Electrochirurgie Principes, Applications et Risques. S Roncé nov. 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Electrochirurgie Principes, Applications et Risques. S Roncé nov. 2013"

Transcription

1 Electrochirurgie Principes, Applications et Risques S Roncé nov. 2013

2 INTRODUCTION L'utilisation de la chaleur pour arrêter le saignement remonte à plusieurs centaines d'années. Au fil des ans, les chercheurs ont conçu toute une gamme d'appareils qui utilisent l'électricité comme moyen pour chauffer les tissus et contrôler le saignement.

3 HISTOIRE : L'électrochirurgie ne s'est largement répandue qu'à compter de la fin des années 20. Un neurochirurgien, Harvey Cushing, a collaboré avec un physicien, William T. Bovie, pour tenter de développer des méthodes d'arrêt des hémorragies à l'aide de l'électricité. En 1926, en utilisant l'appareil de Bovie, Cushing appliqua un courant haute fréquence au cours d'une opération neurochirurgicale. La technologie resta quasiment inchangée jusqu'en 1968, date à laquelle des appareils à circuits intégrés plus petits et compacts avec des sorties isolées, des formes d'onde complexes et des contrôles à commande manuelle furent construits.

4 Le bistouri est utilisé tous les jours,... mais quel est son principe de fonctionnement?

5 Pourquoi utiliser un Bistouri Electrique Coupe avec hémostase Réduction des risques d'infection Réduit la douleur post-opératoire Utilisation en endoscopie, coeliochirurgie Diminue le temps d'intervention Economique

6 En électrochirurgie, la puissance est mesurée en watts P = U x I Puissance (watts) = Tension (volts) x Courant (ampères)

7 Courant continu et courant alternatif + Courant continu - Electrocautère Tension Temps Courant alternatif - Electrochirurgie Tension 0 - Temps

8 Principe de la chirurgie Haute Fréquence L effet thermique est dominant avec les courants alternatifs haute fréquence. La fréquence de ces altérations se mesure en cycles par secondes ou Hertz (Hz), un Hertz étant égal à un cycle par seconde. Le courant domestique alterne à raison de 60 cycles par seconde de même que la plus grande partie des équipements électriques utilisés dans les salles d'opération. Le courant alternatif de 60 Hertz entraîne une réaction des tissus et des lésions.

9 Electrochirurgie et courant de Radio Fréquence La stimulation neuromusculaire cesse à environ Hertz, les courants alternatifs passant alors dans la gamme des radiofréquences (RF) Les générateurs d'électrochirurgie fonctionnent dans la plage des 200 khz à 3,3 mégahertz

10 Electrochirurgie et courant de Radio Fréquence

11 Electrochirurgie Monopolaire et Bipolaire Monopolaire Bipolaire

12 Monopolaire La coupe La coupe pure La coupe mixte Blend La coagulation Dessiccation Fulguration Spray Utilisation des effets thermiques en chirurgie HF

13 La coupe monopolaire COUPE PURE COUPE MIXTE

14 Coupe beaucoup d énergie Surpression due à la production de vapeur cellule explosée

15 Coupe pure vapeur explosion des cellules par échauffement rapide > 100 C

16 Coupe mixte cellules desséchées par échauffement réduit: < 100 C cellules explosant par échauffement rapide: > 100 C

17

18 Coagulation énergie diffusion de vapeur due à l échauffement cellule coagulée

19 Coagulation par contact électrode - boule électrode - boule lentement = bon rapidement = mauvais

20

21 Coagulation spray ou fulguration électrode artère principe: le courant cherche le chemin de moindre résistance

22

23 Bipolaire & Monopolaire Bipolaire Monopolaire

24 Bipolaire pointe de la pince

25

26 Avantages du bipolaire Dessiccation précise Volume réduit de tissus traversés par le courant Efficace dans les environnements irrigués Sûre

27 Coagulation à la pince bipolaire correct sérum phy. incorrect correct incorrect

28 Inconvénients du bipolaire Inadapté à la dessiccation de larges masses tissulaires Pas de fulguration Coupe inefficace

29 REGLAGE DE LA PUISSANCE Haute Fréquence Le niveau de puissance utilisé selon l intervention pratiquée par le chirurgien dépend grandement de sa technique propre, de sa rapidité de son geste opératoire, et de la taille et de la forme des électrodes utilisées. Les normes précisent que «la puissance sélectionnée devrait être la plus faible possible pour le but recherché». La prudence veut donc qu au départ, on règle le générateur sur une valeur faible que l on augmente progressivement jusqu à obtention de l effet chirurgical souhaité. Valeurs pouvant être assez différentes d un opérateur à l autre. Un réglage excessif de la puissance entraîne une incrustation des tissus sur l électrode, la fusion de la pointe des électrodes et la rupture prématurée des anses de résection.

30 Electrochirurgie COUPE COAGULATION pure mixte fulguration dessiccation

31 Formes d ondes Faible tension 50 Watts Tension élevée 50 Watts Coupe pure et bipolaire Mixte 1 Mixte 2 Mixte 3 Coag pure 100% marche 50% marche 50% arrêt 40% marche 60% arrêt 25% marche 75% arrêt 6% marche 94% arrêt

32 La Technologie en Electrochirurgie de 1900 à nos jours A l origine, les générateur étaient reliés à la terre.

33 La Technologie en Electrochirurgie de 1900 à nos jours En 1968, la technologies du générateur isolé à révolutionné l électrochirurgie.

34 La Technologie en Electrochirurgie de 1900 à nos jours Cependant les générateur dont les circuits sont isolés en Radio Fréquence, éliminent le risque de brûlures ailleurs que sous la plaque. Mais subsiste un risque de brûlure sous la plaque.

