Actualisation de la valeur vénale d un portefeuille immobilier

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Actualisation de la valeur vénale d un portefeuille immobilier"

Transcription

1 Actualisatin de la valeur vénale d un prtefeuille immbilier A la date de septembre 2011 pur le cmpte de la Sciété ZÜBLIN IMMOBILIERE France SA Référence : CGRA I

2 MISSION Nus, sciété d'expertise BNP PARIBAS REAL ESTATE VALUATION, membre de l'assciatin Française des Sciétés d'expertise Immbilière, par abréviatin "AFREXIM", adhérant à la Charte de l'expertise en Evaluatin Immbilière, avns été cmmis, par cntrat du 29/08/2011, en ntre qualité d'expert, par : la Sciété ZÜBLIN IMMOBILIERE Représentée par Mnsieur Pierre ESSIG, Directeur Général, Dmiciliée au : 52, rue de la Victire PARIS Aux fins d actualiser sur pièces, pur sn cmpte, les valeurs vénales au 31 mars 2011 de divers biens immbiliers, détenus en pleine prpriété, à usage de bureaux, sis : 52, bulevard du Parc Jatte NEUILLY SUR SEINE 28, bulevard du Parc Jatte NEUILLY SUR SEINE 26, bulevard du Parc Jatte NEUILLY SUR SEINE 2, rue Henappe NANTERRE 1, prmenade de la Bnnette GENNEVILLIERS 12/18, rue Gustave Flurens SURESNES 17/23, avenue Gerges Pmpidu LYON 36/40, rue Rger Salengr MARSEILLE Référence : CGRA I Page 2

3 METHODOLOGIE Nus avns prcédé à l actualisatin en valeur vénale de chaque bien immbilier en ayant recurs aux méthdes classiques d'évaluatin, ceci en cnfrmité avec les référentiels prfessinnels que snt la Charte de l Expertise en Estimatin Immbilière, les Nrmes Eurpéennes d Expertises Immbilières dévelppées par The Eurpean Grup f Valuers Assciatins (TEGVA) et les recmmandatins COB/CNC de venue Autrité des Marchés Financiers A.M.F.) de février 2000 prtant sur l expertise immbilière du patrimine des sciétés faisant un appel public à l épargne : - Méthde par capitalisatin des revenus nets. - Méthde par cmparaisn. - Méthde par actualisatin des cash flws Ces méthdes nt été appliquées seln les principes suivants : - Apprche par capitalisatin des lyers nets : Cette méthde cnsiste à appliquer un taux de rendement aux lyers réels u escmptables, en tenant cmpte du niveau des lyers en curs par rapprt aux valeurs lcatives de marché crrespndantes. L expert apprécie des plus u mins-values sur les lyers cnstatés par rapprt au marché. Le taux de rendement retenu résulte de l'bservatin des taux pratiqués sur le marché immbilier sectriel. Par ailleurs, l expert intègre pur chaque immeuble, le cût des travaux nécessaires à sa pérennité seln le plan de travaux établi par le prpriétaire u seln les dnnées qu il aura recueillies lrs de ntre précédente visite. Ce mntant est déduit de la valeur btenue par l apprche par capitalisatin. - Apprche par cmparaisn: L expert établit une apprche par les ratis unitaires, m² par nature d affectatin et unité pur les emplacements de statinnement tenant cmpte de leur état. Cette apprche permet à l expert, d btenir une valeur glbale par immeuble de laquelle il déduit les mntants de travaux nécessaires à sn maintien seln un schéma identique à celui de l apprche par capitalisatin du revenu. - Apprche par la méthde des "Discunted Cash Flw": Autre variante de la méthde par le revenu, cette méthde permet d intégrer les flux sur une péride d analyse de 10 ans, en tenant cmpte : - des lyers quittancés, - des lyers attendus, - d un taux de vacance, cnstaté u envisageable, - des charges nn récupérables. - des impôts, taxes et assimilés, - des travaux d entretien et d investissement, - des charges de fnctinnement, récupérables nn récupérées, assurances, - des hnraires de cmmercialisatin des lcaux vacants. - des travaux avant relcatin. La valeur vénale retenue est la myenne arithmétique de ces 3 méthdes (1). (1) Cette myenne arithmétique ne sera pas retenue pur l immeuble de Marseille (cf page 8). En cnfrmité avec les instructins de l A.M.F. et ntamment ses recmmandatins d'ctbre 1995, les cnclusins fnt apparaître : - la valeur vénale exprimée hrs les drits de mutatin, - la valeur de recnstitutin, frais et drits de mutatins inclus. Cncernant lesdits drits de mutatin, il a été adpté un taux de 6.20%, en cnfrmité avec la recmmandatin de l Assciatin Française des Sciétés d Expertise Immbilière (A.F.R.EX.IM.) lrsque la mutatin est sumise au régime des drits d enregistrement et de 1.80 % lrsqu elle dépend du régime T.V.A. Référence : CGRA I Page 3

4 RESUME DU PORTEFEUILLE Cette évaluatin prte sur 8 actifs immbiliers à usage principal de bureaux, situés à Neuilly-sur-Seine, Nanterre, Gennevilliers, Suresnes, Lyn et Marseille. Jatte 1, 52 bulevard du Parc, Neuilly-sur-Seine Il s agit d un immeuble de bureaux, détenu en tute prpriété, datant du début des années 1970 et affichant un certain cachet architectural. Il est élevé de neuf étages sur rez-de-chaussée et quatre niveaux de sus-sls. Il ffre une surface utile de m² intégrant un vaste hall d accueil, un auditrium de 160 places ainsi qu un RIE et ses salns. L aménagement des lcaux est de bnne qualité et les surfaces snt fnctinnelles. Elles autrisent une divisibilité aisée tant hrizntalement que verticalement ainsi qu une grande mdularité des plateaux. Situé à l Ouest de la Capitale, en première périphérie, dans la cmmune ctée de Neuilly sur Seine, ce bien prfite d un envirnnement calme et verdyant principalement cnstitué d immeubles à usage de bureaux mais également d habitatin. L immeuble était lué en ttalité aux termes d un bail cmmercial cnsenti à la Sciété ROCHE. Ayant pris effet en juillet 2002, ce bail est arrivé à échéance le 30 juin Le lcataire cntinue cependant d ccuper les lcaux jusqu au 30 nvembre 2011, myennant une indemnité d ccupatin de HT HC/mis, faisant ressrtir un lyer hrs parking et annexes de l rdre de 360 HT HC/m². Afin de valriser l immeuble par la méthde des Discunted Cash Flw, nus avns cnsidéré un départ du lcataire au 30/11/2011. Après la libératin des surfaces, nus cnsidérerns la réalisatin de travaux sur une durée de 2 ans, pur un mntant de 19.5M qui crrespnd à un rati nrmalisé d envirn HT/m² qu un ptentiel acquéreur serait susceptible de déduire de sn ffre cmpte tenu de l ancienneté de l immeuble. Lyer de marché cnsidéré après travaux : HT-HC/an. Jatte 2, 28 bulevard du Parc, Neuilly-sur-Seine Cet immeuble indépendant, cnstruit dans les années 1970 est édifié sur tris niveaux de sus-sl, d un rez-de-chaussée et de 6 étages drits à usage de bureaux. Il ffre une surface utile de bureaux de m² et 647 m² d archives et cmpte 149 places de statinnement en sus-sl. Les plateaux snt rganisés en bureaux clisnnés en premier jur (clisnnement mbile) et bénéficient d aménagement et d équipements de bnne qualité. Visin de l immeuble Jatte 1, ce bien détenu en pleine prpriété prfite de l envirnnement agréable que prpse la cmmune de Neuilly. Le bâtiment était intégralement lué à la sciété YSL Beauté (grupe L OREAL) qui a quitté le site le 30 juin Afin de valriser l immeuble par la méthde des Discunted Cash Flw, nus avns cnsidéré la réalisatin d imprtants travaux de rénvatin similaires à ceux réalisés sur l immeuble Jatte 1, pur un mntant estimé à 11.5M, mntant qu un ptentiel acquéreur serait susceptible de déduire de sn ffre cmpte tenu de l ancienneté de l immeuble (livraisn cnsidérée fin 2012). Lyer de marché cnsidéré après travaux : HT-HC/an. Référence : CGRA I Page 4

