Amélioration de la qualité et sécurité de la prise en charge médicamenteuse dans les EHPAD

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Amélioration de la qualité et sécurité de la prise en charge médicamenteuse dans les EHPAD"

Transcription

1 Amélioration de la qualité et sécurité de la prise en charge médicamenteuse dans les EHPAD Rôle de l OMEDIT Bertrice LOULIERE OMEDIT Aquitaine 1

2 1. Présentation et missions de l OMEDIT 2

3 L Observatoire du Médicament, des Dispositifs Médicaux et de l Innovation Thérapeutique d Aquitaine «OMEDIT» Rôle et Articulations Qualité sécurité - Efficience ❿ ❿ ❿ ❿ Structure d appui, d évaluation et d expertise auprès de l ARS Indépendance scientifique Champ des produits de santé et périmètre des établissements de santé, médico-sociaux et ambulatoire Loi «HPST» Animation de la politique coordonnée de bon usage et de bonnes pratiques en terme de qualité, sécurité et efficience. Patients à risque Médicaments et dispositifs médicaux à risques Interfaces 3

4 OMEDIT Aquitaine Rôle et actions dans l accompagnement Interface avec les Professionnels de santé > En établissement de santé : Contrat de bon usage / CPOM > Lien ville/hôpital/parcours de soin : «conciliation médicamenteuse» > Information scientifique indépendante sur le bon usage > Evaluation de la pertinence des prescriptions / Référentiels nationaux > Echanges avec les professionnels sur les pratiques (psychotropes, anticoagulants, anticancéreux, antibiotiques antifongiques, ) > Performance des organisations > Sensibilisation, formations, communications (journées régionales et interventions diverses) Amélioration de la qualité et sécurité de la prise en charge médicamenteuse Commissions pluriprofessionnelles et groupes de travail OMEDIT 4

5 OMEDIT Aquitaine Rôle et actions dans l accompagnement A proximité des usagers > Usager, acteur de sa prise en charge médicamenteuse (connaissance du médicament, observance, durée, posologie, contre-indication, contraintes ) > Concertation avec les associations d usagers (CISSA), l Agence Nationale de l Evaluation et de la qualité des Etablissements et Services Sociaux et Médico-sociaux (ANESM), la Fédération Française des Associations des Médecins Coordonnateurs en EHPAD (FFAMCO), les sociétés savantes (SFPC, SFGG) > Soutien aux différentes campagnes sur le bon usage : sécurité des patients, bon usage des antibiotiques, vaccinations > Mise à disposition d outils : Flyers sur les comportements à risques, «Bien utiliser les médicaments», fiches de bon usage (Chimiothérapies orales / Benzodiazépines / Antibiotiques) Site internet : 5 5

6 2. Les différentes contributions OMEDIT pour la qualité et sécurité de la prise en charge médicamenteuse dans les EHPAD 6

7 Accompagnement des EHPAD par l OMEDIT Approche quantitative étude des consommations : optimisation des consommations médicamenteuses lien avec expérimentation réintégration dans forfait, comparaison avec les autres établissements médico-sociaux Approche qualitative : suivi d indicateurs de bon usage des médicaments à partir des données de consommation par résident efficience des prescriptions Mobilisation sur la politique du médicament au sein des EHPAD: Bon usage du médicament Lutte contre l iatrogénie / maîtrise du risque médicamenteux Continuité de la prise en charge médicamenteuse (conciliation médicamenteuse ) : entrée en établissement médico-social et interfaces (hospitalisations) OUTILS Expérience dans le sanitaire Adaptation au secteur médico-socialm 7

8 Accompagnement des EHPAD par l OMEDIT Mise en place d une Commission OMEDIT «prise en charge médicamenteuse de la personne âgée» Sous groupe EHPAD Représentativité pluri-professionnelle Groupes de travail Désignation de correspondants OMEDIT dans chaque EHPAD Inciter à une mobilisation sur la maîtrise du risque médicamenteux par l amélioration des pratiques Contribuer aux travaux de l OMEDIT pour mieux répondre aux besoins du terrain Remontée des faits marquants/difficultés 8

9 2.1 Suivi des indicateurs de bon usage des médicaments à partir des données de consommation par résidents Source : Données de l expérimentation de la réintégration des médicaments dans les dotations soins des EHPAD ne disposant pas de PUI : données du 15 Janvier 2012 Etude sur l ensemble des résidents d un échantillon de 17 EHPAD région Aquitaine 9

10 Suivi d indicateurs de bon usage des médicaments : recommandations et outils Pertinence de la prescription de neuroleptiques chez les résidents Alzheimer Programme AMI Alzheimer : alerte et maîtrise de l iatrogénie des neuroleptiques dans la maladie d Alzheimer (octobre 2010) Norme = éviter les neuroleptiques chez les patients Alzheimer, privilégier les prises en charge non médicamenteuses pour les troubles du comportement Résultat échantillon expérimentation EHPAD Aquitaine = 26,3% des patients Alzheimer sous neuroleptique(s) 27% France entière Dont 24,3% avec 1 neuroleptique Dont 2,0% avec 2 neuroleptiques Données janvier 2012 Proposition d évolution et actions d amélioration : -Diffusion et accompagnement des recommandations auprès des EHPAD -Suivi de l indicateur dans le temps et benchmarking inter-ehpad -Promotion du travail collaboratif médecin coordonnateur-médecins prescripteurs -Accompagnement individualisé 10

11 Suivi d indicateurs de bon usage des médicaments : recommandations et outils Pertinence de la prescription de médicaments anti-alzheimer Recommandation HAS : maladie d Alzheimer et maladies apparentées : diagnostic et prise en charge (décembre 2011) Norme = instauration ou le renouvellement laissé à l appréciation du médecin prescripteur (en fonction de la balance bénéfice/risque) Ré-évaluation au bout de 6 mois 2 classes médicamenteuses (anticholinestérasique (donépézil ARICEPT, rivastigminie EXELON, galantamine REMINYL ) et antiglutamate (mémantine EBIXA )) : monothérapie choisie en fonction du MMS, pas d arguments pour recommander une bithérapie (2 anticholinestérasiques ou 1 anicholinestérasique + 1 antiglutamate) Résultat échantillon expérimentation EHPAD Aquitaine = 62,3% des patients Alzheimer sans traitement médicamenteux Mais 3,9% des résidents sous bithérapie = «never events» - données janvier 2012 Proposition d évolution et actions d amélioration : -Corrélation des prescriptions avec le MMS rapport bénéfice/risque -Diffusion et accompagnement des recommandations HAS auprès des EHPAD, notamment ré-évaluation au bout de 6 mois et 1 an 11

