Prélèvements d organes sur Donneurs Décédés après Arrêt Cardiaque (DDAC) EXPERIENCE LYONNAISE. Pierre-Yves DUBIEN SAMU 69

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prélèvements d organes sur Donneurs Décédés après Arrêt Cardiaque (DDAC) EXPERIENCE LYONNAISE. Pierre-Yves DUBIEN SAMU 69"

Transcription

1 Prélèvements d organes sur Donneurs Décédés après Arrêt Cardiaque (DDAC) EXPERIENCE LYONNAISE Pierre-Yves DUBIEN SAMU 69

2 Greffe rénale Problématique

3 Problématique Greffe hépatique

4 Solutions Augmenter le recensement des sujets en état de mort encéphalique, notamment chez les plus âgés Tenter de diminuer le taux de refus des familles 30% en France Augmenter les prélèvements sur donneurs vivants Greffer des reins qui n auraient pas été greffés il y a quelques années Développer le prélèvement sur DDAC

5 DDAC

6 Classification de MAASTRICHT Catégorie I : personnes qui font un AC en dehors de tout contexte médicalisé et pour lesquelles le prélèvement d organes ne peut être envisagé que si la mise en œuvre des gestes de réanimation de qualité a été réalisée < 30 min après l AC Catégorie II : personnes qui ont un AC en présence de secours qualifiés, aptes à réaliser un massage cardiaque et une ventilation mécanique efficaces, mais dont la réanimation ne permettra pas une récupération hémodynamique Catégorie III : personnes pour lesquelles une décision d un arrêt de soins en réanimation est prise en raison de leur pronostic Catégorie IV : personnes décédées en mort encéphalique qui font un AC irréversible au cours de la prise en charge en réanimation

7 Protocole Agence de la BioMédecine Critères d inclusion : Age > 18 ans et < 55 ans Patients décédés de catégories I, II et IV dans la classification de MAASTRICHT = DDAC non contrôlés Causes du décès : AVP et trauma non AVP, anoxies, suicides, hémorragies cérébrales

8 Protocole Agence de la BioMédecine Critères d exclusion : 1) Patient éligible pour une ECMO thérapeutique 2) Donneurs à risque avec ATCD connus : FOIE néoplasie, toxicomanie, sepsis grave REIN idem + maladie rénale, HTA, diabète 3) Critères étiologiques : Polytraumatismes à haute énergie cinétique Hypothermie, intoxications médicamenteuses 4) Critères d ischémie chaude : FOIE No Flow < 15 min REIN No Flow < 30 min 2 cas No Flow + Low Flow < 120 min â 150 min «machine à masser»

9 Mise en place du protocole aux HCL Un seul site d accueil du donneur pour tous les hôpitaux des HCL : hôpital Edouard Herriot Une équipe de garde 24 h sur 24 au niveau de la réanimation + une équipe d astreinte en procédure dégradée Pose de la sonde de Gillot (reins) par dénudation de l artère fémorale : - Formation des réanimateurs - En pratique, toujours les chirurgiens Abandon de la sonde de Gillot au profit de la circulation régionale normothermique (CRN) = ECMO avec obstruction de l aorte (foie) - Idem - En pratique, réanimateur = débullage du circuit + gestion de la pompe chirurgien = pose des canules

10 PROCEDURE ECMO THERAPEUTIQUE ARRET CARDIAQUE DEVANT TEMOIN PROCEDURE PRELEVEMENT CŒUR ARRETE Début < 0-5 min Origine Médicale et < 55 ans Pas d ATCD notable (Néo, M. Infect.) Début RCPS (SMUR) 10 min RCP de base Pas de Thrombolyse Début 5-30 min Age 18 et < 55 ans RCPS selon recommandations Durée 30 minutes Réanimation Pas de RACS RACS USIC (FV) RACS Pas de RACS EtCO2 > EtCO2 < FOIE possible si : - No Flow < 15 min - Néo - Toxicomanie - M. Infect REINS possible si: - No Flow < 30 min - Néo Tox. M.Inf. - Diabète - HTA - Maladie rénale Pré-alerte régulateur / équipe ECMO dès 15 min de réa sans RACS Délai AC-Cardio < 60 min - / + AUTOPULSE + / - AUTOPULSE = 150 min / 120 min Pré-alerte régulateur / équipe HEH Pav G dès 15 min de réa sans RACS Hôp. CARDIO : Bloc opératoire è Tél : Hôp. E. HERRIOT : Réa Pav. G è Tél. :

11 PROCEDURE ECMO THERAPEUTIQUE ARRET CARDIAQUE DEVANT TEMOIN PROCEDURE PRELEVEMENT CŒUR ARRETE Début < 0-5 min Origine Médicale et < 55 ans Pas d ATCD notable (Néo, M. Infect.) Début RCPS (SMUR) 10 min RCP de base Pas de Thrombolyse Début 5-30 min Age 18 et < 55 ans RCPS selon recommandations Durée 30 minutes Réanimation Pas de RACS RACS USIC (FV) RACS Pas de RACS EtCO2 > EtCO2 < FOIE possible si : - No Flow < 15 min - Néo - Toxicomanie - M. Infect REINS possible si: - No Flow < 30 min - Néo Tox. M.Inf. - Diabète - HTA - Maladie rénale Pré-alerte régulateur / équipe ECMO dès 15 min de réa sans RACS Délai AC-Cardio < 60 min - / + AUTOPULSE + / - AUTOPULSE = 150 min / 120 min Pré-alerte régulateur / équipe HEH Pav G dès 15 min de réa sans RACS Hôp. CARDIO : Bloc opératoire è Tél : Hôp. E. HERRIOT : Réa Pav. G è Tél. :

12 Annonce de la Procédure DDAC? 2006 : Recommandations SFMU et SAMU de France «Ne pas annoncer en préhospitalier le décès et le transfert pour prélèvements d organes» 2011 : «Annoncer du décès et le transfert pour prélèvements d organes» EN PRATIQUE : «Au feeling» selon les circonstances et chaque médecin

13 Transport

14 Transport

15

16

17 Evolution DDAC Patients proposés Patients prélevés Reins prélevés Reins greffés Foie 0 0 ECMO thérapeutique CRN Ratio patients prélevés / proposés = 1 / 3 Ratio reins greffés / prélevés = 1 / 1,5 Ratio final patients greffés / patients proposés = 1 / 2

