Analyse et Interprétation du WISC IV

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse et Interprétation du WISC IV"

Transcription

1 Analyse et Interprétation du WISC IV Les Indices du WISC IV ICV Habilités verbales Intelligence Culture générale, Riche en contenu Dépendante de la culture Fondée sur l expérience IRP Intelligence Cristallisée Intelligence Fluide Habilités non-verbales Intelligence Traitement de l information, Pauvre en contenu Universelle, biologique IMT Mémoire de Travail Maintenir, de manière active et consciente, l info reçue, pratiquer sur cette info des manipulations ou des opérations et en produire un résultat IVT Vitesse de Traitement - Formation des concepts verbaux - Raisonnement verbal - Connaissances acquises dans le propre environnement du sujet - Raisonnement perceptif et fluide ; raisonnement face à des problèmes présentés visuellement - Traitement spatial - Intégration visuomotrice - Attention - Concentration - Contrôle mental - Raisonnement - Très liée à la réussite et à l apprentissage - Déficits attentionnels / Troubles d apprentissages - Traumatismes cérébraux - Inspecter rapidement et correctement ; traiter de manière séquentielle ; discriminer des informations visuelles simples 1 Réalisé par I. VESTRIS, Psychologue

2 Subtests de Compréhension Verbale SIMILITUDE VOCABULAIRE Aptitudes évaluées - Raisonnement verbal ; formation de concepts verbaux - Conceptualisation, généralisation ; pensée catégorielle - Faire abstraction du détail pour se concentrer sur l essentiel - Mise en relation des choses entre elles - Aptitude à apprendre ; acquérir des connaissances - Formation de concept ; degré de pensée abstraite - Richesse des interactions verbales avec l environnement Réussite Echec Approche clinique Remarques - Bon niveau intellectuel - Bonnes capacités de réflexion, de raisonnement et de logique - Bonnes dispositions pour l abstraction et l intelligence conceptuelle - Bonne adaptation scolaire - Bon niveau intellectuel - Bonne éducabilité mémorisation - Fluidité de la pensée - Déficit langagier - Toujours faible chez les déficients mentaux, sinon hypothèse d une pseudodéficience - Poids négatif des acquis culturels et langagiers (retard de langage, milieu peu favorisé) - Désinvestissement scolaire (comparer avec les autres épreuves scolaires) - Problématique de l identité du sujet - Surinvestissement => désir de maîtrise -Difficultés de la triangulation interne -Défaut de la pensée secondarisée -Psychotiques : difficulté à faire des liens - Problématique de la relation à la mère - Fort investissement du langage ou désinvestissement verbal (= valeur défensive, l expression verbale pouvant être frappée d une lourde inhibition) - Vernis langagier masquant des difficultés sous-jacentes (désir de briller, processus de compensation ou de défense) - Elimine toute suspicion de défense intellectuelle - Immaturité de la pensée : donner des différences au lieu des ressemblances => Immaturité affective - Révèle des difficultés scolaires liées à l investissement de la langue maternelle - Connotation scolaire -Excellent esprit de synthèse se noyer dans des détails superflus - Explications sophistiquées, trop compliquées => intellectualisation à interrogée - L accès au langage met de la distance entre la mère et l enfant : un refus de séparation, de grandir => dédain pour cette épreuve 2 Réalisé par I. VESTRIS, Psychologue

3 Subtests de Compréhension Verbale (suite) COMPREHENSION Aptitudes évaluées Réussite Echec Approche clinique Remarques - Connaissances pratiques - Gérer des problèmes liés aux comportements sociaux - Acquisition des conventions morales - Capacité à comprendre les comportements sociaux ; connaissance des conventions sociales - Bon repérage des normes sociales et de la vie pratique => ouverture sur son environnement, curiosité d esprit - Manque d intérêt pour la vie sociale et pratique => refus de grandir pour conserver une relation privilégiée avec la mère - Sensible à l opposition, aux normes sociales - Niveau verbal faible - Carences d apprentissage social => cf. conditions de vie de l enfant - Anxiété, difficultés affectives - Perturbation des investissements sociaux et relationnels - Dimension très surmoïque => subtest constitué de contenus normatifs, exprimant des exigences et des interdits parentaux et sociaux - Troubles obsessionnels précoces => Adhésion sans distance, révélateur d une soumission sans espace de liberté - Le désir de plaire (hystérie), de ne pas être abandonné (phobie) ou la culpabilité (obsessionnel) => renforcent l attachement aux normes parentales et sociales - Intérêt pour le monde extérieur difficulté à se décentrer de ses préoccupations pour se tourner vers l extérieur (égocentrisme) - En lien avec une certaine éducation familiale et scolaire - Comprendre les comportements et conventions sociales y adhérer - Réactions de prestance => camoufler un grand manque de confiance en soi ou forte anxiété - Psychopathes : contenu immature, frustre ou asocial 3 Réalisé par I. VESTRIS, Psychologue

4 Subtests de Compréhension Verbale (fin) INFORMATION (épreuve optionnelle) Aptitudes évaluées - Influence du milieu culturel et scolaire - Aisance verbale - Curiosité intellectuelle ; ouverture sur le monde et aux opportunités d apprentissage - Faculté de communication Réussite Echec Approche clinique Remarques - Ambitions intellectuelles, envie de savoir, milieu favorisé - Attention à la suréducation par compensation chez certains déficients (comparer à vocabulaire) - Maturité psychologique communication - Milieu frustre, langage pauvre - Problème affectif : manque d intérêt pour le monde extérieur, centration sur soi, pensée égocentrique - Manque d investissement des connaissances - Manque d investissement du savoir => inhibition névrotique (l interdit qui frappe la curiosité sexuelle s est étendu sur toute forme d accès du savoir) - Absence d ouverture chez enfants très insécurisés, carencés qui restent pris dans des considérations plus narcissiques que relationnelles - Troubles anxieux? Troubles dépressifs? TDAH? -Relation précoce à la mère difficile - Ambition intellectuelle, désir de savoir => enfants cherchant intensément des réponses, ne supportant pas de ne pas savoir - Allure névrotique de l envie de réussir => enfant qui ne tolère pas de ne pas savoir ou injonction familiale consciente ou inconsciente, exigent qu il réussisse à tout prix - Réponses très longues, détaillées, savantes => désir de briller => manque de confiance en soi, doute => traits obsessionnels précoces - Multiplication des questions au psychologue => dépendance à l autre dans la relation - Si échec à code, information, vocabulaire, arithmétique : l enfant ne peut investir l école à cause d une angoisse envahissante ou d une immaturité affective 4 Réalisé par I. VESTRIS, Psychologue

