1. CE QUI LES SÉPARE : DEUX DOMAINES DE RECHERCHE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1. CE QUI LES SÉPARE : DEUX DOMAINES DE RECHERCHE"

Transcription

1 10 Communication internationale et communication interculturelle RÉSUMÉ La communication interculturelle et la communication internationale constituent deux domaines particuliers d étude dans le champ de.recherche en communication. Quels sont la carte et le territoire de chacun de ces deux domaines? Quelles sont les frontières qui les.séparent? Quels sont les ponts qui les unissent? Quels sont les textes fondamentaux qu ils ont en commun? Quels sont les éléments épistémologiques, théoriques et méthodologiques qui les traversent? Dans une vision d éloge des marges, le texte tente de répondre à ces questions en évoquant quelques thématiques qui peuvent être.traitées tantôt dans une perspective internationale, tantôt dans une perspective interculturelle. De véritables enchevêtrements entre les enjeux interculturels et internationaux résultent des interactions entre individus, groupes, organisations et sociétés. Ces enjeux s inscrivent dans le vaste champ disciplinaire de la communication et forment deux domaines d étude vus souvent comme étant distincts l un de l autre. Or, si nous croyons en la commodité de cette distinction, en la spécificité de certains de leurs objets et en leur indépendance pragmatique, tels qu institutionnalisés dans le monde académique par exemple, nous demeurons convaincus que leur dialogue est inhérent et que leurs assises conceptuelles sont interchangeables, ce qui rend les frontières qui les séparent marginales. D entrée de jeu, statuons qu il y a une réciprocité indéniable entre les deux domaines : les communications internationales servent de contexte pour comprendre les enjeux d interculturalité, alors que les communications interculturelles servent de contextes pour comprendre les enjeux d internationalité, pour ainsi dire. C est ce que nous essaierons de démontrer plus loin, partant de l hypothèse selon laquelle les deux domaines sont fondés sur une porosité méthodologique, théorique et épistémologique commune. 1. CE QUI LES SÉPARE : DEUX DOMAINES DE RECHERCHE L interculturel désigne souvent une rencontre, une relation de coprésence culturelle entre individus ou groupes, acteurs de la communication. Cette relation de coprésence opère par le biais de plusieurs niveaux d expérience : par le biais d expériences immédiates, par le biais d expériences transmises entre les porteurs de cultures différentes, par le biais d expériences médiatiques, par le biais des cadres et des limites.juridiques et politiques, ou bien, comme c est souvent le cas, par une combinaison de tous ces éléments.

2 Chapitre 1 v Communication internationale et communication interculturelle 11 L international réfère à une situation de communication qui, à différents niveaux, met en contact des cadres étatiques distincts, des relations entre nations, desquelles découle toute une série de problématiques ayant lien avec des acteurs, des gouvernements, des organisations et des groupes inter ou multinationaux. À titre d exemple, si l adaptation d un groupe d étudiants canadiens en Chine dans un milieu donné illustre le cas d une probléma.tique de communication interculturelle, les démarches entreprises par ces mêmes étudiants auprès d un organisme local en vue de défendre les droits de la personne dans ce pays illustrent, quant à elles, le cas d une problématique de communication internationale. On peut comparer les frontières qui séparent ces deux domaines d étude aux portes d une maison, servant à l entrée et à la sortie : pour se protéger du monde extérieur, mais aussi pour le connaître. Nous pouvons ainsi avancer que la porte d entrée de l interculturel demeure celle de l expérience individuelle ou groupale avec un ou plusieurs acteurs ou au sein d environnements différents de leur milieu de départ ; alors que la porte d entrée de l international demeure celle de la relation entre une situation dans laquelle se trouvent des individus et des.groupes et les cadres nationaux et internationaux qui la régissent ou la définissent (parfois de façon conflictuelle entre les deux). Chaque domaine possède ainsi ses propres enjeux, ses.thématiques et ses environnements conceptuels de base et son vocabulaire. C est pourquoi, par exemple, développement, coopération, organisations non gouvernementales, droits, institutions, mondialisation, homogénéisation et hybridation font partie du vocabulaire marquant l international ; tandis qu immigration, intégration, identité, ethnicité, interaction et acculturation font partie du vocabulaire marquant l interculturel. Ce qui n exclut pas, faut-il le dire, l interchangeabilité de l un ou l autre de ces concepts parfois, sans que cela affecte le portrait global de l environnement conceptuel. En revanche, les outils théoriques, méthodologiques et épistémologiques de ces deux champs sont puisés dans le même dépôt de connaissances communes. Leurs piliers et le toit qui les abrite sont proches, pour ne pas dire identiques, et font partie des savoirs.épistémologiques et méthodologiques qui les ont vus naître et.prospérer. Mais avant d examiner ce qui les rapproche sur le plan de ces savoirs, regardons ce qui les distingue sur le terrain de la recherche.

3 12 Communication internationale et communication interculturelle 1.1. Le domaine de la communication interculturelle : carte et territoire Comme nous l avions souligné, le domaine de la communication interculturelle réfère principalement aux phénomènes de communication en situation de pluralisme ethnique et culturel. Il touche davantage les pays ou les sociétés d immigration, et est alimenté par trois grands enjeux : Le premier enjeu est celui qui réfère à des thématiques centrales, telles que l immigration, l intégration, la reconstruction nationale et toutes les questions liées à la gestion du pluralisme. Sa carte du territoire est construite autour d un certain nombre de notions dont on peut retrouver l usage en anthropologie, en sociologie, en communication, en histoire et autres champs d études culturelles : ethnie, groupes, minorités ou communautés ethniques, nationalisme, multiculturalisme, interculturalisme, laïcité, immigration, gestion de la diversité, etc. Le deuxième enjeu est celui qui réfère à la rencontre avec l autre, aux «problèmes» de communication entre porteurs de cultures différentes avec filtres culturels et sociaux, ainsi qu aux zones sensibles à la différence (perceptions du temps et de l espace, règles de bienséance, rapports intergénérationnels et ainsi de suite). Sa carte du territoire est construite autour de notions puisées de la psychosociologie et de.l anthropologie culturelle et urbaine notamment. Entre autres, on y retrouve : interaction, cadres de référence, définition de la situation, distance/proximité culturelle, perception, adaptation, intégration, acculturation, évolution et changement culturel, etc. Le troisième enjeu est celui qui traite de la question des appartenances identitaires et des espaces politiques, économiques et culturels de cohabitation et de confrontation. Sa carte du territoire est construite autour de notions en provenance des domaines de la communication, de la psychologie et de l intervention/gestion. Cette carte repose davantage sur les notions de stratégies identitaires (l ethnicité comme entité politique), d identités plurielles, de sensibilisation, de médiation et de médiatisation, de négociation, d intervention et de compétences.communicationnelles (cognitive, affective, comportementale) Le domaine de la communication internationale : carte et territoire Ce domaine réfère à des thématiques de réflexion largement dominées par la communication et le développement. On débat de la question du développement et de l aide au développement, ou encore de la

