Les bases physiques de l'imagerie radiologique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les bases physiques de l'imagerie radiologique"

Transcription

1 Les bases physiques de l'imagerie radiologique

2 Radiographie 1895 Röentgen Découverte des propriétés des rayons X par Roentgen. Les rayons X permettent de voir uniquement l'os, le poumon et les produits de contraste artificiels.

3 L'image radiologique Procédé d imagerie utilisant des Rayons X 1895 (Roëntgen) 1995

4 composants de la chaîne image radiologique Tube émetteur de rayons X Ensemble de collimation Détecteur Moniteur Calculateur

5 La production des Rayons X rappels le tube radiogène (Coolidge 1906) le spectre continu le spectre de raies

6 Production des Rayons X On bombarde une cible métallique (anode) par un faisceau d électrons accélérés. + - i vide RX P e = ½ k i Z U 2 avec k = 10-9 cathode anode Z - + U U = 30 à 160 kv Deux mécanismes simultanés vont se produire

7 La Fluorescence électron extérieur ou plus périphérique photon X E émis = E dest. - E orig. Spectre de RAIES (sauts quantiques) (valeur fonction du type d atome de la cible)

8 Le rayonnement de freinage E cin. d e - photon X L énergie cinétique perdue est fonction de la distance d entre trajectoire et axe du noyau. Spectre CONTINU (valeur maximale E max = E cin. de la particule incidente)

9 Interaction : atténuation Effet Compton : si forte énergie interaction avec e - périphériques photons diffusés µ photon incident photon diffusé électron Compton +90 eau Effet photo-électrique e - profonds absorption 0,2 0,1 plage de prédominance photoélectrique τ plage de prédominance Compton σ Kev

10 Spectre des Rayons X dn de Spectre de RAIES Spectre CONTINU autoabsorption EL EK Emax E

11 Un peu de technologie Dissipation importante de chaleur Puissance émise : P e = ½ k i Z U 2 Puissance consommée : P c = Ui P c >> P e P e / P c 1 % Refroidissement indispensable Limiter l usure prématurée (cratérisation)

12 Un peu de technologie Dissipation importante de chaleur Puissance émise : P e = ½ k i Z U 2 Puissance consommée : P c = Ui P c >> P e P e / P c 1 % Refroidissement indispensable Métal résistant (Tungstène : Tf=3600 C) Fluide caloporteur Anode tournante (disque biseauté)

13 L anode tournante RX e - anode cathode 9000 t/min

14 L image radiologique la formation

15 L image radiologique Image de l atténuation d un faisceau de rayons X par le tissu traversé Tube RX Objet µ faible µ élevé Image Radiante Image Reproduite Détecteur

16 Imagerie d atténuation L image radiologique n est pas l image de l objet lui-même mais la projection sur un plan des valeurs µ des coefficients d atténuation de chaque structure atteinte par les rayons X.

17 Le film RX : le détecteur Le film photographique constitue le détecteur «classique» en radiologie. RX émulsion support plastique transparent Révélation, Fixation et Lavage Molécule d argent Ion Ag+ qui devient opaque par révélation

18 Difficultés de vocabulaire Par analogie avec la lumière : Quand les rayons X atteignent le film, ils provoquent un noircissement, mais comme ils ont traversé le corps, on parle de clarté Dans les zones non exposées, le film reste transparent, mais comme les rayons ont été arrêtés on parle d'opacité

19 L image radiologique de la théorie à la pratique

20 Etapes de la formation de l image (1) effet photo-électrique un seul photon arrêt Tube RX Objet Détecteur effet binaire : 1 ou 0 : tout ou rien

21 Etapes de la formation de l image (2) effet photo-électrique beaucoup de photons Tube RX Objet Détecteur modulation : somme d effets binaires

22 Images élémentaires Bord Ligne Bande Cercle Clarté Opacité

23 Signe de la silhouette Face Profil

24 De quoi dépend la modulation? Puissance émise par le tube P e = Energie reçue par le détecteur E = 1 2 k Z. I V k. Z. I. V t. 4π. d 2 Paramètre Nombre de photons Energie des photons Fluence (E/S) Facteur I ou t V d Noircissement

25 formation géométrique de l image radiante

26 L équation d'atténuation L'atténuation dépend de µ et x I = Io. e - µx Le noircissement du film est la traduction visuelle des variations locales du facteur d'atténuation.

27 Les variations de µ Les coefficients d atténuation : µ τ Z 4,5 / E 3,5 (photo-élect.) µ σ E, varie peu avec Z (Compton) Les principaux milieux : les os (sternum, côtes et rachis) les tissus mous et le sang (équivalents à l eau) l air dans les voies respiratoires

28 Courbes de µ τ selon Z µ τ eau CaP Compton Pb air Cu 10 kev 100 kev 1 MeV E

29 Atténuation globale Energie(keV) µ/ρ Tissu mou µ/ρ Os 40 24, m 2.kg -1 54, m 2.kg , m 2.kg -1 17, m 2.kg , m 2.kg -1 10, m 2.kg -1

30 influence de E sur le contraste

31 Influence de µ, x et E x Objet µ Image µ élevé µ faible µx moyen µx élevé µx "seuil" énergie élevée

32 Contraste entre 2 objets Différence épaisseur et Z Épaisseur totale traversée : compression Prédominance épaisseur / Z selon KV Diffusé haute tension basse tension x 1 x 2 x 1 x 2 faible épaisseur I 1 I 2 grande épaisseur I 1 I 2 I 2 Z 3 I 1 I 2 I 1 ρ

33 Clichés radiologiques standards Normal Pathologique

34 Dégradation de l image

35 le rayonnement diffusé Lié à l'effet Compton faisceau objet détecteur

36 diffusé Source = objet radiographié Dans toutes les directions Baisse le contraste tube diaphragme monoplan diaphragme multiplan Augmente avec : énergie l-h augmentation de l-h pour diminuer le flou géométrique localisateur section épaisseur h diffusé n'atteignant pas le film

