UNE APPROCHE PSYCHOLOGIQUE DE LA NOTION DE CONTRAINTE EN RÉSOLUTION DE PROBLÈMES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNE APPROCHE PSYCHOLOGIQUE DE LA NOTION DE CONTRAINTE EN RÉSOLUTION DE PROBLÈMES"

Transcription

1 Chevalier, A., & Cegarra, J. (2008). Une approche psychologique de la notion de contrainte en résolution de problèmes. Le Travail Humain, 71(2), SYNTHÈSES REVIEWS UNE APPROCHE PSYCHOLOGIQUE DE LA NOTION DE CONTRAINTE EN RÉSOLUTION DE PROBLÈMES SUMMARY Par A. CHEVALIER 1 et J. CEGARRA 2 A PSYCHOLOGICAL APPROACH TO CONSTRAINTS IN PROBLEM-SOLVING Many studies have been conducted on the role of constraints in psychology and artificial intelligence (A.I.) since the sixties. In psychology as well as in A.I., these studies were led in various problem-solving domains, such as design or scheduling problems, cooperative or individual problem-solving. Although many definitions and approaches to constraints were suggested, no synthesis article has already been realized. This is the purpose of our current article. This article reviews the researches conducted in cognitive and ergonomic psychology that tackle the role of constraints, and includes the main studies from A.I. used in psychology. As most studies focused on the role of constraints in individual problem-solving situations, we chose to attend more precisely to these activities and to illustrate them with various examples from empirical studies. This review starts with the presentation of the main definitions, typologies, and statuses often attributed to constraints in psychology and A.I. Beyond the controversy surrounding these various definitions, typologies, and status, we will highlight how complementary they may be. The second part of this review exposes the operations realized on constraints, emphasizing the three operations that were distinguished in A.I. and psychology: formulation, propagation and satisfaction. We define these operations according to the A.I. approach, and emphasize their psychological implications. Then we present the two most studied operations in psychology: relaxation and elimination of constraints. 1 Université de Paris X-Nanterre UFR SPSE (bât. C) Laboratoire Processus Cognitifs et Conduites Interactives (EA 3984), 200, avenue de la République, F Nanterre cedex. 2 CLLE-LTC Laboratoire Travail et Cognition (UMR CNRS 5263). Centre Universitaire Jean-François Champollion, Place de Verdun Albi cedex 9, France.

2 2 We conclude this article by suggesting three ways of research about the role of constraints in problem-solving: (1) relationships between constraints and complexity, (2) relationships between constraints and difficulty, and (3) relationships between constraints and attention processes. Key words: Constraint, Typology, Formulation, Propagation, Satisfaction, Problem-Solving.

3 3 I. INTRODUCTION Depuis près de cinquante ans, de nombreux travaux s'intéressent à la notion de contrainte, aussi bien en intelligence artificielle (I.A.) qu'en psychologie cognitive et ergonomique. En effet, dès les années 60, les outils informatiques assistant les processus de conception (conception assistée par ordinateur, systèmes à base de connaissances, etc.) se sont appuyés sur l'idée que résoudre un problème de conception consiste à obtenir la satisfaction d'un ensemble de contraintes (Sutherland, 1963). Nous retrouvons cette idée, par exemple, dans la conception d'objets graphiques (Waltz, 1972), dans la conception de sites Web (Chevalier & Ivory, 2003), dans la conception architecturale (Lebahar, 1998) ou encore dans l'ordonnancement de production (Fox, 1990 ; Lopez & Roubellat, 2007). Dans la résolution de problèmes de conception, les systèmes d'aide ont été dotés d'une capacité à gérer les contraintes, avec l'objectif de décharger les opérateurs du maintien des contraintes satisfaites au cours du processus de conception (cf., par exemple, Borning, Freeman-Benson, Maloney, & Wilson, 1991 ; Ress & Young, 1998). Les formalismes élaborés en I.A. ont alors stimulé des travaux en psychologie cognitive et ergonomique. Cela a conduit à la proposition d un grand nombre de définitions et à la mise en place de nombreuses études au sein de différents domaines. En revanche, aucun travail, à notre connaissance, n'a présenté une synthèse de la notion de contrainte alors qu'elle est à la base de nombreux travaux dans ces deux disciplines. Aussi, cette synthèse poursuit-elle un double objectif, celui de permettre au lecteur d'obtenir une vue d'ensemble des travaux portant sur les contraintes et celui de susciter de nouvelles pistes de réflexion et de recherche relatives à cette notion. De manière générale, et selon le dictionnaire usuel de la langue française, on peut définir une contrainte comme une "obligation créée par les règles en usage dans un milieu" (Le Petit Larousse, 2002). Mais, si l'on définit une contrainte uniquement comme une obligation, on soustrait alors de la définition la possibilité pour les contraintes de décrire, non pas ce qu'il faut faire, mais aussi ce qu'il ne faut pas faire, c'est-à-dire une interdiction. Or, il est admis dans la littérature que les obligations tout comme les interdictions constituent des contraintes qui peuvent être attribuées, par exemple, dans la consigne d'une expérimentation. De ce point de vue, les contraintes constituent une partie de la description de la tâche à remplir par le sujet. A titre d'illustration, Richard (1999) indique, en situation de résolution de problèmes de laboratoire (comme le problème de la Tour de Hanoï), que les contraintes constituent les composantes employées par les sujets pour se représenter le problème. Cette représentation

4 4 initiale du problème va activer certains éléments de connaissances qui permettront au sujet de définir un ensemble de solutions possibles (Knoblich, Ohlsson, Haider, & Rhenius, 1999). Aussi, les contraintes jouent-elles un rôle prépondérant dans l'activité du sujet en résolution de problèmes, en contribuant au contrôle de son activité, en permettant notamment de déterminer sur quels aspects porter son attention. L'étude des contraintes dans cette synthèse se centre principalement sur les situations individuelles de résolution de problèmes, qu'il s'agisse de problèmes de terrain (tels que les problèmes de conception ou d'ordonnancement) ou de laboratoire. Le point de vue disciplinaire de ce travail est celui de la psychologie cognitive et ergonomique, tout en nous appuyant sur des travaux conduits en I.A. (ces derniers étant sélectionnés selon leur contribution aux recherches en psychologie). La première partie de cette synthèse est consacrée à la présentation et à la discussion des différentes tentatives de définitions et typologies de contraintes élaborées dans le champ de la psychologie comme dans celui de l'i.a ( II). Cette section propose des mises en relation entre ces typologies en les regroupant selon trois aspects : la provenance, le poids et le niveau d'abstraction des contraintes. La seconde partie de cette synthèse est consacrée aux différentes opérations qui peuvent être effectuées sur les contraintes ( III). En effet, lorsque nous caractérisons les contraintes selon les typologies évoquées précédemment, nous ne définissons pas l'utilisation qui en est faite par le sujet. Nous pouvons parler de manière générique de gestion de contraintes pour désigner l'ensemble des opérations qui permettent de manipuler les contraintes. Différentes études présentent d'ailleurs l'activité des agents (humains ou artificiels) en situation de résolution de problèmes par la gestion de contraintes, que cela soit en I.A. (cf., par exemple, Stefik, 1981a, 1981b ; Bobrow & Stefik, 1986 ; Mackworth, 1987, 1997, 1999 ; Bekker & Vermeeren, 1996) ou en psychologie cognitive et ergonomique (cf., par exemple, Darses, 1991, 1994 ; Bonnardel, 1992 ; Détienne, 1998 ; Knoblich et al., 1999 ; Richard, 1999 ; Chevalier, 2003 ; Cegarra, 2004 ; Chevalier & Cegarra, 2006). C'est l'ensemble de ces opérations qui sera discuté dans cette partie. Nous concluons cette synthèse par la proposition de nouvelles pistes de recherche qui devraient permettre d'approfondir encore la notion de contrainte ( IV). II. LES DIFFERENTES TYPOLOGIES DE CONTRAINTES Comme nous l'avons présenté en introduction, la notion de contrainte a suscité de nombreux travaux, aussi bien en psychologie qu'en I.A. Ce faisant, différentes définitions et typologies de contraintes ont été proposées. Nous avons choisi de présenter certaines tentatives de définitions de la notion de contrainte ( II.1), pour ensuite nous focaliser sur les

5 5 typologies les plus souvent rencontrées dans la littérature ( II.2). Cette partie se termine par des mises en relation entre ces typologies en les regroupant selon trois aspects : la provenance des contraintes, leur poids et leur niveau d'abstraction. II.1. LES TENTATIVES POUR DEFINIR LA NOTION DE CONTRAINTE Compte tenu de la diversité des travaux que les contraintes ont suscités depuis plus de quarante ans et qu'aucun travail de synthèse n'ait été réalisé pour proposer un cadre théorique commun, différentes approches et définitions se retrouvent dans la littérature. Selon les auteurs et le champ disciplinaire auxquels nous nous rattachons, une contrainte constitue notamment : Une interprétation des données initiales du problème (Eastman, 1970 ; Lebahar, 1983 ; Bonnardel, 1992). Une restriction sur l'ensemble des actions possibles (Richard, 1994, 1995), en permettant de réduire l'espace de recherche du sujet (Darses, 1994). Une composante employée par les sujets pour se représenter le problème à résoudre (Richard, 1999). Une représentation spécifique d'une relation entre variables (Sutherland, 1963). Une condition à satisfaire pour obtenir un but (Stefik, 1981a). Une description partielle de traits structurels et conceptuels de la solution (Stefik, 1981a ; Darses, 1994). Nous allons exposer, à présent, de façon plus précise de quelle façon ces différentes définitions se retrouvent dans la littérature, en proposant également des mises en relation. Dans le champ de l'i.a., les travaux d'ivan Sutherland au Massachusetts Institute of Technology, au début des années 60, sont souvent considérés comme pionniers dans la résolution de problèmes par satisfaction de contraintes. Il s'agissait, à la suite des actions réalisées par l'utilisateur, au travers d'un crayon optique, de retrouver à l'intérieur d'une base de données la figure géométrique la plus probable, en utilisant pour cela un réseau de contraintes. Sutherland (1963, p.70, notre traduction) définissait une contrainte comme "une représentation spécifique d'une relation entre variables, stockée en mémoire, qui limite la liberté des variables, c'est-à-dire qui réduit le nombre de degrés de liberté du système". Cette définition sera conservée au fil des différents travaux en I.A., mais également en psychologie. Ainsi, trente ans plus tard, en psychologie cognitive, Richard (1994, 1995) définissait une contrainte comme une restriction sur l'ensemble des actions possibles dans chaque état de la situation lorsque le sujet est confronté à un problème bien défini et fermé tous les éléments

