstacles

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Programme d Activités pour l Emploi des Jeunes dans la Province du Katanga (PAEJK)

Programme d Activités pour l Emploi des Jeunes dans la Province du Katanga (PAEJK) Programme d Activités pour l Emploi des Jeunes dans la Province du Katanga (PAEJK) Projet de coopération déléguée présenté dans le cadre du PIC entre le Royaume de Belgique et la RD du Congo Durée 3 ans

Plus en détail

LA FINANCE POUR TOUS? POLITIQUES ET ECUEILS DU DEVELOPPEMENT DE

LA FINANCE POUR TOUS? POLITIQUES ET ECUEILS DU DEVELOPPEMENT DE LA FINANCE POUR TOUS? POLITIQUES ET ECUEILS DU DEVELOPPEMENT DE L ACCES AUX FINANCES RAPPORT DE LA BANQUE MONDIALE SUR LES POLITIQUES DE DEVELOPPEMENT Résumé Un nouveau rapport de la Banque mondiale sur

Plus en détail

Concevoir un système fiscal pour les petites et microentreprises (2):

Concevoir un système fiscal pour les petites et microentreprises (2): Outils d action Designing a tax system for micro and small businesses: Guide for practitioners, IFC, décembre 2007. Concevoir un système fiscal pour les petites et microentreprises (2): conseils pour l

Plus en détail

EMPLOYABILITE DES JEUNES AU MAROC

EMPLOYABILITE DES JEUNES AU MAROC EMPLOYABILITE DES JEUNES AU MAROC L emploi L emploi est une forme d insertion sociale, un levier qui permet l amélioration des conditions de vie. L emploi est un paramètre révélateur dans l évaluation

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

CHARTE DES PETITES, MOYENNES ENTREPRISES ET DE L ARTISANAT EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

CHARTE DES PETITES, MOYENNES ENTREPRISES ET DE L ARTISANAT EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO 1 REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES CHARTE DES PETITES, MOYENNES ENTREPRISES ET DE L ARTISANAT EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO Kinshasa, le 24 août 2009

Plus en détail

Séminaire sur le partage des bonnes expériences et des défis en matière d e-gouvernance/e-administration

Séminaire sur le partage des bonnes expériences et des défis en matière d e-gouvernance/e-administration Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Séminaire sur le partage des bonnes expériences

Plus en détail

LE DEFIS DU FINANCEMENT DES PME

LE DEFIS DU FINANCEMENT DES PME LE DEFIS DU FINANCEMENT DES PME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION ETAT DES LIEUX CAUSE DE LA SITUATION ACTUELLE NOS OBJECTIFS SOLUTIONS Brazzaville, Congo 1 1. INTRODUCTION A. CHIFFRES CLES DE LA FISRT BANK 28 ans

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES le Financement des entreprises, un soutien indispensable à l économie parlons de la banque... LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES UN SOUTIEN INDISPENSABLE À L ÉCONOMIE Mars 2014 Retrouvez les chiffres actualisés

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES.

DOSSIER DE PRESSE S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES. DOSSIER DE PRESSE LA RÉGION FRANCHE-COMTÉ ET LA CAISSE DES DÉPÔTS S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES 22 janvier 2015 Région Franche-Comté

Plus en détail

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Commentaires du Conseil du patronat du Québec dans le cadre de la consultation sur l accessibilité

Plus en détail

PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS

PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS Présenté par Dr Alpha AYANDE Tél. +41 79 358 26 12 Email: syfodip@gmail.com

Plus en détail

«comment faciliter et développer les échanges intra-régionaux» séminaire OIF/COI, gérard Lemoine, LemoineConseil, nov12 1

«comment faciliter et développer les échanges intra-régionaux» séminaire OIF/COI, gérard Lemoine, LemoineConseil, nov12 1 «comment faciliter et développer les échanges intra-régionaux» Lemoine, LemoineConseil, nov12 1 Diffusion de la culture entrepreneuriale et création d entreprises Lemoine, LemoineConseil, nov12 2 Le développement

