MAIRIE DE MARLY DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MAIRIE DE MARLY DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE"

Transcription

1 2010 MAIRIE DE MARLY DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE

2 DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE 2010 Le Débat d Orientation Budgétaire (DOB) constitue un moment essentiel de la vie d une collectivité locale. A cette occasion sont notamment définies sa politique d investissement et sa stratégie financière. Cette étape du cycle budgétaire est également un élément de la communication financière. Il permet à l opposition municipale d exposer les priorités qu elle souhaiterait voir mises en œuvre dans le futur budget de la collectivité. Il est bon de rappeler que le débat d orientation budgétaire n a aucun caractère décisionnel mais doit faire l objet d une présentation obligatoire bien spécifique au Conseil Municipal, dans les deux mois précédent le vote du budget. I) NOTE DE CONJONCTURE La situation financière des collectivités territoriales est liée étroitement à la situation et aux perspectives économiques de la France. 1) Loi de Finances 2010 Chaque année le Gouvernement élabore une loi dite loi de Finances qui fixe l évaluation globale du budget de l État, de ses dépenses et du rendement des impôts et qui autorise le gouvernement à recouvrer ceux-ci. La loi n du 30 décembre 2009, nommée loi de Finances 2010, a été élaborée par le Gouvernement dans un objectif d accompagnement de la sortie de crise, et donc d investissement, mais aussi de maîtrise des dépenses publiques. L une des mesures phare- la taxe carbone- a été toutefois censurée par le Conseil constitutionnel dans sa décision du 29 décembre Par conséquent, elle ne figure pas dans la version finale du texte et n entre pas en vigueur au 1 er janvier 2010, comme initialement prévu. Par cette loi de Finances les collectivités territoriales sont associées à l effort de maîtrise des dépenses, puisque «l ensemble des concours financiers que l État leur apporte progresse de 1,2% ; au sein de cet ensemble, le fonds de compensation pour la valeur ajoutée (FCTVA) progresse librement, tandis que les autres concours augmentent de 0,6%». Ainsi donc, la principale mesure inscrite dans la loi de Finances est la suppression de la taxe professionnelle et l instauration de la contribution économique territoriale. En 2010, les collectivités locales percevront une dotation compensatoire de l État. Dès 2011, la perte de recettes qui résulte de la suppression de la TP est compensée par des recettes de substitution principalement fiscales, conformément aux obligations découlant du principe constitutionnel d autonomie financière. 2

3 La suppression de la taxe professionnelle suscite beaucoup d interrogations et d inquiétudes au niveau des élus locaux. Toute réforme apporte diverses réflexions positives ou négatives, quelles viennent de diverses pensées politiques mais faut-il pour cela, ne pas réformer pour autant? Nous lisons ici où là que le gouvernement remplace un impôt imbécile, par une contribution absurde. Ce qui est vrai, c est que la T P était un impôt anti-économique et unique en Europe. Si nous nous référons à la déclaration en date du 05 janvier dernier, de M Luc CHATEL, Ministre de l Éducation Nationale, Porte-parole du Gouvernement, que dit-il: Il n y aura pas de perdant parmi les collectivités territoriales, qui bénéficieront de la totalité du produit de la contribution économique territoriale et de la nouvelle imposition forfaitaire sur les entreprises de réseaux, ainsi que du transfert d impôts d État. Indexation de la dotation globale de fonctionnement (DGF) sur la moitié de l inflation Afin de concentrer la progression de l effort financier de l État en faveur des collectivités locales sur les autres composantes budgétaires, la loi de finances déroge au mécanisme d indexation de la dotation globale de fonctionnement observé en Ainsi, au lieu de retenir une évolution indexée sur le taux prévisionnel d inflation (+1,2%), le montant de la DGF 2009 sera majoré de 0,6%. 2) Rétrospective 2008 et 2009 La majorité municipale en place depuis mars 2008, conduite par notre Maire Monsieur Thierry HORY, a continué en 2009 sa tâche d assainissement des finances communales. A titre d exemple, ces deux dernières années, l équipe majoritaire a oeuvré au désendettement de la ville et cela sans augmentation des impôts locaux. L année 2010 sera-t-elle dans la continuité des années passées? Au conseil municipal d en débattre. N oublions pas que l année 2008, première année de la nouvelle mandature, fut difficile car des nouvelles peu rassurantes sont apparues. Le collège la Louvière devait fermer ses portes en 2011 ; il fut sauvé. Le Conseil Général a pris en compte l ensemble des projets urbains initiés par le maire et son équipe afin de pérenniser cet établissement scolaire de grande qualité éducative et humaine. Dans le cadre des restructurations militaires, une autre mauvaise nouvelle, la fermeture de la base aérienne 128 en Là encore, malgré sa fermeture définitive annoncée, les rencontres en 2009 des maires des villes concernées par ces restructurations notamment la ville de Marly, avec le Président de la République, vont permettre de finaliser le contrat de redynamisation de l agglomération messine. En outre, la labellisation, par le Ministère de l Environnement, du projet Eco Cité 128, porté par Metz/Métropole (ex CA2M), autorise à penser que l avenir de l ex-base 128 proche du quartier de Frescaty, donne un nouvel élan à notre ville. Malgré cela, il faut se rendre à l évidence que le départ des militaires de la base aérienne 128, va accentuer la baisse de la démographie à Marly. Comme nous l indiquions au DOB de l année 2009, le nombre d habitants était passé en dessous de la barre des habitants. Aujourd hui, nous enregistrons une nouvelle baisse de population avec 9894 habitants. 3

4 C est pourquoi, contrairement aux années passées qui voyaient se développer des lotissements à l horizontale, lesquels demandaient beaucoup d espace à bâtir, l urbanisation proposée aujourd hui par la nouvelle municipalité pour remédier à cette baisse démographique, tend vers une mixité sociale de l habitat. Ce nouvel habitat s inscrira dans le cadre du Grenelle de l Environnement et du Développement durable. D ailleurs, nous y travaillons depuis 2008 avec la collaboration de l Agence d Urbanisme d Agglomération de Moselle (AGURAM). La municipalité s est fixée comme objectif d attirer à nouveau les jeunes couples grâce à une offre attractive et de proposer aux seniors des habitations adaptées à leur besoin. Conséquence financière directe en 2010 (information de la Sous préfecture de Metz Campagne) En raison de cette baisse de population et au regard des résultats de la répartition de 2009, la ville de Marly ne dispose plus d un indice synthétique la rendant éligible à la DSU. Par conséquent, l année 2010 verra la perte complète de la dotation de solidarité urbaine et de cohésion sociale (80000 euros environ), soit l équivalent de 3 points de fiscalité. 3) Situation financière prospective 2010 à 2014 Pour 2010, tout en assurant un investissement courant compatible avec les finances communales, la volonté de la majorité municipale est de maintenir une certaine rigueur au même titre que les années 2008 et 2009 en vue d aborder sereinement les années futures qui verront se concrétiser la construction d un nouvel espace culturel. Les quelques indicateurs de gestion importants, tels que la capacité d autofinancement nette et le remboursement des annuités d emprunts sont restés stables ou identiques en 2009 par rapport à En 2010, le remboursement de la dette sera similaire à celui de 2009, par contre à partir de 2011, les annuités d emprunt seront en baisse. Cette baisse permettra ainsi d appréhender avec moins de contraintes le financement du plus «lourd» investissement que sera la réalisation de l espace culturel. Revenons un instant sur la première année de prise de fonction de la nouvelle majorité municipale conduite par notre maire M HORY. En 2008, les premières mesures en matière budgétaire ont été de suspendre la création de la salle des fêtes et de supprimer l opération relative à la réalisation d un parc urbain initié par l ancienne équipe municipale. Ces deux actes ont permis de stabiliser la situation financière de la commune et de préparer un avenir plus équilibré au regard de la fiscalité. Supposons un instant que la collectivité ait maintenu ces deux importantes opérations, il est permis de penser que celles-ci auraient grevé fortement les finances communales. Ce n est pas 5 ou 6 points d augmentation des impôts qui auraient été nécessaires mais au minimum 10 et pendant plusieurs années. Le débat d orientation budgétaire permet donc au conseil municipal d être informé sur l évolution de la situation financière de la commune, aussi, avant d examiner les propositions d investissement pour 2010 des deux groupes d opposition, je vais vous présenter Monsieur le maire et mes chers collègues une analyse rétrospective de la situation financière de Marly. 4

