Prélèvements d organes sur Donneurs Décédés après Arrêt Cardiaque (DDAC) EXPERIENCE LYONNAISE. Pierre-Yves DUBIEN SAMU 69

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prélèvements d organes sur Donneurs Décédés après Arrêt Cardiaque (DDAC) EXPERIENCE LYONNAISE. Pierre-Yves DUBIEN SAMU 69"

Transcription

1 Prélèvements d organes sur Donneurs Décédés après Arrêt Cardiaque (DDAC) EXPERIENCE LYONNAISE Pierre-Yves DUBIEN SAMU 69

2 Greffe rénale Problématique

3 Problématique Greffe hépatique

4 Solutions Augmenter le recensement des sujets en état de mort encéphalique, notamment chez les plus âgés Tenter de diminuer le taux de refus des familles 30% en France Augmenter les prélèvements sur donneurs vivants Greffer des reins qui n auraient pas été greffés il y a quelques années Développer le prélèvement sur DDAC

5 DDAC

6 Classification de MAASTRICHT Catégorie I : personnes qui font un AC en dehors de tout contexte médicalisé et pour lesquelles le prélèvement d organes ne peut être envisagé que si la mise en œuvre des gestes de réanimation de qualité a été réalisée < 30 min après l AC Catégorie II : personnes qui ont un AC en présence de secours qualifiés, aptes à réaliser un massage cardiaque et une ventilation mécanique efficaces, mais dont la réanimation ne permettra pas une récupération hémodynamique Catégorie III : personnes pour lesquelles une décision d un arrêt de soins en réanimation est prise en raison de leur pronostic Catégorie IV : personnes décédées en mort encéphalique qui font un AC irréversible au cours de la prise en charge en réanimation

7 Protocole Agence de la BioMédecine Critères d inclusion : Age > 18 ans et < 55 ans Patients décédés de catégories I, II et IV dans la classification de MAASTRICHT = DDAC non contrôlés Causes du décès : AVP et trauma non AVP, anoxies, suicides, hémorragies cérébrales

8 Protocole Agence de la BioMédecine Critères d exclusion : 1) Patient éligible pour une ECMO thérapeutique 2) Donneurs à risque avec ATCD connus : FOIE néoplasie, toxicomanie, sepsis grave REIN idem + maladie rénale, HTA, diabète 3) Critères étiologiques : Polytraumatismes à haute énergie cinétique Hypothermie, intoxications médicamenteuses 4) Critères d ischémie chaude : FOIE No Flow < 15 min REIN No Flow < 30 min 2 cas No Flow + Low Flow < 120 min â 150 min «machine à masser»

9 Mise en place du protocole aux HCL Un seul site d accueil du donneur pour tous les hôpitaux des HCL : hôpital Edouard Herriot Une équipe de garde 24 h sur 24 au niveau de la réanimation + une équipe d astreinte en procédure dégradée Pose de la sonde de Gillot (reins) par dénudation de l artère fémorale : - Formation des réanimateurs - En pratique, toujours les chirurgiens Abandon de la sonde de Gillot au profit de la circulation régionale normothermique (CRN) = ECMO avec obstruction de l aorte (foie) - Idem - En pratique, réanimateur = débullage du circuit + gestion de la pompe chirurgien = pose des canules

10 PROCEDURE ECMO THERAPEUTIQUE ARRET CARDIAQUE DEVANT TEMOIN PROCEDURE PRELEVEMENT CŒUR ARRETE Début < 0-5 min Origine Médicale et < 55 ans Pas d ATCD notable (Néo, M. Infect.) Début RCPS (SMUR) 10 min RCP de base Pas de Thrombolyse Début 5-30 min Age 18 et < 55 ans RCPS selon recommandations Durée 30 minutes Réanimation Pas de RACS RACS USIC (FV) RACS Pas de RACS EtCO2 > EtCO2 < FOIE possible si : - No Flow < 15 min - Néo - Toxicomanie - M. Infect REINS possible si: - No Flow < 30 min - Néo Tox. M.Inf. - Diabète - HTA - Maladie rénale Pré-alerte régulateur / équipe ECMO dès 15 min de réa sans RACS Délai AC-Cardio < 60 min - / + AUTOPULSE + / - AUTOPULSE = 150 min / 120 min Pré-alerte régulateur / équipe HEH Pav G dès 15 min de réa sans RACS Hôp. CARDIO : Bloc opératoire è Tél : Hôp. E. HERRIOT : Réa Pav. G è Tél. :

11 PROCEDURE ECMO THERAPEUTIQUE ARRET CARDIAQUE DEVANT TEMOIN PROCEDURE PRELEVEMENT CŒUR ARRETE Début < 0-5 min Origine Médicale et < 55 ans Pas d ATCD notable (Néo, M. Infect.) Début RCPS (SMUR) 10 min RCP de base Pas de Thrombolyse Début 5-30 min Age 18 et < 55 ans RCPS selon recommandations Durée 30 minutes Réanimation Pas de RACS RACS USIC (FV) RACS Pas de RACS EtCO2 > EtCO2 < FOIE possible si : - No Flow < 15 min - Néo - Toxicomanie - M. Infect REINS possible si: - No Flow < 30 min - Néo Tox. M.Inf. - Diabète - HTA - Maladie rénale Pré-alerte régulateur / équipe ECMO dès 15 min de réa sans RACS Délai AC-Cardio < 60 min - / + AUTOPULSE + / - AUTOPULSE = 150 min / 120 min Pré-alerte régulateur / équipe HEH Pav G dès 15 min de réa sans RACS Hôp. CARDIO : Bloc opératoire è Tél : Hôp. E. HERRIOT : Réa Pav. G è Tél. :

