RESPONSABILITE HUMAINE EN MATIERE DE SANTE ET D ENVIRONNEMENT

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RESPONSABILITE HUMAINE EN MATIERE DE SANTE ET D ENVIRONNEMENT"

Transcription

1 RESPONSABILITE HUMAINE EN MATIERE DE SANTE ET D ENVIRONNEMENT 1 sujet à traiter parmi ceux-là : - La maîtrise de la fécondité - Mode de vie et alimentation - Mode de vie et exposition au soleil - Des pratiques médicales pour sauver des vies (dons d organes, de tissus et de cellules) - Pollution de l air et influence sur la santé - Pollution de l eau et influence sur la santé - La biodiversité - Energies fossiles et énergies renouvelables.

2 RESPONSABILITÉ EN MATIÈRE DE SANTÉ : I. LA MAITRISE DE LA FÉCONDITÉ : Avoir un enfant n est pas un événement anodin. La médecine, aujourd hui, permet d aider à avoir des enfants au moment désiré. A. QUELQUES GÉNÉRALITÉS : On appelle fécondation, l union d un ovule et d un spermatozoïde suite à un rapport sexuel. Cela entraîne la formation d une cellule-œuf à un seul noyau. La fécondation se faisant dans les voies génitales féminines, on parle de viviparité. Un seul rapport sexuel lors de la période de fécondité peut être la cause d une grossesse non souhaitée. Remarque : 20% des adolescentes enceintes le sont après leur premier rapport sexuel. Pendant la grossesse, la femme enceinte est suivi médicalement car des substances (médicaments, alcool, drogues, tabac, maladies) passent la barrière placentaire et peuvent entraîner des problèmes chez le futur individu. Un diagnostic est confirmé par une amniocentèse. B. LA PROCRÉATION MÉDICALEMENT ASSISTÉE : Un couple n arrivant pas à concevoir un enfant depuis 2 ans est dit stérile. Dans ce cas, et sous certaines conditions, différentes méthodes sont à la disposition de ce couple (= Procréation Médicalement Assistée). Selon l origine de la stérilité, les médecins peuvent proposer l insémination de spermatozoïdes, le transfert d embryon ou la fécondation in vitro. Ces techniques facilitent ainsi la rencontre des cellules reproductrices et donc la fécondation. C. ÉVITER UNE GROSSESSE NON DESIREE : Chaque année, de nombreuses femmes assument des grossesses non désirées. Des moyens contraceptifs, empêchant la fécondation, peuvent l éviter. Ponctuellement, en cas de rapport non protégé par exemple, la pilule du lendemain peut empêcher la nidation d un éventuel embryon : c est une méthode contragestive. En cas de grossesse non désirée, il est possible de pratiquer une Interruption Volontaire de Grossesse (I.V.G.) jusqu au 3 ème mois (avant la 12 ème semaine) = dans ce cas là, il s agit d un effet abortif (car action après implantation de l embryon). Remarque : La diversité des méthodes de contraception permet donc à chacun de choisir celle qui lui convient le mieux et le plus adapté à sa situation.

3 II. DES RISQUES AU NIVEAU DE LA SANTE : A. DES HABITUDES ALIMENTAIRES : Certains comportements physiques (manque d activité) et de mauvaises habitudes alimentaires (excès de graisse, de sucre, de sel ) peuvent entraîner des problèmes de santé comme l obésité, des maladies cardio-vasculaires Par exemple : - certaines graisses, absorbées en trop grande quantité, fragilisent la paroi des artères ; - le surpoids et le déséquilibre alimentaire peuvent provoquer le développement de diabète de type 2 ; - une alimentation trop salée peut provoquer une hypertension ; -. B. L EXPOSITION AU SOLEIL ET SES RISQUES : Une exposition prolongée au soleil peut être risqué pour la santé. En effet, avec l augmentation du temps d exposition au soleil (ainsi que la manière de s exposer), le nombre de cancers de la peau (ex : les mélanomes) a augmenté. Ainsi, le rayonnement solaire contient des U.V. qui sont responsables de modifications du patrimoine génétique et donc l apparition de cancers. III. DON DE SANG ET DON D ORGANE : Beaucoup de personnes sont en attente d un organe mais ne peuvent bénéficier d un don, faute d organes disponibles, et décèdent ainsi chaque année. Chacun peut donc choisir d être ou non un donneur d organes après sa propre mort. Dans certains cas, on peut donner : des cellules, un tissu, un organe comme du sang, sa moelle osseuse ou un rein et cela de son vivant. On parle de don car cette démarche est toujours gratuite et est strictement encadrée par la loi.