5 Subtests de Raisonnement Perceptifs CUBES Aptitudes évaluées Réussite Echec Approche clinique Remarques - Bon test d intelligence générale - Capacité d analyse (visuo-spatiale) et de synthèse, d organisation perceptive, de coordination visuomotrice, - Capacité à travailler sous la pression du temps représentation mentale - Fait appel à la structuration spatiale, à la latéralisation, aux capacités d orientation - Ecarte l hypothèse d une déficience intellectuelle - Si IRP > ICV => mode d approche plus pratique, technique qui privilégie les objets concrets - Bonnes capacités de représentation mentale et de représentation symbolique - Révèle les capacités d abstraction - Difficultés perceptives : mauvaise organisation de l espace, mauvaise analyse de la structure - Dyspraxie, apraxie constructive - Problèmes organiques ou neurologiques - Déficience intellectuelle - Problématique : morcellement-réunion. Image du corps -Schéma corporel, image du corps -Epreuve difficile pour enfants psychotiques ou prépsychotiques - Aisance particulière chez les enfants autistes - Inhibition du fait d une agressivité extrêmement refoulée - Difficultés de séparation, dépendance et immaturité (danger de penser, comprendre, grandir intellectuellement) - Subtest faisant le plus appel au raisonnement et à la logique ; au fonctionnement de la pensée -Troubles dyspraxiques => épreuve difficilement réalisable -Construire une représentation dans l espace, nécessite de bons repères corporels => bonne intégration du schéma corporal et de l image du corps -Satisfaction éprouvée durant la passation => plaisir pris au fonctionnement intellectuel, hors de toute contrainte scolaire 5 Réalisé par I. VESTRIS, Psychologue

6 Subtests de Raisonnement Perceptifs (suite) IDENTIFICATION DE CONCEPTS Aptitudes évaluées Réussite Echec Approche clinique Remarques - Développement des possibilités d abstraction et de classification - Bonnes capacités opératoires - Accès à la pensée catégorielle - Abandon de la position égocentrique - Immaturité des processus de pensée -Difficultés à conceptualiser - Retard du développement intellectuel - Comparable à Similitudes MATRICES - Organisation perceptive - Aptitude spatiale généralisation, de pensée catégorielle -Capacité d abstraction à travers l analyse et la synthèse - La fluidité de pensée ; capacité de l esprit à réaliser un travail intellectuel -Elimine la suspicion de débilité -Capacité de représentation mentale et symbolique -Bonne efficience de la mémoire de travail et des capacités de traitement visuo-spatial -Flexibilité mentale : pouvoir tester certaines hypothèses de solution et pouvoir en imaginer d autres en cas d échec - Déficit au niveau du langage - Peut révéler un surinvestissement de l abstraction 6 Réalisé par I. VESTRIS, Psychologue

7 Subtests de Mémoire de Travail MEMOIRE DES CHIFFRES Aptitudes évaluées - Mémoire auditive à court terme séquençage - Attention et concentration - Qualité du contrôle attentionnel et de la mémoire à court terme - Capacité de représentation mentale pour MDC I Réussite - Surinvestissement de la mémoire afin d éviter une implication personnelle (obsessionnels ; psychotiques) - Sécurisation compensatoire chez les déficients intellectuels Echec - Faible chez les dyslexiques - Troubles de la mémoire immédiate (fréquemment échoué en cas d organicité) - Troubles de l attention, anxiété - Problème d audition Approche Clinique - Sensible à l émotivité, l instabilité, la fatigue - Parfois indice de blocage devant les chiffres - Problématique : relation au père - Recherche de sécurisation dans organisations phobiques - Echouée chez les dépressifs Remarques - MDC Direct => fait appel à la mémoire et à l apprentissage par cœur, à l attention, à l encodage et au traitement auditif - MDC Inverse => implique la MDT, la transformation de l info, la manipulation et la représentation visuospatiale - MDC D MDC I : nécessite une flexibilité cognitive et de la vivacité intellectuelle - Capacité à manipuler mentalement - L attention SEQUENCE LETTRES- CHIFFRES - La mémoire auditive à court terme - Les représentations visuospatiales Cf. MDC Cf. MDC - La vitesse de traitement 7 Réalisé par I. VESTRIS, Psychologue

8 Subtests de Vitesse de traitement CODE Aptitudes évaluées Réussite Echec Approche clinique Remarques - La motivation - Capacités d attention et de concentration - Coordination visuomotrice - Bonne coordination visuomotrice, rapidité - Bonnes capacité d apprentissage (intérioriser le modèle) - Acquérir des automatismes (capacités à s inscrire dans des activités assez conformistes et stéréotypées, chez les déficients intellectuels) - Désir d apprendre - Ambition, envie de gagner - Influencé négativement par : l anxiété, la distractibilité, l hyperactivité, les troubles des apprentissages, l aptitude à travailler en temps limité - Troubles de l attention - Difficultés à se concentrer durablement - Mauvais score chez les dyslexiques - Difficultés graphomotrices ou d organisation spatiale - Problématique : relation au père, désir de briller -Implique un mode de pensée banalisé, peu impliquant => meilleurs résultats chez les enfants soufrant d inhibition intellectuelle -Surinvestissement de l agir par rapport au penser - l excès de méticulosité (rigidité) nuit à la rapidité SYMBOLES concentration, d attention - Discrimination visuelle - Représentation spatial. Capacités d analyse de l organisation spatiale - Bonnes capacités de discrimination perceptive visuelle - Habilité à maitriser les problèmes d orientation, d inversion, de symétrie dans des formes abstraites - Influencé négativement par : l anxiété, la distractibilité, l hyperactivité, les troubles des apprentissages, l aptitude à travailler en temps limité - Lenteur des processus mentaux - Faible motivation - Mesure la coordination visuelle et motrice - Capacité d apprentissage ; planification - Vitesse de traitement de l information visuelle 8 Réalisé par I. VESTRIS, Psychologue

9 Quelques éléments à prendre en compte pour l interprétation du WISC IV Passation valide, partiellement valide ou non exploitable? Pour répondre à cette question, s aider des informations cliniques récoltées durant le testing : - Compréhension de la tâche - Intérêt et motivation pour la tâche - Humeur générale - Réactions émotionnelles (anxiété, jubilation, arrogance, frustration, colère, abandon ) - Contrôle attentionnelle (concentration, distraction, pensées parasites, impulsivité ) - Mémoire (oublie partiel ou totale des consignes, demande de répétition ) - Stratégies et styles de performance - Autocritique - Fatigabilité - Réactions motrices (grimaces, tics, instabilité, précision ) - Langage (précision, syntaxe, trouble de l expression, associations ) - Attitude à l égard du clinicien (approbation, confirmation, agressivité, séduction, manipulation ) Interaction IVT, MDT et raisonnement Déficit en IVT => difficultés pour les tâches faisant appel à la MDT et au raisonnement => difficultés d acquisition de nouvelles infos. Examiner en premier lieu les scores en IVT et IMT (relevant du neurologique et du fonctionnel) afin de nuancer l interprétation de scores faibles en ICV, IRP et QIT. Différence CV/RP CV > RP - CV = intelligence cristallisée, plus sensible à l éducation et à la scolarité - Intelligence de bon niveau, tournée vers l abstraction - Intérêt pour les études et la lecture - Troubles névrotiques ou maladie (ou séquelles) organique du cerveau - Si différence 20 => désorganisation psychologique sous-jacente : surinvestissement intellectuel dans la sphère verbale qui joue un rôle de défense rigide contre la menace de désorganisation interne OU troubles cognitifs spécifiques : déficit de l attention, troubles instrumentaux, etc. 9 Réalisé par I. VESTRIS, Psychologue

