Chapitre I : Introduction à la Thermodynamique - Principales notions

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre I : Introduction à la Thermodynamique - Principales notions"

Transcription

1 Chapte I : Intoducton à la Theodynaque - Pncpales notons I. Intoducton généale La Theodynaque a pou but de ette en évdence des elatons qu peettent de calcule les échanges «d énege» s en eu dans chaque pocessus qu povoque une odfcaton de la atèe. Nous veons dans ce cous, que les échanges «d énege» désgnent à la fos du taval écanque, du taval électque et de la chaleu et qu une odfcaton de la atèe coespond sot à un changeent de phase (exeple de la tansfoaton de l eau lqude en vapeu d eau), sot au podut d une éacton chque (exeple de la cobuston de cetans poduts de dstllaton du pétole qu ntevent dans le fonctonneent de nobeux oteus theques). Iplcaton de la Theodynaque dans de nobeux doanes : Calcul du endeent de oteus theques (utlsaton d une éacton chque pou podue un taval écanque) pou fae toune les oues d autoobles et les hélces d avons : connaîte la quantté de cabuant nécessae pou accopl un voyage. Dans les éfgéateus, en actonnant un oteu, électqueent ou avec du gaz butane, on pavent à efod des bossons ou à conseve des alents et c est encoe une applcaton decte de la Theodynaque. Les accuulateus et les ples podusent du couant électque à pat d une éacton chque d oxydo-éducton. Gâce à la Theodynaque, l a été possble d établ des tables de données, à pat desquelles on sat calcule la foce électootce des ples qu on envsage de constue. Nous veons auss, dans ce cous, que la possblté de povoque ou d epêche, suvant note volonté, l appaton d une éacton chque, ne peut ête détenée qu en étudant le poblèe selon les éthodes que péconse la Theodynaque. En obsevant, coe on vent de le onte, les échanges «d énege» lés aux tansfoatons de la atèe, la Theodynaque est devenue, dès le début du XX sècle, la théoe qu offe les appoches les plus généales pou étude et ntepéte des phénoènes physques obsevables à note échelle. Les popétés, ses en eu à cette occason, peuvent ête esuées pa des appaels souvent sples, qu détectent des gandeus peceptbles à nos sens. Elles sont désgnées sous les tees de popétés acoscopques. Ans le volue, la tepéatue et la coposton sont des popétés acoscopques d'un obet que nous chechons à déce. La Theodynaque pésentée dans cet ouvage, s'ntéesse unqueent à ce type de phénoènes (v.s. descpton coscopque ou l étude du systèe consste à connaîte les caactéstques de chacune des patcules qu consttue ce systèe ex : la poston et la vtesse qu est généaleent abodée pa une aute dscplne : la écanque statstque) II. Langage de la Theodynaque II.1. Noton de systèe vaables état La noton de systèe est le ésultat d'un pocessus d'abstacton, qu aboutt à sole atfcelleent et à caactése un obet destné à ête exané. Défn scentfqueent un obet, consste donc à dstngue, tout d'abod, les éléents qu le consttuent, du este du onde. On constate alos, que ce pee acte opèe une patton (dvson en deux sous Cous Theoche G. Maun, 1 èe Année S1- Année

2 ensebles) de l'espace ente ce qu appatent à l'obet et ce qu lu est extéeu que l on appelle envonneent ou leu extéeu. Cette dstncton ente l'ntene et l'extene est fondaentale pusqu'elle détene les ltes qu fxent les epèes nécessaes à la descpton des phénoènes. Il s'agt alos de touve des gandeus susceptbles de ende copte du copoteent du systèe en foncton des contantes que peut exece son envonneent. Le systèe est donc caactésé pa une sée de gandeus, que nous désgnons habtuelleent sous le tee de vaables, et dont l'enseble défnt son état. Cet état peut vae au cous du teps, sous l'effet de facteus ntenes ou de contantes povoquées pa le leu extéeu. On obseve ensute les odfcatons qu se podusent, en esuant cetanes vaables qu nous paassent petnentes pou caactése l'état du systèe. II. : La noton de pao : La lte ente le systèe et le leu extéeu est foée de paos. Au cous de l étude, le systèe est susceptble d échange, avec son envonneent des quanttés de atèe, de chaleu ou de taval, qu vont tansfoe son état. Quand on coptablse ces quanttés, on les appelle des flux. Une pao est caactésée pa sa peéablté qu déct la natue des flux qu'elle lasse passe : Une pao adabatque est peéable à la chaleu : l n y aua donc pas d échange de chaleu ente le systèe et le leu extéeu. Un systèe feé est contenu dans des paos peéables à la atèe : l n y aua donc pas d échange de atèe as l échange d énege sea possble avec le leu extéeu. Un systèe qu n'est pas feé est dt ouvet : échange à la fos de atèe et d énege. Un systèe solé est contenu dans des paos peéables à tous les flux : aucun échange possble. II.3 : Conventon de sgnes Tout ce que eçot le systèe est copté postveent. Tout ce que fount le systèe est copté négatveent. II.4 : Coent déce l état d un systèe : vaables d état Quand le systèe échange avec le leu extéeu sot de la atèe, sot de l'énege, sous la foe de taval ou de chaleu, on obseve les odfcatons qu se podusent, en esuant cetanes vaables qu nous paassent petnentes pou caactése l'état du systèe. On étude donc ans, le copoteent de ce systèe en détenant une sée de vaables, désgnées pa, ou k. On dstngue deux types de vaables d état : Les vaables extensves : Elles ont une sgnfcaton quanttatve et elles sont addtves. Les plus connues et les plus couantes sont la asse, la quantté de atèe et le volue. Les vaables ntensves : Elles sont ndépendantes de la quantté de atèe sevant à la défn. On peut cte la tepéatue et la pesson coe celles les plus usuelles. Cous Theoche G. Maun, 1 èe Année S1- Année

3 II.5 : Fonctons d état II.5.1 : Défnton Une foncton d état est une gandeu dont la valeu dépend de celle de chacune des vaables d état choses pou déce le systèe. Nous veons que ces fonctons theodynaques (exeple l énege ntene) sont dans la plupat des cas, unvoques (pou une valeu de la vaable coespond une valeu et une seule de la foncton) et contnues et dfféentables. II.5. : Popétés Les dfféentelles des fonctons d état sont des dfféentelles totales exactes. S on consdèe une foncton d état Z(x 1, x, x 3,.x n ) la dfféentelle totale s éca : Z Z Z Z dz dx 1 dx dx = + + Λ + + Λ + dx n x 1 x x x n où Z coespond à la dévée patelle de Z pa appot à x1 les autes vaables (x..x n ) x 1 étant constantes. Les conséquences de cette égalté sont les suvantes : Losque l état d un systèe est odfé, la vaaton d une foncton d état qu le caactése, dépend unqueent de l état ntal et de l état fnal de ce systèe et ne dépend en aucun cas du chen suv. Toute tansfoaton cyclque s accopagne d une vaaton nulle de la foncton d état. III. Rappel su l équaton d état d un flude III.1. Défnton On appelle équaton d état d un flude l équaton elant la pesson p, le volue V et la tepéatue T de ce flude. III.1. Gaz pafats Le gaz pafat n exste pas. Il s agt d un odèle théoque déal qu suppose notaent que les olécules sont sans nteactons les unes avec les autes. L équaton d état du gaz pafat s expe de la façon suvante : pv = n R T où n est la quantté de atèe expée en ol, R la constante unveselle des gaz pafats qu vaut J.K -1 ol -1, V le volue expé en ète cubes ( 3 ) et T la tepéatue en Kelvn (K). Reaque : Dans le cas d un élange de gaz supposés pafats, nous pouvons applque la lo des gaz pafats où V coespond au volue total et n est le nobe total de gaz. On peut consdée que la pesson totale sous laquelle se touve le élange est la soe des contbutons dues à chacun des consttuants appelées pesson patelles. La pesson totale p est la soe des pessons patelles p de tous les consttuants. Cous Theoche G. Maun, 1 èe Année S1- Année

4 p = p On peut alos donne une défnton de la pesson patelle d un gaz : La pesson patelle d un gaz dans un élange peut ête défne coe la pesson qu exsteat s ce gaz occupat seul le êe volue que le élange. Il est alos possble d expe spleent la pesson patelle d un gaz p : n p = p = x p n t où n est la quantté de atèe du gaz, n t celle de gaz total et x est la facton olae du gaz dans le élange. III.. Gaz éels Dans les systèes où l appoxaton des gaz pafats ne peut pas ête applquée (cas pa exeple où on consdèe des doanes de pesson élevée), l équaton d état est plus coplexe et dot ende copte de l nteacton ente les olécules de gaz ente elles. Dans ce cas, la foe la plus sple que peut pende l équaton d état a été énoncée pa van de Waals: a p + n ( V nb) = nrt V a où a et b sont des constantes caactéstques d un gaz donné. Le tee qu pote le no V de pesson oléculae pend en copte l nteacton ente les olécules du gaz et le tee b appelé covolue coespond au volue occupé pa les olécules qu sont des enttés de denson non nulles. Cous Theoche G. Maun, 1 èe Année S1- Année

5 Chapte II : Le concept d Enege - Notons de Chaleu et de Taval I. Intoducton La noton d énege est appaue pou la peèe fos en écanque, à l époque où Newton et Maupetus poposaent les pees pncpes de cette scence. Ben que ce concept sot écent (deux sècles), l dépasse le cade des scences de la atèe tant l occupe une place pépondéante dans la ve de tous les ous coe on peut le constate au nveau des appovsonneents énegétques qu sont apdeent l obet de conflts. La peèe foe de tansfet d énege qu fut décte, s appelle donc le taval écanque. Nous savons que ce taval écanque est le podut scalae d une foce et d un déplaceent. Un systèe écanque qu peut foun du taval au leu qu l envonne, content focéent du taval en éseve, ce qu lu confèe de l énege. Cette énege est potentelle s elle est due à la poston des consttuants du systèe dans l'espace. Elle est cnétque s le cops étudé est en ouveent. La lo de consevaton de l énege done toute la physque. Elle est touous véfée dans les phénoènes pueent écanques, quand on consdèe la soe de l énege potentelle et de l énege cnétque. Mas les phénoènes pueent écanques n exstent que dans un cas déal. Dans la éalté, la consevaton de l énege écanque seble se en défaut chaque fos qu l y a des fotteents qu font appaaîte de la chaleu. Pou que l énege totale d un systèe se conseve vaent, l faut lu aoute la quantté de chaleu échangée, au cous du pocessus étudé. La chaleu dot donc ête consdéée coe une aute foe de tansfet de l énege et la theodynaque étude plus patculèeent les tansfoatons de chaleu en taval et écpoqueent. II. De la noton de Taval à la noton d Enege II.1. Lo de Newton et Pncpes de la écanque Consdéons une patcule de asse M, flottant dans l espace ntegalactque et, de ce fat, lbe de toute nteacton extene. Pou l obseve, nous chosssons un epèe, en sachant qu au teps t = 0, une foce F ρ est applquée à cette patcule et que cette foce conseve app une ntensté et une decton constante. La decton de cette foce donne l axe Ox de note epèe. On sat alos que la patcule est accéléée sous l acton de la foce applquée et que la lo de Newton peet de détene son ouveent pou t > 0. ρ ρ d x Fapp = M d t On peut ans calcule la vtesse v ρ (t), attente au teps t : t ρ ρ ρ d x ρ Fapp v(t) = d t = v o + t d t M o où v o désgne la vtesse ntale, qu on suppose paallèle à la decton x, dans un souc de splfcaton. L égalté pécédente peet d évalue la vaaton de la quantté de ouveent de la patcule en foncton de la foce applquée. On touve : Cous Theoche G. Maun, 1 èe Année S1- Année