12 Suivi d indicateurs de bon usage des médicaments : constat et perspectives Constat : Marges de progression Perspectives : Affinement du recueil : Recueil exhaustif des médicaments avec posologie, durée du traitement pour certains médicaments ciblés (ex : benzodiazépines) Réévaluation des traitements Recueil de certaines caractéristiques physiopathologiques des résidents (Alzheimer, score MMS, clairance de la créatinine) Propositions et travaux pour améliorer les points faibles 12

13 2.2 Mobilisation sur la politique du médicament qualité/sécurité/efficience mise en œuvre au sein des EHPAD - médicaments et risque évitable - les outils 13

14 Le médicament, des analyses récurrentes sur le risque évitable Secteur médico-social : très concerné par des marges d amélioration Une complexité à maîtriser Domaine et processus lié au parcours de soins Segmentation «ambulatoire, hospitalier, médico-social» levée par HPST Une pluridisciplinarité incontournable Des accidents, des erreurs évitables (EMIR - ENEIS EVISA) Analyses approfondies des causes (AAC) de 47 des 59 EIG générés en médecine de ville avec l aide de 6 médecins et 1 pharmacien formés Source EVISA Des préjudices humains et financiers Des marges d amélioration Rôle des médecins (coordonnateur et médecins traitants) et des pharmaciens (PUI ou officine) 14

15 2.2 Mobilisation sur la politique du médicament qualité/sécurité/efficience mise en œuvre au sein des EHPAD - médicaments et risque évitable - les outils : 1- Interdiag 2- Projet OMEDIT Conciliation 3- Formation/action 4- Lutte contre les erreurs médicamenteuses et les dysfonctionnements évitables 5- Réflexion sur un indicateur composite 6- Autres outils 15

16 - 1 - Evolution de l outil INTERDIAG de l ANAP du sanitaire vers le médico-social (1/2) - Dans le sanitaire ANAP : Agence Nationale d Appui à la Performance Outil : Pluridisciplinaire : médecin, pharmacien, cadre de santé, IDE, responsable qualité d auto-évaluation et de gestion des risques liés à la prise en charge médicamenteuse au niveau de l unité de soins En pratique : Fichier Excel Questions sur différentes thématiques (politique, prise en charge médicamenteuse et stockage) avec des sous-thèmes : réponse à chaque question de l établissement (oui/non) Diagnostic immédiat de la maitrise des risques Levier pour la mise en place de programme d actions les plus adaptées Outil de priorisation et de suivi des actions d amélioration 16

17 17

18 - 1- Evolution de l outil INTERDIAG de l ANAP du sanitaire vers le médico-social (2/2) - Transposition de l expérience du sanitaire au médico-social Outil en collaboration ANAP OMEDIT avec l ARS Aquitaine (en cours de test et de consultation avec les fédérations) Prise en compte : de la population cible Personne âgée : fragilité, perte d autonomie, déficience cognitive etc. des modes d organisation : EHPAD, Foyer d Accueil Médicalisé (FAM), Maison d Accueil Spécialisé (MAS), Maison pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer (MAIA) Retard de culture de sécurité Accompagnement de l OMEDIT à l utilisation d INTERDIAG dans les EHPAD Aide à l autoévaluation Valorisation dans le cadre de l évaluation interne et du projet d établissement Vers des indicateurs de résultats Recommandations 18

19 2 - Etude OMEDIT en lien avec la conciliation médicamenteuse OMEDIT Aquitaine «coordonnateur national» pour la conciliation médicamenteuse en établissement de santé Pilotage OMEDIT de 2 études : Entrée en EHPAD (COMPAS): Etude sur les médicaments du domicile à l entrée en EHPAD, la conciliation à 48h, et réévaluation à 6 mois Sortie d hospitalisation vers l établissement médico-social : conciliation traitement d entrée et comparaison avec ordonnance à 48h/8j/6 mois Objectifs - Développement de méthodes et outils avec les professionnels -Impact clinique de la conciliation -Appui des correspondants OMEDIT dans chaque EHPAD -Amélioration des pratiques professionnelles (DPC) et des interfaces 19

20 3- Formation / Action OMEDIT Aquitaine (1/3) ❿ En lien avec la priorité 3 du PRS : «Renforcer la qualité des soins et des prises en charge et la capacité à faire face aux crises sanitaires» ❿ Objectif de la formation/action : garantir la qualité et la sécurité des prises en charge médicamenteuse ❿ Organisation en partenariat avec l Université de Bordeaux Segalen Valorisation de la formation dans le cadre du développement professionnel continu ❿ En lien avec : la Société Française de pharmacie clinique (SFPC) Association Nationale des Enseignants en pharmacie clinique (ANEPC) ❿ ❿ Formation sur 3 ans à raison d 1 session par territoire de santé Mise à disposition d outils pour les professionnels Champs concernés : Ville Hôpital Médico-social 20

21 3- Formation / Action OMEDIT Aquitaine (2/3) 2 jours de formation articulés autour : Développement professionnel continu Un enseignement magistral sur la politique du bon usage du médicament et des dispositifs médicaux Des ateliers pratiques de développement des pratiques sur les thèmes Elaborer un programme d actions spécifiques aux médicaments et dispositifs médicaux adapté aux EHPAD Amélioration des pratiques évaluée en continu et à distance Optimiser la prise en charge médicamenteuse ville/hôpital Organiser des comités de retour d expérience et analyser les causes des évènements indésirables associés aux soins Analyse pharmaceutique et sécurisation de l administration 21