6 6 nécessaires à sa résolution sont donnés dans l'énoncé (Reitman, 1964 ; Simon, 1995) et il n'admet qu'une solution optimale (tel que le problème de la Tour de Hanoï). Sur cette base, la notion de contrainte véhicule l'idée selon laquelle une contrainte permet de réduire l'ensemble des actions possibles du sujet, ainsi que les solutions envisagées. Dans les situations de résolution de problèmes de conception, problèmes mal définis et ouverts (toutes les informations nécessaires à leur résolution ne sont pas fournies dans l'énoncé et plusieurs solutions peuvent satisfaire un même problème), les contraintes ont un double intérêt. Elles permettent de réduire les options de solution envisagées par les concepteurs, mais également d en suggérer de nouvelles. En effet, sur la base de situations analogues rencontrées antérieurement, le concepteur dispose de contraintes qu'il peut adapter et appliquer au problème courant (Holyoak & Thagard, 1989). Par exemple, Burkhardt et Détienne (1995), dans le domaine de la conception de programmes informatiques, ont montré que se référer à une situation analogue (problème source) permet au concepteur d'introduire de nouvelles contraintes issues de ce problème source. La sélection du problème source pourrait dans ce cas être guidée par les contraintes du problème cible. L'introduction de ces nouvelles contraintes pourrait générer la description de nouveaux buts qui n'étaient pas exprimés jusqu'alors et conduire ainsi à la construction d'une nouvelle représentation mentale. Par ailleurs, les contraintes importées du problème source pourraient aider à la suppression de contraintes du problème cible jugées alors inutiles, voire même fournir un nouvel ensemble de contraintes. Compte tenu que les contraintes nouvellement générées contribuent à de nouvelles possibilités de choix et d'actions, les contraintes constituent une description partielle de la solution (Darses, 1994), en ce sens que définir une contrainte sur l'objet à concevoir revient à décrire partiellement la solution (à introduire une compromission). En effet, parce qu'une contrainte représente une condition à satisfaire pour obtenir un but, elle constitue une description partielle des traits structurels ou conceptuels de la solution (Stefik, 1981a). Par ailleurs, l'idée selon laquelle une contrainte constitue une interprétation des données initiales a été le postulat sur lequel ont reposé la plupart des premières investigations psychologiques notamment dans le domaine architectural (Eastman, 1970 ; Lebahar, 1983) et aérospatial (Bonnardel, 1992). Les contraintes conditionnent alors la représentation de la tâche que le concepteur se construit et permettent le raffinement d'un plan abstrait en séquences spécifiques (Darses, 1994). Cela rejoint la conception de Simon (1981), selon laquelle les contraintes jouent un rôle prépondérant dans la réalisation des buts que le concepteur définit au cours même de son activité.

7 7 Les travaux de Stefik (1981a, 1981b) se rapprochent de la conception de Simon (1981) énoncée précédemment. Selon Stefik (1981a, 1981b), les contraintes spécifient des interactions entre sous-problèmes. Outre la mise en relation qui peut être faite entre la conception de Simon (1981) et celle de Stefik (op.cit.), cette idée trouve des équivalents dès les années 60 en architecture avec Alexander (1964). Ce dernier proposait d'analyser les problèmes de conception architecturale en termes d'exigences et de besoins élémentaires, définis au cours de l'analyse du problème et qui doivent être structurés par la compréhension des relations qu'ils entretiennent entre eux. Plus récemment, Lee, Eastman et Zimring (2003) soulignent, toujours dans le domaine architectural, que résoudre un problème revient à considérer les relations entre différentes contraintes. Par exemple, les architectes réalisent des croquis pour mettre en évidence des conflits entre contraintes techniques (Lebahar, 1998). Dès lors que le concepteur résout des conflits entre contraintes, il commence à spécifier une solution (Visser, 2002). Cependant, les interactions entre sous-problèmes ne se résument pas à la résolution de conflits car les contraintes peuvent aussi spécifier un sous-ensemble de combinaisons acceptables entre plusieurs variables et non une valeur de variable unique (Darses, 1997b ; Scott, Horvath, & Day, 2000). En résumé, et comme nous l'avons développé en introduction de cette partie, selon les auteurs, l'accent peut plutôt être posé sur l'une des trois caractéristiques des contraintes présentées précédemment (ces caractéristiques ne sont pas incompatibles entre elles) : (1) réduction des actions possibles, (2) description partielle de la solution ou (3) spécification d'interactions entre sous-problèmes. Par ailleurs, toutes les contraintes ne sont pas directement accessibles au sujet, et peuvent provenir de différentes sources. II.2. LA PROVENANCE DES CONTRAINTES Dans le champ de la psychologie cognitive et ergonomique, les contraintes que les sujets doivent satisfaire se distinguent selon leur provenance. Dans les activités de résolution de problèmes conduits en situation de laboratoire, Richard (1995) note l'intervention de deux types de contraintes dans l'activité du sujet : Les contraintes réelles imposées par la situation dans laquelle se trouve le sujet et auxquelles il doit s'adapter. Il s'agit par exemple des règles attribuées dans l'énoncé du problème. Les contraintes supplémentaires que le sujet se fixe (par exemple, sous la forme d'inférences) pour résoudre un problème donné et qui peuvent être d'origines diverses

8 8 (procédures inappropriées que le sujet applique à la situation, buts construits par le sujet, etc.). Par la suite, Richard (Richard & Tijus, 1998 ; Richard, 1999) privilégiera les expressions de contraintes explicites et de contraintes implicites. Les contraintes explicites proviennent directement de l'énoncé du problème à résoudre. Il s'agit des règles attribuées auxquelles le sujet doit se conformer, qui lui indiquent ce qu'il doit faire ou ne pas faire. La notion de contrainte implicite met l'accent sur les inférences du sujet à partir d'une activité de compréhension des contraintes explicites. Une contrainte implicite peut résulter d'une mauvaise interprétation de la consigne et n'est donc pas forcément correcte. La notion de contraintes implicites peut cependant être développée, dès lors que l'on ne restreint pas la description de la provenance des contraintes aux situations où les sujets ne disposent d'aucune expérience du problème. De cette façon, la typologie élaborée par Richard peut être rapprochée de celle proposée par Ullman, Wood et Craig (1990) dans le domaine de la conception industrielle de produits mécaniques. Ces derniers parlent de contraintes données, c'est-à-dire prescrites au début de la tâche, ce qui rejoint les contraintes réelles et explicites définies par Richard (op.cit.). Ullman et al. (op.cit.) décrivent aussi des contraintes dérivées qui sont plus larges que les contraintes supplémentaires et implicites. En effet, ces auteurs incluent dans cette notion l'activité de compréhension du problème à résoudre mais aussi les contraintes ajoutées par l'expérience des sujets. Cette approche est importante, notamment lors d'études prenant en compte le niveau d expertise des opérateurs. D'autres auteurs ont encore affiné la description de la provenance des contraintes. Savage, Miles, Moore et Miles (1998) ont proposé dans des tâches simples de conception (comme, par exemple, la construction de ponts en papier) une classification des contraintes en trois types : Les contraintes externes qui sont définies comme des facteurs économiques, tels que le temps et le coût. Les contraintes internes qui sont définies comme les connaissances du sujet, c'est-àdire liées à l'expérience dans le domaine considéré. Les contraintes inhérentes provenant de la tâche qui correspondent aux caractéristiques physiques comme la taille ou l'espace. Si l'approche de Savage et al. (op.cit.) discrimine les contraintes internes et inhérentes au sein des contraintes dérivées, elle se limite cependant à la description des contraintes sur les objectifs, alors que les contraintes peuvent aussi limiter les procédures de résolution du problème (comme nous le détaillerons au II.4).

