Boîte à outils mathématiques de base pour l infographie et l animation par ordinateur. Yves Chiricota, professeur DIM, UQAC Cours 8TRD147

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Boîte à outils mathématiques de base pour l infographie et l animation par ordinateur. Yves Chiricota, professeur DIM, UQAC Cours 8TRD147"

Transcription

1 Boîte à outils mathématiques de base pour l infographie et l animation par ordinateur Yves Chiricota, professeur DIM, UQAC Cours 8TRD Janvier 2015

2 2 Il est impossible d envisager l étude des méthodes de l animation par ordinateur sans des connaissance en algèbre linéaire et en calcul. Les approches plus poussées de l animation par ordinateur (comme la simulation de surfaces déformables et de certains phénomènes physiques) demandent même la maîtrise de la géométrie différentielle. Nous verrons ici la base mathématique nécessaire au cours. Ce document constitue en quelque sorte une boîte à outils mathématiques pour l animation par ordinateur. 1 Algèbre matricielle En gros, on pourrait dire que l algèbre matricielle est l étude de l arithmétique des matrices. On muni l ensemble des matrices d une opération de somme et d une opération de produit. Cependant, dans le cas des matrices, les choses ne sont pas aussi simple que si on travaille avec les nombres réels. Il faut tenir compte du format des matrices, elles ne sont pas toutes inversible, etc. Grâce à l algèbre matricielle, il est possible de représenter des concepts beaucoup plus riches que ceux inhérents à partir de l algèbre des nombres réels uniquement. En effet, grâce aux vecteurs et aux matrice, on peut représenter sur ordinateur des objects en plusieurs dimensions. Ces concepts nous servent aussi à représenter certaines transformation de l espace, en particulier celles nécessaires à simuler des caméras virtuelles. Il serait trop long d énumérer ici toutes les applications de l algèbre linéaire en infographie. Nous allons voir les éléments essentiels pour le cours 8TRD147. Les thèmes abordés ici constituent le minimum nécessaire à entreprendre l étude de l infographie et l animation par ordinateur. 1.1 Points et vecteurs Intuitivement, on peut définir le plan euclidien comme étant un ensemble de points pour lesquels on peut mesurer les distances et les angles. Notons qu un point sert à indiquer une position. L espace euclidien de dimension trois se définit aussi comme un ensemble de points pour lesquels on peut mesurer des angles et des distances. A priori, dans un espace euclidien, aucun point ne se distingue des autres (il n y a pas d origine) et il n y a pas de système de coordonnées. La notion d espace euclidien est très générale. En particulier, l espace R n des points exprimés à l aide de trois

3 1. ALGÈBRE MATRICIELLE 3 nombres réels forme un espace euclidien. Un espace vectoriel est un ensemble de vecteurs muni d opérations de somme et de produit par un scalaire qui satisfont un certain nombre de propriétés. Les vecteurs servent à indiquer des directions d un point à un autre. Plus formellement, un espace vectoriel réel (V, +, ) est la donnée d un ensemble de vecteurs V muni de deux opérations + : V V V et satisfaisant les propriétés suivantes: : R V V 1. Pour tous u, v V, on a u + v = v + u, 2. Pour tous u, v, w V on a u + (v + w) = (u + v) + w, 3. Il existe un élément spécial 0 V tel que pour tout u V, on a u + 0 = u, 4. Pour tout u V, il existe un élément v V tel que u + v = 0 (en d autres mot, chaque élément possède un opposé), 5. Pour tout u V, on a 1 u = u, 6. Pour tous α, β R, pour tout u V, on a α(β u) = (αβ) u 7. Pour tous α, β R, pour tout u V, on a (α + β) u = α u + β u 8. Pour tout α R, pour tous u, v V, on a α (u + v) = α u + α v Ces huit propriétés constituent les règles de calcul (permettant de simplifier des expression, etc.) dans un espace vectoriel. Tout calcul valide sur les vecteurs doit pouvoir s exprimer comme une suite d opération correspondant à ces règles. Exercice: Déterminer l interprétation géométrique des deux opérations. Un sous-espace vectoriel de V est un sous-ensemble de vecteur U tel que si u, v U et α R, alors u + v U et αv U.

4 4 L espace R 3 muni de la somme et du produit par un scalaire usuels forme un espace vectoriel. On peut voir R n de deux points de vue: comme un espace euclidien ou comme un espace vectoriel. Une des particularité qui distingue un espace euclidien d un espace vectoriel est la présence d un point qui représente l origine de l espace vectoriel. Dans le cas de de R n, n importe quel point pourrait servir d origine, mais on utilise habituellement le point (0, 0,..., 0). Étant donné un espace euclidien, on peut en faire un espace vectoriel en choisissant un point, disons O, qui servira d origine. Par la suite, on fait correspondre à chaque point P de l espace euclidien un vecteur V (P ) de l espace vectoriel en lui associant le segment de droite OP. Exercice: définir la somme et le produit par un scalaire de telle sorte que cette construction donne un espace vectoriel. En toute généralité, les vecteurs d un espace vectoriel réel peuvent être n importe quel type d objets, pourvu que les conditions précédentes soient respectées. On peut définir des espaces vectoriels de fonctions, de quaternions, etc. Il est utile de représenter les vecteurs à l aide de coordonnées. L idée est de choisir un ensemble B = {b 1, b 2,... b n } de n vecteurs linéairement indépendants et de les utiliser pour exprimer n importe quel vecteur v de l espace en calculant l unique décomposition v = a 1 b 1 + a 2 b a n b n, où a n R. Les nombres a i sont appelés coordonnées du vecteur v relativement à la base B. Il est intéressant de remarquer que (a 1, a 2,..., a n ) est un vecteur de R n. Il faut faire attention ne pas confondre coordonnées et vecteur dans le cas de R n. Pour la suite, nous ne considérerons que l espace vectoriel R n muni de la somme de vecteur usuelle et du produit par un scalaire usuel: u + v = (u 1, u 2,..., u n ) + (v 1, v 2,... v n ) = (u 1 + v 1, u 2 + v 2,..., u n + v n ) et α u = α (u 1, u 2,..., u n ) = (αu 1, αu 2,..., αu n ). Exercice: Vérifier que les huit propriétés sont satisfaites dans ce cas.

