Utilisation des tests virologiques pour le diagnostic, le pronostic et la surveillance des infections congénitales à CMV

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Utilisation des tests virologiques pour le diagnostic, le pronostic et la surveillance des infections congénitales à CMV"

Transcription

1 Utilisation des tests virologiques pour le diagnostic, le pronostic et la surveillance des infections congénitales à CMV Centre National de Référence du Cytomégalovirus Marianne Leruez-Ville Laboratoire de Virologie Hôpital Necker- Laboratoire associé 30 novembre 2011 SFM «Actualités sur la pathologie liée au Cytomégalovirus Humain (CMVH)»

2 Le poids de l infection congénitale à CMV: données de la littérature internationale Prévalence à la naissance Globale = 0.7% 1 Pays européens : 0.18 to 0.9 % 2,3,4 Symptomatique à la naissance 12.7 % 1 Séquelles Symptomatique : déficit cognitif et surdité 40 to 58% 1 Asymptomatique: surdité 13.5% (0 23.5%) 1 2= Barbi et al, 2006; 3= Halwachs et al, 2000; 4=Gaytant et al, = Dollard et al, 2007; 5= Ross Sa et al, 2006; Foulon et al, 2008

3 Physiopathologie de l infection fœtale Infection maternelle (virémie maternelle) 1.Infection placenta 2. Infection fœtale Infection systémique virémie fœtale Réplication dans le rein Virus est éliminé dans l urine fœtale 16 SG Virus s accumule dans le liquide amniotique CMV est détectable dans LA 6 to 9 semaines après l infection maternelle: PRELEVEMENT DE CHOIX POUR LE DPN

4 Physiopathologie de la maladie fœtale 6. RCIU 1.Placenta infection: placentite Infection Maternelle 4 à 8 semaines 7. Atteinte du cerveau fœtal est tardive et rare: Mais constitue le facteur pronostique majeur 2. Réplication dans le rein: oligohydramnios or polyhydramnios Symptômes d infection fœtale généralisée: souvent transitoire 3. Entérocolite virale: Intestin hyperéchogène 4. Hépatite virale: Hépatomégalie 5. Insuffisance hépatique Ascite Epanchement péricardique Anasarque

5 L infection fœtale à CMV survient après une infection maternelle primaire ou secondaire Risque d infection fœtale 32% 1 après infection maternelle primaire 1.4% 1 après infection maternelle secondaire La transmission verticale rare après infection secondaire mais les conséquences fœtales sévères possibles La surdité : 2 fois moins fréquente après infection maternelle secondaire 2 Pas d outil simple pour le diagnostic d infection maternelle secondaire Complications possibles à tous les termes mais plus fréquentes en cas d infection fœtale au premier trimestre 1= Kenneson et al, 2007; 2=(Foulon et al, J Pediatrics, 2008)

6 Recommandations ANAES 2004 Compte tenu de certaines inconnues sur l histoire naturelle de la maladie (fréquence des infections secondaires chez la mère et conséquences pour le fœtus et l enfant, incidence des séquelles tardives), de l absence de traitement préventif ou curatif chez la mère, et de risques (complications de l amniocentèse, nombre accru de demandes d interruption de grossesse, anxiété), le dépistage systématique du CMV chez les femmes enceintes ou le dépistage ciblé du CMV sur une population à risque n est pas recommandé en L information concernant les mesures d hygiène universelles doit être donnée aux femmes enceintes.

7 Primo-infection à CMV et grossesse en France Séroprévalence 50-55% chez les femmes enceintes en France Fréquence de la PI à 1.4% dans une population de femmes dépistées entre 1992 et 1999 dans 4 hôpitaux et dont (55.4%) étaient séronégatives en début de grossesse (Gouarin S et al, 2001, J Clin Virol) 0.71% dans une population de 3782 femmes dépistées entre 2005 et 2006 dans un seul hôpital + information sur les mesures d hygiène (Picone et al, BJOG, 2009) PI au premier trimestre : 0.46% PI au 2 ème ou 3 ème trimestre 0.26%

8 Le diagnostic de primo-infection maternelle Circonstances: Une sérologie systématique en début de grossesse: non recommandée mais souvent faite Une sérologie faite à l occasion de symptômes maternels (fièvre inexpliquée ) ou de symptômes fœtaux Séro-conversion Sérologie CMV avec recherche d IgG et d IgM CMV difficultés : Qualité des tests IgM: concordance 56 et 75%, sensibilité 30 à 100% 1,2 I Interprétation: IgM persistantes IgM d infections secondaires IgM par réaction croisée ( EBV PI, B19 PI) 1: Lazzarotto et al, 1997, Clin Diagn Lab Immunol 2: Busse et al, J Clin Virol, 2008

9 Tests d avidité des IgG : datation primo-infection Basé sur l affinité des IgG aux Ag CMV PI: IgG ont uune affinité faible pour les Ag La réponse IgG mature en plusieurs semaines ou mois Ig de forte avidité persistent à vie Trousses commerciales : 3 interprétations Avidité basse = PI < à 3 mois Avidité élevée = exclue PI de < 3 mois Avidité intermédiaire Difficultés Faible concordance entre les interprétations des différentes trousses Que faire d un résultat intermédiaire?