4 Chapitre 1 v Communication internationale et communication interculturelle 13.communication pour le développement et la coopération internationale. Dans le flux de communication Nord-Sud, on utilise les nouvelles théories du codéveloppement, de développement participatif, de l hybridation, de l union régionale, de mises en convergence des économies, de la croissance équitable, ou encore de l aide publique et de la solidarité internationales. Ainsi, le domaine est alimenté par trois grands enjeux. Le premier enjeu tourne autour de la modernité, notamment occidentale, et son exportation dans les pays dits en voie de développement, ou du Sud, et la question du «choc des civilisations». Le deuxième enjeu tourne autour de la coopération internationale et des organismes internationaux : ONU, UNESCO, UNHCR, FAO, OMS, etc. Le travail des organisations non gouvernementales (ONG) est abordé dans ce contexte en tant que médiation entre, d une part l Occident qui privilégie la politique des droits de l homme et des droits des peuples et, d autre part, des pays totalitaires, théocratiques ou «non démocratiques», qui se revendiquent des droits des gouvernements. Le troisième enjeu touche à la question de la spécificité et de la diversité culturelles. La protection et la gestion de cette spécificité/ diversité culturelle de la planète, notamment face à la domination.américaine, devient l objet de prédilection de cet enjeu. 2. CE QUI LES RAPPROCHE Qu en est-il maintenant de cette porosité méthodologique, théorique et épistémologique commune? En premier lieu, nous soutenons que l Altérité constitue le noyau fort de cette porosité. Il s agit là d un positionnement épistémologique qui place la connaissance, son statut, au niveau du monde des acteurs. C est donc un positionnement compréhensif et non positiviste des enjeux ci-dessus mentionnés. Par conséquent, le rapport à l autre, égal et différent, théoricien de son propre monde, devient l une des conditions d entrée au terrain : que ce soit auprès de populations étrangères et dans un milieu étranger au chercheur, ou bien auprès de populations immigrantes dans un milieu familier au chercheur. En second lieu, et cela découle du premier constat, la posture du chercheur, son rôle et sa place dans la recherche sont déterminants dans le rapport qui s établit avec les sujets de sa recherche. C est un rapport sujet/sujet ayant des implications théoriques et méthodologiques

5 14 Communication internationale et communication interculturelle.communes aux deux domaines en question. D un côté, le chercheur ne peut se soustraire de l équation qui le place en présence de ses interlocuteurs. D un autre côté, les sujets, eux, ne peuvent se réduire à de simples répondants à l enquête et au questionnaire administrés par le chercheur. C est donc affirmer que, sur le plan éthique et théorique, le retour du chercheur sur soi, sa réflexivité, est un impératif.philosophique qui engage les deux champs. En troisième lieu, l effort (épistémologique) de compréhension du monde des sujets implique la contextualisation (méthodologique) de ce monde, sa mise en valeur dans, et non en dehors de, toute sa complexité (théorique). En quatrième lieu, et sur un plan beaucoup plus concret : dans le contexte actuel de mondialisation des rapports économiques, politiques, technologiques et militaires, mondialisation des rapports de force contre «le terrorisme» ou contre «l impérialisme», on ne peut plus faire l économie des enjeux qui lient ou qui défont les rapports entre les populations de la planète. En d autres mots, se pencher sur le phénomène d intégration des immigrants dans un pays d immigration, c est inévitablement retourner au regard que les premiers portent sur les rapports du second avec leur milieu de départ. Ainsi, ontologiquement, il n y a pas d international sans l interculturel, son pendant, ni d interculturel sans l international, son miroir. Par conséquent, nous pouvons traduire ces quatre lieux de rencontre à travers les éléments qui suivent, tels qu illustrés par des auteurs ou des ouvrages que nous considérons communs et incontournables aux deux domaines : La prise en compte du contexte ; la communication comme rituel ; la figure de l étranger et l entre-deux thématique ; la posture de l ethnographe ; l être ici, l être là-bas ; les compétences des intervenants La figure de l étranger et l entre-deux thématique Écrits par Alfred Schütz, respectivement en 1944 et 1945, L Étranger et L Homme qui rentre au pays sont deux essais fondamentaux à la compréhension de cette figure. L immigrant, qu était Schütz d ailleurs depuis son exil d Allemagne vers les États-Unis en 1940, est celui qui a été élevé dans un «modèle culturel» donné, «allant de soi», et qui, du jour au

CÉGEP MARIE-VICTORIN SCIENCES HUMAINES : PROFIL INDIVIDU

CÉGEP MARIE-VICTORIN SCIENCES HUMAINES : PROFIL INDIVIDU CÉGEP MARIE-VICTORIN SCIENCES HUMAINES : PROFIL INDIVIDU 1 re SESSION (formation spécifique seulement) 320-101-MV : L ESPACE MONDIAL Le cours L espace mondial est un cours d initiation à la géographie.