5 1. ALGÈBRE MATRICIELLE Systèmes de coordonnées Comme nous l avons vu, on peut représenter les vecteurs à l aide de systèmes de coordonnées. L idée est de choisir une base ordonnée {b 1, b 2,... b n } pour exprimer les éléments de R n comme une combinaison linéaire i a ib i, avec a n R. En fait, lorsqu on considère un vecteur (u 1, u 2,... u n ), c est (de manière implicite) relativement à la base canonique de R n : (u 1, u 2,... u n ) = i u ie i, où e i est le vecteur comportant des 0 à chaque position sauf à la i ième où on retrouve un 1 (e 1 = (1, 0, 0, 0,... 0), e 2 = (0, 1, 0, 0,... 0),.... Le concepts de systèmes de coordonnées permet de simplifier les calculs inhérents aux caméras virtuelles et de faciliter la représentation des objets géométrique en infographie, entre autres choses. On passe d un système de coordonnées à un autre à l aide de la multiplication matricielle (exercice). 1.3 Transformation de l espace Euclidien On peut appliquer certaines opérations aux vecteurs et aux points. Les principales opérations sont la rotation autour d un axe, la translation selon un vecteur et le changement d échelle. On utilise généralement les matrices pour représenter ces transformations, lorsqu elles sont linéaires. L utilisation des matrices présentes de grands avantages car elle permettent une implémentation facile et que si T est une transformation, représentée par la matrice M T, appliquée à un vecteur V, on obtient T (V ) en multipliant avec M et V, c-à-d T (V ) = MV. De plus, la composition de transformation se traduit par le produit des matrices correspondantes. Cela présente un avantage relativement à la performance du calcul lorsque l on doit appliquer la même série de transformations à plusieurs vecteur comme c est souvent le cas en infographie. Par exemple, la matrice suivant effectue une rotation autour de l origine d angle θ autour du vecteur (0, 0, 1): cos θ sin θ 0 sin θ cos θ

6 6 La matrice suivant effectue représente une dilatation d un vecteur (avec une valeur spécifique pour chaque axe): s x s y s z Coordonnées homogènes Pour être en mesure de représenter une translation d un vecteur de dimension trois à l aide d une matrice, on est forcé de travailler en dimension quatre. On représente alors les vecteurs de R 3 à partir de vecteurs de R 4 à l aide de coordonnées homogènes. La représentation en coordonnées homogènes d un point (x, y, z) est (wx, wy, wz, w), où w 0. Le point (X, Y, Z, W ), avec W 0, correspond au point (X/W, Y/W, Z/W ) dans R 3. En fait, on a la correspondance: (x, y, z) (wx, wy, wz, w) = w(x, y, z, 1), avec w R. On remarquera que plusieurs points en coordonnées homogènes correspondent à (x, y, z). En fait, point de l espace R 3 se trouve associé à une droite de l espace R 4. On choisit habituellement le représentant (1 x, 1 y, 1 z, 1) = (x, y, z, 1) pour représenter (x, y, z). La matrice t x t y t z représente une translation de (t x, t y, t z ) d un vecteur (x, y, z) exprimé en coordonnées homogènes. Un des grand avantage de la notation matricielle pour représenter les opérations est que la composition des opérations se calcule à l aide du produit de matrice. Ce calcul est souvent intégré dans les cartes graphiques ce qui permet d obtenir de

7 1. ALGÈBRE MATRICIELLE 7 bonnes performances. Il est de plus intéressant de noter que l inverse d une opération s obtient tout simplement en prenant l inverse matriciel. Par exemple, considérons un cube dont les coins opposés sont (2, 3, 4) et (3, 4, 5) et supposons que nous désirions effectuer une rotation d angle θ par rapport à l axe des z des six coins du cube. Il suffira d appliquer une translation par le vecteur ( 2, 3, 4) au coins du cube, ensuite la rotation, et ensuite la translation (2, 3, 4). Cette suite d opération correspond au produit des matrices: T 1 RT, où T = et R = cos θ sin θ 0 0 sin θ cos θ Vecteurs Produit scalaire Le produit scalaire de deux vecteurs est défini par: u, v = u 1 v 1 + u 2 v u n v n, où u = (u 1, u 2,..., u n ) et v = (v 1, v 2,..., v n )). La longueur u d un vecteur u s obtient avec la formule: u = u, u. On remarquera que si u et v sont perpendiculaire, on a u, v = 0. u, v = v, u. Soit α R, on a αu, v = α u, v = u, αv.

8 8 On normalise un vecteur u avec u u. Rappelons la formule u, v = cos θ, u v où θ est l angle entre les vecteurs u et v. Cette formule découle de la loi des cosinus: Si la longueur des cotés d un triangle sont a, b et c et θ est l angle entre les cotés correspondant aux longueurs a et b, alors on a c 2 = a 2 + b 2 2ab cos θ. On a u, v < 0 si θ > π 2, u, v = 0 si θ = π 2, u, v > 0 si θ < π 2. Produit vectoriel Le produit vectoriel de deux vecteur de R 3 est défini par la formule suivante: i j k u v = det u 1 u 2 u 3 v 1 v 2 v 3 La valeur de ce déterminant est égal à l aire du parallélogramme défini par les deux vecteurs. On a les propriétés suivantes: u v = v u. u v, u = u v, v = 0. Le produit vectoriel est intrinsèquement lié à la notion l orientation dans R 3. Selon que l on travaille dans un système main droite ou main gauche, on obtient l orientation du vecteur u v formant un repère orthogonal avec la main et en imaginant que l index correspond à u et le majeur à v. L orientation du vecteur u v est alors donné par le pouce.

9 1. ALGÈBRE MATRICIELLE 9 Réflexion Le calcul de réflexions est fondamental en infographie et en animation. Les applications sont nombreuses: détection de collision, illumination, etc. Tout d abord, calculons la projection d un vecteur sur un autre. Considérons deux vecteurs U et W. La projection de u sur w est un vecteur v = αw tel que u v, w = 0. Il s en suit u v, w = u, w v, w = u, w αw, w = u, w α w, w, d où α = u,w La projection de u sur w est donc le vecteur w 2 u, w w 2 w. La réflexion de u par rapport à w est l unique vecteur u de même longueur que u, inscrit dans le plan définit par u et w, qui fait le même angle que u avec w et différent de u. w u, v u En s aidant de la figure, on voit que u + 2(u v) = u, d où u = 2v u = 2 u, w w 2 w u.

10 10 2 Courbes et surfaces paramétrées L utilisation de courbes et surfaces est fondamentale en animation par ordinateur. Les courbes servent à décrire des trajectoires, des paramètres qui varient en fonction du temps, etc. Quant aux surfaces, elle permettent de modéliser les objets qui se retrouvent dans les scènes. On peut utiliser celles-ci pour représenter des objets rigides tel que des habitations, des véhicules, etc. Elle servent aussi à modéliser des objets déformables comme les vêtements, les vagues, etc. 2.1 Courbes Pour nous, une courbe paramétrée est une fonction continue β : I R n, avec I = [a, b] un intervalle fermé. Il est parfois pratique d utiliser un l intervalle normalisé [0, 1]. Par exemple, β(t) = (cos(t), sin(t), t), avec t [0, 6π] représente une courbe (à quoi correspond-elle?). Une courbe paramétrée peur servir à représenter la position d un objet en fonction du temps. Elle peuvent aussi servir à représenter des mouvement de caméra. On utiliser alors une courbe avec n = 6, car une caméra possède généralement six degrés de liberté (quel sont-ils?). Si on interprète une courbe β(t) comme la position d un objet en fonction du temps, la dérivée β (t) donne la vitesse instantanée au temps t. La distance parcourue entre les temps t 0 et t 1 s obtient en calculant l intégrale suivante: t1 t 0 β (t) dt. La longueur totale de la courbe est b a β (t) dt. Une courbe paramétrée par longueur est telle que u a β (t) dt = t. En d autres termes, la longueur au point u est égale à u (le paramètre est égal à la longueur de la courbe).

