Réseaux écologiques en régions alpines : une approche comparée de la mise en œuvre d un principe d aménagement par la préservation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réseaux écologiques en régions alpines : une approche comparée de la mise en œuvre d un principe d aménagement par la préservation"

Transcription

1 Thèse de doctorat, spécialité «sciences du territoire» Auteur : Yann Kohler Date : 2011 Réseaux écologiques en régions alpines : une approche comparée de la mise en œuvre d un principe d aménagement par la préservation Mots-clés: réseau écologique, connectivité écologique, aménagement du territoire, biodiversité, protection de la nature, relation nature-société Les réseaux écologiques : un concept en constante évolution Le concept de «réseau écologique» datant de la fin du 20 ème siècle souligne l importance de la connectivité écologique entre différents espaces naturels pour le bon fonctionnement des processus écologiques vitaux. Produit des évolutions historiques des pratiques de conservation de la nature et des nouvelles découvertes scientifiques, ce concept propose une nouvelle manière d appréhender la protection de la nature. Comme toutes les politiques et pratiques de protection de la nature, il reflète également les changements dans la relation société-nature, reposant elle-même sur une perception de la nature par cette société soumise à des changements constants. Ainsi, à l origine c est l éloignement progressif de la société de la nature qui a engendré au milieu du 20 ème siècle une stratégie de conservation fondée sur des espaces protégés par voie règlementaire, préservant ainsi une nature sanctuarisée et faisant de cette protection une affaire de spécialistes déconnectés du monde (socio-économique) extérieur. Des évolutions sociales, culturelles et politiques ainsi que des découvertes scientifiques sont progressivement venues modifier ces démarches en révélant leurs principaux disfonctionnements : les espaces protégés ne pouvant pas répondre aux enjeux de la biodiversité en terme de surface (par exemple pour des espèces à large domaine vital), la forte attractivité de ces espaces pouvant induire une pression touristique trop forte ou encore leur vulnérabilité face à des influences extérieures (pollutions, espèces invasives, fragmentation, absence de certaines dynamiques naturelles comme des inondations). Ce sont donc des concepts plus dynamiques qui sont mis en place, assouplissant les frontières des espaces protégés et tendant vers une gestion intégrée et multifonctionnelle des territoires ruraux. Cette approche, dans laquelle s inscrivent les réseaux écologiques également, cherchant à relier entre eux les différents milieux naturels et semi-naturels, permet de protéger une certaine biodiversité tant qu elle repose sur certaines règles de fonctionnement des écosystèmes, la nature devenant alors un «sous-produit» de l activité humaine. La conservation de la biodiversité ne se réduit donc plus à la protection d espèces sauvages dans des réserves naturelles mais consiste aussi, et principalement, à 1

2 sauvegarder de grands écosystèmes appréhendés comme la base même et le support du développement en «appliquant la protection de la nature à l ensemble du territoire» 1. De nombreuses réflexions et initiatives de «réseaux écologiques» ont lieu à travers le monde dans différents contextes géographiques, notamment dans les Alpes dans le cadre de la Convention alpine. Elles témoignent de cette nouvelle conception de protection de la nature, qui dépasse la simple conservation d espèces pour s orienter vers la préservation de systèmes cherchant à assurer l intégralité des processus écologiques au sein d un territoire. Un phénomène qui ne reste pas sans effets sur les pratiques actuelles de conception et de gestion de l espace. Ce travail de recherche part de l hypothèse que les processus de conception et par la suite de réalisation de projets de réseaux écologiques sur le territoire déclenchent une dynamique sociale particulière, qui entraine dans son sillage des effets «secondaires» intéressants à différents points de vue. Ces effets semblent pouvoir dépasser les simples objectifs de protection et de conservation à l origine du développement des projets, élargissant le champ d action et transformant ainsi cet outil de protection de la nature en outil de conception territoriale. Les principes du concept de réseaux écologiques sont le fruit d un développement théorique basé sur différents concepts de l écologie. Ces concepts scientifiques font cependant l objet d importantes controverses et une définition scientifique exacte et absolue du réseau écologique fait défaut. Mais il s est avéré au cours de ces travaux de recherche, que c est justement dans cette absence de définition scientifique robuste que repose une des grandes opportunités des réseaux écologiques. Bavière, Fribourg, Rhône-Alpes : trois démarches différentes pour un même objectif, appliquer des réseaux écologiques pour protéger la biodiversité L application du concept de «réseau écologiques» est étudiée dans trois régions alpines : le Land de Bavière (Allemagne), le Canton de Fribourg (Suisse) et la Région Rhône-Alpes (France). Sur ces territoires, de nombreuses initiatives différentes viennent se superposer, engendrant des questionnements quant à la coordination et la coopération entre ces diverses échelles, acteurs, actions et les objectifs qui en découlent. Les trois démarches s inscrivent dans une vision partagée d un réseau écologique mais relèvent de grandes différences quant à la mise en œuvre. Chacun de ces exemples est particulier, s inscrivant dans un cadre historique et des traditions de savoir-faire, des valeurs et des relations d acteurs propres. Un certain nombre de points communs se dégagent néanmoins de la comparaison de ces approches et permettent de tirer des conclusions quant à la réussite des démarches par rapport à leur principal objectif commun, la préservation et restauration de la diversité biologique. Une réussite pour le moins incertaine car difficile à évaluer en raison de divers facteurs. Ce travail de recherche a cependant permis de dégager quelques effets supplémentaires induits par ces projets, des effets fortuits, a priori pas recherchés lors de la conception des projets et qui font des réseaux 1 StMUGV (Bayerisches Staatsministerium für Landesentwicklung und Umweltfragen) (ed.), Biotopverbund. München, 58 p. 2