9 9 Afin de bien distinguer la provenance des contraintes, sans se restreindre aux contraintes contenues dans la tâche prescrite, on peut alors se référer et élargir les travaux de Bonnardel (1992), portant sur la résolution de problèmes de conception dans le domaine aérospatial. On peut ainsi distinguer trois types de contraintes : Les contraintes prescrites. Elles sont définies par le commanditaire et/ou peuvent résulter d'une analyse du cahier des charges par le concepteur. Ces contraintes concernent des aspects techniques et/ou fonctionnels spécifiques au problème à satisfaire, comme la composition d'un produit donné par différents matériaux. Elles sont identifiées avant le début du processus de conception (Eastman, 1970) et déterminent la représentation de l'état initial du problème en formulant également des spécifications fonctionnelles ou physiques (Ullman, Dietterich, & Stauffer, 1988). Ces contraintes sont en quelque sorte incontournables et indépendantes du concepteur. Selon Darses (1994), ces contraintes prescrites sont rarement exprimées par les concepteurs comme des propriétés de solutions mais plutôt comme des données de représentation du problème. En fonction du domaine de conception considéré, ces contraintes peuvent être majoritairement des propriétés de l'état final. Par exemple, dans la conception de sites Web, la contrainte prescrite "l'historique du client doit figurer dans le site" constitue une propriété de l'état final du problème, en ce sens que le texte relatif à l'historique devra figurer sur l'une des pages du site, c'est-à-dire sur le produit à réaliser (Chevalier, 2002). La prise en compte d'une contrainte de ce type permet d'envisager une propriété de l'état final (le produit) sans pour autant apporter d'indice sur l'activité cognitive du processus de résolution mis en oeuvre par le concepteur pour parvenir à cet état. Les contraintes construites sont élaborées par le concepteur et sont généralement liées à l'expertise. Elles sont évoquées par le concepteur sous la forme d'inférences grâce à l'activation de connaissances acquises avec l'expérience. Elles ne concernent pas seulement le domaine technique en question et peuvent être de différentes natures (par exemple, une contrainte construite à partir de connaissances issues d'un domaine différent). Les contraintes déduites découlent de l'analyse des contraintes déjà définies et/ou de l'état courant de la solution du problème. Elles surviennent au cours de la conception comme une conséquence inévitable de décision de la conception et peuvent résulter aussi bien de contraintes construites que de contraintes prescrites. Dans tous les cas, ces contraintes, de la même façon que les contraintes construites, sont inférées par les concepteurs.

10 10 A partir de cette classification, il est possible de rapprocher les types de provenance, bien que ces typologies aient été proposées dans des domaines variés (conception aérospatiale, problèmes de laboratoire, conception de produits mécaniques, etc.), c'est ce que nous proposons dans le tableau 1. Tableau 1. Récapitulatif et mise en relation des différentes typologies de contraintes selon les auteurs. Table 1. Summary and relationship between the different constraint typologies according to authors. Il est possible d'illustrer ces trois grands types de provenances des contraintes par le problème classique des neufs points (proposé par Maier, 1930, cité par Richard, 1995) dont une contrainte prescrite (contenue dans la consigne) est la suivante : "Vous devez joindre les neuf points en dessinant quatre lignes droites continues sans jamais lever le crayon". La majorité des sujets qui ne parviennent pas à résoudre ce problème utilisent la contrainte déduite suivante : "joindre deux points par un segment de droite, c'est aller d'un point à un autre en ligne droite sans dépasser les points". Pour que le problème devienne solvable, il faut comprendre que tracer un segment passant par les deux points, revient à joindre les points, même si le segment dépasse le cadre (figure 1). Une fois le problème résolu, une seconde passation permet de formuler une contrainte construite conduisant à l'atteinte de la solution en évitant de renouveler la procédure qui a autorisé la découverte de la solution. Figure 1 : Le problème des neufs points et sa solution. Figure 1: The nine-dot problem and its solution. La typologie proposée par Bonnardel (op.cit.) a l'avantage de pouvoir être identifiée dans la plupart des activités de résolution de problèmes, tant pour les problèmes de laboratoire que pour les problèmes de terrain. La caractérisation des situations individuelles de résolution de problèmes par cette typologie présente l'avantage de permettre la comparaison de certains résultats et, ainsi, d'être en mesure de dégager certaines connaissances généralisables d'un domaine à l'autre. Cependant, les résultats que l'on obtient grâce à ce type d'analyse ne permettent pas de caractériser assez finement l'activité cognitive du sujet. Une possibilité pour développer l'analyse de l activité consiste à détailler la provenance des contraintes. C'est l'approche employée par Norman (1988), qui suggère une typologie "universelle", distinguant des

11 11 contraintes physiques (des obligations liées aux propriétés des objets), sémantiques (liées aux connaissances disponibles sur les objets), culturelles (c'est-à-dire les conventions) et logiques (lorsqu'une contrainte ne présente pas d'alternatives). Le problème de cette typologie est que les contraintes sont définies de manière générique et ne sont plus associées au statut que l'opérateur lui-même leur attribue. En effet, les contraintes physiques tout comme culturelles sont, du point de vue humain, des contraintes irrépressibles que les sujets ne peuvent généralement pas contourner. Cette typologie mélange en réalité la provenance des contraintes et leur pondération implicite. Or, la provenance et la pondération peuvent être étudiées séparément comme l'indique la partie suivante. II.3. LE POIDS ACCORDE AUX CONTRAINTES Dans de nombreuses situations de résolution de problèmes, telles que les activités de conception, différentes solutions peuvent être proposées selon le concepteur, à partir des mêmes contraintes prescrites. Ces solutions pourront être jugées acceptables, mais non optimales, aux yeux d'un autre concepteur qui pourrait établir un ordre différent sur les contraintes et, ainsi, parvenir à une solution différente pour un même problème. La sélection préférentielle de certaines données du problème, au détriment des autres, peut être perçue comme la pondération de contraintes énoncées initialement ou connues préalablement (Darses, 1994). Janssen, Jégou, Nougier et Vilarem (1989) soulignent que la prise en compte des contraintes dans l'activité des sujets peut être différente selon le statut qui leur est attribué statut qui dépend en partie de la source de la contrainte. Ces auteurs distinguent deux pondérations des contraintes : Les contraintes de validité : elles doivent impérativement être vérifiées dans les solutions développées. Ces contraintes peuvent être constituées par les données initiales du problème (par exemple, les spécifications attribuées dans le cahier des charges), ainsi que par les conditions de validité technique de l'objet (Anderson & Evans, 1996). Les contraintes de préférence : ce sont des contraintes qui rendent compte du fait que les objets admissibles ne sont pas équivalents au vu de critères d'évaluation de sources très diverses (par exemple, le coût ou la robustesse). Ces contraintes de préférence peuvent être satisfaites de plusieurs façons et à des degrés variables, et peuvent supporter diverses conditions d'application. Elles sont donc intégrées au processus avec une plus grande souplesse que les contraintes de validité. Par exemple, Janssen et al. (1989) ont conçu un système qui a la possibilité de retirer ou d'ajouter des

12 12 contraintes de préférence et le principe, sous-jacent à ce système, consiste à vérifier si l'ensemble courant de contraintes peut être satisfait afin d'aider l'utilisateur (du système) dans ses choix de conception. Par conséquent, on parle d'une contrainte de préférence lorsqu'on peut la "contourner", c'est-à-dire lorsque sa pondération est modifiable. Une contrainte a le caractère de préférence parce qu'elle autorise une plus grande liberté quant au choix de ses valeurs. On met l'accent sur son caractère flexible et négociable puisque jusqu'au dernier moment, on peut modifier l'importance qu'on lui attribuera dans le processus de conception. Quand on parle de contraintes de validité, on insiste sur le fait que la pondération est très élevée et que ces contraintes sont difficilement contournées. En d'autres termes, la distinction préférence versus validité reflète en réalité la manière dont les sujets sont encouragés à satisfaire la contrainte concernée (la satisfaction est présentée au cours du III.1). Pour les contraintes de validité, les choix sont fermement maintenus, tandis que l'application des contraintes de préférence autorise une attitude plus flexible. La prescription du poids de contraintes peut aussi s'effectuer par l'intermédiaire d'un outil informatisé. Ainsi, dans les situations où un opérateur doit spécifier ses décisions par l'intermédiaire d'un outil informatique, le concepteur de l'outil a pu inclure certaines pondérations dans les contraintes. Par exemple, dans des travaux conduits sur la conception d'outils informatisés d'assistance à l'opérateur, Vessey, Jarvenpaa et Tractinsky (1992) considèrent que les contraintes peuvent se différencier selon leur statut : Le statut restrictif qui concerne les contraintes qui doivent être respectées. Le statut guidé qui a trait aux contraintes que les opérateurs sont encouragés à respecter. Le statut flexible où les opérateurs sont libres dans le respect des contraintes. Cette distinction peut être rapprochée des niveaux de prescription de contraintes suggérés par Scott et al. (2000) dans la même situation. Ces auteurs, en se référant aussi aux études conduites par Jankowski (1997) et Day (1996), distinguent les possibilités de remises en cause de contraintes autorisées à l opérateur par l'outil (ou équilibrage dans les termes des auteurs) : L'équilibrage restrictif, lorsque l'opérateur ne peut contourner les contraintes. Dans la conception d'interfaces logicielles, on privilégie l'expression "fonction de contrainte" pour désigner le fait que le comportement de l opérateur est bloqué jusqu'à la résolution d'un problème (Lewis & Norman, 1986 ; Reason, 1993), par exemple suite à un message d'erreur. L'équilibrage guidé, dès lors que l'opérateur est orienté vers leur satisfaction. Ce guidage peut être plus ou moins actif. Un outil offre un guidage actif si, par exemple,

