INTRODUCTION; OBJECTIFS; NOTRE SÉRIE;

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INTRODUCTION; OBJECTIFS; NOTRE SÉRIE;"

Transcription

1

2 PLAN INTRODUCTION; OBJECTIFS; NOTRE SÉRIE; MATÉRIELS & MÉTHODES; RÉSULTATS; DISCUSSION: GÉNÉRALITÉS; RAPPEL ANATOMIQUE DE LA BASE DU CRÂNE; CLASSIFICATION DES TBC; CLINIQUE. LES MOYENS D IMAGERIE DES TBC; ILLUSTRATION DES PRINCIPALES TUMEURS DE CHAQUE ÉTAGE DE LA BASE; PSEUDO-TUMEURS DE LA BASE DU CRÂNE; LE SUIVI POST-OPÉRATOIRE. CONCLUSION.

3 INTRODUCTION Le terme de tumeurs de la base du crâne (TBC) regroupe les atteintes directes correspondant aux tumeurs primitives et secondaires développées aux dépens de la base du crâne (os et méninges), et les lésions correspondant à un envahissement de la base du crâne à partir des tumeurs de voisinage ou à partir des éléments vasculo-nerveux traversant la base. Les TBC sont rares par rapport à l ensemble des tumeurs intracrâniennes. Les TBC sont classées selon: Étage concerné: La base du crâne est divisée en 3 étages : Antérieur, Moyen Et postérieur. Selon le site d origine: Tumeurs provenant de la base du crâne, Tumeurs endocrâniennes envahissant la base, Tumeurs exocrâniennes envahissant la base.

4 INTRODUCTION La chirurgie des TBC était considérée comme un no man's land, Actuellement la chirurgie de la base du crâne impose une «modern skull base unit» qui comprend une équipe multidisciplinaire faite de: Neuro-radiologues, otolaryngologistes, spécialistes en chirurgie de reconstruction et plasticiens, neuro-anésthesistes et des spécialistes en soins intensifs. D où l intérêt d une bonne connaissance de la radioanatomie de la base du crâne et des principales lésions tumorales spécifiques à la base du crâne par tout radiologue.

5 INTRODUCTION L imagerie joue un triple rôle: Diagnostique, Indications thérapeutiques, Suivi des patients porteurs de TBC. Seront exclues de cette étude les tumeurs de l hypophyse.

6 OBJECTIFS Illustrer différentes tumeurs de la base du crâne en proposant une démarche didactique (tumeurs primitives, secondaires et pseudotumeurs; exo et endocrâniennes envahissant la base en fonction de l étage atteint). Montrer l intérêt des différents moyens d imagerie dans le diagnostic, le choix thérapeutique et la surveillance.

7 NOTRE SÉRIE -MATÉRIELS & MÉTHODES- Étude rétrospective de 67 observations colligées au service de radiologie du CHU Hassan II de Fès; Période d étude: Janvier 2009 à Décembre 2010; La symptomatologie clinique renvoyait vers l étage atteint de la base du crâne. Une confrontation clinico-radio-histologique a été réalisée dans tous les cas.

8 NOTRE SÉRIE -MATÉRIELS & MÉTHODES- Les moyens d imagerie étaient indiqués en fonction de la symptomatologie clinique ou en complément à une première investigation TDM ou IRM.

9 NOTRE SÉRIE -RÉSULTATS- Les néoformations recensées étaient (voir diagramme suivant): Tumeurs primitives: Méningiomes (n=23), méningiome intraosseux (n=1), kyste épidermoide (n=2), ostéomes (n=2), chondrome (n=1), chondrosarcome (n=1), chordomes (n=2), paragangliomes (n=3). Métastases n=5. Localisations d affections hématologiques: lymphome (n=1), myélome (n=1). Tumeurs de voisinage envahissant la base: esthésioneuroblastome (n=1), fibrome nasopharyngien (n=2), tumeurs malignes des voies aériennes supérieures (n=9). Les pseudo-tumeurs: dysplasie fibreuse (n=4), maladie de Paget (n=2), et histiocytose X (n=2).

10 NOTRE SÉRIE -RÉSULTATS-

11 GÉNÉRALITÉS -Rappel Anatomie- α La base du crâne est divisée en 3 étages : antérieur, moyen et postérieur. α Plusieurs orifices situés au niveau de la base du crâne font communiquer les espaces endocrânien et exocrânien. Ils livrent passage à des structures vasculaires et nerveuses.

12 GÉNÉRALITÉS -Rappel anatomique- VUE DE PROFIL DU CRANE MONTRANT LA LIMITE ARTIFICIELLE ENTRE LA VOUTE ET LA BASE DU CRANE.

13 GÉNÉRALITÉS -Rappel anatomique- La base du crâne est subdivisée en 3 étages, d'avant en arrière on trouve: Etage antérieur: appelé aussi éthmoïdo-frontal, le plus élevé. Etage moyen: ou étage sphéno-temporal, de part et d autre de la selle turcique. Etage postérieur: appelé aussi occipito-temporal, le plus profond. VUE SUPERIEURE DE L ENDOCRANE: ETAGES DE LA BASE DU CRANE

14 Vue supérieure de l endo-crâne: ostéologie de la base du crâne et foramen (schéma édité d après F. Netter)

15 Vue inférieure de l exocrâne: ostéologie de la base du crâne. (schéma édité d après F. Netter)

16 Vue de profil de l endo-crâne: ostéologie de la base du crâne(schéma édité d après F. Netter)

17 GÉNÉRALITÉS -Classification des TBC- De très nombreuses tumeurs peuvent se développer au niveau de la base du crâne. Elles sont habituellement classées selon leur localisation et selon leur site d origine. On distingue selon le site d origine 3 grands groupes : Les tumeurs provenant de la base du crâne elle-même, Les tumeurs endocrâniennes envahissant la base, Les tumeurs extracrâniennes envahissant la base.

18 GÉNÉRALITÉS -Classification des TBC- Les tumeurs provenant de la base du crâne elle-même, peuvent prendre naissance au niveau des éléments suivants : Cartilage : chondrome ; chondrosarcome. Os: ostéomes ; ostéoblastomes ; ostéosarcomes ; tumeurs à cellules géantes. Restes embryonnaires: chordomes; crânio-pharyngiomes; kystes dermoïdes; kystes épidermoïdes. Tissu fibreux: dysplasie fibreuse et fibrome ossifiant; fibrosarcomes. Tissu hématopoïétique et réticulohistiocytaire: leucémies; lymphomes; histiocytoses; myélomes. Tissu vasculaire: hémangiomes. Des métastases peuvent prendre naissance au niveau des différents éléments constitutifs de la base.

19 GÉNÉRALITÉS -Classification des TBC- Les principales tumeurs endocrâniennes envahissant la base du crâne sont les suivantes : Méningiomes, Neurinomes. Certaines tumeurs gliales, notamment de haut grade, peuvent s accompagner d une atteinte de la base.

20 GÉNÉRALITÉS -Classification des TBC- Les tumeurs extracrâniennes envahissant la base: Tumeurs naissant des fosses nasales et des sinus: Tumeurs bénignes : mucocèles ; ostéomes ; papillomes inversés. Tumeurs malignes : carcinomes, adénocarcinomes ; cylindromes ; rhabdomyosarcomes ; lymphomes ; esthésioneuroblastomes. Tumeurs naissant du nasopharynx: Tumeurs bénignes : tératomes ; angiofibromes. Tumeurs malignes: carcinomes, adénocarcinomes; rhabdomyosarcomes ; lymphomes.

21 GÉNÉRALITÉS -Clinique- Les TBC présentent un développement initialement extra-cérébral, expliquant leur caractère souvent peu symptomatique au regard de leur volume. Ceci est d autant plus vrai dans le cas des tumeurs bénignes.

22 GÉNÉRALITÉS -Clinique- La symptomatologie clinique des TBC peut être en rapport avec : La compression d un ou plusieurs nerfs crâniens, La compression du parenchyme cérébral: Lobes frontaux pour les tumeurs de l étage antérieur. Structures de la fosse postérieure (tronc cérébral) pour les tumeurs du clivus par exemple. Tumeurs extracrâniennes développées au niveau des cavités aériennes de la face symptomatologie clinique d une affection nasosinusienne.

23 GÉNÉRALITÉS -Clinique- LÉSION DE L ÉTAGE ANTÉRIEUR Dysfonction nasale: douleur, épistaxis, anosmie. Dysfonction visuelle: perte du champ visuel, diplopie, ptôsis. Atteinte des lobes frontaux: altération de la personnalité, altération de la mémoire et de la concentration.

24 GÉNÉRALITÉS -Clinique- LÉSION DE L ÉTAGE MOYEN Atteinte endocrinienne en rapport avec l atteinte de la loge pituitaire, Atteinte des sinus caverneux: neuropathie du II, III, IV, V, et VI, Dysfonctionnement de la trompe d Eustache en rapport avec atteinte naso-pharyngée. Crise convulsive en rapport avec une atteinte temporale.

25 GÉNÉRALITÉS -Clinique- LÉSION DE L ÉTAGE POSTÉRIEUR Dysfonctionnement des paires crâniennes (V-XII), Compression du tronc cérébral, Ataxie cérébelleuse, Parésie faciale, Hypoacousie, Trouble de l équilibre, Dysphonie, dysphagie, Signes d HTIC en cas de volumineuse tumeur.

26 Diagnostic; Évaluation pré thérapeutique Suivi évolutif TDM IRM ARTÉRIO

27 TDM sd En seconde position après l IRM dans l exploration des TBC. Évaluation de l atteinte osseuse: plus précise que l IRM Bilan lésionnel osseux précis avant un geste de reconstruction. Indications conservées dans le bilan pré-thérapeutique préopératoire. LES AVANTAGES DE LA TDM: Détecter les calcifications, Meilleure analyse de l os: Réaction périostée en rayon de soleil et matrice ostéogène des ostéosarcomes; Calcifications de la matrice cartilagineuse des chondrosarcomes; Réaction hyperostosante en regard des méningiomes. Analyse multiplanaire: MDCT. Étude angiographique pour les «tumeurs hypervasculaires»: tumeurs glomiques et les fibromes nasopharyngiens +++.

28 IRM Technique de référence dans l exploration des TBC, Protocole adapté au site et type de la lésion, Points techniques importants: Plans d exploration multiples: extension précise décision thérapeutique. Plan axial et sagittal + Plan coronal +++ (fondamental) Séquences: T1, T2, FLAIR et diffusion. T1 gado avec saturation de graisse: extension de la lésion au sein des espaces graisseux de la face et dans la spongieuse osseuse. ARM: indispensable si doute sur une atteinte vasculaire par contiguïté (siphons carotidiens, tronc basilaire). Détection des petites lésions du tissu mou proche des structures osseuses, Meilleure analyse du rehaussement des lésions juxta-osseuses, Meilleure analyse de l extension à travers les foramens et canaux de la base (directe ou périnerveuse).

29 ARTÉRIO Indications réduites vu l avènement de ARM, Exploration vasculaire nécessaire dans deux circonstances: Rapports d une TBC avec les structures vasculaires, Si chirurgie indiquée: Pratique d un test d occlusion, Occlusion d un vaisseau présentant des rapports étroits avec une TBC, Appréciation du degrè de vascularisation d une TBC et pratiquer une embolisation pré-opératoire (exemple des méningiomes et des tumeurs glomiques).