5 II) ANALYSE DE LA SITUATION FINANCIERE. Dans un premier temps, il convient d observer l évolution des principaux postes budgétaires, afin de dégager les marges de manœuvre (épargne, fiscalité, endettement). Nous établirons ensuite le mode de financement des dépenses d investissement. 1) Evolution des principaux postes budgétaires en section de Fonctionnement : 1. A Les charges de fonctionnement : montants exprimés en milliers d'euros estimé 2009 Fournitures et entretien (011) ,7% ,1% ,1% Charges de personnel (012) ,1% ,3% ,7% Subventions et contingents (65) ,4% 978-0,7% 989 1,1% Charges financières (66) ,8% ,4% ,2% Charges exceptionnelles (014+67) ,2% 26-10,9% 27 4,0% total dépenses réelles ,0% ,3% ,8% Les charges réelles de fonctionnement subissent une évolution constante chaque année. Entre 2006 et 2008, elles ont progressé de 4,40 %. En 2009, ces charges sont en diminution (- 4,8 %) car les charges de personnel du CCAS ne sont plus comptabilisées sur le budget de la ville. Si ces charges n avaient pas été transférées (360 K ), la progression des dépenses réelles de fonctionnement aurait été de + 5,31 % entre 2006 et 2009, soit une augmentation moyenne de 1,77 %. 5

6 Répartition des dépenses de fonctionnement 2009 Charges financières 4,5% Charges exceptionnelles 0,4% Autres Charges de gestion courante 16,2% Charges à caractère général 22,8% Charges de personnel 56,1% Le premier poste de dépenses est représenté par les charges de personnel (chapitre 012) avec 56,1% des charges de fonctionnement en Sur la période , les charges de personnel ont augmenté de 11,87 %, soit en moyenne 3,95 % par an. Entre 2008 et 2009 elles n ont progressé que de 2,1 %. Cette augmentation résulte : L effet G.V.T. «glissement vieillesse technicité» La revalorisation du point d indice de 0,5 % au 1 er juillet 2009 et de 0,3 % au 1 er octobre 2009 Le second poste de dépenses est composé par les charges à caractère général (chapitre 011). Elles représentent globalement 22,8 % des dépenses réelles de fonctionnement en Sur la période ces dépenses restent relativement stables malgré les hausses successives des dépenses contraintes (gaz, électricité). Il faut y voir le résultat d une gestion rigoureuse des deniers publics affectés au fonctionnement des services de la collectivité. Le troisième poste de dépenses concerne les charges de gestion courante (chapitre 65). Les charges de gestion courante (subventions, indemnités et formation des élus, frais de scolarité, cantine, ) représentent 16,2 % des charges de fonctionnement et ont augmenté de 1,1 % entre 2008 et Les charges financières (chapitre 66) sont constituées par les intérêts de la dette et représentent 4,5 % des charges réelles en Entre 2006 et 2009, elles ont diminué de 13,99 %. Il convient d y rapprocher le remboursement du capital de la dette qui est comptabilisé en section d investissement, pour étudier l analyse de la dette. Celle-ci sera développée plus loin. 6

7 Evolution des dépenses de fonctionnement K K K K K K K Charges exceptionnelles Charges financières Autres charges de gestion courante Charges à caractère général Charges de personnel 0 K B Les produits de fonctionnement montants exprimés en milliers d'euros Remboursement/rémunérat personnel (013) ,0% 55 3,5% 59 6,9% Produits des services et du domaine (70) ,1% 833 7,0% ,9% Fiscalité communale (73 sf 7321et 7322) ,1% ,6% ,1% Reversts fiscalité interco ( ) ,8% ,6% ,2% Dotations et participations (74) ,1% ,2% ,2% Autres produits de gestion courante (75) ,2% 56-20,7% 36-35,9% Produits exceptionnels (77)+(76) ,4% ,7% 3-91,6% total recettes réelles ,0% ,4% ,0% Les charges de personnel du CCAS ayant été transférées en 2009, les remboursements (environ 360 K ), qui étaient comptabilisés au chapitre 70, n apparaissent plus. C est pourquoi il convient d en tenir compte dans l analyse et de les intégrer. Durant la période , les recettes réelles de fonctionnement ont augmenté de 4,28 %, soit en moyenne 1,43 % par an. Entre 2008 et 2009, elles n ont progressé que de 0,83 %. L évolution des recettes et des dépenses de fonctionnement fait apparaître un différentiel négatif de 1,02 % sur la période, ce qui explique en partie la faiblesse de l autofinancement. 7

8 Répartition des recettes de fonctionnement 2009 Dotations et participations 23,66% Autres produits de gestion courante 1,19% Produits des services et du domaine 6,12% Reversement fiscalité intercommunale 25,30% Fiscalité communale 43,73% Les ressources fiscales (chapitre 73) représentent 69,03 % des recettes réelles en Elles sont constituées de la fiscalité directe locale, des autres impôts et taxes, et de la fiscalité reversée : - La fiscalité directe locale comprend la taxe d habitation, les taxes foncières sur le bâti et sur le non bâti, mais pas la taxe professionnelle qui est recouvrée au profit de Metz Métropole, groupement à taxe professionnelle unique (TPU). En 2009, elle s élève à K soit 325,23 /hab. En 2008, elle s élevait K soit 310 /hab., ce qui représente une augmentation de 0,53 % par rapport à l exercice précédent. L actualisation de la valeur des bases décidée par le gouvernement en 2009 était de 2,5 %, ce qui signifie qu il y a eu une baisse physique des bases en 2009 de - 1,97 %, c'està-dire une diminution du nombre de contribuables. - Les autres impôts et taxes s élèvent à 242 K en 2009 et représentent 24,40 /hab. Il s agit principalement des droits de mutation dont la variation est très irrégulière puisqu ils s élevaient à 356 K en 2008, à 350 K en 2007 et à 257 K en La fiscalité reversée s élève à K en 2009 et correspond à l attribution de compensation (768 K ) et à la dotation de solidarité communautaire (300 K ) diminuées du prélèvement au titre de l article 55 de la loi SRU (27 K ). Ces recettes sont en progression de 6,16 % par rapport à l année 2008 car 13 versements ont été comptabilisés sur l exercice 2009 au lieu de 12 (attribution de compensation). Si l on déduit le versement supplémentaire, ces recettes n ont pas augmenté. 8