35 La densité de courant augmente lorsque : - Zone de passage trop petite - Réglage de puissance trop élevé

36 Brûlure sous la plaque

37 Plaque patient double zone COURANT HF COURANT HF COURANT DE MESURE REM

38 RECOMMANDATIONS REGLE DE BASE Placer la plaque sur des tissus bien vascularisés. Placer la plaque le plus prés possible du site opératoire. Surveiller le bon contact de la plaque Utiliser toujours le bistouri à la puissance minimale permettant d obtenir l effet voulu. A EVITER Les surfaces cicatricielles. Les implants métalliques. Les stimulateurs. Les endroits trop osseux les garrots. La proximité des électrodes de monitoring.

39 LA COELIOCHIRURGIE Consignes de sécurité en Coeliochirurgie

40 Risques à éviter pendant l électrochirurgie en coelioscopie Couplage direct Défaut d isolation Couplage capacitif

41 Coelioscope, agrafes, etc. Couplage direct Il y a couplage direct, lorsque l électrode est activée à proximité, ou au contact direct d un instrument ou objet métallique conducteur Le site de contact peut se trouver à l extérieur du champ de vision Des instruments métalliques peuvent être en contact avec des tissus en dehors du champ de vision

42 Couplage direct électrode active champ de vision pince Risque de brûlure par contact direct avec un autre instrument métallique

43 Défaut d isolation Paroi abdominale Défaut d isolation de l électrode Canule métallique de trocart Extrémité de l électrode Intestin Vue coelioscopique

44 Isolation défectueuse abdomen électrode active champ de vision intestin Risque de brûlure en dehors du champ de vision due à une concentration de courant à l'endroit du défaut d isolation

45

46 Couplage capacitif Capacité: Deux conducteurs séparés par un isolant Capacitance: Le transfert par un circuit électrique d une charge électrique d un conducteur à un autre, même lorsque ces deux conducteurs sont séparés par un isolant.

47 Couplage capacitif Bobine métallique (conducteur) Bobine métallique (conducteur) Air (Isolant) Flux de courant intentionnel Courant induit

48 La capacitance augmente avec : la longueur des instruments les tensions élevées les canules de faible diamètre L

49 Canule métallique/instrument Création d une capacité Paroi abdominale Conducteur (Extrémité d électrode) Conducteur (canule métallique) Isolant (isolation de l électrode) Vue coelioscopique

50 Canule plastique/instrument un couplage capacitif est-il possible? Paroi abdominale Conducteur (extrémité d électrode) Matériau non conducteur (canule plastique) Isolant (isolation de l électrode) Vue coelioscopique

51 Canule mixte/instrument couplage capacitif Energie de couplage capacitif vers la canule métallique Collier plastique (vis) Extrémité d électrode Intestin

52 Couplage capacitif électrode active champ de vision intestin Risque de brûlure par haute concentration de courant due au couplage capacitif Conseil : utiliser des trocarts métalliques

53

54 L électrochirurgie à l Argon Le gaz argon enveloppe le courant d électrochirurgie dans un flux de gaz ionisé qui délivre l étincelle sur les tissus et créé un faisceau qui concentre le courant électrochirurgical. Une escarre plus dense, plus souple est produite. De plus, l argon disperse le sang, améliorant ainsi la visibilité. l argon (plus lourd que l air) déplace l oxygène du site chirurgical, il y a moins de fumée produite.

55 Technologie electrochirurgicale ultrasonique Un système de générateur électrochirurgical ultrasonique vibre à une fréquence de pulsations par seconde est couplé un aspirateur provoque une fragmentation, permet de couper ou coaguler les tissus, simultanément ou de façon indépendante. Nécessite une irrigation et une aspiration continue lors du fonctionnement (risque de pulvérisation de liquide biologique en cas de dysfonctionnement de l aspiration)

56 Technologie de fusion des vaisseaux : Ligasure Un système de générateurs / instruments spécifique a été conçu pour fusionner de façon définitive les vaisseaux Il applique une forme différente d électrochirurgie bipolaire combinée à un système de pression optimale régulée par les instruments, afin de fusionner les parois du vaisseau et de créer une ligature permanente Mesure de l impédance initiale des tissus et choisit les réglages d énergie appropriés Délivre de l énergie pulsée avec un contrôle de retour continu, l énergie pulsée est adaptée tout au long du cycle. Detection de fin de cycle.

57 RECOMMANDATIONS POUR EVITER LES COMPLICATION EN ELECTROCHIRUGIE Vérifier soigneusement l isolation : la plaque double zone +++. Ce modèle d électrode double zone comprend un circuit d interrogation qui fait partie d un système pour monitorer activement la qualité du contact patient / électrode car il y a une relation directe entre impédance et surface de contact La plaque doit être aussi proche que possible du site chirurgical doit être positionnée sur une large masse musculaire Eviter les tissus gras, les tissus cicatrisés ou les proéminences osseuses

58 RECOMMANDATIONS POUR EVITER LES COMPLICATION EN ELECTROCHIRUGIE Utiliser les réglages de puissance les plus bas possibles. Placer les électrodes ECG le plus loin possible du site chirurgical. Noter la position anatomique précise de la plaque et l état de la peau Si le patient a un pacemaker (ou autre stimulateur), la plaque doit être placée le plus loin possible, afin de diriger le courant loin du pacemaker. Le cardiologue(autre) ayant implanté le pacemaker (stimulateur) doit être consulté pour avis, utiliser mode Bi polaire +++ Précaution lors préparations cutanées à base d alcool (laisser sècher l antiseptique avant incision) Feu de patient : feu de trachée FiO2 basse ++ / trachéo, gaz intestinaux!