10 => Enfant qui bénéficie de stimulations familiales et relativement adapté scolairement RP > CV - Retard verbal au niveau de l articulation, de la parole, du langage qui peut être dû : A l insuffisance du milieu familial A une mauvaise scolarité ; les efficiences sont inférieures aux potentialités A une immaturité : difficultés d accès au symbolisme - Déficience si RP est aussi bas ; CV => pronostic sur l avenir scolaire, RP=> pronostic de l avenir professionnel - Problèmes affectifs : inhibition, troubles de la communication - Problèmes de socialisation : Certaine facilité de passage à l acte Obéissance au principe de plaisir plutôt qu au principe de réalité - Etat prépsychotique, autisme - Epreuves de performance sont plus sensibles à l effet d apprentissage que les épreuves verbales => Enfant ayant des possibilités intellectuelles mais qui n est pas stimulé par son entourage ou qui s adapte mal à la situation scolaire ( troubles de l attention, agitation, indocilité, manque de motivation, etc.) Le profil SCAD Symbole Code Arithmétique Mémoire Des chiffres Si la moyenne pondérée à ses 4 subtests est inférieur à 7 => trouble de l attention et trouble des apprentissages Analyse intra-individuelle Pas de différence significative entre les notes composites => utiliser la moyenne des notes aux 10 subtests pour analyser les forces et les faiblesses Différence significative entre les notes composites => utiliser la moyenne aux 3 subtests ICV et la moyenne aux 3 subtests IRP pour faire les comparaisons ATTENTION! Une faiblesse n est pas synonyme d un échec 10 Réalisé par I. VESTRIS, Psychologue

11 Analyse inter-individuelle => Repérer les subtests particulièrement échoués ou réussis Note N 3 4 N 6 7 N N 16 N 17 Réussite Très faible Faible Normale Elevée Très élevée % Signe Réalisé par I. VESTRIS, Psychologue

LE BILAN DU JEUNE ENFANT RÉINVENTÉ!

LE BILAN DU JEUNE ENFANT RÉINVENTÉ! LE BILAN DU JEUNE ENFANT RÉINVENTÉ! LA REVOLUTION Plus qu'une simple révision, la WPPSI -IV est une évolution majeure pour l'examen psychologique : l évaluation est à la fois plus écologique et rigoureuse

Plus en détail

Le WISC V pour les «nuls» Voyage au pays du temps figé

Le WISC V pour les «nuls» Voyage au pays du temps figé + Le WISC V pour les «nuls» Voyage au pays du temps figé + Le WISC V fixe 5 objectifs nouveaux : 2 1. Identifier les déficiences mentales et les caractériser 2. Identifier les déficits et les désordres

Plus en détail

Formation pédagogique La précocité intellectuelle.

Formation pédagogique La précocité intellectuelle. Formation pédagogique La précocité intellectuelle. IEN Metz Sud 23 novembre 2011 Le bilan psychologique dans la prise en charge de la précocité L INTELLIGENCE? Un concept flou Capacité d'un organisme à

Plus en détail

La scolarisation des élèves présentant des troubles. cognitives. Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire

La scolarisation des élèves présentant des troubles. cognitives. Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire La scolarisation des élèves présentant des troubles importants des fonctions cognitives Anne LECLERC-JACQUET Psychologue Scolaire INTRODUCTION Une nécessaire coopération entre tous les acteurs présents

Plus en détail

BILAN NEUROPSYCHOLOGIQUE DANS L EVALUATION DU TROUBLE DEFICITAIRE DE L ATTENTION AVEC OU SANS HYPERACTIVITE (TDA/H)

BILAN NEUROPSYCHOLOGIQUE DANS L EVALUATION DU TROUBLE DEFICITAIRE DE L ATTENTION AVEC OU SANS HYPERACTIVITE (TDA/H) 3 Square Stalingrad 13001 Marseille Siret : 53429751000016 BILAN NEUROPSYCHOLOGIQUE DANS L EVALUATION DU TROUBLE DEFICITAIRE DE L ATTENTION AVEC OU SANS HYPERACTIVITE (TDA/H) Aline Miquée, Psychologue,

Plus en détail

Les troubles spécifiques du développement de la parole et du langage. ASH/Document Béatrice DDEC Gard

Les troubles spécifiques du développement de la parole et du langage. ASH/Document Béatrice DDEC Gard Les troubles spécifiques du développement de la parole et du langage ASH/Document Béatrice DDEC Gard 1 Quelques précisions 3 à 5 % des enfants en âge scolaire souffrent de troubles du langage de type expressif

Plus en détail

Troubles spécifiques des apprentissages

Troubles spécifiques des apprentissages Troubles spécifiques des apprentissages 1 La démarche diagnostique Dr Chouchane Pédiatre Mme Vinet Psychologue Dr Dulieu Médecin rééducateur Dr Guimas Pédiatre Mme Saltarelli Orthophoniste Mme Laprevotte

Plus en détail

La dysphasie. Pour plus d informations: Informations générales

La dysphasie. Pour plus d informations: Informations générales Pour plus d informations: La dysphasie Institut Raymond-Dewar, programme Adolescents/ Jeunes Adultes et Bégaiement http://www.raymond-dewar.qc.ca Informations générales Dysphasie+ http://www.dysphasieplus.com

Plus en détail

OUTILS D ÉVALUATION DES T.A.C. ET DYSPRAXIE

OUTILS D ÉVALUATION DES T.A.C. ET DYSPRAXIE OUTILS D ÉVALUATION DES T.A.C. ET DYSPRAXIE Dépistage 4 ans 9 ans B.R.E.V : Batterie rapide d évaluation fonctions cognitives (C. Billard) Evaluation fonctions cognitives en«écart-type», langagières et

Plus en détail

Rencontre du CCED. Processus CIPR. le mardi 15 octobre 2013

Rencontre du CCED. Processus CIPR. le mardi 15 octobre 2013 Rencontre du CCED Processus CIPR le mardi 15 octobre 2013 000008 Processus du comité d identification, de placement et de révision (CIPR) et du comité d appel Les dispositions particulières au processus

Plus en détail

Enfance en difficulté : Glossaire

Enfance en difficulté : Glossaire Enfance en difficulté : Glossaire Objectifs Vous fournir les définitions des termes relatifs à l enfance en difficulté qui sont utilisés dans le système de l Éducation en Ontario. Anomalie Une anomalie

Plus en détail

Pourquoi exploiter les jeux mathématiques A l école élémentaire? (Au cycle 2)

Pourquoi exploiter les jeux mathématiques A l école élémentaire? (Au cycle 2) Pourquoi exploiter les jeux mathématiques A l école élémentaire? (Au cycle 2) 1 Les programmes 2008 : cycle 2 - introduction L apprentissage des mathématiques développe l imagination, la rigueur et la

Plus en détail

Langage et communication d enfants avec autisme

Langage et communication d enfants avec autisme Langage et communication d enfants avec autisme Estelle Petit Orthophoniste Troubles autistiques Triade autistique : Trouble des interactions sociales Trouble de la communication Intérêts restreints, stéréotypés

Plus en détail

Comment aider un enfant «girouette» avec ou sans hyperactivité

Comment aider un enfant «girouette» avec ou sans hyperactivité Germain Duclos Psychoéducateur et orthopédagogue Comment aider un enfant «girouette» avec ou sans hyperactivité Image tirée de Google 1 Trois paramètres Inattention : L enfant GIROUETTE. Impulsivité :

Plus en détail

Troubles des apprentissages et rôle du neuropsychologue

Troubles des apprentissages et rôle du neuropsychologue Troubles des apprentissages et rôle du neuropsychologue Formation PLURADYS Mathilde MIGNON mathilde-mignon@club-internet.fr La neuropsychologie : spécialité de la psychologie qui fournit une compréhension

Plus en détail

Les composantes de la réussite scolaire

Les composantes de la réussite scolaire Les composantes de la réussite scolaire Cognitives Culturelles Physiologiques Psychologiques Sociologiques Que devons-nous privilégier dans cette notion polysémique? Sa mesure (évaluations, signalements,

Plus en détail

Didier Bronselaer, (Juin 2010)

Didier Bronselaer, (Juin 2010) Didier Bronselaer, (Juin 2010) «Réussir à l école. Guide psychopédagogique destiné aux élèves du primaire et du secondaire, à leurs parents et aux professionnels» Éditions Averbode, Labor Éducation (Code

Plus en détail

QUESTIONNAIRE AU TITULAIRE

QUESTIONNAIRE AU TITULAIRE Date d envoi : Date de réception : QUESTIONNAIRE AU TITULAIRE Demande d admission - Niveau secondaire Ce document doit être complété par le titulaire de classe ou par l orthopédagogue Nom de l élève :

Plus en détail

De la méthodologie à l interprétation

De la méthodologie à l interprétation Le bilan neuropsychologique dans les troubles des apprentissages De la méthodologie à l interprétation E. PEIFFER D. LASSUS-SANGOSSESANGOSSE Neuropsychologue Centre de Diagnostic des Troubles du Langage

Plus en détail

PLAN. 1. Introduction. 2. Clinique des troubles anxieux. 3. Evaluation clinique. 4. Traitement

PLAN. 1. Introduction. 2. Clinique des troubles anxieux. 3. Evaluation clinique. 4. Traitement LES TROUBLES ANXIEUX CHEZ L ENFANT ET L ADOLESCENT DR PAULE GARROS PLAN 1. Introduction 2. Clinique des troubles anxieux 3. Evaluation clinique 4. Traitement 1. INTRODUCTION 1.1. Points de repère 1.2.

Plus en détail

Devenir des extrêmes prématurés : à la norme : quelles réalit chiffres?

Devenir des extrêmes prématurés : à la norme : quelles réalit chiffres? Devenir des extrêmes prématurés : les écarts à la norme : quelles réalit alités humaines derrière re les chiffres? Véronique ZUPAN SIMUNEK Réanimation néonatale, Clamart et réseau ASNR Paris 20 mars 2009

Plus en détail

Comportement de l enfant. Observation jeux libres OBJECTIFS DES JOURNEES D EVALUATION LE BILAN PSYCHOLOGIQUE DANS LE CADRE DES EVALUATIONS

Comportement de l enfant. Observation jeux libres OBJECTIFS DES JOURNEES D EVALUATION LE BILAN PSYCHOLOGIQUE DANS LE CADRE DES EVALUATIONS LE BILAN PSYCHOLOGIQUE DANS LE CADRE DES EVALUATIONS OBJECTIFS DES JOURNEES D EVALUATION Deux séances d une heure chacune sont aménagées pour le bilan psychologique Linda Harré Psychologue CIERA Bilan

Plus en détail

Alzheimer et potentialités affectives. Louis PLOTON Professeur émérite de Gérontologie Université Lyon-2

Alzheimer et potentialités affectives. Louis PLOTON Professeur émérite de Gérontologie Université Lyon-2 Alzheimer et potentialités affectives Louis PLOTON Professeur émérite de Gérontologie Université Lyon-2 Un fil directeur clinique: la recherche du moindre mal Eviter les rapports de force et pour cela:

Plus en détail

Le WISC IV: théorie et études de cas

Le WISC IV: théorie et études de cas Le WISC IV: théorie et études de cas Réseau TAP- le 25 septembre 2012 Stéphanie IANNUZZI Psychologue - Neuropsychologue Centre de Référence des Troubles des Apprentissages CHU Bicêtre Lucie HANNEQUIN Psychologue-

Plus en détail

Atelier SPH Psychiatrie Infanto Juvénile sous Contraintes (II) Marc Bétrémieux Fabienne Roos Weil Bertrand Welniarz Marseille 2006

Atelier SPH Psychiatrie Infanto Juvénile sous Contraintes (II) Marc Bétrémieux Fabienne Roos Weil Bertrand Welniarz Marseille 2006 Atelier SPH Psychiatrie Infanto Juvénile sous Contraintes (II) Marc Bétrémieux Fabienne Roos Weil Bertrand Welniarz Marseille 2006 Psychiatrie Infanto Juvénile sous Contraintes (II) 1- dépistage individuel

Plus en détail

A LA RECHERCHE D'UN NOUVEAU CHALLENGE?

A LA RECHERCHE D'UN NOUVEAU CHALLENGE? A LA RECHERCHE D'UN NOUVEAU CHALLENGE? Prêt pour le changement? Afin de pouvoir vous concentrer sur votre évolution professionnelle je vous accompagne de façon structurée dans l orientation la plus profitable

Plus en détail

Le Trouble TDAH. Avril 2009 ASH 04 1

Le Trouble TDAH. Avril 2009 ASH 04 1 Le Trouble Déficit de l Attention/ l ttention/hyperactivité TDAH Avril 2009 ASH 04 1 Caractéristiques ristiques Ce trouble est caractéris risé par : des difficultés à se concentrer «je suis très s facilement

Plus en détail

Syndrome d Asperger: Bilan diagnostique au. CRA de Picardie

Syndrome d Asperger: Bilan diagnostique au. CRA de Picardie Syndrome d Asperger: Bilan diagnostique au CRA de Picardie Pr C Mille, Dr M Bon Saint Come, (Pédopsychiatres), Dr A Simonot (neuropédiatre) H Bué, C Moulin (Psychologues), V Bury (Psychomotricienne), A-L

Plus en détail

Le langage à l école maternelle Scéren. Les difficultés d apprentissage du langage

Le langage à l école maternelle Scéren. Les difficultés d apprentissage du langage Le langage à l école maternelle Scéren Les difficultés d apprentissage du langage Le rôle premier de l enseignant est de suivre les progrès de ses élèves et de créer les conditions pour les susciter. Ce

Plus en détail

Un exerciseur avec intelligence artificielle pour entraîner les psychologues à diagnostiquer les patients.

Un exerciseur avec intelligence artificielle pour entraîner les psychologues à diagnostiquer les patients. Un exerciseur avec intelligence artificielle pour entraîner les psychologues à diagnostiquer les patients. DESCRIPTION Pendant mon bachelor en psychologie, je me suis aperçue que les cours étaient très

Plus en détail

PROGRAMME DES STAGES «DEUXIEME GENERATION» I - ENSEIGNEMENT TRONC COMMUN : LES FACTEURS GENERAUX DE L'INSECURITE ROUTIERE

PROGRAMME DES STAGES «DEUXIEME GENERATION» I - ENSEIGNEMENT TRONC COMMUN : LES FACTEURS GENERAUX DE L'INSECURITE ROUTIERE PROGRAMME DES STAGES «DEUXIEME GENERATION» I - ENSEIGNEMENT TRONC COMMUN : LES FACTEURS GENERAUX DE L'INSECURITE ROUTIERE SEQUENCES et OBJECTIFS Tour de table (2 heures) Données de sécurité routière (30

Plus en détail

praxisa PSYCHOLOGIE GENERALE plan de formation

praxisa PSYCHOLOGIE GENERALE plan de formation praxisa PSYCHOLOGIE GENERALE plan de formation Livret 1 : "connais-toi toi même". "ETRE BIEN DANS SA TETE, ETRE BIEN DANS SON CORPS". Vous étudiez les différentes méthodes historiques pour apprendre à

Plus en détail

COMMUNICATION INTERPERSONNELLE (CIP)

COMMUNICATION INTERPERSONNELLE (CIP) COMMUNICATION INTERPERSONNELLE (CIP) COMMUNICATION INTERPERSONNELLE ÉLÉMENTS DE DÉFINITIONS La communication interpersonnelle est un processus naturel entre deux personnes. Quoiqu il se passe entre deux

Plus en détail

l atelier collectif : une nouvelle approche de la sante sexuelle des PVVIH

l atelier collectif : une nouvelle approche de la sante sexuelle des PVVIH l atelier collectif : une nouvelle approche de la sante sexuelle des PVVIH Mercredi 7 Octobre 2015 NANTES JF. Souchon, M. Laprevotte, N. Edeb, A. Simon, O Benveniste Département de Médecine Interne Pôle

Plus en détail

Un outil de dépistage des décrocheurs potentiels La TEDP 2.0

Un outil de dépistage des décrocheurs potentiels La TEDP 2.0 Un outil de dépistage des décrocheurs potentiels La TEDP 2.0 Présentation effectuée dans le cadre du 14 e Colloque sur l Approche Orientante Michel Janosz, Ph.D. Directeur Jonathan Lévesque, M.Sc. et Julie

Plus en détail

Psychométrie qualitative

Psychométrie qualitative Psychométrie qualitative Benoît Virole Résumé Nous présentons une méthode d exploration du développement de l enfant et de l adolescent. Les tests psychométriques, (Figure de Rey, WISC-IV, WPPSI-III, WNV,

Plus en détail

- GEOPSY.COM - Psychologie interculturelle et Psychothérapie - OBSERVATIONS ET HYPOTHESES PSYCHOPATHOLOGIQUES

- GEOPSY.COM - Psychologie interculturelle et Psychothérapie - OBSERVATIONS ET HYPOTHESES PSYCHOPATHOLOGIQUES OBSERVATIONS ET HYPOTHESES PSYCHOPATHOLOGIQUES INTRODUCTION - contexte de consultation - présentation générale enfant et famille - symptômes prévalents, au devant du tableau clinique - âge (des troubles

Plus en détail

L ENFANT INTELLECTUELLEMENT PRECOCE

L ENFANT INTELLECTUELLEMENT PRECOCE L ENFANT INTELLECTUELLEMENT PRECOCE Dr Sophie Campredon Psychiatre pour adolescents Service du Pr Da Fonseca INTRODUCTION INTELLIGENCE = capacité d un organisme - ou d un système artificiel- à s auto-modifier

Plus en détail

Troubles de lecture au collégial Compte-rendu d un projet PARÉA

Troubles de lecture au collégial Compte-rendu d un projet PARÉA Troubles de lecture au collégial Compte-rendu d un projet PARÉA Zohra Mimouni, Collège Montmorency Laura King, Cégep André-Laurendeau Chantal Courtemanche, Collège Montmorency Troubles de lecture? Distinguer

Plus en détail

HANDICAP COGNITIF. Ariel CONTE Président de CORIDYS ariel.conte@tiscali.fr www.coridys.asso.fr

HANDICAP COGNITIF. Ariel CONTE Président de CORIDYS ariel.conte@tiscali.fr www.coridys.asso.fr Ariel CONTE Président de CORIDYS ariel.conte@tiscali.fr www.coridys.asso.fr HANDICAP COGNITIF Mieux prendre en compte les aspects neuropsychologiques et cognitifs dans le Guide d évaluation multidimensionnelle

Plus en détail

Types et rôle de la mémoire humaine Grzegorz Markowski Maître de conférences Université de Silésie

Types et rôle de la mémoire humaine Grzegorz Markowski Maître de conférences Université de Silésie Types et rôle de la mémoire humaine Grzegorz Markowski Maître de conférences Université de Silésie Le processus d enseignement du vocabulaire est lié à certains facteurs, parmi lesquels les plus importants

Plus en détail

MARSEILLE LE 31 JANVIER 2013. Ref: J-M.LOUIS, F.RAMOND. Scolariser l élève intellectuellement précoce. Dunod.

MARSEILLE LE 31 JANVIER 2013. Ref: J-M.LOUIS, F.RAMOND. Scolariser l élève intellectuellement précoce. Dunod. MARSEILLE LE 31 JANVIER 2013 Ref: J-M.LOUIS, F.RAMOND. Scolariser l élève intellectuellement précoce. Dunod. Des élèves qui sont «contre l école». Elle leur est un appui. Tout en ayant des capacités de

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DE LA SCOLARITE Pour un élève présentant un trouble des apprentissages (dyslexie, dysgraphie, dyspraxie )

PROJET D AMENAGEMENT DE LA SCOLARITE Pour un élève présentant un trouble des apprentissages (dyslexie, dysgraphie, dyspraxie ) PROJET D AMENAGEMENT DE LA SCOLARITE Pour un élève présentant un trouble des apprentissages (dyslexie, dysgraphie, dyspraxie ) Références : - Loi n 2005-380 du 23 avril 2005 d orientation sur l éducation.

Plus en détail

Sémiologie Psychiatrique

Sémiologie Psychiatrique Sémiologie Psychiatrique Troubles de personnalité Source principale: Collège national des enseignants de Psychiatrie Personnalité Définition: Résultat, chez un sujet donné, de l intégration dynamique de

Plus en détail

Troubles des apprentissages et du développement. La démarche diagnostique

Troubles des apprentissages et du développement. La démarche diagnostique Troubles des apprentissages et du développement 1 La démarche diagnostique 1.Eliminer une origine sensorielle, neurologique, médicale 2.Evaluer le fonctionnement et les répercussions fonctionnelles 3.Coordonner

Plus en détail

Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) Dr COFFY JM (Réseau MADO) 15/04/2014

Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) Dr COFFY JM (Réseau MADO) 15/04/2014 Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) Dr COFFY JM (Réseau MADO) 15/04/2014 Les Symptômes Psychologiques et Comportementaux de la Démence (SPCD) sont, avec les troubles cognitifs,

Plus en détail

Projet de formation à l éveil musical destiné aux professionnels intervenant dans le domaine de la petite enfance

Projet de formation à l éveil musical destiné aux professionnels intervenant dans le domaine de la petite enfance Projet de formation à l éveil musical destiné aux professionnels intervenant dans le domaine de la petite enfance Conception : Régis PEYRARD Educateur de Jeunes Enfants - intervenant musical indépendant

Plus en détail

Accompagnement et soins des personnes âgées en institution

Accompagnement et soins des personnes âgées en institution Accompagnement et soins des personnes âgées en institution L 'allongement de la vie génère de nouvelles pathologies, demandes et besoins en matière de gérontologie. Les professionnels confrontés à cette

Plus en détail

Les secteurs d emploi

Les secteurs d emploi Les secteurs d emploi ADMINISTRATION, COMMERCE ET INFORMATIQUE Aime se sentir efficace et responsable Aime travailler avec les mots ou les chiffres (symboles, langages spécialisés, règles et normes) Aime

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION PROGRAMME DE FORMATION FORMATION EN MANAGEMENT DÉVELOPPEMENT DES CAPACITÉS MANAGÉRIALES STRUCTURE DE LA FORMATION Programme de formation : 7 jours Siège social : 3B, Rue Taylor, CS 20004 75481 PARIS Cedex

Plus en détail

Ce résumé de cours de psychologie s'adresse à un public d'étudiants en première année de Licence de soins infirmiers.

Ce résumé de cours de psychologie s'adresse à un public d'étudiants en première année de Licence de soins infirmiers. Ce résumé de cours de psychologie s'adresse à un public d'étudiants en première année de Licence de soins infirmiers. UE11.S1 EC2 LES GRANDS DOMAINES DE LA PSYCHOLOGIE LES GRANDS DOMAINES DE LA PSYCHOLOGIE

Plus en détail

et maladies neuromusculaires

et maladies neuromusculaires janvier 2013 savoir & comprendre repères AFM / C. Hargoues BILAN NEUROPSYCHOLOGIQUE et maladies neuromusculaires Le bilan neuropsychologique explore les fonctions cognitives d une personne (enfant, adolescent

Plus en détail

Prévenir et rééduquer la dysgraphie

Prévenir et rééduquer la dysgraphie Prévenir et rééduquer la dysgraphie. Prévenir... Tenue du crayon Outils scripteurs Position du bras Posture, mobilier lignages Rééduquer... Comprendre le geste graphique la prise en charge au cabinet...

Plus en détail

AÏKI-COM Programme Maîtrise mentale et comportementale

AÏKI-COM Programme Maîtrise mentale et comportementale AÏKI-COM Programme Maîtrise mentale et comportementale Conception et animation Fabrice De Ré Formation, coaching 06 18 95 13 40 fabrice.dere@gmail.com Formation pour les entreprises et les institutions

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DE L ENFANT

DEVELOPPEMENT DE L ENFANT DEVELOPPEMENT DE L ENFANT I. L enfant de 3 à 6 ans 1. Le développement moteur et intellectuel L enfant n a pas encore la maîtrise motrice de l adulte, mais il a déjà acquis la tonicité musculaire, des

Plus en détail

PRISE EN CHARGE ABA POUR ENFANTS ET ADOLESCENTS PRESENTANT DES TROUBLES DU DEVELOPPEMENT

PRISE EN CHARGE ABA POUR ENFANTS ET ADOLESCENTS PRESENTANT DES TROUBLES DU DEVELOPPEMENT PRISE EN CHARGE ABA POUR ENFANTS ET ADOLESCENTS PRESENTANT DES TROUBLES DU DEVELOPPEMENT Présentation Céline psychologue clinicienne installée en libéral aux Pennes-Mirabeau Diplômée de l Université de

Plus en détail

LES CONSEQUENCES DE L INTOXICATION DU FŒTUS

LES CONSEQUENCES DE L INTOXICATION DU FŒTUS LES CONSEQUENCES DE L INTOXICATION DU FŒTUS Quelque soit la gravité de l atteinte, les troubles neurologiques et comportementaux sont constants et ce, indépendamment du quotient intellectuel et de l environnement

Plus en détail

Qu est ce que le handicap psychique?

Qu est ce que le handicap psychique? Qu est ce que le handicap psychique? Mont de Marsan le 18 novembre 2014 ARRIETA Christophe Directeur SESSAD LSO «Devenir AVS» Objectif un éclairage sur les difficultés scolaires des enfants présentant

Plus en détail

IREM- 13 juin 2009. Dominique GILLET IEN 1er degré Pilote du groupe départemental mathématiques et sciences

IREM- 13 juin 2009. Dominique GILLET IEN 1er degré Pilote du groupe départemental mathématiques et sciences FORMATION CONTINUE DES ENSEIGNANTS EN MATHEMATIQUES IREM- 13 juin 2009 Dominique GILLET IEN 1er degré Pilote du groupe départemental mathématiques et sciences Des types de formation continue Des stages

Plus en détail

Les échelles d évaluation de «l intelligence» chez l enfant : WPPSI et WISC-IV. M.-P. Vernier-Hauvette - C.R.T.L.A. - C.H.U.

Les échelles d évaluation de «l intelligence» chez l enfant : WPPSI et WISC-IV. M.-P. Vernier-Hauvette - C.R.T.L.A. - C.H.U. Les échelles d évaluation de «l intelligence» chez l enfant : WPPSI et WISC-IV M.-P. Vernier-Hauvette - C.R.T.L.A. - C.H.U. Amiens L intelligence Selon Wechsler : «Capacité globale ou complexe qu'a l'individu

Plus en détail

Ce qu est la neuropsychologie

Ce qu est la neuropsychologie Neuropsychologie et troubles d apprentissage Francine Lussier Ph.D., neuropsychologue CÉNOP-FL et CRAN 858-6484 cenopfl@cenopfl.com Ce qu est la neuropsychologie La neuropsychologie est l étude de la relation

Plus en détail

L OUTIL «CLASSE ÉTAPE» UNE MODALITÉ DE COOPÉRATION MÉDICO-SOCIAL / EDUCATION NATIONALE

L OUTIL «CLASSE ÉTAPE» UNE MODALITÉ DE COOPÉRATION MÉDICO-SOCIAL / EDUCATION NATIONALE L OUTIL «CLASSE ÉTAPE» UNE MODALITÉ DE COOPÉRATION MÉDICO-SOCIAL / EDUCATION NATIONALE UN AGRÉMENT «Les Instituts Thérapeutiques, Educatifs et Pédagogiques accueillent les enfants adolescents ou jeunes

Plus en détail

Conseils pour la scolarité des enfants présentant un trouble attentionnel

Conseils pour la scolarité des enfants présentant un trouble attentionnel 1 Centre de Référence Troubles des Apprentissages Service 502 Conseils pour la scolarité des enfants présentant un trouble attentionnel Madame, Monsieur, Vous accueillez au sein de votre classe un/des

Plus en détail

RESSOURCES HUMAINES RESSOURCES HUMAINES. L humain est le capital le plus précieux de votre entreprise FORMATION

RESSOURCES HUMAINES RESSOURCES HUMAINES. L humain est le capital le plus précieux de votre entreprise FORMATION L humain est le capital le plus précieux de votre entreprise FORMATION LA GESTION DES CONFLITS DU STRESS ET DES TENSIONS INDIVIDUELLES Anticiper les risques de conflit. Repérer les facteurs de tensions,

Plus en détail

UF2. Etre capable de mobiliser les connaissances nécessaires a l animation des activités de la FFSCDA

UF2. Etre capable de mobiliser les connaissances nécessaires a l animation des activités de la FFSCDA UF2 Etre capable de mobiliser les connaissances nécessaires a l animation des activités de la FFSCDA Introduction La connaissance des fondamentaux pédagogiques est indispensable dans une première qualification

Plus en détail

Evolution sur 12 mois

Evolution sur 12 mois Suivi psycho-éducatif à domicile d un enfant porteur d un X-Fragile : Intérêt des approches cognitive, comportementale et intégrale Evolution sur 12 mois Mehdi LIRATNI Docteur en Psychologie de l Université

Plus en détail

Difficultés en mathématiques : Dyscalculie ou anxiété des maths? Anne THOMAS, Orthophoniste SESSD APF Laura CANELL, Neuropsychologue SESSD APF

Difficultés en mathématiques : Dyscalculie ou anxiété des maths? Anne THOMAS, Orthophoniste SESSD APF Laura CANELL, Neuropsychologue SESSD APF Difficultés en mathématiques : Dyscalculie ou anxiété des maths? Anne THOMAS, Orthophoniste SESSD APF Laura CANELL, Neuropsychologue SESSD APF Avril 2015 Introduction PLAN I. Apports théoriques 1. Dyscalculie

Plus en détail

Donner un sens au travail - Promouvoir le bien-être psychologique

Donner un sens au travail - Promouvoir le bien-être psychologique Donner un sens au travail - Promouvoir le bien-être psychologique Estelle M. Morin, psychologue et professeur titulaire Alexandra Lebel, directrice RH, Teknika HBA Le mercredi, 3 novembre 2010 Copyright

Plus en détail

Evolution de l enseignement des mathématiques matiques en Tunisie

Evolution de l enseignement des mathématiques matiques en Tunisie Evolution de l enseignement des mathématiques matiques en Tunisie L enseignement des mathématiques matiques en Tunisie Cinq réformesr 1958; 1968; 1978; 1993; 2002. de 1958 Unification de l enseignement.

Plus en détail

Référence : Michèle MAZEAU - Neuropsychologie et troubles des apprentissages - MASSON, 2005.

Référence : Michèle MAZEAU - Neuropsychologie et troubles des apprentissages - MASSON, 2005. Déficits d attention avec ou sans impulsivité et/ou hyperactivité. Syndromes dysexécutifs. Conseils aux enseignants et rééducateurs. Dr Alain POUHET. Médecin de Rééducation. Référence : Michèle MAZEAU

Plus en détail

Répertoire des formations. Handicap destinées aux SAD

Répertoire des formations. Handicap destinées aux SAD Répertoire des formations Handicap destinées aux SAD 01/01/2014 Sommaire : Préambule P 3 Handéo P 4 ACE P 5 Anaphores P 6 APF P 7 Auxilia P 9 Concept Formation Conseil P 10 CQFD P 11 DOFAS P 13 Elia P

Plus en détail

Troubles envahissants du développement Autisme et Scolarité

Troubles envahissants du développement Autisme et Scolarité CENTRE RESSOURCES AUTISME Région PACA Antenne de NICE-Fondation LENVAL Le 28/09/09 Troubles envahissants du développement Autisme et Scolarité Dr Sylvie Serret pédopsychiatre Service de psychiatrie Infanto-Juvénile

Plus en détail

Remédiation Neuropsychologique Théorie et pratique. Jérôme BIANCHI Neuropsychologue CE.R.T.A et Exercice en libéral

Remédiation Neuropsychologique Théorie et pratique. Jérôme BIANCHI Neuropsychologue CE.R.T.A et Exercice en libéral Remédiation Neuropsychologique Théorie et pratique Jérôme BIANCHI Neuropsychologue CE.R.T.A et Exercice en libéral Pour plus d informations 1. En théorie Plan 2. En pratique 3. Et l écologie dans tout

Plus en détail

Le nouveau programme d enseignement de l école maternelle. dès la rentrée 2015

Le nouveau programme d enseignement de l école maternelle. dès la rentrée 2015 Le nouveau programme d enseignement de l école maternelle dès la rentrée 2015 Animation pédagogique DSDEN87 Octobre 2015 Le programme Des ressources d accompagnement en ligne La définition de l école maternelle

Plus en détail

Troubles de la personnalité (286) Docteur Marc DUBUC Mai 2003

Troubles de la personnalité (286) Docteur Marc DUBUC Mai 2003 Troubles de la personnalité (286) Docteur Marc DUBUC Mai 2003 Pré-Requis : Nosologie des troubles névrotiques et des psychoses. Résumé : Comprendre la notion de personnalité pathologique. Savoir reconnaître

Plus en détail

Le dictionnaire des aptitudes professionnelles

Le dictionnaire des aptitudes professionnelles Le dictionnaire des aptitudes professionnelles Le dictionnaire des aptitudes présenté ci-dessous est le résultat de recherches sur internet et d interventions conduites en entreprise dans différents secteurs

Plus en détail

FORMATIONS COMMUNICATION ET APTITUDES PERSONNELLES «STANDARD» POUR TOUS

FORMATIONS COMMUNICATION ET APTITUDES PERSONNELLES «STANDARD» POUR TOUS FORMATIONS COMMUNICATION ET APTITUDES PERSONNELLES «STANDARD» POUR TOUS sommaire 1. Avoir confiance pour mieux réussir 2 2. Changement : le plus difficile des challenges à gérer! 2 3. La créativité au

Plus en détail

Les psychomotriciens sont des auxiliaires médicaux intervenant sur prescription médicale auprès d une population allant du nouveau-né à la

Les psychomotriciens sont des auxiliaires médicaux intervenant sur prescription médicale auprès d une population allant du nouveau-né à la Les psychomotriciens sont des auxiliaires médicaux intervenant sur prescription médicale auprès d une population allant du nouveau-né à la personne âgée. Ils s'occupent des troubles du mouvement et du

Plus en détail

Catalogue de Formations 2014

Catalogue de Formations 2014 Catalogue de Formations 2014 Bienvenue Le fil conducteur de nos formations: Optimiser l image de soi et la communication personnelle pour une meilleure relation aux autres et développer le bien-être du

Plus en détail

Les Troubles Psychiatriques Majeurs. Mimi Israël M.D. Avril, 2007

Les Troubles Psychiatriques Majeurs. Mimi Israël M.D. Avril, 2007 Les Troubles Psychiatriques Majeurs Mimi Israël M.D. Avril, 2007 Objectif D apprendre à reconnaître certains troubles de santé mentale et de toxicomanie dans un contexte de concomitance. Qu est-ce qu un

Plus en détail

EMPREINTE FORMATIONS

EMPREINTE FORMATIONS EMPREINTE FORMATIONS Formation de Conseillers en Relation d Aide Empreinte Formations est une association protestante qui met au service des personnes et des associations son expérience dans le domaine

Plus en détail

Dijon, le 24 janvier 2008. RESTITUTION EVALUATION PREFORMATIVE. Madame X

Dijon, le 24 janvier 2008. RESTITUTION EVALUATION PREFORMATIVE. Madame X Dijon, le 24 janvier 2008. RESTITUTION EVALUATION PREFORMATIVE Madame I APTITUDES ET POTENTIEL INTELLECTUEL Vous trouverez dans le tableau ci-dessous, la définition des paramètres mesurés durant les tests

Plus en détail

Les praxies. Une fois acquise, une praxie ne s oublie pas.

Les praxies. Une fois acquise, une praxie ne s oublie pas. Les praxies Ce sont les fonctions de gestion et de pré-programmation des gestes intentionnels. Elles se situent à un niveau supérieur. Elles sont différentes de la commande motrice. Une praxie, c est le

Plus en détail

Olivier GRONDIN, Maître de Conférences Psychologie Clinique, Psychologue clinicien. Département de Psychologie

Olivier GRONDIN, Maître de Conférences Psychologie Clinique, Psychologue clinicien. Département de Psychologie Olivier GRONDIN, Maître de Conférences Psychologie Clinique, Psychologue clinicien. Département de Psychologie 1. Anxiété de séparation 2. Phobie spécifique 3. Phobie sociale 4. Anxiété généralisée 5.

Plus en détail

T r o u b l e s c o g n i t i f s : C o m p r e n d r e p o u r A g i r

T r o u b l e s c o g n i t i f s : C o m p r e n d r e p o u r A g i r CORIDYS Formation Catalogue des formations 2015 T r o u b l e s c o g n i t i f s : C o m p r e n d r e p o u r A g i r P r é s e n t a t i o n d e C O R I D Y S P a g e 1 CORIDYS est l acronyme de Coordination

Plus en détail

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Les professeurs et les personnels d éducation mettent en œuvre les missions que la nation assigne à l école. En leur qualité de fonctionnaires

Plus en détail

Fiche Synthèse aide au concours 2SEP ENS Rennes. La motivation

Fiche Synthèse aide au concours 2SEP ENS Rennes. La motivation La motivation 1) Définition La motivation comprend des comportements adaptatifs mais aussi non adaptatifs : l élève peut montrer de la motivation en EPS mais pas envers la tâche prescrite Ex : : élève

Plus en détail

Didactique des Langues: évolutions et modèles

Didactique des Langues: évolutions et modèles Didactique des Langues: évolutions et modèles Mohammed Melouk Faculté des Sciences de l Education Université Mohammed V-Souissi m.melouk@um5s.ac.ma Plan Introduction L univers de la didactique des langues

Plus en détail

Catalogue des formations 2015/ 2017

Catalogue des formations 2015/ 2017 Catalogue des s 2015/ 2017 Historique «la Cité Relais» est créée. La Cité Relais a un agrément CHRS 2001, le ch locataire. En 2011, la Cité Relais a élargi son champ de compétences et obtenu en Direccte

Plus en détail

Culture et Handicap Guide pratique de l accessibilité

Culture et Handicap Guide pratique de l accessibilité Culture et Handicap Guide pratique de l accessibilité p. 76-89 Définition des handicaps «Constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d activité ou restriction de participation à

Plus en détail

Prévention des risques psychosociaux : bien-être et efficacité au travail

Prévention des risques psychosociaux : bien-être et efficacité au travail RÉF. : PS14 PRÉVENTION GÉNÉRALE Prévention des risques psychosociaux : bien-être et efficacité au travail Définir les risques psychosociaux et comprendre leurs mécanismes Identifier l impact des RPS sur

Plus en détail

Le nouveau programme d enseignement de l école maternelle rentrée 2015 Animation pédagogique DSDEN87

Le nouveau programme d enseignement de l école maternelle rentrée 2015 Animation pédagogique DSDEN87 Le nouveau programme d enseignement de l école maternelle rentrée 2015 Animation pédagogique DSDEN87 3ème année de la Refondation de l école Priorité au primaire : des moyens et des dispositifs innovants

Plus en détail

Structure de la FSH. Equipe nationale. Formation/perfectionnement. Equipe nationale M21. Administration. Equipe nationale M19. Equipe nationale M17

Structure de la FSH. Equipe nationale. Formation/perfectionnement. Equipe nationale M21. Administration. Equipe nationale M19. Equipe nationale M17 Structure de la FSH Equipe nationale Arbitrage Formation/perfectionnement Administration Equipe nationale M21 Equipe nationale M19 Equipe nationale M17 Conseil des entraîneurs Sélections régionales Bertrand

Plus en détail

PROGRESSER DANS SA FONCTION DE MANAGER

PROGRESSER DANS SA FONCTION DE MANAGER PROGRESSER DANS SA FONCTION DE MANAGER 1 QUEL MANAGER JE SUIS? 2 La connaissance de soi et des autres Déterminer et comprendre quel est l impact de sa communication personnelle Prendre conscience de ses

Plus en détail

ENFANTS ADOLESCENTS ADULTES PERSONNES ÂGÉES

ENFANTS ADOLESCENTS ADULTES PERSONNES ÂGÉES ENFANTS ADOLESCENTS ADULTES PERSONNES ÂGÉES Centre d Évaluation Neuropsychologique et d Aide à l Apprentissage Programmation 2015 : ATELIERS/FORMATIONS/CONFÉRENCES 170, boul. Taschereau, bureau 250 La

Plus en détail

Marie-Laure Kaiser Ergothérapeute cheffe du CHUV. Aigle, le 10 novembre

Marie-Laure Kaiser Ergothérapeute cheffe du CHUV. Aigle, le 10 novembre La dyspraxie ou le Trouble de l Acquisition de la Coordination : un trouble si peu connu! «Comment l identifier et quels sont les moyens d intervention?» Marie-Laure Kaiser Ergothérapeute cheffe du CHUV

Plus en détail

Difficultés en graphisme et en écriture. Sandrine POINSOT Graphothérapeute et ergothérapeute 28 allée de rosny 93320 Les Pavillons Sous Bois

Difficultés en graphisme et en écriture. Sandrine POINSOT Graphothérapeute et ergothérapeute 28 allée de rosny 93320 Les Pavillons Sous Bois Difficultés en graphisme et en écriture Sandrine POINSOT Graphothérapeute et ergothérapeute 28 allée de rosny 93320 Les Pavillons Sous Bois Différence entre graphisme et écriture Le graphisme concerne

Plus en détail

Troubles auditifs, dépistage et prise en charge chez le jeune enfant

Troubles auditifs, dépistage et prise en charge chez le jeune enfant Troubles auditifs, dépistage et prise en charge chez le jeune enfant Le dépistage systématique des déficiences, l écoute des parents (en particulier des mères) et une attention accrue dans certaines situations

Plus en détail

T.S.A T E S T S E N I O R A T T I T U D E S. Un test de personnalité spécifiquement conçu pour le recrutement et le bilan professionnel des seniors

T.S.A T E S T S E N I O R A T T I T U D E S. Un test de personnalité spécifiquement conçu pour le recrutement et le bilan professionnel des seniors T.S.A T E S T S E N I O R A T T I T U D E S Un test de personnalité spécifiquement conçu pour le recrutement et le bilan professionnel des seniors Une analyse fonctionnelle de l image de soi et des compétences

Plus en détail

L ÉVALUATION DE L ORAL EN CLASSE DE FRANÇAIS AU SECONDAIRE. Lizanne Lafontaine, professeure en éducation Université du Québec en Outaouais (UQO)

L ÉVALUATION DE L ORAL EN CLASSE DE FRANÇAIS AU SECONDAIRE. Lizanne Lafontaine, professeure en éducation Université du Québec en Outaouais (UQO) L ÉVALUATION DE L ORAL EN CLASSE DE FRANÇAIS AU SECONDAIRE 1 Lizanne Lafontaine, professeure en éducation Université du Québec en Outaouais (UQO) 1 Évaluation de l oral : éléments à considérer Facilités

Plus en détail