9 3 800 K K K Fiscalité communale K K Reversement de fiscalité intercommunale K Dotations et participations 800 K estimé 2009 La Dotation Globale de Fonctionnement et les autres dotations (chapitre 74) s élèvent à K en 2009 et représentent 23,66 % des produits réels de fonctionnement. La commune a perçu à ce titre K en 2008, soit une progression de 1,15 %. - La Dotation Globale de Fonctionnement était de K en 2008 et de K en 2009, soit une augmentation de 1,1%. - Les attributions de péréquation et de compensation atteignent 173 K en 2008 et 157 K en 2009, soit une diminution de 9 %. Cette baisse s explique par une diminution des compensations de l Etat au titre des exonérations notamment pour la taxe d habitation. - Les autres dotations et participations s élèvent à 260 K en 2008 et à 281 K en 2009, soit une progression de 8 %. Les autres produits réels (chapitre 70, 75 et 013) s élèvent à 944 K en 2008 et à 598 K en Néanmoins, ils ne comprennent plus le reversement de la participation du CCAS pour les frais de personnel. 2. La Capacité d autofinancement milliers d'euros Estimé 2009 Dépenses réelles Recettes réelles Epargne brute Capital de la dette Epargne nette La capacité d autofinancement nette (CAF) représente l excédent résultant du fonctionnement utilisable pour financer les opérations d investissement. Elle est calculée par la différence entre les produits réels de fonctionnement et les charges réelles de fonctionnement (épargne brute), puis au résultat obtenu est soustrait le remboursement en capital de la dette. 9

10 Elle s élève à 280 K en 2009, soit 28,12 /hab, et représente 3,9 % des produits réels de fonctionnement (13% pour la moyenne de référence en 2007). Bien que l augmentation des dépenses réelles de fonctionnement ait été supérieure à celle des recettes réelles de fonctionnement, la CAF reste stable entre 2008 et K K K K Epargne brute K dépenses réelles K 800 K K Epargne nette 600 K recettes réelles K K 400 K Epargne brute K 200 K 0 K Estimé K Epargne nette 3. Evolution de l Investissement. L ensemble des dépenses d investissement s apparente à des emplois tels que : dépenses d équipement, remboursement du capital de la dette, autres Parallèlement, l ensemble des moyens financiers dont dispose la commune pour financer les dépenses d investissement constitue des ressources spécifiques (CAF, plus values de cessions, dotations et subventions, emprunts ) Le solde entre le total des ressources et le total des emplois représente la variation du fonds de roulement. 3-A Les Ressources d Investissement Le total des ressources (hors emprunts) dont dispose la commune pour investir constitue le financement disponible, après avoir payé ses charges et remboursé ses dettes. En 2009, le financement disponible est de K et reste stable par rapport à 2008 (1453 K ). La capacité d autofinancement brute d un montant de K en 2009, couvre les remboursements de dettes qui sont de 782 K ce qui permet de dégager une capacité d autofinancement nette de 280 K. Les ressources propres correspondent au fonds de compensation de la TVA (FCTVA), à la taxe locale d équipement (TLE), aux subventions reçues et aux cessions. Elles représentent K en 2009 soit 119 /hab. pour une moyenne régionale de 110 /hab. 10

11 Répartition des recettes d'investissement 2009 Affectation du résultat 2008; 395 Excédent reporté; 410 Subvention; 425 Cessions; 176 TLE; 126 FCTVA; B les dépenses d équipement. Les dépenses d équipement représentent 68 % des dépenses de la section d investissement et s élèvent à K en 2009, soit 165 /hab., auxquelles il faut ajouter K de restes à réaliser (travaux et acquisitions engagés en 2009 qui seront payés en 2010). Elles sont en progression de 8,91 % par rapport à l année 2008 (1503 K ). Investissement 2009 : répartition par secteur Administration Générale 5% Culture 6% Education 2% Aménagement urbain 4% Sport et jeunesse 37% Voirie et routes 46% 11

12 3-C Le financement des investissements. En 2009, la commune de Marly a financé ses dépenses d investissement soit K, hors remboursement du capital de la dette, par le financement disponible (1 461 ) et sans avoir recours à l emprunt. La différence entre les emplois et les ressources, à savoir 177 K, a été financée par les réserves de la commune entraînant une variation négative du fonds de roulement de ce même montant. Ce dernier permet de couvrir le décalage entre encaissement de recettes et paiement de dépenses. Financement des investissements 100% 80% emprunt 60% FCTVA,cessions 40% Subventions 20% Epargne 0% % 4-D La dette Capital de la dette 862 K 818 K 779 K 782 K 816 K 685 K 663 K 646 K Intérêts de la dette 318 K 317 K 312 K 282 K 238 K 202 K 174 K 146 K Annuité K K K K K 887 K 837 K 792 K L annuité de la dette reste relativement élevée jusqu en Ce n est qu à partir de 2011 que celle-ci va diminuer en raison de l extinction de plusieurs emprunts. Le non recours à l emprunt en 2009 favorise notre capacité d emprunt pour les années à venir en améliorant le ratio d endettement en nombre d années CAF. En effet, celui-ci passe de 7,5 années en 2007 à 5,6 années en

13 II. LES MARGES de MANŒUVRE Pour dégager de l autofinancement afin de financer ses investissements, une commune peut soit agir sur ses recettes, soit sur ses dépenses. 1) AGIR SUR LES PRODUITS DE FONCTIONNEMENT Comme nous l avons constaté précédemment, les recettes de fonctionnement sont constituées pour 23,66 % de dotations et pour 25,30 % de reversement de fiscalité, soit au total 48,96 % de produits sur lesquelles la commune ne peut agir et qui n évoluent que faiblement. Les produits du domaine (tarifications diverses) ne représentent que 6,12 % des recettes de fonctionnement. C est pourquoi, une augmentation des tarifs municipaux ne permettrait pas de dégager un autofinancement important. Par conséquent, la réelle marge de manoeuvre dont la commune dispose reste la fiscalité directe qui représente 43,73 % des produits de fonctionnement. Les dernières années, le choix pour la majorité municipale a été de ne pas augmenter la fiscalité locale. Toutefois, pour les années à venir, compte tenu de la volonté de construire un Espace Culturel digne d une collectivité comme Marly, nous serons probablement amenés à revoir cette position. 2) RECHERCHES DE SUBVENTIONS D ÉQUIPEMENT En l état actuel, la recherche de subventions spécifiques à l équipement des communes est «un parcours du combattant» puisque les communes s adressent à divers financeurs institutionnels que sont l ÉTAT, la RÉGION, le DÉPARTEMENT, voire la COMMUNAUTÉ EUROPÉENNE, etc. Ces concours financiers, accordés aux communes et leurs groupements, obéissent à un cadre juridique et à des règles qui concernent notamment la spécificité de la subvention, le caractère complet du dossier, les principes de l action préalable et définitive des limites de caducité et d autofinancement minimum de l opération (20%) à la charge du demandeur de subvention. Pour Marly, l objectif à se fixer, est d engager des projets d investissements selon des plans de financement étudiés préalablement et lorsque les subventions sont définitivement acquises. 13