30 ILLUSTRATION DES PRINCIPALES TUMEURS DE CHAQUE ÉTAGE DE LA BASE

31 TUMEURS DE L ÉTAGE ANTÉRIEUR TUMEURS DE L ÉTAGE MOYEN TUMEURS DE L ÉTAGE POSTÉRIEUR

32 TUMEURS DE L ÉTAGE ANTÉRIEUR TUMEURS DE L ÉTAGE MOYEN TUMEURS DE L ÉTAGE POSTÉRIEUR

33 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE ANTÉRIEUR Les tumeurs fréquentes de l étage antérieur de la base du crâne sont: Les tumeurs naissant de la base du crâne elle-même; Les tumeurs endocrâniennes envahissant la base; Les tumeurs exocrâniennes envahissant la base +++.

34 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE ANTÉRIEUR TUMEURS NAISSANT DE LA BASE DU CRÂNE Méningiome intra-osseux, Métastases.

35 50 ans, exophtalmie gauche axile / 1 an, limitation de la motilité oculaire. Œdème papillaire. TDM dans le plan axial et avec des reconstructions coronales montrant une ostéocondensation et un épaississement diffus du bord externe de l orbite gauche, étendue aux grande et petite ailes du sphénoïde et à la voûte fronto-temporale, ceci est associé à un refoulement des muscles droits supérieur et externe avec exophtalmie grade II, et sans signe d extension endo-orbitaire ou cérébrale. Méningiome intra-osseux orbitaire.

36 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE ANTÉRIEUR TUMEURS NAISSANT DE LA BASE DU CRÂNE Méningiomes ectopiques rares (1% 2% de tous les méningiomes). Localisation variable: voûte, sinus de la face, orbites, glandes salivaires et peau. Etiopathogénie (hypothèses): Séquestration de cellules arachnoïdiennes dans les sutures crâniennes durant la vie embryonnaire ou au sein d un trait de fracture après un traumatisme crânien. Localisation sphénoïdale fréquente. Évolution lente. Méningiome intra-osseux Tuméfaction fixe, dure et indolore associée à une infiltration des téguments responsable de céphalées, Les signes neurologiques d irritation et de compression du parenchyme cérébral n apparaissent qu en cas de franchissement de la table interne.

37 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE ANTÉRIEUR TUMEURS NAISSANT DE LA BASE DU CRÂNE Méningiome intra-osseux ASPECT RADIOLOGIQUE Forme hyperostosante (fréquente): Épaississement osseux Aspect hérissé avec des spicules osseux réguliers et trapus dits en «rayons de soleil». Forme ostéolytique ou érosive (rare): Lésion ostéolytique associée ou non à une reconstruction osseuse. Les hypothèses diagnostiques dans ce cas sont les tumeurs malignes et le diagnostic de méningiome intra-osseux est souvent une surprise histologique.

38 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE ANTÉRIEUR TUMEURS NAISSANT DE LA BASE DU CRÂNE TDM: IRM: Méningiome intra-osseux Objective l atteinte osseuse ostéocondensante ou lytique de surface lisse ou spiculée. Discerne les différentes structures osseuses atteintes (diploé, lame interne et lame externe). Densité tumorale supérieure à celle du cortex avec disposition régulière des spicules, différente de l aspect fin et anarchique d une tumeur maligne. Aucun rehaussement lésionnel n est visible dans les formes condensées. Un épaississement et une prise de contraste de la dure-mère sont systématiquement recherchés. Sensible pour la détection d une extension endo et exo crânienne. Hyposignal T1 et T2 avec une prise de contraste de la composante intra-osseuse dans les formes lytiques et un réhaussement des enveloppes méningées en regard.

39 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE ANTÉRIEUR TUMEURS NAISSANT DE LA BASE DU CRÂNE Diagnostic différentiel: Formes ostéolytiques: métastases, ostéosarcome et la lacune myélomateuse. Formes hyperostosantes: ostéome, dysplasie fibreuse et maladie de Paget. Étude histologique: constitue le diagnostic de certitude et révèle une tumeur bénigne de type méningo-endothélial ou transitionnel, rarement fibroblastique, angiomateux. Dans 5 à 10 %, le méningiome est d emblée malin, sarcomateux ou anaplasique. Traitement: Méningiome intra-osseux Chirurgical: Exérèse précoce diagnostic histologique complications neurologiques évitées. Le risque de récidive est de 15 % à 25 %, d autant plus élevé que la résection a été incomplète, une radiothérapie complémentaire peut être réalisée.

40 Nourrisson de 2 ans, admis pour tuméfaction du cuir chevelu au niveau pariétal avec apparition rapidement progressive d une exophtalmie gauche. TDM: lésions tissulaires ostéolytiques intéressant la grande aile du sphénoïde gauche (étoiles), et pariétale gauche associées à une réaction périostée très fine en velours. Métastases révélatrices d un neuroblastome surrénalien.

41 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE ANTÉRIEUR TUMEURS NAISSANT DE LA BASE DU CRÂNE Métastases L atteinte métastatique de la voûte est plus fréquente que celle de la base du crâne. L étage antérieur est moins atteint que l étage moyen. Symptomatologie de la métastase osseuse: compression du nerf dans son trajet foraminal. Tumeurs pourvoyeuses de métastases à la base du crâne: prostate, sein, poumon, et tumeurs primitives cérvicales.

42 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE ANTÉRIEUR TUMEURS ENDOCRÂNIENNES Les tumeurs endocrâniennes les plus fréquentes de la base antérieure du crâne sont: Les méningiomes; Les gangliogliomes; Tumeurs gliales de haut grade.

43

44 48 ans. syndrome frontal avec signes d HTIC. 03 Processus expansifs extra axiaux droits du crâne. Ils sont isointenses à la SB en T1 et T2, et se rehaussant nettement par le PC. Leurs limites sont régulières et nettes. Le premier processus (*) présente une base d implantation sur l apophyse clinoïde antérieure et le sinus caverneux droit. Il refoule en dedans le siphon carotidien qui reste perméable. Le deuxième processus (flèche) est contigüe au premier et s implante sur la petite et grande ailes droites du sphénoïde. Il refoule le parenchyme cérébral qui est le siège d une plage œdémateuse (rond), et refoule les ventricules et la ligne médiane avec pré engagement sous falcoriel. Le troisième processus (tête de flèche) s implante sur le toit de l orbite droit. Il refoule le parenchyme cérébral et ne présente pas d extension endo-orbitaire. 3 méningiomes de la base du crâne.

45 Processus expansif extra axial du toit de l éthmoïde bien limité de contours réguliers, se présentant en iso signal T1 à la SG, et se rehaussant de façon importante par le PC. Il refoule en haut le parenchyme cérébral qui est le siège d une plage œdémateuse. Méningiome du toit de l éthmoïde.

46 Volumineuse lésion en isosignal T1 fronto-basale, à base d implantation large sur la méninge, présentant des contours cycliques avec un rehaussement intense et homogène après injection de chélates de gadolinium. Elle est responsable d un effet de masse sur le parenchyme de voisinage avec une large plage d hypersignal témoignant d un œdème réactionnel (séquence Flair). Méningiome du toit de l éthmoïde.

47 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE ANTÉRIEUR TUMEURS ENDOCRÂNIENNES Méningiome Caractère typique: base d implantation large sur la dure-mère. TDM: Discrètement hyperdense, Fortement rehaussé après PCI. Parfois Ca++. IRM: Isosignal en T1, isosignal ou en hypersignal en T2. Fortement rehaussé après injection de Gadolinium. Oedème péritumoral est parfois visible sous forme d une plage d hypersignal T2 intraparenchymateux. ARTÉRIOGRAPHIE Parfois utile pour évaluer le degré de vascularisation de la lésion. Embolisation pré-opératoire.

48 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE ANTÉRIEUR TUMEURS ENDOCRÂNIENNES Autres tumeurs intra-parenchymateuses cérébrales envahissant la base: Gangliogliomes; Tumeurs gliales de haut grade.

49 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE ANTÉRIEUR TUMEURS EXO-CRÂNIENNES Les tumeurs exocrâniennes qu on va étudier successivement sont: Les tumeurs naso-sinusiennes malignes: Carcinomes (CE, ADK, et cylindrome); Ésthésioneuroblastome. Les tumeurs naso-sinusiennes bénignes: Papillome inversé; Ostéome; Mucocèle.

50 Patient de 21 ans, obstruction nasale, épistaxis avec exophtalmie. Processus tissulaire à centre géométrique naso-éthmoïdal droit présentant une architecture lobulaire, isointense en T1 à la SG, hypointense en T2, à rehaussement hétérogène. Ce processus lyse la cloison et s étend dans la fosse nasale gauche, lyse la paroi interne du sinus maxillaire qui est le siège d un comblement rétentionnel (étoile), il envahit l ethmoïde et le corps du sphénoïde avec extension intracrânienne extradurale sous frontale médiane. Il lyse également la paroi interne de l orbite droit avec extension intra-orbitaire extraconique (tête de flèche) et vient au contact du nerf optique. Exophtalmie droite grade II. Carcinome épidermoide nasal.

51 Reconstructions scanographiques coronale et sagittale en fenêtrage osseux montrant un processus tissulaire ostéolytique éthmoid-onasal lysant la lame criblée. Les correspondences IRM (coronale et sagittale T1 avec injection de chèlates de Gadolinium) montrent l extension endocranienne extradurale (flèches). Adénocarcinome de l éthmoïde*. Hanna Y H; De Monte F. Comprehensive Management of Skull Base Tumors. 1 st Ed. Newyork, Informa Healthcare; 2009

52 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE ANTÉRIEUR Les carcinomes Origine: muqueuse; Extension: directe ou le long des éléments vasculo-nerveux franchissant les trous de la base. Carcinome épidermoïde: Point de départ le sinus maxillaire ou la fosse nasale, Adénocarcinome: Prédilection pour l ethmoïde. Cylindrome: Tumeur maligne prenant naissance dans les glandes salivaires accessoires et présentant un fort potentiel d extension le long des gaines nerveuses. TUMEURS EXO-CRÂNIENNES Tumeurs naso-sinusiennes malignes

53 Reconstruction TDM coronale montrant une lésion de la cavité nasale étendue aux cellules éthmoïdales et lysant le toit de l éthmoïde. La séquence IRM coronale T1 avec contraste montre une extension évidente à l étage antérieur de la base du crane. Esthésioneuroblastome*. *Hanna Y H; De Monte F. Comprehensive Management of Skull Base Tumors. 1 st Ed. Newyork, Informa Healthcare; 2009

54 Séquence sagittale T1 après injection de chélates de gadolinium montrant un processus tumoral centré sur l étage antérieur de la base du crâne développé à cheval sur le toit de l éthmoïde avec interruption de l hyposignal cortical en rapport avec une ostéolyse (flèche noire), et développement dans la fosse nasale et l endocrâne. Il existe un envahissement de la dure-mère (tête de flèche) qui est épaissie (flèche blanche). Esthésioneuroblastome*. *Hanna Y H; De Monte F. Comprehensive Management of Skull Base Tumors. 1 st Ed. Newyork, Informa Healthcare; 2009

55 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE ANTÉRIEUR TUMEURS EXO-CRÂNIENNES Tumeurs naso-sinusiennes malignes Les carcinomes. Esthésioneuroblastome: Tumeur rare, Origine: filets nerveux olfactifs, Naissance dans la partie supérieure des FN, Extension: cellules éthmoïdales.