6 ρ F ρ ρ t = M v(t) M app v o En désgnant pa x0 la poston de la patcule quand t = 0, on est capable de détene la poston, x (t), de cette patcule au teps t : t x (t) = v(t) d t = x o + v o t + o En utlsant l équaton elant la vaaton de la quantté de ouveent à la foce applquée, on peut éce : M ρ ρ t = ρ ( v v o ) F app En potant ce dene ésultat dans l expesson de la dstance obtenue pécédeent, on obtent : M 1 M 1 M x x o = ( v v o v o ) + ( v v v o + v o ) = ( v v o ) F F F sot : app 1 app M v 1 M v o 1 F app M = Fapp ( x x o ) On vot ans que le taval podut pa la foce applquée su la patcule est égal à la vaaton d énege cnétque de cette patcule. Mas la écanque nous append auss qu l exste d autes foes d énege que l énege cnétque. Ans, l faut pende en copte une énege potentelle, qu ntevent s la patcule, au leu de se déplace dans l espace ntegalactque, se touve stuée à une hauteu h au dessus de la suface de la tee. On sat alos qu l exste une foce de gavtaton, ( FG = M g ), qu atte tous les cops ves cette suface. Losque la patcule tobe, le taval podut pa cette foce est égal à son gan d énege cnétque. t app En chosssant les condtons ltes suvantes : de la tee est caactésée pa x = 0, on touve : x o = h et v o = 0, tands que la suface W ( pesanteu) = FG ( x x o ) sot à la suface de la tee : W ( pesanteu) = ( M g ) ( 0 h) = M g h donc : 1 M g h = M v Dans ce cas nous consdéons que l énege potentelle M g h, s est coplèteent convete 1 en énege cnétque, M v, ce qu nous peet de calcule avec quelle vtesse la patcule pecute la suface de la tee. Cous Theoche G. Maun, 1 èe Année S1- Année

7 II.. Lo de consevaton de l Enege écanque S à pat des équatons défnes pécédeent, nous chechons antenant à calcule la vtesse acquse apès une chute su une dstance nféeue à h que nous désgnons pa ( h x ), nous écvons : 1 M v = Mg(h x ) sot 1 M v + Mg x = Mgh = E On obtent, de la sote, un pee énoncé d une lo de consevaton de l énege Enege totale (Etot) = Enege cnétque (Ec) + Enege potentelle (Ep) Cette lo énonce que, pou un systèe de patcules, dont les nteactons ne dépendent pas du teps, l énege totale est constante. Ce ésultat est ads sous la foe d un pncpe, ce qu sgnfe que cette lo de consevaton est adse pace qu elle coespond à un fat expéental dont on ne peut pas éfute la valdté. Ce pncpe nous condut donc à adette qu l exste une cetane foncton scalae, que nous avons appelée E, (telle que : 1 E = M v + Mg x, dans l exeple pécédent), qu dépend unqueent des postons et des vtesses des patcules consdéées et qu este nvaante au cous du teps. On défnt ans l énege écanque d un systèe coe la soe de son énege cnétque et de son énege potentelle. La vaaton de cette énege écanque s éct alos : Eéc = Ec + Ep où E c et Ep coespondent au taval podut espectveent pa la foce applquée su la patcule et pa la foce de gavtaton. Nous fasons ans claeent appaaîte que le taval est asslable à un tansfet d énege. Il est ntéessant de note que la écanque s ntéesse tout d abod aux ouveents qu affectent des ponts atéels sous à des foces, qu dévent de potentels. On est donc en pésence d une physque des patcules éléentaes, asslées à des ponts du fat de leu talle et su lesquels ne s exece aucun fotteent pusqu elles se déplacent dans le vde. Il s agt typqueent de l étude de systèes déaux. Cependant, d autes dscplnes coe la theodynaque ont pou abton d étude des systèes acoscopques, consttués d un tès gande nobe de patcules. Dans de tels systèes, l exste des nteactons ente les consttuants d une pat, et des fotteents avec le leu envonnant d aute pat. Dans ce cas, on constate alos que l énege écanque n est plus une gandeu consevatve. Il s agt alos d ntodue un nouveau concept qu généalse la noton d énege écanque en lu antenant son caactèe consevatf. Cous Theoche G. Maun, 1 èe Année S1- Année

8 II.3. Intoducton de l'enege ntene peettant d obten une énege totale consevatve Pou tout systèe feé, on défnt une gandeu extensve U, foncton des vaables d état, appelée énege ntene, telle que l énege totale : E tot = Ec + Ep + U sot consevatve, c est à de constante losque le systèe n échange pas d énege avec le leu extéeu. Le caactèe extensf de l énege U sgnfe spleent qu elle dépend lnéaeent de la quantté de atèe consdéée. L énege ntene U est donc l énege totale du systèe à laquelle on a enlevé l énege cnétque acoscopque E c et l énege potentelle E p assocée aux foces extéeues U = E tot ( Ec + Ep ) Pou les systèes au epos (E c = 0) et non sous à un chap extéeu (E p = 0), l énege totale E tot se édut à l énege ntene U. Il faut cependant se souven que seule l énege totale est consevatve. Nous eaquons ans que dans le cas d un systèe solé, sa pete d énege écanque sea copensée pa une augentaton égale son énege ntene. Dans le cas d un systèe feé, l se podua des échanges d énege avec le leu extéeu qu seont égales à une pate (l aute étant copensée pa une augentaton d énege ntene), ou à toute la pete d énege écanque. La queston que nous posons antenant est la suvante : Coent faut-l défn cette énege ntene U pou que l énege totale sot consevatve? III. De la noton de chaleu à la noton d Enege III.1. Copaason avec la noton de Taval Dans le bef appel de écanque qu pécède, nous avons vu coent l est possble de change l état de ouveent d une patcule, c est à de sa vtesse et sa poston, en lu founssant du Taval. L expéence onte que, de la êe façon, pou odfe l état physco-chque d un systèe, l est nécessae de lu foun sot du Taval, sot de la Chaleu. L un des pncpaux obectfs de la Theodynaque pa exeple consste à étude quelles sont les quanttés de Chaleu qu l faut échange avec un systèe pou éalse cetanes odfcatons de la atèe. Note but est de tente de déce cetans phénoènes ben connus et couaent epoduts, pou lluste la noton de Chaleu. De êe qu en appotant du Taval à une patcule, on pavent généaleent à odfe sa poston, on élève le plus souvent la Tepéatue T d un systèe, quand on lu fount de la Chaleu. III.. Une appoche pesonnelle de la Chaleu Nous pouvons fae cette expéence extêeent sple : en touchant sultanéent du bos et du laton en équlbe theque à 0C, on a l pesson que le étal est plus fod que le bos. Poutant, s on ecoence la êe expéence, avec les Cous Theoche G. Maun, 1 èe Année S1- Année

9 êes obets, as antenus cette fos en équlbe à 50C, c est le étal qu nous paaît plus chaud que le bos. S on épète la êe expéence avec la vte et le velous des fauteuls d une votue placée dans une zone d obe d une pat, pus exposée au solel, d aute pat, on eaque alos que la vte paaît plus fode que le velous, dans le pee cas et plus chaude dans le second cas. Cela ne sgnfe pas que sa tepéatue est plus ou ons élevée que celle du velous, as qu elle condut eux la Chaleu. En effet l estaton de la tepéatue pa les hoes, est fondée su le flux de chaleu qu ls échangent avec l extéeu de leu cops, pa l nteédae de leu peau. S on adet que l ête huan est un theostat dont la tepéatue est fxée à 37C, on vot qu au contact d obets, dont la tepéatue vaut 0C, le flux de Chaleu est dgé de l hoe ves les obets. Pa conte, au contact d obets dont la Tepéatue vaut 50C, le flux de Chaleu est dgé des obets ves l hoe. La sensaton de chaud ou de fod dépend donc essentelleent de la conductvté theque des obets, qu lte l ntensté du flux peettant aux êtes huans d évalue la Tepéatue. Une bonne conductvté theque lasse ccule un flux ntense qu enfoce l pesson de chaud ou de fod essente pa les êtes huans. La concluson scentfque de l expéence pécédente, consste donc unqueent à constate que la conductvté theque du vee est ben elleue que celle du velous. III.3. Les notons de Chaleu et de Tepéatue La elaton ente chaleu et tepéatue ne coespond pas à note ntuton couante, ce qu explque pouquo les scentfques eux-êes ont s longteps à la défn. On peut se ende copte de la dfféence de natue qu exste ente chaleu et tepéatue, quand on cheche tout spleent à chauffe une pèce : un pett feu de bos content apdeent des bases qu sont à plus de 800C. Il chauffe cependant beaucoup ons ben la pèce qu un adateu de chauffage cental qu est pacouu pa de l eau à 70C. On copend ans tout de sute que la chaleu est une gandeu qu est lée à la quantté de atèe d une pat et à la tepéatue d aute pat. Elle dffuse pace qu l appaaît touous un flux de chaleu dgé de la tepéatue la plus élevée ves la tepéatue la plus fode : c est la lo de Foue qu consttue la peèe lo de dffuson qu at été poposée. Pa la sute on a pu s apecevo que la chaleu et la tepéatue ntevennent dans de nobeuses technologes qu êlent étoteent la physque et la che. Dans les systèes où ne se podut n changeent de phase, n éacton chque, la tepéatue s élève quand on fount de la Chaleu d une pat et elle dnue quand on pavent à en extae, d aute pat. Une llustaton de ce dene cas est donnée pa les éfgéateus. Note expéence la plus couante, nous onte qu un oyen coode de échauffe un systèe consste tout spleent à le ette en contact avec un aute systèe dont la Tepéatue est plus élevée. En plaçant une casseole d eau su un lt de bases, on pavent facleent à la échauffe et êe à la fae boull. La généalsaton des obsevatons sples qu l est possble de éalse de la sote, a pes ans d énonce les deux pncpes de la Theodynaque. III.4. L équvalence Chaleu Taval Il ne estat plus qu à établ la elaton d équvalence qu lat le taval à la chaleu pou en ave au nveau de connassance que nous possédons auoud hu. Ce fut le éte de Joule ( ). En 1847, l déct une expéence estée célèbe qu fount une détenaton pécse de la quantté de taval equse pou podue une quantté donnée de chaleu. C est l évaluaton de l équvalent écanque de la chaleu. Cette expéence peet Cous Theoche G. Maun, 1 èe Année S1- Année

10 de onte qu l est possble d éleve la tepéatue d une asse d eau en lu appotant seuleent du taval. Un systèe d alettes plongé dans une asse d eau M est s en ouveent pa un pods g tobant d une hauteu h. La dfféence d énege E ente l état ntal où la asse est au epos et l état fnal où elle attent le sol avec la vtesse v, est égale à ½ v ons le taval effectué pa la pesanteu gh. Cette dfféence d énege est alos tansse au lqude et le theoète ndque une augentaton de tepéatue T. Il constate alos que E/M. T coespondant au appot ente l énege écanque counquée au lqude et la quantté de chaleu tansse au lqude vaut 4,1855. Il coespond au appot ente l unté de taval (en Joule) et l unté de chaleu (en caloe). Il énonça alos son pncpe de l équvalence de la façon suvante : «Dans une expéence dans laquelle en n a vaé d aute que des quanttés de taval et de chaleu échangées avec l extéeu, l y a équvalence ente le taval et la chaleu». sot : Q + W = 0 T v = 0 M h Expéence de Joule: La chute d une asse entaîne le ouveent d une agtateu qu élève la tepéatue de l eau v Cous Theoche G. Maun, 1 èe Année S1- Année