10 Résultats obtenus par 2 trousses commerciales d avidité des IgG CMV 173 sérum /IgM positives/ femmes enceintes au premier trimestre Technique 1 Technique 2 High (N of fetal infection, %) High 35 (1, 2.8%) Interme diate Intermediat e (N of fetal infection, %) 49 (0) 34 (1, 2.9%) Low (N of fetal infection, %) 3 (0) (2, 5.7%) Low 0 (0) 1 (0) 16 (7, 44%) Total 118 Total /173: 50% de résultats discordants Technique 1= Liaison Diasorin Technique 2= Vidas Biomerieux

11 Profil sérologique au premier trimestre et risque d infection foetale IgG- et IgM- IgG+ et IgM- IgM+ et IgG+ Pas d immunité risque séroconversion T2 et T3 0.4% Immune Index avidité élevé Immune Index avidité intermédiaire =PI non exclue Risque d infection foetale 2.5% PI exclue ( infection fœtale après infection maternelle secondaire non exclue) Index avidité bas= PI risque d infection fœtale 40% 3 1:Munro et al, JCM, :Mace et al, Prenatal Diagn :Guerra et al, AJOG, 2007

12 Expérience de Necker: année 2010 IgG + et IgM N=1195 Dépistage IgG et IgM à 12 SA N= 2156 (81496 euros) IgG+ et IgM+ N=12(1%) IgG- et IgM+ N=1 IgG- et IgM- N=948 Index avidité élevé: N=9 pas de PI Index avidité intermédiaire N=2 Index avidité bas N=2 PI (2/950: 0.21%) IgM = faux POS 1 perdu de vue 1 enfant non infecté 1 fœtus infecté, lésions cérébrales, IMG 1 fœtus non infecté et enfant non infecté

13 Diagnostic de l infection fœtale à CMV Anomalies à l échographie Primo-Infection maternelle Faut-il vérifier l absence de virémie maternelle? Amniocentèse Détection CMV dans liquide amniotique (LA)

14 En cas de PCR CMV positive dans le sang maternel: l amniocentèse expose t elle à un risque iatrogénique pour le fœtus? Une seule étude (MG Revello, JID, 2008) Pas d augmentation du risque de donner naissance à un bébé infecté lorsque la mère a une PCR sanguine positive au moment de l amniocentèse La présence de CMv dans le sang maternel n apparaît pas comme un risque iatrogène significatif de transmission du CMV au foetus Cependant, il parait raisonnable d éviter la ponction de LA lorsque la PCR sanguine maternelle est positive particulièrement lorsque la charge virale est élevée: à décider cas par cas

15 Quelle technique pour la détection du CMV dans le liquide amniotique: culture ou PCR? Séries Lazzarotto et al, 1998, N=82 Nigro et al, 1999, N=117 Antsaklis et al, 2000, N=37 Gouarin et al, 2001, N=97 Enders et al, 2001; N=176 Revello et al, 2002, N=88 Culture Sensibilité Spécificité 50% 100% 57% 100% 64% 72% 98% 79% 100% 82% 100% PCR Sensibilité Spécificité 100% 83% 100% 97% 79% 72% 97% 81% 98% 93% 100% CMV PCR in LA= est la technique de référence pour le diagnostic prénatal

16 La recherche de l ADN viral par PCR dans le liquide amniotique est la technique de référence Utilisation de plus en plus généralisée de la technique de PCR temps réel Excellente sensibilité et spécificité Possibilité d utilisation de trousses commercialisées standardisées validées pour le diagnostic prénatal 1 Amplification de régions génomiques conservées Recherche systématique d inhibiteur de PCR Automatisation de l extraction et de l amplification, informatisation bidirectionnelle limitant le risque d erreur Si ADN présent dans le prélèvement de LA la sensibilité et la spécificité de la PCR sont de 100% 1: Ducroux et al, JCM, 2008

17 Trois conditions sont requises pour une sensibilité optimale du diagnostic prénatal de l infection congénitale à CMV 1) un intervalle d au moins 7 semaines doit être respecté entre la ponction de liquide amniotique et la séroconversion maternelle 2) la ponction de liquide amniotique doit être réalisée après SA 3) des techniques sensibles et spécifiques de PCR doivent être utilisées pour la détection du CMV dans le liquide amniotique Dans ces conditions optimales, le diagnostic prénatal a une sensibilité > 90% et une spécificité proche de 100%

18 Cependant, même dans ces conditions optimales Rares faux négatifs du diagnostic prénatal : Avec une PCR négative dans le liquide amniotique et une PCR positive dans les urines à la naissance. 8 cas dans la série de Revello et al (1990 à 2007). Liés à un passage tardif du virus : Après 20 semaines Plus de 7 semaines après la séroconversion maternel: l intervalle entre séroconversion maternelle et l infection fœtale peut-être long jusqu à 19 semaines 1 Bon pronostique? Les 8 cas de transmission tardive rapportés par Revello and al = 8 nouveau-nés asymptomatiques Plus de données sont nécessaires pour conclure sur le pronostique de ces infections tardives (1: Revello et al, JID, 2008)