Plus en détail

Classes de première et terminale préparant au baccalauréat professionnel

Classes de première et terminale préparant au baccalauréat professionnel Projet d'aménagements apportés au programme d'histoire-géographie éducation civique Classes de première et terminale préparant au baccalauréat professionnel Octobre 2013 MEN/DGESCO Histoire Géographie_

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

Gilles Huguet. Réunion de familles. Publibook

Gilles Huguet. Réunion de familles. Publibook Gilles Huguet Réunion de familles Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et

Plus en détail

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe,

Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, Contribution dans le cadre de la consultation de la Commission européenne «La culture pour l Europe, l Europe pour la culture» (2006) Texte rédigé par le Relais Culture Europe dans le cadre de la consultation

Plus en détail

«La République, le quartier, l'école, la maison»

«La République, le quartier, l'école, la maison» «La République, le quartier, l'école, la maison» Renforcer la laïcité, la prise en compte de la diversité et le vivre- ensemble à l école Avec les enseignants, les familles et les enfants Acteurs du vivre-

Plus en détail

De plus, la politique se veut concordante avec les règlements et les politiques du Collège Shawinigan énumérés ci-dessous :

De plus, la politique se veut concordante avec les règlements et les politiques du Collège Shawinigan énumérés ci-dessous : POLITIQUE NUMÉRO 32 de soutien à l intégration scolaire et d éducation à la citoyenneté Responsable : Direction des études Dernière mise à jour : CA/2004-361.08.4, le 26 mai 2004 Prochaine date de révision

Plus en détail

Rapport du séminaire

Rapport du séminaire Rapport du séminaire «La culture comme acteur du développement social et économique» Organisé par le Chantier de l économie sociale en collaboration avec l Association culturelle du Sud-Ouest et l Alliance

Plus en détail

Méthodologie qualitative

Méthodologie qualitative Méthodologie qualitative Dans une enquête, le choix d une recherche et d une analyse de type qualitatif est avant tout dicté par la problématique. C est un choix pragmatique qui a pour but de répondre

Plus en détail

Pour une approche interculturelle en travail social. Théories et pratiques, de M. Cohen Emerique

Pour une approche interculturelle en travail social. Théories et pratiques, de M. Cohen Emerique NOTE DE LECTURE Pour une approche interculturelle en travail social. Théories et pratiques, de M. Cohen Emerique Alexandra Boilard 1 et Yvan Leanza 1 Rattachement des auteurs 1 Laboratoire Psychologie

Plus en détail

UNE AGENCE EUROPÉENNE DES DROITS FONDAMENTAUX?

UNE AGENCE EUROPÉENNE DES DROITS FONDAMENTAUX? UNE AGENCE EUROPÉENNE DES DROITS FONDAMENTAUX? L AEDH a pris connaissance avec intérêt de la décision du Conseil européen de Bruxelles d élargir le mandat de l Observatoire européen des phénomènes racistes

Plus en détail

Mais que fait-on réellement, au niveau plus vaste du système sociotechnique (ou hommes-machines) en tentant de gérer ce risque? Le

Mais que fait-on réellement, au niveau plus vaste du système sociotechnique (ou hommes-machines) en tentant de gérer ce risque? Le INTRODUCTION Tenerife, Tchernobyl, Concorde, AZF Tout accident se révèle aujourd hui insupportable, quels qu en soient l échelle ou le nombre de victimes, à l image des accidents d anesthésie ou de transfusion.

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L'UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE

DECLARATION UNIVERSELLE DE L'UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO Paris, 2 novembre 2001 DECLARATION UNIVERSELLE DE L'UNESCO SUR LA DIVERSITE

Plus en détail

La formation d adaptation : laboratoire de l internationalisation des références.

La formation d adaptation : laboratoire de l internationalisation des références. La formation d adaptation : laboratoire de l internationalisation des références. Formatrices à l Ecole Normale sociale qui accueille des Assistantes Sociales diplômées à l étranger pour une formation

Plus en détail

Pratiques de l éthique

Pratiques de l éthique Pratiques de l éthique Le séminaire est réparti entre divers intervenants proposés soit par la fondation Ostad Elahi, Ethique et solidarité humaine, Paris soit par l'université Lille3. Objectifs du séminaire

Plus en détail

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Sherbrooke - - 132.210.244.226-11/03/2013 21h56. De Boeck Supérieur

Document téléchargé depuis www.cairn.info - Université de Sherbrooke - - 132.210.244.226-11/03/2013 21h56. De Boeck Supérieur INTRODUCTION Mireille Cifali et Florence Giust-Desprairies in Mireille Cifali et Florence Giust-Desprairies, Formation clinique et travail de la pensée De Boeck Supérieur Perspectives en éducation et formation

Plus en détail

L Assemblier. L Assemblier

L Assemblier. L Assemblier L Assemblier Collectif de consultants L Assemblier Catalogue de formations pour les Conseils citoyens et leurs soutiens Faire équipe page 1 Travailler avec des tiers et monter des projets page 4 Le Conseil

Plus en détail

GUIDE D ANIMATION PÉDAGOGIQUE DU DIAPORAMA SUR LES INÉGALITÉS SOCIALES DE SANTÉ

GUIDE D ANIMATION PÉDAGOGIQUE DU DIAPORAMA SUR LES INÉGALITÉS SOCIALES DE SANTÉ GUIDE D ANIMATION PÉDAGOGIQUE DU DIAPORAMA SUR LES INÉGALITÉS SOCIALES DE SANTÉ Une production du 2009 Réseau de recherché en santé des populations du Québec TABLE DES MATIÈRES Contexte...3 1. But poursuivi

Plus en détail

Compte rendu. Ouvrage recensé : par François Huot. Saül Karsz, Pourquoi le travail social?, Paris, Dunod 2004, 161 p.

