AVANT-PROPOS. Bernard Tissot et Georges Pédro

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AVANT-PROPOS. Bernard Tissot et Georges Pédro"

Transcription

1 AVANT-PROPOS Bernard Tissot et Georges Pédro Le thème de l étude Santé-Déchets est très vaste et son contour est difficile à délimiter. Il fait appel à de nombreuses disciplines qui ne sont pas toutes aussi affirmées que cela serait souhaitable. L information sur les procédures et les installations existantes fait parfois défaut et il est difficile de l obtenir. Enfin, le thème a une connotation très négative, qui est impossible à effacer. L ensemble de ces faits s accompagne d un embarras, et même d un certain désarroi des petites municipalités. Ces circonstances expliquent pourquoi le groupe de travail a été difficile à constituer, et combien il s est interrogé sur l intérêt scientifique et la valeur de ses réflexions pour mieux se prémunir contre un éventuel impact de la gestion des déchets sur la santé des populations. Il a finalement décidé de produire ce rapport qui ne prétend pas être exhaustif, mais qui fait surtout part des questions que le groupe s est posées. * * * * Le monde des déchets comprend un très grand nombre de substances, depuis les déchets ménagers, agricoles, hospitaliers, médicaux, jusqu aux déchets industriels et nucléaires. Il comprend même des «déchets de déchets» comme les emballages de déchets hospitaliers ou les conteneurs provisoires de déchets nucléaires. Le groupe de travail a exclu de son champ de réflexion les déchets nucléaires, qui font l objet d un rapport annuel de la Commission nationale d évaluation créée par la loi du 30 décembre Il n a abordé qu occasionnellement les déchets industriels qui ont peu de caractères communs entre eux, et dont les éventuelles conséquences dommageables sont souvent liées à des déclarations inexactes ou des violations de la réglementation. Ces problèmes relèvent plutôt d une autorité de contrôle. Les déchets existent depuis que la vie existe sur notre Terre, même si la société actuelle n en est pas toujours consciente : tous les êtres vivants meurent et leurs cadavres deviennent des déchets. Pasteur avait déjà perçu ce problème et disait : «s il n y avait pas de microbes dans les sols qui recouvrent notre Planète, la surface de la Terre serait encombrée de cadavres de tous genres, de sorte que la vie serait devenue impossible».

2 Le phénomène nouveau, à notre époque, vient de l accroissement de la population de la Terre, de sa concentration dans des villes dont plus de 300 comptent entre 1 et 10 millions d habitants, et une vingtaine plus de 10 millions. De plus, notre mode de vie semble incapable d augmenter les commodités et le bien-être des populations, sans en même temps dépenser des ressources et sans faire apparaître des nuisances, en particulier des «déchets». La situation est également devenue plus complexe en raison de la récente intensification de l agriculture, facilitée par l apport régulier d engrais et de produits de traitement qui ne sont pas tous biodégradables à court terme. Il en est de même pour la mise en place d ateliers d élevage hors-sol, producteurs de purin, lisier et autres déchets, qui sont tenus pour responsables de la pollution des nappes d eau souterraine par des nitrates. En règle générale, la plupart des déchets étaient dans le passé biodégradables, donc temporaires, à la réserve des outils de pierre et des ossements qui sont pour nous des pièces archéologiques. La production en nombre d objets en métal, en verre ou en plastique a changé cette situation. Enfin, le réemploi des déchets d origine animale ou même humaine (fumiers, purins, déjections humaines) était la règle : le cas de la Chine vient tout de suite à l esprit, mais il faut se souvenir qu en Europe, le ramassage sur la voie publique des déjections de chevaux venait encore enrichir la terre du jardin familial dans la première moitié du XX siècle. La société se trouve maintenant en face d un ensemble de déchets dont la quantité a considérablement augmenté, où figurent notamment des objets non biodégradables à l échelle humaine, ainsi que des composés susceptibles d endommager certaines ressources naturelles (eau, sols, atmosphère). Les problèmes peuvent d ailleurs être de nature différente selon les régions : déchets d élevage intensif en Bretagne, déchets minéraux dans le Nord liés à une concentration d activités minières et métallurgiques, anciennes ou actuelles. Pour gérer cet ensemble diversifié et toujours croissant, la France dispose d un arsenal réglementaire qui n a pas cessé de croître et d évoluer depuis 200 ans. Les modes de traitement font intervenir une technicité croissante qui devient comparable à celle d unités industrielles, malgré un manque fréquent de connaissances scientifiques. * * * *

3 Les effets des déchets actuels sur la santé de l homme et son environnement sont également complexes à interpréter. Ils peuvent présenter des aspects chimiques, bactériologiques ou parasitaires, sur lesquels les données sont inégales. Les populations peuvent en ressentir les effets sous plusieurs formes : à court terme, des pollutions, détectées par des analyses, et des nuisances, détectées par les sens humains (nuisances olfactives ou visuelles) ; à plus long terme, des risques sanitaires pour l avenir des populations et des risques environnementaux. On constate actuellement une forte demande de sécurité sanitaire autour des déchets ; le groupe de travail s est efforcé de suivre cette préoccupation aux diverses étapes de leur gestion. Il faut cependant constater, face à cette demande, une déficience considérable d indicateurs concernant l exposition, l impact sanitaire, et la pollution environnementale. Il en est de même pour un suivi du risque en fonction du temps. Les filières de valorisation, de traitement, et d élimination actuellement proposées doivent être considérées comme complémentaires. Le recyclage a du mal à se généraliser, pour des raisons économiques. Celui du verre, du papier et des métaux fonctionne bien ; la collecte des plastiques reste modeste et leur recyclage problématique, malgré les efforts effectués. La prise en compte du souci des déchets, dès la conception et la fabrication des produits, est importante. Les décharges publiques pour déchets ménagers, contre lesquelles certains se sont mobilisés, ne semblent pas présenter de graves risques de toxicité directe, sauf violation des règlements et dépôt clandestin de substances interdites. Le risque bactériologique créé par ces décharges paraît devoir être considéré avant le risque chimique, si les règles sont respectées. Il est toutefois limité, car les microorganismes pathogènes sont peu adaptés au milieu extérieur et décroissent assez rapidement à la surface du sol, sous les effets de la lumière, du gel, ou de la sécheresse. Il est cependant loin d être parfaitement connu : par exemple, une famille très écologique recyclait ses propres déchets dans son jardin ; on a constaté la réactivation de certains microorganismes comme Escherichia coli 157, et il y a eu des morts.

4 De leur côté, les nuisances peuvent être fortes (visuelles, olfactives, voire sonores) et les personnes qui habitent autour des décharges manifestent souvent des pathologies liées au stress, aux effets d environnement. C est là un grand problème qu on ne saurait ignorer. Les installations de traitement, particulièrement les incinérateurs, ont fait l objet de nombreuses discussions concernant leurs effluents. Parmi ceux-ci, la dioxine est mise en cause, mais ce nom est utilisé pour un groupe de 210 espèces chimiques comprenant 75 dérivés chlorés et 135 furannes, dont la toxicité est très diverse et dont certaines espèces sont reconnues comme cancérogènes ; d autres impacts possibles concernent de faibles poids des enfants à la naissance, voire des malformations. On constate un manque d indicateurs bien documentés concernant les effets sur la santé (en particulier la relation dose-effet) ; cette remarque a, d ailleurs, une valeur générale. De plus, les accidents répertoriés montrent souvent un manque de rigueur dans la conduite d installations anciennes. Dans certains cas, enfin, ces dernières sont situées sur des sites industriels où il peut être difficile d identifier la source réelle d un composant précis. L incinération constitue un outil important et une bonne méthode de traitement des risques bactériologiques ; elle peut aussi représenter une contribution appréciée aux économies d énergie. L utilisation d installations récentes, dans le respect des règles de conduite et avec un suivi efficace de quelques indicateurs spécifiques, devrait constituer une contribution majeure au problème de la gestion des déchets ménagers. À l époque contemporaine, une large part des déchets organiques est véhiculée par les eaux usées : les stations d épuration des eaux qui les traitent se sont multipliées, les boues résiduelles sont devenues plus abondantes, au moment où des considérations d ordre écologique font que leur épandage devient plus difficile et que leur destin devient un problème difficile à résoudre. * * * * La production d une quantité de déchets de nature diverse, mais toujours croissante, pose aujourd hui à la société des problèmes complexes de gestion collecte, tri, traitement sélectif des déchets, destin des boues de stations d épuration qui ne relèvent pas des académies mais influent sur la problématique des déchets par les contraintes de fait, matérielles ou budgétaires, qu elles font peser sur les collectivités locales.

5 C est ainsi que de nombreuses communes de taille modeste (1000 ou 1500 habitants) sont placées dans l embarras entre les pressions de l administration et les réalités quotidiennes. L une cède aux suggestions fermes d entrer dans un groupement pour bâtir un incinérateur et se voit ensuite reprocher ses effluents. Une autre est amenée à adhérer à un syndicat intercommunal qui met en service le ramassage sélectif, avec des bennes spécialisées pour vider automatiquement les divers conteneurs : devant la forte augmentation des coûts, le ramassage est alors ramené, même en été, de deux à un seul passage par semaine. Nous sommes loin des règles d hygiène connues depuis Pasteur. Le fonctionnement des stations d épuration des eaux usées et le sort des boues résiduelles sont également un problème. Sur plus de stations en France, environ la moitié est entre les mains de grandes sociétés de service qui disposent du savoir-faire et de l expérience nécessaires. Nous avons peu d information sur l autre moitié, qui est opérée par les municipalités. La gestion technique peut alors être confiée à des sociétés de service régionales ou à du personnel propre des municipalités, parfaitement compétent et expérimenté ; dans d autres cas, elle peut être assurée par du personnel ou une entreprise locaux et on ne dispose généralement pas d information sur leur fonctionnement. L épandage des boues issues des stations n a pas posé de problème jusqu à une date récente : il était même apprécié par certains agriculteurs. Le changement récent d attitude ne semble pas documenté par des essais de longue durée qui seraient souhaitables. Enfin, la communication nécessaire pour que le citoyen s implique dans la gestion des déchets est souvent médiocre et le retour vers lui de l information, pour lui permettre d apprécier le résultat de ses efforts, est rare. À l extrême, il arrive que l aide financière, pour assurer une enquête de concertation avec les habitants, ne soit attribuée qu après signature d un contrat avec une entreprise, qui règle déjà dans le détail toutes les procédures de gestion. Il faut reconnaître qu à l inverse l homme ne se sent plus responsable de rien, après qu il se soit débarrassé du déchet. La gestion des déchets apparaît comme une des conditions du développement durable. La nature s en est chargée depuis l apparition de l homme jusqu à l époque moderne, mais elle n y suffit plus : l accroissement rapide de la population mondiale, sa concentration dans des mégapoles et la croissance du volume de déchets avec le développement en sont les principales causes. Cette prise de conscience s applique, bien sûr, aux pays industrialisés où il serait cependant vain de rechercher le «risque zéro» : la question centrale est maintenant de déterminer jusqu où nous devons aller en matière de sécurité sanitaire. Elle s applique

6 aussi aux pays en développement dont le problème est de savoir quelles sont les priorités à traiter, avec les moyens limités dont on dispose. Dans tous les cas cependant la considération du rapport coût/efficacité des mesures prises devrait nous servir de guide, mais son évaluation reste bien difficile.

Les dossiers...de VivArmor. Algues vertes et baie de Saint-Brieuc

Les dossiers...de VivArmor. Algues vertes et baie de Saint-Brieuc 2002 Les dossiers......de VivArmor Algues vertes et baie de Saint-Brieuc Algues vertes et baie de Saint-Brieuc par Yannick GEFFRAY C est au début des années 70 que des communes du littoral breton ont approuvé

Plus en détail

eau, nitrate agr culture mieux comprendre Le rôle du nitrate pour une agriculture durable, qui respecte L eau

eau, nitrate agr culture mieux comprendre Le rôle du nitrate pour une agriculture durable, qui respecte L eau eau, nitrate & i- agr culture mieux comprendre Le rôle du nitrate pour une agriculture durable, qui respecte L eau Les agriculteurs utilisent et produisent du nitrate, sous forme d engrais organique (fumier,

Plus en détail

PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE»

PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE» PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE» A l attention des professeurs de SVT, Physique- Chimie et Histoire Géographie. Ecocène

Plus en détail

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs Une approche coopérative globale de la réglementation des pesticides agricoles et de la lutte contre les ravageurs compatible

Plus en détail

Journée d information Élimination des Emballages Vides de Produits Phytosanitaires

Journée d information Élimination des Emballages Vides de Produits Phytosanitaires Secrétariat d Etat auprès du Ministère de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement chargé de l Eau et de l Environnement Département de l Environnement Service Régional de l Environnement Souss

Plus en détail

GUIDE. éco. Pour la réduction des déchets dans vos événements. Plan de prévention des déchets. Vendée

GUIDE. éco. Pour la réduction des déchets dans vos événements. Plan de prévention des déchets. Vendée Pour la réduction dans vos événements Vers l éco-responsabilité des événements en matière de gestion Des dizaines de manifestations musicales, sportives ou culturelles sont organisées chaque année en.

Plus en détail

Strasbourg événements et la Ville de Strasbourg engagés pour le développement durable.

Strasbourg événements et la Ville de Strasbourg engagés pour le développement durable. Strasbourg événements et la Ville de Strasbourg engagés pour le développement durable. s t r a s b o u r g - e v e n t s. c o m Ville innovante et pionnière, Strasbourg a rapidement placé le développement

Plus en détail

Cahier des charges du recyclage agricole des boues d épuration d origine urbaine ou industrielle

Cahier des charges du recyclage agricole des boues d épuration d origine urbaine ou industrielle Organisme Indépendant des producteurs de boues de Lorraine Version du 18 juillet 2014 Cahier des charges du recyclage agricole des boues d épuration d origine urbaine ou industrielle Le cahier des charges

Plus en détail

Règlement d application

Règlement d application Plan de délimitation des zones de protection des eaux souterraines S1, S2 et S3 des captages... propriété de la commune de... Règlement d application Vu l article 20 de la loi fédérale sur la protection

Plus en détail

PLU 6ANNEXES 6.2 ANNEXES SANITAIRES. PLU arrêté le: 9 février 2012. Vu pour être annexé à la délibération du 9 février 2012

PLU 6ANNEXES 6.2 ANNEXES SANITAIRES. PLU arrêté le: 9 février 2012. Vu pour être annexé à la délibération du 9 février 2012 PLU arrêté le: 9 février 2012 Vu pour être annexé à la délibération du 9 février 2012 6ANNEXES 6.2 ANNEXES SANITAIRES PLU V i l l e d e N o i s y - l e - S e c P l a n L o c a l d U r b a n i s m e DÉPARTEMENT

Plus en détail

"Notre plus belle réussite, construire un groupe de dimension internationale qui place l homme au cœur de son action"

Notre plus belle réussite, construire un groupe de dimension internationale qui place l homme au cœur de son action "Notre plus belle réussite, construire un groupe de dimension internationale qui place l homme au cœur de son action" Francis Pizzorno, Président fondateur de PIZZORNO Environnement Depuis sa création

Plus en détail

XXXI ème ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

XXXI ème ASSEMBLÉE GÉNÉRALE CONFEDERATION INTERNATIONALE DU CREDIT AGRICOLE ZURICH - SUISSE Birmensdorferstrasse 67 - Téléphone 0041/12910575 - Téléfax 0041/12910766 XXXI ème ASSEMBLÉE GÉNÉRALE HANOI 12-14 NOVEMBRE 2001 Jean Kerouedan

Plus en détail

Pour LE TRI ET la réduction des déchets lors de vos événements

Pour LE TRI ET la réduction des déchets lors de vos événements Pour LE TRI ET la réduction des déchets lors de vos événements Vers l éco-responsabilité des événements en matière de gestion des déchets Des dizaines de manifestations musicales, sportives ou culturelles

Plus en détail

COLLECTE ET RECONDITIONNEMENT DES IBC AU NIVEAU MONDIAL

COLLECTE ET RECONDITIONNEMENT DES IBC AU NIVEAU MONDIAL COLLECTE ET RECONDITIONNEMENT DES IBC AU NIVEAU MONDIAL La solution durable pour vos conteneurs vides : le SCHÜTZ TICKET SERVICE. L un des objectifs majeurs des entreprises industrielles actuelles est

Plus en détail

Remarque importante : tout dossier incomplet sera systématiquement rejeté.

Remarque importante : tout dossier incomplet sera systématiquement rejeté. PREFET DE LA HAUTE-SAVOIE DECLARATION D INSTALLATION CLASSEE POUR LA PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT ANNEXE II Elevages de chiens (Établissements d élevage, vente, transit, garde, fourrière, etc..) Ce formulaire

Plus en détail

LA GESTION DES DECHETS EN EUROPE THÉORIE ET PRATIQUE

LA GESTION DES DECHETS EN EUROPE THÉORIE ET PRATIQUE LA GESTION DES DECHETS EN EUROPE THÉORIE ET PRATIQUE Système de collecte intégré pour la réduction du volume des déchets résiduels grâce à un tri sélectif des matériaux recyclables EnviroMaroc 2007 24

Plus en détail

Présentationde la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires «LOI SSA» Rabat, le 17 juin 2010

Présentationde la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires «LOI SSA» Rabat, le 17 juin 2010 Présentationde la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires «LOI SSA» Rabat, le 17 juin 2010 Parmi les objectifs tracés par le Plan Maroc Vert : Améliorer la compétitivité

Plus en détail

Compétences étendues. Solutions personnalisées.