13 13 il affiche un avertissement lorsque l'utilisateur viole une contrainte relevant d'une pratique standard. A titre d'illustration, dans les travaux de Culverhouse (1995) sur la conception de matériel électronique, plusieurs situations de conception sont caractérisées (telles qu'une conception innovante ou une conception de variante). Selon la situation, les outils proposés aux concepteurs les contraignent plus ou moins dans leur activité. Cela permet d'empêcher les concepteurs de recommencer une nouvelle proposition dans le cas d'une conception de variante. D'après les travaux que nous venons de présenter, nous pouvons mettre en relation les pondérations et statuts attribués aux contraintes selon les auteurs de la façon suivante (tableau 2) : Tableau 2. Pondération et statut attribués aux contraintes selon les auteurs. Table 2. Weight and status allocated to constraints according to authors. Si l'on peut admettre que les pondérations des contraintes sont attribuées par le prescripteur, que cela soit ou non au travers d'un outil, elles ne correspondent donc pas forcément à celles que les opérateurs considèrent. Aussi, est-il nécessaire de prendre en compte l'importance que ces derniers attribuent, eux-mêmes, aux contraintes. Cette importance peut être différente d'un opérateur à l'autre, évoluer au cours de son activité ou encore varier selon le problème à résoudre. Par exemple, les outils d'ordonnancement de production industrielle planifient dans le temps les commandes à produire en considérant les dates de livraison comme des contraintes de validité. Or, dans les études de terrain, on constate que les opérateurs peuvent aussi relâcher ces contraintes pour se donner des marges de manœuvre supplémentaires afin de minimiser le nombre total de livraisons en retard (Higgins, 1999). Il convient donc d'inclure une typologie des poids accordés aux contraintes reflétant l'activité du sujet. Dans cette direction, Anderson (1995) a proposé deux pondérations de contraintes que les sujets attribuent au cours de leurs activités quotidiennes : Les contraintes nécessaires qui doivent être satisfaites pour poursuivre leur activité, par exemple "être à l'heure pour un entretien d'embauche". Les contraintes optionnelles qui correspondent aux connaissances du sujet et, notamment, à ses connaissances normatives, comme par exemple "il est habituel de manger vers 20 heures". Anderson (1995) employait l'expression "contrainte de préférence" mais cette appellation amène à une confusion avec la préférence attribuée

14 14 à la contrainte par le prescripteur, le terme de contraintes optionnelles est donc privilégié dans ce cas. Toujours en ce qui concerne les pondérations attribuées aux contraintes, Scott et al. (op.cit.) ont montré que la source d'autorité, c'est-à-dire le statut, la position et/ou l'expertise reconnue au prescripteur de la contrainte, joue un rôle majeur sur l'importance accordée aux contraintes prescrites. Par exemple, dans un outil de conception assistée par ordinateur, des contraintes peuvent relever de standards professionnels, de préférences clients, de choix industriels, de normes internationales (telles que les normes ISO), etc. qui n'ont pas la même importance aux yeux du concepteur. Cette relation ne peut se concevoir uniquement de manière statique, car la valeur attribuée à une contrainte dépend non seulement de la source d'autorité, mais également des interactions que le sujet entretient avec cette source au cours de son activité. A titre d'illustration, dans le cadre des activités de relations de services, telles que la conception de sites Web ou la conception architecturale, qui peuvent apparaître a priori comme des activités individuelles pour le concepteur, requièrent en réalité l'intervention plus ou moins directe d'autres acteurs du processus de conception (Falzon & Lapeyrière, 1998 ; Chevalier & Bonnardel, 2001). Par exemple, en conception de sites Web, on peut distinguer au moins trois types d'acteurs intervenant dans le processus de conception, qui sont le concepteur du site, le commanditaire et les futurs utilisateurs (Chevalier & Bonnardel, 2001). Néanmoins, ces différents acteurs ne pouvant pas être présents tout au long de la réalisation du produit, c'est au concepteur de tenter d'adopter leurs points de vue en plus du sien. Certains de nos travaux montrent que les concepteurs mobilisent pour cela différentes contraintes, reflétant les besoins potentiels de ces autres acteurs du processus de conception (Chevalier, 2002 ; Chevalier & Ivory, 2003). Le poids associé aux contraintes et le statut du prescripteur vont donc faire l'objet d'évaluations par les opérateurs. Ces évaluations vont aussi dépendre de l'expertise des opérateurs et de leurs préférences en termes de conception. Par exemple, on peut noter, des différences quant à la façon de gérer les contraintes selon le niveau d'expertise des concepteurs : les experts ont tendance à mettre de côté davantage de contraintes que les novices, qui se compromettent rapidement dans la satisfaction des contraintes (Chevalier & Bonnardel, 2003). Les travaux que nous venons de citer ont été conduits lors d'études de terrain. Toutefois, la pondération de contraintes se retrouve également dans la résolution de problèmes de laboratoire. Dans ces situations particulièrement, il faut souligner que, pour un sujet, le caractère explicite d'une contrainte ne justifie pas immédiatement une pondération plus forte que pour des contraintes implicites. Par exemple, Richard (1999), en ce qui concerne la résolution du problème de la Tour de Hanoï, note que certains sujets infèrent une contrainte

15 15 (contrainte implicite) "ne pas déplacer un disque de la tige de gauche à la tige de droite sans s'arrêter sur celle du milieu". L'induction de cette contrainte fait que le sujet ne parvient pas à la solution finale ou y parvient, mais avec un nombre d'actions ou d'états intermédiaires plus important. En effet, cette contrainte, que le sujet va considérer dans un premier temps comme nécessaire, le conduit à construire un espace de recherche sur-contraint ne permettant de parvenir à la solution. Ce ne sera qu'en situation d'impasse que le participant s'apercevra que cette contrainte n'est pas nécessaire (parce qu'elle n'appartient pas à la consigne), et qu'il pourra l'éliminer pour parvenir plus rapidement à la solution. Outre cette distinction en fonction du poids accordé aux contraintes, il est nécessaire de prendre en compte leur niveau d'abstraction. En effet, le niveau d'abstraction va également intervenir dans la pondération des contraintes réalisée par les sujets comme nous l'indiquons dans la partie suivante. II.4. LE NIVEAU D'ABSTRACTION DES CONTRAINTES Les contraintes du problème peuvent être distinguées selon le niveau d'abstraction auquel elles se situent (Ullman et al., 1988 ; Gero, 1990 ; Ullman et al., 1990 ; Bonnardel, 1992 ; Darses, 1997a, 1997b). Les contraintes se situent alors sur un continuum abstrait-concret (Darses, 1994). A une extrémité, les contraintes décrivent des aspects fonctionnels ou conceptuels de l'objet (par exemple, la fiabilité ou le coût) et à l'autre extrémité, les contraintes s'appliquent à des traits physiques. Entre ces deux extrémités du continuum s'intercalent des niveaux d'abstraction intermédiaires auxquels seront attachées des contraintes. Darses (1994) souligne que l'intérêt de ce continuum réside dans le fait qu'il distingue bien les contraintes produisant des connaissances transférables à un ensemble de problèmes de celles qui produisent des connaissances spécifiques au problème traité. Les premières sont des contraintes de haut niveau d'abstraction, elles sont indépendantes du domaine, alors que les secondes sont spécifiques au domaine. De cette façon, les contraintes deviennent de plus en plus dépendantes du domaine (ou inversement) ou, tout au moins, très difficilement transférables au fur et à mesure qu'elles décrivent des aspects physiques. Cela permet d'associer aux contraintes un degré d'opérationnalité qui dépend de leur efficacité à produire une solution. Cette propriété conduirait d'ailleurs les concepteurs à exprimer directement une contrainte à un bas niveau d'abstraction plutôt qu'à évoquer son équivalent fonctionnel (Bonnardel, 1992).

16 16 Pour décrire plus finement ces contraintes selon cette dimension abstrait-concret (ou finmoyen), il est possible de se référer aux travaux d'anderson et Evans (1996) qui identifient trois catégories de contraintes courantes : Les contraintes sur l'action désignent des restrictions entre les possibilités d'action sur l'environnement ; par exemple "pour faire A, il faut l'outil O". Les contraintes sur l'enchaînement de l'activité représentent des restrictions sur les séquences de contraintes ; par exemple : "A ne peut être réalisé qu'après B". Les contraintes sur le comportement consistent en des critères que doit atteindre le sujet ; par exemple : "consacrer peu de temps à la tâche C". Les contraintes sur le comportement sont cependant peu détaillées alors qu'elles semblent constituer une catégorie qui n'est pas indépendante des deux autres : il s'agit des métaconnaissances. Elles peuvent aussi porter sur l'action ou l'enchaînement de l'activité. Parce que ces catégories ne semblent pas clairement délimitées, il nous semble alors pertinent de proposer trois niveaux pour détailler les contraintes sur la dimension fin-moyen : Les contraintes sur les moyens, c'est-à-dire les ressources externes que le sujet peut manipuler. Ces ressources peuvent être de nature physique et/ou virtuelle selon le domaine considéré. Par exemple, "on dispose de l'outil A pour parvenir à faire telle action". Les contraintes sur les procédures, lorsque les contraintes portent directement sur les étapes de résolution du problème. Il s'agit, par exemple, de contraintes sur la méthode de résolution autorisée pour résoudre un problème donné. Par exemple, "avant de faire l'action B, il faut réaliser l'action A". Les contraintes sur les objectifs (objectifs intermédiaires ou finaux). Un objectif peut se traduire par un ensemble de variables qui spécifient les états à atteindre. Ces variables sont interprétées comme des contraintes, partiellement ordonnées du fait des pondérations attribuées à chacune d'entre elles. Dans cette perspective, la représentation des objectifs sur laquelle le sujet s'appuie est entièrement soumise à la structuration des contraintes et du but qu'il se construit (Richard, Poitrenaud, & Tijus, 1993). Par exemple, pour résoudre un problème de transformation d'états (comme la Tour de Hanoï), le sujet devra identifier quelle(s) contrainte(s) implicite(s) éliminer afin d'atteindre l'objectif final (Richard et al., 1993). Ainsi, pouvons-nous remarquer que ces différentes contraintes entretiennent d'étroites relations entre elles. Les contraintes qui portent sur les moyens influent sur les contraintes qui portent sur les objectifs et réciproquement. En effet, les moyens dont le sujet dispose pour