14 3) AGIR SUR LES CHARGES DE FONCTIONNEMENT. Le contrôle de la dépense : a. Charges de gestion courante autres que les charges de personnel. Comme toutes les autres communes, Marly effectue des achats de fournitures variées et différentes, (produits d entretien, petit matériel, achat d électricité, de combustibles, de carburants, etc.). Il faut continuer à faire des efforts en matière de gestion notamment par une mise en concurrence systématique de nos fournisseurs afin d obtenir les prix les plus compétitifs. Cependant, il paraît difficile de diminuer ce poste de dépense, d autant plus que sa progression sur ces dernières années est nettement inférieur à l inflation. b. Subventions et participations. L étude des demandes de subventions et de participations souhaitées par les diverses associations doit toujours être faite avec rigueur. N oublions pas que la commune intervient auprès de ces associations par des aides indirectes. Néanmoins, il paraît difficile de réduire le soutient financier versé aux associations. c. Charges de personnel Les dépenses de personnel vont continuer à progresser en raison de l effet GVT. Les départs à la retraite des prochaines années permettront de ralentir cette progression. 4) CAPACITÉ A EMPRUNTER Le graphique ci-dessous fait apparaître qu à compter de 2011 l annuité de la dette diminue considérablement, puisqu elle passe de 1065 K en 2009 à 887 K en En effet, 4 emprunts se terminent en 2010 et 4 emprunts se terminent en De plus, depuis 2008 la municipalité n a pas contracté de nouvel emprunt. Par conséquent, la commune se désendette progressivement et pourra réaliser de nouveaux emprunts sans alourdir sa dette. 14

15 1 200 K Annuité = capital + intérêts K 800 K Intérêts de la dette 600 K Capital de la dette 400 K 200 K 0 K III. LES OBJECTIFS BUDGETAIRES POUR 2010 Dans le domaine des travaux nous allons accentuer nos efforts sur l entretien des voiries et des réseaux les plus abîmés ainsi que la sécurité routière. S agissant du domaine sportif, divers aménagements seront réalisés au complexe de tennis ainsi qu au stade André Citroën de Frescaty. Pour ce qui concerne nos écoles, elles bénéficieront de toute l aide matérielle qui leur est nécessaire et le premier parc de jeu pour la petite enfance verra le jour. Par ailleurs les études de «la fibre optique pour tous» démarreront et les travaux commenceront pour les futurs et premiers logements à destination de nos seniors. L année 2010 verra se finaliser les études du nouveau projet d Espace Culturel de Marly. N oublions pas qu avec notre partenaire, l agglomération de Metz Métropole, nous ferons de la ZAC Bellefontaine un secteur offrant encore plus de services avec une accessibilité encore plus importante pour le consommateur. Et par la même, de nouvelles offres d emploi seront proposées aux Marliennes et Marliens. Enfin, parlons festivité et culture. L animation festive et culturelle sera aussi importante que l année passée. Voilà les principaux projets que la municipalité mettra en œuvre en Le débat d orientation budgétaire est ouvert. 15

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

A l occasion du vote du Compte Administratif 2011, nous allons présenter dans ce rapport l évolution des principales données budgétaires depuis 1993.

A l occasion du vote du Compte Administratif 2011, nous allons présenter dans ce rapport l évolution des principales données budgétaires depuis 1993. INTRODUCTION A l occasion du vote du Compte Administratif 2011, nous allons présenter dans ce rapport l évolution des principales données budgétaires depuis 1993. I- FONCTIONNEMENT a) Fiscalité Comme nous

Plus en détail

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune Présentation du 10 juin 2014 François Saint Martin Anne-Laure Caumette Rappel des objectifs de l étude confiée à KPMG Disposer

Plus en détail

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma?

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? 1 EXFILO cabinet de conseil en finances publiques locales Ce document a été réalisé par les consultants du cabinet EXFILO, conseil en finances

Plus en détail

Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 habitants

Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 habitants Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 Au 1 er janvier 2005, la France métropolitaine compte 35 684 communes de moins de 10 000 regroupant 30,7 millions d, soit 51 % de la population

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Conseil Municipal du 26 février 2015 Table des matières Préambule I - Analyses et perspectives économiques 2015 a) Contexte international et national b) L impact

Plus en détail

Trésorerie de Felletin

Trésorerie de Felletin ANALYSE FINANCIERE ET FISCALE DE LA COMMUNE DE FELLETIN 211//213 Trésorerie de Felletin INTRODUCTION L analyse financière rétrospective, réalisée en avril 214, concerne la période de gestion des exercices

Plus en détail

Budget 2015 DOSSIER DE PRESSE DP 03-2015. Point presse du lundi 23 mars 2015 à 10 h Salle L'Eglantier. Contact

Budget 2015 DOSSIER DE PRESSE DP 03-2015. Point presse du lundi 23 mars 2015 à 10 h Salle L'Eglantier. Contact DOSSIER DE PRESSE DP 03-2015 Budget 2015 Point presse du lundi 23 mars 2015 à 10 h Salle L'Eglantier Contact Corinne GROHEUX Service Communication Mairie de Challans 02 51 49 79 66 et 06 18 01 47 48 com@challans.fr

Plus en détail

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006 VILLE DE PLOEMEUR 31 octobre 2005 Service Financier ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006 En application de l article L 2312-1 du Code Général des Collectivités Territoriales, un débat d orientations

Plus en détail

Trésorerie de SERIGNAN

Trésorerie de SERIGNAN ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SERIGNAN Trésorerie de SERIGNAN OCTOBRE 212 SOMMAIRE Introduction... 3 Principaux constats... 3 A) Composantes des charges et des produits réels de fonctionnement...

Plus en détail

RAPPORT SUR LES ORIENTATIONS BUDGETAIRES

RAPPORT SUR LES ORIENTATIONS BUDGETAIRES VILLE DE HOENHEIM ANNEXE N 1 RAPPORT SUR LES ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2016 Pour mener à bien tous les projets, un temps de réflexion est nécessaire. Aussi, le législateur impose-t-il aux communes de plus

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE LA VERNAZ Cette étude, réalisée en novembre 2009, porte sur le budget principal de la commune et concerne les années 2004 à 2008. Les données sont exprimées en euros.