5 Jatte 3, 26 bulevard du Parc, Neuilly-sur-Seine Cet immeuble indépendant, détenu en pleine prpriété date de la fin des années Il est élevé sur 3 niveaux de sus-sl à usage de parking, archives et lcaux techniques, d un rez-de-chaussée et de 9 étages à usage principal de bureaux. Il ffre une surface utile de bureaux de m², 888 m² d archives ainsi qu un RIE de 405 m². Les surfaces de bureaux snt rganisées en deux ailes articulées autur d un nyau central. L aménagement des lcaux est de bnne qualité et les surfaces snt fnctinnelles grâce à une mdularité des plateaux et une divisibilité aisée tant hrizntalement que verticalement. Egalement situé sur l Ile de la Jatte, le bâtiment s inscrit dans un envirnnement mixte et agréable. Suite aux cngés de Rche, YSL beauté et Tandberg Telecm, m² de bureaux snt vacants au 30 septembre S agissant des autres surfaces, cet immeuble est lué aux termes de baux, sumis aux articles L 145 du Nuveau Cde de Cmmerce et aux articles nn abrgés à ce jur du Décret du 30 septembre 1953 et des textes subséquents : - Grass Rts lue 540 m² (bail 4/6/9 ans avec une prchaine échéance au 31/12/2013). - CISAC dispse de 520 m² (bail 6/9 ans arrivant à échéance le 31/12/2019). - TMC Régie lue 860 m² (bail 3/6/9 récemment cnsenti : effet au 01/01/2009). - Rche ccupe m² (bail 6/9 ayant pris effet au 01/02/2005). Un cngé a été délivré pur le 31/01/2011 cependant une cnventin d ccupatin précaire mise en place sur la base d un lyer frfaitaire mensuel de pur la péride allant du 01/02/2011 au 30/11/2011. Nus nterns également la recnductin du bail, pur des surfaces en rez-de-chaussée, cnsenti aux Editins Lafn (bail précaire) jusqu au 31 décembre Pur l ensemble des surfaces ccupées au 30 septembre 2011, le mntant du lyer annuel s élève à HT HC. Ces lyers snt révisés annuellement à la date anniversaire des baux seln la variatin de l indice Natinal du Cût de la Cnstructin publié par l INSEE. S'agissant de la méthde par Discunted Cash Flw, nus retenns une rénvatin prgressive des plateaux suite aux différents départs des lcataires, pur un mntant ttal de 12.4 M, 10.9M restant à réaliser, ainsi que le remplacement des cellules haute tensin pur 300 K. Valeur vénale de l'actif résultante de cette méthde : HD Référence : CGRA I Page 5

6 Le Magellan, 2 rue Hennape, Nanterre Cnstitué d'un crps unique de bâtiment de frme rectangulaire, cet immeuble datant de 2001 est élevé sur deux niveaux de sus-sl à usage de parking, d'un rez-de-chaussée à usage de restaurant interentreprises et d'auditrium ainsi que de 6 étages à usage de bureaux. Une extensin à usage principal de bureaux est acclée au bâtiment principal et est élevée sur sus-sl, d'un rez-de-chaussée et de 4 étages. D une surface utile de bureaux de m² incluant un RIE et un auditrium, cet immeuble cmpte 296 places de statinnement extérieures et en sus-sl. Situé au sein d'un pôle écnmique majeur de l'ouest parisien, à prximité de la Défense, cet ensemble est lcalisé dans un quartier mixte (habitat et tertiaire). D'architecture sbre, il apparaît en très bn état d'entretien. Il ffre un niveau d'équipements et de prestatins très crrect. De plus, la cnfiguratin des plateaux permet une divisin tant verticale qu'hrizntale. La majrité des surfaces (près de m²) est luée à la sciété FAURECIA au terme d un bail de 6 ans fermes ayant pris effet au 1 er ctbre m², au 1 er étage, fnt l bjet d une lcatin cnsentie le 1 er janvier 2011, à la sciété Natinal Instruments France (anciennement sus lcataire des mêmes surfaces) pur une péride ferme de 6 ans m² situés au 2 ème étage snt libres au 30 septembre Le lyer de fin de prgressivité au 30 septembre 2011 pur les surfaces ccupées s élève à HT HC sit un rati de 417 HT HC/m²/an hrs parkings / RIE inclus. Ce lyer est révisé annuellement à la date anniversaire des baux seln la variatin de l indice Natinal du Cût de la Cnstructin publié par l INSEE. Durant les 6 premières années du bail, ZÜBLIN a cnsenti divers travaux d'améliratin et de rénvatin dans une limite glbale et frfaitaire de HT. Ils cmprendrnt : - La pse de barrières aux accès parking, - la créatin d'un espace parking pur 2 rues, - l'installatin d'un garde-crps en titure, - la mise en peinture des parkings en sus-sl, - les menus travaux de réfectin du RIE, - le réaménagement des dispsitifs généraux d'interruptin électrique des plateaux, - la cnstructin d'une guérite pur le gardien. S'agissant de la méthde par Discunted Cash Flw, deux scénarii nt été pndérés en fnctin de l'appréciatin que nus avns de leur prbabilité de réalisatin : hypthèse 1 pndérée à 30% : Départ pur les étages du 3ème au 6ème lrs de la prchaine ptin triennale sit le 30/09/2014. Valeur vénale de l'actif : HD. hypthèse 2 pndérée à 70% : Départ pur les étages du 3ème au 6ème à la fin du bail sit le 30/09/2017. Valeur vénale de l'actif : HD Référence : CGRA I Page 6

7 Le Chaganne, 1 Prmenade de la Bnnette, ZAC des Barbanniers, Gennevilliers Immeuble en pleine prpriété, datant de 1991, cnstitué d un crps de bâtiment en frme de «U», et élevé de 5 étages à usage de bureaux dnt deux partiels, sur rez-de-chaussée à usage d activité et sus-sl à usage de parkings. Il dévelppe m² de bureaux, m² d activité et 178 m² d archives. Cet ensemble de bnne facture architecturale présente des équipements en bn état ainsi que des surfaces ratinnelles, lumineuses et permettant une divisin tant verticale qu hrizntale. L rganisatin et l aménagement des lcaux crrespndent parfaitement à l activité du preneur en place : Eurp Assistance France. Un bail cmmercial de 6/9 ans leur a été cnsenti prenant effet le 01/08/2006. Le mntant annuel du lyer au 30 septembre 2011 s élève à HT HC/an, sit un rati hrs parking et annexes d envirn 230 HT HC/m²/an. Ce lyer est révisé annuellement à la date anniversaire du bail seln la variatin de l indice Natinal du Cût de la Cnstructin publié par l INSEE. Situé sur la rive gauche de la Seine, à 5 km envirn au Nrd-uest de Paris, au sein d un pôle tertiaire, l actif prfite de la prximité de la gare RER de Gennevilliers. L envirnnement immédiat est cnstitué d'immeubles de bureaux bénéficiant d une bnne renmmée cmme «Le Signac» mais également d immeubles tertiaires indépendants enturés de parkings et d espaces verts. Près d un millin d eurs de travaux nt été réalisés sur ce site curant : - Sécurisatin des issues de securs pur 16 K, - Travaux de climatisatin pur 920 K. Il est prévu également l'installatin de cmpteurs et d'un système de cllecte et d'analyse des dnnées énergétiques pur un mntant de et une rénvatin des équipements en pur un mntant de Hrizn Défense II, 28 rue de Verdun-12 à 18 rue Gustave Flurens, Suresnes Cnstructin datant de 2006, cnstituée d un crps de bâtiment en «L», en mityenneté de part et d autre, élevé de 5 étages (dernier étage en partie avec terrasse) sur rez-de-chaussée, agrémenté d un petit jardin intérieur et 2 sus-sls. A usage principal de bureaux, elle ffre une surface utile de l rdre de m² L ensemble des surfaces et des niveaux bénéficie d une distributin fnctinnelle et d un éclairement naturel très agréable facilité par de larges façades vitrées. A l angle de deux rues, l immeuble prfite d une excellente visibilité au sein d un secteur mixte regrupant des immeubles cllectifs d habitatin et des immeubles tertiaires. Il est intégralement lué à la sciété LEXMARK seln un bail cmmercial de 6/9 ans cnsenti le 01/08/2006. Le lyer annuel au 30 septembre 2011 s élève à HT HC sit 320 HT HC/m²/an hrs parkings. Ce lyer est révisé annuellement à la date anniversaire du bail seln la variatin de l indice Natinal du Cût de la Cnstructin publié par l INSEE. Référence : CGRA I Page 7