17 17 résoudre son problème vont permettre de définir les objectifs à atteindre. Les objectifs à atteindre vont avoir un impact sur les moyens définis pour y parvenir. Par ailleurs, c'est une distinction que l'on peut identifier dans des travaux de psychologie cognitive et d'i.a. mais aussi, par exemple, en psycholinguistique. Ainsi, Caron et Caron-Prague (1991) distinguent les contraintes qui relèvent de la situation, de l'organisation du processus ou des objectifs que se fixe le sujet, ce qui rejoint notre proposition concernant les trois niveaux de contraintes. S'il est possible de proposer ces niveaux de contraintes pour développer la proposition d Anderson et Evans (1996), il faut aussi noter une omission fréquente relative à un autre classement des contraintes : la dimension "partie-tout" dans les termes de Rasmussen (1986). En effet, s'il est possible de caractériser une contrainte selon son niveau d'abstraction relatif à une hiérarchie "fin-moyen", il faut aussi prendre en compte le niveau de détail de cette contrainte. Une contrainte peut, en effet, conduire à inférer un nombre plus ou moins important de nouvelles contraintes, en d'autres termes une contrainte donne lieu à une propagation plus ou moins importante. Par exemple, dans la conception de sites Web, la contrainte "le budget accordé à ce site est restreint" va conduire à inférer de nombreuses contraintes sur le site à réaliser, alors qu'une contrainte comme "ne pas développer de moteur de recherche pour ce site" ne conduit à inférer qu'un nombre limité de nouvelles contraintes. Dans le cadre d'une revue de questions sur les contraintes en psychologie, il est nécessaire de mettre en avant cette dimension parce qu'elle a été souvent omise dans les travaux sur les contraintes en psychologie cognitive et ergonomique alors qu'elle peut se révéler particulièrement importante pour étudier la complexité traitée par les opérateurs. C'est un point qui sera présenté dans les perspectives de cet article. Par ailleurs, la prise en compte des deux dimensions qui ont été présentées ci-dessus ("partie-tout" et "fin-moyen") constitue la base de la conception d'interfaces écologiques (Ecological Interface Design). L'objectif de cette approche étant d'identifier (et par-là même rendre opérationnelles) les contraintes intrinsèques de la tâche afin de les rendre visibles aux opérateurs pour qu'ils puissent les considérer (Vicente, 1999). D'après les travaux que nous venons de citer, les contraintes prises en compte par le sujet, pour résoudre un problème donné, peuvent varier selon leur nature, leur importance et leur niveau d'abstraction. Aussi, la résolution d'un problème va-t-elle se caractériser par la manipulation de contraintes sur lesquelles le sujet devra effectuer différentes opérations pour parvenir à la proposition d'une solution. C'est ce que nous développerons dans la partie III.2.

18 18 III. AGIR SUR LES CONTRAINTES : LES OPERATIONS Une opération constitue un traitement appliqué sur une contrainte dont l'action modifie le réseau ou l'ensemble de contraintes établi aux cours des différentes étapes du processus de résolution de problèmes. Initialement, les opérations sur les contraintes (par exemple, leur formulation ou leur propagation) ont été proposées en I.A. ; celles-ci seront présentées dans la partie III.1. Néanmoins, des travaux conduits en psychologie montrent que d'autres opérations doivent aussi être considérées pour décrire plus finement les modes opératoires humains (par exemple, les mécanismes d'élimination de contraintes), elles seront l'objet de la partie suivante. III.1. FORMULATION, PROPAGATION ET SATISFACTION DE CONTRAINTES Dans la littérature scientifique s'intéressant aux activités de conception et plus particulièrement depuis les travaux de Stefik (1981a) dans le champ de l'i.a., on considère que traiter une contrainte, c'est lui appliquer en général successivement trois opérations : la formuler, la satisfaire et la propager. Ces opérations sont considérées comme une suite de traitements élémentaires qui portent sur les contraintes. Plus précisément, selon Stefik (op.cit.) : La formulation d'une contrainte est définie comme l'expression d'une contrainte non encore particularisée. En conception, cela correspond à ajouter de nouvelles contraintes (Darses, 1994). Une contrainte est formulée lorsque deux variables sont mises en relation. Par exemple, l'énoncé "selon la taille du bâtiment, on mettrait des routeurs plus ou moins grands" met en relation les variables "capacité des routeurs" et "taille du bâtiment" sans en déterminer la valeur (exemple emprunté à Darses, 1994). D'un point de vue cognitif, la formulation d'une contrainte correspond à une représentation mentale d'une contrainte sans qu'une valeur ne soit arrêtée. La satisfaction d'une contrainte est définie comme l'expression d'une contrainte particularisée. Une contrainte satisfaite correspond à toute relation entre des variables auxquelles des valeurs sont explicitement associées et qui forment une combinaison valide. On peut alors parler d'erreur, si l'ensemble des contraintes à considérer n'est pas satisfait (Lee et al., 2003). Pour Darses (1994), satisfaire une contrainte consiste à trouver des valeurs telles que la relation entre les variables considérées soit satisfaite. Par exemple, dans "les points de contact se feraient au niveau 3, avec des routeurs, je crois que c'est préférable pour un réseau pareil", la contrainte est satisfaite (exemple emprunté à Darses, op.cit.). Par conséquent, d'un point de vue cognitif, une contrainte

19 19 est satisfaite dès lors qu'elle a fait l'objet d'un traitement pour parvenir à une solution concrète. La propagation d'une contrainte rend compte de la création et/ou de l'introduction d'une nouvelle contrainte dans le processus de conception, suite à l'expression d'une contrainte antérieure. Par exemple, la contrainte prescrite "puisque le client demande d'indiquer les avantages pour les adhérents" peut conduire à l'inférence de la contrainte suivante : "pour cela, on aurait peut-être pu indiquer les avantages pour les adhérents sur toutes les pages du site Web en les mettant en caractères gras et en plus gros" (exemple tiré de Chevalier, 2002). D'un point de vue cognitif, propager une contrainte revient à partir d'une contrainte donnée via un processus inférentiel à induire ou déduire une nouvelle contrainte. De nombreux travaux en conception ont d'ailleurs mis en évidence l'introduction systématique, par le concepteur, de contraintes supplémentaires pour faire face à une tâche donnée (Bonnardel, 1992 ; Darses, 1994 ; Détienne, 1998 ; Chevalier, 2002). Par ailleurs, des analyses de protocoles verbaux, en conception de réseaux informatiques, montrent que ces trois opérations sur les contraintes sont généralement appliquées par les concepteurs selon les modalités suivantes (Darses, 1994) : des contraintes sont formulées et satisfaites dans le même temps, certaines sont seulement formulées, tandis que d'autres voient leur satisfaction dissociée de leur formulation. Les travaux de Darke (1984), puis ceux de Darses (1997b), montrent que la plupart du temps les concepteurs déterminent la valeur de la contrainte au moment même où ils l'énoncent : la satisfaction d'une contrainte est généralement acquise dès que la relation est formulée. Ainsi, les concepteurs se compromettent rapidement dans des traits de la solution, ceux-ci étant définis par simple évocation des contraintes associées. Il y a ainsi une réduction plus rapide, dans ce cas, de l'espace de recherche. Dans certains cas, les contraintes sont seulement formulées, notamment lorsque des contraintes sont éliminées (ce point sera développé au III.2). Enfin, dans le troisième cas, la satisfaction est dissociée de la formulation et peut être reportée à une étape plus avancée du processus de conception. Cela permet notamment de propager les contraintes (Darses, 1997b), ce qui conduit alors à simplifier ou à expliciter un réseau de contraintes (inférence de nouvelles contraintes, réduction de l'ensemble des valeurs que peut prendre une variable, etc.). De plus, une étude conduite en conception de sites Web montre que la mise en œuvre de cette stratégie de report dépend en partie du niveau d'expertise des concepteurs (Chevalier & Bonnardel, 2003). En effet, les concepteurs professionnels adoptent cette stratégie plus fréquemment que les concepteurs débutants. Cette stratégie permet aux concepteurs professionnels de ne pas se compromettre trop rapidement et/ou trop

20 20 prématurément dans des solutions qui risqueraient de demander a posteriori un important travail de révision. Enfin, un constat spécifique aux travaux en psychologie doit être pris en compte concernant la satisfaction des contraintes. En effet, un sujet humain peut très bien satisfaire oralement une contrainte, de telle sorte que celle-ci soit opérationnalisable, sans pour autant la réaliser concrètement dans la tâche. A l'inverse, en I.A., comme dans les travaux de Stefik (1981a), la satisfaction désigne simultanément la détermination de la valeur d'une variable, ainsi que la réalisation effective de cette satisfaction. Pour cela, il est nécessaire, dans les études de sujets humains d'adjoindre l'adjectif "effectif" lorsque le sujet exploite concrètement la contrainte dans le produit de son activité. Par exemple, un sujet peut énoncer oralement une contrainte de façon très précise (la satisfaire), sans pour autant en tenir compte dans sa production finale (Chevalier & Ivory, 2003). Comme nous l'avons indiqué précédemment, l'activité du sujet, en situation de résolution de problèmes, ne se réduit pas seulement à formuler, propager et satisfaire des contraintes d'autres mécanismes sont impliqués. Il s'agit, notamment, des processus de relâchement et d'élimination de contraintes, présentés dans la partie suivante. III.2. DU RELACHEMENT A L'ELIMINATION DE CONTRAINTES L'approche proposée par Stefik (1981a) se limite à une démarche descendante, se traduisant par une planification de type hiérarchique. Cette démarche descendante peut être résumée de la façon suivante : une fois que le sujet a pris connaissance du problème à résoudre (les contraintes sont formulées), il doit décomposer le problème en sous-problèmes (les contraintes sont propagées) pour déterminer une solution. Les solutions spécifiques à chaque sous-problème (solutions partielles) conduiraient à la solution globale du problème (Simon, 1973). Dans ce cas, la planification consisterait seulement à élaborer et/ou à mettre en œuvre des plans, ceux-ci étant une représentation schématique et/ou hiérarchisée susceptible de guider l'activité du sujet (Hoc, 1987). Hoc (op.cit.) propose, en plus de cette planification de type descendante, une planification de type ascendante. Cette démarche ascendante conduit des détails de la situation aux plans. Ces deux types de planification interviennent, à des degrés variables, dans l'activité du sujet. Cette démarche dite opportuniste (Hayes-Roth & Hayes-Roth, 1979), formalisée par un modèle Blackboard, permet ainsi un passage continu entre une démarche de type ascendante et une démarche descendante. Le comportement opportuniste se caractérise également par des retours en arrière et des anticipations sur l'état de solution, tels que les reports à plus tard (Falzon, Bisseret, Bonnardel,