11 2. COURBES ET SURFACES PARAMÉTRÉES Surfaces Pour nous, une surface paramétrée est une fonction continue σ : I 1 I 2 R n, où I 1 = [a, b] et I 2 = [c, d] sont des intervalles fermés et connexes. On utilise parfois I 1 = I 2 = [0, 1]. Voici un exemple de surface paramétrée: σ(u, v) = (sin (u) cos (v), cos (u) cos (v), sin (v)), avec u [0, 2π], et v [0, π]. Étant donné une surface σ = σ(u, v), il est parfois nécessaire de calculer le plan tangent au point σ(u 0, v 0 ) (par exemple pour calculer comment un objet projeté sur le surface rebondit). On l obtient à partir des dérivées partielles évaluées en (u 0, v 0 ). Le plan est définit par le point σ(u 0, v 0 ) et les vecteurs σ u (u 0, v 0 ) et σ v (u 0, v 0 ). On utilise aussi les notations σ u = σ u et σ v = σ v. L utilisation du vecteur normal N(u 0, v 0 ) en un point (u 0, v 0 ) de la surface est fondamental pour le calcul de l éclairage et certaines techniques de rendu de scènes (tel le bump mapping). Ce vecteur est tout simplement obtenu par la formule N(u 0, v 0 ) = σ u (u 0, v 0 ) σ v (u 0, v 0 ). N σu σ(u 0, v 0 ) σv σ Il est clair que ce vecteur est perpendiculaire au plan tangent à la surface σ au point σ(u 0, v 0 ).

12 12 3 Courbes et surfaces polygonales Les courbes et surfaces telles que nous venons de les voir sont des objets mathématiques appartenant au domaine continu. Leur codage sous la forme de structures de données s impose pour être en musure de faire dessiner ces objets par un moteur graphique. Le principe général pour ce codage est d échantillonner le domaine de définition de la courbe ou de la surface et de créer de segments ou des triangles à partir de cete échantillonnage. Pour une courbe, β : [a, b] R n, on définit les segments [β((a + i (b a) (b a) ), β((a + (i + 1) ], n n avec i = 0, 1,..., n 1. Le nombre se segment sera n 1. Pour une surface σ : [a, b] [c, d] R n, on calcule une grille formée des points P (i, j) suivant σ(a + i b a n, c + j d c m ), où i = 0, 1,..., n et j = 0, 1,..., m. La grille contiendra (n + 1)(m + 1) points. Cette grille est ensuite utilisée pour définir les triangles qui serviront à approximer la surface. Cette opération s appelle discrétiser la surface. 4 Géométrie dans R 3. Le calcul géométrique revêt une importance particulière en infographie et en animation par ordinateur. Les applications sont nombreuses: algorithmes de lancé de rayon, détection de collision dans la simulation, etc.

13 4. GÉOMÉTRIE DANS R Coplanarité Considérons deux vecteurs non co-linéaires U, V R 3. Un vecteur W est co-planaire à U et V s il existe des valeurs α, β R 3 telles que W = αu + βv. On peut donc déterminer la co-planarité en résolvant le système d équations linéaires W = αu +βv. On ontient alors les coordonnées de W relativement aux vecteur U et V. Une autre approche pour déterminer si W est co-planaire avec U et V est de calculer le déterminant det(w, U, V ). Il est parfois utile de déterminer si quatre points A, B, C, D dans R 3 sont coplanaire ou non. On peut le déterminer comme suit en posant U = B A, V = C A et W = D A et en appliquant la méthode précédente. 4.2 Projection d un point dans un plan Considérons le plan Π (passant par l origine) défini les vecteurs (non colinéaires) U et V. La projection Q d un point W dans le plan Π s obtient en résolvant les équations suivantes: W Q, U = 0, W Q, V = 0, W Q, U V = Intersection de deux droites planaires La forme paramétrique de la droite qui passe par les points X et Y dans R 3 est X + t(y X). On remarquera que c est un cas particulier de courbe. Considérons les deux droites d 0 (t) = P 0 + t(p 1 P 0 ) et d 1 (t) = Q 0 + t(q 1 Q 0 )

14 14 avec P 0 = (x 0, y 0 ), P 1 = (x 1, y 1 ), Q 0 = (u 0, v 0 ), Q 1 = (u 1, v 1 ). On trouve l intersection en posant d 0 (a) = d 1 (b) et en résolvant pour a et b le système de deux équations deux inconnues. 4.4 Test pour déterminer si un point est à l intérieur d un triangle Soit P 0, P 1, P 2 les points définissant le triangle non dégénéré. Considérons un point W co-planaire avec le triangle (si le point n est pas inscrit dans le même plan, il n est pas à l intérieur). Exprimer le vecteur W P 0 comme combinaison linéaire des vecteurs P 1 P 0 et P 2 P 0, c.-à-d. W P 0 = α(p 1 P 0 ) + β(p 2 P 0 ). Si α + β 1, 0 α et 0 β, alors W est à l intérieur du triangle. 4.5 Intersection d une droite et d un plan passant par l origine dans R 3. Supposons la droite définie à partir de deux points P et Q. Soit U et V deux vecteurs générateurs du plan. L intersection W de la droite et du plan est de la forme W = Q + α(p Q). On trouve α en résolvant le système d équation suivant: U V, Q + α(p Q) = Intersection d une droite et d un triangle dans R 3. On calcule l intersection W de la droite et du plan. On détermine ensuite si W est à l intérieur du triangle.

8TRD147: Animation et images par ordinateur

8TRD147: Animation et images par ordinateur 8TRD147: Animation et images par ordinateur Textures Y. Chiricota Département d informatique et de mathématique Université du Québec à Chicoutimi / Certaines des illustrations de ce document proviennent

Plus en détail

Vecteurs.nb 1. Collège du Sud 1-ère année. Mathématiques. Vecteurs. Edition 2003/2004 - DELM

Vecteurs.nb 1. Collège du Sud 1-ère année. Mathématiques. Vecteurs. Edition 2003/2004 - DELM Vecteurs.nb 1 Collège du Sud 1-ère année Mathématiques Vecteurs Edition 00/004 - DELM Supports de cours de mathématiques de degré secondaire II, lien hypertexte vers la page mère http://www.deleze.name/marcel/sec/index.html

Plus en détail

3D Compléments de cours. Guy GREISEN

3D Compléments de cours. Guy GREISEN 3D Compléments de cours Guy GREISEN 14 septembre 2009 3D 3 Table des matières 1 SECOND DEGRÉ 6 1.1 Introduction................................................ 6 1.2 Formule générale.............................................

Plus en détail

figure 6.1. page 230. Il existe deux grandes classes de projections : les projections perspectives et les projections parallèles.

figure 6.1. page 230. Il existe deux grandes classes de projections : les projections perspectives et les projections parallèles. Informatique Graphique Cours 12 - Projections Introduction En général, une projection est une fonction qui permet de transformer un point dans système de coordonnées à N dimensions, en un point dans un

Plus en détail

MOTEURS DE JEU RAPPELS MATHÉMATIQUES. Rémi Ronfard, Septembre 2014

MOTEURS DE JEU RAPPELS MATHÉMATIQUES. Rémi Ronfard, Septembre 2014 MOTEURS DE JEU RAPPELS MATHÉMATIQUES Rémi Ronfard, Septembre 2014 1 Cette présentation récapitule les concepts mathématiques nécessaires à la mise en place d un pipeline d affichage 3D. Son but n est pas

Plus en détail

Intégrales curvilignes.