Plus en détail

Mairie de Fenouillet Audit de début de mandat

Mairie de Fenouillet Audit de début de mandat ABCD SECTEUR PUBLIC Mairie de Fenouillet Audit de début de mandat Conseil Municipal du 24 juin 2014 Anne-Laure Caumette Rappel des objectifs de l étude confiée à KPMG Disposer d une analyse objective et

Plus en détail

Analyse financière rétrospective des comptes - Commune de Luzinay -

Analyse financière rétrospective des comptes - Commune de Luzinay - Analyse financière rétrospective des comptes - Commune de Luzinay - Juin 2014 Sommaire : Introduction 1. Première marge de manœuvre = la fiscalité 2. Deuxième marge de manœuvre = l épargne 3. Troisième

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

budget primitif 2015 économie scolaire petite enfance jeunesse sports social

budget primitif 2015 économie scolaire petite enfance jeunesse sports social économie budget primitif 2015 scolaire petite enfance jeunesse sports Le budget primitif 2015 : entre rigueur et maintien du niveau de service social Avec un montant total de 38 millions d euros, le budget

Plus en détail

I. LA LOI DE FINANCES POUR 2016

I. LA LOI DE FINANCES POUR 2016 DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE 2016 Ville d Ecommoy I. LA LOI DE FINANCES POUR 2016 DGF : Pour poursuivre le plan d économies de 50 milliards d euros fixé par la loi du 29 décembre 2014 de programmation

Plus en détail

Compte administratif 2013 & Budget 2014. Présentation au Conseil municipal du 18 février 2014

Compte administratif 2013 & Budget 2014. Présentation au Conseil municipal du 18 février 2014 Compte administratif 2013 & Budget 2014 Présentation au Conseil municipal du 18 février 2014 2014 est «à cheval» sur 2 mandats : 2008 2014 qui se termine fin mars 2014 2014 2020 qui commencera début avril

Plus en détail

PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2016

PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2016 PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2016 Le budget Primitif 2016 s'équilibre en dépenses et en recettes à : Secon de fonconnement : 5 184 440,10 Secon d'invesssement : 950 379,85 Le budget global s'élève à

Plus en détail

2) Les principales évolutions des montants (budget principal + budgets annexes)

2) Les principales évolutions des montants (budget principal + budgets annexes) DDOPF cr 25/03/2016 Observations Compte Administratif 2015 - Séance du 28/03/2016 (à partir des documents CA 2014 et CA 2015) A NOTER, à compter de 2015, la ville dispose de 4 budgets annexes assujettis

Plus en détail

Mairie de Portets Audit financier Rapport de mission Projet

Mairie de Portets Audit financier Rapport de mission Projet Mairie de Portets Audit financier Rapport de mission Projet KPMG Secteur public 12 décembre 2014 Sommaire page 1. Analyse financière rétrospective 2008-2013.. 3 2. Analyse financière prospective.. 23 Conclusion.

Plus en détail

Commune de Nieppe. Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014. Jacques Dufour - associé

Commune de Nieppe. Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014. Jacques Dufour - associé Commune de Nieppe Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014 Jacques Dufour - associé Aurélie Serrano Maxime Gallet Objet de la mission La ville de Nieppe a confié

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE

ANALYSE FINANCIERE DE ANALYSE FINANCIERE DE CRESSENSAC Trésorerie de Martel PRESENTATION DE LA COMMUNE La présente analyse financière a été réalisée au cours du mois de juillet 2010; elle porte sur les exercices 2005 à 2009.

Plus en détail

Connaissance partagée des politiques fiscales et financières de l ensemble intercommunal. Mise à jour de la rétrospective de la Communauté de Communes

Connaissance partagée des politiques fiscales et financières de l ensemble intercommunal. Mise à jour de la rétrospective de la Communauté de Communes Communauté de communes Tarn et Dadou Connaissance partagée des politiques fiscales et financières de l ensemble intercommunal Mise à jour de la rétrospective de la Communauté de Communes Présentation du

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2013 1

BUDGET PRIMITIF 2013 1 BUDGET PRIMITIF 2013 1 Un budget de fonctionnement contraint et prudent. Un budget d investissement volontaire et engagé Une fiscalité inchangée 2 4 orientations fortes: Développer et améliorer les services

Plus en détail

Ville de Saint-Péray. Analyse financière de la ville de Saint-Péray 2008-2020. Juillet 2014

Ville de Saint-Péray. Analyse financière de la ville de Saint-Péray 2008-2020. Juillet 2014 Ville de SaintPéray Analyse financière de la ville de SaintPéray 20082020 Juillet 2014 1 Fiche d identité de la commune DONNEES 2013 Le territoire de Saint Peray L appréciation de la richesse financière

Plus en détail

Budget 2016 DOSSIER DE PRESSE DP 05-2016. Point presse du lundi 21 mars 2016 à 10 h 30 Salle L'Eglantier. Contact Presse

Budget 2016 DOSSIER DE PRESSE DP 05-2016. Point presse du lundi 21 mars 2016 à 10 h 30 Salle L'Eglantier. Contact Presse DOSSIER DE PRESSE DP 05-2016 Budget 2016 Point presse du lundi 21 mars 2016 à 10 h 30 Salle L'Eglantier Contact Presse Corinne GROHEUX Service Communication Mairie de Challans 02 51 49 79 66 et 06 18 01

Plus en détail

Centre des Finances Publiques de LA FERTE ALAIS

Centre des Finances Publiques de LA FERTE ALAIS ANALYSE FINANCIERE DE MOIGNY SUR ECOLE EXERCICES 2009 à 2011 Centre des Finances Publiques de LA FERTE ALAIS PRÉSENTATION DE LA COLLECTIVITÉ Moigny-sur-Ecole est une commune composée de 1 316 habitants

Plus en détail

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 Le 18 novembre 2014 L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 Départements Finances / Intercommunalité et territoires Claire GEKAS & Alexandre HUOT

Plus en détail

Note de synthèse Débat d orientation budgétaire Ville du Croisic

Note de synthèse Débat d orientation budgétaire Ville du Croisic 2014 Note de synthèse Débat d orientation budgétaire Ville du Croisic 06/02/2014 Budget principal SOMMAIRE 1 Principes P 3 A - Principes généraux P 3 B - Retraitements comptables P 4 2 Indicateurs économiques

Plus en détail

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM Budget Primitif 2014 Conseil Municipal du 18 décembre 2013 Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM «Actes» budgétaires Mandat 2008-2014 La préparation budgétaire 2014 clôture l exercice pluriannuel 2008 Début

Plus en détail

Débat d Orientations Budgétaires 2016 Présentation

Débat d Orientations Budgétaires 2016 Présentation Commune d Angoulins Débat d Orientations Budgétaires 2016 Présentation Introduction La tenue du débat d orientation budgétaire est obligatoire dans les régions, les départements, les communes de plus de

Plus en détail

Les deux derniers mandats des communes et des groupements. Sommaire

Les deux derniers mandats des communes et des groupements. Sommaire Sommaire Les finances des communes en 215......................... p. 3 Les finances des groupements à fiscalité propre en 215........... p. 6 Quelles projections financières sur le mandat 214-219?..........