18 Evolution DDAC Causes de non prélèvements (2/3 patients proposés = 70) 1) Problème technique (15) 2) ATCD (14) 3) Opposition famille (13) 4) Délai (9) 5) ECG non plat (8) 6) Famille non joignable (3)

19 Conclusion Procédures DDAC / ECMO thérapeutique Si possible unité de lieu des 2 filières Formation / sensibilisation / coordination des équipes Machine à masser Caractériser tôt les situations d impasse : Y penser dès la PEC Anticiper au stade AC prolongé min (délais) Pré alerter équipes coordination / médico chirurgicales

Prise en charge préhospitalière DDAC

Prise en charge préhospitalière DDAC JMPG Nice 04. 2012 Prise en charge préhospitalière DDAC Alexis Burnod SMUR Beaujon, Clichy SMUR = premier maillon Contribuer à ce que des personnes décédées en dehors de l hôpital des suites d un arrêt

Plus en détail

Une course contre la mort! Dr Gutzwiller Claude SMUR Saverne

Une course contre la mort! Dr Gutzwiller Claude SMUR Saverne Procédure à cœur arrêté Une course contre la mort! Dr Gutzwiller Claude SMUR Saverne Cas clinique 02/11/07 première mise en œuvre de la procédure cœur arrêté Appel au centre 15 à 5h50 ( T0 ) Localité située

Plus en détail

Arrêt cardiaque extra hospitalier réfractaire r et ECMO

Arrêt cardiaque extra hospitalier réfractaire r et ECMO Arrêt cardiaque extra hospitalier réfractaire r et ECMO COLMU le 19 mai 2009 Pont-à-Mousson Manuel CONTINI Définitions AC réfractairer : absence de reprise d une d activité circulatoire spontanée e (RACS)

Plus en détail

ECMO & ORGANISATION REGIONALE

ECMO & ORGANISATION REGIONALE ECMO & ORGANISATION REGIONALE SAMU du Nord herve.coadou@chru-lille.fr 3 problématiques Transports PRIMAIRES (ou «PRIMO- SECONDAIRES») Transferts SECONDAIRES L arrêt cardiaque réfractaire TRANSPORTS PRIMO-SECONDAIRES

Plus en détail

Procédures des prélèvements. d organes et de tissus chez les personnes à cœur non battant. Rôle infirmier dans le transport sur planche à masser

Procédures des prélèvements. d organes et de tissus chez les personnes à cœur non battant. Rôle infirmier dans le transport sur planche à masser Chapitre 82 Procédures des prélèvements d organes et de tissus chez les personnes à cœur non battant. Rôle infirmier dans le transport sur planche à masser L. LOMBARD, S. DUBAIN, G. BAGOU, P.-Y. GUEUGNIAUD

Plus en détail

Prélèvements d organes sur donneur décédé en arrêt cardiaque (DDAC), premiers résultats encourageants au CHR Annecy

Prélèvements d organes sur donneur décédé en arrêt cardiaque (DDAC), premiers résultats encourageants au CHR Annecy Prélèvements d organes sur donneur décédé en arrêt cardiaque (DDAC), premiers résultats encourageants au CHR Annecy 1- Analyse globale première année 2- Activité sur les 30 premiers mois D. Dorez, M Muller,

Plus en détail

COURS N 4 : CHAINE DE SURVIE

COURS N 4 : CHAINE DE SURVIE UE16 Medecine d urgence Pr Burnod Le 10/12/12 à 15h30 Ronéotypeur : MEDDAH Aliénor Ronéolecteur : FRIEDRICH Corien COURS N 4 : CHAINE DE SURVIE NB : ce sujet tombe un an sur deux. En gras le contenu des

Plus en détail

Organisation des Prélèvements multi organes Dr G. Strecker. Réunion Annuelle de Transplantation 22 Septembre 2015

Organisation des Prélèvements multi organes Dr G. Strecker. Réunion Annuelle de Transplantation 22 Septembre 2015 Organisation des Prélèvements multi organes Dr G. Strecker Réunion Annuelle de Transplantation 22 Septembre 2015 I. Les orientations stratégiques Un plan greffe national qui se décline en schémas régionaux

Plus en détail

L ARRÊT CARDIAQUE. ACR et RCP. «Rappels et nouvelles recommandations»

L ARRÊT CARDIAQUE. ACR et RCP. «Rappels et nouvelles recommandations» L ARRÊT CARDIAQUE ACR et RCP «Rappels et nouvelles recommandations» Dr L.Nivet - Formation Continue Secouristes 2006 Synthèse des nouvelles recommandations : Dr T.Sécheresse - SAMU 73 Arrêt Cardio-Circulatoire

Plus en détail

Arrêt cardiaque La chaîne de survie Alexis Burnod

Arrêt cardiaque La chaîne de survie Alexis Burnod Arrêt cardiaque La chaîne de survie Alexis Burnod Service d Anesthésie-Réanimation-Smur Hôpital Beaujon, Clichy 1 2 Recommandations françaises Recommandations formalisées d experts sur la prise en charge

Plus en détail

ACADEMIE DE PARIS. Année 2013 MEMOIRE. pour l obtention du DES. d Anesthésie-Réanimation. Coordonnateur : Monsieur le Professeur Didier Journois.