12 Annonce de la Procédure DDAC? 2006 : Recommandations SFMU et SAMU de France «Ne pas annoncer en préhospitalier le décès et le transfert pour prélèvements d organes» 2011 : «Annoncer du décès et le transfert pour prélèvements d organes» EN PRATIQUE : «Au feeling» selon les circonstances et chaque médecin

13 Transport

14 Transport

15

16

17 Evolution DDAC Patients proposés Patients prélevés Reins prélevés Reins greffés Foie 0 0 ECMO thérapeutique CRN Ratio patients prélevés / proposés = 1 / 3 Ratio reins greffés / prélevés = 1 / 1,5 Ratio final patients greffés / patients proposés = 1 / 2

18 Evolution DDAC Causes de non prélèvements (2/3 patients proposés = 70) 1) Problème technique (15) 2) ATCD (14) 3) Opposition famille (13) 4) Délai (9) 5) ECG non plat (8) 6) Famille non joignable (3)

19 Conclusion Procédures DDAC / ECMO thérapeutique Si possible unité de lieu des 2 filières Formation / sensibilisation / coordination des équipes Machine à masser Caractériser tôt les situations d impasse : Y penser dès la PEC Anticiper au stade AC prolongé min (délais) Pré alerter équipes coordination / médico chirurgicales

Prélèvements d organes sur donneur décédé en arrêt cardiaque (DDAC), premiers résultats encourageants au CHR Annecy

Prélèvements d organes sur donneur décédé en arrêt cardiaque (DDAC), premiers résultats encourageants au CHR Annecy Prélèvements d organes sur donneur décédé en arrêt cardiaque (DDAC), premiers résultats encourageants au CHR Annecy 1- Analyse globale première année 2- Activité sur les 30 premiers mois D. Dorez, M Muller,

Plus en détail

L arrêt cardiaque sur le terrain. Guillaume BOIS SDIS 68

L arrêt cardiaque sur le terrain. Guillaume BOIS SDIS 68 L arrêt cardiaque sur le terrain Guillaume BOIS SDIS 68 Epidémiologie de l AC extra-hospitalier 36-128/10 5 hbts/an. Europe : - 38/10 5 dont 17/10 5 FV. - Survie AC : 5,2 (Tartu, Estonie) à 20 % (Stavanger,

Plus en détail

Arrêt cardiaque Les 3 gestes qui sauvent

Arrêt cardiaque Les 3 gestes qui sauvent Arrêt cardiaque Les 3 gestes qui sauvent Professeur Pierre CARLI D.A.R. et SAMU Hôpital Necker Paris, France 1 AC et mort subite Le sujet s effondre brutalement (éventuellement convulse ) Interruption

Plus en détail

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper Don d organes et mort cérébrale Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper La mort cérébrale Cessation irréversible de toute fonction cérébrale

Plus en détail

Summary of the main changes in the Resuscitation Guidelines

Summary of the main changes in the Resuscitation Guidelines Summary of the main changes in the Resuscitation Guidelines ERC 2010-2015 Benoît Claessens & Pierre MOLS Service des urgences et du SMUR CHU Saint-Pierre Emergency Medical System Centre 112 RCP DEA Centre

Plus en détail

Conclusions d étape Groupe de travail APHP Prélèvements - Transplantation. R Adam, F. Desgrandchamps, S Cohen

Conclusions d étape Groupe de travail APHP Prélèvements - Transplantation. R Adam, F. Desgrandchamps, S Cohen Conclusions d étape Groupe de travail APHP Prélèvements - Transplantation R Adam, F. Desgrandchamps, S Cohen Etat des lieux : prélèvements et greffes à l AP-HP Forte Activité de l AP-HP au plan national

Plus en détail

POINTS FORTS CONGRES SRLF 2007

POINTS FORTS CONGRES SRLF 2007 POINTS FORTS CONGRES SRLF 2007 PONT A MOUSSON 15.05.2007 Dr LIBOT Loic SAMU 54 - SU Polyclinique Gentilly Points forts SRLF 2007 ACR Sepsis Utilisation précoce des vasopresseurs dans le choc hémorragique

Plus en détail

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Patrick Niaudet Président du Conseil d Orientation de l ABM Servie de Néphrologie Pédiatrique Hôpital Necker-Enfants Malades, Paris Mon intervention ne

Plus en détail

DEMONSTRATION DE FONCTIONNEMENT DU DÉFIBRILLATEUR

DEMONSTRATION DE FONCTIONNEMENT DU DÉFIBRILLATEUR DEMONSTRATION DE FONCTIONNEMENT DU DÉFIBRILLATEUR H e a r t S t a r t ( Philips ) Démonstration réalisée par les Docteurs Alain LIAGRE & Thierry LEDANT Membres du Conseil Syndical DOMAINE DE SAINT PIERRE

Plus en détail

~ 1 ~ BELGIAN RESUSCITATION COUNCIL. Congres du Conseil Belge de Réanimation (Gand 31-05-2008) L essentiel en quelques lignes

~ 1 ~ BELGIAN RESUSCITATION COUNCIL. Congres du Conseil Belge de Réanimation (Gand 31-05-2008) L essentiel en quelques lignes REA 2008 Par Geert Berden Congres du Conseil Belge de Réanimation (Gand 31-05-2008) L essentiel en quelques lignes Introduction Prof Dr Koen Monsieurs RCP avant la défibrillation? Dr Barbara Vantroyen,

Plus en détail

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Le prélèvement d organes anticipé/prémédité Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Déclaration des conflits d intérêt Médecin de la coordination

Plus en détail

ARRET CARDIO RESPIRATOIRE. C.PERRIN SAMU06 CHU NICE Janvier 2007

ARRET CARDIO RESPIRATOIRE. C.PERRIN SAMU06 CHU NICE Janvier 2007 ARRET CARDIO RESPIRATOIRE C.PERRIN SAMU06 CHU NICE Janvier 2007 Introduction 50 à 60 000 morts subites en France par an 3 % de survie sans séquelle Survie dépend de la rapidité d une RACS, elle même dépendante

Plus en détail

Le don d organes après arrêt des thérapeu2ques Maastricht 3 Une réalité?...