19 Résultats du diagnostic prénatal CMV: Necker ( ) 520 LA: 386: symptômes foetaux 134: primo-infection maternelle CMV PCR (extraction automatisée, «in house» real time PCR) + culture 473 (90%): PCR-/culture- 45: PCR+/culture+ 1: PCR+/culture 1: PCR-/culture + 46 diagnostics positifs 48 nouveau-nés infectés (48/137) Spécificité du diagnostic prénatal 100% (PCR 97%; culture 100%) Sensibilité du diagnostic prénatal 98.5% (PCR 97.8%, culture 98.5%) 2 cas de transmission retardée (1.4%) (Nx asymptomatiques)

20 Expérience Necker: 34 cas d infections maternofœtales bien documentées nouveau-nés asymptomatiques et pas de séquelles 17 après PI maternelles: 9 T1, 6T2 et 2T3 1 : PI non exclue (index avidité intermédiaire en T1) 3 nouveau-nés séquelles 3 après PI en T1 (un sévère, 2 surdités) 13 fœtus atteintes sévères (cérébrales, IMG): 11 après PI en T1 1 après PI non exclue (index avidité intermédiaire en T1) 1 cas infection maternelle secondaire

21 Le diagnostic néonatal Indications: dépistage ciblé Nouveau-né présentant des symptômes compatibles avec infection à CMV Nouveau-né né de mère ayant une histoire de PI pendant la grossesse Techniques de références recherche du virus dans les urines prélevées dans les 15 premiers jours de vie Culture virale rapide : problème des faux négatifs liés aux délais d acheminement des prélèvements PCR: PCR en temps réel +++:

22 Le diagnostic de l infection congénitale à CMV dans les prélèvements de salive Intérêt : plus facile à prélever, charge virale élevée en cas d infection congénitale Peu de data dans la littérature sur le sensibilité et la spécificité salive/urine Mais semble une méthode sensible et spécifique 1 sur des petites séries, éviter de prélever juste après la tétée (présence d ADN CMV dans le lait maternel) Pratiqué couramment dans certains centres 1= Yamamoto et al, JCV, 2006

23 Le diagnostic de l infection congénitale à CMV dans les prélèvements de sang à la naissance: peu de données PCR dans le plasma sanguin: détecte 100% des enfants symptomatiques mais seulement 80% à 90% des cas d infections asymptomatiques. Nelson et al, JCM, 1995, Boppana J Pediatrics, 2005 PCR CMV dans le sang de cordon: pas de comparaison avec la technique de référence. Appliqué dans une étude: dépistage de 544 nouveau-nés, 2 (0.5%) positifs. Theiler et al, J Clin Virol, 2006

24 Le diagnostic de l infection congénitale par PCR CMV dans le sang séché (DBS) sur Guthrie En l absence d une politique de dépistage systématique à la naissance: disposer d une technique permettant le diagnostic rétrospectif des cas d infection congénitale à CMV : enfants présentant des symptômes évocateurs (surdité ou autres neurologiques) Seul prélèvement universel conservé de 2 à 3 ans: sang séché sur carton de Guthrie Sensibilité du diagnostic de l infection à CMV dans les DBS : 37 à 100% selon les séries dépend de la technique d extraction et d amplification utilisée de la population étudiée : screening ou ciblée

25 Evaluation de la sensibilité du dépistage de l infection à CMV sur DBS dans une population ciblée Evaluation prospective dans une population à haut risque: nouveau-nés avec symptômes compatibles ou nés de mère ayant une histoire de PI pendant la grossesse Inclusion dans 3 maternités (Necker/IPP; Poissy et Béclère) de juin 2007 à décembre 2010 Comparaison en aveugle : PCR CMV dans urine / PCR CMV dans DBS avec 2 techniques dans 2 laboratoires Leruez-Ville, Clin Infect Dis, 2011

26 Population de l étude Caractéristiques N=271 No. (%) Sexe Garçon 127 (46.9) Fille 144 (53.1) Critères d inclusion Symptômes cliniques compatibles 164 (60.5) Primo-infection maternelle 74 (27.3) Les deux 19 (7.0) Non spécifié 14 (5.2) Nouveau-nés avec une infection congénitale à CMV prouvée (PCR positive dans les urines) 64 (23.6) Statut clinique des nouveau-nés infectés Symptomatiques 19 (29.7) Asymptomatiques 45 (70.3) Leruez-Ville M, CID, 2011

27 Performance des tests de PCR CMV dans le Guthrie Technique 1 Technique 2 Test de référence Au moins un duplicat positif (+/- or -/+) 2 duplicats positifs (+/+) Positif Négatif Total Positif Négatif Total Positif Négatif Total Positif Négatif Analyses % (intervalle de confiance à 95%) Sensibilité 100 ( ) 96.9 ( ) 95.0 ( ) Spécificité 98.1 ( ) 99.0 ( ) 98.5 ( ) VPP 94.1 ( ) 96.9 ( ) 95.0 ( ) VPN 100 ( ) 99.0 ( ) 98.5 ( ) Charge virale médiane en log 10 copies/ml Vrai positif (n= 64) 3.87 [ ] (n=60) 3.29 [ ] Faux positif (n=4) 2.55 [ ] (n=3) 1.38 [ ]

28 Le dépistage par PCR CMV sur DBS «rate» une partie des diagnostics: probablement ceux des nouveau-nés peu virémiques ou pas virémiques Mais: ces nouveau-nés ont-ils un risque de séquelle?

29 Intérêt de la charge virale dans l infection congénitale à CMV Charge virale dans le liquide amniotique et sévérité infection fœtale? Charge virale dans le sang fœtal et sévérité infection fœtale? Charge virale dans le sang à la naissance et survenue de séquelles?