59 RECOMMANDATIONS POUR EVACUATION DES FUMEES Selon une recommandation de l AORN 1994 les patients et le personnel per-opératoire devaient être protégés des inhalations de la fumée générée pendant l électrochirurgie Des fumées toxiques et carcinogènes (benzène) ont été détectées dans des fumées chirurgicales Le risque de contamination virale par des fumées provenant de la volatilisation de tissus humains infectés par des papillomavirus

60 BIBLIOGRAPHIE L état de l art en électrochirurgie C. Vaillant, A. Supiot, P. Macquet, L. Jordan, M. Poujet, B. Lepage, J. Boguet CHU Angers CHU Poitiers CH Le Mans APHP AGEPS APHP Cochin-Saint-Vincent-de-Paul 6CHUV Lausanne IRBM News Volume 29, numéro 1 pages (mars 2008) LES BASES DE L'ELECTROCHIRURGIE Tyco Healthcare FRANCE La toxicité des fumées chirurgicales au bloc opératoire Edith Postec-Ollitrault [1] Praticien hospitalier, service de gynécologie-obstétrique, Chu Morvan, Brest (29) INTERBLOC Vol 29, N 2 - avril-juin 2010 Risque d inflammation du foyer opératoire Fire in the operating theatre Hervé Bouaziz, Pierre-Philippe Crumière Service d anesthésie-réanimation chirurgicale, hôpital Central, 29, avenue du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny, CO no 34, Nancy, France PRATAN Volume 16, numéro 6 pages (décembre 2012) Explosion peropératoire de gaz intestinaux : à propos d'un cas Intestinal gas explosion during operation: a case report G. Bouhours, B. Tesson, S. De Bourmont, G. Lorimier, J.-C. Granry Département d'anesthésie-réanimation, CHU Angers, Angers cedex 01, France Centre régional de lutte contre le cancer, Centre Paul-Papin, Angers cedex 01, France Annales françaises d'anesthésie et de réanimation Volume 22, numéro 4 pages (avril 2003)

ACCIDENTS ELECTRIQUES EN CHIRURGIE COELIOSCOPIQUE. Dr JF Gravié FCVD

ACCIDENTS ELECTRIQUES EN CHIRURGIE COELIOSCOPIQUE. Dr JF Gravié FCVD ACCIDENTS ELECTRIQUES EN CHIRURGIE COELIOSCOPIQUE Dr JF Gravié FCVD CONTEXTE (1) Risques électriques de 0,1 à 0,4% Enquête de pratique * 506 chirurgiens: 18% expérience personnelle, 54% connaissaient un

Plus en détail

Electrochirurgie. Manuel

Electrochirurgie. Manuel Electrochirurgie Manuel 1 Principes électrophysiques La Société Gebrüder Martin GmbH & Co. KG est activement engagée depuis 1960 dans la production d appareils pour électrochirurgie. Les générateurs à

Plus en détail

CHIRURGIE À HAUTE FRÉQUENCE SCELLEMENT DES VAISSEAUX COAGULATION PAR PLASMA D ARGON CRYOCHIRURGIE CHIRURGIE À JET D EAU APPAREILS ET MODULES

CHIRURGIE À HAUTE FRÉQUENCE SCELLEMENT DES VAISSEAUX COAGULATION PAR PLASMA D ARGON CRYOCHIRURGIE CHIRURGIE À JET D EAU APPAREILS ET MODULES CHIRURGIE À HAUTE FRÉQUENCE SCELLEMENT DES VAISSEAUX COAGULATION PAR PLASMA D ARGON CRYOCHIRURGIE CHIRURGIE À JET D EAU APPAREILS ET MODULES Légende Table des matières Chirurgie à haute fréquence Domaines

Plus en détail

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire

Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Notions de base Gestion du patient au bloc opératoire Vieillissement de la population Augmentation du nombre de patients porteurs de stimulateurs cardiaques et défibrillateurs implantables Augmentation

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

Générateur électrochirurgical HF AUTOCON II 80 UNITS 7-2 07/2014-FR

Générateur électrochirurgical HF AUTOCON II 80 UNITS 7-2 07/2014-FR Générateur électrochirurgical HF AUTOCON II 80 UNITS 7-2 07/2014-FR Générateur électrochirurgical HF AUTOCON II 80 L AUTOCON II 80 est un générateur électrochirurgical HF compact et puissant au rapport

Plus en détail

Physique, chapitre 8 : La tension alternative

Physique, chapitre 8 : La tension alternative Physique, chapitre 8 : La tension alternative 1. La tension alternative 1.1 Différence entre une tension continue et une tension alternative Une tension est dite continue quand sa valeur ne change pas.

Plus en détail

Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale.

Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale. DELVAUX Stéphanie 4ème I.G.Pédiatrique Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale. Professeur : Dr. Erpicum Année scolaire : 2004-2005 1 1. Définition

Plus en détail

Ablation de sutures. Module soins infirmiers

Ablation de sutures. Module soins infirmiers Ablation de sutures Module soins infirmiers Equipe enseignante de l IFSI du Centre Hospitalier de ROUBAIX Diaporama réalisé par : Stéphane Dubus, Formateur I. Définition Il s agit d ôter les sutures cutanées

Plus en détail

Activité expérimentale

Activité expérimentale STi2D STL Thème Santé Activité expérimentale Le laser en médecine Fiche professeur THÈME du programme : SANTÉ Sous thème : prévention et soin. Type d activité : Réinvestissement-Approfondissement NOTIONS

Plus en détail

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes FACULTE DES SCIENCES DE BASE SERVICE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL EPFL SB-SST Bât CH Station nº 6 CH-1015 Lausanne Site web : http://sb-sst.epfl.ch/ Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des