Plus en détail

GUIDE EN ENTREPRENEURIAT

GUIDE EN ENTREPRENEURIAT PLACE À LA JEUNESSE GUIDE EN ENTREPRENEURIAT Le document présent vous présente un aperçu général de ce qu est l entreprenariat. Certaines autres notions seront nécessaires à la complétion du cas académique

Plus en détail

Atelier Régional sur l Exécution des Projets en Afrique de l Ouest et du Centre

Atelier Régional sur l Exécution des Projets en Afrique de l Ouest et du Centre Atelier Régional sur l Exécution des Projets en Afrique de l Ouest et du Centre Groupe IV : Bonne Gouvernance Modérateur : Mme Cécile KOUAKOU PPMS/Côte d Ivoire Rapporteur : Daouda MAIGA PIDRK/Mali METHODOLOGIE

Plus en détail

Introduction. Défis et succès méthodologiques. Samuel MAWETE École Normale Supérieur, Brazzaville. Rapport national

Introduction. Défis et succès méthodologiques. Samuel MAWETE École Normale Supérieur, Brazzaville. Rapport national Rapport national Rapport CONGO Samuel MAWETE École Normale Supérieur, Brazzaville Introduction L agenda panafricain de recherche sur l intégration des TIC en Afrique (en sigle PanAf) qui s est donné comme

Plus en détail

CREEZ ET GEREZ VOTRE MICRO, PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE AVEC SUCCES. Formation destinée aux promoteurs / gérants des MPME

CREEZ ET GEREZ VOTRE MICRO, PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE AVEC SUCCES. Formation destinée aux promoteurs / gérants des MPME CREEZ ET GEREZ VOTRE MICRO, PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE AVEC SUCCES Formation destinée aux promoteurs / gérants des MPME Chapitre 1 : L entreprise et son environnement 1.1. L esprit d entreprise et ses

Plus en détail

Conférence Accés de la PME au financement en Tunisie 2015

Conférence Accés de la PME au financement en Tunisie 2015 Conférence Accés de la PME au financement en Tunisie 2015 Rapport de synthèse CONECT 2015 1. Problématique de l'étude L objectif de cette étude est de faire ressortir la problématique et la complexité

Plus en détail

La performance sociale de l Adie

La performance sociale de l Adie adie etude impact 2012 refait ok_adie etude impact 2012 03/10/12 17:31 Page1 La performance sociale de l Adie Les services de l Adie en direction des populations en situation d exclusion évalués par l

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info Ce domaine concerne les règles les finances (l argent) de l Etat. Ce n est pas un domaine facile à comprendre mais il est indispensable de faire un effort pour en saisir l essentiel même de façon sommaire.

Plus en détail

DETECTION, ANALYSE ET QUANTIFICATION DU RISQUE SOCIAL : LE MODELE M@RS

DETECTION, ANALYSE ET QUANTIFICATION DU RISQUE SOCIAL : LE MODELE M@RS DETECTION, ANALYSE ET QUANTIFICATION DU RISQUE SOCIAL : LE MODELE M@RS Hubert LANDIER Consultant, directeur de la lettre «Management social». Membre du conseil d administration de l IAS. Bernard MERCK

Plus en détail

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Annexe La Conférence générale de l Organisation internationale du Travail, convoquée à Genève par le Conseil d administration du

Plus en détail

Le cadre juridique et fiscal des relations d affaires franco-africaines: un atout pour les entrepreneurs?

Le cadre juridique et fiscal des relations d affaires franco-africaines: un atout pour les entrepreneurs? Le cadre juridique et fiscal des relations d affaires franco-africaines: un atout pour les entrepreneurs? Me Pierre MARLY Avocat CMS Bureau Francis Lefebvre E-mail : pierre.marly@cms-bfl.com 1 - Le cadre

Plus en détail

Créer son propre emploi Pourquoi? Pour qui? Et Comment? Par Alain Cadoret

Créer son propre emploi Pourquoi? Pour qui? Et Comment? Par Alain Cadoret Créer son propre emploi Pourquoi? Pour qui? Et Comment? Par Alain Cadoret Qui suis-je? ATTENTION! Référence :Profession entrepreneur : Gasse et d Amours. Avoir un potentiel d entrepreneur c est une chose,