22 3- Formation / Action OMEDIT Aquitaine (3/3) En pratique : Sessions (1 ères sessions : dernier trimestre 2012) Public concerné : Professionnels de santé (médecins coordonnateurs, traitants, pharmaciens, infirmiers ) Directeurs/Coordonnateur de la gestion des risques associés aux soins/correspondant Qualité Information par mail (correspondant) + site ARS - Omedit Évaluation de l impact de la formation/action reçue 22

23 4 Lancer une démarche d évaluation du risque médicamenteux en EHPAD Transposer après adaptation par anticipation la mise en œuvre de la gestion des risques associés aux soins du «sanitaire» au médico-social Développer une culture de sécurité et encourager la déclaration non punitive des évènements indésirables médicamenteux évitables (erreurs médicamenteuses) Acquérir la méthodologie des Comités de Retour d Expérience (CREX) et d analyse des causes approfondies Evaluation pharmaceutique périodique des traitements des résidents Classes médicamenteuses les plus souvent en cause -La prescription inappropriée des neuroleptiques chez les résidents Alzheimer -La gestion du traitement des anticoagulants (surveillance, automédication ) -La prescription inappropriée des antihypertenseurs et diurétiques Mobilisation sur la prévention des erreurs médicamenteuses Remontée pédagogique des erreurs médicamenteuses à l OMEDIT Partage régional échanges Autoévaluation 23

24 5 Réflexion sur un indicateur composite Sanitaire : Élaboration d un indicateur composite ICALIAM (appliqué depuis 5ans en Aquitaine): Indicateur d activité de lutte contre la iatrogénie médicamenteuse et de sécurisation du circuit du médicament = indicateur sur la qualité de la prise en charge médicamenteusem En pratique : Plusieurs items sur : Sécurisation du circuit du médicament Politique de lutte contre la iatrogénie médicamenteuse engagée Élaboration d un score : mesure de la progression comparaison au niveau régional Construction d un indicateur adapté aux établissements médicosociaux, dont un spécifique pour les EHPAD 24

25 ❿ 6 - Autres outils Liste des médicaments inappropriés Appropriation de la liste de Laroche ❿ Diaporama «Actualités sur le bon usage des médicaments chez la personne âgée» Création d outils dans le cadre de la Commission OMEDIT «prise en charge médicamenteuse de la personne âgée» ❿ Partage des outils au niveau national (réseau OMEDITS) OMEDIT Pays de Loire : Guide auto-diagnostic du circuit du médicament en EHPAD sans Pharmacie à usage intérieur (PUI) OMEDIT Rhône Alpes : Sécurisation du circuit du médicament dans les EHPAD OMEDIT Alsace : Liste préférentielle de médicaments en EHPAD OMEDIT Haute Normandie : Audit sur l organisation du circuit du médicament de la prescription jusqu à l administration OMEDIT Centre : Outils de sécurisation et d auto-évaluation de l administration des médicaments Mise à disposition sur le site internet de l OMEDIT 25

26 3. Collaboration avec les structures d appui 26

27 Contribution avec les structures d appui ❿ Pilotage CCEQCA OMEDIT : «SESAME» sécurisation de la phase d administration du circuit du médicament dans le secteur médico-social ❿ Collaboration CCEQCA-OMEDIT : «PACSA» Programme d Amélioration de la Continuité de la Prise en charge chez le Sujet Âgé ❿ CCLIN OMEDIT : contribution au bon usage des antibiotiques 27

28 Conclusion Réduction du risque médicamenteux (priorité n 3 du PRS) Mobilisation sur le parcours de soins de la personne âgée Identification des «Evènements qui ne devraient jamais se produire» Never events spécifiques EHPAD > Objectif : Utilisation du médicament avec Bénéfice/Risque positif pour le résident continuité de la sécurité et de l efficience > Mobilisation partagée Parcours de soins Garantir la sécurité des résidents et les traitements les plus efficaces en maîtrisant les dépenses Eviter les hospitalisations évitables et la iatrogénie évitable 28

29 Contacts OMEDIT Contacts pharmaciens : /06 Contact chargés de mission : Fax :

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ.

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ. SANTÉ ETABLISSEMENTS DE SANTÉ Organisation MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de

Plus en détail

«Politique des ARS pour les seniors»

«Politique des ARS pour les seniors» «Politique des ARS pour les seniors» Claude EVIN, Directeur Général de l Agence Régionale de Santé d Ile-de-France XX/XX/XX L ARS, acteur majeur de la politique de santé et d accompagnement au service

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

PLAN NATIONAL D ACTION POUR UNE POLITIQUE DU MEDICAMENT ADAPTEE AUX BESOINS DES PERSONNES AGEES

PLAN NATIONAL D ACTION POUR UNE POLITIQUE DU MEDICAMENT ADAPTEE AUX BESOINS DES PERSONNES AGEES PLAN NATIONAL D ACTION POUR UNE POLITIQUE DU MEDICAMENT ADAPTEE AUX BESOINS DES PERSONNES AGEES 1 Introduction Dans le cadre des travaux de préparation de la Loi d orientation et de programmation pour

Plus en détail

Formation sur la sécurisation du circuit du médicament

Formation sur la sécurisation du circuit du médicament Formation sur la sécurisation du circuit du médicament Virginie Roué, Ingénieur Qualité-Risques Réseau AQuaREL Santé Dr Brigitte Paulmier, Pharmacien coordonnateur de la gestion des risques CH Saumur CONTEXTE

Plus en détail

Coordination Ville Hôpital

Coordination Ville Hôpital Coordination Ville Hôpital Lien entre pharmaciens et utilisation d une banque de données Bassin sanitaire alésien 2 juin 2015 Jean-Pierre CORNUT, Pharmacien d officine, URPS Pharmaciens LR Vincent BOUIX,

Plus en détail

15 janvier 2014 * PROGRAMME MOBIQUAL

15 janvier 2014 * PROGRAMME MOBIQUAL 15 janvier 2014 * PROGRAMME MOBIQUAL PRÉSENTATION DE LA DÉMARCHE ET DES OUTILS * Sébastien DOUTRELIGNE responsable diffusion nationale, suivi et évaluation Éléments constitutifs Une action nationale initiée