37 solution : la grille anti-diffusante Grille Film G F Potter

38 Le diffusé et le radiologue faisceau primaire tube RX rayonnement diffusé écran plombé

39 Facteurs géométriques Agrandissement foyer avec M=coefficient de magnification l=distance foyer-film h=foyer structure-film l h M = l l-h M=2

40 Dégradation de l image : agrandissement déformation

41 solution : distance source-patient 1,5 à 1,8 m faisceau pratiquement parallèle

42 Facteurs géométriques Déformation α #90 foyer objet foyer objet image α=β β = 90 image plan de projection plan de projection La cassette doit rester parallèle à l objet radiographié

43 Facteurs géométriques Flou géométrique (de foyer) d foyer foyer d h objet l-h contours de l'image de l'objet l objet de petite taille chevauchement des zones de pénombre ombre p pénombre I1 I1 I 1 I 2 I 2 Diminué si petit foyer, l grand et h petit

44 la perte de résolution taille de la source de rayons X résolution actuelle 1 mm Solutions : contrôle de qualité de l anode, anode tournante nouveaux procédés : laser haute énergie

45 Facteurs géométriques Flou cinétique Vitesse maximale des bords du cœur = 40 cm/s Si temps pose = 1/100ème s Alors flou = 4mm foyer Donc : - immobilité - temps de pose court - diminution objet-film bords en mouvement zones de pénombre

46 le flou le flou dynamique affecte : Le cœur Les poumons Solutions : immobilisation - apnée courte durée de prise d image (1/10 e de seconde) séquence rapide de clichés : 50 à 100 images/s synchronisation

47 les superpositions addition de l atténuation µ faible µ élevé Solutions : clichés de profils - positionnement du patient compression (ballon )

48 Les problèmes de dosimétrie La Directive Européenne «patient» optimisation réduction de la dose délivrée au patient respect de la qualité nécessaire pour l interprétation justification respect des guides de bonne pratique et des SOR Comment réduire l irradiation sans nuire à la qualité de l image? Utilisation des filtres la sensibilité de détection: ampli. de luminance

49 L utilisation de filtres L interaction «utile» à l image radiologique : l effet photo-électrique La dose délivrée dépend de l énergie trop forte, elle favorise le diffusé (zone Compton) trop faible, elle est complètement absorbée Se situer dans la partie médiane de la courbe µ de µ τ PE E

50 Les filtres métalliques on les interpose entre le tube et le patient plaques de cuivre et/ou d aluminium d épaisseur variable arrêtent surtout les basses énergies modifient la forme du spectre des rayons X entraînent le «durcissement» du faisceau.

51 Modification du spectre dn de sans filtre avec filtre Cu/Al EL EK Emax E

52 doses typiques de différents examens radiologiques Examen Poumon Bassin Cervical (face) Rein Lombaire (profil) Sein Scanner X Doses typiques en mgy 0,25-0, , (?) 5 20 (?) Niveau de référence européen 0, ! " #

53 Différents détecteurs Film radio Écran de brillance Plaques «phosphore» Détecteurs plan numérisation

54 Systèmes film-écran Structure Réponse voile de base pied proportionnelle épaule saturation

55 Améliorer la sensibilité : l écran renforçateur film écrans 1 mm

56 Systèmes film-écran base écran phosphore émulsion base film émulsion écran phosphore base couches anti cross-over Film conventionnel Amélioration Kodak

57 L amplificateur de luminance électrodes déflectrices Photon X e - Photons visibles écran d entrée Augmentation de la densité de lumière écran de sortie

58 La radiologie télévisée amplificateur de luminance tube TV moniteur TV Réduction importante de la dose délivrée Amélioration du positionnement Champ réduit, limitation de la résolution spatiale Facilite la radiologie interventionnelle

59 Plaque photostimulée Stimulation-Laser Luminescence Rayon-X Plombage Vue de face Phosphore - couche Couche (Pb) Couche (alliage Magnésium)

60 Capteur : plaques Plaques électroluminescentes ou photostimulables

61 Luminescence Photo-stimulée

62 Le capteur RX numérique RX F Br Ba I Cs Se Lecture directe par laser ou matrice de transistors

63 Convertisseur Pixel Amplificateurs CMOS Lignes d adressage A/D matrice active asi:h sur verre

64 différents types de détecteurs $ %

65 Les 3 critères de qualité image &

66 Le Contraste I I 1 2 Définition : C = I1 + I2 dépend directement de 10% I = Io. e µx 20% 50%

67 Les modificateurs de contraste Adapter les réglages de V (kv) et de i.t (mas) Diminuer le µ d un milieu Renforcer le µ d un milieu

68 Adaptation des réglages Examen d Tension Intensité Temps de pose a Poumon face 1,8 m 135 kv 250 ma 20 ms b Poumon face (enfant) 1,5 m 80 kv 250 ma 16 ms c Gril costal 1 m 55 kv 520 ma 250 ms d Abdomen 1 m 70 kv 600 ma 200 ms

69 Les modificateurs de contraste Adapter les réglages de V (kv) et de i.t (mas) Diminuer le µ d un milieu air (poumon digestif) remplace localement le tissu Clichés en inspiration-expiration, eau gazeuse Renforcer le µ d un milieu

70 Les modificateurs de contraste Adapter les réglages de V (kv) et de i.t (mas) Diminuer le µ d un milieu Renforcer le µ d un milieu sels de baryum (tube digestif) remplissent une cavité composés iodés (vaisseaux) se diluent dans le sang repères métalliques (clips et prothèse) implantés

71 Les modificateurs de contraste Adapter les réglages de V (kv) et de i.t (mas) Diminuer le µ d un milieu Renforcer le µ d un milieu Combiner les deux types d agents Exemple : sels de baryum puis air Modifier le comportement de l'organisme diurétiques : urographie UIV médicaments cardiovasculaires aliments : pour vider la vésicule biliaire

72 Sels de baryum et air

73 Produit de contraste iodé

74 Contraste métallique

75 Applications de la radiologie Document médico-légal : L image devient la «preuve» Importance de l archivage Radiologie interventionnelle : cathétérisation prise de pressions, prélèvements biopsie guidée, exérèse désobstrution, embolisation pose de dispositifs endo-vasculaires (stent, ombrelle...)