Intégrales curvilignes. Chapitre 1 Intégrales curvilignes. 1.1 Généralités 1.1.1 Courbes paramétrées dans le plan. Motivations, exemples. L exemple basique de courbe est la trajectoire décrite par un objet assimilée à un point

Plus en détail

Cours de Mathématiques II Chapitre 1. Algèbre linéaire

Cours de Mathématiques II Chapitre 1. Algèbre linéaire Université de Paris X Nanterre UFR Segmi Année 7-8 Licence Economie-Gestion première année Cours de Mathématiques II Chapitre Algèbre linéaire Table des matières Espaces vectoriels Espaces et sous-espaces

Plus en détail

La double nature du produit vectoriel

La double nature du produit vectoriel La double nature du produit vectoriel André Boileau Section didactique Département de mathématiques, UQAM RÉSUMÉ Le produit vectoriel est habituellement décrit de deux façons fort différentes : géométriquement

Plus en détail

Intégration de polynômes Points de Gauss

Intégration de polynômes Points de Gauss Intégration de polynômes Points de Gauss Commençons par un exercice classique de premier cycle. Problème 1 Trouver trois réels α, β et γ tels que, pour tout polynôme P de degré au plus 2, on ait : ( )

Plus en détail

Une axiomatisation du plan euclidien

Une axiomatisation du plan euclidien Nicole opp Strasbourg, avril 2007 Une axiomatisation du plan euclidien Le but de ce texte est de montrer comment on peut axiomatiser le plan euclidien d une manière qui se rapproche, autant que faire se

Plus en détail

LES ROTATIONS DE R 3 : VERSION MATRICIELLE

LES ROTATIONS DE R 3 : VERSION MATRICIELLE LES ROTATIONS DE R : VERSION MATRICIELLE. L espace R n Les structures dont R n est muni appartiennent à quatre niveaux : Structure vectorielle: Vecteur. Combinaison linéaire. Familles libres et liées.

Plus en détail

8TRD147: Animation et images par ordinateur

8TRD147: Animation et images par ordinateur 8TRD147: Animation et images par ordinateur SSAO Y. Chiricota Département d informatique et de mathématique Université du Québec à Chicoutimi / Certaines des illustrations de ce document proviennent du

Plus en détail

1 Cinématique du solide

1 Cinématique du solide TBLE DES MTIÈRES 1 Cinématique du solide 1 1.1 Coordonnées d un point dans l espace......................... 1 1.1.1 Repère et référentiel................................ 1 1.1.2 Sens trigonométrique...............................

Plus en détail

ÉLÉMENTS D OPTIMISATION. Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I

ÉLÉMENTS D OPTIMISATION. Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I ÉLÉMENTS D OPTIMISATION Complément au cours et au livre de MTH 1101 - CALCUL I CHARLES AUDET DÉPARTEMENT DE MATHÉMATIQUES ET DE GÉNIE INDUSTRIEL ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTRÉAL Hiver 2011 1 Introduction

Plus en détail

1.1. Le moment cinétique en mécanique classique

1.1. Le moment cinétique en mécanique classique c M Dunseath-Terao - Master 1 de Physique UR1 2006 2007 1 Complément 1 Le moment cinétique 1.1. Le moment cinétique en mécanique classique L équation du mouvement d un corps en rotation en mécanique classique

Plus en détail

La double nature du produit vectoriel

La double nature du produit vectoriel La double nature du produit vectoriel André Boileau, Section didactique, Département de mathématiques, UQAM Résumé Le produit vectoriel est habituellement décrit de deux façons fort différentes : géométriquement

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 MATHS/STATS. Solution des exercices d algèbre linéaire

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2013 2014 MATHS/STATS. Solution des exercices d algèbre linéaire UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 3 4 Master d économie Cours de M. Desgraupes MATHS/STATS Document : Solution des exercices d algèbre linéaire Table des matières

Plus en détail

Cours de mécanique M14-travail-énergies

Cours de mécanique M14-travail-énergies Cours de mécanique M14-travail-énergies 1 Introduction L objectif de ce chapitre est de présenter les outils énergétiques utilisés en mécanique pour résoudre des problèmes. En effet, parfois le principe

Plus en détail

8TRD147: Animation et images par ordinateur

8TRD147: Animation et images par ordinateur 8TRD147: Animation et images par ordinateur Introduction au traitement numérique des images Y. Chiricota Département d informatique et de mathématique Université du Québec à Chicoutimi / Certaines des

Plus en détail

Le Déterminant. par Alain Prouté Université Denis Diderot Paris 7. 1 Permutations. 1. 2 Application transposée, base duale. 3. 3 Mesures de volume.

Le Déterminant. par Alain Prouté Université Denis Diderot Paris 7. 1 Permutations. 1. 2 Application transposée, base duale. 3. 3 Mesures de volume. Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

concours externe de recrutement de professeurs certifiés et concours d accès à des listes d aptitude (CAFEP)

concours externe de recrutement de professeurs certifiés et concours d accès à des listes d aptitude (CAFEP) SESSION DE 2005 concours externe de recrutement de professeurs certifiés et concours d accès à des listes d aptitude (CAFEP) section : mathématiques deuxième composition de mathématiques (épreuve de remplacement)

Plus en détail

Bissectrices. Daniel Perrin

Bissectrices. Daniel Perrin Bissectrices Daniel Perrin Introduction Le but de ce texte est d essayer de donner une référence fiable sur la question des bissectrices, pour traiter notamment l exposé de CAPES intitulé Droites remarquables

Plus en détail

MATHÉMATIQUES PROGRAMMES DE. 1 ère & 2 ème Années secondaires

MATHÉMATIQUES PROGRAMMES DE. 1 ère & 2 ème Années secondaires RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L EDUCATION ET DE LA FORMATION DIRECTION GENERALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE ------------------------------ DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

Remerciements. Partie 1 Algèbre linéaire 1

Remerciements. Partie 1 Algèbre linéaire 1 Table des matières Préface Remerciements xix xxi Partie 1 Algèbre linéaire 1 1 Compléments d algèbre linéaire 3 I Rappels du cours de première année.......................... 3 I.1 Famille dans un espace

Plus en détail

1 Présentation du moulin. 2 Modélisation mathématique. 2.1 Modélisation statique. Don Quichotte de l Atlantique

1 Présentation du moulin. 2 Modélisation mathématique. 2.1 Modélisation statique. Don Quichotte de l Atlantique 1 Présentation du moulin Il s agit d une roue tournant autour d un axe. Sur l extérieur de la roue sont fixées des tiges et sur les tiges sont accrochés des récipients. Ces récipients sont ouverts en haut

Plus en détail

Intégrale de Lebesgue

Intégrale de Lebesgue Intégrale de Lebesgue ÉCOLE POLYTECHNIQUE Cours 4 : intégrale de Lebesgue Bertrand Rémy 1 / 50 1. Motivations et points de vue ÉCOLE POLYTECHNIQUE Cours 4 : intégrale de Lebesgue Bertrand Rémy 2 / 50 Deux

Plus en détail

Espaces affines. 2 Applications affines 7. 2.2 Projections et symétries affines ; affinités... 8 2.3 Alignement et parallélisme...