Le don d organes après arrêt des thérapeu2ques Maastricht 3 Une réalité?... Le don d organes après arrêt des thérapeu2ques Maastricht 3 Une réalité?... François MOUREY Corinne ANTOINE et le COPIL Maastricht 3 Agence de la biomédecine Les jeudis de l urgence: Marseille 9 janvier

Plus en détail

ACR Les enjeux. Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque. 8 survies si choc électrique dans la minute

ACR Les enjeux. Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque. 8 survies si choc électrique dans la minute ACR Les enjeux Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque 8 survies si choc électrique dans la minute ACR Fibrillation ventriculaire ACR Cause connue, non cardiaque Hémorragie cérébro - méningée

Plus en détail

Réanimation Cardio-pulmonaire Recommandations ERC 2010 ALS. Blaise Degueldre

Réanimation Cardio-pulmonaire Recommandations ERC 2010 ALS. Blaise Degueldre Réanimation Cardio-pulmonaire Recommandations ERC 2010 ALS Blaise Degueldre Objectifs du cours Le participant sera capable de : Effectuer une reconnaissance précoce et un appel à l aide, De réaliser une

Plus en détail

DEA REGLES DE SECURITE ET UTILISATION PRATIQUE. D. CAILLOCE Pôle Anesthésie-Réanimation-SAMU

DEA REGLES DE SECURITE ET UTILISATION PRATIQUE. D. CAILLOCE Pôle Anesthésie-Réanimation-SAMU DEA REGLES DE SECURITE ET UTILISATION PRATIQUE D. CAILLOCE Pôle Anesthésie-Réanimation-SAMU LES CHIFFRES Europe :700 000 décès/an par mort subite France : 20 000 à 50 000 80% des AC ont lieu au domicile

Plus en détail

Formation à l utilisation du défibrillateur semi-automatique (DSA)

Formation à l utilisation du défibrillateur semi-automatique (DSA) Formation à l utilisation du défibrillateur semi-automatique (DSA) Que devons nous savoir? Utiliser en toute sécurité un défibrillateur semi-automatique au cours de la réanimation cardio-pulmonaire Durée

Plus en détail

Recommanda)ons+/+RCP+ perspec)ves+pour+2015?+

Recommanda)ons+/+RCP+ perspec)ves+pour+2015?+ Recommanda)ons+/+RCP+ perspec)ves+pour+2015?+ Pr++P8Y.++Gueugniaud+ SAMU+de+Lyon+ Pôle+«+Urgences+ +Réanima)on+Médicale+ +Anesthésie8Réanima)on+8+SAMU++8+»+ GH+Edouard+Herriot+ RCP en 2014! Alerte! RCP

Plus en détail

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé

Prise en charge infirmière D un polytraumatisé D un polytraumatisé v Pose d un collier cervical v Déshabillage avec découpage des vêtements si nécessaire v Pose de l 02 au masque v Prise des constantes (TA, pls, saturation, score de glasgow) v Evaluation

Plus en détail

Si mon cœur a moins de 70 ans

Si mon cœur a moins de 70 ans Si mon cœur a moins de 70 ans Deux infirmiers témoignent Sébastien Bodson IGSIU Jean-Noël Koch IGSIU, ECCP CHU de Liège 1 2 Organisation Ressources humaines Equipement Plateaux techniques Chirurgie cardio-vasculaire

Plus en détail

Oxygéner et Ventiler 2 ventilations pour 30 comptessions thoraciques (30:2) Mettre en place le défibrillateur Analyser le rythme (rapidement!

Oxygéner et Ventiler 2 ventilations pour 30 comptessions thoraciques (30:2) Mettre en place le défibrillateur Analyser le rythme (rapidement! 4.3.1 ACR Adulte Confirmation ACR Absence de réaction à la stimulation, respiration agonique (gasping) ou absente Contrôle du pouls facultatif (toujours < 10 secondes) Protocole ad hoc Commencer les compressions

Plus en détail

Algorithme de la RCP de base pour le public non formé

Algorithme de la RCP de base pour le public non formé Algorithme de la RCP de base pour le public non formé La victime ne bouge pas et ne répond pas Appeler le 15* Faire chercher un DAE La victime ne respire pas ou «gaspe» 100 compressions thoraciques 1 Continuer

Plus en détail

Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque

Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque Actualité sur la prise en charge de l arrêt cardiaque 24 ème Congrès de la Coordination des Infirmiers Anesthésistes et de Réanimation de Caen et sa Région Dr Buléon Clément Pôle Réanimation-Anesthésie-SAMU,

Plus en détail

Mort Subite du Sportif

Mort Subite du Sportif Mort Subite du Sportif 3 minutes et un défibrillateur pour sauver une vie Dr Olivier CAPEL-SAMU de Lyon Médecine d Urgence Médecine du Sport et de la Plongée Médecin du LOU Rugby 11 janvier 2009, fédérale

Plus en détail

Arrêt Cardiaque au Bloc Opératoire

Arrêt Cardiaque au Bloc Opératoire Arrêt Cardiaque au Bloc Opératoire Pr. Benoît VIVIEN SAMU de Paris, Service d Anesthésie-Réanimation CHU Necker - Enfants Malades, Université Paris V Conflits d Intérêt! Astra-Zeneca! Elsevier! LFB! Lilly!