76 Analogique Petit historique Radiographies standard 1900 Changeur automatique de films 1940 Radiocinéma 1960 Amplificateur de luminance + TV 1970 Numérique Amplificateur + TV + codeur AN 1980 Numériseur de film radiologique 1995 Capteur numérique 1995

77 Les enjeux du numérique Médicaux Standardisation du dossier imagerie Distribution simultanée du dossier patient (PACS) Réduction des clichés «ratés» Dosimétrie plus faible Techniques Soustraction d images / contraste Transmission à distance Amélioration de l archivage (rapidité sécurité) Réduction du «coût» des archives

78 analogique numérique

79 Angio. numérique après soustraction du masque Tumeur de la fesse

80 Situation actuelle : radiologie Le scanner X est numérisé Toute la radiologie n est pas du scanner : les clichés plans : poumons, ostéo-articulaire les clichés à haute résolution: mammographie certains examens spécialisés : examens vasculaires examens digestifs

81 avec nos sincères remerciements pour son aide précieuse dans la réalisation de ce document à notre ami le Pr Jean Yves Devaux (St Antoine) année

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE DES module national Lundi 3 Février 2014 PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE Antoine Feydy, Jean-Luc Drapé Université Paris Descartes CHU Cochin - APHP Service de Radiologie B Effet Compton Effet

Plus en détail

Imagerie Médicale : Fondements. Radiographie et scanner CT

Imagerie Médicale : Fondements. Radiographie et scanner CT Imagerie Médicale : Fondements Radiographie et scanner CT Master 2 MultiMedia : Image et Son Numériques Pascal Desbarats (desbarats@labri.fr) IMF : Radiographie et scanner CT p.1 Questions Comment produit-on

Plus en détail

DES Radiologie Module rayons X mardi 12 janvier 2010

DES Radiologie Module rayons X mardi 12 janvier 2010 DES Radiologie Module rayons X mardi 12 janvier 2010 La Radiologie standard Formation et qualité de l image Résolution en densité : le contraste Résolution spatiale : le plus petit élément visible Quelle

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 1 Les films radiographiques et photographiques... 1

Table des matières. Chapitre 1 Les films radiographiques et photographiques... 1 Table des matières Chapitre 1 Les films radiographiques et photographiques.......................... 1 1.1 Les composants des films...................................................... 1 1.1.1 Le support............................................................

Plus en détail

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Scanner X Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Les rayons X Production des rayons X Interaction avec la matière Détection des rayons X Les scanners X Reconstruction de l image L image Ondes électromagnétiques

Plus en détail

Les rayons X. Olivier Ernst

Les rayons X. Olivier Ernst Les rayons X Olivier Ernst Lille La physique pour les nuls 1 Une onde est caractérisée par : Sa fréquence F en Hertz (Hz) : nombre de cycle par seconde Sa longueur λ : distance entre 2 maximum Sa vitesse

Plus en détail

3. La Radiologie. 3. Imagerie Radiologique. 3.1. Production des Rayons X

3. La Radiologie. 3. Imagerie Radiologique. 3.1. Production des Rayons X 3. La Raiologie J.M. Rocchisani Imagerie Méicale par Rayonnements 1 3. Imagerie Raiologique 1. Prouction es rayons X 2. Interaction photon X/matière 3. Formation e l'image 4. Détecteurs 5. Techniques Raiographie

Plus en détail

La Tomodensitométrie

La Tomodensitométrie La Tomodensitométrie Du plan à la coupe Nous vivons dans un monde tridimensionnel, mais l image que nous avons de ce monde se forme sur le plan (2D) de notre rétine. La vision binoculaire nous donne l

Plus en détail

La mammographie numérique avec ERLM ou CAPTEUR PLAN

La mammographie numérique avec ERLM ou CAPTEUR PLAN La mammographie numérique avec ERLM ou CAPTEUR PLAN Comparaison des deux méthodes Sophie KINZELIN - Centre Alexis VAUTRIN - Service de Radiodiagnostic du Dr STINES SOMMAIRE Historique Principe de fonctionnement

Plus en détail

FORMATION DE L IMAGE RADIOLOGIQUE

FORMATION DE L IMAGE RADIOLOGIQUE FORMATION DE L IMAGE RADIOLOGIQUE DR ABDOULAYE TAYE UNIVERSITE ALIOUNE DIOP DE BAMBEY PRESENTATION AU SEMINAIRE DU JEUDI 15 AVIL 2014 À l hopital Abass NDAO PLAN GENERAL OBJECTIFS INTRODUCTION NATURE,

Plus en détail

Objectifs module radiologie standard et tomodensitométrie

Objectifs module radiologie standard et tomodensitométrie Objectifs module radiologie standard et tomodensitométrie Objectifs généraux : Cet enseignement doit permettre à l étudiant d acquérir les connaissances lui permettant de comprendre les concepts et les

Plus en détail

POELAERT Mauranne POTIER Elise 4 ème pédiatrique. Pathologie chirurgicale : amplificateur de brillance. Travail de groupe.

POELAERT Mauranne POTIER Elise 4 ème pédiatrique. Pathologie chirurgicale : amplificateur de brillance. Travail de groupe. POELAERT Mauranne POTIER Elise 4 ème pédiatrique Pathologie chirurgicale : amplificateur de brillance. Travail de groupe. Professeur : Mr Erpicum Année scolaire 2014-2015 1 Table des matières Définition

Plus en détail

Radiographie Niveau 2 (accès direct)

Radiographie Niveau 2 (accès direct) Objectifs Connaître les bases du contrôle par radiographie. Mettre en œuvre des contrôles par radiographie suivant des instructions écrites. Rédiger un rapport d examen. Préparation à la certification

Plus en détail

Optimisation de la Dose en Radiologie. C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP

Optimisation de la Dose en Radiologie. C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP Optimisation de la Dose en Radiologie C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP Principes en radioprotection du patient Toute exposition du patient aux

Plus en détail

LES CAPTEURS PLAN : MARTINO Mickaël Élève manipulateur Service de coronarographie, clinique Claude Bernard.