ACADEMIE DE PARIS. Année 2013 MEMOIRE. pour l obtention du DES. d Anesthésie-Réanimation. Coordonnateur : Monsieur le Professeur Didier Journois. ACADEMIE DE PARIS Année 2013 MEMOIRE pour l obtention du DES d Anesthésie-Réanimation Coordonnateur : Monsieur le Professeur Didier Journois Par Benoît Champigneulle Présenté et soutenu le 16 avril 2013

Plus en détail

Etude TACT. Thoracostomie bilatérale dans l Arrêt Cardiaque Traumatique. Dominique Savary david Delgado SAMU 74

Etude TACT. Thoracostomie bilatérale dans l Arrêt Cardiaque Traumatique. Dominique Savary david Delgado SAMU 74 Etude TACT Thoracostomie bilatérale dans l Arrêt Cardiaque Traumatique Dominique Savary david Delgado SAMU 74 Arrêt cardiaque traumatique Survie

Plus en détail

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper Don d organes et mort cérébrale Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper La mort cérébrale Cessation irréversible de toute fonction cérébrale

Plus en détail

Conclusions d étape Groupe de travail APHP Prélèvements - Transplantation. R Adam, F. Desgrandchamps, S Cohen

Conclusions d étape Groupe de travail APHP Prélèvements - Transplantation. R Adam, F. Desgrandchamps, S Cohen Conclusions d étape Groupe de travail APHP Prélèvements - Transplantation R Adam, F. Desgrandchamps, S Cohen Etat des lieux : prélèvements et greffes à l AP-HP Forte Activité de l AP-HP au plan national

Plus en détail

L arrêt cardiaque sur le terrain. Guillaume BOIS SDIS 68

L arrêt cardiaque sur le terrain. Guillaume BOIS SDIS 68 L arrêt cardiaque sur le terrain Guillaume BOIS SDIS 68 Epidémiologie de l AC extra-hospitalier 36-128/10 5 hbts/an. Europe : - 38/10 5 dont 17/10 5 FV. - Survie AC : 5,2 (Tartu, Estonie) à 20 % (Stavanger,

Plus en détail

Recommandations / RCP ERC - CFRC SFMU 2015

Recommandations / RCP ERC - CFRC SFMU 2015 Collège de Médecine d Urgence de Bretagne 18 novembre 2015 Recommandations / RCP ERC - CFRC SFMU 2015 RCP en 2015 Résumé des modifications / recommandations 2010 RCP / ERC 2015 Pas de changement marquant

Plus en détail

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Le prélèvement d organes anticipé/prémédité Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Déclaration des conflits d intérêt Médecin de la coordination

Plus en détail

ECMO et ECLS. Olivier PASSOUANT Journées Carolo-Reimoises 24 novembre 2013

ECMO et ECLS. Olivier PASSOUANT Journées Carolo-Reimoises 24 novembre 2013 ECMO et ECLS Olivier PASSOUANT Journées Carolo-Reimoises 24 novembre 2013 Historique 1953 : Fermeture de CIA sous machine de suppléance cardiopulmonaire J.H. Gibbon Fin années 50 : développement de machines

Plus en détail

Spécificités de la réanimation lors des accidents liés à la pratique sportive

Spécificités de la réanimation lors des accidents liés à la pratique sportive La mort subite non traumatique liée aux activités physiques et sportives Spécificités de la réanimation lors des accidents liés à la pratique sportive Professeur Pierre CARLI Docteur Michel NAHON SAMU

Plus en détail

Prise en Charge de l Arrêt Cardiaque

Prise en Charge de l Arrêt Cardiaque Prise en Charge de l Arrêt Cardiaque U.F.R Médecine 51, rue Cognacq-Jay 51100 Reims Tel. 03 26 78 70 30, aleon@chu-reims.fr clepouse@chu-reims.fr, pgallet@chu-reims.fr www.lssc-med-reims.fr Chapitre 1

Plus en détail

Prélèvement d organe chez le donneur DCD: aspects éthiques. René ROBERT Service de Réanimation Médicale CHU Poitiers; Inserm UE 927

Prélèvement d organe chez le donneur DCD: aspects éthiques. René ROBERT Service de Réanimation Médicale CHU Poitiers; Inserm UE 927 Prélèvement d organe chez le donneur DCD: aspects éthiques René ROBERT Service de Réanimation Médicale CHU Poitiers; Inserm UE 927 Déclaration de liens d'intérêt L auteur n a pas déclarer de conflit d

Plus en détail

Arrêt cardiaque Les 3 gestes qui sauvent

Arrêt cardiaque Les 3 gestes qui sauvent Arrêt cardiaque Les 3 gestes qui sauvent Professeur Pierre CARLI D.A.R. et SAMU Hôpital Necker Paris, France 1 AC et mort subite Le sujet s effondre brutalement (éventuellement convulse ) Interruption

Plus en détail

La prise en charge d'un arrêt cardio respiratoire par une équipe multidisciplinaire: une technique maitrisée?

La prise en charge d'un arrêt cardio respiratoire par une équipe multidisciplinaire: une technique maitrisée? La prise en charge d'un arrêt cardio respiratoire par une équipe multidisciplinaire: une technique maitrisée?!"#$%&$'()*'+%,%-".'/*'0'%,%#*%."12(*3/$*% 45.6%78% 9-:595.6%.'*;%

Plus en détail

Dr Chatoui FMC SOFOMEC 13/12/2012

Dr Chatoui FMC SOFOMEC 13/12/2012 Dr Chatoui FMC SOFOMEC 13/12/2012 Françaises 53e congrès national d anesthésie de réanimation et Médecine d urgence. Conférence d actualisation. Sfar 2011. Internationales Epidémiologie, étiologies Diagnostic

Plus en détail

Y a-t-il une place pour la planche à masser dans la prise en charge des arrêts cardiaques? Marc FOURNIER SAMU 13 AP-HM

Y a-t-il une place pour la planche à masser dans la prise en charge des arrêts cardiaques? Marc FOURNIER SAMU 13 AP-HM Y a-t-il une place pour la planche à masser dans la prise en charge des arrêts cardiaques? Marc FOURNIER SAMU 13 AP-HM Les recommandations de l ERC l MCE précoce l DSA précoce l Priorité au MCE par rapport

Plus en détail

POINTS FORTS CONGRES SRLF 2007

POINTS FORTS CONGRES SRLF 2007 POINTS FORTS CONGRES SRLF 2007 PONT A MOUSSON 15.05.2007 Dr LIBOT Loic SAMU 54 - SU Polyclinique Gentilly Points forts SRLF 2007 ACR Sepsis Utilisation précoce des vasopresseurs dans le choc hémorragique

Plus en détail

ARRET CARDIAQUE : 1 VIE = 3 GESTES

ARRET CARDIAQUE : 1 VIE = 3 GESTES ARRET CARDIAQUE : 1 VIE = 3 GESTES 23 JUIN 2010 AURILLAC CANTAL A L ISSU DE CETTE FORMATION VOUS SEREZ CAPABLE DE PRENDRE EN CHARGE UNE PATIENT EN ARRET CARDIO- RESPIRATOIRE L arrêt cardiaque, aujourd