4 RESPONSABILITÉ EN MATIÈRE D ENVIRONNEMENT : I. ACTIVITÉ HUMAINE ET POLLUTION : A. LA POLLUTION DE L ATMOSPHÉRE : Certains gaz de la basse atmosphère présents en quantité trop importante sont nocifs pour les êtres vivants : ce sont des polluants. Des activités humaines individuelles (voiture, chauffage ) ou collectives (agriculture, industries.) sont responsables de cette pollution. Malheureusement, celle-ci est responsable de l apparition ou de l aggravation de certaines maladies. Adopter un comportement responsable ainsi que la mise en place de nouvelles technologies (filtration ) permettent de limiter le rejet des polluants et donc d améliorer la santé. B. LA QUALITÉ DE L EAU ET DES SOLS : Les activités agricoles, domestiques ou industrielles déversent des polluants d origine organique ou chimique dans les réservoirs d eau et les sols. La consommation d une eau non potable ou d aliments venant de sols pollués entraîne une augmentation du risque d apparition de certaines maladies. Développer une agriculture raisonnée ainsi que de nouvelles technologies (dépollution des sols,.) doit permettre le développement tout en respectant l environnement et la santé. Remarque : Il est souvent difficile de mettre en évidence une relation de causalité entre la pollution et l apparition ou l aggravation de certaines maladies car : - certaines maladies repérées n ont pas de spécificité - il peut y avoir qu une faible concentration ou un caractère diffus des expositions. II. ACTIVITÉ HUMAINE ET BIODIVERSITÉ : A. LES DANGERS QUI LA TOUCHENT : On a constaté un nombre croissant d espèces disparues ou menacées d extinction sur Terre. Cela est dû en premier lieu à nos choix alimentaires (pêche intensive par exemple). Ils entraînent une modification de nombreux milieux et donc un déséquilibre dans de nombreux écosystème. B. COMMENT LA PRÉSERVER : Pour préserver la biodiversité et favoriser la poursuite de l évolution de la vie, diverses décisions politiques (aménagement du territoire : création de parc ; sauvegarde et gestion des milieux : quota de pêche ) permettent la sauvegarde de milieux et le maintien des espèces. En outre, un changement des comportements se met progressivement en place, avec plus ou moins d efficacité pour le moment (= comportement responsable individuel ou collectif).

5 III. ACTIVITÉ HUMAINE ET UTILISATION DE L ÉNERGIE : A. LES ÉNERGIES FOSSILES : Les activités humaines (domestiques, industrielles) utilisent intensément des énergies fossiles comme le pétrole, le gaz et le charbon. Leur exploitation est soumise à des contraintes liées aux caractéristiques du gisement (localisation, teneur en substances utiles.) et au contexte économique. Leur formation a nécessité plusieurs millions d années et ils ne sont donc pas renouvelables à l échelle humaine. Des statistiques établies sur l état des réserves prévoient un épuisement prochain de ces ressources fossiles. B. LES ÉNERGIES RENOUVELABLES : Des statistiques établies sur l état des réserves prévoient un épuisement prochain de ces ressources fossiles. L utilisation de ces énergies fossiles est aussi à l origine d une pollution atmosphérique importante (gaz à effet de serre entre autre). Tout cela entraîne donc le développement d énergies renouvelables (géothermie, solaire, hydraulique, éolienne, biomasse ) qui pourront être utilisée dans toutes nos activités (ex : chauffage, fabrication d électricité ).

Exposé 1 : Habitudes alimentaires et santé

Exposé 1 : Habitudes alimentaires et santé Exposé 1 : Habitudes alimentaires et santé Certains comportements (manque d activité physique, excès de graisses, de sucre et de sel dans l alimentation) peuvent favoriser l obésité et l apparition de

Plus en détail

Thème 1 : les maladies nutritionnelles et certains cancers

Thème 1 : les maladies nutritionnelles et certains cancers Thème 1 : les maladies nutritionnelles et certains cancers les maladies nutritionnelles Certains comportements : - un manque d activité physique ; - une alimentation trop riche : excès de graisses, de

Plus en détail

Partie IV RESPONSABILITÉ DE L HOMME VIS-A-VIS DE LA SANTÉ ET DE L ENVIRONNEMENT

Partie IV RESPONSABILITÉ DE L HOMME VIS-A-VIS DE LA SANTÉ ET DE L ENVIRONNEMENT Partie IV RESPONSABILITÉ DE L HOMME VIS-A-VIS DE LA SANTÉ ET DE L ENVIRONNEMENT Sujets des exposés 2015-2016 F. Mezzoud, N. Romeuf, Collège Les Hauts de l Arc, Trets Sujet 1 : Impact de la pêche sur la

Plus en détail

Responsabilité en matière de santé et d'environnement

Responsabilité en matière de santé et d'environnement Responsabilité en matière de santé et d'environnement Toutes les fiches se trouvent sur le site du collège Gernez Rieux (rubrique : matières et SVT) ou dans le dossier Public de la classe (sous-dossier

Plus en détail

Sommaire de la séquence 9

Sommaire de la séquence 9 Sommaire de la séquence 9 Tu viens de voir dans les deux séquences précédentes les mécanismes qui permettent à un couple d avoir un enfant. Toutefois, on peut souhaiter avoir des rapports sexuels sans

Plus en détail

PARTIE 3. L'exposé scientifique.

PARTIE 3. L'exposé scientifique. PARTIE 3 L'exposé scientifique. S'informer Comprendre Apprendre Présenter Expliquer Quel travail est attendu dans cette partie? - Choisir un sujet scientifique dans les grands thèmes donnés par le professeur

Plus en détail

Chapitre 5 : donner la vie

Chapitre 5 : donner la vie Chapitre 5 : donner la vie Comment un spermatozoïde et un ovule peuvent-ils créer un futur être humain? I/ Les spermatozoïdes et les ovules fusionnent lors de la fécondation créant ainsi la cellule-œuf.