LES CAPTEURS PLAN : MARTINO Mickaël Élève manipulateur Service de coronarographie, clinique Claude Bernard. LES CAPTEURS PLAN : MARTINO Mickaël Élève manipulateur Service de coronarographie, clinique Claude Bernard. GENERALITES : La radiologie standard a connu d importantes évolutions vers sa numérisation grâce

Plus en détail

Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie

Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie Production des rayons X en imagerie par projection et en scanographie D. Régent, D. Mandry, V. Croise-Laurent, A. Oliver, F. Jausset, V. Lombard RÉSUMÉ Le tube radiogène reste le facteur limitant dans

Plus en détail

Bases techniques radiologique et échographique G. Bismuth

Bases techniques radiologique et échographique G. Bismuth Bases techniques radiologique et échographique G. Bismuth Service de Radiologie Pr E. Dion Hôpital Louis Mourier SOMMAIRE n Historique n Radiologie standard: principes, formation de l image, produit de

Plus en détail

Bases physiques. de la radiothérapie

Bases physiques. de la radiothérapie Bases physiques de l imagerie médicale et de la radiothérapie 2010-1011 Pr. Malika ÇAOUI 1 L imagerie médicale L imagerie utilisant des rayonnements ionisants (RI) RX en radiologie: imagerie par atténuation:

Plus en détail

ε = K.I.t.Z.U 2 P = K.I.Z.U 2

ε = K.I.t.Z.U 2 P = K.I.Z.U 2 FASCEAU DE RAYONS X ET MAGE RADANTE Un faisceau de rayons X homogène est plus ou moins absorbé selon les structures anatomiques rencontrées : il y a perte de son homogénéité et création d'ombres portées

Plus en détail

Scanner X. Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009

Scanner X. Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009 Scanner X Master Images, Sciences et Technologies de l'information 2008-2009 Intervenant: F. Rousseau Les rayonsx Production des rayonsx Interaction avec la matière Détectiondes rayonsx Les scanners X

Plus en détail

TOMODENSITOMETRIE CT TDM SCANOGRAPHIE. Pr Jean-Luc Moretti Fac Diderot Univ Paris 7 Hop ST-Louis

TOMODENSITOMETRIE CT TDM SCANOGRAPHIE. Pr Jean-Luc Moretti Fac Diderot Univ Paris 7 Hop ST-Louis TOMODENSITOMETRIE CT TDM SCANOGRAPHIE Pr Jean-Luc Moretti Fac Diderot Univ Paris 7 Hop ST-Louis TDM Tomographie par rayons X assistée par ordinateur développée par G.M. Hounsfield, Prix Nobel de Médecine

Plus en détail

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire. Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris

REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire. Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris Soirée SFR-IDF, 15 Mars 2012 Une Technique Très Encadrée Dépistage organisé (DO) Départements pilotes

Plus en détail

Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche scientifique Université de Constantine_1 Faculté des sciences de technologie Département d

Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche scientifique Université de Constantine_1 Faculté des sciences de technologie Département d Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche scientifique Université de Constantine_1 Faculté des sciences de technologie Département d électronique master2 électronique médicale Rapport de

Plus en détail

LA TOMODENSITOMETRIE OU LE SCANNER Dr BOUSSOUF A CHU SETIF

LA TOMODENSITOMETRIE OU LE SCANNER Dr BOUSSOUF A CHU SETIF LA TOMODENSITOMETRIE OU LE SCANNER Dr BOUSSOUF A CHU SETIF DEFINITION: La tomodensitométrie se définit comme une chaîne radiologique tomographique effectuant la mesure de l atténuation d un faisceau de

Plus en détail

ELEMENTS DE RADIOLOGIE POUR LE PCEM2 D.MARIANO-GOULART Service de Médecine Nucléaire. CHU LAPEYRONIE. MONTPELLIER

ELEMENTS DE RADIOLOGIE POUR LE PCEM2 D.MARIANO-GOULART Service de Médecine Nucléaire. CHU LAPEYRONIE. MONTPELLIER ELEMENTS DE RADIOLOGIE POUR LE PCEM2 D.MARIANO-GOULART Service de Médecine Nucléaire. CHU LAPEYRONIE. MONTPELLIER A PRINCIPES DE BASE DE LA RADIOLOGIE 1- INTRODUCTION Historique : Principe : Intérêt :

Plus en détail

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015 1 Expression de la Concession et de l Opposition in La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 2 Concession /Opposition Compléter avec un des mots ou expressions suivantes : au lieu de

Plus en détail

Bases physiques des rayons X - CERF 2001 - Solacroup, Boyer, Le Marec, Schouman Claeys

Bases physiques des rayons X - CERF 2001 - Solacroup, Boyer, Le Marec, Schouman Claeys SCANNER A RAYONS X 1 HISTORIQUE 1971 : premier examen tomodensitométrique cérébral 1974 : premier appareil corps entier 1979 : Prix Nobel de médecine décerné à Allan MacLeod et Godfrey N.Hounsfield pour

Plus en détail

La Tomodensitométrie. S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers

La Tomodensitométrie. S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers La Tomodensitométrie Principes / Techniques S Willoteaux, F Thouveny, A Bouvier, C Nedelcu, C Aubé CHU d Angers Question Vous relisez avec votre senior l acquisition abdominopelvienne réalisée en garde

Plus en détail

Paragraphe 22.2. 804 Biophysique. De curieux détours, qui en valaient la peine

Paragraphe 22.2. 804 Biophysique. De curieux détours, qui en valaient la peine sens de déplacement de la table départ du scan spirale détecteur multilinéaire Figure 21.31 Principe de l acquisition hélicoïdale. On obtient l acquisition d un volume par le déplacement du lit du patient

Plus en détail

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation U t i l i s a t i o n d u n s c i n t i l l a t e u r N a I M e s u r e d e c o e ffi c i e n t s d a t t é n u a t i o n Objectifs : Le but de ce TP est d étudier les performances d un scintillateur pour

Plus en détail

Stand Universel alizé MT DR

Stand Universel alizé MT DR Stand Universel alizé MT DR Photo : Table à panneau flottant fibre de carbone (optionnel) Par son design compact, alizé est facilement adaptable aux salles ayant une faible hauteur sous plafond Système

Plus en détail

Formation obligatoire depuis juin 2009. But : Fournir les éléments permettant d améliorer l optimisation des doses délivrées aux patients

Formation obligatoire depuis juin 2009. But : Fournir les éléments permettant d améliorer l optimisation des doses délivrées aux patients Formation obligatoire depuis juin 2009 (L.1333-11, R.1333-74 du Code de la Santé) But : Fournir les éléments permettant d améliorer l optimisation des doses délivrées aux patients Programme de la formation

Plus en détail

MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE

MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE Collège des Enseignants en Radiologie de France MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE Paris, 3 et 4 Février 2015 PROTECTION DES OPERATEURS EN RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE

Plus en détail

BASES PHYSIQUES DE LA RADIOLOGIE. D. Mariano-Goulart Service de médecine nucléaire CHU de Montpellier.

BASES PHYSIQUES DE LA RADIOLOGIE. D. Mariano-Goulart Service de médecine nucléaire CHU de Montpellier. BASES PHYSQUES DE LA RADOLOGE D. Mariano-Goulart Service de médecine nucléaire CHU de Montpellier. PLAN DU COURS (5 heures) magerie de transmission par rayons X Le tube X et ses réglages L image de transmission

Plus en détail

MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE

MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE Collège des Enseignants en Radiologie de France MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE Paris, Cochin, 14 et 15 Janvier 2010 PROTECTION DES OPERATEURS EN RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE

Plus en détail

Examen partiel d imagerie médicale (février 2004)

Examen partiel d imagerie médicale (février 2004) Examen partiel d imagerie médicale (février 2004) I LES QUESTIONS Première question : Répondre par vrai ou faux aux affirmations suivantes. Entourer la bonne réponse ou barrer la mauvaise (0.2 points par

Plus en détail

4. systèmes analogiques de recueil de l'information et facteurs de qualité de l'image radiographique

4. systèmes analogiques de recueil de l'information et facteurs de qualité de l'image radiographique 4. systèmes analogiques de recueil de l'information et facteurs de qualité de l'image radiographique 4.1 couples écrans renforçateurs-film -les écrans renforçateurs absorbent une partie des photons X [

Plus en détail

Intérêt des gants radio atténuateurs plombés en radiologie interventionnelle

Intérêt des gants radio atténuateurs plombés en radiologie interventionnelle Intérêt des gants radio atténuateurs plombés en radiologie interventionnelle Joël GUERSEN 1, Laurent DONADILLE 2, Jean Luc REHEL 2, Audrey CHARVAIS 1, Rania ZAKNOUNE 2, Lucie CASSAGNES 1, Pascal CHABROT

Plus en détail

LA RADIOLOGIE. «Pourquoi essayer de faire semblant d'avoir l'air de travailler? C'est de la fatigue inutile!» Pierre Dac 05/03/2012

LA RADIOLOGIE. «Pourquoi essayer de faire semblant d'avoir l'air de travailler? C'est de la fatigue inutile!» Pierre Dac 05/03/2012 LA RADIOLOGIE F. LAURENT-DANIEL Physicienne médicale Centre GRAY Maubeuge Année universitaire 2011-2012 «Pourquoi essayer de faire semblant d'avoir l'air de travailler? C'est de la fatigue inutile!» Pierre

Plus en détail

Révision de la norme NFC 15-160 relative aux installations radiologiques

Révision de la norme NFC 15-160 relative aux installations radiologiques Révision de la norme NFC 15-160 relative aux installations radiologiques Tutoriale 3 Jean-Luc REHEL David CELIER Bernard AUBERT PRP-HOM/SER/UEM Fontenay aux Roses Sommaire La norme NFC 15-160 édition mars

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

RADIO ET DOSIMETRIE ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS CCVO ; BIZET ; SYSTEME INFORMATIQUE 07/FT/002/01/V03 TABLEAU DES CONSTANTES DE RADIO

RADIO ET DOSIMETRIE ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS CCVO ; BIZET ; SYSTEME INFORMATIQUE 07/FT/002/01/V03 TABLEAU DES CONSTANTES DE RADIO Page 1 sur 9 REVISIONS révision date objet 01 08/12/03 Insertion de la page de garde 02 22/09/04 Changement du titre ; rattachement 03 17/01/05 Modification points de diffusion ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS

Plus en détail

EPFL - Travaux pratiques de physique. Rayons X. Résumé

EPFL - Travaux pratiques de physique. Rayons X. Résumé Rayons X Résumé Les applications des rayons X sont nombreuses, tant en physique qu en biologie ou en médecine. Une introduction à la physique du rayonnement X est donc indispensable pour tout étudiant

Plus en détail

Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE

Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE LAURENT Rémy laurent@clermont.in2p3.fr http://clrpcsv.in2p3.fr Journées des LARD Septembre 2007 M2R

Plus en détail

Eléments de radioprotection médicale

Eléments de radioprotection médicale Eléments de radioprotection médicale www.radcoursorg.be/rprot M.Lemort Sciences dentaires Année 2014-2015 Dimension du problème croissance des procédures de radiodiagnostic au cours du siècle dernier (selon