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE. Le Président Bordeaux, le 12 janvier 2007

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE. Le Président Bordeaux, le 12 janvier 2007 CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AQUITAINE Le Président Bordeaux, le 12 janvier 2007 Références à rappeler : JNG/RN/RODI1 064 043 483 Monsieur le Maire, Par lettre du 25 avril 2005, vous avez été informé

Plus en détail

Dette et portrait financier

Dette et portrait financier L ENDETTEMENT L administration municipale a principalement recours à l emprunt à long terme pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est grandement influencé par

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 - Introduction - Tableaux de synthèse - Synthèse des grands équilibres du Budget Primitif 2015 1 INTRODUCTION Le Budget Primitif 2014,

Plus en détail

Formation au profit des Responsables et cadres exerçant dans les Collectivités Locales. Analyse Financière des collectivités locales

Formation au profit des Responsables et cadres exerçant dans les Collectivités Locales. Analyse Financière des collectivités locales Formation au profit des Responsables et cadres exerçant dans les Collectivités Locales Analyse Financière des collectivités locales Maison de l Elu, Marrakech 23 May 2012 Présenté par: M. Hassan Ameur

Plus en détail

BUDGET LOTISSEMENT «LE CLOS DU ROY»

BUDGET LOTISSEMENT «LE CLOS DU ROY» Date de la convocation : 3 avril 2015 Date d affichage : 3avril 2015 COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DE LINGREVILLE SÉANCE DU 14 AVRIL 2015 Présents : Jean-Benoît RAULT (maire), Daniel MARIE, Charlyne

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

Evolution des équilibres financiers au fil de l eau. (sans nouveaux investissements) 24/02/2015. Communauté de Communes du Pays d Astrée

Evolution des équilibres financiers au fil de l eau. (sans nouveaux investissements) 24/02/2015. Communauté de Communes du Pays d Astrée Communauté de Communes du Pays d Astrée Prospective financière 2014 2020 Présentation en Conseil Communautaire Février 2015 Evolution des équilibres financiers au fil de l eau (sans nouveaux investissements)

Plus en détail

Exercices 2011 à 2013

Exercices 2011 à 2013 ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE PLOUGUERNEAU Exercices 211 à 213 Avril 214 Centre des Finances Publiques de LANNILIS PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ Cette étude porte sur les exercices 211 à 213 et

Plus en détail

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL Compte Administratif 2014 SECTION DE FONCTIONNEMENT DEPENSES CA 2013 CA 2014 Alloué Réalisé Alloué Réalisé 011 Charges à caractère général 445 615 424 289,55 448 291 411 184,65 012 Charges

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

Bilan budgétaire 2014 & orientations 2015

Bilan budgétaire 2014 & orientations 2015 Bilan budgétaire 2014 & orientations 2015 (/données non encore définitives) Commune de Poisat Mercredi 11 mars 2015 Bilan budgétaire 2014 A. Dépenses et recettes de fonctionnement 2014 B. Dépenses et recettes

Plus en détail

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal

Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Commune de Wasquehal Synthèse de l analyse financière rétrospective de la ville de Wasquehal Thierry Boudjemaï Manager, secteur public Aurélie Serrano Consultante sénior Objet de la synthèse Par lettre

Plus en détail

COMPTE ADMINISTRATIF 2011 ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET PRINCIPAL

COMPTE ADMINISTRATIF 2011 ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET PRINCIPAL COMPTE ADMINISTRATIF 2011 ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET PRINCIPAL 1. PRESENTATION DES RESULTATS GLOBAUX SECTION DE FONCTIONNEMENT Dépenses de l exercice 4 541 919.83 Recettes de l exercice 5 378 215.04

Plus en détail

CONSEIL MUNICIPAL 08 avril 2013 COMPTE-RENDU SOMMAIRE. Affiché en exécution de l article L2121-25 du code des Collectivités Territoriales

CONSEIL MUNICIPAL 08 avril 2013 COMPTE-RENDU SOMMAIRE. Affiché en exécution de l article L2121-25 du code des Collectivités Territoriales CONSEIL MUNICIPAL 08 avril 2013 COMPTE-RENDU SOMMAIRE Affiché en exécution de l article L2121-25 du code des Collectivités Territoriales Le Conseil Municipal s est réuni en session ordinaire.. FINANCES

Plus en détail

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81 BUDGET 2013 EQUILIBRE GENERAL Le budget global 2013 se monte à 5 146 475,64 en recettes pour 4 615 844,79 en dépenses. Ces chiffres intègrent à la fois l année 2013 en fonctionnement et investissement

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010 ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE () SICTOBA Mai 2010 Pascal HEYMES Stratorial Finances Agence de Montpellier 2, rue des Arbousiers 34070 MONTPELLIER Tél. : 04 99 61 47 05 - Fax : 04 99 61 47 09 www.stratorial-finances.fr

Plus en détail

Les finances locales en 2014 : actualité, enjeux et perspectives. 9 janvier 2014

Les finances locales en 2014 : actualité, enjeux et perspectives. 9 janvier 2014 Les finances locales en 2014 : actualité, enjeux et perspectives 9 janvier 2014 Le casse-tête chinois Baisse des dotations Péréquation Volatilité de l assiette fiscale Dépenses contraintes Renouvellement

Plus en détail

budget primitif 2015

budget primitif 2015 budget primitif 2015 Budget principal Budgets annexes Balance générale globalisée Budget principal 1 Section de fonctionnement RECETTES DEPENSES BUDGET PRIMITIF 2015 Produits d'exploitation Fonctionnement

Plus en détail

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015 1 Rappel du schéma d un budget 2 BUDGET DE FONCTIONNEMENT BUDGET D'INVESTISSEMENT DEPENSES RECETTES RECETTES DEPENSES Charges à caractère général Energie-électricité,

Plus en détail

Compte rendu du Conseil municipal de Gourin Mardi 10 mars 2015

Compte rendu du Conseil municipal de Gourin Mardi 10 mars 2015 Compte rendu du Conseil municipal de Gourin Mardi 10 mars 2015 8 bordereaux étaient à l ordre du jour 1) Comptes administratifs 2014 M. Menguy (secrétaire général de la mairie) a présenté les comptes administratifs

Plus en détail

LES SUITES DE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE : LES PROPOSITIONS DES ASSOCIATIONS DE MAIRES ET DE PRESIDENTS D EPCI

LES SUITES DE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE : LES PROPOSITIONS DES ASSOCIATIONS DE MAIRES ET DE PRESIDENTS D EPCI le 9 avril 2010 LES SUITES DE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE : LES PROPOSITIONS DES ASSOCIATIONS DE MAIRES ET DE PRESIDENTS D EPCI Le présent document a pour objet de proposer les aménagements nécessaires