Plus en détail

Chapitre 5 : donner la vie

Chapitre 5 : donner la vie Chapitre 5 : donner la vie Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours, retrouvele sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : Contrat-élève 4 ème Chapitre 5 : donner la vie. Je dois

Plus en détail

Chapitre 2 : La maitrise de la procréation

Chapitre 2 : La maitrise de la procréation Chapitre 2 : La maitrise de la procréation 1 INTRODUCTION : La capacité de procréer implique de prendre en charge de façon responsable et conjointe sa vie sexuelle. Il existe des méthodes permettant de

Plus en détail

Maîtrise de la reproduction : Contraception, contragestion et IVG

Maîtrise de la reproduction : Contraception, contragestion et IVG Maîtrise de la reproduction : Contraception, contragestion et IVG Historique 1978 : Affiche du mouvement français pour le planning familial (MFPF) Source : Planning familial Au XXI e siècle : 2000-2005

Plus en détail

Chapitre 1 : Energie solaire, énergies renouvelables. Constat: Partout il y a des besoins en énergie. L homme doit faire face à un problème d énergie

Chapitre 1 : Energie solaire, énergies renouvelables. Constat: Partout il y a des besoins en énergie. L homme doit faire face à un problème d énergie Chapitre 1 : Energie solaire, énergies renouvelables Constat: Partout il y a des besoins en énergie. L homme doit faire face à un problème d énergie PROBLEME:Comment trouver ou produire TOUTE l énergie

Plus en détail

Responsabilité humaine en matière de santé Thèmes et sujets Capacités Notions

Responsabilité humaine en matière de santé Thèmes et sujets Capacités Notions Démarche de projet 3 ème : Je m engage pour ma santé et mon environnement Durée 8 semaines de 1h30 = 12h Anaïs Cornuet / Maéva Fouré Répartition horaire des phases de travail : - Phase 1 : 2h - Phase 2

Plus en détail

LA MAÎTRISE DE LA PROCRÉATION

LA MAÎTRISE DE LA PROCRÉATION Text LA MAÎTRISE DE LA PROCRÉATION Contraception, contragestion, procréation médicalement assistée, bioéthique La régulation des naissances La régulation des naissances! Contraception : ensemble des moyens

Plus en détail

Choix et consentement éclairé : réflexions éthiques dans le domaine de la maternité, de la conception à l accouchement

Choix et consentement éclairé : réflexions éthiques dans le domaine de la maternité, de la conception à l accouchement Choix et consentement éclairé : réflexions éthiques dans le domaine de la maternité, de la conception à l accouchement Alberto Bondolfi Université de Lausanne Théologien et éthicien Comité national d éthique

Plus en détail

EXPOSES DE SVT EXPOSES DE SVT

EXPOSES DE SVT EXPOSES DE SVT SUJET N 1 : VACCINATION ET SOCIETE. «Après avoir rappelé brièvement l histoire de la vaccination, vous présenterez son principe et ses risques notamment pour les vaccins obligatoires en France ou pour

Plus en détail

2 effet de serre un mécanisme naturel utile, déréglé par l homme

2 effet de serre un mécanisme naturel utile, déréglé par l homme L 2 effet de serre un mécanisme naturel utile, déréglé par l homme Lors de sa formation, il y a 4,6 milliards d années, la terre ne possédait pas d atmosphère. Il a fallu plusieurs millions d années pour

Plus en détail

L énergie. Les différentes énergies On peut trouver différentes énergies sur Terre et aussi dans l'espace.

L énergie. Les différentes énergies On peut trouver différentes énergies sur Terre et aussi dans l'espace. L énergie L énergie se trouve partout et sous différentes formes. On la trouve dans les maisons principalement sous forme d'électricité et de gaz. Energie vient du mot grec "energeia" qui veut dire force

Plus en détail

SOMMAIRE. Unité1 : Science de l environnement (Ecologie)... 2 Unité2 : La reproduction chez les plantes.. 3

SOMMAIRE. Unité1 : Science de l environnement (Ecologie)... 2 Unité2 : La reproduction chez les plantes.. 3 SOMMAIRE Tronc commun scientifique Unité1 : Science de l environnement (Ecologie)....... 2 Unité2 : La reproduction chez les plantes.. 3 Tronc Commun des Lettres et Sciences humaines Unité1 : L eau : Source

Plus en détail

CORPS HUMAIN ET SANTE (3)

CORPS HUMAIN ET SANTE (3) CORPS HUMAIN ET SANTE (3) Sexualité et procréation (suite) Bases biologiques du plaisir Des études en laboratoire ont montré que la satisfaction procurée par différents comportements incite certains animaux

Plus en détail

Maitrise de la procréation et Assistance médicale à la procréation

Maitrise de la procréation et Assistance médicale à la procréation Maitrise de la procréation et Assistance médicale à la procréation Introduction La maitrise de la procréation et L assistance médicale à la procréation I. Notion de contraception 1. Les méthodes naturelles

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

La sexualité et la contraception chez les jeunes Champardennais

La sexualité et la contraception chez les jeunes Champardennais Baromètre santé jeunes La sexualité et la contraception chez les jeunes Champardennais Généralement, les premiers sentiments amoureux et l éveil de la sexualité apparaissent à l adolescence. Ce moment

Plus en détail

Qu est-ce une Déclaration Environnementale de Produit (EPD)?

Qu est-ce une Déclaration Environnementale de Produit (EPD)? Qu est-ce une Déclaration Environnementale de Produit (EPD)? Dans une Déclaration Environnementale de Produit ou EPD, 11 catégories d impact sur l environnement sont exprimées en chiffres. Il s agit d

Plus en détail

La pollution et ses conséquences.

La pollution et ses conséquences. La pollution et ses conséquences. Introduction. Problèmes suscités par le sujet : -Quelles sont ces dégradations? -Quelles sont leurs conséquences? -Comment y remédier? I- La pollution atmosphérique. Les

Plus en détail

Inégalités d exposition aux produits Cancérogènes, Mutagènes ou Reprotoxiques (CMR) en milieu professionnel

Inégalités d exposition aux produits Cancérogènes, Mutagènes ou Reprotoxiques (CMR) en milieu professionnel Inégalités d exposition aux produits Cancérogènes, Mutagènes ou Reprotoxiques (CMR) en milieu professionnel Premiers enseignements de l enquête SUMER 2010 N. Havet, A. Penot, M. Morelle, L. Perrier, B.

Plus en détail

Délégation aux droits des femmes et à l égalité des chances entre les hommes et les femmes

Délégation aux droits des femmes et à l égalité des chances entre les hommes et les femmes Délégation aux droits des femmes et à l égalité des chances entre les hommes et les femmes Rapport d information Femmes et santé, les enjeux d aujourd hui Annick Billon co-rapporteure (Vendée, UDI-UC)

Plus en détail

Leçon 4 : Rencontre des gamètes et début de grossesse

Leçon 4 : Rencontre des gamètes et début de grossesse Leçon 4 : Rencontre des gamètes et début de grossesse I. LES PROCESSUS BIOLOGIQUES ABOUTISSANT A UNE GROSSESSE. A. Comportement reproducteur. 1) Chez les mammifères non hominidés. Chez les mammifères non

Plus en détail

Document d aide à la mise en œuvre des thèmes de convergence

Document d aide à la mise en œuvre des thèmes de convergence Document d aide à la mise en œuvre des thèmes de convergence On peut imaginer la mise en œuvre de la façon suivante : Un classeur souple, un cahier, un livret (avec toutes les feuilles) donné en début

Plus en détail

Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse?

Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse? 1 Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse? Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte d'affectation spéciale "Développement Agricole et Rural" du Ministère de l'alimentation,

Plus en détail

Dire oui au don d organes, c est donner l accord. Le don d organes, c est l autre façon de donner la vie.

Dire oui au don d organes, c est donner l accord. Le don d organes, c est l autre façon de donner la vie. Le don d organes, c est l autre façon de donner la vie. Dire oui au don d organes, c est donner l accord de son vivant, à un éventuel prélèvement après son décès. Ce livret est destiné à fournir les informations

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES et DEVELOPPEMENT DURABLE

ENJEUX ENERGETIQUES et DEVELOPPEMENT DURABLE ENJEUX ENERGETIQUES et DEVELOPPEMENT DURABLE BOUILLOT Nicolas Novembre 2008 Le développement durable Le développement durable est un modèle de développement qui répond aux besoins d aujourd hui sans compromettre

Plus en détail

Retenons: Colorie en fonction de la source d énergie utilisée :

Retenons: Colorie en fonction de la source d énergie utilisée : Objectifs : Recueil des conceptions et des connaissances initiales des élèves sur l énergie. Identifier différentes sources d énergie. Définir une énergie Comprendre leur nécessité pour chauffer, éclairer,

Plus en détail

Pistes pour intégrer le thème de l habitat dans le cours de sciences physiques du lycée général

Pistes pour intégrer le thème de l habitat dans le cours de sciences physiques du lycée général Pistes pour intégrer le thème de l habitat dans le cours de sciences physiques du lycée général Le thème de l habitat peut être pris dans un sens strict : celui du domicile, ou de façon plus générale des

Plus en détail

Annexes. Dossier pédagogique destiné aux élèves de 5 e et 6 e primaires des écoles du «Cœur du Hainaut, Centre d énergies» Fiche 5

Annexes. Dossier pédagogique destiné aux élèves de 5 e et 6 e primaires des écoles du «Cœur du Hainaut, Centre d énergies» Fiche 5 Dossier pédagogique destiné aux élèves de 5 e et 6 e primaires des écoles du «Cœur du Hainaut, Centre d énergies» Fiche 5 Monter une exposition sur les énergies renouvelables Annexes de la fiche 5 Monter

Plus en détail

CHAPITRE 4. Les énergies mise en oeuvre

CHAPITRE 4. Les énergies mise en oeuvre CHAPITRE 4 Les énergies mise en oeuvre 1/ LES SOURCES D ÉNERGIES Les sources d'énergie non renouvelables Les matières fossiles (charbon, pétrole, gaz) et les matières fissiles (uranium) permettent de fournir

Plus en détail

Les avantages. Les inconvénients

Les avantages. Les inconvénients Les sources d énergies fossiles sont représentées par le pétrole, le gaz et le charbon. Avec le nucléaire, elles sont considérées comme des énergies de stock. En d'autres termes, elles sont épuisables.

Plus en détail

Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus

Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus I/ L alcool, ennemi du fœtus p2 II/ Les dommages causés par l alcool sur l embryon et le fœtus III/ L atteinte du système nerveux IV/ Les structures cérébrales

Plus en détail

Séquence 2 : Prévenir une grossesse non désirée. Séance 1 : Les moyens de contraception.

Séquence 2 : Prévenir une grossesse non désirée. Séance 1 : Les moyens de contraception. Objectif général de la séquence : être capable d avoir un comportement responsable en matière de sexualité, prenant en compte la maîtrise de la natalité. Objectif général de la séance : Etre capable de

Plus en détail

Les hommes et les femmes de Cofely Services. Conception, réalisation, rédaction : Crédits photo : Cofely Services, GDF SUEZ. Mars 2013.