Plus en détail

bien voir pour mieux prévoir

bien voir pour mieux prévoir bien voir pour mieux prévoir ACCELERER LE FLUX PATIENT D 2 RS réduit le temps d examen sans compromettre vos attentes cliniques et délivre une qualité d image incomparable. AUTOPOSITIONNEMENT L autopositionnement

Plus en détail

L Imagerie Radiologique et le Cancer. Philippe Devred Laetitia Aycard

L Imagerie Radiologique et le Cancer. Philippe Devred Laetitia Aycard L Imagerie Radiologique et le Cancer Philippe Devred Laetitia Aycard Préoccupations médicales / Techniques variées Technique instrument pour essayer de répondre à certaines questions Radiologie «conventionnelle»

Plus en détail

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Déplacement d un TD : ven 18/04, 14h-15h30 (groupe II) Créneau de remplacement

Plus en détail

3/ Ordre de grandeur des doses reçues lors des expositions diagnostiques en pratique médicale, information du patient

3/ Ordre de grandeur des doses reçues lors des expositions diagnostiques en pratique médicale, information du patient 3/ Ordre de grandeur des doses reçues lors des expositions diagnostiques en pratique médicale, information du patient Relevé des doses délivrées Démarche relativement récente D où viennent les chiffres?

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

4.5. Radiologie ostéoarticulaire

4.5. Radiologie ostéoarticulaire 4.5. Radiologie ostéoarticulaire télécharger ces fiches au format.pdf - rachis cervical (Os1) - rachis thoracique (Os2) - rachis lombo-sacré (Os3) - bassin standard (Os4) - hanche standard face et profil

Plus en détail

Mesure de Température par Caméra Infrarouge

Mesure de Température par Caméra Infrarouge Mesure de Température par Caméra Infrarouge INTRODUCTION La caméra infrarouge capte au travers d un milieu transmetteur (ex : l atmosphère) les rayonnements émis par une scène thermique. Le système radiométrique

Plus en détail

L'imagerie par rayon X et scanner

L'imagerie par rayon X et scanner UE : Biopathologie moléculaire, cellulaire et tissulaire Bases biophysiques de l'imagerie médicale Date : 09/02/2011 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16-18h Enseignant : Pr.P.Fernandez Ronéistes : Charnavel

Plus en détail

Initiation à la photographie sous marine

Initiation à la photographie sous marine Initiation à la photographie sous marine 1. Présentation de l appareil photo 2. La photo sous marine (1/2) 3. La photo sous marine (2/2) 4. Traitement numérique Présentation de l appareil photo 1. Les

Plus en détail

Le zonage en radiologie conventionnelle

Le zonage en radiologie conventionnelle Le zonage en radiologie conventionnelle Présenté par Jean-luc REHEL Jean-luc.rehel@irsn.fr Système de management de la qualité IRSN certifié 6 èmes Rencontres des Personnes compétentes en radioprotection

Plus en détail

ECHOGRAPHE ET CAPTEUR. D.I.U. d Echocardiographie module 1

ECHOGRAPHE ET CAPTEUR. D.I.U. d Echocardiographie module 1 ECHOGRAPHE ET CAPTEUR D.I.U. d Echocardiographie module 1 Plan Généralités Capteur Echographe Traitement du signal Stockage Transport Généralités Historique the blue goose 1970 180 cm Généralités Historique

Plus en détail

Conditions d'attribution des certificats COFREND selon la norme EN ISO 9712, des agents d essais non destructifs pour la méthode Radiographie

Conditions d'attribution des certificats COFREND selon la norme EN ISO 9712, des agents d essais non destructifs pour la méthode Radiographie Page 1/16 Conditions d'attribution des certificats 9712, des agents d essais non DESTINATAIRES : CDC RCQ COMITÉS SECTORIELS CENTRES D EXAMEN AUTRES :... Rév. Libellé de l évolution Vérificateur Nom visa

Plus en détail

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Règlement du concours de janvier 2010 pour le recrutement de septembre 2010 Sommaire Conditions d inscription au concours... page 1 Date du

Plus en détail

A - Méthode Laser Induced Breakdown Spectroscopy (LIBS) τ = 230 ms. Transition laser : λ = 1064 nm

A - Méthode Laser Induced Breakdown Spectroscopy (LIBS) τ = 230 ms. Transition laser : λ = 1064 nm Etude d une peinture flamande de Jan Van Eyck : XV e siècle Les époux Arnolfini 1 434 «Fake or not fake»? Données numériques h = 6,62 10-34 J.s c = 3 10 8 m.s -1 e = 1,60 10-19 C 1 ev= 1,60 10-19 J A -

Plus en détail

Youssef Ech chaykhy Master TNRP

Youssef Ech chaykhy Master TNRP Youssef Ech chaykhy Master TNRP 1 1. Généralités PLAN 2. Protection contre les rayonnements ionisants 3. Principes de la protection contre l irradiation externe 4. Objectifs de la protection et de la sûreté

Plus en détail

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière II.1. La dilatation thermique Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière Lorsqu on chauffe une substance, on provoque l augmentation de l énergie cinétique des atomes et des molécules, ce qui accroît

Plus en détail

TP n 9 : transmission d'un signal en bande de base à l'aide d'une fibre optique.

TP n 9 : transmission d'un signal en bande de base à l'aide d'une fibre optique. TP n 9 : transmission d'un signal en bande de base à l'aide d'une fibre optique. But du TP : le but de ce neuvième TP de seconde année est l'étude d'une chaîne de transmission utilisant une fibre optique.