Plus en détail

ACR Les enjeux. Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque. 8 survies si choc électrique dans la minute

ACR Les enjeux. Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque. 8 survies si choc électrique dans la minute ACR Les enjeux Sur 10 personnes présentant un ACR de cause cardiaque 8 survies si choc électrique dans la minute ACR Fibrillation ventriculaire ACR Cause connue, non cardiaque Hémorragie cérébro - méningée

Plus en détail

Une Situation mal connue. Un Processus mal compris

Une Situation mal connue. Un Processus mal compris Une Situation mal connue Un Processus mal compris Qu elle implication dans la recherche biomédicale? Dr Michel PINSARD Service de réanimation chirurgicale Unité de prélèvement d organes et de tissus CHU

Plus en détail

L ARRET CARDIAQUE. Dr MAITRE Département de médecine d urgence CESU 45

L ARRET CARDIAQUE. Dr MAITRE Département de médecine d urgence CESU 45 L ARRET CARDIAQUE Dr MAITRE Département de médecine d urgence CESU 45 INTRODUCTION On ne peut pas faire face à une situation que l on n a pas correctement évaluée L approche du malade en situation d urgence

Plus en détail

REANIMATION CARDIO-PULMONAIRE. Symposium Respiratoire d Aquitaine 2015 Mme Brethes IADE - Formateur Protection Civile

REANIMATION CARDIO-PULMONAIRE. Symposium Respiratoire d Aquitaine 2015 Mme Brethes IADE - Formateur Protection Civile REANIMATION CARDIO-PULMONAIRE Symposium Respiratoire d Aquitaine 2015 Mme Brethes IADE - Formateur Protection Civile 1 ARRÊT CARDIO-RESPIRATOIRE L arrêt cardiaque peut être d origine cardiaque ou secondaire

Plus en détail

Présentation ZOLL Médical France

Présentation ZOLL Médical France Présentation ZOLL Médical France Alain LEBON Albin Lamoureux ZOLL Médical France A propos de ZOLL Conception, fabrication et commercialisation d équipements avancés et non invasifs de réanimation cardiaque.

Plus en détail

Si mon cœur a moins de 70 ans

Si mon cœur a moins de 70 ans Si mon cœur a moins de 70 ans Deux infirmiers témoignent Sébastien Bodson IGSIU Jean-Noël Koch IGSIU, ECCP CHU de Liège 1 2 Organisation Ressources humaines Equipement Plateaux techniques Chirurgie cardio-vasculaire

Plus en détail

Protocole français de prélèvement hépatique sur DDAC Première expérience française

Protocole français de prélèvement hépatique sur DDAC Première expérience française Prélèvement d Organes chez un Donneur Décédé d Arrêt Cardiaque (DDAC) Pourquoi? Comment? Pour quels résultats? Protocole français de prélèvement hépatique sur DDAC Première expérience française Eric SAVIER

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Dons et greffes d organes : les chiffres clés 2015. Retrouvez l Agence de la biomédecine sur... www.dondorganes.

DOSSIER DE PRESSE. Dons et greffes d organes : les chiffres clés 2015. Retrouvez l Agence de la biomédecine sur... www.dondorganes. DOSSIER DE PRESSE Dons et greffes d organes : les chiffres clés 2015 Retrouvez l Agence de la biomédecine sur... www.dondorganes.fr et @ag_biomedecine et sur Don d organes je le dis CONTACTS PRESSE Isabelle

Plus en détail

ARRET CARDIO-RESPIRATOIRE

ARRET CARDIO-RESPIRATOIRE ARRET CARDIO-RESPIRATOIRE DE L ENFANT (ACR) vu de la puéricultrice, vu de l auxiliaire de puériculture ou l aide-soignant Équipe de réanimation Pédiatrique - CHU de Bordeaux Audrey Bonafous, Lucille Lefol,

Plus en détail

Dérèglement thermique. Hypothermie Hyperthermie SEMINAIRES IRIS

Dérèglement thermique. Hypothermie Hyperthermie SEMINAIRES IRIS Dérèglement thermique Hypothermie Hyperthermie Hyperthermie Hyperthermie Production de chaleur corporelle Exercice intense Elimination de chaleur corporelle Vague de chaleur Cadre iatrogène (syndr malin

Plus en détail

Summary of the main changes in the Resuscitation Guidelines

Summary of the main changes in the Resuscitation Guidelines Summary of the main changes in the Resuscitation Guidelines ERC 2010-2015 Benoît Claessens & Pierre MOLS Service des urgences et du SMUR CHU Saint-Pierre Emergency Medical System Centre 112 RCP DEA Centre

Plus en détail

ARRET CARDIO-RESPIRATOIRE. Olivier Briot Urgences SMUR Centre Hospitalier Briançon

ARRET CARDIO-RESPIRATOIRE. Olivier Briot Urgences SMUR Centre Hospitalier Briançon ARRET CARDIO-RESPIRATOIRE Olivier Briot Urgences SMUR Centre Hospitalier Briançon INTRODUCTION La mort subite concerne approximativement 50 000 personnes par an en France Le pronostic de l ACR reste sombre

Plus en détail

DEMONSTRATION DE FONCTIONNEMENT DU DÉFIBRILLATEUR

DEMONSTRATION DE FONCTIONNEMENT DU DÉFIBRILLATEUR DEMONSTRATION DE FONCTIONNEMENT DU DÉFIBRILLATEUR H e a r t S t a r t ( Philips ) Démonstration réalisée par les Docteurs Alain LIAGRE & Thierry LEDANT Membres du Conseil Syndical DOMAINE DE SAINT PIERRE

Plus en détail

Protocole type destiné au don d organes après décès cardiocirculatoire (DDC) Québec-Transplant

Protocole type destiné au don d organes après décès cardiocirculatoire (DDC) Québec-Transplant Protocole type destiné au don d organes après décès cardiocirculatoire (DDC) Québec-Transplant TABLE DES MATIÈRES 1. PRÉAMBULE... 1 2.1 Historique du DDC au Québec... 2 2.2. Le projet-pilote de DDC...

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT.

PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT. PRISE EN CHARGE D UNE DOULEUR ABDOMINALE AIGUE NON TRAUMATIQUE CHEZ L ADULTE ET L ADOLESCENT. Régulation Phase pré-hospitalière. Accueil des Urgences. UHCD. I- REGULATION OBJECTIFS : Type d intervention

Plus en détail

RCP / DEA Quoi de neuf en 2010?

RCP / DEA Quoi de neuf en 2010? RCP / DEA Quoi de neuf en 2010? Recommandations de l ERC - BRC http://www.erc.edu http://www.resuscitation.be Chaîne de survie Quoi de neuf? BLS Intrahospitalier Détection précoce Intervention rapide de

Plus en détail

PROFIL DE POSTE IDE 0,5 ETP REANIMATION et SURVEILLANCE CONTINUE / 0,5 ETP PMOT

PROFIL DE POSTE IDE 0,5 ETP REANIMATION et SURVEILLANCE CONTINUE / 0,5 ETP PMOT Centre Hospitalier de Dreux PÔLE ANP PROFIL DE POSTE IDE 0,5 ETP REANIMATION et SURVEILLANCE CONTINUE / 0,5 ETP PMOT Version n Nombre de pages : 7 Diffusée le :16/12/2015 Appliquée le : Rédigée par : Mme

Plus en détail

Thérèse Vergeot et Gaëtan Carin Infirmiers aux Urgences & Soins intensifs de l hôpital cardiologique du CHRU de Lille

Thérèse Vergeot et Gaëtan Carin Infirmiers aux Urgences & Soins intensifs de l hôpital cardiologique du CHRU de Lille Thérèse Vergeot et Gaëtan Carin Infirmiers aux Urgences & Soins intensifs de l hôpital cardiologique du CHRU de Lille SOMMAIRE I. L arrêt cardiaque extra-hospitalier. II. L arrêt cardiaque intra-hospitalier.

Plus en détail

HYPOTHERMIES ACCIDENTELLES

HYPOTHERMIES ACCIDENTELLES HYPOTHERMIES ACCIDENTELLES Hypothermies accidentelles en montagne Février 2011 Dr Benoit Frattini / Dr Stéphane Travers Dr Olivier Gacia / Dr Olivier de Stabenrath BSPP Et à Paris PRINCIPES GENERAUX DE

Plus en détail

Diplôme Universitaire L IDE l IADE au SMUR et en SAUV

Diplôme Universitaire L IDE l IADE au SMUR et en SAUV Diplôme Universitaire L IDE l IADE au SMUR et en SAUV Responsables: - Pr Nathalie NATHAN-DENIZOT, service Anesthésie Réanimation, CHU Dupuytren Limoges et Faculté de médecine, 2 avenue Martin Luther King

Plus en détail

ARRET CARDIO RESPIRATOIRE. C.PERRIN SAMU06 CHU NICE Janvier 2007

ARRET CARDIO RESPIRATOIRE. C.PERRIN SAMU06 CHU NICE Janvier 2007 ARRET CARDIO RESPIRATOIRE C.PERRIN SAMU06 CHU NICE Janvier 2007 Introduction 50 à 60 000 morts subites en France par an 3 % de survie sans séquelle Survie dépend de la rapidité d une RACS, elle même dépendante

Plus en détail

30% 20% 4% LATA Survivants (sans séquelle) 15% 1% Gueugniaud P-Y, NEJM 2008. Arrêt cardiaque pré-hospitalier à réanimer ROSC.

30% 20% 4% LATA Survivants (sans séquelle) 15% 1% Gueugniaud P-Y, NEJM 2008. Arrêt cardiaque pré-hospitalier à réanimer ROSC. Hypothermie thérapeutique après un arrêt cardio-respiratoirerespiratoire Dr Pauline DERAS Réanimation polyvalente DAR Lapeyronie - CHU Montpellier Plan Introduction et problématique Pourquoi? Physiopathologie

Plus en détail

Collecte et inventaire des données SAMU

Collecte et inventaire des données SAMU 10 Octobre 2014 Collecte et inventaire des données SAMU Dr L. MAILLARD ORU Aquitaine 20 Mars 2014 Page 1 SOMMAIRE Les indicateurs L organisation des SAMU Les données L état des lieux L objectif La conclusion

Plus en détail

10.03.2012. Forum Romand 2012. Une décennie pour les «cardios» Actualisation et nouvelles directives de la réanimation. Quelques définitions

10.03.2012. Forum Romand 2012. Une décennie pour les «cardios» Actualisation et nouvelles directives de la réanimation. Quelques définitions Une décennie pour les «cardios» Actualisation et nouvelles directives de la réanimation Claudia Pohl Coordinatrice groupes de maintenance Fondation Suisse de Cardiologie Fondation Suisse de Cardiologie

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Stage intégré Urgences Réanimation Anesthésie avril 2010 Dossier transversal (à partir d une observation réelle)

Stage intégré Urgences Réanimation Anesthésie avril 2010 Dossier transversal (à partir d une observation réelle) Stage intégré Urgences Réanimation Anesthésie avril 2010 Dossier transversal (à partir d une observation réelle) Crée par - Pr Pierre HAUSFATER Relecture - Pr Jean CHASTRE - Pr Pierre HAUSFATER - Pr Olivier

Plus en détail

Algorithme de la RCP de base pour le public non formé

Algorithme de la RCP de base pour le public non formé Algorithme de la RCP de base pour le public non formé La victime ne bouge pas et ne répond pas Appeler le 15* Faire chercher un DAE La victime ne respire pas ou «gaspe» 100 compressions thoraciques 1 Continuer

Plus en détail

PRELEVEMENT D ORGANE ET GREFFE RENALE EN POLYNESIE

PRELEVEMENT D ORGANE ET GREFFE RENALE EN POLYNESIE PRELEVEMENT D ORGANE ET GREFFE RENALE EN POLYNESIE 1 SITUATION GEOGRAPHIQUE 8 800 km 6200 km 17 000 Km 7 500 km 118 îles sur un territoire équivalent l'europe Ayant un statut d autonomie SITUATION EPIDEMIOLOGIQUE

Plus en détail

Formation à l utilisation du défibrillateur semi-automatique (DSA)

Formation à l utilisation du défibrillateur semi-automatique (DSA) Formation à l utilisation du défibrillateur semi-automatique (DSA) Que devons nous savoir? Utiliser en toute sécurité un défibrillateur semi-automatique au cours de la réanimation cardio-pulmonaire Durée

Plus en détail

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Patrick Niaudet Président du Conseil d Orientation de l ABM Servie de Néphrologie Pédiatrique Hôpital Necker-Enfants Malades, Paris Mon intervention ne

Plus en détail

~ 1 ~ BELGIAN RESUSCITATION COUNCIL. Congres du Conseil Belge de Réanimation (Gand 31-05-2008) L essentiel en quelques lignes

~ 1 ~ BELGIAN RESUSCITATION COUNCIL. Congres du Conseil Belge de Réanimation (Gand 31-05-2008) L essentiel en quelques lignes REA 2008 Par Geert Berden Congres du Conseil Belge de Réanimation (Gand 31-05-2008) L essentiel en quelques lignes Introduction Prof Dr Koen Monsieurs RCP avant la défibrillation? Dr Barbara Vantroyen,

Plus en détail

Avis de la HAS du 26 octobre 2011

Avis de la HAS du 26 octobre 2011 Avis de la HAS du 26 octobre 2011 Avis suite à l évaluation de la mise en place des valves aortiques posées par voie transcutanée à l issue de la période d encadrement spécifique prévue à l article L.

Plus en détail

Recommanda)ons+/+RCP+ perspec)ves+pour+2015?+

Recommanda)ons+/+RCP+ perspec)ves+pour+2015?+ Recommanda)ons+/+RCP+ perspec)ves+pour+2015?+ Pr++P8Y.++Gueugniaud+ SAMU+de+Lyon+ Pôle+«+Urgences+ +Réanima)on+Médicale+ +Anesthésie8Réanima)on+8+SAMU++8+»+ GH+Edouard+Herriot+ RCP en 2014! Alerte! RCP

Plus en détail

Surveillance intoxications au CO Lorraine

Surveillance intoxications au CO Lorraine Surveillance intoxications au CO Lorraine Colmu 7/12/21 Cire Est S.Raguet La surveillance des intoxications au CO Surveillance épidémiologique France métropolitaine, depuis 25, pilotée par l InVS Double

Plus en détail

Attestation de Formation aux Gestes et Soins d Urgence de niveau 2

Attestation de Formation aux Gestes et Soins d Urgence de niveau 2 Attestation de Formation aux Gestes et Soins d Urgence de niveau 2 Les Rendez-Vous Formation du SCDV- CESU 85 JOUR 1 Programme de la première demi-journée 8h30 Accueil Présentation de la formation, des

Plus en détail

Chaine de Survie ZOLL

Chaine de Survie ZOLL Chaine de Survie ZOLL A propos de ZOLL ZOLL conçoit, fabrique et commercialise des équipements avancés et non invasifs de réanima=on cardiaque : Des produits de haute technologie pour la défibrilla:on,

Plus en détail

Dr Marie-Pierre CRESTA. Agence de la biomédecine SRA Sud-Est/Océan Indien. Juin 2014

Dr Marie-Pierre CRESTA. Agence de la biomédecine SRA Sud-Est/Océan Indien. Juin 2014 Dr Marie-Pierre CRESTA Agence de la biomédecine SRA Sud-Est/Océan Indien Juin 2014 Que savoir en tant que citoyen? Les LBE La greffe, ça marche Que savoir en tant que professionnel? Pénurie, contexte épidémiologique

Plus en détail

Réanimation Cardio-pulmonaire Recommandations ERC 2010 ALS. Blaise Degueldre

Réanimation Cardio-pulmonaire Recommandations ERC 2010 ALS. Blaise Degueldre Réanimation Cardio-pulmonaire Recommandations ERC 2010 ALS Blaise Degueldre Objectifs du cours Le participant sera capable de : Effectuer une reconnaissance précoce et un appel à l aide, De réaliser une

Plus en détail

Précautions complémentaires et bloc opératoire

Précautions complémentaires et bloc opératoire Précautions complémentaires et bloc opératoire Dr S LELIMOUZIN CHBA Vannes-Auray 1 Contexte Le bloc opératoire : un secteur «protégé» Un accès réglementé Tenue de bloc : pyjama, coiffe, masque chirurgical,

Plus en détail

Salle de déchocage : la check-list du matériel

Salle de déchocage : la check-list du matériel SEBA CORINNE Cadre de Santé SAU CONCEPTION MARSEILLE Salle de déchocage : la check-list du matériel Les urgences vitales ne constituent qu une minorité des cas de prise en charge dans un service d urgence,

Plus en détail

Le malaise du sportif Du terrain de sport à la chaîne des secours. Dr Eric Pondaven SAMU 29 CHU BREST

Le malaise du sportif Du terrain de sport à la chaîne des secours. Dr Eric Pondaven SAMU 29 CHU BREST Le malaise du sportif Du terrain de sport à la chaîne des secours Dr Eric Pondaven SAMU 29 CHU BREST 1 De quoi va-t-on discuter? Les étiologies des malaises? La réglementation concernant les terrains de

Plus en détail

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation Présentation Le contexte Quels donneurs, quels organes? Le don Pour quels malades? Les étapes d une greffe d organes Faites connaître votre choix! 01/04/2014 Union Nationale des associations de donneurs

Plus en détail

D. A. E. Défibrillateur Automatisé Externe. Med-Cdt Yann Coulon 1

D. A. E. Défibrillateur Automatisé Externe. Med-Cdt Yann Coulon 1 D. A. E Défibrillateur Automatisé Externe Med-Cdt Yann Coulon 1 DSA : Défibrillateur Semi Automatique DEA : Défibrillateur Entièrement Automatique Med-Cdt Yann Coulon 2 Décret 98-239 du 27 Mars 1998 :

Plus en détail

Organiser les prélèvements de tissus Une autre mission des coordinations de dons?

Organiser les prélèvements de tissus Une autre mission des coordinations de dons? Organiser les prélèvements de tissus Une autre mission des coordinations de dons? Anne Joosten Coordination de dons-chu Charleroi SIZ 30 mai 2012 Les coordinations en Belgique Les donneurs de tissus Procédures

Plus en détail

DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE. Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes

DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE. Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes DON ET GREFFE D ORGANES EN TUNISIE Dr Mylène Ben Hamida Centre National pour la Promotion de la Transplantation d Organes Les besoins sont importants Insuffisance Organique Terminale en Tunisie Rein :

Plus en détail

MASTER 2 "RECHERCHE EN ETHIQUE" TITRE DU MÉMOIRE

MASTER 2 RECHERCHE EN ETHIQUE TITRE DU MÉMOIRE UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES Faculté de Médecine Laboratoire d Ethique Médicale et Médecine Légale Directeur : Professeur Christian HERVÉ MASTER 2 "RECHERCHE EN ETHIQUE" ANNÉE UNIVERSITAIRE 2011-2012 TITRE

Plus en détail

LA FORMATION CONTINUE

LA FORMATION CONTINUE LA FORMATION CONTINUE Des infirmiers(ères) aux Urgences PIEL Christelle EGAIN LE POCREAU Anne TATIBOUET Stéphane TOUZE Laetitia LE ROHELLEC Marie HERAULT Laetitia CH PLOERMEL CHBA VANNES CH PLOERMEL CH

Plus en détail

Haute Autorité de Santé 2007

Haute Autorité de Santé 2007 Recommandations professionnelles pour la prise en charge en cas de mort inattendue du nourrisson ( 2ans) Haute Autorité de Santé 2007 www.has-sante.fr Montpellier, 21 novembre 2008 E. Briand-Huchet, centre

Plus en détail

RECOMMANDATIONS RCP 2010 OPTIMISATION DU MCE Fréquence: 100/min Compression : 4 5cm Pas de balancement du tronc Main toujours en place Durée compression = relâchement 30 compressions / 2 insufflations

Plus en détail

Languedoc-Roussillon

Languedoc-Roussillon Languedoc-Roussillon Protocole de coopération (délégation d acte médical à un paramédical) dans un projet de Télémédecine Projets CICAT & TELAP «Suivi des plaies» Présentation réalisée par Dr L. Teot CHU

Plus en détail

Réseau GPIC, cancérologie : de l action à l amélioration des taux. Dr Pierre BERGER, Institut paoli-calmettes GPIC

Réseau GPIC, cancérologie : de l action à l amélioration des taux. Dr Pierre BERGER, Institut paoli-calmettes GPIC Réseau GPIC, cancérologie : de l action à l amélioration des taux Dr Pierre BERGER, Institut paoli-calmettes GPIC GPIC Groupe pour la Prévention des Infections en Cancérologie Groupe collaboratif de la

Plus en détail

Sécurité dans les installations électriques. en milieu médical

Sécurité dans les installations électriques. en milieu médical Sécurité dans les installations électriques en milieu médical Exigences Assurer la sécurité des personnes Assurer la sécurité des services Lutter contre les perturbations 2 Dangers spécifiques dans l hôpital

Plus en détail

PSE1 Premiers Secours en Equipe Niveau 1

PSE1 Premiers Secours en Equipe Niveau 1 PSE1 Premiers Secours en Equipe Niveau 1 Objectif : La formation a pour objet l'acquisition des connaissances nécessaires à la bonne exécution des gestes de secours seul ou au côté d'un équipier secouriste,

Plus en détail

La Biologie en Urgence Cardiologique : Dr A.Karim LALLALI Médecin Biologiste CHU Bicêtre France

La Biologie en Urgence Cardiologique : Dr A.Karim LALLALI Médecin Biologiste CHU Bicêtre France La Biologie en Urgence Cardiologique : Dr A.Karim LALLALI Médecin Biologiste CHU Bicêtre France MARS 2013 Marqueurs cardiaques Non spécifiques : Myoglobine CK et CK-MB LDH et ASAT Spécifiques : Troponine

Plus en détail

Recommandations professionnelles par Consensus Formalisé. l IDE seul face à une situation de détresse médicale

Recommandations professionnelles par Consensus Formalisé. l IDE seul face à une situation de détresse médicale Recommandations professionnelles par Consensus Formalisé l IDE seul face à une situation de détresse médicale Le contexte Un IDE peut, dans l exercice de sa profession, être confronté à une situation inopinée

Plus en détail

LES MANIPULATEURS FACE A LA DETRESSE VITALE DU PATIENT EN RADIOLOGIE. Catherine BOUGAUD Manipulatrice Formatrice DSA CH Louis Pasteur de DOLE

LES MANIPULATEURS FACE A LA DETRESSE VITALE DU PATIENT EN RADIOLOGIE. Catherine BOUGAUD Manipulatrice Formatrice DSA CH Louis Pasteur de DOLE LES MANIPULATEURS FACE A LA DETRESSE VITALE DU PATIENT EN RADIOLOGIE Catherine BOUGAUD Manipulatrice Formatrice DSA CH Louis Pasteur de DOLE FACE A L URGENCE VITALE «FAIRE VITE» «FAIRE BIEN» Les bons gestes

Plus en détail

INFIRMIER HORS PRESENCE MEDICALE

INFIRMIER HORS PRESENCE MEDICALE I POSITION DE SAMU DE FRANCE ET DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MEDECINE D URGENCE II - CADRE D APPLICATION III PROTOCOLES IV FICHES TECHNIQUES V PHARMACIE VI CRITERES D EVALUATION I- Position de Samu de France

Plus en détail

SYNTHÈSE RAPPORT ANNUEL 2014

SYNTHÈSE RAPPORT ANNUEL 2014 SYNTHÈSE RAPPORT ANNUEL 2014 RÉ-ACCRÉDITATION INTERNATIONALE DU REGISTRE FRANCE GREFFE DE MOELLE Le 13 octobre 2014, le registre France Greffe de Moelle a été accrédité par la World Marrow Donor Association

Plus en détail

JMPG 26 Mars 2008. Forces et faiblesses de la T2A appliquée au prélèvement et à la greffe

JMPG 26 Mars 2008. Forces et faiblesses de la T2A appliquée au prélèvement et à la greffe JMPG 26 Mars 2008 Forces et faiblesses de la T2A appliquée au prélèvement et à la greffe Dr Nadine RIBET-REINHART DMS Pôle évaluation Dr Christian LAMOTTE SRA Grand Ouest Les sources du financement: Supplément

Plus en détail

Articulation Urgences - Médecine de ville. Résumé d expérience au CH de Moulins-Yzeure. G.Hernandez