8 Le Danica, avenue Gerges Pmpidu, Lyn L ensemble immbilier date de En dépit d une taille imprtante, il présente une architecture «aérée», cnstituée de tris bâtiments parallèles ffrant une «prue» arrndie sur l avenue Gerges Pmpidu, alternant avec deux curs intérieures de m² et m² envirn. Il ffre une surface utile de bureaux de plus de m² et 435 emplacements de parking parfis dubles. Cet ensemble pluri-lcataire est en bn état d entretien. Les aménagements diffèrent seln les ccupants. L actif prfite d une excellente lcalisatin tertiaire au sein du premier quartier d affaires réginal. L envirnnement est très largement dminé par les bâtiments tertiaires du pôle d affaires de la Part-Dieu. Préservé de l imprtant trafic de la rue Maurice Flandin, il bénéficie d une excellente visibilité depuis la gare et d une desserte ptimale en transprts en cmmun. Ntns que des travaux nt été réalisés sur ce site : - Réfectin des sanitaires pur 1.2 millins d eurs - Rénvatin d un hall et paliers pur 120 K. Au 30 septembre 2011, le lyer glbal net de l actif s élève à HT HC/an, ce vaste ensemble cmptabilisant m² vacants rue Rger Salengr, Marseille Ensemble immbilier en pleine prpriété datant de 2008, cnstitué d un crps de bâtiment en «U», élevé sur sus-sl et rez-de-chaussée, de 3 étages et d un 4ème étage partiel sur avenue, frmant attique en retrait. De bnne cnceptin architecturale permettant un bn éclairement naturel des bureaux et une divisibilité aisée au regard des circulatins verticales, il bénéficie d un niveau d équipements et d aménagements élevé, en adéquatin avec sa destinatin actuelle. Il ffre des surfaces de bureaux de m² ainsi que d autres d activité (1 100 m²) et 47 parkings en sus-sl. Cet actif tertiaire est situé dans le quartier en mutatin de La Villette, dans le trisième arrndissement de Marseille et au niveau d une extensin du périmètre Eurméditerranée. Mn lcataire, ce bien génère actuellement un revenu annuel net de HT HC (Taxe Fncière à la charge du bailleur déduite) dnt de surlyer crrespndant aux aménagements spécifiques demandés par la Mairie de Marseille, le lcataire ; sit un lyer de 192 HT-HC/m²/an hrs surlyer. Au 30 septembre 2011, la valeur de l ensemble des immeubles détenus par le Grupe a été déterminée en calculant la myenne arithmétique des valeurs btenues seln les tris méthdlgies à l exceptin de l immeuble le Salengr. Cmpte tenu de la demande d infrmatin de la Ville de Marseille relative à l exercice de l ptin d achat dnt elle dispse sur l immeuble, l évaluateur a estimé la pssibilité de vir l immeuble vendu à curt terme à la valeur de l ptin d achat en pndérant chacune des méthdlgies dans le calcul de la myenne de la façn suivante : - Méthde par actualisatin des cash-flws : 5% - Méthde par capitalisatin des revenus nets : 5% - Méthde par cmparaisn : 90% Au 30 septembre 2011, la valeur de la méthde par cmparaisn pur l immeuble Salengr est btenue en ajutant à la valeur de l ptin d achat calculée à cette date les lyers à encaisser jusqu à une date estimée de réalisatin de la vente, cmpte tenu des prcédures administratives à suivre, au 31 mars Référence : CGRA I Page 8

9 ANALYSE DE MARCHE L investissement en France Avec près de 10 milliards d eurs d engagements recensés au curs des 9 premiers mis de l année 2011, sit une prgressin de 32 % cmparativement à la même péride de 2010, le marché de l investissement en immbilier d entreprise en France cnfirme sa reprise. Plusieurs facteurs justifient cette embellie. En ce début d année 2011, les cnditins de financement restaient attractives, les actifs immbiliers plus rémunérateurs que les bligatins d Etat et mins vlatils que les marchés bursiers, enfin les investisseurs semblaient plus cnfiants, rassurés par un marché lcatif dynamique. L activité du marché de l investissement sur cette péride s est caractérisée par de nuvelles tendances. Dans un premier temps, les ventes de prtefeuilles nt fait leur retur avec 1,8 milliard d eurs investis au curs des 3 premiers trimestres, en cmparaisn à 1,1 milliard sur les 9 premiers mis de l année La transactin la plus imprtante a cncerné la cessin par Axa à Nrges Bank d une participatin de 50 % dans un prtefeuille d actifs de bureaux franciliens pur un mntant de 700 millins d eurs. Par ailleurs, les transactins d envergure, supérieures à 100 millins d eurs nt été particulièrement dynamiques, elles nt représenté 4,1 milliards d eurs sur les 9 premiers de l année (cntre 2,3 milliards sur la même péride de 2010). Parmi les transactins les plus significatives de ce 3ème trimestre figure l acquisitin par le cnsrtium Caisse des Dépôts, Prédica et Scr de l immeuble River Ouest ( m²) à Bezns pur un vlume estimé à 370 millins d eurs. Enfin, malgré la prépndérance de l Ile-de-France, le marché de l investissement en Régins se caractérise par un retur des investissements en bureaux, prenant ainsi le relais des cmmerces qui avaient largement dminé le marché en 2009 et Ainsi, 1,1 milliard d eurs nt été investis en bureaux en Régins sur les 3 premiers trimestres de 2011, cntre seulement 330 millins d eurs sur la même péride Les taux de rendement "prime" snt quant à eux restés stables. Cependant, deux tendances se distinguent. Au curs du 1er semestre la frte prgressin de l OAT avait amputé de manière significative la prime de risque des investisseurs, les incitant à rester fermes sur le niveau plancher du taux "prime". Depuis cet été, la crise de la dette suveraine particulièrement virulente a, certes, permis de recnstituer une prime de risque attractive mais a replngé les acquéreurs dans un climat d incertitudes. Ainsi, malgré un réel retur des capitaux sur le marché, les investisseurs resternt très majritairement turnés vers les prduits les plus sécurisés, renfrçant ainsi l impact d un marché à deux vitesses. Dans un cntexte écnmique particulièrement difficile, un ralentissement des investissements est envisageable dès le 4ème trimestre 2011, prtant néanmins les vlumes d engagements à milliards d eurs sur l ensemble de l année 2011, sit un niveau prche de la myenne de lng terme (15 milliards d eurs). Référence : CGRA I Page 9

10 Le Marché des bureaux en Ile de France Avec m² cmmercialisés au curs des neufs premiers mis de l année 2011, le marché des bureaux franciliens affiche une augmentatin de 20 % cmparativement à la même péride de Ainsi, cmpte tenu des vlumes enregistrés lrs du 3ème trimestre 2011 ( m² placés, sit la deuxième plus frte perfrmance des dix dernières années), le marché renue avec un niveau similaire aux vlumes placés de l année Cntrairement aux trimestres précédents ù le segment des surfaces de mins de m² sutenait le marché, le frt rebnd des transactins s explique essentiellement par la dynamique des transactins de grandes surfaces (plus de m²). Ainsi, avec m² placés au curs du 3ème trimestre cntre seulement m² un an auparavant, le marché des grandes surfaces affiche une perfrmance histrique. Néanmins, il cnvient de nuancer cette frte hausse avec le caractère exceptinnel des transactins de SFR à Saint-Denis et de Carrefur à Massy sur plus de m². En termes de psitinnement gégraphique, plusieurs grandes cmmercialisatins impactent les secteurs périphériques tels que la Bucle Nrd, la 1ère Curnne Nrd u encre la 2ème Curnne Sud. De sn côté, Paris hrs Quartier Central enregistre la plus grande transactin de la capitale depuis 7 ans avec la prise à bail de m² par le Ministère de l Intérieur dans l immeuble Le Lumière (Paris 12ème). A l inverse, le secteur de La Défense cntinue d enregistrer un vlume de transactins en deçà de la myenne décennale. L ffre à un an ttalise 4,5 millins de m² dispnibles à la fin du 3ème trimestre 2011, sit une baisse significative de 6 % sur 12 mis. Ce frt repli reste principalement le résultat d une frte cnsmmatin de surfaces neuves u restructurées. Ainsi, la part des surfaces neuves et restructurées dispnibles à un an ne représente plus que 23 % au 1er ctbre 2011 cntre 26 % un an auparavant. Du cté des actifs de secnde main dispnibles, même si le vlume apparaît encre élevé, une stabilisatin s père depuis le début d année. Dans ce cntexte, le taux de vacance des bureaux franciliens, qui s établit aujurd hui à 7,1 %, devrait peu évluer d ici la fin d année. Référence : CGRA I Page 10

11 Au final, malgré la récente amplificatin de la crise des dettes suveraines, le marché des bureaux en Île-de- France affiche aujurd hui un niveau de transactin élevé, laissant présager pur la fin d année un vlume annuel cmpris entre 2,3 et 2,4 millins de m². Dans un scénari central de frt ralentissement de l activité écnmique, les vlumes cmmercialisés des bureaux en Île-de-France purraient être cmpris entre 2 et 2,2 millins de m² en Le Marché des bureaux en Régin L ajustement du marché des bureaux en régins se cnfirme après un rebnd en Le décrchage du niveau des vlumes de bureaux traités en 2009 avait impliqué un décalage des transactins sur Suite à cette année faste, un relâchement était à anticiper pur Or, ce premier semestre est marqué par une tendance haussière (+6 % cmptes-prpres inclus) par rapprt à l an dernier, de semestre à semestre. Ainsi le rééquilibrage du marché des bureaux amrcé en 2010 se pursuit, bien que fragilisé par des perspectives écnmiques mrses. Elles n apparaissent pas favrables au prlngement de ce réajustement à plus lng terme. Grâce à une imprtante cnsmmatin de bureaux neufs et une lente résrptin dans le secnde main, l ffre à un an en régins retruve ses niveaux de Les marchés s élignent un peu plus d un risque de situatin de "surffre". Cependant, des tensins se cnfirment sur le marché des bureaux neufs, malgré une reprise des mises en chantier. La légère décrue de l ffre à un an de secnde main est crrbrée par des niveaux de transactins élevés. Ces muvements sulignent clairement un effet de reprt des utilisateurs sur des bureaux neufs se raréfiant, vers des biens de secnde main de qualité. Les transactins sur des grandes surfaces de bureaux gardent tujurs une part prépndérante dans la tenue des marchés. Elles émanent plus suvent du secteur privé (infrmatique, ingénierie...) depuis cette année, et cette tendance devrait se cnfrter jusqu à fin À la différence de 2010, ce ne snt plus les signatures prtant sur des surfaces de plus de m² qui nt sutenu le marché. Glbalement, la tranche de surface inférieure (entre et m²) a bien impacté de manière psitive le niveau des transactins ce semestre. La slidité des marchés reste menacée par la dualité entre une ffre neuve u récente de mins en mins dispnible, et une ffre de secnde main peu qualitative en cnstante augmentatin. C est le cas dans la plupart des villes, et ce de manière accrue dans les principaux quartiers d affaires (Part- Dieu, Eurméditerranée, Euralille), ù cette situatin s est encre renfrcée. Le déplacement des transactins vers des bureaux de secnde main cncerne majritairement des biens qui se démarquent distinctement en fnctin de leur qualité. Le danger se manifeste alrs au regard du stck grandissant d immeubles anciens peu adaptés aux attentes des utilisateurs. Les délais de cmmercialisatin restent relativement curts en centre-ville, et diminuent légèrement en périphérie. Référence : CGRA I Page 11