Plus en détail

La gestion des risques en établissement de santé Point de vue de la Société française de gestion des risques en établissement de santé SoFGRES

La gestion des risques en établissement de santé Point de vue de la Société française de gestion des risques en établissement de santé SoFGRES La gestion des risques en établissement de santé Point de vue de la Société française de gestion des risques en établissement de santé SoFGRES Gilbert Mounier 1 La SoFGRES association loi 1901 à but non

Plus en détail

Gestion du traitement personnel des patients : Enquête et audit régional

Gestion du traitement personnel des patients : Enquête et audit régional Gestion du traitement personnel des patients : Enquête et audit régional Marion Alpy Jean-Marie Kinowski Journée OMEDIT 3 avril 2014 Contexte La prise en charge du traitement personnel du patient peut

Plus en détail

Améliorer la coordination des soins : comment faire évoluer les réseaux de santé?

Améliorer la coordination des soins : comment faire évoluer les réseaux de santé? Guide méthodologique Améliorer la coordination des soins : comment faire évoluer les réseaux de santé? Octobre 2012 Direction générale de l offre de soins Sommaire Synthèse... 2 Introduction... 3 Partie

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

Entretiens Pharmaceutiques en Oncologie : Où en sommes nous en 2014, au CHPC

Entretiens Pharmaceutiques en Oncologie : Où en sommes nous en 2014, au CHPC Entretiens Pharmaceutiques en Oncologie : Où en sommes nous en 2014, au CHPC 2éme Journée des Infirmiers de Basse-Normandie Jeudi 9 Octobre 2014 Florence BANNIE, Pharmacien CHPC, CHERBOURG Déclarations

Plus en détail

La formation comme levier de changement des pratiques

La formation comme levier de changement des pratiques Place des pharmaciens d officine au sein du réseau Onco 94 Ouest La formation comme levier de changement des pratiques 2 ème congrès des Réseaux de cancérologie Rouen Atelier : place de la formation 3

Plus en détail

LE MALI L HÔPITAL GABRIEL TOURE L HÔPITAL DU POINT G INTRODUCTION 2 INTRODUCTION 1 DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE

LE MALI L HÔPITAL GABRIEL TOURE L HÔPITAL DU POINT G INTRODUCTION 2 INTRODUCTION 1 DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE KALLE A.D A (1), BENGALY L (2)., KONE D ( 1), COULIBALY S.M (2). DIAKITE A.S. (2) DIAMOUTENE A (2) (1) Service de Pharmacie Hôpital Gabriel

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP

Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge Pôle de santé du Canton d Aulnay de Saintonge MSP Aulnay et Néré PROJET D AULNAY PSP Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge PROJET D AULNAY MSP PSP Réseau de santé de proximité Historique Objectifs Particularités Avenir Réseau de Santé du Pays des Vals de Saintonge MAISON DE SANTE

Plus en détail

Réunion régionale. avec les établissements de santé. 4 Avril 2013

Réunion régionale. avec les établissements de santé. 4 Avril 2013 Réunion régionale avec les établissements de santé 4 Avril 2013 1 Ordre du jour Introduction par Michel LAFORCADE, Directeur Général de l ARS Aquitaine 1 ) Optimiser les parcours de santé: place des établissements

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

Poitou-Charentes. Commission Sécurisation du circuit du médicament Groupe informatisation du circuit

Poitou-Charentes. Commission Sécurisation du circuit du médicament Groupe informatisation du circuit Observatoire Régional du MEdicament et des Dspositifs Médicaux Stériles Page 1 sur 17 Ce document a été élaboré par le groupe (informatisation du circuit du médicament) travaillant dans le cadre de l ORMEDMS.

Plus en détail

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL EXPERIENCES PROFESSIONNELLES Détail des expériences Responsable qualité association secteur SMS : - Conception, mise en œuvre, animation et

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

Sécurisation du circuit des médicaments et des dispositifs médicaux. Au Centre hospitalier de Valenciennes

Sécurisation du circuit des médicaments et des dispositifs médicaux. Au Centre hospitalier de Valenciennes Sécurisation du circuit des médicaments et des dispositifs médicaux Au Centre hospitalier de Valenciennes 1 Le centre hospitalier de Valenciennes MCO Psychiatrie SSR Soins de longue durée Maison de retraite

Plus en détail

Le nouveau tableau de bord de gestion

Le nouveau tableau de bord de gestion Formation Rencontre thématique CTC Conseil 2013 Le nouveau tableau de bord de gestion Contrôler Décider Communiquer CTC Conseil a été créé en 1992, à l initiative de Claude CHEZAUD, son Directeur Général,

Plus en détail

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS Présentation du Programme PHARE Les achats hospitaliers, levier majeur de performance pour les établissements Achats hospitaliers : 18 Milliards d euros en 2009 Non médicaux 42% Achats Hospitaliers Médicaux

Plus en détail

«Gestion de la pharmacie et organisation du circuit du médicament»

«Gestion de la pharmacie et organisation du circuit du médicament» «Gestion de la pharmacie et organisation du circuit du médicament» Prestations proposées par M. (Réactualisation 2010) Á moduler selon vos besoins 1 Contexte/Enjeux/Objectifs : La sécurisation du circuit

Plus en détail

Mise en place du Système de Managagement de la Qualité de la prise charge médicamenteuse pour la pharmacie à usage interne du CRM

Mise en place du Système de Managagement de la Qualité de la prise charge médicamenteuse pour la pharmacie à usage interne du CRM Mise en place du Système de Managagement de la Qualité de la prise charge médicamenteuse pour la pharmacie à usage interne du CRM Jean-Claude SCHREPFER Année 2011 2012 DU Qualité et Gestion des Risques

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012

Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012 Programme National de Prévention des infections associées aux soins en ES, 2009-2012 Pr Coordonnateur Groupe de Pilotage du Programme National de Lutte contre les Infections Nosocomiales Séminaire National

Plus en détail

PSDP et usage des pénicillines - ESAC

PSDP et usage des pénicillines - ESAC Plan National d alerte sur les Antibiotiques 2011/2016 Déclinaison régionale Pr Pierre DELLAMONICA CHU de Nice ARS 29/11/12 1 Plans précédents 2001/2005 et 2007/2010 «Menace de santé publique majeure»

Plus en détail

Pharmacie, L équipe. Sommaire

Pharmacie, L équipe. Sommaire Pharmacie, L équipe Jean-Luc Le Moal Docteur en pharmacie, diplômé en économie et gestion des systèmes de santé (CNAM). Rejoint le CNEH en 1999 après des fonctions au CH de Quimper et au CHU de Nantes.