Les hommes et les femmes de Cofely Services. Conception, réalisation, rédaction : Crédits photo : Cofely Services, GDF SUEZ. Mars 2013. production locale d énergies renouvelables Performance énergétique des bâtiments Sobriété des usagers Les hommes et les femmes de Cofely Services vous accompagnent dans la Transition Energétique Conception,

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE PLAN 1. Cancérogénèse/Définition 2. Les causes connues 3. Epidémiologie 4. Prévention

Plus en détail

Mons, Date de la poste. Chère Madame XXX,

Mons, Date de la poste. Chère Madame XXX, INSTITUT PROVINCIAL D'HYGIENE ET DE BACTERIOLOGIE DU HAINAUT - MONS Mons, Date de la poste Chère Madame XXX, Vous avez collaboré à l enquête sur les «polluants organiques persistants» (POP s) dans le lait

Plus en détail

Leçon 1 : Les caractères d un individu Date : Chaque être humain possède de nombreux caractères.

Leçon 1 : Les caractères d un individu Date : Chaque être humain possède de nombreux caractères. Leçon 1 : Les caractères d un individu Date : Chaque être humain possède de nombreux caractères. Certains caractères sont communs à tous les individus de notre espèce et permettent de nous distinguer des

Plus en détail

BIOMASSE. Marcel Lacroix Université de Sherbrooke

BIOMASSE. Marcel Lacroix Université de Sherbrooke BIOMASSE Marcel Lacroix Université de Sherbrooke LA BIOMASSE 1. Matière animale ou végétale qui peut être convertie en énergie. 2. Pendant la presque totalité de l histoire humaine, la biomasse a été la

Plus en détail

THEME 2 : SOURCES ET MOYENS DE PRODUCTION

THEME 2 : SOURCES ET MOYENS DE PRODUCTION THEME 2 : SOURCES ET MOYENS DE PRODUCTION Fiche professeur SVT I - Problématique / Objectif(s) : En SVT, l objectif est de comparer ici les caractéristiques des énergies fossiles et des énergies renouvelables

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 5 : Déterminants de santé Docteur José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan

Plus en détail

ÉNERGIES RENOUVELABLES

ÉNERGIES RENOUVELABLES ÉNERGIE HYDRAULIQUE ÉNERGIE ÉOLIENNE ÉNERGIE SOLAIRE LA BIOMASSE LA GÉOTHERMIE ÉNERGIES MARINES ÉNERGIE HYDRAULIQUE L énergie hydraulique provient de la force de l eau en mouvement, c est-à-dire l énergie

Plus en détail

LA TRANSITION ENERGETIQUE EN MIDI-PYRENEES

LA TRANSITION ENERGETIQUE EN MIDI-PYRENEES # 5 Quels choix en matière d énergies renouvelables et de nouvelles technologies de l énergie? Quelle stratégie de développement Eléments de définition Les énergies renouvelables (EnR) Les EnR sont à distinguer

Plus en détail

L HOMME AU QUOTIDIEN. dossier pédagogique. > Projet d établissement à l école et au collège

L HOMME AU QUOTIDIEN. dossier pédagogique. > Projet d établissement à l école et au collège Kara Sea Barents Sea > Projet d établissement à l école et au collège September 2007 95 L HOMME AU QUOTIDIEN dossier pédagogique L objectif est ici d intégrer l environnement dans les activités et le fonctionnement

Plus en détail

l électricité Comment ça marche Une fois sur le site, deux chemins de navigation sont possibles :

l électricité Comment ça marche Une fois sur le site, deux chemins de navigation sont possibles : De l électricité Comment ça marche... Ce kit pédagogique a été conçu, en accord avec les programmes scolaires du collège, pour vous accompagner dans la mise en œuvre de vos cours. COMMENT ACCÉDER AU KIT

Plus en détail

Institut national de la. propriété. Rencontres INPI de l Innovation. 4 février 2010 Salon des Entrepreneurs. industrielle

Institut national de la. propriété. Rencontres INPI de l Innovation. 4 février 2010 Salon des Entrepreneurs. industrielle Institut national de la propriété Rencontres INPI de l Innovation 4 février 2010 Salon des Entrepreneurs industrielle Institut national de la propriété L éco-innovation : tendances et enjeux économiques

Plus en détail

INFORMATION CHAPITRE 3 GÉNÉTIQUE CE QUE JE SAIS...

INFORMATION CHAPITRE 3 GÉNÉTIQUE CE QUE JE SAIS... GÉNÉTIQUE CHAPITRE 3 INFORMATION Fœtus de trois mois (il mesure environ 10 cm). La division cellulaire est indispensable au développement embryonnaire mais aussi à la croissance de l enfant, de l'adolescent

Plus en détail

La production industrielle de l énergie électrique

La production industrielle de l énergie électrique Chapitre 3 La production industrielle de l énergie électrique Ch 3 p 1 Objectifs : Trouver l élément commun aux différents types de centrales électriques. Savoir comment mettre une turbine en rotation.

Plus en détail

L Air et Moi : Module 5. Les solutions contre la pollution de l air

L Air et Moi : Module 5. Les solutions contre la pollution de l air L Air et Moi : Module 5 Les solutions contre la pollution de l air E1 Les solutions concernant les déplacements E2 Les distances parcourues E3 En ville, la moitié des trajets en voiture fait moins de E4

Plus en détail

SYNTHÈSE RAPPORT ANNUEL 2014

SYNTHÈSE RAPPORT ANNUEL 2014 SYNTHÈSE RAPPORT ANNUEL 2014 RÉ-ACCRÉDITATION INTERNATIONALE DU REGISTRE FRANCE GREFFE DE MOELLE Le 13 octobre 2014, le registre France Greffe de Moelle a été accrédité par la World Marrow Donor Association

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 690 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 21 juin 2011 PROJET DE LOI relatif à la bioéthique. L Assemblée nationale

Plus en détail

Risques liés s aux produits chimiques : S informer et agir pour prévenir Prévenir les risques Cancérogènes Mutagènes toxiques pour la Reproduction