12 Offre et transactin : Un des faits marquants de ce semestre est que l ffre de secnde main décrît pur la première fis depuis 2007, tandis que l absrptin de bureaux neufs se pursuit, ce qui a permis à la plupart des villes de retruver un marché équilibré. Elles snt aussi marquées par la réalisatin u nn de transactins significatives : des marchés cmme Tuluse u Lyn cmmencent très bien l année, tandis que Lille u Marseille cnnaissent un net repli. À Lyn, le rythme sutenu bservé en 2010 se cnfrte ce semestre. L ensemble des vlumes placés de bureaux crrespndent à m², sit m² de plus que la myenne décennale cnstatée. Les grandes transactins nt cnservé un rôle stimulateur sur le marché lynnais, ntamment grâce à EDF qui va s installer dans m² de bureaux neufs à la Part-Dieu. Ce snt surtut les transactins de taille myenne, entre et m² qui nt prté le marché. La part de cmmercialisatin des bureaux de secnde main se cnslide, permettant un repli significatif de l ffre à un an, restant tutefis élevée. Sur Aix/Marseille, le frt repli du premier trimestre n a pas pu être cmpensé les mis suivants, purtant plus actifs. D ici la fin de l année, le marché purrait, cmme en 2009, ne pas passer la barre des m² de vlumes de bureaux traités. Bureaux neufs : La reprise ntable des mises en chantier a cmpensé la baisse sensible de l ffre neuve dispnible immédiatement. Un renuvellement de l ffre neuve se prfile dnc au curs des prchains trimestres en régins mais inégalement reparti sur les aires métrplitaines, avec une insuffisance symptmatique dans les quartiers les plus recherchés. Il n y a tujurs que très peu de lancements en blanc, même si les prmteurs avaient cmmencé à retruver un peu de cnfiance, à la vue d une améliratin glbale de l activité écnmique en régins. Les pprtunités d ffres de bureaux neufs snt d autant plus réduites pur les demandes sur des grandes surfaces. Cette pénurie reste principalement visible sur les secteurs les plus recherchés, en particulier dans les quartiers des affaires des principales villes. Suvent, un reprt s effectue sit sur les secteurs ù l ffre neuve est plus abndante (en périphérie), sit sur du secnde main de qualité. Seln les villes et les secteurs, la tendance diffère. À Lyn, le quartier de la Part-Dieu suffre tujurs d un manque évident de bureaux neufs. Face à l effritement cntinu de l ffre à un an depuis 2009, les utilisateurs nt eu tendance à se reprter vers des biens de secnde main sur ce secteur. Ce dernier juit tujurs d une demande imprtante sur les grandes surfaces en particulier, cmme en témigne les m² pris par EDF sur l immeuble "Le Vélum", avant même sa livraisn. La pénurie de bureaux neufs se manifeste par la dispnibilité immédiate de seulement m² de surfaces neuves (dnt plus de la mitié sur la Tur Oxygène), et surtut d une quasi absence de livraisn à prévir pur Mins centraux, des quartiers cmme Gerland u Vaise ffrent une alternative pur cette typlgie de biens. Référence : CGRA I Page 12

13 À Marseille, le secteur Eurméditerranée perpétue les tensins liées à une rareté accentuée de sn ffre de bureaux neufs. Cmme à Lyn, très peu de livraisns snt attendues d ici 2012, mais un déblcage devrait se mettre en place dès 2013, avec l attente d imprtants prjets devant vir le jur. En utre, ce phénmène de manque d ffre neuve se déplie maintenant vers Aix-en-Prvence. Lyers : Les lyers n nt pas évlué de manière brutale durant ce premier semestre Généralement la tendance s riente à un léger creusement des écarts entre les valeurs du neuf, qui se maintiennent vire augmentent, et celles du secnde main, en faible retrait en myenne. Sur les bureaux de secnde main, la dichtmie entre une ffre de qualité, bien située, et des bureaux nn rénvés, dnt les valeurs cntinuent de baisser, cnfirme l élargissement des furchettes de lyers. En effet, des lcaux en très bn état permettent une slutin de reprt pur les utilisateurs face à la rareté des bureaux neufs dans les secteurs très demandés. À Lyn, dans le secnde main, l abndance de l ffre ne permet pas de faire évluer les lyers vers le haut, s affichant à 174 HT. HC./m²/an. En revanche, les tensins liées à la rareté de l ffre de bureaux neufs rehaussent ces valeurs à des niveaux s élevant à 216 HT.HC./m²/an. Ce cnstat est d autant plus marqué ce semestre grâce à une valeur "tp" de 285 bservée à la Part- Dieu sur la Tur Oxygène. À Marseille, les valeurs des bureaux affichent une grande stabilité depuis quelques années. Le lyer "tp" retruve sn niveau de 2009, établi à 250 HT.HC./m²/an, vire davantage sur des petites surface dans les Dcks à Eurméditerranée. L abndance de l ffre de bureaux de secnde main n est pas étrangère à la diminutin des valeurs sur ce type de biens. Référence : CGRA I Page 13

14 CONCLUSIONS La valeur vénale de chaque bien au 30 septembre 2011 est cmmuniquée dans le tableau qui suit. Ces valeurs prennent en cnsidératin la fiscalité actuellement applicable en cas de vente directe d'immeubles. Le prix de cessin de parts u actins de Sciétés détenant un u plusieurs actifs immbiliers dit faire l bjet d une apprche cmptable cmplémentaire. Elles ne tiennent cmpte d aucune valeur de cnvenance puvant intervenir entre les parties. Elles snt actuelles et limitées dans le temps et restent tributaires des diverses réglementatins fficielles. La valeur déterminée ci-dessus suppse expressément que les biens sient en cnfrmité avec l ensemble des législatins en vigueur, sur le plan de l envirnnement (amiante, plmb, radn, pllutin des sls...), de l urbanisme et du fnctinnement de ses équipements. Elles ne tiennent pas cmpte des cûts de dépllutin. En l absence d un devis chiffré, il cnviendra d effectuer sur la valeur vénale des biens estimés, un abattement dnt l imprtance serait fnctin du mntant des travaux de dépllutin à réaliser (établi par un spécialiste habilité) et des cnséquences liées à l indispnibilité des biens pendant l exécutin de ceux-ci. Le présent dcument d expertise, en tut u partie, ne purra être cité ni même mentinné dans aucun dcument, aucune circulaire et aucune déclaratin destinés à être publiés et ne purra être publié d une quelcnque manière sans l accrd écrit de l Expert quant à la frme et aux circnstances dans lesquels il purra paraître. Fait à Issy-les-Mulineaux, le 28 ctbre 2011 Jean-Claude DUBOIS Président Référence : CGRA I Page 14

Actualisation de la valeur vénale d un portefeuille immobilier

Actualisation de la valeur vénale d un portefeuille immobilier Actualisatin de la valeur vénale d un prtefeuille immbilier A la date de septembre 2009 pur le cmpte de la Sciété ZÜBLIN IMMOBILIERE France SA Référence : CGRA I2009-1050 Atisreal Expertise : 32 rue Jacques

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DE LA FORMULE QUIETUDE PLUS

NOTE DE PRESENTATION DE LA FORMULE QUIETUDE PLUS NOTE DE PRESENTATION DE LA FORMULE QUIETUDE PLUS Buygues immbilier est un acteur majeur de l immbilier neuf. Nus smmes à vs côtés pur vus guider dans vtre chix d investissement tut en respectant vs prirités.

Plus en détail

Retour à la rentabilité opérationnelle et résultat net de 4,4 M

Retour à la rentabilité opérationnelle et résultat net de 4,4 M Retur à la rentabilité pératinnelle et résultat net de 4,4 M 28-02-2007 Retur à la rentabilité pératinnelle et résultat net de 4,4 M Chiffre d affaires : 36,3 M en hausse de 71% Résultat net de 12% du

Plus en détail

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS Date de créatin : 1 er nvembre 2007 Date de dernière mise à jur : 19 nvembre 2012 Services Impliqués : Départements gestin, Directin générale, DCCI Objet

Plus en détail

CONFERENCE EIFR QUEL PARTAGE DES RESPONSABILITES DANS LA CHAINE DE TITRISATION POUR UNE BONNE GESTION DES RISQUES?