3 écologiques un exemple de sérendipité 2. Ainsi, les effets écologiques de l application du concept de réseau écologique dans le cadre de différents projets se sont avérés très difficiles à évaluer ; le lien direct entre les mesures de connectivité réalisées dans ces projets et les résultats obtenus sur les populations animales et végétales étant encore plus complexe à prouver, d autant plus qu il s agit souvent d un nouvel agencement d activités de protection tout à fait classiques orientées vers la protection de certaines espèces cibles. La réelle innovation de l approche de réseau écologique ne siège donc pas dans la nature des activités et mesures proposées mais plutôt dans sa démarche volontairement intégrée, cherchant réellement à impliquer activement le plus grand nombre d acteurs possibles, rassemblant ainsi également l ensemble des activités de protection de la nature déployées dans une zone spécifique au sein d un concept global cohérent. Une étude bibliographique des publications scientifiques sur la connectivité écologique a permis de démontrer qu une définition scientifique exacte et absolue du réseau écologique fait défaut. Il s est avéré que c est justement dans cette absence de définition scientifique robuste que repose une des grandes opportunités des réseaux écologiques : si ce manque de précision peut certes induire dans quelques cas un certain nombre d aberrations lors de sa mise en œuvre, le principe de représentation de la nature avec un fonctionnement en réseau en lui-même est au premier abord facilement assimilé par les acteurs. L élasticité du terme facilite l appropriation de la démarche par les acteurs et leur donne la liberté de combler cette impression par des définitions propres, adaptées aux besoins et choix locaux. Ceci offre la possibilité d une gouvernance de ces acteurs et leur permet de prendre activement part à la construction et à l application du concept sur leur territoire. Nous avons étudié de façon plus approfondie trois régions alpines. Chacun de ces exemples est particulier, s inscrivant dans un cadre historique et des traditions de savoir-faire, des valeurs et des relations d acteurs propres. Les projets menés dans ces régions nous ont toutefois permis de faire apparaître un certain nombre de points communs : ainsi, ces démarches font généralement émerger des relations nouvelles entre groupes d acteurs similaires mais qui n étaient jusque-là pas ou peu en contact les uns avec les autres (par exemple associations de naturalistes, services gestionnairesg) et surtout dans des réseaux transversaux, qui recomposent les groupes (et ici tous les cas de figures sont possibles puisque les acteurs publics collaborent avec des acteurs privés, les volontaires avec des professionnels, des gestionnaires avec des usagers). Ces nouveaux liens peuvent se développer de façon assez formelle (dans le cadre d un contrat corridor par exemple), mais également de façon beaucoup plus informelle, technique, concernant souvent la conception et la réalisation de mesures concrètes, processus qui semble encore plus important. Ce ne sont pas seulement les interactions entre acteurs qui se trouvent favorisées ou renforcées dans le cadre des démarches de mise en œuvre de réseaux écologiques, ce sont également des échanges entre différents secteurs qui se mettent en place, permettant subséquemment l intégration de préoccupations liées à la protection de la nature et au bon fonctionnement des processus naturels dans les diverses activités sectorielles qui, jusqu à présent, se souciaient peu ou pas du tout des effets de leurs pratiques sur la nature. 2 De façon générale, la sérendipité est le processus cognitif qui amène à trouver tout autre chose que ce que l on cherchait, en saisir l intérêt, se remettre en cause ; décider qu il est supérieur à celui de l objet originel de la recherche, et changer derechef d objet. D après Robinson et Stern (2000), ce processus est un des six processus-clés de l innovation. Ici, une sérendipité sera le résultat de ce processus (Robinson, A.G., Stern, S., L entreprise créative : Comment les innovations surgissent vraiment. Paris, Editions d organisation, 321 p.). 3

4 Le réseau écologique - un enjeu de l aménagement du territoire? L un des principaux mérites du concept de réseau écologique repose indéniablement dans sa capacité à rapprocher et finalement réellement intégrer les démarches de protection de la nature à l aménagement du territoire. En proposant une approche de la nature en réseau, en système spatial complexe, celle-ci devient un objet intéressant pour l aménagement du territoire qui, en conséquence, lui accorde un rôle en adéquation dans ses processus de planification du territoire. La nature dans les espaces protégés trouvait certes déjà sa place dans les pratiques d aménagement, leur surface croissante étant une des utilisations du sol très importante dans certaines régions. Ils étaient cependant, sous cette forme, perçus comme entités individuelles et isolées, qualifiés de nature «protégée» et de ce fait sans plus d intérêt pour l aménagement. Les autres espaces qui se voyaient attribuer la fonction «naturelle» se résumaient à «ce qui reste quand on a tout aménagé» 3. Les réseaux écologiques proposent une nouvelle conception de la nature, attribuant des fonctionnalités particulières aux différents éléments d un réseau écologique et de ce fait à des surfaces pouvant être aussi bien «naturelles» que soumises à une exploitation humaine. Ces surfaces sont reliées entre elles par des liens aussi bien fonctionnels que spatiaux. Avec ce réseau de surfaces naturelles c est donc un réseau supplémentaire qui rejoint les réseaux existants (de transports, d énergie, de communications) et qui s impose aux aménageurs comme un nouvel objet à prendre en compte. Les espaces naturels, mais également d autres types de surfaces (agricoles, forestières ou tout autre type d exploitation du sol), voient s ajouter une fonctionnalité supplémentaire à considérer lors de la planification de leur futur développement : leur fonctionnalité dans un système naturel en réseau. Il s agit d une évolution aux conséquences non négligeables, rajoutant une dimension de complexité considérable à l exercice d aménagement car elle introduit des nouvelles catégories de surfaces à fonctionnalités multiples, exigeant de la part des aménageurs de comprendre et d intégrer les notions de connectivité écologique dans leurs savoir-faire. Mais le concept des réseaux écologiques offre également des opportunités intéressantes aux aménageurs : étant, comme il a pu être démontré dans le cadre de ce travail, un sujet fédérateur, il permet de construire de nouveaux modes participatifs pour concevoir le développement d un territoire en permettant de dépasser l ancien clivage entre espaces naturels/espaces exploités/espaces urbains et de définir de nouveaux axes de planification pour concevoir un paysage répondant aux besoins en évolution de la société de retisser un certain lien avec la nature, mais également pour mieux prendre en compte certains processus et dynamiques naturelles (inondations, risques naturels). Si le concept de réseaux écologiques peut être considéré comme «troisième temps de la conservation de la nature» 4 entrainant un réel changement dans la conception des pratiques de protection, c est son intégration dans l aménagement du territoire qui lui permet de transposer ce changement dans la société. Car c est à travers les processus de planification et l organisation de l exploitation du sol dans les documents d aménagement que les notions 3 Génot, J.C., Barbault, R., «Quelle politique de conservation?». Barbault R. & Chevassus-au-Louis B., Biodiversité et changements globaux. Enjeux de société et défis pour la recherche. ADPF. Ministère des Affaires Etrangères, Paris, pp Bonnin, M., Les corridors écologiques. Vers un troisième temps du droit de la conservation de la nature? L Harmattan, Paris, 274 p. 4