Plus en détail

Plan «Alzheimer et maladies apparentées» 2008-2012

Plan «Alzheimer et maladies apparentées» 2008-2012 Plan «Alzheimer et maladies apparentées» 2008-2012 1 er février 2008 Sommaire 10 MESURES PHARES 6 RESUME DES FINANCEMENTS 7 SYNTHESE DES FINANCEMENTS PAR MESURE 8 AXE I. AMELIORER LA QUALITE DE VIE DES

Plus en détail

Sur le Chemin des Attentes des Usagers : le Projet Personnalisé

Sur le Chemin des Attentes des Usagers : le Projet Personnalisé «Pour l amélioration de la qualité, la gestion des risques et l évaluation en Loire Atlantique et Vendée» Sur le Chemin des Attentes des Usagers : le Projet Personnalisé L organisation et la planification

Plus en détail

Sécurisation du circuit du médicament dans les Etablissements d hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) sans pharmacie à usage intérieur

Sécurisation du circuit du médicament dans les Etablissements d hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) sans pharmacie à usage intérieur Repères pour votre pratique Sécurisation du circuit du médicament dans les Etablissements d hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) sans pharmacie à usage intérieur Mars 2012 Mise à jour en

Plus en détail

Maison ou un Pôle de santé

Maison ou un Pôle de santé Les 4 points clés pour créer une Maison ou un Pôle de santé pluri-professionnel De nouveaux modes d exercice coordonné et regroupé : L exercice médical dans les villes et dans les campagnes est aujourd

Plus en détail

Insuffisance cardiaque et télémédecine: Exemple du Projet E care : prise en charge à domicile des insuffisants cardiaques en stade III

Insuffisance cardiaque et télémédecine: Exemple du Projet E care : prise en charge à domicile des insuffisants cardiaques en stade III Insuffisance cardiaque et télémédecine: Exemple du Projet E care : prise en charge à domicile des insuffisants cardiaques en stade III de la NYHA Emmanuel ANDRES et Samy TALHA Service de Médecine Interne,

Plus en détail

Ainsi plusieurs dispositions ont été prises pour enrichir les informations disponibles sur les médicaments et dispositifs médicaux :

Ainsi plusieurs dispositions ont été prises pour enrichir les informations disponibles sur les médicaments et dispositifs médicaux : des produits et prestations en sus des tarifs d hospitalisation renforcent la nécessité d une information partagée sur l utilisation de ces produits au sein des établissements de santé. Ainsi plusieurs

Plus en détail

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD

EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD EVALUER LA MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD Dr. Nathalie MAUBOURGUET Lundi 24 novembre 2008 Ministère de la Santé, Salle Laroque Séminaire National sur l Organisation de la Prévention des Infections

Plus en détail

Schéma Régional d Organisation des Soins VOLET AMBULATOIRE ANNEXE PHARMACIES DIAGNOSTIC DE L OFFRE AMBULATOIRE

Schéma Régional d Organisation des Soins VOLET AMBULATOIRE ANNEXE PHARMACIES DIAGNOSTIC DE L OFFRE AMBULATOIRE VOLET AMBULATOIRE ANNEXE PHARMACIES DIAGNOSTIC DE L OFFRE AMBULATOIRE SOMMAIRE 1.DIAGNOSTIC REGIONAL DE LA DELIVRANCE DU MEDICAMENT EN AMBULATOIRE... 3 1.1.Les modes d ouverture d une pharmacie... 3 1.2.Le

Plus en détail

Renforcer la fonction achats en établissement de santé

Renforcer la fonction achats en établissement de santé Nouvelle version Renforcer la fonction achats en établissement de santé Kit de déploiement V2 Préambule au kit établissement V2 La présente version du kit de déploiement intègre les retours d expérience

Plus en détail

Certification V2014. Un dispositif au service de la démarche qualité et gestion des risques des établissements de santé. Juillet 2013 ACC01-F203-A

Certification V2014. Un dispositif au service de la démarche qualité et gestion des risques des établissements de santé. Juillet 2013 ACC01-F203-A Certification V2014 Un dispositif au service de la démarche qualité et gestion des risques des établissements de santé Juillet 2013 ACC01-F203-A Sommaire 1. Les enjeux et les ambitions : une démarche plus

Plus en détail

Procédure adaptée (Article 28 du Code des marchés publics)

Procédure adaptée (Article 28 du Code des marchés publics) Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) Relatif au projet de : Déploiement du logiciel DMU Net au sein du service des urgences et mise en place d un EAI (Enterprise Application Integration)

Plus en détail

SoFGRES - Université Paris I Sorbonne 1, rue Victor Cousin 75005 PARIS www.sofgres.org. SoFGRES / Hôpital Expo 20 mai 2010

SoFGRES - Université Paris I Sorbonne 1, rue Victor Cousin 75005 PARIS www.sofgres.org. SoFGRES / Hôpital Expo 20 mai 2010 SoFGRES - Université Paris I Sorbonne 1, rue Victor Cousin 75005 PARIS www.sofgres.org 1 La SoFGRES association loi 1901 à but non lucratif, créée et déclarée à la préfecture de Paris le 28 mai 2002, qui

Plus en détail

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale :

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Docteur DARY Patrick, Cardiologue, Praticien Hospitalier Centre Hospitalier de St YRIEIX - Haute Vienne 87500 Situé