56 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE ANTÉRIEUR TUMEURS EXO-CRÂNIENNES Tumeurs naso-sinusiennes bénignes Les papillomes inversés, Ostéomes, Mucocèles.

57 Vue endoscopique d un papillome inversé de la fosse nasale droite. Coupe TDM axiale en fenêtrage osseux montrant une extension de la tumeur vers les cellules éthmoïdales puis vers le sinus sphénoïdal du côté droit. L IRM réalisée après injection de chélates de gadolinium montre une prise de contraste curvilinéaires donnant un aspect cérébriforme de la masse +++. Papillome inversé* Chammakhi-Jemli C, et al. Imagerie du papillome inversé naso-sinusien. Feuillets de Radiologie, 2007, 47, n 2,75-82

58 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE ANTÉRIEUR TUMEURS EXO-CRÂNIENNES Tumeurs naso-sinusiennes bénignes Papillome inversé Bénin et peu fréquent. Prédominance masculine entre 40 et 60 ans. Mode de croissance préférentielle vers le stroma sous-jacent plutôt que de façon exophytique, d où leur nom. Association à un carcinome: 3 à 27 % des cas. Ces lésions occupant la fosse nasale, pouvant déformer la cloison nasale qui peut bomber vers le côté sain. Elles peuvent s étendre vers les cellules ethmoïdales et les sinus maxillaires. L atteinte des sinus frontaux et sphénoïdaux est plus rare. Les lésions peuvent atteindre la lame criblée de l ethmoïde et la franchir.

59 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE ANTÉRIEUR TUMEURS EXO-CRÂNIENNES Tumeurs naso-sinusiennes bénignes Papillome inversé TDM: Calcifications possibles (élément en faveur du diagnostic). La TDM précise les lésions osseuses et, en particulier, l atteinte la plus fréquente qui est la destruction de la paroi médiale du sinus maxillaire. IRM: En faveur du diagnostic: Mise en évidence de striations curvilinéaires hyperintenses:. La présence d une zone centrale nécrotique serait le témoignage de la présence d un carcinome associé.

60 19 ans. TDM faciale pratiquée à l occasion d un traumatisme cranio-facial. Reconstruction scannographique sagittale et coronale faciale en fenêtrage osseux montrant une condensation osseuse bien limitée de la partie interne du cadre orbitaire droit et l étage antérieur de la base du crâne. Découverte fortuite d un ostéome basifrontal.

61 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE ANTÉRIEUR TUMEURS EXO-CRÂNIENNES Tumeurs naso-sinusiennes bénignes Ostéome Tumeur osseuse bénigne et peu évolutive. Os de la voûte et de la face +++. Sinus frontal +++. L ostéome peut éroder la paroi postérieure du sinus frontal et présenter une extension endocrânienne. TDM: Très performante, montrant une lésion hyperdense, de densité osseuse, arrondie, à contours volontiers polycycliques et à base d implantation large sur l os. IRM: La lésion est hypointense sur les différentes séquences.

62 volumineuse formation éthmoïdo-orbito-frontale, polylobée, associée à un refoulement et soufflure corticale, spontanément de haut signal en T1, par endroit. Le refoulement témoigne d'un processus extensif de croissance lente. Mucocèle frontale.

63 Lésion bien circonscrite naso éthmoïdale droite développée aux dépens des cellules éthmoïdales antérieures avec soufflure de la cloison nasale, extension endo-orbitaire refoulant le globe oculaire et le muscle droit interne en dehors et extension endocrânienne soufflant le toit de l éthmoïde. Cette lésion est hypointense en T1 et T2 avec un centre liquidien et présente un rehaussement modéré. Mucocèle calcifiée.

64 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE ANTÉRIEUR Définition: TUMEURS EXO-CRÂNIENNES Tumeurs naso-sinusiennes bénignes Mucocèle sinusienne Tumeur bénigne, développée au dépend d un sinus paranasal par suite d obstruction de son ostium et formant un kyste recouvert d un épithélium muqueux sécrétoire pseudo-stratifié, de type respiratoire cylindrique cilié. Les mucocèles sont graves par leur évolution lentement progressive, refoulant, comprimant et érodant les structures de voisinage. La gravité des complications est liée à l atteinte oculaire: compression du nerf optique, atteinte au niveau de l apex orbitaire des nerfs crâniens, atteinte du chiasma. Tumeur bénigne de pronostic favorable après traitement chirurgical.

65 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE ANTÉRIEUR TUMEURS EXO-CRÂNIENNES Tumeurs naso-sinusiennes bénignes Mucocèle sinusienne Étiologie: traumatique ou chirurgicale doit être rechercher dans les antécédents. Point de départ: 65 % frontal, 30 % sont issues du sinus ethmoïdal antérieur 5 % proviennent du sinus sphénoïdal postérieur. Symptomatologie: (latente en cas de siège sphénoïdal ou ethmoïdal) : masses tumorales de l angle supéro-interne de l orbite, baisse de l acuité visuelle plus ou moins progressive, exophtalmie, plis choroïdiens, trouble oculo-moteur.

66 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE ANTÉRIEUR TUMEURS EXO-CRÂNIENNES Tumeurs naso-sinusiennes bénignes Mucocèle sinusienne Radiographie standard du crâne: Érosion osseuse, Opacités sinusiennes. TDM: IRM: Lésion kystique homogène, isodense, Prise de contraste annulaire en cas de pyocèle, Évaluation de l importance de la destruction osseuse. Extension aux structures de voisinage dans les différents plans, Lésion en iso ou en hypersignal dans les séquences T1, et en hypersignal T2. Apprécie l extension vers le crâne et la face. L origine de l obstruction de l ostium du sinus responsable de la mucocèle doit être systématiquement recherchée, même si elle est rarement retrouvée. L analyse minutieuse de la pièce opératoire est essentielle à la recherche d une tumeur maligne responsable de l occlusion de l ostium. Son traitement sera fonction de l agent causal.

67 TUMEURS DE L ÉTAGE ANTÉRIEUR TUMEURS DE L ÉTAGE MOYEN TUMEURS DE L ÉTAGE POSTÉRIEUR

68 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE MOYEN Les lésions sellaires et supra-sellaires n envahissant pas la base sont exclues. Les tumeurs de l étage moyen les plus fréquentes: Tumeurs intracaverneuses. Les lésions primitivement intracaverneuses, Méningiomes, Neurinome, Métastases. Les tumeurs propagées. Les tumeurs sphénotemporales (méningiome en plaque).

69 21 ans, baisse de l acuité visuelle. Processus lésionnel intra et suprasellaire en isosignal T 1 et T 2 à la SG, franchement rehaussée de manière homogène, présentant un développement supra-sellaire refoulant en haut le chiasma optique et le plancher diencéphalique. En haut le processus s implante sur le corps de sphénoïde avec prise de contraste de la dure-mère de voisinage et déborde en arrière de la selle turcique dans la citerne pré-mésencéphalique. Latéralement il envahit les sinus caverneux dont les bords restent concaves, engainant les carotides de manière hémi circonférentielle. Méningiome du dorsum, diaphragme, et tuberculum sellaires.

70 26 ans, ptôsis gauche depuis 1 an, paralysie du VI gauche. TDM en fenêtre osseuse montrant une densification nuageuse intéressant la fissure pétroclivale gauche, saillant au sein du cavum de Meckel gauche et dans la citerne prépontique (sur le trajet du VI). Aspect confirmé sur les coupes fines T2 Fiesta (étoile). méningiome calcifié de la suture pétro-clivale.

71 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE MOYEN TUMEURS INTRA-CAVERNEUSES Lésions primitivement intracaverneuses MÉNINGIOMES: Naissance: Loge caverneuse, Paroi externe de la loge caverneuse. Leurs caractéristiques de signal sont identiques à celles des autres méningiomes.

72 33 ans. Parésie du VI et hypoesthésie de l hémiface du côté gauche. Lésion tissulaire de forme oblongue sur le trajet du nerf V gauche, en hypersignal T2 et en diffusion, rehaussée de façon homogène après injection PC. Neurinome du V gauche.

73 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE MOYEN TUMEURS INTRA-CAVERNEUSES Lésions primitivement intracaverneuses NEURINOME: Naissance: Cavum de Meckel à partir du ganglion de Gasser ou, Nerf lui-même, Bien limitées, Érosion des parois osseuses (TDM). IRM: Lésion hypo ou isosignal T1, Hypersignal T2 et se rehaussent intensément après injection de Gadolinium.

74 4 ans, exophtalmie rapidement progressive. Contact lombaire bilatéral. Processus tissulaire centré sur le corps du sphénoïde lytique mal délimitée infiltrant rehaussée de façon modérée après contraste. Il s étend vers les deux sinus caverneux, la région sellaire dont il lyse le plancher. Il s associe à un épaississement tissulaire de la citerne péri-mésencéphalique et pré pontique. En avant ce processus s étend le long des canaux optique en englobant les nerfs optiques. Il lyse la lame criblée de l éthmoïde avec comblement des cellules éthmoïdales. Ce processus s étend en bas le long des foramens de la base vers la naso- pharynx. Néphromégalie bilatérale avec hypodensités tissulaires hétérogènes parenchymateuse corticomédullaires non modifiée après contraste. Lymphome infiltrant de l étage moyen de la base du crâne et rénal.

75 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE MOYEN TUMEURS INTRA-CAVERNEUSES Lésions primitivement intracaverneuses Métastases: Non exceptionnelles au niveau de la loge caverneuse. Les principales lésions primitives: Cancers du sein, Cancers du poumon. Absence d aspect spécifique en imagerie. Le Mélanome de la choroïde peut parfois donner des métastases dans le sinus caverneux: Aspect IRM particulier : présence de mélanine et les fréquents remaniements hémorragiques : hypersignal T1 et hyposignal en T2.

76 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE MOYEN TUMEURS INTRA-CAVERNEUSES Tumeurs propagées De l hypophyse : adénomes invasifs. Des cavités sinusiennes de la face: mucocèles, en particulier du sinus sphénoïdal et tumeurs malignes. Du nasopharynx: fibromes naso-pharyngiens, tumeurs malignes. Il faut souligner la fréquente atteinte du sinus caverneux au cours des lésions malignes du nasopharynx, cette atteinte pouvant être cliniquement révélatrice. Du corps du sphénoïde: chordome, chondrosarcome et ostéosarcome.

77 Patient âgé de 13 ans. épistaxis récidivante et obstruction nasale droite complète et partielle gauche. Rhinoscopie: processus charnu bleuâtre comblant la FN droite. TDM: Masse tissulaire de la fosse nasale et du rhinopharynx se rehaussant de façon intense après contraste étendue au corps du sphénoïde. Fibrome naso pharyngé. Artériographie de la carotide externe droite montrant un blush tumoral au temps artériel précoce alimenté par des branches terminales de l artère maxillaire interne. Résultat après embolisation: dévascularisation tumorale.