Plus en détail

Trésorerie de BEAUCAIRE en collaboration avec le service CEPL-PFDL de la Trésorerie générale du Gard

Trésorerie de BEAUCAIRE en collaboration avec le service CEPL-PFDL de la Trésorerie générale du Gard ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE BELLEGARDE Trésorerie de BEAUCAIRE en collaboration avec le service CEPL-PFDL de la Trésorerie générale du Gard PRESENTATION DE LA COMMUNE La Commune de Bellegarde compte

Plus en détail

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche Audit de début de mandat Commune de Saint-Nom la Bretèche Analyse de la situation financière à fin 2013 Septembre 2014 CALIA Conseil Siège 24 rue Michal 75013 PARIS Antenne de Lyon Tour Part Dieu 129 Rue

Plus en détail

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD ANALYSE DE LA SITUATION DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD Document du 26 janvier 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Pierre BEJJAJI Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

Séance du 17 avril 2015

Séance du 17 avril 2015 Séance du 17 avril 2015 Convocation du 10.04.15 affichée le 10.04.15 à 20h30 Conseillers en exercice : 11. Présents : 8. Votants : 11. PRESIDENCE : Evelyne LALOË, Maire PRESENTS : Évelyne LALOË, Philippe

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE L ENSEIGNEMENT EN COMMUNAUTE FRANCAISE

LE FINANCEMENT DE L ENSEIGNEMENT EN COMMUNAUTE FRANCAISE LE FINANCEMENT DE L ENSEIGNEMENT EN COMMUNAUTE FRANCAISE Michaël VAN DEN KERKHOVE et Robert DESCHAMPS Centre de Recherches sur l Economie Wallonne FUNDP Introduction La réforme institutionnelle de 1988

Plus en détail

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Table des matières 1 Analyse financière de l hôpital d Albertville-Moûtiers... 2 1.1 Analyse de l évolution et résultat... 2 1.2 Analyse de la structure

Plus en détail

COMMUNE DE GRIGNY (91)

COMMUNE DE GRIGNY (91) (091 034 286) 6 ème section N /G/127/n A-08 Séance du 9 avril 2014 RECOMMANDE AVEC A.R COMMUNE DE GRIGNY (91) s 2014 et comptes administratifs 2013 «Ville» annexe de la régie autonome du renouvellement

Plus en détail

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL Le vote du budget constitue l acte politique majeur de la vie de la collectivité. Il doit impérativement être voté avant le 31 mars de l année qu il intéresse. Toutefois,

Plus en détail

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat.

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. Les enfants des écoles vont régulièrement rencontrer les résidents des logements-foyers. PoitiersMag page

Plus en détail

DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011

DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 Février 2011 1 LES ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 1. L EVOLUTION DU BUDGET DE FONCTIONNEMENT 2. L ENDETTEMENT 3. LES PERSPECTIVES POUR LES ANNEES A VENIR 4.

Plus en détail

ANNEXE 2 ANALYSE FINANCIERE DES COMMUNES DE 2007 A 2013

ANNEXE 2 ANALYSE FINANCIERE DES COMMUNES DE 2007 A 2013 ANNEXE 2 ANALYSE FINANCIERE DES COMMUNES DE 27 A 213 Rapport réalisé par le mandataire, en collaboration avec le Service des affaires intercommunales de la Riviera (SAI) Avril 215 Urbaplan-1274-24.6.15

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

V I L L E D E L A R I V I E R E - D E - C O R P S EXTRAIT DES DECISIONS DU CONSEIL MUNICIPAL

V I L L E D E L A R I V I E R E - D E - C O R P S EXTRAIT DES DECISIONS DU CONSEIL MUNICIPAL V I L L E D E L A R I V I E R E - D E - C O R P S EXTRAIT DES DECISIONS DU CONSEIL MUNICIPAL La séance ouverte à 19h00 est présidée par Madame Véronique SAUBLET SAINT MARS Conseil Municipal Séance du 15

Plus en détail

FINANCES LOCALES supplément septembre 2015

FINANCES LOCALES supplément septembre 2015 SPÉCIAL FINANCES LOCALES supplément septembre 2015 L État réduit son aide financière aux communes Quelles conséquences pour Meudon et les Meudonnais? La commune reste la collectivité de proximité par excellence

Plus en détail

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010 COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E Orientations budgétaires 2010 Conseil Communautaire du 1 ER Mars 2010 3 - FINANCES Débat d orientations budgétaires 2010 Notre communauté, créée il y a maintenant plus

Plus en détail

DEBAT D'ORIENTATION BUDGETAIRE 2016 NOTE DE SYNTHESE

DEBAT D'ORIENTATION BUDGETAIRE 2016 NOTE DE SYNTHESE DEBAT D'ORIENTATION BUDGETAIRE 2016 NOTE DE SYNTHESE L article L. 2312-1 du Code général des collectivités territoriales, dispose qu un débat préalable appelé Débat d'orientation Budgétaire (DOB) doit

Plus en détail

TOULOUSE, le 10 juillet 2008. Le Président. Réf. : GO8095011. Monsieur le Maire,

TOULOUSE, le 10 juillet 2008. Le Président. Réf. : GO8095011. Monsieur le Maire, Le Président TOULOUSE, le 10 juillet 2008 Réf. : GO8095011 Monsieur le Maire, Conformément à l'article L. 241-11 du code des juridictions financières je vous notifie le rapport d'observations définitives

Plus en détail

Préavis N 19-2011 au Conseil communal

Préavis N 19-2011 au Conseil communal Municipalité Préavis N 19-2011 au Conseil communal Fixation du plafond d'endettement et du plafond pour les cautionnements Responsabilité(s) du dossier : Direction de l administration générale, des finances

Plus en détail

BUDGET EQUITABLE ET DE RELANCE ECONOMIQUE. Propositions d'un Budget équitable et de relance économique 1

BUDGET EQUITABLE ET DE RELANCE ECONOMIQUE. Propositions d'un Budget équitable et de relance économique 1 BUDGET EQUITABLE ET DE RELANCE ECONOMIQUE CM du 12/02/2009 Propositions d'un Budget équitable et de relance économique 1 POURQUOI? Réussir le contrat d action municipale élaboré avec les habitants Promouvoir

Plus en détail

Les dépenses et les recettes de la Sécurité sociale : l exemple du régime général

Les dépenses et les recettes de la Sécurité sociale : l exemple du régime général Les dépenses et les recettes de la Sécurité sociale : l exemple du régime général Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I - Les dépenses du régime général... 4 II - Les recettes

Plus en détail

Ville de Beaucourt. Analyse financière rétrospective 2005-2012. Conseil municipal du 18 juin 2013

Ville de Beaucourt. Analyse financière rétrospective 2005-2012. Conseil municipal du 18 juin 2013 Ville de Beaucourt Analyse financière rétrospective 2005-2012 Conseil municipal du 18 juin 2013 Sommaire Page Fiscalité 2 Budget de fonctionnement 7 Soldes intermédiaires de gestion 13 Investissements