5 de réseaux naturels sont réellement perçues par la société, que la connectivité écologique devient visible, que les acteurs sont intégrés aux démarches de mise en œuvre et qu ils se rendent compte de la nature ordinaire qui constitue leur environnement. En «officialisant» la fonctionnalité écologique de surfaces concernées par les réseaux écologiques dans les documents d aménagement, la société leur attribue une valeur, reconnaissant la nature comme un facteur aussi important que les autres services pour son épanouissement socioéconomique. Pousser à l extrême la logique des réseaux Il est donc possible de conclure qu à travers le développement de réseaux écologiques émergent de nouvelles façons de configurer et gérer les territoires. Dans ces nouvelles formes de reconfiguration des territoires qui s expriment à partir de la conception de réseaux écologiques, les usages sont combinés, imbriqués les uns aux autres. Leur projection et leur matérialisation dans l espace produisent des découpages nouveaux qui trouveront leur raison d être dans la façon dont les différents intérêts ont été confrontés, justifiés et assemblés. Le processus de mise en place de réseaux écologiques contribue à changer le regard que porte la société sur la nature et à revaloriser la nature ordinaire quotidienne qui, même si elle fut déjà prise en compte par le passé par certaines activités de protection (mesures de contractualisation par exemple), retrouve une place plus importante dans les activités de conservation, ce qui permet également d élargir le débat à d autres problématiques plus orphelines, comme la question de la nature urbaine par exemple. Ces changements ne concernent pas uniquement les objets sur lesquels se portent les efforts de protection mais également les acteurs : l approche attribue ainsi un rôle à chaque acteur local et même à chaque particulier s il le souhaite, pouvant à travers ces choix quotidiens (choix d essences pour la plantation de haies, pratiques de jardinage, clôtures, etc..) participer à maintenir la connectivité. Cette image symbolique des réseaux peut donc être poussé jusqu au bout en déclarant que l approche permet de «mettre en réseaux les réseaux». La réelle innovation de l approche de réseau écologique ne siège donc pas dans la nature des activités et mesures proposées mais plutôt dans sa démarche volontairement intégrée, cherchant réellement à impliquer activement le plus grand nombre d acteurs possibles, rassemblant ainsi également l ensemble des activités de protection de la nature déployées dans une zone spécifique au sein d un concept global cohérent. Le travail de recherche de cette thèse a démontré que les réseaux écologiques n étaient pas uniquement une thématique du domaine de l écologie mais que, à travers les acteurs et les répercussions des projets sur le territoire (faisant changer la perception, le fonctionnement et la conception d un territoire), elle relevait aussi bien du domaine des sciences sociales, économiques que politiques. 5

Séminaire du groupe général du 12 mars 2009 PROJET TRAME VERTE ET BLEUE PACA

Séminaire du groupe général du 12 mars 2009 PROJET TRAME VERTE ET BLEUE PACA Séminaire du groupe général du 12 mars 2009 PROJET TRAME VERTE ET BLEUE PACA 1 Rappel des objectifs du projet de trame verte et bleue Préciser la vision d une trame verte et bleue dans la Région PACA Appréhender

Plus en détail

PLU Grenelle : Fiches pratiques. 2. Continuités écologiques - Trame verte et bleue. Fiche : Continuités écologiques

PLU Grenelle : Fiches pratiques. 2. Continuités écologiques - Trame verte et bleue. Fiche : Continuités écologiques PLU Grenelle : Fiches pratiques 2. Continuités écologiques - Trame verte et bleue. Fiche : Continuités écologiques Novembre 2014 1 1. Contexte règlementaire : un objectif complémentaire donné par le législateur

Plus en détail

Direction de Namur Direction de Malmedy Direction de Mons Direction de Neufchâteau

Direction de Namur Direction de Malmedy Direction de Mons Direction de Neufchâteau 1 Direction générale opérationnelle de l'agriculture, des Ressources naturelles et de l'environnement Département de l'agriculture Département de la Nature et des Forêts Département de la Ruralité et des

Plus en détail

E12 - Parcs régionaux et autres parcs mesure intégralement revue

E12 - Parcs régionaux et autres parcs mesure intégralement revue Problématique Pour les régions périphériques, une protection stratégique peut se révéler payante : le parc national suisse génère une valeur de 5.5 à 8 millions d euros par an pour la région et concerne

Plus en détail

Message du Comité d agglomération au Conseil d agglomération

Message du Comité d agglomération au Conseil d agglomération AGGLOMÉRATION DE FRIBOURG AGGLOMERATION FREIBURG N 29 Message du Comité d agglomération au Conseil d agglomération Message portant sur la libération du crédit d investissement du projet-modèle «Espace

Plus en détail

LE COMITE "ECOLOGIE ET GESTION DU PATRIMOINE NATUREL"

LE COMITE ECOLOGIE ET GESTION DU PATRIMOINE NATUREL LE COMITE "ECOLOGIE ET GESTION DU PATRIMOINE NATUREL" Placé auprès du Secrétaire d'etat chargé de l'environnement, le Comité EGPN est l'un des groupes consultatifs du SRETIE. Composé de scientifiques,

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

plan du chapitre L'approche intégrée et multisectorielle NIVEAU I VII.1

plan du chapitre L'approche intégrée et multisectorielle NIVEAU I VII.1 CHAPITRE VII L'approche intégrée et multisectorielle NIVEAU I plan du chapitre Diapo 1 L approche intégrée et multisectorielle Niveau I Diapo 2 Deux traditions méthodologiques Niveau II Diapo 3 Le tout

Plus en détail

RECHERCHE SUR LA SCIENCE JURIDIQUE DES RESSOURCES ENVIRONNEMENTALES DE LA CHINE CONTEMPORAINE

RECHERCHE SUR LA SCIENCE JURIDIQUE DES RESSOURCES ENVIRONNEMENTALES DE LA CHINE CONTEMPORAINE RECHERCHE SUR LA SCIENCE JURIDIQUE DES RESSOURCES ENVIRONNEMENTALES DE LA CHINE CONTEMPORAINE CAI Shouqiu, professeur à la Faculté de droit de l Université de Wuhan, président de l Académie du droit de

Plus en détail

I La préservation du bocage sur le périmètre d Aménagement Foncier Agricole et Forestier I. Mise en place d une bourse d échange d arbres

I La préservation du bocage sur le périmètre d Aménagement Foncier Agricole et Forestier I. Mise en place d une bourse d échange d arbres I La préservation du bocage sur le périmètre d Aménagement Foncier Agricole et Forestier I Mise en place d une bourse d échange d arbres I Ordre du jour I 1 - Les caractéristiques du réseau bocager 2 -

Plus en détail

Le réseau des lacs alpins

Le réseau des lacs alpins François TRUSSON Chargé de mission «montagne», Conseil régional Rhône-Alpes Le réseau des lacs alpins L es montagnes occupent une place importante dans la maîtrise et à la réduction des pollutions, mais

Plus en détail

Morcellement du paysage

Morcellement du paysage Morcellement du paysage L indicateur «Morcellement du paysage» montre comment le paysage en dessous de 100 mètres est morcelé par des barrières artificielles telles que des routes ou des zones d habitation.