78 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE MOYEN Tumeur rare du nasopharynx, apanage de l adolescent de sexe masculin, Aspect histologique bénin /// tumeur agressive du fait de ses extensions: Vers les fausses nasales, Fosse ptérygomaxillaire, Sinus sphénoïdal et selle turcique, Fissure orbitaire inférieure et endocrâne. Chirurgie: traitement de choix. TUMEURS INTRA-CAVERNEUSES Tumeurs propagées Fibrome naso-pharyngé Vascularisation riche exposant au risque de saignement important lors de la biopsie et du traitement chirurgical.

79 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE MOYEN TUMEURS INTRA-CAVERNEUSES Tumeurs propagées Fibrome naso-pharyngé La tomodensitométrie et l IRM: Apport diagnostique, Bilan d extension constituant ainsi une étape importante dans le choix de la technique chirurgicale. Embolisation: diminue le saignement peropératoire permet d effectuer une résection complète pour les tumeurs volumineuses. Biopsie n est pas nécessaire avant la résection.

80 Symptômes: Signes rhinologiques: Obstruction nasale uni ou bilatérale, épistaxis récidivante. TDM et l IRM: Confirmer le diagnostic, TDM: Masse de densité tissulaire intéressant la fosse nasale et le nasopharynx se rehaussant intensément après injection de produit de contraste. IRM PRINCIPALES TBC: ÉTAGE MOYEN TUMEURS INTRA-CAVERNEUSES Tumeurs propagées Fibrome naso-pharyngé Effectuer un bilan d extension précis de la tumeur, Élément fondamental pour le choix de la voie d abord chirurgicale, IRM: meilleure évaluation de l extension tumorale, notamment vers les espaces profonds de la face, et l envahissement endocrânien. Différencier envahissement sinusien et les rétentions. Masse en discret hypo signal T1 et en hypersignal T2 avec rehaussement intense après injection de Gadolinium.

81 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE MOYEN TUMEURS INTRA-CAVERNEUSES Tumeurs propagées L angiographie: Embolisation, Fibrome naso-pharyngé Bilan des artères participant à la vascularisation de la tumeur, Étude de profil de la carotide interne, de l artère maxillaire, et des artères pharyngienne et palatine ascendantes. Une étude des vaisseaux du côté opposé. Aspect réticulé avec blush dense et homogène persistant au temps veineux. La visualisation d un rehaussement de la tumeur après injection de la CI peut correspondre soit à une extension intracrânienne ou intraorbitaire, soit à une suppléance par des collatérales de la carotide interne. Rechercher les variantes anatomiques.

82 18 ans. Baisse de l acuité visuelle bilatérale. Volumineux processus tissulaire de la région sellaire, iso-intense en T1 et T2 à la SG, rehaussé modérément et hétérogène. Ce processus lyse le jugum sphénoïdal et s étend dans les cellules éthmoïdales postérieures, il lyse également le corps du sphénoïde et bombe en sous muqueux dans le rhinopharynx et la partie postérieure des fosses nasales. Il s étend en sous frontal et soulève le plancher hypothalamique. En arrière il lyse la lame quadrilatère. Latéralement il bombe à gauche dans la fosse temporale. A droite il s étend dans le sinus caverneux dont le bord externe est convexe. Il engaine le siphon carotidien des deux côtés. macroadénome invasif.

83 Processus de l étage moyen de la base du crâne ostéolytique. Se présentant en hyposignal T1, hypersignal T2 tissulaire, se rehaussement modérément. Ce processus est centré sur le clivus, et propagé à l os sphénoïdal, et envahi le sinus caverneux gauche et englobe la carotide interne. Métastase propagée d un carcinome épidermoïde pulmonaire.

84 Volumineuse lésion en bissac centrée sur la loge caverneuse gauche, à contours lobulés, en hyposignal T1, hypersignal franc en T2, rehaussée de façon hétérogène. Elle englobe et refoule en avant la carotide interne gauche, et s étend, au sinus sphénoïdal, au corps du sphénoïde, à la loge sellaire, s étend en endocrânien et refoule le lobe temporal. En arrière, cette lésion s étend occupe l APC, avec refoulement en arrière et à droite du tronc cérébral, le tronc basilaire et l aqueduc du Sylvius, avec hydrocéphalie triventriculaire sous jacente. Chordome chondroïde propagé dans la loge caverneuse.

85 49 ans, céphalées avec BAV. Lésion tissulaire intra-orbitaire gauche intra conique en Hyposignal T1, Hypersignal modéré en T2, modérément rehaussé. Ce processus adhère au nerf optique qui est refoulé en dedans. Aspect de décollement rétinien (étoile). Épaississement méningé fusant le long de la grande aile du sphénoïde (têtes de flèche) rehaussé de façon importante, associé à une hyperostose en regard. Méningiome en plaque de la grande aile du sphénoïde (têtes de flèche). Méningiome du nerf optique (losange).

86 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE MOYEN TUMEURS SPHÉNO-TEMPORALES Méningiome en plaque Fréquent +++; Forme particulière de méningiome avec infiltration étendue, et souvent peu importante en épaisseur de la méninge avec réaction hyperostosante. IRM : hypertrophie osseuse de la petite aile en bas signal T1 et T2. La plaque méningiomateuse: épaississement méningé souvent modéré qui se rehausse après injection de Gadolinium. L extension peut se faire en dedans vers le sinus caverneux et la fente sphénoïdale.

87 TUMEURS DE L ÉTAGE ANTÉRIEUR TUMEURS DE L ÉTAGE MOYEN TUMEURS DE L ÉTAGE POSTÉRIEUR

88 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE POSTÉRIEUR Les tumeurs de l étage postérieur les plus fréquentes seront analysées selon les localisations suivantes: Tumeurs du clivus. Tumeurs de la pointe du rocher. Tumeurs du trou occipital.

89 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE POSTÉRIEUR TUMEURS DU CLIVUS Méningiome du clivus: 2 ème localisation méningiomateuse dans la FCP. Chordome. Myélome. Métastase.

90 58 ans. syndrome d HTIC, trouble de la marche, sd vestibulaire central, et atteinte du V droit. Méningiome pétro-clival droit.

91 Processus centré sur le corps du sphénoïde rehaussé de façon hétérogène après injection de chélates de gadolinium. Chordome du clivus.

92 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE POSTÉRIEUR Tumeurs rares dérivées de reliquats embryonnaires de la notochorde, touchant volontiers l adulte jeune. Les chordomes ont habituellement un développement extradural et induisent une destruction osseuse. Ces lésions peuvent intéresser n importe quel niveau du squelette axial. Sites de prédilection: le plus souvent est le clivus, qui peut être atteint en totalité ou partiellement. Région sacro-coccygienne, Synchondrose sphéno-occipitale. Histologie: tumeur bénigne mais possède une malignité locale importante. TDM: Importance de la destruction osseuse. Calcifications fréquentes, TUMEURS DU CLIVUS Aspect variable en amas ou linéaires. Chordome

93 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE POSTÉRIEUR TUMEURS DU CLIVUS Chordome IRM: analyse précise de la topographie et de l extension de la lésion. Signal peu spécifique. En T1, habituellement en hyposignal ou en isosignal et des foyers d hypersignal peuvent parfois être observés. Après injection de Gadolinium, la lésion est habituellement rehaussée de façon hétérogène avec un aspect lobulé, en «rayon de miel». Extension: vers le haut dans la citerne optochiasmatique, Extension inférieure peut se faire vers les premières vertèbres cervicales, en particulier l atlas, et les muscles périvertébraux, ainsi que vers le trou occipital et le trou déchiré postérieur. Extension postérieure avec comblement de la citerne prépontique, compression du tronc cérébral et du tronc basilaire et parfois hydrocéphalie. Extension antérieure peut se faire dans le corps du sphénoïde, dans la selle turcique et dans le nasopharynx. Latéralement les sinus caverneux peuvent être envahis et la lésion peut atteindre les apex pétreux et les angles ponto-cérébelleux.

94 43 ans. Admis pour pancréatite aigue compliquant une hypercalcémie. Découverte de multiple lésions ostéolytiques diffuses de la voûte et du squelette axial. À l étage cérébral mise en évidence d une lésion tissulaire centrée sur le clivus ostéolytique. Localisation myélomateuse clivale.

95 12ans. Suivi pour sarcome d Ewing costal, admis pour HTIC. Processus tumoral centré sur le clivus latéralisé à droite, en hyposignal T1 et hypersignal T2 tissulaire hétérogène, contenant quelques zones liquéfiées, rehaussé de façon hétérogène. Ce processus saille dans la citerne prépontique refoulant ainsi tronc basilaire et pons. Métastase clivale d un sarcome d Ewing.

96 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE POSTÉRIEUR Tumeurs de la pointe du rocher Granulome à cholestérine. Kyste épidermoide ou choléstéatome osseux. Autres: neurinome du V, méningiome.

97 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE POSTÉRIEUR Tumeurs de la pointe du rocher Granulome à cholestérine Granulome à cholestérine Granulomes inflammatoires d évolution extrêmement lente, hémorragies récidivantes et formation de cristaux de cholestérol. Hypersignal en T1 et en T2, Zones de bas signal correspondant à des zones riches en hémosidérine. Pas de rehaussement après injection de Gadolinium. Ces lésions érodent de façon extrêmement lente le tissu osseux et peuvent atteindre les structures voisines : clivus, angle ponto-cérébelleux, cavum de Meckel, sinus caverneux.

98 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE POSTÉRIEUR Tumeurs de la pointe du rocher Kyste épidermoide ou cholestéatome osseux Inclusion dans l os d éléments d origine épidermique. TDM le kyste apparaît comme une lésion soufflante de l apex pétreux, érodant l os. IRM, le signal est variable, fonction de la composition de la lésion. Plus le contenu est graisseux, plus le signal est élevé en T1. En T2, le signal est habituellement. Pas de rehaussement.

99 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE POSTÉRIEUR 40 ans, hypoesthésie de l hémiface gauche. Lésion tissulaire allongée depuis le pons vers le cavum de Meckel gauche rehaussée de façon importante suggérant le diagnostic d un Neurinome du V.

100 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE POSTÉRIEUR Tumeurs du trou occipital Les méningiomes, Les neurinomes, Les métastases.

101 Processus tumoral développé en bissac par rapport au foramen jugulaire gauche, de signal intermédiaire en T 1 et T 2, et se rehausse nettement par le PC. Il est hétérogène parcouru de fines structures vasculaires vides de signal, traduisant des vaisseaux à haut débit. Il est responsable d un élargissement du foramen jugulaire et envahit le rocher, envahit l APC gauche. Il engaine les vaisseaux jugulo-carotidiens : la carotide reste perméable, ne présente pas de flux ainsi que le sinus latéral gauche. Il présente une composante extra-crânienne, dans la fosse infra-temporale. Paragangliome du foramen jugulaire gauche.

102 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE POSTÉRIEUR Paragangliome Les paragangliomes ou chémodéctomes ou encore tumeurs glomiques sont des tumeurs rares, le plus souvent bénignes développées à partir du tissu para-ganglionnaire dérivé de la crête neurale et est composé d amas de cellules neuroendocrines dispersées dans l organisme le long des axes vasculaires et nerveux Ces tumeurs siègent par ordre de fréquence décroissant: au niveau de la bifurcation carotidienne, Du ganglion du nerf vague (glomus vagal), Des terminaisons nerveuses de l oreille moyenne (glomus tympanique), Au contact de la veine jugulaire (glomus jugulaire). D autres localisations sont possibles rarissimes : rétropéritoine, région paraaortique, vessie, crâne, larynx. Pic de fréquence: entre 30 et 60 ans. Pas de prédominance de sexe. Les formes multiples se voient dans environ 4% des cas. Un caractère familial est retrouvé dans 10% des cas.

