I. Article 2.3 a) - Traitement des rabais et remises dans la détermination de la valeur normale

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I. Article 2.3 a) - Traitement des rabais et remises dans la détermination de la valeur normale"

Transcription

1 ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED ADP/W/255 i5 December 1989 Distribution spéciale Comité des pratiques antidumping Original: anglais OBSERVATIONS ET QUESTIONS ADDITIONNELLES DE SINGAPOUR AU SUJET DES REPONSES DE LA CEE (DOCUMENT ADP/W/248) A SES QUESTIONS CONCERNANT LA LEGISLATION ANTIDUMPING DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (REGLEMENT N 2423/88) On trouvera ci-après les observations de la délégation de Singapour au sujet des points I-IV de la. réponse de la CEE reproduite dans le document ADP/W/248. Nous nous réservons le droit de présenter de nouvelles observations sur d'autres points de cette réponse. I. Article 2.3 a) - Traitement des rabais et remises dans la détermination de la valeur normale 1. En réponse à la question de Singapour concernant le sens, à l'article 2.3 a), de l'expression "ayant un rapport direct", la CEE a simplement mentionné sa réponse à une question des Etats-Unis relative à ces dispositions. Cette réponse était que l'expression "directly linked" ("rapport direct") a la même connotation que l'expression "directly related" figurant dans la législation des Etats-Unis. Or, nous ne savons pas quelle est cette connotation. Nous voudrions que la Communauté nous dise quelle est la connotation qu'elle donne à l'expression "ayant un rapport direct". En outre, la CEE a répondu aux Etats-Unis qu'"il s'agit de faire en sorte que seuls les rabais ayant un rapport avec les ventes effectuées pendant la durée de l'enquête soient pris en compte dans la détermination de la valeur normale, et que les rabais accordés au titre de ventes effectuées en dehors de cette période ne soient pas artificiellement rattachés aux ventes effectuées pendant ladite période". 2. Cette pratique de la CEE semble ne pas tenir compte du fait qu'au cours d'opérations commerciales normales les négociants bénéficient de remises en fonction du volume de leurs achats au cours d'une période donnée, qui leur sont accordées sous forme d'une réduction proportionnelle du prix pour chaque vente. 3. Dans bien des cas, la période en question ne coïncide pas avec la durée de l'enquête et les systèmes de remises restent rarement longtemps inchangés. Il est en outre courant qu'un producteur indique périodiquement aux négociants ce qui leur sera accordé s'ils réalisent certains objectifs de vente. Etant donné que la CEE prévoit que les rabais et remises doivent avoir un "rapport direct" avec les ventes effectuées pendant la durée de l'enquête, il serait plus difficile pour les exportateurs d'obtenir des ajustements pour les remises

2 ADP/W/255 Page 2 L'interprétation que la CEE fait de la disposition relative au rapport direct permettrait-elle une déduction des rabais et remises pour plusieurs produits à la fois? 4. Ce qui nous préoccupe, c'est que la législation communautaire fait supporter aux exportateurs une charge de la preuve particulièrement lourde et que les conditions qui doivent être remplies pour faire admettre des rabais sont excessivement restrictives. C'est pourquoi nous avions fait observer, dans notre précédente communication, qu'étant donné la façon dont la législation est libellée, les autorités chargées des enquêtes ont la possibilité de rejeter arbitrairement les preuves fournies par l'exportateur aux fins de l'acceptation de rabais et remises. II. Article 2.3 b) ii) - Montant des frais de vente, des frais généraux et des dépenses administratives, et bénéfices à prendre en considération dans le calcul de la valeur construite Point A 5. La référence de la CEE au rapport de 1961 du Groupe d'experts du GATT ne présente aucun intérêt pour l'observation faite par Singapour dans sa précédente communication (ADP/W/215) concernant la valeur construite du produit similaire hypothétiquement vendu sur le marché intérieur. Nous parlons de deux situations différentes. Le rapport du Groupe d'experts traitait de la question du calcul d'un prix f.a.b. théorique pour le prix à l'exportation. Par ailleurs, il semble que la Communauté ait mal cité le rapport en disant que l'objet de la construction de la valeur normale est d'établir un équivalent du prix intérieur dans le pays d'exportation. Selon nous, le rapport indique, sur la question du prix à l'exportation f.a.b. théorique, que le but visé consiste "à déterminer un prix réellement comparable avec le prix sur le marché intérieur du pays exportateur". Le terme "comparable" n'a pas le même sens que le terme "équivalent". 6. Pour en revenir à ce que nous avons dit dans notre précédente communication, il nous semble qu'en calculant la "valeur construite", la CEE cherche à déterminer un prix intérieur hypothétique auquel les ventes "normales" sur le marché intérieur auraient été effectuées s'il y en avait eu. La CEE déterminera donc le coût de production du produit exporté comme s'il avait été vendu sur le marché intérieur. Le coût de production à retenir (comprenant le coût des matières premières, le coût direct de main-d'oeuvre et les frais généraux liés à la fabrication) est celui du produit exporté, tandis que les frais généraux et les bénéfices à retenir sont ceux en rapport avec les ventes sur le marché intérieur. Si le producteur ne supporte pas de frais généraux (ou ne réalise pas de bénéfices) sur le marché intérieur (étant donné qu'il n'y a pas de ventes sur le marché intérieur), la CEE déterminerait un bénéfice fictif, que le producteur aurait réalisé s'il avait vendu son produit sur le marché intérieur. En construisant ce "prix intérieur fictif", la CEE pourrait ajouter les frais généraux et frais de vente successifs, ce qui aboutirait à une surestimation du prix intérieur réel (s'il y en avait eu un).