G R E C A U Rapport sur le mémoire de thèse de doctorat ENSA de Toulouse, INSA, école doctorale MEGeP, Spécialité Génie Civil, En co-tutelle avec l'université de Laval, Québec, Canada présenté par Catherine

Plus en détail

STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE

STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE STAF 2001-2002 STAF17 - REALISATION D'UN DISPOSITIF DE FORMATION ENTIEREMENT OU PARTIELLEMENT A DISTANCE Présentation du cours Responsable : Daniel Peraya Assistante : Nathalie Deschryver TABLE DES MATIERES

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

FORMALISATION DE CONNAISSANCES ERGONOMIQUES DANS LE DOMAINE DE L'ERGONOMIE DE CONCEPTION D'INTERFACES GRAPHIQUES HOMME-MACHINE

FORMALISATION DE CONNAISSANCES ERGONOMIQUES DANS LE DOMAINE DE L'ERGONOMIE DE CONCEPTION D'INTERFACES GRAPHIQUES HOMME-MACHINE Une version de cet article a été publiée dans : Actes du XXVIème Congrès de la SELF "Méthodologie et outils d'intervention et de recherche en ergonomie", Montréal, Canada, 3-6 Octobre, 1990. FORMALISATION

Plus en détail

Les principes et les thèmes PRINCE2

Les principes et les thèmes PRINCE2 31 Chapitre 3 Les principes et les thèmes PRINCE2 1. Les principes de la méthode PRINCE2 Les principes et les thèmes PRINCE2 Les principes de la méthode PRINCE2 définissent un cadre de bonnes pratiques

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

Entreprises et ménages

Entreprises et ménages Entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition et de destruction

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail

Conventions communes aux profils UML

Conventions communes aux profils UML Conventions communes aux profils UML Auteur : Projet ACCORD (Assemblage de composants par contrats en environnement ouvert et réparti)* Référence : Livrable 2.1 Date : Juin 2002 * : Les partenaires du

Plus en détail

Tri de cartes et ergonomie web

Tri de cartes et ergonomie web Tri de cartes et ergonomie web Sommaire Introduction 1. La méthode du tri de cartes 1.1. Principe et utilité 1.2. Les règles du jeu 1.3. Matériel pour le tri de cartes physique 1.4. Les données recueillies

Plus en détail

La gestion des contraintes pour modéliser les stratégies humaines d'ordonnancement et concevoir des interfaces homme-machine ergonomiques

La gestion des contraintes pour modéliser les stratégies humaines d'ordonnancement et concevoir des interfaces homme-machine ergonomiques La gestion des contraintes pour modéliser les stratégies humaines d'ordonnancement et concevoir des interfaces homme-machine ergonomiques Clément Guerin Sous la direction de J.M. Hoc et de N. Mebarki Réunion

Plus en détail

LA DEMARCHE DE PROJET

LA DEMARCHE DE PROJET LA DEMARCHE DE PROJET Baccalauréat STI2D-SIN SIN 1.1 : La démarche de projet Objectifs o Utiliser les outils adaptés pour planifier un projet (Revue de projet, Cartes mentales, Gantt, chemin critique...

Plus en détail

Conf. 12.8 (Rev. CoP13) *

Conf. 12.8 (Rev. CoP13) * Conf. 12.8 (Rev. CoP13) * Etude du commerce important de spécimens d'espèces inscrites à l'annexe II RAPPELANT que l'article IV, paragraphe 2 a), de la Convention, stipule comme condition pour la délivrance

Plus en détail

Introduction à la conduite de projet "systèmes d'information"

Introduction à la conduite de projet systèmes d'information Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Guide méthodologique Introduction à la conduite de projet "systèmes d'information" Référence : CNRS/DSI/conduite-projet/principes/guide-introduction

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents. Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com

Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents. Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com Intelligence Artificielle et Systèmes Multi-Agents Badr Benmammar bbm@badr-benmammar.com Plan La première partie : L intelligence artificielle (IA) Définition de l intelligence artificielle (IA) Domaines

Plus en détail

Gestion de projet - les chaînes critiques

Gestion de projet - les chaînes critiques Gestion de projet - les chaînes critiques GÉRARD CASANOVA - DENIS ABÉCASSIS Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/ Table

Plus en détail

Groupe de Recherche Hypermédia et proportionnalité

Groupe de Recherche Hypermédia et proportionnalité Groupe de Recherche Hypermédia et proportionnalité 3. Comment analyser les caractéristiques d une base de problèmes pour l'enseignement de la proportionnalité? Après avoir arrêté le thème et le niveau

Plus en détail

CRÉER UN COURS EN LIGNE

CRÉER UN COURS EN LIGNE Anne DELABY CRÉER UN COURS EN LIGNE Deuxième édition, 2006, 2008 ISBN : 978-2-212-54153-3 2 Que recouvre le concept d interactivité? Dans une perspective de cours en ligne, une activité interactive est

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE I. CADRE LÉGAL Développer des compétences, telle est désormais la mission de l école. Le

Plus en détail

Quel lien existe-t-il entre le besoin et le design des objets?

Quel lien existe-t-il entre le besoin et le design des objets? Séquences 1-2 Quel lien existe-t-il entre le besoin et le design des objets? Pourquoi trouve-t-on différents modèles pour ce produit de communication? Nous avons chez nous différents modèles de téléphones

Plus en détail

0- Le langage C++ 1- Du langage C au langage C++ 2- Quelques éléments sur le langage. 3- Organisation du cours

0- Le langage C++ 1- Du langage C au langage C++ 2- Quelques éléments sur le langage. 3- Organisation du cours 0- Le langage C++ 1- Du langage C au langage C++ 2- Quelques éléments sur le langage 3- Organisation du cours Le présent cours constitue une introduction pour situer le langage C++, beaucoup des concepts

Plus en détail

Proposition d une typologie des processus et produits

Proposition d une typologie des processus et produits ACCUEIL Proposition d une typologie des processus et produits Frédéric Elie, septembre 2000 La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre

Plus en détail

Gestion des Incidents (Incident Management)

Gestion des Incidents (Incident Management) 31/07/2004 Les concepts ITIL-Incidents 1 «Be prepared to overcome : - no visible management ou staff commitment, resulting in non-availability of resources - [ ]» «Soyez prêts a surmonter : - l absence

Plus en détail

Développement spécifique d'un système d information

Développement spécifique d'un système d information Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Procédure Qualité Développement spécifique d'un système d information Référence : CNRS/DSI/conduite-proj/developpement/proc-developpement-si

Plus en détail

5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème

5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème 5 LE CHOIX DES PARTIES DE COURS : UNE PROGRESSION DES APPRENTISSAGES Éléments du cinquième chapitre 5.1 La description de la situation-problème finale 5.1.1 La procédure pour la description d'une situation-problème

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

REseau qualité Enseignement supérieur et Recherche L APPROCHE PROCESSUS. Réunion du 00/00/2011 1

REseau qualité Enseignement supérieur et Recherche L APPROCHE PROCESSUS. Réunion du 00/00/2011 1 L APPROCHE PROCESSUS Réunion du 00/00/2011 1 MISSION QUALITE ET METHODE L APPROCHE PROCESSUS Xavier Darrieutort-Approche_PS-Janv_2012 L APPROCHE PROCESSUS 1. SOMMAIRE Définition d un PROCESSUS Caractérisation

Plus en détail

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle

Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Chapitre 1 Bienvenue dans le monde de la construction logicielle Sommaire : 1.1 La construction logicielle, qu est-ce que c est? : page 3 1.2 Pourquoi la construction logicielle est-elle importante? :

Plus en détail

Norme d'audit suisse: Audit réalisé dans l environnement de la technologie de l information et de la communication (NAS 401)

Norme d'audit suisse: Audit réalisé dans l environnement de la technologie de l information et de la communication (NAS 401) Norme d'audit suisse: Audit réalisé dans l environnement de la technologie de l information et de la communication (NAS 401) "Préface explicative" Chiffre Cette NAS donne des instructions sur un audit

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Chapitre I - Introduction et conseils au lecteur

Chapitre I - Introduction et conseils au lecteur Chapitre I - Introduction et conseils au lecteur Cette partie introductive situe la place de l'algorithmique dans le développement logiciel et fournit au lecteur des conseils : conseils pour bien analyser

Plus en détail

Université de Bangui. Modélisons en UML

Université de Bangui. Modélisons en UML Université de Bangui CRM Modélisons en UML Ce cours a été possible grâce à l initiative d Apollinaire MOLAYE qui m a contacté pour vous faire bénéficier de mes connaissances en nouvelles technologies et