103 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE POSTÉRIEUR Paragangliome Intérêt de l imagerie: caractère hypervasculaire de la lésion; diagnostic positif +++; Échographie: TDM: Bilan anatomique préthérapeutique. Réalisée de façon systématique devant toute masse cervicale, Une masse polycyclique globalement hypoéchogène hétérogène écartant la bifurcation carotidienne (localisation au niveau du glomus carotidien). Diagnostic différentiel entre toute masse non hypervasculaire. Préciser l extension locorégionale, Le champ exploré doit être depuis la base du crâne jusqu à l orifice supérieur du thorax. Masse tissulaire homogène à contours nets, Prise de contraste rapide et intense, Prise de contraste fugace: lavage tardif.

104 PRINCIPALES TBC: ÉTAGE POSTÉRIEUR Paragangliome IRM: Acquisitions multiplanaires, Évaluation précise de l extension locorégionale, Signal intermédiaire en T1 et en T2, Aspect hétérogène avec des zones hyperintenses traduisant une nécrose ou une hémorragie intratumorale, Aspect en «poivre et sel» traduisant des structures serpigineuses linéaires hypo intenses d allure vasculaire. Prise de contraste importante après injection de chélates de gadolinium, Angio-IRM: bonne étude des rapports avec les structures vasculaires. Artériographie: Pas dans un but diagnostique, Embolisation préchirurgicale afin de diminuer le risque de saignement opératoire.

105

106 LÉSIONS PSEUDO-TUMORALES α Paget; α Histiocytose; α Dysplasie fibreuse; α Lésion vasculaire; α Lésion infectieuse ou inflammatoire pseudotumorale.

107 70 ans. TDM pratiquée à l occasion d un traumatisme crânien. Aspect épaissi de la voûte et de la base du crâne ayant un aspect floconneux siège de plages ostéocondensantes avec désorganisation architecturale de la trame osseuse normale. Maladie de Paget osseuse.

108 LÉSIONS PSEUDO-TUMORALES Maladie de Paget La maladie osseuse de Paget est une ostéopathie focalisée, caractérisée par un dysfonctionnement des ostéoclastes donnant lieu à une augmentation de la résorption osseuse, puis secondairement de la formation osseuse. Ce remaniement excessif et anarchique du tissu osseux retentit sur la structure et la morphologie des pièces osseuses touchées qui se déforment et se fragilisent. Circonstances cliniques du diagnostic: Douleurs osseuses et/ou articulaires, céphalées pulsatiles, Déformation et/ou hypertrophie d un os périphérique Fissure ou fracture sur os pagétique (rare), Complication neurosensorielle : compression radiculaire ou médullaire, Surdité. Transformation sarcomateuse (rare). Diagnostic biologique Taux de phosphatases alcalines: marqueur très utile au diagnostic et au suivi de l affection, Témoin de l augmentation d activité des ostéoblastes et du niveau d activité de la maladie.

109 LÉSIONS PSEUDO-TUMORALES Diagnostic radiologique: Os épaissi, allongé, présentant une trame fibrillaire, anarchique, faite de travées grossières et des plages d ostéolyse alternant avec des îlots de condensation. Dédifférenciation corticomédullaire: les corticales épaisses sont aussi plus poreuses et difficiles à différencier de l os trabéculaire. 3 phases se succèdent : Maladie de Paget une phase d ostéolyse: plage de déminéralisation sur le crâne ou un front de résorption primaire sur les os longs, Une phase mixte: la plus fréquente, associant ostéolyse et foyers de condensation, avec un aspect «ouaté» évocateur, une phase de sclérose: où prédomine la condensation osseuse.

110 40 ans. TDM pratiquée à l occasion de céphalées isolées. Aspect épaissi en verre dépoli du massif pétreux et de la partie droite de l os occipital. Dysplasie fibreuse pétreuse et occipitale droite.

111 LÉSIONS PSEUDO-TUMORALES Dysplasie fibreuse La DF est un trouble du développement d étiologie inconnue, caractérisé par la prolifération intra-osseuse de tissu fibreux avec des degrés variables de métaplasie. Pas de prédominance de sexe; Sujet jeune (extrêmes de 4 mois et 70 ans). Deux variétés de DF: Forme à localisation unique (80% des cas): atteinte cranio-faciale +++; Forme à localisation multiples associée parfois à diverses endocrinopathies. Évolution insidieuse: dysmorphie faciale; Compression nerveuses +++, sténoses des canaux et orifices de la base du crâne +++. Formes de la DF crânienne: Forme condensante (ou compacte): densification avec épaississement de l os; Forme kystique: lacunes hypodenses soufflantes; Forme mixte: association des deux avec prédominance de la condensation.

112 17 mois, épistaxis unilatérale, tâches cutanées. Radiographie du crâne de profil montrant un important élargissement de la selle turcique, avec lyse osseuse du toit des orbites, du massif ethmoïdal et du dorsum sellea. TDM cérébrale: Processus tissulaire de l étage antérieur de la base du crâne spontanément hyperdense, rehaussé de façon modérée lysant les toits des orbites, le massif ethmoïdal postérieur et l os sphénoïdal. Histiocytose langerhansienne.

113 Définition: Histiocytose L histiocytose langerhansienne anciennement nommée histiocytose X est une maladie rare caractérisée par l accumulation d un processus granulomateux idiopathique, localisé ou systémique, composé d un contingent histiocytaire particulier : la cellule de Langerhans. Presque tous les organes peuvent être affectés. Traditionnellement trois sous-types ont été distingués : LÉSIONS PSEUDO-TUMORALES HL focale, HL multifocale, HL disséminée. La localisation du crâne est fréquente. Au niveau de la voûte, la lésion se manifeste par l apparition d une tuméfaction rénitente ou molle. La palpation peut retrouver une dépression osseuse sous-jacente. Au niveau temporal, on retrouve cliniquement des otites récidivantes.

114 Radiographie standard: L aspect radiologique est très variable; Apparence manifestement bénigne jusqu à une lésion agressive; TDM: La tomodensitométrie confirme la présence d une lésion ostéolytique, hétérogène prenant le contraste. Elle permet d analyser la réaction corticopériostée et de l extension de la lésion, en particulier au niveau de la base du crâne. IRM: LÉSIONS PSEUDO-TUMORALES Histiocytose Permet d apprécier l expansion tridimensionnelle de l atteinte dans la moelle et dans les parties molles adjacentes à l os. L IRM peut montrer des lésions non visibles à la radiographie standard.

115 LÉSIONS PSEUDO-TUMORALES Autres lésions pouvant donner le change avec de véritables tumeurs de la base du crâne en prenant un aspect pseudotumoral: Lésion vasculaire: Anévrysme géant partiellement thrombosé. Identifier la portion circulante +++, ARM +++; Si le doute persiste: angiographie. Processus infectieux ou inflammatoire pseudotumoral (ostéite chroniques). Vascularite: Granulomatose de Wegener.

116 45 ans. Angio-RM encéphalique montrant un anévrisme géant localisé au niveau de la carotide interne gauche intra caverneuse fortement rehaussé.

117 80 ans. paralysie oculo-motrice et faciale gauches. Infiltration rétropharyngée rehaussée (ronds), mal circonscrite, associée à une érosion du clivus avec rehaussement de la spongieuse osseuse (astérisques) et diffusion transclivale endocrânienne et rehaussement méningé de la face postérieure du rocher et rétroclival (têtes de flèches). Ostéite du clivus. Abcès rétro-pharyngé + épidurite C1-C2.

118 67 ans, diabètique. Otite moyenne chronique gauche. Comblement totale des cavités de l oreille moyenne gauche avec lyse de la paroi postérieure du massif pétreux gauche et du clivus, avec aspect mité de ce dernier. Ostéite clivale avec pétrosite gauche.

119 SUIVI POST-OPÉRATOIRE Appréciation des résultats thérapeutique: qualité de la résection en cas d intervention chirurgicale. Le suivi postopératoire est réalisé au mieux : l IRM avec injection de Gadolinium. L interprétation doit être prudente : Certains matériaux de comblement de la cavité chirurgicale peuvent avoir un hypersignal T1. Cet aspect ne doit pas être confondu avec un hématome au sein de la cavité opératoire. Une prise de contraste méningée est fréquente et non pathologique au décours d une intervention chirurgicale avec ouverture de la méninge. La constatation de prise de contraste au sein du foyer post-opératoire précocement après l intervention, ne doit pas être interprétée comme la présence d un reliquat ou d une récidive tumorale, mais doit conduire à la pratique d examens de contrôle à distance.

120 Malgré cette panoplie histologique des tumeurs de la base du crâne, le diagnostic de nature peut être raisonnablement avancé grâce à l imagerie sur des critères topographiques et morphologiques.

Cancers des sinus et des fosses nasales

Cancers des sinus et des fosses nasales Chapitre 8 Cancers des sinus et des fosses nasales Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Les cancers des sinus de la face représentent

Plus en détail

Tumeurs de la base du crâne. Emmanuelle Uro-Coste CHU Rangueil, Toulouse

Tumeurs de la base du crâne. Emmanuelle Uro-Coste CHU Rangueil, Toulouse Tumeurs de la base du crâne Emmanuelle Uro-Coste CHU Rangueil, Toulouse La nuisance des voisins du dessus malfaçons du gros oeuvre 1 Dysgénèse Encephalomeningocele Gliome nasal (très mauvais terme) masse

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

DIAGNOSTIC RADIOLOGIQUE DES BRECHES OSTEODURALES PRIMAIRES

DIAGNOSTIC RADIOLOGIQUE DES BRECHES OSTEODURALES PRIMAIRES DIAGNOSTIC RADIOLOGIQUE DES BRECHES OSTEODURALES PRIMAIRES I. ELHAJJEM*, E. MENIF*, E. BEN YOUSSEF *, H. MIZOUNI *, O. AZAIZ*, M. BEN MASSOUD*, I. TURKI*, S. SAHTOUT**, GH. BESBES** * Service d Imagerie

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES TUMEURS MALIGNES NASOSINUSIENNES. H. ELUECQUE, ACC, Service d ORL et CCF, CHU de Nancy

PRISE EN CHARGE DES TUMEURS MALIGNES NASOSINUSIENNES. H. ELUECQUE, ACC, Service d ORL et CCF, CHU de Nancy PRISE EN CHARGE DES TUMEURS MALIGNES NASOSINUSIENNES H. ELUECQUE, ACC, Service d ORL et CCF, CHU de Nancy GENERALITES Endoscopie et Imagerie double (IRM et TDM) = éléments clés du diagnostic Chirurgie

Plus en détail

NEZ, FOSSES NASALES ET SINUS PARANASAUX

NEZ, FOSSES NASALES ET SINUS PARANASAUX NEZ, FOSSES NASALES ET SINUS PARANASAUX Anatomie de la pyramide nasale Types morphologique du nez I/- INTRODUCTION : Les fosses nasales ou nez représentent le segment initial des voies respiratoires. Il

Plus en détail

SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009

SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009 SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009 Cancers professionnels des cavités nasales et sinusiennes Dr Dominique Tripodi Centre Hospitalier Universitaire de Nantes Place Alexis Ricordeau - 44093 Nantes Cedex

Plus en détail

Tumeurs osseuses en radiographie standard

Tumeurs osseuses en radiographie standard Tumeurs osseuses en radiographie standard Ernestho-ghoud IM, Rakotonirainy OH USFR RHUMATOLOGIE «Après-midi Rhumato», juillet 2014 Objectif Faire la différence entre une tumeur osseuse maligne et une tumeur

Plus en détail

LES VARIANTES ANATOMIQUES DES SINUS DE LA FACE

LES VARIANTES ANATOMIQUES DES SINUS DE LA FACE LES VARIANTES ANATOMIQUES DES SINUS DE LA FACE F BEN AMARA*, NTOUMI*, ASALEM*, NBOUGHANMI*, HRAJHI*, R HAMZA*, N MNIF* M MARRAKCHI**, H HAJRI**, M FERJAOUI** *: Service d Imagerie Médicale Hôpital Charles

Plus en détail

Les tumeurs osseuses chez l enfant.