Plus en détail

Des territoires alpins vers l auto-suffisance énergétique

Des territoires alpins vers l auto-suffisance énergétique Atelier Biodiversité ENR / UICN France, Paris 24 juin 2011 Des territoires alpins vers l auto-suffisance énergétique Alexandre MIGNOTTE Directeur 5 place Bir Hakeim 38000 Grenoble france@cipra.org www.cipra.org/fr

Plus en détail

Urbia. Urbia. n 10 - juin 2010. Les Cahiers du développement urbain durable. Tourisme, urbanité, durabilité. Numéro 10 - juin 2010

Urbia. Urbia. n 10 - juin 2010. Les Cahiers du développement urbain durable. Tourisme, urbanité, durabilité. Numéro 10 - juin 2010 URBIA Urbia n 10 - juin 2010 Urbia Les Cahiers du développement urbain durable Christophe Clivaz, Stéphane Nahrath, Mathis Stock Introduction : tourisme et urbanité au prisme de la durabilité Tourisme,

Plus en détail

Enjeux du projet de territoire 2015-2027 pour le PNR de Lorraine

Enjeux du projet de territoire 2015-2027 pour le PNR de Lorraine Enjeux du projet de territoire 2015-2027 pour le PNR de Lorraine G&D conseil - juin 2010 - Page 1 sur 6 1- Objet Ce document est destiné à ouvrir le débat sur les enjeux pour les territoires du PNR de

Plus en détail

Ordonnance sur les parcs d importance nationale

Ordonnance sur les parcs d importance nationale Projet du 0 janvier 007 Ordonnance sur les parcs d importance nationale (Ordonnance sur les parcs, OParcs) du... Le Conseil fédéral suisse, vu les art. k et 6 de la loi fédérale du er juillet 966 sur la

Plus en détail

De La Forêt de Trappes- Port Royal aux Etangs de St Hubert En passant par le Vallon du Pommeret Espaces Naturels Menacés!

De La Forêt de Trappes- Port Royal aux Etangs de St Hubert En passant par le Vallon du Pommeret Espaces Naturels Menacés! De La Forêt de Trappes- Port Royal aux Etangs de St Hubert En passant par le Vallon du Pommeret Espaces Naturels Menacés! SITES, MONUMENTS, PAYSAGESREMARQUABLESOUCLASSES MENACESPARLEPROLONGEMENTDEA12 La

Plus en détail

MASTER 2 URBANISME ET AMENAGEMENT SPÉCIALITÉ PAYSAGE ET AMENAGEMENT Année universitaire 2012-2013

MASTER 2 URBANISME ET AMENAGEMENT SPÉCIALITÉ PAYSAGE ET AMENAGEMENT Année universitaire 2012-2013 MASTER 2 URBANISME ET AMENAGEMENT SPÉCIALITÉ PAYSAGE ET AMENAGEMENT Année universitaire 2012-2013 Le Master 2 Paysage et Aménagement est une spécialité du Master Urbanisme et Aménagement. Celui-ci est

Plus en détail

Sondage Planète Verte

Sondage Planète Verte Sondage Planète Verte Utilisation du véhicule électrique Jean Patrick Teyssaire RESUME La mobilité électrique est aujourd'hui reconnue comme une des solutions à la mobilité de demain. Pour autant les utilisateurs

Plus en détail

NIVEAU Master 2 PAYSAGE Spécialisation IT Ingénierie des Territoires

NIVEAU Master 2 PAYSAGE Spécialisation IT Ingénierie des Territoires NIVEAU Master 2 PAYSAGE Spécialisation IT Ingénierie des Territoires SEMESTRE 9 Winter Semester 2014-2015 1/7 Sommaire Percevoir et se représenter le paysage... 3 Politique, économie et droit de l environnement

Plus en détail

LA MODERNISATION DU MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE (MEEDDAT)

LA MODERNISATION DU MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE (MEEDDAT) Partie I. Décisions du CMPP du 4 avril 2008 Page 1 sur 5 LA MODERNISATION DU MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE () Quelles sont les missions

Plus en détail

STRATEGIE GLOBALE POUR LA BIODIVERSITE EN PROVENCE-ALPES-COTE D AZUR. CRB 3 juin 2014

STRATEGIE GLOBALE POUR LA BIODIVERSITE EN PROVENCE-ALPES-COTE D AZUR. CRB 3 juin 2014 STRATEGIE GLOBALE POUR LA BIODIVERSITE EN PROVENCE-ALPES-COTE D AZUR CRB 3 juin 2014 Une démarche de co-construction depuis 2010 : 1 - Diagnostic partagé (état de la biodiversité, relations homme-nature,

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ecologie humaine : enjeux environnementaux des activités de production et de consommation

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ecologie humaine : enjeux environnementaux des activités de production et de consommation www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Ecologie humaine : enjeux environnementaux des activités de production et de consommation La production et la consommation responsables au cœur des enjeux sociétaux

Plus en détail

R_38 Créer des parcs naturels régionaux

R_38 Créer des parcs naturels régionaux PLAN DIRECTEUR CANTONAL FICHE DE COORDINATION R_38 Créer des parcs naturels régionaux Etat d'information création : 23.05.11 actualisation : Version adoptée par le CE / juin 2011 But Créer des parcs naturels

Plus en détail

Fiche entreprise : E1

Fiche entreprise : E1 Fiche entreprise : E1 FONCTION ET CARACTÉRISTIQUES / PERSONNE INTERVIEWÉE La personne interviewée, de sexe masculin, occupe le poste de directeur général. Elle a une vision claire de l entreprise qu elle

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme (PLUi) et Règlement Local de Publicité (RLPi) Intercommunal

Plan Local d Urbanisme (PLUi) et Règlement Local de Publicité (RLPi) Intercommunal 1/ 40 Phase 1 : Diagnostic territorial et Etat Initial de l Environnement Réunion publique Plan Local d Urbanisme (PLUi) et Règlement Local de Publicité (RLPi) Intercommunal Plan d intervention 2/ 40 1.