Risques liés s aux produits chimiques : S informer et agir pour prévenir Prévenir les risques Cancérogènes Mutagènes toxiques pour la Reproduction Risques liés s aux produits chimiques : S informer et agir pour prévenir Prévenir les risques Cancérogènes Mutagènes toxiques pour la Reproduction Didier Picard - Ingénieur Prévention Direccte Franche-Comté

Plus en détail

1- Liens avec les programmes scolaires pour la thématique Environnement et Développement durable

1- Liens avec les programmes scolaires pour la thématique Environnement et Développement durable LIENS AVEC LES PROGRAMMES SCOLAIRES POUR LE THEME «ENVIRONNEMENT ET DEVELOPPEMENT DURABLE» La mise à jour proposée dans ce document est effectuée à partir des textes suivants : - Décret n 2006-830 du 11

Plus en détail

Mammographie de dépistage

Mammographie de dépistage Pour avoir plus d information sur le PQDCS : CENTRE DE COORDINATION DES SERVICES RÉGIONAUX DE MONTRÉAL Ligne d information : 514 528-2424 Mammographie de dépistage destinée aux femmes de 50-69 ans CONCERTATION-FEMME

Plus en détail

Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014

Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014 Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014 Introduction Le cancer du sein est une maladie multifactorielle La susceptibilité génétique

Plus en détail

Formacode 11.0 Thésaurus de l offre de formation

Formacode 11.0 Thésaurus de l offre de formation Thésaurus de l offre de formation Champs sémantiques Listes annexes Des types de certifications/diplômes/titres Des pays Des logiciels Des publics Des mots-outils Correspondances Formacode Formacode Présentation

Plus en détail

Chapitre 11: L ATMOSPHÈRE

Chapitre 11: L ATMOSPHÈRE Chapitre 11: L ATMOSPHÈRE 1) a) Qu est-ce que l atmosphère? L atmosphère c est l enveloppe gazeuse qui entoure la Terre. b) Quelles sont les 4 couches de l atmosphère? 1 ) La troposphère qui se situe de

Plus en détail

La biomasse, source d énergie?

La biomasse, source d énergie? Paul MATHIS mathis.paul@orange.fr Editions Quae Dijon Le 11 octobre 2012 L énergie, c est quoi? L énergie, c est ce qui permet : de se chauffer, de cuire les aliments, de se déplacer, de faire marcher

Plus en détail

Chap 7 La formation d un nouvel être humain

Chap 7 La formation d un nouvel être humain Chap 7 La formation d un nouvel être humain A partir de la puberté, le corps a acquis une nouvelle fonction, celle de transmettre la vie. Les organes reproducteurs sont désormais capables de produire des

Plus en détail

Les minéraux calcium et magnésium jouent un rôle utile pour la santé (os, dents, cheveux, muscles). Ils rendent l eau plus agréable à boire.

Les minéraux calcium et magnésium jouent un rôle utile pour la santé (os, dents, cheveux, muscles). Ils rendent l eau plus agréable à boire. Calcaire En traversant les diverses couches géologiques, l'eau se charge en de nombreux minéraux et notamment en carbonate de calcium, plus communément appelé calcaire. Une eau riche en calcaire est qualifiée

Plus en détail

Les formations aux ENERGIES RENOUVELABLES au lycée Déodat de Séverac et ailleurs

Les formations aux ENERGIES RENOUVELABLES au lycée Déodat de Séverac et ailleurs 1- L énergie primaire* dans le monde pour comprendre la place des énergies renouvelables : Une grande partie de l énergie utilisée aujourd hui dans le monde (plus de 80%) provient de gisements de combustibles

Plus en détail

UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ

UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ C A H I E R S A N T É N 3 UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ Préface Le diabète est en augmentation

Plus en détail

RESUME DU PLAN REGIONAL POUR LA QUALITE DE L AIR

RESUME DU PLAN REGIONAL POUR LA QUALITE DE L AIR RESUME DU PLAN REGIONAL POUR LA QUALITE DE L AIR Février 2010 1. CONTEXTE La Loi sur l Air et l Utilisation Rationnelle de l Energie (LAURE) n 96-1236 du 30 décembre 1996 et son décret d application du

Plus en détail

LE SDAGE 2010-2015 et le PDM associé : CADRES DE RÉFÉRENCE DE LA GESTION DE L EAU DANS LE BASSIN

LE SDAGE 2010-2015 et le PDM associé : CADRES DE RÉFÉRENCE DE LA GESTION DE L EAU DANS LE BASSIN 1 LE SDAGE 2010-2015 et le PDM associé : CADRES DE RÉFÉRENCE DE LA GESTION DE L EAU DANS LE BASSIN 2 1 Plan de l intervention Le SDAGE : objectifs, enjeux, Le PDM : définition, contenu, chiffrage 3 SDAGE

Plus en détail

/ EXPOSITION DU 10 AVRIL 2015 au 29 NOVEMBRE 2015

/ EXPOSITION DU 10 AVRIL 2015 au 29 NOVEMBRE 2015 Document à l attention des enseignants LES DÉFIS UNE EXPOSITION TEMPORAIRE DE 800 M 2 PRÉSENTÉE DU 10 AVRIL AU 29 NOVEMBRE 2015 Vers 2050, la population mondiale pourrait atteindre 9 milliards d Hommes

Plus en détail

THERMIQUE ET PHOTOVOLTAÏQUE

THERMIQUE ET PHOTOVOLTAÏQUE Michel Tissot L ÉNERGIE SOLAIRE THERMIQUE ET PHOTOVOLTAÏQUE Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13320-2 2 E ÉDITION SOMMAIRE Z SOMMAIRE Avant-propos GÉNÉRALITÉS 2 Chapitre 1 Le solaire : l énergie

Plus en détail

BIOETHIQUE et FEMMES où en est-on?