Espaces affines. 2 Applications affines 7. 2.2 Projections et symétries affines ; affinités... 8 2.3 Alignement et parallélisme... Maths PCSI Cours Espaces affines Table des matières 1 Espaces et sous-espaces affines 2 1.1 Espaces affines et translations.................................... 2 1.2 Exemples d espaces affines......................................

Plus en détail

Mécanique P06-1MECA0

Mécanique P06-1MECA0 PRIS Formation d Ingénieurs en Partenariat Section GE Polycopié de cours V Mécanique P06-1MEC0 Cours Magistraux TD ED 1ère nnée Enseignant : Mr DETREZ 2011-2012 i Table des matières II Cinématique 1 I.1

Plus en détail

1 Transformations élémentaires 2

1 Transformations élémentaires 2 Contenu 1 Transformations élémentaires 2 2 Les projections 4 21 Les projections parallèles 4 22 Les projections perspectives 6 23 Points de fuite 7 3 Formation d images 1 31 Projection : le modèle à sténopé

Plus en détail

Liste complète des sujets d oral (SESSION 2004) servant pour 2004-2005. Leçons d Algèbre et de Géométrie

Liste complète des sujets d oral (SESSION 2004) servant pour 2004-2005. Leçons d Algèbre et de Géométrie http://perso.wanadoo.fr/gilles.costantini/agreg.htm Liste complète des sujets d oral (SESSION 2004) servant pour 2004-2005 Légende : En italique : leçons dont le libellé a changé ou évolué par rapport

Plus en détail

Mathématiques en Première S. David ROBERT

Mathématiques en Première S. David ROBERT Mathématiques en Première S David ROBERT 007 008 Sommaire Progression 1 Devoir maison n 1 : Lieux de points 3 1 Généralités sur les fonctions 5 1.1 Activités..........................................................

Plus en détail

En pratique, la synthèse d'image 3D se décompose essentiellement en deux principales étapes, la modélisation et le rendu.

En pratique, la synthèse d'image 3D se décompose essentiellement en deux principales étapes, la modélisation et le rendu. Principe des logiciels de modélisation 3D Sources principales : http://fr.wikipedia.org/wiki/infographie_tridimensionnelle http://anim3dvideo.free.fr/mainmenue/index.php?option=com_content&view=article&id=68:definitioninfographie-3d&catid=35:definition-general&itemid=100

Plus en détail

Méthodes de projection

Méthodes de projection Chapitre 11 Méthodes de projection Contenu 11.1 Analyse en composantes principales........ 138 11.1.1 L Analyse en Composantes Principales........ 139 11.1.2 La (grande) famille des ACP............. 151

Plus en détail

Tracé de lignes et de courbes planes

Tracé de lignes et de courbes planes Département d informatique Université de Toulon et du Var Plan 1 Introduction 2 Tracé de segments 3 Tracé de cercles 4 Tracé de courbes Définition Le processus de représentation d objets graphiques continus

Plus en détail

La dynamique du système est donnée par (1)

La dynamique du système est donnée par (1) Master d Ingénierie Mathématique Contrôle des systèmes non-linéaires Examen, durée 3h Sujet donné par Pierre Rouchon, tous les documents sont autorisés. Comme le montre la figure ci-contre, ce robot marcheur

Plus en détail

Techniques d animation

Techniques d animation Groupe des Ecoles des Télécommunications Institut National des Télécommunications Techniques d animation Marius Preda Unité de Projets ARTEMIS Advanced Research & TEchniques for Multidimensional Imaging

Plus en détail

Rapport de stage Mise à plat d'un polygone

Rapport de stage Mise à plat d'un polygone Rapport de stage Mise à plat d'un polygone Stagiaire : Sejjil Olfa Tuteurs de stage: Luc BIARD et Bernard LACOLLE Laboratoire: Jean Kuntzmann (LJK) Equipe: Modélisation Géométrique & Multirésolution pour

Plus en détail

Institut de Biologie Fondamentale et Appliquée. M A T H E M A T I Q U E S pour SV 105

Institut de Biologie Fondamentale et Appliquée. M A T H E M A T I Q U E S pour SV 105 U N I V E R S I T E de C A E N Institut de Biologie Fondamentale et Appliquée M A T H E M A T I Q U E S pour SV 05 0 - Présentation - Bibliographie. - Trigonométrie - Fonctions réciproques - Nombres complees

Plus en détail

4. Géométrie analytique du plan

4. Géométrie analytique du plan GÉOMÉTRIE ANALYTIQUE DU PLAN 35 4. Géométrie analytique du plan 4.1. Un peu d'histoire René Descartes (La Haye en Touraine, 31/3/1596 - Stockholm, 11/2/1650) La géométrie analytique est une approche de

Plus en détail

Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel

Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel Chapitre IV Bases et dimension d un espace vectoriel Objectif : Nous allons voir comment fabriquer des systèmes de coordonnées pour les vecteurs d un espace vectoriel général. Dans ce chapitre désigne

Plus en détail

Baccalauréat Série S Métropole, juin 2014

Baccalauréat Série S Métropole, juin 2014 Baccalauréat Série S Métropole, juin 4 Sujet et Corrigé Stéphane PASQUET Disponible sur http://www.mathweb.fr juin 4 Exercice (5 points) - Commun à tous les candidats Partie A Dans le plan muni d un repère

Plus en détail

COURS M2 GÉOMÉTRIE ET TOPOLOGIE DIFFÉRENTIELLES 2013-2014 FEUILLE D EXERCICES NO. 2 : CHAMPS DE VECTEURS, COMPLÉMENT DE COURS : FIBRÉS VECTORIELS

COURS M2 GÉOMÉTRIE ET TOPOLOGIE DIFFÉRENTIELLES 2013-2014 FEUILLE D EXERCICES NO. 2 : CHAMPS DE VECTEURS, COMPLÉMENT DE COURS : FIBRÉS VECTORIELS COURS M2 GÉOMÉTRIE ET TOPOLOGIE DIFFÉRENTIELLES 203-204 FEUILLE D EXERCICES NO. 2 : CHAMPS DE VECTEURS, DÉRIVÉE DE LIE COMPLÉMENT DE COURS : FIBRÉS VECTORIELS ALEXANDRU OANCEA Exercice. (crochet, flots,

Plus en détail

Exo7. Espaces vectoriels. 1 Définition, sous-espaces. Fiche amendée par David Chataur et Arnaud Bodin.