3 V ADP/W/225 Page 3 7. Nous nous demandons si, en l'absence d'une valeur normale déterminée sur la base d'une transaction réelle sur le marché, il ne serait pas plus équitable et plus conforme à l'esprit du Code antidumping que les autorités chargées des enquêtes établissent que les prix réels à l'exportation couvrent les coûts réels des ventes à l'exportation majorés d'un bénéfice raisonnable pour que le produit exporté puisse être considéré comme ne faisant pas l'objet d'un dumping s'il était vendu à ce prix. De fait, c'était la pratique que la CEE semblait avoir été disposée à accepter dans le passé, comme en témoignait l'affaire des fils de coton en provenance de Turquie. Nous ne voyons pas pourquoi la CEE devrait abandonner sa pratique antérieure, qui était beaucoup plus équitable, pour en adopter une qui est intrinsèquement préjudiciable aux exportateurs. Point B 8. Nous ne sommes toujours pas convaincus par l'argument de la CEE selon lequel il est acceptable de déterminer le montant des frais de vente, des frais généraux et des dépenses administratives, ainsi que les bénéfices, suivant un ordre d'importance. Nous craignons qu'une telle méthode engendre une forte marge de dumping, en particulier par l'utilisation de marges bénéficiaires importantes et non représentatives, compte tenu surtout du fait que la CEE calcule les bénéfices sur la base de ceux réalisés sur les "ventes bénéficiaires". 9. La méthode semble s'écarter de l'article 2.4 du Code antidumping, qui dispose clairement qu'"en règle générale, la majoration pour bénéfice n'excédera pas le bénéfice normalement réalisé lors de ventes de produits de la même catégorie générale sur le marché intérieur du pays d'origine". Le fait de déterminer un niveau de bénéfice sur la base des résultats d'autres exportateurs a un effet important, celui d'empêcher la société accusée de dumping d'avoir accès aux données sur lesquelles se fonde la décision. L'exportateur lésé ne pourra jamais savoir si la Commission a calculé correctement la valeur normale construite étant donné que les frais de vente, dépenses administratives et autres frais généraux et les bénéfices qu'elle a pris comme référence sont ceux d'autres producteurs et que les données seront traitées comme confidentielles. Nous ne voyons toujours pas ce que signifie l'expression "toute autre base raisonnable". Quelle méthode la CEE envisage-t-elle d'appliquer, et sur la base de quels critères objectifs? Nous voudrions que la CEE nous donne des précisions à ce sujet. 10. Nous notons qu'en vertu de la législation communautaire, les autorités ont toute latitude d'utiliser soit le prix comparable du produit similaire lorsque celui-ci est exporté à destination d'un pays tiers, soit la valeur construite. Nous notons également que, dans la pratique, la CEE choisit presque toujours d'utiliser la valeur construite.

4 ADP/W/255 Page 4 La CEE pourrait-elle expliquer dans quelles circonstances elle utiliserait le prix à l'exportation vers un pays tiers de préférence à la valeur construite? 11. Nous reconnaissons que, sous sa forme actuelle, le Code ne donne pas explicitement la préférence soit au prix à l'exportation vers un pays tiers soit à la valeur construite, mais l'esprit du Code est que les pays devraient appliquer des méthodes équitables. A notre avis, il serait plus équitable d'opter pour le prix à l'exportation vers un pays tiers (qui est une donnée concrète) plutôt que la valeur construite parce qu'il est intrinsèquement arbitraire de construire un prix. IV. Article Critères permettant de déterminer si des ventes réalisées à un prix inférieur au coût de production n'ont pas été effectuées au cours d'opérations commerciales normales 12. Nous ne pouvons être d'accord avec la CEE lorsqu'elle affirme que, parce que des dispositions analogues concernant les ventes à perte ont été incorporées dans les législations d'autres parties et qu'il ne s'agit pas d'un aspect nouveau de sa propre législation, cette disposition serait conforme à ses obligations au titre du Code. 13. Certains signataires ont interprété l'article 2.4 du Code comme constituant une base juridique permettant dans certaines circonstances de ne pas tenir compte des prix de vente sur le marché intérieur qui sont inférieurs au coût de production (dûment ventilé) dans la détermination de la valeur normale. 14. Nous, ne sommes pas d'accord avec cette interprétation. L'article 2.4 dispose que la valeur normale peut être déterminée par différentes méthodes "lorsqu'aucune vente du produit similaire n'a lieu au cours d'opérations commerciales normales sur le marché intérieur du pays exportateur...". La question des "ventes réalisées à un prix inférieur au coût de production" a été examinée par le Comité des pratiques antidumping, mais les signataires ne se sont pas accordés à reconnaître que ces ventes devraient être considérées comme "n'ayant pas été effectuées au cours d'opérations commerciales normales". 15. Du point de vue économique, rien ne justifie la prise en compte automatique des ventes réalisées à un prix inférieur au coût de production (dûment ventilé). Il pourrait y avoir des circonstances dans lesquelles les "ventes à un prix inférieur au coût (dûment ventilé)" seraient conformes à la pratique commerciale normale. 16. Ecarter les "ventes réalisées à un prix inférieur au coût de production" est un problème qui se trouve exacerbé par la façon dont les coûts de production sont calculés. Les règles relatives à la ventilation des coûts utilisées par les autorités chargées des enquêtes pourraient les amener à déterminer un prix de vente qui serait inférieur au coût de production même si le calcul de l'exportateur montre que le prix de vente est supérieur au coût de production.

5 ADP/W/225 Page La CEE n'a pas indiqué si elle tient compte de l'amortissement des frais de premier établissement et d'expansion. Si les frais de premier établissement, qui sont généralement élevés, sont inclus dans le calcul du coût de production, le prix de vente serait inévitablement déterminé comme étant inférieur au prix coûtant. 18. En conséquence, nous n'acceptons pas que l'on prétende d'une manière générale que les "ventes réalisées à un prix inférieur au coût de production" n'ont pas été effectuées au cours d'opérations commerciales normales et qu'elles devraient donc être écartées au profit de la valeur construite.

DIRECTIVES CONCERNANT L'ELABORATION ET L'UTILISATION DES BASES DE DONNEES NATIONALES EN MATIERE D'EVALUATION SERVANT D'OUTIL D'EVALUATION DES RISQUES

DIRECTIVES CONCERNANT L'ELABORATION ET L'UTILISATION DES BASES DE DONNEES NATIONALES EN MATIERE D'EVALUATION SERVANT D'OUTIL D'EVALUATION DES RISQUES WCO OMD DIRECTIVES CONCERNANT L'ELABORATION ET L'UTILISATION DES BASES DE DONNEES NATIONALES EN MATIERE D'EVALUATION SERVANT D'OUTIL D'EVALUATION DES RISQUES Table des matières Préambule Introduction Utilisation

Plus en détail

Numéro : 295. Orientation sur la correction des intérêts suite à l ajustement d une cotisation arbitraire

Numéro : 295. Orientation sur la correction des intérêts suite à l ajustement d une cotisation arbitraire Numéro : 295 Orientation sur la correction des intérêts suite à l ajustement d une cotisation arbitraire 3 juillet 2007 1 Objectif de cette note d orientation :... 4 Références légales :... 4 Contexte...

Plus en détail

Bases de données nationales en matière de valeur comme outil d'évaluation des risques

Bases de données nationales en matière de valeur comme outil d'évaluation des risques Bases de données nationales en matière de valeur comme outil d'évaluation des risques Parlons-en... Les directives Directives concernant l'élaboration et l'utilisation des bases de données nationales en

Plus en détail

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE CONFIDENTIEL MTN/lNF/20/Rev.l 7 juillet 1978 Distribution spéciale Négociations commerciales multilatérales NOTE DU SECRETARIAT Revision Le secrétariat

Plus en détail

ACCORD SUR LES PROCEDURES DE LICENCES D'IMPORTATION. Eu égard aux Négociations commerciales multilatérales,

ACCORD SUR LES PROCEDURES DE LICENCES D'IMPORTATION. Eu égard aux Négociations commerciales multilatérales, Page 239 ACCORD SUR LES PROCEDURES DE LICENCES D'IMPORTATION Les Membres, Eu égard aux Négociations commerciales multilatérales, Désireux de favoriser la réalisation des objectifs du GATT de 1994, Tenant

Plus en détail

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED L/1949/Add.l4 2 avril 1963 Distribution limitée Original : anglais ENTREPRISES COMMERCIALES D'ETAT Notifications présentées conformément

Plus en détail

Les opérations sur biens et services

Les opérations sur biens et services Les opérations sur biens et services Le compte de biens et services Lorsque l'on considère l'économie globalement, les principales opérations sont : la production qui correspond à la création de biens

Plus en détail

CONCILIATION CANADA - RETRAIT DE CONCESSIONS TARIFAIRES. Rapport du Groupe spécial du plomb et du zinc adopté le 17 mai 1978 (L/4636-25S/45)

CONCILIATION CANADA - RETRAIT DE CONCESSIONS TARIFAIRES. Rapport du Groupe spécial du plomb et du zinc adopté le 17 mai 1978 (L/4636-25S/45) 28 avril 1978 CONCILIATION CANADA - RETRAIT DE CONCESSIONS TARIFAIRES Rapport du Groupe spécial du plomb et du zinc adopté le 17 mai 1978 (L/4636-25S/45) I. Introduction 1. Le Groupe spécial a été institué

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN FR FR FR COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 21.9.2007 COM(2007) 546 final 2002/0222 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 251, paragraphe

Plus en détail

ARRÊT DE LA COUR (première chambre) 17 mars 2005 *

ARRÊT DE LA COUR (première chambre) 17 mars 2005 * FERÓN ARRÊT DE LA COUR (première chambre) 17 mars 2005 * Dans l'affaire C-170/03, ayant pour objet une demande de décision préjudicielle au titre de l'article 234 CE, introduite par le Hoge Raad der Nederlanden

Plus en détail

Projet de loi 26 "Loi sur les activités cliniques et de recherche en matière de procréation assistée" Notre dossier: 26450 D007 Référence: 136785

Projet de loi 26 Loi sur les activités cliniques et de recherche en matière de procréation assistée Notre dossier: 26450 D007 Référence: 136785 Montréal, le 15 juin 2009 Monsieur Yves Bolduc Ministre de la Santé et des Services sociaux Édifice Catherine-de-Longpré 1075, chemin Sainte-Foy, 15 ième étage Québec (Québec) G1S 2M1 Objet : Projet de

Plus en détail

vu le traité instituant la Communauté européenne, et notamment son article 93, vu la proposition de la Commission ( 1 ),

vu le traité instituant la Communauté européenne, et notamment son article 93, vu la proposition de la Commission ( 1 ), L 15/24 DIRECTIVE 2001/115/CE DU CONSEIL du 20 décembre 2001 modifiant la directive 77/388/CEE en vue de simplifier, moderniser et harmoniser les conditions imposées à la facturation en matière de taxe

Plus en détail

CONCLUSIONS DE L'AVOCAT GÉNÉRAL M. GERHARD REISCHL, Messieurs les Juges,

CONCLUSIONS DE L'AVOCAT GÉNÉRAL M. GERHARD REISCHL, Messieurs les Juges, CONCLUSIONS DE M. REISCHL AFFAIRE 133-73 CONCLUSIONS DE L'AVOCAT GÉNÉRAL M. GERHARD REISCHL, PRÉSENTÉES LE 5 DÉCEMBRE 1973 1 Monsieur le Président, Messieurs les Juges, Dans le recours intenté par M. Bruns

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE

ORGANISATION MONDIALE ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE Groupe de travail des entreprises commerciales d'état 8 novembre 2004 (04-4744) Original: anglais COMMERCE D'ÉTAT Nouvelle notification complète au titre de l'article

Plus en détail

NEGOCIATIONS D'URUGUAY

NEGOCIATIONS D'URUGUAY NEGOCIATIONS COMMERCIALES MULTILATERALES NEGOCIATIONS D'URUGUAY RESTRICTED MTN.GNG/NG 1 mars 19 Distribution spéciale Groupe de négociation sur les marchandises (GATT) Groupe de Négociation sur les Mesures

Plus en détail

AUTORISATION EUROPÉENNE UNIQUE (AEU)

AUTORISATION EUROPÉENNE UNIQUE (AEU) COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE FISCALITÉ ET UNION DOUANIÈRE Politique douanière Législation douanière et contrôle de l'application du droit communautaire Bruxelles, le 5 décembre 2005 Taxud/C/3

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE Missions d interprétation de conférence simultanée et consécutive PRÉAMBULE Ces Conditions Générales de Vente ne s appliquent pas aux Interprètes experts de justice. 1. OBJET Les présentes conditions générales

Plus en détail

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I.

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. 16 novembre 1962 CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. Introduction 1. Le groupe spécial a examiné, conformément aux

Plus en détail

AVIS. concernant UNE ANALYSE D'IMPACT SUR UNE EVENTUELLE REFORME DES RÈGLES EN MATIÈRE DE PRESCRIPTION DE DEMANDES DE ET CONTRE LES CONSOMMATEURS

AVIS. concernant UNE ANALYSE D'IMPACT SUR UNE EVENTUELLE REFORME DES RÈGLES EN MATIÈRE DE PRESCRIPTION DE DEMANDES DE ET CONTRE LES CONSOMMATEURS F PRAT COM - Prescript demande conso A2 Bruxelles, le 12 février 2013 MH/TM/JP 692-2012 AVIS concernant UNE ANALYSE D'IMPACT SUR UNE EVENTUELLE REFORME DES RÈGLES EN MATIÈRE DE PRESCRIPTION DE DEMANDES

Plus en détail

DEFINITION Article - 4 RÉSIDENT

DEFINITION Article - 4 RÉSIDENT CONVENTION MODELE OCDE DEFINITION Article - 4 RÉSIDENT...1 COMMENTAIRES SUR L'ARTICLE 4...2 CONCERNANT LA DÉFINITION DU RÉSIDENT...2 1. Remarques préliminaires...2 2 Commentaires des dispositions de l'article

Plus en détail

Tarif concernant les droits de reproduction Supports audiovisuels non interactifs. destinés à l'usage privé du public

Tarif concernant les droits de reproduction Supports audiovisuels non interactifs. destinés à l'usage privé du public Tarif concernant les droits de reproduction Supports audiovisuels non interactifs destinés à l'usage privé du public 1. Champ d'application 1.1. Ce tarif détermine les conditions auxquelles la Société

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE

ORGANISATION MONDIALE ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE WT/DS146/AB/R 19 mars 2002 (02-1417) Original: anglais INDE - MESURES CONCERNANT LE SECTEUR AUTOMOBILE AB-2002-1 Rapport de l'organe d'appel Page 1 ORGANISATION MONDIALE

Plus en détail

OFFICE DE CONTROLE DES ASSURANCES LE PRESIDENT

OFFICE DE CONTROLE DES ASSURANCES LE PRESIDENT OFFICE DE CONTROLE DES ASSURANCES LE PRESIDENT Bruxelles, le 22 mars 1993. Nos réf. : Service crédits hypothécaires V. GEERDENS / Ext. 106 60064/C/CV. Annexes : Arrêtés d'exécution x 3 Note remaniée concernant

Plus en détail

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 REDRESSEMENT FISCAL : RECTIFICATION CONTRADICTOIRE ET IMPOSITION D'OFFICE

Fiche Pratique - Édition MyAvocat 2016 REDRESSEMENT FISCAL : RECTIFICATION CONTRADICTOIRE ET IMPOSITION D'OFFICE REDRESSEMENT FISCAL : RECTIFICATION CONTRADICTOIRE ET IMPOSITION D'OFFICE Les procédures de rectification de l'impôt Introduction L'administration fiscale procède régulièrement à des contrôles des sommes

Plus en détail

REGIME DES IMPORTATIONS DE SARDINES EN ALLEMAGNE. Rapport adopté par les PARTIES CONTRACTANTES le 31 Octobre 1952 G/26-1S/56. I.

REGIME DES IMPORTATIONS DE SARDINES EN ALLEMAGNE. Rapport adopté par les PARTIES CONTRACTANTES le 31 Octobre 1952 G/26-1S/56. I. 30 octobre 1952 REGIME DES IMPORTATIONS DE SARDINES EN ALLEMAGNE Rapport adopté par les PARTIES CONTRACTANTES le 31 Octobre 1952 G/26-1S/56 I. Introduction 1. Le sous-groupe des réclamations a examiné,

Plus en détail

WEMAG 99, 3122 031 960 36 36 FAX:

WEMAG 99, 3122 031 960 36 36 FAX: GISA GESTION STOCK Gestion de stock Gestion de stock 2 Tableaux 1 Gestion de stock 4 1.1 Exigences 5 1.1.1 Dans le tableau de maison 5 1.1.2 Dans le tableau d usine 5 1.1.3 Dans le fichier d article général

Plus en détail

7) le fait qu il doit s agir d une consommation irrégulière, de manière intentionnelle ;

7) le fait qu il doit s agir d une consommation irrégulière, de manière intentionnelle ; PRIX ET TARIFS 1. Recommandation : tarif pour consommation sans contrat en Région Bruxelles-Capitale DESCRIPTION La SPRL M. conteste les tarifs que le gestionnaire de réseau de distribution SIBELGA applique

Plus en détail

4. La comptabilité de détail est utilisée dans les points de vente et les rayons suivants:

4. La comptabilité de détail est utilisée dans les points de vente et les rayons suivants: ÉVALUATION DES STOCKS INTRODUCTION 1. Il existe différentes méthodes d'évaluation des stocks. La méthode utilisée dépend de plusieurs facteurs, y compris le degré de contrôle désiré, le taux de rotation

Plus en détail

Août 2013. Plus précisément, la partie exonérée du gain sera égale à :

Août 2013. Plus précisément, la partie exonérée du gain sera égale à : Août 2013 LOUER VOTRE LOGEMENT INCIDENCE SUR L'EXONÉRATION DE RÉSIDENCE PRINCIPALE La plupart de nos lecteurs connaissent probablement l'exonération de résidence principale, qui fait que la totalité ou

Plus en détail

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 6 - La responsabilité civile

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 6 - La responsabilité civile Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil Publications CCH ltée Corrigé du chapitre 6 - La responsabilité civile Réponses aux questions 6.1 Le Code civil du Québec reconnait l'existence des

Plus en détail

Contrat de VRP exclusif

Contrat de VRP exclusif Contrat de VRP exclusif Entre les soussignés La Société, Adresse : N o URSSAF : URSSAF Code NAF : Représentée par Monsieur agissant en qualité de d'une part, et Monsieur Né le, à Nationalité : N o d'immatriculation

Plus en détail

Conditions générales de prestations de services de traduction 1

Conditions générales de prestations de services de traduction 1 Conditions générales de prestations de services de traduction 1 1. APPLICATION DES CONDITIONS GENERALES - OPPOSABILITE Toute commande passée implique l'adhésion entière et sans réserve du Client aux présentes

Plus en détail

Attributions en l'absence de comité d'entreprise

Attributions en l'absence de comité d'entreprise Attributions en l'absence de comité d'entreprise D'une manière générale, il est prévu que, en l'absence de comité d'entreprise, les délégués du personnel peuvent communiquer à leur employeur toutes les

Plus en détail

MiFID - Politique de conflits d intérêt

MiFID - Politique de conflits d intérêt 1. Introduction MiFID - Politique de conflits d intérêt Afin d atteindre les objectifs de protection du client, la société a mis en œuvre des politiques et des procédures pour identifier, évaluer et gérer

Plus en détail

DOUANES Liquidation douanière

DOUANES Liquidation douanière Extrait aménagé d un article paru dans 1. Valeurs s Le prix d'achat d'un article acquis à l'étranger ne suffit pas pour estimer le montant des droits de douane dû lors de son entrée en France. Il faut

Plus en détail

RAPPORT D AUDIENCE *

RAPPORT D AUDIENCE * RAPPORT D AUDIENCE * «Politique commerciale commune Défense contre les pratiques de dumping Importations en provenance de pays n ayant pas une économie de marché tels que visés à l article 2, paragraphe