BIOETHIQUE et FEMMES où en est-on? BIOETHIQUE et FEMMES où en est-on? Annie MEINIEL Joelle VERGE Qu est-ce que la bioéthique? Bio = Vivant Éthique = Morale C'est la discipline qui étudie les problèmes moraux soulevés par la recherche biologique

Plus en détail

Marquez des points, Retrouvez toutes les solutions pour éviter les maladies cardio-vasculaires. score + 10 000 pts. reunica-interim.

Marquez des points, Retrouvez toutes les solutions pour éviter les maladies cardio-vasculaires. score + 10 000 pts. reunica-interim. Marquez des points, mangez mieux! Retrouvez toutes les solutions pour éviter les maladies cardio-vasculaires. score + 10 000 pts reunica-interim.com Regles du jeu Garder votre cœur en bonne santé sera

Plus en détail

PARTIE 1. Dans la vidéo «géothermie en Islande», ❿ Pourquoi l'islande est-elle un pays où on peut implanter des centrales géothermiques?

PARTIE 1. Dans la vidéo «géothermie en Islande», ❿ Pourquoi l'islande est-elle un pays où on peut implanter des centrales géothermiques? PARTIE 1 Planche 1 : 1. Quelles sont les différentes sources d'énergie dans le monde? 2. Comment évolue la consommation d'énergie mondiale? Pourquoi? Planche 2 : 1. Qu'est qu'une énergie fossile? Donnez

Plus en détail

Chicha, agréable à fumer

Chicha, agréable à fumer Chicha, agréable à fumer Savoir Bon à savoir L utilisation de la chicha s est considérablement développée en France ces dernières années. Les bars à chicha fleurissent dans nos villes, et de plus en plus

Plus en détail

Informations et conseils

Informations et conseils MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Informations et conseils www.nephronaute.org Carte Néphronaute Mieux vivre avec une insuffisance rénale Nephronaute Card Coping better with renal failure

Plus en détail

La transition énergétique Quel avenir sur le Pays Barrois? COPARY Le Dimanche 07/04/2013

La transition énergétique Quel avenir sur le Pays Barrois? COPARY Le Dimanche 07/04/2013 La transition énergétique Quel avenir sur le Pays Barrois? COPARY Le Dimanche 07/04/2013 Sommaire 1- Les enjeux de la transition énergétique 2- Etat des lieux des consommations et des modes de production

Plus en détail

quel sont vos risques de cancer du sein

quel sont vos risques de cancer du sein quel sont vos risques de? cancer du sein Quels sont vos risques de cancer du sein? Vous trouverez dans la présente brochure les facteurs biologiques et les facteurs liés aux habitudes de vie qui sont associés

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Contact presse

DOSSIER DE PRESSE Contact presse DOSSIER DE PRESSE Contact presse BOSQ Christine Chargée de Communication Tél 04 68 68 26 14 c.bosq@congres-perpignan.com Communiqué de presse Le salon ECO-MAISON et des énergies renouvelables aura lieu

Plus en détail

HAMEL Coralie 3 C LAMACHE Anne-Sophie CHOISIR LE BON MOMENT POUR DEVENIR PARENTS : QUELLES SOLUTIONS?

HAMEL Coralie 3 C LAMACHE Anne-Sophie CHOISIR LE BON MOMENT POUR DEVENIR PARENTS : QUELLES SOLUTIONS? HAMEL Coralie 3 C LAMACHE Anne-Sophie CHOISIR LE BON MOMENT POUR DEVENIR PARENTS : QUELLES SOLUTIONS? I. Ce qu'est la contraception SOMMAIRE II. A chacun sa contraception 1. Le préservatif masculin 2.

Plus en détail

Partie 2 : La reproduction humaine La reproduction humaine

Partie 2 : La reproduction humaine La reproduction humaine Partie 2 : La reproduction humaine La reproduction humaine Qu est ce que la reproduction humaine? Quelles sont les étapes nécessaires à la conception d un enfant? L' Homme est-il toujours en capacité de

Plus en détail

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas»

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» Énergie «L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» La première fonction de l agriculture est la valorisation de l énergie solaire en énergie alimentaire par la photosynthèse.

Plus en détail

et le rayonnement UV

et le rayonnement UV page 1/6 Source : Bancs Solaires CSPC (2006) et le rayonnement UV Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - En plus de la lumière naturelle du soleil, les utilisateurs de bancs solaires en quête d un teint

Plus en détail

VALISE "CONTRACEPTION"

VALISE CONTRACEPTION VALISE "CONTRACEPTION" Cette valise a pour objectif d être une aide au professeur de biologie pour traiter du sujet de la contraception à tous niveaux. Elle pourra également être utilisée pour des informations

Plus en détail

LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE CHOLESTEROL. GabrieleJasmin@Fotolia DES REPONSES CLAIRES

LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE CHOLESTEROL. GabrieleJasmin@Fotolia DES REPONSES CLAIRES LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE CHOLESTEROL GabrieleJasmin@Fotolia DES REPONSES CLAIRES Risque Cardiovasculaire global Certains comportements de notre vie de tous les jours augmentent notre probabilité de faire

Plus en détail

LE DÉVELOPPEMENT DURABLE, C EST QUOI?