Compte rendu. Ouvrage recensé : par François Huot. Saül Karsz, Pourquoi le travail social?, Paris, Dunod 2004, 161 p. Compte rendu Ouvrage recensé : Saül Karsz, Pourquoi le travail social?, Paris, Dunod 2004, 161 p. par François Huot Nouvelles pratiques sociales, vol. 18, n 2, 2006, p. 234-237. Pour citer ce compte rendu,

Plus en détail

UE 5 - ECONOMIE. Niveau L : 210 heures 18 ECTS. 2. L économie de marché : son fonctionnement et ses imperfections (70 heures) Avril 2006 1

UE 5 - ECONOMIE. Niveau L : 210 heures 18 ECTS. 2. L économie de marché : son fonctionnement et ses imperfections (70 heures) Avril 2006 1 UE 5 - ECONOMIE Niveau L : 210 heures 18 ECTS Thèmes Sens et portée de l'étude Notions et contenus 1. Grands courants de pensée et principaux faits économiques et sociaux (35 heures) 1.1 Histoire des faits

Plus en détail

IRTS Ile-de-France Montrouge Neuilly-sur-Marne Janvier 2011

IRTS Ile-de-France Montrouge Neuilly-sur-Marne Janvier 2011 IRTS Ile-de-France Montrouge Neuilly-sur-Marne 1 ères Rencontres Régionales Européennes L innovation dans les politiques et pratiques de l intervention sociale en Europe Appel à communication Dans ce contexte

Plus en détail

Les organismes agréés au titre de l engagement de Service Civique ont l obligation d assurer à leurs volontaires une formation civique et citoyenne.

Les organismes agréés au titre de l engagement de Service Civique ont l obligation d assurer à leurs volontaires une formation civique et citoyenne. Note relative au décret n 202-30 du 6 mars 202 relatif à l aide versée aux organismes d accueil de jeunes en service civique pour l organisation de la formation civique et citoyenne Rappel sur l organisation

Plus en détail

Enseigner la compréhension en lecture au cycle 2 à partir des textes narratifs :

Enseigner la compréhension en lecture au cycle 2 à partir des textes narratifs : Enseigner la compréhension en lecture au cycle 2 à partir des textes narratifs : Comment construire la compréhension et quels dispositifs pour l entrée en lecture? Comment s approprier les textes? Constats

Plus en détail

Structure : Conseil régional de l Ordre des architectes d Île-de-France, en partenariat avec la Direction Régionale Île-de-France de l ADEME

Structure : Conseil régional de l Ordre des architectes d Île-de-France, en partenariat avec la Direction Régionale Île-de-France de l ADEME en Île-de-France le 2 mai 2016 l'ordre des architectes Ordre des architectes d Île-de-France ADEME Île-de-France - Contribution au groupe de travail du Plan Bâtiment Durable : «Nouvelles dynamiques de

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des diplômes de l École supérieure des beaux arts de Nantes Métropole

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des diplômes de l École supérieure des beaux arts de Nantes Métropole Section des Formations et des diplômes Evaluation des diplômes de l École supérieure des beaux arts de Nantes Métropole Juillet 2010 Section des Formations et des diplômes Évaluation des diplômes de l

Plus en détail

Master Métiers de l enseignement scolaire Mémoire professionnel de deuxième année

Master Métiers de l enseignement scolaire Mémoire professionnel de deuxième année Année universitaire 2011-2012 Master Métiers de l enseignement scolaire Mémoire professionnel de deuxième année Comment sensibiliser les élèves à l interculturel à travers l éveil aux langues du monde

Plus en détail

Améliorer l engagement des acteurs dans la gestion du milieu marin

Améliorer l engagement des acteurs dans la gestion du milieu marin Améliorer l engagement des acteurs dans la gestion du milieu marin grâce à l évaluation des services écosystémiques Un guide destiné aux praticiens, basé sur l expérience acquise dans le cadre du projet

Plus en détail

Résidences étudiantes

Résidences étudiantes SEMINAIRE DE SENSIBILISATION Résidences étudiantes Publié le 15/06/2015 Page 2 6 Introduction Comment gérer les activités festives dans nos résidences? Comment gérer les nuisances autour? Quelles solutions

Plus en détail

Lucille Guilbert - 12.04.13

Lucille Guilbert - 12.04.13 Symposium sur les mobilités Expériences francophones dans divers contextes minoritaires Centre de recherche en éducation franco-ontarienne Toronto 12 avril 2013 Migrer Étudier Travailler Devenir parent

Plus en détail

UN PROJET AVEC DES ELEVES : POURQUOI? COMMENT?

UN PROJET AVEC DES ELEVES : POURQUOI? COMMENT? UN PROJET AVEC DES ELEVES : POURQUOI? COMMENT? Qu il soit petit ou ambitieux, de courte durée ou de fond, le projet, moment exceptionnel dans l année ou moment de la semaine, motive les élèves sur un thème

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 2015

DOSSIER DE PRESSE 2015 DOSSIER DE PRESSE 2015 SOMMAIRE LA SEMAINE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE, SI : RÉPONSE AUX ENJEUX MONDIAUX LA SSI, UN COUP DE PROJECTEUR POUR PARLER DE SI DES VALEURS COMMUNES

Plus en détail

Etude pour une meilleure connaissance de l état de l existant de l éducation à l environnement en vue du développement durable dans la francophonie.

Etude pour une meilleure connaissance de l état de l existant de l éducation à l environnement en vue du développement durable dans la francophonie. Etude pour une meilleure connaissance de l état de l existant de l éducation à l environnement en vue du développement durable dans la francophonie. Cette étude servira à la définition collective d une

Plus en détail

Management, stress et risques psychosociaux

Management, stress et risques psychosociaux S. CHAMPION - 1 Management et RP Management, stress et risques psychosociaux Objectifs Cette action de formation propose de : Comprendre et d identifier les risques psychosociaux Acquérir une culture commune

Plus en détail

Francq, B. et Maroy, C. (1996). Formation et socialisation au travail. Bruxelles : De Boeck Université.

Francq, B. et Maroy, C. (1996). Formation et socialisation au travail. Bruxelles : De Boeck Université. Compte rendu Ouvrage recensé : Francq, B. et Maroy, C. (1996). Formation et socialisation au travail. Bruxelles : De Boeck Université. par Pierre Doray Revue des sciences de l'éducation, vol. 24, n 2,

Plus en détail

Les enjeux de l Accompagnement Professionnel Personnalisé

Les enjeux de l Accompagnement Professionnel Personnalisé Les enjeux de l Accompagnement Professionnel Personnalisé D.Jaillon Groupecapp-coaching.fr 1 Dominique Jaillon - Sociologue, Superviseur, Coach - Past-Président de la Société Française de Coaching - Directeur

Plus en détail

LICENCE SOCIOLOGIE (L1, L2, L3)

LICENCE SOCIOLOGIE (L1, L2, L3) LICENCE SOCIOLOGIE (L1, L2, L3) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Licence Domaine : Sciences humaines et sociales Mention : Sociologie Présentation La licence de sociologie se déroule sur 3 années.