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Gestion territoriale du développement durable

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Gestion territoriale du développement durable www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Gestion territoriale du développement durable Former des cadres à la conception et la gestion de projets sur le territoire Le master intégre les critères de durabilité

Plus en détail

Supervision, coaching ou APP? 1 Les pratiques d accompagnement formateur se multiplient

Supervision, coaching ou APP? 1 Les pratiques d accompagnement formateur se multiplient Supervision, coaching ou APP? 1 Les pratiques d accompagnement formateur se multiplient Marc Thiébaud Dans de nombreux champs d activités professionnelles, on observe un développement important de pratiques

Plus en détail

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Daniel Held et Jean-Marc Riss : Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Paru dans : Employeur Suisse, no 13, 1998 Les changements de plus en plus importants et rapides

Plus en détail

Entre ambiances et écologie : le jardin comme écotone(s) Compte rendu de recherche à 3 voix

Entre ambiances et écologie : le jardin comme écotone(s) Compte rendu de recherche à 3 voix Entre ambiances et écologie : le jardin comme écotone(s) Compte rendu de recherche à 3 voix Les enjeux des jardins de bord de route et de voie ferrée 1 répondre à la demande sociale en milieu urbain 2

Plus en détail

Danièle Penneroux Patrice Stern. Cas de consulting commentés. Groupe Eyrolles, 2012 ISBN : 978-2-212-55471-7

Danièle Penneroux Patrice Stern. Cas de consulting commentés. Groupe Eyrolles, 2012 ISBN : 978-2-212-55471-7 Danièle Penneroux Patrice Stern Cas de consulting commentés, 2012 ISBN : 978-2-212-55471-7 Table des matières Table des matières PROLÉGOMÈNES... 1 INTRODUCTION... 3 Qu entend-on par cas de consultation

Plus en détail

La durabilité : des données et des perceptions

La durabilité : des données et des perceptions DIAMONT: Data Infrastructure for the Alps - Mountain Orientated Network Technology Projet du programme Interreg IIIb Espace Alpin de l UE La durabilité : des données et des perceptions Les communes des

Plus en détail

Qu est-ce qu un SAGE?

Qu est-ce qu un SAGE? Mercredi 6 mai 2015 Mont-de-Marsan Conférence de presse Qu est-ce qu un SAGE? Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux La recherche d un équilibre durable entre la protection des milieux aquatiques

Plus en détail

URCPIE DE FRANCHE-COMTÉ. Formation. éco-interprète. un métier. une formation. Dossier d'inscription. Avec le soutien de :

URCPIE DE FRANCHE-COMTÉ. Formation. éco-interprète. un métier. une formation. Dossier d'inscription. Avec le soutien de : URCPIE DE FRANCHE-COMTÉ Formation éco-interprète un métier une formation Dossier d'inscription Avec le soutien de : OBJECTIFS La formation prépare des professionnels autonomes, chefs de projets à la fois

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

Voici quelques exemples : qu est-ce qui différencie par exemple le renard, l écureuil de Corée, la renouée du Japon ou le cerisier tardif?

Voici quelques exemples : qu est-ce qui différencie par exemple le renard, l écureuil de Corée, la renouée du Japon ou le cerisier tardif? L 7 a diversité biologique une richesse difficile à préserver A Uccle Notre Commune fait partie des communes les plus vertes de Bruxelles. Aussi aurez-vous peut-être la chance de faire des rencontres intéressantes

Plus en détail

Mobilité durable, développement rural et cohésion territoriale

Mobilité durable, développement rural et cohésion territoriale Mobilité durable, développement rural et cohésion territoriale «Des territoires ruraux, pôles de développement, contributifs à la Stratégie 2020 Rurality-Environment-Development International association

Plus en détail

UNE DYNAMIQUE POUR PRÉPARER L AVENIR

UNE DYNAMIQUE POUR PRÉPARER L AVENIR L Union européenne, UNE DYNAMIQUE POUR PRÉPARER L AVENIR Pour aider les Etats à relever les nouveaux défis, l Union européenne s est donné de grands objectifs pour 2007-2013 auxquels elle consacre 975

Plus en détail

PROGRAMME LIFE+ BIODIVERSITE

PROGRAMME LIFE+ BIODIVERSITE Urbanbees PROGRAMME LIFE+ BIODIVERSITE LIFE+08 NAT-F-000478 SOMMAIRE CONTEXTE OBJECTIFS RESULTATS ATTENDUS PARTENAIRES ET FINANCEURS 3 4 5 6 INFORMATION ET SENSIBILISATION 7 1/ EXPOSITION ITINERANTE 7

Plus en détail

DIAGNOSTIC TERRITORIAL. DUPAYSCHALONNAIS enjeux et questions pour l avenir. page 1

DIAGNOSTIC TERRITORIAL. DUPAYSCHALONNAIS enjeux et questions pour l avenir. page 1 DIAGNOSTIC TERRITORIAL DUPAYSCHALONNAIS enjeux et questions pour l avenir page 1 édito Aménager le territoire, permettre le développement de chaque commune dans le cadre d une vision globale partagée,

Plus en détail

Carte Communale Saint-Rémy-au-Bois. Protection paysagère

Carte Communale Saint-Rémy-au-Bois. Protection paysagère Carte Communale Saint-Rémy-au-Bois Protection paysagère Outil de protection du patrimoine paysager I. LA PROCEDURE Les communes non couvertes par un PLU ayant mis en place une carte communale ont la possibilité

Plus en détail

Innover pour bien vieillir dans le Mortainais

Innover pour bien vieillir dans le Mortainais Innover pour bien vieillir dans le Mortainais Démarche de co-conception et de créativité pour augmenter les mobilités des personnes âgées du Mortainais LE13 OCTOBRE 2011 Une méthodologie de Design de service

Plus en détail

Le 23 mai 2000 marque le début d une nouvelle période dans la coopération continentale

Le 23 mai 2000 marque le début d une nouvelle période dans la coopération continentale Les nouvelles opportunités d Interreg III A Coopération transfrontalière Provinces, départements et cantons dans les zones de frontière contiguës Création de pôles socio-écomiques transfrontaliers Italie

Plus en détail

Méthode de mise en œuvre d une politique forestière territoriale

Méthode de mise en œuvre d une politique forestière territoriale Méthode de mise en œuvre d une politique forestière territoriale Retour d expérience Le réseau des territoires s forestiers de PACA est animé par les Communes Forestières PACA Pavillon du Roy René - CD

Plus en détail

Préparation des chantiers en zones humides

Préparation des chantiers en zones humides Fiche méthodologique n 1: Préparation des chantiers en zones humides? Introduction Les préconisations de cette fiche sont issues des réunions de concertations organisées à Auxonne et Villeneuve-lès- Maguelone

Plus en détail

Ordonnance sur la construction de la ligne ferroviaire suisse à travers les Alpes

Ordonnance sur la construction de la ligne ferroviaire suisse à travers les Alpes Ordonnance sur la construction de la ligne ferroviaire suisse à travers les Alpes (Ordonnance sur le transit alpin, Otransa) 742.104.1 du 28 février 2001 (Etat le 10 avril 2001) Le Conseil fédéral suisse,

Plus en détail

CLE Groupe «Biodiversité»

CLE Groupe «Biodiversité» CLE Groupe «Biodiversité» AUTEUR/ÉMETTEUR COMPTE RENDU DE RÉUNION DATE DE LA RÉUNION Mission Développement Durable 17/01/2011 PARTICIPANTS Ville d Angers/ Angers Loire Métropole/ groupe projet (en interne)

Plus en détail

Fausta Genazzi, Paola Delai, Anna Morisoli, Joelle Codina

Fausta Genazzi, Paola Delai, Anna Morisoli, Joelle Codina Antonella Invernizzi, La vie quotidienne des enfants travailleurs : Stratégies de survie et socialisation dans les rues de Lima, L Harmattan 2001, Paris (extraits des chapitres 4&5) Plan de la présentation

Plus en détail

Utilisation d une tablette numérique dans le développement des compétences et réflexives d enseignant-e-s en formation

Utilisation d une tablette numérique dans le développement des compétences et réflexives d enseignant-e-s en formation Utilisation d une tablette numérique dans le développement des compétences et réflexives d enseignant-e-s en formation Maud Foerster 1, Pierre-François Coen 1 1 Service Recherche & Développement, Haute

Plus en détail

développement territorial Notions de développement d Dominique-Paule DECOSTER, Chargée e de cours Université Libre de Bruxelles IGEAT

développement territorial Notions de développement d Dominique-Paule DECOSTER, Chargée e de cours Université Libre de Bruxelles IGEAT Formation d animateur d culturel en développement territorial Domaine d Estaimbourgd Estaimbourg,, samedi 12 novembre 2005 Notions de développement d local Dominique-Paule DECOSTER, Chargée e de cours

Plus en détail

En face du commanditaire, on met un chef de projet qui connait le domaine (banque, administration, etc.)

En face du commanditaire, on met un chef de projet qui connait le domaine (banque, administration, etc.) Atelier «Science du projet» séance 4 8 novembre 2008 Compte rendu 1. Sébastien Larribe : la méthode AGILE, méthode de gestion de projet Sébastien Larribe part de l hypothèse que des méthodes de conception,

Plus en détail

Domaines de consultation bso

Domaines de consultation bso Domaines de consultation bso Supervision Compétences-clé Conseil en organisation Coaching La supervision, le conseil en organisation et le coaching sont des domaines de consultation professionnels adaptés

Plus en détail

SEMESTRE 3 (ANNEE 1) OPTION CADRES CULTURELS TERRITORIAUX (30 CREDITS 210 H D ENSEIGNEMENTS)

SEMESTRE 3 (ANNEE 1) OPTION CADRES CULTURELS TERRITORIAUX (30 CREDITS 210 H D ENSEIGNEMENTS) .. Diplôme de l Institut d Études Politiques de Grenoble valant grade de master Spécialité : «Direction de projets culturels» Option : «Cadres culturels territoriaux».. Responsable de la spécialité : Philippe

Plus en détail

RÉALISEZ VOS BILANS GES DE MANIÈRE AUTONOME. Un outil sur mesure pour gérer vos émissions et piloter vos plans d actions sans «compétence carbone»

RÉALISEZ VOS BILANS GES DE MANIÈRE AUTONOME. Un outil sur mesure pour gérer vos émissions et piloter vos plans d actions sans «compétence carbone» RÉALISEZ VOS BILANS GES DE MANIÈRE AUTONOME Un outil sur mesure pour gérer vos émissions et piloter vos plans d actions sans «compétence carbone» 1 LE BILAN GES: UNE ÉTUDE POUR RÉPONDRE À2 ENJEUX VITAUX

Plus en détail

Les PNR franciliens : quelle nature pour la ville et pour quels habitants?

Les PNR franciliens : quelle nature pour la ville et pour quels habitants? Les PNR franciliens : quelle nature pour la ville et pour quels habitants? Monique Poulot Université Paris Ouest Nanterre Laboratoire GECKO Ségolène Darly INRA Unité SAD-APT, Région Ile-de-France Les parcs

Plus en détail

Notions et définitions utiles

Notions et définitions utiles Notions et définitions utiles 1 Notions et définitions utiles I. Notions d usage 1. La notion de compétitivité. La notion de «compétitivité» est la symbolique de l enjeu de développement des entreprises.

Plus en détail

LES FICHES TECHNIQUES DU C.D.P.N.E. Février 2004. FICHE n 1 - METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT DURABLE DANS SA COMMUNE

LES FICHES TECHNIQUES DU C.D.P.N.E. Février 2004. FICHE n 1 - METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT DURABLE DANS SA COMMUNE LES FICHES TECHNIQUES DU C.D.P.N.E. Février 2004 Rédacteur : Jean-Marc FAUCONNIER - Téléphone : 02 54 51 56 70 e-mail : cdpne@wanadoo.fr FICHE n 1 - METTRE EN PLACE UNE POLITIQUE DE DEVELOPPEMENT DURABLE

Plus en détail

Gestion des espaces. paysagers. en île-de-france

Gestion des espaces. paysagers. en île-de-france ctive paysagers en île-de-france retour d ét ude prospe Gestion des espaces Ce document présente les principaux enseignements d une étude prospective commandée par l UNEP île-de-france et réalisée par

Plus en détail

L'INFORMATIQUE À L'ÉCOLE MATERNELLE. Premier compte-rendu d étude exploratoire

L'INFORMATIQUE À L'ÉCOLE MATERNELLE. Premier compte-rendu d étude exploratoire 129 L USAGE DE L INFORMATIQUE À L ÉCOLE MATERNELLE Premier compte-rendu d étude exploratoire Théo PRINIOTAKIS, Sandrine COURTOIS Contexte C est une recherche en didactique de l informatique en milieu préélémentaire