30 Charge virale dans le liquide amniotique et sévérité de l infection fœtale? 5.64 log 10 [ ] 6.94 log 10 [ ] Charges virales LA Q1 Min Moust.Inf Médiane Moust.Sup Max Q Asymptomatiques N=17 Symptomatiques N=18 Charges virales dans 35 échantillons de liquide amniotique tout venant P=0.008 (Wilcoxon test) Gestational age at Amniocentesis

31 Charge virale dans le liquide amniotique et sévérité de l infection fœtale? 4.83 log 10 [ ] 6.91 log 10 [ ] Charges virales LA Charges virales dans 23 échantillons de liquide amniotique prélevés entre chez des femmes ayant une PI au premier trimestre de la grossesse Asymptomatiques N=7 Symptomatiques N=16 P=0.013 Wilcoxon test

32 Charge virale dans le sang fœtal et sévérité de l infection fœtale? 24 échantillons de sang fœtaux ( ) testés prospectivement avec le même protocole de PCR Les charges virales sanguines sont plus basses dans les cas d infections asymptomatiques mais difficile de définir une valeur seuil CMV DNA in fetal blood (log 10 copies/ml) Charges virales PSF log 10 [ ] Asymptomatic N= p= log 10 [ ] Symptomatic et séquelles N=19 Q1 Min Moust.Inf Moust.Sup Max Q3

33 Charge virale sanguine à la naissance et risque de séquelles? Proportion d enfants avec des séquelles à M12 en fonction de la charge virale dans la fraction leucocytaire à la naissance Lanary et al, Pediatrics, 2006

34 Charge virale sanguine à la naissance et développement de la surdité? Charge virale à la naissance Enfants asymptomatiques ayant développés une surdité Enfants asymptomatiques n ayant pas développé de surdité Tous les enfants avec déficit auditif avaient une charge virale >3500 cp/ml à la naissance 1 Boppana et al, J Pediatr 2005

35 Résultats contradictoires CMV DNA dans le sang à différent temps = enfant avec déficit auditif, = enfant avec audition normale A = enfants asymptomatiques à la naissance B= enfants asymptomatiques à la naissance Pas de différences significatives entre les CV des enfants ayant développés un déficit auditif et ceux n ayant pas développés de déficit auditif Ross et al, Pediatr Infect Dis, 2009

36 Surveillance des infections materno-fœtales en France (déclarations CNR) Not documented Asymptomatic Mild Severe Environ 70 cas par an

37 gb3 gb1 Cluster gb2

38 En France: estimations/an Primo-infections pendant la grossesse: 2800 à 5600 dont 800 à 1900 au premier trimestre, Prévalence à la naissance: 2 à 5 pour 1000 grossesses soit 1600 à 4000 Morbidité fœtale ou à la naissance Infections symptomatiques (12.5%) : 203 à 508 Infections asymptomatiques (87.5%) : 1440 à 3492 Séquelles neurologiques sévères +/- surdité (50%): 101 à 254 dont environ 1/3 à ½ sont détectées en anténatal Surdité chez les asymptomatiques (5%): 72 à 174 (aucune détectée en anténatal)

39 Conclusions La primo-infection à CMV chez la femme enceinte est fréquente avec une prévalence de 0.7 à 1% chez les femmes séronégatives soit 200 à 500 cas pour 10 5 naissances Mais la maladie à CMV chez le fœtus et le nouveauné ainsi que les séquelles à long terme sont rares: 1 à 3 cas de handicap neurologique sévère pour 10 5 naissances ET 1 à 2 cas de surdité isolée pour 10 5 naissances

ÉVALUATION DE L INTÉRÊT DU DÉPISTAGE DE L INFECTION À CYTOMÉGALOVIRUS CHEZ LA FEMME ENCEINTE EN FRANCE

ÉVALUATION DE L INTÉRÊT DU DÉPISTAGE DE L INFECTION À CYTOMÉGALOVIRUS CHEZ LA FEMME ENCEINTE EN FRANCE ÉVALUATION DE L INTÉRÊT DU DÉPISTAGE DE L INFECTION À CYTOMÉGALOVIRUS CHEZ LA FEMME ENCEINTE EN FRANCE Septembre 2004 Service évaluation technologique Service évaluation économique Septembre 2004 Évaluation

Plus en détail

Infection VIH et Grossesse Rédigée par : Laurichesse Hélène, C Jacomet

Infection VIH et Grossesse Rédigée par : Laurichesse Hélène, C Jacomet Procédure qualité : «VIH et grossesse» Page 1 sur 6 CHU de Clermont-Ferrand Service de Gynécologie-obstétrique Pôle Gynécologie-Obstétrique biologie de la reproduction Procédure médicale Infection VIH

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille XVIIe Journée Régionale de Pathologie Infectieuse 12 octobre 2010 Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille conflits d intérêts subventions,

Plus en détail

Le titrage de l AgHBs: un témoin du statut du patient et de la réponse au traitement. Denis Ouzan Institut Arnault Tzanck, Saint-Laurent-du-Var