Plus en détail

LE CHOIX DU CONJOINT

LE CHOIX DU CONJOINT LE CHOIX DU CONJOINT Introduction La notion de choix dans la recherche d un conjoint est une notion récente. Elle naît au 19è siècle pour certains, avec l apparition d une forme de littérature romantique,

Plus en détail

Blankenberge Le 2 octobre 2013. Intervention de VO @calypso

Blankenberge Le 2 octobre 2013. Intervention de VO @calypso Blankenberge Le 2 octobre 2013 Intervention de VO @calypso Europe, Calypso, la mythologie se rappellent à nous à la fois dans son ode aux voyages, mais également dans la symbolique qui sépare et unie.

Plus en détail

Déclaration de Rabat

Déclaration de Rabat Déclaration de Rabat 12 septembre 2013 Le ministre des Affaires étrangères du Royaume du Maroc, Saad Dine El Otmani, et le ministre des Affaires étrangères de la République fédérale d Allemagne, Guido

Plus en détail

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue en recherche qualitative Méthodologie de la recherche qualitative dans le domaine de la santé Séminaire 28 & 30 septembre 2015 (Besançon et Dijon)

Plus en détail

Soutien à la recherche sur la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques - 2008

Soutien à la recherche sur la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques - 2008 22 mai 2008 Soutien à la recherche sur la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques - 2008 Appel à soutien d équipe émergente En 2008, l Institut de Recherche en Santé Publique (IReSP),

Plus en détail

Rencontre des pays de la Francophonie préparatoire à la sixième Conférence internationale sur l éducation des adultes (CONFINTEA VI)

Rencontre des pays de la Francophonie préparatoire à la sixième Conférence internationale sur l éducation des adultes (CONFINTEA VI) 1 Rencontre des pays de la Francophonie préparatoire à la sixième Conférence internationale sur l éducation des adultes (CONFINTEA VI) «Pour une alphabétisation durable : Prévenir et lutter contre l illettrisme»

Plus en détail

Dominique FIGEAT. Directeur le Direction du Renouvellement Urbain. Caisse des Dépôts et Consignations. Paris, FRANCE

Dominique FIGEAT. Directeur le Direction du Renouvellement Urbain. Caisse des Dépôts et Consignations. Paris, FRANCE 23 26 JUNE 202 Dominique FIGEAT Directeur le Direction du Renouvellement Urbain Caisse des Dépôts et Consignations Paris, FRANCE Le financement du renouvellement urbain en France 1 Le financement du renouvellement

Plus en détail

Formation professionnelle. Pédagogie perceptive et accompagnement des apprentissages, du changement et des projets (par module)

Formation professionnelle. Pédagogie perceptive et accompagnement des apprentissages, du changement et des projets (par module) Formation professionnelle Pédagogie perceptive et accompagnement des apprentissages, du changement et des projets (par module) Module 1. Comprendre et mettre en œuvre le sens corporel interne en situation

Plus en détail

L identité du groupe des journalistes du Québec au défi d Internet

L identité du groupe des journalistes du Québec au défi d Internet FLORENCE LE CAM L identité du groupe des journalistes du Québec au défi d Internet Thèse de doctorat en cotutelle présentée à la Faculté des études supérieures de l Université Laval, Québec dans le cadre

Plus en détail

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange 5 6 avril 2004 Compte Rendu La conférence s est tenue le 5 et 6 avril 2004 à Doha. Elle a été inaugurée par S.E. Royale Sheikh/ Hamad

Plus en détail

Agir sur la santé au travail : acteurs, pratiques et dispositifs autour des enjeux psychosociaux

Agir sur la santé au travail : acteurs, pratiques et dispositifs autour des enjeux psychosociaux Second colloque international du DIM Gestes Agir sur la santé au travail : acteurs, pratiques et dispositifs autour des enjeux psychosociaux Paris, 11 et 12 juin 2015 Appel à communications En France et

Plus en détail

Agir sur les changements climatiques : vers un dialogue élargi à la société civile canadienne

Agir sur les changements climatiques : vers un dialogue élargi à la société civile canadienne ganisation ons Unies éducation, la culture Agir sur les changements climatiques : vers un dialogue élargi à la société civile canadienne Un recueil de textes en réponse à Agir sur les changements climatiques

Plus en détail

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»?

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Atelier A : Enseignement de défense et valeurs de la République : quels acteurs?/ La formation du citoyen : du service national à l enseignement

Plus en détail

COMPTE-RENDU Lundi 7 mars 2011

COMPTE-RENDU Lundi 7 mars 2011 FORUM 2011 Projets collectifs et mutualisation dans le spectacle vivant Réseau des arts vivants en Ile-de-France COMPTE-RENDU Lundi 7 mars 2011 RAVIV Réseau des arts vivants en Ile-de-France Maison des

Plus en détail

Pourquoi une fonction contrôle de gestion?