Plus en détail

UE 2.4 S1 processus traumatiques. Les explorations

UE 2.4 S1 processus traumatiques. Les explorations UE 2.4 S1 processus traumatiques Les explorations Plan Introduction 1 ère partie : examens non invasifs 1.1. radiologie 1.2. scanner 1.3. IRM 1.4. échographie des parties molles 2 ème partie : examens

Plus en détail

Scanner de film numérique

Scanner de film numérique HD-CR 35 NDT Le nouveau standard de la radiographie numérique avec la technologie TroisFocales Scanner de film numérique Données techniques HD-CR 35 NDT Taille ajustable des spots laser : 12,5-25 - 50

Plus en détail

RADIOPROTECTION CIRKUS

RADIOPROTECTION CIRKUS RADIOPROTECTION CIRKUS Document technique Radioprotection Cirkus 8, rue du Valois, 91940 Les Ulis www.rpcirkus.org - contact@rpcirkus.org Association loi 1901 créée le 9 mars 2010 n W913002355 enregistrée

Plus en détail

2. Propriétés thermiques

2. Propriétés thermiques 2. Propriétés thermiques Elles permettent d interpréter les réactions d un matériau aux variations de la température 1. Capacité thermique 2. Dilatation thermique 3. Conductivité thermique Energie de liaison

Plus en détail

SIGNAUX ANALOGIQUES ET NUMERIQUES

SIGNAUX ANALOGIQUES ET NUMERIQUES SIGNAUX ANALOGIQUES ET NUMERIQUES 1. ANALOGIQUE OU NUMERIQUE? Un signal est la représentation physique d une information qui est transportée avec ou sans transformation, de la source jusqu au destinataire.

Plus en détail

MAINTENANCE ET CONTRÔLE QUALITÉ DE LA CHAÎNE DE PRODUCTION DE L IMAGE

MAINTENANCE ET CONTRÔLE QUALITÉ DE LA CHAÎNE DE PRODUCTION DE L IMAGE MAINTENANCE ET CONTRÔLE QUALITÉ DE LA CHAÎNE DE PRODUCTION DE L IMAGE Hervé Leclet OPTA-S - Conseil et formation en management en imagerie médicale 17 rue de Boulogne - 62520 Le Touquet www.opta-s.fr La

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Arrêté du 18 mai 2004 relatif aux programmes de formation portant sur la radioprotection des patients exposés

Plus en détail

1.Fondements de la radioprotection. Faculté de Médecine P2. Les RI peuvent être dangereux!

1.Fondements de la radioprotection. Faculté de Médecine P2. Les RI peuvent être dangereux! Faculté de Médecine P2 Radioprotection Année Universitaire it i 2007/2008 1. Fondements de la radioprotection 2. Les rayonnements ionisants : natures et origines La radioactivité Les rayons X Sources d

Plus en détail

La radioprotection des patients. radiologie interventionnelle et au bloc opératoire

La radioprotection des patients. radiologie interventionnelle et au bloc opératoire La radioprotection des patients et des travailleurs en radiologie interventionnelle et Journées Françaises de Radiologie 16 au 20 octobre 2009 Ph. MENECHAL / ASN Division de Bordeaux M. VALERO/ ASN Direction

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I Les forces newtoniennes Les forces d interaction gravitationnelle et électrostatique ont une propriété commune : leur 1 valeur est proportionnelle à, où r représente la distance

Plus en détail

4-Principes généraux en microscopie électronique.

4-Principes généraux en microscopie électronique. 3-Microscopie confocale La microscopie confocale est une des avancées technologiques les plus notables en microscopie optique depuis une centaine d années. Elle est basée sur une architecture technologique

Plus en détail

COURS 3 : IMAGERIE MÉDICALE

COURS 3 : IMAGERIE MÉDICALE COURS 3 : IMAGERIE MÉDICALE 1 INTRODUCTION Comment peut-on étudier la physiologie ou le métabolisme du corps humain sans interagir directement avec celui-ci? La réponse se trouve dans l imagerie médicale.

Plus en détail

7 Bistouri électrique HP pagewriter200. Pompe à perfusion W. Allyn Monito Multi. Pompe IVAC Pan

7 Bistouri électrique HP pagewriter200. Pompe à perfusion W. Allyn Monito Multi. Pompe IVAC Pan TRAVAUX DE MAINTENANCE PREVENTIVE ET CURATIVE EFFECTUES N DESIGNATION MARQUE MODEL 1 ECG HP 2 Pompe à perfusion Alaris PAN 3 Bistouri électrique 4 Pousse seringue Vial PSE 5 Pousse seringue Vial Pilot

Plus en détail

en médecine vétérinaire Guide de bonne pratique

en médecine vétérinaire Guide de bonne pratique Rayons x en médecine vétérinaire Guide de bonne pratique Contenu Introduction... 3 Quelles sont les obligations légales pour utiliser et détenir un appareil à rayons x?... 5 Que faire pour installer un

Plus en détail

Dispositifsd'imageriemédicale. Master Images, Sciences et Technologies de l'information

Dispositifsd'imageriemédicale. Master Images, Sciences et Technologies de l'information Dispositifsd'imageriemédicale Master Images, Sciences et Technologies de l'information Intervenants : A. Daurat, V. Noblet, F. Rousseau Accès depuis la page web des intervenants LSIIT, équipe MIV http://lsiit-miv.u-strasbg.fr/miv

Plus en détail

PLATEAU TECHNIQUE D'IMAGERIE Tél : 03 20 69 44 14 03 20 69 44 19

PLATEAU TECHNIQUE D'IMAGERIE Tél : 03 20 69 44 14 03 20 69 44 19 PLATEAU TECHNIQUE D'IMAGERIE Tél : 03 20 69 44 14 03 20 69 44 19 Les activités de notre service sont nombreuses et sont réalisées sur des machines de génération récente. 1 IRM 1,5T 2 SCANNERS 5 SALLES

Plus en détail

Français. Une vision parfaite

Français. Une vision parfaite Français Une vision parfaite Tout devient plus clair et plus simple avec un grand champ Le volume dento-maxillo-facial complet prêt pour votre diagnostic Un seul scan vous fournit la quantité d informations