Exo7. Espaces vectoriels. 1 Définition, sous-espaces. Fiche amendée par David Chataur et Arnaud Bodin. Exo7 Espaces vectoriels Fiche amendée par David Chataur et Arnaud Bodin. Définition, sous-espaces Exercice Montrer que les ensembles ci-dessous sont des espaces vectoriels (sur R) : E = { f : [,] R } :

Plus en détail

Espaces euclidiens. 1 Produit scalaire 2 1.1 Définition... 2 1.2 Exemples fondamentaux... 2 1.3 Cauchy-Schwarz... 3 1.4 Norme associée...

Espaces euclidiens. 1 Produit scalaire 2 1.1 Définition... 2 1.2 Exemples fondamentaux... 2 1.3 Cauchy-Schwarz... 3 1.4 Norme associée... Maths PCSI Cours Table des matières Espaces euclidiens 1 Produit scalaire 2 1.1 Définition...................................... 2 1.2 Exemples fondamentaux.............................. 2 1.3 Cauchy-Schwarz..................................

Plus en détail

Agrégation externe de mathématiques, texte d exercice diffusé en 2012 Épreuve de modélisation, option informatique

Agrégation externe de mathématiques, texte d exercice diffusé en 2012 Épreuve de modélisation, option informatique Agrégation externe de mathématiques, texte d exercice diffusé en 2012 Épreuve de modélisation, option informatique Résumé : A partir du problème de la représentation des droites sur un écran d ordinateur,

Plus en détail

Thème : Application affines en terminale

Thème : Application affines en terminale 6 ième ASSEMBLEE GENERALE de l Association des Professeurs de Mathématiques de la Région de Sikasso et Sympathisants Thème : Application affines en terminale BOUGOUNI 2010-2011 Présenté par : APROMARS/

Plus en détail

11. Espaces vectoriels, homomorphismes, bases

11. Espaces vectoriels, homomorphismes, bases 11. Espaces vectoriels, homomorphismes, bases 11.1. Espaces vectoriels, algèbres 11.1.1. Structure d espace vectoriel et d algèbre 11.1.2. Combinaisons linéaires 11.1.3. Espaces vectoriels et algèbres

Plus en détail

Chapitre I. Calcul vectoriel. Nous nous placerons dorénavant toujours dans une base orthonormée directe.

Chapitre I. Calcul vectoriel. Nous nous placerons dorénavant toujours dans une base orthonormée directe. Chapitre I INTRODUCTION ATHÉATIQUE I.A. I.A.1. Calcul vectoriel Produit vectoriel Plaçons-nous dans un espace vectoriel euclidien à trois dimensions. En faisant subir des rotations identiques aux trois

Plus en détail

1 FAITES CONNAISSANCE AVEC LA MÉTHODE DES PLANS D EXPÉRIENCES

1 FAITES CONNAISSANCE AVEC LA MÉTHODE DES PLANS D EXPÉRIENCES 1 FAITES CONNAISSANCE AVEC LA MÉTHODE DES PLANS D EXPÉRIENCES Si vous lisez ce livre c est que, probablement, vous faites des expériences et que vous cherchez à mieux les organiser. Vous cherchez surtout

Plus en détail

Projections et Perspective

Projections et Perspective Points principau: Projections et Perspective Transformation e projection Volume e visualisation Moule 6 2 Étapes pour la visualisation 3D Sstème e Cooronnées e Moélisation (SCM) Sstème e Cooronnées u Dispositif

Plus en détail

Bases du Modèle Linéaire

Bases du Modèle Linéaire AgroParisTech Bases du Modèle Linéaire J.J. Daudin, E. Lebarbier, C. Vuillet Table des matières 1 Introduction 3 2 Estimation des paramètres 5 2.1 Estimation des paramètres de l espérance......................

Plus en détail

Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique. Analyse et Géométrie Différentielle. Première Année

Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique. Analyse et Géométrie Différentielle. Première Année Programme de Mathématique Préparation Maths-Physique Analyse et Géométrie Différentielle Première Année I NOMBRES REELS ET COMPLEXES, SUITES ET FONCTIONS 1 Nombres réels et complexes 2 Suites de nombres

Plus en détail

Travail d une force Correction

Travail d une force Correction Travail d une force Exercice 1 : Deux jumeaux de même masse m=75,0 kg montent au 5ème étage d'un immeuble en partant du rez-de-chaussée. Le jumeau A emprunte l'ascenseur et le jumeau B l'escalier. La distance

Plus en détail

119 exercices de mathématiques pour 1 re S

119 exercices de mathématiques pour 1 re S mai 06 9 exercices de mathématiques pour re S Stéphane PASQUET Sommaire Disponible sur http: // www. mathweb. fr mai 06 I Le second degré.................................. I. Calcul de discriminant et

Plus en détail

Corrigé du Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie Mars 2016

Corrigé du Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie Mars 2016 Corrigé du Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie Mars 0 A. P. M. E. P. EXERCICE Commun à tous les candidats points Partie A Une boite contient 00 médailles souvenir dont 50 sont argentées, les autres dorées.

Plus en détail

PC* Espaces préhilbertiens réels

PC* Espaces préhilbertiens réels I. Espace préhilbertien réel................................... 3 I.1 Produit scalaire dans un espace vectoriel réel................... 3 I.2 Inégalités de Cauchy-Schwarz et de Minkowski..................

Plus en détail

Autour de la diagonalisation

Autour de la diagonalisation Autour de la diagonalisation Cédric Gérot, Pierre Granjon, Nicolas Le Bihan Laboratoire des Images et des Signaux Grenoble January 22, 2003 Contents 1 Eléments d algèbre 2 11 Espace vectoriel 2 111 Définition

Plus en détail

.:: Module Mathématiques I : Algèbre ::.

.:: Module Mathématiques I : Algèbre ::. Université Mohammed V - Agdal Faculté des Sciences Département de Mathématiques et Informatique Avenue Ibn Batouta, B.P. 1014 Rabat, Maroc.:: Module Mathématiques I : Algèbre ::. Filière : Sciences de

Plus en détail

FICHE 5.9 : LE PRODUIT SCALAIRE

FICHE 5.9 : LE PRODUIT SCALAIRE FICHE 5.9 : LE PRODUIT SCALAIRE Mise à jour : 27/02/12 1. DÉFINITION DU PRODUIT SCALAIRE Le produit scalaire de deux vecteurs et donne comme résultat un nombre réel. Celui-ci peut être calculé de trois

Plus en détail

CHAPITRE 1 CINÉTIQUE. 1.1 Masse et inertie. 1.1.1 Notions d inertie

CHAPITRE 1 CINÉTIQUE. 1.1 Masse et inertie. 1.1.1 Notions d inertie TABLE DE MATIÈRE 1 Cinétique 1 1.1 Masse et inertie................................ 1 1.1.1 Notions d inertie........................... 1 1.1.2 Masse.................................. 2 1.1.3 Centre d

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Devoir commun de Mathématiques 18 janvier 2014. Problème 1

Devoir commun de Mathématiques 18 janvier 2014. Problème 1 Lycée Jean Bart MPSI & PCSI Année 213-214 Devoir commun de Mathématiques 18 janvier 214 La clarté des raisonnements, la précision de la rédaction et la présentation entreront pour une part non négligeable

Plus en détail

Équations différentielles en physique

Équations différentielles en physique Fiche Mathématiques pour la Physique - Équations différentielles en physique - MPSI 1 Lycée Chaptal - 2012 Équations différentielles en physique On ne considère en physique en prépa (quasiment) que des

Plus en détail

CHAPITRE 2 SUITES RÉELLES ET COMPLEXES

CHAPITRE 2 SUITES RÉELLES ET COMPLEXES CHAPITRE SUITES RÉELLES ET COMPLEXES Les suites sont un objet fondamental à la fois en mathématiques et dans l application des mathématiques aux autres sciences. Nous verrons dans ce cours et les travaux

Plus en détail

À propos des limites inductives filtrantes et du théorème de Lazard sur les modules plats

À propos des limites inductives filtrantes et du théorème de Lazard sur les modules plats 1 À propos des limites inductives filtrantes et du théorème de Lazard sur les modules plats Cette note est écrite comme une section 7 du chapitre VIII du livre Algèbre Commutative. Méthodes Constructives.