Pourquoi une fonction contrôle de gestion? Introduction Pourquoi une fonction contrôle de gestion? On constate une mutation profonde au cours des 30 dernières années dans l environnement et la pratique des entreprises, autour de deux points centraux

Plus en détail

Note de synthèse. La «Scolarisation des enfants de migrants d origine subsaharienne en France»

Note de synthèse. La «Scolarisation des enfants de migrants d origine subsaharienne en France» La «Scolarisation des enfants de migrants d origine subsaharienne en France» Recherche action réalisée par le GRDR Migration, Citoyenneté, Développement 2011/2012 Note de synthèse L es enjeux des questions

Plus en détail

Sécurité alimentaire : les enjeux face à la crise alimentaire >> Mercredi 14 Septembre 2011 au SPACE «Salon International de l Elevage» à Rennes

Sécurité alimentaire : les enjeux face à la crise alimentaire >> Mercredi 14 Septembre 2011 au SPACE «Salon International de l Elevage» à Rennes Sécurité alimentaire : les enjeux face à la crise alimentaire >> Mercredi 14 Septembre 2011 au SPACE «Salon International de l Elevage» à Rennes Au niveau régional, la problématique laitière et de l agriculture

Plus en détail

Perspectives collégiales

Perspectives collégiales Perspectives collégiales Vol. 6 N o 4 Janvier 2011 Perspectives collégiales est un bulletin électronique mensuel publié par la Fédération des cégeps, qui représente les 48 établissements du réseau collégial

Plus en détail

Charte Ile-de-France des résidences d artistes du spectacle vivant

Charte Ile-de-France des résidences d artistes du spectacle vivant Charte Ile-de-France des résidences d artistes du spectacle vivant La présence artistique en Ile-de-France est constituée par la présence régulière et perceptible au sein des lieux du spectacle vivant,

Plus en détail

«Culture et intervention : l histoire d une rencontre» Nicole Boucher. Service social, vol. 42, n 1, 1993, p. 5-9.

«Culture et intervention : l histoire d une rencontre» Nicole Boucher. Service social, vol. 42, n 1, 1993, p. 5-9. «Culture et intervention : l histoire d une rencontre» Nicole Boucher Service social, vol. 42, n 1, 1993, p. 5-9. Pour citer ce document, utiliser l'information suivante : URI: http://id.erudit.org/iderudit/706596ar

Plus en détail

IDéO : une méthode pour aider les entrepreneurs à concevoir leur vision entrepreneuriale

IDéO : une méthode pour aider les entrepreneurs à concevoir leur vision entrepreneuriale Rubrique sur la mobilisation des connaissances IDéO : une méthode pour aider les entrepreneurs à concevoir leur vision entrepreneuriale Titulaire de la Chaire Entreprendre Professeur des Universités Université

Plus en détail

Formation pour les bénévoles dirigeants associatifs

Formation pour les bénévoles dirigeants associatifs Sommaire Edito 2 Formation pour les bénévoles dirigeants associatifs - Les nouvelles procédures budgétaires pour les établissements et les services médico-sociaux tarifés 3 - La loi 1901, le projet associatif,

Plus en détail

Appel à projets de l AFPSSU pour 2011

Appel à projets de l AFPSSU pour 2011 Appel à projets de l AFPSSU pour 2011 Titre Auteurs Prévention précoce des addictions en classes de CM1/CM2 et préparation à l entrée en collège 1. Référent contact Responsable du projet: M..Jean-François

Plus en détail

LE BONHEUR, ICI OU AILLEURS

LE BONHEUR, ICI OU AILLEURS LE BONHEUR, ICI OU AILLEURS Intervention de : Yamouna DAVID, Directrice de la formation continue de l EFACS, administrateur délégué d OIB France C est un vrai bonheur de vous voir tous réunis pour parler

Plus en détail

Méthodes employées Outils utilisés Type de données obtenues. -Photos -Journal de terrain intégrant les échanges chercheur/informateur

Méthodes employées Outils utilisés Type de données obtenues. -Photos -Journal de terrain intégrant les échanges chercheur/informateur Une approche psycho-anthropologique des savoirs à l école de la vie chez des adultes peu ou pas scolarisés au Brésil Thèse de Candy Laurendon-Marques (Université d Angers et Universidade Federal do Rio

Plus en détail

Educateur de l enfance, les enjeux identitaires d un métier entre normes sociales et tradition

Educateur de l enfance, les enjeux identitaires d un métier entre normes sociales et tradition Educateur de l enfance, les enjeux identitaires d un métier entre normes sociales et tradition Document distribué aux participants du Carrefour formation du 12 février 2014. 1. Entre normes et tradition,

Plus en détail

«Intégration des savoirs scientifiques dans la formation et dans la pratique»

«Intégration des savoirs scientifiques dans la formation et dans la pratique» «Intégration des savoirs scientifiques dans la formation et dans la pratique» Le mémoire de recherche en I.F.C.S. : un processus de professionnalisation? (Le point de vue d un Cadre de Santé formateur

Plus en détail

Cahier des clauses techniques particulières. Invisibilité sociale : publics et mécanismes

Cahier des clauses techniques particulières. Invisibilité sociale : publics et mécanismes Cahier des clauses techniques particulières Observatoire National de la Pauvreté et de l Exclusion Sociale 1 Contexte du marché Cette étude est lancée par l Observatoire National de la Pauvreté et de l

Plus en détail

RÉSUMÉ. Les systèmes de santé en Algérie, Maroc et Tunisie Défis nationaux et enjeux partagés

RÉSUMÉ. Les systèmes de santé en Algérie, Maroc et Tunisie Défis nationaux et enjeux partagés RÉSUMÉ LES NOTES IPEMED > N 13 > AVRIL 2012. Les systèmes de santé en Algérie, Maroc et Tunisie Défis nationaux et enjeux partagés Dans le cadre de ses études sectorielles socioéconomiques, Ipemed a organisé

Plus en détail

APPEL À COMMUNICATIONS

APPEL À COMMUNICATIONS APPEL À COMMUNICATIONS 2ÈME EDITION DES RENCONTRES EUROPÉENNES DE L EDUCATION PAR LE SPORT «Vivre ensemble par le sport en Europe» 2 ème journée : Conférence européenne «Développer le sport comme outil

Plus en détail

Retour sur le Débat prospectif élargi

Retour sur le Débat prospectif élargi Retour sur le Débat prospectif élargi l évolution des lignes et des termes du débat Ivry sur Seine le 20 mars 2015 Avertissement : cette note est la production collective d un groupe de 7 personnes impliquées

Plus en détail

ORGANISATION DU PPP année 2012 2013 (C. Ospital)

ORGANISATION DU PPP année 2012 2013 (C. Ospital) ORGANISATION DU PPP année 2012 2013 (C. Ospital) (document transmis aux étudiants et à l équipe pédagogique : à conserver) Cette année ont été prévues des séances de TD plutôt que des séances d amphi pour