Plus en détail

La formation continue dans les universités depuis 1968

La formation continue dans les universités depuis 1968 Jacques Denantes 540 Département des Sciences de l Education Université de Paris X Nanterre La formation continue dans les universités depuis 1968 Cette recherche s inscrit dans le cadre d une thèse, dont

Plus en détail

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA FinAfrique Research Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA Octobre 2015 Dans ce document nous comparons la performance du secteur bancaire des zones CEMAC et UEMOA depuis 2006. Si la pénétration

Plus en détail

Le financement de la formation professionnelle

Le financement de la formation professionnelle Idées, concepts et politiques Le financement de la formation professionnelle Financing vocational training, Professeur Adrian Ziderman, Bar-Ilan University, Israël, zidera@mail.biu.ac.il Le système de

Plus en détail

Situation de l activité entrepreneuriale au Québec : les résultats du Global Entrepreneurship Monitor (GEM) de 2013. Éditorial

Situation de l activité entrepreneuriale au Québec : les résultats du Global Entrepreneurship Monitor (GEM) de 2013. Éditorial VOLUME 14 NUMÉRO 2Mai 2014 Éditorial Situation de l activité entrepreneuriale au Québec : les résultats du Global Entrepreneurship Monitor (GEM) de 2013 Le Global Entrepreneurship Monitor, communément

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES ETUDE SUR L ELABORATION D UNE NOTE SUR LES OPTIONS DE MECANISME DE PARTAGE DES REVENUS DE LA REDD EN RDC

TERMES DE REFERENCES ETUDE SUR L ELABORATION D UNE NOTE SUR LES OPTIONS DE MECANISME DE PARTAGE DES REVENUS DE LA REDD EN RDC TERMES DE REFERENCES ETUDE SUR L ELABORATION D UNE NOTE SUR LES OPTIONS DE MECANISME DE PARTAGE DES REVENUS DE LA REDD EN RDC Contexte : La REDD+ doit être considérée comme une incitation économique pour

Plus en détail

Présenté par: Edouard CLEMENT mba, cpah

Présenté par: Edouard CLEMENT mba, cpah LE FINANCEMENT DU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI L OCPAH S ENGAGE Présenté par: Edouard CLEMENT mba, cpah Introduction Capacité de mobilisation de ressources financières et Réussite d un modèle de développement

Plus en détail

DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA

DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE -------- LE CONSEIL DES MINISTRES DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA LE CONSEIL DES MINISTRES

Plus en détail

Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la

Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la Fiducie du Chantier de l économie sociale. Ce document

Plus en détail

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques En 2013, le Conseil des arts du Canada a publié le Document d'information : Révision des programmes de subventions de fonctionnement

Plus en détail

Appel à communication

Appel à communication UNIVERSITE CADI AYYAD ********** Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales Marrakech Appel à communication Le Groupe de Recherche sur les Entreprises Familiales et les Strategies des Organisations

Plus en détail

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada EN COLLABORATION AVEC : Sondage 2013 des canaux de revente de Direction

Plus en détail

Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la

Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la Fiducie du Chantier de l économie sociale. Ce document

Plus en détail

ICBE policy BRIEF. Solutions pratiques au problème. au Cameroun

ICBE policy BRIEF. Solutions pratiques au problème. au Cameroun Solutions pratiques au problème de financement des PME au Cameroun ICBE policy BRIEF Par Christian Lambert Nguena (Centre d Études et de Recherche en Économie et Gestion (CEREG) Cameroun) Christian Lambert

Plus en détail

Vous êtes AUSSI des gens d affaires

Vous êtes AUSSI des gens d affaires Vous êtes AUSSI des gens d affaires Présentation au congrès de l OTTIAQ 2013 Vendredi 22 novembre 2013 Simon Gaudreault, économiste Qui sommes-nous? Association de PME fondée en 1971, 42 ans d existence

Plus en détail

Aides aux entreprises et au développement économique à Bruxelles : en avant la réforme!

Aides aux entreprises et au développement économique à Bruxelles : en avant la réforme! Rationalisation des structures et des subsides : le Gouvernement bruxellois approuve la vision stratégique du Ministre de l Economie et de l Emploi Aides aux entreprises et au développement économique

Plus en détail

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Lors du Sommet pleines voiles en janvier 2007, la Commission des valeurs mobilières du Nouveau-Brunswick a publié

Plus en détail

Repères n 7. Le financement des PME en Afrique. par Céline Kauffmann. www.oecd.org/dev/reperes CENTRE DE DÉVELOPPEMENT DE L OCDE

Repères n 7. Le financement des PME en Afrique. par Céline Kauffmann. www.oecd.org/dev/reperes CENTRE DE DÉVELOPPEMENT DE L OCDE CENTRE DE DÉVELOPPEMENT DE L OCDE www.oecd.org/dev/reperes Repères n 7 Le financement des PME en Afrique par Céline Kauffmann Repères n 7 découle des Perspectives économiques en Afrique 2004/2005, une

Plus en détail

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES DEFIS LIES A L EXPLOITATION DES RESSOURCES NATURELLES DANS UN PAYS POST- CONFLIT New- York 1 er au 02 Avril 2015

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES DEFIS LIES A L EXPLOITATION DES RESSOURCES NATURELLES DANS UN PAYS POST- CONFLIT New- York 1 er au 02 Avril 2015 CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES DEFIS LIES A L EXPLOITATION DES RESSOURCES NATURELLES DANS UN PAYS POST- CONFLIT New- York 1 er au 02 Avril 2015 PRESENTATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SOCIETE CIVILE CONGOLAISE

Plus en détail

Introduction Le système de santé en République Démocra- tique du Congo

Introduction Le système de santé en République Démocra- tique du Congo RDC: consultations en cardiologie et traitement du cancer Renseignement de l analyse-pays de l OSAR Fiorenza Kuthan Berne, le 22 décembre 2010 Introduction Sur la base de la demande soumise le 29 novembre

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA

NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission Département des Politiques Economiques NOTE DE PRESENTATION DU PROGRAMME STATISTIQUE DE L UEMOA Février 2005 I INTRODUCTION Le Traité instituant

Plus en détail

La relève on y croit! FOIRE AUX QUESTIONS Niveau secondaire

La relève on y croit! FOIRE AUX QUESTIONS Niveau secondaire La relève on y croit! FOIRE AUX QUESTIONS Niveau secondaire 1- Quels sont les préalables à compléter au secondaire afin d être admissible au cégep? L important, c est d obtenir un diplôme d études collégiales

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F REGL PROF - Qualifications prof. A2 Bruxelles, 26 mai 2011 MH/JC/JP A V I S sur LA REFORME DE LA DIRECTIVE RELATIVE A LA RECONNAISSANCE DES QUALIFICATIONS

Plus en détail

Étude «analyse, reporting et budget» Niveau d équipement et attentes des PME françaises.

Étude «analyse, reporting et budget» Niveau d équipement et attentes des PME françaises. Étude «analyse, reporting et budget» Niveau d équipement et attentes des PME françaises. Mai 2009 Préface Les PME ont aujourd hui accès aux technologies déjà déployées dans les grandes entreprises. En

Plus en détail

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN

LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN LE SECTEUR INFORMEL DANS L AGGLOMERATION D ABIDJAN Les conditions d activité du secteur informel L absence de numéro de compte contribuable apparaît comme le critère déterminant d appartenance au secteur

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CECI/FID/2007/2 16 mai 2007 FRANÇAIS Original: ANGLAIS E COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DE LA COOPÉRATION ET DE L INTÉGRATION

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Novembre 2007 1 Introduction Depuis la libéralisation du marché céréalier

Plus en détail

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

Savoir jouer avec les autres Votre orchestre est-il prêt pour un travail de collaboration?

Savoir jouer avec les autres Votre orchestre est-il prêt pour un travail de collaboration? Savoir jouer avec les autres Votre orchestre est-il prêt pour un travail de Par Katherine Carleton Directrice générale, Orchestres Canada Novembre 2006 Les orchestres à l esprit d entreprise s efforcent

Plus en détail

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT KINSHASA, DU 06 08 NOVEMBRE 2012 DISCOURS DE MR. ADAMA COULIBALY DIRECTEUR

Plus en détail

Séminaire sur les services économiques et financiers pour les P.M.E.

Séminaire sur les services économiques et financiers pour les P.M.E. Séminaire sur les services économiques et financiers pour les P.M.E. Organisé par l Institut Multilatéral d Afrique et la Banque Africaine du Développement en partenariat avec le Fond Monétaire International

Plus en détail

Innovation chez les PME : nécessité, diversité et facteurs de succès

Innovation chez les PME : nécessité, diversité et facteurs de succès Innovation chez les PME : nécessité, diversité et facteurs de succès Par : Josée St-Pierre 1, Ph.D., professeure titulaire Directrice du Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises Présidente

Plus en détail

Recommandations révisées Sommet pancanadien de l économie citoyenne 2010

Recommandations révisées Sommet pancanadien de l économie citoyenne 2010 Recommandations révisées Sommet pancanadien de l économie citoyenne 2010 1. Finance et investissement Mettre en place des mesures fiscales et réglementaires qui tiennent compte du genre pour canaliser

Plus en détail

Editorial. d emplois pour moins de pauvreté. Programme d Appui à la Promotion de l Emploi et à la Réduction de la Pauvreté (2011-2014) Décembre 2013

Editorial. d emplois pour moins de pauvreté. Programme d Appui à la Promotion de l Emploi et à la Réduction de la Pauvreté (2011-2014) Décembre 2013 APERP Plus d emplois pour moins de pauvreté Programme d Appui à la Promotion de l Emploi et à la Réduction de la Pauvreté (2011-2014) Décembre 2013 Editorial Bien connu des acteurs de l emploi des pays

Plus en détail

LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE

LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE 1 LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE 1. Pourquoi choisir l entreprise individuelle La création d une entreprise individuelle est simple : pas de capital social, pas de statuts,

Plus en détail

PNPMS Ministère de la Santé. Plan 2009-2011. Les grandes lignes Synthèse des travaux de l'atelier du 13 au 16/02/2009

PNPMS Ministère de la Santé. Plan 2009-2011. Les grandes lignes Synthèse des travaux de l'atelier du 13 au 16/02/2009 PNPMS Ministère de la Santé Plan 2009-2011 Les grandes lignes Synthèse des travaux de l'atelier du 13 au 16/02/2009 Le document reprend les éléments essentiels produits lors de l'atelier qui s'est tenu

Plus en détail

Cadre de Partenariat Stratégique 2014-2017 entre la Banque mondiale et le gouvernement du Maroc. Cadre proposé du CPS

Cadre de Partenariat Stratégique 2014-2017 entre la Banque mondiale et le gouvernement du Maroc. Cadre proposé du CPS Cadre de Partenariat Stratégique 2014-2017 entre la Banque mondiale et le gouvernement du Maroc Cadre proposé du CPS Introduction Le Cadre de Partenariat Stratégique (CPS) définit les priorités de développement

Plus en détail

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA MICROASSURANCE: DEFIS ET OPPORTUNITES Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème sera abordé en cinq

Plus en détail

AFD Danielle Segui. Financer les petites et très petites entreprises des pays du Sud

AFD Danielle Segui. Financer les petites et très petites entreprises des pays du Sud L AFD et la mésofinance AFD Danielle Segui Financer les petites et très petites entreprises des pays du Sud Besoins de financements 100 000 Grandes PME Banque traditionnelle TPE/PE {Chaînon manquant Les

Plus en détail

Notre Mission. La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale,

Notre Mission. La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale, Notre Mission 2 La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale, à but non lucratif, qui s investit depuis 1996 dans l action du

Plus en détail

Description de voie pour les formateurs et les personnes apprenantes Études secondaires

Description de voie pour les formateurs et les personnes apprenantes Études secondaires Curriculum en littératie des adultes de l Ontario Description de voie pour les formateurs et les personnes apprenantes Études secondaires Ministère de la Formation et des Collèges et Universités de l Ontario

Plus en détail

Orientations révisées sur l utilisation des ressources du Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC)

Orientations révisées sur l utilisation des ressources du Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC) Orientations révisées sur l utilisation des ressources du Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC) Considérations stratégiques et objectifs 1. L objet du Fonds international pour la diversité

Plus en détail

APPEL A CONTRIBUTION

APPEL A CONTRIBUTION Comité des bailleurs de fonds pour le développement de l'entreprise CONFÉRENCE CONSULTATIVE RÉGIONALE EN AFRIQUE Créer de meilleurs environnements des affaires pour le développement des entreprises : leçons

Plus en détail

CHAPITRE II : PRESENTATION DE LA BANQUE CENTRALE DU CONGO

CHAPITRE II : PRESENTATION DE LA BANQUE CENTRALE DU CONGO 1 CHAPITRE II : PRESENTATION DE LA BANQUE CENTRALE DU CONGO Dans ce chapitre nous allons définir présenter l institution bancaire BBC, nous allons parler de son historique, son organisation et son fonctionnement.

Plus en détail

Présenté par Stephanie Diakité, CATEK

Présenté par Stephanie Diakité, CATEK Présenté par Stephanie Diakité, CATEK FINANCEMENT A COURT TERME Le financement nécessaire pour couvrir le coût d achat ou de production, de conditionnement et d expédition des produits finis pour livraison

Plus en détail

La formation professionnelle au crible de la notation sociale

La formation professionnelle au crible de la notation sociale SOPHIE THIERY La formation professionnelle au crible de la notation sociale Par conviction ou par contrainte, les entreprises sont de plus en plus nombreuses à adopter des codes de conduite, à rendre accessibles

Plus en détail

DISSERTATION. Sujet = Dans quelle mesure une hausse de la rentabilité peut-elle stimuler l investissement?

DISSERTATION. Sujet = Dans quelle mesure une hausse de la rentabilité peut-elle stimuler l investissement? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée explicitement ou implicitement dans le sujet ; - de construire une argumentation à partir d une problématique qu il devra élaborer

Plus en détail

La formation professionnelle et le secteur informel

La formation professionnelle et le secteur informel Investing in People Etude nationale La formation professionnelle et le secteur informel Bénin Ce projet est financé par l Union européenne Ce projet est mis en œuvre par sequa ggmbh Table de Matière INTRODUCTION

Plus en détail

La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT

La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT SOMMAIRE Introduction... 2 I. Aperçu sur le fondement de la gestion axée sur les résultats... 3 1.1. De nouveaux

Plus en détail

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique»

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Justine BERTHEAU Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Intervenants : - Yann Gauthier, directeur du Centre International du

Plus en détail

Canada Millennium Scholarship Foundation Fondation canadienne des bourses d études du millénaire

Canada Millennium Scholarship Foundation Fondation canadienne des bourses d études du millénaire Canada Millennium Scholarship Foundation Fondation canadienne des bourses d études du millénaire 1000 Sherbrooke West / Ouest Bureau 800 Montréal,QC H3A 3R2 Tél: 1 877 786 3999 (Toll Free / Sans frais)

Plus en détail

Il est temps de réinventer l assurance emploi

Il est temps de réinventer l assurance emploi 1 Conférence IRPP de Diane Bellemare Is it time to reinvent employment insurance? Introduction Au Canada, l assurance chômage a subi plusieurs réformes depuis son adoption en 1940. L objectif du régime

Plus en détail

Centre de Communication et de Développement de l Entreprise

Centre de Communication et de Développement de l Entreprise Centre de Communication et de Développement de l Entreprise Bureau d Études Siège: 25, Avenue Noguès, Rue n 4 06 B.P. 1409 Abidjan 06 R.C. N CI-ABJ-2007-B-2911 Tél. : (225) 20.32.91.41 Fax : (225) 20.32.91.40

Plus en détail

No 0402. Série Documents de Travail sur la Protection Sociale

No 0402. Série Documents de Travail sur la Protection Sociale No 0402 Série Documents de Travail sur la Protection Sociale Impacts des programmes actifs du marché du travail : Mise à jour des leçons tirées de leurs évaluations, et leur application possible aux pays

Plus en détail

FACULTE DE DROIT. 1. Premier Graduat I. CYCLE DE GRADUAT. 2. Deuxième Graduat

FACULTE DE DROIT. 1. Premier Graduat I. CYCLE DE GRADUAT. 2. Deuxième Graduat FACULTE DE DROIT I. CYCLE DE GRADUAT 1. Premier Graduat 1. l éducation à la citoyenneté 30 30 2. l anglais 30 15 45 3. l introduction générale à l étude du droit (droit privé 60 30 90 et droit public 4.

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

Règlement sur les finances de l Université

Règlement sur les finances de l Université Règlement sur les finances de l Université vu la loi fédérale sur l aide aux universités et la coopération dans le domaine des hautes écoles du 8 octobre 1999 ; vu la loi sur l université du 13 juin 2008

Plus en détail

NORME INTERNATIONAL D AUDIT 550 PARTIES LIEES

NORME INTERNATIONAL D AUDIT 550 PARTIES LIEES Introduction NORME INTERNATIONAL D AUDIT 550 PARTIES LIEES (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe Champ d application de

Plus en détail

La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives

La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives Conférenciers Stéphane Chabot, Réseau d investissement social du Québec (RISQ) Lucie Villeneuve, Réseau québécois du crédit communautaire (RQCC)

Plus en détail

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec MON PORTRAIT Ce portrait, obtenu à partir du questionnaire en ligne, permet de structurer l échange avec le jeune en vue de planifier les actions à entreprendre. Il procure à celui-ci un bilan de ses réponses

Plus en détail

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA MFW4A La finance au service de l afrique

Plus en détail

Évaluation de l incidence économique du secteur de l immobilier commercial dans la ville d Ottawa

Évaluation de l incidence économique du secteur de l immobilier commercial dans la ville d Ottawa Évaluation de l incidence économique du secteur de l immobilier commercial dans la ville d Ottawa Si les répercussions économiques annuelles devaient se prolonger à long terme, et compte tenu du potentiel

Plus en détail

Conférence de presse

Conférence de presse Conférence de presse L application de la Gouvernance d Entreprise dans les PME belges Une étude par Deminor dans le cadre d un projet en entreprise de la HUB Embargo 7 septembre 2011 Deminor Team: Bernard

Plus en détail

Pro Conseil 7 rue du commerce 49700 DOUE LA FONTAINE Tél : 06 21 33 57 67 Tél : 02 41 50 98 85 Mail : pro-conseil0467@orange.fr

Pro Conseil 7 rue du commerce 49700 DOUE LA FONTAINE Tél : 06 21 33 57 67 Tél : 02 41 50 98 85 Mail : pro-conseil0467@orange.fr Pro Conseil 7 rue du commerce 49700 DOUE LA FONTAINE Tél : 06 21 33 57 67 Tél : 02 41 50 98 85 Mail : pro-conseil0467@orange.fr Une visite sur le site www.pro-conseils.fr Catalogue formations 2015 L avenir

Plus en détail

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC 1. INTRODUCTION 2. ETAT DES LIEUX PLAN 3. PROBLEMATIQUE DE LA DEGRADATION DES TERRES ET DE LA

Plus en détail

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Beyrouth, Liban, 24 novembre 2010 CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE «RENFORCER UN ENVIRONNEMENT

Plus en détail

BAROMETRE DE L ACCOMPAGNEMENT DES PME AU BURKINA FASO

BAROMETRE DE L ACCOMPAGNEMENT DES PME AU BURKINA FASO BAROMETRE DE L ACCOMPAGNEMENT DES PME AU BURKINA FASO Décembre 2013 i SOMMAIRE SIGLES ET ABREVIATIONS... iii Introduction... 1 I. Caractéristiques des entreprises enquêtées... 4 II. Contexte Politique...

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Kaédi le 23 et 24 Mai 2008 Alliance Franco-Mauritanienne de Kaédi ( AFM-K)

Kaédi le 23 et 24 Mai 2008 Alliance Franco-Mauritanienne de Kaédi ( AFM-K) Regroupement des jeunes de Kaédi Pour le Développement 1 Kaédi, le 24 Mai 2008 Rapport de formation des associations de Kaédi sur l entreprenariat et la création d entreprise organisée par le Regroupement

Plus en détail