11 Chapte III : Pncpes de la Theodynaque Pncpales gandeus theodynaques I. Pncpes de la Theodynaque I.1. Pee pncpe Pou tout systèe feé, on défnt une gandeu extensve et consevatve, l énege ntene U, dont les vaatons U sont égales à la soe du taval W et de la chaleu Q échangés avec le leu extéeu : U = W + Q W et Q sont donc les deux façons, pou un systèe feé, solé écanqueent, d échange de l énege avec d autes systèes extéeus. Conséquence su le pncpe de consevaton d énege : Pou tout systèe dont l énege écanque et l énege ntene peuvent vae, l y a consevaton de l énege : E = Ec + Ep + U = W + Q La chaleu et le taval sont pa conséquent des odes de tansfet de l énege dans le cas des systèes feés (le tansfet de atèe est auss une foe d énege dans le cas de systèes ouvets). Le taval s expe touous coe le podut d une gandeu ntensve (Foce, Foce électootce ) pa la vaaton éléentae d une gandeu extensve (volue, longueu, ae..). Des exeples peuvent ête ctés coe l expesson du taval eçu pa un flude enfeé dans un volue, ou ben l allongeent d un fl. On conçot aséent que la gandeu ntensve assocée à la noton de chaleu est la tepéatue as quelle est la gandeu extensve? La éponse est donnée pa le second pncpe. I.. Second pncpe On assoce à tout systèe feé, une foncton d état extensve appelée entope dont la vaaton d un état ntal à un état fnal s éct : S = Sext + Snt Q T où S ext est l entope échangée avec l extéeu et S nt est l entope céée au sen du systèe. Ans s on chauffe un systèe, en fasant coîte sa tepéatue de T à T+ T, le second pncpe nous ndque qu au nu on ne décèle aucune odfcaton de l ogansaton stuctuale de cette atèe, et qu on constate une sple élévaton de la quantté de chaleu contenue dans le systèe. En dehos de ces systèes déaux, l se podut touous une odfcaton de l état du systèe qu coespond à une poducton d entope ntene. Cous Theoche G. Maun, 1 èe Année S1- Année

12 II. Pncpales gandeus theodynaques A pat des deux fonctons d état fondaentales défnes pécédeent, l une décvant l énege et l aute évaluant quanttatveent l évoluton du systèe quand on fat vae la tepéatue, l est possble de constue d autes fonctons patculèeent coodes pou déce coent les systèes se copotent au vosnage de leu état d équlbe. Il est ans possble de dstngue la foncton énege lbe F, la foncton enthalpe H et la foncton enthalpe lbe G. Nous allons vo en détals les deux denèes fonctons. II.1. L enthalpe H II.1.1. Défnton Pa coodté, on défnt une foncton d état extensve l enthalpe H de la façon suvante: H = U + pv où U est l énege ntene, p la pesson et V le volue. II.1.. Sgnfcaton physque S on consdèe une évoluton éléentae de l état d un systèe povoqué pa un échange éléentae de Taval dû aux foces de pesson, W accopagné d un échange éléentae de chaleu Q, la vaaton d énege ntene coespondante à cette tansfoaton est la suvante : du = W + Q et celle de l enthalpe: dh = du + d( pv) Nous savons que le taval des foces de pesson peut s éce : W = PdV En potant ce ésultat dans l expesson donnant dh, on peut constate que pou une évoluton éalsée à pesson constante (sobae dp = 0), la vaaton d enthalpe esue la quantté de chaleu échangée: H = Q P Reaque: Nous pouvons établ de la êe façon en patant de l expesson de du que la quantté de chaleu échangée au cous d une évoluton à volue constant (sochoe, dv=0) est égale à la vaaton d énege ntene. U = Q v II.1.3. Enthalpe standad de foaton II Etat standad Chos un état standad pou un cops event à pécse un état physque et une pesson : Le cops est à l état pu sous sa foe la plus stable. La pesson est de 10 5 Pa. L exposant sybolse cet état standad. On dot pécse auss la valeu de la tepéatue. II Défnton L enthalpe olae standad de foaton d un cops coposé coespond à l enthalpe standad de la éacton de foaton d une ol de ce cops à pat des cops sples coespondants ps dans leu état le plus stable. Cous Theoche G. Maun, 1 èe Année S1- Année

13 Exeple : L enthalpe olae standad de foaton de CO coespond à l enthalpe standad de la éacton ettant en eu une ol de C sous foe gaphte et sous une pesson de 10 5 Pa et une ol de O sous foe gazeuse et sous une pesson de 10 5 Pa. C = ( gaphte) + O CO (gaz) (gaz ) Reaque: L enthalpe olae standad de foaton d un cops X à une tepéatue T se note: ( X, T.où les ndces f et coespondent à foaton et olae. H, f ) L enthalpe olae standad d un cops sple est nulle. Exeple : H f, ( C(s),T) = 0 ( O,T) 0. H f, = (g), II.1.3. Enthalpe standad de éacton II Lo de Hess L'enthalpe standad d une éacton est égale à la soe des enthalpes standads de foaton des poduts ons la soe des enthalpes standads de foaton des éactfs. Cette lo est une sple conséquence du théoèe qu déonte que la dfféence ente l état fnal et l état ntal ne dépend pas du chen pacouu S on consdèe la éacton suvante: ν A = ν A où et coespondent espectveent aux ndces des éactfs et des poduts, ν coespondant aux coeffcents stoechoétques. Son enthalpe olae standad de éacton notée ( T) suvante: H H ( T) = ν Hf,( A,T) νhf,( A, T) sea obtenue à pat de la elaton II Relatons potantes II Relaton avec la vaaton d énege ntene U La elaton suvante peut ête étable ente l enthalpe olae standad de éacton et la vaaton d énege ntene olae standad : H ( T) = U ( T) + ν RT où ν = ν -ν est la dfféence ente les coeffcents stœchoétques des poduts et des éactfs à l état gazeux. Reaque: Pa appot à ce qu a été dt plus haut, nous avons auss la elaton analogue suvante ettant en eu les quanttés de chaleu olae échangées à pesson et volue constants: Q = Q + ν RT P, V, Cous Theoche G. Maun, 1 èe Année S1- Année

14 II Lo de Kchhoff Cette lo établt l nfluence de la tepéatue su l enthalpe de éacton à pat de la elaton suvante: H T = cp avec cp = ν cp ( A) ν cp ( A) où cp coespond à la soe des capactés calofques olaes à pesson constante des poduts affectées des coeffcents stœchoétques ons la soe des capactés calofques olaes à pesson constante des éactfs affectées des coeffcents stœchoétques. L ntégaton de cette équaton de Kchhoff peet d accéde à l enthalpe olae de éacton à la tepéatue T connassant celle à la tepéatue T 1. ( T ) = H ( T ) + H Ces capactés calofques peuvent dépende de la Tepéatue coe nous le veons en Tavaux Dgés. Reaque : 1. Une lo analogue exste pou la vaaton d énege ntene olae de éacton U en consdéant cette fos-ç la vaaton de capacté calofque à volue constant cv. Dans le cas des gaz pafats nous avons la elaton suvante : cp cv = R où R est la constante des gaz pafats.. L entope de éacton peut auss ête calculée à pat de la elaton de Kchhoff ntégée suvante : ( T ) = S ( T ) + S II.. L enthalpe lbe G II..1. Défnton Pa coodté, on défnt une nouvelle foncton d état l enthalpe lbe G telle que: 1 1 G = H TS Le second pncpe condut à eaque que l'évoluton spontanée, à tepéatue et pesson constantes, d'un systèe feé se podut touous de telle façon que la valeu de la foncton G dnue. Cela sgnfe qu'une évoluton spontanée se pousut auss longteps que la foncton G peut dnue ce qu se tadut pa l négalté suvante: dg < 0 Losque la foncton G devent nale (dg = 0), l n y a plus d évoluton possble et l équlbe theodynaque est attent. A l'équlbe, le tee enthalpque copense exacteent le tee entopque T T 1 T T 1 cp cp dt dt T Cous Theoche G. Maun, 1 èe Année S1- Année

15 II... Enthalpe lbe standad de éacton L enthalpe lbe olae standad de éacton peut ête calculée à pat de l enthalpe olae standad de éacton et de l entope olae standad de éacton pa la elaton suvante : G = H T. S où et sont calculées pa la lo de Hess déctes pécédeent. H S II... Influence de la Tepéatue: Lo de Gbbs-Heloltz L enthalpe lbe olae de éacton dépend de la tepéatue et évolue suvant la elaton suvante: d G H = dt T T L ntégaton de cette équaton qu sea vue en Tavaux Dgés peet d accéde à l enthalpe olae de éacton à une tepéatue T connassant celle à la tepéatue T 1. II.3. Le potentel chque II.3.1. Défnton Quand on veut tadue l nfluence d une vaaton de tepéatue, de pesson et de coposton su la foncton G, l sufft de dfféente cette foncton sot : dg = VdP SdT + G n Pa défnton le potentel chque noté µ du consttuant A qu est une gandeu ntensve s éct : G µ = n II.3.. Relaton ente l enthalpe lbe et le potentel chque Pou un systèe consttué de pluseus consttuants, caactésés chacun pa le nobe de ols n, l enthalpe lbe peut s éce de la façon suvante : G = µ T,p,n T,p,n Reaque : Dans le cas d un seul consttuant, le potentel chque n est aute que l enthalpe lbe olae. II.3.3. Expesson du potentel chque II Cas des gaz pafat Le potentel chque d un gaz pafat A s éct de la façon suvante : n dn Cous Theoche G. Maun, 1 èe Année S1- Année

16 µ ( T, p) = µ ( T) + RT ln où µ est le potentel chque standad du gaz A à la pesson de éféence p chose pou les états standads et p est la pesson patelle de ce gaz. D une façon généale, on peut éce le potentel chque en fasant nteven l actvté a : µ p p ( T,p) = µ ( T) + RT ln a p On vot que cette gandeu a est sans denson (appot p dans le cas des gaz pafats). p Reaque : S le gaz n est pas pafat on défnt l actvté a : a = γ où γ est le p coeffcent d actvté. La valeu de ce coeffcent est d autant plus dfféente de l unté que le copoteent du gaz s élogne de celu du gaz pafat. II.3.3. Cas des phases condensées (soldes lqudes) II Cas des cops pus Dans le cas des cops pus, l actvté a est égale à 1. Pa conséquent l vent : µ ( T,p) = µ ( T) Le potentel chque d une phase condensée à une tepéatue T et une pesson p données est égal à son potentel chque standad. II Cas des solutons S on consdèe un élange de consttuants A, coe pécédeent, le potentel chque de l espèce A s éct de façon généale : µ ( T,p) = µ ( T) + RT ln a Dans le cas des solutons : a = γ x où x coespond à la facton olae de l espèce : On dstngue alos deux cas : soluton pafate ou déale : le consttuant A est pesque pu (solvant), l en ésulte que γ 1 quand x 1 donc : µ ( T,p) = µ ( T) + RT ln x soluton éelle le consttuant A est une soluton dluée (soluté), dans ce cas là, le µ T,p = µ T + RT ln γ x coeffcent d actvté n est plus égal à l unté et on a : ( ) ( ) x = n n Cous Theoche G. Maun, 1 èe Année S1- Année