Plus en détail

Présentation ZOLL Médical France

Présentation ZOLL Médical France Présentation ZOLL Médical France Alain LEBON Albin Lamoureux ZOLL Médical France A propos de ZOLL Conception, fabrication et commercialisation d équipements avancés et non invasifs de réanimation cardiaque.

Plus en détail

Mobilisation des connaissances en «réanimation urgences transfusion» Janvier 2007

Mobilisation des connaissances en «réanimation urgences transfusion» Janvier 2007 Mobilisation des connaissances 1- Quand est devenue la Réanimation une spécialité à part entière? Selon quel texte réglementaire 2- Donnez la définition d une unité de réanimation 3- Quel est l effectif

Plus en détail

ARRET CARDIOCIRCULATOIRE

ARRET CARDIOCIRCULATOIRE ARRET CARDIOCIRCULATOIRE Docteur Julien CHAHUNEAU SMUR-Urgences Poissy REFERENCES SCIENTIFIQUES ERC guidelines 2010 Recommandations d experts SRLF/SFAR 2007 Conférence d experts SFAR 2006 Conférence d

Plus en détail

Traumatismes vertébraux-médullaires. Vigué B, DAR Bicêtre

Traumatismes vertébraux-médullaires. Vigué B, DAR Bicêtre Traumatismes vertébraux-médullaires Vigué B, DAR Bicêtre Traumatismes vertébraux-médullaires 1- Même règles que les traumatismes crâniens Eviter : Hypoxie - Hypotension Importance de l'accueil +++ La prise

Plus en détail

URGENCES CARDIAQUES Objectif global :

URGENCES CARDIAQUES Objectif global : URGENCES CARDIAQUES Objectif global : => Etre capable de prendre en charge une personne victime d'un accident cardio-respiratoire dans une situation quotidienne et en milieu hospitalier. Sommaire -Les

Plus en détail

Prise en compte de la santé somatique des patients à l'e.p.s.m. Val de Lys-Artois

Prise en compte de la santé somatique des patients à l'e.p.s.m. Val de Lys-Artois EPSM Val-de Lys-Artois LA SANTE DU CORPS à L'EPSM VAL DE LYS - ARTOIS Prise en compte de la santé somatique des patients à l'e.p.s.m. Val de Lys-Artois EXAMEN SOMATIQUE EN PSYCHIATRIE 1 - Historique 2

Plus en détail

L INFIRMIERE FACE AU DEFIBRILLATEUR SEMI-AUTOMATIQUE

L INFIRMIERE FACE AU DEFIBRILLATEUR SEMI-AUTOMATIQUE Centre Hospitalier Général de Valenciennes L INFIRMIERE FACE AU DEFIBRILLATEUR SEMI-AUTOMATIQUE Unité de Soins Intensifs de Cardiologie Journée AREPAC 2006 PRESENTATION Introduction Épidémiologie Historique

Plus en détail

5. TARIFS INTERPROVINCIAUX

5. TARIFS INTERPROVINCIAUX Services internes 5.1 TARIFS DES SERVICES Les tarifs interprovinciaux des services internes sont déterminés par le Comité de coordination des ententes interprovinciales en assurance santé (CCEIAS). Le

Plus en détail

Prise en charge de l'arrêt cardiaque de l'enfant : nouvelles recommandations 2010. Géraldine ARMISSOGLIO 6 juin 2012 DAR Lapeyronie

Prise en charge de l'arrêt cardiaque de l'enfant : nouvelles recommandations 2010. Géraldine ARMISSOGLIO 6 juin 2012 DAR Lapeyronie Prise en charge de l'arrêt cardiaque de l'enfant : nouvelles recommandations 2010 Géraldine ARMISSOGLIO 6 juin 2012 DAR Lapeyronie Épidémiologie Incidence annuelle comprise entre 7 et 20/ 100000 dans les

Plus en détail

Le syndrome coronarien aigu

Le syndrome coronarien aigu C est le nouveau terme qui englobe la notion d angor et d infarctus. Synonymes : Angor, Angine de poitrine, Rhume de poitrine, Infarctus, Attaque, Les artères coronaires : Ce sont les artères nourricières

Plus en détail

Arrêt cardiaque Premier registre national

Arrêt cardiaque Premier registre national Paul Becquart, Journaliste Santé Le petit Site Santé PRESENTATION du document ci-joint www.lepetitsitesante.fr Des centaines d'actualités, reportages et dossiers Santé et Environnement Arrêt cardiaque

Plus en détail

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation Présentation Le contexte Quels donneurs, quels organes? Le don Pour quels malades? Les étapes d une greffe d organes Faites connaître votre choix! 01/04/2014 Union Nationale des associations de donneurs

Plus en détail

Le Défibrillateur semi-automatique ou D.S.A. Décembre 2006-SAMU 76B

Le Défibrillateur semi-automatique ou D.S.A. Décembre 2006-SAMU 76B Le Défibrillateur semi-automatique ou D.S.A. 1 La mort subite Affections cardio-vasculaires : 1ere cause de mortalité en France (32% des décès) Problème de santé publique «c est une mort non prévisible

Plus en détail

DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE. Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes

DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE. Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes Les besoins sont importants Insuffisance Organique Terminale en Tunisie Rein :

Plus en détail

Thérèse Vergeot et Gaëtan Carin Infirmiers aux Urgences & Soins intensifs de l hôpital cardiologique du CHRU de Lille

Thérèse Vergeot et Gaëtan Carin Infirmiers aux Urgences & Soins intensifs de l hôpital cardiologique du CHRU de Lille Thérèse Vergeot et Gaëtan Carin Infirmiers aux Urgences & Soins intensifs de l hôpital cardiologique du CHRU de Lille SOMMAIRE I. L arrêt cardiaque extra-hospitalier. II. L arrêt cardiaque intra-hospitalier.