Plus en détail

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013 Sensibilisation à la Sécurité LASER Aspet, le 26/06/2013 Modes d émission LASER P c P 0 P moy 0 Emission pulsée Salve ou train de N impulsions Emission continue Q i t i t Longueur d onde λ Emission continue

Plus en détail

Dossier thématique de la. Fondation de l'avenir. Chirurgie du futur SOMMAIRE

Dossier thématique de la. Fondation de l'avenir. Chirurgie du futur SOMMAIRE Dossier thématique de la Fondation de l'avenir Chirurgie du futur SOMMAIRE I L évolution de la chirurgie A La vidéochirurgie : une chirurgie mini-invasive 1 En quoi consiste la vidéochirurgie 2 - Les bénéfices

Plus en détail

L APPAREIL CIRCULATOIRE

L APPAREIL CIRCULATOIRE L APPAREIL CIRCULATOIRE L appareil circulatoire se compose de 3 grandes parties : - Le cœur - Les vaisseaux - Le sang I / Le Cœur : a) Description : Le cœur est un muscle, myocarde, gros comme un poing

Plus en détail

da Vinci Pontage gastrique

da Vinci Pontage gastrique da Vinci Pontage gastrique Une nouvelle approche de la chirurgie bariatrique Êtes-vous intéressé par la dernière option de traitement de l'obésité? Votre docteur peut vous proposer une nouvelle procédure

Plus en détail

Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire.

Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire. IMEP-LAHC Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire. Anne Perrin Salon Microwave & RF- CNIT Paris la Défense Session 20 mars 2014 «Expositions

Plus en détail

Amygdalectomie et adénoïdectomie chez l enfant. Dr E. DIMOV Dr D. VOURIOT

Amygdalectomie et adénoïdectomie chez l enfant. Dr E. DIMOV Dr D. VOURIOT Amygdalectomie et adénoïdectomie chez l enfant Dr E. DIMOV Dr D. VOURIOT L amygdalectomie consiste en l ablation des amygdales (ou tonsilles palatines). Elle pourrait être associée (dans 43% des cas) à

Plus en détail

Le tableau suivant représente les principaux symboles utilisés pour les appareils de chauffage, de cuisson

Le tableau suivant représente les principaux symboles utilisés pour les appareils de chauffage, de cuisson Le tableau suivant représente les principaux symboles utilisés pour les appareils de chauffage, de cuisson Principaux symboles d appareils thermiques utilisés pour différents schémas Page 1/11 I) Les radiateurs

Plus en détail

Systèmes LAPspay pour chiens et chats

Systèmes LAPspay pour chiens et chats VET 32 5.0 06/2015-FR Systèmes LAPspay pour chiens et chats Ovariectomie/ovariohystérectomie laparoscopique Techniques multiportail et monoportail Technique LAPspay multiportail Laparoscope standard 62046

Plus en détail

PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE

PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE Sandrine LEPETIT, IBODE, bloc opératoire ambulatoire ORL-OPH CHU CLERMONT FERRAND La chirurgie ambulatoire Modalités d existence et d application,

Plus en détail

Téléphones mobiles. Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ

Téléphones mobiles. Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Téléphones mobiles Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Utiliser un téléphone mobile est-il dangereux pour la santé? Avec plus de 66 millions d abonnements en France fin 2011,

Plus en détail

DRAINAGE. Les drainages sont très rarement nécessaires en cas de colectomie gauche.

DRAINAGE. Les drainages sont très rarement nécessaires en cas de colectomie gauche. Colectomie gauche Avant l'intervention: Pour certains chirurgiens, la préparation a l'intervention débute 5 à 7 jours avant l'hospitalisation par un régime pauvre en résidu (restreint en fibres). La veille

Plus en détail

Technique opératoire. Système d ancrage osseux orthodontique (OBA). Implants squelettique pour le mouvement orthodontique des dents.

Technique opératoire. Système d ancrage osseux orthodontique (OBA). Implants squelettique pour le mouvement orthodontique des dents. Technique opératoire Système d ancrage osseux orthodontique (OBA). Implants squelettique pour le mouvement orthodontique des dents. Table des matières Introduction Système d ancrage osseux orthodontique

Plus en détail

BIOPSIE de MOELLE OSSEUSE

BIOPSIE de MOELLE OSSEUSE BIOPSIE de MOELLE OSSEUSE Le prélèvement de moelle osseuse? La moelle osseuse, tissu hématopoïétique situé dans la cavité centrale des os, peut être prélevée de deux façons : -par ponction sternale -par

Plus en détail

LE CONTRÔLE DU FACTEUR BACTERIEN 3-POUR LE TRAITEMENT DES PARODONTITES

LE CONTRÔLE DU FACTEUR BACTERIEN 3-POUR LE TRAITEMENT DES PARODONTITES LE CONTRÔLE DU FACTEUR BACTERIEN 3-POUR LE TRAITEMENT DES PARODONTITES Le Diagnostic : Il repose sur l écoute du patient, l examen clinique, le sondage, la radiographie. L inflammation gingivale peut être

Plus en détail

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE?