17 II.3.4. Utlsaton du potentel chque Cette gandeu peet de caactése la pésence d un consttuant dans un leu. Sa valeu peet de pévo coent va s opée le déplaceent de atèe au cous d une évoluton spontanée : un consttuant se déplacea spontanéent de la phase où son potentel chque est le plus élevé, ves la phase où l est plus fable, pou établ l équlbe theodynaque caactésé pa l égalté des potentels chques ente les deux phases. Cous Theoche G. Maun, 1 èe Année S1- Année

18 Chapte IV : Equlbe chque I. Rappel du systèe étudé Les systèes étudés au cous de cette pate du cous coespondent aux caactéstques suvantes : Ce sont des systèes feés. Ils sont coposés de pluseus consttuants physcochques A 1, A A n dont les quanttés de atèe sont expées en nobe de ols sont espectveent n 1, n.n n. Ces consttuants physcochques sont plqués dans des éactons chques qu font éag des éactfs pou donne des poduts : ν A = ν A où ν et ν sont les coeffcents stœchoétques Les condtons expéentales sont déctes pa les deux gandeus ntensves la tepéatue et la pesson. II. L avanceent de la éacton S on et en pésence n,o ols de chaque éactf A et n,o ols de chaque podut A et s on antent ce élange à une pesson et à une tepéatue fxées, le systèe va se déplace ves un nouvel état d équlbe et on va pouvo obseve une évoluton spontanée des nobes de ols dans le systèe. Cette évoluton tadut l'avanceent de la éacton. ν A = ν A à t=0 on ntodut : n,o n,o à t on aboutt à: n n On défnt l'avanceent ξ tel que : n n ξ = ν L avanceent ξ a les densons d une quantté de atèe (l s expe en ol) et l s agt d une gandeu extensve. D'une façon plus généale, on éct que la vaaton dn de la quantté de atèe du coposé A expée en nobe de ols, est popotonnelle au coeffcent stœchoétque coespondant : d ξ avec pou les éactfs et pou les poduts d n = ν d n = + ν III. Condton d équlbe theodynaque-lo d acton de asse Nous savons que l équlbe theodynaque est attent losque dg = 0. Nous avons vu dans le chapte pécédent qu on pouvat expe dg de la façon suvante : dg = VdP SdT +,o n = µ dn + µ n en tenant copte de la elaton étable au paagaphe pécédent l vent : ν dn,o Cous Theoche G. Maun, 1 èe Année S1- Année

19 dg = VdP SdT ν µ dξ + ν µ dξ à tepéatue et pesson constantes, la condton d équlbe devent : dg = 0 dξ T,p l en ésulte la elaton suvante : dg = ν µ ν µ = 0 dξ T,p En développant le potentel chque pa son expesson ntodute au chapte pécédent, l vent : ν µ ν µ + RT ν ln a ν ln a = 0 On pose alos pa conventon G = ν µ ν µ coe l enthalpe lbe standad de éacton. Il est alos possble d éce quand l équlbe theodynaque est établ : ν a G + RT ln = 0 ν a Nous pouvons alos établ la elaton qu tadut la lo d acton de asse : G + RT ln K 0 ou = G ln K = RT où K est la constante d équlbe. L équlbe theodynaque est donc attent losque les quanttés de éactfs et de poduts n évoluent plus et qu elles sont dans les popotons de la constante d équlbe K de l équaton blan de la éacton chque. IV. Constante d équlbe IV.1. Défnton On défnt la constante d équlbe pa la elaton suvante : K = Cette constante K est un nobe sans densons ca les actvtés notées a sont des gandeus sans denson pusqu elles sont défnes coe des appots qu sont les suvants p c selon les cas : pou un gaz pafat : a = et pou une soluton a = p c a a ν ν Cous Theoche G. Maun, 1 èe Année S1- Année

20 Pou une Tepéatue donnée, l n'exste qu'une seule valeu de K coespondant à l'état d'équlbe. Cette valeu de K ne dépend donc que de la Tepéatue. Pa alleus cette constante K peut touous ête expée en foncton de ξ IV.. Evoluton de la constante d équlbe avec la tepéatue La constante d équlbe évolue en foncton de la tepéatue suvant la lo de Van t Hoff suvante : d d T ( ln ( K) ) = R H T o où H coespond à l enthalpe standad de éacton. d ln( K) S la éacton est endotheque H > 0, dt la tepéatue : L équlbe est déplacée ves la dote. d ln( K) > 0 et K est une foncton cossante de S la éacton est exotheque H < 0, < 0 et K est une foncton décossante dt de la tepéatue : L équlbe est déplacée ves la gauche. S la éacton est atheque H = 0, pas d évoluton du systèe. Reaque : L ntégaton de cette elaton peet d accéde à la valeu de la constante d équlbe K à la tepéatue T connassant la valeu de K 1 à la tepéatue T 1 : K ln K 1 H = R o 1 T 1 T1 V. Déplaceent de l équlbe en foncton d autes facteus que la tepéatue. Losque l on odfe une des vaables ntensves qu défnt l état d un systèe en équlbe, l y a évoluton du systèe qu tend à s oppose à cette odfcaton. Cette lo qu est connue sous le no de pncpe de odéaton est appelée auss pncpe de Le Chatele. V.1. Vaaton de la pesson Dans ce cas, on peut utlse la Lo de Le Chatele sous la foe suvante : «Une augentaton de pesson (à T constante) entaîne un déplaceent de l équlbe dans le sens d une dnuton du nobe de ols à l état gazeux». Dans ce but, l faut évalue la vaaton de la quantté ν de consttuants gazeux. Exeple : s on consdèe l équlbe N g + 3 H g = NH 3g ν = -, pa conséquent une augentaton de pesson déplacea l équlbe ves la dote. V.. Vaaton du volue Dans ce cas auss, on utlse la Lo de Le Chatele : «Une augentaton de volue (à T constante) entaîne un déplaceent de l équlbe dans le sens d une augentaton du Cous Theoche G. Maun, 1 èe Année S1- Année

21 nobe de ols à l état gazeux». Cet énoncé vent du fat que pou un systèe feé, une augentaton de volue est équvalent à une dnuton de pesson. V.3. Vaaton de la coposton du systèe On seat tenté encoe une fos d utlse le pncpe de la Lo de Le Chatele pédsant un déplaceent de l équlbe ves la consoaton du consttuant ntodut au cous de la éacton. Cependant l exste quelles exceptons à cette égle et pa conséquent l fauda défn l évoluton du systèe en epenant les calculs à pat de l expesson de K. Cous Theoche G. Maun, 1 èe Année S1- Année

22 Chapte V : Equlbe physque I. Les dfféentes phases du cops pu I.1. Allue généale des dagaes de phases Tout cops pu peut se pésente sous tos états (ou phases) dfféentes selon les condtons de tepéatue et de pesson: solde, lqude et gaz. Note expéence la plus coune nous append que le doane solde se stue à basse tepéatue et sous de fotes pessons, tands que le doane gazeux est caactésé pa de hautes tepéatues et de fables pessons. Nous savons que la égon de l'état lqude est nteédae ente les deux pécédentes. D'où l'aspect généal d'un dagae de phases où les 3 coubes déltent les doanes de stablté des 3 phases (fgue V.1). P Coube de fuson Solde Lqude C T Coube de sublaton Coube de vaposaton Gaz T FgueV.1: Dagae d état du cops pu Les changeents d état qu coespondent au passage d une phase à l aute du cops pu sont les suvants: la fuson, passage du solde au lqude et la tansfoaton nvese la soldfcaton. la vaposaton passage du lqude au gaz et la tansfoaton nvese la lquéfacton. la sublaton passage du solde au gaz et la tansfoaton nvese la condensaton. Su l'une des coubes epésentatves des changeents de phases que nous avons potées su la fgue V.1, le systèe est en équlbe et les deux phases y coexstent. Cet équlbe physque est éalsé losque le potentel chque du cops pu est le êe dans les deux phases en équlbe (exeple : µ solde = µ lqude ). Un aute pont patcule du dagae d état d un cops pu se stue su la coube de vaposaton. Il s agt du pont ctque noté C au-delà duquel on ne peut plus dfféence les deux phases lqude et gaz : l exste alos une seule phase appelée flude. I.. Vaance du systèe La vaance du systèe : notée v, coespond au nobe de degés de lbeté de celu-c, c est à de le nobe de paaètes ntensfs (T, p, x ) qu l faut se donne pou que l état du systèe sot pafateent défn. Cous Theoche G. Maun, 1 èe Année S1- Année

23 S on se touve su une coube de changeent d état, on peut chos abtaeent la pesson, la tepéatue est posée pa la elaton T = T(p) et on est donc dans le cas d un équlbe onovaant (v = 1). S on est en pésence d une seule phase, la vaance vaut : on peut chos ndépendaent T et p pou détene la coposton du systèe. Au pont T su le dagae (pont tple) le systèe est nvaant (v=0). Dans le cas d un cops pu la vaance du systèe se calculea pa la elaton suvante : v = 3 φ où φ est le nobe de phases Reaque : Nous généalseons dans la pate suvante cette elaton pou des systèes hétéogènes à pluseus consttuants. I.3. Equaton de Clapeyon La constucton du dagae d état d un cops pu est basée su la lo de Clapeyon : dp dt = S V α β α β H = T V α β α β où H α β coespond à la chaleu latente de la tansfoaton α en β. V et coespondent espectveent aux vaatons de volue et d entope au α β S α β cous de cette tansfoaton peettant de calcule ans la pente de la coube p= f(t). Cas patcule : S l une des phases ses en eu est la phase gazeuse quelques splfcatons peuvent ête appotées : S on consdèe α la phase gazeuse et β la phase condensée (solde ou lqude), on a V V ca le volue de la phase condensée est néglgeable devant celu de la phase α β α gazeuse. En penant la lo des gaz pafats, on a splfe et devent la lo de Clausus-Clapeyon : V α RT = p. La elaton de Clapeyon se dp P = H RT α β dt II. Les systèes bnaes Les dagaes bnaes epésentent l évoluton de la tepéatue (ou de la pesson) de changeent d état d un élange de deux coposés A et B en foncton de la coposton du élange (facton olae). Nous tateons dans ce cous les dagaes bnaes lqude-vapeu et solde-lqude en supposant que les élanges gazeux sont hoogènes, les espèces A et B étant totaleent scbles, les élanges lqudes et soldes pouvant ête sot scbles ou non. II.1. Généalsaton de la noton de vaance-règle des phases. La vaance d un systèe hétéogène à pluseus consttuants se calcule à l ade de la ègle des phases : v = c + φ Cous Theoche G. Maun, 1 èe Année S1- Année