Plus en détail

ACTUALITÉ DES FINANCES DES DÉPARTEMENTS

ACTUALITÉ DES FINANCES DES DÉPARTEMENTS ACTUALITÉ DES FINANCES DES DÉPARTEMENTS Présentation par M. LEBRETON, Président de l ADF 9 octobre 2012 1 Glossaire des sigles AIS: Allocations individuelles de solidarité APA: Allocation personnalisée

Plus en détail

L analyse financière prospective sur la période 2015 2020

L analyse financière prospective sur la période 2015 2020 Sainghin-en-Weppes L analyse financière prospective sur la période 2015 2020 Analyse prospective Rapport définitif Août 2015 Sommaire 1. Déroulement méthodologique et hypothèses retenues 2 Le déroulement

Plus en détail

Argumentaire sur la «TVA sociale»

Argumentaire sur la «TVA sociale» 1 Argumentaire sur la «TVA sociale» La proposition de transférer une partie des cotisations sociales sur des impositions est à nouveau au cœur du débat public. Une augmentation de la TVA, souvent dénommée

Plus en détail

Plan de redressement du 12 Mai 2015 Présentation du 10 septembre 2015 Réduire les charges à caractère général Objectifs Etat Diminution des frais de carburants, de fournitures d entretien et petits équipements,

Plus en détail

Madame le Maire, Je vous prie d agréer, Madame le Maire, l expression de ma considération la plus distinguée. Michel-Pierre PRAT

Madame le Maire, Je vous prie d agréer, Madame le Maire, l expression de ma considération la plus distinguée. Michel-Pierre PRAT Le Président Lyon, le 08 juin 2010 N Recommandée avec A.R. REF : ma lettre n 863 du 19 avril 2010 P.J. : 1 Madame le Maire, Par lettre citée en référence, je vous ai communiqué le rapport d observations

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

SESSION 2009 UE6 FINANCE D ENTREPRISE

SESSION 2009 UE6 FINANCE D ENTREPRISE 910006 DCG SESSION 2009 UE6 FINANCE D ENTREPRISE Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 Document autorisé : Aucun document n est autorisé. Matériel autorisé : Une calculatrice de poche à fonctionnement

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2015 LOI DE FINANCES POUR 2016 : LES PRINCIPALES DISPOSITIONS

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2015 LOI DE FINANCES POUR 2016 : LES PRINCIPALES DISPOSITIONS LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2015 LOI DE FINANCES POUR 2016 : LES PRINCIPALES DISPOSITIONS LES DISPOSITIONS EN MATIERE FISCALE GENERALITES - Barème de l impôt sur le revenu 2016 La note sur la fiscalisation

Plus en détail

2013 : les prémices d une nouvelle donne pour les finances locales

2013 : les prémices d une nouvelle donne pour les finances locales Présentation CERC Ile de France, le 7 novembre 2013 Paris 2013 : les prémices d une nouvelle donne pour les finances locales Thomas Rougier Martine Ly Directeur des Etudes Directrice Territoriale IdF Direction

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2015 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ Ce dossier comporte des éléments de

Plus en détail

Centre des finances publiques d OULLINS

Centre des finances publiques d OULLINS ANALYSE FINANCIERE COMMUNE DE VERNAISON Centre des finances publiques d OULLINS PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ La commune est située dans l arrondissement de Lyon. Elle compte 4 519 habitants. Vernaison

Plus en détail

Début du Conseil à 20h00

Début du Conseil à 20h00 Département du RHONE Mairie de LOZANNE CONSEIL MUNICIPAL ORDINAIRE DU 27 MARS 2015 COMPTE RENDU Le 27 mars 2015 à vingt heures, le Conseil Municipal régulièrement convoqué s est réuni à la Mairie sous

Plus en détail

Note d information à destination des maires et des présidents d'epci sur les conséquences des baisses de dotations

Note d information à destination des maires et des présidents d'epci sur les conséquences des baisses de dotations Note d information à destination des maires et des présidents d'epci sur les conséquences des baisses de dotations Cette note répond à un double objectif : rétablir la vérité sur les conditions de la gestion

Plus en détail

Je vous prie d agréer, Monsieur le Directeur, l expression de ma considération distinguée.

Je vous prie d agréer, Monsieur le Directeur, l expression de ma considération distinguée. Le Président Nantes, le 11 mars 2013 Référence rappeler : KPL GD 130392 KJF Monsieur le Directeur, Je vous ai adressé par lettre du 30 janvier 2013 le rapport d observations définitives concernant la gestion

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. OBJET : Tutelle financière des chambres de métiers et des chambres régionales de métiers.

REPUBLIQUE FRANCAISE. OBJET : Tutelle financière des chambres de métiers et des chambres régionales de métiers. REPUBLIQUE FRANCAISE MINISTERE DU COMMERCE ET DE L ARTISANAT DIRECTION DE L ARTISANAT PARIS, LE 13 JAN. 1989 Sous-Direction de la Réglementation 24, rue de l Université et de l Orientation des Structures

Plus en détail

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS Le 21 NOVEMBRE 2014 Jean-Pierre COBLENTZ Rozenn LE CALVEZ STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy 75012

Plus en détail

A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LANGUEDOC-ROUSSILLON,

A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LANGUEDOC-ROUSSILLON, Formation plénière DOSSIER Commune de Junas CP N 030031 136 Département du Gard Articles L. 1612-4 et L. 1612-5 du code général des collectivités territoriales A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES

Plus en détail

Charte de la Commune Nouvelle AUDIERNE-ESQUIBIEN

Charte de la Commune Nouvelle AUDIERNE-ESQUIBIEN Charte de la Commune Nouvelle AUDIERNE-ESQUIBIEN Modifiée suite aux remarques des Conseils Municipaux du 8 Juillet 2015 Projet de charte élaboré par le groupe de travail composé de : Joseph Evenat, Didier

Plus en détail

Comptes administratifs 2008 Rapport d analyse

Comptes administratifs 2008 Rapport d analyse Comptes administratifs 2008 Rapport d analyse SOMMAIRE PREAMBULE page 3 1 ) Analyse des résultats.page 6 2 ) Le budget principal...page 9 La section de fonctionnement page 11 La section d investissement

Plus en détail

COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 3 avril 2015

COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 3 avril 2015 COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL DU 3 avril 2015 Monsieur le Maire remercie Monsieur MOISSON, Percepteur à Montluel et Trésorier de la commune, pour sa présence à cette séance du conseil. Monsieur le

Plus en détail

ETUDE SUR LA FISCALITE IMMOBILIERE EN EUROPE

ETUDE SUR LA FISCALITE IMMOBILIERE EN EUROPE FEDERATION DES PROMOTEURS IMMOBILIERS DE FRANCE ETUDE SUR LA FISCALITE IMMOBILIERE EN EUROPE 20 octobre 2014 Ce rapport contient 7 pages Exposé préalable Méthologie de l étude Cette étude vise à comparer

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail