Sécurité LASER Novembre 2015 Valérie REITA Pôle Optique et Microscopies

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sécurité LASER Novembre 2015 Valérie REITA Pôle Optique et Microscopies"

Transcription

1 Sécurité LASER Novembre 2015 Valérie REITA Pôle Optique et Microscopies

2 plan Le spectre électromagnétique Les 4 classes de laser et exemples au laboratoire Les 3 Types d exposition Les 3 Effets du rayonnement sur l organisme Conséquences sur la peau et l œil Les éléments de sécurité: collectif, individuel et quoi faire en cas d accident Annexes: paramètres de sécurité, bases réglementaires, reflexe palpébral

3 Le spectre électromagnétique Zone d intérêt

4 Unité et grandeurs

5 Mode continu et mode pulsé d un laser

6 4 classes de laser depuis 2008 Classe 1: Sans danger dans des conditions raisonnablement prévisibles, même en employant des instruments optiques pour regarder les faisceaux: imprimantes, lecteurs CD ou CVD (classe 1M: idem mais danger si instruments optiques) Classe 2: laser 400 à 700nm (visibles), protection correcte par reflexe palpébral (0,25s max) (lecteurs code barre) (Classe 2M: idem mais danger si instruments optiques: loupe, télescopes) Classe 3B: laser dont la vision directe est toujours dangereuse. La réflexion diffuse est normalement sans danger Classe 4: laser aussi capables de produire des réflexions diffuses dangereuses. Ils peuvent causer des dommages sur la peau, l oeil et risque d incendie.

7 Exemples de Lasers à Institut Néel Classe III laser d alignement HeNe-5mW Pointeur laser Red laser diode

8 La majorité des Lasers à Institut Néel Classe IV Titane-Saphir Krypton 0.5W Argon 5W Yag pulsed Nd-YAG pulsed and OPO

9 Types d expositions Exposition directe Faisceau direct, non focalisé, focalisé ou divergent Réflexion spéculaire Faisceau spéculaire simple, focalisé ou divergent Réflexion diffuse diffusion uniforme, divergente ou focalisée

10 Effet du rayonnement laser sur l organisme: effet photochimique (1) Processus: Paramètres: Rayonnement U.V Pour durée d exposition > 10s: effets prédominants Effets biologiques: Erythème Kératose Allergie cutanée Mélanome Réaction chimique in-situ Ex applications médicales: Photochimiothérapie (photosensibilisateur) Photofluorescence (imagerie médicale)

11 Effet du rayonnement laser sur l organisme: effet photo-ablatif (2) Processus: Paramètres: Rayonnement U.V Impulsions d énergie élevée Tissu absorbant (molécules) Effets biologiques: Désorption de la surface des tissus Rupture des liaisons moléculaires Ejection des fragments Ex applications médicales: Ophtalmologie: chirurgie de la myopie

12 Effet du rayonnement laser sur l organisme: effet thermique (3) Processus: laser chaleur Paramètres: Rayonnement IR et visible Energie transportée Absorption tissulaire Durée d exposition (1ms à 10s) Effets biologiques: Erythème Phlyctène Carbonisation supérieure Coagulation Ex applications médicales: Ophtalmologie: thérapie du décollement de la rétine par photocoagulation

13 Absorption des rayonnements par la peau

14 Absorption des rayonnements par l œil et dommages occasionnées Ultra-violet lointain (UVC et UVB) 170nm à 315nm conjonctivite photo kératite (inflammation de la cornée) perte de transparence du cristallin Infra-rouge lointain (IRB et IRC) Proche Ultra-violet (UVA): photokératite à long terme: cataracte Visible et Proche Infra-rouge: Selon la focalisation sur la rétine hors macula: ras dans la macula et périphérie: tache noire dans la fovéa: perte de vue

15 Absorption des rayonnements par l œil

16 3 types de Protection Intrinsèque au dispositif Capotages, coupe-circuits, verres filtrants, pièges à lumière, tubage Collective Barrières, écrans, rideaux, interdictions de zones, Individuelle Lunettes, gants, vêtements IL FAUT MAITRISER LES RISQUES

17 Consignes aux utilisateurs: ce qu il faut faire ET NE PAS faire Enlever tout objet réfléchissant apparent (montre, bracelet, bague, clés ) Utiliser un laser de classe 1 ou 2 pour les alignements Atténuer au maximum le faisceau chaque fois que l émission maximale n est pas nécessaire Choisir ET porter des lunettes de protection appropriées Utiliser des viseurs IR ou carte de visualisation pour les alignements Limiter le nombre de personne autour de l expérience Bien éclairer la salle pour que la pupille soit fermée au maximum et assure son rôle de protection Ne jamais placer son œil en face du faisceau durant l alignement Ne jamais diriger le faisceau vers quelqu un de la salle Ne jamais placer le faisceau au niveau des yeux (cf hauteur du PC de manip) Ne jamais entrer dans une salle laser sans autorisation si le signal laser de la porte est ON

18 Normes EN207, EN208 Protections oculaires: marquage des lunettes, choix Sur le côté des lunettes, on trouve DI 1060 L8 univet CE EN207 1: type de laser (D continu, I pulsé, R impulsion géantes, M laser pico et femto seconde) 2: longueur d onde filtrée 3: numéro d échelon (indique le niveau de densité de puissance maximale à la longueur d onde donnée) 4: fabricant 5: marque de certification 6: référence à la norme concernée Dans l exemple ci dessus, lunettes pour laser Nd:Yag continu et pulsé

19 Que faire en cas d accident En cas de lésion thermique de la peau: Mettre sous l eau à température ambiante minimum 15min En cas de lésion de l œil: Fermer les yeux obligatoirement (s asseoir ou se coucher par terre), appeler quelqu un Mettre plusieurs compresses stériles sur les 2 yeux pour empêcher la lumière de pénétrer. Les fixer avec une bande de gaze Appeler le service médical, 1287 ou 1515 ou 1818 préciser la partie du corps atteinte identifier le laser (classe, énergie, longueur d onde, rayon directe ou indirecte) Quelque soit l importance de l accident, aller à l hôpital dans les heures qui suivent Subir un fond d œil

20 Attention, le danger vient de partout Pôle optique et microscopies: Personnes impliquées dans les lasers: Valérie Reita David Jegouso Corinne Félix

21 ANNEXES Puissance continue max en fonction de la classe du laser Les paramètres de sécurité: DRNO: distance normale de risque oculaire et EMP: émission maximale permise et son calcul Bases réglementaires, directives et décrets Reflexe palpébral

22 Maximum power, for continuous laser Class 1 : jusqu à 0.39µW. Class 2 : de 0.39µW à 1mW. Class 3R : de 1 à 5mW. Class 3B : de 5 à 500mW. Class 4 : au-delà de 500mW. Pour les lasers pulsés, il faut aussi tenir compte de: longueur d onde du laser largeur de l impulsion taux de répétition 22

23 Les paramètres de sécurité (1) EMP(Exposition Maximale Permise): exposition maximale permise pour les hommes, sans subir de dommages immédiat ou à long terme. Elle varie selon: Sources étendues ou non Longueur d onde Source continue ou impulsionnelle Elle s applique à: peau, cornée, œil Exemples:

24 Les paramètres de sécurité (2) DNRO DNRO (Distance Nominale de Risque Oculaire): la distance pour laquelle l'éclairement énergétique E ou l'exposition énergétique H tombe en dessous de la valeur de l'exposition Maximale Permise (E.M.P) au niveau de la cornée ou de la peau 4 calculs selon la sortie: source non focalisée, source focalisée, source fibrée multimode, source fibrée monomode

25 DNRO: exemples de calcul a diamètre du faisceau m f divergence du faisceau rad EMP exposition maximale permise J/m 2 ou W/m 2 O.N ouverture numérique de la fibre P flux, en puissance ou énergie J ou W l longueur d onde du faisceau m f 0 focale du système optique m

26 Bases réglementaires, directives, décrets Union européenne: Traité de Rome Acte Unique Directive cadre «risques chimiques physiques biologiques» 80/1107/CEE du 17/11/80 88/842/CEE du 16/12/88 Directive sécurité au travail 89/391/CEE 12/06/89 Loi du 31/12/91 Code du travail Décret du 11/01/93 Règles utilisation équipements de travail, EPI Directive «utilisation des équipements de travail» 89/655/CEE du 30/11/89 95/63/CE du 05/12/89 Directive «risques optiques» 2006/25/CE du 05/04/06 Décret du 02/07/2010

27 Directives (1) Directive «Sécurité au Travail»(89/655/CEE) Information des travailleurs (utilisation des équipements de travail, situations anormales prévisibles, conclusions de l expérience acquise) Formation des travailleurs Vérification des équipements de travail (initiale, si déplacement, après accident) Qualification et désignation des travailleurs (exploitation, maintenance) Directive «Utilisation des équipements de travail» (89/391/CEE) Responsabilité de l employeur ou du chef d établissement Elaboration d instructions adéquates sur les risques pour la santé et la sécurité (code du travail L.230-3) Règlement intérieur: consignes particulières «Hygiène et sécurité des conditions de travail»

28 Directive «Risques Optique» Appréciation et mesurage Evaluation des risques optiques, par l employeur, renouvelée Moyens documentaires ou calcul ou mesure Mesurages tous les 5 ans Données dans le Document uniques d évaluation des risques Communication aux travailleurs exposés DIRECTIVES RISQUE OPTIQUE Réduction du risque Protection individuelle Information des travailleurs Accès aux zones à risque Formation des travailleurs Surveillance de la santé Contrôle sur mise en demeure Mise en application au 5/07/2010 NORMALISATION Personne responsable Signalisation Choix des surfaces Protection des yeux Sécurité optique NF EN appareils laser NF EN Protecteurs pour laser NF TR Contrôles en réf. NF EN Protecteur oculaire NF EN 207 lunettes laser NF EN 208 Lunettes laser pour réglages

29 Normes EN207, EN208 Protections oculaires: marquage des lunettes, choix Sur le côté des lunettes, on trouve DI 1060 L8 univet CE EN207 1: type de laser (D continu, I pulsé, R impulsion géantes, M laser pico et femto seconde) 2: longueur d onde filtrée 3: numéro d échelon (indique le niveau de densité de puissance maximale à la longueur d onde donnée) 4: fabricant 5: marque de certification 6: référence à la norme concernée Dans l exemple ci dessus, lunettes pour laser Nd:Yag continu et pulsé

30 Décret n (2 juillet annexe II) tableau 2.1: risques liés au rayonnement Extrait du tableau 2.2: valeur limites d exposition

31 Reflexe palpébral Eblouissement Réflexe de fermeture des paupières Réflexe palpébral 0,25 s Laser à émission continue Laser à émission impulsionnelle : cumul des énergies

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013 Sensibilisation à la Sécurité LASER Aspet, le 26/06/2013 Modes d émission LASER P c P 0 P moy 0 Emission pulsée Salve ou train de N impulsions Emission continue Q i t i t Longueur d onde λ Emission continue

Plus en détail

Activité expérimentale

Activité expérimentale STi2D STL Thème Santé Activité expérimentale Les dangers du laser pour les yeux THÈME du programme : SANTÉ Sous thème : prévention et soin. Type d activité : Activité documentaire (1,5h) Les dangers du

Plus en détail

LASER INFORMATION C.N.R.S. MEUDON LE 06 MARS

LASER INFORMATION C.N.R.S. MEUDON LE 06 MARS SÉCURITÉ LASER SÉCURITÉ LASER INFORMATION C.N.R.S. MEUDON LE 06 MARS 2009 NOS DOMAINES D ACTIVITÉS Conseil et assistance technique : LASER CONSEIL intervient le plus en amont possible d un projet, afin

Plus en détail

3 risque: la probabilité qu un dommage puisse se présenter dans des conditions d exposition aux rayonnements optiques artificiels;

3 risque: la probabilité qu un dommage puisse se présenter dans des conditions d exposition aux rayonnements optiques artificiels; Arrêté royal du 22 avril 2010 relatif à la protection de la santé et de la sécurité des travailleurs contre les risques liés aux rayonnements optiques artificiels sur le lieu de travail (MB 6.5.2010) Section

Plus en détail

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes FACULTE DES SCIENCES DE BASE SERVICE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL EPFL SB-SST Bât CH Station nº 6 CH-1015 Lausanne Site web : http://sb-sst.epfl.ch/ Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des

Plus en détail

Mémento à l usage du personnel des laboratoires

Mémento à l usage du personnel des laboratoires Mémento à l usage du personnel des laboratoires sécurité laser édition février 2005 Pôle Maîtrise des Risques Direction de la Protection et de la Sûreté Nucléaire Symbole des nouvelles technologies, l

Plus en détail

INFORMATION SUR LES RISQUES LASER

INFORMATION SUR LES RISQUES LASER INFORMATION SUR LES RISQUES LASER UTILISATION INDUSTRIELLE DU LASER INCLUS NOUVELLES RÉGLEMENTATIONS Parc d Innovation F-67400 Illkirch T : + 33 (0)3 88 65 54 00 F : + 33 (0)3 88 65 54 01 fr@irepa-laser.com

Plus en détail

TP-Cours : Instruments d optique A. MARTIN. Sources lumineuses. Miroirs Lentilles. Projection Autocollimation. Instruments d optique

TP-Cours : Instruments d optique A. MARTIN. Sources lumineuses. Miroirs Lentilles. Projection Autocollimation. Instruments d optique et et 1/21 1 / 21 et Lumière blanche Lampe à incandescence : lumière blanche Source thermique : Fonctionnement basé sur le rayonnement électromagnétique spontané d un corps chauffé à haute température,

Plus en détail

LASERS AU BLOC OPERATOIRE

LASERS AU BLOC OPERATOIRE S AU BLOC OPERATOIRE ALIBODE 2013 Mr MAZALAIGUE / Responsable service Technique Collin COLLIN S.A, BAGNEUX, 201005 Bref historique 1917 Décrit par Albert Einstein 1950 Procédé de pompage optique Alfred

Plus en détail

Livret de sécurité (2009)

Livret de sécurité (2009) Laboratoire Collisions, Agrégat, Réactivité Equipe Femtoseconde Livret de sécurité (2009) Baynard Elsa Elsa.baynard@irsamc.ups tlse.fr Sommaire INTRODUCTION... 3 PRESENTATION DES RISQUES... 4 I. DES CHIFFRES

Plus en détail

émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement

émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement E 3 E 3 E 3 émission spontanée puis émissions stimulées avec amplification du rayonnement doc.1 : amplification du rayonnement par émission stimulée dans un milieu actif Milieu doc.2 : schéma de principe

Plus en détail

Dr CESARINI J-P, C.R. I.N.S.E.R.M. SFRP AFSSET

Dr CESARINI J-P, C.R. I.N.S.E.R.M. SFRP AFSSET Dr CESARINI J-P, C.R. I.N.S.E.R.M. SFRP AFSSET GUIDES, NORMES CEN/CIE/ISO, DIRECTIVE SUR LES ACTIONS DES RAYONNEMENTS ULTRAVIOLET ET INFRAROUGE SUR LES PERSONNES AU TRAVAIL Colloque ECLAIRAGE ET SANTE,

Plus en détail

Guide d utilisation des LASER

Guide d utilisation des LASER Guide d utilisation des LASER Mai 2013 Mikael Leduc, département de génie physique Officier en Sécurité Laser Table des matières 1. Laser 1.1 Classes et dangers p.2 1.2 Exposition maximum permise p.3 2.

Plus en détail

Chapitre II. Étude de risques spécifiques. Risques optiques

Chapitre II. Étude de risques spécifiques. Risques optiques Chapitre II Étude de risques spécifiques Risques optiques L exposition maximale permise (E.M.P.) est le niveau maximal auquel l œil peut être exposé sans subir de dommage immédiat ou à long terme. Cette

Plus en détail

Neva Max UV. Contre l agression quotidienne des UV, la crème des antireflets

Neva Max UV. Contre l agression quotidienne des UV, la crème des antireflets Neva Max UV Contre l agression quotidienne des UV, la crème des antireflets Les rayons ultraviolets, une menace quotidienne 1. Un risque qui concerne tout le monde Les UV concernent tout le monde La diminution

Plus en détail

LASER, SOURCE DE VUE. par Jean-Claude LEPORI

LASER, SOURCE DE VUE. par Jean-Claude LEPORI ALS Lumière, source de vie Séance exceptionnelle du 10 avril 2005 à l Hôtel de Ville de Nancy Laser, source de vue par Jean-Claude LEPORI LASER, SOURCE DE VUE par Jean-Claude LEPORI ALS (Nancy, 10 avril

Plus en détail

Danger: rayonnement laser

Danger: rayonnement laser Danger: rayonnement laser Feuillet d information sur les lasers La présente publication vous informe sur les particularités et les dangers du rayonnement laser, les exigences de sécurité et de santé relatives

Plus en détail

GEL 2004 Design II (modélisation)"

GEL 2004 Design II (modélisation) GEL 2004 Design II (modélisation)" Sécurité oculaire et laser" Hiver 2010" Département de génie électrique et de génie informatique Sommaire" Rappel dʼoptique géométrique" Lentille mince" Œil" Physiologie"

Plus en détail

JOURNEE D INFORMATION «RISQUE LASER.» Marseille le 26/03/2013

JOURNEE D INFORMATION «RISQUE LASER.» Marseille le 26/03/2013 Le 26 Mars 2013 JOURNEE D INFORMATION «RISQUE LASER.» Marseille le 26/03/2013 Patrick Moureaux 01 40 44 31 09 patrick.moureaux@inrs.fr Département E.C.T Expertise et Conseil Technique Rayonnements Ionisant,

Plus en détail

aux risques liés à l utilisation des lasers en milieu industriel i et de recherche Formation Initiation à la prévention pour les entrants OBJECTIFS

aux risques liés à l utilisation des lasers en milieu industriel i et de recherche Formation Initiation à la prévention pour les entrants OBJECTIFS SECURITE LASER Sensibilisation aux risques liés à l utilisation des lasers en milieu industriel i et de recherche CNRS Formation Initiation à la prévention pour les entrants OBJECTIFS Sensibiliser les

Plus en détail

Le laser. CLAEIS Nicolas LERNOUT Aymeric ROUSSEAUX Cédric LEJEUNE Sami. Page 1/12. http://titaniumphysicists.brachiolopemedia.com

Le laser. CLAEIS Nicolas LERNOUT Aymeric ROUSSEAUX Cédric LEJEUNE Sami. Page 1/12. http://titaniumphysicists.brachiolopemedia.com Le laser http://titaniumphysicists.brachiolopemedia.com CLAEIS Nicolas LERNOUT Aymeric ROUSSEAUX Cédric LEJEUNE Sami Page 1/12 SOMMAIRE I. Qu'est-ce qu'un laser? 1) Définition laser 2) Son invention 3)

Plus en détail

Les lasers Risques et prévention

Les lasers Risques et prévention Les lasers Risques et prévention I Interaction laser tissu Effet Effet Effet Effet photoablatif mécanique photodynamique thermique II Risques Œil Peau Autres risques III Évaluation du risque laser Classes

Plus en détail

Les ondes. Chapitre V : Rayonnements électromagnétique

Les ondes. Chapitre V : Rayonnements électromagnétique Les ondes Chapitre V : Rayonnements électromagnétique Objectifs : Indiquer que l énergie associée au photon W = hv augmente avec la fréquence Présenter les sources de lumières naturelles et artificielles,

Plus en détail

Organisation des appareils et des systèmes: Le domaine de l optique

Organisation des appareils et des systèmes: Le domaine de l optique Organisation des appareils et des systèmes: Bases physiques des méthodes d exploration UE 3A Le domaine de l optique Dr JC DELAUNAY PACES- année 2015/2016 OPTIQUE GEOMETRIQUE Stigmatisme Miroirs Dioptres

Plus en détail

Exposition des salariés aux rayonnements optiques artificiels

Exposition des salariés aux rayonnements optiques artificiels Exposition des salariés aux rayonnements optiques artificiels Direction de la Santé - Division de la Santé au Travail SOMMAIRE [ p. 4 - p. 5 ] Introduction [ p. 6 - p. 7 ] Législation Obligations de l

Plus en détail

LASERS Guide pratique à l'intention des universités

LASERS Guide pratique à l'intention des universités LASERS Guide pratique à l'intention des universités Numéro 3 Aon Parizeau Inc. Dans ce bulletin : Introduction La classification des lasers Le contrôle de l'environnement La sécurité intégrée Les mesures

Plus en détail

P1 : La santé Activité expérimentale n 2 C1 : Les ondes et leurs applications LES LASERS

P1 : La santé Activité expérimentale n 2 C1 : Les ondes et leurs applications LES LASERS LES LASERS Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : Etre autonome, faire preuve d'initiative. S'impliquer. Elaborer et réaliser un protocole expérimental en toute sécurité.

Plus en détail

LES LUNETTES LES NORMES DE BASE. Méthodes d essais d optiques. Méthodes d essais autres qu optiques LES NORMES DE TYPES D UTILISATION

LES LUNETTES LES NORMES DE BASE. Méthodes d essais d optiques. Méthodes d essais autres qu optiques LES NORMES DE TYPES D UTILISATION - LUNETTES... 12-13 - LUNETTES / MASQUES... 13 - MASQUES DE SOUDEUR... 14 - ECRANS FACIAUX... 14 CP 082040 L oeil est la partie du corps la plus fragile et nécessite, de ce fait, un maximum de précautions.

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Optronique

SOMMAIRE Thématique : Optronique SOMMAIRE Thématique : Optronique Rubrique : Essais - Mesures... 2 Rubrique : Fibres optiques... 5 Rubrique : Images numériques... 7 Rubrique : Infrarouge...11 Rubrique : Laser...13 Rubrique : Optique...16

Plus en détail

SECURITE LASER/ PRINCIPES ESSENTIELS

SECURITE LASER/ PRINCIPES ESSENTIELS SECURITE LASER/ PRINCIPES ESSENTIELS JUILLET 2009/ POLE OPTIQUE V.REITA Le rayonnement électromagnétique. Nature du milieu excité et type Laser hélium-néon Laser à argon Laser au krypton Laser au dioxyde

Plus en détail

PROPRIÉTÉS D'UN LASER

PROPRIÉTÉS D'UN LASER PROPRIÉTÉS D'UN LASER Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : S'impliquer, être autonome. Elaborer et réaliser un protocole expérimental en toute sécurité. Compétence(s) spécifique(s)

Plus en détail

Information sur la protection face au risque d arc électrique

Information sur la protection face au risque d arc électrique Information sur la protection face au risque d arc électrique Chatillon sur Chalaronne, Mai 2014 Introduction De plus en plus fréquemment, la problématique de protection oculaire et faciale des sapeurs

Plus en détail

INSTALLATIONS A LASER

INSTALLATIONS A LASER GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, 27 février 2012 ITM-SST 1830.2 INSTALLATIONS A LASER UPrescriptions de sécurité types Le présent document comporte 12 pages USommaire Article Page 1. Objectif et domaine

Plus en détail

Iris. Cornée. Pupille. Cristallin

Iris. Cornée. Pupille. Cristallin FORMATION EN SÉCURITÉ DES LASERS Macula Rétine Iris Cornée Nerf optique Corps vitré Cristallin Pupille Formation Sécurité laser Section 1: Concepts de base 1 Système international (SI) d unitd unités Unité

Plus en détail

Travaux Pratiques d Optique Intégrée Caractérisation de Circuits Optiques Intégrés

Travaux Pratiques d Optique Intégrée Caractérisation de Circuits Optiques Intégrés Caractérisation de Circuits Optiques Intégrés ATTENTION : SOYEZ DELICAT!! LE MATERIEL EST FRAGILE ET TOUTE DEGRADATION ENTRAINERA UNE NOTE ELIMINATOIRE. Principe de mesure : Un signal lumineux en provenance

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES FERMETURES ET STORES DANS

LES CARACTERISTIQUES DES FERMETURES ET STORES DANS LES CARACTERISTIQUES DES FERMETURES ET STORES DANS LA RT2012 Dans la performance thermique et lumineuse des parois vitrées, les fermetures et les stores jouent le rôle de régulateur des entrées et sorties

Plus en détail

Prévention des agressions causées par la chaleur

Prévention des agressions causées par la chaleur Prévention des agressions causées par la chaleur Mesures techniques Automatisez le travail et réduisez l'effort physique exigé dans un environnement chaud. Réduisez la chaleur qui rayonne des écrans devant

Plus en détail

1) Sources de lumières

1) Sources de lumières TP COURS OPTIQUE GEOMETRIQUE Lycée F.BUISSON PTSI CONNAISSANCE DE BASES EN OPTIQUE GEOMETRIQUE 1) Sources de lumières 1-1) Sources à spectre de raies ou spectre discontinu Ces sources émettent un spectre

Plus en détail

Les LASERS et leurs applications - III

Les LASERS et leurs applications - III Les LASERS et leurs applications - III Sébastien FORGET Maître de conférences Laboratoire de Physique des Université Paris-Nord Merci à Sébastien Chenais (LPL, Paris-Nord) Et à Patrick Georges (Institut

Plus en détail

Les lasers : quoi, comment, pourquoi?

Les lasers : quoi, comment, pourquoi? Les lasers : quoi, comment, pourquoi? Thierry Lahaye LCAR, UMR 5589 du CNRS, Toulouse Délégation régionale du CNRS 8 novembre 2010 Il y a 50 ans naissait le laser 16 mai 1960, Theodor Maiman (Hughes Research

Plus en détail

Projet d'ouverture : Parrainage Matériel disponible

Projet d'ouverture : Parrainage Matériel disponible Projet d'ouverture : Parrainage Matériel disponible Miroirs Miroir plan Miroir concave Miroir convexe Miroir déformable Périscope Lentilles Petite lentille très convergente Lentille moyenne peu convergente

Plus en détail

ÊTES-VOUS SÛR D ÊTRE BIEN PROTÉGÉ?

ÊTES-VOUS SÛR D ÊTRE BIEN PROTÉGÉ? Rayonnement ÊTES-VOUS SÛR D ÊTRE BIEN PROTÉGÉ? bleu À quoi Correspond La Lumière Bleue? La lumière Bleue La lumière bleue (ou «ultraviolet proche») se trouve à l extrémité du spectre de lumière visible,

Plus en détail

LE SOLEIL. Un danger pour la santé. Léa Fagard & Chloë Laurent.

LE SOLEIL. Un danger pour la santé. Léa Fagard & Chloë Laurent. LE SOLEIL Un danger pour la santé Léa Fagard & Chloë Laurent. SOMMAIRE I. Composition du rayonnement solaire II. Certains rayons sont nuisibles 1. Cancer de la peau 2. Le bronzage : une réaction de défense

Plus en détail

Attention Danger! Attention à vos yeux! Notre étoile le SOLEIL. Les conseils indispensables pour observer le Soleil en toute sécurité

Attention Danger! Attention à vos yeux! Notre étoile le SOLEIL. Les conseils indispensables pour observer le Soleil en toute sécurité Livret préparé par le collectif ASTRO-OISE Pourquoi faut-il se protéger les yeux lorsqu on regarde le Soleil? - Le Soleil émet un rayonnement visible et invisible d une puissance totale énorme : 400 millions

Plus en détail

I. Evaluation des risques. Question 8 du label SGS

I. Evaluation des risques. Question 8 du label SGS I. Evaluation des risques Question 8 du label SGS I. Evaluation des risques Une évaluation des risques est une enquête systématique de tous les risques liés aux postes de travail, aux équipements de travail

Plus en détail

Diffraction. Comment mesurer le diamètre d un cheveu?...

Diffraction. Comment mesurer le diamètre d un cheveu?... Diffraction Comment mesurer le diamètre d un cheveu?... Doc. 1. Classes d un laser : Selon la puissance et la longueur d'onde d'émission du laser, celui-ci peut représenter un réel danger pour la vue et

Plus en détail

Formation en Sécurité LASER. Présentation à l ATGBM. Samedi 2 mai 2015 Philippe Leblanc Ph.D. Physicien

Formation en Sécurité LASER. Présentation à l ATGBM. Samedi 2 mai 2015 Philippe Leblanc Ph.D. Physicien Formation en Sécurité LASER Présentation à l ATGBM Samedi 2 mai 2015 Philippe Leblanc Ph.D. Physicien 1 Sécurité Laser Inspiration initiale de David Okamoto American Medical Systems 2 Les Lasers en Médecine

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE APPLIQUEE AU BATIMENT

LA THERMOGRAPHIE APPLIQUEE AU BATIMENT LA THERMOGRAPHIE APPLIQUEE AU BATIMENT «Outil du thermicien» 20/01/11 Réunion à thème : Outil terrain de l audit : Thermographie Infiltrométrie 1 L Infrarouge Rayonnement électromagnétique et grandeurs

Plus en détail

Manuel du module laser Neo

Manuel du module laser Neo Manuel du module laser Neo Instructions d'installation Pour le mode d'emploi complet, y compris les indications relatives aux mises en garde, avertissements, dangers et contre-indications, veuillez vous

Plus en détail

LA GESTION DU TRAVAIL ISOLE

LA GESTION DU TRAVAIL ISOLE I. Définition et problématique du travail isolé Dans certaines situations des personnes peuvent se trouver seules à leur poste de travail, sans autre personne dans le service, à l étage, voire dans le

Plus en détail

Les problèmes de vue liés à l âge

Les problèmes de vue liés à l âge Les problèmes de vue liés à l âge Certaines maladies oculaires deviennent plus fréquentes avec l'âge et peuvent conduire dans certains cas à des problèmes de vue importants. Il s agit de la dégénérescence

Plus en détail

LASER LIGHT AMPLIFICATION BY STIMULATED EMISSION OF RADIATION. : Amplification de la Lumière par Emission Stimulée de Radiation

LASER LIGHT AMPLIFICATION BY STIMULATED EMISSION OF RADIATION. : Amplification de la Lumière par Emission Stimulée de Radiation LASER LIGHT AMPLIFICATION BY STIMULATED EMISSION OF RADIATION : Amplification de la Lumière par Emission Stimulée de Radiation Découverte: T. Maiman, Juin 1960 Cristal de Rubis excité par lampes flash

Plus en détail

Merci pour votre achat, Vous voila dorénavant l heureux propriétaire du produit LASERLAB 40.

Merci pour votre achat, Vous voila dorénavant l heureux propriétaire du produit LASERLAB 40. Merci pour votre achat, Vous voila dorénavant l heureux propriétaire du produit LASERLAB 40. Sachez que Starway est très scrupuleux quant à la qualité technique de ses produits, à leur innovation et leur

Plus en détail

Mieux voir. Mieux vivre. Protection des yeux et vision des contrastes : deux questions essentielles en vieillissant!

Mieux voir. Mieux vivre. Protection des yeux et vision des contrastes : deux questions essentielles en vieillissant! Mieux voir. Mieux vivre. Protection des yeux et vision des contrastes : deux questions essentielles en vieillissant! Il est de plus en plus important de bien protéger ses yeux de la lumière. L'allongement

Plus en détail

MODE D EMPLOI FRANCAIS

MODE D EMPLOI FRANCAIS MODE D EMPLOI FRANCAIS Merci d avoir choisi ce produit Ghost. Pour votre sécurité et pour une utilisation optimale de toutes les possibilités de l appareil, lisez attentivement cette notice avant l utilisation

Plus en détail

RIEN QUE POUR VOS YEUX

RIEN QUE POUR VOS YEUX RIEN QUE POUR VOS YEUX Ceux qui ne regardent pas bien ne voient pas les dangers qui les entourent. Presque chaque jour, les travailleurs sont confrontés sur leur lieu de travail à un large éventail de

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Optronique

SOMMAIRE Thématique : Optronique SOMMAIRE Rubrique : Optique... 2 Rubrique : Opto-Electronique... 5 Rubrique : Sécurité laser...11 1 Rubrique : Optique SOMMAIRE Initiation à l optique (1ère partie)... 3 Initiation à l optique (2ème partie)...

Plus en détail

05- ILDA PROJECTEUR LASER

05- ILDA PROJECTEUR LASER LS405 05- ILDA PROJECTEUR LASER MANUEL D UTILISATEUR Merci d avoir acheté un de nos produits. Lisez attentivement ce guide avant d utiliser ce projecteur Responsabilité : En aucun cas la société Electroconcept

Plus en détail

LE RAYONNEMENT SOLAIRE LA COUCHE D OZONE L INDEX UV LES EFFETS DES UV BÉNÉFIQUES NÉFASTES IMMÉDIATS NÉFASTES RETARDÉS LE CAPITAL SOLAIRE LES

LE RAYONNEMENT SOLAIRE LA COUCHE D OZONE L INDEX UV LES EFFETS DES UV BÉNÉFIQUES NÉFASTES IMMÉDIATS NÉFASTES RETARDÉS LE CAPITAL SOLAIRE LES LE RAYONNEMENT SOLAIRE LA COUCHE D OZONE L INDEX UV LES EFFETS DES UV BÉNÉFIQUES NÉFASTES IMMÉDIATS NÉFASTES RETARDÉS LE CAPITAL SOLAIRE LES PHOTOTYPES LES PROTECTIONS SOLAIRES LA PROTECTION PHYSIQUE LA

Plus en détail

LUMIERE, OPTIQUE ET IMAGES

LUMIERE, OPTIQUE ET IMAGES Licence Sciences et Technologies MISMI (Mathématiques, Informatique, Sciences de la Matière et de l Ingénieur) UE Physique et Ingénieries LUMIERE, OPTIQUE ET IMAGES Série B J.M. Huré 1 Série B Cours 10

Plus en détail

Thème : Lumière et Tapisserie

Thème : Lumière et Tapisserie Groupe Date.. Thème : Lumière et Tapisserie Indice n 1 : une tapisserie bien abîmée Lors de notre dernière sortie à la Cité de la Tapisserie, nous avons réalisé la manipulation photographiée ci-contre.

Plus en détail

6. MOYENS DE TRANSMISSION. 6.1 Transport par bras articulé. 6.2. Focalisation - 27 -

6. MOYENS DE TRANSMISSION. 6.1 Transport par bras articulé. 6.2. Focalisation - 27 - - 27-6. MOYENS DE TRANSMISSION 6.1 Transport par bras articulé Certaines radiations fortement absorbées par l'eau en particulier (dans le domaine infrarouge) ne sont pas transmissibles par fibre optique

Plus en détail

8/10/10. Schéma de l œil humain. Fonctionnement. Fonctionnement de l œil humain: Les défauts de l œil humain

8/10/10. Schéma de l œil humain. Fonctionnement. Fonctionnement de l œil humain: Les défauts de l œil humain L œil humain Points essentiels Fonctionnement de l œil humain: La vision éloignée La vision rapprochée Le pouvoir d'accommodation Les défauts de l œil humain L hypermétropie La myopie La presbytie Fonctionnement

Plus en détail

STAGE LASERS INTENSES Du 15 au 19 mai 2006 COURS

STAGE LASERS INTENSES Du 15 au 19 mai 2006 COURS STAGE LASERS INTENSES Du 15 au 19 mai 2006 COURS Production d impulsions d laser nanosecondes en régime déclenché Directeur de Recherche au CNRS Responsable de l Équipe Lasers Solides et Applications (ELSA)

Plus en détail

BASES DE LA FLUORESCENCE

BASES DE LA FLUORESCENCE BASES DE LA FLUORESCENCE Aurélie Le Ru, Ingénieur d étude CNRS Agrobiosciences, Interactions et Biodiversité, Plateau d imagerie, 24 chemin de Borde Rouge 31326 Castanet-Tolosan Cedex leru@lrsv.ups-tlse.fr

Plus en détail

TP n 4 : Etude de sources de lumière Spectre de corps noir et loi de Wien

TP n 4 : Etude de sources de lumière Spectre de corps noir et loi de Wien TP n 4 : Etude de sources de lumière Spectre de corps noir et loi de Wien I. Etude de quelques sources de lumière Objectif : - Obtenir expérimentalement les spectres de quelques sources de lumière, et

Plus en détail

Caractéristiques principales. Réf. commande : Z0010. Caractéristiques principales. Réf. commande :

Caractéristiques principales. Réf. commande : Z0010. Caractéristiques principales. Réf. commande : Lanterne ponctuelle de précision Lanterne disposant d un point source de rayon 1 mm Ampoule 12 V 20 W à source secondaire Position du disque source réglable par bague moletée Optique asphérique de diamètre

Plus en détail

Aide à l exécution de l OSLa pour les cantons

Aide à l exécution de l OSLa pour les cantons Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Protection des consommateurs Etat : avril 2007 Aide à l exécution de l OSLa pour les cantons Ordonnance

Plus en détail

Le risque chimique en entreprise

Le risque chimique en entreprise Dossier de synthèse Le risque chimique en entreprise Les agents chimiques dangereux Les agents Cancérogènes, Mutagènes, toxiques pour la Reproduction Ce dossier de synthèse «Le risque chimique en entreprise»,

Plus en détail

Manuel d utilisation. Modèle 461920 Tachymètre photo à visée laser

Manuel d utilisation. Modèle 461920 Tachymètre photo à visée laser Manuel d utilisation Modèle 461920 Tachymètre photo à visée laser Introduction Toutes nos félicitations pour votre acquisition du minitachymètre photo à visée laser modèle 461920 d Extech. Ce tachymètre

Plus en détail

«EPMT», Lausanne Mai 2011. Découpe de Stent avec lasers pulsés Nd:YAG et fibre

«EPMT», Lausanne Mai 2011. Découpe de Stent avec lasers pulsés Nd:YAG et fibre «EPMT», Lausanne Mai 2011 Découpe de Stent avec lasers pulsés Nd:YAG et fibre David Naman LASAG AG C.F.L. Lohnerstrasse 24 CH-3602 Thun Suisse Tel.: +41 33 227 45 45 david.naman@lasag.ch Sommaire Introduction

Plus en détail

LA 90L / LA 180L. Mode d emploi

LA 90L / LA 180L. Mode d emploi L 90L / L 80L fr Mode d emploi L 80L 7 3a 5 6 4 3b 8 d b c b a a C L 80 L L 90 L D D >,8m > ft 90 Y Y m 3 3 ft E E E3 F Y D ± 5 D X D3 G,8m ft G G3 S > 5 m > 6 3 ft G4 G5 3 3 fr Mode d emploi Les STIL-L90L

Plus en détail

Thème: La représentation visuelle

Thème: La représentation visuelle Thème: La représentation visuelle Ce que l on voit de notre monde environnant estil vu de la même manière par toutes les autres espèces? Ce que l on voit-on est-il conforme à la réalité? Qu est-ce qu une

Plus en détail

O4. Association de lentilles minces

O4. Association de lentilles minces NOM Prénom : O4. Association de lentilles minces Les propriétés des lentilles minces permettent de déterminer les images formées par les instruments d optique constitués de plusieurs lentilles associées,

Plus en détail

La protection du personnel soignant: Contacts cytostatiques - Rayonnements ionisants

La protection du personnel soignant: Contacts cytostatiques - Rayonnements ionisants La protection du personnel soignant: Contacts cytostatiques - Rayonnements ionisants Dr. Lechevin Véronique Médecin du travail Dépt Surveillance médicale S.C.P.P. ULB - Erasme - Bordet A. Introduction

Plus en détail

TROUBLES DE LA REFRACTION

TROUBLES DE LA REFRACTION TROUBLES DE LA REFRACTION DR DEGDEG LAZHAR Rappels Dioptre = surface séparant 2 milieux transparents d indices différents Œil = succession de dioptres sphériques Dioptre cornéen 40 D Dioptre cristallinien

Plus en détail

Optique : expériences de base

Optique : expériences de base Préparation à l agrégation de Sciences-Physiques ENS Physique Optique : expériences de base Sextant, Optique expérimentale 1 I) Sources lumineuses 1) Sources thermiques Elles ont un spectre continu dont

Plus en détail

Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son.

Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son. TP 9 Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son. 9.1 Introduction Émise par un corps, réfléchie par une surface, rétrodiffusée ou encore modulée à diverses fréquences,

Plus en détail

SC 3003 COLLECTION SOUFFLANT SÈCHE-SERVIETTES 29257-07-09

SC 3003 COLLECTION SOUFFLANT SÈCHE-SERVIETTES 29257-07-09 NOTICE SC 3003 COLLECTION SOUFFLANT SÈCHE-SERVIETTES 29257-07-09 Nous vous remercions de la confiance que vous nous témoignez en choisissant un appareil SUPRA. Nous espérons qu il vous donnera entière

Plus en détail

1 Chemin d un faisceau lumineux

1 Chemin d un faisceau lumineux TD P3 Optique Lentilles sphériques minces Savoir-faire travaillés dans les exercices d application Savoir construire la marche d un rayon lumineux quelconque. Ex. 1 Démontrer la relation de conjugaison

Plus en détail

Protection individuelle des yeux et du visage. Compléments d informations sur la règlementation, les normes pour bien choisir ses EPI

Protection individuelle des yeux et du visage. Compléments d informations sur la règlementation, les normes pour bien choisir ses EPI Protection individuelle des yeux et du visage Compléments d informations sur la règlementation, les normes pour bien choisir ses EPI Analyse d une situation de travail liée à l électricité Risque ou Situation

Plus en détail

Points essentiels. Fonctionnement de l œil humain: Les défauts de l œil humain. L hypermétropie La myopie La presbytie

Points essentiels. Fonctionnement de l œil humain: Les défauts de l œil humain. L hypermétropie La myopie La presbytie L œil humain Points essentiels Fonctionnement de l œil humain: Les défauts de l œil humain L hypermétropie La myopie La presbytie Fonctionnement La lumière traverse la cornée et pénètre dans l œil par

Plus en détail

Galaxy. Elles associent Courant de radio-fréquence bipolaire et deux Energies optiques lumineuses disponibles : lumière pulsée ou laser

Galaxy. Elles associent Courant de radio-fréquence bipolaire et deux Energies optiques lumineuses disponibles : lumière pulsée ou laser 1 Galaxy Galaxy (elōs) possède plusieurs outils de traitement spécifiques : a) Aurora qui associe la radio-fréquence bipolaire et la lumière pulsée, b) Polaris qui allie la radio-fréquence bipolaire à

Plus en détail

Les LASERS et leurs applications - V

Les LASERS et leurs applications - V Les LASERS et leurs applications - V Sébastien FORGET Maître de conférences Laboratoire de Physique des Lasers Université Paris-Nord Merci à Sébastien Chenais (LPL, Paris-Nord) Et à Patrick Georges (Institut

Plus en détail

Le microscope optique ou photonique

Le microscope optique ou photonique Le microscope optique ou photonique I description : Le microscope est composé de deux systèmes optiques, l objectif et l oculaire, chacun pouvant être considéré comme une lentille mince convergente L objectif