Compétences étendues. Solutions personnalisées. Compétences étendues. Solutions personnalisées. Entreprise Leader du marché suisse des solutions d emballages sur mesure En tant que leader sur le marché suisse des solutions d emballage sur mesure produites

Plus en détail

Numéro - Installation ou activité

Numéro - Installation ou activité Diagnostic de classement «environnement» Secteur d activité : Assainissement, voirie et gestion des déchets Classe 3 : déclaration environnementale Classe 2 : demande de permis d environnement Classe 1

Plus en détail

Optimiser le dispositif des AMM

Optimiser le dispositif des AMM Avril 2010 RECONNAISSANCE MUTUELLE EUROPEENNE Optimiser le dispositif des AMM Légumes de France Légumes de France : Syndicat national majoritaire des producteurs de Légumes de France. Représente l ensemble

Plus en détail

Objet : conformité d'aires d'optimisation logistique où s'effectuent le changement de camions transportant des sous-produits animaux

Objet : conformité d'aires d'optimisation logistique où s'effectuent le changement de camions transportant des sous-produits animaux Ordre de service d'action Direction générale de l'alimentation Sous-direction de la santé et de protection animales BISPE 251 rue de Vaugirard 75 732 PARIS CEDEX 15 0149554955 Direction générale de prévention

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats L environnement, une opportunité Etat, perspectives et enjeux du marché des engrais Principaux résultats Lundi 28 juin 2010 Pierre Cazeneuve, Directeur GCL DD p.cazeneuve@gcl.tm.fr CONTEXTE GENERAL DE

Plus en détail

Édition du 1 er janvier 2014 DIRECTIVES GÉNÉRALES ET TARIFS DE GESTION DES DÉCHETS À L ATTENTION DES MÉNAGES

Édition du 1 er janvier 2014 DIRECTIVES GÉNÉRALES ET TARIFS DE GESTION DES DÉCHETS À L ATTENTION DES MÉNAGES Édition du 1 er janvier 2014 DIRECTIVES GÉNÉRALES ET TARIFS DE GESTION DES DÉCHETS À L ATTENTION DES MÉNAGES L OBJET ET LE CHAMP D APPLICATION Les présentes directives municipales, relatives à la gestion

Plus en détail

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY «Penser et agir famille» LES OBJECTIFS 1. Accueillir les familles avec respect et ouverture d esprit dans toutes leurs formes et leurs différences. 2. Stimuler

Plus en détail

DOSSIER DU MOIS. Novembre 2012. La mobilité électrique : Une mobilité verte?

DOSSIER DU MOIS. Novembre 2012. La mobilité électrique : Une mobilité verte? DOSSIER DU MOIS Novembre 2012 La mobilité électrique : Une mobilité verte? Les transports et la pollution Pollution : «Dégradation de l environnement par des substances (naturelles, chimiques ou radioactives),

Plus en détail

RÉGLEMENT INTERIEUR DES DÉCHETTERIES ET ESPACES PROPRETÉ PARISIENS

RÉGLEMENT INTERIEUR DES DÉCHETTERIES ET ESPACES PROPRETÉ PARISIENS Direction de la Propreté et de l Eau Service Technique de la Propreté de Paris RÉGLEMENT INTERIEUR DES DÉCHETTERIES ET ESPACES PROPRETÉ PARISIENS Préambule : La préservation et l amélioration de la qualité

Plus en détail

4.4 La ressource hydrique

4.4 La ressource hydrique 4.4 La ressource hydrique 4.4.1 Contexte L eau est une ressource naturelle renouvelable mais très fragile. En plus d être un élément essentiel à la vie, elle joue un rôle indispensable à la pratique de

Plus en détail

Poids croissant de l assainissement dans le prix de l eau

Poids croissant de l assainissement dans le prix de l eau Agreste Champagne-Ardenne n 5 - Juillet 2011 Enquête eau et assainissement 2008 Poids croissant de l assainissement dans le prix de l eau La consommation domestique d eau des champardennais s élève à 147

Plus en détail

2. Vote et hiérarchisation des leviers Chaque participant a en sa possession 6 gommettes, la question posée est :

2. Vote et hiérarchisation des leviers Chaque participant a en sa possession 6 gommettes, la question posée est : Les ateliers débat Groupe 3 Animation : Natacha Jacquin, OIEau Rapporteure : Gaëlle Nion, OIEau L atelier s est déroulé en 4 temps : - Présentation - Atelier «gommettes» et présentation des leviers identifiés

Plus en détail

Intrants médicamenteux en agriculture et en santé : les écosystèmes microbiens sont-ils un problème ou une solution?

Intrants médicamenteux en agriculture et en santé : les écosystèmes microbiens sont-ils un problème ou une solution? Les Rencontres de l Inra au Salon de l agriculture Intrants médicamenteux en agriculture et en santé : les écosystèmes microbiens sont-ils un problème ou une solution? Lundi 23 février 2015 Programme 14h30

Plus en détail

Comité de Pilotage n 2

Comité de Pilotage n 2 Comité de Pilotage n 2 (Charte de Qualité Environnementale) Centre de valorisation de Beauregard Baret 13 juin 2008 Zone Industrielle La Motte - 7, rue Louis Armand 26800 Portes-lès-Valence - E-mail :

Plus en détail

Le Plan de déplacementsd. au Cœur de la des Entreprises. Démarche globale de mise en œuvre d un d P.D.E. ou comment donner du sens à vos déplacements

Le Plan de déplacementsd. au Cœur de la des Entreprises. Démarche globale de mise en œuvre d un d P.D.E. ou comment donner du sens à vos déplacements Le Plan de déplacementsd au Cœur de la Stratégie des Entreprises Démarche globale de mise en œuvre d un d P.D.E. 25 janvier 2006 Document 7ème SenS libre d utilisation sous réserve d en citer la source

Plus en détail

METHANISATION. et installations classées et production d électricité. Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie

METHANISATION. et installations classées et production d électricité. Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie METHANISATION et installations classées et production d électricité Frédéric BERLY DREAL Midi Pyrénées Division Énergie 1 Nomenclature des installations classées Les installations classées en application

Plus en détail

Termes de référence du groupe de travail «Risques professionnels et sanitaires»

Termes de référence du groupe de travail «Risques professionnels et sanitaires» Termes de référence du groupe de travail «Risques professionnels et sanitaires» 1 Contexte et justification du groupe de travail 1.1 Présentation de la Plateforme Re-Sources est une Plateforme pour la

Plus en détail

Les nitrates : sources de problèmes

Les nitrates : sources de problèmes Les nitrates : sources de problèmes Nitrates et azote : quels liens avec notre alimentation et notre eau potable? Les nitrates (NO 3 ) sont des composés chimiques incolores, inodores et insipides constitués

Plus en détail

Récupération, recyclage et revalorisation des «cyberdéchets»

Récupération, recyclage et revalorisation des «cyberdéchets» Récupération,recyclageetrevalorisationdes«cyberdéchets» Notremission:dégagerlessitesd'enfouissementdesdéchetsd'équipementsélectroniques(DEE)qui représentent un risque pour notre santé et notre écosystème.

Plus en détail

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVII e Édition Règlement n o 2014-02 : Règlement sur le développement des toits verts et l agriculture urbaine PRÉSENTATION Présenté par M. Charles Marois, membre du comité exécutif,

Plus en détail

Guide pratique du compostage

Guide pratique du compostage Guide pratique du compostage sommaire Le compostage un processus naturel et économique 3 Les modes de compostage 4 Réaliser son compost 6 Bien réussir son compost 8 3 Le compostage un processus naturel

Plus en détail

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE ET LES ELEVAGES

L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE ET LES ELEVAGES L INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE ET LES ELEVAGES L élevage, comme l agriculture dans son ensemble, a connu d importantes mutations depuis le début du XXème siècle. De structures familiales, ce secteur est passé

Plus en détail

Leptospirose et entreprise : Conduite à tenir

Leptospirose et entreprise : Conduite à tenir Leptospirose et entreprise : Conduite à tenir M. le Pr. Pierre CATILINA FACULTE DE MEDECINE Institut d'hygiène Industrielle de Médecine du Travail et d'ergonomie 28, place Henri-Dunant 63001 CLERMONT-FERRAND

Plus en détail

L EAU SOURCE DE VALEUR DANS VOTRE PROCESS

L EAU SOURCE DE VALEUR DANS VOTRE PROCESS L EAU SOURCE DE VALEUR DANS VOTRE PROCESS Pour répondre aux besoins de chaque industriel Intégration d une démarche de développement durable pour réduire les consommations en eau et en énergie? Besoin

Plus en détail

Le développement durable en question : Sens du concept du point de vue des agriculteurs

Le développement durable en question : Sens du concept du point de vue des agriculteurs Le développement durable en question : Sens du concept du point de vue des agriculteurs Élisabeth Michel-Guillou & Lise Bihannic CRPCC EA 1285 Centre de Recherches en Psychologie, Cognition et Communication

Plus en détail

UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE

UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE Konrad Schreiber Institut de l Agriculture Durable 1 2 LA MISE À NU DES SOLS POSE D ÉNORMES PROBLÈMES ENVIRONNEMENTAUX

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DES DÉCHÈTERIES FIXES COMMUNAUTAIRES

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DES DÉCHÈTERIES FIXES COMMUNAUTAIRES COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION EST ENSEMBLE RÈGLEMENT INTÉRIEUR DES DÉCHÈTERIES FIXES COMMUNAUTAIRES ARTICLE 1 - ROLE DE LA DECHETERIE La déchèterie est un équipement clos et gardienné qui a pour but d accueillir

Plus en détail

Expositions disponibles au Sytevom

Expositions disponibles au Sytevom Expositions disponibles au Sytevom 7 expositions sont mises à disposition gracieusement à toutes personnes (collectivités, écoles, associations ) : - Les hommes et leurs déchets, un nouvel état d esprit

Plus en détail

Animations pédagogiques : le monde des déchets

Animations pédagogiques : le monde des déchets Animations pédagogiques : le monde des déchets Présentation L éducation à l environnement : pour un développement durable au programme L éducation au développement durable est une composante incontournable

Plus en détail

année scolaire 2014 / 2015 RÈGLEMENT SICTOM Nord Allier - RD 779 «Prends-y garde» - 03230 Chézy - Tél : 04 70 46 77 19 - www.sictomnordallier.

année scolaire 2014 / 2015 RÈGLEMENT SICTOM Nord Allier - RD 779 «Prends-y garde» - 03230 Chézy - Tél : 04 70 46 77 19 - www.sictomnordallier. année scolaire 2014 / 2015 RÈGLEMENT SICTOM Nord Allier - RD 779 «Prends-y garde» - 03230 Chézy - Tél : 04 70 46 77 19 - www.sictomnordallier.fr article 1 : OBJET L objectif de cette initiative est de

Plus en détail

Recyclage et valorisation du phosphore des effluents : des solutions face à l épuisement des ressources naturelles Toulouse France 23 Novembre 2011

Recyclage et valorisation du phosphore des effluents : des solutions face à l épuisement des ressources naturelles Toulouse France 23 Novembre 2011 Recyclageetvalorisationduphosphoredeseffluents:dessolutionsfaceà l épuisementdesressourcesnaturelles ToulouseFrance 23Novembre2011 Résumé Le séminaire phosphore a été organisée dans le contexte du programme

Plus en détail

ENGAGEMENTS ISO 14001 ET GESTION DES DECHETS. L exemple de l agence 13/84. Service Hygiène et Sécurité Agence 13/84

ENGAGEMENTS ISO 14001 ET GESTION DES DECHETS. L exemple de l agence 13/84. Service Hygiène et Sécurité Agence 13/84 ENGAGEMENTS ISO 14001 ET GESTION DES DECHETS L exemple de l agence 13/84 Service Hygiène et Sécurité Agence 13/84 Présentation Rappel de l engagement ISO 14001 de l ONF Quelques généralités sur la gestion

Plus en détail

Bilan environnemental comparatif des terrains synthétiques de football et des terrains en gazon naturel.

Bilan environnemental comparatif des terrains synthétiques de football et des terrains en gazon naturel. Vendredi 9 décembre 2011 Bilan environnemental comparatif des terrains synthétiques de football et des terrains en gazon naturel. En 2010, l IRDS a étudié les besoins en terrains de grands jeux en Île-de-France,

Plus en détail

La couverture des risques agricoles

La couverture des risques agricoles PACIFICA - ASSURANCES DOMMAGES La couverture des risques agricoles Patrick Degiovanni Directeur Général Adjoint Page 1 Marrakech, Jeudi 28 octobre 2010 Sommaire Le contexte Les risques du métier en Agriculture

Plus en détail

ère édition GLOSSAIRE DES TERMES USUELS du recyclage et de la valorisation à l usage des industriels et de leurs interlocuteurs «réglementaires»

ère édition GLOSSAIRE DES TERMES USUELS du recyclage et de la valorisation à l usage des industriels et de leurs interlocuteurs «réglementaires» ère édition GLOSSAIRE DES TERMES USUELS du recyclage et de la valorisation à l usage des industriels et de leurs interlocuteurs «réglementaires» PRÉSENTATION LES DÉFINITIONS SONT REGROUPÉES EN TROIS ENSEMBLES

Plus en détail

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3. Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.1998) Modifié par: (1) arrêté royal du 3 mai 1999 relatif aux missions et

Plus en détail

VILLE DE NEUILLY-SUR- MARNE. Plan Local d'urbanisme 5. Annexes

VILLE DE NEUILLY-SUR- MARNE. Plan Local d'urbanisme 5. Annexes VILLE DE NEUILLY-SUR- MARNE Plan Local d'urbanisme 5. Annexes 5.2. Schémas des réseaux d eau et d assainissement et des systèmes d élimination des déchets. PROJET ARRETE PAR DELIBERATION DU 30 MAI 2013.

Plus en détail

Pollution de l eau : Origines et impacts

Pollution de l eau : Origines et impacts Pollution de l eau : Origines et impacts Les eaux de surface sont de plus en plus polluées. Elles contiennent des millions de tonnes de polluants formés des rejets chimiques de nos industries, de notre

Plus en détail

Réforme de la Politique agricole commune. www.verts-ale.eu J A M A I S

Réforme de la Politique agricole commune. www.verts-ale.eu J A M A I S Réforme de la Politique agricole commune M A I N T E N A N T www.verts-ale.eu ou J A M A I S LES VERTS au Parlement européen appellent à: UNE PAC PLUS JUSTE 20% des exploitations agricoles accaparent 80%

Plus en détail

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation

Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Sdage, état d avancement de la révision et prochaine consultation Ingrid HERMITEAU Agence de l eau Loire-Bretagne Cap sur la révision du Sdage 1. Rappel : qu est-ce que le Sdage? 2. Les éléments de réflexion

Plus en détail

STRATÉGIE MARKETING VO COMMENT LA DÉVELOPPER, COMMENT LA CONTRÔLER

STRATÉGIE MARKETING VO COMMENT LA DÉVELOPPER, COMMENT LA CONTRÔLER CHAPITRE 2 STRATÉGIE MARKETING VO COMMENT LA DÉVELOPPER, COMMENT LA CONTRÔLER Ce que Vous allez apprendre dans ce chapitre Les premiers pas de la stratégie VO Le fonctionnement de la matrice de stockage

Plus en détail

d eau TRI énergie Alimentation déplacements responsable des déchets Consommation d Consommation les fiches pratiques du développement durable

d eau TRI énergie Alimentation déplacements responsable des déchets Consommation d Consommation les fiches pratiques du développement durable les fiches pratiques du développement durable Petites infos et bons conseils pour mieux consommer et mieux vivre ensemble Consommation d eau Consommation d énergie Alimentation responsable déplacements

Plus en détail

Attitude éco-citoyenne USEP

Attitude éco-citoyenne USEP Attitude éco-citoyenne USEP Saison 2010-2011 Idées pour un bon pique-nique éco-citoyen USEP Tous convaincus que nos gestes quotidiens ont un impact sur notre environnement, nous avons toujours des difficultés

Plus en détail

COMMUNE DE VAL-D'ILLIEZ

COMMUNE DE VAL-D'ILLIEZ COMMUNE DE VAL-D'ILLIEZ Version 95.1 Administration Communale Route des Crosets 2 1873 Val-d'Illiez 024/476.87.87 Fax. 024/476.87.88 Table des matières ARTICLE 1 SURVEILLANCE 3 ARTICLE 2 OBLIGATION 3 ARTICLE

Plus en détail

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires

Stockage et épandage du digestat. Evolutions réglementaires Stockage et épandage du digestat Evolutions réglementaires Sommaire Introduction Rappels des différents régimes des installations classées de méthanisation Les règles autour du stockage Du plan d épandage

Plus en détail

LA GESTION DES DECHETS

LA GESTION DES DECHETS LA GESTION DES DECHETS AML BATIMENT Ensemble contribuons à protéger l environnement AML Bâtiment Page 1 LA GESTION DES DECHETS SUR LES CHANTIERS AML BATIMENT AML Bâtiment Page 2 SOMMAIRE POURQUOI CONNAITRE

Plus en détail

Guide 2015. Ordures ménagères

Guide 2015. Ordures ménagères Guide 2015 Ordures ménagères CDC de Podensac 12 rue du M al Leclerc-de-Hauteclocque Tel 05 56 76 38 00 environnement@cc-podensac.fr www.cc-podensac.fr EDITO Bernard Mateille Président de la CDC Maire de

Plus en détail

chantier & environnement Guide pratique DÉMARCHE ISO 14001

chantier & environnement Guide pratique DÉMARCHE ISO 14001 chantier & environnement Guide pratique DÉMARCHE ISO 14001 Introduction Les principales nuisances susceptibles d être rencontrées sur un chantier proviennent de la gestion des déchets, du bruit et des

Plus en détail

GLOBAL COMPACT - BONNE PRATIQUE

GLOBAL COMPACT - BONNE PRATIQUE GLOBAL COMPACT - BONNE PRATIQUE SA LOIRE ETUDE Parc d Activités de Stelytec 42400 SAINT-CHAMOND Tél : +0033477293029 Fax : +0033477293028 Mail : loire-etude@loire-etude.com Croire en une démarche de développement

Plus en détail

L épandage des composts et des digestats urbains

L épandage des composts et des digestats urbains Par Marc Hébert agr., M. Sc., service des matières résiduelles, ministère du Développement durable, de l Environnement, de la Faune et des Parcs L épandage des composts et des digestats urbains Comme dans

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. Les Lampes et les DEEE Pro ne se jettent plus : ils se recyclent! réglementation.

GUIDE PRATIQUE. Les Lampes et les DEEE Pro ne se jettent plus : ils se recyclent! réglementation. GUIDE PRATIQUE ENTREPRISES & ADMINISTRATIONS Les Lampes et les DEEE Pro ne se jettent plus : ils se recyclent! Grâce à votre action, les Lampes et les DEEE Pro sont recyclés en respectant l environnement

Plus en détail

La nouvelle génération de laines minérales

La nouvelle génération de laines minérales La nouvelle génération de laines minérales Juin 2009 Qu est-ce que ECOSE Technology? une nouvelle technologie révolutionnaire de liant à base de composants naturels et sans formaldéhyde. Elle peut être

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES OBJET DU MARCHE

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES OBJET DU MARCHE Marché public de prestation de services à bons de commande CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Marché passé selon la procédure d appel d offres conformément aux articles 33 et 77 du code des marchés

Plus en détail

www.journeesnature.midipyrenees.fr

www.journeesnature.midipyrenees.fr Initiatrice des Assises nationales du développement durable, la Région Midi-Pyrénées poursuit son engagement concret pour la sauvegarde de l environnement avec l organisation les 3 et 4 juin 2006 des premières

Plus en détail

Aviforum Compétence en Aviculture à la puissance 3

Aviforum Compétence en Aviculture à la puissance 3 Aviforum Compétence en Aviculture à la puissance 3 Formation Recherche Prestation des services Organisation Aviforum Burgerweg 22 CH-3052 Zollikofen Tél. ++41(0)31 915 35 35 Fax. ++41(0)31 915 35 30 e-mail:

Plus en détail

COMMUNE DE LA CÔTE-AUX-FÉES. Règlement d'application du Plan Général d'évacuation des Eaux

COMMUNE DE LA CÔTE-AUX-FÉES. Règlement d'application du Plan Général d'évacuation des Eaux COMMUNE DE LA CÔTE-AUX-FÉES Règlement d'application du Plan Général d'évacuation des Eaux Édition janvier 2009 2 REGLEMENT D'APPLICATION DU PLAN GENERAL D'EVACUATION DES EAUX Chapitre 1 Dispositions générales

Plus en détail

Menu Méthanisation. L innovation au service de l énergie verte

Menu Méthanisation. L innovation au service de l énergie verte Menu Méthanisation L innovation au service de l énergie verte Avec la méthanisation, véritable voie d avenir, l innovation est au cœur de la production d énergie verte. LA MÉTHANISATION, C EST QUOI? La

Plus en détail

PRÉFÈTE DE LA SARTHE NOTE D INFORMATION. OBJET : Demande de dérogation à l obligation de collecte hebdomadaire des ordures ménagères.

PRÉFÈTE DE LA SARTHE NOTE D INFORMATION. OBJET : Demande de dérogation à l obligation de collecte hebdomadaire des ordures ménagères. PRÉFÈTE DE LA SARTHE PREFECTURE SECRETARIAT GENERAL Le Mans, le 30 avril 2015 DIRECTION DES RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES LOCALES Bureau des institutions locales Dossier suivi par M.POUGET :jean-michel.pouget@sarthe.gouv.fr

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DES DECHETTERIES INTERCOMMUNALES DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VAL DE DROME (CCVD) N 10/03-02-04/B

REGLEMENT INTERIEUR DES DECHETTERIES INTERCOMMUNALES DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VAL DE DROME (CCVD) N 10/03-02-04/B REGLEMENT INTERIEUR DES DECHETTERIES INTERCOMMUNALES DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VAL DE DROME (CCVD) N 10/03-02-04/B Les déchetteries intercommunales de la CCVD s inscrivent dans le rôle des collectivités

Plus en détail

LE COMMERCE DE DÉTAIL

LE COMMERCE DE DÉTAIL ACTEUR DE L AMÉNAGEMENT ÉQUILIBRÉ DU TERRITOIRE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE L ACTIVITÉ COMMERCIALE ET LES AMÉNAGEMENTS ENVIRONNEMENTAUX : L EXEMPLE D UN PÔLE COMMERCIAL MODÈLE M. Antoine FREY Président

Plus en détail

Programme de séminaires et de visites Sécurité et avenir - formation continue pour le développement durable du Luxembourg

Programme de séminaires et de visites Sécurité et avenir - formation continue pour le développement durable du Luxembourg Programme de séminaires et de visites Sécurité et avenir - formation continue pour le développement durable du Luxembourg Autorisation d établissment: N 00113078/3 Organisme de formation professionnelle

Plus en détail

En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013

En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013 En collaboration avec LA GESTION DES RISQUES AU SEIN DU SECTEUR PUBLIC LOCAL EN 2013 MARS 2013 INTRODUCTION, METHODOLOGIE Primo France, association dédiée à la gouvernance et à la gestion du risque public,

Plus en détail

Charte environnement. Nos engagements pour une industrie respectueuse de son environnement naturel et social

Charte environnement. Nos engagements pour une industrie respectueuse de son environnement naturel et social Charte environnement Nos engagements pour une industrie respectueuse de son environnement naturel et social Située à coté d un site naturel sensible, avec le recyclage au cœur de l histoire et de l activité

Plus en détail

Le Plan d Action Territorial de la nappe alluviale du gave de Pau

Le Plan d Action Territorial de la nappe alluviale du gave de Pau Le Plan d Action Territorial de la nappe alluviale du gave de Pau Plan d Action Territorial www.pat-gavedepau.fr Un programme d action pour lutter contre la pollution diffuse de l eau de la nappe alluviale

Plus en détail

Camion benne RC électrique 1:24 RTR HOBBY

Camion benne RC électrique 1:24 RTR HOBBY Conrad sur INTERNET www.conrad.fr N O T I C E Version 03/10 Camion benne RC électrique 1:24 RTR HOBBY Code : 229354 Cette notice fait partie du produit. Elle contient des informations importantes concernant

Plus en détail

La valorisation du fumier de cheval en questions

La valorisation du fumier de cheval en questions Optimiser ses pratiques pour s adapter à la conjoncture en production équine 3e journée du Réseau Économique de la Filière Équine - 02 avril 2013 La valorisation du fumier de cheval en questions l exemple

Plus en détail

économique et social.

économique et social. RAPPORT ANNUEL 2012 Le tri sélectif des ordures ménagères est une question importante pour notre environnement, mais aussi sur le plan LE MOT DU PRÉSIDENT économique et social. Les ordures ménagères sont

Plus en détail

Commune de Saint-Aubin-Sauges

Commune de Saint-Aubin-Sauges Commune de Saint-Aubin-Sauges REGLEMENT CONCERNANT L EVACUATION ET LE TRAITEMENT DES EAUX (du 22 juin 1999) Commune de SaintAubin-Sauges Règlement concernant l évacuation et le traitement des eaux page

Plus en détail

une echelle 1. Dispositif formé de barreaux permettant de monter et descendre. 2. Rapport entre une longueur réelle et sa représentation.

une echelle 1. Dispositif formé de barreaux permettant de monter et descendre. 2. Rapport entre une longueur réelle et sa représentation. une echelle 1. Dispositif formé de barreaux permettant de monter et descendre. 2. Rapport entre une longueur réelle et sa représentation. ex : Sur cette carte, l échelle est de 1 cm pour 100 km. Si l échelle

Plus en détail

PAYS DES PORTES DU HAUT-DOUBS COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DU PAYS DE PIERREFONTAINE-VERCEL // COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DES PREMIERS SAPINS

PAYS DES PORTES DU HAUT-DOUBS COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DU PAYS DE PIERREFONTAINE-VERCEL // COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DES PREMIERS SAPINS guide de la REDEVANCE INCITATIVE à la réduction, au tri et à une meilleure gestion des déchets PAYS DES PORTES DU HAUT-DOUBS COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DU PAYS DE PIERREFONTAINE-VERCEL // COMMUNAUTÉ DE COMMUNES

Plus en détail

LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL

LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL LA GESTION DU FUMIER DE CHEVAL Le Règlement Sanitaire Départemental (R.S.D.) => s applique à tout détenteur de plus de 3 équidés âgés de plus de 6 mois : Une déclaration en mairie est obligatoire via la

Plus en détail

Dialogues. au bord de l eau

Dialogues. au bord de l eau Dialogues au bord de l eau Dans le bassin Loire-Bretagne... ISBN (PDF) : 978-2-916869-53-7 C est sur les bords de la Loire, de la Rance, du Loiret, de l Elorn, du Trieux, de la Vilaine, que sont nés et

Plus en détail

Opérations de chargement et déchargement. Protocole de sécurité

Opérations de chargement et déchargement. Protocole de sécurité Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l Emploi Rhône-Alpes Département Risques professionnels 8-10, rue du Nord - 69225 VILLEURBANNE Cedex 04 72 65

Plus en détail

Il est important de connaître l eau qui coule autour de chez nous et prendre conscience que cette ressource peut vite se fragiliser.

Il est important de connaître l eau qui coule autour de chez nous et prendre conscience que cette ressource peut vite se fragiliser. Réponses ENQUÊTE SUR L EAU Connaissez-vous les secrets de? Il est important de connaître l eau qui coule autour de chez nous et prendre conscience que cette ressource peut vite se fragiliser. La Lizaine

Plus en détail

Financière agricole du Québec Développement international

Financière agricole du Québec Développement international Financière agricole du Québec U n s av o i r - fa i r e à pa r tag e r financière agricole du Québec (fadqdi) Un savoir-faire à Partager notre entreprise, à but non lucratif, est liée à La financière agricole

Plus en détail

Le développement durable clé en main

Le développement durable clé en main Le développement durable clé en main Le développement durable au cœur de la stratégie d Assa Abloy 2 de la sécurité est un marché dynamique, tiré par les évolutions sociétales (besoins de sécurité grandissants,

Plus en détail

Haute Qualité Environnementale

Haute Qualité Environnementale à la découverte d un bâtiment Haute Qualité Environnementale Viens découvrir les locaux du SMD3 avec Juliette et Norbert! Qu est-ce que le smd3? Le référentiel HQE propose de respecter 14 cibles environnementales

Plus en détail

Recycler mes lampes? Une idée lumineuse. En plus d être économiques, les lampes basse consommation se recyclent!

Recycler mes lampes? Une idée lumineuse. En plus d être économiques, les lampes basse consommation se recyclent! Recycler mes lampes? Une idée lumineuse En plus d être économiques, les lampes basse consommation se recyclent! Prévu par deux règlements européens relatifs à l éco-conception des lampes, le retrait progressif

Plus en détail

Guide des animations scolaires sur le tri et le recyclage des déchets ménagers Proposé par le SMICTOM LGB

Guide des animations scolaires sur le tri et le recyclage des déchets ménagers Proposé par le SMICTOM LGB Guide des animations scolaires sur le tri et le recyclage des déchets ménagers Proposé par le SMICTOM LGB Animations scolaires sur le tri et le recyclage des déchets - Animations scolaires sur le tri et

Plus en détail

Déclaration des emballages en Allemagne

Déclaration des emballages en Allemagne Déclaration des emballages en Allemagne Principes Tout comme en Belgique et au Luxembourg, il existe en Allemagne de nombreuses dispositions régissant la déclaration d emballages de produits. La base légale

Plus en détail

DR NEMB PIERRE SAMUEL VICE DOYEN CHARGE DE LA PROGRAMMATION ET DU SUIVI DES ACTIVITES ACADEMIQUES UNIVERSITE DE DSCHANG/FSEG INTRODUCTION

DR NEMB PIERRE SAMUEL VICE DOYEN CHARGE DE LA PROGRAMMATION ET DU SUIVI DES ACTIVITES ACADEMIQUES UNIVERSITE DE DSCHANG/FSEG INTRODUCTION DR NEMB PIERRE SAMUEL VICE DOYEN CHARGE DE LA PROGRAMMATION ET DU SUIVI DES ACTIVITES ACADEMIQUES UNIVERSITE DE DSCHANG/FSEG EVALUATION D IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX DANS LES VILLES. INTRODUCTION La ville

Plus en détail

Des gestes pour protéger notre eau

Des gestes pour protéger notre eau Des gestes pour protéger notre eau Quotidiennement, nous utilisons de l eau pour notre hygiène (pour nous doucher, tirer la chasse d eau ), l entretien de notre habitat (pour faire la vaisselle ) : ces

Plus en détail