Plus en détail

PLANIFICATION ET SUIVI D'UN PROJET

PLANIFICATION ET SUIVI D'UN PROJET Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Guide méthodologique PLANIFICATION ET SUIVI D'UN PROJET Référence : CNRS/DSI/conduite-projet/developpement/gestion-projet/guide-planfi-suivi-projet

Plus en détail

Fiche de présentation

Fiche de présentation 1 / 8 Découvrir le code 1 5P-6P Fiche de présentation Titre de l'activité Sous-titre Degré(s) concerné(s) Durée estimée Résumé Contexte d'utilisation de la calculatrice Contenus et compétences mathématiques

Plus en détail

Types de REA produites dans le cadre de la séquence pédagogique

Types de REA produites dans le cadre de la séquence pédagogique Scénario pédagogique APPRENDRE À ENSEIGNER AUTREMENT Description générale du scénario Titre Les bases de données relationnelles Résumé Dans le cadre d'un cours à distance, la visioconférence est une REA

Plus en détail

CONCEPTION Support de cours n 3 DE BASES DE DONNEES

CONCEPTION Support de cours n 3 DE BASES DE DONNEES CONCEPTION Support de cours n 3 DE BASES DE DONNEES Auteur: Raymonde RICHARD PRCE UBO PARTIE III. - LA DESCRIPTION LOGIQUE ET PHYSIQUE DES DONNEES... 2 A. Les concepts du modèle relationnel de données...

Plus en détail

(Document de 14 pages) Fabrice Douchant Xuan-Tuong Le. Nicolas Gibelin Lom Messan Hillah

(Document de 14 pages) Fabrice Douchant Xuan-Tuong Le. Nicolas Gibelin Lom Messan Hillah Master Informatique 2ème Année SAR Année 2007-2008 RAPPORT FINAL Livrable # 3 (Document de 14 pages) Participants Fabrice Douchant Xuan-Tuong Le Encadrants Nicolas Gibelin Lom Messan Hillah UFR 922 - Informatique

Plus en détail

Le génie logiciel. maintenance de logiciels.

Le génie logiciel. maintenance de logiciels. Le génie logiciel Définition de l IEEE (IEEE 1990): L application d une approche systématique, disciplinée et quantifiable pour le développement, l opération et la maintenance de logiciels. Introduction

Plus en détail

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Un livre illustré Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Résumé de la tâche Domaines généraux de formation Compétences transversales Domaines d apprentissage et compétences

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 4: l approche processus et le management du système d informations

Plus en détail

SYSTEMES D INFORMATION & CONCEPTION de BdD

SYSTEMES D INFORMATION & CONCEPTION de BdD SYSTEMES D INFORMATION & CONCEPTION de BdD PLAN CONCEPT DE SYSTEME D INFORMATION MODELISATION D UN SYSTEME D INFORMATION MODELISATION CONCEPTUELLE : les METHODES METHODE SYSTEMIQUE METHODE OBJET L3 Informatique

Plus en détail

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques.

L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques. L'APPROCHE EXPERIMENTALE EN RECHERCHE: introduction aux statistiques 1 BUTS DU COURS : se familiariser avec le vocabulaire statistique o variable dépendante, variable indépendante o statistique descriptive,

Plus en détail

Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards)

Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) Avant propos sur les tableaux de bord Le tableau de bord est l instrument sans qui tout démarche de progrès est impensable, comment assurer un jugement

Plus en détail

En proposant une formation souvent moins onéreuse et plus

En proposant une formation souvent moins onéreuse et plus CHAPITRE UN EXEMPLES DE FORMATIONS EN LIGNE En proposant une formation souvent moins onéreuse et plus pratique que les autres méthodes, l apprentissage en ligne est aujourd hui en train de transformer

Plus en détail

2. Technique d analyse de la demande

2. Technique d analyse de la demande 1. Recevoir et analyser une requête du client 2. Sommaire 1.... Introduction 2.... Technique d analyse de la demande 2.1.... Classification 2.2.... Test 2.3.... Transmission 2.4.... Rapport 1. Introduction

Plus en détail

Pré-requis. Objectifs. Préparation à la certification ITIL Foundation V3

Pré-requis. Objectifs. Préparation à la certification ITIL Foundation V3 La phase de stratégie de services Page 83 ITIL Pré-requis V3-2011 et objectifs Pré-requis La phase de stratégie de services Maîtriser le chapitre Introduction et généralités d'itil V3. Avoir appréhendé

Plus en détail

Analyse abstraite de missions sous PILOT

Analyse abstraite de missions sous PILOT Analyse abstraite de missions sous PILOT Damien Massé EA 3883, Université de Bretagne Occidentale, Brest damien.masse@univ-brest.fr Résumé Nous étudions la possibilité de réaliser un analyseur par interprétation

Plus en détail

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France?

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Le développement du bois énergie va se traduire par une situation de concurrence entre les différents acteurs économiques

Plus en détail

Algorithmique et programmation. Cours d'algorithmique illustré par des exemples pour le picbasic

Algorithmique et programmation. Cours d'algorithmique illustré par des exemples pour le picbasic Algorithmique et programmation Cours d'algorithmique illustré par des exemples pour le picbasic Même s'il est possible d'écrire un programme petit à petit par touches successives, le résultat est souvent

Plus en détail

Bases de données nationales en matière de valeur comme outil d'évaluation des risques

Bases de données nationales en matière de valeur comme outil d'évaluation des risques Bases de données nationales en matière de valeur comme outil d'évaluation des risques Parlons-en... Les directives Directives concernant l'élaboration et l'utilisation des bases de données nationales en

Plus en détail

Intégration de la flotte privée et du transport sous traité

Intégration de la flotte privée et du transport sous traité Intégration de la flotte privée et du transport sous traité Des coûts réduits et un service de meilleure qualité grâce à l'intégration dynamique et multimode de la flotte privée et du transport sous traité

Plus en détail

SOCA-D-544 : Diagnostic et gestion de projets

SOCA-D-544 : Diagnostic et gestion de projets SOCA-D-544 : Diagnostic et gestion de projets Secteur non-marchand Professeure : Síle O Dorchai Année académique 2014-2015 1 Qu est-ce qu un projet? Comment le concevoir? Comment l organiser et le réaliser?

Plus en détail

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE 1 - LA DEFINITION DES OBJECTIFS DE LA SEQUENCE : - Ai-je bien identifié l objectif de la séquence? - Est-il clairement situé dans la progression générale

Plus en détail

Alltech Young Scientist Conseils pour rédiger un papier

Alltech Young Scientist Conseils pour rédiger un papier Alltech Young Scientist Conseils pour rédiger un papier Chers étudiants, De nombreux étudiants nous ont demandé, les années passées, si nous pouvions vous communiquer un article-type, ce qui est difficile,

Plus en détail

LE PROCESSUS TECHNOLOGIQUE : de l idée... au recyclage

LE PROCESSUS TECHNOLOGIQUE : de l idée... au recyclage centre de développement pédagogique pour la formation générale en science et technologie LE PROCESSUS TECHNOLOGIQUE : de l idée... au recyclage Février 2005 (révisé 2010) DE L IDÉE... AU PROTOTYPE Exemple

Plus en détail

Note de service n 2012-034 du 6 mars 2012

Note de service n 2012-034 du 6 mars 2012 Note de service n 2012-034 du 6 mars 2012 (modifiée par la note de service n 2012-100 du 29 j uin 2012 et par la note de service n 2012-179 du 20 novembre 2012) (Education nationale : bureau DGESCO A2-1)

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

Développement d indicateurs de performance pour l évaluation du processus de conception Approche basée sur l analyse des itérations en conception

Développement d indicateurs de performance pour l évaluation du processus de conception Approche basée sur l analyse des itérations en conception Développement d indicateurs de performance pour l évaluation du processus de conception Approche basée sur l analyse des itérations en conception Daniel-Constantin ANGHEL 1,2, Toufik BOUDOUH 1, Olivier

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DE METHODES DE PROGRAMMATION DANS L'INITIATION A L'INFORMATIQUE

ENSEIGNEMENT DE METHODES DE PROGRAMMATION DANS L'INITIATION A L'INFORMATIQUE 61 ENSEIGNEMENT DE METHODES DE PROGRAMMATION DANS L'INITIATION A L'INFORMATIQUE Janine ROGALSKI CNRS, PARIS V, Laboratoire PSYDEE 46, rue Saint-Jacques 75005 Paris 62 63 ENSEIGNEMENT DE METHODES DE PROGRAMMATION

Plus en détail

DÉPARTEMENT DE MÉDECINE SOCIALE ET PRÉVENTIVE UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL DESCRIPTION DE COURS

DÉPARTEMENT DE MÉDECINE SOCIALE ET PRÉVENTIVE UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL DESCRIPTION DE COURS DÉPARTEMENT DE MÉDECINE SOCIALE ET PRÉVENTIVE UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL DESCRIPTION DE COURS SIGLE : MSO 6039 TITRE : Sc. humaines/sociales en santé publique BRÈVE DESCRIPTION : Introduction aux concepts

Plus en détail

Fiche de synthèse : entreprises et ménages

Fiche de synthèse : entreprises et ménages Fiche de synthèse : entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES SCIENCES SOCIALES HUMANITES GENERALES ET TECHNOLOGIQUES

COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES SCIENCES SOCIALES HUMANITES GENERALES ET TECHNOLOGIQUES Ministère de la Communauté française COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES ET SCIENCES SOCIALES 2000 TABLE DES MATIÈRES Sciences économiques Compétences Objets pour l'enseignement