Plus en détail

Les artistes et les travailleurs culturels du théâtre québécois

Les artistes et les travailleurs culturels du théâtre québécois LES CHANTIERS DE RÉFLEXIONS Ce document est le résultat de consultations et de concertations avec l ensemble des composantes du milieu théâtral : praticiens, associations professionnelles et syndicats

Plus en détail

Agir. ensemble. pour prévenir les. problèmes liés au poids

Agir. ensemble. pour prévenir les. problèmes liés au poids Agir ensemble pour prévenir les problèmes liés au poids Optimiser nos pratiques Réduire les inégalités sociales de santé Promouvoir le développement durable 2013 Optimiser nos pratiques, réduire les inégalités

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC DES ETABLISSEMENTS SANITAIRES ET SOCIAUX (MASTER 1 MPESS) ANNEE UNIVERSITAIRE 2015-2016

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC DES ETABLISSEMENTS SANITAIRES ET SOCIAUX (MASTER 1 MPESS) ANNEE UNIVERSITAIRE 2015-2016 MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC DES ETABLISSEMENTS SANITAIRES ET SOCIAUX (MASTER 1 MPESS) ANNEE UNIVERSITAIRE 2015-2016 Libellé de l UE UE 1 : public et prospective Libellé de l EC CM Résumés Intervenants Modalités

Plus en détail

Pour une cohabitation des religions en paix et en liberté

Pour une cohabitation des religions en paix et en liberté Conseil suisse des religions Pour une cohabitation des religions en paix et en liberté Prise de position du Conseil suisse des religions concernant l initiative populaire «Contre la construction de minarets»

Plus en détail

BIENVENUE A L ECOLE DE LA PHILANTHROPIE

BIENVENUE A L ECOLE DE LA PHILANTHROPIE GUIDE D INTERVENTION DU PHILANTHROPE Préparer votre temps d échange avec les Petits Philanthropes Fondée en 2011 avec le soutien des Fondations Edmond de Rothschild, cette association se donne pour objectif

Plus en détail

PLAN DE COMMUNICATION

PLAN DE COMMUNICATION PLAN DE COMMUNICATION SAGE du bassin de la Sarthe Aval Commission Locale de l Eau Mai 2012 Avril 2012 Avant-propos L élaboration du SAGE du bassin de la Sarthe Aval nécessite de mettre en place une démarche

Plus en détail

POL 160 UNE SOCIÉTÉ PLURALISTE Activité réservée au Baccalauréat en enseignement au secondaire

POL 160 UNE SOCIÉTÉ PLURALISTE Activité réservée au Baccalauréat en enseignement au secondaire ÉCOLE DE POLITIQUE APPLIQUÉE Faculté des lettres et sciences humaines POL 160 UNE SOCIÉTÉ PLURALISTE Activité réservée au Baccalauréat en enseignement au secondaire Automne 2015 Horaire : jeudi, 16h00-18h50

Plus en détail

SOMMAIRE SURVIE..5 V- BILAN DE LA STRATEGIE DE DIVERSIFICATION.

SOMMAIRE SURVIE..5 V- BILAN DE LA STRATEGIE DE DIVERSIFICATION. SOMMAIRE INTRODUCTION.1 I- LA DIVERSIFICATION DE PLACEMENT..2 II- LA DIVERSIFICATION DE REDEPLOIEMENT 3 III- LA DIVERSIFICATION DE CONFORTEMENT..4 IV- LA DIVERSIFICATION DE SURVIE..5 V- BILAN DE LA STRATEGIE

Plus en détail

Prenez note que l horaire est maintenant de 8 h 30 à 16 h

Prenez note que l horaire est maintenant de 8 h 30 à 16 h LES JEUDIS DE L INSTITUT (Jeudis CDC- IUD) Formation, consultation et enseignement PROGRAMMATION 2013-2014 INITIATION AUX CONCEPTS DE BASE EN DÉPENDANCE 26 septembre 2013 SENSIBILISATION À L APPROCHE MOTIVATIONNELLE

Plus en détail

Médiation culturelle. Charte déontologique. de la médiation culturelle 1. association. Charte volet 1

Médiation culturelle. Charte déontologique. de la médiation culturelle 1. association. Charte volet 1 Médiation culturelle association c/ o Maison des associations 5, place Saint-Jean - 69005 Lyon mediationculturelle@free.fr www.mediationculturelle.net Charte volet 1 Introduction et principes de la médiation

Plus en détail

Les idé es reçues à la loupe

Les idé es reçues à la loupe tribune_217_int_mise en page 1 02/10/2013 13:30 Page 22 22 par Grégoire Barbot, chargé de mission de la Fonda Dans le cadre d un groupe de travail Association et entreprise, la Fonda a mené, avec l appui

Plus en détail

LE PROJET DE LOI 82 SUR L ADMINISTRATION PUBLIQUE :

LE PROJET DE LOI 82 SUR L ADMINISTRATION PUBLIQUE : Cat. 2.412-80.3 LE PROJET DE LOI 82 SUR L ADMINISTRATION PUBLIQUE : UNE ATTEINTE À LA CAPACITÉ DE LA COMMISSION DES DROITS DE LA PERSONNE ET DES DROITS DE LA JEUNESSE DE DÉFENDRE ET PROMOUVOIR LES DROITS

Plus en détail

Le développement de la culture entrepreneuriale et le nouveau curriculum d études. Paul Inchauspé

Le développement de la culture entrepreneuriale et le nouveau curriculum d études. Paul Inchauspé Le développement de la culture entrepreneuriale et le nouveau curriculum d études Paul Inchauspé Le développement de la culture entrepreneuriale interpelle l école La nécessité du développement de la culture

Plus en détail

Notes pour une allocution de Mme Marie-France Kenny, présidente Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada

Notes pour une allocution de Mme Marie-France Kenny, présidente Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada Notes pour une allocution de Mme Marie-France Kenny, présidente Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) du Canada Au Forum provincial des réseaux de soutien à l immigration francophone