Plus en détail

Techniques d imagerie et Recherche

Techniques d imagerie et Recherche Techniques d imagerie et Recherche Jean-Christophe Ferré, PH 1- Unité de Neuroradiologie, Département de Radiologie et Imagerie Médicale, CHU RENNES 2- Unité/ Projet Visages U746 INSERM/ INRIA, IRISA,

Plus en détail

Détecteur à comptage de photons uniques, ultra-rapide, pour applications bio-photoniques A. Dominjon (1) (1) Institut de Physique Nucléaire de Lyon IN2P3/CNRS - Université de Lyon E. Chabanat (1), P. Depasse

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

R. Tekaia Centre Frederic Joliot

R. Tekaia Centre Frederic Joliot LA RADIOTHERAPIE CONFORMATIONNELLE R. Tekaia Centre Frederic Joliot Introduction PLAN RTC : Définition D et Objectifs Besoins de la RTC Traitement par RTC : Prostate Acquisitions des données anatomiques

Plus en détail

Les méthodes d observation

Les méthodes d observation Les méthodes de biologie cellulaire et moléculaire Les méthodes d observation Cocher la (ou les) proposition(s) vraie(s) 1. La limite de résolution d un microscope optique : A. Est la distance à laquelle

Plus en détail

Chapitre 1 Exploitation de l énergie solaire dans l habitat

Chapitre 1 Exploitation de l énergie solaire dans l habitat Chapitre 1 Exploitation de l énergie solaire dans l habitat I. Utilisation de l énergie solaire dans l habitat. Activité 1 : Le potentiel énergétique du Soleil sur Terre. L un des enjeux énergétiques majeurs

Plus en détail

GUIDE POUR LA RADIOGRAPHIE NUMÉRIQUE DES PIÈCES MOULÉES GUIDE FOR CASTING DIGITAL RADIOGRAPHY

GUIDE POUR LA RADIOGRAPHIE NUMÉRIQUE DES PIÈCES MOULÉES GUIDE FOR CASTING DIGITAL RADIOGRAPHY GUIDE POUR LA RADIOGRAPHIE NUMÉRIQUE DES PIÈCES MOULÉES GUIDE FOR CASTING DIGITAL RADIOGRAPHY D. Lavastre 1, P. Bouvet 2 1 SNECMA Etablissement de Villaroche 77550 Moissy-Cramayel cedex, 2 CTIF 92318 Sèvres

Plus en détail

SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE

SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE Chapitre IV SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE I INTRODUCTION La spectrométrie d absorption atomique (AAS) est une technique décrite pour la 1 ère fois par Walsh (1955). AAS étudie les absorptions de

Plus en détail

Veraviewepocs 3De Le Panoramique dentaire qui répond à tous vos besoins en imagerie tridimensionnelle (3D)

Veraviewepocs 3De Le Panoramique dentaire qui répond à tous vos besoins en imagerie tridimensionnelle (3D) Veraviewepocs 3De Le Panoramique dentaire qui répond à tous vos besoins en imagerie tridimensionnelle (3D) Thinking ahead. Focused on life. Veraviewepocs 3De Le générateur à Rayons X pour tous vos besoins

Plus en détail

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs COURS 1. Exemple d une chaîne d acquisition d une information L'acquisition de la grandeur physique est réalisée par un capteur qui traduit

Plus en détail

Introduction au Traitement d Images.

Introduction au Traitement d Images. Introduction au Traitement d Images. Andrés Romero Mier y Terán Laboratoire de Recherche en Informatique Université Paris-Sud XI andres.romero@lri.fr September 8, 2013 Acquisition: Capteurs Acquisition:

Plus en détail

PATHOLOGIES OSSEUSES : L'APPORT DE LA SCINTIGRAPHIE;

PATHOLOGIES OSSEUSES : L'APPORT DE LA SCINTIGRAPHIE; PATHOLOGIES OSSEUSES : L'APPORT DE LA SCINTIGRAPHIE; Dans la grande majorité des situations de suspicion de pathologie osseuse bénigne, l exploration radiologique conventionnelle constitue l examen de

Plus en détail

Leçon N 11 Traitement La couleur

Leçon N 11 Traitement La couleur Leçon N 11 Traitement La couleur 11 La couleur Tous ce qui vous environne a une couleur, mais c est la lumière qui vous permet de percevoir la couleur des objets qui vous entourent. 11.1 Le modèle TSL

Plus en détail

Document 1 : modélisation d un appareil photographique

Document 1 : modélisation d un appareil photographique PCSI1-Lycée Michelet 2014-2015 APPROCHE DOCUMENTAIRE : appareil photo numérique Extrait du programme : en comparant des images produites par un appareil photographique numérique, discuter l influence de

Plus en détail

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique Présentation réalisée par des étudiants de SupOptique : Jean-Baptiste Frossard, Julien Saby,, Thierry Lautier Encadrés par : Marc Bondiou La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure

Plus en détail

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE. Examen du Tronc Commun sous forme de QCM. Janvier 2012 14 h à 16 h ANNEE UNIVERSITAIRE 2011-2012 DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE D ECHOGRAPHIE Examen du Tronc Commun sous forme de QCM Janvier 2012 14 h à 16 h Les modalités de contrôle se dérouleront cette année sous forme

Plus en détail

Scanner. Principes et techniques. Laurent Hermoye Service de radiologie

Scanner. Principes et techniques. Laurent Hermoye Service de radiologie Scanner Principes et techniques Laurent Hermoye Service de radiologie Machine IRM / CT Imagerie tomographique Atténuation du faisceau Diminution du nombre des photons N = N 0. e μx μ = σ + τ Atténuation

Plus en détail

Compte Rendu -Di ractomètre et le logiciel Maud-

Compte Rendu -Di ractomètre et le logiciel Maud- Compte Rendu -Di ractomètre et le logiciel Maud- FAWAZ Karim IUT de CAEN - Licence ATI 1 Contents 1 Le di ractomètre 3 1.1 Introduction.............................. 3 1.2 Fonctionnement d un di ractomètre................

Plus en détail