24 où φ est le nobe de phases (soldes, lqudes, gaz) et c est le nobe de consttuants ndépendants qu se calcule coe sut : c = k où k est le nobe de consttuants et le nobe de elatons patculèes ente ces consttuants (équlbes chques et/ou elaton de type condtons stœchoétques). Exeple : Consdéons l équlbe en phase gazeuse suvant PCl 3 + Cl = PCl5. k= 3, = 1 (la constante d équlbe du systèe) donc c =. φ = 1 (tous les consttuants sont en phase gazeuse). Donc v = +-1=3. Les vaables ntensves à se donne seont la pesson, la tepéatue et la coposton chque d un des consttuants. II.. Etude des dagaes bnaes lqude-gaz II..1. Cas des solutons déales : Lo de Raoult III Défnton On appelle élange déal de A et de B, un élange dont les deux consttuants obéssent à la lo de Raoult. S on consdèe l équlbe ente les phases lqude et vapeu, cette lo établt la elaton ente la pesson patelle d un coposé (A ou B) avec sa facton olae dans la phase lqude coe sut : p = x p * où * p est la pesson de vapeu satuante du coposé pu. Il est alos possble d établ les elatons elant la pesson totale du élange A,B notée p T aux factons olaes x A et x B afn de tace les dagaes bnaes sothees. III..1.. Dagae sothee lqude-gaz Nous obtenons le dagae epésenté su la fgue V.. Au dessus de la coube d ébullton (qu dans le cas d un élange de solutons déales est une dote), le élange A,B est lqude. Au dessous de la coube de osée le élange A,B est gazeux. La suface déltée pa ces deux potons de coubes est la égon bphasée lqude-vapeu. Tout élange epésenté pa un pont M stué à l'ntéeu de cette suface, se patage spontanéent en une phase lqude et une phase vapeu de copostons espectves x L et x V qu l est possble de détene gaphqueent. Cous Theoche G. Maun, 1 èe Année S1- Année

25 Pesson Isothee p A * V M Lqude L Coube d ébullton Lqude +Vapeu Coube de osée Vapeu p B * A x V x M x L B x B cossant FgueV.: Dagae bnae sothee lqude-vapeu pou une soluton déale. III Dagae sobae lqude-vapeu On utlse plus féqueent les dagaes sobaes qu epésentent l évoluton de la tepéatue en foncton de la coposton du élange à pesson constante que les dagaes sothees vus pécédeent. Ce dagae epésenté su la fgue V.3 pend la foe d un fuseau. Tepéatue Isobae T vap (A) L M Vapeu Lqude +Vapeu Coube de osée V Coube d ébullton Lqude T vap (B) x L x M A B x B cossant FgueV.3: Dagae bnae sobae lqude-vapeu pou une soluton déale. Ce type de dagae est fot utle pou suve la dstllaton d un élange de deux consttuants. II... Cas des solutons non déales : Lo de Heny Dans le cas de élanges patcules d un coposé B tès notae (soluté) et d un coposé aotae A appelé solvant, la lo de Raoult vue pécédeent ne s applquea que pou A. Pou B, la pesson patelle p B vae auss lnéaeent en foncton de la facton olae x B : x V Cous Theoche G. Maun, 1 èe Année S1- Année

26 p = x B B k B où k B est la constante de Heny (dfféente de * p B ) qu dépend de la tepéatue. Le dagae sothee de ce type de élange appaaît alos coe un fuseau délté pa deux coubes (et non une coube et une dote pou les élanges de solutons déales). Le dagae sobae a quant à lu à peu pès la êe allue que dans le cas des solutons déales. II..3. Règle des oents ou ègle du leve. Dans un élange bnae, on peut à l ade d un dagae sobae (ou sothee) détene la quantté de la phase vapeu et celle de la phase lqude en un pont donné du dagae (x, T) ou (x,p). Ce calcul peut ête fat en applquant la ègle des oents qu établt les elatons suvantes au pont M (x M,T M ) qu se touve su la fgue V.3 : Quantté de phase lqude = Quantté de phase gazeuse n n lq gaz = x x M L x x V M = VM ML II..4. Cas patcules de dagaes non onofuseaux : azéotope Le élange eau-éthanol est l exeple typque où le dagae bnae pésente un pont patcule noé pont d azéotope ou azéotope. Ce pont coespond à un exteu coun des coubes de osée et d ébullton. La fgue suvante (fgue V.4) epésente un dagae bnae sobae lqude-vapeu à azéotope nu. Tepéatue Isobae T vap (A) Vapeu (V) V+ L T vap (B) V+ L Lqude (L) A x Azéotope B x B cossant FgueV.4: Dagae bnae sobae lqude-vapeu pésentant un azéotope à nu sobae. II..5. Cas patcules de non scblté à l état lqude Ce type de stuaton se enconte quand les deux coposés A et B sont «nsolubles» à l état lqude coe dans le cas du systèe eau-tétachloue de cabone. On obseve alos un dagae bnae sobae du type de celu epesenté su la fgue V.5. Cous Theoche G. Maun, 1 èe Année S1- Année

27 Tepéatue Isobae T vap (A) Vapeu M V T vap (B) A lq +Vapeu E B lq +Vapeu x M A lq +B lq x V A B x B cossant FgueV.5: Dagae bnae sobae lqude-vapeu dans le cas d une scblté nulle à l état lqude. Dans ce cas, la coube d ébullton est epésentée pa une hozontale su l ntégalté de l axe des factons olaes. La coube de osée pésente un pont anguleux noé pont d hétéoazéotope en lequel l y a un équlbe ente la phase vapeu de coposton x E et les phases lqude A et B. II.3. Etude des dagaes bnaes lqude-solde La aoté des nfoatons développées pou les équlbes lqude-solde sont applcables pou les équlbes lqude-solde. Nous allons dstngue deux cas : scbltés totales à l état lqude et solde, et scblté totale à l état lqude et nulle à l état solde. Les dagaes sobaes coespondant seont pésentées. II.3.1 Mscbltés totales à l état lqude et solde Le dagae bnae lqude-solde est de type onofuseau délté pa les coubes fontèes appelées lqudus et soldus (fgue V.6). La coube au dessous de laquelle se touve la phase solde se noe soldus. Dans le fuseau les deux phases solde et lqude coexstent. x E Tepéatue Isobae T fuson (A) S M Lqude Lqude +Solde Coube de lqudus L Coube de soldus Solde T fuson (B) A x S x M x L x B cossant B Cous Theoche G. Maun, 1 èe Année S1- Année

28 FgueV.6: Dagae bnae sobae lqude-solde avec scbltés totales dans les deux phases. II.3.. Mscblté totale à l état lqude et non scblté à l état solde La fgue V.7. epésente l allue de ce type de dagaes sobaes. Tepéatue T fuson (A) Isobae Lqude M L T fuson (B) A s +Lqude E B s +Lqude x M A s +B s x L A B x B cossant FgueV.7: Dagae bnae sobae lqude-solde avec non scblté dans l état solde. Ce dagae fat appaaîte un pont eutectque noté E. En ce pont, l y a équlbe ente une phase lqude hoogène de coposton x E et deux phases soldes A et B. x E Cous Theoche G. Maun, 1 èe Année S1- Année

Propriétés thermoélastiques des gaz parfaits

Propriétés thermoélastiques des gaz parfaits Themodynamque - Chapte opétés themoélastques des gaz pafats opétés themoélastques des gaz pafats LES CONNAISSANCES - Gaz pafat à l échelle macoscopque Défnton : Le gaz pafat assocé à un gaz éel est le

Plus en détail

CHAPITRE 1 L ÉLECTROSTATIQUE

CHAPITRE 1 L ÉLECTROSTATIQUE L électostatque Chapte 1 CHAPITRE 1 L ÉLECTROSTATIUE 1.1 Intoducton La chage est une popété de la matèe qu lu fat podue et sub des effets électques et magnétques. On dstngue : - l'électostatque qu est

Plus en détail

α Epaisseur tôle : e = 0,05m (considéré négligeable devant R) Masse volumique porte : ρ = 7800 km/m 3 R α = π/3

α Epaisseur tôle : e = 0,05m (considéré négligeable devant R) Masse volumique porte : ρ = 7800 km/m 3 R α = π/3 Cous 7 - éoéte des Masses ycée Bellevue Toulouse - CE M éoéte des Masses ( a asse éléentae d( est défne en foncton de la natue de la odélsaton du systèe atéel étudé : Modélsaton voluque (cas généal : d(

Plus en détail

Exemples de champs électrostatiques

Exemples de champs électrostatiques Exemples de champs électostatques A. Exemples smples A.. Chage ponctuelle unque Le champ électque et le potentel absolu en un pont M nduts pa une chage ponctuelle q placée en O sont : q E 4 π u et V q

Plus en détail

Chapitre 1.5a Le champ électrique généré par plusieurs particules

Chapitre 1.5a Le champ électrique généré par plusieurs particules hapte.5a Le chap électque généé pa pluseus patcules Le chap électque généé pa pluseus chages fxes Le odule de chap électque d une chage ponctuelle est adal, popotonnel à la chage électque et neseent popotonnel

Plus en détail

La réaction chimique

La réaction chimique Unvesté du Mane - Faculté des Scences La éacton chmque / Défnton La éacton chmque Il s agt d une tansfomaton au cous de laquelle un cetan nombe de consttuants ntaux appelés éactfs donnent dans l état fnal

Plus en détail

Les principales caractéristiques de la lumière

Les principales caractéristiques de la lumière Les pncpales caactéstques de la lumèe Il exste deux sotes de cops lumneux : 1. les cops qu émettent de la lumèe : le solel (énege nucléae) ; les soldes ncandescents : une flamme (énege chmque) ; le flament

Plus en détail

Institut National Polytechnique de Toulouse ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D INGENIEURS EN ARTS CHIMIQUES ET TECHNOLOGIQUES REACTEURS IDEAUX

Institut National Polytechnique de Toulouse ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D INGENIEURS EN ARTS CHIMIQUES ET TECHNOLOGIQUES REACTEURS IDEAUX 1 Insttut Natonal Polytechnque de Toulouse EOLE NTIONLE SUPERIEURE D INGENIEURS EN RTS HIMIQUES ET TEHNOLOGIQUES RETEURS IDEU ous : nne-mae WILHELM Execces : M Wlhelm, P. ognet,.m. Duquenne nnée Pobatoe

Plus en détail

FACULTÉ DES SCIENCES LMD : 1 IÈRE ANNÉE DE L INGÉNIEUR. e II. Chapitre. I. Rappel sur le. Champ

FACULTÉ DES SCIENCES LMD : 1 IÈRE ANNÉE DE L INGÉNIEUR. e II. Chapitre. I. Rappel sur le. Champ ACULTÉ D CINC D L INGÉNIUR CTION TRON COUN LD LD : IÈR ANNÉ Cous Phsque : lectcté et gnétsme Chte e II Chm et Potentel lectque I Rel su le chm et otentel gvttonnel Chm Il est ben étbl qu'une msse m, stuée

Plus en détail

Lycée Vaucanson PTSI 1 et 2 TD INDUCTION N 2

Lycée Vaucanson PTSI 1 et 2 TD INDUCTION N 2 Lycée Vaucanson PTSI et 2 TD Physque TD INDUCTION N 2 EXERCICE : Coeffcent d nductance mutuelle ente deux solénoïdes : On consdèe deux bobnes longues, ou solénoïdes, de même axe Oz et de même longueu d,

Plus en détail

Exercices de Mécanique

Exercices de Mécanique Eecices de écanique Cinéatique : epèes, bases, tajectoies et ouveents éthode 1. Une base locale (coe la base clindique) est définie : - en un point de l espace («localeent», donc!) - pa appot à tois diections

Plus en détail

Chapitre 2 : Energie potentielle électrique. Potentiel électrique

Chapitre 2 : Energie potentielle électrique. Potentiel électrique 2 e BC 2 Energe potentelle électrque. Potentel électrque 12 Chaptre 2 : Energe potentelle électrque. Potentel électrque 1. Traval de la orce électrque a) Expresson mathématque dans le cas du déplacement

Plus en détail

Travaux Pratiques de Thermodynamique Module LA 200 Turbine à Réaction

Travaux Pratiques de Thermodynamique Module LA 200 Turbine à Réaction Tavaux Patqu d Thodynaqu Modul LA 00 Tubn à Réacton Péntaton L objctf d c tavaux atqu t d llut l t cond nc d thodynaqu. L ntallaton t alnté a d l a ou on qu lo d a détnt dan un tubn fat toun l ab d ot

Plus en détail

Equation de la Chaleur en Axisymétrique & en 3D

Equation de la Chaleur en Axisymétrique & en 3D P.-Y. Lagée, Equation de la Chaleu en Axi & en 3D Equation de la Chaleu en Axisymétique & en 3D Dans ce chapite nous faisons un bilan d énegie pou établi l équation de la chaleu en axisymétique. On pouait

Plus en détail

Cours 12 : Corrélation et régression

Cours 12 : Corrélation et régression Technques d analyses en psychologe Cous 1 : Coélaton et égesson Table des matèes Secton 1. À Washngton, ce sont les cgognes qu appotent les bébés... Secton. Statstque de coélaton... Secton 3. Coélaton

Plus en détail

Electronique TD1 Corrigé

Electronique TD1 Corrigé nersté du Mane - Faculté des Scences! etour D électronque lectronque D1 Corrgé Pour un sgnal (t) quelconque : 1 $ (t) # MOY! (t) dt 1 FF! (t) dt (t) MX MOY mpltude crête à - crête mpltude Mn Pérode t emarque

Plus en détail

( v) L r. r r. Chapitre III : Le Moment Cinétique en Mécanique Quantique. III-1) Le moment cinétique en Mécanique Classique : Son importance.