Plus en détail

Université de La Rochelle

Université de La Rochelle Université de La Rochelle Sciences Humaines et Sociales MASTER Sciences pour l environnement Géographie appliquée à la gestion des littoraux Objectifs de la formation Connaissances dispensées Le master

Plus en détail

Cadre législatif et réglementaire des signes distinctifs d origine et de qualité au Maroc

Cadre législatif et réglementaire des signes distinctifs d origine et de qualité au Maroc Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime Direction de Développement des Filières de Production Cadre législatif et réglementaire des signes distinctifs d origine et de qualité au Maroc Par Mme

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Lignes directrices pour la conception architecturale de structures au sol

Lignes directrices pour la conception architecturale de structures au sol Projet de parachèvement de l autoroute 25 Lignes directrices pour la conception architecturale de structures au sol Présenté par : Concession A25 S.E.C. - i - TABLE DES MATIÈRES 1.0 INTRODUCTION... -2-2.0

Plus en détail

RITUNE. Logiciel pour optimiser la consommation énergétique et les ressources dans les stations d épuration en s appuyant sur tous les processus

RITUNE. Logiciel pour optimiser la consommation énergétique et les ressources dans les stations d épuration en s appuyant sur tous les processus RITUNE Logiciel pour optimiser la consommation énergétique et les ressources dans les stations d épuration en s appuyant sur tous les processus «ENTRE 10 ET 25 % DES RESSOURCES QUI SONT NÉCESSAIRES DANS

Plus en détail

NOR : DEV O 08 1 5 9 0 7 C

NOR : DEV O 08 1 5 9 0 7 C REPUBLIQUE FRANCAISE MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE DIRECTION DE L'EAU Sous-Direction de l'action territoriale, De la directive cadre

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

Analyse des évolutions de l agriculture biologique par le biais de la veille documentaire et technologique

Analyse des évolutions de l agriculture biologique par le biais de la veille documentaire et technologique Analyse des évolutions de l agriculture biologique par le biais de la veille documentaire et technologique Auteurs : Sophie Valleix, responsable d ABioDoc et Esméralda Ribeiro, documentaliste à ABioDoc

Plus en détail

ENTREPRISES & RESSOURCES HUMAINES EN PAYS DE LA LOIRE

ENTREPRISES & RESSOURCES HUMAINES EN PAYS DE LA LOIRE Observatoire régional information économique des CCI des Pays de la Loire ENTREPRISES & RESSOURCES HUMAINES EN PAYS DE LA LOIRE perspectives & compétences Édition 2006 Les CCI, première source d information

Plus en détail

Journées Des animateurs territoriaux d Ile de France. 22 & 23 novembre 2010, Paris

Journées Des animateurs territoriaux d Ile de France. 22 & 23 novembre 2010, Paris Journées Des animateurs territoriaux d Ile de France Coorganisées par la région Ile de France et l Agence de l eau Seine Normandie Journées des animateurs territoriaux d Ile de France Les CONTRATS avec

Plus en détail

QU EST-CE QU UN PARC NATUREL RÉGIONAL

QU EST-CE QU UN PARC NATUREL RÉGIONAL QU EST-CE QU UN PARC NATUREL RÉGIONAL Les Parcs naturels régionaux, institués il y a maintenant 40 ans, ont pour objectif de protéger le patrimoine naturel et culturel remarquable d'espaces ruraux de qualité

Plus en détail

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER ÉDUCATION Côtes d Armor Collèges publics DIRECTION ÉDUCATION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER Charte de la restauration collective Préambule Dans le cadre de l article 82 de la loi du 13 août 2004, le Département

Plus en détail

Marketing territorial Cités de l énergie. Nicolas Babey, docteur en sciences humaines Professeur à la Haute école Arc

Marketing territorial Cités de l énergie. Nicolas Babey, docteur en sciences humaines Professeur à la Haute école Arc Marketing territorial Cités de l énergie Nicolas Babey, docteur en sciences humaines Professeur à la Haute école Arc Contexte Les régions dites périphériques subissent de plein fouet les effets de la mondialisation.

Plus en détail

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8 Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable S e p t e m b r e 2 0 0 8 Le PADD : un Projet Politique Le PADD : un Projet Politique L e S C O T, u n o u t i l a

Plus en détail

Un nouvel outil pour donner un l efficacité des dépenses publiques

Un nouvel outil pour donner un l efficacité des dépenses publiques Un nouvel outil pour donner un l efficacité des dépenses publiques à Igor Kheyfets, Massimo Mastruzzi, Dino Merotto et Lars Sondergaard Principaux messages L outil de données BOOST 1 permet de déterminer

Plus en détail

L enjeu initial : la préservation des ressources forestières

L enjeu initial : la préservation des ressources forestières MGLO-GEN Fiche générale Madagascar Un objet : les ressources forestières Depuis 1996, l Etat malgache peut déléguer la gestion de ses forêts aux populations locales. Sont alors concernées : - les forêts

Plus en détail

Note de présentation de la charte du Parc naturel régional de Brière soumis à enquête publique

Note de présentation de la charte du Parc naturel régional de Brière soumis à enquête publique Note de présentation de la charte du Parc naturel régional de Brière soumis à enquête publique 1. Responsable du projet Le syndicat mixte du Parc naturel régional de Brière Centre administratif Ile de

Plus en détail

Compte rendu de la rencontre pédagogique «La motivation des étudiant e s à l Université» 23 avril 2013

Compte rendu de la rencontre pédagogique «La motivation des étudiant e s à l Université» 23 avril 2013 Compte rendu de la rencontre pédagogique «La motivation des étudiant e s à l Université» 23 avril 2013 Participant e s : Nathalie Janz (Adjointe Enseignement et Affaires étudiantes), Marie-Paule Charnay

Plus en détail

Grenelle de l environnement. Propositions des Chambres d agriculture sur la traduction législative

Grenelle de l environnement. Propositions des Chambres d agriculture sur la traduction législative Grenelle de l environnement Propositions des Chambres d agriculture sur la traduction législative 1. Projet de loi Grenelle 1 Le Groupe Chambres d agriculture propose, concernant le projet de loi Grenelle

Plus en détail

En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013

En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013 En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013 MARS 2013 INTRODUCTION, METHODOLOGIE Primo France, association dédiée à la gouvernance et à la gestion du risque public,