Articulation Urgences - Médecine de ville. Résumé d expérience au CH de Moulins-Yzeure. G.Hernandez Articulation Urgences - Médecine de ville Résumé d expérience au CH de Moulins-Yzeure G.Hernandez Le CH de Moulins-Yzeure Bassin de population: 120 000 hab Semi-rurale, revenus faibles Population agée

Plus en détail

INFECTIONS OSTEO-ARTICULAIRES : PLACE DE LA CHIRURGIE PLASTIQUE. Pr. PIERRE BRETON CENTRE HOSPITALIER LYON SUD

INFECTIONS OSTEO-ARTICULAIRES : PLACE DE LA CHIRURGIE PLASTIQUE. Pr. PIERRE BRETON CENTRE HOSPITALIER LYON SUD INFECTIONS OSTEO-ARTICULAIRES : PLACE DE LA CHIRURGIE PLASTIQUE Pr. PIERRE BRETON CENTRE HOSPITALIER LYON SUD LYON - 26 novembre 2008 INFECTIONS OSTEO-ARTICULAIRES : PLACE DE LA CHIRURGIE PLASTIQUE Prévention

Plus en détail

Collège PACA de Médecine d'urgence Maison des Associations 93, La Canebière 13001 MARSEILLE

Collège PACA de Médecine d'urgence Maison des Associations 93, La Canebière 13001 MARSEILLE Collège PACA de Médecine d'urgence Maison des Associations 93, La Canebière 13001 MARSEILLE CONFERENCE D'EXPERTS Aix-en-Provence, le 3 décembre 1999, Evaluation en Médecine d'urgence : Le SMUR I. LES MISSIONS

Plus en détail

Liste composition dossier PMO

Liste composition dossier PMO Liste composition dossier PMO Dossier Donneur EFG Fiches spécifiques (4) Procès verbal mort encéphalique RNR Consentement personne mineur ou majeur incapable Prélèvement à des fins thérapeutiques (signature

Plus en détail

OBJECTIF. Harmoniser les pratiques, les soins, la formation. ! qualité des soins " coût #continuité. Dans le cadre d une fédération de l urgence

OBJECTIF. Harmoniser les pratiques, les soins, la formation. ! qualité des soins  coût #continuité. Dans le cadre d une fédération de l urgence harmonie OBJECTIF Harmoniser les pratiques, les soins, la formation! qualité des soins " coût #continuité Dans le cadre d une fédération de l urgence HARMONISATION POINT PAR POINT INDENTITE DU PATIENT

Plus en détail

Arrêt cardiaque réfractaire: Définition et orientation"

Arrêt cardiaque réfractaire: Définition et orientation Arrêt cardiaque réfractaire: Définition et orientation" Dr Lionel Lamhaut" DAR SAMU de Paris" Hôpital Universitaire Necker,Paris" Centre d expertise de la mort subite, Inserm U970" Paris et petite couronne

Plus en détail

Il n y a pas de chirurgie de haut niveau sans anesthésie de haut niveau. Il n y a pas d anesthésie de haut niveau sans chirurgie de haut niveau

Il n y a pas de chirurgie de haut niveau sans anesthésie de haut niveau. Il n y a pas d anesthésie de haut niveau sans chirurgie de haut niveau Il n y a pas de chirurgie de haut niveau sans anesthésie de haut niveau Il n y a pas d anesthésie de haut niveau sans chirurgie de haut niveau Chirurgie Ambulatoire Quelle organisation? Quel enjeu pour

Plus en détail

Attestation de Formation aux Gestes et Soins d Urgence de niveau 2

Attestation de Formation aux Gestes et Soins d Urgence de niveau 2 Attestation de Formation aux Gestes et Soins d Urgence de niveau 2 Acquisition de connaissances nécessaires à l identification d une urgence à caractère médical et à sa prise en charge en équipe, en utilisant

Plus en détail

Quel rôle pour l infirmière à domicile dans la prise en charge du patient suite à une chirurgie ambulatoire? UDCF le 11 octobre 2014

Quel rôle pour l infirmière à domicile dans la prise en charge du patient suite à une chirurgie ambulatoire? UDCF le 11 octobre 2014 Quel rôle pour l infirmière à domicile dans la prise en charge du patient suite à une chirurgie ambulatoire? UDCF le 11 octobre 2014 Florence Ambrosino Infirmière de pratique avancée en coordination de

Plus en détail

«Ils ne préviennent pas mais se préviennent»

«Ils ne préviennent pas mais se préviennent» MALAISES SUR LES LIEUX DE TRAVAIL «Ils ne préviennent pas mais se préviennent» Dr Gérard ARASZKIEWIRZ SMIBTP BEAUVAIS Conférence CRAM Clermont 18 janvier 2005 1 Plan de la présentation Les malaises au

Plus en détail

Guide de préparation à la certification. des coordinations hospitalières de prélèvement d organes et tissus

Guide de préparation à la certification. des coordinations hospitalières de prélèvement d organes et tissus Guide de préparation à la certification des coordinations hospitalières de prélèvement d organes et tissus Avril 2010 Guide de préparation à la certification des coordinations hospitalières de prélèvement

Plus en détail

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat Aspects juridiques de la transplantation hépatique Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat CONTEXTE - La greffe, longtemps image expérimentale, est une thérapeutique éprouvée - Première

Plus en détail

La Dialyse à domicile: une opportunité

La Dialyse à domicile: une opportunité France: 10 % seulement des dialysés DP 8 % HD 2 % Hollande (30%) DP 28.3 HD 1.8 U.K (30%) La Dialyse à domicile: une opportunité DP 27.3 HD 2.4 Danemark 32%, Suéde 25%, Finland 21%,, Analyse des Causes

Plus en détail

Elle demande l enchaînement de moyens, d actions, de gestes techniques, de connaissances, d analyse, de gestion et de coordination, dans un contexte

Elle demande l enchaînement de moyens, d actions, de gestes techniques, de connaissances, d analyse, de gestion et de coordination, dans un contexte APRIAM FORMATIONS Elle demande l enchaînement de moyens, d actions, de gestes techniques, de connaissances, d analyse, de gestion et de coordination, dans un contexte de stress souvent marqué et d une

Plus en détail