( v) L r. r r. Chapitre III : Le Moment Cinétique en Mécanique Quantique. III-1) Le moment cinétique en Mécanique Classique : Son importance. Capte III : e Moent Cnétque en Mécanque Quantque III-) e oent cnétque en Mécanque Classque : on potance. On défnt le oent cnétque pa la quantté vectoelle. p ( v) v On pale de oent cnétque obtal pusqu l

Plus en détail

Exercices sur la géométrie plane

Exercices sur la géométrie plane Eercces sur la géoétre plane Sot un trangle équlatéral et M un pont ntéreur au trangle n note H, K, L les projetés orthogonau respectfs de M sur les tros côtés éontrer que la soe MH + MK + ML est constante

Plus en détail

CERTIFICAT D'ETALONNAGE

CERTIFICAT D'ETALONNAGE CHAINE D'ETALONNAGE MASSE Set : 39 70 033 0000 Code APE : 70B BP 405 - F 07 004 PRIVAS Cede Tel : 04 75 64 6 6 Fa : 04 75 64 4 4 E-al : ates@ates.f http://www.ates.f ACCREDITATION N.558 ACCREDITATION N.558

Plus en détail

CIRCUITS COUPLES PAR MUTUELLE INDUCTANCE

CIRCUITS COUPLES PAR MUTUELLE INDUCTANCE CIRCUITS COUPLES PAR UTUELLE INDUCTANCE Philippe ROUX 4 CIRCUITS RLC COUPLES PAR UTUELLE INDUCTANCE PARTIE : PRESENTATION DES CIRCUITS COUPLES ) LES FLUX DES CHAPS AGNETIQUES DANS DEUX BOBINAGES COUPLES

Plus en détail

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme Ensegnement secondare Dvson supéreure PHYSI Physque Programme 3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF Langue véhculare : franças Nombre mnmal de devors par trmestre : 1 PHYSI_3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF_PROG_10-11 Page 1

Plus en détail

Chapitre 1 ETUDE DES CIRCUITS EN CONTINU Connaissances (C) : Loi des nœuds, loi des mailles Relation tension - courant ou courant tension, loi d ohm

Chapitre 1 ETUDE DES CIRCUITS EN CONTINU Connaissances (C) : Loi des nœuds, loi des mailles Relation tension - courant ou courant tension, loi d ohm Chapte TUD DS CICUITS N CONTINU Connassances (C) : Lo des nœds, lo des malles elaton tenson - coant o coant tenson, lo d ohm Théoème de Thévenn. Pncpe de speposton Calcl de pssance en contn Savo-fae théoqes

Plus en détail

IREM Section Martinique Groupe Lycée. QCM pour la classe de Terminale S

IREM Section Martinique Groupe Lycée. QCM pour la classe de Terminale S IREM Secto Matque Goupe Lycée QCM pou la classe de Temale S QCM : Calculatce o autosée Pou chaque questo, seules ou popostos sot vaes. Recope la ou les popostos vaes. Sot f la focto défe su IR pa f ( )

Plus en détail

Analyse Numérique - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen final, en Janvier 2010.

Analyse Numérique - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen final, en Janvier 2010. Master 1ère année de Mathématques Analyse Numérque - Projet A rendre au plus tard le jour de l examen fnal, en Janver 2010. CMI, Unversté de Provence Année 2009-2010 Ce qu vous est demandé : Rédger les

Plus en détail

On dépose une espèce à une certaine concentration, puis on observe comment sa concentration se répartit en fonction de la distance.

On dépose une espèce à une certaine concentration, puis on observe comment sa concentration se répartit en fonction de la distance. Moblté des espèces en soluton I_ Les dfférents modes de transport En soluton, les molécules peuvent se déplacer selon tros modes dfférents : onvecton, la matère est déplacée par contrante mécanque (agtaton)

Plus en détail

Miroirs sphériques Dioptres sphériques. 1 Miroirs sphériques. 1.1 Introduction : focaliser la lumière. 1.2 Miroir concaves faisceau parallèle

Miroirs sphériques Dioptres sphériques. 1 Miroirs sphériques. 1.1 Introduction : focaliser la lumière. 1.2 Miroir concaves faisceau parallèle Mrors spérques Doptres spérques Nous allons mantenant aborder des systèmes optques un peu plus complexes, couramment utlsés pour produre des mages. Nous allons commencer par étuder un mror spérque de façon

Plus en détail

Chapitre 5 Les lois de la mécanique et ses outils

Chapitre 5 Les lois de la mécanique et ses outils DERNIÈRE IMPRESSION LE 1 er août 2013 à 12:49 Chapitre 5 Les lois de la écanique et ses outils Table des atières 1 Les référentiels et repères 2 2 Les grandeurs de l évolution 2 2.1 Le vecteur de position..........................

Plus en détail

I. PROPRIETES PHYSIQUES DE L'AIR

I. PROPRIETES PHYSIQUES DE L'AIR BTS FEE 1 èe Année Cou de Cliatiation LP Galilée L'AIR UMIDE I. PROPRIETES PYSIQUES DE L'AIR I.1. GENERALITES L'ai abiant d'un local, quel qu'il oit, contient une cetaine quantité d'eau, péente ou foe

Plus en détail

Photographie. r r r r r r ) * ) *

Photographie. r r r r r r ) * ) * Photogaphie TYPE DE RÉMUNÉRATION ) ) * * è è _ ) ) * * Conditions généales de vente (CGV) de «l Association de Gestion du Cna Alsace», association loi 1908, dont le siège social est situé 15-17, ue

Plus en détail

ONDES. Partie I. , on négligera les effets de bord. L espace entre les conducteurs sera assimilé au vide sauf explicitation contraire.

ONDES. Partie I. , on négligera les effets de bord. L espace entre les conducteurs sera assimilé au vide sauf explicitation contraire. Spé ψ 1-13 Devoi n 6 ONDES Des données et un fomulaie sont donnés à la fin du sujet Les câbles coaxiaux sont utilisés comme moyen de tansmission d infomations. Ils sont conçus pou tansmette des signaux

Plus en détail

Méthodes de catégorisation : Réseaux bayesiens naïfs. Olivier Aycard E-Motion group. Université Joseph Fourier. http://emotion.inrialpes.

Méthodes de catégorisation : Réseaux bayesiens naïfs. Olivier Aycard E-Motion group. Université Joseph Fourier. http://emotion.inrialpes. Méthodes de atégosaton : éseau aesens naïfs le Aad E-Moton goup Unesté Joseph Foue http://emoton.nalpes.f/aad le.aad@mag.f lan du ous Intéêts éseau aesens naïfs Appentssage de éseau aesens naïfs ésentaton

Plus en détail

Partie I: Différences finies avec centrage partiel

Partie I: Différences finies avec centrage partiel U. PARIS VI et ÉCOLE POLYTECHNIQUE 7 anver 04 Spécalté Probablté et Fnance du Master de Scences et Technologe EXAMEN DU COURS ANALYSE NUMÉRIQUE DES ÉQUATIONS AUX DÉRIVÉES PARTIELLES EN FINANCE verson 03/0/04

Plus en détail

Chapitre III : Premier principe de la Thermodynamique. Système

Chapitre III : Premier principe de la Thermodynamique. Système Chaptre III : Premer prncpe de la Thermodynamque III.1. Langage thermodynamque Système : C est un corps ou un ensemble de corps de masse détermnée et délmtée dans l espace. Mleu extéreur : On consdère

Plus en détail

L'INDUCTION ON5WF (MNS)

L'INDUCTION ON5WF (MNS) 'IDUCTIO ème parte / O5WF (MS) Dans la ère parte de cet artcle, nous avons vu qu'un courant électrque donnat leu à un champ magnétque (expérence d'oersted). ous avons ensute vu comment Faraday, après avor

Plus en détail

11.5 Le moment de force τ (tau) : Production d une accélération angulaire

11.5 Le moment de force τ (tau) : Production d une accélération angulaire 11.5 Le moment de foce τ (tau) : Poduction d une accéléation angulaie La tige suivante est soumise à deux foces égales et en sens contaie: elle est en équilibe N La tige suivante est soumise à deux foces

Plus en détail

Cours d électromagnétisme EM15-Champ magnétique

Cours d électromagnétisme EM15-Champ magnétique Cous d électomagnétisme EM15-Champ magnétique Table des matièes 1 Intoduction 2 2 Action d un champ électomagnétique su une paticule chagée 2 2.1 Foce de Loentz.................................. 2 2.2

Plus en détail

Cours de. Point et système de points matériels

Cours de. Point et système de points matériels Abdellah BENYOUSSEF Amal BERRADA Pofesseus à la Faculté des Scences Unvesté Mohammed V Rabat Cous de Pont et système de ponts matéels A L USAGE DES ETUDIANTS DU 1 ER CYCLE UNIVERSITAIRE FACULTES DES SCIENCES,

Plus en détail

CHAMP ELECTRIQUE. Matière : Physique Chimie. Niveau : 1 Bac S.M. I) Electrisation de la matière:

CHAMP ELECTRIQUE. Matière : Physique Chimie. Niveau : 1 Bac S.M. I) Electrisation de la matière: Matèe : Physque Chme Nveau : 1 Bac S.M CHAMP ELECTRIQUE I) Electsaton de la matèe: 1) Electsaton pa fottement : Cetanes cops "pegne, ègle, stylo,...", losqu on les fotte, sont susceptbles de povoque des

Plus en détail

THERMODYNAMIQUE. Résumé de cours. Jacques Delaire ENS de Cachan

THERMODYNAMIQUE. Résumé de cours. Jacques Delaire ENS de Cachan Lcence ϕτεμ 26 27 THERMODYNAMIQUE Résumé de cours Jacques Delare ENS de Cachan 1 I INTRODUCTION I.1. Défntons Généraltés Système : ensemble de corps ou de substances qu appartennent à un domane de l espace.