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? Vous allez être opéré(e) à la clinique Saint-pierre d une fistule anale par l équipe chirurgicale des docteurs Bardou, Ben brahem

Plus en détail

INSTALLATIONS ÉLECTRIQUES CIVILES

INSTALLATIONS ÉLECTRIQUES CIVILES index ALIMENTATION MONOPHASEE ALIMENTATION MONOPHASEE ALIMENTATIONS DL 2101ALA DL 2101ALF MODULES INTERRUPTEURS ET COMMUTATEURS DL 2101T02RM INTERRUPTEUR INTERMEDIAIRE DL 2101T04 COMMUTATEUR INTERMEDIAIRE

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ conformément au Règlement (CE) nº1907/2006 REACH Nom : KR-G KR-G

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ conformément au Règlement (CE) nº1907/2006 REACH Nom : KR-G KR-G KR-G Page 1 de 5 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE 1.1 Identificateur de produit : Nom du produit : KR-G 1.2 Utilisations identifiées pertinentes de la substance

Plus en détail

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie

CHIRURGIE THORACIQUE. Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique. Pour vous, pour la vie 23 CHIRURGIE THORACIQUE Information sur la préparation et les différents aspects de votre chirurgie thoracique Pour vous, pour la vie Cette brochure contient des informations concernant la chirurgie que

Plus en détail

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation.

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation. LASER DOPPLER INTRODUCTION La technique qui utilise l effet Doppler à partir d un faisceau laser est l une des seules qui permette d enregistrer en continu le reflet de la perfusion superficielle de tissus

Plus en détail

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT

CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT CHIRURGIE DU COLON DOCUMENT D INFORMATION DU PATIENT Ce document contient des informations générales au sujet de l intervention qui est programmée chez vous. Discutez des informations fournies avec votre

Plus en détail

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING TECHNIQUES D AVENIR Jonathan LONDNER, Aurélie HAUTIER Centre Régional de Traitement des Grands Brûlés Service de chirurgie Plastique, Hôpital de la Conception, Marseille. DIAGNOSTIC DÉTERSION BOURGEONNEMENT

Plus en détail

TÉLÉPHONES MOBILES SANTÉ SÉCURITÉ &

TÉLÉPHONES MOBILES SANTÉ SÉCURITÉ & TÉLÉPHONES MOBILES SANTÉ & SÉCURITÉ TÉLÉPHONES MOBILES Avec plus de 48 millions d abonnés en France, le téléphone mobile fait partie de notre quotidien. Toutefois, certains d entre nous s inquiètent des

Plus en détail

LES ACCIDENTS DUS A L ELECTRICITE. Comité pédagogique SAP SDIS 43

LES ACCIDENTS DUS A L ELECTRICITE. Comité pédagogique SAP SDIS 43 LES ACCIDENTS DUS A L ELECTRICITE Comité pédagogique SAP SDIS 43 DEFINITIONS Electrisation: manifestations physiopathologiques liées au passage du courant dans l organisme Electrocution: décès par électrisation

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

L ÉLECTROCUTION Intensité Durée Perception des effets 0,5 à 1 ma. Seuil de perception suivant l'état de la peau 8 ma

L ÉLECTROCUTION Intensité Durée Perception des effets 0,5 à 1 ma. Seuil de perception suivant l'état de la peau 8 ma TP THÈME LUMIÈRES ARTIFICIELLES 1STD2A CHAP.VI. INSTALLATION D ÉCLAIRAGE ÉLECTRIQUE SÉCURISÉE I. RISQUES D UNE ÉLECTROCUTION TP M 02 C PAGE 1 / 4 Courant Effets électriques 0,5 ma Seuil de perception -

Plus en détail

La chirurgie dans la PC

La chirurgie dans la PC La chirurgie dans la PC GF PENNECOT Marchant ou déambulant Grand handicapé Kinésith sithérapie Appareillage Médicaments Chirurgie neuro ortho LESION NEUROLGIQUE STABLE Spasticité Perte de la sélectivit

Plus en détail

Fiche de données de Sécurité

Fiche de données de Sécurité Page: 1/5 1 - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE - NOM DU PRODUIT : Mr PROPRE Professional Nettoyant Multi-Usages (5 variantes) - REFERENCE : 120 - FOURNISSEUR : PROCTER & GAMBLE France SAS Division

Plus en détail

RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 Date de création/révision: 25/10/1998 FICHE DE DONNEES DE SECURITE NON CLASSE

RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 Date de création/révision: 25/10/1998 FICHE DE DONNEES DE SECURITE NON CLASSE RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 RAISON SOCIALE JOHNSONDIVERSEY FICHE DE DONNEES DE SECURITE RISQUES SPECIFIQUES NON CLASSE 1 IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE - NOM DU PRODUIT RAID PIEGES ANTI-FOURMIS

Plus en détail

Centrale d alarme DA996

Centrale d alarme DA996 Centrale d alarme DA996 Référence : 7827 La DA-996 est une centrale d alarme pour 6 circuits indépendants les uns des autres, avec ou sans temporisation, fonctions 24 heures, sirène, alerte et incendie.

Plus en détail

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique

La prise en charge de votre rectocolite hémorragique G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre rectocolite hémorragique Vivre avec une RCH Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Manuel de base Endoscopie. Instructions d utilisation relative au système endoscopique

Manuel de base Endoscopie. Instructions d utilisation relative au système endoscopique Manuel de base Endoscopie Instructions d utilisation relative au système endoscopique Table des matières 1 Introduction... 5 1.1 Risques potentiels et termes de signalisation... 7 1.2 Symboles... 8 2

Plus en détail

Les ondes au service du diagnostic médical

Les ondes au service du diagnostic médical Chapitre 12 Les ondes au service du diagnostic médical A la fin de ce chapitre Notions et contenus SAV APP ANA VAL REA Je maitrise Je ne maitrise pas Signaux périodiques : période, fréquence, tension maximale,

Plus en détail

ELECTRICITE. Introduction

ELECTRICITE. Introduction Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Introduction ELECTRICITE L'utilisation de l'énergie électrique est devenue tellement courante que nul ne saurait

Plus en détail

Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements

Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements Xavier Kuborn 7 octobre 2014 Avec le support de la guidance technologique éco-construction et développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE

LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE Une technique chirurgicale Pour vous, pour la vie Qu est-ce que la cholécystectomie? C est l intervention chirurgicale pratiquée pour enlever la vésicule biliaire.

Plus en détail

FUEL / GAZ / ÉLECTRIQUE

FUEL / GAZ / ÉLECTRIQUE EPA Environnement Peinture et Application ÉTUVES POUR SÉCHAGE CUISSON PEINTURE OU POUDRE AVEC ÉCHANGEUR FUEL / GAZ / ÉLECTRIQUE 200 C 95 C 0 à 95 C pour peinture liquide / colle 0 à 200 C pour peinture

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

BOP: Environnement - Entretien des salles d'opération et des locaux annexes

BOP: Environnement - Entretien des salles d'opération et des locaux annexes 1. ENTRETIEN À L OUVERTURE D UNE SALLE D OPÉRATION NON UTILISÉE AU DELÀ DE 24 H Nettoyer les surfaces (table d opération, table d instruments, éclairage opératoire, appareil d anesthésie), avec un chiffon

Plus en détail

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U

Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les anomalies du système respiratoire humain S B I 3 U Les amygdales Les amygdales: 2 organes situés dans le pharynx à l arrière de la gorge qui ont pour fonctions d empêcher l intrusion bactérienne. Amygdalite:

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

Fiche 1 (Observation): Définitions

Fiche 1 (Observation): Définitions Fiche 1 (Observation): Définitions 1. Introduction Pour définir et expliquer de manière simple les notions d'électricité, une analogie est faite cidessous avec l écoulement de l'eau dans une conduite.

Plus en détail

KARL STORZ AUTOCON II 400 SCB

KARL STORZ AUTOCON II 400 SCB UNITS 1 9.0 07/2015-FR KARL STORZ AUTOCON II 400 SCB Générateur électro-chirurgical HF Le générateur HF AUTOCON II 400 SCB Applications interdisciplinaires aussi bien en endoscopie qu'en chirurgie ouverte

Plus en détail

Chirurgie assistée par robot et laparoscopie en 3D à l avantage des patients?

Chirurgie assistée par robot et laparoscopie en 3D à l avantage des patients? HigHligHts 2012: CHiRURgiE Chirurgie assistée par robot et laparoscopie en 3D à l avantage des patients? Lukasz Filip Grochola a, Hubert John b, Thomas Hess c, Stefan Breitenstein d a Clinique de chirurgie

Plus en détail

Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-013) Version CT-Q 2011-11-15

Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-013) Version CT-Q 2011-11-15 Mesure et détection de substances dangereuses : EX-OX-TOX (IS-03) Version CT-Q 0--5 Groupe cible Collaborateurs qui doivent effectuer des mesures EX-OX-TOX sur un terrain d exploitation, les interpréter

Plus en détail

LETTRE INFORMATION PATIENT IMPLANTS DENTAIRES VIA CHIRURGIE GUIDEE

LETTRE INFORMATION PATIENT IMPLANTS DENTAIRES VIA CHIRURGIE GUIDEE LETTRE INFORMATION PATIENT IMPLANTS DENTAIRES VIA CHIRURGIE GUIDEE Cher Patient voici une feuille explicative en rapport avec l intervention chirurgicale dont vous allez bénéficier. Si vous avez la moindre

Plus en détail

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Atelier Outils de mesure et de diagnostic Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Sommaire Comment mesurer et diagnostiquer : 1) La qualité de l air intérieur

Plus en détail

Origine du courant électrique Constitution d un atome

Origine du courant électrique Constitution d un atome Origine du courant électrique Constitution d un atome Electron - Neutron ORIGINE DU COURANT Proton + ELECTRIQUE MATERIAUX CONDUCTEURS Électrons libres CORPS ISOLANTS ET CORPS CONDUCTEURS L électricité

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004 FICHE DE DONNEES DE SECURITE Argon G004 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE / PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ / ENTREPRISE Nom commercial : Argon N FDS : G004 Formule chimique : Ar 2. COMPOSITION / INFORMATIONS

Plus en détail

En cas de remplacement ou d installation de radiateurs électriques (du type convecteur, radiant, etc.) ou à accumulation.

En cas de remplacement ou d installation de radiateurs électriques (du type convecteur, radiant, etc.) ou à accumulation. En cas de remplacement ou d installation de radiateurs électriques (du type convecteur, radiant, etc.) ou à accumulation. Ils doivent être régulés par un dispositif électronique intégré performant, ils

Plus en détail

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées BON USAGE DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées Les systèmes de traitement des plaies par pression négative (TPN) sont des

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable. Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus

Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable. Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus Objectifs Expliquer le fonctionnement des stimulateurs et défibrillateurs Identifier

Plus en détail

LA HERNIE DISCALE LOMBAIRE

LA HERNIE DISCALE LOMBAIRE Feuillet d'information complémentaire à l attention du patient LA HERNIE DISCALE LOMBAIRE Madame, Monsieur, Suite aux examens, une hernie discale au niveau du rachis lombaire a été diagnostiquée, il faudrait

Plus en détail

RELAIS STATIQUE. Tension commutée

RELAIS STATIQUE. Tension commutée RELAIS STATIQUE Nouveau Relais Statique Monophasé de forme compacte et économique Coût réduit pour une construction modulaire Modèles disponibles de 15 à 45 A Modèles de faible encombrement, avec une épaisseur

Plus en détail

Un avantage décisif pour la résection des polypes et des myomes. Système

Un avantage décisif pour la résection des polypes et des myomes. Système Un avantage décisif pour la résection des polypes et des myomes Système Nouvelle norme en résection hystéroscopique Truclear apporte une précision, une clarté et une efficacité sans précédents pour réséquer

Plus en détail

Produits dangereux. Définition

Produits dangereux. Définition Produits dangereux Définition Les produits dangereux sont capables de provoquer des effets indésirables en cas de contact ou d ingestion. Ces effets peuvent se manifester sous forme de : intoxication ;

Plus en détail

L opération de la cataracte. Des réponses à vos questions

L opération de la cataracte. Des réponses à vos questions L opération de la cataracte Des réponses à vos questions Qu est-ce que la cataracte? Quel objectif? Cette brochure vous donne toutes les informations utiles concernant l opération de la cataracte. Définition

Plus en détail

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours lat ransplantation hépatique p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s Contact presse Anne-Karen Nancey - Direction de la communication

Plus en détail

Journées médico-chirurgicales de Msila

Journées médico-chirurgicales de Msila Journées médico-chirurgicales de Msila 28-29 avril 2010 L association ENNOUR des médecins de la wilaya de Msila (président : Dr. Ghadbane) a organisé des journées médicochirurgicales de formation médicale

Plus en détail

Type 0400. Operating Instructions. Bedienungsanleitung Manuel d utilisation. 2/2-way solenoid valve 2/2-Wege-Magnetventil Électrovanne 2/2 voies

Type 0400. Operating Instructions. Bedienungsanleitung Manuel d utilisation. 2/2-way solenoid valve 2/2-Wege-Magnetventil Électrovanne 2/2 voies Type 0400 2/2-way solenoid valve 2/2-Wege-Magnetventil Électrovanne 2/2 voies Operating Instructions Bedienungsanleitung Manuel d utilisation Sommaire 1 Le manuel d utilisation...22 2 Utilisation conforme...23

Plus en détail

4.12 Résistance au feu du béton cellulaire

4.12 Résistance au feu du béton cellulaire 74 4.12 Résistance au feu du béton cellulaire Le béton cellulaire offre une résistance au feu excellente. Il ne contribue pas à la propagation du feu et ne développe pas de fumées toxiques pendant l incendie.

Plus en détail

LA CONSULTATION PRE-ANESTHESIQUE. Cas cliniques

LA CONSULTATION PRE-ANESTHESIQUE. Cas cliniques LA CONSULTATION PRE-ANESTHESIQUE Cas cliniques CAS N 1 M. X, subit une première dilatation oesophagienne par endoscopie. Il est re-programmé un mois plus tard pour vérification sous anesthésie. On décide

Plus en détail

ASSISTANT PRODUITS - FRANCEPOWER

ASSISTANT PRODUITS - FRANCEPOWER Comment choisir votre groupe électrogène? Votre groupe électrogène doit être parfaitement adapté à l usage auquel vous le destinez. Procédez donc par étapes successives pour déterminer votre besoin en

Plus en détail

Manuel d utilisation du modèle

Manuel d utilisation du modèle Manuel d utilisation du modèle FLOWMAX-90 Chauffe-eau à condensation 85 000 BTU AVERTISSEMENT Si les consignes suivantes ne sont pas attentivement respectées, un feu ou une explosion peut se produire et

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit 2T QUAD R BIODEGRADABLE Page 1/5 Etiquette du produit ETIQUETAGE (d usage ou CE) Phrases de risque Conseils de prudence ETIQUETAGE TRANSPORT Non concerné Néant Néant Non concerné 1. IDENTIFICATION

Plus en détail

La chaleur du bien être à tarif réduit

La chaleur du bien être à tarif réduit La chaleur du bien être à tarif réduit Appareils de chauffage électrique à accumulation de chaleur Description Utilisation Installation Modèles: 3700, 4700, 5700, 6700 3800, 4800, 5800 3600, 4600, 5600,

Plus en détail

NOTE INFORMATIVE 03-11

NOTE INFORMATIVE 03-11 Direction de l évaluation, de la qualité, de l ingénierie, de la performance et de la prévention des infections NOTE INFORMATIVE 03-11 ÉVALUATION DES RISQUES ASSOCIÉS À L EXPOSITION AUX FUMÉES CHIRURGICALES

Plus en détail

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45 MYTHIC 10 SC Préparation biocide (TP18) pour lutter contre les fourmis et les punaises des lits Suspension concentrée (SC) contenant : 106 g/l de chlorfenapyr (N CAS : 122453-73-0) MYTHIC 10 SC - (chlorfénapyr

Plus en détail

CHAUFFAGE DOMESTIQUE N 1

CHAUFFAGE DOMESTIQUE N 1 CHAUFFAGE DOMESTIQUE N 1 Objectif: S informer sur la mise en œuvre des procédés électriques de production de chaleur pour les locaux d'habitation Problème: La famille Durand possède une maison construite

Plus en détail

Le Lipocontrol contre les amas graisseux

Le Lipocontrol contre les amas graisseux Extrait du BLOG VOTRE BEAUTE Le Lipocontrol contre les amas graisseux La lipolyse laser, nous vous en avions parlé dans la rubrique "Moi j'ai osé" du Votre Beauté de juin 2007. En une seule séance, sans

Plus en détail

Cafetière. Mode d Emploi. 1Notice cafetière v1.0

Cafetière. Mode d Emploi. 1Notice cafetière v1.0 Cafetière Mode d Emploi 1Notice cafetière v1.0 SOMMAIRE 1 CONSIGNES DE SÉCURITÉ... 3 2INSTALLATION DE L APPAREIL EN TOUTE SÉCURITÉ...4 3PRECAUTION CONCERNANT L UTILISATION DE L APPAREIL...5 4DESCRIPTION

Plus en détail

Le triac en commutation : Commande des relais statiques : Princ ipe électronique

Le triac en commutation : Commande des relais statiques : Princ ipe électronique LES RELAIS STATIQUES (SOLID STATE RELAY : SSR) Princ ipe électronique Les relais statiques sont des contacteurs qui se ferment électroniquement, par une simple commande en appliquant une tension continue

Plus en détail

STI2D : Enseignements Technologiques Transversaux

STI2D : Enseignements Technologiques Transversaux STI2D : Enseignements Technologiques Transversaux Activité : Etude des transfert énergétiques dans la cafetière Nespresso Problématique : On calcule la puissance électrique consommée, on détermine l énergie

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé Manuel d installation et d utilisation Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé 600/150-750/200-1000/220-1500/300 V 1.3 SOMMAIRE 1 Description du dispositif... 3 1.1 Série type... 3 1.2 Protection du

Plus en détail

Qu est ce qu un gaz comprimé?