CONFERENCE EIFR QUEL PARTAGE DES RESPONSABILITES DANS LA CHAINE DE TITRISATION POUR UNE BONNE GESTION DES RISQUES? CONFERENCE EIFR QUEL PARTAGE DES RESPONSABILITES DANS LA CHAINE DE TITRISATION POUR UNE BONNE GESTION DES RISQUES? 12 février 2013 Marie-Agnès NICOLET Regulatin Partners Présidente fndatrice 35, Bulevard

Plus en détail

Les prix de l électricité en France : évolutions passées et perspectives

Les prix de l électricité en France : évolutions passées et perspectives Les prix de l électricité en France : évlutins passées et perspectives A l heure ù la Cmmissin Eurpéenne vient de publier un rapprt cmplet sur les prix de l énergie en Eurpe, présentant leur évlutin sur

Plus en détail

a) Financement par des tiers : emprunts, crédits bancaires, leasing, crédit spontané (lors d un achat à crédit) ;

a) Financement par des tiers : emprunts, crédits bancaires, leasing, crédit spontané (lors d un achat à crédit) ; Chapitre 3 : Analyse de la trésrerie 1 Intrductin La gestin de la trésrerie est indispensable à tute entreprise puisqu elle lui permet d assurer sa slvabilité. Le rôle du gestinnaire de trésrerie demande

Plus en détail

DU E-COMMERCE ET DE LA DISTRIBUTION MULTICANAL AU ROYAUME-UNI

DU E-COMMERCE ET DE LA DISTRIBUTION MULTICANAL AU ROYAUME-UNI AIGUISEZ VOTRE APPROCHE DU E-COMMERCE ET DE LA DISTRIBUTION MULTICANAL AU Vus êtes: ROYAUME-UNI A LONDRES LE JEUDI 3 DECEMBRE 2009 - Distributeur - E-cmmerçant - Respnsable e-cmmerce - Respnsable d agence

Plus en détail

Dons des entreprises. Objet. Forme. Conditions

Dons des entreprises. Objet. Forme. Conditions Dns des entreprises Vus êtes une entreprise, relevant de l IS (impôt sur les sciétés) u de l IR (impôt sur le revenu)? Vus puvez apprter un sutien matériel à une assciatin u une fndatin à travers des pératins

Plus en détail

Coalition énergie et construction durable

Coalition énergie et construction durable RÉALISATION D UN CONCEPT D EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE DANS UN CADRE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POUR LE BÂTIMENT DE MOISSON MONTRÉAL CONCEPT PRÉPARÉ PAR L ENSEMBLE DES PROFESSIONNELS MEMBRES DU COMITÉ EXPERTS

Plus en détail

Note de transition - Impact du passage aux nouvelles normes comptables sur le bilan consolidé au 1er janvier 2004

Note de transition - Impact du passage aux nouvelles normes comptables sur le bilan consolidé au 1er janvier 2004 Nte de transitin - Impact du passage aux nuvelles nrmes cmptables sur le bilan cnslidé au 1er janvier 2004 Cette nte a pur bjectif d expliquer les effets de la transitin des nrmes cmptables belges aux

Plus en détail

POLITIQUE DE REMUNERATION

POLITIQUE DE REMUNERATION ASSET MANAGEMENT POLITIQUE DE REMUNERATION (UCITS ET AIF) INTRODUCTION En applicatin avec les textes suivants : En tant que sciété de gestin de fnds UCITS Règlement CSSF 10-4 prtant transpsitin de la directive

Plus en détail

Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d ordre actuariel

Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d ordre actuariel Changement de régime fiscal des Mutuelles et des IP : remarques d rdre actuariel Jurnées d études du SACEI et de l IA Deauville, jeudi 20 septembre 2012 Nrbert Gautrn ngautrn@galea-asscies.eu Smmaire 1.

Plus en détail

Résumé du module 6 : Coût et structure du capital

Résumé du module 6 : Coût et structure du capital Résumé du mdule 6 : Cût et structure du capital Ce mdule explique tut d abrd cmment une sciété établit sn cût du capital. Vus apprenez cmment calculer la pndératin des cmpsantes et les cûts du capital

Plus en détail

Vente de Capacités de Stockage de gaz du 13 mai 2015

Vente de Capacités de Stockage de gaz du 13 mai 2015 Vente de Capacités de Stckage de gaz Prduit & Quantité Prpsée SEDIANE NORD 120 90 JUIN 2015 1 TWh sur le Grupement Sediane Nrd. Type de prduit Capacité Nminale de Stckage : vlume dnnant drit à des capacités

Plus en détail

LES PROVISIONS TABLE DES MATIERES

LES PROVISIONS TABLE DES MATIERES LES PROVISIONS Objectif(s) : Pré-requis : Mdalités : Distinctin et classificatin des différentes prvisins, Objectif des prvisins pur risques et charges, Caractéristiques et traitements cmptables. Classificatin

Plus en détail

L'ANALYSE DU BILAN PATRIMONIAL EN VALEURS NETTES. Approfondir l'analyse du bilan financier : retraitements du bilan comptable.

L'ANALYSE DU BILAN PATRIMONIAL EN VALEURS NETTES. Approfondir l'analyse du bilan financier : retraitements du bilan comptable. L'ANALYSE DU BILAN PATRIMONIAL EN VALEURS NETTES Objectif(s) : Pré-requis : Apprfndir l'analyse du bilan financier : retraitements du bilan cmptable. Principes d'analyse du bilan financier : Mdalités :

Plus en détail

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 1 ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 2 CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL SOMMAIRE PREAMBULE OBJET DES GROUPES DE TRAVAIL CREATION ET DISSOLUTION

Plus en détail

MISSIONS COMMERCIALES

MISSIONS COMMERCIALES DEVELOPPEMENT ET OBJECTIFS MISSIONS COMMERCIALES Prcédure et bjectifs Le but d'une missin cmmerciale est de distribuer et prmuvir les prduits u services d'une entreprise. Les démarches à suivre snt les

Plus en détail

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES - 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES Objectif(s) : Pré requis : Mdalités : Présentatin du tableau de brd, Principes de la remntée des cmptes. Outils de gestin prévisinnelle, d'analyse financière

Plus en détail

PRIMONIAL SÉRÉNIPIERRE CONTRAT D ASSURANCE VIE

PRIMONIAL SÉRÉNIPIERRE CONTRAT D ASSURANCE VIE PRIMONIAL SÉRÉNIPIERRE CONTRAT D ASSURANCE VIE AVEC LE FONDS SÉCURITÉ PIERRE EURO : >> un investissement en immbilier avec une garantie permanente en capital, assrtie d une perspective de rendement particulièrement

Plus en détail

DIRECTION DES PROJETS ET DE L ACCOMPAGNEMENT AU DEVELOPPEMENT DES ENTREPRISES JuiLLET 2015 TITRE DE L ACTION :

DIRECTION DES PROJETS ET DE L ACCOMPAGNEMENT AU DEVELOPPEMENT DES ENTREPRISES JuiLLET 2015 TITRE DE L ACTION : PROJET DE GESTION LOCATIVE de bureaux a usage prfessinnel DE LA MAISON DE L ENTREPRISE DIRECTION DES PROJETS ET DE L ACCOMPAGNEMENT AU DEVELOPPEMENT DES ENTREPRISES JuiLLET 2015 TITRE DE L ACTION : «EXPLOITATION

Plus en détail

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 FICHE TECHNIQUE DECEMBRE 2010. LE CONTEXTE Les utils de cmmunicatin et de gestin dévelppés par les rganisatins de greeters de par le mnde snt assez cmparables : Chaque rganisatin

Plus en détail

Financement des investissements Page 1 sur 6

Financement des investissements Page 1 sur 6 Financement des investissements Page 1 sur 6 Une UC a tujurs besin d investir que ce sit pur : - Remplacer du matériel bslète (ex : investir dans l util infrmatique) - Augmenter sa capacité de vente (ex

Plus en détail

Energie et bâtiments (3)

Energie et bâtiments (3) Energie et bâtiments (3) L islatin des paris une rentabilité surprenante! Dans le précédent article des NUG (le dernier numér mis à part puisque exceptinnellement cnsacré à un sujet d actualité le certificat

Plus en détail

COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN Information financière au 31 mars 2015

COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN Information financière au 31 mars 2015 COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN Infrmatin financière au 31 mars 2015 INFORMATION PRESSE Clermnt-Ferrand, le 22 avril 2015 Au 1 er trimestre 2015, Michelin affiche des ventes nettes de 5

Plus en détail

Développement Durable et Énergies Renouvelables

Développement Durable et Énergies Renouvelables Dévelppement Durable et Énergies Renuvelables Vus êtes artisan, cmmerçant, prfessin libérale, rganisme de lgements sciaux, cllectivité lcale, assciatin, entreprise, agriculteur, prpriétaire de lcaux prfessinnels

Plus en détail

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes:

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes: Descriptin de la prpsitin du Canada cncernant l élabratin d une Li type sur les règles de cmpétence et de cnflits de lis en matière de cntrats de cnsmmatin dans le cadre de la CIDIP-VII Dans le cadre de

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique Haut Cnseil de la santé publique AVIS relatif à la vaccinatin par le vaccin pneumcccique cnjugué 11 décembre 2009 Vaccin pneumcccique cnjugué Un nuveau vaccin pneumcccique cnjugué (Prevenar 13 ), cmpsé

Plus en détail

Fiche action N 7 : Le logement des personnes défavorisées

Fiche action N 7 : Le logement des personnes défavorisées Prgramme lcal de l habitat de la Cmmunauté de Cmmunes des Pays de Rhône et Ouvèze Fiche actin N 7 : Le lgement des persnnes défavrisées ENJEUX - Fluidifier les parcurs résidentiels des persnnes défavrisées

Plus en détail

COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS. Rapport Final. préparé par le

COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS. Rapport Final. préparé par le COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS Rapprt Final préparé par le Cmité Technique de Revue des Titres et Cnventins Miniers de la République de Guinée cncernant la cnstructin et l'explitatin

Plus en détail

Locallife Leader de l édition d annuaires locaux en ligne, Présent en France depuis octobre 2008

Locallife Leader de l édition d annuaires locaux en ligne, Présent en France depuis octobre 2008 Paris, Nvembre 2008 Lcallife Leader de l éditin d annuaires lcaux en ligne, Présent en France depuis ctbre 2008 Dssier de Presse Lcallife en bref La recherche d infrmatins lcales et le référencement naturel

Plus en détail

Déroulement de la certification énergétique PEB de votre bâtiment

Déroulement de la certification énergétique PEB de votre bâtiment Dérulement de la certificatin énergétique PEB de vtre bâtiment La certificatin énergétique de vtre habitatin se dérulera en 2 étapes : visite de vtre habitatin et relevé de ses caractéristiques ensuite,

Plus en détail

Formulaire d'inscription aux Services Marchand Skrill

Formulaire d'inscription aux Services Marchand Skrill Frmulaire d'inscriptin aux Services Marchand Skrill Le frmulaire d'inscriptin aux services Marchand Skrill (l'«inscriptin») dit être signé par le Marchand u pur sn cmpte. Très imprtant : le Marchand dit

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX

CAHIER DES CHARGES I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX CAHIER DES CHARGES OBJET : PRESTATION DE CONSEIL EN ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE DANS LE CADRE DE LA RECONFIGURATION DE LA PHARMACIE A USAGE INTERIEUR DE L HOPITAL FOCH I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX

Plus en détail

1 M-02 Le matériel de transport

1 M-02 Le matériel de transport 1 Objectif Ce qu il faut retenir Cette fiche décrit les cntraintes qui prtent sur le matériel rulant pur les transprts, qu il s agisse des véhicules prpres aux établissements u des véhicules utilisés par

Plus en détail

CONSOLIDATION DES COMPTES - PRINCIPES. Exposés des principes liés aux participations et aux contrôles des sociétés, Exercices corrigés, Synthèse.

CONSOLIDATION DES COMPTES - PRINCIPES. Exposés des principes liés aux participations et aux contrôles des sociétés, Exercices corrigés, Synthèse. CONSOLIDATION DES COMPTES - PRINCIPES Objectif(s) : Présentatin des principes écnmiques et juridiques relatifs à la cnslidatin des cmptes dans les grupes de sciétés, Ntins : périmètre de cnslidatin, purcentage

Plus en détail

LES AMORTISSEMENTS : PRINCIPES GENERAUX AMORTISSEMENT ECONOMIQUE LINEAIRE

LES AMORTISSEMENTS : PRINCIPES GENERAUX AMORTISSEMENT ECONOMIQUE LINEAIRE LES AMORTISSEMENTS : PRINCIPES GENERAUX AMORTISSEMENT ECONOMIQUE LINEAIRE Objectif(s) : Evaluatin et traitement cmptable des dépréciatins irréversibles des immbilisatins : amrtissements. Pré-requis : Classificatin

Plus en détail

Ville de Pierrefitte-sur-Seine Centre Technique Municipal

Ville de Pierrefitte-sur-Seine Centre Technique Municipal Ville de Pierrefitte-sur-Seine Centre Technique Municipal MARCHE de Service REGLEMENT PARTICULIER DE LA CONSULTATION R. P. C. n 074 B 037/05 Mde de cnsultatin : marché passé en la frme d une prcédure adaptée

Plus en détail

COMMUNIQUE DE LANCEMENT. Sage 100 Trésorerie

COMMUNIQUE DE LANCEMENT. Sage 100 Trésorerie COMMUNIQUE DE LANCEMENT Sage 100 Trésrerie Sage 100 Trésrerie Ce qu il faut retenir Sage présente Sage 100 Trésrerie, sn nuveau mdule de gestin de trésrerie dispnible à la vente à partir du 15 janvier

Plus en détail

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel Terrain de jeu Analgie au sprt prfessinnel USO : US Oynnax Rugby : management dans le sprt Le 9 décembre 2009, Olivier Nier, entraîneur de l USO, Pr D2 de rugby, réalisait dans le cadre d une cnférence

Plus en détail

Le dispositif de qualification OPQIBI pour les audits énergétiques (réglementaires)

Le dispositif de qualification OPQIBI pour les audits énergétiques (réglementaires) Le dispsitif de qualificatin OPQIBI pur les audits énergétiques (réglementaires) (01/12/14) 1. Rappel du cntexte réglementaire Depuis le 1 er juillet 2014, cnfrmément à la Li n 2013-619 du 16 juillet 2013

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION «EXPERTS COMPTABLES ET AVOCATS»

CATALOGUE DE FORMATION «EXPERTS COMPTABLES ET AVOCATS» CATALOGUE DE FORMATION «EXPERTS COMPTABLES ET AVOCATS» APS Frmatin 15 Rue de Ngent 51100 REIMS Tel : 03.26.82.84.84 / Fax : 03.26.82.58.23 www.apscnsult.fr CONTEXTE Dans l Entreprise, le rôle de l Expert-Cmptable

Plus en détail

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education 1 MINISTERE DE L EDUCATION Institut Natinal des Sciences de l Educatin Prjet de cpératin relatif au dévelppement des stratégies visant à réduire le taux d échecs et d abandns dans l enseignement de base

Plus en détail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail Sécurisatin de l empli Dcument de travail pur la 2 ème séance de négciatin du 12 ctbre Lutter cntre la précarité sur le marché du travail Il existe déjà beaucup de flexibilité en France, et à côté des

Plus en détail

Actualisation de la valeur vénale d un portefeuille immobilier

Actualisation de la valeur vénale d un portefeuille immobilier Actualisation de la valeur vénale d un portefeuille immobilier A la date de mars 2013 pour le compte de la Société ZÜBLIN IMMOBILIERE France SA Référence : VSAL I2013-261 MISSION Nous, société d'expertise

Plus en détail

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Plans d actin et cntrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Dès la décuverte de la fraude en janvier 2008, Sciété Générale a immédiatement

Plus en détail

Cnova N.V. - Activité du 3 ème trimestre 2015. 1 121 millions d euros (+17,6 % TCC*) Quotepart Marketplace : 22,7 % (+1 032 pb)

Cnova N.V. - Activité du 3 ème trimestre 2015. 1 121 millions d euros (+17,6 % TCC*) Quotepart Marketplace : 22,7 % (+1 032 pb) Cmmuniqué de presse Le 9 ctbre 2015 Cnva N.V. - Activité du 3 ème trimestre 2015 GMV : 1 121 millins d eurs (+17,6 % TCC*) Qutepart Marketplace : 22,7 % (+1 032 pb) Chiffre d affaires : 781 millins d eurs

Plus en détail

Impôt des personnes physiques - Habitation propre et avantages fiscaux avant 2015

Impôt des personnes physiques - Habitation propre et avantages fiscaux avant 2015 23 février 2015 Impôt des persnnes physiques - Habitatin prpre et avantages fiscaux avant 2015 Bernard Mariscal, Benefits Expert, Delitte Belgium Publié dans : Lettre d'inf Actualités Fiscales n 7, 23.02.2015,

Plus en détail

FIN-INTER-04 LA GESTION DES RISQUES INTERNATIONAUX

FIN-INTER-04 LA GESTION DES RISQUES INTERNATIONAUX FIN-INTER-04 LA GESTION DES RISQUES INTERNATIONAUX Public cncerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 6 à 8 heures. Objectifs : Pré requis : Mdalités : Identifier les utils permettant de gérer

Plus en détail

Résumé chapitre 3 Fiscalité et assurance vie

Résumé chapitre 3 Fiscalité et assurance vie Principes de fiscalité de l assurance de persnnes Résumé chapitre 3 Fiscalité et assurance vie Attentin : Des cmpléments d infrmatin nt été ajutés en vert dans le résumé. Ceux-ci n apparaissent pas dans

Plus en détail

BUSINESS RISK MANAGEMENT

BUSINESS RISK MANAGEMENT BUSINESS RISK MANAGEMENT Démarche générale Méthde FEDICT Quick-Win Date Auteur Versin 24/8/26 A. Huet - A. Staquet V1. Table des matières 1 OBJECTIF DU DOCUMENT...2 2 DÉFINITIONS...2 3 PRINCIPE... 3 4

Plus en détail

Recommandations de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain au gouvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016

Recommandations de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain au gouvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016 Recmmandatins de la Chambre de cmmerce du Mntréal métrplitain au guvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016 Juillet 2015 1 Préambule La Chambre de cmmerce du Mntréal métrplitain (la Chambre) cmpte

Plus en détail

2 ) LA RESIDENCE URBAINE DE FRANCE

2 ) LA RESIDENCE URBAINE DE FRANCE CHARTE de REFERENCEMENT Bureaux d études techniques Sciétés et adresses : IMMOBILIERE 3F : 159, rue Natinale 75638 Paris Cedex 13 RSF : 3, allée de la Seine 94200 Ivry sur Seine RUF : 32 curs du Danube