Plus en détail

LA QUALITE DU LOGICIEL

LA QUALITE DU LOGICIEL LA QUALITE DU LOGICIEL I INTRODUCTION L'information est aujourd'hui une ressource stratégique pour la plupart des entreprises, dans lesquelles de très nombreuses activités reposent sur l'exploitation d'applications

Plus en détail

Développement itératif, évolutif et agile

Développement itératif, évolutif et agile Document Développement itératif, évolutif et agile Auteur Nicoleta SERGI Version 1.0 Date de sortie 23/11/2007 1. Processus Unifié Développement itératif, évolutif et agile Contrairement au cycle de vie

Plus en détail

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY I- Le processus de risk management selon ISO 27001(2005), NSIT : 8000 (2002) et Frosdick (1997) : Ce processus inclut

Plus en détail

Modélisation objet avec UML

Modélisation objet avec UML Modélisation objet avec UML Le développement des systèmes est une tâche d une grande envergure et un investissement important pour toute entreprise. La modélisation des systèmes déjà existants ou d un

Plus en détail

Processus Gestion de Projet

Processus Gestion de Projet Processus Gestion de Projet 1 / 11 Contenu 1 Introduction... 3 2 Le cycle de vie du projet... 4 2.1 Présentation... 4 2.2 Cycle de vie d un projet... 5 2.3 Les livrables... 5 3 Les étapes du management

Plus en détail

JOUR 1 - MATIN Première approche de l'architecture métier

JOUR 1 - MATIN Première approche de l'architecture métier Version du 0/0/202 JOUR - MATIN Première approche de l'architecture métier Présentation de la formation exceptionnelle Connaître le cadre de la formation Le contexte : la méthode publique Praxeme, l'initiative,

Plus en détail

Modélisation des Systèmes d Information Jean-Yves Antoine

Modélisation des Systèmes d Information Jean-Yves Antoine Modélisation des Systèmes d Information Jean-Yves Antoine http://www.info.univ-tours.fr/~antoine Processus de développement logiciel Jean-Yves Antoine U. Bretagne Sud - UFR SSI - IUP Vannes année 2001-2002

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

À propos du Programme d évaluation international des compétences des adultes, le PEICA

À propos du Programme d évaluation international des compétences des adultes, le PEICA Automne 2013 À propos du Programme d évaluation international des compétences des adultes, le PEICA Par Giselle Boisvert, conseillère pédagogique, Commission scolaire de Montréal Les données de la troisième

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

REFERENTIEL NORMATIF du CNES

REFERENTIEL NORMATIF du CNES REFERENTIEL NORMATIF du CNES Référence : Méthode et Procédure DEMARCHE D'ANALYSE DU LOGICIEL Annexe Technique de la MP RNC-CNES-Q-80-529 APPROBATION Président du CDN ; date et nom : Page i.1 PAGE D'ANALYSE

Plus en détail

PROPOSITIONS SUR LES ASPECTS TECHNIQUES DES ARMES A SOUS-MUNITIONS

PROPOSITIONS SUR LES ASPECTS TECHNIQUES DES ARMES A SOUS-MUNITIONS GROUPE D EXPERTS GOUVERNEMENTAUX DES HAUTES PARTIES CONTRACTANTES À LA CONVENTION SUR L INTERDICTION OU LA LIMITATION DE L EMPLOI DE CERTAINES ARMES CLASSIQUES QUI PEUVENT ÊTRE CONSIDÉRÉES COMME PRODUISANT

Plus en détail

Aides à l'analyse : Commande Liens. Commande [Montrer]

Aides à l'analyse : Commande Liens. Commande [Montrer] 1) Sélectionner l énoncé par [Cliquer G] 2) Ouvrir le menu EDITION (Barre générale de menus) 3) [Cliquer G] sur la ligne Supprimer la ligne Aides à l'analyse : Commande Liens Le Menu Liens permet d'obtenir

Plus en détail

CHAPITRE I er OBJET, CHAMP D'APPLICATION ET DÉFINITIONS

CHAPITRE I er OBJET, CHAMP D'APPLICATION ET DÉFINITIONS Règlement CSSF N 12-01 - Fonds d'investissement spécialisés Règlement CSSF N 12-01 arrêtant les modalités d'application de l'article 42bis de la loi du 13 février 2007 relative aux fonds d'investissement

Plus en détail

Projet : Plan Assurance Qualité

Projet : Plan Assurance Qualité Projet : Document : Plan Assurance Qualité 2UP_SPEC_DEV1 VERSION 1.00 Objet Ce document a pour objectif de définir la démarche d analyse et de conception objet ainsi les activités liées. Auteur Eric PAPET

Plus en détail

Un peu d'organisation. Conception et Programmation par Objets HLIN406. Sommaire. Pourquoi vous parler de conception par objets? Notion de modélisation

Un peu d'organisation. Conception et Programmation par Objets HLIN406. Sommaire. Pourquoi vous parler de conception par objets? Notion de modélisation Un peu d'organisation Conception et Programmation par Objets HLIN406 Marianne Huchard, Clémentine Nebut LIRMM / Université de Montpellier 2 Premières semaines Contrôle des connaissances Supports 2015 Sommaire

Plus en détail

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE

L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Champs sur Marne ENSG/CERSIG Le 19-nove.-02 L INFORMATION GEOGRAPHIQUE Archivage Le Système d information géographique rassemble de l information afin de permettre son utilisation dans des applications

Plus en détail

Guide d utilisation de l outil d audit de sécurité. AUDITSec. Version 3.0

Guide d utilisation de l outil d audit de sécurité. AUDITSec. Version 3.0 Guide d utilisation de l outil d audit de sécurité AUDITSec Version 3.0 Mai 2011 Historique du document Version Date Auteur Description 1.0 6 novembre 2010 Éric Clairvoyant http://ca.linkedin.com/pub/ericclairvoyant/7/ba/227

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

18 Informatique graphique

18 Informatique graphique Avant-propos En 1988, les Editions Hermès publiaient un ouvrage intitulé La synthèse d'images, qui présentait un état de l'art de ce domaine de l'informatique, vingt cinq ans environ après l'introduction

Plus en détail

GERER DES PROBLEMES. Marc Thiébaud. Novembre 2005

GERER DES PROBLEMES. Marc Thiébaud. Novembre 2005 www.forres.ch Séminaire de base GERER DES PROBLEMES Marc Thiébaud Novembre 2005 «Un problème, c'est un défi à surmonter. Mais c'est surtout un défi que l'on se crée, car il n'est pas simplement posé, il

Plus en détail

1 EVALUATION DES OFFRES ET NEGOCIATIONS

1 EVALUATION DES OFFRES ET NEGOCIATIONS CERN LIBRARIES, GENEVA CM-P00090679 1 EXTRAIT DU REGLEMENT INTERNE APPLIQUE PAR L'ADMINISTRATION DANS L'ATTRIBUTION DES MARCHES DU CERN 1 EVALUATION DES OFFRES ET NEGOCIATIONS 1.0 Ouverture et évaluation

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1 Machine de Turing Nous avons vu qu un programme peut être considéré comme la décomposition de la tâche à réaliser en une séquence d instructions élémentaires (manipulant des données élémentaires) compréhensibles

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 1: La vision processus dans le management des organisations

Plus en détail

RÉSOLUTION DE SYSTÈMES À DEUX INCONNUES

RÉSOLUTION DE SYSTÈMES À DEUX INCONNUES RÉSOLUTION DE SYSTÈMES À DEUX INCONNUES Sommaire 1 Méthodes de résolution... 3 1.1. Méthode de Substitution... 3 1.2. Méthode des combinaisons linéaires... 6 La rubrique d'aide qui suit s'attardera aux

Plus en détail

Conseil et formation

Conseil et formation Conseil et formation Pour répondre efficacement aux sollicitations de nos clients, nous avons bâti une relation «cousue-main» avec une équipe de consultants expérimentés indépendants dont la richesse se

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

OUTILS D'ÉVALUATION DE LOGICIELS ÉDUCATIFS

OUTILS D'ÉVALUATION DE LOGICIELS ÉDUCATIFS 131 OUTILS D' ÉDUCATIFS Philippe DESSUS, Pascal MARQUET MOTS-CLÉS Typologie des logiciels d'eao, Processus d'apprentissage, Mesure des performances didactiques. RÉSUMÉ A travers l'eao, l'informatique tente

Plus en détail

Le diagramme des relations met en évidence les multiples relations entre les différents éléments, causes et effets d'un système.

Le diagramme des relations met en évidence les multiples relations entre les différents éléments, causes et effets d'un système. Sept outils du management (Les) Introduction Diagramme des relations Diagramme des affinités Diagramme en arbre Diagramme matriciel Diagramme des décisions d'action (PDPC) Diagramme sagittal (CPM) Analyse

Plus en détail

LA PRESTATION DE SOIN NUTRITIONNEL REFERENTIEL POUR L'AUTO-EVALUATION

LA PRESTATION DE SOIN NUTRITIONNEL REFERENTIEL POUR L'AUTO-EVALUATION Mai 2001 LA PRESTATION DE SOIN NUTRITIONNEL REFERENTIEL POUR L'AUTO-EVALUATION Le contexte Le soin nutritionnel est une des missions fondamentales des diététiciens, qui a pour finalité de garantir des

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Méthodes Agiles et gestion de projets

Méthodes Agiles et gestion de projets Méthodes Agiles et gestion de projets Eric LELEU Consultant Solutions Collaboratives Contact ericleleu@nordnet.fr Site Personnel http://home.nordnet.fr/~ericleleu Blog http://ericleleu.spaces.live.fr La

Plus en détail