Plus en détail

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN Chaptre V page V-1 V FORMTION DES IMGES DNS L EXEMPLE DU MIROIR PLN Le but de ce chaptre est d ntrodure la noton d mage { travers l exemple du mror plan. Vous vous êtes sûrement déjà regardé(e) dans un

Plus en détail

3. APPLICATIONS DE L EQUATION DE FOURIER (cas unidimensionnels et stationnaires)

3. APPLICATIONS DE L EQUATION DE FOURIER (cas unidimensionnels et stationnaires) Phénomèns d tansft 3. Alcatons d l équaton d Fou 3. APPLICATIONS DE L EQUATION DE FOURIER (cas undmnsonnls t statonnas) Avc l équaton. nous somms caabls d calcul la dstbuton d la tméatu n foncton d l ndot

Plus en détail

Lames minces et Polarisation de la lumière

Lames minces et Polarisation de la lumière Mawan Bouch Ecol Supéu d Ingénus d Bouth, LIBAN 21-211 Lams mncs t Polasaton d la lumè A/ Pésntaton généal I/ Polasaton d la lumè Ls onds lumnuss sont ds onds élctomagnétqus caactésés pa dux champs E t

Plus en détail

Prise en main du logiciel

Prise en main du logiciel Pse en man u logcel Au émaage le logcel génèe un pofl e émonstaton (pou entaînement). Vous pouvez éfn vote pope pofl : pa lectue un fche exstant (fche texte) (Fche/Ouv fche ponts) avec possblté e sauvegae

Plus en détail

Exercices Électrocinétique

Exercices Électrocinétique ercces Électrocnétque alculs de tensons et de courants -21 éseau à deu malles Détermner, pour le crcut c-contre, l ntensté qu 1 2 traverse la résstance 2 et la tenson u au bornes de la résstance 3 : 3

Plus en détail

LES POMPES. Devant la grande diversité de situations possibles, on trouve un grand nombre de machines que l on peut classer en deux grands groupes :

LES POMPES. Devant la grande diversité de situations possibles, on trouve un grand nombre de machines que l on peut classer en deux grands groupes : Ste: http://gene.ndustrel.aa.free.fr LES POMPES Les pompes sont des apparels permettant un transfert d énerge entre le flude et un dspostf mécanque convenable. Suvant les condtons d utlsaton, ces machnes

Plus en détail

Exercices : 19 - Champ électrostatique

Exercices : 19 - Champ électrostatique 1 Execices : 19 - Champ électostatique Sciences Physiques MP 2015-2016 Execices : 19 - Champ électostatique A. Calculs de champ et de potentiel 1. Théoème de supeposition Une sphèe de ayon b pote une chage

Plus en détail

C.P.G.E-TSI-SAFI Redressement non commandé 2006/2007

C.P.G.E-TSI-SAFI Redressement non commandé 2006/2007 C.P.G.E-TSI-SAFI edressement non commandé 2006/2007 edressement non commandé Introducton : es réseaux et les récepteurs électrques absorbent de l énerge sous deux formes, en contnus ou en alternatfs. Pour

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

VECTEURS ET SCALAIRES

VECTEURS ET SCALAIRES Vecteus et scalaes VECTEURS ET SCLIRES Le peme cous «nalse vectoelle» a été publé pa Wlson et Gbbs, en 90. Ce cous eposat su les tavau de Hamlton, Cauch, Gassman et Mawell. Dès los, les équatons qu décvent

Plus en détail

LPHY 1113 B & D, Physique générale 1 - Leçon 4 (Mécanique, Eric Deleersnijder, www.ericd.be) L4.1. Leçon 4: Frottement

LPHY 1113 B & D, Physique générale 1 - Leçon 4 (Mécanique, Eric Deleersnijder, www.ericd.be) L4.1. Leçon 4: Frottement LPHY 1113 B & D, Physique généale 1 - Leçon 4 (Mécanique, Eic Deleesnijde, www.eicd.be) L4.1 1. Intoduction (Benson 6.1) Leçon 4: Fottement On pose su une table hoizontale un objet de masse m. Si l'objet

Plus en détail

Chapitre 3 LE MOMENT CINÉTIQUE : UN EXEMPLE DE SYSTÈME QUANTIQUE

Chapitre 3 LE MOMENT CINÉTIQUE : UN EXEMPLE DE SYSTÈME QUANTIQUE Chapite 3 LE MOMENT CINÉTIQUE : UN EXEMPLE DE SYSTÈME QUANTIQUE Se epote à la bibliogaphie pou le détail des démonstations et la desciption de l expéience de Sten et Gelach. 3.1 Définitions a- Considéons

Plus en détail

Rappels cours précédent

Rappels cours précédent Plan du cous: Raels cous écédent I II IV V Hstoque de la bomécanque Notons de mécanque -> Pnces Fondamentaux Muscles et bomécanque atculae Alcaton aux athologes La lo d acton éacton (3e lo de Newton) F

Plus en détail

N - ANNEAUX EUCLIDIENS

N - ANNEAUX EUCLIDIENS N - ANNEAUX EUCLIDIENS Dans ce qu sut A est un anneau untare, mun de deux opératons notées addtvement et multplcatvement. Le neutre de l addton est noté 0, celu de la multplcaton est noté e. On pose A

Plus en détail

INF135 Travail Pratique #1 Remise le 16 octobre 2012

INF135 Travail Pratique #1 Remise le 16 octobre 2012 École de Technologe Supéeue Pa : Fancs Boudeau, ÉcThé Révson : Aïda Ouangaoua INF35 Taval Paque # Remse le 6 ocobe 0 Inaon à la pogammaon en géne mécanque Taval ndvduel. Objecfs - Mee en applcaon des noons

Plus en détail

1 ère S. «Thème 3 / L énergie et ses transferts» Livret 1 / Les TP

1 ère S. «Thème 3 / L énergie et ses transferts» Livret 1 / Les TP 1 ère S «Thème 3 / L énerge et ses transferts» Lvret 1 / Les TP Sommare Page 3 : Page 5 : Page 6 : Page 7 : Page 8 : Page 9 : TP/ Chaleur latente de fuson de la glace TP/ Détermnaton d une énerge de combuston

Plus en détail

Equilibres chimiques et loi d action des masses

Equilibres chimiques et loi d action des masses Cnétque et thermodynamque chmques CHI305 Chaptre 8 Equlbres chmques et lo d acton des masses CHI305 Chaptre 9 : Equlbres chmques et lo d acton des masses I. Equlbres chmques II. Affnté chmque, monôme des

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR ANALYSE CHIMIQUE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR ANALYSE CHIMIQUE (CORRECTION) Chme Termnale S Chaptre Travaux Pratques n a Correcton SUIVI CINETIQUE PAR ANALYSE CHIMIQUE (CORRECTION) 1 PRINCIPE On dose une espèce chmque (réact ou produt du système chmque) à ntervalle de temps réguler

Plus en détail

Chapitre II : Introduction Thermodynamique des machines de compression (compresseurs) et de détente (turbines).

Chapitre II : Introduction Thermodynamique des machines de compression (compresseurs) et de détente (turbines). Chaptre II : Introducton hermodynamque des machnes de compresson (compresseurs) et de détente (turbnes). II. : Introducton. On s'ntéresse dans ce chaptre à l'ntroducton thermodynamque des compresseurs

Plus en détail

Théorie cinétique des gaz

Théorie cinétique des gaz Théorie cinétique des gaz I Pression cinétique On considère un gaz parfait foré de N olécules onoatoiques, chacune de asse, en équilibre à la tepérature T dans une enceinte de volue V On cherche à déteriner

Plus en détail

Electronique quantique

Electronique quantique Electoique quatique 3 èe èe Cous "Hilbet et Fouie à ote aide" /3 alai.sibille@esta.f Qu avos-ous déjà ais? La stuctue liéaie de l'équatio de Scödige ilique que la cobiaiso liéaie de deux solutios est égaleet

Plus en détail

POTENTIEL CHIMIQUE D UN CONSTITUANT PHYSICO-CHIMIQUE

POTENTIEL CHIMIQUE D UN CONSTITUANT PHYSICO-CHIMIQUE JL 2005-2006 2 PC HdB CHAPITRE 2 POTENTIEL CHIMIQUE D UN CONSTITUANT PHYSICO-CHIMIQUE Le otentel chmque d un consttuant hyscochmque est, comme nous l avons ndqué, la dérvée artelle de l enthale lbre ar

Plus en détail

Chapitre 4.2a Trajectoire d une particule dans un champ magnétique

Chapitre 4.2a Trajectoire d une particule dans un champ magnétique hapite 4.a Tajectoie d une paticule dans un chap agnétique Moueent dans un chap agnétique unifoe onsidéons une chage positie q se déplaçant à itesse dans un chap agnétique unifoe B où la itesse est entièeent

Plus en détail

Exercices d algorithmique

Exercices d algorithmique Exercces d algorthmque Les algorthmes proposés ne sont pas classés par ordre de dffculté Nombres Ecrre un algorthme qu renvoe la somme des nombre entre 0 et n passé en paramètre Ecrre un algorthme qu renvoe

Plus en détail

Chapitre 4 : Le potentiel électrique

Chapitre 4 : Le potentiel électrique Chapite 4 : Le potentiel électique Execices E1. On donne q =30Cet V =10 8 V. (a) Dans cet execice, oute la éféence à l éclai, on ne founit aucun détail su la façon de déplace la chage ente le nuage et

Plus en détail

Leçon Force normale. L applet Force normale simule les forces qui s exercent sur un bloc qui se déplace verticalement. Préalables

Leçon Force normale. L applet Force normale simule les forces qui s exercent sur un bloc qui se déplace verticalement. Préalables Leçon Foce nomale L applet Foce nomale simule les foces qui s execent su un bloc qui se déplace veticalement. Péalables L élève devait connaîte les concepts d accéléation et de foce, et le lien qui existe

Plus en détail

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i Exercces avec corrgé succnct du chaptre 3 (Remarque : les références ne sont pas gérées dans ce document, par contre les quelques?? qu apparassent dans ce texte sont ben défns dans la verson écran complète

Plus en détail

Actionneurs Electriques

Actionneurs Electriques Plan Actionneus éluctants Actionneus électodynamiques Actionneus électomagnétique Actionneus hybides ou éluctants polaisés Actionneus classiques 1 Actionneus éluctants ou machine à éluctance vaiable Pas

Plus en détail

Quantité de mouvement Les systèmes de masse variable

Quantité de mouvement Les systèmes de masse variable 3 ème os DYNAMIQUE Théoie Quantité de mouvement Les systèmes de masse vaiable Intoduction À pati du Moyen Âge, on s'est endu compte que la vitesse ne suffisait pas à explique toutes les caactéistiques

Plus en détail

Chapitre 3.6 L énergie potentielle gravitationnelle des astres

Chapitre 3.6 L énergie potentielle gravitationnelle des astres Chapte 3.6 L énee potentelle atatonnelle des astes Équaton énéale du taal de la oce atatonnelle Nous aons donné la dénton suante à la oce atatonnelle : m et G ˆ F F m F : Foce atatonnelle subt pa m (N

Plus en détail

Chapitre 6: Moment cinétique

Chapitre 6: Moment cinétique Chapite 6: oment cinétique Intoduction http://www.youtube.com/watch?v=vefd0bltgya consevation du moment cinétique 1 - angula momentum consevation 1 - Collège éici_(360p).mp4 http://www.youtube.com/watch?v=w6qaxdppjae

Plus en détail

L importance des incitations financières dans l obtention d un emploi est-elle surestimée?