Le titrage de l AgHBs: un témoin du statut du patient et de la réponse au traitement. Denis Ouzan Institut Arnault Tzanck, Saint-Laurent-du-Var Le titrage de l AgHBs: un témoin du statut du patient et de la réponse au traitement Denis Ouzan Institut Arnault Tzanck, Saint-Laurent-du-Var Objectifs pédagogiques Connaitre les problèmes pratiques posés

Plus en détail

Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses

Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses M-H H BESSIERES,, S. CASSAING, A. BERRY, R. FABRE, J-F.. MAGNAVAL Service de Parasitologie-Mycologie Diagnostic biologique d une d parasitose

Plus en détail

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours Grossesse et HTA J Potin Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours HTA et grossesse Pathologie fréquente : 2 à 5 % des grossesses (2 à 3 % des multipares, 4 à 8 % des primipares)

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires

Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires Jade GHOSN Laboratoire de Virologie CHU Necker-Enfants Malades EA MRT 3620 Paris 5 Réservoirs anatomiques du VIH:

Plus en détail

Les charges virales basses: constat et gestion

Les charges virales basses: constat et gestion Les charges virales basses: constat et gestion Symposium inter-régional viro-clinique Hardelot 25-26 Mai 2011 Laurence Bocket --- Laboratoire de Virologie --- CHRU Lille conflits d intérêts subventions,

Plus en détail

Indications de la césarienne programmée à terme

Indications de la césarienne programmée à terme Indications de la césarienne programmée à terme Janvier 2012 Quelles sont les indications de la césarienne programmée? Utérus cicatriciel Transmissions mère-enfant d infections maternelles Grossesse gémellaire

Plus en détail

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013 Hépatite B Le virus Structure et caractéristiques o o o Famille des Hepadnaviridae Genre orthohepadnavirus Enveloppé, capside icosaédrique, 42 nm 1 Le virus Structure et caractéristiques En microscopie

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale ARN du virus de l hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 03VHC1 Novembre 2003 Edité : mars 2006 Annales ARN-VHC 03VHC1 1 / 8 ARN-VHC 03VHC1

Plus en détail

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions.

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Exemple d une étude prospective sur la place d un test de détection rapide du SGB. HONORAT Raphaële 1, ASSOULINE Corinne 1,

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

Maladie hémolytique du nouveau né. Dr Emmanuel RIGAL Unité d hématologie transfusionelle GENEVE Présentation du 13 janvier 2012.

Maladie hémolytique du nouveau né. Dr Emmanuel RIGAL Unité d hématologie transfusionelle GENEVE Présentation du 13 janvier 2012. Maladie hémolytique du nouveau né. Dr Emmanuel RIGAL Unité d hématologie transfusionelle GENEVE Présentation du 13 janvier 2012. HISTORIQUE Période de DESCRIPTION : -Ictère, Anasarque 1609 Louyse BOURGEOIS

Plus en détail

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD?

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? Hélène MANGEARD François MALADRY Tuberculose : infection mycobactérienne Infection mycobactérienne chronique (M. Tuberculosis ++ ou bacille

Plus en détail

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Contexte Hépatite B = risque professionnel pour les soignants Passé futur

Plus en détail

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis.

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Tarek Ben Othman Congrès de la STPI, 24 avril 2009 Plan Introduction

Plus en détail

Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005. Tabac et Grossesse M. COLLET

Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005. Tabac et Grossesse M. COLLET Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005 Tabac et Grossesse M. COLLET Tabac et grossesse Problème majeur de santé publique 25 à 33 % des femmes fument pendant la grossesse Nombreuses conséquences obstétricales

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière.

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. 75 Pas de conflits d intérêts. Définitions Pré éclampsie Définitions

Plus en détail

La maladie de Stargardt

La maladie de Stargardt La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous informer sur la maladie de Stargardt.

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

L agénésie isolée du corps calleux

L agénésie isolée du corps calleux L agénésie isolée du corps calleux Agénésie calleuse Dysgénésie du corps calleux La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus

Plus en détail

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner?

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Malika Benkerrou Site de référence pédiatrique national sur la drépanocytose Hôpital Robert Debré, Paris 3èmes Journées de la Drépanocytose en Martinique

Plus en détail

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Jean Ruelle, PhD AIDS Reference Laboratory, UCLouvain, Bruxelles Corata 2011, Namur, 10 juin 2011 Laboratoires de référence SIDA (Belgique)

Plus en détail

Le cavernome cérébral

Le cavernome cérébral La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous informer sur le cavernome cérébral.

Plus en détail

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Modérateur : Dr Didier Koumavi Ekouevi INSERM U-897, Université Bordeaux Segalen, PACCI, Abidjan et Université de Lomé

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la élever CommenT UN enfant phénylcétonurique Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité vient de révéler que votre bébé est atteint de phénylcétonurie. Aujourd'hui votre enfant va bien mais vous

Plus en détail

Prise en charge du. Dr FERNANE.Arezki Hôpital André Grégoire Montreuil

Prise en charge du. Dr FERNANE.Arezki Hôpital André Grégoire Montreuil Prise en charge du nouveau-né de mère m HIV Dr FERNANE.Arezki Hôpital André Grégoire Montreuil GROSSESSE Chez une femme infecté par le VIH,la grossesse est a risque = prise en charge multidisciplinaire

Plus en détail

HTA et grossesse. Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice

HTA et grossesse. Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice HTA et grossesse Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice Définition HTA gravidique: Après 20 SA Systole> 140mmHg et/ou Diastole>90mmHg A 2 reprises séparées de plus de 6 heures Résolutive

Plus en détail

SECTION II RELATIVE AU PRÉLEVEUR

SECTION II RELATIVE AU PRÉLEVEUR SECTION II RELATIVE AU PRÉLEVEUR II-0 INDEX SECTION II Pages Section relative au préleveur Heures d ouvertures des laboratoires pour clients externes Requête régionale II-2 II-2 II-3 Informations requises

Plus en détail

Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères. Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D.

Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères. Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D. Prise en charge des déchirures périnéales obstétricales sévères Courjon M, Ramanah R, Eckman A, Toubin C, Riethmuller D. Introduction Incidence : 0,5 à 3 % Importance de la reconnaissance et d un traitement

Plus en détail

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre Fondation PremUp Mieux naître pour mieux vivre Une fondation de coopération scientifique initiée par les pouvoirs publics en 2007 6 membres fondateurs : L Assistance Publique des Hôpitaux de Paris, l Inserm,

Plus en détail

Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse

Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse Évolution des pratiques vaccinales : 3. vaccination après la grossesse Professeur Emmanuel Grimprel Service de Pédiatrie Générale, Hôpital Trousseau, Paris Université Pierre et Marie Curie, Paris Déclaration

Plus en détail

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Objectifs thérapeutiques Inhibition de la réplication virale Négativation

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Introduction Le prélèvement d une partie du foie chez une personne «vivante» et apparentée

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE

PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE Royaume du Maroc Ministère de la Santé PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE Fin du Compte à rebours 2015 Avec l appui de Contexte En souscrivant aux

Plus en détail

Otite Moyenne Aiguë. Origine bactérienne dans 70 % des cas. Première infection bactérienne tous âges confondus

Otite Moyenne Aiguë. Origine bactérienne dans 70 % des cas. Première infection bactérienne tous âges confondus Otite Moyenne Aiguë OMA / modèle Origine bactérienne dans 70 % des cas Première infection bactérienne tous âges confondus Efficacité prouvée des antibiotiques Une des première cause d utilisation des antibiotiques

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct)

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Mise en évidence par le réactif de Coombs polyspécifique d une fixation des anticorps (Igs) ou des fractions du complément (C3d) sur les hématies du

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE- DDASS DE SEINE MARITIME Département des situations d urgence sanitaire Personne chargée du dossier : Evelyne FALIP/Nicole BOHIC Tél : 01 40 56 59 65/02 32 18 31 66 evelyne.falip@sante.gouv.fr MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 WHA63/200/REC/ WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins... 9 WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 La Soixante-Troisième Assemblée mondiale de la

Plus en détail

ECHOGRAPHIE EN GYNECOLOGIE ET EN OBSTETRIQUE

ECHOGRAPHIE EN GYNECOLOGIE ET EN OBSTETRIQUE ECHOGRAPHIE EN GYNECOLOGIE ET EN OBSTETRIQUE (Diplôme Interuniversitaire National d ) 17/02/2015 avec Bordeaux, Brest, Lille, Lyon, Marseille, Nantes, Paris V et XII, Toulouse et Tours Objectifs : Formation

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 janvier 2006 ADVATE 1500 UI, poudre et solvant pour solution injectable 1 flacon(s) en verre de 1 500 UI - 1 flacon(s) en verre de 5 ml avec matériel(s) de perfusion(s)

Plus en détail

Direction des risques biologiques, environnementaux et occupationnels Institut national de santé publique du Québec

Direction des risques biologiques, environnementaux et occupationnels Institut national de santé publique du Québec AVIS DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LA RUBÉOLE Comité sur l immunisation du Québec Direction des risques biologiques, environnementaux et occupationnels Institut national de santé publique du Québec Juin

Plus en détail

LA PERITONITE INFECTIEUSE FELINE

LA PERITONITE INFECTIEUSE FELINE Marie-Hélène BONNET 8, Avenue de l Amiral Narbonne 111120 Bize Minervois Tél. 04.68.40.61.50 Email : manoirperceval@wanadoo.fr LA PERITONITE INFECTIEUSE FELINE A lire très attentivement, et à faire lire

Plus en détail

Traitement des hépatites virales

Traitement des hépatites virales Traitement des hépatites virales Philippe Sogni Hépato-gatroentérologie gatroentérologie,, Hôpital Cochin et Faculté de Médecine Paris 5 Sogni 1 Hépatite chronique C Sogni 2 Prévalence en France des Ac..

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Les hépatites virales chroniques B et C

Les hépatites virales chroniques B et C Les hépatites virales chroniques B et C www.aqodad.ma Service d hépato-gastroentérologie CHU HASSAN II; Fès 6èmes journées médicales d Al Hoceima; Le 28 09 2013 1 Introduction Problème majeur de santé

Plus en détail

Traitement des hépatites virales B et C

Traitement des hépatites virales B et C Traitement des hépatites virales B et C GFMER Yaoundé 26 Novembre 2007 Dr José M Bengoa foie cirrhotique foie normal Vitesse de développement de la fibrose fibrose VHD VHB VHC années Indications au traitement

Plus en détail

Stratégie de dépistage des Hépatites virales B et C Apport des tests rapides. Dr. LAGATHU Gisèle Laboratoire de Virologie CHU Pontchaillou