Plus en détail

SESSION DE 2004 CA/PLP

SESSION DE 2004 CA/PLP SESSION DE 004 CA/PLP CONCOURS EXTERNE Section : MATHÉMATIQUES SCIENCES PHYSIQUES COMPOSITION DE MATHÉMATIQUES Durée : 4 heures L'usage des calculatrices de poche est autorisé (conformément au directives

Plus en détail

MECA0003-2 - MÉCANIQUE RATIONNELLE

MECA0003-2 - MÉCANIQUE RATIONNELLE L G L G Octobre 015 MEA0003- - MÉANIQUE RATIONNELLE Prof. Éric J.M.DELHEZ Un constructeur de jouets souhaitant mettre au point un nouveau système de propulsion de petites voitures pour son circuit miniature

Plus en détail

IV. Espaces L p. + tx 1. (1 t)x 0

IV. Espaces L p. + tx 1. (1 t)x 0 cours 13, le lundi 7 mars 2011 IV. spaces L p IV.1. Convexité Quand deux points x 0, x 1 R sont donnés, on peut parcourir le segment [x 0, x 1 ] qui les joint en posant pour tout t [0, 1] x t = (1 t)x

Plus en détail

Baccalauréat S Centres étrangers 12 juin 2014

Baccalauréat S Centres étrangers 12 juin 2014 Durée : 4 heures Baccalauréat S Centres étrangers juin 04 A. P. M. E. P. Dans l ensemble du sujet, et pour chaque question, toute trace de recherche même incomplète, ou d initiative même non fructueuse,

Plus en détail

1 S Le produit scalaire Exercices. Diverses expressions du produit scalaire et calcul de grandeurs.

1 S Le produit scalaire Exercices. Diverses expressions du produit scalaire et calcul de grandeurs. S e produit scalaire Eercices Diverses epressions du produit scalaire et calcul de grandeurs. Eercice. est un triangle et I est le milieu de []. Données : I 6, I I et I. alculer : ) (introduire le point

Plus en détail

TP 5 & 6 : Graphique

TP 5 & 6 : Graphique L1-S1-IMP Informatique Année 2010-2011 Semestre 1 TP 5 & 6 : Graphique 1 Bases 1.1 Bibliothèque graphique Pour dessiner des figures géométriques (et autres), Caml offre une bibliothèque de fonctions graphiques.

Plus en détail

Les espaces vectoriels

Les espaces vectoriels Agrégation interne UFR MATHÉMATIQUES 1. Généralités Les espaces vectoriels Dans tout le chapitre, K représente un corps commutatif. 1.1. Notion d espace vectoriel On considère un ensemble E sur lequel

Plus en détail

Chapitre 3. Espaces vectoriels

Chapitre 3. Espaces vectoriels Département de mathématiques et informatique L1S1, module A ou B Chapitre 3 Espaces vectoriels Emmanuel Royer emmanuelroyer@mathuniv-bpclermontfr Ce texte mis gratuitement à votre disposition a été rédigé

Plus en détail

Algèbre linéaire 3 : produits scalaires, espaces euclidiens, formes quadratiques.

Algèbre linéaire 3 : produits scalaires, espaces euclidiens, formes quadratiques. Université Paris-Dauphine DU MI2E, 2ème année Algèbre linéaire 3 : produits scalaires, espaces euclidiens, formes quadratiques. Cours 2010/2011 Olivier Glass Le polycopié qui suit peut avoir des différences

Plus en détail

Simulation de transit planétaire sous Geogebra (version du 19/2/2013)

Simulation de transit planétaire sous Geogebra (version du 19/2/2013) Simulation de transit planétaire sous Geogebra (version du 19//013) Introduction Les exoplanètes tournent autour de leurs étoiles comme les planètes autour du Soleil sur des orbites que l on peut considérer

Plus en détail

CHAPITRE 1 Les vecteurs géométriques

CHAPITRE 1 Les vecteurs géométriques CHAPITRE 1 Les vecteurs géométriques Introduction Les quantités comme la température, la masse, le temps et la longueur sont représentées par des scalaires. Toutefois, il existe d autres quantités dont

Plus en détail

CHAPITRE I TRIGONOMETRIE

CHAPITRE I TRIGONOMETRIE CHAPITRE I TRIGONOMETRIE ) Le cercle trigonométrique Un cercle trigonométrique est un cercle C de rayon qui est orienté, ce qui veut dire qu on a choisi un sens positif (celui des ronds-points) et un sens

Plus en détail

Mathématiques en Seconde. David ROBERT

Mathématiques en Seconde. David ROBERT Mathématiques en Seconde David ROERT 2011 2012 Sommaire 1 Translation Vecteurs 1 1.1 Translation......................................................... 1 1.1.1 Définition.....................................................

Plus en détail

HUITIEME PARTIE ANALYSE EN COMPSANTES PRINCIPALES

HUITIEME PARTIE ANALYSE EN COMPSANTES PRINCIPALES 105 HUITIEME PARTIE ANALYSE EN COMPSANTES PRINCIPALES 1. Introduction En statistiques il arrive fréquemment que les individus soient décrits par un grand nombre de caractères. : voitures décrites par leur

Plus en détail

Volume et température d un gaz

Volume et température d un gaz Volume et température d un gaz Par Pascal Rebetez Janvier 7 Introduction Après avoir étudié expérimentalement la relation entre le volume et la température d un gaz (de l air), nous comparons les données

Plus en détail

Les espaces L p. Chapitre 6. 6.1 Définitions et premières propriétés. 6.1.1 Les espaces L p, avec 1 p < +

Les espaces L p. Chapitre 6. 6.1 Définitions et premières propriétés. 6.1.1 Les espaces L p, avec 1 p < + Chapitre 6 Les espaces L p 6.1 Définitions et premières propriétés 6.1.1 Les espaces L p, avec 1 p < + Soient (E, T,m) un espace mesuré, 1 p < + et f M = M(E, T) (c est-à-dire f : E R, mesurable). On remarque

Plus en détail

La maximisation du profit

La maximisation du profit 2 La maximisation du profit Le profit, au sens économique du terme, se définit comme la différence entre les recettes perçues et les coûts supportés par une firme. Il est important de bien comprendre que

Plus en détail

BACCALAURÉATS PROFESSIONNELS EN 3 ANS

BACCALAURÉATS PROFESSIONNELS EN 3 ANS BACCALAURÉATS PROFESSIONNELS EN ANS Électrotechnique énergie équipements communicants Exemple de progression pédagogique Programmes : BOEN n 11 du 1/06/199 / A 8/07/99 modifié A 19/07/0 Mathématiques :

Plus en détail

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes.