L importance des incitations financières dans l obtention d un emploi est-elle surestimée? L motance des nctatons fnancèes dans l obtenton d un emlo est-elle suestmée? Cylle Hagneé (*) Nathale Pcad (**) Alan Tannoy (***) Kane Van de Staeten (****) Nous estmons sx modèles où ntevennent d une

Plus en détail

Théorie des Nombres - TD1 Rappels d arithmétique élémentaire

Théorie des Nombres - TD1 Rappels d arithmétique élémentaire Unversté Perre & Mare Cure Master de mathématques 1 Année 2012-2013 Module MM020 Théore des Nombres - TD1 Rappels d arthmétque élémentare Exercce 1 : Trouver tous les enters n N tels que ϕ(n) = 6. Même

Plus en détail

( ) ( ) U. c,e. Remarque : On s intéressera quasiment systématiquement à un système au repos dans le référentiel d étude. tot

( ) ( ) U. c,e. Remarque : On s intéressera quasiment systématiquement à un système au repos dans le référentiel d étude. tot herodnaique Le paragraphe I. est consacré à l introduction (d une partie) du vocabulaire de base de la therodnaique. Dans le paragraphe II., l étude d un sstèe particulier, le gaz parfait, peret une preière

Plus en détail

Chapitre VIII Ondes électromagnétiques et fibres optiques

Chapitre VIII Ondes électromagnétiques et fibres optiques Chapite VIII Ondes électomagnétiques et fibes optiques I Les Ondes Electomagnétiques II Les lois de l optique géométique III La fibe optique : un guide de lumièe I Les Ondes Electomagnétiques I.1 Le champ

Plus en détail

Exercices Électrocinétique

Exercices Électrocinétique ecces Électocnétque alculs de tensons et de couants -2.1 éseau à deu malles étemne, pou le ccut c-conte, l ntensté qu tavese la ésstance 2 et la tenson u au bones de la ésstance 3 : 1) en fasant des assocatons

Plus en détail

Le théorème du viriel

Le théorème du viriel Le théorème du vrel On se propose de démontrer le théorème du vrel de deux manères dfférentes. La premère fat appel à deux "trcks" qu l faut vor. Cette preuve met en avant une quantté, notée S c, qu permet

Plus en détail

Physique quantique. Dans l UF Physique Quantique et Statistique. 3ème année IMACS. Pierre Renucci (cours) Thierry Amand (TDs)

Physique quantique. Dans l UF Physique Quantique et Statistique. 3ème année IMACS. Pierre Renucci (cours) Thierry Amand (TDs) Physque quantque Dans l UF Physque Quantque et Statstque ème année IMACS Pee enucc cous They Aman TDs Objectfs UF Nanophysque I : De l Optque onulatoe à la Photonque et aux Nanotechnologes La physque quantque

Plus en détail

L3 PAPP Physique Quantique et applications UE A302 Chapitre VII PLAN Moment cinétique de spin Addition de moments cinétiques

L3 PAPP Physique Quantique et applications UE A302 Chapitre VII PLAN Moment cinétique de spin Addition de moments cinétiques L3 PAPP Physique Quantique et applications UE A3 Chapite VII PLAN Moment cinétique de spin Addition de moments cinétiques I) Expéience de ten et Gelach (9) ) L expéience ) Valeus numéiques 3) Matices de

Plus en détail

Grandeurs de réaction et de formation

Grandeurs de réaction et de formation PSI Brzeux Ch. hermochme 1 : grandeurs de réacton et de formaton 1 C H A P I R E 1 r a p p e l s e t c o m p l é m e n t s ) Grandeurs de réacton et de formaton 1. RAPPELS 1.1. Phases et consttuants Donnons

Plus en détail

Une voiture de masse 1200kg (considérée comme un point matériel!) monte une côte à α=5? avec une vitesse constante de v=36 km/h.

Une voiture de masse 1200kg (considérée comme un point matériel!) monte une côte à α=5? avec une vitesse constante de v=36 km/h. Exercce I : La ontée en oture Une oture de asse 00kg (consdérée coe un pont atérel!) onte une côte à α=5? aec une tesse constante de =36 k/h. a)- Calculez le traal que ournt le oteur en 5 n. b)- Quelle

Plus en détail

Soutien : Modèle de Potts mars 2015

Soutien : Modèle de Potts mars 2015 Année 04 05 Physque Statstque hors équlbre et transtons de phase Souten : Modèle de Potts mars 05 On onsdère une varante du modèle d Isng, dte de Potts, dans laquelle les N degrés de lberté (qu on appellera

Plus en détail

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours Valeur absolue foncton valeur absolue Cours CHAPITRE 1 : Dstance entre deu réels 1) Eemples prélmnares 2) Défnton 3) Proprétés CHAPITRE 2 : Valeur absolue d un réel 1) Défnton 2) Proprétés CHAPITRE 3 :

Plus en détail

Chap.4 Application du 2 e principe aux réactions chimiques Evolution et équilibre d un système chimique

Chap.4 Application du 2 e principe aux réactions chimiques Evolution et équilibre d un système chimique Chap.4 Applcaton du e prncpe aux réactons chmques Evoluton et équlbre d un système chmque 1. Entrope standard de réacton 1.1. (Rappels) e prncpe de la thermodynamque 1.. Défnton et méthodes de calcul de

Plus en détail

Méthodes en Sciences-Physiques. Programme de Première S.

Méthodes en Sciences-Physiques. Programme de Première S. Méthodes en Scences-Physques. Programme de Premère S. Comment réalser et utlser les tableaux d avancement en Premère S Équaton de la réacton 3Ag + aq + AsO 3 4 aq Ag 3 AsO 4 s quanttés de matère en mol

Plus en détail

²Chapitre-2 Ondes lumineuses

²Chapitre-2 Ondes lumineuses ²Chapite- Ondes luineuses Les ondes luineuses sont des ondes életoagnétiques, est à die les gandeus qui se popagent sont un hap életique E et un hap agnétique B. Le aatèe ondulatoie de la luièe a été énoné

Plus en détail

E S UE3 A C. Physique et biophysique. Toute la physique en 1 volume. Dounia Drahy

E S UE3 A C. Physique et biophysique. Toute la physique en 1 volume. Dounia Drahy P MÉDECINE PHARMACIE DENTAIRE SAGE-FEMME UE3 A C Physique et biophysique Dounia Dahy E S Toute la physique en 1 volume Rappels de cous + de 300 QCM et execices Tous les coigés détaillés Table des matièes

Plus en détail

Le premier principe de la thermodynamique. Marie Paule Bassez http://chemphys.u strasbg.fr/mpb

Le premier principe de la thermodynamique. Marie Paule Bassez http://chemphys.u strasbg.fr/mpb Le premier principe de la thermodynamique Marie Paule Bassez http://chemphys.u strasbg.fr/mpb PLAN 1. Notion de système 2. Réversibilité 3. Travail d'un fluide en dilatation ou en compression 4. Détente

Plus en détail

Dynamique du point matériel

Dynamique du point matériel Chaptre III Dynaqe d pont atérel I Généraltés La cnéatqe a por objet l étde des oveents des corps en foncton d teps, sans tenr copte des cases q les provoqent La dynaqe est la scence q étde (o déterne)

Plus en détail

Spé 2008-2009 Devoir n 8 OPTIQUE

Spé 2008-2009 Devoir n 8 OPTIQUE Spé 8-9 Devoi n 8 OPTIQUE ETRALE PSI 8 A Pou que deux ondes poduisent des inteféences, il faut qu elles soient cohéentes, c est-à-die igoueusement synchones Pou obteni expéimentalement cette condition

Plus en détail

ns n I. Champ tournant, rotation synchrone, rotation asynchrone TGC LE MOTEUR ASYNCHRONE (MAS) 1/9

ns n I. Champ tournant, rotation synchrone, rotation asynchrone TGC LE MOTEUR ASYNCHRONE (MAS) 1/9 TGC LE MOTEUR ASYNCHRONE (MAS) 1/9 I. Champ tounant, otatioynchone, otation asynchone On appelle champ tounant un champ magnétique animé d'un mouvement de otation. On peut en cée un en faisant toune un

Plus en détail

Chapitre 5: La programmation dynamique

Chapitre 5: La programmation dynamique Chaptre 5: La programmaton dynamque. Introducton La programmaton dynamque est un paradgme de concepton qu l est possble de vor comme une améloraton ou une adaptaton de la méthode dvser et régner. Ce concept

Plus en détail

Utilisation du symbole

Utilisation du symbole HKBL / 7 symbole sgma Utlsaton du symbole Notaton : Pour parler de la somme des termes successfs d une sute, on peut ou ben utlser les pontllés ou ben utlser le symbole «sgma» majuscule noté Par exemple,

Plus en détail

( ), dans les conditions standards, va

( ), dans les conditions standards, va THERMOCHIMIE R. Duperray Lycée F.BUISSON PTSI U T I L I S A T I O N D E S T A B L E S D E S G R A N D E U R S T H E R M O D Y N A M I Q U E S S T A N D A R D Dans le chaptre précédent, nous avons vu l

Plus en détail

Cours de Calcul numérique MATH 031

Cours de Calcul numérique MATH 031 Cours de Calcul numérque MATH 03 G. Bontemp, A. da Slva Soares, M. De Wulf Département d'informatque Boulevard du Tromphe - CP22 http://www.ulb.ac.be/d Valeurs propres en pratque. Localsaton. Méthode de

Plus en détail

L'atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique

L'atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique L'atome et la mécanique de Newton : Ouvetue au monde quantique Lod Kelvin affime en 1892 que "tous les concepts de la physique sont déteminés, et qu'il n'y a plus qu'à touve quelques décimales supplémentaies

Plus en détail

REPONSE DES STRUCTURES GLISSANTES A UNE EXCITATION SISMIQUE : ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE

REPONSE DES STRUCTURES GLISSANTES A UNE EXCITATION SISMIQUE : ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE REPONSE DES STRUCTURES GLSSANTES A UNE EXCTATON SSMQUE : ETUDE BBLOGRAPHQUE RESPONSE OF SLDNG STRUCTURES TO SESMC EXCTATON : BBLOGRAPHCAL STUDY EDF Electcté de Fance Decton des Etudes et Recheches SERVCE

Plus en détail

Problème I : quartz et électronique (ENSTIM 2004)

Problème I : quartz et électronique (ENSTIM 2004) MSI 11 déebe 004 8 h 1 h Devoi en teps liité n 5 Toute éponse non justifiée ne donne ps lieu à ttibution de points L utilistion des lulties est utoisée oblèe I : qutz et életonique (ENSTIM 004) NB : Auune

Plus en détail

Thermodynamique de l atmosphère

Thermodynamique de l atmosphère Thermodynamique de l atmosphère 1 Introduction Notion de parcelle d air L atmosphère est composée d un ensemble de molécules. Pour la description de la plupart des phénomènes étudiés, le suivi des comportements

Plus en détail

I. Fonctionnalités du tableur

I. Fonctionnalités du tableur Olver Coma Macro MRP pour Excel Decembre 1999 I. Fonctonnaltés du tableur I.1. Feulle «Nomenclature «Le tableur propose pluseurs optons à l ouverture du fcher. Cnq boutons apparassent à drote de la feulle

Plus en détail

Analyses de sensibilité et Recalage de modèles thermiques spatiaux à l aide d algorithmes génétiques.

Analyses de sensibilité et Recalage de modèles thermiques spatiaux à l aide d algorithmes génétiques. Analyses de sensblté et Recalage de modèles thermques spataux à l ade d algorthmes génétques. Approches stochastques et Industre 2&3/02/2006 F.JOUFFROY/A.CAPITAINE Plan de la présentaton Contexte Modélsaton

Plus en détail