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DE PRESTATIONS DE SERVICE

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DE PRESTATIONS DE SERVICE CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DE PRESTATIONS DE SERVICE ARTICLE 1 : CHAMP D'APPLICATION - DÉFINITION Les présentes Conditions Générales de Vente s'appliquent à toutes les prestations de services conclues

Plus en détail

DÉCISION DE L'ARBITRE RECOURS COLLECTIFS RELATIFS À L'HÉPATITE C (1 ER JANVIER 1986-1 ER JUILLET 199O) Réclamant : Réclamation 486

DÉCISION DE L'ARBITRE RECOURS COLLECTIFS RELATIFS À L'HÉPATITE C (1 ER JANVIER 1986-1 ER JUILLET 199O) Réclamant : Réclamation 486 DÉCISION DE L'ARBITRE RECOURS COLLECTIFS RELATIFS À L'HÉPATITE C (1 ER JANVIER 1986-1 ER JUILLET 199O) Réclamant : Réclamation 486 Dossier n o : 41661 l-22 Province d'infection : Province de résidence

Plus en détail

Décision 85/257/CEE, Euratom du Conseil (7 mai 1985)

Décision 85/257/CEE, Euratom du Conseil (7 mai 1985) Décision 85/257/CEE, Euratom du Conseil (7 mai 1985) Légende: Dans sa décision du 7 mai 1985, le Conseil maintient les sources de recettes existantes et décide des adaptations nécessaires pour augmenter

Plus en détail

NOTICE «Solvabilité II» Calcul de la solvabilité des groupes

NOTICE «Solvabilité II» Calcul de la solvabilité des groupes NOTICE «Solvabilité II» Calcul de la solvabilité des groupes (Version en date du 28/04/2016) TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Calcul de la solvabilité des groupes... 3 2.1. Périmètre du groupe

Plus en détail

Conditions générales de ventes

Conditions générales de ventes Conditions générales de ventes Article 1. Présentation - Terminologie 1.1. La société à responsabilité limitée AVRIL WEB a une activité de prestations informatiques. 1.2. Dans la totalité des présentes

Plus en détail

22. NOMENCLATURE ET FONCTIONNEMENT DES COMPTES

22. NOMENCLATURE ET FONCTIONNEMENT DES COMPTES 21. ELEMENTS CONSTITUTIFS ET EVALUATION 22. NOMENCLATURE ET FONCTIONNEMENT DES COMPTES 21. ELEMENTS CONSTITUTIFS ET EVALUATION 21.1 GENERALITES Les immobilisations incorporelles regroupent l'ensemble des

Plus en détail

Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal

Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal Jacques Fortin Professeur titulaire de comptabilité HEC Montréal Le 15 mars 2012 Redevances minières : réflexion sur un mécanisme de perception qui risque de nous faire rater la cible Depuis que le gouvernement

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 1435 du Code civil, posée par le Tribunal de première instance de Namur.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 1435 du Code civil, posée par le Tribunal de première instance de Namur. Numéro du rôle : 4801 Arrêt n 101/2010 du 16 septembre 2010 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 1435 du Code civil, posée par le Tribunal de première instance de Namur.

Plus en détail

Conditions générales d installation Egardia

Conditions générales d installation Egardia Conditions générales d installation Egardia Article 1. Définitions Pour éviter tout malentendu, nous vous donnons ci-après les définitions de certains concepts que vous trouverez dans ces termes et conditions

Plus en détail

Norme comptable relative aux Revenus

Norme comptable relative aux Revenus NC 03 Norme comptable relative aux Revenus Objectifs 01. Les produits d'une entreprise regroupent à la fois les revenus et les gains. Les revenus sont les produits provenant des activités qui s'inscrivent

Plus en détail

B.O.I. N 2 DU 11 JANVIER 2011 [BOI 13L-13-10]

B.O.I. N 2 DU 11 JANVIER 2011 [BOI 13L-13-10] B.O.I. N 2 DU 11 JANVIER 2011 [BOI 13L-13-10] Références du document 13L-13-10 Date du document 11/01/11 BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS 13 L-13-10 N 2 DU 11 JANVIER 2011 INSTRUCTION DU 29 DECEMBRE 2010 AVIS

Plus en détail

Régime 'travail lourd' : texte de vision du régime des travailleurs indépendants 1. 14 avril 2016

Régime 'travail lourd' : texte de vision du régime des travailleurs indépendants 1. 14 avril 2016 Régime 'travail lourd' : texte de vision du régime des travailleurs indépendants 1 14 avril 2016 La présente note établit les priorités du régime des travailleurs indépendants pour déterminer les principes

Plus en détail

NCECF en un coup d œil Chapitre 3870 : Rémunérations et autres paiements à base d actions

NCECF en un coup d œil Chapitre 3870 : Rémunérations et autres paiements à base d actions NCECF en un coup d œil Chapitre 3870 : Rémunérations et autres paiements à base d actions Février 2013 Chapitre 3870 : Rémunérations et autres paiements à base d actions CHAMP D'APPLICATION Entrée en vigueur

Plus en détail

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED AC/W/3 12 septembre 19^3 Distribution limitée Comité d'action Original: 'français DECLARATION DE MONSIEUR MOHAMED EL MEMMI, REPRESENTANT

Plus en détail

SUBVENTIONS. Notifications conformément à l'article XVI:1 BRESIL

SUBVENTIONS. Notifications conformément à l'article XVI:1 BRESIL ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED L/6111/Add.6 26 juin 1987 Distribution limitée Original: anglais SUBVENTIONS Notifications conformément à l'article XVI:1 BRESIL La Mission

Plus en détail

L abandon de créances est donc consenti par les banques sous la double condition suivante :

L abandon de créances est donc consenti par les banques sous la double condition suivante : COMPTES INDIVIDUELS - COMPTES CONSOLIDES - IFRS - Protocole d'accord - Plan de sauvegarde - Abandon de créances avec clause de retour à meilleure fortune - Exercice de rattachement - EJ 2009-192 & EC 2010-09

Plus en détail

MESURES DISCRIMINATOIRES APPLIQUEES PAR L'ITALIE A L'IMPORTATION DE MACHINES AGRICOLES. Rapport adopté le 23 octobre 1958 (L/833-7S/64)

MESURES DISCRIMINATOIRES APPLIQUEES PAR L'ITALIE A L'IMPORTATION DE MACHINES AGRICOLES. Rapport adopté le 23 octobre 1958 (L/833-7S/64) 15 juillet 1958 MESURES DISCRIMINATOIRES APPLIQUEES PAR L'ITALIE A L'IMPORTATION DE MACHINES AGRICOLES Rapport adopté le 23 octobre 1958 (L/833-7S/64) I. Introduction 1. Le Comité de conciliation a examiné,

Plus en détail

Conditions générales de vente de prestations de service hors ligne à des professionnels

Conditions générales de vente de prestations de service hors ligne à des professionnels Conditions générales de vente de prestations de service hors ligne à des professionnels I. A propos de nous La société TAYLOR Consulting (ci-après la "Société") est une Sasu au capital social de 5 000

Plus en détail

A V I S N 1.535 ----------------------- Séance du vendredi 18 novembre 2005 --------------------------------------------------

A V I S N 1.535 ----------------------- Séance du vendredi 18 novembre 2005 -------------------------------------------------- A V I S N 1.535 ----------------------- Séance du vendredi 18 novembre 2005 -------------------------------------------------- Aspects fiscaux de l'avant-projet de loi relative au Pacte de solidarité entre

Plus en détail

Séance du 23 septembre 2014 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 6/2014).

Séance du 23 septembre 2014 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 6/2014). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

r ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE

r ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE r ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED C0M.TEX/SB/899/Add.11 29 novembre 1983 Distribution spéciale Organe de surveillance des textiles Original: anglais ARRANGEMENT CONCERNANT

Plus en détail

Texte d'accord entre le CPE et le SNE

Texte d'accord entre le CPE et le SNE Texte d'accord entre le CPE et le SNE 1/ La création d'un Code des usages - Dans le Code de la Propriété Intellectuelle «I. - Les organisations professionnelles représentatives des auteurs et des éditeurs

Plus en détail

Les communes et l application de la loi relative aux baux commerciaux quelques éclaircissements Pascale Blondiau - Décembre 2003

Les communes et l application de la loi relative aux baux commerciaux quelques éclaircissements Pascale Blondiau - Décembre 2003 Les communes et l application de la loi relative aux baux commerciaux quelques éclaircissements Pascale Blondiau - Décembre 2003 Nombreux sont les litiges dans lesquels des exploitants de cafétérias ou

Plus en détail

UNIVERSITE LIBRE DE BRUXELLES

UNIVERSITE LIBRE DE BRUXELLES UNIVERSITE LIBRE DE BRUXELLES DIRECTIVE 94/47/CE DU PARLEMENT EUROPEEN ET DU CONSEIL, DU 26 OCTOBRE 1994, CONCERNANT LA PROTECTION DES ACQUEREURS POUR CERTAINS ASPECTS DES CONTRATS PORTANT SUR L'ACQUISITION

Plus en détail

SECTION 2 PERSONNES DOMICILIÉES EN FRANCE [DB

SECTION 2 PERSONNES DOMICILIÉES EN FRANCE [DB SECTION 2 PERSONNES DOMICILIÉES EN FRANCE [DB 5B112] Références du document 5B112 5B1121 Date du document 01/09/99 SECTION 2 Personnes domiciliées en France SOUS-SECTION 1 Personnes concernées A. DÉFINITION

Plus en détail

Aides d'etat SA.32846 (2011/N) Luxembourg Prolongation du dispositif d'assurance crédit à l'exportation à court-terme

Aides d'etat SA.32846 (2011/N) Luxembourg Prolongation du dispositif d'assurance crédit à l'exportation à court-terme COMMISSION EUROPEENNE Bruxelles, 27.5.2011 C(2011) 3707 final Objet: Aides d'etat SA.32846 (2011/N) Luxembourg Prolongation du dispositif d'assurance crédit à l'exportation à court-terme Monsieur le Ministre,

Plus en détail

6 février 2014 AVIS II/03/2014

6 février 2014 AVIS II/03/2014 6 février 2014 AVIS II/03/2014 relatif au projet de loi - portant transposition de l article 5 de la directive 2008/8/CE du Conseil du 12 février 2008 modifiant la directive 2006/112/CE en ce qui concerne

Plus en détail

Nations Unies. Tribunal administratif TRIBUNAL ADMINISTRATIF. Jugement No 620. de l'organisation des

Nations Unies. Tribunal administratif TRIBUNAL ADMINISTRATIF. Jugement No 620. de l'organisation des Nations Unies AT T/DEC/620 Tribunal administratif Distr. LIMITÉE 9 novembre 1993 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement No 620 Affaire No 675 : GRIPARI Contre : Le Secrétaire général

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après la "LVP"), en particulier l'article 31bis ;

données à caractère personnel (ci-après la LVP), en particulier l'article 31bis ; 1/9 Comité sectoriel du Registre national Délibération RN n 10/2013 du 16 janvier 2013 Objet : demande formulée par des sociétés mutualistes d'assurance afin d'utiliser le numéro d'identification du Registre

Plus en détail

Royaume du Maroc. Ministère de l Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies

Royaume du Maroc. Ministère de l Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies Royaume du Maroc Ministère de l Industrie, du Commerce et des Nouvelles Technologies *** Département du Commerce Extérieur *** Direction de la Politique des Echanges Commerciaux DDC Rapport d ouverture

Plus en détail

Ottawa, le vendredi 28 janvier 1994 PB-93-001

Ottawa, le vendredi 28 janvier 1994 PB-93-001 Ottawa, le vendredi 28 janvier 1994 PB-93-001 L'ISOLANT PRÉFORMÉ EN FIBRE DE VERRE POUR TUYAUX, AVEC PARE-VAPEUR, ORIGINAIRE OU EXPORTÉ DES ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE CONSIDÉRATION DE LA QUESTION DE L'INTÉRÊT

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS: modèle en milliers d'euros (EUR) *

COMPTES CONSOLIDÉS: modèle en milliers d'euros (EUR) * BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE Centrale des bilans COMPTES CONSOLIDÉS: modèle en milliers d'euros (EUR) * L utilisation de ce modèle n est pas obligatoire pour le dépôt des comptes consolidés auprès de la

Plus en détail

Congés payés. Ouverture du droit à congés

Congés payés. Ouverture du droit à congés Congés payés Ouverture du droit à congés Désormais, l'ouverture des droits est effectif lorsque le salarié justifie avoir travaillé au minimum 10 jours chez le même employeur (Loi 2008-789 du 20 août 2008,

Plus en détail

l )Le C DIE' dont: le 76- B

l )Le C DIE' dont: le 76- B - GrossE!Délivrée u[ 2 Ii NOV,..1996~J~, AlarequMede BCJ '\(~""-~\ \A_Dv'\dùu~ N Répertoire Général: COUR D'APPEL DE PARIS 94-26592 5 eme chambre, section B ARRET DU 21 NOVEMBRE 1996 AIDE JURIDICTIONNELLE

Plus en détail

Monsieur Dominique-Paul VINET 1326 Madison Avenue, Appartement 75 NEW YORK NY 10128 (USA) DÉFENDERESSE

Monsieur Dominique-Paul VINET 1326 Madison Avenue, Appartement 75 NEW YORK NY 10128 (USA) DÉFENDERESSE TRIBUNAL D E GRANDE INSTANCE DE PARIS a 3ème chambre 2ème section N RG : 12/10772 N MINUTE 3 Assignation du : 18 Juillet 2012 JUGEMENT rendu le 18 Octobre 2013 DEMANDEUR Monsieur Dominique-Paul VINET 1326

Plus en détail

DOCUMENTS D'APPEL D'OFFRES SECTION 7 MODALITÉS DE PAIEMENT V20131101

DOCUMENTS D'APPEL D'OFFRES SECTION 7 MODALITÉS DE PAIEMENT V20131101 DOCUMENTS D'APPEL D'OFFRES SECTION 7 MODALITÉS DE PAIEMENT SECTION 7 MODALITÉS DE PAIEMENT TABLE DES MATIÈRES PAGE MP1 MONTANT À PAYER - GÉNÉRALITÉS... 1 MP2 MONTANTS PAYABLES À L'ENTREPRENEUR... 1 MP3

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après la "LVP"), en particulier les articles 31bis et 36bis ;

données à caractère personnel (ci-après la LVP), en particulier les articles 31bis et 36bis ; 1/9 Comité sectoriel pour l'autorité Fédérale Délibération AF n 23/2015 du 9 juillet 2015 Objet : demande d'autorisation formulée par l'université de Gand, Faculté de Médecine vétérinaire, afin de pouvoir

Plus en détail

Elles sont issues du Code de déontologie et du Code de procédure civile.

Elles sont issues du Code de déontologie et du Code de procédure civile. I. REGLES PREALABLES A L'EXPERTISE.- Elles sont issues du Code de déontologie et du Code de procédure civile. 1. Le secret professionnel, institué dans l'intérêt des malades, s'impose à tout médecin dans

Plus en détail

Nations Unies. Tribunal administratif TRIBUNAL ADMINISTRATIF. Jugement No 635. Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies

Nations Unies. Tribunal administratif TRIBUNAL ADMINISTRATIF. Jugement No 635. Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies Nations Unies AT T/DEC/635 Tribunal administratif Distr. LIMITÉE 6 juillet 1994 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS TRIBUNAL ADMINISTRATIF Jugement No 635 Affaire No 701 : DAVIDSON Contre : Le Comité mixte de

Plus en détail

Conditions d'utilisation du site de Généalogie Québec

Conditions d'utilisation du site de Généalogie Québec Conditions d'utilisation du site de Généalogie Québec Licence d'utilisation limitée aux règles suivantes : L'Institut généalogique Drouin (L'Institut) vous autorise à utiliser le contenu de Généalogie

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section Santé

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section Santé 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section Santé CSSS/12/241 DÉLIBÉRATION N 12/065 DU 17 JUILLET 2012 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL AU COLLÈGE INTERMUTUALISTE

Plus en détail

Conditions générales de Ventes des Services DirectVox.

Conditions générales de Ventes des Services DirectVox. Conditions générales de Ventes des Services DirectVox. Les présentes conditions générales ont pour objet de définir les modalités de fourniture et d'utilisation des Services DirectVox, une marque de MKS-Direct

Plus en détail

CONTRAT D HYPOTHÈQUE MOBILIÈRE SUR L UNIVERSALITÉ DES BIENS EN STOCK TABLE DES MATIÈRES

CONTRAT D HYPOTHÈQUE MOBILIÈRE SUR L UNIVERSALITÉ DES BIENS EN STOCK TABLE DES MATIÈRES CONTRAT D HYPOTHÈQUE MOBILIÈRE SUR L UNIVERSALITÉ TABLE DES MATIÈRES PAGE PRÉAMBULE...5 0.00 INTERPRÉTATION...6 0.01 Terminologie...6 0.01.01 Activités...6 0.01.02 Biens en stock...6 0.01.03 Cas de défaut...7

Plus en détail

LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l'arrêt suivant :

LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l'arrêt suivant : Cour de cassation - Chambre sociale Audience publique du jeudi 3 novembre 2011 Société Moreau c./ X Décision déférée : CA Paris du 24 mars 2010 Rejet Sources : N de pourvoi: 10-18036 Publié au bulletin

Plus en détail

COLLEGE. Réunion du jeudi 16 janvier 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 8 - LES STOCKS

COLLEGE. Réunion du jeudi 16 janvier 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 8 - LES STOCKS COLLEGE Réunion du jeudi 16 janvier 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 8 - LES STOCKS 2/14 NORME N 8 LES STOCKS NORME N 8 LES STOCKS SOMMAIRE 3/14 EXPOSÉ DES MOTIFS...

Plus en détail

Revue de droit maritime comparé. Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Revue de droit maritime comparé. Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France Revue de droit maritime comparé Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France Revue de droit maritime comparé. 1934/01/01. 1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart

Plus en détail

Saisine F 1284. L'industrie du cinéma en France présente plusieurs singularités par rapport aux autres secteurs de l'économie :

Saisine F 1284. L'industrie du cinéma en France présente plusieurs singularités par rapport aux autres secteurs de l'économie : Saisine F 1284 Engagements de la Fédération Nationale des Distributeurs de Films, de la Fédération Nationale des Cinémas Français, de la Chambre Syndicale des Producteurs de Films et du Syndicat des Producteurs

Plus en détail

A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LANGUEDOC-ROUSSILLON,

A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE LANGUEDOC-ROUSSILLON, Formation plénière DOSSIER Préfet du Gard c/ Commune de Junas CP N 030031 136 Département du Gard Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne. (Actes législatifs) DIRECTIVES

Journal officiel de l'union européenne. (Actes législatifs) DIRECTIVES 28.5.2014 L 159/1 I (Actes législatifs) DIRECTIVES DIRECTIVE 2014/60/UE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 15 mai 2014 relative à la restitution de biens culturels ayant quitté illicitement le territoire

Plus en détail

LE MÉCANISME DE SAUVEGARDE SPÉCIALE (MSS)

LE MÉCANISME DE SAUVEGARDE SPÉCIALE (MSS) LE MÉCANISME DE SAUVEGARDE SPÉCIALE (MSS) FONDÉ SUR LE VOLUME : ANALYSE DES CONDITIONS PRÉVUES AU TEXTE RÉVISÉ EN DÉCEMBRE 2008 DU PROJET DE MODALITÉS CONCERNANT L AGRICULTURE À L OMC RÉSUMÉ Genève, Suisse

Plus en détail

Aglia Quai aux vivres BP 20285 17312 Rochefort Cedex Code du registre de transparence : 252761514474-54

Aglia Quai aux vivres BP 20285 17312 Rochefort Cedex Code du registre de transparence : 252761514474-54 Réponse de l AGLIA à la Consultation de la Commission Européenne concernant l élaboration de plans pluriannuels de gestion pour les pêcheries démersales dans les eaux occidentales de l Union européenne

Plus en détail

AUTORITÉ DES NORMES COMPTABLES. Article 1er : L article 212-3 est ainsi rédigé : L Autorité des normes comptables,

AUTORITÉ DES NORMES COMPTABLES. Article 1er : L article 212-3 est ainsi rédigé : L Autorité des normes comptables, AUTORITÉ DES NORMES COMPTABLES REGLEMENT N 2015-06 du 23 novembre 2015 modifiant le règlement ANC N 2014-03 relatif au plan comptable général Règlement homologué par arrêté du 4 décembre 2015 publié au

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 800 RAPPORT DE L'AUDITEUR (INDEPENDANT) SUR DES MISSIONS D'AUDIT SPECIALES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 800 RAPPORT DE L'AUDITEUR (INDEPENDANT) SUR DES MISSIONS D'AUDIT SPECIALES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 800 RAPPORT DE L'AUDITEUR (INDEPENDANT) SUR DES MISSIONS D'AUDIT SPECIALES SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-2 Remarques d'ordre général... 3-8 Rapports sur des états

Plus en détail

CHÂTEAUDUN. Ligne de Patay à Nogent-le-Rotrou. Projet. d une deuxième gare. d une gare commune

CHÂTEAUDUN. Ligne de Patay à Nogent-le-Rotrou. Projet. d une deuxième gare. d une gare commune CHÂTEAUDUN Ligne de Patay à Nogent-le-Rotrou Projet d une deuxième gare ou d une gare commune 1 Ponts et Chaussées Département d Eure et Loir Arrondissement du Sud Chemin de Fer de Patay à Nogent-le-Rotrou

Plus en détail

ANNEXE MAQUETTE DE NOTE À L'ATTENTION DE L'AUTORITÉ BUDGÉTAIRE. à la DÉCISION DE LA COMMISSION

ANNEXE MAQUETTE DE NOTE À L'ATTENTION DE L'AUTORITÉ BUDGÉTAIRE. à la DÉCISION DE LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 5.3.2015 C(2015) 1423 final ANNEX 20 PART 3/3 ANNEXE MAQUETTE DE NOTE À L'ATTENTION DE L'AUTORITÉ BUDGÉTAIRE à la DÉCISION DE LA COMMISSION relative aux règles internes

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE Nos coordonnées Dénomination : SILURES.BE Adresse : Rue Fabricienne, 21-4130 Esneux (Belgique) N entreprise : 0880 007 655 Adresse e-mail : Info@silures.be Téléphone : 0032(0)487

Plus en détail

QUE si, l'espèce, l'employeur ne discute pas la nécessité de l'expertise, il conteste le choix ; l'expert qui ne garantit pas les conditions

QUE si, l'espèce, l'employeur ne discute pas la nécessité de l'expertise, il conteste le choix ; l'expert qui ne garantit pas les conditions LA 26 juin COUR 2001. DE Arrêt CASSATION, n 3096. Cassation CHAMBRE partielle. SOCIALE. Formation de section. BULLETIN Pourvoi n 99-18.249. CIVIL. 57117 l'agence Sur le pourvoi Montoy-Flanville, de maintenance

Plus en détail

Ordre des Experts Comptables de Tunisie

Ordre des Experts Comptables de Tunisie Ordre des Experts Comptables de Tunisie Note d orientation sur les diligences du Commissaire aux Comptes en matière de rémunération des dirigeants (Application de l article 200 II 5 du Code des Sociétés

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil IUE 454-A

Secrétariat du Grand Conseil IUE 454-A Secrétariat du Grand Conseil IUE 454-A Date de dépôt: 10 octobre 2007 Messagerie Réponse du Conseil d Etat à l'interpellation urgente écrite de M. Pierre Kunz : Les SIG veulent augmenter le prix de l'électricité

Plus en détail

Conditions spécifiques et définitions d un Contrat de maintenance des systèmes d'essais aux vibrations Brüel & Kjær

Conditions spécifiques et définitions d un Contrat de maintenance des systèmes d'essais aux vibrations Brüel & Kjær Conditions spécifiques et définitions d un Contrat de maintenance des systèmes d'essais aux vibrations Brüel & Kjær 1. GÉNÉRALITÉS ET DÉFINITIONS 1.1 Toutes les prestations sont réalisées pendant les heures

Plus en détail

Le Barreau du Québec désire vous faire part de certains commentaires qu'a suscités l'examen des projets de lois 42 et 55 mentionnés en rubrique

Le Barreau du Québec désire vous faire part de certains commentaires qu'a suscités l'examen des projets de lois 42 et 55 mentionnés en rubrique Montréal, le 17 décembre 2007 Madame Julie Boulet Ministre des Transports Gouvernement du Québec 700 boul René-Lévesque Est, 29 ième étage Québec, QC G1R 5H1 Objet : Projet de loi 42 "Loi modifiant le

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (97) 5 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (97) 5 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (97) 5 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES RELATIVE À LA PROTECTION DES DONNÉES MÉDICALES (adoptée par le Comité des ministres le 13 février

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt-six mars deux mille quinze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt-six mars deux mille quinze. N 24 / 15. du 26.3.2015. Numéro 3420 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt-six mars deux mille quinze. Composition: Georges SANTER, président

Plus en détail

Modèle de Contrat pour un Médecin du travail salarié d'un Service interentreprises de Santé au travail

Modèle de Contrat pour un Médecin du travail salarié d'un Service interentreprises de Santé au travail Modèle de Contrat pour un Médecin du travail salarié d'un Service interentreprises de Santé au travail Adopté par le Conseil national de l Ordre des médecins Session des 30 et 31 janvier 2003 Entre : Monsieur

Plus en détail