Plus en détail

«FOUDROYÉS EN FRANCE»

«FOUDROYÉS EN FRANCE» 1 «FOUDROYÉS EN FRANCE» Fiche médicale individuelle et confidentielle à remplir par un médecin Enquête 2012 A renvoyer au : Professeur Christian VIRENQUE SAMU 31 Hôpital PURPAN TSA 40031 31059 TOULOUSE

Plus en détail

Dr Marie-Pierre CRESTA. Agence de la biomédecine SRA Sud-Est/Océan Indien. Juin 2014

Dr Marie-Pierre CRESTA. Agence de la biomédecine SRA Sud-Est/Océan Indien. Juin 2014 Dr Marie-Pierre CRESTA Agence de la biomédecine SRA Sud-Est/Océan Indien Juin 2014 Que savoir en tant que citoyen? Les LBE La greffe, ça marche Que savoir en tant que professionnel? Pénurie, contexte épidémiologique

Plus en détail

Prise en charge de l arrêt cardiaque en pré-hospitalier.

Prise en charge de l arrêt cardiaque en pré-hospitalier. Prise en charge de l arrêt cardiaque en pré-hospitalier. M.BATAILLE 1, G.HAMELIN, T.LOUISE 2, IADE & L.DUBUS 3, MAR. 1 Pôle anesthésie-réanimation, CHU de Caen, av. de la côte de nacre. 14000 Caen. 2 Service

Plus en détail

Prise en charge pré-hospitalière des arrêts cardiorespiratoires

Prise en charge pré-hospitalière des arrêts cardiorespiratoires DU cardiologie du sport Capacité de Médecine du Sport Paris 4 mars 2010 Prise en charge pré-hospitalière des arrêts cardiorespiratoires Dr Rifler Jean-Pierre Composite data illustrating relationship between

Plus en détail

D. A. E. Défibrillateur Automatisé Externe. Med-Cdt Yann Coulon 1

D. A. E. Défibrillateur Automatisé Externe. Med-Cdt Yann Coulon 1 D. A. E Défibrillateur Automatisé Externe Med-Cdt Yann Coulon 1 DSA : Défibrillateur Semi Automatique DEA : Défibrillateur Entièrement Automatique Med-Cdt Yann Coulon 2 Décret 98-239 du 27 Mars 1998 :

Plus en détail

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat Aspects juridiques de la transplantation hépatique Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat CONTEXTE - La greffe, longtemps image expérimentale, est une thérapeutique éprouvée - Première

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Points essentiels phase aiguë d IDM : deux priorités (1) éviter la mort subite

Plus en détail

Conseil Français de Réanimation Cardio-pulmonaire (CFRC) Recommandations pour l organisation de programmes de défibrillation

Conseil Français de Réanimation Cardio-pulmonaire (CFRC) Recommandations pour l organisation de programmes de défibrillation Conseil Français de Réanimation Cardio-pulmonaire (CFRC) Recommandations pour l organisation de programmes de défibrillation automatisée externe par le public Conférence d Experts Coordonnateur : Pr P

Plus en détail

Coordination de la Gestion des risques. Bilan - Programme

Coordination de la Gestion des risques. Bilan - Programme Coordination de la Gestion des risques Bilan - Programme La démarche Mise en place en 2007 Regroupe l ensemble des Vigilances Sanitaire. Associe le programme CLIN Associe les risques liés aux vigilances

Plus en détail

Infirmier(e) Anesthésiste et

Infirmier(e) Anesthésiste et Infirmier(e) Anesthésiste et Anesthésiste-Réanimateur : coopération et responsabilités Claude Ecoffey Service d Anesthésie-Réanimation Chirurgicale 2, Hôpital Pontchaillou, Université Rennes 1, 35033 Rennes

Plus en détail

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches.

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches. Don d organes. Donneur ou pas à mes proches. Le guide Pourquoi et comment je le dis Don d organes. Pourquoi est-ce si important d en parler? En matière de don et de greffe d organes, la loi française prévoit

Plus en détail

Chaîne de survie, arrêt cardio-respiratoire

Chaîne de survie, arrêt cardio-respiratoire 03/10/2013 COHEN Sarah L2 Médecine d'urgence Pr. Pierre Michelet 8 pages Chaîne de survie, arrêt cardio-respiratoire Plan A. Une alerte rapide et orientée I. En milieu intra hospitalier II. En milieu extra

Plus en détail

Absence de conflit d intérêt :

Absence de conflit d intérêt : Absence de conflit d intérêt : Je n ai pas eu au cours des deux dernières années, une affiliation ou des intérêts financiers ou intérêts de tout ordre avec une société commerciale, ni reçu aucune rémunération

Plus en détail

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif)

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1 LE SECOURISTE : 1 h 30 Indiquer le rôle et les responsabilités d un secouriste. Indiquer les connaissances

Plus en détail

Protocoles de Soins Infirmiers d Urgence. Situation du Bas-Rhin (Mars 2008)

Protocoles de Soins Infirmiers d Urgence. Situation du Bas-Rhin (Mars 2008) Protocoles de Soins Infirmiers d Urgence Situation du Bas-Rhin (Mars 2008) OBJECTIFS L INFIRMIER peut travailler 1- EN BINOME avec un médecin 2- SEUL, dans l attente de l intervention d un médecin En institution

Plus en détail

informations pratiques

informations pratiques COLLECTIVITÉS LOCALES Arrêt cardiaque informations pratiques avec le soutien de Arrêt cardiaque I Informations pratiques I 1 2 I L arrêt cardiaque L arrêt cardiaque est la première cause de mortalité des

Plus en détail

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Sophie BAREUX IADE - Laurent HUGUET IADE Enseignants CESU

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Sophie BAREUX IADE - Laurent HUGUET IADE Enseignants CESU Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical - Sophie BAREUX IADE - Laurent HUGUET IADE Enseignants CESU Décret n 2012-565 du 24 avril 2012 relatif à la Commission nationale des

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 117 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 Annexe au procès-verbal de la séance du 2 décembre 2008 PROPOSITION DE LOI relative à l inscription d une initiation à l utilisation du défibrillateur cardiaque

Plus en détail

Rassemblements festifs / sportifs Les missions du SAMU de PARIS"

Rassemblements festifs / sportifs Les missions du SAMU de PARIS Rassemblements festifs / sportifs Les missions du SAMU de PARIS" Dr Michel NAHON " SAMU 75 Hôpital Necker" Assistance Publique Hôpitaux de Paris" Un dispositif d état: le DPS" Loi de modernisation de la

Plus en détail

Arrêt cardiaque: 1 VIE = 3 GESTES. Fédération Française de Cardiologie Campagne 2008

Arrêt cardiaque: 1 VIE = 3 GESTES. Fédération Française de Cardiologie Campagne 2008 Arrêt cardiaque: 1 VIE = 3 GESTES Fédération Française de Cardiologie Campagne 2008 CLUB CŒUR ET SANTE DE THIONVILLE Dr JY THISSE 24 09 2008 2 DEFINITION MORGAGNI-1762: mort qui, prévue ou non, emporte

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L ARRÊT CARDIO RESPIRATOIRE AVANT L ARRIVEE DU MEDECIN REANIMATEUR. ARCO 2009-2011 Blois, Chartres, Dreux, Orléans, Saint Malo 1

PRISE EN CHARGE DE L ARRÊT CARDIO RESPIRATOIRE AVANT L ARRIVEE DU MEDECIN REANIMATEUR. ARCO 2009-2011 Blois, Chartres, Dreux, Orléans, Saint Malo 1 PRISE EN CHARGE DE L ARRÊT CARDIO RESPIRATOIRE AVANT L ARRIVEE DU MEDECIN REANIMATEUR ARCO 2009-2011 1 INTRODUCTION Première rencontre en octobre 2009 dans le cadre de l A.R.C.O. Après intervention du

Plus en détail

Introduction. La Séquence

Introduction. La Séquence Recommandations du Conseil Belge de Réanimation (BRC) pour la Réanimation Cardio-Pulmonaire et la Défibrillation Externe Automatisée par les premiers intervenants formés aux techniques de l Aide Médicale

Plus en détail

Des compétences au service de la formation Pour un soin de qualité

Des compétences au service de la formation Pour un soin de qualité CENTRE HOSPITALIER De La Rochelle CATALOGUE FORMATIONS CESU 17 2012 Des compétences au service de la formation Pour un soin de qualité CESU 17 - CENTRE HOSPITALIER LA ROCHELLE 17019 LA ROCHELLE CEDEX 1

Plus en détail

Le financement du prélèvement et de la greffe d organes La région Centre face aux défis de la greffe

Le financement du prélèvement et de la greffe d organes La région Centre face aux défis de la greffe Le financement du prélèvement et de la greffe d organes La région Centre face aux défis de la greffe Abm / direction médicale et scientifique / pôle OFAS 1 2 3 Rôle et place de l Agence de la biomédecine

Plus en détail

Réanimation cardio-pulmonaire (RCP)

Réanimation cardio-pulmonaire (RCP) Réanimation cardio-pulmonaire (RCP) Chacun peut être confronté à une personne en arrêt cardio-respiratoire (ACR). Cela peut survenir lors de la pratique d un sport mais également sur la voie publique ou

Plus en détail

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir Extrait Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 avril 2012 Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir La dynamique du plan greffe 2000-2003 a généré un essor sans précédent de près de 50 % de

Plus en détail

TITRE La défibrillation automatisé. l Utilisation d un Défibrillateur Semi Automatique

TITRE La défibrillation automatisé. l Utilisation d un Défibrillateur Semi Automatique TITRE La défibrillation automatisé l Utilisation d un Défibrillateur Semi Automatique TITRE La défibrillation automatisé Plan d intervention Objectif La réglementation La chaîne de secours Objectif général

Plus en détail

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical - Annie PAPON Cadre responsable 1 AFGSU Niveau 1 page 4 AFGSU Niveau 2 page 5 AFGSU face aux risques NRBC page 6 Recyclage AFGSU Niveau

Plus en détail

L Organisation des secours cardiaques lors des courses d endurance

L Organisation des secours cardiaques lors des courses d endurance Samedi 6 octobre 2012 Cardiologie du Sport L Organisation des secours cardiaques lors des courses d endurance Dr P. BASSET Conflit d intérêt Définition - Situation Course d endurance: Semi-marathon 21,1

Plus en détail

La chaîne de survie résume les étapes qui conditionnent la survie à l arrêt cardio-respiratoire

La chaîne de survie résume les étapes qui conditionnent la survie à l arrêt cardio-respiratoire Grâce au don du Rotary Club de Pont sur Yonne (http://www.rotary-pont-sur-yonne.com/), la commune dispose d un défibrillateur entièrement automatisé (DEA), en libre accès au magasin petit casino VIVAL,

Plus en détail

Épidémiologie des ARRETS CARDIO-RESPIRATOIRES

Épidémiologie des ARRETS CARDIO-RESPIRATOIRES Épidémiologie des ARRETS CARDIO-RESPIRATOIRES Maladies cardiovasculaires : 1 ère causes de mortalité avant 75 ans Un tiers des IDM meurent avant d atteindre l hôpital Rythme initial pré-hospitalier : FV/TV

Plus en détail

Prélèvements d organes chez les patients décédés après arrêts thérapeutiques (Maastricht III) résultats du questionnaire SRLF

Prélèvements d organes chez les patients décédés après arrêts thérapeutiques (Maastricht III) résultats du questionnaire SRLF Prélèvements d organes chez les patients décédés après arrêts thérapeutiques (Maastricht III) résultats du questionnaire SRLF Le questionnaire a été élaboré par la Commission d éthique de la SRLF : Didier

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

CHIRURGIE AMBULATOIRE STÉRILISATION

CHIRURGIE AMBULATOIRE STÉRILISATION CHIRURGIE AMBULATOIRE ET STÉRILISATION Professeur Claude CLÉMENT Journées Nationales de stérilisation Reims 10 avril 2014 Initialement Une seule UCA de 24 places dans 12 lits 4 salles d opération dédiées

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse 1. La moelle osseuse : un rôle vital pour le corps humain Page 2/23 1.1. Qu est ce que la moelle osseuse? La moelle osseuse est indispensable à la

Plus en détail

Cristal. L application internet au service du prélèvement et de la greffe d organes

Cristal. L application internet au service du prélèvement et de la greffe d organes Cristal L application internet au service du prélèvement et de la greffe d organes 1 2 Cristal est un outil de travail informatique développé par l Agence de la biomédecine et mis à la disposition de tous

Plus en détail

Don d organes. Notre pays a une nouvelle loi sur la transplantation depuis juillet 2007.

Don d organes. Notre pays a une nouvelle loi sur la transplantation depuis juillet 2007. Don d organes Donner ses organes et ses tissus à son décès est un geste généreux qui permet de sauver la vie de plusieurs personnes et d en aider de nombreuses autres à recouvrer la santé. La transplantation

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE DES DEFIBRILLATEURS POUR SAUVER DES VIES!

DOSSIER DE PRESSE DES DEFIBRILLATEURS POUR SAUVER DES VIES! DOSSIER DE PRESSE DES DEFIBRILLATEURS POUR SAUVER DES VIES! Présentation du dispositif et simulation grandeur nature Lundi 17 janvier à 18h30 Salle Marie Bour 38, rue Mac Mahon 54 000 Nancy SOMMAIRE 1.

Plus en détail

LA DEFIBRILLATION AUTOMATISEE EXTERNE

LA DEFIBRILLATION AUTOMATISEE EXTERNE LA DEFIBRILLATION AUTOMATISEE EXTERNE Attestation de Formation aux Gestes et Soins d Urgence CESU 73 cesu 73 1 Sommaire historique et législation la chaîne de survie le défibrillateur semi automatique

Plus en détail

Intérêt. Intérêt. Réalisation. Réalisation. Echographie de l Aorte Abdominale. Sessions Echographie 3 au 6 Février 2014

Intérêt. Intérêt. Réalisation. Réalisation. Echographie de l Aorte Abdominale. Sessions Echographie 3 au 6 Février 2014 Séminaire Echographie du patient aigu UNIVERSITE MONTPELLIER I / UNIVERSITE DE LA MEDITERRANEE / UNIVERSITE NICE SOPHIA ANTIPOLIS FACULTES DE MEDECINE DE MONTPELLIER NÎMES/ MARSEILLE / NICE ANNEE UNIVERSITAIRE

Plus en détail

«Espace physiologique»

«Espace physiologique» Projet de service «Espace physiologique» Maternité Edouard Herriot LYON 2006 1 Définition et origine du projet Souhait d humaniser la prise en charge des patientes dans une maternité à haut risque médical

Plus en détail

Le secours d urgence aux personnes DE LA GESTION DES MOYENS AU PILOTAGE DE LA MISSION

Le secours d urgence aux personnes DE LA GESTION DES MOYENS AU PILOTAGE DE LA MISSION Le secours d urgence aux personnes DE LA GESTION DES MOYENS AU PILOTAGE DE LA MISSION COLONEL ERIC FAURE, PRÉSIDENT DE LA FNSPF ISABELLE VERBAERE LA GAZETTE DES COMMUNES Les intervenants Colonel Eric FAURE,

Plus en détail

FRANCHE-COMTE DEFIBRILLATEURS Le défibrillateur, un investissement pour la vie

FRANCHE-COMTE DEFIBRILLATEURS Le défibrillateur, un investissement pour la vie FRANCHE-COMTE DEFIBRILLATEURS Le défibrillateur, un investissement pour la vie Défibrillateur Samaritan Pad 300 P FRANCHE-COMTE DEFIBRILLATEURS 31 rue de Bavans 25113 Sainte-Marie Tél : 09.81 92 73 50

Plus en détail

NOUVEAUX FORFAITS CPO ET FAG 2013

NOUVEAUX FORFAITS CPO ET FAG 2013 FINANCEMENT DES MISSIONS DE RECUEIL D INFORMATIONS RELATIVES AUX ACTIVITES DE GREFFE D ORGANES ET DE CSH NOUVEAUX FORFAITS CPO ET FAG 2013 L Agence de la biomédecine (Abm) a pour mission de suivre et d

Plus en détail

MODALITES DE FINANCEMENT

MODALITES DE FINANCEMENT MODALITES DE FINANCEMENT 2014 DES ACTIVITES DE PRELEVEMENT ET DE GREFFE D ORGANES, DE TISSUS ET DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES Benoit Rajau pour l Agence de la biomédecine Edito Dans le contexte

Plus en détail

DIU d Imagerie Interventionnelle pour les Manipulateur

DIU d Imagerie Interventionnelle pour les Manipulateur DIU d Imagerie Interventionnelle pour les Manipulateur INTRODUCTION L activité de radiologie interventionnelle a pris aujourd hui une place essentielle au sein des services d imagerie. Les patients sont

Plus en détail

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours lat ransplantation hépatique p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s Contact presse Anne-Karen Nancey - Direction de la communication

Plus en détail

Défibrillation et Grand Public. Méd-Cl JAN Didier Médecin chef Méd-Cne PIVERT Pascaline

Défibrillation et Grand Public. Méd-Cl JAN Didier Médecin chef Méd-Cne PIVERT Pascaline Défibrillation et Grand Public Méd-Cl JAN Didier Médecin chef Méd-Cne PIVERT Pascaline Quelques chiffres (1) 50 à 60 000 décès en France par mort subite dont la moitié font suite à l apparition d une tachycardie

Plus en détail

Ecole d infirmier(e)s anesthésistes

Ecole d infirmier(e)s anesthésistes Ecole d infirmier(e)s anesthésistes Programme de formation 2013 préparation au concours d entrée à l école d IADE formation des infirmier(e)s de SSPI formation des aides-soignant(e)s de SSPI de réanimation,

Plus en détail

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches.

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches. L Agence de la biomédecine DON D ORGANES le guide L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par

Plus en détail

DU PRELEVEMENT A LA GREFFE : REFLEXIONS LEGALES ET ETHIQUES

DU PRELEVEMENT A LA GREFFE : REFLEXIONS LEGALES ET ETHIQUES DU PRELEVEMENT A LA GREFFE : REFLEXIONS LEGALES ET ETHIQUES Préambule. Ce cours nous présentera le regard d un praticien non éthicien (Benoît AVERLAND) exerçant en «honnête homme» avec un regard relativement

Plus en détail

AER Lyon Novembre 2012 N Boscher_A Bonadona CHU Grenoble

AER Lyon Novembre 2012 N Boscher_A Bonadona CHU Grenoble ECMO Extra Corporeal Membrane Oxygenation AER Lyon Novembre 2012 N Boscher_A Bonadona CHU Grenoble Un peu d histoire. ¾ 1953 : Philadelphie : 1 ère opération à cœur ouvert utilisant une machine de suppléance

Plus en détail

La Défibrillation Automatisée Externe HOPITAL SOULTZ-ENSISHEIM

La Défibrillation Automatisée Externe HOPITAL SOULTZ-ENSISHEIM La Défibrillation Automatisée Externe HOPITAL SOULTZ-ENSISHEIM 2009 1. La Défibrillation Automatisée Externe 1. 1. Définition : Défibrillation automatisée consiste à faire traverser le cœur en arrêt circulatoire

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application : 17/11/2012 Réf.: CMUB-042 Pagination : 1 de 7 Rédacteurs Date 17/11/2012 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 042 Dr Valérie Hamelin (Chenove) Approbation

Plus en détail

Cependant, pour améliorer la prise en charge de l arrêt cardiaque en France, il convient d agir sur les 3 premiers maillons :

Cependant, pour améliorer la prise en charge de l arrêt cardiaque en France, il convient d agir sur les 3 premiers maillons : L ARRET CARDIAQUE Dans 90% des cas, l arrêt cardiaque est consécutif à des battements anarchiques du cœur, la fibrillation ventriculaire. Dans un premier temps, la victime s effondre par manque d oxygénation

Plus en détail

Soixante mille adultes sont victimes

Soixante mille adultes sont victimes dmt dossier médico-technique 89 TC 86 Le défibrillateur semi-automatique : place dans la chaîne des secours et intérêt dans le milieu du travail L opportunité de la mise en place de défibrillateurs semi-automatiques

Plus en détail

LA CHAINE DU PRELEVEMENT

LA CHAINE DU PRELEVEMENT LA CHAINE DU PRELEVEMENT et de la greffe Prélèvements et greffes Une volonté collective de qualité La pratique des prélèvements et des greffes représente pour un établissement de santé une mission exigeante.

Plus en détail

MODALITÉS DE FINANCEMENT 2013 DES ACTIVITÉS DE PRELEVEMENT ET DE GREFFE D ORGANES, DE TISSUS ET DE CELLULES SOUCHES HÉMATOPOÏETIQUES

MODALITÉS DE FINANCEMENT 2013 DES ACTIVITÉS DE PRELEVEMENT ET DE GREFFE D ORGANES, DE TISSUS ET DE CELLULES SOUCHES HÉMATOPOÏETIQUES MODALITÉS DE FINANCEMENT 2013 DES ACTIVITÉS DE PRELEVEMENT ET DE GREFFE D ORGANES, DE TISSUS ET DE CELLULES SOUCHES HÉMATOPOÏETIQUES Edito Dans le contexte budgétaire de plus en plus contraint auquel sont

Plus en détail

Innovation. de la température centrale. en matière de surveillance. 3M SpotOn. Système non-invasif de surveillance de la température centrale

Innovation. de la température centrale. en matière de surveillance. 3M SpotOn. Système non-invasif de surveillance de la température centrale 3M SpotOn Système non-invasif de surveillance de la température centrale Innovation en matière de surveillance de la température centrale 3M, Partenaire de la Prévention de l Hypothermie 3M SpotOn Le dispositif

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Le Centre hospitalier de Valence se classe parmi les meilleurs hôpitaux et cliniques de France selon le Palmarès 2014 du Point. Infarctus du myocarde = 20ème/635 hôpitaux AVC = 28ème/788

Plus en détail