Plus en détail

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste Prgramme Eau, Climat et Dévelppement pur l'afrique Termes de référence pur le recrutement d un Expert Sci/agr-écnmiste Dans le cadre de l élabratin de l étude sur l intégratin des impacts du changement

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Directin générale de l ffre de sins Sus-directin de la régulatin de l ffre de sins Bureau du premier recurs (R2) Jcelyn Vidn-Buthin Tél. 01 40 56 64 86 jcelyn.vidn-buthin@sante.guv.fr

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL SOCIO-ECONOMIQUE ATELIER TECHNIQUE «ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT» R2 REUNION DU 10 MAI 2012

GROUPE DE TRAVAIL SOCIO-ECONOMIQUE ATELIER TECHNIQUE «ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT» R2 REUNION DU 10 MAI 2012 GROUPE DE TRAVAIL SOCIO-ECONOMIQUE ATELIER TECHNIQUE «ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT» R2 REUNION DU 10 MAI 2012 DATE DE REUNION 10/05/2012 Lieu de réunin GIP ATGeRi Affaire suivie par : Philippe LORIOT

Plus en détail

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Plans d actin et cntrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Dès la décuverte de la fraude en janvier 2008, Sciété Générale a immédiatement

Plus en détail

Gestion de la rémunération et de la masse salariale

Gestion de la rémunération et de la masse salariale Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ Gestin de la rémunératin et de la masse salariale Cpyright 2009 CXP. 1 All rights reserved. Reprductin r distributin f this dcument, in any frm, is expressly prhibited

Plus en détail

01/07/2013, : MPKIG016,

01/07/2013, : MPKIG016, 1. OBJET DES CGU Les présentes CGU nt pur bjet de préciser le cntenu et les mdalités d utilisatin des Certificats de signature délivrés par l AC «ALMERYS USER SIGNING CA NB» d Almerys ainsi que les engagements

Plus en détail

DEMANDE D AIDE D INVESTISSEMENT POUR LES LIEUX DE VIE COLLECTIFS

DEMANDE D AIDE D INVESTISSEMENT POUR LES LIEUX DE VIE COLLECTIFS Ce dcument est une aide à la cnstitutin du dssier de demande d aide financière et cmplète les circulaires qui définissent le champ d applicatin des prjets financés par la Carsat Sud-Est : - CNAV N 2010-45

Plus en détail

COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN Information financière au 30 juin 2014

COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN Information financière au 30 juin 2014 COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN Infrmatin financière au 30 juin 2014 INFORMATION PRESSE Clermnt-Ferrand, le 29 juillet 2014 1 er semestre 2014 : Slide résultat pératinnel avant éléments

Plus en détail

Cadre d intervention des aides versées aux employeurs d apprentis : Création d une aide au recrutement à compter du 1 er juillet 2014

Cadre d intervention des aides versées aux employeurs d apprentis : Création d une aide au recrutement à compter du 1 er juillet 2014 Cadre d interventin des aides versées aux emplyeurs d apprentis : Créatin d une aide au recrutement à cmpter du 1 er juillet 2014 Adpté par délibératin 15.03.21.19 du 20.03.2015 et abrgeant les délibératins

Plus en détail

Cabinet LUTZ. Résidence DE LATTRE DE TASSIGNY. La Chaufferie

Cabinet LUTZ. Résidence DE LATTRE DE TASSIGNY. La Chaufferie Cabinet LUTZ Résidence DE LATTRE DE TASSIGNY La Chaufferie La résidence de Lattre de Tassigny 200 lgements «haut de gamme» cnstruits en 1972 Une cnversin fiul / gaz en 1987 Depuis une demande de cnfrt

Plus en détail

INTRODUCTION. et va vendre? - toujours la dimension concurrentielle : comme pour le CD ne pas être hors marché

INTRODUCTION. et va vendre? - toujours la dimension concurrentielle : comme pour le CD ne pas être hors marché INTRODUCTION I) Cmptabilité analytique et cntrôle de gestin A qui peut servir la cmptabilité analytique? a) Pur aider à fixer un prix de vente Exemple Quel prix fixer? : : cmptabilité analytique. Cmpliquns

Plus en détail

Consultation : Soutien à la réalisation du plan de communication du Pôle PASS

Consultation : Soutien à la réalisation du plan de communication du Pôle PASS Cnsultatin : Sutien à la réalisatin du plan de cmmunicatin du Pôle PASS Page 1 1 > INTRODUCTION 1.1 > PRESENTATION DES ACTEURS Le Pôle de cmpétitivité Parfums Arômes Senteurs Saveurs (PASS) représente

Plus en détail

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request For Information)

DEMANDE D INFORMATION RFI (Request For Information) DOD-CENTER RFI Demande d infrmatin ESOP Réf. : RFI_ESOP_DemandeInfrmatin.dcx Page 1/6 DEMANDE D INFORMATION RFI (Request Fr Infrmatin) RFI20120001 SOMMAIRE 1. OBJET DE LA DEMANDE D INFORMATION... 3 1.1.

Plus en détail

CE QU IL FAUT RETENIR DE HITECHPROS UNE OPPORTUNITE POUR LES ACTEURS DU SECTEUR UN OBSERVATEUR PRIVILEGIE DU MARCHE

CE QU IL FAUT RETENIR DE HITECHPROS UNE OPPORTUNITE POUR LES ACTEURS DU SECTEUR UN OBSERVATEUR PRIVILEGIE DU MARCHE Décembre 2014 1 SOMMAIRE CE QU IL FAUT RETENIR DE HITECHPROS LE MARCHE UNE OPPORTUNITE POUR LES ACTEURS DU SECTEUR UN OBSERVATEUR PRIVILEGIE DU MARCHE UNE DEMARCHE STRATEGIQUE INSCRITE DANS LA DUREE LE

Plus en détail

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale T1 1999 T4 1999 T3 2000 T2 2001 T1 2002 T4 2002 T3 2003 T2 2004 T1 2005 T4 2005 T3 2006 T2 2007 T1 2008 T4 2008 T3 2009 T2 2010 T1 2011 T4 2011 T3 2012 T2 2013 Accmpagner le muvement de désintermédiatin

Plus en détail

Les dossiers de FO RÉSIDENCE PRINCIPALE. Prêts soumis à conditions de revenus : o Critères d attribution :

Les dossiers de FO RÉSIDENCE PRINCIPALE. Prêts soumis à conditions de revenus : o Critères d attribution : Les dssiers de FO Maj septembre 2013 RÉSIDENCE PRINCIPALE Prêts sumis à cnditins de revenus : Critères d attributin : Salarié sus cntrat à durée indéterminée dnt l'ancienneté minimale est de 1 an, en vue

Plus en détail

Vous construisez? Avez-vous pensé à tous les risques?

Vous construisez? Avez-vous pensé à tous les risques? Vus cnstruisez? Avez-vus pensé à tus les risques? Les risques d'un chantier Cnstruire est un grand défi qui nécessite des myens imprtants. Dans cette périlleuse entreprise, vus n êtes pas à l abri d une

Plus en détail

Constat. Solution proposée par la HES-SO Valais. Tâches et atouts d'un Webmaster, points forts. Public cible, prérequis

Constat. Solution proposée par la HES-SO Valais. Tâches et atouts d'un Webmaster, points forts. Public cible, prérequis Cnstat Désrmais, tutes les entreprises, même les plus petites, se divent d'être présentes sur Internet. La créatin de sites demeure cûteuse, particulièrement en termes de maintenance. Le marché manque

Plus en détail

Centre de santé René-Laborie Audiens

Centre de santé René-Laborie Audiens Centre de santé René-Labrie Audiens CAHIER DES CHARGES Mise en œuvre d un nuveau cncept Cahier des charges : Mise en œuvre d un nuveau cncept Smmaire 1 Cntexte 3 2 Descriptin de l existant 3 Descriptin

Plus en détail

PREVENTION DE L UTILISATION DU SYSTEME FINANCIER AUX FINS DU BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DU FINANCEMENT DU TERRORISME REPONSE DE BNP PARIBAS.

PREVENTION DE L UTILISATION DU SYSTEME FINANCIER AUX FINS DU BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DU FINANCEMENT DU TERRORISME REPONSE DE BNP PARIBAS. 13 juin 2012 Register f Interest Representatives: 78787381113-69 PREVENTION DE L UTILISATION DU SYSTEME FINANCIER AUX FINS DU BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DU FINANCEMENT DU TERRORISME REPONSE DE BNP PARIBAS

Plus en détail

Communiqué de lancement : Sage 100 Scanfact Version V15.50

Communiqué de lancement : Sage 100 Scanfact Version V15.50 Cmmuniqué de lancement : Sage 100 Scanfact Versin V15.50 Smmaire 1. Cntexte marché P2 2. Evlutin du mde de fnctinnement des entreprises P2 3. Principe & fnctins P3 4. Bénéfices P6 5. Date de dispnibilité

Plus en détail

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique?

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique? ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service infrmatique u service technique? Lrs de la mise en place d un système d infrmatin gégraphique, une questin se pse suvent

Plus en détail

Division des Statistiques du Commerce Extérieur

Division des Statistiques du Commerce Extérieur Fnctin : Chef de Service Statistiques des Imprtatins Versin : FONCTION : CHEF DE SERVICE STATISTIQUES DES IMPORTATIONS DEPARTEMENT : DIVISION : SERVICE : RESPONSABLE HIERARCHIQUE : RESPONSABLE FONCTIONNEL

Plus en détail

Service de mobilité interbancaire - Règlement

Service de mobilité interbancaire - Règlement versin 1.0-28/10/2009 Service de mbilité interbancaire - Règlement Ce règlement cnstitue le cadre général dans lequel les banques participantes ffrent en Belgique au cnsmmateur un service de mbilité interbancaire

Plus en détail

S investir dans une franchise : le guide de la Banque Scotia pour le choix d une franchise

S investir dans une franchise : le guide de la Banque Scotia pour le choix d une franchise Le franchisage et la Banque Sctia S investir dans une franchise : le guide de la Banque Sctia pur le chix d une franchise Cnsciente de l imprtante cntributin des entreprises franchisées à la vie écnmique,

Plus en détail

Banque commerciale et Assurance Olivier Klein Directeur général Banque commerciale et Assurance, membre du directoire

Banque commerciale et Assurance Olivier Klein Directeur général Banque commerciale et Assurance, membre du directoire 17 juin 2011 Jurnée Investisseurs Crédit Banque cmmerciale et Assurance Olivier Klein Directeur général Banque cmmerciale et Assurance, membre du directire Avertissement Cette présentatin peut cmprter

Plus en détail

POLICE MULTIPLE DE CHANTIER

POLICE MULTIPLE DE CHANTIER POLICE MULTIPLE DE CHANTIER MAISONS EN BOIS TOUTES LES ASSURANCES REQUISES PAR LE LOI FRANCAIS PAR FABRICATEURS IMPORTATEURS DEVELOPPEURS/PROMOTEURS AGENTS/DISTRIBUTEURS CONSTRUCTEURS & ACHETEURS CE GUIDE

Plus en détail

Projets petite enfance enfance

Projets petite enfance enfance 17/5/10 Réunin petite enfance éléments préparatires page 1/5 Prjets petite enfance enfance Cmité de suivi schéma fil d échanges : Rappel des champs relatifs à la préparatin du Cntrat Enfance Jeunesse (CEJ)

Plus en détail

Approche générale de l OCRCVM pour l évaluation des risques de crédit liés aux contreparties

Approche générale de l OCRCVM pour l évaluation des risques de crédit liés aux contreparties Avis sur les règles Appel à cmmentaires Règles des curtiers membres Persnne-ressurce : Richard J. Crner Vice-président à la plitique de réglementatin des membres 416 943-6908 rcrner@iirc.ca Destinataires

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques Fiche de prjet pur les institutins publiques Infrmatins pratiques Nm de l institutin publique ayant intrduit le prjet: SPF Technlgie de l'infrmatin et de la Cmmunicatin (Fedict). Nm du prjet : egv Mnitr

Plus en détail

LE RVER EN UN COUP D ŒIL

LE RVER EN UN COUP D ŒIL LE RVER EN UN COUP D ŒIL Le terme RVER est l acrnyme pur Régime Vlntaire d Epargne-Retraite. C est un nuveau régime de retraite régi par la Li sur les régimes vlntaires d'épargneretraite (Li sur les RVER)

Plus en détail

Marché public de prestations intellectuelles ETUDE PRELIMINAIRE DANS LE CADRE DE LA CONSTRUCTION D UNE DECHETERIE A PLAISANCE DU TOUCH (31)

Marché public de prestations intellectuelles ETUDE PRELIMINAIRE DANS LE CADRE DE LA CONSTRUCTION D UNE DECHETERIE A PLAISANCE DU TOUCH (31) Syndicat Mixte DECOSET 6 bis avenue des Pyrénées BP 39 31242 L Unin Cedex Tel : 05.62.89.03.41 Fax : 05.62.89.03.40 Curriel : cntact@decset.fr Marché public de prestatins intellectuelles ETUDE PRELIMINAIRE

Plus en détail

Orange, leader des fournisseurs d accès à internet, progresse sur les applis

Orange, leader des fournisseurs d accès à internet, progresse sur les applis Tendances du web Orange, leader des furnisseurs d accès à internet, prgresse sur les applis Avec plus d un tiers des visites sur sites web et applis, Orange dmine le marché des furnisseurs d accès à internet

Plus en détail

Questionnaire aux Scop de la communication préalablement au Congrès des 10 et 11 avril 2014

Questionnaire aux Scop de la communication préalablement au Congrès des 10 et 11 avril 2014 Questinnaire aux Scp de la cmmunicatin préalablement au Cngrès des 10 et 11 avril 2014 Le 5 nvembre 2013, la fédératin des Scp de la cmmunicatin a demandé par curriel aux cpératives adhérentes de remplir

Plus en détail

COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN Information financière au 31 décembre 2013

COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN Information financière au 31 décembre 2013 INFORMATION PRESSE Clermnt-Ferrand, le 11 février 2014 COMPAGNIE GENERALE DES ETABLISSEMENTS MICHELIN Infrmatin financière au 31 décembre 2013 2013 : Très frte génératin de Cash flw libre, à 1 154 millins

Plus en détail

Fiche programme Bureau Aquitaine Europe. Le programme Jeunesse en action 2007 2013. Jeunesse

Fiche programme Bureau Aquitaine Europe. Le programme Jeunesse en action 2007 2013. Jeunesse Fiche prgramme Bureau Aquitaine Eurpe Le prgramme Jeunesse en actin 2007 2013 Jeunesse Le prgramme eurpéen Jeunesse en Actin sutient des prjets à but nn lucratif à l intentin de jeunes âgés de 15 à 28

Plus en détail

Appel à projets régional. «100 rénovations de logements basse énergie 2009 2010» MODALITES

Appel à projets régional. «100 rénovations de logements basse énergie 2009 2010» MODALITES 1/ Cntexte et bjectif Appel à prjets réginal «100 rénvatins de lgements basse énergie 2009 2010» MODALITES En matière de lgement, le gisement d écnmies d énergies étant principalement dans l habitat existant,

Plus en détail

Société anonyme au capital de 12 869 835,44 euros Siège social : 16, rue de la Ville l Evêque 75008 Paris 342 376 332 R.C.S. PARIS

Société anonyme au capital de 12 869 835,44 euros Siège social : 16, rue de la Ville l Evêque 75008 Paris 342 376 332 R.C.S. PARIS Sciété annyme au capital de 12 869 835,44 eurs Siège scial : 16, rue de la Ville l Evêque 75008 Paris 342 376 332 R.C.S. PARIS 1 Sciété annyme au capital de 12 869 835,44 eurs Siège scial : 16, rue de

Plus en détail

Ce que la Région et le STIF font pour les transports

Ce que la Région et le STIF font pour les transports Ce que la Régin et le STIF fnt pur les transprts Le Cnseil réginal a investi en 2008 plus de 1,2 milliards d eurs dans le dmaine des transprts, sit 31% de sn budget. C est désrmais le premier pste budgétaire!

Plus en détail

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale Chap 10 : L évaluatin et la valrisatin du ptentiel de l équipe cmmerciale I. L évaluatin du ptentiel de l équipe A. Les enjeux de l évaluatin Les enjeux : Pur l évaluateur : Faire le bilan de l année :

Plus en détail

Service de mobilité interbancaire - Règlement

Service de mobilité interbancaire - Règlement versin 3-1/7/2011 Service de mbilité interbancaire - Règlement Ce règlement cnstitue le cadre général dans lequel les banques participantes ffrent en Belgique au cnsmmateur un service de mbilité interbancaire

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2013-2014

RAPPORT FINANCIER DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2013-2014 RAPPORT FINANCIER DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2013-2014 PAIRI DAIZA SA - RAPPORT FINANCIER DU PREMIER SEMESTRE DE L EXERCICE 2013-2014 infrmatin réglementée - Publié le 31 INTRODUCTION En tant que

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Infrmatique Business & High Technlgy Chapitre 7 : Supply Chain Management (SCM) Smmaire Intrductin... 1 Finalités de SCM... 1 Les

Plus en détail

ACCORD SUR LE RECOUVREMENT AMIABLE EN CREDIT A LA CONSOMMATION

ACCORD SUR LE RECOUVREMENT AMIABLE EN CREDIT A LA CONSOMMATION ACCORD SUR LE RECOUVREMENT AMIABLE EN CREDIT A LA CONSOMMATION L ASF et les rganisatins de cnsmmateurs c-signataires snt cnvenues de ce qui suit!: Le présent accrd cncerne le recuvrement amiable, c est-à-dire

Plus en détail

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Contrôle des opérations Financières FONCTION : CHEF DE DIVISION CONTRÔLE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Contrôle des opérations Financières FONCTION : CHEF DE DIVISION CONTRÔLE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES Fnctin : Chef de Divisin Cntrôle des pératins Financières Versin : 3 Nvembre 2014 FONCTION : CHEF DE DIVISION CONTRÔLE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES DÉPARTEMENT : Département Opérateurs DIVISION : Divisin

Plus en détail