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE DES PAYSAGES VITICOLES

PROTECTION JURIDIQUE DES PAYSAGES VITICOLES PROTECTION JURIDIQUE DES PAYSAGES VITICOLES Dorothée FRANJUS Comité National des Interprofessions des Vins à Appellation d Origine Contrôlée (C.N.I.V.) 12, Rue Sainte Anne 75001 PARIS Tèl : 01 53 29 92

Plus en détail

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S

C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S C H A R T E D E S M A I S O N S D E S E R V I C E S P U B L I C S P r é a m b u l e Proximité Singularité de la personne Universalité du service De nombreux territoires ruraux et urbains se situent en

Plus en détail

RESEAU DES ECO-ENTREPRISES D ALSACE

RESEAU DES ECO-ENTREPRISES D ALSACE RESEAU DES ECO-ENTREPRISES D ALSACE Convention d objectifs et de partenariat 2012-2014 SOMMAIRE Pages Convention d objectifs et de partenariats 3 Annexe 1 : Plan d actions 2012-2014 10 Annexe 2 : Charte

Plus en détail

Les Fonds Européens au service des acteurs de l environnement

Les Fonds Européens au service des acteurs de l environnement les fonds européens au service DE LA RÉGION CENTRE Les Fonds Européens au service des acteurs de l environnement Sommaire L EUROPE S ENGAGE POUR PRÉSERVER L ENVIRONNEMENT EN RÉGION CENTRE... P. 3 VOUS

Plus en détail

Table des matières de la Stratégie 2O15-2O2O

Table des matières de la Stratégie 2O15-2O2O révisée PROJET Table des matières de la Stratégie 2O15-2O2O O1. Sommaire 5 O2. Introduction et contexte 7 2.1 Le cadre institutionnel québécois et la stratégie gouvernementale de développement durable

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Qui dirige la Sécurité sociale?

Qui dirige la Sécurité sociale? Qui dirige la Sécurité sociale? 1. Pourquoi se poser la question? «La tradition française en matière de Sécurité sociale n est pas une tradition d étatisme bureaucratique [ ] C est pourquoi la législation

Plus en détail

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Déposé à la Commission de l aménagement du territoire de l Assemblée nationale du Québec Dans le cadre

Plus en détail

Institutionnalisation du modèle PNR à l étranger le cas de la Suisse

Institutionnalisation du modèle PNR à l étranger le cas de la Suisse Institutionnalisation du modèle PNR à l étranger le cas de la Suisse Crédit images : Netzwerk Schweizer Pärke Réseau des parcs suisses 01/2015 Quelle/Source: swisstopo (5704002947 1 La Suisse possède une

Plus en détail

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015!

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015! URBANITES Lausanne, 16 février 2015 Urbanistes dans la ville : enjeux de la formation savoirs, savoir-faire, savoir dire Antonio Da Cunha Professeur ordinaire Institut de géographie et durabilité Faculté

Plus en détail

édito Description du concours Thème 2014 : «Agriculture urbaine et biodiversité»

édito Description du concours Thème 2014 : «Agriculture urbaine et biodiversité» CAPITALE FRANÇAISE de la édito Le milieu urbain est un écosystème à part entière où plantes et animaux trouvent abris et ressources. La biodiversité dite urbaine conditionne de nombreuses fonctions écologiques,

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

Position de Mobilité électrique Canada sur les incitatifs financiers pour favoriser le transport électrique.

Position de Mobilité électrique Canada sur les incitatifs financiers pour favoriser le transport électrique. Position de Mobilité électrique Canada sur les incitatifs financiers pour favoriser le transport électrique. Document approuvé par le Conseil d administration Mobilité électrique Canada 1 Mars 2014 Le

Plus en détail

Accompagnement de la deuxième phase de la démarche de prospective territoriale «Savoie 2040»

Accompagnement de la deuxième phase de la démarche de prospective territoriale «Savoie 2040» Accompagnement de la deuxième phase de la démarche de prospective territoriale «Savoie 2040» 1 Programme de l après-midi 1. Pourquoi cette démarche? 2. Approche systémique de la Savoie 3. Les travaux en

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU PROGRAMME ET BUDGET. Onzième session Genève, 25 28 juin 2007

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU PROGRAMME ET BUDGET. Onzième session Genève, 25 28 juin 2007 OMPI WO/PBC/11/11 ORIGINAL : anglais DATE : 11 juin 2007 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU PROGRAMME ET BUDGET Onzième session Genève, 25 28 juin 2007 PROPOSITION

Plus en détail

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES L ENVIRONNEMENT EN FRANCE 2 FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES des initiatives locales et des actions de long terme VERS UN RAPPROCHEMENT DES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES ET DE L ENVIRONNEMENT? INTRODUCTION L OBSERVATION

Plus en détail

Annexe n 3 - Cadre logique 2009-2012

Annexe n 3 - Cadre logique 2009-2012 1. Objectifs globaux 1. Contribuer à l atteinte des Objectifs du Millénaire (ODM) par la réalisation d actions de proximité (éducation, santé, eau potable, etc.) ; 2. Promouvoir la bonne gouvernance en

Plus en détail

L autodiagnostic stratégique

L autodiagnostic stratégique PÔLE DE COOPERATION R H Ô N E - A L P E S LA COOPÉRATION ENTRE LES ASSOCIATIONS SANITAIRES ET SOCIALES L autodiagnostic stratégique Cadre d analyse des Etablissements & Services GUIDE PRATIQUE DE LA COOPERATION

Plus en détail

SENSIBILISATION À L AUTOPRODUCTION ACCOMPAGNÉE : FAIRE ET EN FAISANT SE FAIRE

SENSIBILISATION À L AUTOPRODUCTION ACCOMPAGNÉE : FAIRE ET EN FAISANT SE FAIRE SENSIBILISATION À L AUTOPRODUCTION ACCOMPAGNÉE : FAIRE ET EN FAISANT SE FAIRE Dans le contexte actuel de croissance des difficultés économiques, financières et sociales des plus pauvres, les collectivités

Plus en détail

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?

Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc? Séminaire du 17 octobre 2014 «La gestion des milieux aquatiques dans la loi MAPTAM et le SAGE : quels enjeux pour la Baie de Saint Brieuc?» Le Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) de la baie

Plus en détail

SUJET 1 Question de synthèse

SUJET 1 Question de synthèse CORRIGE EPREUVE DE SES - TRONC COMMUN SUJET 1 Question de synthèse TRAVAIL PREPARATOIRE (10 points) 1 Donnez la signification du nombre entouré Le chiffre représente la structure du commerce du Mexique.

Plus en détail