Les tumeurs osseuses chez l enfant. Les tumeurs osseuses chez l enfant. I. Introduction Une tumeur est caractérisée par une prolifération anormale d une lignée cellulaire pathologique. Les tumeurs osseuses primitives sont séparées en deux

Plus en détail

Docteur Olivier PALOMBI

Docteur Olivier PALOMBI Anatomie de la tête osseuse Chapitre 10 : La tête osseuse Docteur Olivier PALOMBI P1 Médecine Multimédia - Année 2006/2007 Faculté de Médecine de Grenoble - Tous droits réservés. Tête osseuse = squelette

Plus en détail

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales A propos de 35cas L.Derouich, N.El Benna, N.Moussali, A.Gharbi, A.Abdelouafi Service de Radiologie Hôpital 20 Aout CHU Ibn Roch Casablanca Maroc plan

Plus en détail

Symptômes cliniques frustes. Évolution lente et insidieuse. Abcès ossifluant ou froid évocateur quand il existe. Selon la localisation: Ostéomyélite

Symptômes cliniques frustes. Évolution lente et insidieuse. Abcès ossifluant ou froid évocateur quand il existe. Selon la localisation: Ostéomyélite LA TUBERCULOSE OSTEO- ARTICULAIRE EXTRARACHIDIENNE: ASPECT EN IMAGERIE S. Semlali, L. Benaissa, A. El Kharras, A. Darbi, A.Hanine, S. Chaouir, M. Mahi, S. Akjouj Objectifs Savoir suspecter une atteinte

Plus en détail

IMAGERIE DES TUMEURS OSSEUSES MALIGNES (TOM) Dr Géraud AKPO Ancien Interne des Hôpitaux Radiologie

IMAGERIE DES TUMEURS OSSEUSES MALIGNES (TOM) Dr Géraud AKPO Ancien Interne des Hôpitaux Radiologie IMAGERIE DES TUMEURS OSSEUSES MALIGNES (TOM) Dr Géraud AKPO Ancien Interne des Hôpitaux Radiologie OBJECTIFS Décrire les criteres de sémiologie elementaire des TOM Citer les différentes techniques d imagerie

Plus en détail

Chapitre 20 : La base du crâne. Docteur Olivier PALOMBI

Chapitre 20 : La base du crâne. Docteur Olivier PALOMBI UEMSfO - Anatomie de la tête osseuse Chapitre 20 : La base du crâne Docteur Olivier PALOMBI Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. F P Sinus frontal

Plus en détail

Imagerie des pathologies des sinus et des fosses nasales de l enfant

Imagerie des pathologies des sinus et des fosses nasales de l enfant Imagerie des pathologies des sinus et des fosses nasales de l enfant H. Opsomer, D. Elia, H. Ducou Le Pointe, J.Ph. Montagne Hôpital d Enfants Armand-Trousseau Paris Les sinus sont des cavités aériennes

Plus en détail

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant Sites métastatiques m inhabituels chez l'enfant S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de redio-pédiatrie, diatrie, hôpital d enfants, CHU IBN SINA, RABAT, MAROC Introduction Les cancers de l enfant l sont des

Plus en détail

Rhinologie. Dr. MELINTE Sce.. ORL Pr. SIMON NANCY

Rhinologie. Dr. MELINTE Sce.. ORL Pr. SIMON NANCY Rhinologie Dr. MELINTE Sce.. ORL Pr. SIMON NANCY APPAREIL NASAL : pyramide nasale + fosses nasales! Pyramide nasale: Squelette osteocartilagineux os propres du nez, cartilages triangulaires et alaires)!

Plus en détail

"Le nez bouché" Quelle imagerie et pourquoi? Dr Pierre Lindas Sce ORL et CCF Hôpital Ste Blandine

Le nez bouché Quelle imagerie et pourquoi? Dr Pierre Lindas Sce ORL et CCF Hôpital Ste Blandine "Le nez bouché" Quelle imagerie et pourquoi? Dr Pierre Lindas Sce ORL et CCF Hôpital Ste Blandine Radio anatomie Normale Les sinus frontaux : à partir de 4 ans Taille adulte vers 16-20 ans Agénésie ou

Plus en détail

TUMEURS DES OS PRIMITIVES ET SECONDAIRES

TUMEURS DES OS PRIMITIVES ET SECONDAIRES TUMEURS DES OS PRIMITIVES ET SECONDAIRES Question Dr Charles- Henri FLOUZAT- LACHANIETTE Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique Hôpital Henri Mondor APHP - Créteil 1. TUMEURS OSSEUSES PRIMITIVES

Plus en détail

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Hôpitaux Universitaires Paris Centre Traumatisme Deformités de la paroi thoracique antérieure 1. Pectus excavatum

Plus en détail

Radio-Anatomie de la sphère ORL

Radio-Anatomie de la sphère ORL Radio-Anatomie de la sphère ORL J A C Q U E S F O U R Q U E T I N T E R N E E N R A D I O T H E R A P I E T U T E U R : D R C A L L O N N E C D E S C A R C I N O L O G I E C E R V I C O - F A C I A L E

Plus en détail

KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE. Service de Radiologie de l hôpital l Tunis. Tunisie

KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE. Service de Radiologie de l hôpital l Tunis. Tunisie KYSTE HYDATIQUE ABDOMINAL EXTRA-HEPATIQUE : APPORT DE L IMAGERIE Service de Radiologie de l hôpital l Habib Thameur, Tunis. Tunisie INTRODUCTION Les kystes hydatiques abdominaux extrahépatiques: : rares

Plus en détail

NEUROFIBROMATOSE INTERET DE LA TDM ET DE L IRM

NEUROFIBROMATOSE INTERET DE LA TDM ET DE L IRM NEUROFIBROMATOSE INTERET DE LA TDM ET DE L IRM C.Hafsa, A.Zrig, S.Jerbi Omezzine, S.Kriaa, M.Zbidi, M.Golli, R.Brahem, M.Said, A.Gannouni. SERVICE D IMAGERIE MEDICALE CHU FATTOUMA BOURGUIBA MONASTIR-TUNISIE

Plus en détail

Apport de l IRM dans la

Apport de l IRM dans la Apport de l IRM dans la caractérisation tissulaire préopératoire des tumeurs rectales Y MORMECHE, S SEHILI, J MORMECHE, CH CHAMMEKHI, S KHELIFI, A BACCAR, MH DAGHFOUS, A CHERIF TUNIS - TUNISIE PLAN Introduction

Plus en détail

Journées DESC-SCVO 6 et 7 juin 2011 C. AUDOUY, BREST

Journées DESC-SCVO 6 et 7 juin 2011 C. AUDOUY, BREST Journées DESC-SCVO 6 et 7 juin 2011 C. AUDOUY, BREST Tumeurs rares. Classifications diverses: histologie, microscopie, macroscopie, immunohistochimie, radiologie. Tumeurs et lésions kystiques. 1/ Kystes

Plus en détail

IMAGERIE DES PAPILLOMES SINUSIENS. Confrontation radio-chirurgicale.

IMAGERIE DES PAPILLOMES SINUSIENS. Confrontation radio-chirurgicale. IMAGERIE DES PAPILLOMES INVERSÉS NASO-SINUSIENS SINUSIENS. Confrontation radio-chirurgicale. À propos de 10 cas B Miled,, K Nouira, S Baccar,, S Kharrat,, E Menif,, S Sahtout, M Ben Massaoud,, I Turki,,

Plus en détail

Tumeurs osseuses du bassin

Tumeurs osseuses du bassin Tumeurs osseuses du bassin CAFCIM 2012 La hanche et son environnement Eric Pelé (1), Poussange N (2), Moinard M (1), Huot P (1), Silvestre A (1), Moreau Durieux MH (1), Pesquer L (1), Meyer P (1), Hauger

Plus en détail

IRM du Cancer du Rectum

IRM du Cancer du Rectum IRM du Cancer du Rectum quels CHOIX TECHNIQUES pour quels OBJECTIFS THERAPEUTIQUES? Frank Boudghène, T. Andre, A. Stivalet, I. Frey, L. Paslaru, V. Ganthier, M. Tassart Hopital Tenon - Université Paris

Plus en détail

Radiothérapie conformationnelle des

Radiothérapie conformationnelle des Radiothérapie conformationnelle des cancer des sinus de la face épidémiologie 3-5 % des cancers des voies aérodigestives supérieures < 1% des cancers 1,2 Cavité nasale, sinus maxillaire, éthmoide, (sphénoide

Plus en détail

L es fistules artérioveineuses durales (FAVD) ou fistules. Les fistules artérioveineuses durales intracrâniennes

L es fistules artérioveineuses durales (FAVD) ou fistules. Les fistules artérioveineuses durales intracrâniennes Les fistules artérioveineuses durales intracrâniennes Intracranial dural arteriovenous fistulas E. Houdart* P O I N T S F O R T S P O I N T S F O R T S Communications artérioveineuses siégeant dans l épaisseur

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

Le cliché thoracique

Le cliché thoracique Le cliché thoracique Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Nomenclature radiologique... 1 2 Le cliché thoracique de face... 2 2. 1 Qualité du cliché... 1 2. 2

Plus en détail

TUMEURS DU BAS APPAREIL URINAIRE

TUMEURS DU BAS APPAREIL URINAIRE 1 Plan de cours I - TUMEURS PRIMITIVES DE LA VESSIE c1 - Tumeurs papillaires non infiltrantes c2 - Tumeurs papillaires infiltrantes c3 - Carcinome in-situ en muqueuse plane D - Pronostic : II - TUMEURS

Plus en détail

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY A quoi sert l imagerie conventionnelle dans le diagnostic

Plus en détail

OSSIFICATION DU LIGAMENT VERTEBRAL COMMUN POSTERIEUR ET DU LIGT JAUNE: MYELOPATHIE CERVICALE SUBAIGUE

OSSIFICATION DU LIGAMENT VERTEBRAL COMMUN POSTERIEUR ET DU LIGT JAUNE: MYELOPATHIE CERVICALE SUBAIGUE OSSIFICATION DU LIGAMENT VERTEBRAL COMMUN POSTERIEUR ET DU LIGT JAUNE: MYELOPATHIE CERVICALE SUBAIGUE Jurgita Bruzaite,, Monique Boukobza,, Guillaume Lot* Services de Neuroradiologie et de Neurochirurgie