LE DÉVELOPPEMENT DURABLE, C EST QUOI? LE DÉVELOPPEMENT DURABLE, C EST QUOI? Le développement durable, c est le développement citoyen On en entend beaucoup parler, surtout quand on parle de progrès ou d énergie. Pourquoi? Parce qu on se rend

Plus en détail

Proposition de résolution pour une politique globale et intégrée de prévention et de traitement du cancer.

Proposition de résolution pour une politique globale et intégrée de prévention et de traitement du cancer. Proposition de résolution pour une politique globale et intégrée de prévention et de traitement du cancer. Développements : Nous sommes confrontés à une augmentation permanente du nombre de cancers. Les

Plus en détail

L énergie solaire. GABRIEL.Lucie, CASABONNE.Jahde, SOUCASSE.Andreas

L énergie solaire. GABRIEL.Lucie, CASABONNE.Jahde, SOUCASSE.Andreas L énergie solaire GABRIEL.Lucie, CASABONNE.Jahde, SOUCASSE.Andreas Sommaire Introduction A quoi sert l énergie solaire? Les avantages de l énergie solaire Les inconvénients de l énergie solaire Depuis

Plus en détail

Prix de l ingénierie du futur 2015

Prix de l ingénierie du futur 2015 Prix de l ingénierie du futur 2015 Canot Nicolas Rodriguez Valentin Sivagurunathan Nesanthan Mahé François I. Le Contexte Aujourd hui, le changement climatique constitue l une des priorités de la période

Plus en détail

Sexualité et contraception

Sexualité et contraception Sexualité et contraception Cette fiche thématique propose d étudier les comportements des lycéens en lien avec la sexualité. Relations sexuelles Plus d 1 jeune sur 3 (35,1) interrogés a déjà eu des relations

Plus en détail

FEMMES ET PRODUITS CHIMIQUES

FEMMES ET PRODUITS CHIMIQUES L impact des produits chimiques dangereux sur les femmes Amorce de réflexion suite à un atelier d experts Synthèse du rapport paru le 8 mars 2016 Ce rapport a pour objet une revue de l information disponible

Plus en détail

Chapitre 12 : Énergie : besoins et ressources (p. 209)

Chapitre 12 : Énergie : besoins et ressources (p. 209) THÈME 4 : LE DÉFI ÉNERGÉTIQUE Chapitre 12 : Énergie : besoins et ressources (p. 209) Savoir-faire : Exploiter des documents et/ou des illustrations expérimentales pour mettre en évidence différentes formes

Plus en détail

LES EFFETS DES RAYONNEMENTS ET LEURS APPLICATIONS

LES EFFETS DES RAYONNEMENTS ET LEURS APPLICATIONS LES EFFETS DES RAYONNEMENTS ET LEURS APPLICATIONS Afin d adapter cette brochure numérique à tous les navigateurs, nous en avons figé les thèmes en sept rubriques : la matière (R-1), la radioactivité (R-2),

Plus en détail

Fiche 08 : Les récifs coralliens

Fiche 08 : Les récifs coralliens CD-rom Biodiversité A / Description de l animation Le corail est une colonie d animaux (les polypes) qui vivent grâce à la présence d un végétal (une algue) dans leurs tissus. Cette collaboration entre

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2015 SCIENCES ÉPREUVE ANTICIPÉE. SÉRIE ES et L. Durée de l épreuve : 1 heure 30 - Coefficient : 2

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2015 SCIENCES ÉPREUVE ANTICIPÉE. SÉRIE ES et L. Durée de l épreuve : 1 heure 30 - Coefficient : 2 BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2015 SCIENCES ÉPREUVE ANTICIPÉE SÉRIE ES et L Durée de l épreuve : 1 heure 30 - Coefficient : 2 Le sujet comporte 10 pages, numérotées de 1/10 à 10/10, dont une annexe page

Plus en détail

Lors de la visite, la classe est partagée en deux groupes et travaille sur la même thématique. Chaque groupe est pris en charge par un animateur.

Lors de la visite, la classe est partagée en deux groupes et travaille sur la même thématique. Chaque groupe est pris en charge par un animateur. Lycée ProPosition de déroulé de visite (1 h 30) Lors de la visite, la classe est partagée en deux groupes et travaille sur la même thématique. Chaque groupe est pris en charge par un animateur. Pour les

Plus en détail

PRODUCTION D ENERGIE ELECTRIQUE DANS UNE CENTRALE

PRODUCTION D ENERGIE ELECTRIQUE DANS UNE CENTRALE Séance n 2 : PRODUCTION D ENERGIE ELECTRIQUE DANS UNE CENTRALE A. POURQUOI ET COMMENT PRODUIRE DE L ELECTRICITE? Activité documentaire et de questionnement : Document n 1 : A notre époque, et sans électricité,

Plus en détail

La sécurité routière. Fiche n 1

La sécurité routière. Fiche n 1 FICHES DE DIALOGUE Fiche n 1 La sécurité routière Question : Que voyez-vous sur ces images? Réponses : 1. Une personne à bicyclette portant un casque attaché par la jugulaire. 2. Une femme au volant, avec

Plus en détail

A LA RECHERCHE DU BON EQUILIBRE (ALIMENTAIRE et PLANETAIRE)

A LA RECHERCHE DU BON EQUILIBRE (ALIMENTAIRE et PLANETAIRE) A LA RECHERCHE DU BON EQUILIBRE (ALIMENTAIRE et PLANETAIRE) L alimentation est un enjeu majeur de développement durable: il s'agit d'éradiquer la faim dans le monde, et de réorienter les pratiques agricoles

Plus en détail