Stratégie de dépistage des Hépatites virales B et C Apport des tests rapides. Dr. LAGATHU Gisèle Laboratoire de Virologie CHU Pontchaillou Stratégie de dépistage des Hépatites virales B et C Apport des tests rapides Dr. LAGATHU Gisèle Laboratoire de Virologie CHU Pontchaillou Journée du 13 décembre 2012 Virus de l Hépatite B Historique Blumberg

Plus en détail

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Prise en charge & Prévention

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Prise en charge & Prévention LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Prise en charge & Prévention Evaluation du risque après AEV Selon le type d'accident Virus Percutanée Cutanéomuqueux Morsure VHB 2 à 40% >HCV>VIH Documentée VHC

Plus en détail

TRAITEMENT DE L HÉPATITE B

TRAITEMENT DE L HÉPATITE B TRAITEMENT DE L HÉPATITE B P Mathurin Service d Hépatogastroentérologie Pr Paris Hôpital Claude Hurriez CHRU Lille CRITERES VIROLOGIQUES ET HISTOIRE NATURELLE 1 OBJECTIF THERAPEUTIQUE: Séroconversion HBe

Plus en détail

Hépatite = inflammation du foie. Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach

Hépatite = inflammation du foie. Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach Hépatite = inflammation du foie Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach 1 Hépatites virales chroniques 2 Histoire naturelle Hépatite aiguë Guérison Hépatite chronique

Plus en détail

Maternité et activités sportives

Maternité et activités sportives Maternité et activités sportives L obstétricien est de plus en plus souvent interrogé sur les avantages et les risques de maintenir ou de débuter une APS ou de loisir pendant la grossesse. Transformations

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

Professeur Diane GODIN-RIBUOT

Professeur Diane GODIN-RIBUOT UE3-2 - Physiologie rénale Chapitre 5 : Mesure de la fonction rénale : la clairance rénale Professeur Diane GODIN-RIBUOT Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

MICROBIOLOGIE. 1. Strep A et Urine Slide. 2. Coloration de Gram 3. Virologie (HCV, HBV, HIV)

MICROBIOLOGIE. 1. Strep A et Urine Slide. 2. Coloration de Gram 3. Virologie (HCV, HBV, HIV) MICROBIOLOGIE 1. Strep A et Urine Slide (page 1) 2. Coloration de Gram (page 1) 3. Virologie (HCV, HBV, HIV) (page 1) 4. UKNEQAS Microbiology (page 2) 5. QCMD (page 4) Les programmes 1, 2 et 3 sont organisés

Plus en détail

1 ère manche Questions fermées

1 ère manche Questions fermées Quiz VIH 2011 1 ère manche Questions fermées Crips Ile-de-France / Mise à jour : août 2015 Thème : Dépistage Un test VIH négatif indique toujours que la personne qui a fait le test n est pas contaminée

Plus en détail

Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé. Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009

Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé. Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009 Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009 Complications pulmonaires en onco-hématologie (Mokart et al Chest 2003) ~ 20 % des patients ~

Plus en détail

Traitements de l hépatite B

Traitements de l hépatite B Traitements de l hépatite B S Matheron Service des maladies infectieuses et tropicales A Hôpital Bichat-Claude Bernard Virus de l hépatite B: histoire naturelle Contage Hépatite aigüe 70% asymptomatique

Plus en détail

Lecture historique et prospective du rôle de la barrière génétique

Lecture historique et prospective du rôle de la barrière génétique Lecture historique et prospective du rôle de la barrière génétique Clotilde Allavena NANTES Symposium JANSSEN JNI 2011, Toulouse Jusqu en 1996, la montée en puissance Bithérapie 2 NUCs Trithérapie 2 NUCs

Plus en détail

Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance?

Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance? Test de terrain ou test de laboratoire pour la performance en endurance? Ajaccio 12 mai 2012 F. Carré Université Rennes 1 Hopital Pontchaillou Inserm UMR 1099 Les «tests» chez le sportif Exploration performance

Plus en détail

TRAIT FALCIFORME. Clinique spécialisée d hématologie pédiatrique

TRAIT FALCIFORME. Clinique spécialisée d hématologie pédiatrique TRAIT FALCIFORME Clinique spécialisée d hématologie pédiatrique Une analyse sanguine a été effectuée chez votre enfant, soit à la naissance, soit à la demande de votre médecin. Cette analyse a démontré

Plus en détail

Vaccinations pour les professionnels : actualités

Vaccinations pour les professionnels : actualités Vaccinations pour les professionnels : actualités Dominique Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Les vaccins A (H1N1)v 4QUESTIONS +++++ Pas assez de recul???

Plus en détail

Gestion des bases de données

Gestion des bases de données Gestion des bases de données DU Chef de Projet en Recherche Clinique 23/11/2012 Fabrice GOURMELON URC/CIC Necker - Cochin 2 A. Qu est-ce qu une donnée? B. Qu est-ce qu une base de données? C. Définition

Plus en détail

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Dr A.Lillo-Le Louët, Centre Régional de Pharmacovigilance (CRPV) Paris-HEGP Avec avec Dr P.Lainé, CRPV - Angers Préambule Directeur du Centre Régional

Plus en détail

II - DIABETE DE TYPE 1 : ÉPIDÉMIOLOGIE - PHYSIOPATHOLOGIE - DIAGNOSTIC- DÉPISTAGE

II - DIABETE DE TYPE 1 : ÉPIDÉMIOLOGIE - PHYSIOPATHOLOGIE - DIAGNOSTIC- DÉPISTAGE II - DIABETE DE TYPE 1 : ÉPIDÉMIOLOGIE - PHYSIOPATHOLOGIE - DIAGNOSTIC- DÉPISTAGE I. ÉPIDÉMIOLOGIE En France, le diabète de type 1 touche 0,38 % de la population totale et environ 10 % des diabétiques.

Plus en détail

Christian TREPO, MD, PhD

Christian TREPO, MD, PhD PEG INTERFERON MONOTHERAPI E Christian TREPO, MD, PhD Unmet medical needs in chronic HBV infection Inhibition of viral replication Normalisation of ALT Improvement in liver necroinflammation Improvement

Plus en détail

Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : Résultats préliminaires

Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : Résultats préliminaires Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : culture versus PCR Résultats préliminaires J. Assoukpa, L. Dupraz, D. Lecointe UFHHLIN, Centre Hospitalier Sud Francilien,

Plus en détail

Incontinence anale du post-partum

Incontinence anale du post-partum Incontinence anale du post-partum Laurent Abramowitz Unité de proctologie médico-chirurgicale de l hôpital Bichat, Paris Et cabinet libéral Prévalence Inc anale France (1) : 11% > 45 ans Damon et al (2):Pop

Plus en détail

Faut-il faire une corticothérapie prophylactique avant une césarienne élective pratiquée à 38 SA?

Faut-il faire une corticothérapie prophylactique avant une césarienne élective pratiquée à 38 SA? Faut-il faire une corticothérapie prophylactique avant une césarienne élective pratiquée à 38 SA? (césarienne élective = césarienne pratiquée "à froid", en dehors du travail) C Dageville réanimation néonatale,

Plus en détail

Rendre les résultats d un test VIH, communiquer les messages pour refaire le test et fournir un conseil à l adulte

Rendre les résultats d un test VIH, communiquer les messages pour refaire le test et fournir un conseil à l adulte Rendre les résultats d un test VIH, communiquer les messages pour refaire le test et fournir un conseil à l adulte Il est prévu que les recommandations contenues dans ce document resteront valables jusqu

Plus en détail

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer Septembre 2009 DÉFINITION ET OBJECTIF Dès lors qu ils expriment un projet de

Plus en détail

Peut-on réduire l incidence de la gastroentérite et ses conséquences dans les écoles primaires à l aide de solution hydro-alcoolique?

Peut-on réduire l incidence de la gastroentérite et ses conséquences dans les écoles primaires à l aide de solution hydro-alcoolique? Peut-on réduire l incidence de la gastroentérite et ses conséquences dans les écoles primaires à l aide de solution hydro-alcoolique? Service des Maladies Infectieuses; CHR Orléans Unité Inserm U-707,

Plus en détail

LES DÉFICITS IMMUNITAIRES COMBINÉS SÉVÈRES

LES DÉFICITS IMMUNITAIRES COMBINÉS SÉVÈRES LES DÉFICITS IMMUNITAIRES COMBINÉS SÉVÈRES Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement

Plus en détail

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence

La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence La prise en charge de l AVC ischémique à l urgence Nathalie Bourdages, inf., B. Sc., conseillère en soins infirmiers, Direction des soins infirmiers et des regroupement clientèles, Centre hospitalier de

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC SOMMAIRE UN QUIZ POUR FAIRE UN POINT SUR MES CONNAISSANCES Un quiz pour faire un point sur mes connaissances 3 Vrai Faux Qu est-ce que l on

Plus en détail

compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte

compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte Influence des paramètres de non compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte C. Defrance, K. Warin-Fresse, G. Fau, P. Guérin, B. Delasalle, P.D. Crochet La non compaction

Plus en détail

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir?

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? H Le Hors-Albouze Urgences pédiatriques Timone enfants Marseille Traumatismes crâniens (TC) de l enfant Grande fréquence même si incidence réelle mal

Plus en détail

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes L immunoenzymologie Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic Basée e sur la très s grande spécificit cificité des anticorps pour leurs antigènes nes Test qualitatif Détection

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg»

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» Conférence de Presse 11/09/2013 «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» La Santé Périnatale au Luxembourg Etat des lieux Présentation de deux rapports : Surveillance de la Santé

Plus en détail

Tests rapides de dépistage

Tests rapides de dépistage Tests rapides de dépistage Maladies infectieuses Marqueurs cardiaques Marqueurs de tumeurs Grossesse Rhumatologie Allergies Drogues > Pour un diagnostic rapide et économique > Résultats exacts et fiables

Plus en détail

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011 FASCICULE VI AFFECTIONS DU NOUVEAU-NÉ Emploi des codes du chapitre XVI Le chapitre XVI est celui de Certaines affections dont l origine se situe dans la période périnatale. La définition de la période

Plus en détail

Hépatites Auto-Immunes. Critères et Scores Diagnostiques

Hépatites Auto-Immunes. Critères et Scores Diagnostiques Hépatites Auto-Immunes Critères et Scores Diagnostiques Olivier CHAZOUILLERES Service d Hépatologie Centre de référence des maladies inflammatoires des voies biliaires Paris Saint Antoine HAI: Modes de

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail