Les bases physiques de l'imagerie radiologique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les bases physiques de l'imagerie radiologique"

Transcription

1 Les bases physiques de l'imagerie radiologique

2 Radiographie 1895 Röentgen Découverte des propriétés des rayons X par Roentgen. Les rayons X permettent de voir uniquement l'os, le poumon et les produits de contraste artificiels.

3 L'image radiologique Procédé d imagerie utilisant des Rayons X 1895 (Roëntgen) 1995

4 composants de la chaîne image radiologique Tube émetteur de rayons X Ensemble de collimation Détecteur Moniteur Calculateur

5 La production des Rayons X rappels le tube radiogène (Coolidge 1906) le spectre continu le spectre de raies

6 Production des Rayons X On bombarde une cible métallique (anode) par un faisceau d électrons accélérés. + - i vide RX P e = ½ k i Z U 2 avec k = 10-9 cathode anode Z - + U U = 30 à 160 kv Deux mécanismes simultanés vont se produire

7 La Fluorescence électron extérieur ou plus périphérique photon X E émis = E dest. - E orig. Spectre de RAIES (sauts quantiques) (valeur fonction du type d atome de la cible)

8 Le rayonnement de freinage E cin. d e - photon X L énergie cinétique perdue est fonction de la distance d entre trajectoire et axe du noyau. Spectre CONTINU (valeur maximale E max = E cin. de la particule incidente)

9 Interaction : atténuation Effet Compton : si forte énergie interaction avec e - périphériques photons diffusés µ photon incident photon diffusé électron Compton +90 eau Effet photo-électrique e - profonds absorption 0,2 0,1 plage de prédominance photoélectrique τ plage de prédominance Compton σ Kev

10 Spectre des Rayons X dn de Spectre de RAIES Spectre CONTINU autoabsorption EL EK Emax E

11 Un peu de technologie Dissipation importante de chaleur Puissance émise : P e = ½ k i Z U 2 Puissance consommée : P c = Ui P c >> P e P e / P c 1 % Refroidissement indispensable Limiter l usure prématurée (cratérisation)

12 Un peu de technologie Dissipation importante de chaleur Puissance émise : P e = ½ k i Z U 2 Puissance consommée : P c = Ui P c >> P e P e / P c 1 % Refroidissement indispensable Métal résistant (Tungstène : Tf=3600 C) Fluide caloporteur Anode tournante (disque biseauté)

13 L anode tournante RX e - anode cathode 9000 t/min

14 L image radiologique la formation

15 L image radiologique Image de l atténuation d un faisceau de rayons X par le tissu traversé Tube RX Objet µ faible µ élevé Image Radiante Image Reproduite Détecteur

16 Imagerie d atténuation L image radiologique n est pas l image de l objet lui-même mais la projection sur un plan des valeurs µ des coefficients d atténuation de chaque structure atteinte par les rayons X.

17 Le film RX : le détecteur Le film photographique constitue le détecteur «classique» en radiologie. RX émulsion support plastique transparent Révélation, Fixation et Lavage Molécule d argent Ion Ag+ qui devient opaque par révélation

18 Difficultés de vocabulaire Par analogie avec la lumière : Quand les rayons X atteignent le film, ils provoquent un noircissement, mais comme ils ont traversé le corps, on parle de clarté Dans les zones non exposées, le film reste transparent, mais comme les rayons ont été arrêtés on parle d'opacité

19 L image radiologique de la théorie à la pratique

20 Etapes de la formation de l image (1) effet photo-électrique un seul photon arrêt Tube RX Objet Détecteur effet binaire : 1 ou 0 : tout ou rien

21 Etapes de la formation de l image (2) effet photo-électrique beaucoup de photons Tube RX Objet Détecteur modulation : somme d effets binaires

22 Images élémentaires Bord Ligne Bande Cercle Clarté Opacité

23 Signe de la silhouette Face Profil

24 De quoi dépend la modulation? Puissance émise par le tube P e = Energie reçue par le détecteur E = 1 2 k Z. I V k. Z. I. V t. 4π. d 2 Paramètre Nombre de photons Energie des photons Fluence (E/S) Facteur I ou t V d Noircissement

25 formation géométrique de l image radiante

26 L équation d'atténuation L'atténuation dépend de µ et x I = Io. e - µx Le noircissement du film est la traduction visuelle des variations locales du facteur d'atténuation.

27 Les variations de µ Les coefficients d atténuation : µ τ Z 4,5 / E 3,5 (photo-élect.) µ σ E, varie peu avec Z (Compton) Les principaux milieux : les os (sternum, côtes et rachis) les tissus mous et le sang (équivalents à l eau) l air dans les voies respiratoires

28 Courbes de µ τ selon Z µ τ eau CaP Compton Pb air Cu 10 kev 100 kev 1 MeV E

29 Atténuation globale Energie(keV) µ/ρ Tissu mou µ/ρ Os 40 24, m 2.kg -1 54, m 2.kg , m 2.kg -1 17, m 2.kg , m 2.kg -1 10, m 2.kg -1

30 influence de E sur le contraste

31 Influence de µ, x et E x Objet µ Image µ élevé µ faible µx moyen µx élevé µx "seuil" énergie élevée

32 Contraste entre 2 objets Différence épaisseur et Z Épaisseur totale traversée : compression Prédominance épaisseur / Z selon KV Diffusé haute tension basse tension x 1 x 2 x 1 x 2 faible épaisseur I 1 I 2 grande épaisseur I 1 I 2 I 2 Z 3 I 1 I 2 I 1 ρ

33 Clichés radiologiques standards Normal Pathologique

34 Dégradation de l image

35 le rayonnement diffusé Lié à l'effet Compton faisceau objet détecteur

36 diffusé Source = objet radiographié Dans toutes les directions Baisse le contraste tube diaphragme monoplan diaphragme multiplan Augmente avec : énergie l-h augmentation de l-h pour diminuer le flou géométrique localisateur section épaisseur h diffusé n'atteignant pas le film

37 solution : la grille anti-diffusante Grille Film G F Potter

38 Le diffusé et le radiologue faisceau primaire tube RX rayonnement diffusé écran plombé

39 Facteurs géométriques Agrandissement foyer avec M=coefficient de magnification l=distance foyer-film h=foyer structure-film l h M = l l-h M=2

40 Dégradation de l image : agrandissement déformation

41 solution : distance source-patient 1,5 à 1,8 m faisceau pratiquement parallèle

42 Facteurs géométriques Déformation α #90 foyer objet foyer objet image α=β β = 90 image plan de projection plan de projection La cassette doit rester parallèle à l objet radiographié

43 Facteurs géométriques Flou géométrique (de foyer) d foyer foyer d h objet l-h contours de l'image de l'objet l objet de petite taille chevauchement des zones de pénombre ombre p pénombre I1 I1 I 1 I 2 I 2 Diminué si petit foyer, l grand et h petit

44 la perte de résolution taille de la source de rayons X résolution actuelle 1 mm Solutions : contrôle de qualité de l anode, anode tournante nouveaux procédés : laser haute énergie

45 Facteurs géométriques Flou cinétique Vitesse maximale des bords du cœur = 40 cm/s Si temps pose = 1/100ème s Alors flou = 4mm foyer Donc : - immobilité - temps de pose court - diminution objet-film bords en mouvement zones de pénombre

46 le flou le flou dynamique affecte : Le cœur Les poumons Solutions : immobilisation - apnée courte durée de prise d image (1/10 e de seconde) séquence rapide de clichés : 50 à 100 images/s synchronisation

47 les superpositions addition de l atténuation µ faible µ élevé Solutions : clichés de profils - positionnement du patient compression (ballon )

48 Les problèmes de dosimétrie La Directive Européenne «patient» optimisation réduction de la dose délivrée au patient respect de la qualité nécessaire pour l interprétation justification respect des guides de bonne pratique et des SOR Comment réduire l irradiation sans nuire à la qualité de l image? Utilisation des filtres la sensibilité de détection: ampli. de luminance

49 L utilisation de filtres L interaction «utile» à l image radiologique : l effet photo-électrique La dose délivrée dépend de l énergie trop forte, elle favorise le diffusé (zone Compton) trop faible, elle est complètement absorbée Se situer dans la partie médiane de la courbe µ de µ τ PE E

50 Les filtres métalliques on les interpose entre le tube et le patient plaques de cuivre et/ou d aluminium d épaisseur variable arrêtent surtout les basses énergies modifient la forme du spectre des rayons X entraînent le «durcissement» du faisceau.

51 Modification du spectre dn de sans filtre avec filtre Cu/Al EL EK Emax E

52 doses typiques de différents examens radiologiques Examen Poumon Bassin Cervical (face) Rein Lombaire (profil) Sein Scanner X Doses typiques en mgy 0,25-0, , (?) 5 20 (?) Niveau de référence européen 0, ! " #

53 Différents détecteurs Film radio Écran de brillance Plaques «phosphore» Détecteurs plan numérisation

54 Systèmes film-écran Structure Réponse voile de base pied proportionnelle épaule saturation

55 Améliorer la sensibilité : l écran renforçateur film écrans 1 mm

56 Systèmes film-écran base écran phosphore émulsion base film émulsion écran phosphore base couches anti cross-over Film conventionnel Amélioration Kodak

57 L amplificateur de luminance électrodes déflectrices Photon X e - Photons visibles écran d entrée Augmentation de la densité de lumière écran de sortie

58 La radiologie télévisée amplificateur de luminance tube TV moniteur TV Réduction importante de la dose délivrée Amélioration du positionnement Champ réduit, limitation de la résolution spatiale Facilite la radiologie interventionnelle

59 Plaque photostimulée Stimulation-Laser Luminescence Rayon-X Plombage Vue de face Phosphore - couche Couche (Pb) Couche (alliage Magnésium)

60 Capteur : plaques Plaques électroluminescentes ou photostimulables

61 Luminescence Photo-stimulée

62 Le capteur RX numérique RX F Br Ba I Cs Se Lecture directe par laser ou matrice de transistors

63 Convertisseur Pixel Amplificateurs CMOS Lignes d adressage A/D matrice active asi:h sur verre

64 différents types de détecteurs $ %

65 Les 3 critères de qualité image &

66 Le Contraste I I 1 2 Définition : C = I1 + I2 dépend directement de 10% I = Io. e µx 20% 50%

67 Les modificateurs de contraste Adapter les réglages de V (kv) et de i.t (mas) Diminuer le µ d un milieu Renforcer le µ d un milieu

68 Adaptation des réglages Examen d Tension Intensité Temps de pose a Poumon face 1,8 m 135 kv 250 ma 20 ms b Poumon face (enfant) 1,5 m 80 kv 250 ma 16 ms c Gril costal 1 m 55 kv 520 ma 250 ms d Abdomen 1 m 70 kv 600 ma 200 ms

69 Les modificateurs de contraste Adapter les réglages de V (kv) et de i.t (mas) Diminuer le µ d un milieu air (poumon digestif) remplace localement le tissu Clichés en inspiration-expiration, eau gazeuse Renforcer le µ d un milieu

70 Les modificateurs de contraste Adapter les réglages de V (kv) et de i.t (mas) Diminuer le µ d un milieu Renforcer le µ d un milieu sels de baryum (tube digestif) remplissent une cavité composés iodés (vaisseaux) se diluent dans le sang repères métalliques (clips et prothèse) implantés

71 Les modificateurs de contraste Adapter les réglages de V (kv) et de i.t (mas) Diminuer le µ d un milieu Renforcer le µ d un milieu Combiner les deux types d agents Exemple : sels de baryum puis air Modifier le comportement de l'organisme diurétiques : urographie UIV médicaments cardiovasculaires aliments : pour vider la vésicule biliaire

72 Sels de baryum et air

73 Produit de contraste iodé

74 Contraste métallique

75 Applications de la radiologie Document médico-légal : L image devient la «preuve» Importance de l archivage Radiologie interventionnelle : cathétérisation prise de pressions, prélèvements biopsie guidée, exérèse désobstrution, embolisation pose de dispositifs endo-vasculaires (stent, ombrelle...)

76 Analogique Petit historique Radiographies standard 1900 Changeur automatique de films 1940 Radiocinéma 1960 Amplificateur de luminance + TV 1970 Numérique Amplificateur + TV + codeur AN 1980 Numériseur de film radiologique 1995 Capteur numérique 1995

77 Les enjeux du numérique Médicaux Standardisation du dossier imagerie Distribution simultanée du dossier patient (PACS) Réduction des clichés «ratés» Dosimétrie plus faible Techniques Soustraction d images / contraste Transmission à distance Amélioration de l archivage (rapidité sécurité) Réduction du «coût» des archives

78 analogique numérique

79 Angio. numérique après soustraction du masque Tumeur de la fesse

80 Situation actuelle : radiologie Le scanner X est numérisé Toute la radiologie n est pas du scanner : les clichés plans : poumons, ostéo-articulaire les clichés à haute résolution: mammographie certains examens spécialisés : examens vasculaires examens digestifs

81 avec nos sincères remerciements pour son aide précieuse dans la réalisation de ce document à notre ami le Pr Jean Yves Devaux (St Antoine) année

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE DES module national Lundi 3 Février 2014 PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE Antoine Feydy, Jean-Luc Drapé Université Paris Descartes CHU Cochin - APHP Service de Radiologie B Effet Compton Effet

Plus en détail

Les rayons X. Olivier Ernst

Les rayons X. Olivier Ernst Les rayons X Olivier Ernst Lille La physique pour les nuls 1 Une onde est caractérisée par : Sa fréquence F en Hertz (Hz) : nombre de cycle par seconde Sa longueur λ : distance entre 2 maximum Sa vitesse

Plus en détail

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation U t i l i s a t i o n d u n s c i n t i l l a t e u r N a I M e s u r e d e c o e ffi c i e n t s d a t t é n u a t i o n Objectifs : Le but de ce TP est d étudier les performances d un scintillateur pour

Plus en détail

REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire. Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris

REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire. Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris Soirée SFR-IDF, 15 Mars 2012 Une Technique Très Encadrée Dépistage organisé (DO) Départements pilotes

Plus en détail

MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE

MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE Collège des Enseignants en Radiologie de France MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE Paris, 3 et 4 Février 2015 PROTECTION DES OPERATEURS EN RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE

Plus en détail

Eléments de radioprotection médicale

Eléments de radioprotection médicale Eléments de radioprotection médicale www.radcoursorg.be/rprot M.Lemort Sciences dentaires Année 2014-2015 Dimension du problème croissance des procédures de radiodiagnostic au cours du siècle dernier (selon

Plus en détail

Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE

Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE LAURENT Rémy laurent@clermont.in2p3.fr http://clrpcsv.in2p3.fr Journées des LARD Septembre 2007 M2R

Plus en détail

Scanner de film numérique

Scanner de film numérique HD-CR 35 NDT Le nouveau standard de la radiographie numérique avec la technologie TroisFocales Scanner de film numérique Données techniques HD-CR 35 NDT Taille ajustable des spots laser : 12,5-25 - 50

Plus en détail

en médecine vétérinaire Guide de bonne pratique

en médecine vétérinaire Guide de bonne pratique Rayons x en médecine vétérinaire Guide de bonne pratique Contenu Introduction... 3 Quelles sont les obligations légales pour utiliser et détenir un appareil à rayons x?... 5 Que faire pour installer un

Plus en détail

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Règlement du concours de janvier 2010 pour le recrutement de septembre 2010 Sommaire Conditions d inscription au concours... page 1 Date du

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h ANNEE UNIVERSITAIRE 2011-2012 DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE Examen du Tronc Commun sous forme de QCM Janvier 2012 14 h à 16 h Les modalités de contrôle se dérouleront cette année sous forme

Plus en détail

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser TP vélocimétrie Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité ATTENTION : le faisceau du Hélium-Néon utilisé dans cette salle est puissant (supérieur à 15 mw). Il est dangereux et peuvent provoquer des

Plus en détail

Instrumentation électronique

Instrumentation électronique Instrumentation électronique Le cours d électrocinétique donne lieu à de nombreuses études expérimentales : tracé de caractéristiques statique et dynamique de dipôles, étude des régimes transitoire et

Plus en détail

Veraviewepocs 3De Le Panoramique dentaire qui répond à tous vos besoins en imagerie tridimensionnelle (3D)

Veraviewepocs 3De Le Panoramique dentaire qui répond à tous vos besoins en imagerie tridimensionnelle (3D) Veraviewepocs 3De Le Panoramique dentaire qui répond à tous vos besoins en imagerie tridimensionnelle (3D) Thinking ahead. Focused on life. Veraviewepocs 3De Le générateur à Rayons X pour tous vos besoins

Plus en détail

OP200 D ORTHOCEPH ORTHOPANTOMOGRAPH OC200 D. VT Tomographie Volumétrique OP200 D OC200 D VT. VT Tomographie Volumétrique

OP200 D ORTHOCEPH ORTHOPANTOMOGRAPH OC200 D. VT Tomographie Volumétrique OP200 D OC200 D VT. VT Tomographie Volumétrique OP200 D OC200 D VT Imagerie panoramique numérique Imagerie céphalométrique dentaire numérique VT Tomographie Volumétrique ORTHOPANTOMOGRAPH OP200 D ORTHOCEPH OC200 D VT Tomographie Volumétrique 1 À la

Plus en détail

Chapitre 22 : (Cours) Numérisation, transmission, et stockage de l information

Chapitre 22 : (Cours) Numérisation, transmission, et stockage de l information Chapitre 22 : (Cours) Numérisation, transmission, et stockage de l information I. Nature du signal I.1. Définition Un signal est la représentation physique d une information (température, pression, absorbance,

Plus en détail

ORTHOPHOS XG 3 DS. Systèmes de radiographie. ORTHOPHOS XG 3 l accès facile à la panoramique numérique.

ORTHOPHOS XG 3 DS. Systèmes de radiographie. ORTHOPHOS XG 3 l accès facile à la panoramique numérique. ORTHOPHOS XG 3 DS Systèmes de radiographie l accès facile à la panoramique numérique. Conception clichés panoramiques avec technologie XG. technique et design en harmonie. fiable économique 1 Profitez

Plus en détail

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs COURS 1. Exemple d une chaîne d acquisition d une information L'acquisition de la grandeur physique est réalisée par un capteur qui traduit

Plus en détail

Séquence 2. Étudiez le chapitre 4 de chimie des «Notions fondamentales»

Séquence 2. Étudiez le chapitre 4 de chimie des «Notions fondamentales» Séquence 2 Consignes de travail Étudiez les chapitres 3 de physique et de chimie des «Notions fondamentales» Physique : Ondes électromagnétiques Chimie : Classification périodique des éléments chimiques

Plus en détail

Les ondes au service du diagnostic médical

Les ondes au service du diagnostic médical Chapitre 12 Les ondes au service du diagnostic médical A la fin de ce chapitre Notions et contenus SAV APP ANA VAL REA Je maitrise Je ne maitrise pas Signaux périodiques : période, fréquence, tension maximale,

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Quantification en tomographie d émission

Quantification en tomographie d émission Quantification en tomographie d émission Irène Buvat Imagerie et Modélisation en Neurobiologie et Cancérologie UMR 8165 CNRS - Paris 7 - Paris 11 buvat@imnc.in2p3.fr http://www.guillemet.org/irene Séminaire

Plus en détail

LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE

LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE Enseignement : 1 ère STL Mesures et instrumentation Thème : Instrumentation : Instruments de mesure, chaîne de mesure numérique Notions et contenus :

Plus en détail

VistaCam ix Des images parfaites, un excellent diagnostic de caries

VistaCam ix Des images parfaites, un excellent diagnostic de caries VistaCam ix Des images parfaites, un excellent diagnostic de caries Une caméra, de multiples possibilités AIR COMPRIMÉ ASPIRATION IMAGERIE ODONTOLOGIE CONSERVATRICE HYGIÈNE Dispositif Médical de classe

Plus en détail

LAMPES FLUORESCENTES BASSE CONSOMMATION A CATHODE FROIDE CCFL

LAMPES FLUORESCENTES BASSE CONSOMMATION A CATHODE FROIDE CCFL LAMPES FLUORESCENTES BASSE CONSOMMATION A CATHODE FROIDE CCFL Economisons notre énergie et sauvons la planète Présentation générale 2013 PRESENTATION I. Principes de fonctionnement d une ampoule basse

Plus en détail

Les références dosimétriques pour les rayons X de basses et moyennes énergies. The dosimetric standards for low and medium energy x-rays

Les références dosimétriques pour les rayons X de basses et moyennes énergies. The dosimetric standards for low and medium energy x-rays Les références dosimétriques pour les rayons X de basses et moyennes énergies The dosimetric standards for low and medium energy x-rays Wassim KSOURI, Marc DENOZIÈRE, Nelly LECERF et Eric LEROY LNE-LNHB

Plus en détail

La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser

La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser Evaluer et prévenir le risque radiologique professionnel dans les opérations de radiographie industrielle La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser Pr Didier PAUL Faculté de Médecine, Service de Médecine

Plus en détail

Imagerie Médicale. Introduction

Imagerie Médicale. Introduction Imagerie Médicale Introduction Source: uhrad.com. Isabelle Bloch Département Traitement du Signal et des Images, Télécom ParisTech CNRS UMR 5141 LTCI 46 rue Barrault, 75013 Paris. Un peu d histoire Des

Plus en détail

Les écrans d ordinateurs

Les écrans d ordinateurs Les écrans d ordinateurs L écran est un périphérique dont l achat constitue un investissement à plus long terme que pour les autres constituants de l ordinateur. A lui seul il représente une bonne part

Plus en détail

A. Énergie nucléaire 1. Fission nucléaire 2. Fusion nucléaire 3. La centrale nucléaire

A. Énergie nucléaire 1. Fission nucléaire 2. Fusion nucléaire 3. La centrale nucléaire Énergie Table des A. Énergie 1. 2. 3. La centrale Énergie Table des Pour ce chapitre du cours il vous faut à peu près 90 minutes. A la fin de ce chapitre, vous pouvez : -distinguer entre fission et fusion.

Plus en détail

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un CHAPITRE 6 : LE SPECTROPHOTOMETRE Objectifs pédagogiques : Citer les principaux éléments d un dun spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre p Savoir changer l ampoule

Plus en détail

CR 30-Xm. Unité de numérisation CR 30-Xm

CR 30-Xm. Unité de numérisation CR 30-Xm U n i t é d e n u m é r i s at i o n CR 30-Xm 'Solution complète' de mammographie numérique et pour toutes les applications de radiographie générale L unité CR 30-Xm est une unité de radiographie numérisée

Plus en détail

GE Healthcare. Senographe Crystal Un choix aussi clair qu un cristal

GE Healthcare. Senographe Crystal Un choix aussi clair qu un cristal GE Healthcare Senographe Crystal Un choix aussi clair qu un cristal Senographe Crystal Un choix aussi clair qu un cristal. Le mammographe Senographe* Crystal facilite la transition vers la mammographie

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STD ARTS APPLIQUÉS

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STD ARTS APPLIQUÉS BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STD ARTS APPLIQUÉS SESSION 2014 ÉPREUVE : PHYSIQUE-CHIMIE Durée : 2 heures Coefficient : 2 La calculatrice (conforme à la circulaire N 99-186 du 16-11-99) est autorisée. La clarté

Plus en détail

GROUPE CLINIQUE DU MAIL

GROUPE CLINIQUE DU MAIL DOSSIER DE PRESSE GROUPE CLINIQUE DU MAIL Le centre d imagerie médicale conforte son implantation sur le site du Mail avenue Marie-Reynoard à Grenoble & présente son nouveau scanner spiralé, issu de la

Plus en détail

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE ÉVAPORATION SOUS VIDE 1 I SOMMAIRE I Sommaire... 2 II Évaporation sous vide... 3 III Description de l installation... 5 IV Travail pratique... 6 But du travail... 6 Principe... 6 Matériel... 6 Méthodes...

Plus en détail

CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques

CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques IX. 1 L'appareil de mesure qui permet de mesurer la différence de potentiel entre deux points d'un circuit est un voltmètre, celui qui mesure le courant

Plus en détail

Où sont-elles? Presque partout

Où sont-elles? Presque partout Les puces Vision historique Fabrication Les circuits numériques Les microprocesseurs Les cartes à puces Les puces d identification Controverses Questions Les puces Où sont-elles? Presque partout Où ne

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

Mise en pratique : Etude de spectres

Mise en pratique : Etude de spectres Mise en pratique : Etude de spectres Introduction La nouvelle génération de spectromètre à détecteur CCD permet de réaliser n importe quel spectre en temps réel sur toute la gamme de longueur d onde. La

Plus en détail

Chapitre 7 Les solutions colorées

Chapitre 7 Les solutions colorées Chapitre 7 Les solutions colorées Manuel pages 114 à 127 Choix pédagogiques. Ce chapitre a pour objectif d illustrer les points suivants du programme : - dosage de solutions colorées par étalonnage ; -

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ De Homer à oppenheimer

Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ De Homer à oppenheimer Complétez le schéma de gestion des déchets nucléaires en vous aidant du panneau, les surfaces des cercles sont proportionnelles à leur importance Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ

Plus en détail

Modules chauffants pour plafond rayonnant suspendu et démontable. Laine minérale. Elément chauffant

Modules chauffants pour plafond rayonnant suspendu et démontable. Laine minérale. Elément chauffant Gamme PRM HORAcoustic Les modules de la gamme Horacoustic sont prévus pour s intégrer dans une ossature métallique porteuse (de largeur 5 ou 24 mm). L ensemble constitue un Plafond Rayonnant Modulaire

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

L oscilloscope Cathodique

L oscilloscope Cathodique Modèle de compte-rendu de TP L oscilloscope Cathodique Ce document a été publié pour l unique but d aider les étudiants, il est donc strictement interdit de l utiliser intégralement en temps que compte-rendu

Plus en détail

W 12-2 : haute performance et savoir-faire compact

W 12-2 : haute performance et savoir-faire compact Barrières W - Détecteurs réflex, élimination de premier plan EPP Détecteurs réflex, élimination d arrière-plan EAP W - : haute performance et savoir-faire compact Détecteurs réflex énergétiques fibres

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Le scanning dans OPERA Développements au laboratoire de LYON (IPNL)

Le scanning dans OPERA Développements au laboratoire de LYON (IPNL) Le scanning dans OPERA Développements au laboratoire de LYON (IPNL) Journées Jeunes Chercheurs 2003, La Roche-en-Ardennes - 1/16 - Perrine Royole-Degieux au programme les émulsions nucléaires dans OPERA

Plus en détail

D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE C OMPTEUR DE FRANGES A FIBRE OPTIQUE. Détecteurs

D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE C OMPTEUR DE FRANGES A FIBRE OPTIQUE. Détecteurs D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE Capteur luxmètre à sonde détachable, idéal pour les expériences de polarisation, il permet de quantifier simplement et rapidement les principales sources et phénomènes lumineux.

Plus en détail

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation.

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation. LASER DOPPLER INTRODUCTION La technique qui utilise l effet Doppler à partir d un faisceau laser est l une des seules qui permette d enregistrer en continu le reflet de la perfusion superficielle de tissus

Plus en détail

Les appareillages des Spectrométrie optique

Les appareillages des Spectrométrie optique ATELIERS DE BIOPHOTONIQUE Les appareillages des Spectrométrie optique 1. Spectroscopies optiques conventionnelles Spectrophotomètre, Spectrofluorimètre, 2. Analyse Spectrale en Microscopie de fluorescence

Plus en détail

Ligne Dentaire. Système Dentaire Panoramique et 3D

Ligne Dentaire. Système Dentaire Panoramique et 3D Ligne Dentaire Système Dentaire Panoramique et 3D La Société Villa Sistemi Medicali est fière de présenter son nouveau panoramique Rotograph Evo 3D, un système d'imagerie dentaire avec fonctionnalité 3-en-1:

Plus en détail

Module d Electricité. 2 ème partie : Electrostatique. Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere

Module d Electricité. 2 ème partie : Electrostatique. Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere Module d Electricité 2 ème partie : Electrostatique Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere 1 Introduction Principaux constituants de la matière : - protons : charge

Plus en détail

Figure 1 : Diagramme énergétique de la photo émission. E B = hν - E C

Figure 1 : Diagramme énergétique de la photo émission. E B = hν - E C ANALYSE XPS (ESCA) I - Principe La spectroscopie XPS (X-Ray Photoelectron Spectroscopy) ou ESCA (Electron Spectroscopy for Chemical Analysis) est basée sur la photo émission. Lors de l'irradiation par

Plus en détail

Module HVAC - fonctionnalités

Module HVAC - fonctionnalités Module HVAC - fonctionnalités Modèle de radiation : DO = Discrete Ordinates On peut considérer l échauffement de solides semi transparents causé par le rayonnement absorbé par le solide. On peut également

Plus en détail

LO12. Chap 1 1. 1. Introduction UTC A2006. 1.1 Présentation de l'uv. Bases de l infographie et Images de synthèse. Objectifs

LO12. Chap 1 1. 1. Introduction UTC A2006. 1.1 Présentation de l'uv. Bases de l infographie et Images de synthèse. Objectifs UTC A2006 1. Introduction 1.1 Présentation de l'uv Objectifs Bases de l infographie et Images de synthèse savoir se repérer dans l espace, comprendre les principaux algorithmes d infographie (leur puissance

Plus en détail

SIGNAUX PERIODIQUES (activités de découvertes et acquis du collège)

SIGNAUX PERIODIQUES (activités de découvertes et acquis du collège) Thème SANTE SIGNAUX PERIODIQUES (activités de découvertes et acquis du collège) Acquis du collège : une tension alternative périodique (comme celle du secteur) est une tension qui se répète à l'identique

Plus en détail

Épreuve E5 : Conception détaillée. Sous-épreuve E51 : Conception détaillée d une chaîne fonctionnelle

Épreuve E5 : Conception détaillée. Sous-épreuve E51 : Conception détaillée d une chaîne fonctionnelle BTS Conception et Réalisation de Systèmes Automatiques Épreuve E5 : Conception détaillée Sous-épreuve E51 : Conception détaillée d une chaîne fonctionnelle Session 2013 Durée : 4 h Coefficient : 3 Matériel

Plus en détail

Contribution des faisceaux d ions à l élaboration de dispositifs pour l électronique souple

Contribution des faisceaux d ions à l élaboration de dispositifs pour l électronique souple Comité National Français de Radioélectricité Scientifique Section française de l Union Radio Scientifique Internationale Siège social : Académie des Sciences, Quai de Conti Paris Journées scientifiques

Plus en détail

SAVOIR-FAIRE ET RADIOPROTECTION

SAVOIR-FAIRE ET RADIOPROTECTION SAVOIR-FAIRE ET RADIOPROTECTION Y-S Cordoliani pour le Groupe de travail Radioprotection de la SFR Le savoir-faire en imagerie utilisant les rayons X impose la connaissance des risques que ceux-ci peuvent

Plus en détail

Au programme. Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie. Formation de l image. Introduction

Au programme. Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie. Formation de l image. Introduction Au programme Vision par ordinateur: Formation d image et Photographie Sébastien Roy Jean-Philippe Tardif Marc-Antoine Drouin Département d Informatique et de recherche opérationnelle Université de Montréal

Plus en détail

Manuel d'utilisation de la maquette

Manuel d'utilisation de la maquette Manuel d'utilisation de la maquette PANNEAU SOLAIRE AUTO-PILOTE Enseignement au lycée Article Code Panneau solaire auto-piloté 14740 Document non contractuel L'énergie solaire L'énergie solaire est l'énergie

Plus en détail

TP : Une résistance pour se chauffer?

TP : Une résistance pour se chauffer? TP : Une résistance pour se chauffer? Document extrait d un site Internet : L'effet Joule est un mode de production de chaleur qui se produit lors du passage du courant électrique dans un conducteur présentant

Plus en détail

Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information

Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information Chapitre 18 : Transmettre et stocker de l information Connaissances et compétences : - Identifier les éléments d une chaîne de transmission d informations. - Recueillir et exploiter des informations concernant

Plus en détail

SOMMAIRE : Sommaire page 1. Introduction page 2. L'énergie solaire page 2. Le panneaux solaires thermiques page 3

SOMMAIRE : Sommaire page 1. Introduction page 2. L'énergie solaire page 2. Le panneaux solaires thermiques page 3 SOMMAIRE : Sommaire page 1 Introduction page 2 L'énergie solaire page 2 Le panneaux solaires thermiques page 3 Les panneaux solaires photovoltaïques page 4 Glossaire page 5 Conclusion page 7 Bibliographie

Plus en détail

Propriétés électriques des semiconducteurs

Propriétés électriques des semiconducteurs Chapitre 1 Propriétés électriques des semiconducteurs De nombreux composants électroniques mettent à profit les propriétés de conduction électrique des semiconducteurs. Ce chapitre décrit comment un semiconducteur

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

PLATE-FORME COMMUNE UNE SOLUTION LOGICIELLE UNIQUE POUR AMÉLIORER LA PRODUCTIVITÉ. Logiciel DIRECTVIEW V5 pour CR et DR

PLATE-FORME COMMUNE UNE SOLUTION LOGICIELLE UNIQUE POUR AMÉLIORER LA PRODUCTIVITÉ. Logiciel DIRECTVIEW V5 pour CR et DR Logiciel DIRECTVIEW V5 pour CR et DR UNE SOLUTION LOGICIELLE UNIQUE POUR AMÉLIORER LA PRODUCTIVITÉ Vous pouvez faire confiance aux systèmes CR et DR de Carestream pour leur qualité de prise d images. Maintenant

Plus en détail

CS 9300. La puissance de la flexibilité

CS 9300. La puissance de la flexibilité CS 9300 La puissance de la flexibilité Nouveau système d'imagerie numérique 3D CS 9300 de Carestream Dental L incertitude n est plus de mise. Le CS 9300 tout-en-un est le système d'imagerie le plus flexible

Plus en détail

Glossaire technique Veditec

Glossaire technique Veditec Glossaire technique Veditec 3D/2D DNR (digital noise réduction) La technologie DNR est un système de réduction numérique de bruit ayant pour but de réduire le bruit sur l image. Elle permet d obtenir des

Plus en détail

Les différents éléments d un CESI

Les différents éléments d un CESI Les différents éléments d un CESI 1. Capteur Solaires 1.1. Introduction Un capteur solaire thermique est un dispositif qui transforme le rayonnement solaire en énergie thermique. Les caractéristiques générales

Plus en détail

Radiographie Industrielle Etat de l Art et Alternatives Des exemples. ASN Orléans 01/04/2011 www.cofrend.com

Radiographie Industrielle Etat de l Art et Alternatives Des exemples. ASN Orléans 01/04/2011 www.cofrend.com Radiographie Industrielle Etat de l Art et Alternatives Des exemples 1 Contexte Rappels sur les techniques selon les longueurs d ondes Etat de l art de la Radiographie Numérique Quelques éléments de compréhension

Plus en détail

Équivalence masse-énergie

Équivalence masse-énergie CHPITRE 5 NOYUX, MSSE ET ÉNERGIE Équivalence masse-énergie. Équivalence masse-énergie Einstein a montré que la masse constitue une forme d énergie appelée énergie de masse. La relation entre la masse (en

Plus en détail

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION TOUT PUBLIC 1. Source de rayonnements ionisants 2. Les différents rayonnements ionisants et leur capacité à traverser le corps humain 3. Ecran de protection absorbant

Plus en détail

Le cliché thoracique

Le cliché thoracique Le cliché thoracique Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Nomenclature radiologique... 1 2 Le cliché thoracique de face... 2 2. 1 Qualité du cliché... 1 2. 2

Plus en détail

Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension

Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension Cyril BUTTAY CEGELY VALEO 30 novembre 2004 Cyril BUTTAY Contribution à la conception

Plus en détail

Planmeca ProMax 3D s Planmeca ProMax 3D FRANÇAIS

Planmeca ProMax 3D s Planmeca ProMax 3D FRANÇAIS Planmeca ProMax 3D s Planmeca ProMax 3D FRANÇAIS De véritables appareils tout en un Les appareils Planmeca ProMax 3D s et Planmeca ProMax 3D ont été conçus pour obtenir des informations complètes sur l

Plus en détail

IMAGE NUMERIQUE : NUMERISATION-TRAITEMENT- RETOUCHES

IMAGE NUMERIQUE : NUMERISATION-TRAITEMENT- RETOUCHES MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION IMAGE

Plus en détail

Chapitre 13 Numérisation de l information

Chapitre 13 Numérisation de l information DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 septembre 2013 à 17:33 Chapitre 13 Numérisation de l information Table des matières 1 Transmission des informations 2 2 La numérisation 2 2.1 L échantillonage..............................

Plus en détail

CAHIER D EXPERIENCES. Quand deux billes se rencontrent?

CAHIER D EXPERIENCES. Quand deux billes se rencontrent? CAHIER D EXPERIENCES 1 ere Experience : Quand deux billes se rencontrent? Matériel : Le pendule de Newton Webcam + ordinateur Eclairage Expérience : 1. lâcher de la bille 1, film de l expérience 2. lâcher

Plus en détail

Le nouveau visage. d un classique LA GAMME DE PRODUITS EXCEL EXCEL D EXCEL CEPH BASEX BASEX D

Le nouveau visage. d un classique LA GAMME DE PRODUITS EXCEL EXCEL D EXCEL CEPH BASEX BASEX D Le nouveau visage d un classique LA GAMME DE PRODUITS EXCEL EXCEL D EXCEL CEPH BASEX BASEX D Les unites dentaires p SOREDEX est un des premiers producteurs d équipement pour imagerie dentaire au monde.

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

LES CAPTEURS CCD/CMOS

LES CAPTEURS CCD/CMOS Jérôme SIX Léo MEIGNAN Licence Professionnelle Gestion de la Production Industrielle, spécialité Vision Industrielle LES CAPTEURS CCD/CMOS Introduction...3 I) CCD...4 I.1) Historique...4 I.2) Fonctionnement...4

Plus en détail

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique Chapitre 7 Circuits Magnétiques et Inductance 7.1 Introduction 7.1.1 Production d un champ magnétique Si on considère un conducteur cylindrique droit dans lequel circule un courant I (figure 7.1). Ce courant

Plus en détail

Microscopie de fluorescence Etat de l art

Microscopie de fluorescence Etat de l art Etat de l art Bibliométrie (Web of sciences) CLSM GFP & TPE EPI-FLUORESCENCE 1 Fluorescence Diagramme de JABLONSKI S2 S1 10-12 s Excitation Eex Eem 10-9 s Émission Courtoisie de C. Spriet

Plus en détail

DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR

DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR C Andreux et F L Huillier H Guerini, A Feydy, X Poittevin, F Thevenin, R Campagna, JL Drapé, A Chevrot Hôpital COCHIN, Paris, France OBJECTIF Proposer

Plus en détail

Système de surveillance vidéo

Système de surveillance vidéo Conrad sur INTERNET www.conrad.fr N O T I C E Version 12/01 Entretien Pour un fonctionnement correct de votre système de surveillance vidéo, prenez note des conseils suivants : 1/ Tenez la caméra et le

Plus en détail

Physique appliquée à l exposition externe Dosimétrie et radioprotection

Physique appliquée à l exposition externe Dosimétrie et radioprotection Physique appliquée à l exposition externe Dosimétrie et radioprotection Springer Paris Berlin Heidelberg New York Hong Kong London Milan Tokyo Rodolphe Antoni, Laurent Bourgois Physique appliquée à l exposition

Plus en détail

Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires

Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires Systèmes cellulaires Réseaux cellulaires analogiques de 1ère génération : AMPS (USA), NMT(Scandinavie), TACS (RU)... Réseaux numériques de 2ème

Plus en détail

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012 1 I.Généralités sur les cellules photovoltaïques I.1.Introduction : Les énergies renouvelables sont des énergies à ressource illimitée. Les énergies renouvelables regroupent un certain nombre de filières

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des Chapitre 4 LE DIAGNOSTIC Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des problèmes oculaires et optiques, mais seul l ophtalmologiste peut détecter la présence d une DMLA.

Plus en détail

INTERET D UN ARCHIVAGE PARALLELE POUR LES DONNEES ENHANCED DICOM

INTERET D UN ARCHIVAGE PARALLELE POUR LES DONNEES ENHANCED DICOM INTERET D UN ARCHIVAGE PARALLELE POUR LES DONNEES ENHANCED DICOM N.LABONNE(1) - C.LEFONDEUR(2) - A.BLUM(1) (1) Service d Imagerie Guilloz CHU NANCY (2) Direction du Système d Information CHU NANCY www.imagerieguilloz.com

Plus en détail

facilitez-vous la vie avec Ray Technologie avancée pour le Confort

facilitez-vous la vie avec Ray Technologie avancée pour le Confort Dose réduite - Scan ultra-rapide - Tube x-ray pulsé - Plusieurs modes de balayage partielles 3 détecteurs exclusifs - Procédure fiable - Aucun risque de dommage - Longue durée de vie Mise à niveau facile

Plus en détail