Qu est ce qu un gaz comprimé? Qu est ce qu un gaz comprimé? Il existe plusieurs produits à base de gaz ou de mélanges de gaz sous pression conservés dans des bouteilles 1. La plupart de ces gaz sont classés dans la catégorie des «gaz

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

Prépration cutanée de l opéré

Prépration cutanée de l opéré Prépration cutanée de l opéré Xème Journée d Hygiène Hospitalière de Bizerte. Bizerte le 3 décembre 2005 Conférence de Consensus de la Société Française d Hygiène Hospitalière 1 Définition: Ensemble de

Plus en détail

Mesure. Multimètre écologique J2. Réf : 251 055. Français p 1. Version : 0110

Mesure. Multimètre écologique J2. Réf : 251 055. Français p 1. Version : 0110 Français p 1 Version : 0110 Sommaire 1 Présentation... 2 1.1 Description... 2 1.2 Type d alimentation... 3 1.2.1 Alimentation par générateur... 3 1.2.2 Alimentation par piles... 3 2 Sécurité... 3 2.1 Signalétique

Plus en détail

Fiche d utilisation des outils de détection des ondes électromagnétiques

Fiche d utilisation des outils de détection des ondes électromagnétiques Notre corps est électrique et l exposition à certaines ondes électromagnétiques sur certaines fourchettes de fréquences nous pose problème. Les ondes concernées sont : Les basses fréquences autour de 50

Plus en détail

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Nous contacter : Tél. : 09 69 32 22 72 - Fax : 08 20 56 90 05 - E-mail : formation@alpagroupe.fr Contexte : Afin de prévenir le risque infectieux et maîtriser l hygiène

Plus en détail

Risques infectieux et toxiques des lasers. Dr Jean-Luc MARANDE Service de santé au travail AP-HP Paris ANMTEPH

Risques infectieux et toxiques des lasers. Dr Jean-Luc MARANDE Service de santé au travail AP-HP Paris ANMTEPH Risques infectieux et toxiques des lasers Dr Jean-Luc MARANDE Service de santé au travail AP-HP Paris ANMTEPH Plan Les lasers Les risques pour l homme Les fumées chirurgicales Les mesures de prévention

Plus en détail

ORL 88 8.0 06/2015-FR CLEARVISION II. Pour le nettoyage peropératoire de la lentille distale

ORL 88 8.0 06/2015-FR CLEARVISION II. Pour le nettoyage peropératoire de la lentille distale ORL 88 8.0 06/2015-FR CLEARVISION II Pour le nettoyage peropératoire de la lentille distale Système CLEARVISION II : Pour le nettoyage peropératoire de la lentille distale Le problème posé par les gouttes

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

Transmettre la voix à distance

Transmettre la voix à distance Pour quoi faire? Par quels moyens? Ressentir et observer sa voix, c était un très vieux rêve, comme l était aussi celui de voler dans les airs Aujourd hui, les moyens de communication modernes permettent

Plus en détail

Hospices cantonaux Centre Hospitalier Universitaire Vaudois DOSSIER DE PRESSE. Création du Centre romand hospitalo-universitaire de neurochirurgie

Hospices cantonaux Centre Hospitalier Universitaire Vaudois DOSSIER DE PRESSE. Création du Centre romand hospitalo-universitaire de neurochirurgie Hospices cantonaux Centre Hospitalier Universitaire Vaudois DOSSIER DE PRESSE Création du Centre romand hospitalo-universitaire de neurochirurgie 1. Le Centre romand hospitalo-universitaire de neurochirurgie

Plus en détail

SMARTXIDE 2 SMARTXIDE 2 DOT/RF MÉDECINE ET ESTHÉTIQUE

SMARTXIDE 2 SMARTXIDE 2 DOT/RF MÉDECINE ET ESTHÉTIQUE SMARTXIDE 2 DOT/RF MÉDECINE ET ESTHÉTIQUE SMARTXIDE 2 Traitement DOT Lifting périoculaire Chirurgie dermatologique Chirurgie plastique et esthétique CO 2 et RF : Synergies indispensables pour le rajeunissement

Plus en détail

1 000 W ; 1 500 W ; 2 000 W ; 2 500 W. La chambre que je dois équiper a pour dimensions : longueur : 6 m largeur : 4 m hauteur : 2,50 m.

1 000 W ; 1 500 W ; 2 000 W ; 2 500 W. La chambre que je dois équiper a pour dimensions : longueur : 6 m largeur : 4 m hauteur : 2,50 m. EXERCICES SUR LA PUISSANCE DU COURANT ÉLECTRIQUE Exercice 1 En zone tempérée pour une habitation moyennement isolée il faut compter 40 W/m 3. Sur un catalogue, 4 modèles de radiateurs électriques sont

Plus en détail

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS Matériel : Un GBF Un haut-parleur Un microphone avec adaptateur fiche banane Une DEL Une résistance

Plus en détail