III.1 Quelques rappels théoriques sur les interférences à 2 ondes. III TP 3 : Intérférences à deux ondes dans le domaine hyperfréquence. 22 Introduction Le but de ce TP est d étudier le phénomène d interférences dans le domaine des ondes hyperfréquences 2. Il s agit donc

Plus en détail

MAP-SIM2 : Planification de trajectoire

MAP-SIM2 : Planification de trajectoire MP-SIM : Planification de trajectoire sujet proposé par Nicolas Kielbasiewicz : nicolas.kielbasiewicz@ensta-paristech.fr 0 janvier 06 La planification de trajectoire consiste à déterminer une trajectoire,

Plus en détail

Chapitre 2. Prospection sismique. 2.1 Sismique-réflexion

Chapitre 2. Prospection sismique. 2.1 Sismique-réflexion Chapitre 2 Prospection sismique La prospection sismique est basée sur la propagation des ondes élastiques dans le sous-sol. Nous avons indiqué dans la section précédente que l on s intéressait essentiellement

Plus en détail

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences

TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences E.N.S. de Cachan Département E.E.A. M2 FE 3 e année Physique appliquée 2011-2012 TD de Physique n o 10 : Interférences et cohérences Exercice n o 1 : Interférences à deux ondes, conditions de cohérence

Plus en détail

Notions générales en synthèse d'images. Espace image, espace utilisateur, modèles

Notions générales en synthèse d'images. Espace image, espace utilisateur, modèles Notions générales en synthèse d'images Espace image, espace utilisateur, modèles Catégories Type de scènes (3D, 2D, 2,5D) Type d images. Fil-de-fer Parties cachées Dessin au trait Image avec couleurs et

Plus en détail

{T}= R M(o) o. Le Torseur. Le torseur : un outil mathématique. Il représente un champ de vecteur équiprojectif. S2I Lycée Corneille T.

{T}= R M(o) o. Le Torseur. Le torseur : un outil mathématique. Il représente un champ de vecteur équiprojectif. S2I Lycée Corneille T. Le torseur : un outil mathématique {T} R M(o) o Il représente un champ de vecteur équiprojectif. Champ des vitesses d'un solide en rotation Le torseur : adapté à la mécanique des solides. Le torseur est

Plus en détail

INFO-F-302 Informatique Fondamentale Exercices - Modélisation en SAT

INFO-F-302 Informatique Fondamentale Exercices - Modélisation en SAT INFO-F-302 Informatique Fondamentale Exercices - Modélisation en SAT Prof. Emmanuel Filiot Exercice 1 Modélisation autour des mots Dans ce problème, on va travailler sur les mots, vus de manière générale

Plus en détail

LES TICE EN GEOMETRIE DE L ESPACE : LOGICIELS 3D OU LOGICIELS 2D?

LES TICE EN GEOMETRIE DE L ESPACE : LOGICIELS 3D OU LOGICIELS 2D? François LMEZ Irem de Paris 7, équipe DIDIREM Résumé : u moment où se met en place l épreuve pratique de mathématiques au baccalauréat en section S, il est légitime de comparer l apport des logiciels 2D

Plus en détail

Les formes modulaires, la «cinquième opération de l arithmétique»

Les formes modulaires, la «cinquième opération de l arithmétique» Les formes modulaires, la «cinquième opération de l arithmétique» Cécile Armana, Institut de Mathématiques de Jussieu Séminaire lambda, Institut de Mathématiques de Bordeaux, 16 mai 2007 Selon une citation

Plus en détail

Rappels d Algèbre Linéaire de P.C.S.I

Rappels d Algèbre Linéaire de P.C.S.I Rappels d Algèbre Linéaire de PCSI Table des matières 1 Structure d espace vectoriel sur IK 3 11 Définition et règles de calcul 3 12 Exemples de référence 3 13 Espace vectoriel produit 4 14 Sous-espaces

Plus en détail

L3 Mathématique pour la physique Examen final 4 janvier 2011 : CORRIGE

L3 Mathématique pour la physique Examen final 4 janvier 2011 : CORRIGE Université Joseph Fourier L3 Physique Julia Meyer julia.meyer@ujf-grenoble.fr L3 Mathématique pour la physique Examen final 4 janvier 20 : CORRIGE Modalités : Notes de cours et TDs permis. NOTE IMPORTANTE

Plus en détail

Chapitre 2. 1 2.3. Réciproque d une application linéaire

Chapitre 2. 1 2.3. Réciproque d une application linéaire Chapitre 2 2 Réciproque d une application linéaire On commence par rappeler le concept d application inversible Fonctions inversibles Une application T : X Y est dite inversible si, pour tout y Y, l équation

Plus en détail

Fonctions. Fonctions linéaires, affines et constantes

Fonctions. Fonctions linéaires, affines et constantes linéaires, affines et constantes 1. linéaires Comme il existe une infinité de fonctions différentes, on les classe par catégories. La première catégorie est constituée par les fonctions linéaires. Une

Plus en détail

EMLYON 2015 S. Éléments de correction

EMLYON 2015 S. Éléments de correction EMLYON 15 S Éléments de correction ECS Lycée La ruyère, Versailles Année 1/15 Premier problème Première partie 1. On peut vérifier le critère de sous-espace vectoriel E et, pour P 1, P E et λ R, λp 1 +

Plus en détail

Journées Nationales APMEP : Atelier géométries non-euclidiennes. 1. Quelle est la somme des angles d un triangle de la sphère unitaire S 2?

Journées Nationales APMEP : Atelier géométries non-euclidiennes. 1. Quelle est la somme des angles d un triangle de la sphère unitaire S 2? Journées Nationales APMEP : Atelier géométries non-euclidiennes IREM DE GRENOBLE Quatre questions de géométrie ont été proposées aux participants de l atelier des Jounées Nationales de Grenoble : 1. Quelle

Plus en détail

Généralités sur les fonctions ( En seconde )

Généralités sur les fonctions ( En seconde ) Généralités sur les fonctions ( En seconde ) Dernière mise à jour : Dimanche 31 Octobre 2010 Vincent OBATON, Enseignant au lycée Stendhal de Grenoble (Année 2010-2011) Lycée Stendhal, Grenoble ( Document

Plus en détail

2 Le champ électrostatique E

2 Le champ électrostatique E Licence 3 Sciences de la Terre, de l Univers et de l Environnement Université Joseph-Fourier : Outil Physique et Géophysique 2 Le champ électrostatique E k Daniel.Brito@ujf-grenoble.fr E MAISON DES GÉOSCIENCES

Plus en détail