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

Circonstances de découverte d d une tumeur osseuse

Circonstances de découverte d d une tumeur osseuse DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de Septembre 2010 - PARIS Circonstances de découverte d d une tumeur osseuse F CHOTEL Stanislas, 6 ans Enfant unique, très s actif Famille monoparentale Depuis 60

Plus en détail

Cas clinique ORL n 2

Cas clinique ORL n 2 Cas clinique ORL n 2 Mme B. âgée de 37 ans consulte pour de violentes douleurs de la région sous orbitaire droite majorées lorsqu elle penche la tête en avant. Ces douleurs durent depuis 12 heures environ

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS DES VOIES AERODIGESTIVES SUPERIEURES REGION PICARDIE JUIN 2008

RECOMMANDATIONS POUR LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS DES VOIES AERODIGESTIVES SUPERIEURES REGION PICARDIE JUIN 2008 RECOMMANDATIONS POUR LA PRISE EN CHARGE DES CANCERS DES VOIES AERODIGESTIVES SUPERIEURES REGION PICARDIE JUIN 2008 COMITE DE REDACTION ET DE LECTURE Pr Claude KRZISCH, Pr Vladimir STRUNSKI Dr Benoît BATTEUR,

Plus en détail

LES TUMEURS DES NERFS PERIPHERIQUES

LES TUMEURS DES NERFS PERIPHERIQUES LES TUMEURS DES NERFS PERIPHERIQUES Les tumeurs des nerfs périphériques (TNP) sont des lésions rares. : elles représentent entre 0,001 et 0,02% des pièces anatomiques. Il s agit le plus souvent de tumeurs

Plus en détail

Concours d Internat et de Résidanat

Concours d Internat et de Résidanat Concours d Internat et de Résidanat Ce programme a pour but d aider à la préparation des concours d internat et de résidanat. Il ne constitue en aucun cas un répertoire de «questions d examen» mais une

Plus en détail

.( /.*!0) %1 2"+ %#(3004) 05' 203 .(.*0"+ ) '!2"+ %#(30+ 0!"%) 4!%2) 3 .( @.*" '!%2"+ %#(30! &' 4!!% .+.*0%!!'!(!%2"+ 16 3047!

.( /.*!0) %1 2+ %#(3004) 05' 203 .(.*0+ ) '!2+ %#(30+ 0!%) 4!%2) 3 .( @.* '!%2+ %#(30! &' 4!!% .+.*0%!!'!(!%2+ 16 3047! !"#! $ %#&' (!"#$!% & % ' (!%' ) )''! *)+* *! %#"+, ' ( ', -) " *.( /.*!0) %1 2"+ %#(3004) 05' 203.(.*0"+ ) '!2"+ %#(30+ 0!"%) 4!%2) 3.( -.* %)!(2"+ %#(30! &' 4!!%.+.*0%!!'!(!%2"+ 16 3047!%(%' 0.(89.*

Plus en détail

1-Le frontal PLAN. 2-L occipital. 3-Le sphénoïde 10/02/2014 ANATOMIE TETE ANESTHESIE EN ORL LES ACTES CHIRURGICAUX

1-Le frontal PLAN. 2-L occipital. 3-Le sphénoïde 10/02/2014 ANATOMIE TETE ANESTHESIE EN ORL LES ACTES CHIRURGICAUX 1-Le frontal Dr F. Philip 02/2014 ANATOMIE TETE Crâne osseux PLAN 4 MEDIANTS-2 LATERAUX PAIRES -LES 14 OS DE LA FACE Face Anatomie Innervation (V VII) COU GLANDES Thyroïde -parathyroïdes Glandes salivaires

Plus en détail

Item 154 : Tumeurs des os primitives et secondaires

Item 154 : Tumeurs des os primitives et secondaires Item 154 : Tumeurs des os primitives et secondaires COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Circonstances

Plus en détail

LES TUMEURS OSSEUSES. Sommaire. 1 Résumé. février 2004 Institut Gustave-Roussy. Dr Anne d Andon Pr Gilles Vassal Dr Odile Oberlin Dr Olivier Hartmann

LES TUMEURS OSSEUSES. Sommaire. 1 Résumé. février 2004 Institut Gustave-Roussy. Dr Anne d Andon Pr Gilles Vassal Dr Odile Oberlin Dr Olivier Hartmann 39 rue Camille Desmoulins 94805 VILLEJUIF CEDEX Tel : 0 42 42 Site Internet : www.igr.fr Contact : info@igr.fr février 2004 Institut Gustave-Roussy LES TUMEURS OSSEUSES Dr Anne d Andon Pr Gilles Vassal

Plus en détail

Pseudotumor cerebri. Anatomie Le cerveau et la moelle épinière baignent dans un liquide clair, appelé le liquide céphalo-rachidien (LCR).

Pseudotumor cerebri. Anatomie Le cerveau et la moelle épinière baignent dans un liquide clair, appelé le liquide céphalo-rachidien (LCR). Hypertension intracrânienne idiopathique Pseudotumor cerebri Votre médecin pense que vous pouvez souffrir d hypertension intracrânienne idiopathique connue aussi sous le nom de «pseudotumeur cérébrale».

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

Diagnostic des tuméfactions et des masses cervicales et salivaires

Diagnostic des tuméfactions et des masses cervicales et salivaires Diagnostic des tuméfactions et des masses cervicales et salivaires Diagnostics nombreux +++ Nécessité d un examen ORL complet à la recherche d une porte d entée ORL Chirurgien ORL et cervicofacial Examen

Plus en détail

APPAREIL RESPIRATOIRE. Département d anatomie Faculté de Médecine René Descartes Université Paris 5

APPAREIL RESPIRATOIRE. Département d anatomie Faculté de Médecine René Descartes Université Paris 5 Vie végétativev APPAREIL RESPIRATOIRE Département d anatomie Faculté de Médecine René Descartes Université Paris 5 APPAREIL RESPIRATOIRE Voies de conduction aérienne: supérieures : Fosses nasales - Olfaction

Plus en détail

Lecture critique de l OPT. Hervé Moizan Odontologiste des Hôpitaux-Praticien Hospitalier herve.moizan@chu-rouen.fr

Lecture critique de l OPT. Hervé Moizan Odontologiste des Hôpitaux-Praticien Hospitalier herve.moizan@chu-rouen.fr Lecture critique de l OPT Hervé Moizan Odontologiste des Hôpitaux-Praticien Hospitalier herve.moizan@chu-rouen.fr 1 «Le chant des sirènes» L image ne saurait remplacer la démarche clinique, essence même

Plus en détail

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS

Céphalées vues aux Urgences. Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Céphalées vues aux Urgences Dominique VALADE Centre d Urgence des Céphalées Hôpital Lariboisière PARIS Deux Objectifs aux Urgences Identifier les céphalées à risque vital Optimiser le traitement des céphalées

Plus en détail

Cancer des os Comprendre le diagnostic

Cancer des os Comprendre le diagnostic Cancer des os Comprendre le diagnostic Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 cancer.ca Cancer des os Comprendre le diagnostic Vous venez d apprendre que vous avez un cancer Une telle nouvelle peut

Plus en détail

Maladies et Grands Syndromes : Angiomes (223) Professeur Guy Magalon Juin 2005

Maladies et Grands Syndromes : Angiomes (223) Professeur Guy Magalon Juin 2005 Maladies et Grands Syndromes : Angiomes (223) Professeur Guy Magalon Juin 2005 1. Définition Les angiomes sont des tumeurs très fréquentes. La définition de TOURAINE rend parfaitement compte de la complexité

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Conduite à tenir devant une obstruction nasale de l enfant. MARRO Magali Service ORL CHU Bordeaux

Conduite à tenir devant une obstruction nasale de l enfant. MARRO Magali Service ORL CHU Bordeaux Conduite à tenir devant une obstruction nasale de l enfant MARRO Magali Service ORL CHU Bordeaux Les étiologies en néonatalogie Dysgénésies Atrésie des choanes Sténoses des orifices piriformes Agénésie

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

Sémiologie Rhinologique Pr Ludovic de Gabory

Sémiologie Rhinologique Pr Ludovic de Gabory A. Les symptômes Sémiologie Rhinologique Pr Ludovic de Gabory L interrogatoire en Rhinologie est essentiel car il existe non seulement de très nombreux symptômes rhinologiques mais aussi parce que la plupart

Plus en détail

Os maxillaire : morphologie et sinus maxillaire

Os maxillaire : morphologie et sinus maxillaire Chapitre Os maxillaire : morphologie et sinus maxillaire J.-F. Gaudy, T. Gorce PLAN DU CHAPITRE Situation-rapports Morphologie générale Sinus maxillaire 7 00009.INDD 9//0 0::9 AM I. Maxillaire L 'os maxillaire

Plus en détail

Cancers de l hypopharynx

Cancers de l hypopharynx Cancers de l hypopharynx A- GENERALITES 1) Epidémiologie Cancer fréquent et de pronostic grave du fait de son évolution insidieuse et de son caractère lymphophile. C est quasiment toujours un carcinome

Plus en détail

PROGRAMME DU CONCOURS D ACCES AU RESIDANAT DE CHIRURGIE DENTAIRE

PROGRAMME DU CONCOURS D ACCES AU RESIDANAT DE CHIRURGIE DENTAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE D ALGER DEPARTEMENT DE 1- SPECIALITE : PROTHESE 1 Anatomie dentaire 2 Les matériaux à empreinte 3 Les traitements pré-prothetiques

Plus en détail

Infections naso-sinusiennes de l'adulte et de l'enfant

Infections naso-sinusiennes de l'adulte et de l'enfant 44 ITEM 145 (ITEM 90) Infections naso-sinusiennes de l'adulte et de l'enfant Objectifs : Connaître les différentes formes de sinusite et les explorations éventuellement nécessaires pour en étayer le diagnostic.

Plus en détail

Diagnostic d une tuméfaction parotidienne (270a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005)

Diagnostic d une tuméfaction parotidienne (270a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005) Diagnostic d une tuméfaction parotidienne (270a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005) Pré-Requis : Anatomie de la loge parotidienne Anatomie des branches du nerf facial Résumé :

Plus en détail

Item 262. Migraine et algie de la face. Objectifs pédagogiques

Item 262. Migraine et algie de la face. Objectifs pédagogiques Item 262. Migraine et algie de la face I. CLASSIFICATION DES CEPHALEES II. MIGRAINE III. ALGIES VASCULAIRES DE LA FACE IV. NEVRALGIES V. CEPHALEES ASSOCIEES A UNE DOULEUR DE LA FACE (DENTAIRE, SINUSIENNE,

Plus en détail

UE spé 12 - écurie n 1 du 25 Mars 2014

UE spé 12 - écurie n 1 du 25 Mars 2014 PACES UE spé 12 - écurie n 1 du 25 Mars 2014 Ce livret comporte 8 pages, 20 questions. Vous disposez de 30 minutes pour y répondre. Chaque question comprend entre une et cinq réponses exactes La lettre

Plus en détail

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses lent chondrosarcomes. Une des formes de cancer osseux, composé

Plus en détail

Prise en charge diagnostique anatomopathologique en pathologie ostéoarticulaire (1)

Prise en charge diagnostique anatomopathologique en pathologie ostéoarticulaire (1) Prise en charge diagnostique anatomopathologique en pathologie ostéoarticulaire (1) Pr. Michel PEOC H Delphine RAOUX Service d Anatomie et Cytologie Pathologiques CHU de Saint Etienne LES TUMEURS OSSEUSES

Plus en détail

neurogénétique Structures sensibles du crâne 11/02/10 Classification internationale des céphalées:2004

neurogénétique Structures sensibles du crâne 11/02/10 Classification internationale des céphalées:2004 11/02/10 Structures sensibles du crâne neurogénétique Cheveux Cuir chevelu Tissu sous cutané Périoste Os Dure mère Méninges molles Cerveau vaisseaux MIGRAINE:PHYSIOPATHOLOGIE MIGRAINE:PHYSIOPATHOLOGIE

Plus en détail

Dr Cyril PAGE (CHU AMIENS) & Pr Christian FONTAINE (CHU LILLE) 2010. Avertissement : il s agit d un cours complet sur l anatomie des fosses nasales.

Dr Cyril PAGE (CHU AMIENS) & Pr Christian FONTAINE (CHU LILLE) 2010. Avertissement : il s agit d un cours complet sur l anatomie des fosses nasales. 1 ANATOMIE DES CAVITES NASALES Dr Cyril PAGE (CHU AMIENS) & Pr Christian FONTAINE (CHU LILLE) 2010 Avertissement : il s agit d un cours complet sur l anatomie des fosses nasales. Il s agit d un texte original

Plus en détail

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DEFINITION La scoliose vient du grec skolios : tortueux Déformation tridimensionnelle de toute ou une partie de la colonne vertébrale (cervicale, thoracique ou lombaire) consistant

Plus en détail

Item 262 : Migraine et algie de la face

Item 262 : Migraine et algie de la face Item 262 : Migraine et algie de la face Collège Français d'orl Date de création du document 2010-2011 Table des matières * Introduction... 1 1 Classification des céphalées (International Headache Society,

Plus en détail

Les grands syndromes. Endoscopie trachéo-bronchique. Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY

Les grands syndromes. Endoscopie trachéo-bronchique. Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY Les grands syndromes Endoscopie trachéo-bronchique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY 1 Endoscopie souple avec pince et brosse (fibroscopie) 2 Endoscopie Arbre bronchique normal Bifurcation trachéobronchique

Plus en détail

Réseau d Expertise Français sur les Cancers ORL Rares. G1 - Tumeurs malignes primitives des fosses nasales et des sinus. Texte des recommandations

Réseau d Expertise Français sur les Cancers ORL Rares. G1 - Tumeurs malignes primitives des fosses nasales et des sinus. Texte des recommandations Réseau d Expertise Français sur les Cancers ORL Rares G1 - Tumeurs malignes primitives des fosses nasales et des sinus Texte des recommandations La présente Recommandation pour la Pratique Clinique a été

Plus en détail

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières Introduction... 3 1. Généralités... 3 2. Signes oculaires... 3 2

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS Céphalées 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée EPU DENAIN -14 novembre 2006 Dr Kubat-Majid14 novembre 2006 Dr KUBAT-MAJID Céphalées 1 Mise au point sur la migraine

Plus en détail

Conduite à tenir devant un nodule splénique

Conduite à tenir devant un nodule splénique Conduite à tenir devant un nodule splénique Gayet M, Calmels V, Lazure T*, Gayral F**, Vilgrain V***, Bellin MF Services de Radiologie adultes, *Anatomo-pathologie, **Chirurgie viscérale, CHU Bicêtre ***Service

Plus en détail

Bilan diagnostique et préthérapeutique du carcinome hépatocellulaire en scanner multidétecteur

Bilan diagnostique et préthérapeutique du carcinome hépatocellulaire en scanner multidétecteur Bilan diagnostique et préthérapeutique du carcinome hépatocellulaire en scanner multidétecteur SA. Faraoun, N. Debzi, N. Benidir, R. Ouldgougam, SE. Bendib Centre Pierre et Marie Curie, Alger Introduction

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT

LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT Cher Patient voici une feuille explicative en rapport avec l intervention chirurgicale dont vous allez bénéficier. Si vous avez la moindre question, n hésitez surtout

Plus en détail

Cancer des os. Ce que vous devez savoir. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca

Cancer des os. Ce que vous devez savoir. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer des os Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca CANCER DES OS Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du cancer presque tous les jours, vous

Plus en détail

Intérêt de la chirurgie endoscopique dans le traitement des esthésioneuroblastomes. Mémoire

Intérêt de la chirurgie endoscopique dans le traitement des esthésioneuroblastomes. Mémoire Intérêt de la chirurgie endoscopique dans le traitement des esthésioneuroblastomes Mémoire Présenté le 16 octobre 2012 Pour obtenir le D.E.S. d'oto-rhino-laryngologie et Chirurgie Cervico-Faciale Marion

Plus en détail

Rhino-Sinusites (90) Docteur Olivier CUISNIER Octobre 2002

Rhino-Sinusites (90) Docteur Olivier CUISNIER Octobre 2002 Rhino-Sinusites (90) Docteur Olivier CUISNIER Octobre 2002 Pré-requis Physiologie des sinus Anatomie radiologique des sinus Résumé Les infections rhino-sinusiennes aiguës constituent une pathologie très

Plus en détail

B. Mottet (1), F. Bing (2) Services d ophtalmologie (1) et de neuroradiologie (2) CHU Grenoble www.neuro.radioanatomie.com

B. Mottet (1), F. Bing (2) Services d ophtalmologie (1) et de neuroradiologie (2) CHU Grenoble www.neuro.radioanatomie.com Pathologies du sinus caverneux B. Mottet (1), F. Bing (2) Services d ophtalmologie (1) et de neuroradiologie (2) CHU Grenoble www.neuro.radioanatomie.com SOMMAIRE Anatomie Symptomatologie clinique Techniques

Plus en détail

LES COMPLICATIONS ORBITAIRES DES SINUSITES (A propos de 16 cas)

LES COMPLICATIONS ORBITAIRES DES SINUSITES (A propos de 16 cas) UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE FES UNIVERSITESIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH FES Année 2010 Thèse N 059/ 10 LES COMPLICATIONS ORBITAIRES DES SINUSITES (A propos de

Plus en détail

Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne

Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne Severe D. ; Vilcin L.D. ; Antoine J. ; Méridien E. ; BB C.N. de sexe masculin, pesant 2900 g à l admission,

Plus en détail

La radioanatomie du larynx. NEJHY W, ELBENNA N, SAOUD S, GHARBI A, ABDELOUAFI A Service de radiologie 20 Août.CHU Ibn Rochd - Casablanca.

La radioanatomie du larynx. NEJHY W, ELBENNA N, SAOUD S, GHARBI A, ABDELOUAFI A Service de radiologie 20 Août.CHU Ibn Rochd - Casablanca. La radioanatomie du larynx NEJHY W, ELBENNA N, SAOUD S, GHARBI A, ABDELOUAFI A Service de radiologie 20 Août.CHU Ibn Rochd - Casablanca. Maroc Plan I- Introduction II- Rappel anatomique du larynx 1- Limites

Plus en détail

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale.

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale. Fixe : TOR ARTHROSE, ARTHRITE I/- Généralités : Rhumatisme : maladie articulaire d étiologie multiple = - Dégénérative - Inflammatoire - Infectieuse - Métabolique Parfois limitée aux structures tendineuses

Plus en détail

Item 154 Tumeurs des os primitives et secondaires

Item 154 Tumeurs des os primitives et secondaires 20 Item 154 Tumeurs des os primitives et secondaires I. CIRCONSTANCES RÉVÉLATRICES II. BÉNIN OU MALIN? III. TUMEURS PRIMITIVES IV. TUMEURS SECONDAIRES V. TRAITEMENT DES MÉTASTASES OSSEUSES Objectifs pédagogiques

Plus en détail

LES veines du cerveau.

LES veines du cerveau. LES veines du cerveau. DR AMR ANE CHAFIKA YASMINA Cours destiné aux étudiants de deuxième année de médecine ANNEE UNIVERSITAIRE 2013-2014 I- Introduction Le drainage veineux du cerveau converge dans la

Plus en détail

Item 154 : Tumeurs maxillomandibulaires

Item 154 : Tumeurs maxillomandibulaires Item 154 : Tumeurs maxillomandibulaires Collège hospitalo-universitaire français de chirurgie maxillo-faciale et stomatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 I Aspects

Plus en détail

Concept de formation post-graduée en Radiologie

Concept de formation post-graduée en Radiologie Date de la dernière modification : juin 2012 Concept de formation post-graduée en Radiologie Le Service de radiodiagnostic et radiologie interventionnelle assure la formation des médecins assistants désirant

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie

Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie Ordonnance du DFI sur les prestations dans obligatoire des soins en cas de maladie (Ordonnance sur les prestations de des soins, OPAS) Modification du 2 décembre 2010 Le Département fédéral de l intérieur

Plus en détail

Conduite à tenir devant des Troubles de l équilibre

Conduite à tenir devant des Troubles de l équilibre Conduite à tenir devant des Troubles de l équilibre Pr. Kissani, Dr. Lohab Faculté de médecine,université Cadi Ayyad; Marrakech. Vous donner le vertige 1 Définition Le vertige est une sensation de déplacement

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE Diagnostic de l ostéoporose en rhumatologie chez les femmes ménopausées Juillet 2004 I. PROMOTEURS Société de rhumatologie de l'ouest (SRO) Société

Plus en détail

UNE RARE CAUSE DE SCIATIQUE NON DISCALE : LE SYNDROME DU MUSCLE PYRAMIDAL A PROPOS D UN D. Service de Neuroradiologie, Hôpital des Spécialit

UNE RARE CAUSE DE SCIATIQUE NON DISCALE : LE SYNDROME DU MUSCLE PYRAMIDAL A PROPOS D UN D. Service de Neuroradiologie, Hôpital des Spécialit UNE RARE CAUSE DE SCIATIQUE NON DISCALE : LE SYNDROME DU MUSCLE PYRAMIDAL A PROPOS D UN D CAS L Jroundi, M Benrami, A EL Quessar, My R EL Hassani, H Benchaaboune,, N Chakir, N Boukhrissi,, M Jiddane Service

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

NEZ ET FACE : SOINS INFIRMIERS

NEZ ET FACE : SOINS INFIRMIERS Transverse : ORL NEZ ET FACE : SOINS INFIRMIERS I/- Les traitements locaux sinusiens. Le nettoyage des fosses nasales : Il est nécessaire avant toute administration locale de médicaments (aérosol, gouttes,

Plus en détail

CANCERS DES VOIES AERODIGESTIVES SUPERIEURES : GENERALITES. Professeur Claude Beauvillain de Montreuil

CANCERS DES VOIES AERODIGESTIVES SUPERIEURES : GENERALITES. Professeur Claude Beauvillain de Montreuil DC3 - DC4 CANCERS DES VOIES AERODIGESTIVES SUPERIEURES : GENERALITES Professeur Claude Beauvillain de Montreuil On désigne sous le terme de Cancer des Voies Aérodigestives Supérieures (VADS) les cancers

Plus en détail