Plus en détail

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses Etude expérimentale sur les interférences lumineuses La lumière est une onde électromagnétique. Deux ondes sont à même d interagir en se sommant. Dans certains cas particuliers, notamment pour deux rayons

Plus en détail

Lasers de puissance. 1 Principe. 2 Types de sources. 3 Applications et machines

Lasers de puissance. 1 Principe. 2 Types de sources. 3 Applications et machines Lasers de puissance 1 Principe 2 Types de sources 3 Applications et machines LASERS DE PUISSANCE : POUR QUOI FAIRE? Les différents procédés laser -1 Densité de Puissance (W/cm²) 10 10 10 9 Choc-laser 100

Plus en détail

TRAVAILLER SUR ALISE :

TRAVAILLER SUR ALISE : ALISE : UN LASER DE PUISSANCE Alisé (Activité Laser ImpulSionnel pour les Etudes) est un laser de puissance d énergie 100 à 200 Joules. Véritable outil de laboratoire évolutif, Alisé conserve ses caractéristiques

Plus en détail

La lumière et l'oeil. La sclère est le blanc de l'oeil. Lumière forte : pupille contractée. Lumière faible : pupille dilatée

La lumière et l'oeil. La sclère est le blanc de l'oeil. Lumière forte : pupille contractée. Lumière faible : pupille dilatée L'oeil La lumière et l'oeil La lumière entre dans l'oeil à travers la pupille, une ouverture foncée au centre de l'oeil. L'iris, l'anneau coloré qui entoure la pupille est un ensemble de muscles qui contrôle

Plus en détail

TECHNOLOGIE LASER. En quelques mots. À la pointe de la technologie dans l usinage laser d outils de coupe. A member of the UNITED GRINDING Group

TECHNOLOGIE LASER. En quelques mots. À la pointe de la technologie dans l usinage laser d outils de coupe. A member of the UNITED GRINDING Group Creating Tool Performance A member of the UNITED GRINDING Group À la pointe de la technologie dans l usinage laser d outils de coupe En quelques mots L usinage moderne de matériaux à l aide de la technologie

Plus en détail

Le laboratoire et la gestion des déchets

Le laboratoire et la gestion des déchets Chimie et développement durable Partie 1 : Chimie minérale DOC 01 Le laboratoire et la gestion des déchets http://www.udppc.asso.fr/national/attachments/article/113/article-bup-residus-reaction.pdf Une

Plus en détail

P.P.S.P.S. Plan Particulier de Sécurité et de Protection de la Santé

P.P.S.P.S. Plan Particulier de Sécurité et de Protection de la Santé Plan Particulier de Sécurité et de Protection de la Santé Statistiques Un constat : 15 millions de salariés au régime général de la SS 900 000 accidents du travail et de trajet par an 1 800 mortels 5 000

Plus en détail

Sources - Techniques de projection - Lentilles

Sources - Techniques de projection - Lentilles TPC2 TP - Sciences Physiques Sources - Techniques de projection - Lentilles Objectifs généraux de formation Formation disciplinaire - Capacités exigibles Caractériser une source lumineuse par son spectre.

Plus en détail

Figure 1. Compteur à fibre optique. de2f.eps Figure 2. Source lumineuse à fibre optique (représentant une source 850)

Figure 1. Compteur à fibre optique. de2f.eps Figure 2. Source lumineuse à fibre optique (représentant une source 850) FOM, FOS-850, FOS-1300, FOS-850/1300 Compteur de puissance à fibre optique Source lumineuse à fibre optique Mode d emploi Introduction Le compteur de puissance à fibre optique (FOM) mesure la puissance

Plus en détail

OKIO CERAM RADIATEUR SOUFFLANT MOBILE OU MURAL POUR SALLE DE BAINS

OKIO CERAM RADIATEUR SOUFFLANT MOBILE OU MURAL POUR SALLE DE BAINS RADIATEUR SOUFFLANT MOBILE OU MURAL POUR SALLE DE BAINS OKIO CERAM 01 OKIO CERAM 02 www.supra.fr 38622-01-15 CONSIGNES DE SÉCURITÉ L appareil doit être installé en respectant les règles nationales d installation

Plus en détail

Préparation d aliments, inspection de sécurité et d incendie, moulage de plastique, asphalte, mesure de température, industrie automobile.

Préparation d aliments, inspection de sécurité et d incendie, moulage de plastique, asphalte, mesure de température, industrie automobile. NOTICE D UTILISATION THERMOMETRE INFRAROUGE TYPE ST- 882 Caractéristiques: Mesures précises sans contact Pointeur laser incorporé Sélection automatique de la gamme et résolution jusqu 0.1 ou 1 Sélecteur

Plus en détail

L observation spatiale pour l étude du climat

L observation spatiale pour l étude du climat L observation spatiale pour l étude du climat François-Marie Bréon Laboratoire des Sciences du Climat et de l'environnement CEA/DSM/LSCE Institut Pierre Simon Laplace Merci au CEA à la NASA et CNES, CNRS,

Plus en détail

Ce faisceau laser ne doit pas être regardé en face

Ce faisceau laser ne doit pas être regardé en face Détecteur linéaire 406 74 R Présentation Ce détecteur de fumée optique linéaire à réflexion est conçu pour décéler la présence de fumées noire ou blanche dans les endroits où l installation des détecteurs

Plus en détail

Dans le cadre du contrôle de la radioprotection en France, l Autorité de sûreté nucléaire s est rendue dans votre établissement le 26 mai 2016.

Dans le cadre du contrôle de la radioprotection en France, l Autorité de sûreté nucléaire s est rendue dans votre établissement le 26 mai 2016. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE STRASBOURG Strasbourg, le 14 juin 2016 N/Réf. : CODEP-STR-2016-024264 Monsieur le Directeur CHRU de Strasbourg Nouvel Hôpital Civil 1 place de l hopital BP 426 67091 Strasbourg

Plus en détail

NON FRIABLE. Présentant des risques particuliers. Encadrement de chantier. Encadrement technique

NON FRIABLE. Présentant des risques particuliers. Encadrement de chantier. Encadrement technique Rédacteur : Vérificateur : Approbateur : Document créé le Document modifié le Document édité le 9 juin 2011 2011 Réf. document : XXX XXX XXX Version : 00 Document entreprise CALENDRIER DES FORMATIONS Sous-section

Plus en détail