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France

Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France Note de synthèse relative à la formation pharmaceutique continue en Présenta Plus de 150 000 personnes travaillent dans les 23 006 pharmacies d'officine

Plus en détail

L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon

L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon L hôpital dans la société. L expérience du CHU de Paris, l AP HP. Pierre Lombrail, Jean-Yves Fagon Colloque Santé et Société Quels déterminants de santé et quel système de soins pour la santé de toute

Plus en détail

La télémédecine en action : 25 projets passés à la loupe. Un éclairage pour un déploiement national

La télémédecine en action : 25 projets passés à la loupe. Un éclairage pour un déploiement national La télémédecine en action : 25 projets passés à la loupe Un éclairage pour un déploiement national Journée Télémédecine ASIP Santé 3 mai 2012 Pascale MARTIN - ANAP Agence Nationale d Appui à la Performance

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE CHIRURGICALE DU LIBOURNAIS

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE CHIRURGICALE DU LIBOURNAIS ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION V2010 CLINIQUE CHIRURGICALE DU LIBOURNAIS 119 rue de la marne - 33500 - Libourne NOVEMBRE 2014 SOMMAIRE PREAMBULE 1. Présentation du document 2. Les niveaux de certification

Plus en détail

Pascal LACHAISE Paul TORNER. Matthieu PICARD

Pascal LACHAISE Paul TORNER. Matthieu PICARD La communication médecins/ pharmaciens/patients Enquête sur les attentes des différents acteurs. Quelles solutions pour améliorer la concertation médecin/pharmacien pour le bénéfice du patient? Pascal

Plus en détail

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013 La preuve par Principaux enseignements du bilan des PRT et du recensement des projets télémédecine 2013 Le recensement Télémédecine 2013 01 Synthèse du recensement Télémédecine 2013 02 Répartition et maturité

Plus en détail

Réduire les risques en santé

Réduire les risques en santé Réduire les risques en santé «Mieux vaut penser le changement que changer le pansement» Marie-Françoise Dumay, Garménick Leblanc, Marc Moulaire, Gilbert Mounier 1 Définition du risque «Possibilité de dommage»

Plus en détail

Mission préparatoire. à l expérimentation de la réintégration. du budget médicaments. dans le forfait soins. des établissements d hébergement

Mission préparatoire. à l expérimentation de la réintégration. du budget médicaments. dans le forfait soins. des établissements d hébergement Ministère de la Santé et des Sports Secrétariat d Etat Chargé des Aînés Mission préparatoire à l expérimentation de la réintégration du budget médicaments dans le forfait soins des établissements d hébergement

Plus en détail

Comment utiliser cet outil?

Comment utiliser cet outil? Comment utiliser cet outil? Cette aide vous permet à la fois de découvrir les ressources disponibles et de comprendre comment les exploiter au mieux. Fichier à imprimer (6 pages) ou à laisser ouvert pour

Plus en détail

Programme national pour la sécurité des patients

Programme national pour la sécurité des patients Direction générale de l offre de soins (DGOS) Direction générale de la santé (DGS) Haute autorité de santé (HAS) Programme national pour la sécurité des patients 2013 / 2017 www.sante.gouv.fr/pnsp www.has-sante.fr

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Le 31 octobre 2014

DOSSIER DE PRESSE Le 31 octobre 2014 DOSSIER DE PRESSE Le 31 octobre 2014 La Bourgogne, territoire de soins numérique La Bourgogne fait partie des 5 régions lauréates de Territoire de Soins Numérique (TSN). La région va recevoir un soutien

Plus en détail

I. Qu est ce qu un SSIAD?

I. Qu est ce qu un SSIAD? 1 Plan Introduction I. Qu est ce qu un SSIAD? II. L accompagnement du SSIAD III. Présentation du SSIAD de Meyssac et de Beynat IV. Les personnes prises en soin dans le SSIAD V. Présentation d une situation

Plus en détail

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES Le CHU de Rennes Etablissement MCO, SSR, SLD de 1860 lits et places

Plus en détail

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1

LE FINANCEMENT. MSPD Eric Fretillere Conseil Régional de l Ordre des Médecins d Aquitaine CDOM 47Page 1 LE FINANCEMENT Il ne faut pas se le cacher, le financement est une difficulté et de nombreuses maisons médicales dans les 10 dernières années, qui fonctionnaient de manière satisfaisante, sont «décédées»

Plus en détail

P atients S anté T erritoires

P atients S anté T erritoires H ôpital P atients S anté T erritoires L exercice regroupé dans les services de santé Une action coordonnée des professionnels en faveur des patients De plus en plus de professionnels de santé ont depuis

Plus en détail

Contribution du Syndicat national des pharmaciens praticiens hospitaliers (SNPHPU)

Contribution du Syndicat national des pharmaciens praticiens hospitaliers (SNPHPU) Contribution du Syndicat national des pharmaciens praticiens hospitaliers (SNPHPU) pour un cahier des charges des bases de données des produits de santé exigeant Rappelons pour mémoire que le législateur

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la sante et des droits des femmes

Ministère des affaires sociales, de la sante et des droits des femmes Ministère des affaires sociales, de la sante et des droits des femmes Direction générale de l offre de soins Personne chargée du dossier : Valérie Salomon mél. : valerie.salomon@sante.gouv.fr Sous-direction

Plus en détail

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie»

«Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» DOSSIER PAERPA «Améliorer les parcours de santé des personnes âgées en risque de perte d autonomie» 1 _ SOMMAIRE Quelques données chiffrées 3 Les initiatives déjà engagées pour améliorer les parcours de

Plus en détail

Annexe : Tableau récapitulatif des actions

Annexe : Tableau récapitulatif des actions Direction e de l offre de soins (DGOS) Direction e de la santé () Haute autorité de santé () Annexe : Tableau récapitulatif des actions Axe 1 In du patient, le patient co-acteur de sa sécurité p. 2 Axe

Plus en détail

Parcours du patient cardiaque

Parcours du patient cardiaque Parcours du patient cardiaque Une analyse HAS à partir de la base QualHAS, des Indicateurs Pour l Amélioration de la Qualité & Sécurité des Soins (IPAQSS)- Infarctus du myocarde Linda Banaei-Bouchareb,

Plus en détail

La loi HPST à l hôpital les clés pour comprendre

La loi HPST à l hôpital les clés pour comprendre La loi HPST à l hôpital les clés pour comprendre éditorial La loi «Hôpital, Patients, Santé et Territoires» du 21 juillet 2009 porte une réforme majeure, une réforme historique. Elle modifie en profondeur

Plus en détail

Présentation du Programme PHARE

Présentation du Programme PHARE Présentation du Programme PHARE Le programme PHARE : des gains pour la qualité de l offre de soins Le contexte du programme PHARE Les achats hospitaliers représentent 18 Md, second poste de dépenses des

Plus en détail

PROJET QUALITE 2015-2019

PROJET QUALITE 2015-2019 PROJET QUALITE 2015-2019 [Texte] TABLE DES MATIERES I. INTRODUCTION 5 II. LES ORIENTATIONS 6 AXE 1 PERENISER UN SYSTÈME DE MANAGEMENT BIEN STRUCTURÉ DANS LEQUEL LES ACTEURS S IMPLIQUENT ACTIVEMENT 6 a.

Plus en détail

Prévention et gestion des risques hospitaliers et politique nationale

Prévention et gestion des risques hospitaliers et politique nationale Prévention et gestion des risques hospitaliers et politique nationale La hiérarchisation des risques, une aide à la décision 2 ème congrès de l Afgris 16 et 17 octobre 2003 Direction de l Hospitalisation

Plus en détail

Management des risques

Management des risques ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES Management des risques acteurs de la santé, du social et du médico-social «Enfin un assureur qui m accompagne dans la gestion des risques» Édito La mission de Sham

Plus en détail

blgpec : Où en est mon établissement? Sommaire :

blgpec : Où en est mon établissement? Sommaire : 2 Sommaire : INTRODUCTION / PRESENTATION La GPEC, pourquoi?... 3 La GPEC, c est quoi?... 4 La GPEC, comment?... 5 Les objectifs du guide... 6 Comment utiliser ce guide?... 7 LE GUIDE D AUTODIAGNOSTIC Projet

Plus en détail

Choississez le niveau de vos remboursements le mieux adaptés à vos besoins

Choississez le niveau de vos remboursements le mieux adaptés à vos besoins MES GARANTIES Choississez le niveau de vos remboursements le mieux adaptés à vos besoins Les garanties de base PRESTATIONS 2011 à compter du 1 er janvier 2011 Equilibre Confort Excellence Optimum MES REMBOURSEMENTS

Plus en détail

Télésurveillance à domicile de patients chroniques et pratiques collaboratives : arrêt sur image vu d un Industriel

Télésurveillance à domicile de patients chroniques et pratiques collaboratives : arrêt sur image vu d un Industriel Télésurveillance à domicile de patients chroniques et pratiques collaboratives : arrêt sur image vu d un Industriel Colloque Tic Santé,11 février 2010 Dr France Laffisse, Orange Healthcare Plan Télésurveillance

Plus en détail

La Pharmacie Clinique en Belgique : Pratique et Formation

La Pharmacie Clinique en Belgique : Pratique et Formation La Pharmacie Clinique en Belgique : Pratique et Formation Céline Michel, pharmacien hospitalier clinicien Charline Artoisenet, pharmacien hospitalier clinicien Université Catholique de Louvain, Cliniques

Plus en détail

Efficacité et risques des médicaments : le rôle du pharmacien

Efficacité et risques des médicaments : le rôle du pharmacien Société vaudoise de pharmacie, février 2008 Efficacité et risques des médicaments : le rôle du pharmacien Olivier Bugnon, Professeur adjoint en Pharmacie communautaire, Ecole de Pharmacie Genève-Lausanne;

Plus en détail

Télésanté et parcours de soins

Télésanté et parcours de soins Télésanté et parcours de soins Dr Pierre Simon Président de la Société Française de Télémédecine (SFT-Antel) JetSan, Compiègne, 28 mai 2015 La santé connectée, aujourd hui et demain Les outils supports

Plus en détail

OUVERTURE ET MISE EN PLACE

OUVERTURE ET MISE EN PLACE OUVERTURE ET MISE EN PLACE Estelle Marcault 20/01/2012 URC PARIS NORD 1 Ouverture et mise en place Trois types de visites/ réunions peuvent avoir lieu : Visite de sélection Réunion investigateur Visite

Plus en détail

Organisation du circuit du médicament en établissement de santé

Organisation du circuit du médicament en établissement de santé Références : OPC 9 manuel d accréditation version 1 N 36 manuel d accréditation version 2 Titre de collection Fiche thématique Titre de la fiche Organisation du circuit du médicament en établissement de

Plus en détail

Contrat d étude prospective de l emploi et de LA formation de la filière santé dans le Nord-Pas de Calais. Synthèse des résultats

Contrat d étude prospective de l emploi et de LA formation de la filière santé dans le Nord-Pas de Calais. Synthèse des résultats Contrat d étude prospective de l emploi et de LA formation de la filière santé dans le Nord-Pas de Calais Synthèse des résultats Septembre 2013 Etude coordonnée par Dispositif soutenu et financé par Le

Plus en détail

CLUB PREVENTEURS. NOVOTEL 125, avenue de Palavas 34000 MONTPELLIER 15 MAI 2014

CLUB PREVENTEURS. NOVOTEL 125, avenue de Palavas 34000 MONTPELLIER 15 MAI 2014 CLUB PREVENTEURS NOVOTEL 125, avenue de Palavas 34000 MONTPELLIER 15 MAI 2014 1 > FOCUS SUR UNE ACTION TMS Eric NIBOUREL et Pascal THIAUDIERE, Contrôleurs de sécurité 2 TMS Pros Présentation 3 Une action

Plus en détail

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 8 : LE CADRE GERE LES RISQUES CONCERNANT LES PRESTATIONS, LES CONDITIONS DE TRAVAIL DES PERSONNELS,

Plus en détail

REFLEXIONS POUR LE DEVELOPPEMENT D UNE PRATIQUE DE CONCERTATION PROFESSIONNELLE ENTRE MEDECINS ET PHARMACIENS DANS L INTERET DES MALADES

REFLEXIONS POUR LE DEVELOPPEMENT D UNE PRATIQUE DE CONCERTATION PROFESSIONNELLE ENTRE MEDECINS ET PHARMACIENS DANS L INTERET DES MALADES REFLEXIONS POUR LE DEVELOPPEMENT D UNE PRATIQUE DE CONCERTATION PROFESSIONNELLE ENTRE MEDECINS ET PHARMACIENS DANS L INTERET DES MALADES Le médecin et le pharmacien bien que fréquentant souvent des facultés

Plus en détail

Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous?

Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous? Promouvoir l utilisation sécuritaire des médicaments Le bilan comparatif des médicaments (BCM): où en sommes-nous? My-Lan Pham-Dang, MSc. Formatrice ISMP Canada 10 juin 2010 Hôpital Général Juif Institute

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative

Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative Ministère de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction qualité et fonctionnement des établissements de santé

Plus en détail

POLITIQUE D AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA GESTION DES RISQUES 2013-2017. Document validé le. Visa : Visa :

POLITIQUE D AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA GESTION DES RISQUES 2013-2017. Document validé le. Visa : Visa : POLITIQUE D AMELIORATION DE LA QUALITE ET DE LA GESTION DES RISQUES 2013-2017 Document validé le Nom : M. GROHEUX Nom : M. MATHIEU Fonction : Directeur Fonction : Président de la CME Visa : Visa : Page

Plus en détail

Compte Qualité. Maquette V1 commentée

Compte Qualité. Maquette V1 commentée Compte Qualité Maquette V1 commentée Élaborée suite à l expérimentation conduite par la Haute Autorité de santé au second semestre 2013 auprès de 60 établissements testeurs. Direction de l Amélioration

Plus en détail

FORMATION CONTINUE RECHERCHE APPLIQUÉE OUTILS PÉDAGOGIQUES. Promouvoir les soins pharmaceutiques

FORMATION CONTINUE RECHERCHE APPLIQUÉE OUTILS PÉDAGOGIQUES. Promouvoir les soins pharmaceutiques FORMATION CONTINUE RECHERCHE APPLIQUÉE OUTILS PÉDAGOGIQUES Promouvoir les soins pharmaceutiques PRÉSENTATION DE LA FORMATION Contexte Le métier du pharmacien est en pleine évolution. Un concept qui va

Plus en détail

Noëlle Lenoir, associée chez Kramer Levin Naftalis et Frankel LLP, ancienne ministre des Affaires européennes

Noëlle Lenoir, associée chez Kramer Levin Naftalis et Frankel LLP, ancienne ministre des Affaires européennes Noëlle Lenoir, associée chez Kramer Levin Naftalis et Frankel LLP, ancienne ministre des Affaires européennes Symposium du Groupement Pharmaceutique de l Union européenne du 18 Juin 2012 La crise et la

Plus en détail

Guide méthodologique pour les EVALUATIONS Demandées au Contrat de Bon usage 2009-2011 PACA Corse

Guide méthodologique pour les EVALUATIONS Demandées au Contrat de Bon usage 2009-2011 PACA Corse OMIT PACA CORSE Agence Régionale de l Hospitalisation de Provence Alpes Côte d Azur Guide méthodologique pour les EVALUATIONS Demandées au Contrat de Bon usage 2009-2011 PACA Corse OMIT ARH PACA CORSE

Plus en détail

Présentation générale du Programme

Présentation générale du Programme Contexte Le Propias fait suite à Plan stratégique national 2009-2013 de prévention des infections associées aux soins Programme national de prévention des infections nosocomiales 2009-2013 (Propin) Programme

Plus en détail

Dernière mise à jour le 11/09/15 1

Dernière mise à jour le 11/09/15 1 Libellé de l UE Libellé de l EC CM Résumés Intervenants SEMESTRE 3 UE 1 : Les politiques publiques sociales (6c) Politiques sociales (3c) Evaluation des politiques publiques des secteurs 18 h Par ce cours,

Plus en détail

«Les actions publiques en faveur de l action aux soins de proximité»

«Les actions publiques en faveur de l action aux soins de proximité» «Les actions publiques en faveur de l action aux soins de proximité» Mai 2014 La définition de territoires prioritaires : les espaces d équipes de soins fragiles et sous vigilances Enjeux des espaces d

Plus en détail

La raison d être des systèmes d information

La raison d être des systèmes d information La raison d être des systèmes d information 23 ème Séminaire en sciences pharmaceutiques Pourrait-on vivre sans? 1 Enjeux Processus de soins très complexes et fortement basés sur la fiabilité humaine Suivi

Plus en détail

Transport. Dossier de Presse Septembre 2013

Transport. Dossier de Presse Septembre 2013 Transport Solidarité Santé Dossier de Presse Septembre 2013 1 «Ensemble favorisons l accès aux soins sur notre département.» 2 Contact presse : CPAM de Loir-et-Cher Sophie Rousselet - Responsable Communication

Plus en détail

DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AUTORISATION DE CREATION D UN SITE INTERNET DE COMMERCE ELECTRONIQUE DE MEDICAMENTS HUMAINS

DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AUTORISATION DE CREATION D UN SITE INTERNET DE COMMERCE ELECTRONIQUE DE MEDICAMENTS HUMAINS DOSSIER-TYPE DE DEMANDE D AUTORISATION DE CREATION D UN SITE INTERNET DE COMMERCE ELECTRONIQUE DE MEDICAMENTS HUMAINS Références juridiques : Articles L.5125-33 à L.5125-41, article L.5122-6-1 et article

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Stratégie de déploiement

Stratégie de déploiement Messageries Sécurisées de Santé (MSSanté) Mars 2014 Page 1 La présente note vise à éclairer la démarche de mise en place d un système de messageries sécurisées de santé en concertation avec l ensemble

Plus en détail