Plus en détail

L alliance avec les parents : Enjeux, défis et stratégies d action. Carl Lacharité

L alliance avec les parents : Enjeux, défis et stratégies d action. Carl Lacharité L alliance avec les parents : Enjeux, défis et stratégies d action Carl Lacharité L alliance??? Sur le plan sémantique: Alliance = Pacte militaire (contre), accord entre des personnes (pour), combinaison

Plus en détail

Gestion de projets artistiques et culturels

Gestion de projets artistiques et culturels Gestion de projets artistiques et culturels Méthodologie de projet : de l idée à l évaluation (réf. 101A) Philippe Fabre Consultant en ressources humaines Philippe Fabre Conseil 2 jours 16 et 23 mai 2014

Plus en détail

DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES

DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES (version proposée par l IRECUS) CONTEXTE S inscrivant dans le cadre de l Année internationale des coopératives, le Sommet international des coopératives

Plus en détail

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Les professeurs et les personnels d éducation mettent en œuvre les missions que la nation assigne à l école. En leur qualité de fonctionnaires

Plus en détail

II. Les territoires dans la mondialisation

II. Les territoires dans la mondialisation Place dans le programme: II. Les territoires dans la mondialisation Thème 2: les puissances émergentes L exemple de la Chine I.Une puissance mondialisée MAIS Fil directeur (Démarche) II. émergente Les

Plus en détail

Conférence internationale pour le dialogue des cultures et des religions.

Conférence internationale pour le dialogue des cultures et des religions. Fès, 30 septembre 2013 Conférence internationale pour le dialogue des cultures et des religions. Discours de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général de la Francophonie Seul le texte prononcé fait foi Je

Plus en détail

REVISTA CIDOB D'AFERS INTERNACIONALS 43-44. Dynamiques identitaires.

REVISTA CIDOB D'AFERS INTERNACIONALS 43-44. Dynamiques identitaires. Fundación CIDOB - Calle Elisabets, 12-08001 Barcelona, España - Tel. (+34) 93 302 6495 - Fax. (+34) 93 302 6495 - info@cidob.org REVISTA CIDOB D'AFERS INTERNACIONALS 43-44. Dynamiques identitaires. L Occident,

Plus en détail

Projet CHIMERES URBAINES. création photographique

Projet CHIMERES URBAINES. création photographique Projet CHIMERES URBAINES création photographique PRÉSENTATION DU PROJET Patrimoine architectural... et imaginaire collectif Chimères urbaines est un projet collectif qui place la ville de Gap au cœur d

Plus en détail

Naissance, développement et évolution de l ergonomie Origine du terme «ergonomie»

Naissance, développement et évolution de l ergonomie Origine du terme «ergonomie» Origine du terme «ergonomie» L origine du mot ergonomie est grecque (Ergon = travail, Nomos = lois) et se traduit par la science du travail. Le mot «travail» vient du latin «tripalium» qui désignait à

Plus en détail

Rapport global 2010 du HCR

Rapport global 2010 du HCR et Australie Chine États insulaires du Pacifique Japon Mongolie Nouvelle-Zélande Papouasie-Nouvelle-Guinée République de Corée République populaire démocratique de Corée 290 Rapport global 2010 du HCR

Plus en détail

Comprendre et construire les groupes. Auteure : Chantal Leclerc Éditions : Les Presses de l Université Laval, 1999

Comprendre et construire les groupes. Auteure : Chantal Leclerc Éditions : Les Presses de l Université Laval, 1999 RECENSIONS Comprendre et construire les groupes Auteure : Chantal Leclerc Éditions : Les Presses de l Université Laval, 1999 En commençant à rédiger ce commentaire, je me suis rappelé une réflexion d un

Plus en détail

Satisfaction du patient

Satisfaction du patient Satisfaction du patient Johan Van der Heyden Institut Scientifique de Santé Publique Direction opérationnelle Santé publique et surveillance Rue J. Wytsman, 14 B - 1050 Bruxelles 02 / 642 57 26 E-mail

Plus en détail

EXPOSE : La Communication Interpersonnelle

EXPOSE : La Communication Interpersonnelle EXPOSE : La Communication Interpersonnelle Introduction : Tout activité humaine est communication, elle est partout, elle est inévitable. Elle a lieu avec des individus, des groupes, des objets ; à l occasion

Plus en détail

Rapport final. De l émergence du projet à son aboutissement. État des lieux

Rapport final. De l émergence du projet à son aboutissement. État des lieux Etablissement : Titre du projet : Nom du coordonnateur : Fonction ou discipline : PROJET INNOVANT 2007 2008 : Production écrite Lycée des Métiers des Technologies Industrielles HSC Deville Chemin des Croizettes,

Plus en détail

L a formation interculturelle dans les cégeps :

L a formation interculturelle dans les cégeps : C O N F É R E N C E L a formation interculturelle dans les cégeps : une expérience en Techniques policières France Hubert, professeure de sociologie au collège de Maisonneuve Je tiens à remercier Édithe

Plus en détail

L immigration des Chinois au Canada

L immigration des Chinois au Canada L immigration des Chinois au Canada Aperçu de la leçon : La leçon a pour objet d encourager les élèves à étudier des aspects de l immigration au Canada. On leur demande de naviguer sur le site Web de Statistique

Plus en détail

Deux regards sur la société des individus

Deux regards sur la société des individus Deux regards sur la société des individus Véronique GUIENNE Dans leurs derniers ouvrages, Robert Castel et François Dubet s interrogent sur la recherche en sociologie et son utilité sociale et politique.

Plus en détail

Liste des notes. 1. Le consommateur est lui-même un acteur mais il peut être mieux placé au sein de l analyse de la demande alimentaire.

Liste des notes. 1. Le consommateur est lui-même un acteur mais il peut être mieux placé au sein de l analyse de la demande alimentaire. Liste des notes 1. Le consommateur est lui-même un acteur mais il peut être mieux placé au sein de l analyse de la demande alimentaire. 2. Par exemple, le fonctionnement des marchés obéit à des réglementations

Plus en détail